L identité québécoise créée dans le film de Thierry Le Brun Un certain souvenir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L identité québécoise créée dans le film de Thierry Le Brun Un certain souvenir"

Transcription

1 L identité québécoise créée dans le film de Thierry Le Brun Un certain souvenir Szabó Eszter Université de Szeged Szeged, Hongrie L identité québécoise créée dans le film de Thierry Le Brun Un certain souvenir Introduction Faisant partie des recherches prospectives ultérieures sur l identité contemporaine canadienne, francophone et minoritaire, nous allons examiner dans cette communication les voies variées possibles de l identification vis-à-vis de l autre et de soi-même. Nous nous référerons aux textes sonores du film de Thierry Le Brun, Un certain souvenir. Nous allons aussi démontrer comment le réalisateur utilise la dynamique minorité / majorité pour arriver à son objectif artistique. Les questions fondamentales de la construction de l identité, à savoir l intégration et la fragmentation, la quête menant à se définir par l aliénation de l autre, ou contrairement, en se rapprochant de l autre représentent des thèmes centraux dans le film. Ainsi la multitude de leurs manifestations nous offre-t-elle de nombreuses possibilités pour mener une analyse qui se concentre sur la construction de l identité. L abondance des exemples des phénomènes mentionnés explique que nous avons dû restreindre le champ de notre étude qui se concentrera notamment sur la dynamique minorité / majorité vue et revue dans le film. L objectif de notre travail n a pas été de découvrir une identité québécoise exprimée, établie ou ressentie par l ensemble des Québécois eux-mêmes, dans un sens plus ou moins universel, seulement celle qui est révélée au fur et à mesure par les personnages dans le film. Ce que nous allons analyser alors est une interprétation de l identité québécoise proposée par le réalisateur. Sur ce point nous aimerions remercier vivement M. Thierry Le Brun de son aide, sa coopération, et ses judicieuses remarques au cours de notre travail sur le film. Le film Selon les objectifs du cinéaste, aisément saisissables pour le spectateur, le film cherche des explications populaires en ce qui concerne la devise 567

2 Place and Memory in Canada: Global Perspectives Lieu et Mémoire au Canada: Perspectives Globales «Je me souviens» sur les plaques d immatriculation au Québec. En effet, il s agit de la devise inventée par l architecte Eugène Taché. Elle se trouve aussi sur la façade du bâtiment du Parlement québécois. Même si elle a suscité des débats depuis son existence et quoique toute une liste d interprétations aient été créées à partir de ces 3 mots, il existe deux explications répandues et acceptées. Selon la première, d après une lettre personnelle écrite par Eugène Taché, les statues sur la façade du bâtiment du Parlement québécois représentent «l ensemble des souvenirs» de la communauté québécoise d expression française. Cependant, le point de départ de la deuxième explication est un poème qui met en opposition le lys et la rose, symboles puissants du Québec et de l Angleterre. Résumer la question centrale du film est simple: «Qui est le je de la devise et de quoi est-il censé se souvenir?». Le fait de poser cette question aux protagonistes du film permet au réalisateur de rendre explicite l identification du soi-même et de l autre. Malgré la pertinence des explications, l absence d une version faisant l autorité sur la signification de la devise donne aux Québécois la liberté de l utiliser à leur propre gré. Dans ce film Thierry Le Brun pose systématiquement la question mentionnée ci-dessus à des personnages qu il rencontre et, suivant la réponse, il essaye de la vérifier en cherchant les groupes et les événements mentionnés dans les réponses. L idée originale du réalisateur est de jouer, ou plutôt expérimenter, avec les réponses d une part, et d autre part expérimenter avec la condition minoritaire. Le film dépeint le fait d être minoritaire dans sa dynamique quotidienne et banale, à savoir la dualité majorité / minorité. C est donc le caractère toujours changeant de cette condition qui est le vrai sujet et le vrai objectif de ce film. Certes, la dualité minorité / majorité possède un aspect universel, mais la situation historique, sociologique, linguistique, sociolinguistique ou culturelle du Canada nous montre que la dualité canadienne est quelque chose de spéciale prouvé justement par l existence des provinces anglophones, bilingues et francophones. En étudiant la dualité minorité / majorité, dans notre exposé nous allons étudier quatre situations de minorité / majorité au Québec et/ou au Canada suivant le scénario du film: les cas des autochtones, des francophones, des anglophones et des femmes. L analyse les premières nations L une des premières réponses est la suivante «je me souviens de mes origines et de mes ancêtres». Thierry Le Brun reprend la réponse, et va à la 568

3 L identité québécoise créée dans le film de Thierry Le Brun Un certain souvenir recherche des ancêtres possibles, des Mohawks anglophones. Ce qu on voit dans les réponses des Mohawks est que d une part ils ne se sentent pas inclus dans l adjectif québécois, et d autre part qu ils ne veulent pas y être inclus non plus : ils préfèrent rester en dehors de cette appellation, se dissocier du Canada et du Québec. Les mémoires douloureuses des autochtones en tant qu individus et en tant que communauté ethnique ou culturelle sont au centre de leur récit. C est surtout la privation dont ils parlent, qui est implicitement le résultat ou la conséquence de leur être minoritaire. Leurs témoignages parlent de sentiments d exclusion totale, de privation systématique de leur droits, libertés, identités par la majorité dans ce cas là, par les Québécois francophones. Selon Valaskakis, auteure autochtone, ce n est pas dans les concepts internes que la construction de l identité s est faite, mais plutôt, dans l adoption des représentations changeantes et dans les narratives générées, basées sur les expériences individuelles et sociales. Ainsi le fait que les autochtones dans le film déclarent: «nous ne sommes pas des Québécois» est le résultat de tout un processus: les représentations des Québécois par eux mêmes montrent une image aux autochtones à laquelle ils n ont pas envie d appartenir. Des autochtones ne peuvent pas s identifier avec les images et narrations des Québécois (Valaskakis, 76). La dynamique minorité / majorité dans ce caslà réside dans le temps: diachroniquement les autochtones étaient en majorité, même sans une communauté minoritaire, il n y avait même pas de minorité et majorité en fonction d ethnicité dans le sens européen du terme. Par conséquent, en créant leurs images, narrations, ils se dissocient de la majorité n acceptant pas le rôle minoritaire créé pour eux par cette majorité. Les francophones La présentation de la majorité québécoise commence par les scènes d une commémoration de l arrivée des Filles du Roy au Québec: une autre interprétation des ancêtres et des origines. Entre autres, les personnes jouant les figures historiques donnent leurs récits personnels révélant leurs réalités minoritaires et / ou majoritaires en répondant à la question de Thierry Le Brun. On voit aussi parmi les sujets interviewés des personnages bien connus au Québec. Un des personnages célèbres dans le film est Pierre Falardeau, un cinéaste très connu au Québec. Il se réclame souverainiste et est un indépendantiste engagé. Sa contribution est très politique qui touche un événement politico-historique. Il parle notamment de l Acte d union qui a uni le Haut et le Bas Canada et qui a eu une conséquence sociopolitique. Selon lui le souvenir du «je» de la devise et le fait que le Québec est un 569

4 Place and Memory in Canada: Global Perspectives Lieu et Mémoire au Canada: Perspectives Globales pays annexé et qui reste toujours colonisé parce que la population du Québec n a jamais vraiment voté pour la constitution canadienne. Cela explique qu une majorité, les francophones du Bas-Canada, est devenue minorité. Pierre Falardeau mentionne le fait, ou plutôt le processus, de la minorisation des Québécois d expression française. Son discours place la condition minorité majorité dans une perspective historique et politique. Selon les lignes conductrices de notre analyse, le changement dans la condition d un peuple tout au long de l axe minorité / majorité est au centre de ce récit. Ce qui est remis en question c est la légitimité de ce changement. Dans le film le thème des référendums sur la souveraineté du Québec, de l époque des bombes, de l oppression des francophones par les anglophones revient de temps en temps. Les raisons du refus de la situation actuelle trouvent leurs explications dans la révélation des différents aspects de cette oppression, des questions d inégalité. Un nouveau facteur entre en jeu: le caractère légitime ou illégitime du pouvoir de la majorité de «minoriser» une communauté. Un deuxième témoignage est celui d un immigré d origine polonaise qui voit une double évaluation de ses origines par la majorité. Il y a deux époques selon lui: pré- et post-gretzky. La situation de M. Bélinsky reste minoritaire comme francophone au Canada dans les deux époques, mais l apparition de Wayne Gretzky sur la scène du hockey international valorise sa situation d immigré d origine polonaise. Cela nous montre que le rôle de prestige accordé par la majorité bien évidemment, est un élément essentiel dans la construction de soi, de son identité. C est pour cela qu il a pu garder son nom, et veut se souvenir de ses origines polonaises. Les anglophones Les anglophones non autochtones du film adoptent des perspectives différentes vis-à-vis de la majorité francophone québécoise. Dans une intervention de Janette Bertrand nous l entendons parler de ses expériences minoritaires quand elle décrit l attitude de ses voisins anglophones lors d un party de rue. Un anglophone lui demande: «But what do you want? We used to have no problems with our French Canadian servants! Mais qu est-ce que vous voulez? On n avait aucun problème avec nos domestiques français!» Ce qu on lui reproche en fait dans cette anecdote, c est l émancipation de la communauté francophone, l existence même d une volonté quelconque; surtout une volonté de libération, l intention de se débarrasser de la tutelle anglophone, en d autres termes, l intention de se 570

5 L identité québécoise créée dans le film de Thierry Le Brun Un certain souvenir faire majorité. Nous voyons donc ce groupe d anglophones pleins de sentiments négatifs: certains qui, selon notre interprétation de leur contribution dans le film, ne peuvent pas ou ne veulent pas, ou encore n arrivent pas à se réconcilier avec le fait qu une minorité canadienne peut devenir majorité québécoise. Ils ont l air vexé, ils parlent fort, parce qu ils se sentent offensés par l attitude et par les actions d une «minorité». Pour ce groupe d anglophones les événements dans leur contexte historique, la minorisation des francophones ou la révolution tranquille n ont pas de sens. Pour eux, il n y a pas de dynamique que là-dedans : ce qui est décidé une fois, est décidé pour toujours. En regardant le film, nous avons eu l impression que les Québécois anglophones ne percevaient pas leur position comme minoritaire, et se sentaient alors offensés, lorsqu ils étaient qualifiés de minorité ou lorsqu on leur rappelait leur condition de minorité. Leurs réactions témoignent de vexation et de frustration. Ils expriment leurs sentiments en anglais ne parlant en français que pour intensifier le contenu de leur contribution (I am a Quebecer et je vais rester ici). Il y a un autre groupe d anglophones dans le film qui apprécient beaucoup leur situation minoritaire et la regardent d un oeil tout à fait positif. Ce groupe capte sans doute l ironie de leur destin : un peuple qui fait partie d une majorité nationale et qui est en situation minoritaire sur le plan provincial. L attitude des anglophones qui minimalisent l importance des conflits anglo-français est à noter. Dans leur optique, les conflits sont générés par la politique et grossis par les journalistes. Il est aisé de constater que les conflits et luttes sont bien moins porteurs de signification que ne le penserait un francophone se battant pour la reconnaissance de ses droits ou pour son indépendance. Les femmes Le scénario du film est bien équilibré en ce qui concerne les interventions des hommes et des femmes. En fait, nous voyons deux femmes qui donnent leurs opinions sur la condition féminine québécoise. La première est Janette Bertrand. On l a déjà vue dans l extrait précédent. Son texte, son récit personnel devient très puissant lorsqu elle parle de l influence de l église catholique sur la vie des femmes. Non seulement elle nous raconte comment l église a pu exercer son pouvoir de soumettre les femmes et en même temps les familles à ses propres objectifs, mais elle révèle aussi les détails de la libération des femmes par les femmes elles-mêmes. Nous revoyons également les graves conséquences de celle-ci, et notamment la chute dans le taux de natalité et le dépeuplement des églises. L autre femme, qui nous 571

6 Place and Memory in Canada: Global Perspectives Lieu et Mémoire au Canada: Perspectives Globales révèle ses expériences de la condition féminine, vit dans une situation minoritaire plurielle, étant à la fois noire et femme. Son expérience ne lui laisse pas la possibilité d émancipation et c est pour cela sa réponse est: «je me souviens toujours que je suis noire et que je suis femme». Conclusion Selon Thierry Le Brun, son film ressemble à une série de réponses données au cours d un certain test psychologique, à savoir le fameux test de Rorschach, où une tache d encre sert de prétexte pour être interprétée par chacun de sa manière personnelle et différente. Pour nous, le film représente plutôt un jeu de puzzle, avec les pièces isolées qui n ont aucun sens étant en elles-mêmes, mais le tout assemblé forme une image magnifique. Nous avons essayé de montrer quelques-unes de ces pièces en expliquant leur importance en fonction de la dynamique minorité / majorité. Nous constatons le même symbolisme dans les récits individuels et personnels, intéressants à regarder et qui n acquièrent pourtant leur signification achevée et entière qu une fois qu on a regardé le film jusqu au bout. L atout du film est justement cette capacité de réunir dans un ensemble bien formé les parties toutes différentes donnant une image détaillée de la société contemporaine du Québec. Bibliographie Rankin, Pauline L. «Integrated fragmentation or fragmented integration? Theorizing the relationship between gender mainstreaming and women s identities in Canada». Paper presented at the Integration and fragmentation in Canada and the United States conference, September 20-21, 2002, University of Ottawa. Vaninni, Philip. «Islanders and the Continental other : Regional identity on British Columbia s Vancouver Island». Paper presented at the Integration and fragmentation in Canada and the United States conference, September 20-21, 2002, University of Ottawa. Valaskakis, Gail Guthrie. «Telling our own stories: the role, development, and future of Aboriginal communications». Aboriginal Education Fulfilling the Promise. Davis, Lynne et al., eds. Vancouver: University of British Columbia Press,

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées ÉTUDE À e ANNIVERSAIRE DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 NOTORIÉTÉ DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION CANADIENNE 4 DE

Plus en détail

Organisme indépendant dont la mission consiste à mieux sensibiliser la population à l'histoire et à la citoyenneté canadiennes. Chaque année, plus de

Organisme indépendant dont la mission consiste à mieux sensibiliser la population à l'histoire et à la citoyenneté canadiennes. Chaque année, plus de Organisme indépendant dont la mission consiste à mieux sensibiliser la population à l'histoire et à la citoyenneté canadiennes. Chaque année, plus de huit millions de Canadiens accèdent à nos programmes,

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est Suite à la récente crise constitutionnelle, un nouveau sondage démontre que les Canadiens manquent de connaissances élémentaires sur le système parlementaire canadien La moitié des Canadiens (51%) croient

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English.

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English. Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada Sommaire de gestion Présenté au ministère du Patrimoine canadien Le 1er août 2012 par TNS Numéro du contrat : C1111-110947-001-CY

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Exemples de questions d entrevue pour l établissement d un récit de vie

Exemples de questions d entrevue pour l établissement d un récit de vie Exemples de questions d entrevue pour l établissement d un récit de vie Le récit de vie est une méthode de recherche pluridisciplinaire issue de la psychologie, de l ethnographie et de l histoire orale.

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!»

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» «Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» Entreprendre une vie de couple est toujours un moment plein d excitation, de rêves et d espoir. Voici un nouveau départ, une nouvelle vie

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE RELATIONS ET APPARTENANCE Aperçu de l année L élève de la première année explorera les liens et les relations qui existent au sein des groupes et des communautés.

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Histoire du Québec et du Canada. Complément au cours HIS 4016-2 Module 5

Histoire du Québec et du Canada. Complément au cours HIS 4016-2 Module 5 Histoire du Québec et du Canada Complément au cours HIS 4016-2 Module 5 HIS 4016-2 / Module 5 2 1 re édition / septembre 2007 Conception : Emmanuèle Baudouin Mise en page : Stéphane Rose Impression : Maurice

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES LA REVUE The Canadian CANADIENNE Journal of D'ÉVALUATION Program EvaluationDE Vol. PROGRAMME 18 No. 1 Pages 133 137 133 ISSN 0834-1516 Copyright 2003 Canadian Evaluation Society Research and Practice Note

Plus en détail

Ateliers du Bureau des dossiers professionnels et sociaux ***

Ateliers du Bureau des dossiers professionnels et sociaux *** Ateliers du Bureau des dossiers professionnels et sociaux *** 2015 16 Fédération des enseignant(e)s de la C.-B. 1 Introduction La FECB a pour fière tradition de soutenir les membres et les syndicats locaux

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Mémoire de l ACREF. À la Commission des États généraux sur la situation et l avenir de la langue française au Québec

Mémoire de l ACREF. À la Commission des États généraux sur la situation et l avenir de la langue française au Québec Mémoire de l ACREF À la Commission des États généraux sur la situation et l avenir de la langue française au Québec le 19 février 2001 préparé par Benoît Cazabon, Ph.D. Président-fondateur de l ACREF 2

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Ariane Moffatt : Je veux tout

Ariane Moffatt : Je veux tout Ariane Moffatt : Je veux tout Paroles et musique : Ariane Moffatt Sony Music France Thèmes La relation amoureuse, les enfants gâtés. Objectifs Objectifs communicatifs : Exprimer un sentiment. Exprimer

Plus en détail

ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS. Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin

ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS. Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin RAPPEL du brief Par groupe, nous nous sommes rendus au CAPC, le musée d art contemporain,

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Le 22 septembre, le peuple se prononce

Le 22 septembre, le peuple se prononce INTERVIEW «Le Neinsager n existe pas» Le 22 septembre, le peuple se prononce sur le projet de Fondation Suisse solidaire. Il pourrait être refusé par les forces conservatrices, confortant l idée que le

Plus en détail

DURÉE ESTIMÉE DE TEMPS EN CLASSE : 75 MINUTES

DURÉE ESTIMÉE DE TEMPS EN CLASSE : 75 MINUTES FICHE PÉDAGOGIQUE 3-2 THÈME : LA VIE EN SOCIÉTÉ / LE MOUVEMENT COOPÉRATIF TITRE : «ÉPARGNE, RELIGION ET FAMILLE» LES DÉBUTS DES CAISSES POPULAIRES EN ONTARIO FRANÇAIS DURÉE ESTIMÉE DE TEMPS EN CLASSE :

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Deux langues pour vivre ensemble!

Deux langues pour vivre ensemble! Deux langues pour vivre ensemble! Des réponses aux questions sur les langues officielles au Nouveau-Brunswick Bonjour! Hello! 1 Au cœur de notre identité Est-ce que j ai le droit d obtenir un service dans

Plus en détail

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212)

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) 3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) Le Ministère apporte un soutien financier aux commissions scolaires pour favoriser le développement de l éducation interculturelle.

Plus en détail

Article. Myriam Odyssée Amenanka Asezo. Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 6, n 2, 2000, p. 221-225.

Article. Myriam Odyssée Amenanka Asezo. Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 6, n 2, 2000, p. 221-225. Article «S alphabétiser en français dans un milieu anglophone : défi à relever pour l intégration des francophones analphabètes sur le marché de l emploi de Toronto» Myriam Odyssée Amenanka Asezo Reflets

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Réseau rural Bourgogne «les outils d animation aux différents stades d un projet» Autun, 29 mai 2012 et Dijon, 2 juillet 2012

Réseau rural Bourgogne «les outils d animation aux différents stades d un projet» Autun, 29 mai 2012 et Dijon, 2 juillet 2012 Réseau rural Bourgogne «les outils d animation aux différents stades d un projet» Autun, 29 mai 2012 et Dijon, 2 juillet 2012 Passeport et inclusions Renseignement d une fiche passeport (contenu adaptable)

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

ui sont les francophones? Analyse de définitions selon les variables du recensement

ui sont les francophones? Analyse de définitions selon les variables du recensement ui sont les francophones? Analyse de définitions selon les variables du recensement Qui sont les Étude réalisée par francophones? Éric Forgues Rodrigue Landry Analyse de définitions Jonathan Boudreau selon

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5 Festival Study guide Dossier pédagogique destiné aux adolescents 2014 (Homeland) présente Alliance Française FRENCH FILM FESTIVAL Table des matières Pour travailler avec le film en classe Niveau A2...4

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation Les nouveaux programmes de l él primaire Projet soumis à consultation primaire Les nouveaux programmes sont plus courts : environ 36 pages format BO contre 104. Ils sont écrits dans un langage clair sans

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

tolkare (den som framför låten)

tolkare (den som framför låten) PROGRAMMANUS PRODUCENT: EMILIA MELLBERG PROJEKTLEDARE: TOVE JONSTOIJ BESTÄLLNINGSNUMMER: 103977RA 2 SÄNDNINGSDATUM: 2014-07-12 FRANSKA Une chanson un artiste Samedi 12 juillet 2014 CHANSON : POUPÉE DE

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées 2 e cycle du secondaire Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19 pièces détachées pièces détachées michel tremblay, 1969 nombre de personnages dans la pièce 25 (18 femmes et 7 hommes) extraits proposés

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Baromètre Bretagne Culture Diversité

Baromètre Bretagne Culture Diversité Baromètre Bretagne Culture Diversité SYNTHèSE DES RéSULTATS 2014 Baromètre Bretagne Culture Diversité Synthèse des résultats 2014 introduction L association Bretagne culture diversité/sevenadurioù a décidé

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

ix questions à Guy Bérubé galeriste

ix questions à Guy Bérubé galeriste D ix questions à Guy Bérubé galeriste Guy Bérubé a complété des études dans le domaine de la photographie à Ottawa. Il a ensuite été photographe professionnel pendant dix ans. De 1990 à 2000, il a vécu

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010)

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010) Guidé par un aveugle CFI / INJA CIRPP (18 février 2010) 3 projets pour le projet La junior entreprise L entreprenariat Guidé par un aveugle : 2-07-08 / 22-06-09 Intentions pédagogiques Apprend t-on à se

Plus en détail

Les Français et la photo de profil pour les applications de rencontre

Les Français et la photo de profil pour les applications de rencontre Les Français et la photo de profil pour les applications de rencontre Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01

Plus en détail

Le Canada en faits. L histoire du Canada. Les premiers postes coloniaux

Le Canada en faits. L histoire du Canada. Les premiers postes coloniaux Le Canada en faits L histoire du Canada Empruntant une bande de terre qui unissait alors la Sibérie à l Alaska, les Autochtones seraient arrivés d Asie il y a des milliers d années; certains se sont installés

Plus en détail

Meilleures pratiques en région pour gérer la diversité culturelle au travail

Meilleures pratiques en région pour gérer la diversité culturelle au travail Meilleures pratiques en région pour gérer la diversité culturelle au travail Remerciements : La conception du Guide «Meilleures pratiques en région pour gérer la diversité culturelle au travail» a été

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF?

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? 4. QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? Un cadre pour une politique de développement local inclusif Le fait de rendre le développement local inclusif pour tous est essentiel pour garantir l égalité

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum :

Cette Leçon va remplir ces attentes spécifiques du curriculum : Dev4Plan1 Le Plan De Leçon 1. Information : Course : Français Cadre Niveau : Septième Année Unité : Mes Relations Interpersonnelles Thème du Leçon : Les Adjectifs Descriptifs Date : Temps : 55 minutes

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas Le 15 juin 2015 Leslie Rose Avocate-conseil principale, Financement des sociétés British Columbia Security Commission C.P. 10142, Pacific Centre 701, rue West Georgia Vancouver, Colombie-Britannique V7Y

Plus en détail

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays?

Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Le bilinguisme est-il essentiel au Québec et ailleurs au pays? Actuellement, 8,8 % offres d emploi affichées au pays exigent des candidats qu ils parlent les deux langues officielles. Il s agit d une baisse

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

Pour fin de la présente analyse, nous nous référerons au secteur Finances et assurances (SCIAN numéro : 52).

Pour fin de la présente analyse, nous nous référerons au secteur Finances et assurances (SCIAN numéro : 52). GROUPE DE TRAVAIL L industrie des services financiers à Montréal Définition de l industrie Pour fin de la présente analyse, nous nous référerons au secteur Finances et assurances (SCIAN numéro : 52). Ce

Plus en détail

Concurrence, choix et innovation dans le secteur bancaire, à l avantage des clients

Concurrence, choix et innovation dans le secteur bancaire, à l avantage des clients Concurrence, choix et innovation dans le secteur bancaire, à l avantage des clients Allocution de Nathalie Clark Chef du contentieux et Secrétaire générale Association des banquiers canadiens Prononcée

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Rencontre littéraire avec Maïssa Bey

Rencontre littéraire avec Maïssa Bey Rencontre littéraire avec Maïssa Bey Université Galatasaray - 21 avril 2009 Maïssa Bey est l une des grandes voix de la littérature algérienne francophone contemporaine. Son écriture surgit au cours d

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

Fiche 7: Privatisation et eau

Fiche 7: Privatisation et eau De nos jours, la sauvegarde et le contrôle de l eau sont des enjeux qui donnent lieu à de multiples débats à l échelle planétaire. Maintenant que la ressource diminue, on se demande à qui elle appartient,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Demander un numéro d assurance sociale... C

Demander un numéro d assurance sociale... C Demander un numéro d assurance sociale... C Si vous êtes un citoyen canadien, un nouvel arrivant au pays ou un résident temporaire, vous avez besoin d un numéro d assurance sociale (NAS) pour travailler

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail