Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse"

Transcription

1 Un Hollandais mordu d Alsace Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse

2 S.H 64 ans Marié, 3 enfants Ancien chef d entreprise Splénectomie, vagotomie Pas de traitement Pas d autres voyages 2 Chiens

3 Promenade dans le vignoble la veille pendant la journée Fièvre brutale, Vomissements, Dyspnée Admis aux urgences TA: 80/40 mmhg Créatinine: 188 μmol/l, GB: 7350 /mm 3, hk:3mmol/l, C.R.P: 20mg/l Pas de foyer évident, Hémocultures

4 C.H.E.M Urgences TA: 90/40 mmhg, T = 39,5 légère Somnolence, douleurs abdominales Pas de syndrome méningé franc quelques lésions cutanées ( extrémités des doigts) Hydratation

5 Questions A: Transfert du patient B: Compléter le bilan C. Vous avez déjà le diagnostic!

6 C.H.E.M Ponction lombaire Tomodensitométrie Cérébral : s.p Thoracique: emphysème, pas d E.P ou de pneumopathie ADP sous carénaire Abdominal: s.p

7 Questions A: Digestive:Nourriture, conserves B: Cutanée C: Respiratoire D: Vous avez peut être le diagnostic!

8 ????

9 C.H.E.M Urgences- Réa TA: 90/40 mmhg, T = 39,5 légère Somnolence, douleurs abdominales quelques lésions cutanées ( extrémités des doigts) Discret purpura C.I.V.D débutante GB : 33000/mm3, créatinine:271 μmol/l, urée: 12,5mmol/l, hk:3mmol/l, Ac Lactique: 7,65 mmol/l

10 En Réanimation Clinique: Aggravation de son état hémodynamique Majoration rapide des troubles de la conscience I.Respiratoire aiguë Lésions cutanées En 2 heures Biologie: aggravation insuffisance rénale aiguë C.I.V.D

11 En Réanimation Clinique: Etat de choc Coma Défaillance Multiviscérale Insuffisance rénale aiguë Biologie: aggravation insuffisance rénale aiguë C.I.V.D

12 En Réanimation Traitement: Remplissage Antibiothérapie Ventilation contrôlée documentation de l état de choc Catécholamines, Hémodialyse

13 Evolution Nécrose de 3 orteils Flutter ETT: pas d endocardite Douleur épaule: pas d ostéo arthrite Infection urinaire

14 Frottis: Inclusion granulocytaire

15 ???????????????????????????????? anaplasma paludisme Spécificité Hollandaise Autre diagnostic

16

17 CO 2 Frottis: Inclusion granulocytaire

18

19 Evolution Amélioration de l état de choc Trachéotomisé? Reprise d une fonction rénale Infection urinaire Nécrose de 3 orteils

20 Avez vous le diagnostic? Choc septique Capnocytophaga canimorsus avec défaillance multiviscérale

21 S.H 64 ans Marié, 3 enfants Ancien chef d entreprise Splénectomie, vagotomie Pas de traitement Pas d autres voyages 2 Chiens

22 Capnocytophaga spp BGN, non encapsulé, aérobie, anaérobie facultatif, capnophiles mobiles par glissement 7 espèces décrites Capnocytophaga ochracea Capnocytophaga gingivalis Capnocytophaga sputigena Capnocytophaga granulosa Capnocytophaga haemolytica Flore buccale homme Capnocytophaga canimorsus Capnocytophaga cynodegmi Flore physiologique gueule du chien+++/ chat

23

24 Capnocytophaga spp Histoire 1961: premier cas décrit 1976: identification BGN: méningite (épidémiologie différente du sepsis),1976: identifica sepsis 1989: C canimorsus BGN fusiforme Culture lente jusqu à 14 jours 484 cas humains documentés

25 Capnocytophaga spp Mécanismes de transmission Griffure Morsure léchage Facteurs de risques Éthylisme chronique Asplénisme (intervalle entre splénectomie et infection de 8 mois à 52 ans) Granulopénie Corticothérapie au long cours Inhibition macrophage, survie dans les phagocytes

