Partenariat avec l association EPOC. Réunion AORIF, le 25 octobre 2016

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partenariat avec l association EPOC. Réunion AORIF, le 25 octobre 2016"

Transcription

1 Partenariat avec l association EPOC Réunion AORIF, le 25 octobre

2 Sommaire 1. Contexte d intervention et présentation de l association EPOC 2. Le partenariat 3F EPOC 3. Evaluation et pistes de travail 2

3 1. Contexte et présentation de l EPOC Importance des problèmes liés à la souffrance psychique parmi les locataires 3F : Expérimentation sur le 19 ème arrondissement de Paris (4617 logements) : un nombre important de troubles de voisinage dont l origine relèverait d un trouble psychique. Des situations qui impactent les personnels de proximité (gardiens, personnels d entretien ) et le bien-vivre des locataires. Présentation de l EPOC «Espace Psychanalytique d Orientation et de Consultations» : Association constituée d une équipe de professionnels de la santé psychique, reconnue par les partenaires locaux de la santé et les collectivités territoriales parisiennes. L EPOC offre un service gratuit d accueil et de suivi personnalisé de toute personne en difficulté, en souffrance psychique et sociale, en rupture de lien social, au moyen de la psychanalyse appliquée à la thérapeutique. Elle est implantée depuis plus de 10 ans sur le 19 ème arrondissement et soutenue par 3F depuis 2008 dans le cadre de la mise à disposition de deux locaux dont un local de 100 m 2 complètement réaménagé par 3F qui est aujourd hui un Centre de Ressources. Ce Centre de Ressources EPOC a ouvert ses portes en février 2016 et est destiné à accueillir des locataires et habitants du 19 ème arrondissement de Paris ainsi que des professionnels, travaillant sur des problématiques d habitat et santé mentale. 3

4 2. Le partenariat 3F EPOC Ce partenariat s est structuré de 2013 à 2015 et s est formalisé en 2016 par un convention de partenariat selon les objectifs suivants : Intervenir de manière préventive, en identifiant en amont les signes de précarité et de souffrance psychique des locataires, évitant des expulsions traumatisantes ; Aller vers ces locataires victimes de troubles psychiques en leur proposant un accompagnement psychosocial à domicile ou en consultation; Mettre en place un suivi partenarial des locataires ayant bénéficié d un suivi de l EPOC avec ou sans intervention à domicile ; Se constituer un réseau d appui pour assurer une prise en charge optimale de la personne face aux situations de troubles psychiques générant des troubles de voisinage voire une mise en danger d autrui. Créer des outils de mesure, permettant d évaluer l efficacité des actions mises en œuvre par I3F sur le 19ème arrondissement de Paris; Accompagner et informer nos locataires sur les dispositifs et/ou services publics et associatifs locaux existants. 4

5 2. Le partenariat 3F EPOC Axe 1/ Informer et sensibiliser le personnel de proximité sur le 19 ème arrondissement : En 2014 et 2015, plusieurs sessions de sensibilisation à la souffrance psychique auprès du personnel de proximité : Environ 40 personnes (une majorité de gardiens 2 agents d accueil). Objectifs : Identifier les signes de souffrance psychique Comprendre la problématique en jeu Gérer la distance avec le locataire Avoir des repères pour se positionner professionnellement Connaitre les relais professionnels pour saisir l intérêt d une orientation Poursuite des sessions en 2016 (en cours) : Sous la forme d analyse de pratiques dans la continuité des formations engagées depuis Situations discutées et analysées collectivement en séance (10 professionnels). 5

6 2. Le partenariat 3F EPOC Axe 2 / Visites à domicile : Intervention de l EPOC pour assurer un suivi des locataires 3F volontaires, en souffrance psychique. L accompagnement et le suivi individuel à domicile ou dans les locaux de l EPOC vise à : Limiter le recours à l expulsion, Permettre le maintien du locataire dans son logement (ou une prise en charge adaptée), Assurer la tranquillité résidentielle des locataires 3F et la sécurité des équipes de proximité. Bilan en 2015 : 48 situations ont été étudiées dont 26 relevaient de la procédure «troubles de voisinage», 22 étaient issues de signalements informels. Sur ces 48 situations, 30 locataires ont pu être rencontrés par la psychologue de l EPOC et être mis en lien avec d autres partenaires. 259 entretiens ont été menés avec ces locataires et la psychologue de l EPOC. Axe 3 / Assurer l animation et le bon fonctionnement du Centre de Ressources Animation et gestion du Centre de Ressources comme un lieu d appui, d écoute, d information, de documentation, d échanges, d élaboration, de recherches sur l habitat et la santé mentale. Renforcement de la dynamique partenariale autour de la santé mentale sur le 19ème arrondissement ainsi qu un partenariat en interbailleur. 6

7 2. Le partenariat 3F EPOC : une procédure commune La procédure de signalement établie par 3F : Etape 1 : recherche et sélection des situations par le CAS référent «santé mentale» Le CAS référent du projet, centralise les demandes issues des courriers reçus en Agence (locataires 3F, Mairie essentiellement) et sélectionne les situations pertinentes pour une intervention potentielle de l EPOC. Il consolide chaque situation par des informations complémentaires notamment sur les problématiques contentieuses et auprès des équipes de proximité (gardiens, chefs de secteurs). Etape 2 : réunions partenariales bimensuelles / phase de diagnostic Les situations sont discutées entre le CAS référent et la psychologue de l EPOC deux fois par mois pour réaliser une première évaluation psycho-sociale : origine du signalement, problèmes rencontrés, actions déjà entreprises par 3F, partenaires connus, etc. Un premier axe de travail est posé et un type d intervention est préconisé. Etape 3 : sollicitation du locataire L EPOC intervient toujours auprès d un locataire sur la base du volontariat après qu un courrier signé du CAS référent 3F, l ait prévenu du partenariat 3F- l EPOC. Ces courriers sont adaptés en fonction des éléments connus de la problématique en jeu pour chaque locataire et sont formalisés en commun entre la psychologue de l EPOC et le CAS référent. Deux types de courriers peuvent être envoyés au locataire précisant soit de contacter directement l EPOC avec les coordonnées de la psychologue, soit précisant que l EPOC contactera le locataire prochainement. Etape 4 : action sur le terrain visites à domicile ou dans les locaux de l EPOC Intervention du gardien en cas de difficultés possibles pur établir le contact avec les locataires. Deux locaux de l EPOC situés à proximité du patrimoine 3F dans le 19ème permettant aux locataires d être reçus à l extérieur des logements. Etape 5 : retours et échanges sur le suivi des locataires en réunions de coordination bimensuelles et ajustement du suivi si nécessaire. 7

8 8

9 3. Evaluation et pistes de travail Concernant la prise en charge des publics en souffrance psychique par l EPOC : Les points positifs de l intervention : Près de la moitié des situations traitées par l EPOC ont permis l apaisement ou au mieux l arrêt des troubles. La rupture de l isolement et la reprise d un lien social pour la majorité des locataires rencontrés et la prévention de décompensations dans le logement qui peuvent avoir des conséquences graves (suicides). La reformulation et la médiation auprès des locataires en situation de déni de la réalité par rapport aux problèmes rencontrés avec le bailleur (dettes locatives, problèmes techniques, travaux à engager) qui favorise l orientation vers une solution. La mise en contact et l orientation vers les services médico-sociaux adaptés. Une alternative à l hospitalisation, l expulsion ou l impossibilité d habiter en collectivité. Un réel appui, particulièrement apprécié par les équipes de proximité en première ligne (gardiens, chefs de secteur). 9

10 3. Evaluation et pistes de travail Concernant la prise en charge des publics en souffrance psychique par l EPOC (suite) : Les limites de l intervention : Faibles capacités d action sur les cas psychiques lourds, type incurie ou Diogène qui restent des cas non résolus pour 3F. Un suivi régulier des situations, très consommateur de temps pour les CAS. Un projet qui a nécessité des évolutions dans la procédure interne 3F (fiche d intervention sociale notamment). Les pistes d amélioration : Réaffirmer la procédure interne 3F. Création d un comité élargi d orientation et de suivi des situations impliquant les métiers concernés. Élargir aux autres arrondissements parisiens en fonction des situations existantes ou à venir (sans contrainte de volume de situations à traiter). Faire du Centre de Ressources un outil pour les professionnels et usagers de l habitat social (ouverture du centre à l interbailleur). 10

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS I CONSTAT Alors que ce sont encore trop souvent les aspects négatifs de l adolescence qui sont mis en avant, il est utile de rappeler que la grande majorité

Plus en détail

Responsable de Résidence Accueil (H/F)

Responsable de Résidence Accueil (H/F) FICHE DE POSTE Responsable de Résidence Accueil (H/F) 1. La position dans la structure Le Responsable de Résidence Accueil intervient au sein de la Direction des Projets et Services Résidentiels, sous

Plus en détail

Difficultés de prise en charge au domicile

Difficultés de prise en charge au domicile Difficultés de prise en charge au domicile Intervention du CLIC d Asnières-sur-Seine Centre Local d Information et de Coordination gérontologique Le 4 juin 2015 Au titre de la loi 2002-2 du 2 janvier 2002,

Plus en détail

Le conseil local de santé mentale. Qu est-ce que c est? Pour quoi faire? Avec qui? Comment?

Le conseil local de santé mentale. Qu est-ce que c est? Pour quoi faire? Avec qui? Comment? Le conseil local de santé mentale Qu est-ce que c est? Pour quoi faire? Avec qui? Comment? Définition Conseil local de santé mentale (CLSM) : plateforme de concertation et de coordination qui rassemble,

Plus en détail

PROJET DE DÉLIBÉRATION EXPOSÉ DES MOTIFS

PROJET DE DÉLIBÉRATION EXPOSÉ DES MOTIFS Direction de l Action Sociale, de l Enfance et de la Santé Sous Direction de l'insertion et de la Solidarité Service de l Insertion par le Logement et de la Prévention des Expulsions 2016 DASES 262 G financement

Plus en détail

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015

PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 PROJET DE LOI de modernisation de notre système de santé. (Texte définitif) adopté par l Assemblée Nationale le 17 décembre 2015 Article 69 I. Le code de la santé publique est ainsi modifié : 1 La première

Plus en détail

COLMAR La concertation autour de la restructuration du secteur du Palais dans le quartier Europe

COLMAR La concertation autour de la restructuration du secteur du Palais dans le quartier Europe COLMAR La concertation autour de la restructuration du secteur du Palais dans le quartier Europe 40 Données de cadrage Contacts : - Bailleur : Brigitte Lefranc (développeur de quartier). - Ville : S. Jaeckle

Plus en détail

LE DISPOSITIF FAMILLE GOUVERNANTE

LE DISPOSITIF FAMILLE GOUVERNANTE FAMILLE Mars 2016 Définition et de «Famille-Gouvernante» Définition et Définition de «Famille Gouvernante» Née d une initiative associative, une réponse souple et concrète qui s est développée en s adaptant

Plus en détail

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes).

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). PRIORITE PRS : réduire les inégalités de santé XX/XX/XX SANTE MENTALE La santé mentale est un

Plus en détail

CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE. Saint-Jean de Braye

CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE. Saint-Jean de Braye CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE Saint-Jean de Braye Sommaire La prévention sécurité à Saint Jean de Braye Présentation du CLSPD Les actions du CLSPD Perspectives La prévention

Plus en détail

L auto réhabilitation accompagnée : un outil alternatif dans la lutte contre l habitat indigne.

L auto réhabilitation accompagnée : un outil alternatif dans la lutte contre l habitat indigne. L auto réhabilitation accompagnée : un outil alternatif dans la lutte contre l habitat indigne. L auto réhabilitation accompagnée, c est. Un outil d insertion sociale par le logement L outil vise le maintien

Plus en détail

ART. 13 N 2217 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 mars 2015 SANTÉ - (N 2673) AMENDEMENT. présenté par le Gouvernement ARTICLE 13

ART. 13 N 2217 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 mars 2015 SANTÉ - (N 2673) AMENDEMENT. présenté par le Gouvernement ARTICLE 13 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 mars 2015 SANTÉ - (N 2673) Commission Gouvernement AMENDEMENT N o 2217 Rédiger ainsi cet article : «Le code de la santé publique est ainsi modifié : présenté par le Gouvernement

Plus en détail

Dispositif du Programme National de Médiation Sanitaire (PNMS) proposé aux structures porteuses de projet de médiation sanitaire

Dispositif du Programme National de Médiation Sanitaire (PNMS) proposé aux structures porteuses de projet de médiation sanitaire Dispositif du Programme National de Médiation Sanitaire (PNMS) proposé aux structures porteuses de projet de médiation sanitaire 1. Pilotage du programme Un comité constitué de représentants d institutions

Plus en détail

Rencontre d information et d échanges en région Centre

Rencontre d information et d échanges en région Centre Rencontre d information et d échanges en région Centre «Du référentiel des neuf activités à l évaluation de son utilité sociale» 11 septembre 2009 Du référentiel des neuf activités à l évaluation de son

Plus en détail

Logement social et santé mentale

Logement social et santé mentale Hôpital MARCHANT 15 janvier 2008 Logement social et santé mentale Données de contexte 122 000 logements (dont 105 000 logements familiaux) 43 organismes du logement social (dont 17 en Haute-Garonne) Haute-Garonne

Plus en détail

IDENTIFICATION DU SERVICE

IDENTIFICATION DU SERVICE Retour à la présentation IDENTIFICATION DU SERVICE ESPACE RESSOURCE LOGEMENT MONTARGIS 38 rue de Crowborough 45200 MONTARGIS Tél : 02.38.92.07.28 Fax : 02.38.92.07.16 Courriel : erl.montargis@aidaphi.asso.fr

Plus en détail

Partenaires. La lettre Logement - Habitat N 04 - Novembre 2012

Partenaires. La lettre Logement - Habitat N 04 - Novembre 2012 Sommaire Partenaires Titre 1 Demander une aide au logement avec le nouveau Caf.fr Titre 2 Le programme «Habiter mieux» de l ANAH Titre 3 Le Centre Social de la Vallée Violette soutient une action menée

Plus en détail

Le Fonds de Solidarité Logement (FSL) et la précarité énergétique. présentation FSL -Atelier ALE - 29 mai 2012

Le Fonds de Solidarité Logement (FSL) et la précarité énergétique. présentation FSL -Atelier ALE - 29 mai 2012 Le Fonds de Solidarité Logement (FSL) et la précarité énergétique Plan d intervention Présentation générale du FSL Volet FSL énergie Chiffres clés La précarité énergétique 2 Présentation générale du FSL

Plus en détail

L action de GRA en matière de gérontologie

L action de GRA en matière de gérontologie Direction cohésion sociale / Service gérontologie L action de GRA en matière de gérontologie Journée dépendance du 8 mars 2012 La compétence Gérontologie CONTEXTE: Suite à l Analyse des Besoins sociaux

Plus en détail

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social ANNEXE 1 REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social FINALITES DE LA FONCTION - Etre le garant de la conception, du pilotage, de la mise en œuvre et de l évaluation du projet social de la structure

Plus en détail

Etude «jeunes et adolescents en difficulté nécessitant des prises en charges multiples et coordonnées. 24 mars 2015

Etude «jeunes et adolescents en difficulté nécessitant des prises en charges multiples et coordonnées. 24 mars 2015 Etude «jeunes et adolescents en difficulté nécessitant des prises en charges multiples et coordonnées. 24 mars 2015 Salima TAYMI (ARS) Pascal THEBAULT (CREAI de Bretagne) XX/XX/XX 2 LE CONTEXTE DE RÉALISATION

Plus en détail

Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL

Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL La fiche de fonction est un outil d organisation du travail. Elle a pour but de répertorier les missions et les principales activités associées à la fonction de psychologue

Plus en détail

PSYCHOLOGUE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE. Poste de rattachement hiérarchique : Responsable du Pôle Santé et Prévention MISSIONS

PSYCHOLOGUE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE. Poste de rattachement hiérarchique : Responsable du Pôle Santé et Prévention MISSIONS Direction des Ressources humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL (POSTE A MI-TEMPS) POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Ressources Humaines Poste de rattachement hiérarchique

Plus en détail

Dispositifs de soins en psychiatrie

Dispositifs de soins en psychiatrie Dispositifs de soins en psychiatrie Journée du 28 Mai 2015 Resaccel Annick Perrin-Niquet PISR Où trouver des soins psychiatriques? 1. La médecine de ville 2. Le secteur libéral 3. Le secteur de l hospitalisation

Plus en détail

SCHEMA GENERAL DES ACTEURS DE LA DEMARCHE. Le CHSCT Les Instances représentatives du personnel. Rôle Les étapes-clés Commentaires LA PREMIÈRE ANNÉE :

SCHEMA GENERAL DES ACTEURS DE LA DEMARCHE. Le CHSCT Les Instances représentatives du personnel. Rôle Les étapes-clés Commentaires LA PREMIÈRE ANNÉE : N 1 FICHE OUTIL OBJET Cette fiche est conçue comme une aide à l employeur pour positionner et mobiliser les acteurs de son entreprise. Elle peut être utilisée lors de la phase initiale de la démarche ou

Plus en détail

Présentation et perspectives

Présentation et perspectives Les Pensions de Famille dans le département du Rhône Présentation et perspectives Juin 2014 Cadre réglementaire Circulaire du 21 avril 1997 Relative au lancement d un programme expérimental de création

Plus en détail

La démarche d évaluation interne

La démarche d évaluation interne La démarche d évaluation interne La conduite de l évaluation interne dans les services à domicile au bénéfice des publics adultes 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax

Plus en détail

Le lien théorie pratique dans la formation des EJE Educateurs de jeunes enfants

Le lien théorie pratique dans la formation des EJE Educateurs de jeunes enfants Le lien théorie pratique dans la formation des EJE Educateurs de jeunes enfants Quels fondements? Quelle collaboration Ville de Lyon/ESSSE? Quelles modalités? 1- Contexte de la formation EJE à L ESSSE

Plus en détail

Dossier de presse. Dispositif Famille Gouvernante. UDAF de Loire-Atlantique. Contact presse : Quentin ROBION Tél

Dossier de presse. Dispositif Famille Gouvernante. UDAF de Loire-Atlantique. Contact presse : Quentin ROBION Tél Dossier de presse Dispositif Famille Gouvernante UDAF de Loire-Atlantique Contact presse : Quentin ROBION Tél. 02.51.80.30.05 info@udaf44.asso.fr www.udaf44.fr L UDAF 44, en général L Union Départementale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. organise la 1 re édition de ses Trophées qui récompensent 4 jeunes du quartier de Bellefontaine aux parcours d insertion réussis

DOSSIER DE PRESSE. organise la 1 re édition de ses Trophées qui récompensent 4 jeunes du quartier de Bellefontaine aux parcours d insertion réussis organise la 1 re édition de ses Trophées qui récompensent 4 jeunes du quartier de Bellefontaine aux parcours d insertion réussis DOSSIER DE PRESSE Toulouse, le 10 juin 2013 contact presse : agence mc3

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines.

Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines. Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines. Prof. Marie-Christine Closon (UCL) et Prof. J.P. Bayens (KUL) Maintien

Plus en détail

Le logement: quelles adaptations pour les personnes vivant avec des troubles psychiques? Martine Barrès Lille, 9 décembre 2015

Le logement: quelles adaptations pour les personnes vivant avec des troubles psychiques? Martine Barrès Lille, 9 décembre 2015 Le logement: quelles adaptations pour les personnes vivant avec des troubles psychiques? Martine Barrès Lille, 9 décembre 2015 Le logement : un chez soi aux multiples fonctions Aller et venir, se sentir

Plus en détail

13 septembre Dijon

13 septembre Dijon PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE Journée régionale Bourgogne Franche Comté 13 septembre 2016 - Dijon ATELIERS Atelier 1 : coordonner les actions en faveur des jeunes

Plus en détail

3. Les acteurs du CLS de Bordeaux Un outil participatif et évolutif... 5

3. Les acteurs du CLS de Bordeaux Un outil participatif et évolutif... 5 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès à la santé et aux soins... 3 2. Quatre actions emblématiques.3 3. Les acteurs du CLS

Plus en détail

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE : le projet en quelques mots La CTA : Coordination Territoriale d Appui Les dispositifs supplémentaires Pilulier électronique Activité Physique Adaptée Interventions d

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE 2009

BILAN D ACTIVITE 2009 DLA Champagne-Ardenne BILAN D ACTIVITE 2009 «Pérennisation des postes adultes-relais» SOMMAIRE 1. PRESENTATION DES DLA DE CHAMPAGNE-ARDENNE Page 2 2. PRESENTATION DE L ACTION 2009 Page 2 3. BILAN QUANTITATIF

Plus en détail

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007 Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Le Conseil Local de Santé Mentale (CLSM)

Le Conseil Local de Santé Mentale (CLSM) Jeudi 22 octobre 2009 Direction de l Hygiène et de la Santé Publique bp 65051 69601 Villeurbanne cedex http://www.mairie-villeurbanne.fr Le Conseil Local de Santé Mentale (CLSM) Mathieu Fortin, coordonnateur

Plus en détail

Contrat de Ville Projet de territoire Belleville Amandiers Pelleport

Contrat de Ville Projet de territoire Belleville Amandiers Pelleport Contrat de Ville 2015-2020 Projet de territoire Présentation en Conseil de Quartier 12 octobre et 9 novembre 2015 Les quartiers prioritaires du 20 e Le 20 e arrondissement compte 198 000 habitants Les

Plus en détail

1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION

1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L'Educateur Technique Spécialisé (ETS) est un travailleur social. Il contribue à l'intégration sociale et à l'insertion professionnelle

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DE COMPOSTAGE EN HABITAT COLLECTIF. Cabinet d étude GECE Novembre 2012

EVALUATION DU DISPOSITIF DE COMPOSTAGE EN HABITAT COLLECTIF. Cabinet d étude GECE Novembre 2012 EVALUATION DU DISPOSITIF DE COMPOSTAGE EN HABITAT COLLECTIF Cabinet d étude GECE Novembre SOMMAIRE 2 4 dispositifs d enquêtes depuis 2011 Les principaux résultats Les pistes d action 3 Les dispositifs

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Logement : comment accompagner les personnes en difficulté

Logement : comment accompagner les personnes en difficulté Logement : comment accompagner les personnes en difficulté Pour un meilleur accompagnement dans les procédures de logement. Formation présentielle Formation 2 jours - 14 h 1 495 HT Réf. MC42 Petit-déjeuner

Plus en détail

Le DE CESF (Rachel Paul, S.Weil, Dijon)

Le DE CESF (Rachel Paul, S.Weil, Dijon) Le DE CESF (Rachel Paul, S.Weil, Dijon) Profil des étudiants Tous titulaires d un BTS ESF 90 à 95 % suite BTS et 10 à 5 % retour fac ou emploi ou parfois «redoublement» Bac origine : * 55 % bac techno

Plus en détail

[ 1 ] communauté urbaine Toulouse Métropole Politique de la Ville et Innovation Sociale

[ 1 ] communauté urbaine Toulouse Métropole Politique de la Ville et Innovation Sociale [ 1 ] communauté urbaine Toulouse Métropole La communauté urbaine Toulouse Métropole : 2001 : création de la communauté d agglomération transformée en communauté urbaine en 2009. Un territoire progressivement

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SERVICE CIVIQUE. À destination des membres du réseau de l UNIOPSS

PRÉSENTATION DU SERVICE CIVIQUE. À destination des membres du réseau de l UNIOPSS PRÉSENTATION DU SERVICE CIVIQUE À destination des membres du réseau de l UNIOPSS Septembre 2015 INTRODUCTION En 2010, l État a mis en place le Service Civique pour répondre à l importante demande de projets

Plus en détail

Projet de Requalification des Quartiers du Centre-ville d Aubervilliers (PNRQAD)

Projet de Requalification des Quartiers du Centre-ville d Aubervilliers (PNRQAD) Projet de Requalification des Quartiers du Centre-ville d Aubervilliers (PNRQAD) 1 Présentation générale de la stratégie d intervention 2 3 Déclinaison opérationnelle du projet Déclinaison financière 4

Plus en détail

RESIDETAPES MONOGRAPHIE. Annexe à l étude Logement d insertion et mobilisation de moyens souples et adéquats d accompagnement social

RESIDETAPES MONOGRAPHIE. Annexe à l étude Logement d insertion et mobilisation de moyens souples et adéquats d accompagnement social RESIDETAPES MONOGRAPHIE Annexe à l étude Logement d insertion et mobilisation de moyens souples et adéquats d accompagnement social réalisée par le CRESGE pour les Acteurs du Logement d Insertion SEPTEMBRE

Plus en détail

Romans La Monnaie 51

Romans La Monnaie 51 Romans La Monnaie 51 Données de cadrage Contacts : - Christelle MOTTET, Chargée de Mission, Office de l Habitat du Pays de Romans - Alain LAPLACE, Directeur de l Office de l Habitat du pays de Romans -

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Seine Saint Denis coordonner proximité collaborer accompagner mutualiser évaluer innover orienter ressource plate-forme associations

Plus en détail

Projet Départemental Haute-Vienne

Projet Départemental Haute-Vienne 87 Projet Départemental Haute-Vienne 2016-2020 La Fondation des Amis de l Atelier en France Depuis plus de 50 ans, la Fondation des Amis de l Atelier, reconnue d utilité publique, accueille et accompagne

Plus en détail

Projet de veille éducative

Projet de veille éducative Projet de veille éducative 1) Objectifs du projet Le dispositif s adresse aux enfants de 2 à 17 ans. Il s agit d accompagner ceux qui présentent des signes de fragilité ou qui risquent de rencontrer des

Plus en détail

La démarche de prévention des RPS à Metz Métropole. Mardi 30 septembre 2014

La démarche de prévention des RPS à Metz Métropole. Mardi 30 septembre 2014 La démarche de prévention des RPS à Metz Métropole Mardi L HISTOIRE DE METZ MÉTROPOLE Du District à la Communauté d Agglomération de Metz Métropole 2001 District de l Agglomération Messine (10 communes,

Plus en détail

Session 1 : Stratégie de politique locale Anne Ged Directrice de l Agence Parisienne du Climat

Session 1 : Stratégie de politique locale Anne Ged Directrice de l Agence Parisienne du Climat Avec vous, pour économiser l énergie au quotidien Session 1 : Stratégie de politique locale Anne Ged Directrice de l Agence Parisienne du Climat 1 QUELQUES CHIFFRES POUR COMMENCER 2, 2 millions d habitants

Plus en détail

Étude «Hébergement et logement des personnes sortant de détention ou placées sous main de justice»

Étude «Hébergement et logement des personnes sortant de détention ou placées sous main de justice» Étude «Hébergement et logement des personnes sortant de détention ou placées sous main de justice» Sous la coordination de la DIHAL Atelier DIHAL "Organiser la sortie de détention : De la prison vers le

Plus en détail

Accompagnement Maîtres d Apprentissage 7 Novembre 2006 Amiens

Accompagnement Maîtres d Apprentissage 7 Novembre 2006 Amiens 1 DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES MAITRES D APPRENTISSAGE 2 Partant du constat que les actions auprès des formateurs et des maîtres d apprentissage n ont jusqu à présent pas permis de rendre optimales

Plus en détail

Service AID. L évolution des suivis

Service AID. L évolution des suivis Service AID Le Droit Au Logement Opposable institué en 2007, permet aux personnes dépourvues de logement ou mal logées, de faire valoir leur droit à un logement ou à un logement digne. Les mesures d AID

Plus en détail

22 mai 2013 INC Branche retraite L action sociale de l Assurance Retraite : quelques orientations stratégiques pour l action sociale de la Cnav

22 mai 2013 INC Branche retraite L action sociale de l Assurance Retraite : quelques orientations stratégiques pour l action sociale de la Cnav 22 mai 2013 INC Branche retraite L action sociale de l Assurance Retraite : quelques orientations stratégiques pour l action sociale de la Cnav 1 Le rôle de l action sociale de la CNAV : maintenir l autonomie

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

Réseau Réhab. Handicap Psychique et Réhabilitation Psychosociale. Centre Ressource Handicap Psychique CReHPsy. Centre Hospitalier de Niort

Réseau Réhab. Handicap Psychique et Réhabilitation Psychosociale. Centre Ressource Handicap Psychique CReHPsy. Centre Hospitalier de Niort Réseau Réhab Handicap Psychique et Réhabilitation Psychosociale Centre Ressource Handicap Psychique CReHPsy Centre Hospitalier de Niort Bâtiment Tremplin 2 ème étage 40, avenue Charles de Gaulle 79021

Plus en détail

RESEAU SANTE MENTALE LA ROCHELLE

RESEAU SANTE MENTALE LA ROCHELLE RESEAU SANTE MENTALE LA ROCHELLE Porteurs du projet: Le Service Santé Publique Hygiène Environnement de la Ville de La Rochelle La coordination territoriale Prévention Suicide et Promotion de la Santé

Plus en détail

Plan local de santé publique Martigues / Port-de-Bouc Plan validé suite au 6ème Comité de pilotage local de l Atelier Santé Ville

Plan local de santé publique Martigues / Port-de-Bouc Plan validé suite au 6ème Comité de pilotage local de l Atelier Santé Ville Plan local de santé publique Martigues / Port-de-Bouc Plan validé suite au 6ème Comité de pilotage local de l Atelier Santé Ville 1 PREFECTURE DES BDR Participation au diagnostic et à l élaboration du

Plus en détail

(être parent d'un enfant

(être parent d'un enfant A C C U E I L ( D I A L O G U E ( É C O U T E (être parent d'un enfant confié à l'aide Sociale à l'enfance MAIRIE DE PARIS - Crédits photos : Digital Vision, Photodisc, Banana Stock - Edition Août 2003

Plus en détail

Jeudi 11Juin 1Juin 2015 CLLAJ MARTINIQUE

Jeudi 11Juin 1Juin 2015 CLLAJ MARTINIQUE Jeudi 11Juin 1Juin 2015 8 h -13h Batelière 1 SEMINAIRE DALO CLLAJ MARTINIQUE Brève présentation des missions du CLLAJ Martinique Regard sur les situations de jeunesses orientées par le DALO Pistes d amélioration

Plus en détail

Direction du Développement Economique, de l Emploi et de l Enseignement Supérieur

Direction du Développement Economique, de l Emploi et de l Enseignement Supérieur Direction du Développement Economique, de l Emploi et de l Enseignement Supérieur 2013 DDEEES 36 G / 2013 DASES 670 G Convention cadre avec l association Emmaüs Défi. Mesdames, Messieurs, PROJET DE DELIBERATION

Plus en détail

Ville de REIMS Quartier WILSON Séquence urbaine RAVEL La séquence RAVEL : une clé de lecture du quartier Wilson

Ville de REIMS Quartier WILSON Séquence urbaine RAVEL La séquence RAVEL : une clé de lecture du quartier Wilson Ville de REIMS Quartier WILSON Séquence urbaine RAVEL La séquence RAVEL : une clé de lecture du quartier Wilson Photo Ville de REIMS Situation du morceau de ville Photo Ville de REIMS La séquence urbaine

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vie nocturne dans le 11 e : de nouveaux outils pour la médiation ANNONCE. Sommaire:

DOSSIER DE PRESSE. Vie nocturne dans le 11 e : de nouveaux outils pour la médiation ANNONCE. Sommaire: fr DOSSIER DE PRESSE Vie nocturne dans le 11 e : de nouveaux outils pour la médiation Présentation à la Presse le Vendredi 1 er juin 2012, à 18h. A «l Alimentation générale», 64, rue Jean-Pierre Timbaud.

Plus en détail

Le Projet pour les Personnes Agées En. d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux. Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine

Le Projet pour les Personnes Agées En. d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux. Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine Le Projet pour les Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie sur le territoire de la ville de Bordeaux Brigitte GEOFFROY Chef de Projet ARS Aquitaine Les enjeux de l autonomie : o Près de 20 000 personnes

Plus en détail

Restitution des ateliers 2010 de l économie, de l emploi et de l insertion

Restitution des ateliers 2010 de l économie, de l emploi et de l insertion Développement économique, emploi et insertion : quelle mobilisation pour les quartiers? Restitution des ateliers 2010 de l économie, de l emploi et de l insertion Pour une meilleure prise en compte de

Plus en détail

LE CONSEIL EN ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE AU CŒUR DE L ACCOMPAGNEMENT DE PÔLE EMPLOI

LE CONSEIL EN ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE AU CŒUR DE L ACCOMPAGNEMENT DE PÔLE EMPLOI LE CONSEIL EN ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE AU CŒUR DE L ACCOMPAGNEMENT DE PÔLE EMPLOI POLE-EMPLOI.ORG PÔLE EMPLOI, UN ACTEUR CLÉ DU CONSEIL EN ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE Profondes mutations économiques et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les Noxambules Équipe mobile de prévention et de réduction des conduites à risques en soirée, sur la voie publique en centre ville

DOSSIER DE PRESSE. Les Noxambules Équipe mobile de prévention et de réduction des conduites à risques en soirée, sur la voie publique en centre ville DOSSIER DE PRESSE Les Noxambules Équipe mobile de prévention et de réduction des conduites à risques en soirée, sur la voie publique en centre ville Contact presse Corine BUSSON-BENHAMMOU corine.busson-benhammou@ville.angers.fr

Plus en détail

10/11/2014. La finalité du BAC PRO SPVL

10/11/2014. La finalité du BAC PRO SPVL Académie de Versailles - Màj septembre 2014 1 La finalité du BAC PRO SPVL - FORMER des intervenants de proximité pouvant s adresser à différents publics dont les besoins spécifiques ne requièrent pas toujours

Plus en détail

Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile

Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile Renouveler l organisation des SSIAD et faire évoluer leurs pratiques : un des enjeux du maintien à domicile

Plus en détail

L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L assistant familial est un travailleur social qui exerce une profession définie et réglementée

Plus en détail

V i v r e e n s e m b l e

V i v r e e n s e m b l e F V i v r e e n s e m b l e 98 Schéma directeur pour l autonomie et la participation des personnes handicapées à Paris > F - vivre ensemble Dans le programme d études, se référer aux études : Enfance handicapée

Plus en détail

MSA BEAUCE CŒUR DE LOIRE

MSA BEAUCE CŒUR DE LOIRE MSA BEAUCE CŒUR DE LOIRE Plan d Action Sanitaire et Sociale 2011-2015 www.msa-beauce-coeurdeloire.fr Ce plan : Un nouveau plan d action sanitaire et sociale pour les 5 années à venir 2011 2015 adopté lors

Plus en détail

Emploi : de la formation au recrutement direct

Emploi : de la formation au recrutement direct Fiche d expérience Mai 2010 Pôle ressources Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration à Paris Les Portes / Temple Sainte Marthe / Grange aux Belles / 10 ème ardt. Emploi : de la formation

Plus en détail

Dép. 54 «S.A.F.E.» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 54 «S.A.F.E.» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 54 «S.A.F.E.» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accompagnement familial et éducatif -S.A.F.E.-, est un dispositif d accueil de jour, implanté sur deux

Plus en détail

EXPERIMENTATION PAERPA Sur le territoire de la MAYENNE

EXPERIMENTATION PAERPA Sur le territoire de la MAYENNE EXPERIMENTATION PAERPA Sur le territoire de la MAYENNE LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL : UN OUTIL DE CONNAISSANCE FEUILLE DE ROUTE : ARCHITECTURE GLOBALE ET DETAIL DES FICHES ACTION Le prototype PAERPA en

Plus en détail

Déploiement de la démarche qualité à l A.N.P.A.A. Elodie Crochet, chargée de mission prévention A.N.P.A.A. - siège national.

Déploiement de la démarche qualité à l A.N.P.A.A. Elodie Crochet, chargée de mission prévention A.N.P.A.A. - siège national. Déploiement de la démarche qualité à l A.N.P.A.A. Elodie Crochet, chargée de mission prévention A.N.P.A.A. - siège national 8 novembre 2013 1 L A.N.P.A.A. L A.N.P.A.A. a pour missions de : Promouvoir et

Plus en détail

Le parcours de vie des personnes en situation de handicap psychique

Le parcours de vie des personnes en situation de handicap psychique COPIL Parcours des personnes en situation de précarité Réunion du 5 juillet 2013 Le parcours de vie des personnes en situation de handicap psychique 1 30% des français sont concernés par un problème plus

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Carole PIERRE dans l Yonne Le PRS et les parcours : enjeux et mise

Plus en détail

La filière «santé social» de l Education Nationale et «services» de l Enseignement agricole. Post-Bac

La filière «santé social» de l Education Nationale et «services» de l Enseignement agricole. Post-Bac La filière «santé social» de l Education Nationale et «services» de l Enseignement agricole Post-Bac La carte des formations sanitaires et sociales post-bac dans l Education Nationale Bac + 3 Diplôme d

Plus en détail

La convention d utilité sociale (CUS) Mode d emploi

La convention d utilité sociale (CUS) Mode d emploi La convention d utilité sociale (CUS) Mode d emploi 2 I. LA CONVENTION D UTILITE SOCIALE (CUS), CADRE GENERAL La convention d utilité sociale traduit les engagements des bailleurs sociaux dans la mise

Plus en détail

Politique de la diversité dans un établissement de l APHP :

Politique de la diversité dans un établissement de l APHP : CONGRÈS DES CADRES DE L AP-HP LUNDI 13 JUIN 2016 Politique de la diversité dans un établissement de l APHP : Témoignage de l hôpital Necker-Enfants malades Annie Défosse-Agut, Référent adaptation à l emploi,

Plus en détail

Prévenir et surmonter l isolement de la personne âgée les propositions de réponses du Conseil Général de l Ain

Prévenir et surmonter l isolement de la personne âgée les propositions de réponses du Conseil Général de l Ain Bureau International du Travail Jeudi 2 octobre 2014 Prévenir et surmonter l isolement de la personne âgée les propositions de réponses du Conseil Général de l Ain Monsieur Jacques RABUT Vice-président

Plus en détail

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus Famille de métier : Soins Statut (métier/emploi type) : Si emploi type, fiche métier source : PSYCHOMOTRICIEN 1 Objectifs/Résultats attendus Viser à l harmonie des fonctions psychiques et motrices Etablir

Plus en détail

ACTIS. Acteur de l immobilier social. Forum Régional des Acteurs de la Rénovation Urbaine 28 mars 2008 Direction Territoriale EST

ACTIS. Acteur de l immobilier social. Forum Régional des Acteurs de la Rénovation Urbaine 28 mars 2008 Direction Territoriale EST ACTIS Acteur de l immobilier social Forum Régional des Acteurs de la Rénovation Urbaine 28 mars 2008 Direction Territoriale EST ACTIS OPH de la région grenobloise depuis 1920 Patrimoine > Réparti sur 56

Plus en détail

Les Constats. Une Maison des adolescents à Strasbourg: Quel projet? Cahier des Charges. MdA. MdA. MdA. MdA. Cahier des Charges : missions des M d A

Les Constats. Une Maison des adolescents à Strasbourg: Quel projet? Cahier des Charges. MdA. MdA. MdA. MdA. Cahier des Charges : missions des M d A Une Maison des adolescents à Strasbourg: Quel projet? Pr C.Bursztejn Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Les Constats Multiplication de signes de vulnérabilité et/ou de souffrance psychique dans la population

Plus en détail

Accompagnement Vers et Dans le Logement

Accompagnement Vers et Dans le Logement C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Accompagnement Vers et Dans le Logement A.V.D.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94

Plus en détail

Seconde programmation

Seconde programmation Contrat de Ville de Thonon-les-Bains Appel à projets 2016 Seconde programmation 1 Les partenaires du Contrat de ville de Thonon-les-Bains lancent un appel à projet commun dans le cadre de la mise en œuvre

Plus en détail

Projet de loi tendant à renforcer l efficacité des sanctions pénales. Sommaire :

Projet de loi tendant à renforcer l efficacité des sanctions pénales. Sommaire : Sommaire : Quantum de peine pour bénéficier d aménagements de peine p.2 Peine de probation.. p. 3 Implication des associations et organismes compétents en matière d accompagnement... p.4 Prise en charge

Plus en détail

Référentiel Fonction / Activités Educateur Spécialisé

Référentiel Fonction / Activités Educateur Spécialisé Référentiel Fonction / Activités Fonction 1 Fonction 2 Fonction 3 Fonction 4 Établissement d une relation, Diagnostic éducatif Accompagnement éducatif de la personne ou du groupe Conception et conduite

Plus en détail

Formations nd semestre

Formations nd semestre Formations - 2016-2 nd semestre Les formations de l A.N.P.A.A. Nord Pas-de-Calais en quelques mots Dans le champ de l alcoologie et de l addictologie, l A.N.P.A.A. Nord/Pas-de-Calais développe une politique

Plus en détail

«Journée internationale pour l élimination. de la violence à l égard des femmes»

«Journée internationale pour l élimination. de la violence à l égard des femmes» Préfet de la Haute-Corse «Journée internationale pour l élimination de la violence à l égard des femmes» 25 novembre 2013 à 09h30 Salle Polyvalente de LUPINO Dossier de presse 1 LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES

Plus en détail

PISTES DE TRAVAIL issues des ATELIERS DU PLH des 6 et 27 mars pppppp

PISTES DE TRAVAIL issues des ATELIERS DU PLH des 6 et 27 mars pppppp PISTES DE TRAVAIL issues des ATELIERS DU PLH des 6 et 27 mars 2009 AMELIORER L ACCES AU LOGEMENT ET LES PARCOURS RESIDENTIELS DES MENAGES MODESTES et S IMPLIQUER DANS L HEBERGEMENT 1 SYNTHESE des PISTES

Plus en détail

La Devèze. Un territoire de coproduction de sécurité et de tranquillité publique

La Devèze. Un territoire de coproduction de sécurité et de tranquillité publique FRARU 2010 Atelier Tranquillité et Sécurité, Gestion des quartiers, en collaboration avec l'acse 17 septembre 2010 Palais des Congrès La Devèze Un territoire de coproduction de sécurité et de tranquillité

Plus en détail

La ville de Lyon fait partie des 15 villes de France ayant un service de santé scolaire (pris en charge habituellement par l Education nationale).

La ville de Lyon fait partie des 15 villes de France ayant un service de santé scolaire (pris en charge habituellement par l Education nationale). Mise à jour en octobre 2010 GUIDE DE PRESENTATION DU SERVICE MEDICO-SOCIAL SCOLAIRE DIRECTION DE L EDUCATION VILLE DE LYON DELEGATION AUX AFFAIRES SOCIALES, EDUCATION, PETITE ENFANCE La ville de Lyon fait

Plus en détail