EVALUATION FORMATIVE UE PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION FORMATIVE UE PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE"

Transcription

1 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE GUADELOUPE DIRECTION DE LA FORMATION ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS EVALUATION FORMATIVE UE PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE SEMESTRE

2 SITUATION CLINIQUE Vous avez en charge Mr B. 72 ans, hospitalisé dans le service de pneumologie pour tuberculose pulmonaire. Mr B a comme antécédents : - Fracture malléolaire externe gauche il y a 6 mois, arthropathie microcristalline, - VIH positif traité depuis 2012, - Thyroïdectomie sur goitre traitée. - C est un patient héroïnomane et fumeur. A son arrivée, il présentait des signes généraux à type d altération de l état générale (asthénie, amaigrissement) sueurs nocturnes avec fièvre, toux chronique évoluant depuis plusieurs semaines et douleurs thoraciques. Dans son dossier, les éléments suivant sont retrouvés. Examens clinique, biologique, radiologique Température à 38,5 C Pouls à 110batt/min PA: 120/80mmHg Bilan Sanguin : CD4; 90/mm3 Sérologie anti toxoplasmique positive La prescription à l entrée du patient précisait : isolement respiratoire radiographie pulmonaire recherche de BK crachats 3/jours de suite bilan biologique (NFS, CRP,VS, créatinémie, urémie, uricémie, bilan hépatique) bilan OPH Quadrithérapie : pyrazinamide, rifampicine, isoniazide, éthambutol en prise unique PL, ponction articulaire et ECBU à la recherche de BBAR QROC Relevez les signes cliniques que présente Mr B en faveur d une tuberculose pulmonaire Quels sont les facteurs de risque de tuberculose présentés par ce patient. 2

3 Ce patient vous demande s il a pu transmettre la tuberculose à sa femme. a) Que lui répondez-vous? - b) Quelle est le mode de contamination? - Lors de l enquête autour de Mr B, la femme subit une intradermo-réaction. (IDR). Détaillez en la technique de réalisation de l injection à la lecture. Pour chacun des modes de transmissions suivants, illustrez avec 1 exemple et les moyens de prévention qui s y rapportent. Modes de transmissions Transmission sexuelle Exemples Moyens de prévention Transmission périnatale 3

4 Transmission parentérale Identifiez et expliquez à quel stade de l infection VIH est Mr B. STADE ARGUMENTATIONS Justifiez l intérêt des examens de la prescription suivants Examens Radio pulmonaire But / Intérêt BK crachats 3 jours de suite PL, ponction articulaire et ECBU à la recherche de BBAR NFS et CRP VS 4

5 Créatinémie, urémie Bilan hépatique Bilan OPH La quadrithérapie Vocabulaire professionnel Cochez la réponse exacte La primo infection est la pénétration du BK par les voies respiratoires vers les poumons La primo infection asymptomatique est une infection tuberculeuse latente Une fièvre vespérale intervient le matin La sérothérapie est une immunité active et définitive Le Sida correspond à la contamination d une personne par le VIH Une personne séropositive est une personne infectée par le VIH Associez les mots «bactériémie, infection et sepsis,» à la définition qui convient Présence d un micro-organisme chez un hôte et de signe ou symptômes cliniques (fièvre, douleur, rougeur) biologique (élévation de leucocytes, de la CRP, (protéine C réactive), de la VS et ou de la RxP C est un syndrome de réponse inflammatoire systémique secondaire à une infection clinque ou bactériologiquement confirmée C est le passage de bactérie plus souvent transitoire dans la circulation sanguine 5

6 Physiopathologie En vous appuyant sur vos connaissances, mettez dans l ordre chronologique les 3 prochaines étapes du mécanisme inflammatoire sachant que la première concerne la dilatation des vaisseaux. la phagocytose ou destruction des bactéries et ou des tissus nécrosés la réparation tissulaire la migration des leucocytes des vaisseaux vers des tissus (formation du granulome inflammatoire) Parmi les mesures d isolement suivantes, indiquez si elles s appliquent en cochant la case oui ou non et décrivez le cas échéant leur mise en œuvre concrète Mesures Isolement en chambre individuelle Application oui non Surblouse dès contact avec le patient ou son environnement Port de gant dès l entrée dans la chambre Port d appareil de protection respiratoire pour le personnel et les visiteurs Port de masque pour le patient Mesures spéciales pour les déplacements Vous devez expliquer au patient comment réaliser l ECBU, que lui dites-vous? 6

7 Quelle est votre surveillance et vos actions infirmières après la ponction lombaire? QCM QCM N A B C D E réponses La tuberculose La transmission Concernant la prévention de la tuberculose, laquelle ou lesquelles de ces précautions est (sont) indiquée(s) Concernant les pneumopathies infectieuses communautaires laquelle ou lesquelles de ces proposition est (sont) exactes : Parmi les signes suivant lequel ou lesquels sont (est) évocateur de tuberculose : Parmi ces propositions lesquelles sont des signes de gravité respiratoires : Parmi ces examens complémentaires, lesquels sont indiqué dans les pneumopathies aigues communautaires Dans le traitement de la tuberculose, Concernant les pneumopathies infectieuses, lequel ou lesquelles de ces signes cliniques peuvent être présents : Parmi les germes suivant quels sont les 3 les plus fréquemment retrouvés dans les pneumopathies aigues communautaires : 7

8 26) Enoncer les signes cliniques d une méningite 27) Décrivez la préparation du matériel pour une ponction lombaire 8

Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int)

Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int) Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int) Pas d ATCD notable D origine Malienne Dernier voyage en Aout 2013 TB chez le père il y a plus de 10 ans Début janvier:

Plus en détail

Les particularités de la tuberculose pédiatrique. Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien

Les particularités de la tuberculose pédiatrique. Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien Les particularités de la tuberculose pédiatrique Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien Epidémiologie 2009 Incidence nationale : 8,2 cas déclarés / 100 000 habitants Ile de

Plus en détail

La tuberculose du sujet âgé

La tuberculose du sujet âgé La tuberculose du sujet âgé Epidémiologie Incidence 2007 : 6,3/100000 habitants % + 70 ans : 16 % Collectivités + 70 ans : 26,1 % Femmes + 70 ans : 26 % Tuberculose latente : 23 % Mortalité + 70 ans X

Plus en détail

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice 5. - Exercice 6. - Prélèvements biologiques 7. - Exercice 8. - Analyses biologiques 9

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice 5. - Exercice 6. - Prélèvements biologiques 7. - Exercice 8. - Analyses biologiques 9 tuberculose MTE Table des matières Introduction 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice 6 Prélèvements biologiques 7 Exercice 8 Analyses biologiques 9 Exercice : analyses biologiques 10 Résultats biologiques

Plus en détail

Item 106. Tuberculose. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 106. Tuberculose. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 13 Item 106 Tuberculose Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une tuberculose thoracique et connaître les localisations extrathoraciques. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose

Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose Démarche du diagnostic microbiologique d'une tuberculose EVALUATIONS Collégiale des enseignants de bactériologie-virologie-hygiène 2013 1 QUESTION 1/12 : Parmi les affirmations suivantes concernant Mycobacterium

Plus en détail

Item 106 : Tuberculose

Item 106 : Tuberculose Item 106 : Tuberculose Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Epidémiologie, physiopathologie... 2 3 Quand faut-il évoquer le diagnostic?...3 3. 1 Arguments cliniques...1

Plus en détail

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE)

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) Page 1/11 BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS ET A ETE ELABORE PUIS VALIDE PAR

Plus en détail

TUBERCULOSE DE L ADOLESCENT

TUBERCULOSE DE L ADOLESCENT JNI Bordeaux 2006 J. GAUDELUS, L. DE PONTUAL, PH. OVETCHKINE, B. MAURY-TISSERON, E. LACHASSINNE Service de Pédiatrie V. JEANTILS, Unité d Infectiologie O. FAIN, Service de Médecine Interne PH. CRUAUD,

Plus en détail

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine Objectifs : 1)Savoir poser le diagnostic de miliaire

Plus en détail

UE 2.5.S3 Processus inflammatoire et infectieux. Anne Paugam

UE 2.5.S3 Processus inflammatoire et infectieux. Anne Paugam UE 2.5.S3 Processus inflammatoire et infectieux Anne Paugam PLAN Introduction Inflammation/infection Relation hôte-agent; les agents pathogènes Mécanisme non-spécifique Mécanisme spécifique; réponse du

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

Olivier SITBON. Service de Pneumologie Hôpital Antoine Béclère Clamart

Olivier SITBON. Service de Pneumologie Hôpital Antoine Béclère Clamart TUBERCULOSE PULMONAIRE Olivier SITBON Service de Pneumologie Hôpital Antoine Béclère Clamart LA TUBERCULOSE PULMONAIRE PLAN Pathogénie Epidémiologie Diagnostic Complications Pi Principes i thérapeutiquesti

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 ENOE Une femme africaine de 46 ans, vivant en Côte d Ivoire, est adressée en consultation pour douleurs dorsales évoluant depuis 2 mois. La douleur irradie en hémi-ceinture

Plus en détail

La tuberculose en gériatrie. M. Roncato Service de maladies infectieuses et tropicales CHU de Besançon

La tuberculose en gériatrie. M. Roncato Service de maladies infectieuses et tropicales CHU de Besançon La tuberculose en gériatrie M. Roncato Service de maladies infectieuses et tropicales CHU de Besançon Épidémiologie Clinique Outils diagnostiques Examen microbiologiques Place de l IDR et du QUANTIferon

Plus en détail

La tuberculose DOSSIER. Fiche N 1 : La contamination par le bacille de la tuberculose (bacille de Koch BK)

La tuberculose DOSSIER. Fiche N 1 : La contamination par le bacille de la tuberculose (bacille de Koch BK) La tuberculose DOSSIER Sommaire : Fiche N 1 : La contamination par le bacille de la tuberculose (bacille de Koch BK) Fiche N 2 Fiche N 3a Fiche N 3b Fiche N 3c : Lors de contacts étroits et répétés : Dépistage

Plus en détail

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe QUESTIONS HYGIENE Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe Question 10: Dans un service un patient est porteur de la gale, des précautions

Plus en détail

Infections Opportunistes au cours du VIH/SIDA

Infections Opportunistes au cours du VIH/SIDA Infections Opportunistes au cours du VIH/SIDA Paramédicaux DIU de Prise en charge des PvVIH au Burundi et dans la région des Grands Lacs Frédéric BIDEGAIN 16 novembre 2015 Définition : Infection opportuniste

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

«Maladies infectieuses»

«Maladies infectieuses» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Maladies infectieuses» 1. Informations de base - Matière d enseignement: maladies infectieuses - Public cible : 3 ème année médecine -

Plus en détail

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Rappels du collège Dans notre environnement, de nombreux microorganismes sont en permanence au contact de l organisme. L entrée dans l organisme Certains

Plus en détail

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C,

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C, Cas clinique n 1 Une jeune femme de 28 ans, héroïnomane avérée, est hospitalisée pour bilan, en raison d une toux tenace avec expectorations, céphalées rebelles, lésions de la peau, vomissements et diarrhées.

Plus en détail

Les antituberculeux. Dr Matthieu Roustit

Les antituberculeux. Dr Matthieu Roustit Les antituberculeux Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut

Plus en détail

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Perte d appétit, sueurs nocturnes, toux. Diagnostic de tuberculose pulmonaire Quel traitement proposez-vous? Infiltrat alvéolointerstitiel

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Tuberculose Actualités Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold

Tuberculose Actualités Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold Tuberculose Actualités 2009 Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold Plan Histoire naturelle de la tuberculose La politique vaccinale Le dépistage Dosage d interferon γ Suspicion

Plus en détail

TUBERCULOSE PULMONAIRE

TUBERCULOSE PULMONAIRE TUBERCULOSE PULMONAIRE Prise en charge paramédicale équipe soignante, médecine interne.15/11/2011 À l arrivée du patient Installation dans 1 chambre dont les fenêtres s ouvrent La porte doit rester fermée

Plus en détail

ETIOLOGIES MICROBIENNES DES PNEUMOPATHIES NON TUBERCULEUSES AU COURS DE L INFECTION A VIH

ETIOLOGIES MICROBIENNES DES PNEUMOPATHIES NON TUBERCULEUSES AU COURS DE L INFECTION A VIH 1 ETIOLOGIES MICROBIENNES DES PNEUMOPATHIES NON TUBERCULEUSES AU COURS DE L INFECTION A VIH 2 PERSONNES RESSOURCES 1. Professeur Pape Salif SOW Maladies Infectieuses CHU. FANN 2. Professeur Abdoul Almamy

Plus en détail

DE LA TUBERCULOSE CENTRES DE LUTTE ANTITUBERCULEUSE (CLAT)

DE LA TUBERCULOSE CENTRES DE LUTTE ANTITUBERCULEUSE (CLAT) DE LA TUBERCULOSE CENTRES DE LUTTE ANTITUBERCULEUSE (CLAT) UNITÉ MOBILE DE RADIOLOGIE (UMR) Le service de lutte contre la tuberculose du Conseil général des Bouches-du- Rhône est composé d une équipe médicosociale

Plus en détail

UE 2.5 S3 PROCESSUS INFLAMMATOIRES & INFECTIEUX

UE 2.5 S3 PROCESSUS INFLAMMATOIRES & INFECTIEUX LES INFECTIONS OSTÉO ARTICULAIRES COMMUNAUTAIRES * UE 2.5 S3 PROCESSUS INFLAMMATOIRES & INFECTIEUX l * Infection communautaire présumée acquise en dehors de l hôpital. PLAN PROPOSÉ 1. Généralités I/ LES

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007

EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007 EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007 TUBERCULOSE MALADIE TUBERCULOSE INFECTION MYCOBACTERIE TUBERCULOSIS = BK = bacille de KOCH

Plus en détail

pred mesuré % CVF 2,57 1,95 76 VEMS 2,16 1,69 78 VEMS/CV CPT 4,57 3,54 77 DLCO 21,7 16,5 76 KCO 4,47 3,54 79

pred mesuré % CVF 2,57 1,95 76 VEMS 2,16 1,69 78 VEMS/CV CPT 4,57 3,54 77 DLCO 21,7 16,5 76 KCO 4,47 3,54 79 Une jeune femme de 24 ans, infirmière depuis 6 mois, n ayant jamais quitté la métropole, est explorée devant la découverte fortuite d une anomalie radiographique thoracique (voir ci-dessous). Elle est

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Histoire clinique. Cas de Pleurésie. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. 2 e cycle MIA - Pneumologie Année Universitaire

Histoire clinique. Cas de Pleurésie. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. 2 e cycle MIA - Pneumologie Année Universitaire M. CHAKRA (Mise ligne 25/01/08 LIPCOM) Histoire clinique Cas de Pleurésie Vous voyez en consultation une femme de 40 ans. Elle vous explique que, pendant ces dernières semaines, elle a vu apparaître une

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

Tuberculose : quelques rappels

Tuberculose : quelques rappels Tuberculose : quelques rappels cf. site de la ligue pulmonaire suisse : Centre de compétence Tuberculose: Page d'accueil 1. Tuberculose : infection ou maladie? Après une infection primaire ou primo-infection

Plus en détail

TBC I. TBC PÉRITONÉALE : 1) ÉPIDÉMIOLOGIE : 2) ANTÉCÉDENTS TUBERCULEUX : 3) PATHOGÉNIE : 4) TABLEAU CLINIQUE :

TBC I. TBC PÉRITONÉALE : 1) ÉPIDÉMIOLOGIE : 2) ANTÉCÉDENTS TUBERCULEUX : 3) PATHOGÉNIE : 4) TABLEAU CLINIQUE : I. TBC PÉRITONÉALE : TBC : Problème de santé publique. Augmentation de fréquence. Populations défavorisées. Pandémie du SIDA. Localisation péritonéale: La plus fréquente. 1) ÉPIDÉMIOLOGIE : 25-70% des

Plus en détail

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED Des étiologies multiples Polysynovite distale symétrique fixe nue : polyarthrite rhumatoïde Oligoarthrite

Plus en détail

Une histoire abdominale

Une histoire abdominale Une histoire abdominale Monsieur R est de retour en France métropolitaine et se présente à la consultation de proximité le 3 juin 2015 pour des douleurs abdominales et des accès fébriles pluriquotidiens

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane

Centre de Lutte Anti. nti- Tuberculeuse de METZ. Docteur MILLOT Viviane Centre de Lutte Anti nti- Tuberculeuse de METZ Docteur MILLOT Viviane La lutte anti-tuberculeuse La loi du 13 août 2004 : la lutte contre la tuberculose relève de l État. Possibilités de conventions avec

Plus en détail

Diagnostic biologique de la toxoplasmose

Diagnostic biologique de la toxoplasmose COURS DE COLLEGE DE MALADIES INFECTIEUSES MICROBIOLOGIE PARASITOLOGIE Diagnostic biologique de la toxoplasmose 26 Janvier 2012 Faculté de Médecine de Sousse CAS CLINIQUE N 2 Pr.Ag Fathallah Akila Faculté

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires

Pneumonies aigues communautaires Groupe Hospitalier Henri Mondor Services des urgences Pneumonies aigues communautaires DESC MU, Urgences Infectieuses Dr Alice HUTIN, CCA SAU Henri Mondor, Créteil Epidémiologie Pathologie fréquente Pathologie

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

GUIDE DE CORRECTION DE L EVALUATION NORMATIVE UNITE D ENSEIGNEMENT 2.5.S3 PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE

GUIDE DE CORRECTION DE L EVALUATION NORMATIVE UNITE D ENSEIGNEMENT 2.5.S3 PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE Vendredi 25 janvier 2012 GUIDE DE CORRECTION DE L EVALUATION NORMATIVE UNITE D ENSEIGNEMENT 2.5.S3 PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE Durée : 1 h 30 ECTS : 2 Notation : 10 points Merci de bien vouloir

Plus en détail

COMMENSALISME ET INFECTION

COMMENSALISME ET INFECTION COMMENSALISME ET INFECTION I -Les réservoirs bactériens L environnement Bactéries saprophytes L homme, les animaux Bactéries commensales 1 - Flore environnementale Réservoir de micro-organisme : Eau Surface

Plus en détail

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne guide-prescripteur-cimzia_ea-15-0009_exe.indd 1 10/02/2015 13:58 Ce Guide s inscrit dans le cadre du Plan de

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

1) Quel diagnostic précis devez-vous évoquer devant ce tableau? Sur quels arguments?

1) Quel diagnostic précis devez-vous évoquer devant ce tableau? Sur quels arguments? Module 12 Cas clinique n 1 : Professeur PACHECO Enoncé. Mme P, 38 ans, se présente aux urgences pour douleurs abdominales et vomissements depuis 24 heures. Ses antécédents sont marqués par une surcharge

Plus en détail

1. Observations cliniques et examens paracliniques (4 points) 2. La tuberculose pulmonaire (2,5 points)

1. Observations cliniques et examens paracliniques (4 points) 2. La tuberculose pulmonaire (2,5 points) Monsieur X, 39 ans, se présente aux urgences pour une pneumopathie respiratoire se manifestant par une toux quinteuse persistante. l interrogatoire, il s avère que monsieur X, originaire d un pays d frique

Plus en détail

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB

Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB Traitement anti-tuberculeux guidé par la biologie moléculaire : un essai clinique randomisé, multicentrique, national : FAST-TB 1 CO-INVESTIGATEUR COORDONNATEUR Dr Nathalie De Castro (Saint-Louis) MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

TUBERCULOSE Évaluer et prendre en charge un «SUJET CONTACT»

TUBERCULOSE Évaluer et prendre en charge un «SUJET CONTACT» TUBERCULOSE Évaluer et prendre en charge un «SUJET CONTACT» Alain Théry Médecin Généraliste; DIU Tuberculose; CLAT d'evreux La tuberculose en France Incidence faible : < 10 nouveaux cas / 10 5 habitants

Plus en détail

Un risque professionnel? Des nouveautés. Historique

Un risque professionnel? Des nouveautés. Historique Un risque professionnel? Information/dépistage des soignants dans le cadre de la découverte d'une tuberculose chez un patient hospitalisé depuis plusieurs mois JF Gehanno Service de médecine du travail

Plus en détail

RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES

RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES Introduction Les risques biologiques et sanitaires professionnels peuvent

Plus en détail

Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG

Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG Arthrite septique à Mycobacterium avium puis sepsis sur PTG Case report Bibliographie Discussion LIGNEL A. (interne) POLARD J-L (PH) Service d Orthopédie et Traumatologie CHU Rennes Mme L, 67 ans ATCD

Plus en détail

LA TUBERCULOSE. 8 millions de nouveaux cas/an dont 3 millions de décès (dont 58% en Asie, 15% en Afrique et 5% pour les pays industrialisés).

LA TUBERCULOSE. 8 millions de nouveaux cas/an dont 3 millions de décès (dont 58% en Asie, 15% en Afrique et 5% pour les pays industrialisés). LA TUBERCULOSE DEFINITION = Maladie infectieuse, contagieuse, à tropisme respiratoire privilégié, due au Bacille de Koch ou Mycobacterium Tuberculosis. Transmission inter-humaine par voie aérienne exclusivement.

Plus en détail

L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE

L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE Ligue Luxembourgeoise de Prévention et d Action médico-sociales L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE La Tuberculose est une maladie contagieuse qui n a pas disparu de notre pays. Toute personne peut être atteinte

Plus en détail

Tuberculose des carnivores domestiques. Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire

Tuberculose des carnivores domestiques. Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire Tuberculose des carnivores domestiques Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire Introduction M. tuberculosis, M. bovis >> M.avium Importance: Hygiénique Source

Plus en détail

VIH - SIDA. V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017

VIH - SIDA. V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017 VIH - SIDA V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017 V I H Virus de l Immunodéficience Humaine lorsqu une personne est infectée par ce virus, celui-ci va détruire les lymphocytes T4 apparition de maladies

Plus en détail

CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS

CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS CAS CLINIQUE ARISTIDE NTAHE ANESTHESIE REANIMATION CHU ANGERS Femme de 29 ans enceinte de 24 SA ATCDs : maladie de crohn méningite appendicectomie tabagisme actif G1P0 Traitement : IMUREL(aziathropine)

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Tuberculose maladie Actualisation juillet 2012 Juillet 2012-1- Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme

Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme Chapitre 8 : la gestion du risque infectieux par l organisme Thème corps et santé J MASSON Collège Henry Berger Il y a risque infectieux ou risque d infection dès lors qu un micro-organisme pathogène ou

Plus en détail

D après l examen physique, quel syndrome clinique suspectezvous chez ce patient? Syndrome d épanchement pleural liquidien gauche (pleurésie) (4)

D après l examen physique, quel syndrome clinique suspectezvous chez ce patient? Syndrome d épanchement pleural liquidien gauche (pleurésie) (4) DOSSIER 1 Monsieur B., 47 ans, consulte aux urgences pour une gêne respiratoire évoluant depuis trois semaines, dans un contexte fébrile. Il fume depuis l âge de 17 ans, 20 cigarettes par jour. Il avoue

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Dossier 1. Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal.

Dossier 1. Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal. Dossier 1 Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal. Hémogramme : Hémoglobine : 12,4 g/dl VGM : 93 μm 3 CCMH : 33 % Réticulocytes

Plus en détail

Dossier Progressif Dyspnée aiguë et chronique 201. Hémoptysie

Dossier Progressif Dyspnée aiguë et chronique 201. Hémoptysie Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés INVS: Contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE Intervention CORE VIH Guyane

NOTE DE SYNTHESE Intervention CORE VIH Guyane NOTE DE SYNTHESE Intervention CORE VIH Guyane Intervention du Docteur Leïla ADRIOUCH PRESENTATION du CORE VIH Guyane Le CORE VIH (Coordination Régionale de lutte face au Virus de l Immunodéficience Humaine)

Plus en détail

V. Rabier (1), P. Abgueguen (1), C. Lemarié (2), N. Lerolle (3), J. Picquet (4), P. Priou(5), JM Chennebault (1)

V. Rabier (1), P. Abgueguen (1), C. Lemarié (2), N. Lerolle (3), J. Picquet (4), P. Priou(5), JM Chennebault (1) V. Rabier (1), P. Abgueguen (1), C. Lemarié (2), N. Lerolle (3), J. Picquet (4), P. Priou(5), JM Chennebault (1) (1) Service des maladies infectieuses et tropicales (2) Laboratoire de bactériologie (3)

Plus en détail

Dossier ECN - Thérapeutique

Dossier ECN - Thérapeutique PNT ossier N - Thérapeutique uteurs :. UMS ix-marseille Université HU TIMON Principaux items testés: N 207. Sarcoidose N 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes

Plus en détail

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche UN GROS GENOU Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche ATCD: adénome prostatique, prothèse de hanche droite, HTA, diabète II, goutte, hypercholesterolémie Traitement: AMAREL, COZAAR, ZYLORIC 100, ZOCOR,

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE LA TUBERCULOSE DIGESTIVE I - Introduction Problème de santé publique +++ Deux millions de décès par an dans le monde Atteinte digestive : rare Localisation péritonéale = la plus Fréquente deslocalisations

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Tuberculose maladie

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Tuberculose maladie ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Tuberculose maladie Juin 2017 ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 29 TUBERCULOSE MALADIE Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

Tuberculose et lieux de privation de liberté

Tuberculose et lieux de privation de liberté Tuberculose et lieux de privation de liberté Etat des lieux Docteur Jean-Luc BOUSSARD, Centre hospitalier Marc Jacquet, Melun Données épidémiologiques - InVS données issues de la déclaration obligatoire

Plus en détail

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Rappel anatomique Les adénopathies médiastinales tuberculeuses sont : Parfois unilatérales (latéro-trachéales ) Le plus souvent bilatérales et asymétriques

Plus en détail

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme QCM Niveau : Troisième Thème : Risque infectieux et protection de l'organisme Pour chaque question, il vous est donné quatre propositions A, B, C et D. Une, deux ou trois propositions peuvent être exactes.

Plus en détail

LE ROLE DE L INFIRMIER(E) EN LIEN AVEC LES EXAMENS DE LABORATOIRE LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

LE ROLE DE L INFIRMIER(E) EN LIEN AVEC LES EXAMENS DE LABORATOIRE LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE LE ROLE DE L INFIRMIER(E) EN LIEN AVEC LES EXAMENS DE LABORATOIRE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE Connaître le rôle infirmier dans la réalisation De l hémoculture De la ponction lombaire Savoir les normes des

Plus en détail

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 Le syndrome de réaction inflammatoire généralisée Ce terme doit être préféré à celui de syndrome de réponse inflammatoire systémique employé dans la Cim. Les

Plus en détail

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 1 INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 millions de personnes infectées dans le monde /25 millions

Plus en détail

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique Les états de choc Choc septique Insuffisance circulatoire aigüe secondaire à un processus infectieux responsable d une inadéquation entre besoin et apport en oxygène et pouvant entrainer une défaillance

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

Le bacille est capable de survivre à l extérieur du corps humain pendent trois mois cependant sans pouvoir se multiplier.

Le bacille est capable de survivre à l extérieur du corps humain pendent trois mois cependant sans pouvoir se multiplier. La Tuberculose Est une maladie infectieuse causée par l organisme mycobacterium tuberculosis. Il s agit d un bacille ( c.à.d une bactérie allongée en forme de bâton) de 5µm de longueur. Il est aussi appelé

Plus en détail

CORRIGÉ DU CONCOURS Berck sur Mer 2014 (École de Masso-Kinésithérapie)

CORRIGÉ DU CONCOURS Berck sur Mer 2014 (École de Masso-Kinésithérapie) CORRIGÉ DU CONCOURS Berck sur Mer 2014 (École de Masso-Kinésithérapie) Biologie : correction réalisée par Mr LAIGNIER Laurent Correction proposée et non officielle Toute reproduction interdite www ma-prepa-concours.com

Plus en détail

AntiTNF et Tuberculose

AntiTNF et Tuberculose AntiTNF et Tuberculose A.Fissah Service de Pneumologie, CHU de Bab el oued Réunion de Consensus sur la Maladie de Crohn Institut Pasteur, Delly Brahim 25-26 Septembre 2013 Anti TNF et Tuberculose: Problématique

Plus en détail

Affections Respiratoires & Maladies Allergiques

Affections Respiratoires & Maladies Allergiques EPU95-Montmorency Affections Respiratoires & Maladies Allergiques Mise à jour du 13 Mai 2007 LA TUBERCULOSE EN 2006 Pr. Ch. PERRONNE Unité des Maladies Infectieuses et Tropicales - Hôpital Raymond Poincaré

Plus en détail

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 INTRODUCTION CONSENSUS Méthode de consultation et de débat ayant pour finalité d aider à la prise de décision S inscrit dans une volonté d améliorer les pratiques

Plus en détail

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires IFSI 21/10/2014 G. Bellaud PLAN Introduction Arthrite aigue Ostéomyélite aigue Spondylodiscite Infection sur prothèse ostéoarticulaire

Plus en détail

«Actualités» relatives à la maîtrise du risque infectieux en EHPAD. Dr Vincent STOECKEL PH coordonnateur ARLIN

«Actualités» relatives à la maîtrise du risque infectieux en EHPAD. Dr Vincent STOECKEL PH coordonnateur ARLIN «Actualités» relatives à la maîtrise du risque infectieux en EHPAD Dr Vincent STOECKEL PH coordonnateur ARLIN Journée Régionale de Formation et d Information ARLIN Champagne Ardenne Vendredi 18 Avril 2014

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

Contexte. Transmission soignant-soigné de la tuberculose. Tuberculoses professionnelles à l AP-HP recensées par les médecins du travail

Contexte. Transmission soignant-soigné de la tuberculose. Tuberculoses professionnelles à l AP-HP recensées par les médecins du travail Transmission soignant-soigné de la tuberculose Dominique Abiteboul Service de santé au travail - GERES Hôpital Bichat - Claude Bernard -Paris Contexte Signalement des infections nosocomiales : outil pour

Plus en détail

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III.

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III. Table des matières CHAPITRE 1. ALLERGIES ET HYPERSENSIBILITÉS CHEZ L ENFANT 13 ET L ADULTE : ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES, DIAGNOSTIQUES ET PRINCIPES DE TRAITEMENT I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Traitement de l infection tuberculeuse latente (ITL) au cours de l infection VIH Pierre Tattevin

Traitement de l infection tuberculeuse latente (ITL) au cours de l infection VIH Pierre Tattevin Traitement de l infection tuberculeuse latente (ITL) au cours de l infection VIH Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes INSERM U835, Université

Plus en détail

Ex-Aequo, Sid Aids Migrants et la Plate-Forme Prévention Sida se mobilisent contre la recrudescence des IST. Focus sur la syphilis.

Ex-Aequo, Sid Aids Migrants et la Plate-Forme Prévention Sida se mobilisent contre la recrudescence des IST. Focus sur la syphilis. Communiqué de presse, 30 octobre 2013 Une nouvelle campagne de sensibilisation sur la syphilis ; portée par plusieurs associations de prévention des IST/sida. Création d un nouveau site sur les IST : www.preventionist.org

Plus en détail

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Pr Pierre Hausfater SAU Pitié-Salpêtrière et UPMC Univ-Paris06, Paris U Le diagnostic positif

Plus en détail