F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP AVIS. sur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur"

Transcription

1 F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE CONSULTATIONS EN PLANIFICATION FINANCIERE PAR DES ENTREPRISES REGLEMENTEES ET SUR LES AMENDEMENTS 6 ET 7 SUR CE PROJET DE LOI EN MATIÈRE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF (approuvé par le Bureau le 6 mars 2014, entériné par le Conseil Supérieur le 27 mars 2014) Conseil Supérieur des Indépendants et des PME WTC III (17 ème étage) - Boulevard Simon Bolivar Bruxelles Tél. : Fax :

2 Après avoir réuni la commission sectorielle n 15 (Autres professions libérales et intellectuelles) le 27 février 2014, le Bureau du Conseil Supérieur a émis en urgence le 6 mars 2014 l avis d'initiative suivant, entériné par le Conseil Supérieur le 27 mars CONTEXTE Le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME a pris connaissance du projet de loi relatif au statut et au contrôle des planificateurs financiers indépendants et à la fourniture de consultations en planification financière par des entreprises réglementées et des amendements 6 et 7 sur ce projet de loi en matière de financement participatif. L intention du législateur est de réglementer cette activité ne faisant actuellement l objet d aucun encadrement mais pouvant avoir de grandes conséquences sur le patrimoine des personnes ayant sollicité les conseils d un professionnel en la matière. Ainsi, le projet de loi veut parvenir à son objectif de deux manières : - Contrôler l accès à la profession des personnes actuellement non soumises à un statut, qui entendant exercer à titre professionnel habituel l activité de consultation en planification financière ; - Établir des règles de conduites applicables aux planificateurs financiers indépendants, et aux entreprises réglementées qui fournissent des consultations en planification financière. Le Conseil Supérieur a pris connaissance du fait que des amendements relatifs au financement participatif seront probablement introduits. Les amendements 6 et 7 relatifs au financement participatif prévoiraient que l obligation de publier un prospectus actuellement applicable pour un montant de euros est rehaussée à euros pour autant qu un investisseur puisse engager au maximum 300 euros dans l offre publique. Avant l ouverture de l offre publique ainsi que tous les 12 mois en cas d offre continue, l offrant devrait communiquer à la FSMA tous les documents nécessaires dont il ressort que les conditions sont remplies. L activité du financement participatif serait exemptée du monopole d'intermédiation. POINTS DE VUE I. Planificateur financier A. Champ d application Le projet de loi crée un statut de planificateur financier indépendant mais il autorise les entreprises réglementées dont la liste est établie à l article 4, 3 à exercer une activité de planification financière dans la mesure où leur statut les y autorise. Parmi cette liste figurent les intermédiaires d assurances. Leur statut est déterminé par la loi du 27 mars 1995 relative à l intermédiation en assurances et en réassurances et à la distribution d assurances. Vu que le but du projet de loi est de créer un statut pour protéger les clients d une catégorie résiduaire de professionnels, le Conseil Supérieur tient à s assurer que les actes posés par les intermédiaires d assurances et les intermédiaires de crédit en relation avec leurs activités soient exclus du champ d application de cette législation. En effet, la profession d'intermédiaire d'assurances est déjà régie par un cadre réglementaire performant quant à la protection du consommateur tant au niveau national qu européen et comprenant des règles de conduites spécifiques. Il n est pas souhaitable que le statut légal de l intermédiaire 2