26 Diagnostic Diagnostic difficile Culture lente Hémoculture (88%) L.C.R (7%) Culture ( plaies) P.C.R

27 clinique Fièvre (85%) Douleurs abdominales (21%),Diarrhée, abdomen chirurgical Vomissements (18%) Céphalées ( 18%) Confusion (12%) Myalgie ( <10%) C.I.V.D, choc septique (7%) Méningite Taux de mortalité élevé (26%)

28 clinique S.H.U Arthrite, ostéomyélite Anévrysme mycotique Syndrome de Waterhouse-Friderichsen Atteinte cutanée

29 Traitement Antibiotiques: Se Pénicilline A Pénicilline A/ IBL C3G Pip/ Taz Antibiotiques: R Aminoglycosides Pénicilline M Colistin C1G Formes modérées: Clindamycine, FQ

30 Conclusion 1 semaine 3 semaines A Retenir Peu connu, splénectomisé, chiens domestiques Tableau clinique brutal, Choc septique, Fatal Durée d incubation 3j: sepsis 10j: méningite Culture lente

Du sepsis au choc septique

Du sepsis au choc septique Du sepsis au choc septique Amel FILALI Journée nationale de formation des infirmier(es) en infectiologie Lille, le 08 juin 2016 Définitions classiques Adapté de Bone et al. 1992 Un continuum INFECTION

Plus en détail

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique Les états de choc Choc septique Insuffisance circulatoire aigüe secondaire à un processus infectieux responsable d une inadéquation entre besoin et apport en oxygène et pouvant entrainer une défaillance

Plus en détail

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE - 1 - APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE A. Cardio-vasculaire 1. Toute douleur thoracique doit faire pratiquer un électrocardiogramme. 2. Toute douleur épigastrique doit faire pratiquer un électrocardiogramme.

Plus en détail

Sémiologie des Etats de choc

Sémiologie des Etats de choc Sémiologie des Etats de choc Dr CHEN CHI SONG 12/11/2012 1 Introduction Urgence vitale Reconnaître Diagnostiquer étiologie Traiter 12/11/2012 2 Définition Etat de choc: survenue d une hypotension artérielle:

Plus en détail

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les suites d une angine Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Définition/Epidémiologie Nécrobacillose = septicémie à Fusobacterium + Thrombose

Plus en détail

Choc septique. DU Prise en charge des situations d urgences. Dr Julien Charpentier

Choc septique. DU Prise en charge des situations d urgences. Dr Julien Charpentier DU Prise en charge des situations d urgences Choc septique Dr Julien Charpentier Praticien hospitalier Réanimation médicale - Cochin julien.charpentier@aphp.fr Choc septique Fréquent: 10% admissions en

Plus en détail

Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble

Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble Infections nosocomiales à Bacillus T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble Cas Clinique Jade R. J6: syndrome apnéique Bilan infectieux et Antibiothérapie probabiliste J10: Résultats du bilan

Plus en détail

Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale

Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale Complications neurologiques symptomatiques de l'endocardite infectieuse : contributions de l'irm cérébrale T. Goulenok, P. Longuet, J.J. Laurichesse, I. Klein, C. Leport, B. Iung, X. Duval. 1 à propos

Plus en détail

23 Octobre ATMANI Salima

23 Octobre ATMANI Salima 1 Capnocytophaga sputigena : germe saprophyte de la flore oropharyngée, impliqué principalement dans les affections parodontales BGN de la famille des Flavobactériaceae, appartenant au groupe HACCEK (Haemophilus,

Plus en détail

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières Sepsis Prise en charge et codage PMSI Syndrome de réponse inflammatoire systémique Les infectiologues ont défini la notion de syndrome de réponse inflammatoire. Cette classification qui date de 1992 permet

Plus en détail

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Le choc septique Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Définitions Etat de choc: inadéquation prolongée entre les apports en O2 et la demande tissulaire en O2 (très souvent corréléàune baisse

Plus en détail

Conduite à tenir devant une fièvre aigue récente. Dr Charaoui

Conduite à tenir devant une fièvre aigue récente. Dr Charaoui devant une fièvre aigue récente Dr Charaoui Définitions Hyperthermie pathologique dérèglement du centre hypothalamique régulateur de la température ss l action de pyrogènes Fièvre T > 37,5 C le matin et

Plus en détail

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Epiderme Derme

Plus en détail

Une observation de pneumonie nécrosante à Staphylococcus aureus producteur de toxine de Panton et Valentine

Une observation de pneumonie nécrosante à Staphylococcus aureus producteur de toxine de Panton et Valentine Une observation de pneumonie nécrosante à Staphylococcus aureus producteur de toxine de Panton et Valentine Dr J.-Y. NIZOU Laboratoire Biomnis Ivry sur Seine La leucocidine de Panton et Valentine : Responsable

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel

Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium. Rémy Hurstel Macrophages pseudo-gaucher et infection à Mycobacterium avium Rémy Hurstel Historique du patient Patient de sexe masculin né en 1934 Diagnostic de leucémie prolymphocytaire T CD 4+ réalisé en avril 2013

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

L endocardite infectieuse

L endocardite infectieuse L endocardite infectieuse IFSI Nantes 2011-2012 Dr D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Nantes 1 A- Définition Greffe et multiplication, au niveau de l endocarde valvulaire, d un agent

Plus en détail

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille COPACAMU 2011 Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées Cas cliniques Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille Cas clinique 1 Femme de 36 ans, sans ATCD Séjour touristique

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

LEPTOSPIROSE A propos d un cas. G. Lhéritier DESC Réanimation médicale Limoges, le 16 sept 2009

LEPTOSPIROSE A propos d un cas. G. Lhéritier DESC Réanimation médicale Limoges, le 16 sept 2009 LEPTOSPIROSE A propos d un cas G. Lhéritier DESC Réanimation médicale Limoges, le 16 sept 2009 Histoire Clinique Patiente âgée de 30 ans Consommation régulière de cannabis et d ecstasy Pancréatite aiguë

Plus en détail

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Formes cliniques et prise en charge Patrice POUBEAU G. BORGHERINI Service Maladies Infectieuses G H Sud Réunion Marie Pierre MOITON Dominique FERRANDIZ

Plus en détail

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique.

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique. Absence d anticorps d anti HéparineH parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite par l héparine l chez le patient septique. Docteur Cécile Chopard Anesthésiste CHI Eure-Seine Evreux 31 Mai

Plus en détail

Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales

Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Fièvres hémorragiques Les virus Arenaviridae Bunyaviridae Flaviviridae Filoviridae Virus Ebola Virus Marburg

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Arthur est un jeune père de famille. Il a reçu une greffe rénale il y a 3 ans. La fonction rénale est bonne et tout va bien. Durant sa visite de

Arthur est un jeune père de famille. Il a reçu une greffe rénale il y a 3 ans. La fonction rénale est bonne et tout va bien. Durant sa visite de Arthur est un jeune père de famille. Il a reçu une greffe rénale il y a 3 ans. La fonction rénale est bonne et tout va bien. Durant sa visite de contrôle il mentionne avoir des céphalées plus importantes

Plus en détail

Guide d utilisation de la procalcitonine

Guide d utilisation de la procalcitonine Guide d utilisation de la procalcitonine bit.ly/procalcitonine Jeannot Dumaresq, microbiologiste-infectiologue CISSS de Chaudière-Appalaches 21 mars 2016 Généralités sur la procalcitonine (PCT) Prohormone

Plus en détail

ostéo articulaire Dr E. Senneville

ostéo articulaire Dr E. Senneville Modalités s du diagnostic de l infection ostéo articulaire Dr E. Senneville Clinique d Orthopédie Traumatologie, CHRU de Lille Service Universitaire Régional des Maladies Infectieuses, CH GustaveDronTourcoing

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Pseudomonas aeruginosa

Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Bacilles à Gram négatif Mobiles (ciliature polaire) Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Pigmentation bleu-vert

Plus en détail

CAS CLINIQUE M. F. DESC Maladies infectieuses Octobre Dr MELOT Dr BOYER CHAMMARD CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre

CAS CLINIQUE M. F. DESC Maladies infectieuses Octobre Dr MELOT Dr BOYER CHAMMARD CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre CAS CLINIQUE M. F. DESC Maladies infectieuses Octobre 2015 Dr MELOT Dr BOYER CHAMMARD CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre M. F., 24 ans ATCD : Infection aiguë par le Chikungunya en 2014 AVP en août 2014

Plus en détail

INFECTIEUX : LEPTOSPIROSE

INFECTIEUX : LEPTOSPIROSE INFECTIEUX : LEPTOSPIROSE Répartition mondiale mais prédominance tropicale. I = 0,53/100 000 hab en métropole 14/100 000 dans les Antilles Prédomine chez l'homme sex ratio 3/1 5 à 20% de décès Zoonose

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

La prise en charge du crush syndrome en pré-hospitalier et en hospitalier. Nathalie Schepers Infirmière SIAMU DMC U09 / U1020

La prise en charge du crush syndrome en pré-hospitalier et en hospitalier. Nathalie Schepers Infirmière SIAMU DMC U09 / U1020 La prise en charge du crush syndrome en pré-hospitalier et en hospitalier Nathalie Schepers Infirmière SIAMU DMC U09 / U1020 2 Plan de l exposé Définition Etiologie Physiologie Complications La prise en

Plus en détail

Conférence de méthodologie. Description d une iconographie. Révision des images les plus courantes.

Conférence de méthodologie. Description d une iconographie. Révision des images les plus courantes. Conférence de méthodologie Description d une iconographie. Révision des images les plus courantes. M. Garnier - octobre 2009 Consignes Lisez les résumés cliniques succincts puis décrivez et interprétez

Plus en détail

Purpura d Henoch-Schönlein. Dr. Sergio Manzano

Purpura d Henoch-Schönlein. Dr. Sergio Manzano Purpura d Henoch-Schönlein Dr. Sergio Manzano 1 Introduction Epidémiologie Etiologie Diagnostic clinique Diagnostic différentiel Examens complémentaires Définition de cas Complications Traitement Suivi

Plus en détail

SEDGHIANI Ines Centre d assistance Médicale Urgente Journée du collège Juin 2013

SEDGHIANI Ines Centre d assistance Médicale Urgente Journée du collège Juin 2013 SEDGHIANI Ines Centre d assistance Médicale Urgente Journée du collège Juin 2013 L insuffisance rénale aiguë (IRA) compliquant les hémopathies malignes est fréquente et grevée d une morbimortalité importante.

Plus en détail

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie

Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre, V Gazaille SIME, Service de Pneumologie Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française pour la prise en charge des pneumopathies aiguës communautaires : Evaluation au CHU de Limoges à travers un audit clinique A Vergnenègre,

Plus en détail

DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues

DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues Un homme de 65 ans est pris en charge par une équipe du SAMU pour une perte de connaissance. Le médecin se trouvant sur les lieux de l'accident trouve un patient

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse Cas clinique - Patient de 70 ans, - Antécédents:. Diabète de type II sous ISL. Prothèse mécanique

Plus en détail

Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation

Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation Dr Jean-Etienne Herbrecht Réanimation médicale - Hautepierre 18 ème Rendez-vous de l urgence 27 janvier 2010 Syndromes

Plus en détail

Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation

Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation Pronostic des patients d onco-hématologie en réanimation Rébecca Hamidfar-Roy Réanimation Médicale CHU de Grenoble Actualités En Réanimation 14 Novembre 2013 Oncohématologie/Réanimation Facteurs liés à

Plus en détail

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie 6 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie Docteur Elise Fiaux Service des Maladies Infectieuses CHU de Rouen Laboratoire GRAM EA2656 Mr

Plus en détail

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Pr Pierre Hausfater SAU Pitié-Salpêtrière et UPMC Univ-Paris06, Paris U Le diagnostic positif

Plus en détail

Les infections respiratoires basses

Les infections respiratoires basses Les infections respiratoires basses Francine de Salvador Bronchites Pneumonies Les différents niveaux Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES N de version: 01 Date d'application: Mars 2010 Réf.: CMUB-004 Pagination : 1 de 5 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 004 Rédacteurs Dr Minerva FADDOUL, Dr Emmanuel VIGREUX Date Mars

Plus en détail

Les manifestations rénales de la leptospirose: 88 cas

Les manifestations rénales de la leptospirose: 88 cas F-03 Les manifestations rénales de la leptospirose: 88 cas AfiriM (1)., Amara KhorbaA. (2), Ait KaidD. (3) 1-Service des maladies infectieuses,chu Nedir Mohamed,Tizi-Ouzou, Algérie 2-Institut Pasteur,

Plus en détail

DECOMPENSATION ACIDOCETOSIQUE DIABETIQUE

DECOMPENSATION ACIDOCETOSIQUE DIABETIQUE DECOMPENSATION ACIDOCETOSIQUE DIABETIQUE Diabète type 1 >> type 2 Secondaire ou révélatrice (mortalité 5 %) Complication favorisée par : - infection - accident cardio-vasculaire - grossesse - chirurgie

Plus en détail

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse Mme D, 45 ans, admise en réanimation pour choc cardiogénique sur intoxication

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un homme, 47 ans, diabétique sous ADO, se présente aux urgences pour fièvre et douleur de la jambe droite et vomissements évoluant depuis 48 heures. A l examen : T = 39 C Placard rouge chaud

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

EQUILIBRE ACIDE- BASE. V.Moulaire Juin 2007

EQUILIBRE ACIDE- BASE. V.Moulaire Juin 2007 EQUILIBRE ACIDE- BASE V.Moulaire Juin 2007 Objectif Maintien de la concentration en ions H+ dans les secteurs extra et intra cellulaires Gazométrie artérielle Valeurs normales: ph = 7,38-7,42 PCO2 = 38

Plus en détail

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015

Cas Clinique. Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale. Martin Clermont 09/01/2015 Cas Clinique Infection urinaire compliquée sur Polykystose rénale Martin Clermont 09/01/2015 Présentation du cas Patiente de 79 ans. Suivie depuis 50 ans pour une polykystose rénale autosomique dominante.

Plus en détail

Cas cliniques. Docteur Mahaut Leconte DU urgence

Cas cliniques. Docteur Mahaut Leconte DU urgence Cas cliniques Docteur Mahaut Leconte DU urgence Cas n 1 Un homme âgé de 56 ans se présente aux urgences pour une douleur abdominale péri-ombilicale d apparition brutale, évoluant depuis 4 heures, associée

Plus en détail

Cas particulier du choc septique. Etat hémodynamique hyperdynamique

Cas particulier du choc septique. Etat hémodynamique hyperdynamique Choc septique Cas particulier du choc septique Etat hémodynamique hyperdynamique Sepsis et sepsis sévère définition de 1992 SIRS (syndrome de réponse inflammatoire systémique) : si deux ou plus des conditions

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Infections chez le sujet âgé 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Plan 1. Généralités 2. Le patient âgé 3. Séméiologie des principales pathologies infectieuses

Plus en détail

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique. Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique. Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux Paludisme grave Prise en charge thérapeutique Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux Paludisme en France? Paludisme d importation 4000 à 5000 cas/an en France Une centaine de cas graves Plasmodium

Plus en détail

34eme Journee du College Lorrain de Medecine d Urgence Abbaye des Premontres PAM Mardi 12 juin 2012

34eme Journee du College Lorrain de Medecine d Urgence Abbaye des Premontres PAM Mardi 12 juin 2012 34eme Journee du College Lorrain de Medecine d Urgence Abbaye des Premontres PAM Mardi 12 juin 2012 Dr Marie CONRAD PH Réanimation médicale CHU NANCY Hôpital central Femme 74 ans DNID (diamicron, glucophage)

Plus en détail

Predictive value of N-terminal pro-brain natriuretic peptide in severe sepsis and septic shock.

Predictive value of N-terminal pro-brain natriuretic peptide in severe sepsis and septic shock. Predictive value of N-terminal pro-brain natriuretic peptide in severe sepsis and septic shock. Varpula, Marjut MD; Pulkki, Kari MD, PhD; Karlsson, Sari MD; Ruokonen, Esko MD, PhD; Pettila, Ville MD, PhD

Plus en détail

ABORD DIAGNOSTIQUE ET CONDUITE A TENIR. Professeur Ch. RABAUD Lundi 26 Février 2007

ABORD DIAGNOSTIQUE ET CONDUITE A TENIR. Professeur Ch. RABAUD Lundi 26 Février 2007 ABORD DIAGNOSTIQUE ET CONDUITE A TENIR Professeur Ch. RABAUD Lundi 26 Février 2007 Définition Hyperthermie pathologique due au dérèglement du centre hypothalamique régulateur de la température, sous l

Plus en détail

Interprétation des gaz du sang Troubles acido-basiques

Interprétation des gaz du sang Troubles acido-basiques Interprétation des gaz du sang Troubles acido-basiques Réanimation médicale Service de Réanimation médicale Hôpital de Hautepierre Max GUILLOT 2013 Plan Quelques rappels de physiologie Quelques trucs sur

Plus en détail

ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE. O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux

ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE. O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux MALADIE RARE Endocardite infectieuse 0,24 ; (27 patients en 7 ans) liew et al. I.E. in childhood:

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Méningites bactériennes Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Introduction Pathologie grave mais rare But : ne pas manquer

Plus en détail

ETATS DE CHOC. Pression artérielle = DC/VSC/RVP. DC = pré-charge/post charge/ves/fc PPC = PAM-PIC

ETATS DE CHOC. Pression artérielle = DC/VSC/RVP. DC = pré-charge/post charge/ves/fc PPC = PAM-PIC ETATS DE CHOC Insuffisance aiguë de la perfusion cellulaire entraînant une ischémie et une hypoxie cellulaire. La cellule entre alors dans un métabolisme anaérobie avec production d acide lactique entraînant

Plus en détail

Gaz du sang : interprétation des analyses

Gaz du sang : interprétation des analyses Gaz du sang : interprétation des analyses Conditions d interprétation Pour évaluer correctement une anomalie des gaz du sang, il faut connaître : 1. Gazométrie artérielle : ph, PaO 2, PaCO 2. HCO 3-, BE

Plus en détail

Critères d admission SIPO et soins continus

Critères d admission SIPO et soins continus Critères d admission SIPO et soins continus G. Lebuffe Pôle d anesthésie-réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille, France Soins intensifs: Décret 2002 D 124-104 Unité prenant en charge les patients

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Justifications : La fièvre Q est une zoonose causée par Coxiella burnetii, bactérie intracellulaire stricte. Les études séro-épidémiologiques démontrent

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie Cas Clinique Mme F. Jeanne, 82 ans est hospitalisée dans le service de Gériatrie le 21/01/2004. Elle est adressée par son médecin traitant pour d aggravation de sa démence et demande de placement. ATCD

Plus en détail

Madame M. P, 48 ans. Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale

Madame M. P, 48 ans. Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale Madame M. P, 48 ans Toxicomanie IV sevrée par Subutex (mésusage) 67 kg Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale 01-03: engourdissement puis paralysie

Plus en détail

La fièvre boutonneuse méditerranéenne (FBM) Présenté par le Dr BOUHABEL Maamar Maître assistant en Maladies infectieuses / HMRU Constantine

La fièvre boutonneuse méditerranéenne (FBM) Présenté par le Dr BOUHABEL Maamar Maître assistant en Maladies infectieuses / HMRU Constantine La fièvre boutonneuse méditerranéenne (FBM) Présenté par le Dr BOUHABEL Maamar Maître assistant en Maladies infectieuses / HMRU Constantine Définition Entropozoonose due à Rickettsia Conorii, coccobacille

Plus en détail

Gonflé!! Cas clinique ARCO Juin 2012

Gonflé!! Cas clinique ARCO Juin 2012 Gonflé!! Cas clinique ARCO Juin 2012 HDM H 48 ans adressé aux urgences par son médecin traitant pour malaise et chute au domicile sans perte de connaissance après efforts de vomissement Est resté au sol

Plus en détail

12 èmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud-Ouest novembre E. TENTILLIER SAMU 33, CHU Bordeaux

12 èmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud-Ouest novembre E. TENTILLIER SAMU 33, CHU Bordeaux 12 èmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud-Ouest 25-26 novembre 2011 E. TENTILLIER SAMU 33, CHU Bordeaux Qui régule les appels pédiatriques? Samu Centre 15 de la Gironde du 1 er novembre 2010 au 31

Plus en détail

. Ces malaises l'angoissent beaucoup, la handicapent sur son lieu de travail, mais n'entraînent pas de perte de connaissance.

. Ces malaises l'angoissent beaucoup, la handicapent sur son lieu de travail, mais n'entraînent pas de perte de connaissance. CAS CLINIQUE 6. Melle P, 26 ans, se plaint depuis quelques mois de malaises accompagnés de troubles visuels, de sueurs et de céphalées survenant à distance des repas et cédant partiellement après re sucrage..

Plus en détail

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011 ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE Jeudi 14 avril 2011 AS THOLOZAN, A BOURTEMBOURG, N MOTTET, A ATASSI, C MEZHER, F LEUNG, JJ TERZIBACHIAN,

Plus en détail

Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas

Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas Pro-hormone de la calcitonine Elle est secrétée par de nombreuses cellules de l organisme (FOIE++) en réponse à une agression infectieuse (bactérienne

Plus en détail

Livret de l externe de 4 ème De médecine

Livret de l externe de 4 ème De médecine Livret de l externe de 4 ème De médecine année Stage hospitalier de réanimation DEPARTEMENT URGENCE-REANIMATION Période de stage Du / / Au / / Année universitaire : 20.. 2 20.. 1 2 IDENTIFICATION DE L

Plus en détail

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN)

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN) Patiente de 41 ans à J d une greffe rein-pancréas, complications vasculaires : thrombose de l'artère puis de la veine du transplant, syndrome fébrile à 39, confusion et agitation Le 10/07 quels items radiologiques

Plus en détail

Opacités alvéolaires floues bilatérales Non systématisées De topographie plutôt basale Péri-hilaire Pas d épanchement pleural.

Opacités alvéolaires floues bilatérales Non systématisées De topographie plutôt basale Péri-hilaire Pas d épanchement pleural. - Homme de 47 ans - ATCD : HTA, tabagisme 15 PA, - - Dyspnée depuis 2 semaines d aggravation progressive, crépitants bilatéraux - hématurie microscopie, arthralgies bilatérales (épaules), myalgies, purpura.

Plus en détail

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004

Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé. Besançon, le 25 mars 2004 Les méningo-encéphalites virales du sujet âgé Besançon, le 25 mars 2004 Paradoxe Difficulté diagnostique «Facilité de traitement» Rappels Tissu nerveux «fonction neurologique» «support» Neurones Tissu

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique. Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G.

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique. Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G. ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE - Cas clinique Dr Pierre-Julien ROGEZ SAU CHR G. DRON TOURCOING Histoire de la maladie Priscilla, 20 ans, consultant

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Complications et décompensations aigues des maladies inflammatoires chroniques (non digestives) de l enfant

Complications et décompensations aigues des maladies inflammatoires chroniques (non digestives) de l enfant Complications et décompensations d aigues des maladies inflammatoires chroniques (non digestives) de l enfant Olivier RICHER Hôpital des enfants CHU Bordeaux Cas clinique 1 Pierre 5 ans Pas d antd antécédents

Plus en détail

Homme de 47 ans. LAM secondaire à une maladie de Vaquez. Précédent CT 15 jours auparavant.

Homme de 47 ans. LAM secondaire à une maladie de Vaquez. Précédent CT 15 jours auparavant. Homme de 47 ans. LAM secondaire à une maladie de Vaquez. Précédent CT 15 jours auparavant. apparition de nodules hépatiques, spléniques, pulmonaires, de collections intramusculaires, d infarctus splénique;

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 PLAN Généralités Méningites Pneumopathies Infections urinaires Infections intra abdo Infections parties molles Endocardites Sepsis

Plus en détail

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Désormais toutes les équipes d onco-hématologies utilisent des voies veineuses de longue durée (DIVLD) pour l administration

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Les atteintes extra rénales du Purpura rhumatoïde

Les atteintes extra rénales du Purpura rhumatoïde Les atteintes extra rénales du Purpura rhumatoïde B Llanas Hôpital des enfants / Bordeaux brigitte.llanas@chu-bordeaux.fr Néphropathies à IgA primitives Atteinte rénale exclusive Rein +/- peau +/- articulations

Plus en détail

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Dr Romain Borel SAU-SAMU-SMUR Nancy COLMU 11/12/2007 Céphalées aux urgences : épidémiologie

Plus en détail

CNER 16. Connaître les critères d hospitalisation et de gravité des infections bronchopulmonaires de l adulte.

CNER 16. Connaître les critères d hospitalisation et de gravité des infections bronchopulmonaires de l adulte. Comité de rédaction............................................................. V Abréviations.................................................................. XI Objectifs élaborés par le pour l enseignement

Plus en détail

Epidémiologie à cas par an en France. Mortalité : Implication économique ans 15 cas / ans et plus 34 cas / 1000

Epidémiologie à cas par an en France. Mortalité : Implication économique ans 15 cas / ans et plus 34 cas / 1000 Epidémiologie 1 400 000 à 600 000 cas par an en France L incidence augmente avec l âge 60-74 ans 15 cas / 1000 75 ans et plus 34 cas / 1000 Mortalité : > 65 ans : 10% des Pneumopathies aigues communautaires

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Fièvre aiguë chez l adulte. Critères de gravité d un syndrome infectieux (203) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Cours de bactériologie et virologie

Plus en détail

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays MÉLIOÏDOSE CHEZ LE VOYAGEUR: A PROPOS D UN CAS ET REVUE DE LA LITTÉRATURE Mémoire pour la Capacité de Médecine Tropicale, année 2014-2015 présenté par: Dr Souandou Tabibou Dirigé par: M. le Pr Eric Caumes

Plus en détail

Cas clinique Mme A. DESC MALADIES INFECTIEUSE OCTOBRE 2015 Dr BOYER CHAMMARD, Dr MELOT CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre

Cas clinique Mme A. DESC MALADIES INFECTIEUSE OCTOBRE 2015 Dr BOYER CHAMMARD, Dr MELOT CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre Cas clinique Mme A. DESC MALADIES INFECTIEUSE OCTOBRE 2015 Dr BOYER CHAMMARD, Dr MELOT CHU de la Guadeloupe Pointe-à-Pitre Mme A., 42 ans Le 19/01/2015 : consulte au SAU Motif d hospitalisation: depuis

Plus en détail