BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX"

Transcription

1 BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 - Une inégale répartition des services et des commerces

2 Les indicateurs suivants ont été réunis à partir de l inventaire communal 1998 réalisé par l INSEE et différents services de l État. Il s agit d une enquête auprès des communes pour identifier les différents équipements présents sur le territoire de celles-ci. La précédente enquête identique avait été réalisée en DES COMMUNES INÉGALEMENT DESSERVIES EN TERME D ÉQUIPEMENTS Un faible éloignement des équipements essentiels pour la population du département Le Val d Oise est l un des départements de la grande couronne dont l éloignement par rapport aux équipements est le plus faible, avec un éloignement moyen de 0,5 km. En effet, 94,6 % de la population du Val d Oise résident à moins de 2 km d une gamme de référence d équipements, et seulement 0,15 % de la population (soit 7 communes) réside à plus de 7 km de tels équipements : NIVEAU D ÉQUIPEMENT DU VAL D OISE ET DE LA GRANDE COURONNE PARISIENNE Population en % Distance à la commune fréquentée Niveau d équipement moyen Éloignement des équipements Part des communes ayant les équipements essentiels VAL D'OISE 23,3 2,9 30,5 0,5 31 % ESSONNE 24 5,35 30,5 0,55 35 % SEINE ET MARNE 23,8 5,85 25,5 1,35 17 % YVELINES 28,9 3, ,6 31 % GRANDE COURONNE 100 4, ,75 25,5 % Source : INSEE, inventaire communal 1998 Éloignement des équipements obtenu en faisant la moyenne des distances d accès à la gamme de 36 équipements ; cette distance étant pondérée pour chaque équipement par sa rareté au niveau national. Niveau d équipements essentiels : on considère ici la catégorie de communes disposant simultanément : - soit d un supermarché ou d un hypermarché, soit à la fois d une boulangerie, d une boucherie ou d une charcuterie, d un magasin d alimentation générale ou d une supérette et d un magasin de droguerie, de quincaillerie ou outillage ou d une grande surface non alimentaire - et d un café ou restaurant, d un point de vente de quotidiens, d un bureau de tabac et d un bureau de poste ou d une agence postale. On dénombre 25 communes, sur les 185 qui composent le département, disposant d un niveau d équipement élevé, c est-à-dire bénéficiant de 33 à 36 des équipements «de référence» (définis par l INSEE). D une part, elles sont 6, parmi les plus densément peuplées à regrouper la totalité de la gamme de référence : Argenteuil, Bezons, Sarcelles, Gonesse, Ermont et même Beaumont-sur-Oise (avec seulement habitants). A contrario, seules 7 communes du département ont une distance aux équipements supérieures à 7 km, mais aucune de ces communes ne regroupent plus de 600 habitants (il s agit de Berville, Chaussy, Chérence, Montreuil-sur-Epte, Theuville, Menouville et Wy-dit-Joli-Village) :

3 NIVEAU D'EQUIPEMENT ET ELOIGNEMENT AUX EQUIPEMENT DANS LE VAL D'OISE NIVEAU D ÉQUIPEMENT ET ÉLOIGNEMENT AUX ÉQUIPEMENTS DANS LE VAL D OISE Niveau d'équipements (sur un total de 36) Eloignement aux équipements (distance en kilomètres) et plus Pour mesurer le «niveau d équipement du département», l INSEE prend en compte une gamme de 36 équipements de référence de nature diverse, allant du commerce de base alimentaire, aux services généraux, aux fonctions (et établissements) médicales et paramédicales et aux équipements sportifs et culturels. Cet indicateur se présente, de façon détaillée, de la façon suivante dans le Val d Oise : NIVEAU D ÉQUIPEMENT DES COMMUNES DU VAL D OISE Niveau d équipement Communes Part des communes équipées du département place (en %) Part de la population desservie sur équipées du département Département France Département France de 0 à ,5 10 de 6 à de 16 à ,5 16 de 26 à , de 33 à ,5 4 62,5 47 Total de 0 à ,5 22 de 26 à ,5 62 Source : INSEE, inventaire communal 1998 Niveau d équipement : le niveau d équipement d une commune est le nombre d équipements dont elle dispose sur son territoire parmi une série de 36 Ainsi, 82,5 % des habitants du Val d Oise (contre seulement 62 % pour la France) résident dans une commune proposant un ensemble de 26 à 36 équipements de référence (définis préalablement par l INSEE). Une concentration des équipements dans moins d un quart des communes Les équipements sont plutôt concentrés dans le département, puisque cette population réside dans moins du quart des communes val d oisiennes (sur 9 % des communes nationales). Néanmoins, le Val d Oise est bien desservi en matière d équipements par rapport à sa population, car seuls 7,5 % de ses habitants, résidant dans 61 % des communes, ne disposent que d un faible niveau d équipement : les 74 communes peu ou pas équipées ne représentent, en effet, que 2,5 % de la population du Val d Oise. Parallèlement, plus de 62 % des habitants du Val d Oise

4 disposent de la quasi-totalité des équipements de référence (47 % pour l ensemble de la France), et se regroupent en général dans les villes à proximité de l agglomération parisienne : CONTRASTE DU NIVEAU D ÉQUIPEMENT DES COMMUNES DANS LE VAL D OISE Secteur Géographique Population en 1998 (en %) Niveau d équipement moyen 1998 Distance moyenne à la commune fréquentée en 1998 Vexin 3,7 % 12,5 12,5 Vallée de l'oise 7,5 % 24 9,6 Secteur Est 24,4 % 32 2,7 Rives de Seine 15,1 % 35 0,5 Vallée de Montmorency 28,3 % 31,5 0,9 Ville Nouvelle 17 % 31 3,6 Plaine de France 4 % 22,5 5,7 VAL D'OISE 100 % 30,5 2,9 Source : INSEE, inventaire communal 1998 Le niveau d équipement moyen le plus favorable parmi les départements de la grande couronne Le niveau d équipement moyen du Val d Oise, tel qu il a été arrêté par l INSEE, est de 30,5 ce qui constitue le meilleur résultat parmi les départements de la grande couronne. Ce résultat positif dissimule cependant un contraste important au sein même du département : les secteurs géographiques les plus peuplés sont généralement les mieux équipés. En effet, le Sud-Est du département, qui inclut la zone Sud-Est la plus proche de Paris (secteur Est, Rives de Seine, Vallée de Montmorency) et la Ville Nouvelle de Cergy-Pontoise, regroupent près de 85 % de la population du Val d Oise et bénéficient d un niveau d équipement majeur élevé de 32,5, alors que les autres secteurs géographiques du département, moins bien desservis, regroupent seulement 15 % de la population et ne disposent que d un niveau moyen d équipement de 20,8. Une évolution différenciée de l éloignement des cantons aux équipements L évolution de l éloignement aux équipements dans le Val d Oise, entre 1988 et 1998, est caractérisée par un net contraste entre l ouest et l est du département. En effet, le Vexin, qui recouvre l essentiel de la zone ouest du Val d Oise, a connu un accroissement de l éloignement par rapport aux équipements de 0,2 km en moyenne en l espace de dix ans, malgré le rapprochement des équipements dans les communes situées plus à l est du secteur (avec une situation stable dans toute la zone sud-est du Vexin) :

5 ÉVOLUTION DE L ÉLOIGNEMENT ELOIGNEMENT AUX ÉQUIPEMENTS EQUIPEMENTS POUR LES DIFFÉRENTS CANTONS DU VAL D OISE Evolution entre 1988 à 1998 diminition sans changement augmentation Bien que le tiers de ses communes (au sud) ait enregistré entre 1988 et 1998 une réduction de la distance par rapport aux équipements, la Vallée de Montmorency a subi globalement un éloignement supplémentaire par rapport aux équipements identifiés par l INSEE, certes modeste (0,17 km en moyenne sur ses autres communes). A l Est du département, la Plaine de France, les Rives de Seine et la partie ouest de l Agglomération Nouvelle ont enregistré, en l espace de dix ans, un rapprochement par rapport aux équipements (entre 0,1 km pour la Vallée de l Oise, et 0,4 km pour le secteur Est). En outre, la «distance moyenne à la commune fréquentée par la population» de la zone Sud- Est du département ne s élève qu à 1,85 km en 1998, alors que la moyenne enregistrée sur la base du même indicateur sur l ensemble du département approche 3 km (entre 4 et 6 km pour les autres départements de la grande couronne). Quant à la population des secteurs du Vexin et de la Vallée de l Oise, elle doit parcourir respectivement 12,5 km et 9,6 km en moyenne pour accéder à la commune proposant les équipements considérés. Ceci représente un temps d accès aux équipements variant entre 30 mn et 1 heure pour le Nord-Ouest du Vexin, et entre 15 et 30 mn pour le centre du Vexin et de la Plaine de France. 2 - DES PÔLES MAJEURS D ATTRACTION EN TERME D ÉQUIPEMENTS L INSEE n identifie dans le département du Val d Oise qu un seul véritable «pôle d attraction», qui est l Agglomération Nouvelle de Cergy-Pontoise. Cette agglomération rayonne aussi bien à l ouest qu au nord du département, et même jusqu au nord-est du Val d Oise. Le secteur Est du Val d Oise est, par contre, relativement dépourvu de pôle d attraction de taille importante. Magny-en-Vexin et Marines représentent les deux seules villes équipées correctement dans le Vexin, et bénéficient d un «rayon d attraction aux équipements» respectivement de 7,7 km et 6,6 km. Outre le collège et l hypermarché, qui diffusent un pouvoir attractif très important dans quasiment tous les bourgs principaux des secteurs du Val d Oise (pouvant attirer jusqu à 6 fois la population de la ville équipée), certains services de santé attirent une population extérieure dans un rayon de 7 km :

6 LES COMMUNES ATTRACTIVES DU VAL D'OISE DU VAL D OISE magny-en-vexin marines beaumont-sur-oise nesle-la-vallée isle-adam viarmes luzarches cergy pontoise taverny domont villiers-le-bel louvres goussainville enghien-les-bains Une répartition des communes du Val d Oise en fonction de leur population variant selon leur localisation géographique La répartition des communes du Val d Oise selon leur population varie fortement en fonction de leur localisation géographique : Nombre de communes % Population totale % Moins de 199 habitants ,2 200 à 999 habitants , à habitants 42 23, , à habitants 18 9, , à habitants ,8 Plus de habitants ,8 Ensemble Source : INSEE Près de 60 % des communes du Val d Oise accueillent une population comprise entre 200 et habitants (dont 36 % entre 200 et habitants), mais plus du quart d entre elles disposent d une population supérieure à habitants. Pourtant, une large majorité de la population du département se concentre dans les communes de plus de habitants. Argenteuil ( habitants) et Sarcelles ( habitants) sont les deux seules villes du Val d Oise accueillent plus de habitants, et regroupent près de 19 % de la population totale du département.! Le Vexin Le Vexin constitue le secteur géographique le plus atypique du Val d Oise. Il est caractérisé par un ensemble de petites communes ne regroupant pas même 4 % de la population val d oisienne. Ainsi, 63 communes sur les 70 qui composent le Vexin comptent moins de habitants (soit 64 % de la population du Vexin), et plus du quart d entre elles ne compte pas plus de 200 habitants.

7 ! La Plaine de France La Plaine de France, hormis Domont qui regroupe près de 35 % de la population totale du secteur, compte 42 % de sa population résidant dans les communes de 200 à habitants.! La Vallée de l Oise et la Vallée de Montmorency La Vallée de l Oise regroupe 82 % de la population de son secteur dans les communes comptant entre et habitants ; de même, 86 % de la population de la Vallée de Montmorency sont regroupés dans les communes comptant de à habitants.! Les Rives de Seine et le secteur Est du département Les Rives de Seine et le secteur Est voient leur population essentiellement concentrée dans les communes de plus de habitants. On constate même que 57 % de la population des Rives de Seine se concentre dans la commune d Argenteuil, et 22 % de la population du secteur Est dans la commune de Sarcelles. Une nette corrélation entre population et indice d équipement Le niveau d équipement des communes du Val d Oise se présente de la façon suivante en fonction de leur population : NIVEAU D'ÉQUIPEMENT DES COMMUNES DU VAL D'OISE 50 Beaumont Isle-Adam 40 Marines Magny Enghien niveau d'équipement Viarmes Luzarches Cergy Sarcelles Argenteuil 10 y = 6,5827Ln(x) - 33,582 R 2 = 0, population Sur ce graphique, l indice d équipement calculé sur la base de 36 équipements de référence est mis en rapport avec la population de chacune des communes du département.

8 On constate une relation régulière très nette entre la population et le niveau d équipement des communes du Val d Oise : en effet, plus une commune accueille d habitants, et plus elle bénéficie d équipements. Ainsi, les villes les plus importantes du département en terme de population, comme Argenteuil ou Sarcelles, tendent vers le seuil d équipement maximum, qui a été défini par l INSEE à 36. La répartition des communes selon leur population correspond étroitement à celle liée à l indice d équipement. Ainsi, on peut constater que, d une part, la majorité des communes du Val d Oise dispose d un niveau d équipement variant entre 0 et 20 et, d autre part, que 83 % des communes du département accueillent moins de habitants. Cependant, à partir d un certain seuil de population, établi autour de habitants, le nombre d habitants ne semble quasiment plus influencer la présence d équipement sur une commune. A noter qu est considérée ici la seule présence d un équipement, et non le nombre d équipement au sein d une commune. Certaines communes disposant d un haut niveau d équipement (entre 30 et 36), mais regroupant une population plus ou moins restreinte (un maximum de habitants seulement), se distinguent nettement. C est le cas, par exemple, de Magny-en-Vexin, Marines ou Viarmes. Ces communes constituent un ensemble de pôles d attraction pour les commerces et les services de la gamme de référence dans des zones faiblement équipées. En particulier, Marines attire deux à trois fois sa population dans un rayon dépassant 6,5 km pour les services publics (gendarmerie, commissariat, trésorerie), les services généraux (notaire et vétérinaire) et les services automobiles (garage et distribution de carburant). Pontoise et Cergy constituent aussi de réels pôles d attraction pour les populations habitant dans un rayon de plus de 7,5 km. En effet, 15 % (20 % pour Cergy) des équipements de référence de ces deux communes ont un rayon moyen d attraction de plus de 10 km. On remarque notamment un fort pouvoir d attraction de ces deux villes pour les hypermarchés (dans un rayon pouvant atteindre 19 km) et divers commerces spécialisés non alimentaires. Cergy se distingue en particulier par l attraction considérable de la base de loisirs «Les Étangs de Cergy-Neuville» (sur plus de 20 km), et par l attraction de ses équipements sportifs et socioculturels. Beaumont-sur-Oise bénéficie également d équipements de loisirs attractifs (cinéma, piscine et installation sportive couverte). Les services généraux, et plus particulièrement les services de notariat et de trésorerie, représentent un fort pouvoir d attraction dans les villes de Beaumont-sur-Oise et de Luzarches (attirant respectivement jusqu à trois à cinq fois la population de la ville). De plus, certains services publics et certains magasins spécialisés non alimentaires constituent une part (certes plus modeste, mais non négligeable) de l attraction de ces deux villes, ainsi que de l attraction de Viarmes. Les établissements de santé, par exemple, drainent à Beaumont-sur-Oise une population importante (six fois la population de la commune) dans un rayon de 6 km. Enghien-les-Bains, en dehors de l attraction considérable de ses salles de cinéma, détient une gamme complète de magasins spécialisés non alimentaires (allant de l équipement de la personne à celui de la maison), dont l attraction couvre un rayon de 7 km.

9 3 - UNE INÉGALE RÉPARTITION DES SERVICES ET DES COMMERCES Une évolution très contrastée de l équipement des communes L ensemble des services de la gamme de base en terme d équipements (telle que définie par l INSEE) voit son implantation dans les communes val d oisiennes diminuer entre 1988 et Le nombre des communes du département desservies par les équipements de santé a augmenté cependant au cours de cette période, l évolution la plus marquée touchant les établissements de santé et les ambulances. Les services publics et certains services généraux sont nettement plus présents en 1998 dans les communes du département, par rapport à la situation constatée en 1988, ce qui n est pas le cas des magasins non alimentaires, puisque le nombre de la quasi-totalité des magasins spécialisés dans l équipement de la personne et de la maison a diminué ces dernières années. De même, les équipements de loisirs sont désormais présents dans un nombre plus réduit de communes. Enfin, il est possible de constater l impact en terme d équipements des communes du département des nombreux supermarchés et hypermarchés qui se sont établis dans le Val d Oise entre 1988 et 1998 : ÉVOLUTION DES GAMMES D ÉQUIPEMENTS ( ) Équipement Communes équipées (en %) 1988 Communes équipées (en %) 1998 Taux d'évolution Gamme de base Garage 60,0 55,1-8,1 Maçon 70,3 62,2-11,5 Menuisier, charpentier ou plombier 74,6 71,4-4,3 Alimentation générale ou supérette 56,8 51,9-8,6 Bureau de tabac 67,0 61,1-8,9 École primaire publique ou privée 87,6 77,3-11,7 Gamme élargie Établissement de santé 7,6 12,4 64,3 Laboratoire d'analyses médicales 34,6 26,5-23,4 Salle de cinéma 11,4 9,7-14,3 Gamme de proximité Distribution de carburant 45,9 39,5-14,1 Plâtrier, peintre 65,4 56,8-13,2 Électricien 55,1 58,4 5,9 Boulangerie, pâtisserie 55,1 54,6-1,0 Boucherie, charcuterie 52,4 44,3-15,5 Bureau de poste 47,0 47,0 0,0 Salon de coiffure 47,6 51,4 8,0 Infirmier ou infirmière 44,9 50,8 13,3 Médecin généraliste 49,7 51,4 3,3 Pharmacie 44,9 45,9 2,4

10 Équipement Communes équipées (en %) 1988 Communes équipées (en %) 1998 Taux d'évolution Gamme intermédiaire Pompiers 16,8 26,5 58,1 Gendarmerie ou commissariat 15,7 21,6 37,9 Trésorerie 15,1 16,2 7,1 Notaire 16,2 18,9 16,7 Vétérinaire 21,1 27,0 28,2 Supermarché ou hypermarché 27,6 38,9 41,2 Banque ou Caisse d Épargne 30,3 28,6-5,4 Magasin de vêtements 30,8 28,6-7,0 Magasin de chaussures 24,3 22,2-8,9 Librairie, papeterie 37,8 35,7-5,7 Magasin d'électroménager 21,6 23,2 7,5 Magasin de meubles 22,2 18,9-14,6 Droguerie, quincaillerie 29,2 23,2-20,4 Collège public ou privé 27,0 29,7 10,0 Ambulance 17,3 23,2 34,4 Dentiste 42,7 43,2 1,3 Masseur-kinésithérapeute 42,7 45,9 7,6 Équipements spécifiques café 82,2 70,8-13,8 restaurant 73,5 67,6-8 installation sportive couverte 35,1 42,2 20 tennis couvert ou non 91,9 77,8-15 piscine couverte ou non 23,2 19,5-16 crèche familiale 18,9 29,2 54 Source : Inventaire communal 1998, INSEE SCEES Une tendance à la diminution du petit commerce alimentaire et des cafés-restaurants dans les communes rurales Sous le terme de petit commerce alimentaire, l INSEE regroupe les boulangeries, les boucheries et les magasins d alimentation générale ou les supérettes. De plus, l INSEE considère qu une commune est dite «rurale» quand sa population est inférieure à habitants. L essentiel des communes rurales du Val d Oise, soit près de 60 % des communes du département (se situant principalement dans le Vexin) ont subi entre 1988 et 1998 une diminution moyenne du quart du nombre des petits commerces alimentaires : LE PETIT COMMERCE ALIMENTAIRE LE PETIT COMMERCE ALIMENTAIRE Evolution entre 1988 et 1998 communes de plus de 2000 habitants sans changement augmentation diminution Les communes en blanc ont plus de habitants

11 Un phénomène identique a été constaté entre 1988 et 1998 pour les cafés et les restaurants : LES CAFES ET RESTAURANTS LES CAFÉS ET RESTAURANTS Evolution entre 1988 et 1998 communes de plus de 2000 habitants sans changement augmentation diminution! Le Vexin Le Vexin a connu, entre 1988 et 1998, une perte de plus du tiers de ses commerces alimentaires de proximité, comme de ses cafés et restaurants. Ainsi, le nombre moyen d habitants des communes rurales du Vexin pour un équipement a augmenté de 70 % entre 1988 et 1998, passant de 230 à 395 habitants par équipement pour les petits commerces alimentaires, et de 510 à 870 habitants par équipement pour les cafés et restaurants.! La Plaine de France La Plaine de France a connu une évolution moins sensible entre 1988 et 1998, avec une perte limitée du quart de ses cafés-restaurants et seulement de 12 % de ses petits commerces alimentaires, accompagnée d une croissance de sa population de 13,5 %, d où une augmentation variant entre 30 et 50 % du nombre d habitants par équipement.! La Vallée de l Oise La Vallée de l Oise subit pendant la même période une forte diminution du nombre des petits commerces alimentaires (la moitié) et des cafés et restaurants (plus du tiers). Bien que sa population ait diminué de 6,5 % au cours des 10 dernières années dans les communes rurales du secteur, le nombre d habitants par équipement a fortement augmenté (passant de 680 à habitants par commerce alimentaire, et de 330 à 470 habitants par café ou restaurant).! L Agglomération Nouvelle Au cours de cette période, la population et le nombre des commerces considérés ont simultanément augmenté dans les communes rurales de l Agglomération Nouvelle : ainsi, la population et le nombre de petits commerces alimentaires ont doublé entre 1988 et 1998 à Cergy-Pontoise, et le nombre des cafés et restaurants s est accru de 66 %.

12 ! Le secteur Est du Val d Oise Le secteur Est du département a connu entre 1988 et 1998 un doublement du nombre des commerces alimentaires dans les communes rurales, et une diminution de 25 % du nombre des cafés et restaurants. Un net contraste géographique pour l implantation des principaux services Les communes situées les plus au sud du département, se rapprochant de l agglomération parisienne, bénéficient du meilleur équipement pour la majorité des gammes de services.! Les services de transport En ce qui concerne le réseau des transports, le Val d Oise bénéficie d une bonne desserte quotidienne en autocars (65 % des communes), excepté dans certaines zones du Vexin et de la Plaine de France, mais seules 68 communes du département sur 185 disposent d un réseau de transports urbains : LES DE LES SERVICES DE TRANSPORT Vexin Vallée de l'oise Plaine de France Ville Nouvelle Secteur Est desserte régulière quotidienne d'autocars - réseau de transports urbains aucun des équipements un des équipements tous les équipements Rives de Seine Vallée de Montmorency Les communes du Vexin et de la Vallée de l Oise sont celles qui disposent du plus faible nombre de services de transports : plus du quart de ces communes ne dispose ni de car quotidien, ni d un réseau de transports urbains, et seules trois ou quatre communes de ces secteurs disposent de chacun de ces deux services. 20 % des communes des Rives de Seine et de la Plaine de France bénéficient des services de transports cités, mais la Plaine de France compte un plus grand nombre de communes ne disposant d aucun équipement de transport spécifique (35 % contre 20 % des communes dans les Rives de Seine). Quant à l Agglomération Nouvelle et à la Vallée de Montmorency, la moitié de leurs communes est desservie par des autocars quotidiens et par un réseau de transports urbains. Pour le secteur Est du département, seulement un tiers des communes disposent de ces deux services.

13 ! Les services de santé En ce qui concerne les équipements de santé, l INSEE prend en compte trois équipements particuliers : les médecins, les dentistes et les infirmiers : LES SERVICES DE SANTÉ LES SERVICES DE SANTE médecin - dentiste - infirmier aucun des équipements un des équipements deux des équipements tous les équipements Le Vexin se distingue par un équipement très faible en matière de services de santé. En effet, 75 % de ses communes ne disposent d aucun des trois équipements sélectionnés par l INSEE (seulement 5 % des communes du Vexin disposent des trois équipements réunis). De même, la Plaine de France est passablement équipée en matière de services de santé, puisque la moitié de ses communes ne dispose d aucun des services considérés, et seul le quart des communes les réunit tous. Ce sont 20 à 30 % des communes de la Vallée de l Oise et du secteur Est du département qui ne bénéficient ni d un médecin, ni d un dentiste, ni d un infirmier, mais respectivement 45 % et 55 % des communes de ces deux secteurs géographiques regroupent les trois services. Les trois quarts des communes de l Agglomération Nouvelle regroupent les trois équipements de santé identifiés par l INSEE. Quant aux Rives de Seine et la Vallée de Montmorency, il s agit de secteurs géographiques où l ensemble des communes disposent à la fois d un médecin, d un dentiste et d un infirmier :

14 LES SERVICES GÉNÉRAUX LES SERVICES GENERAUX banque ou caisse d'épargne - bureau de poste - distributeur de billets aucun des équipements un des équipements deux des équipements tous les équipements! Les services généraux En ce qui concerne certains services généraux comme les banques (ou les caisses d épargne), les bureaux de poste et les distributeurs de billets, la situation est semblable à la répartition des autres équipements. En effet, 80 % des communes des Rives de Seine et de la Vallée de Montmorency regroupent les trois services ci-dessus cités. Ces équipements sont moins présents dans toutes les communes du secteur Est du département et de l Agglomération Nouvelle (les trois services sont respectivement concentrés dans 37 et 53 % des communes). Près de la moitié des communes du secteur Est, comme de la Plaine de France, ne possèdent aucun des trois services. Quant à la Vallée de l Oise, ces équipements semblent s y concentrer dans les principales communes (Isle-Adam, Beaumont-sur-Oise, Auvers-sur-Oise ). Ce phénomène encore est accentué dans le Vexin, territoire pour lequel ces équipements restent marginaux, hormis à Magny-en-Vexin et à Marines.! Les services rattachés à la garde des jeunes enfants Lorsque l on s intéresse aux services rattachés à la garde des jeunes enfants, une nette opposition entre le nord et le sud du département apparaît. En effet, les communes les plus proches de l agglomération parisienne (communes des Rives de Seine, de la Vallée de Montmorency et du sud du secteur Est) ainsi que celles de l Agglomération Nouvelle, sont très bien desservies en crèches collectives, crèches familiales et haltes-garderies. D Ouest en Est, la moitié nord du département souffre d un manque apparent de ces structures, puisque respectivement 89 %, 75 % et 59 % des communes du Vexin, de la Plaine de France et de la Vallée de l Oise ne bénéficient d aucun des équipements considérés ci-dessus, et aucune ville du nord du département ne bénéficie de l ensemble de ces trois équipements :

15 LES CRECHES LES CRÈCHES crèche collective - crèche familiale - halte garderie aucun des équipements un des équipements deux des équipements tous les équipements! Les marchés et commerces de poissons frais En ce qui concerne les marchés et commerces de poissons frais, les communes situées au sud du département disposent à la fois d au moins un marché de détail par mois, et d un commerce spécialisé en poisson frais. On peut ainsi noter que toutes les communes des Rives de Seine sont équipées de ces deux types de commerces : LES MARCHES ET POISSON FRAIS LES MARCHÉS ET POISSONS FRAIS marché - poisson frais aucun des équipements un des équipements tous les équipements De plus, les trois quarts des communes de la Vallée de Montmorency, et plus de la moitié de celles de l Agglomération Nouvelle disposent de ces deux équipements. Par contre, 47 % des communes du secteur Est ne bénéficient ni d un marché de détail, ni d un commerce de poisson frais, mais celles situées au sud et à l extrême nord du secteur géographique concerné (Fosses, Luzarches et Marly-la-Ville) sont relativement bien équipées. Quant au Vexin, à la Plaine de France et à la Vallée de l Oise, seules les principales communes (déjà le plus souvent équipées des services précédemment étudiés) disposent également d un marché et d un commerce de poisson frais. Néanmoins, entre 50 et 75 % des communes de ces secteurs géographiques ne disposent d aucun de ces deux commerces.

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

PARTIE 4 : EQUIPEMENTS ET VIE SOCIALE

PARTIE 4 : EQUIPEMENTS ET VIE SOCIALE PARTIE 4 : EQUIPEMENTS ET VIE SOCIALE A. PRESENTATION GENERALE Différents pôles d attraction sont définis par l INSEE selon le type d équipements et services trouvés sur le territoire communal. Ces pôles

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

DIRRECTE. Cordialement,

DIRRECTE. Cordialement, DIRRECTE Veuillez trouver en pièce jointe la liste des activités commerciales et artisanales, par commune, présentes sur le territoire de l'agglomération du Beauvaisis. L'agglomération envisage de lancer

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Les déplacements dans la Haute-Marne

Les déplacements dans la Haute-Marne Les déplacements dans la Haute-Marne L AC C E S S I B I L I T É AU X É Q U I P E M E N T S E T S E R V I C E S Une partie importante des déplacements de ménages, outre ceux liés aux loisirs, au travail

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Au 31 décembre 2009, 296 000

Au 31 décembre 2009, 296 000 10 Approche territoriale Différents profils de familles pauvres selon le nombre d enfants et l activité des parents En IledeFrance, un enfant de moins de 18 ans sur cinq vit en situation de pauvreté. Un

Plus en détail

La population des Hautes-

La population des Hautes- Numéro 30- : juillet 1999 Inventaire communal 1998 : les Hautes-Pyrénées Concentration des équipements autour de Tarbes et dans les vallées Madiran D93 Vic-en-Bigorre Maubourguet D93 Rabastens-de-Bigorre

Plus en détail

SHERBROOKE VOUS EST ENTREZ ICI V O T R E P O R T E D E N T R É E

SHERBROOKE VOUS EST ENTREZ ICI V O T R E P O R T E D E N T R É E SHERBROOKE VOUS EST ENTREZ ICI V O T R E P O R T E D E N T R É E PROFITEZ- EN Ville dynamique sise au cœur d une nature généreuse, Sherbrooke est la 6 e ville en importance au Québec. Représentant plus

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

EQUIPEMENTS ET SERVICES

EQUIPEMENTS ET SERVICES A1 - SERVICE PUBLICS Police - (A101) CA Agglopolys 1 104 604 0,10 CA Agglopolys 3 104 604 0,29 CA Agglopolys 4 104 604 0,38 Département du Loir-et-Cher 3 331 656 0,09 Département du Loir-et-Cher 23 331

Plus en détail

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours Direction adjointe de l'offre ambulatoire et de la coordination des acteurs Pôle organisation des soins Juin 2012 Affaire suivie par : Arnaud GANNE L approche territoriale pour répondre à la demande et

Plus en détail

Base Permanente des Equipements Année 2014. Disparition de postes par rapport à 2013 : Création de postes par rapport à 2013 :

Base Permanente des Equipements Année 2014. Disparition de postes par rapport à 2013 : Création de postes par rapport à 2013 : Base Permanente des Equipements Année 2014 Disparition de postes par rapport à 2013 : Création de postes par rapport à 2013 : A110 : Agence de proximité pôle emploi 2013 A122 - Réseau de proximité Pôle

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail. Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006

Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail. Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006 Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006 Novembre 2009 Sommaire 1. Introduction : les caractéristiques

Plus en détail

La construction d un maillage idéal : Approche et méthode Fiche méthodologique synthétique

La construction d un maillage idéal : Approche et méthode Fiche méthodologique synthétique I. Eléments de cadrage La construction d un maillage idéal : Approche et méthode Fiche méthodologique synthétique Créé en 1986, Carglass est Leader du remplacement et de la réparation de vitrage automobile

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010 Sources et concepts L étude est basée sur le croisement de deux zonage d étude : celui en zones d emploi, mis à jour en 2010, et celui en bassins de vie (2012). La région Midi-Pyrénées est couverte par

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 20 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Week-end Les déplacements du week-end Samedi Transports collectifs Voiture 3,33 déplacements par jour et par personne 35,3 millions

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Inventaire communal 1998 - Gard

Inventaire communal 1998 - Gard N 14 Mai 1999 Inventaire communal 1998 - Gard Un gardois sur deux a accès à tous les équipements Aujourd'hui près d'un Gardois sur deux dispose sur sa commune de la quasi-totalité des équipements. Toutefois,

Plus en détail

La dépendance automobile pour l accès aux services aux ménages en grande couronne francilienne

La dépendance automobile pour l accès aux services aux ménages en grande couronne francilienne La dépendance automobile pour l accès aux services aux ménages en grande couronne francilienne Benjamin Motte To cite this version: Benjamin Motte. La dépendance automobile pour l accès aux services aux

Plus en détail

Panorama des bases de données sur l activité économique

Panorama des bases de données sur l activité économique Panorama des bases de données sur l activité économique Revue (non exhaustive) de l INSEE Lionel Doisneau INSEE, Pôle Etudes économiques régionales Comment observer l activité économique sur les territoires?

Plus en détail

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP note d information N 12 Février 23 LES ZONES D EDUCATION PRIORITAIRE DANS L ACADEMIE DE VERSAILLES Premier volet : Quelques repères statistiques Mise en place à partir de 1981 pour lutter contre l échec

Plus en détail

Diagnostic socio-économique Périmètre d étude du parc du Doubs franco-suisse. Atlas de cartes : équipements

Diagnostic socio-économique Périmètre d étude du parc du Doubs franco-suisse. Atlas de cartes : équipements : équipements Définitions, sources et concepts FRANCE BPE La base permanente des équipements (BPE) est destinée à fournir le niveau d équipement et de services rendus par un territoire à la

Plus en détail

Services et équipements

Services et équipements société Services et équipements pour personnes âgées le Limousin bien placé Martine Brethenoux Les personnes âgées qui souhaitent rester le plus longtemps possible dans leur logement disposent, en Limousin,

Plus en détail

L a forte urbanisation du Nord permet la présence

L a forte urbanisation du Nord permet la présence L a forte urbanisation du Nord permet la présence dans les communes d'un nombre de commerces et services plus important qu'en moyenne nationale. Toutefois, rapporté à la densité de la population, le taux

Plus en détail

Analyse de l activité commerciale du Territoire

Analyse de l activité commerciale du Territoire Analyse de l activité commerciale du Territoire Enquête auprès des ménages résidants Pays de Fougères Point Presse du 26 septembre 2014 Mode de collecte de l étude Consommation des ménages résidents 1-

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

LES ÉQUIPEMENTS DEMOGRAPHIE. Rapport de présentation - Pièce n 1-1 163

LES ÉQUIPEMENTS DEMOGRAPHIE. Rapport de présentation - Pièce n 1-1 163 LES ÉQUIPEMENTS DEMOGRAPHIE Rapport de présentation - Pièce n 1-1 163 POINT MÉTHODOLOGIQUE La source de données présentées : la base permanente des équipements L INSEE recense au sein de la BPE (Base Permanente

Plus en détail

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo.

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo. JUILLET 2008 AMIENS -0 PIVADIS SM CONSEIL ETUDE DE POTENTIEL ET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE COMMERCIAL «LE COLVERT» AMIENS Proposition de programme commercial PIVADIS 24, Rue de la Bredauche 45380 LA

Plus en détail

La Base Permanente des Équipements

La Base Permanente des Équipements La Base Permanente des Équipements La base permanente d'équipements (BPE) est produite et gérée par l INSEE en collaboration avec différents ministères. En effet, cette base ne provient pas d une enquête

Plus en détail

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS

RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS SCHEMA DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL 2006-2012 RAPPEL DES ENJEUX ET PRECONISATIONS Le Roannais apparaît comme un territoire homogène constitué autour d un pôle d attraction central : l agglomération de Roanne.

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Les Jeudis du Développement Durable 16 septembre 2010 Equipements et services. Evolution de l'offre d'équipements

Les Jeudis du Développement Durable 16 septembre 2010 Equipements et services. Evolution de l'offre d'équipements Les Jeudis du Développement Durable 16 septembre 2010 Equipements et services Evolution de l'offre d'équipements Méthodologie - Sources Inventaire communal (1980, 1988, 1998) Enquête par questionnaire

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE CCI CENTRE Portrait du commerce en région Centre 2014 Projet cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en région Centre avec le fonds européen de développement régional. L équipement commercial

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

MALACHER NORD. Etudes d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 1 SEPTEMBRE 2014

MALACHER NORD. Etudes d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 1 SEPTEMBRE 2014 MALACHER NORD Etudes d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 1 SEPTEMBRE 2014 Sommaire 1- les objectifs de la mission 2- Meylan dans son environnement 3- l offre commerciale à l échelle

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance.

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. 1 Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. Source : INSEE et Etude de l ORS ( Observatoire régional de santé en Ile-de-France) - janvier

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

- Extraits concernant la vie universitaire -

- Extraits concernant la vie universitaire - Conseil de la Vie Etudiante mercredi 15 décembre 2010 Atlas des équipements sportifs et de loisirs du Grand Nancy - Extraits concernant la vie universitaire - Agence de Développement et d Urbanisme de

Plus en détail

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de l'essonne

Diagnostic départemental : Création d entreprises, publics cible et dispositif nacre dans le département de l'essonne Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d Entreprise (nacre) Direccte Ile-de-France Direction Régionale Ile-de-France de la Caisse des Dépôts Diagnostic départemental : Création d entreprises,

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Septembre 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 %

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

Typologie Commerciale

Typologie Commerciale Schéma de développement commercial de l agglomération Rouen-Elbeuf Diagnostic Schéma de développement commercial de l agglomération de Rouen-Elbeuf Typologie Commerciale Février 2005 Chambre de Commerce

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Deuxième pilier de la croissance

Deuxième pilier de la croissance Un potentiel de développement pour l économie résidentielle Commerce, construction, services financiers, services publics : l économie résidentielle est bien représentée au sein du SCoT du Pays du Mans.

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

L accès aux services en Auvergne

L accès aux services en Auvergne L accès aux services en Auvergne Séminaire «Co-construction des politiques éducatives pour les territoires auvergnats» Arnaud STÉPHANY Directeur régional de l Insee L accès aux services : un enjeu territorial

Plus en détail

Les services et l attractivité du territoire entre Seine et Bray

Les services et l attractivité du territoire entre Seine et Bray .4. Les services et l attractivité du territoire entre eine et ray.4.1. Un territoire sous influence rouennaise omme nous avons pu le constater précédemment, l attraction de l agglomération rouennaise

Plus en détail

Télétravail, de quoi parle-t-on?

Télétravail, de quoi parle-t-on? Télétravail, de quoi parle-t-on? 1 Base présentation : Caisse des Dépôts, menée par les cabinets PMP et TACTIS au 1er semestre 2011. Cadre programme des Investissements d Avenir / Fonds National pour la

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord RÉSUMÉ& LeCentredesantéetdeServicesSociauxdeQuébec5Norddoitpériodiquementréévaluerses priorités d action et champs

Plus en détail

L'offre de soins en dialyse

L'offre de soins en dialyse L'offre de soins en dialyse en Corse Remerciements à la coordination : M. BASTERI, J.C. DELAROZIERE, A.C. DURAND, G. IZAARYENE, S. PARRON Document préparé par Florian BAYER, Malthilde LASSALLE, Christian

Plus en détail

TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES

TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES Sans doute parce que sa prise

Plus en détail

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne Remerciements à la coordination : G. ARNOULT, B. DOMISSY BAURY, F. HARDY, H. MAHEUT, A.L. VARNIER, A. WOLAK Document préparé par Florian BAYER,

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Juillet 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 % des

Plus en détail

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse Le parc locatif privé en Loire-Atlantique en 2007 Logements - Occupants - Loyers Synthèse Sommaire Comparaisons nationales page 4 Les caractéristiques du parc locatif privé en Loire-Atlantique page 6 Les

Plus en détail

Mobilité quotidienne des étudiants du Pays de Montbéliard

Mobilité quotidienne des étudiants du Pays de Montbéliard LES ÉTUDES DE L ADU Mobilité quotidienne des étudiants du Pays de Montbéliard Mieux connaître les déplacements des 2 000 étudiants du Pays de Montbéliard Des habitudes de mobilité spécifiques aux étudiants

Plus en détail

Immobilier de bureaux en Plaine de France

Immobilier de bureaux en Plaine de France Immobilier de bureaux en Plaine de France Des dynamiques géographiques distinctes : La Plaine Saint Denis le Pole de Roissy Charles de Gaulle Le Cœur de la Plaine Rappelons que Paris et la petite couronne

Plus en détail

Agreste. Concentration de la population et des équipements sur le littoral

Agreste. Concentration de la population et des équipements sur le littoral Quatre habitants sur cinq dans les Alpes-Maritimes bénéficient sur place de la palette de commerces et services la plus large. Mais ce bon niveau d équipement concerne surtout la bande littorale, soit

Plus en détail

Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages.

Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages. Dossier de presse Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages. La flambée des années 0 comme la crise de 8 ont laissé

Plus en détail

Direction Régionale de Bourgogne Service Études et Diffusion Division Analyses et Synthèses Économiques et Sociales

Direction Régionale de Bourgogne Service Études et Diffusion Division Analyses et Synthèses Économiques et Sociales Etab=DR21, TimbreDansAdresse=Non, Version=W2000-C-5.1/9.0, VersionTravail=W2000-C-5.1/9.0 Direction Régionale de Bourgogne Service Études et Diffusion Division Analyses et Synthèses Économiques et Sociales

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

envisagez-vous d exercer?

envisagez-vous d exercer? Quelle activité envisagez-vous d exercer? UN DES PARAMÈTRES IMPORTANTS dans le choix d un statut juridique est la nature même de l activité. Est-elle commerciale, artisanale, industrielle ou civile? Certaines

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

RC-2011-04 - Règlement portant la fixation de la redevance assainissement

RC-2011-04 - Règlement portant la fixation de la redevance assainissement RC-2011-04 - Règlement portant la fixation de la redevance assainissement a. Approbation Approuvé par le conseil communal le 07.07.2011 avec cinq voix pour et quatre abstentions Approuvé par arrêté grand-ducal

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

RETAIL PARK À SAINT-PAUL-LÈS-ROMANS

RETAIL PARK À SAINT-PAUL-LÈS-ROMANS Le Parc Saint Paul RETAIL PARK À SAINT-PAUL-LÈS-ROMANS Agglomération de Romans-sur-Isère (Drôme) 1 Le Parc Saint Paul Au cœur du principal pôle commercial d entrée de ville de l agglomération Romans-sur-Isère/Bourg-de-Péage

Plus en détail

udesté on it ecl Col 1 1

udesté on it ecl Col 1 1 Collection études 1 ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Evolution démographique 1 550 000 1 434 661 1 450 000 1 350 000 1 287 535 1 250 000 1 213 499 1 150 000 1 127 546 1 050 000 950 000 1 009 390 1 061 480 850 000

Plus en détail

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal

Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-88 du 4 août 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Nico par la société Machal L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34 Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014 Service commerce Tel 04 75 75 70 34 L observatoire du commerce et de la consommation Objectifs : La connaissance de l offre commerciale

Plus en détail

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente

Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Offre et recours aux soins de premiers recours sur le Pays Sud Charente Cette étude a été réalisée en collaboration entre les services de l Agence Régionale de Santé (ARS), Mme Anne ROUSSEL, statisticienne

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux Mai ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE Les logements en copropriété Jean Bosvieux L enquête logement de l INSEE ne s intéresse pas aux copropriétés en tant qu unités statistiques ; cependant, elle repère et décrit

Plus en détail

Prix de vente : 311 000 Euros

Prix de vente : 311 000 Euros Visite du bien : 0720144 Localisation : Privas Ville proche : Valence à 38 km Autoroute : A 7 à 20 km Aéroport : Lyon à 140 km Une villa de 240 m² habitables, idéale pour une création de chambres d hôtes,

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Impact économique des Transports Urbains

Impact économique des Transports Urbains Impact économique des Transports Urbains L exemple du Réseau express régional en Île-de-France Thierry Mayer (SciencesPo) et Corentin Trevien (Insee-SciencesPo.-Crest) Mercredi 27 novembre 2013 Introduction

Plus en détail

Carte Bancaire et consommation des ménages. Point presse du 2 février 2006. Groupement des Cartes Bancaires «CB»

Carte Bancaire et consommation des ménages. Point presse du 2 février 2006. Groupement des Cartes Bancaires «CB» Carte Bancaire et consommation des ménages Point presse du 2 février 2006 1 Dépenses des ménages français 2004 2003 évolution total dépenses ménages 901 M 868,3 M +3,4% total CB 220 M 204 M +10% pénétration

Plus en détail

1 VOLET ÉQUIPEMENTS. Synthèse du volet Equipements

1 VOLET ÉQUIPEMENTS. Synthèse du volet Equipements 1 VOLET ÉQUIPEMENTS Synthèse du volet Equipements 2 VOLET ÉQUIPEMENTS I / Contexte général... 3 A. La répartition des compétences en matière d équipements... 3 B. Les orientations majeures du Schéma de

Plus en détail

Méthodologie. de hiérarchisation. des fonctions commerciales PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV PARTIE V

Méthodologie. de hiérarchisation. des fonctions commerciales PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV PARTIE V PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV Méthodologie de hiérarchisation PARTIE V des fonctions commerciales photo : stephanecouchet.com - Hiérarchisation des pôles commerciaux - Déclinaison des orientations

Plus en détail

Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux

Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux Étude sur la localisation et la densité de 4 professions de santé : médecins généralistes libéraux infirmiers libéraux chirurgiens dentistes libéraux masseurs kinésithérapeutes libéraux 1 sommaire p 3

Plus en détail