Espace Info Energie. Sur-isolation. Facteur 4. Énergies renouvelables. étanchéité à l air. Gaz à effets de serre. Eco-matériau.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Espace Info Energie. Sur-isolation. Facteur 4. Énergies renouvelables. étanchéité à l air. Gaz à effets de serre. Eco-matériau."

Transcription

1 Facteur 4 Énergies renouvelables Coût global Eco-matériau Santé. Humidité Matériau «puits de carbone» Eau chaude solaire Label BBC, Effinergie Sur-isolation VMC double flux Conception bioclimatique Développement Durable Qualité de l air 1 Combien ça coûte??? étanchéité à l air Gaz à effets de serre Chauffage au bois Puits canadien Espace Info Energie P.A.C Isolation écologique Samuel COURGEY Technicien référent - Formateur

2 Température ( C) Un défi à gagner ensemble! Années

3 Température ( C) Un défi à gagner ensemble! Années

4 Consommation énergétique d un bâtiment sur sa vie entière Chauffage Eau Chaude Sanitaire Construction Electricité spécifique Répartition des consommations d énergie. Moyenne. Maison existante / Est de la France 4

5 Consommation énergétique d un bâtiment sur sa vie entière Chauffage Eau Chaude Sanitaire Construction Electricité spécifique Répartition des consommations d énergie. Moyenne. Maison existante / Est de la France 5

6 De plus, avec une facture énergétique de 1600 Euros en moyenne, la performance du parc n est pas compatible avec le coût à venir de l énergie. Pour une facture actuelle de 1000 : Coût du chauffage, en uro constant, sur Pour une augmentation de l énergie de 2 % par an Pour une augmentation de l énergie de 4 % par an Pour une augmentation de l énergie de 6 % par an Pour une augmentation de l énergie de 8 % par an...10 ans...20 ans...30 ans...40 ans...50 ans Réalisons qu une rénovation BBC divise la note de chauffage par 3 à 8! 6

7 Plusieurs types de performances : Ventil. 12% Toiture 28% Ventil. 25 % Toiture 5 % P&F 11% P&F 25 % PT 5% Murs 19 % PT 12 % Murs 24% Sols 21% Chauffage : 280 kwh/m²an* Sols 14 % Chauffage : 50 kwh/m²an* Maison non isolée anneés 60 Rénovation BBC effinergie * Consommations moyenne de chauffage, en kwh énergie primaire par m² Shon 7

8 Mais comment rendre un bâtiment performant, comment lui faire atteindre le niveau «BBC»? 8

9 Les clés du bâtiment «basse consommation» Une addition de bons sens et de solutions optimisées Dessin AJENA d après MINERGIE Compacité, densité Ouverture au soleil / protections solaires Choix de parois et/ou parements int. lourds Ventilation ajustée (hygro B, double flux ) Isolation et vitrages très performants Enveloppe étanche à l air Ponts thermiques limités Optimisation des installations (Chauffage, Eau Chaude Sanitaire ) Utilisation d ENR, principalement pour l ECS (solaire, PAC) 9

10 Pour rendre un bâtiment performant Les clés du bâtiment «basse consommation» Une addition de bons sens et de solutions optimisées Dessin AJENA d après MINERGIE Compacité, densité Ouverture au soleil / protections solaires Choix de parois et/ou parements int. lourds Ventilation ajustée (hygro B, double flux ) Isolation et vitrages très performants Enveloppe étanche à l air Ponts thermiques limités Optimisation des installations (Chauffage, Eau Chaude Sanitaire ) Utilisation d ENR, principalement pour l ECS (solaire, PAC) 10

11 Pour rendre un bâtiment performant Les clés du bâtiment «basse consommation» Une addition de bons sens et de solutions optimisées Dessin AJENA d après MINERGIE Compacité, densité Ouverture au soleil / protections solaires Choix de parois et/ou parements int. lourds Ventilation ajustée (hygro B, double flux ) Isolation et vitrages très performants Enveloppe étanche à l air Ponts thermiques limités Optimisation des installations (Chauffage, Eau Chaude Sanitaire ) Utilisation d ENR, principalement pour l ECS (solaire, PAC) 11

12 Pour rendre un bâtiment performant Une isolation conséquente Les références évoluent! U en W/m².K Valeurs «repère» BBC/effinergie (U) Valeurs «repère» Habitat passif (U) Ép. d isolant équivalent * Toitures 0.15 à à 50 cm Murs 0.30 à à 35 cm Sols sur terre plain 0.40 à à 30 cm Autres sols 0.30 à à 30 cm * Calculs «épaisseur d isolant» réalisés avec un lambda de 0.04 W/mK et sans ponts thermique intégrés 12

13 Une isolation performante c est Des parois sans ponts thermiques L importance du choix du système constructif Déperditions par mètre de pourtour de dalle (et % des déperd. sur une hauteur d étage) ψ = 0,99W/mK (63%) ψ = 0,64W/mK (52%) ψ = 0,16 W/mK (21% ) ψ = 0,06 W/mK (3% ) * Pour un mur isolé aux performances BBC moyennes soit 0,23 W/mK 13

14 Une isolation performante c est Des parois sans ponts thermiques L importance du choix du système constructif Déperditions par mètre de pourtour de dalle (et % des déperd. sur une hauteur d étage) ψ = 0,99W/mK (63%) ψ = 0,64W/mK (52%) ψ = 0,16 W/mK (21% ) ψ = 0,06 W/mK (3% ) * Pour un mur isolé aux performances BBC moyennes soit 0,23 W/mK 14

15 Une isolation performante c est L importance du choix du système constructif Déperditions par mètre de pourtour de dalle (et % des déperd. sur une hauteur d étage) ψ = 0,99W/mK (63%) Des parois sans ponts thermiques Mais attention, le bâtiment est un tout, et, si le pont thermique d about de dalle disparaît avec l ITE, oublier dans ce système de traiter finement les tours de baies et les bas de murs en génère d aussi importants : On ne fait alors que déplacer ψ = 0,64W/mK (52%) le problème! ψ = 0,16 W/mK (21% ) ψ = 0,06 W/mK (3% ) * Pour un mur isolé aux performances BBC moyennes soit 0,23 W/mK 15

16 Une isolation performante c est Des parois étanches à l air Essai de quantification des pertes thermiques dues à une étanchéité non continue sur laine minérale. Avec une fente de 1mm pour 1m² d isolant, la valeur U chute de 0.30 à 1.44 W/m²K soit un pouvoir isolant divisé par 4.8. Source: Institut de physique du bâtiment- Stuttgart. Essai réalisé avec une différence de pression ext/int de 20 Pa. 16

17 La diversité du parc existant 17

18 . La diversité du parc existant Bâti ancien Bâti industrialisé Bâti réglementé 11 millions de logements 9 millions de logements 13 millions de logements Chauffage : de 100 (ou 200?), à 300 (ou 500?) kwhep/m².an Chauffage : de 250 à 500 kwhep/m².an Chauffage : de 60 à 300 kwhep/m².an? Présence de matériaux sensibles à l eau. Façades souvent jugées esthétiques Peu de matériaux sensibles à l eau. Esthétique plutôt décriée... Peu de matériaux sensibles à l eau. Esthétique variable... 18

19 . La diversité du parc existant Bâti ancien Bâti industrialisé Bâti réglementé 11 millions de logements Chauffage : de 100 (ou 200?), à 300 (ou 500?) kwhep/m².an C est le plus 9 millions de logements déperditif, et le Chauffage : de 250 à 500 kwhep/m².an plus facile à rénover : En rénovation 13 millions de logements globale ou en Chauffage : de 60 à 300 kwhep/m².an commençant par les points les? Présence de matériaux sensibles à l eau. Façades souvent jugées esthétiques A traiter en Peu de priorité matériaux sensibles! à l eau. Esthétique plutôt décriée... plus fuyards : ventil, baies, Peu de matériaux sensibles toiture à l eau. Esthétique variable... 19

20 . La diversité du parc existant Bâti ancien Bâti industrialisé Bâti réglementé 11 millions de logements Chauffage : de 100 (ou 200?), à 300 (ou 500?) kwhep/m².an? Présence de matériaux sensibles à l eau. Façades souvent jugées esthétiques C est le plus 9 millions de logements déperditif, et le Chauffage : de 250 à 500 kwhep/m².an plus facile à rénover : A traiter en Peu de priorité matériaux sensibles! à l eau. Esthétique plutôt décriée millions de logements Traitons d abord les points les plus Chauffage : de 60 à 300 kwhep/m².an fuyards : Ventilation, et/ou baies, et/ou réisolation du Peu de matériaux sensibles toit à l eau. Esthétique variable... 20

21 . La diversité du parc existant Bâti ancien 11 millions de logements Chauffage : de 100 (ou 200?), à 300 (ou 500?) kwhep/m².an? Présence de matériaux sensibles à l eau. Façades souvent jugées esthétiques Bâti industrialisé Bâti réglementé 9 C est millions de le logements Traitons 13 millions de d abord logements Si plus des questions subsistent sur déperditif, et le les points les plus plus facile à Chauffage : de leurs performances Chauffage réelles, : de 60 ils 250 à 500 à 300 kwhep/m².an kwhep/m².an n atteignent néanmoins fuyards jamais : rénover : A traiter en Peu de priorité matériaux sensibles! à l eau. Esthétique plutôt décriée... Bâtiments anciens. le niveau Ventilation, BBC et/ou Il faudrat donc les baies, et/ou réisolation du Peu de matériaux sensibles toit à l eau. Esthétique variable... isoler! 21 Mais en tenant compte de leur aspect patrimonial et de leur fonctionnement hygrothermique.

22 . La diversité du parc existant Le mur ancien. Absence, en bas de mur, de coupure radicale de remontées capillaires. Éventuelle présence de matériaux : - putrescibles (colombages, nez de poutres ) ; - dont la cohésion dépend du taux d humidité (pisé, pierres hourdées à la terre ) Le «fonctionnement» du mur ancien doit être compris avant de recevoir une isolation. Et celle-ci devra peut-être être capillaire? avec un frein de vapeur? sans matériaux putrescibles? 22

23 ... Et lorsque l on ne peut pas vraiment isoler les murs? 23

24 ... Lorsque l on ne peut pas vraiment isoler? En : plus de corriger les ponts thermiques et d étancher à l air les parois : Pose d une isolation de faible épaisseur coté int. et/ou ext. et lorsque ce n est par possible : Projection d un enduit (vraiment) isolant coté int. et/ou ext. et lorsque ce n est par possible : Pose d un parement intérieur à faible effusivité (après avoir vérifié que ça ne fait pas prendre de risques vis à vis du confort d été). Pose de panneaux en silicate de calcium Parement «chaud» (enduit chanvre-chaux) T Enduit : 17 C Pose d un enduit isolant (0.06 < λ< 0.10) T Granit : 11 C 24

25 ... Lorsque l on ne peut pas vraiment isoler? En plus de corriger les ponts thermiques et d étancher à l air les parois : Pose d une isolation de faible épaisseur coté int. et/ou ext. et lorsque ce n est par possible : Projection d un enduit (vraiment) isolant coté int. et/ou ext. et lorsque ce n est par possible : Pose d un parement intérieur à faible effusivité (après avoir vérifié que ça ne fait pas prendre de risques vis à vis du confort d été). Parement «chaud» (enduit chanvre-chaux) Pose de panneaux en silicate de calcium T Enduit : 17 C Pose d un enduit isolant (0.06 < λ< 0.10) 25 T Granit : 11 C

26 En guise de conclusion! 26

27 En guise de conclusion! Rénovation du bâti existant! - Que sait-on? Où va t on? 1. Il faut rénover à terme l ensemble du parc. 2. Cet immense chantier est une opportunité économique, climatique, environnementale et sociale. 3. La majorité des acteurs estime que le niveau BBC est un premier repère pertinent. 4. Le temps et le soin à apporter lors des phases «diagnostic», «conception», «mise en œuvre» et «gestion de chantier» ne correspondent pas aux habitudes actuelles. Nécessité de sensibiliser, former et donner les moyens aux professionnels d assurer des prestations de qualité! 27

28 En guise de conclusion! Rénovation du bâti existant! - Comment faire? 1. Partir d un bâtiment sain... Et s il ne l est pas, le «corriger» 2. L isoler fortement : Isolation conséquente... Avec un minimum de ponts thermiques, avec une étanchéité à l air réelle et des mises en œuvre qui assurent la pérennité du bâti et de ses performances 3. Installer (bien) des équipements ajustés aux besoins... entre autre la ventilation 4. Ne pas «tuer le gisement» (d économies d énergie) en ne faisant, sur les postes traités, que «la moitié du chemin» que l on fasse les travaux en une fois ou par étapes! 28

29 En guise de conclusion! Rénovation du bâti existant!. Des pistes (techniques) non encore exploitées : 1. Composer plus finement avec les parements int. (surface laissée rugueuse, choix de matériaux hygroscopiques ) 2. Le potentiel des enduits (vraiment) isolants, et des «super» isolants (isolants sous vide et nanogel) 3. Transformer tout ou partie du mur sud en surface captrice (mur capteur, serre solaire, isolation transparente...) 29

30 Les éco-matériaux? Matériaux bio-sourcés, à faible énergie grise, puits de carbone, matériaux de En guise de conclusion! Rénovation du bâti existant!. Des pistes (environnementales) encore sous exploitées : réutilisables, issus de récupération, filières locales... Utilisation d énergies renouvelables? Chauffage bois, plancher solaire, réseau de chaleur sur géothermie profonde... Production d énergie? Photovoltaïque, co-génération bois... 30

31 En guise de conclusion! Rénovation du bâti existant Nous ne sommes pas au milieu du gué, nous approchons seulement la rivière. Il faut donc travailler en conséquence, c est à dire, prudemment ( faire preuve de bon sens, comprendre avant de décider, prendre le temps de se former...) Sauf mention contraire : - les photos sont de l Arcanne, de l ouvrage «L isolation thermique écologique» (éd. terre vivante) ou d Internet ; - les dessins sont d Arcanne ou de «L isolation thermique écologique» ( Sylvain Huiban ou Hervé Nallet) - les autres illustrations sont de l association Arcanne. 31

32 Facteur 4 Énergies renouvelables Coût global Eco-matériau Santé. Humidité Matériau «puits de carbone» Eau chaude solaire Label BBC, Effinergie Sur-isolation VMC double flux Conception bioclimatique Développement Durable Qualité de l air 32 Combien ça coûte??? étanchéité à l air Gaz à effets de serre Chauffage au bois Puits canadien Espace Info Energie P.A.C Isolation écologique Samuel COURGEY Technicien référent - Formateur

Ouvrir l appétit. Réaliser que si l objectif est ambitieux, les pistes sont nombreuses. Inviter au. COTITA Sud-Ouest - Poitiers, le 2 juillet 2015

Ouvrir l appétit. Réaliser que si l objectif est ambitieux, les pistes sont nombreuses. Inviter au. COTITA Sud-Ouest - Poitiers, le 2 juillet 2015 Samuel COURGEY Référent technique Auteur - Formateur COTITA Sud-Ouest - Poitiers, le 2 juillet 2015 Ouvrir l appétit Réaliser que si l objectif est ambitieux, les pistes sont nombreuses Inviter au débat

Plus en détail

FRARU. Atelier 4. Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments. Mulhouse - 24 juin Bernard SESOLIS TRIBU ÉNERGIE

FRARU. Atelier 4. Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments. Mulhouse - 24 juin Bernard SESOLIS TRIBU ÉNERGIE FRARU Atelier 4 Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments Mulhouse - 24 juin 2008 Bernard SESOLIS TRIBU ÉNERGIE 206, rue de Belleville 75020 PARIS 1980 22 juin 2008 Gaz de France

Plus en détail

Construction Bois & Logement Social : du passif au positif

Construction Bois & Logement Social : du passif au positif Construction Bois & Logement Social : du passif au positif J.-M. Gremmel 1 Construction Bois & Logement Social : du passif au positif Dynamik der Niedrigenergiegebäude Perspektiven für den Holzsektor Jean-Marc

Plus en détail

Concevoir une Maison Passive

Concevoir une Maison Passive Concevoir une Maison Passive OU «Comment réaliser un Habitat Ecologique sans système conventionnel de chauffage?» Adeline Guerriat Quincay Le 28 novembre 2008 1. Le standard passif 2. Aspect technique

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves choisi de la

Plus en détail

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires La maison bioclimatique Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Sommaire Introduction Le Plan Climat Énergie du Grand Nancy et de la ville de

Plus en détail

Conception d une maison passive

Conception d une maison passive L ASDER Association Savoyarde pour le Développement des Energies Renouvelables ASDER LA MAISON DES ENERGIES Association sans but lucratif créée en 1981, 20 salariés - Conseil en matière d énergie et habitat

Plus en détail

PERFORMANCE THERMIQUE DES ENVELOPPES ÉTUDES DE CAS EN RT2012. Vincent BRAIRE Etats généraux du bois, Angers le 11 Octobre 2012

PERFORMANCE THERMIQUE DES ENVELOPPES ÉTUDES DE CAS EN RT2012. Vincent BRAIRE Etats généraux du bois, Angers le 11 Octobre 2012 PERFORMANCE THERMIQUE DES ENVELOPPES ÉTUDES DE CAS EN RT2012 Vincent BRAIRE Etats généraux du bois, Angers le 11 Octobre 2012 SOMMAIRE Les contours de la RT2012 Garantie de résultat VILLAVENIR + Atlantique

Plus en détail

COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE

COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE PASSIF, RÈGLEMENTATION THERMIQUE, BEPOS : COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE GUILLAUME MENET PASSIPHILE PAUL LIRET - DIAGOBAT Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable 13

Plus en détail

Pour une rénovation énergétique réussie. AUEG - 26 avril 2016

Pour une rénovation énergétique réussie. AUEG - 26 avril 2016 Pour une rénovation énergétique réussie AUEG - 26 avril 2016 ETAT DU PATRIMOINE Un patrimoine bâti développé et très diversifié 96 collèges (+ équipements sportifs, salles polyvalentes, ) Mis a disposition

Plus en détail

milliards milliards milliard

milliards milliards milliard 2050 9 milliards 2000 6 milliards 1800 1 milliard Des solutions pour la planète Une O.N.G. sous statut associatif depuis 25 ans 23 personnes Notre mission Introduire le changement pour préserver les ressources

Plus en détail

Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois...

Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois... Diaporama réalisé grâce à un premier travail de Bruno JARNO Humidité et transferts de vapeur d eau dans les parois... Samuel COURGEY Technicien référent - Formateur 1... En 4 parties : 1. Posons le sujet

Plus en détail

Laëtitia Gouiffes Olivier Papin Jennifer Valencia Yves Priem Robin Chouleur / EN(JEU) COLLECTIF

Laëtitia Gouiffes Olivier Papin Jennifer Valencia Yves Priem Robin Chouleur / EN(JEU) COLLECTIF UN NOUVEAU SOUFFLE POUR LES BÂTIMENTS D HEBERGEMENT DE L E.N.T.E PROGRAMME DE REHABILITATION DE TROIS BÂTIMENTS D HEBERGEMENT AU SEIN DU CAMPUS DE L ENTE SUR LE SITE D AIX-LES-MILLES UN NOUVEAU SOUFFLE

Plus en détail

Maison individuelle Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire

Maison individuelle Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire 2/48 90 m² ITR Plain-pied SHAB EST Compacité=1,23 DESCRIPTION GENERALE BATI + SYSTEME Système constructif H1b Architecture : Plain-pied SHOB : 120 m² Système de chauffage : Poêle à granulés bois Situation

Plus en détail

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT?

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? Atelier d Architecture Delsinne Concepteur Maisons Passives CEPH www.delsinnearchitecte.fr Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable

Plus en détail

Réunion Conseil Régional île de France. Olivier Barry Directeur Général

Réunion Conseil Régional île de France. Olivier Barry Directeur Général Olivier Barry Directeur Général 42 communes 6 500 logements 140 groupes Raréfaction des énergies Le contexte Gestion des ressources Prise de conscience politique à travers Le lancement du terme «facteur

Plus en détail

MPM / JT ALE St-Brieuc Appel à Projets Prébat BBC

MPM / JT ALE St-Brieuc Appel à Projets Prébat BBC Appel à Projets Prébat BBC 2008-2014 Bilan chiffré : AAP Bâtiments Basse Consommation 277 projets reçus, 252 éligibles, 177 lauréats 113 projets tertiaires et 64 résidentiels 77 projets neufs, 100 réhabilitations

Plus en détail

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Comment améliorer la performance énergétique chez vous? en LIMOUSIN L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Emilie RABETEAU Anthony BROC Jean Jaques RABACHE Conseiller INFO ÉNERGIE Qu est

Plus en détail

Présentation du logiciel. Kephi 2.2

Présentation du logiciel. Kephi 2.2 Présentation du logiciel Kephi 2.2 Ce logiciel de dimensionnement thermique utilise les algorithmes de calcul du PHI (Passiv Haus Institut) avec de nombreuses fonctionnalités en plus: Adaptation à la réglementation

Plus en détail

Le comportement thermique du bâti ancien

Le comportement thermique du bâti ancien Le comportement thermique du bâti ancien CAUE de Meurthe et Moselle Le 16 septembre 2009 Julien BURGHOLZER Responsable du groupe Construction au Centre d Études Techniques de l Équipement (CETE) de l Est

Plus en détail

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 Le Cluster Eco-Energies Objectif: Favoriser le développement économique des entreprises Domaine d activité: La filière du bâtiment performant (maîtrise de l énergie, efficacité

Plus en détail

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ Des bâtiments exemplaires avec la brique 17 rue Letellier 75O15 Paris Email : fftb@fftb.org @_FFTB_ www.briques.org Quelle est la pertinence de la maçonnerie en briques terre

Plus en détail

Les clés de la performance énergétique des bâtiments

Les clés de la performance énergétique des bâtiments Les clés de la performance énergétique des bâtiments Vincent PANISSET 14 février 2012 Présentation DDT70 AJENA, énergie & environnement en Franche-Comté 1 www.ajena.org Energie et Environnement en Franche

Plus en détail

RT «C est quand qu on va où?» André POUGET

RT «C est quand qu on va où?» André POUGET RT 2012 «C est quand qu on va où?» André POUGET Sommaire Domaine d application 3 exigences de performances globales Coefficient B Bio max: définition, modulations Coefficient C max: définition, modulations

Plus en détail

la rénovation énergétique de l habitat ancien :

la rénovation énergétique de l habitat ancien : la rénovation énergétique de l habitat ancien : 1. Quelques chiffres et quelques dates 2. Objectifs du Grenelle de l environnement 3. L approche globale et l évolution de la réglementation thermique du

Plus en détail

REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris

REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris REHABILITATION DES IMMEUBLES SIS 19 rue des Plantes Paris 75014 Selon les objectifs du Plan Climat de la Ville de Paris 1. Présentation de la résidence : 1 - Note de présentation VF L opération se situe

Plus en détail

LES ESPACES PROTEGES AU REGARD DES ECONOMIES D ENERGIE

LES ESPACES PROTEGES AU REGARD DES ECONOMIES D ENERGIE LES ESPACES PROTEGES AU REGARD DES ECONOMIES D ENERGIE Expérimentations menées dans le réseau de l ANVPAH & VSSP Séminaire «Péril sur les secteurs protégés?» TROYES 4 & 5 novembre 2010 L ANVPAH & VSSP

Plus en détail

CHAUFFER SON EAU ET SA MAISON LE SOLEIL AVEC. Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie

CHAUFFER SON EAU ET SA MAISON LE SOLEIL AVEC. Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie CHAUFFER SON EAU ET SA MAISON AVEC LE SOLEIL Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie 1/ Répartition des consommations d énergie dans un habitat moyennement isolé (années

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

CHAUFFER LE SOLEIL AVEC. Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie Profitez des aides de l Agglo en neuf et rénovation

CHAUFFER LE SOLEIL AVEC. Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie Profitez des aides de l Agglo en neuf et rénovation SON EAU CHAUFFER ET SA MAISON AVEC LE SOLEIL Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie Profitez des aides de l Agglo en neuf et rénovation 1/ Répartition des consommations

Plus en détail

La transition énergétique dans les bâtiments Evolution des pratiques. 26 avril

La transition énergétique dans les bâtiments Evolution des pratiques. 26 avril La transition énergétique dans les bâtiments Evolution des pratiques - 26 avril 2013 - 1 Présentation Le groupe ICF Habitat, filiale de la SNCF, est un acteur majeur de l habitat social en France avec

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

Un exemple de Mixité Bois-Béton

Un exemple de Mixité Bois-Béton Jean marie HAQUETTE Gilles Amblard Un exemple de Mixité Bois-Béton Résidence 'La Belle Estelle' à Candillargues Conception: Crouzet Jaumes Architectes Assistés de: Calder (structure bois béton) Alabiso

Plus en détail

Bétons isolants structurels (B.I.S)

Bétons isolants structurels (B.I.S) Bétons isolants structurels (B.I.S) NORME NF EN 206-1/ CN Présentation UMGO 11 Juillet 2014 SNBPE Rhône Alpes 1 Le Béton en France: 39 millions de m3 4 100 millions HT de Chiffre d Affaires 1 816 Centrales

Plus en détail

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons Marie-Alix VIALLE Partenaires financiers L ASDER Association Savoyarde pour le Développement des Énergies Renouvelables Association

Plus en détail

Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE

Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE Olivier Servant Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction Chef de projet Réglementation Thermique Performance énergétique

Plus en détail

LE VOLNAY. ZAC Vallée des Vignes à Amiens. Journées de la Géothermie 7 février 2013

LE VOLNAY. ZAC Vallée des Vignes à Amiens. Journées de la Géothermie 7 février 2013 LE VOLNAY ZAC Vallée des Vignes à Amiens Journées de la Géothermie 7 février 2013 LES BESOINS - Construction des nouveaux locaux d EIFFAGE Construction et Immobilier PICARDIE à Amiens - Surface programme

Plus en détail

COUPON-RÉPONSE. Nom. Prénom. Adresse. Ville.

COUPON-RÉPONSE. Nom. Prénom. Adresse. Ville. COUPON-RÉPONSE Dans le cadre d un projet de construction de type : L Maison individuelle L J ai un terrain L Je n ai pas de terrain L Rénovation/Extension Nom Prénom Adresse J envisage de réaliser ce projet

Plus en détail

Bilan énergétique global

Bilan énergétique global Bilan énergétique global I - Caractéristiques du projet Rapport 3 juin 2012 à 17:42 Fichier C:\Users\cedric\Desktop\maison natura\productions numériques\archiwizard\simulation BBC avec Archiwizard.awz

Plus en détail

Présentation CAUE /09/2007 POUGET Consultants

Présentation CAUE /09/2007 POUGET Consultants Présentation CAUE 78 20/09/2007 POUGET Consultants Sommaire Contexte «énergie / climat» Bilan énergétique RT2005 Construire autrement Labels de performance Contexte «énergie / climat» Consommations/ émissions

Plus en détail

30/03/2012. Document : Olivier LESNIEWSKI FFB-DAT Présentation / Mise à jour : Sandrine CASTANIE- b.e. azimut

30/03/2012. Document : Olivier LESNIEWSKI FFB-DAT Présentation / Mise à jour : Sandrine CASTANIE- b.e. azimut Document : Olivier LESNIEWSKI FFB-DAT Présentation / Mise à jour : Sandrine CASTANIE- b.e. azimut MDE ST-CHRISTOL 30 mars 2012 1 Le contexte La réglementation en cours RT 2005 Le niveau BBC RT 2012 et

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Isolation thermique. Page 1

Isolation thermique. Page 1 Isolation thermique Page 1 1. Définition de l isolant thermique et domaines d utilisation 2. Réglementation thermique dans le bâtiment 3. Aperçu géologique de la pierre ponce 4. Un produit miracle dans

Plus en détail

COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS

COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS ECOBAT - MARS 2010 1 ECOBAT Retour d experiences sur le label BBC-Effinergie Catherine BONDUAU Assises de l'énergie - Janvier 2010 2 Le niveau d exigence à atteindre

Plus en détail

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 La RT2012 impose le recoure aux EnR en maison individuelle, le solaire est un des moyens de répondre à cette exigence pour

Plus en détail

Architecte : Jacques Ripault RT La réponse béton

Architecte : Jacques Ripault RT La réponse béton Architecte : Jacques Ripault RT 2000 La réponse béton La nouvelle réglementation thermique RT 2000 Architecte : Michel Kagan introduction La nouvelle réglementation thermique "RT 2000" s inscrit dans le

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES 1 L opération étudiée Situation géographique 34 St Gely Hérault Zone H3 Altitude : 120 m 2 Acteurs

Plus en détail

Bâtiment du CNIDEP : bâtiment respectant les 14 cibles HQE et ayant un bilan thermique nul

Bâtiment du CNIDEP : bâtiment respectant les 14 cibles HQE et ayant un bilan thermique nul Bâtiment du CNIDEP : bâtiment respectant les 14 cibles HQE et ayant un bilan thermique nul Sommaire 1 -Présentation n du CNIDEP 2 -Présentati ion du projet 3 -Les cibles de la HQE 4 -La gestion énergé

Plus en détail

Conception hygrothermique des murs extérieurs

Conception hygrothermique des murs extérieurs Conception hygrothermique des murs extérieurs Labo «Hygrothermie» Conception hygrothermique des parois PARTIE 2 23 mars 2017 Conception hygrothermique des murs extérieurs 23/02/2017 1 de 16 Conception

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES BATIMENTS BASSE CONSOMMATION EN LANGUEDOC ROUSSILLON

L OBSERVATOIRE DES BATIMENTS BASSE CONSOMMATION EN LANGUEDOC ROUSSILLON Maison Dhenaut Saint Gély du Fesc L OBSERVATOIRE DES BATIMENTS BASSE CONSOMMATION EN LANGUEDOC ROUSSILLON Retours d Expériences 2007-2014 Cette étude a pour objectif de présenter un retour d expérience

Plus en détail

Audit énergétique des bâtiments départementaux et collèges

Audit énergétique des bâtiments départementaux et collèges Audit énergétique des bâtiments départementaux et collèges Principaux résultats AUEG - 2 juin 2015 LES BATIMENTS CONCERNEES Tous les bâtiments propriétés du Département Collèges Périmètre : 97 collèges

Plus en détail

RENOVATION DU BATIMENT 154 AVENUE THIERS LYON BUREAUX APPROCHE TECHNIQUE

RENOVATION DU BATIMENT 154 AVENUE THIERS LYON BUREAUX APPROCHE TECHNIQUE RENOVATION DU BATIMENT 154 AVENUE THIERS LYON BUREAUX APPROCHE TECHNIQUE CONTRAINTES ET ATOUTS LES CONTRAINTES : - Un bâtiment existant : pas de liberté sur les orientations - Une parcelle contrainte -

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : La PEB en 2015 : Comment l appliquer? Bruxelles Environnement Exemple 3 : Rénovation de bureaux Thomas LECLERCQ - Manuel da CONCEIÇÃO NUNES MATRIciel Objectif de la présentation

Plus en détail

ALEC Agence Locale de l Énergie et du Climat. EIE Espace Info Énergie Un service spécifique pour le particulier. Les Habiles 05/12/11

ALEC Agence Locale de l Énergie et du Climat. EIE Espace Info Énergie Un service spécifique pour le particulier. Les Habiles 05/12/11 ALEC Agence Locale de l Énergie et du Climat EIE Espace Info Énergie Un service spécifique pour le particulier Les Habiles 05/12/11 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec grenoble.org L

Plus en détail

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ),

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ), Définition Isolant : Matériau limitant les transferts d énergies entre deux systèmes (cas d un bâtiment : intérieur et extérieur) 1. Il existe différents types d isolants : Synthétiques : ils sont issus

Plus en détail

Consommations d énergie dans l habitat et enjeux du Grenelle

Consommations d énergie dans l habitat et enjeux du Grenelle Consommations d énergie dans l habitat et enjeux du Grenelle Jean-Pierre TRAISNEL CNRS, UMR AUS 7136 IFU, 4 rue Nobel, 77420 Champs sur Marne jean-pierre.traisnel@univ-paris8.fr 1 Sommaire 1. Consommations

Plus en détail

Rénover votre patrimoine

Rénover votre patrimoine Comment économiser l énergie dans ma commune? Exemples - Témoignages - Échanges Rénover votre patrimoine Intervenants Patrick MICHE, Chef de service équipements collectifs du SIDEC p.miche@sidec-jura.fr

Plus en détail

La géothermie, chauffage et rafraîchissement inf à 50 kwh/m2.an. Coefficient de Performance (COP) et coefficient d'efficacité frigorifique (EER)

La géothermie, chauffage et rafraîchissement inf à 50 kwh/m2.an. Coefficient de Performance (COP) et coefficient d'efficacité frigorifique (EER) La géothermie, chauffage et rafraîchissement inf à 50 kwh/m2.an Une pompe à chaleur est un équipement frigorifique qui fournit chaud côté condenseur et froid côté évaporateur. Par inversion de cycle, la

Plus en détail

De la conception à l usage des maisons BBC effinergie par Céquami en 2011

De la conception à l usage des maisons BBC effinergie par Céquami en 2011 De la conception à l usage des maisons BBC effinergie par Céquami en 2011 La conception : chiffres & analyses Données portant exclusivement sur les demandes de labels BBC effinergie traitées par Céquami.

Plus en détail

Ilôt "Point du jour", 41 logements sociaux passifs à Gonesse

Ilôt Point du jour, 41 logements sociaux passifs à Gonesse Ilôt "Point du jour", 41 logements sociaux passifs à Gonesse P. Gontier 1 Ilôt "Point du jour", 41 logements sociaux passifs à Gonesse Pascal Gontier Architecte FR-Paris 2 Ilôt "Point du jour", 41 logements

Plus en détail

La construction passive en action

La construction passive en action LA MAISON PASSIVE La construction passive en action NOVABUILD 18 Novembre 2016 1 SOMMAIRE 1 LA DEMARCHE PASSIVE 1.1 Le passif: 5 mesures 1.2 L isolation 1.3 Les fenêtres «chaudes» 1.4 Pas de ponts thermiques

Plus en détail

L'essentiel de la Réglementation thermique RT 2012

L'essentiel de la Réglementation thermique RT 2012 L'essentiel de la Réglementation thermique RT 2012 Ma maison, ma planète - 18/10/2011 CETE de Lyon DLCF Olivier BONNEAU Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

Plus en détail

Un corps de ferme transformé en 3 logements performants

Un corps de ferme transformé en 3 logements performants Cas pratique Un corps de ferme transformé en 3 logements performants «Cinq années passées au Sénégal, dont deux ans en pleine brousse en tant que volontaire du progrès pour le Service National, ça laisse

Plus en détail

BALADE THERMOGRAPHIQUE

BALADE THERMOGRAPHIQUE BALADE THERMOGRAPHIQUE SEPTÈMES-LES-VALLONS QUARTIER DES GENÊTS Samedi 28 février 2015 Animée par l Espace Info-Energie SOMMAIRE 1. L ALEC, une Agence pour la transition énergétique du territoire 2. Retour

Plus en détail

CONCOURS 2012 Bâtiments Basse Consommation d Énergie. Fabrice LAMOUREUX - Région Languedoc-Roussillon Réunion Club Énergies 34 du 9 février 2012

CONCOURS 2012 Bâtiments Basse Consommation d Énergie. Fabrice LAMOUREUX - Région Languedoc-Roussillon Réunion Club Énergies 34 du 9 février 2012 CONCOURS 2012 Bâtiments Basse Consommation d Énergie Fabrice LAMOUREUX - Région Languedoc-Roussillon Réunion Club Énergies 34 du 9 février 2012 OBJECTIF : EXPERIMENTER LES LABELS BATIMENT BASSE CONSOMMATION

Plus en détail

Les trois exigences fondamentales de la RT 2012

Les trois exigences fondamentales de la RT 2012 Les trois exigences fondamentales de la RT 2012 La RT 2012 comporte trois exigences de résultats définies par trois coefficients : 1. le Bbio, ou Besoin bioclimatique conventionnel, exprime les besoins

Plus en détail

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27 Communauté d agglomération des Portes de l Eure Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de l Eure ATELIER Rénovation énergétique 15 décembre 2015 - ALEC27 - CAUE27 SOMMAIRE TYPOLOGIES DE

Plus en détail

Exemple de la maison Saint-Gobain Multi-Confort

Exemple de la maison Saint-Gobain Multi-Confort Exemple de la maison Saint-Gobain Multi-Confort Anticipation des qualités requises pour les habitations futures 14/02/2012 Olivier Servant Saint-Gobain Habitat France Directeur des marchés La maison Saint-Gobain

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man AUDIT ENERGETIQUE Nom : DE MAN Prénom : QUENTIN Ville : Namur Référence : B5-6 OIKOTECH - Tél.: (+5) 6 66 ou (+5) 6 44 4 - Quentin De Man - 6, rue Xavier Brasseur - L-44 Esch-sur-Alzette Imprimé le 5//

Plus en détail

Les métiers du Bâtiment en pleine évolution

Les métiers du Bâtiment en pleine évolution Les métiers du Bâtiment en pleine évolution «Le Grenelle, un défi pour le monde du Bâtiment» 22 mai 2008 Bertrand Hannedouche Fédération Française du Bâtiment Le Grenelle de l Environnement Les indicateurs

Plus en détail

L histoire du gaz de réseau : une transition historique

L histoire du gaz de réseau : une transition historique Volume L histoire du gaz de réseau : une transition historique Ressource Vecteur Usages Charbon H 2 + CO Eclairage Cuisson Gaz naturel CH 4 Chauffage, ECS, Industrie Organisation Ressource centralisée

Plus en détail

Construction d une maison individuelle passive à Issy-les-Moulineaux

Construction d une maison individuelle passive à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle passive à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS Soucieux de limiter l impact de son logement sur le climat et sur la consommation

Plus en détail

Quelles performances énergétiques viser lors de la rénovation de logements sociaux? L expérience de Fribourg Caroline Botton - Septembre 2008

Quelles performances énergétiques viser lors de la rénovation de logements sociaux? L expérience de Fribourg Caroline Botton - Septembre 2008 Quelles performances énergétiques viser lors de la rénovation de logements sociaux? L expérience de Fribourg Caroline Botton - Septembre 2008 À Fribourg, une société de logements sociaux a décidé de rénover

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité R filter Pour une étanchéité à l air maîtrisée OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité 02 03 DES OBJECTIFS RT 2012 AMBITIEUX DES EXIGENCES DE PERFORMANCES GLOBALES DE 3 TYPES >

Plus en détail

ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE

ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE LA MAISON PASSIVE LA MAISON PASSIVE ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE AVRIL 2016 La Maison Passive France 110 rue Réaumur - 75002 Paris 01 45 08 13 35 www.lamaisonpassive.fr

Plus en détail

Facteur 4. Développement durable. Samuel Courgey - Technicien référent, Formateur, Auteur Académie de la terre 23 Mai 2012

Facteur 4. Développement durable. Samuel Courgey - Technicien référent, Formateur, Auteur Académie de la terre 23 Mai 2012 Comment s y Eco-matériau Sur-isolation retrouver et?? après Énergies renouvelables Comment avoir un VMC double bâtiment flux performant?? Matériau «puits de carbone» Gaz à effets de serre Besoin de repères!

Plus en détail

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION?

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 1 SOMMAIRE 1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 4. QUELQUES SOLUTIONS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS

Plus en détail

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 01/08/16) RT 2012

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 01/08/16) RT 2012 Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 1/8/16) RT 212 (e4tech Lesosai - Moteur 7.3..) Maitre d'ouvrage 13 - LA TISSOT 7316 - SAINT SULPICE BRUNET DUNAND FRANCK CHEMIN DE LA TESSONNIERE D'EN BAS 7329 - LA MOTTES

Plus en détail

OPTEX, LA SOLUTION D ITE SOUS BARDAGE RAPPORTÉ ISOVER POUR LA RÉNOVATION DES MAISONS INDIVIDUELLES

OPTEX, LA SOLUTION D ITE SOUS BARDAGE RAPPORTÉ ISOVER POUR LA RÉNOVATION DES MAISONS INDIVIDUELLES OPTEX, LA SOLUTION D ITE SOUS BARDAGE RAPPORTÉ ISOVER POUR LA RÉNOVATION DES MAISONS INDIVIDUELLES 1_ Maison après travaux d ITE en façade ventilée : une nouvelle façade, pour une maison embellie et valorisée.

Plus en détail

Les soirées énergisantes de la Scoples 2 rives

Les soirées énergisantes de la Scoples 2 rives Les soirées énergisantes de la Scoples 2 rives En lien avec l'association Régionale pour la Promotion de l'eco-construction Le Passif en action, retours d expériences des Vosges Vincent COLIATTI Bet TERRANERGIE

Plus en détail

EQUIPEMENT CONCERNÉ PAR LES TRAVAUX

EQUIPEMENT CONCERNÉ PAR LES TRAVAUX Formulaire : Appel à projets «Construction d équipements publics sportifs ou culturels» Date limite de réception des dossiers : 15 décembre 2011 12 h Bénéficiaire : Raison sociale :.. N SIRET : Code APE

Plus en détail

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA 1 Sommaire - La profession au sein d UNICLIMA - La ventilation en France - Concilier efficacité énergétique

Plus en détail

UNE REFLExION POUR L'AVENIR Architecture BOIS & dépendance

UNE REFLExION POUR L'AVENIR Architecture BOIS & dépendance UNE REFLExION POUR L'AVENIR... Sollicités de toutes parts, architectes, constructeurs et associations imaginent des solutions pour répondre aux nouvelles exigences en matière de développement durable.

Plus en détail

Pierre RAYNAUD Responsable du pôle Performance Environnementale et Aménagement Durable ALTO Ingénierie

Pierre RAYNAUD Responsable du pôle Performance Environnementale et Aménagement Durable ALTO Ingénierie Pierre RAYNAUD Responsable du pôle Performance Environnementale et Aménagement Durable ALTO Ingénierie ALTO Ingénierie : 50 collaborateurs Introduction 4 localisations (Paris, Bordeaux, Lyon, Nice) 2 activités

Plus en détail

Présentation de l Audit Global Partagé. 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard Montreuil. 2. Etat des lieux de la copropriété

Présentation de l Audit Global Partagé. 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard Montreuil. 2. Etat des lieux de la copropriété Présentation de l Audit Global Partagé 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard 93100 Montreuil Plan de la présentation 1. Introduction 2. Etat des lieux de la copropriété 4. Plan de financement

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE Les ingénieurs conseil d HELIASOL ont fait une visite de 3 jours dans une maison passive dont ils ont fait l étude et l optimisation thermique. L objectif était

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

Building Value. Wienerberger, toute l énergie positive de la terre cuite

Building Value. Wienerberger, toute l énergie positive de la terre cuite Building Value 4 Wienerberger, toute l énergie positive de la terre cuite Wienerberger, toute l énergie positive de la terre cuite Avec e 4 (energie, economie, ecologie, emotion), Wienerberger met en œuvre

Plus en détail

Rénovez votre maison : des solutions écologiques

Rénovez votre maison : des solutions écologiques MOHAMED AMJAHDI JEAN LEMALE Rénovez Rénovez votre maison : des solutions écologiques votre maison : des solutions écologiques Réalisez votre projet de rénovation Réduisez vos factures d énergie Donnez

Plus en détail

Développement durable. Gestion durable de l hôpital

Développement durable. Gestion durable de l hôpital Développement durable Gestion durable de l hôpital Gestion - Durable Action de gérer - Administrer pour son propre compte ou le compte d un autre - Gouverner Pour l hôpital : - Assurer la pérénité de son

Plus en détail

Les solutions pour l habitat

Les solutions pour l habitat Ventilation Pompe à chaleur Énergies renouvelables Les solutions pour l habitat motralec. 4 rue Lavoisier. ZA Lavoisier. 95223 HERBLAY CEDEX. Tel. : 0.39.97.65.0 / Fax. : 0.39.97.68.48 Demande de prix

Plus en détail

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE Dans les bâtiments performants, la quantité d énergie utilisée pour la production de l eau chaude représente une part importante des besoins d énergie et, si

Plus en détail

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label MINERGIE en Suisse www.minergie.ch Aperçu général Qu est-ce que c est Minergie produits, histoire, resultats Les different standards

Plus en détail

Réhabilitation, Rénovation, ITE Ecole de musique de Gérardmer

Réhabilitation, Rénovation, ITE Ecole de musique de Gérardmer 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Ecole de musique de Gérardmer F. Lausecker 1 Réhabilitation, Rénovation, ITE Ecole de musique de Gérardmer François Lausecker Agence Lausecker architectes

Plus en détail

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE Evaluation thermique réalisée avec PROJET Mr M 31000 TOULOUSE Date de l'étude : ENTREPRISE 25.02.2013 CLIENT sarl l'avis du menuisier Mr MULLER Richard TESSIER 8 impasse du petit bois 31140 ST LOUP CAMMAS

Plus en détail

Véronique & Dominique Rambault Ateliers RAMBAULT. Florian Giraud IDEFIA. Youssef Goudhane Energetic Performance

Véronique & Dominique Rambault Ateliers RAMBAULT. Florian Giraud IDEFIA. Youssef Goudhane Energetic Performance Véronique & Dominique Rambault Ateliers RAMBAULT Florian Giraud IDEFIA Youssef Goudhane Energetic Performance Véronique & Dominique Rambault des Ateliers RAMBAUL chef de file du GT13 Leurs besoins Pourquoi

Plus en détail

4 / Les travaux pour améliorer son logement

4 / Les travaux pour améliorer son logement 4 / Les travaux pour améliorer son logement Damville - 6 Novembre 2010 les travaux pour diminuer les besoins énergétiques des logements Les Déperditions Isoler sa maison Limiter les pertes Supprimer l

Plus en détail