3 d assurances soit modifié de manière indirecte par la législation visant à réglementer un autre statut : celui de planificateur financier. C'est pourquoi il voit d'un bon œil la précision relative à l'article 4 apportée dans l'exposé des motifs selon laquelle "ne constituent pas, par exemple, des consultations en planification financières, les conseils fiscaux ou successoraux qui accompagnent la proposition au client d'un produit financier déterminé". Cependant, le Conseil Supérieur comprend que les intermédiaires d assurances, lorsqu ils exercent des activités de planning financier qui ne sont pas liées à leur statut légal, doivent respecter des règles de conduite complémentaires. B. Insécurité juridique 1. Utilisation de concepts flous Le Conseil Supérieur a relevé à plusieurs reprises l utilisation de concepts non suffisamment définis. Il s agit de : Article 11, 2 Cet article stipule que les personnes ( ) doivent posséder les qualités nécessaires au regard du besoin de garantir une gestion saine et prudente de la société. Article 12, 3 Cet article stipule que les personnes ( ) doivent disposer en permanence de l honorabilité professionnelle nécessaire et de l expertise adéquate à l exercice de la fonction. Pouvoir juger si les conditions posées par ces critères sont remplies comporte une grande part de subjectivité ce qui nuit à la sécurité juridique des prestataires. Le Conseil Supérieur estime qu il serait souhaitable de préciser davantage ce qu il faut entendre par ces critères. 2. Responsabilité L'objectif du législateur étant la protection du consommateur, le Conseil Supérieur s'étonne de ne trouver aucune disposition relative à l'étendue de la responsabilité du planificateur financier, la mesure dans laquelle sa responsabilité est engagée, etc. Ainsi, les sanctions liées à cet aspect font également défaut. 3. Assurabilité L'article 14 du projet de loi subordonne l'agrément en tant que planificateur financier indépendant à la souscription d'une assurance couvrant sa responsabilité professionnelle. Le Conseil Supérieur tient à souligner la difficulté d'assurabilité de ce type d'activité. Ainsi, il estime que le législateur, ayant posé cette exigence, doit mettre en œuvre les moyens nécessaires pour couvrir cet aspect. 4. Diplômes/formation Selon l'exposé des motifs, il relève de l'intérêt général de créer un cadre juridique de contrôle pour assurer un niveau de qualité satisfaisant des consultations de planification financière. Le Conseil Supérieur estime que la meilleure façon d'y parvenir est de déterminer le niveau de compétence requis. C'est pourquoi il déplore qu'aucun niveau de formation ou de diplôme requis ne soit repris dans le projet de loi comme référence sur laquelle se baser pour déterminer si les exigences légales sont remplies. 5. Informations à fournir - précisions Article 27, alinéa 2 Cet article donne la possibilité au Roi de préciser les informations devant être fournies par le client relativement à sa situation personnelle. 3

4 Vu les conséquences lourdes pour les professionnels en cas de non-respect de certaines conditions préalables posées par le projet de loi, le Conseil Supérieur demande, dans un souci de sécurité juridique que le Roi fasse usage de cette possibilité afin que les professionnels puissent avoir des conditions objectives sur lesquelles se baser et ainsi être sûrs de bien répondre aux exigences prescrites. C. Statut spécifique de planificateur financier indépendant Selon l article 5 du projet de loi, la consultation en planification financière peut être exercée par le biais de deux canaux : - Par des planificateurs financiers indépendants agréés par la FSMA; - Par des entreprises réglementées. L article 7, 2, 3 prévoit que seuls les planificateurs financiers indépendants peuvent utiliser le vocable "planificateur financier" dans leur dénomination sociale ou leur dénomination commerciale. Or, la dénomination sociale ou le nom commercial ont pour objectif de présenter une société vis-à-vis du public. Le Conseil Supérieur s interroge donc sur le sens de cette restriction car il ne comprend pas la raison pour laquelle le législateur ne permet pas aux entreprises réglementées, qu'il autorise pourtant à exercer l'activité de planification financière, d'utiliser l'appellation "planificateur financier" dans leur dénomination. II. Financement participatif A. Rehaussement du seuil de à euros (amendement 6) L amendement 6 prévoirait un rehaussement du seuil de à euros. Le Conseil Supérieur estime qu il est positif que les règles qui obligent les entrepreneurs à publier un prospectus soient assouplies vu que les frais de publication des offres sont actuellement élevés pour les émetteurs. Toutefois, le Conseil Supérieur tient à faire remarquer qu il serait souhaitable d avoir une réglementation harmonisée pan-européenne prévoyant une exemption complète de l obligation de prospectus sous un seuil commun européen 1. B. Un maximum de 300 euros par investisseur (amendement 6) Le rehaussement du seuil à euros ne serait valable que lorsque l investisseur n investit pas plus de 300 euros par projet. Le Conseil Supérieur n'est pas partisan d une limite de 300 euros par investissement car cela impliquera la nécessité de rassembler un plus grand nombre d investisseurs afin d'atteindre les objectifs de financement d un projet pour les projets supérieurs à euros et n'éditant pas de prospectus. Vu qu il n est pas souhaitable d imposer une limite à l investisseur, le Conseil Supérieur estime que l offrant ne doit pas fournir à la FSMA les documents nécessaires dont il ressort que la condition soit remplie avant l offre publique ainsi que endéans les 12 mois en cas d offre continue. En outre, il serait de toute façon difficile de démontrer que chaque investisseur respecte cette limite. 1 Cf. avis du Conseil Supérieur sur une consultation de la Commission européenne sur le financement participatif au sein de l UE - quelle serait la valeur ajoutée d une potentielle action de l UE et de la Belgique pour soutenir le financement participatif? 4

5 C. Exemption au monopole d'intermédiation (amendement 7) Dans le cadre de cette exemption, le Conseil Supérieur tient à faire remarquer que les plates-formes de financement participatif ne disposent pas d une structure visant l'intermédiation en soi et qu elles ne peuvent donc pas être considérées comme intermédiaires. CONCLUSION Le Conseil Supérieur comprend l objectif du projet de loi et adhère à la volonté de protection du consommateur dans le cadre de cette catégorie résiduaire de professionnels non régis actuellement par des dispositions réglementaires. Il demande qu il soit davantage tenu compte des spécificités et des garanties offertes par les professions déjà fortement encadrées dont celles d intermédiaires d assurances notamment reprises sous le concept d "entreprises réglementées" dans le cadre du présent projet de loi. Le Conseil Supérieur pense que l amendement en matière de financement participatif relatif au rehaussement du seuil à euros pour la publication d un prospectus constitue une bonne mesure mais il estime que cela ne peut pas être couplé à une limitation à 300 euros par investisseur. Enfin, le Conseil Supérieur demande d'être associé, avec les organisations professionnelles représentatives des secteurs concernés, aux travaux préparatoires des dispositions réglementaires requises pour la mise en œuvre du présent projet de loi. 5

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Agent général, courtier/agente générale, courtière (33222 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Courtier en assurances...........................................

Plus en détail

REPONSE de la CNCIF et de la CNCEF. A la Consultation de Place relative à un Nouveau Cadre pour Faciliter le Développement du Financement Participatif

REPONSE de la CNCIF et de la CNCEF. A la Consultation de Place relative à un Nouveau Cadre pour Faciliter le Développement du Financement Participatif Paris, le 14/11/2013 REPONSE de la CNCIF et de la CNCEF A la Consultation de Place relative à un Nouveau Cadre pour Faciliter le Développement du Financement Participatif La réponse suit la numérotation

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance

Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance La Fe de ration europe enne des usagers des services financiers (EuroFinUse)

Plus en détail

La limitation des actifs éligibles en Branche 23 Article 20 de la loi du 4 avril 2014

La limitation des actifs éligibles en Branche 23 Article 20 de la loi du 4 avril 2014 La limitation des actifs éligibles en Branche 23 Article 20 de la loi du 4 avril 2014 EBP - Congrès Assurance vie 22 septembre 2014 Marc GOUDEN Avocat associé Barreaux de et de Quentin de THYSEBAERT Avocat

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F Horeca - Interdiction de fumer A2 Bruxelles, le 17 octobre 2011 MH/EDJ/JP 668.2011 AVIS sur LES CONSEQUENCES DE L ARRET DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE SUR

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

ci-après, chacune séparément, "l'autorité" et ensemble, "les Autorités",

ci-après, chacune séparément, l'autorité et ensemble, les Autorités, 1 Protocole d'accord entre la Banque nationale de Belgique et l'autorité des services et marchés financiers concernant les entreprises d'investissement étrangères La Banque nationale de Belgique (ci-après,

Plus en détail

FAQ _ Intermédiaires d assurance

FAQ _ Intermédiaires d assurance FAQ _ Intermédiaires d assurance Contact : contact.intermediaires@acpr.banque-france.fr Sommaire 1. DÉFINITIONS... 2 1.1. Intermédiation en assurance... 2 1.1.1. Comment peut-on définir l activité d intermédiation

Plus en détail

Article 6 : Connaissance des caractéristiques essentielles des produits

Article 6 : Connaissance des caractéristiques essentielles des produits Distribution/Commission 2015-66 FR Code de bonne conduite relatif à la répartition des tâches entre l entreprise d assurances et l intermédiaire en assurances dans le cadre de l application des règles

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

Elles sont d application pour toutes les formations qui ont lieu après le 1 er septembre 2015.

Elles sont d application pour toutes les formations qui ont lieu après le 1 er septembre 2015. FEDAFIN REGLES DE CONDUITE DES SECTEURS DE L ASSURANCE, DE LA REASSURANCE 1, AINSI QUE DES SERVICES BANCAIRES ET D'INVESTISSEMENT RELATIVES AU RECYCLAGE REGULIER DES CONNAISSANCES PROFESSIONNELLES. Avant-propos

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne

Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne Forum Financier Liège Jean-Paul Servais, Président de la FSMA Mission de la FSMA (1/3) "En sa qualité d'autorité de contrôle, la FSMA a pour

Plus en détail

Consultation publique sur le financement participatif («crowdfunding») Réponse AFG

Consultation publique sur le financement participatif («crowdfunding») Réponse AFG LD SP AH 15 novembre 2013 Consultation publique sur le financement participatif («crowdfunding») Réponse AFG Nous tenons tout d abord à vous remercier pour cette consultation publique sur le crowdfunding.

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 21.9.2007 COM(2007) 546 final 2002/0222 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Les accords de libre-échange auxquels participe le Canada et la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés (Canada)

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA)

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Les sociétés de gestion de portefeuille 1 gérant des

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be AVIS (1) 2015/02 DU CONSEIL DE L INSTITUT DES REVISEURS D ENTREPRISES Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be Notre référence EV/VY/vy Votre référence Date 02 mars 2015 Chère Consœur, Cher Confrère, Concerne

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Orientations sur le traitement des réclamations par les intermédiaires d assurance

Orientations sur le traitement des réclamations par les intermédiaires d assurance EIOPA(BoS(13/164 FR Orientations sur le traitement des réclamations par les intermédiaires d assurance EIOPA WesthafenTower Westhafenplatz 1 60327 Frankfurt Germany Phone: +49 69 951119(20 Fax: +49 69

Plus en détail

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC Ordonnance n 2009-80 du 22 janvier 2009 (JO du 23 janvier 2009) La notion d appel public à l épargne, issue de l article 72 de la loi de 1966, manifestait

Plus en détail

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Juillet 2007 Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Table des matières Préambule...

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - Crédit consommation A04 Bruxelles, le 17 décembre 2009 MH/SL/JP AVIS D'INITIATIVE sur UN PROJET DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 12 JUIN 1991 RELATIVE

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Les planificateurs financiers

Les planificateurs financiers Les planificateurs financiers La nouvelle règlementation belge Par Christophe Steyaert Avocat Luxembourg, le 9 octobre 2014 1. Les objectifs de la nouvelle loi Ingénierie patrimoniale des «family offices»

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 441 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une proposition de loi modifiant la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (Doc 53-0831/001 à 004) Bruxelles,

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

Texte adopté par la CMP. Texte adopté par l'assemblée nationale. en deuxième lecture CHAPITRE PREMIER CHAPITRE PREMIER. Les plans d'épargne retraite.

Texte adopté par la CMP. Texte adopté par l'assemblée nationale. en deuxième lecture CHAPITRE PREMIER CHAPITRE PREMIER. Les plans d'épargne retraite. 5 TABLEAU COMPARATIF CHAPITRE PREMIER Les plans d'épargne retraite. CHAPITRE PREMIER Les plans d'épargne retraite. Article premier. Article premier. Tout salarié lié par un contrat de travail de droit

Plus en détail

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Ratio legis du règlement relatif à la formation professionnelle permanente: Le Conseil national plaide pour un

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP

FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP FICHE EXPERT HYALIN LE NOUVEAU STATUT D IOBSP 01 78 41 44 60 DEFINITION D UN IOB / IOBSP L article L. 519-1 du CMF reprend, en la précisant, la définition assurantielle, en déclarant : «Est un intermédiaire

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

F Nature relation travail A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/JC/JP 695-2012 AVIS. sur

F Nature relation travail A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/JC/JP 695-2012 AVIS. sur F Nature relation travail A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/JC/JP 695-2012 AVIS sur L'INTRODUCTION DE CRITÈRES SPÉCIFIQUES POUR LA DÉTERMINATION DE LA NATURE DE LA RELATION DE TRAVAIL DANS LES SECTEURS

Plus en détail

Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP)

Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP) Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP) Natalie LEMAIRE Christelle SQUIBB Crowdtuesday 16 septembre 2014 Le crowdfunding

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence

Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence 26 mars 2013 Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence et la qualité des comparateurs d assurances complémentaires santé sur Internet Le 10 mai 2012, le Comité consultatif

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

KKO INTERNATIONAL REALISE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR ALTERNEXT BRUXELLES ET ALTERNEXT PARIS

KKO INTERNATIONAL REALISE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR ALTERNEXT BRUXELLES ET ALTERNEXT PARIS La référence dans la production innovante et responsable de cacao Communiqué de presse Paris/Bruxelles, le 22 octobre 2015 KKO INTERNATIONAL REALISE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR ALTERNEXT BRUXELLES ET

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance EIOPA-BoS-12/069 FR Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance 1/7 1. Orientations Introduction 1. Conformément à l article 16 du règlement instituant l EIOPA 1 (European

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/339 DÉLIBÉRATION N 12/112 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 LA CROISSANCE ET L'ACTIVITÉ - (N 2447) RETIRÉ AVANT DISCUSSION AMENDEMENT N o SPE1554 présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 21,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

Chapitre 1er. Les intermédiaires d'assurances ou de réassurances

Chapitre 1er. Les intermédiaires d'assurances ou de réassurances Projet de règlement grand-ducal concernant les modalités d'agrément et d'exercice des intermédiaires d'assurances et de réassurances ainsi que des PSA Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau;

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 275/39 DIRECTIVE 2000/46/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 18 septembre 2000 concernant l'accès à l'activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance

Plus en détail

Adopté le 07.05.2008, entrée en vigueur le 01.01.2008 - Etat au 01.01.2012 (en vigueur)

Adopté le 07.05.2008, entrée en vigueur le 01.01.2008 - Etat au 01.01.2012 (en vigueur) Adopté le 07.05.2008, entrée en vigueur le 01.01.2008 - Etat au 01.01.2012 (en vigueur) RÈGLEMENT 810.05.1 fixant les normes relatives à la comptabilité, au système d information, à la révision du reporting

Plus en détail

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1

CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Nouveau modèle. Note explicative 1 CVO14051 Le 2 septembre 2014 AVIS DE CHANGEMENT D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES Nouveau modèle Note explicative 1 A. Introduction Le remplacement d un intermédiaire d assurances, à l initiative du client,

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

A V I S N 1.913 ----------------------- Séance du mercredi 5 novembre 2014 --------------------------------------------------

A V I S N 1.913 ----------------------- Séance du mercredi 5 novembre 2014 -------------------------------------------------- A V I S N 1.913 ----------------------- Séance du mercredi 5 novembre 2014 -------------------------------------------------- Projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 7 septembre 2012 Détermination

Plus en détail

PSA Professionnels du secteur d assurance

PSA Professionnels du secteur d assurance PSA Professionnels du secteur d assurance Résumé du projet de loi Luxembourg 18 avril 2012 Sommaire 1. Les buts de la nouvelle législation 2. La définition des PSA 3. La liste des PSA 4. Les traits communs

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

d éviter de se trouver confrontés à l avenir à la nécessité de revoir l ensemble du système de structure salariale. 2 Cf. article 3 b).

d éviter de se trouver confrontés à l avenir à la nécessité de revoir l ensemble du système de structure salariale. 2 Cf. article 3 b). Barèmes CCT 5.05.2008 modifiée 4.05.2009 Convention collective de travail du 5 mai 2008 (modifiée par la convention collective de travail du 4 coefficient d expérience remplaçant le critère des inspecteurs

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux caisses de crédit municipal. (Urgence déclarée.)

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux caisses de crédit municipal. (Urgence déclarée.) PROJET DE LOI adopté N 122 SÉNAT le 5 mai 1992 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif aux caisses de crédit municipal. (Urgence déclarée.) Le Sénat a modifié

Plus en détail

CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES

CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES CHARTE DES PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE RHONE-ALPES 1 PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Rhône-Alpes (GIP ONCORA),

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Le nouveau dispositif sur l intermédiation

Le nouveau dispositif sur l intermédiation Le nouveau dispositif sur l intermédiation Une directive européenne du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance vient d être transposée en droit français par la loi du 15 décembre 2005. Un décret

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Fonds de placement Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Appel au public au sens de la législation sur les fonds de placement (Appel au public / Fonds

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Intermédiaires en Assurance

Intermédiaires en Assurance Intermédiaires en Assurance 1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail