Innovation sémantique, l expression anti-américanisme est

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Innovation sémantique, l expression anti-américanisme est"

Transcription

1 Un certain anti-américanisme : un racisme certain Guy Dhoquois et Régine Dhoquois-Cohen Quand nous faisons le plus difficile, avons-nous encore accès au plus simple? Quand nous argumentons de façon justifiée contre les Etats-Unis d Amérique, ne faisonsnous pas le jeu d un racisme nouveau, l anti-américanisme, qui étale des préjugés et se passe de tout raisonnement digne de ce nom? Innovation sémantique, l expression anti-américanisme est devenue un mot commun, le seul racisme communément admis. Les Américains étaient de «grands enfants». Aujourd hui ils nous dicteraient de plus notre comportement, nous imposeraient leur «malbouffe», inonderaient le monde de leur culture audiovisuelle, «bombarderaient des peuples sans défense». La conclusion est logique : le 11 septembre 2001, ils ont eu «ce qu ils méritaient». Tout racisme s enracine dans le biologique. Les Allemands étaient d infects mangeurs de choucroute, les Italiens des macaronis. Les Américains nous imposent leurs hamburgers et leur coca-cola. N oublions pourtant pas que nul n est tenu à ce genre de consommation. Les Etats-Unis sont le leader actuel de cette «civilisation occidentale» qui a maltraité et brutalisé les peuples de ce qu on appelle le Tiers-Monde, les a privés de leur avenir autonome au nom d un universalisme qui ne serait jamais que celui de l Extrême-Occident. Depuis la disparition sans gloire de l Union Soviétique en 1991, les Etats-Unis sont la seule «super-puissance». D eux viendrait tout le mal, principalement et symboliquement en conséquence de leur soutien inconditionnel à Israël, y compris dans son expansionnisme, en négation de toute loi internationale. Beaucoup de personnes en France, dans toutes les couches de la population et plus particulièrement à l extrême gauche, font objectivement des Etats-Unis le grand 71

2 Satan. La raison est critique. On a le droit de critiquer les Etats-Unis. Vers 1970 ce fut même un devoir. Le général de Gaulle avait déclaré qu il est «inadmissible qu une grande nation en bombarde une petite». Les Etats- Unis se livraient à une agression mille fois condamnable contre le Vietnam, pays qui cherchait selon ses moyens à assurer son indépendance. C est la seule guerre qu ils aient perdue de fait. Ils soutenaient en Amérique Latine des dictatures plus atroces les unes que les autres. Les Etats-Unis ont souvent mené une politique dangereuse, voire criminelle. Mais une recette inusable du racisme est l amalgame. On met sur le même plan tous les bombardements américains. Etait-il répréhensible de bombarder l Allemagne nazie? Tout est discutable. Est-il incompréhensible que des frappes techniques sur la Serbie aient rendue possible la liberté du Kossovo, pays musulman? Ajoutons que ce sont les Yougoslaves qui se sont débarrassés de Milosévic et que Saddam Hussein est toujours au pouvoir à Bagdad. Les Etats-Unis, même limitant leur force, sont si puissants qu ils en sont pesants. Ils jouent à l éléphant dans le magasin de porcelaine. Quand les Etats-Unis éternuent, le monde s enrhume. Faut-il pour autant remplacer la saine critique rationnelle par un anti américanisme a priori qui devient, faute d être réflexif, réflexe, stéréotype, préjugé? Tout est question de méthode. Certaines conclusions peuvent être semblables, mais il y a un abîme entre l analyse critique des contradictions, l histoire argumentée des raisons, des contextes, et la condamnation a priori, sans appel, sans discussion, d un peuple, d une nation, de ses citoyens. Toute condamnation a priori d êtres humains est un racisme, au moindre mal une xénophobie. Un grand nombre de personnes qui se croient de gauche utilisent pour les Etats-Unis des termes d une rare goujaterie qui sont construits structuralement sur le modèle trop facilement oublié de la «ploutocratie anglo-saxonne» des nazis. Dans le brouhaha actuel on n entend guère d analyses à la fois scientifiques et militantes du type de celles de Lénine. Tirons une définition simple de l impérialisme des ouvrages de Boukharine, L Economie mondiale et l impérialisme (I916) et de Lénine, L Impérialisme, stade suprême du capitalisme (1917) : l impérialisme, apogée et dernier stade du capitalisme, est fondé sur la prééminence du capital financier et des multinationales. Ce système est mondial. Face à une telle ampleur, inébranlable depuis près de cent ans, il est 72

3 Anti-américanisme anecdotique et vain de se contenter de condamner tel ou tel pays suivant les circonstances. Il est même inutile de s en prendre aux riches comme s il suffisait de prendre leur place. N oublions jamais que les opprimés d aujourd hui sont les oppresseurs de demain, peutêtre pires, si le système inégalitaire n est pas renversé. Ne sombrons pas dans l angélisme. Est-il besoin de rappeler que les pays riches, dits du «Nord», comportent de nombreux pauvres et que les pays pauvres du «Sud» ne manquent pas de riches? L opposition fondamentale passe entre la bourgeoisie et le prolétariat à l échelle mondiale, mais beaucoup de prolétaires se contentent des «miettes» de l impérialisme et beaucoup de bourgeoisies dites «nationales» ne sont pas rassurantes pour l avenir de leur propre pays. L impérialisme est un adversaire particulièrement redoutable. Il est peut-être le stade final du capitalisme, stade qui a de grandes chances de durer un certain temps. Il ne suffit pas de diagnostiquer une maladie pour faire disparaître celle-ci. Il ne suffit pas de piaffer sur place en criant «A bas le grand capital!» pour ébranler celui-ci. Historiquement les vraies, les grandes révolutions sont rares. Le plus souvent on s accommode d un système social que l on hait, parce qu il est irremplaçable. Il n est particulièrement pas remplaçable par une société meilleure. A la suite de Lénine, l URSS a essayé de mettre en place un système différent. Hélas! il a suscité des monstruosités, a connu une fin piteuse. Il est nécessaire de ne pas reproduire les mêmes erreurs, ce dont certains militants, faute de changer leurs schémas de pensée, ne sont pas capables. Trop rares sont les conséquences intellectuellement positives de l autodestruction de l Union Soviétique. La critique est aisée, ce serait bête de s en priver. Critiquons la superpuissance des Etats-Unis, fer de lance, clef de voûte de l impérialisme. Mais la critique a ses règles et ne doit pas s arrêter à sa facilité. La critique doit même être d abord critique de soi-même. Elle doit ensuite se reconnaître insuffisante tant qu elle ne propose pas les moyens fiables, réalistes de la guérison. En quelque sorte, il s agit de guérir la maladie sans tuer le malade, du moins sans aggraver son état général. Par une curieuse aberration, on a vu de charmants camarades, des âmes plaisantes, soutenir l Argentine des militaires, effroyable tyrannie, contre la Grande- Bretagne dans l affaire des Falklands. On en a vu d autres ou les mêmes être gaillardement favorables à l Irak de Saddam Hussein au moment où celui-ci était le fauteur de pas moins de deux guerres 73

4 considérables, l une contre l Iran, l autre ensuite contre le Koweït. Par excès non contrôlé d anti-américanisme et plus largement d anti-occidentalisme, de bonnes âmes s accommodent volontiers de régimes de type fasciste qui sont surtout éprouvants, il est vrai, pour les populations qui les subissent. Le problème est certes ancien. Les Egyptiens Nasser et Sadate ont fait partie un temps des «chemises vertes» par haine de l occupant britannique. Certains membres du FLN algérien de 1954 avaient eu des sympathies pour l Allemagne pendant la guerre mondiale. Saddam Hussein a fait publier en Suisse un livre en allemand intitulé Unserer Kampf. Le problème est complexe. Le pire est de ne pas voir de problème. L impérialisme mondial suscite des contradictions multiples, dont des sub-impérialismes locaux. Par amour de la paix, par refus des fausses solutions et des mauvaises causes, il n est pas mauvais de se souvenir de principes simples, par exemple qu à la suite lointaine de Kant, la charte des Nations Unies interdit à un Etat membre d en annexer un autre. Souvent une mauvaise paix vaut mieux qu une bonne guerre qui de plus détourne de l essentiel, la lente constitution de l humanité. Certaines belles âmes en France, chrétiennes ou d origine chrétienne, ont échangé un paternalisme de droite pour un paternalisme de gauche. Elles se penchent avec commisération sur le Tiers Monde, mais méprisent toujours ces pauvres gens condamnés au crétinisme politique et à des régimes débiles. Friandes de droits pour ellesmêmes, elles en excluent des peuples entiers. Férues d affirmations péremptoires, elles ne discutent qu à l intérieur de présupposés qui eux ne sont pas discutés. On devine chez certains un anti-sémitisme pour le moins rampant ou un amour exagéré de la force et de la violence, plus proche de Machiavel que de Marx. Même si tout est rapport de forces, beaucoup de ces rapports de forces se présentent de façon pacifique. Aucune attitude humaine n est pure. Le pire est que la pureté soit érigée en principe par transfert de l impureté sur un bouc émissaire. Ce vieux procédé est toujours efficace et toujours condamnable. Les Etats-Unis n ont pas le monopole de l impureté. Trop de gens soidisant de gauche sont racistes par anti-racisme. L essentiel est de ne pas être raciste du tout. Rousseau disait que l histoire humaine est celle de l inégalité croissante entre les hommes. Pour l instant rien n a bloqué ce processus. Il est la cause primordiale des maux principaux qui affectent 74

5 Anti-américanisme l humanité. Il crée et recrée des pôles de richesse éhontée d un côté, de pauvreté terrifiante de l autre. Sous sa forme contemporaine de l impérialisme, il doit être notre obsession. La situation est si grave que nous sommes tous potentiellement des impérialistes. Nous ne pouvons pas manger une banane ou acheter une paire de chaussures sans être complices du réseau mondial de la marchandise. La lutte contre la «globalisation» ne peut être que mondiale, constitutive de l humanité en elle-même. Il est nuisible de s appuyer pour des raisons fumeuses sur un fanatisme religieux ou un fascisme local. Il y a des contradictions au sein des peuples et entre les peuples. Il ne s agit pas de rajouter a priori de la haine à la haine. Notre but doit être la paix et non la guerre pour laisser toute sa place au seul combat qui vaille, celui de l humain. Mais il n est pas question pour autant d être des moutons tendant leur cou au couteau des bouchers. Nous sommes pacifiques, nous ne sommes pas pacifistes à tout crin. La lutte est inexpiable contre les fanatismes divers. Notre objectif est la civilisation et non la barbarie, même si elle offre un visage humain. Les Etats-Unis sont La superpuissance dans tous les domaines, ce que l Union Soviétique n a jamais été. Il est vain de le leur reprocher à moins de vouloir rejoindre la horde sans fin des envieux, des grincheux, des frustrés, bref, des esprits négatifs. La coalition des médiocres ne souhaite qu une liberté, celle de la médiocrité. Il est toujours bon de revenir à Marx. Celui-ci disait que «la nation la plus industrialisée montre leur avenir aux autres». C est ce que font les Etats-Unis, pour le meilleur et pour le pire. C est à nous tous de trier et d avertir. L anti-américain moyen, étendant ses facultés de mépris, ne pense pas que le bon peuple en soit capable. Etalant ses incohérences, il ne rejettera pas pour autant son micro-ordinateur. Evitons que certains d entre nous par confort intellectuel se fassent les fourriers d un totalitarisme quelconque, éventuellement gluant, visqueux et hypocrite. Tel a été souvent le cas. Ce qu il y a de positif dans cette misère, c est que même les anti-américains ont du mal à accuser les Etats-Unis de totalitarisme à moins de se cantonner dans la marchandise qui malheureusement pour eux est universelle, planétaire. Les meilleurs opposants aux Etats-Unis se trouvent aux Etats- Unis eux-mêmes. Certains des pires aussi. Ils s expriment librement. Quand on est anti-américain, il vaut mieux se boucher les yeux et les oreilles, refuser les musiques, les films, les livres qui viennent d Amérique et qui sont pour une bonne part ceux de notre temps. Les 75

6 anti-américains ont le droit de ne pas écouter de jazz ou de ne jamais voir un film du cinéma indépendant des Etats-Unis. Tout n est pas à rejeter dans Hollywood ou la musique dite de variétés. Et de quel droit s ériger en censeur des goûts des autres? Nombre d anti-américains se plaignent hypocritement de ce que les Etats-Unis ne soient pas un grand leader spirituel. Ceci montre d abord qu ils ressentent le besoin d un tel leader. Pourquoi pas d un gourou? Ceci montre ensuite qu ils veulent ignorer que le monde entier s est en définitive coalisé pour construire les Etats-Unis d Amérique. Ils commencent par oublier que les Etats-Unis sont issus de l ère des révolutions qui a commencé de métamorphoser l Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Leurs libertés sont d origine britannique. Elles proviennent aussi des Lumières européennes. Nous ne sommes malheureusement pas sortis des Lumières. Elles sont insuffisantes. Pour le moment nous ne sommes pas près de dépasser ce stade historique. Les Etats-Unis sont une grande Nation, la seule à s être bâtie et à se perpétuer autour de sa Constitution. Leur démocratie est tragiquement insuffisante. C est un moindre mal, qualitativement supérieur à toute tyrannie, à tout despotisme. Marx, soutenant l action du président Lincoln, le savait bien. Comme le proposait Lénine, il faut savoir «analyser concrètement une situation concrète». Ceci signifie ne pas confondre les phénomènes et les épiphénomènes, l essentiel et l accessoire, les structures et les conjonctures. Ce qu il y a de commun entre Bush et Ben Laden, c est l argent. Notre adversaire ultime est l argent sous la forme de la marchandise. Le monstre est gigantesque, d autant plus qu il comporte des rationalités et des aspects positifs. Ce n est pas une raison pour ne rien faire, encore moins pour se tromper de combat. Issus des Lumières, les droits de l homme ne sont pas un obstacle au développement, au mieux une utopie lointaine. Ils sont la condition du développement, ce que beaucoup d anti-américains piétinent allégrement. Ils sont le seul rempart à ce jour contre les abus que le capitalisme comporte en lui-même. Ils sont l antidote dont le capitalisme en lui-même a besoin : Etat de droit, sûreté des personnes et des biens, liberté d opinion, même religieuse. De jeunes pays hyper-capitalistes méprisent la liberté d expression, par exemple la Malaisie musulmane, le Singapour chinois. Ils montrent ainsi les limites de leur croissance. Les droits de l homme, de l être humain, donc de la femme. Plus une 76

7 Anti-américanisme nation est développée, plus elle respecte les droits de la femme. Nombre d anti-américains ignorent scandaleusement la moitié de l humanité. Les Etats-Unis vont dans le bon sens, même si l on peut toujours y craindre des revirements réactionnaires. Système mondial, le capitalisme sous sa forme impérialiste ne peut être dépassé que par un autre système mondial, le socialisme véritable, à ne pas confondre avec le défunt «socialisme réel» à la Brejnev. Tant qu il ne peut pas l être, il est délétère d espérer une grave crise mondiale qui, en dehors des misères accrues pour les pauvres et les pays pauvres, ne renforcerait actuellement que les nationalismes et les fascismes. Le prolétariat mondial existe, mais, faute d alternative actuellement crédible au capitalisme, il doit s éduquer dans les luttes, dans le sens de la lutte internationaliste, mondialiste, ce que souhaitent la majorité des collectifs qui sont mal nommés : anti-mondialisation, car ils sont en fait anti-globalisation. Comme d habitude, le prolétariat a tout à perdre dans la chiennerie des nationalismes et des fascismes en tous genres. On peut critiquer les droits de l homme quand leur formulation est imparfaite, quand leur application est hypocrite. On n en critique pas le principe. L auto émancipation de l humanité souhaitée par Marx passe par l extension, l accomplissement des droits de l humain, et non leur réduction, encore moins leur négation. L anti-américain parle déjà d utopie? Non, il s agit d un idéal qui n est pas encore réel. L idéal est une boussole qui indique un point cardinal. Il ne prétend pas qu il soit atteint, ni même qu il soit atteignable. Voilà l universalisme, le vrai, le seul. Le fait que l Occident ait aidé à sa naissance n en fait pas le propriétaire. Cet universalisme appartient à toute l humanité grâce à ses principes d égalité en droits, de liberté et de laïcité. Il garantit à tous la tolérance envers les croyances et les cultures. L histoire humaine est horrible. N ajoutons pas l horreur à l horreur. Il ne faut surtout pas qu il y ait choc des civilisations, encore moins guerre. Ce serait un suicide pour la civilisation elle-même. Parlons plutôt dialogue et compréhension réciproque. Il n est pas question ici d utopie meurtrière. Une fois débarrassés des simplismes éhontés de l anti-américanisme primaire, sommaire, viscéral, forme post-moderne de racisme, nous pourrons enfin critiquer librement et rationnellement les Etats-Unis d Amérique comme nous critiquons nos propres sociétés. Il y a du travail, on a même l embarras du choix : le maintien de la 77

8 peine de mort dans bon nombre d Etats des Etats-Unis, l inflation de la population carcérale, au détriment en particulier de la minorité noire, victime de la perpétuation du racisme, le culte de l argent, accru par les frais scolaires et l absence d assurance sociale généralisée, l insuffisance des mesures en faveur de l environnement, le conservatisme réactionnaire d une partie importante et influente de la population, le retour public au pouvoir du lobby militaro-industriel derrière Bush, le serial-killer légal en tant que gouverneur du Texas. Tout ceci s argumente. Il ne s agit pas de confondre l ensemble du peuple américain avec les aspects les plus contestables de sa société. Il reste abominable que certains anti-américains aient jubilé devant les attentats du 11 septembre sous prétexte que l arrogance des Etats- Unis en sortait affaiblie. C était criminel, c était aussi crétin. Si arrogance il y a, elle sort renforcée d une telle épreuve. Tout à fait naturellement, le peuple américain a fait bloc autour d un président mal aimé et mal élu. Les Etats-Unis se sont retrouvés à la tête d une coalition internationale impressionnante, raison de plus pour critiquer l impérialisme en tant que système mondial dont ils sont à la fois coupables et victimes. Les réseaux opaques du capital mondial financent le terrorisme, inondent le monde de narco dollars, de pétro dollars, facilitent les trafics en tout genre, au profit des paradis fiscaux. La solution raisonnable serait, selon l expression de Michel Rocard, une gouvernance mondiale dont l un des buts devrait être l arrêt des mouvements les plus spéculatifs de capitaux, particulièrement dommageables pour les pays en difficulté. Un paradoxe des violences de notre histoire est que les peuples du Tiers-Monde ont plus pâti des colonialismes européens que du fameux impérialisme américain. Leur histoire a été bouleversée de l extérieur, parfois mutilée. Mais il ne sert à rien de s arrêter aux ressentiments même légitimes légués par le passé. L histoire a eu lieu. Il s agit de construire l avenir. Il faut aider les opprimés, mais il faut aussi qu ils prennent leur sort en mains, comme l ont fait les Vietnamiens ou les Indiens du Chiapas. Partout dans le monde beaucoup de petits-bourgeois se sentent, non sans raisons, manipulés de l extérieur. Ils sont dans l hétéro-gestion. Même favorisés, ils ressentent une sorte de «diffidence» généralisée, diffidence signifiant manque de foi, manque de confiance en soi, qui devient défiance, méfiance, malaise, série de comportements et de sentiments négatifs. Critiquant «le système», beaucoup se 78

9 complaisent dans la litanie de leurs traumatismes, de leurs envies, de leurs frustrations. Ils cherchent un coupable car tout est évidemment «la faute à l autre». Cette attitude est compréhensible, elle est inadmissible. Elle n est ni positive, ni progressiste. Ces individus font bien facilement fi de leur responsabilité personnelle. Or celle-ci ne disparaît que dans des cas d extrême dénuement. Leur comportement fait historiquement le lit du fascisme sous une forme quelconque. Ce qui est vrai des personnes l est aussi des peuples. Les anti-américains sommaires et primaires correspondent à cette description. Guy Dhoquois et Régine Dhoquois-Cohen Anti-américanisme 79

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs, Traduction Discours de Monsieur Joachim Gauck, président de la République fédérale d Allemagne, au Conseil des droits de l homme des Nations Unies le 25 février 2013 à Genève Madame la Haut-Commissaire,

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Une guerre juste est-elle possible?

Une guerre juste est-elle possible? Pseudonyme : Colombine Nombre de mots : 1942 mots Une guerre juste est-elle possible? 8000 traités de paix ont été dénombrés jusqu à aujourd hui 1. C est dire qu au moins 8000 guerres ont façonné l histoire.

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan OCCIDENT LAROUSSE. Ensemble des peuples habitant les pays de l'europe de l'ouest ; civilisation des peuples qui habitent ces pays (avec majuscule). Ensemble des États du pacte de l'atlantique Nord. Page

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS

SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS Marxisme, socialisme utopique et Le nouveau monde industriel et sociétaire Fiche 36 CHARLES FOURIER Cet ouvrage, paru en 1845, est à l image de son auteur, en marge de la culture traditionnelle et du pouvoir.

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris, France Email : contact@a-vse.org Web : www.a-vse.org Compte- rendu de la table

Plus en détail

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct LONDRES, AOÛT 2008 RÉALISÉ POUR L UEFA PAR Supporters Direct Reconnaissons les supporters comme un élément essentiel de l identité des clubs. Michel

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale

Jeunes. argent. Résumé. Une histoire paradoxale À la lumière des chiffres astronomiques faisant état du niveau de consommation et des problèmes de surendettement qui en découlent, nous mettons généralement l accent sur les dangers d une telle situation

Plus en détail

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous.

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous. Qu'est-ce qu'un stéréotype? (by Krystyna Szymankiewic) Stéréotype : idée ou image populaire et caricaturale que l'on se fait d'une personne ou d'un groupe, en se basant sur une simplification abusive de

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE?

LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE? LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE? Vincent Aubert, chercheur-associé à Etopia Décembre 2008 www.etopia.be 111111 Page 1 sur 5 La véritable égalité est-elle souhaitable? La façon dont la question

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

Le régime de l auto-entrepreneur doit être profondément révisé

Le régime de l auto-entrepreneur doit être profondément révisé Corporation des Métiers du Métal Etablissement public de droit local 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 La Wantzenau, juin 2010 Domaine : SOCIAL Secteur

Plus en détail

Liberté Egalité Laïcité

Liberté Egalité Laïcité Liberté Egalité Laïcité «Si je voulais faire rire il y a 30 ans je parlais de religion, si je voulais intéresser je parlais de politique ; c'est l'inverse aujourd'hui» Michel Serres César et Dieu. Nombre

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2 Les adolescents et leur cher téléphone La plupart des ados en France (70 % des ados de plus de 12 ans ont un téléphone portable et 95 % des 15-17 ans sont équipés) se sent complètement perdue sans le téléphone.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium

Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium The President Barack OBAMA The White House 1600 Pennsylvania Avenue NW Washington, DC 20500 Etats Unis - USA Monsieur le Président, Je vous écris en tant qu

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Open Source n est pas une question de foi

Open Source n est pas une question de foi Finanzdirektion Groupe parlementaire pour une informatique durable Conférence de Monsieur le Conseiller d Etat Peter Hegglin sur le thème Open Source n est pas une question de foi Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Karl Marx Sur la Question juive. Bruno Bauer : La Question juive. Brunswick, 1843 1

Karl Marx Sur la Question juive. Bruno Bauer : La Question juive. Brunswick, 1843 1 Karl Marx Sur la Question juive I Bruno Bauer : La Question juive. Brunswick, 1843 1 Les juifs allemands désirent l émancipation. Quelle émancipation désirent-ils? L émancipation citoyenne, politique.

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN 1/ EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN Salle Mandela, siège de l Union africaine Addis-Abeba, Éthiopie Le 28 juillet 2015 Les propos du président ont été regroupés par thèmes.

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Country factsheet - Juin 2014 Singapour

Country factsheet - Juin 2014 Singapour Country factsheet - Juin 2014 Singapour Sa superficie s étend sur quelques 700 km² et sa population ne dépasse que de peu les 5 millions d habitants, mais du point de vue de la compétitivité et de la modernité,

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS «Charbonnier est maître chez soi. Nous traiterons comme nous l'entendons nos

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie Introduction Colonisation française vers 1900 en Afrique L indépendance en Algérie 1962 (photo de Marc Riboud) Que révèlent ces photos

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences En présentant son projet de loi «ouvrant, selon ses propres termes, le mariage

Plus en détail