LA DEMARCHE D UNE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES DEPELTEAU FRANCOIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DEMARCHE D UNE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES DEPELTEAU FRANCOIS"

Transcription

1 LA DEMARCHE D UNE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES DEPELTEAU FRANCOIS Introduction générale Le sujet de ce manuel est la méthodologie des sciences humaines (SH). La définition du terme science: «C est une connaissance et le scientifique celui qui sait. La science instruit, le scientifique est un connaisseur ou quelqu un qui veut connaître». Il existe des sciences naturelles dont l objet est naturel et des sciences humaines dont l objet est d étudier l étude de l être humain. Les sciences servent à comprendre notre univers naturel et humain. La science est donc un mode de compréhension et d explication de notre univers. Attention, ce n est pas le seul. La méthodologie désigne un ensemble de règles, étapes et procédures auxquelles on a recours dans une science pour choisir l objet étudié. Elle est donc indispensable. I. le scientisme et la méthode miraculeuse Un scientiste est celui qui croit que la connaissance scientifique permet de résoudre tous les problèmes philosophique ou autres grâce à sa méthode miraculeuse, la science est en quelque sorte une formule magique. Elle mène droit à la vérité. II. Auguste Comte Fondateur du positivisme, c est-à-dire que les croyances optimistes et triomphante du scientisme dérivent de ce courant épistémologique. Selon lui, il a 3 étapes qui correspondent à 3 modes de connaissance de l univers: Etat théologique (les phénomènes sont le résultat de l action d agents surnaturels) Etat métaphysique (agents surnaturels remplacés par forces abstraites) Etat positif (s appuie sur le positivisme) La science positiviste correspond à l avènement de la science moderne où l Homme cherche à découvrir par l usage bien combiné du raisonnement et de l observation les lois effectives qui gouvernent les phénomènes étudiés. Les SH doivent se fonder sur le principe épistémologique de la science positive. Le positivisme véhicule donc un modèle de la science qui dérive des sciences naturelles. Il est particulièrement fort dans le domaine de la psychologie. Le positivisme est un courant de pensée du XIXe. Le coeur du néo-positivisme est le cercle de Vienne. Son but est d homogénéiser la méthodologie des différentes sciences en s inspirant des principes épistémologiques des sciences pures. Ces épistémologues veulent donc défini la méthode scientifique. Donc, pour les scientistes et les néo-positivistes, la science possède UNE méthode qui mène à la vérité. Mais en réalité, il existe plusieurs démarches et méthodes scientifiques qui ne sont pas 1/21

2 reconnues par tous. Ce sont donc des sujets de débats. Il faut lors d une recherche, faire des choix philosophiques et épistémologiques qui déterminent la démarche scientifique. L épistémologie est l étude de l étude de la réalité ou la connaissance de la connaissance ou la philosophie des sciences. III. Le paradoxe des sciences humaines. Le chercheur doit être conscient de la diversité des fondements épistémologiques des démarches et des méthodes scientifiques. Il n y a pas de structure organisée, c est-à-dire un ensemble de principes épistémologiques, méthodologiques et théoriques homogènes qui fassent clairement consensus. Certains choisissent de l ignorer. D autres renient la scientificité des SH. Ce jugement négatif renvoie à l absence de paradigme en SH. La notion de paradigme est : selon Kuhn: les découvertes scientifiques universellement reconnues qui, pour un temps fournissent à une communauté de chercheurs des problèmes types et des solutions selon Gauthier: C est un ensemble de règles implicites ou explicites orientant la recherche scientifique, pour un certains temps, en fournissant sur la base de connaissance universellement connues, des façons de poser les problèmes, d effectuer les recherches et de trouver les solutions En SH, il n y a pas de consensus théorique et méthodologique entre les membres de la communauté scientifique. Il existe des courants ou écoles de pensée, donc des quasiparadigmes, c est-à-dire des consensus théoriques et méthodologiques au sein de groupes de chercheurs. Il y a des méthodes quantitatives et qualitatives, des démarches hypothéticodéductives (HD) et inductives, mais ces principes et méthodes ne sont pas admis par tous les chercheurs. Ici la démarche HD sera développée. (cf.schéma démarche HD) C est un idéal-type de démarche qui est proposé. L idéal-type est une construction utopique que l on obtient en accentuant par la pensée des éléments déterminés de la réalité. 2/21

3 Chapitre Grand objectif de la science moderne: la recherche de la vérité Les sciences humaines sont les filles des sciences naturelles. Elles sont influencées par ses grands principes. Pour bien comprendre la méthode des SH, il faut comprendre les grands principes des sciences naturelles, c est-à-dire de la science moderne. Cette dernière se développe à la renaissance avec l essor des sciences naturelles. Elle se fonde sur 6 principes: a). L autorité générale. La science moderne réfute les vérités des autorités spécifiques. L autorité générale renvoie à la communauté des chercheurs. Les vérités qui découlent de cette autorité sont le fait de discussions libres, égales et rationnelles entre ces chercheurs. Ces derniers cherchent à convaincre les autres de la justesse de leurs énoncés grâce à la rationalité de ses arguments et des preuves scientifiques. b). L objectivité: la science moderne ne défend qu une cause: la défense de la vérité. Pour ce faire, un chercheur doit faire preuve d objectivité, c est-à-dire qu il doit modifier ou détruire ses vérités si la réalité les dément, mais aussi que ses valeurs, préjugés et croyances etc..., ne doivent pas déformer ses observations du réel. La définition des vérités scientifiques est des lois découvertes grâce à des expériences empiriques si elle découle de l expérience. Il y a 2 types d expérience: Le premier selon les empiristes anglais; l expérience permet à l humain de connaître la réalité grâce à ces 5 sens. Ce premier type d expérience correspond à la démarche inductive. Notre esprit se remplit d impressions qui émanent des contacts entre nos sens et des objets réels. Ces impressions deviennent des idées (ou concepts) qui représentent ces objets réels. Ces idées sont les fondements de notre connaissance empirique de la réalité. Donc, la connaissance se base sur l observation de la réalité et cette observation est possible grâce à nos 5 sens La seconde est selon les usages de la méthode expérimentale; l expérience renvoie à une manipulation et une observation de la réalité afin de vérifier des hypothèses. Ce 2e type d expérience renvoie à la démarche HD. Les recherches scientifiques ne portent que sur des phénomènes accessibles à nos sens ou sur des indicateurs empiriques d un phénomène inaccessible à nos sens. Les phénomènes métaphysiques ne relèvent pas des compétences de la science moderne, qui est empirique. En somme, les vérités scientifiques sont empiriques. Elles ne dérivent pas de l imagination des chercheurs c). Pour saisir la forme des vérités scientifiques, il faut comprendre que la science moderne est déterministe même si le déterminisme est contesté. Le déterminisme est une conception de l univers. Chaque phénomène de cet univers est la cause d un effet et l effet d une cause. Les vérités scientifiques sont donc des rapports de causalité. Le chercheur tente de comprendre l univers en découvrant des liens de causalité. A cause de ses principes épistémologiques empiriques ou déterministes, la science moderne ne traite que des causes accessibles à nos sens. Les causes métaphysiques ne la concernent pas. Le déterminisme nous amène donc à concevoir un univers qui fonctionne comme une machine. Tout est bien réglé et chaque objet d étude est totalement dénué d autonomie. Son comportement est toujours déterminé. Le déterminisme favorise l objectivité des vérités scientifique en fondant au niveau de la logique la reproduction des expériences. Ainsi chacun peut répéter les expériences d autrui afin de vérifier leur validité et l objectivité de ses résultats 3/21

4 d). Les vérités de la science moderne sont des lois car: La science moderne cherche à expliquer l univers pour mieux le contrôler Le contrôle que permet la science moderne se fonde sur la prédiction du comportement et la recherche des causes des phénomènes; savoir, c est prévoir et prévoir, c est pouvoir. Elles mettent à jour des rapports de causalité récurrents et invariables, les lois scientifiques sont des généralisations qui permettent de prévoir le comportement des objets d études, donc de les contrôler. Fortement impressionnés par le succès des sciences modernes qui découvrait des lois, les SH partirent elles aussi, à la recherche de lois sociales, historiques, etc. Une forte domination des mathématiques se fait sentir, car selon certains, elles rendent compte de la régularité de la nature automate des déterministes. Plusieurs disent que pou être une science, il faut avoir recours aux maths. 1.2 Les grandes démarches scientifiques Il y a trois grandes démarches scientifiques l induction la déduction la démarche hypothético-déductive (HD) La démarche inductive amène le chercheur qui l utilise à élaborer des énoncés généraux se fondant sur plusieurs expériences particulières, rigoureuses et systématiques. Après avoir observé plusieurs phénomènes similaires, le chercheur élabore des énoncés généraux. Ce sont des hypothèses, des théories puis des lois scientifiques. En SH, la démarche inductive est souvent utilisée de nos jours (cf. schéma la démarche inductive) La démarche déductive se veut aussi scientifique que la démarche inductive. Le père fondateur de cette démarche n est autre que René Descartes, qui véhicule 3 thèses importantes: il possède la méthode qui mène à la vérité la véritable connaissance ne peut se fonder sur les sens la certitude vient de la déduction de notre raison La déduction débute avec l intuition qui renvoie à des connaissances certaines. L intuition est le concept que l intelligence pure et attentive forme avec tant de facilité et de distinction qu il ne reste absolument aucun doute sur ce que nous comprenons. A partir des intuitions, il faut déduire d autres affirmations qui en sont les conséquences. Une déduction est une démarche par laquelle nous entendons toute conclusion nécessaire tirée d autres choses connues avec certitude (cf. p.62) La démarche déductive est souvent négligée ou dénigrée, pourtant elle est souvent utilisée. La démarche hypothético-déductive est la démarche classique de la science moderne. Elle découle de la méthode expérimentale et est applicable en sciences humaines dans toutes les disciplines et avec plusieurs méthodes de recherches. (cf. p.63). Les grandes étapes sont: le chercheur pose une question de recherche il procède à des déductions et/ou inductions selon les prémisses et connaissances empiriques du sujet et celle qu il possède 4/21

5 il adopte ou construit une théorie et hypothèse de recherche il procède à des tests empiriques dont le but est de vérifier ou infirmer la/les hypothèses de recherche. La suite dépend des résultats de la recherche (cf. p.65) Ce choix de démarche dépend de motifs essentiellement épistémologiques. Les démarches inductives et hypothético-déductives sont les plus utilisées, mais on ne peut négliger l importance de la démarche déductive. Le chercheur doit toujours être en mesure de justifier le choix de sa démarche. Cette justification se fonde sur des principes épistémologiques. 1.3 Les apports et limites du falsificationnisme Certains principes épistémologiques de la science moderne sont contestés. Nous aborderons quelques critiques des falsificationnistes. Le maître à penser de cette pensée est Karl Popper. Voici 2 critiques importantes du falsificationnisme problème de l induction impossibilité de vérification Le problème de l induction: Popper rejette la démarche inductive car elle ne peut garantir la véracité de ces énoncés généraux. Un énoncé futur peut toujours contredire un énoncé général issu d expériences passées. Selon Popper, la science ne pourra jamais être certaines de ces découvertes. Les positivistes, qui sont leurs opposés, rétorquent que les vérités scientifiques sont probables. Plus un nombre élevé d expériences confirment l énoncé général, plus la probabilité de la véracité de cet énoncé est élevée. Selon Popper, la loi des probabilités est aussi soumise au problème de l induction. Il est important de retenir que la vérification des hypothèses ou lois par l expérience s avère logiquement impossible. La démarche scientifique ne peut vérifier une hypothèse, mais elle peut nous rapprocher de la vérité en falsifiant les nouvelles hypothèses. Popper prône une démarche qui s appuie sur un rationalisme critique. En fait, c est une démarche HD dont le but est de nous rapprocher de la vérité en falsifiant des conjectures théoriques grâce à des tests empiriques. 4 conséquences du falsificationnisme: l expérience ne mène pas à la découverte de la vérité une expérience ne peut que corroborer ou réfuter un énoncé général qui n est rien de plus qu une supposition ou une conjecture théorique. la science ne mène pas à la vérité, elle ne peut que s en rapprocher en démontrant ce qui est faux la bonne démarche est hypothético-déductive Malgré tout, Popper a exagéré la falsification dans la démarche scientifique et ce au détriment de la corroboration des conjectures de la science. Cependant, le falisificationnisme s avère être une mise en garde sage et pertinente, car elle respecte les limites de nos expériences. En somme, la quête du savoir est une croisade contre la fausseté faite par des chercheurs réalistes et modestes. 5/21

6 1.4 Quelques particularités des sciences humaines Même si les sciences humaines sont influencées par les sciences naturelles, elles sont distinctes. Pour faire des sciences humaines avec conscience, il faut connaître les fondements de cette distinction. Il y a 4 caractéristiques : la complexité des phénomènes humains. Contrairement à ce que l on pourrait croire, les recher-ches en SH sont généralement plus compliquée qu en science naturelle. Pour étudier un phénomène humain, il faut tenir compte de plusieurs facteurs propres aux SH. Une telle recherche doit intégrer une approche multi-dimensionnelle, c est-àdire qu elle doit tenir compte des multiples dimensions d un phénomène humain. Il faut se méfier des simplifications à outrance et être conscient que toute recherche est une simplification de la réalité. Le sujet et l objet sont de même nature. Leur identité de nature rend l objectivité plus difficile à réaliser. Selon Weber, il est tout de même possible d être objectif, il faut juste respecter le principe de neutralité axiologique, c est-à-dire que le chercheur se contente de faire des jugements de fait et évite les jugements de valeurs. l existence de lois n'est pas évidente. On peut douter de leur existence car l objet d étude des SH est libre. Il peut donc se libérer des prétendues lois qui sont souvent des habitudes, normes coutumes etc. Les sciences peuvent difficilement avoir pour résultat de démontrer l assujettissement des humains à des lois sociales etc car le but ultime de la science moderne est de permettre à l humain de se servir des lois naturelles afin de contrôler, dominer, voir ou modifier la nature. Grâce aux SH, nous tentons de mieux nous comprendre pour contrôler, dominer ou modifier nos actions. Elles servent donc notre liberté et non notre assujettissement à des lois qui nous gouvernent. Il convient d être prudent en utilisant les expressions lois. La liberté des humains suppose qu'il adapte leur comportement en fonction d une finalité, contrairement aux objets d études dans les sciences naturelles. Il faut donc ajouter une dimension hérméneutique à notre recherche. La notion d hérméneutique signifie méthode de connaissance fondée sur l interprétation des signes sensibles ou manifestations des éléments d une culture. Adopter une approche hérméneutique signifie qu'on cherche autant à comprendre qu'à expliquer le phénomène étudié. La compréhension se démarque de l explication car elle ne cherche pas seulement les causes des phénomènes, elle tente de trouver les finalités produites par l objet d étude. En somme, les SH sont plus hérméneutique que les SN. 6/21

7 Chapitre 2 Une recherche commence toujours par une étape interrogative et exploratoire. Ces 2 étapes se font en même temps. (cf. p.99). 3 taches sont nécessaires durant la 1e étape de la démarche scientifique. choisir le sujet de sa recherche prendre connaissance de son sujet grâce à une exploration formuler par écrit une question de départ 2.1 L exploration et choix d un sujet de recherche Le choix du sujet dépend de 5 facteurs: le vécu et les goûts personnels. Il est normal que le choix d un sujet de recherche soit subjectif. certains sujets sont plus stratégiques que d autres; ils augmentent les chances d obtenir du financement, d être publié. Ce phénomène s explique par la prépondérance de quasi-paradigme en SH. certains sujets sont plus utiles que d autres; l utilité dépend du contexte social, économique etc. l état du développement de la science est important. On en prend connaissance de plusieurs manière: la revue de la documentation scientifique, c est à dire des livres ou revues spécialisées, par des colloques. Les trucs pour des lectures efficaces sont prendre des notes et annoter le texte selon une thématique précise. La second manière est des entretiens exploratoires. Ils se font avec des spécialistes, et sont utiles surtout en début de recherche. Ils peuvent servir de complément aux notes et lectures. les recherches exploratoires sont des contacts empiriques préliminaires avec la réalité, qui est étudiée d une manière systématique dans les autres étapes. En règle générale, on utilise les méthodes de l entrevue semi-dirigée ou les observations participantes ou non. Il y a 6 taches à accomplir sont: préciser le sujet choisir un mode d observation élaborer un guide d entrevue ou d observation choisir les individus interviewés ou observés, prendre des notes durant l interview ou l observation faire la synthèse des notes 2.2 La formulation de la question de départ L importance d écrire une question de départ dès le début de la recherche, est que ça permet de bien clarifier et préciser le sujet de la recherche. La question de recherche est un fil conducteur de la recherche car elle précise et délimite le sujet de la recherche donc accroît l efficacité des étapes ultérieures. Les 3 qualités d une bonne question de départ sont qu elle: soit claire, précise et concise faisable, c est-à-dire tiennent compte des ressources dont disposent le chercheur mener à une recherche pertinente, c est-à-dire qu'elle ne doit pas être moralisatrice. Une question moralisatrice n a un sens qu en de fonction des valeurs du répondants. 7/21

8 Une question de départ se fonde sur une volonté de savoir et non sur des convictions. Elle ne peut être purement philosophique. Elle ne porte pas sur le sens des choses. Le jugement de valeur joue un rôle en SH, qui est très important que ce soit avant ou après la recherche. Cependant le chercheur ne doit pas porter de jugement de valeur. il doit se contenter de juger de fait. Elle doit éviter les pseudo-concepts, mais doit se baser sur des phénomènes expérimentaux. L expérience peut porter sur des phénomènes sont l existence est possible ou latente. Pour formuler une bonne question de départ il faut: faire preuve de patiente et persévérance faire lire et relire la question part des autres personnes, et un spécialiste L exploration influence autant la formulation de la question de départ que l inverse. Ces 2 étapes ne sont jamais distinctes et étanches. 8/21

9 Chapitre Adoption, modification ou construction d un cadre théorique L objectif général de l étape des conjectures est d élaborer une réponse hypothétique, théorique et provisoire de la question de départ, ce qui se fait en 2 étapes: adopter, modifier ou construire une théorie formuler une hypothèse Une théorie est un filet pour capturer le monde, un ensemble d énoncés généraux décrivant la réalité étudiée. Ce sont des systèmes de concepts construits par la raison et il en existe plusieurs différentes. Elles organisent notre perception empirique de la réalité. Une observation empirique sans aucune théorie pour déterminer le regard qui sera porté sur la réalité. Le choix des meilleures théories est un enjeu important, car c est de notre perception de la réalité dont il est question. De manière générale, le choix d une théorie dépend du principe de pertinence et des motifs stratégiques. Il peut se faire en 3 opérations: l inventaire des théories, l examen critique des théories et le choix d une d entre elles, sa modification ou la construction d une nouvelle théorie. L objectif de l inventaire des théories est de répertorier les différentes approches d un sujet. Pour construire, voire modifier une théorie, il faut de l expérience de la connaissance, de l intuition et de l imagination. L expérience et la connaissance sont les fruits du travail et de la persévérance. L intuition découlent elle aussi du travail, mais dérive également due la chance, du hasard. Elle exige du travail de l imagination et une capacité de recul face à son sujet d étude. L utilité des théories ne va pas de soi, il faut bien réfléchir pour bien utiliser une théorie. 3.2 Retour sur la question de départ Le choix ou la construction d une théorie entraîne un retour à la question de départ car la théorie est une réponse provisoire à la question. 3.3 La formulation d une hypothèse Le choix ou la construction d une théorie entraîne aussi la formulation d une hypothèse. ( cf. p161). Une hypothèse est une réponse provisoire à la question qui découle de la théorie dans la démarche HD. Il y a plusieurs sortes d hypothèses: univariées, bivariées et multivariées. Une variable est une composante d une hypothèse qui varie (cf. p.165). Pour qu'une hypothèse soit acceptable, elle doit remplir 6 critères: prédire une relation entre variables être une réponse provisoire à la question de départ être simple ou complexe et décrire un lien de causalité contenir des variables dépendantes et indépendantes être déduites ou dériver d une théorie pouvoir être soumise à des tests empiriques et être falsifiable. Il faut élaborer une hypothèse selon une théorie choisie, modifiée ou construite. 3.4 L opérationnalisation du cadre théorique 9/21

10 L objectif de l opérationnalisation du cadre théorique est de préparer les conjectures aux tests empiriques qui les corroboreront ou les réfuteront. Les opérations pour opérationnaliser un cadre sont: s assurer que l hypothèse est falsifiable en identifiant des falsifications visuelles en s assurant de la généralité de l hypothèse (cf. p.173) construire des concepts opérationnels. Un concept est un mot ou ensemble de mots désignant un ensemble de phénomènes. Il définit d une manière théorique et générale les phénomènes particuliers qui seront observés dans les tests empiriques. En science, nous construisons des concepts pour spécifier et délimiter ce qui sera empiriquement observable. Il y a 3 opérations inhérentes à la construction des concepts: la construction des concepts et l exploration les concepts sont liés à la théorie les conditions à respecter sont les usages de la langue, le développement des connaissances scientifiques et produire des concepts de phénomènes réels ou possibles. Les dimensions sont des composantes des concepts, elles définissent des caractéristiques des concepts qu'on veut observer (ex.p.183). Un concept est généralement lié à une théorie et il se compose de dimensions. Définir un concept, c est préciser les dimensions qui le caractérisent. Les dimensions des concepts complexes sont plus difficiles à spécifier; elles exigent une grande connaissance des concepts définis, les dimensions des concepts peuvent aussi être complexes. Il faudra donc définir leurs composantes. Ce sont des sous-parties des dimensions. Elles servent à faciliter l observation des dimensions plus complexe (cf. p.188). Les indicateurs sont des signes empiriques des dimensions ou des composantes. Les indices sont des indicateurs chiffrés; ce sont des mesures quantitatives. 10/21

11 Chapitre La fonction des tests empiriques Les tests empiriques sont les ancres en science. Ils n épuisent pas la question du jugement porté sur les conjectures théoriques. D autres facteurs subjectifs jouent également un rôle important dans la pratique. Ce sont des procédés fort utiles pour convaincre les membres d une communauté scientifique. 4.2 Les grandes étapes d un test empirique Un chercheur doit répondre à 3 questions pour organiser un test empirique: observer quoi qui et comment? 4.3 Répondre à la question observer quoi? Le chercheur observe les indicateurs ou indices contenus dans son cadre d analyse 4.4 Répondre la question observer qui? Nous rappelons qu'il est préférable de formuler des hypothèses générales. On ne peut donc pas observer tous les phénomènes désignés par une hypothèse générale. Il faut donc recourir à une technique d échantillonnage, qui déterminera qui sera observé lors des tests empiriques. La population mère correspond à l ensemble de tous les individus qui ont des caractéristiques précises en relation avec les objectifs de l étude. L échantillon est un sous-ensemble d éléments d une population donnée et une technique d échantillonnage est un sousensemble d une population en vue de constituer un échantillon. Cependant l échantillon a toujours une marge de manoeuvre. Idéalement, il faudrait qu elle soit le plus mince possible. Il y a 2 grandes techniques d échantillonnage: probabilistes et non-probabliste. A). Les techniques probabilistes sont caractérisées par: chaque unité de l échantillon a une chance égale d être choisie on peut estimer la marge d erreur On peut choisir entre 5 sortes d échantillons probabilistes : hasard simple; on a besoin d une base de la population pour recourir à cette technique hasard stratifié; un échantillon de hasard stratifié peut être proportionnel par rapport à la population mère en grappes systématique probabiliste à plusieurs degrés B). les techniques non-probabilistes sont caractérisées par: le choix des unités ne relève pas du hasard on ne peut connaître le degré de représentation 5 techniques sont à choix : 11/21

12 accidentel; la représentativité très douteuse par quotas typique; cette technique sont la pertinence est liée au choix raisonné du chercheur est très utilisée en méthode qualitative boule de neige volontaire (cf. p. 230) La taille d un échantillon renvoie un nombre d unités qu'il contient. La détermination de la taille est différente selon que la recherche est probabiliste ou non. Elle est aussi liée au degré de précision et de confiance recherchée pour des échantillons probabilistes. Les échantillons exemplaires sont liés certains types de recherche. Dans ce cas, le critère de la saturation est sans foute le plus important pour déterminer la taille de l échantillon 4.5 Répondre à la question observer comment? Choisir un mode d investigation, c est décider comment observer la réalité étudiée en recueillant des données. Il existe plusieurs méthodes d observation de la réalité ainsi que plusieurs façons de la présenter. Ces différentes présentations dépendent de choix épistémologiques et pédagogiques. 12/21

13 Chapitre 5 (cf. p ) 5.1 Les démarches, méthodes et techniques Une démarche scientifique est un moyen pour accéder à la connaissance scientifique. Elle se fonde sur certains principes épistémologiques. Il existe 3 démarches: inductives, hypothético-déductive et rationaliste. La méthode de recherche est une mise en forme particulière d une démarche. Une méthode est donc liée à une démarche particulière. (cf. p.249). Une technique serait un simple outil de collecte de données n ayant pas la profondeur épistémologique d une méthode 5.2 La méthode expérimentale C est la fille de la psychologie. Cette méthode a le prestige de la science positive. Son but est de cerner des liens de causalité en manipulant des variables indépendantes. Une définition possible de la méthode expérimentale: elle utilise une méthode spécifique consistant à tester une hypothèse, le chercheur modifie un aspect précis de la situation puis constate les variations que cette modification entraîne sur la conduite observée. L identification des variables dépendantes et indépendantes est donc indispensable. De plus, il faut neutraliser les facteurs extérieurs et choisir une mesure. Il faut éliminer les facteurs extérieurs afin d isoler une seule cause lors du test empirique. 2 moyens pour effectuer cette neutralisation : isoler la variable indépendante dans un laboratoire comparer les résultats du groupe d expérimentation avec ceux d un groupe de référence. Il faut que ces 2 groupes soient semblables. Il y a trois techniques pour s en assurer: contrôle de précision, contrôle statistique, utiliser une technique d échantillonnage probabiliste. On doit mesurer avec objectivité l influence de la variable indépendante sur la variable dépendante. Il faut toujours se poser des questions pour organiser une expérience (cf. p.261). Il y a 5 taches à accomplir pour une expérimentation : déterminer les variables choisir un instrument de mesure rassembler le matériel requis constituer les groupes expérimentaux et de contrôle choisir le genre de manipulation et de vérification (cf. p.262) Il y a 4 types de méthode expérimentale expérimentation avant-après le contrôle est fait après expérimentation post facto simulation (cf.p.264) Le prestige de la méthode expérimentale vient du fait qu on utilise en science pure. Son avantage, elle permet d isoler une variable indépendante des facteurs extérieurs. Ses désavantages: le laboratoire est artificiel et réducteur de la complexité du réel, elle ne porte pas sur des petits groupes, elle ne produit pas nécessairement des certitudes. 13/21

14 L expérimentation en milieu est la manipulation des variables indépendantes dans des groupes naturels. Cette méthode demande des chercheurs expérimentés; ces limites obligent couvent à utiliser d autres méthodes. 5.3 La méthode historique Elle sert d abord et avant tout aux historiens, mais elle peut être utilisée dans les SH. La méthode historique porte sur des objets d étude passés dont l observation est indirecte et cette grâce aux traces qu ils ont laissées. Elle se veut objective même si elle dépend de source subjective (cf. p.276). La première étape renvoie à la question de départ. La méthode historique peut porter sur différents types de sujets. Il est important de bien préciser les limites chronologiques et le lieu d étude. Le choix d un sujet est lié aux documents que peut amasser le chercheur. Le travail préparatoire correspond à l exploration dans notre démarche scientifique. Il sert à acquérir des connaissances sur le sujet de la recherche. Il y a 3 sous-étapes: Les lectures préparatoires, l acquisition de connaissance auxiliaires pertinentes, l élaboration d un questionnaire qui orientera l analyse de documents. Cette dernière se fait grâce à une critique interne et externe. La critique externe assure l authenticité des documents en répondant à certaines questions précises. Elle se divise en 3 tâches qui sont la critique de la provenance, qui vise à assurer la provenance des documents, la critique de restitution nettoyer et raccommoder les copies et traduction, un classement critique des documents qui permettent de distinguer les sources primaires et secondaires. La critique interne est une analyse du contenu des documents. Elle se compose d une critique d interprétation qui cherche le sens du document grâce à des fiches qui sont classées par thèmes ou questions et une critique des faits particuliers qui vise à déterminer la sincérité et l exactitude du contenu de documents en répondant à certaines questions. Les opérations synthétiques ont pour but d en arriver à des énoncés généraux. Il faut souvent combler les manques et silences des documents. Cet objectif est atteint en remplissant 3 taches: 1) le groupement des faits historiques vaut pour une démarche inductive. Il consiste à grouper ces faits Dans une démarche inductive, les faits sont classés selon l analyse de documents (cf. p.289) Dans une démarche hypothético-déductive, les faits sont regroupés d après l hypothèse de la recherche, selon qu ils la corroborent ou réfutent (cf. p.290). 2) les raisonnements constructifs ont pour fonction de combler les vides ou silences des documents analysés. Ils sont utiles dans les 2 types de démarche. 3) la construction d énoncés généraux se fait dans une démarche inductive grâce à l analyse des documents des raisonnements constructifs etc et termine la recherche, dans une démarche hypothético-déductive elle sert plutôt à orienter des recherches ultérieurs. 5.4 L analyse de contenu Elle vient d une vieille volonté d interpréter des messages avec objectivité. L origine des premières analyses de contenu scientifique est historique. Il faut avoir une neutralité axiologique. Une analyse de contenu est une méthode de classification dans diverses catégories des éléments du document analysé pour en faire ressortir les différentes caractéristiques en vue d en mieux comprendre le sens exact et précis. Elle peut porter sur 14/21

15 différentes sortes de message et jouit d une grande porté. Ses principales caractéristiques sont: elle pore sur différents types de messages elle est une observation indirecte ses données sont quantitatives ou qualitatives elle peut porter sur le contenu manifeste ou latent elle porte sur des messages de groupes ou d individu elle permet d étudier le changement L analyse se compose de 5 étapes (cf. p.301) : le chercheur rassemble ses documents choisis selon le sujet et son hypothèse de recherche. Les documents choisis doivent être accessibles, il faut constituer un échantillon de documents qui doivent être préparer de façon a ce qu' on puisse les analyser, classés de préférences en les numérotant faire des lectures préliminaires pour prendre connaissance du contenu des documents le choix et la définition des codes, c est-à-dire un symbole appliqué à un groupe de mois permettant d identifier, rassembler et classer les différentes informations obtenues. Cela peut aussi désigner une unité de sens. 6 critères doivent être respecté lors du choix des codes: l exhaustivité, la clarté, l objectivité, la pertinence, l homogénéité, la numérotation. le processus de codage a pour objectif de préciser et classer les énoncés du message. Son utilité est de retrouver rapidement tous les énoncés singuliers codés l objectif de l analyse de contenu dans une démarche hypothético-déductive est de corroborer ou réfuter l hypothèse en analysant des documents. Elle peut être quantitative ou qualitative. Il y a 5 avantages à faire une analyse de contenu: elle couvre plusieurs phénomènes permet des comparaisons entre phénomènes et étude du changement permet d étudier des phénomènes en profondeur permet au chercheur d interpréter le message avec une certaine liberté offre a priori une certaine liberté aux enquêtes. Les 3 désavantages sont: exige beaucoup de temps technique d analyse indirecte. Elle porte sur des perceptions de la réalité et non sur la réalité Il y a un risque de biais lors de l interprétation des données. 5.5 L entrevue L entrevue est un mode d investigation basé sur une communication verbale et un but précis. Sa finalité, dans une démarche hypothético-déductive, est de corroborer ou réfuter une hypothèse grâce à des échanges verbaux entre enquêteur et enquêté. Dans une démarche inductive, elle mène à l élaboration d énoncés généraux. (cf. p.317 et 318) Il y a 5 types d entrevues, qui sont classés selon le degré de liberté des interlocuteurs et la profondeur des informations: l entrevue clinique laisse une grande liberté à ses interlocuteurs et donne des 15/21

16 informations profondes. Elle n est pas très pertinente dans une recherche l entrevue en profondeur a pour objectif de diagnostiquer et étudier la motivation. La liberté est grande mais limitée par quelques thèmes centraux. Elle analyse le contenu manifeste et latent. Rarement pertinente lors d une recherche à l exception du récit de vie l entrevue centrée laisse une grande liberté à l enquêteur et l enquêté, elle sera utile pour une démarche hypothético-déductive. Les données sont soumises a une analyse de contenu l entrevue à questions ouvertes limite la liberté de l enquêteur tout en laissant une grande marge à l enquêter l entrevue à questions fermées est utilisée pour des analyses quantitatives de données. La liberté est très faible et les informations peu profonde. Les questions et réponses sont standardisées. (cf.p.319) Le choix du type d entrevue se fait en fonction du degré de liberté souhaité. Une entrevue efficace récolte des données pertinentes qui dépendent de leurs rapports avec l hypothèse. Quelques précautions sont à prendre pour s assurer la pertinence: avoir une liste de questions pertinentes, liées au cadre théorique opérationnalisé poser des questions claires être bien préparé être à l aise, faire attention à son apparence choisir un lieu adéquat faire preuve de compréhension et d empathie assurer l anonymat lorsque c est nécessaire L enquêteur doit être sympathique, objectif et intéressé Les avantages de l entrevue sont que ce n est pas cher, c est un mode d investigation souple et facile à utiliser, utile pour des analyses qualitatives, elle peut servir plusieurs finalités. Cependant, elle se fonde sur des postulats douteux tels que les enquêtes ont conscients des phénomènes étudiés, disent la vérité et ses réponses peuvent être influencées par l enquêteur. 5.6 L observation C est un mode d investigation direct et se fait en milieu naturel. L observation est une sélection, provocation, enregistrement et codage de l ensemble des comportements et environnement qui s appliquent aux organismes in situ et qui conviennent des objectifs empiriques. Les précurseurs de cette méthode sont Malinowski et Mead. L observateur est un témoin. L observation scientifique se veut rigoureuse et objective. 3 critères servent à distinguer les différents types d observation: position du chercheur type de démarche scientifique situation du chercheur Dans l observation participante, le chercheur participe au phénomène social qu'il étudie. L observateur est pris dans le réseau des relations interindividuelles. Dans l observation non participante, le chercheur ne se mêlent pas de la vie du groupe étudié. Selon certains, l observation est nécessairement participante. Dans une démarche inductive, il s agit plutôt d une enquête d exploration. C est un mode d investigation servant à produire des théories 16/21

17 ancrées dans la réalité. Dans une démarche HD. L observation centrée autour de quelques thèmes. Les avantages d une enquête dissimulée sont: le chercheur ne modifie pas le comportement des personnes observées Il peut parfois mieux comprendre les personnes observées en s impliquant pleinement à leurs activités Les désavantages sont: des problèmes structurelles, car il peut difficilement enregistrer ou filmer les conversations problèmes affectifs problèmes éthiques Cependant, c est au chercheur à qui revient le choix de la méthode la plus judicieuse pour son enquête. L observation se divise en plusieurs étapes: L élaboration d une grille d observation; le chercheur l élabore pour orienter son observation. Choisir un phénomène à observer; ce choix est lié à la question de départ. Il y a quelques critères théoriques et pratiques guidant dans le choix d un échantillon: la situation choisie doit être exemplaire et faire preuve d étanchéité. De plus les cas retenus doivent être récurrents, accessibles et ne pas être trop influencé par la présence du chercheur. Choisir un type d observation; selon les besoins de la recherche, les principes éthiques et épistémologiques du chercheur L entrée sur le terrain; il faut s intégrer et se faire accepter en contactant des personnes clés et en présentant la recherche. Recueillir des données; la récolte peut se faire selon une démarche inductive ou HD. Dans une démarche inductive, l observateur est un explorateur qui va du particulier au général. L observation se fait selon une grille d observation. 9 dimensions sont à aborder: l espace les objets les gestes les activités les événements le temps les acteurs les objectifs les sensations Le chercheur va des faits bruts à la théorie, il cherche des structures. Il peut choisir entre 2 types de notes : les notes descriptives, qui rendent compte des observations descriptives les notes analytiques, qui rendent compte du cheminement théorique du chercheur Cette observation se termine par une saturation des données. L analyse de ces dernières se fait de manière progressive, en même temps que la collecte de données. 17/21

18 L observation HD est déterminée par le cadre théorique opérationnalisé. La prise de note est essentiellement descriptive et centrée sur les concepts de l hypothèse. Elle se compose de 7 étapes: le guide d observation le choix de cas exemplaire le choix d un type d observation l observation centrée et la prise de notes le journal de bord et les phénomènes non prévus préparation des notes pour leur analyse l analyse des données L objectif de l analyse des données d une observation faite est de corroborer ou réfuter l hypothèse de recherche grâce à une observation directe de la réalité. 5.7 L analyse de statistiques Procéder à une analyse statistique, c est se servir des données statistiques produits par d autres pour soumettre des conjectures théoriques à des tests empiriques. C est un mode d investigation indirect. Cette analyse se compose de 5 étapes préciser les données statistiques requises pour la recherche rassembler les données statistiques requises comprendre les données récoltées en prenant connaissance de leurs fondements et de leurs définitions. Il faut bien comprendre les chiffres utilisés manipuler les données pour corroborer ou réfuter l hypothèse, faire preuve de prudence, de rigueur et d objectivité. Expliquer les procédés statistiques utilisés afin de permettre aux autres de les comparer et de les vérifier analyser les données statistiques récoltées afin de corroborer ou réfuter l hypothèse 5.8 Précisions concernant l analyse de données Chaque analyse des données soulève des problèmes particuliers. Les méthodes d échelle servent à quantifier du qualitatif. Il y a 4 méthodes principales: l échelle nominale. C est un processus simple de codification quantitative, il s agit d attribuer un chiffre à une donnée qualitative. Les catégories de cette échelle doivent être exhaustives et mutuellement exclusives l échelle ordinale. L attribution d un nombre à une catégorie de phénomènes est arbitraire. Les catégories sont ordonnées selon une gradation de la variable ou de la caractéristique choisie. Il faut retenir que les valeurs choisies sont arbitraires. l échelle à intervalles. Elle est semblable à une échelle ordinale, sauf que l écart entre les nombres est de grandeur égale et une unité connue l échelle de Likert. L intervalle entre les mesures ne renvoie à aucune unité de mesure connue car elle est produite par le chercheur et elle doit être constante. En général, les analyses qualitatives sont moins rigoureuses que les analyses quantitatives. La saturation et la validation ont pour but de les objectiver. La saturation détermine la taille des échantillons lorsqu on utilise une méthode qualitative. Elle est atteinte quant l investigation de la réalité n apporte plus rien de nouveau. La validation permet de vérifier les résultats d une recherche qualitative, en les faisant valider par les enquêtés. Elle ajoute du poids au 18/21

19 résultat. 19/21

20 Chapitre 6 Une recherche se termine toujours par la communication des résultats. 6.1 Les motifs de communication Il y a 3 motifs de communication des résultats : Les paradigmes: en science humaine, il n existe pas de véritable paradigme. C est un champ de bataille où s affrontent des quasi-paradigmes. Pour avoir une chance de succès, il faut convaincre les autres savants en publiant les quasi-paradigmes utilisés, en s appuyant sur des arguments rationnels et des démonstrations empiriques. Elle permet l intersubjectivité qui elle même permet une certaine forme d objectivité. Chaque chercheur peut juger de la validité des travaux Parfois ce sont les intérêts personnels qui poussent à la communication. La compétition est vive en SH car le pouvoir et l argent sont des biens rare. Plus on publie plus on a des chances de percer dans les sciences humaines. 6.2 Les modes de communication Il existe 2 grandes modes de communication: Les communications écrites peuvent être sous deux formes: les livres ou un article. Les communications orales ont lieu sous la forme de colloques ou de cours universitaires. 6.3 Le contenu d une communication idéaltypique Selon certains, la production d une communication est une technique selon d autres un art. Il y a 4 règles à suivre pour mieux convaincre: produire des définitions précises. De bonnes définitions des concepts facilitent la communication et favorise la crédibilité. Il faut séduire le lecteur. Certains sujets sont plus séducteurs que d autres, ce qui peut nuire à l intérêt porté par le lecteur. On peut séduire le lecteur en sachant s adresser et éviter les infantilisations, en écrivant bien choisir la simplification en évitant d être trop simpliste être logique et cohérent. Les trois parties d une communication écrites idéal-typique sont: introduction qui comprend une présentation du sujet, une présentation de l orientation théorique et de l intérêt de la recherche une présentation de la démarche et de la méthodologie, une présentation des principales parties le développement qui comprend: un compte-rendu critique de la revue de documentation. une explication de la théorie choisie ou construite, une présentation de l analyse des données la conclusion qui est une synthèse et non une réponse. Elle peut aussi contenir des nouvelles connaissances produites par la recherche Pour bien écrire, il n y a qu une solution, la pratique, utiliser des mots dont on maîtrisé le sens et faire des phrases courtes. 20/21

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Laurence Touré Juin 2010

Laurence Touré Juin 2010 Laurence Touré Juin 2010 Introduction Enquêtes quantitatives, quantitatives, mixtes Protocole d une recherche qualitative Définition de la population d enquête Méthodes d enquête qualitatives La technique

Plus en détail

I - Introduction à La psychologie Expérimentale

I - Introduction à La psychologie Expérimentale LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A.

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014 Techniques d enquête Florence Huguenin-Richard - 2014 1. Méthodologie générale Pourquoi faire une enquête? On a besoin d informations qui n existent pas ailleurs! Une enquête vient après une recherche

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Lecture critique d un article médical scientifique

Lecture critique d un article médical scientifique Lecture critique d un article médical scientifique Objectifs pédagogiques ENC Logique de Recherche Rédaction du résumé Dr Pascale FABBRO-PERAY MB6 2007-2008 Ecrire le résumé structuré d un article Lecture

Plus en détail

L ENTRETIEN de Recherche

L ENTRETIEN de Recherche L ENTRETIEN de Recherche I. UTILISATION DE L ENTRETIEN DE RECHERCHE I.1. L entretien Exploratoire I.1.A. Caractéristiques Techniques Des Entretiens Exploratoires I.1.B. Fonctions De L entretien Exploratoire

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

Séance 1 Lire les enquêtes et les sondages

Séance 1 Lire les enquêtes et les sondages Séance 1 Lire les enquêtes et les sondages 1- Situation problème 2- Situation 1 3- Situation 2 4- Situation 3 5- Agissez 6-Corriges 1- Situation problème Soucieuse de la crédibilité et de l objectivité

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Questionnaire. Questionnaire. www.quint-essenz.ch Promotion Santé Suisse, Avenue de la Gare 52, CH-1001 Lausanne. Fonction

Questionnaire. Questionnaire. www.quint-essenz.ch Promotion Santé Suisse, Avenue de la Gare 52, CH-1001 Lausanne. Fonction Version: 2.0 / 14.10.2003 / 1 Fonction En général, pour les projets de prévention et de promotion de la santé, on utilise un questionnaire pour obtenir des informations et/ou des données sur des avis ou

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur Acteurs : clients, fournisseurs, prospects etc. Actualités : lois, économie, concurrence Données de toutes sortes Trier Le système d info Stocker Traiter Action vers l extérieur Collaborateurs concernés

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

AVANT-PROPOS L analyse des données

AVANT-PROPOS L analyse des données AVANT-PROPOS L analyse des données Godelieve MASUY-STROOBANT Nos «sociétés de l information» voient se multiplier les bases de données administratives et les enquêtes ad hoc le plus souvent destinées à

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE Mathématiques financières A1. Résoudre des problèmes comportant des intérêts composés dans la prise de décisions financières. [C, L, RP, T, V] Résultat d apprentissage

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

LES MÉTHODES DE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES

LES MÉTHODES DE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES LES MÉTHODES DE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES Les méthodes de recherche en sciences humaines sont des procédures définies qui sont utilisées en vue de développer la connaissance scientifique des phénomènes

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline Langue anglaise et communication Compétence 4SA1 Communiquer en anglais avec une certaine aisance. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités Objectif Énoncé de la compétence Standard

Plus en détail

Cycle 3. Dans la classe, le lancement peut- être collectif, le travail peut se réaliser en petits groupes ou seul.

Cycle 3. Dans la classe, le lancement peut- être collectif, le travail peut se réaliser en petits groupes ou seul. Une énigme par jour Du lundi 2 au vendredi 6 mars 202 Cycle 3 La semaine des mathématiques est l occasion d offrir aux élèves des situations qui leur permettent de mettre en place une démarche fondée sur

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

LES MÉTHODES D INVESTIGATION

LES MÉTHODES D INVESTIGATION LES MÉTHODES D INVESTIGATION Une méthode d investigation est une procédure définie qui permet d interroger scientifiquement une certaine réalité. Pour appréhender un phénomène, tout chercheur doit faire

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

ANNEXE III. Normes de compétences et indicateurs de performance : contenus, stratégies et outils pédagogiques suggérés

ANNEXE III. Normes de compétences et indicateurs de performance : contenus, stratégies et outils pédagogiques suggérés 17 ANNEXE III Normes de compétences et indicateurs de performance : contenus, stratégies et outils pédagogiques suggérés 17 15 NORME 1 : La personne compétente dans l usage de l information reconnaît son

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors Une analyse fonctionnelle de l image de soi et des compétences

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

CORRIGÉ TYPE DU TEST

CORRIGÉ TYPE DU TEST ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES D ALGER Niveau : 1 ème année Master TC Groupes : 4 et 6 Date : 19/05/2014 Durée du test : 1h30 CORRIGÉ TYPE DU TEST [ Page 1 sur 6 ] Module : Recherche Marketing Enseignant

Plus en détail

Avant-propos de la première édition

Avant-propos de la première édition de la première édition Ce livre a d abord été écrit pour nos étudiants. Des étudiants qui pour la plupart n aiment pas les mathématiques et se demandent pourquoi il leur faut apprendre des formules ésotériques

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail