1. IMPOT SUR LE REVENU

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. IMPOT SUR LE REVENU"

Transcription

1 FLASH FISCAL janvier 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 et LOI DE FINANCES 2014 La loi de finances rectificative pour 2013 et la loi de finances pour 2014 ont été publiées au Journal Officiel du 30 décembre En voici les principales dispositions. 1. IMPOT SUR LE REVENU Barème de l impôt sur le revenu Le barème de l impôt sur les revenus 2013 est de nouveau indexé sur l inflation (estimation à 0.8%). Revenu imposable / nombre de parts fiscales Taux Formule de calcul rapide de l'impôt brut (avant plafonnement de l'avantage lié au quotient familial et autres correctifs (N = nombre de parts) N'excédant pas % 0 Compris entre et ,5% (RNGI x 0,055) (330,605 x N) Compris entre et % (RNGI x 0,14) (1 349,84 x N) Compris entre et % (RNGI x 0,30) (5 610,80 x N) Compris entre et % (RNGI x 0,41) (13 494,37 x N) Supérieur à % (RNGI x 0,45) (19 512,47 x N) Les plafonds de revenus qui sont utilisés pour l application d une douzaine de régimes d exonérations ou d abattements en matière de taxe d habitation et de taxe foncière sur les propriétés bâties augmentent de 4 %. Décote Le montant de la décote est augmenté de 480 euros à 508 euros pour les revenus Cette mesure n aura d incidences que pour les contribuables les plus modestes. Abaissement du plafond de l avantage procuré par le quotient familial L avantage maximal lié au quotient familial est abaissé de à par demi-part additionnelle, c'est-à-dire s'ajoutant au nombre de parts de base (hors exceptions). La baisse du plafond s applique à compter des revenus perçus en Cette mesure augmente de façon significative la progressivité de l'impôt sur le revenu des familles appartenant aux classes moyennes et aisées. 1

2 Le montant maximal pouvant être déduit du revenu imposable au titre de pension alimentaire en faveur des descendants restant à 5 698, il devient dans un nombre croissant de situations (pour les contribuables dont la TMI > 30%) plus intéressant de ne pas rattacher les enfants majeurs. Suppression de l exonération fiscale de la participation de l employeur aux contrats collectifs de complémentaire santé Des avantages fiscaux et sociaux sont attachés aux contrats complémentaires collectifs obligatoires en santé (maladie, maternité, accident) et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès). La loi soumet à l impôt sur le revenu le complément de rémunération constitué par la prise en charge par l employeur d une partie des cotisations à ces contrats collectifs au titre de la santé, assimilable à un avantage en nature. Ce dispositif s applique à compter des revenus Les cotisations, salariales et patronales, versées aux régimes de prévoyance d entreprise restent par contre déductibles. Néanmoins, le plafond de déduction des cotisations salariales et patronales est modifié. On retient le montant le plus faible entre 5 % PASS + 2 % rémunération annuelle brute ou 2 % X 8 PASS. Suppression de l exonération d impôt sur le revenu des majorations de retraite ou de pension pour charge de famille La majoration de pension au titre de charge de famille est désormais soumise à imposition dès l imposition des revenus Traitements et salaires : suppression de la déduction des intérêts d emprunt contractés par les salariés pour souscrire au capital d une société nouvelle Les créateurs d'entreprises peuvent déduire de leur revenu imposable, dans certaines limites et sous certaines conditions, les intérêts des emprunts qu'ils ont contractés pour souscrire au capital d'une société au cours de l'année de sa création ou au cours des deux années suivantes et qui percevront de cette société une rémunération imposable. La déduction des intérêts d emprunt contractés pour participer à des opérations de rachat d entreprise par les salariés ne peut excéder le montant brut du salaire versé à l'emprunteur par l'entreprise. Elle ne peut être supérieure à Elle est limitée aux intérêts afférents aux emprunts utilisés pour libérer le capital au cours de l'année de création de la société. Ces dispositifs sont supprimés concernant les emprunts contractés à compter du 1 er janvier Prefon, Corem et CRH et impôt sur le revenu : prorogation des conditions particulières de déduction du revenu imposable des rachats de droits A titre temporaire et de manière dégressive jusqu en 2013, les cotisations excédentaires, facultatives, correspondant à des rachats de droits aux régimes de fonctionnaires PREFON, COREM et CRH sont admises en déduction du revenu global imposable. La loi de finances rectificative proroge d un an ce régime dérogatoire dans les mêmes conditions de déduction que pour l année 2013, soit dans la limite de deux années rachetées. 2

3 2. ASSURANCE VIE Déclaration des contrats d assurance-vie Pour les contrat détenus en France A compter du 1 er janvier 2016, les assureurs et banquiers-assureurs établis en France auront l obligation de déclarer la souscription et le dénouement des contrats d assurance-vie et de capitalisation. Les contrats devront être déclarés au plus tard le 15 juin La déclaration annuelle doit comprendre : pour les contrats d assurance-vie non rachetables souscrits depuis le 20/11/1991 : le montant cumulé des primes supérieures à versées entre le 70ème anniversaire du souscripteur et le 1er janvier de l année de la déclaration, pour les autres contrats : le montant cumulé des primes versées au 1er janvier de l année de la déclaration et la valeur de rachat ou le montant du capital garanti, à la même date, lorsque son montant est supérieur ou égal à Pour les contrat détenus hors de France Les résidents fiscaux français souscrivant des contrats d'assurance-vie auprès d'organismes établis hors de France sont tenus de déclarer, sur papier libre, en même temps que leur déclaration de revenus les caractéristiques de ces contrats (référence, valeur de rachat, date d effet ). Article 990 I du CGI La fiscalité de l article 990 I du CGI (capitaux décès issus de primes versées après le 13/10/1998 avant l âge de 70 ans) est modifiée mais seulement pour la fraction taxable excédant L abattement de par bénéficiaire n est pas modifié, le taux de taxation de 20 % au-delà de l abattement est maintenu, mais désormais la fraction taxable excédant euros par bénéficiaire est imposée au taux de 31,25 % pour les décès intervenus à compter du 1er juillet Assurance-vie : Création de deux nouveaux produits d assurance vie Contrats euro-diversifiés dits «euro-croissance» Ces contrats comprennent un fonds diversifié. Contrairement à un fonds euro classique, ce fonds diversifié n offre une garantie en capital qu à l échéance fixée au contrat. De ce fait, l assureur peut orienter une partie de l actif sur des placements plus risqués et assurer un meilleur rendement. Le contrat peut être ouvert par souscription directe ou transformation d un contrat existant (sous conditions). La fiscalité en matière d impôt sur le revenu, de transmission et d ISF est identique à un contrat d assurance vie classique. La seule différence concerne les prélèvements sociaux qui ne sont plus prélèves au fil de l eau mais uniquement lors de l atteinte du terme de la garantie. 3

4 Contrats euro-transmission dits «vie-génération» Ce nouveau contrat est un contrat d assurance qui doit être investi uniquement en unités de comptes et dont 33% minimum doit être investi en actifs risqués (actions de PME et d ETI, fonds investissant dans le logement intermédiaire et social et dans l économie solidaire ). En contrepartie, l assiette taxable des capitaux décès (990 I) bénéficient d un abattement supplémentaire de 20 %. Ce régime est applicable aux contrats souscrits à compter du 01/01/2014 ou issus de transformation entre le 1 er janvier 2014 et le 1 er janvier 2016 (conservation de l antériorité fiscale). Assurance-vie et ISF Les contrats non rachetables, donc non compris dans l assiette ISF sont exclusivement : les assurances temporaires en cas de décès, les assurances de capitaux de survie et de rente de survie, les assurances en cas de vie sans contre-assurance et rentes viagères différées sans contreassurance. Cependant, les primes versées après l'âge de 70 ans sur ces contrats souscrits après le 20/11/1991 sont imposables et doivent figurer dans l'assiette de l'isf. 3. VALEURS MOBILIERES, DIVIDENDES ET PRODUITS DE PLACEMENT Réformes PEA PEA «classique» La loi revalorise le plafond de versements sur le PEA en le portant de à La loi modifie le fonctionnement du PEA de droit commun, à compter du 1 er janvier 2014 : exclusion des actions de préférence exclusion des droits ou bons de souscription ou d'attribution Les titres inscrits antérieurement pourraient être maintenus dans les PEA. Création d un PEA-PME (cumulatif avec le PEA «classique») Le «PEA-PME» est dédié aux titres de PME (petites et moyennes entreprises) et d ETI 1 (entreprises de tailles intermédiaires), cotés ou non. Le plafond de versement de ce PEA est fixé à Plus-values de cession de valeurs mobilières et de droits sociaux des particuliers Toutes les plus-values de cession de valeurs mobilières et droits sociaux sont soumises au barème progressif de l impôt sur le revenu avec des abattements pour durée de détention améliorés par rapport à ce qu il était prévu. Cependant, l imposition aux prélèvements sociaux ne bénéficie pas de cet abattement pour durée de détention. 1 ETI : entreprise ayant moins de 5000 salariés et dont le CA est inférieur à 1.5 milliard d euros ou le total de l actif bilan inférieur à 2 milliards d euros 4

5 La loi de finances pour 2014, dès les cessions réalisées en 2013, remplace les anciens abattements par : un régime de droit commun, plus favorable que l actuel, un régime d abattement majoré. Abattements classiques à compter des cessions 2013 La durée de détention est décomptée de date à date (méthode FIFO) : abattement de 50 % du montant des gains nets ou des distributions de plus values si les titres sont détenus depuis plus de 2 ans et moins de 8 ans à la date de cession ou de distribution, abattement de 65 % si ces titres sont détenus depuis au moins 8 ans. Les principaux titres éligibles, côtés ou non, sont les suivants : Valeurs mobilières et droits sociaux soumis à l IS, Titres de société non soumises à l IS (hors plus values professionnelles et immobilières), OPCVM avec plus de 75% de leurs actifs en actions ou parts de sociétés, Distributions de plus values par des OPCVM ou Fonds de Placement Immobilier. Les principaux titres non éligibles sont donc les obligations et les OPCVM diversifiés ou de taux. Les moins values supportent également l abattement. Cependant les moins values en report sur les années antérieures ne sont pas modifiées. Abattements majorés à compter des cessions 2013 Des abattements majorés sont appliqués aux plus values de cessions, sous conditions: 50 % si les titres sont détenus depuis au moins 1 an et moins de 4 ans à la date de la cession, 65 % si les titres sont détenus depuis au moins 4 ans et moins de 8 ans à la date de la cession, 85 % si les titres sont détenus au-delà de 8 ans à la date de la cession. Les abattements majorés s appliquent : au gain réalisé dans les conditions du départ en retraite du chef d entreprise avec un abattement complémentaire de par entreprise sur la plus value brute (cessions 2014), au gain résultant d une cession dans le cercle familial (cessions 2014), au gain de cession de titres de société, dénommées «nouvelles PME» (cessions 2013), respectant cumulativement certaines conditions. Remarque : quelle que soit l'année de cession, la plus-value est imposée à 100 % aux prélèvements sociaux, et sera retenue pour la détermination du revenu fiscal de référence (RFR), ce dernier étant l'assiette de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus. CSG déductible : Les plus-values non exonérées d impôt sur le revenu et soumises au barème progressif ouvrent droit à CSG déductible au titre des revenus de l année de paiement de cette CSG, soit au titre des revenus de l année suivant celle de cession. Au titre de l année suivant la cession, en cas de CSG déductible importante, on aura intérêt à profiter du revenu imposable relativement faible pour déclencher des revenus imposables au barème progressif à cette occasion. Attention, en cas de CSG déductible importante au titre de l année suivant la cession, «La fraction de CSG déductible qui ne pourrait s imputer soit en totalité, soit 5

6 partiellement sur le revenu imposable ne peut en aucun cas créer un déficit reportable sur le revenu imposable des années ultérieures ou donner lieu à un remboursement.» Tableau récapitulatif de l'imposition à l'impôt sur le revenu Cessions 2013 Abattement de droit commun au titre du délai de détention (50 % / 65 %) Abattement majoré au titre du délai de détention (50 % / 65 % / 85 %) sous conditions Exonérations d'ir : A compter des cessions cession dans le cercle familial - cession de titres de JEI (jeune entreprise innovante) Départ en retraite du chef d entreprise de PME : abattement d un tiers par année de détention au-delà de la cinquième. Abattement de droit commun au titre du délai de détention (50 % / 65 %) Abattement majoré au titre du délai de détention (50 % / 65 % / 85 %) pour les cessions de titres de PME de moins de 10 ans, les cessions dans le cercle familial et les cessions au titre du départ en retraite du chef d entreprise de PME Départ en retraite du chef d entreprise de PME: abattement de 500 K puis abattement majoré Remarque : les dispositifs de reports et de sursis seraient maintenus. Le dispositif "entrepreneur", permettant une imposition au taux de 19 % à l'ir ne s'applique ni aux cessions 2013, ni aux cessions ultérieures. LEP : Livret d épargne populaire Le Livret d épargne populaire était réservée aux contribuables payant moins de 769 d impôt, avant crédits d'impôt. La loi remplace la condition de montant de l'impôt par une condition de ressources, exprimée par le revenu fiscal de référence, à l ouverture des LEP à compter du 01/01/2014. Tempérament : Les titulaires d un LEP pourront le conserver jusqu au 31/12/2017 même s ils ne respectent pas la condition de ressources. 4. IMMOBILIER Plus-values immobilières des particuliers Les cessions de biens autres que les terrains à bâtir (à compter du 01/09/2013) Les abattements pour durée de détention applicables sont les suivants Durée de détention Impôt sur la plus value (19%) Prélèvements sociaux (15.5%) De la 6 ème à la 21 ème année 6% par an 1.65% par an Pour la 22 ème année 4% par an 1.60% par an De la 22 ème à la 30 ème année Exonération totale dès la 22 ème année 9% par an et exonération totale au bout de la 30 ème année 6

7 L abattement exceptionnel de 25% pour créer un «choc d offre» (à compter du 01/09/2013) Cet abattement exceptionnel de 25% s applique jusqu au 31/08/2014 (voir 2016 sous conditions) aux cessions d immeubles et droits immobiliers hors terrains à bâtir et cessions dans le cercle familial. Il s applique pour la détermination de l assiette nette imposable, après la mise en œuvre du nouvel abattement pour durée de détention, pour le calcul de l impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux. Les cessions de terrains à bâtir (à compter du 01/09/2013) La modification envisagée a été censurée par le Conseil Constitutionnel. Ainsi pour les terrains à bâtir le régime des abattements et de l exonération au bout de 30 ans applicable depuis le 01/02/2012 est maintenu, soit : 2% pour chaque année de détention au-delà de la 5 ème, 4% pour chaque année de détention au-delà de la 17 ème, 8% pour chaque année de détention au-delà de la 24 ème, A noter : les cessions des terrains à bâtir ou d immeubles à des organismes HLM seront à nouveau exonérées du 01/01/2014 au 31/12/2015. L imposition des cessions immobilières pour les non résidents (à compter du 01/01/2014) Les personnes physiques, fiscalement domiciliées hors de France sont, en principe, soumises à l impôt sur le revenu à raison de leurs plus-values immobilières de source française et aux prélèvements sociaux au titre des cessions réalisées à compter du 17 août Sous certaines conditions, elles peuvent toutefois bénéficier de l exonération particulière, en faveur des personnes physiques non résidentes de France, ressortissantes d un État membre de l Espace économique européen qui cèdent un immeuble constituant leur habitation en France. Cette exonération, limitée à une seule cession réalisée depuis le 01/01/2006, est subordonnée à la double condition que le contribuable ait été fiscalement domicilié en France de manière continue pendant au moins 2 ans à un moment quelconque antérieurement à la cession et qu il n y ai pas eu de mise en location du bien depuis le 1 er janvier de l année précédant celle de la cession. Par ailleurs, le montant de la plus-value exonérée est plafonné à de plus-value nette imposable. Crédit d impôt sur le revenu développement durable Sont substitués aux dix taux actuellement applicables au crédit d impôt, deux taux : 15% : dépense isolée, sous conditions de revenus ; 25% : «bouquet» de travaux d au moins deux actions. La période d appréciation de la réalisation du bouquet de travaux est élargie à 2 années. Le fait générateur du crédit d impôt est constaté au cours de l année de l achèvement du bouquet de travaux. Le crédit est recentré sur 3 composantes : l isolation thermique de l habitat, la régulation du chauffage, et les équipements de production d énergie utilisant une source d énergie renouvelable ne bénéficiant pas d autres soutiens publics (est exclu le photovoltaïque). Les propriétaires bailleurs sont exclus du bénéfice du crédit d impôt 7

8 Les dispositions ci-dessus s'appliquent aux dépenses payées à compter du 1 er janvier Aménagement des droits de mutation par décès en cas de défaut de titre de propriété immobilière A l'occasion d'une succession, certains héritiers se retrouvent parfois dans la situation de ne pas pouvoir utiliser des biens immobiliers reçus car leurs droits de propriété sont incertains. En effet, des zones du territoire national (Corse, départements d'outre-mer) ont des limites cadastrales imparfaites ou inexistantes et la dévolution successorale de ces biens est difficile à obtenir, plus particulièrement encore lorsqu ils sont en indivision. La loi prévoit, pour les successions ouvertes à compter du 30 décembre 2013 : d instaurer un délai de 24 mois pour le dépôt des déclarations de succession comportant des immeubles ou des droits immobiliers dont la propriété est incertaine ; de déduire de l'actif successoral les dépenses engagées et supportées par les héritiers d'un immeuble ou de droits immobiliers dont la propriété est incertaine, au titre des opérations de reconstitution des titres de propriété desdits immeubles; d exonérer de droits de succession les immeubles non bâtis indivis ou les droits immobiliers d'un tel immeuble inclus dans une parcelle d une valeur totale inférieure à (à lorsqu ils sont constitués de deux parcelles contiguës) et dont la propriété est incertaine. Faculté de relèvement temporaire des droits de mutation à titre onéreux La loi permet aux conseils généraux de porter de 3,80 % à 4,50 % le plafond maximal du taux de taxe de publicité foncière ou du droit d enregistrement sur les actes civils et judiciaires translatifs de propriété ou d usufruit de biens immeubles à titre onéreux pour les mutations intervenues entre le 01/03/2014 et le 29/02/2016. La loi prévoit que les délibérations notifiées aux services fiscaux au plus tard le 15/04/2014, ou entre le 01/12/2014 et le 15/04/2015, s appliquent aux actes passés et aux conventions conclues à compter du premier jour du deuxième mois suivant la notification. Monuments historiques Le bénéfice des modalités dérogatoires de prise en compte des charges foncières du régime des monuments historiques est désormais réservé aux charges supportées à raison des seuls immeubles classés ou inscrits au titre des monuments historiques ou bénéficiant du label «Fondation du patrimoine». Ainsi, un agrément ministériel ne permet plus d accéder au régime. Girardin industriel et social La loi de finances 2014 restreint le champ des investissements éligibles (chiffre d affaire entreprise inférieur à 20 M, logiciels, véhicules du type N1 ) Pour les opérations en Girardin industriel, le fait générateur de l avantage fiscal est précisé et correspond au point de départ du plan d amortissement, soit la mise en service. Les taux de rétrocession augmentent, ce qui augmente le montant disponible par plafonnement: de 62,5 % à 66 % si agrément, de 52,63 % à 56 % sans agrément, de 65% à 70% en Girardin social. 8

9 La loi Girardin subit le plafonnement global des niches fiscales, soit pour l outre mer de réduction d impôt. Néanmoins, si le Girardin est le seul avantage fiscal retenu dans le plafonnement global, les montants maximum de réduction d impôt seront les suivants : Opérations Taux de rétrocession locataire Réduction d impôt max Girardin industriel classique 56 % Girardin industriel avec agrément 66 % Girardin social 70 % En principe, ces dispositions s appliquent au 1 er juillet TVA et travaux d amélioration de la qualité énergétique des logements La loi de finances pour 2014 étend le bénéfice du taux réduit de 5,5 % aux travaux d amélioration de la qualité énergétique des logements achevés depuis plus de 2 ans. Les travaux éligibles portent sur la pose, l installation et l entretien des matériaux et équipements éligibles techniquement au crédit d impôt développement durable. 5. DIVERS Taxe sur les métaux précieux, bijoux, objets d art, de collection et d antiquité (dès le 01/01/2014) La taxation de ces actifs peut soit faire l objet d une imposition selon le régime des plus-values de cessions de biens meubles soit de la taxation forfaitaire, notamment lorsque le cédant ne peut justifier de la date et du prix d acquisition. Le régime des plus-values de cession de biens meubles est : un abattement pour durée de détention de 5 % par an au-delà de la seconde et une exonération totale au-delà de 22 ans. La taxe forfaitaire : 10% du prix de cession pour les métaux précieux, 4.5% du prix de cession pour les bijoux, objets d'art, de collection ou d'antiquité. Plus le cas échéant 0,5% de CRDS. Contribution exceptionnelle sur l impôt sur les sociétés (à compter du 31/12/2013) Relèvement à 10,7 % du taux actuel de 5 % de la contribution exceptionnelle sur l impôt sur les sociétés. Les entreprises qui sont assujetties à cette contribution exceptionnelle sont celles réalisant un chiffre d affaires supérieur à 250 millions d euros. Pour ces dernières, le taux d imposition est désormais de 38 %. TVA et œuvres d art et objets de collection ou d antiquités La loi introduit le bénéfice du taux réduit de 5,5 %, à compter du 01/01/2014, pour : les importations, les acquisitions intracommunautaires, d œuvres d art, d objets de collection ou d antiquités importés sur le territoire d un autre Etat membre de l UE, 9

10 les acquisitions intracommunautaires d œuvres d art qui ont fait l objet d une livraison dans un autre Etat membre par d autres assujettis que des assujettis revendeurs. Taxe sur les véhicules de société La loi introduit un barème de taxation supplémentaire des véhicules afin de prendre en compte les rejets autres que le CO2. Ce barème distingue les véhicules essence et les véhicules diesel. Taxe exceptionnelle sur les hautes rémunérations versées par les entreprises Le Gouvernement met en place la contribution sur les hauts revenus de 50 % payable par les entreprises attribuant des rémunérations, au sens large (dirigeants et salariés), dépassant 1 million d euro annuel plafonné à 5% du CA. Ce dispositif s applique à compter des revenus versés en La taxe n est pas déductible de l assiette de la contribution additionnelle de l impôt sur les sociétés. 10

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013: LES POINTS PRINCIPAUX A RETENIR

LOI DE FINANCES POUR 2014 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013: LES POINTS PRINCIPAUX A RETENIR LOI DE FINANCES POUR 2014 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013: LES POINTS PRINCIPAUX A RETENIR COMITÉ DIRECTEUR JANVIER 2014 INTERVENTION ÉCONOMIQUE RÉFORME DU RÉGIME D IMPOSITION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

supérieure à 250 000 et inférieure ou égale à 500 000 pour les contribuables célibataires, veufs, séparés ou divorcés,

supérieure à 250 000 et inférieure ou égale à 500 000 pour les contribuables célibataires, veufs, séparés ou divorcés, Fiscalité des particuliers Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (article 2 de la loi) - Est instaurée une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, assise sur le revenu fiscal de

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ACTUALITE PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 I. Quelle imposition pour les plus-values de cession de valeurs mobilières des particuliers

Plus en détail

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte NEWSLETTER 13 164 du 4 janvier 2014 Après nos commentaires consacrés à la loi de finances pour 2014, voici ceux qui

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu N 6 OCTOBRE 2013 Le projet de loi de finances pour 2014 (PLF) a été présenté le 25 septembre 2013 en Conseil des ministres. Sont exposées ci-après les principales mesures de ce texte. PROJET DE LOI DE

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Version 8.1 Mars 2013

Version 8.1 Mars 2013 Version 8.1 Mars 2013 Principales évolutions 1 Evolutions législatives... 2 1.1 Fiscalité Impôt sur le revenu... 2 1.1.1 Gel du barème 2013 appliqué aux revenus de 2012, revalorisation de la décote et

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Barème de l impôt sur le revenu

Barème de l impôt sur le revenu Refonte du barème Barème de l impôt sur le revenu Suppression de la première tranche d imposition au taux de 5,5 % Revalorisation des limites et seuils associés au barème de 0,5 % Barème applicable à l

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) N 4 NOVEMBRE 2012 Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013) a été déposé par le gouvernement le 28 septembre 2012 à la présidence de l Assemblée nationale. Plusieurs objectifs sont poursuivis par

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Loi de Finances pour 2014 / 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2013

Loi de Finances pour 2014 / 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2013 Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation Loi

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous rapprocher de votre cabinet comptable. 1 éléments

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Largement médiatisée, la séquence fiscale de l automne dernier s est achevée par l adoption courant décembre de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012 ainsi que de

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Plafonnement des effets du quotient

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007 Estimation de votre impôt sur les revenus 27 21/12/27 Synthèse des données et résultats Données de votre simulation Nombre de parts 1 Revenus net catégoriels Traitements et salaires, pensions et rentes

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Les plus-values réalisées par les particuliers à l occasion de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux sont en principe imposables à

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société } Cotisations de prévoyance complémentaire } Allégements et crédits d impôts } Crédit d Impôt Recherche } Crédit d Impôt Innovation } Jeunes Entreprises Innovantes } Crédit d Impôt Compétitivité Emploi

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014

LOI DE FINANCES POUR 2014 Note d information du mois de Janvier 2014 Nous vous adressons tous nos vœux de santé, bonheur et prospérité LOI DE FINANCES POUR 2014 FISCALITE DES PARTICULIERS Revalorisation des tranches du barème d

Plus en détail

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 Les principales mesures de la loi de finances adoptée pour 2013 modifient la fiscalité personnelle et patrimoniale des personnes

Plus en détail

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble

Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble Table des matières Première partie - Fiscalité de l acquisition de l immeuble 1. Régime des droits de mutation à titre onéreux... 2 1.1. Vente d un immeuble... 2 1.2. Apport d un immeuble soumis aux droits

Plus en détail