Innovation sémantique, l expression anti-américanisme est

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Innovation sémantique, l expression anti-américanisme est"

Transcription

1 Un certain anti-américanisme : un racisme certain Guy Dhoquois et Régine Dhoquois-Cohen Quand nous faisons le plus difficile, avons-nous encore accès au plus simple? Quand nous argumentons de façon justifiée contre les Etats-Unis d Amérique, ne faisonsnous pas le jeu d un racisme nouveau, l anti-américanisme, qui étale des préjugés et se passe de tout raisonnement digne de ce nom? Innovation sémantique, l expression anti-américanisme est devenue un mot commun, le seul racisme communément admis. Les Américains étaient de «grands enfants». Aujourd hui ils nous dicteraient de plus notre comportement, nous imposeraient leur «malbouffe», inonderaient le monde de leur culture audiovisuelle, «bombarderaient des peuples sans défense». La conclusion est logique : le 11 septembre 2001, ils ont eu «ce qu ils méritaient». Tout racisme s enracine dans le biologique. Les Allemands étaient d infects mangeurs de choucroute, les Italiens des macaronis. Les Américains nous imposent leurs hamburgers et leur coca-cola. N oublions pourtant pas que nul n est tenu à ce genre de consommation. Les Etats-Unis sont le leader actuel de cette «civilisation occidentale» qui a maltraité et brutalisé les peuples de ce qu on appelle le Tiers-Monde, les a privés de leur avenir autonome au nom d un universalisme qui ne serait jamais que celui de l Extrême-Occident. Depuis la disparition sans gloire de l Union Soviétique en 1991, les Etats-Unis sont la seule «super-puissance». D eux viendrait tout le mal, principalement et symboliquement en conséquence de leur soutien inconditionnel à Israël, y compris dans son expansionnisme, en négation de toute loi internationale. Beaucoup de personnes en France, dans toutes les couches de la population et plus particulièrement à l extrême gauche, font objectivement des Etats-Unis le grand 71

2 Satan. La raison est critique. On a le droit de critiquer les Etats-Unis. Vers 1970 ce fut même un devoir. Le général de Gaulle avait déclaré qu il est «inadmissible qu une grande nation en bombarde une petite». Les Etats- Unis se livraient à une agression mille fois condamnable contre le Vietnam, pays qui cherchait selon ses moyens à assurer son indépendance. C est la seule guerre qu ils aient perdue de fait. Ils soutenaient en Amérique Latine des dictatures plus atroces les unes que les autres. Les Etats-Unis ont souvent mené une politique dangereuse, voire criminelle. Mais une recette inusable du racisme est l amalgame. On met sur le même plan tous les bombardements américains. Etait-il répréhensible de bombarder l Allemagne nazie? Tout est discutable. Est-il incompréhensible que des frappes techniques sur la Serbie aient rendue possible la liberté du Kossovo, pays musulman? Ajoutons que ce sont les Yougoslaves qui se sont débarrassés de Milosévic et que Saddam Hussein est toujours au pouvoir à Bagdad. Les Etats-Unis, même limitant leur force, sont si puissants qu ils en sont pesants. Ils jouent à l éléphant dans le magasin de porcelaine. Quand les Etats-Unis éternuent, le monde s enrhume. Faut-il pour autant remplacer la saine critique rationnelle par un anti américanisme a priori qui devient, faute d être réflexif, réflexe, stéréotype, préjugé? Tout est question de méthode. Certaines conclusions peuvent être semblables, mais il y a un abîme entre l analyse critique des contradictions, l histoire argumentée des raisons, des contextes, et la condamnation a priori, sans appel, sans discussion, d un peuple, d une nation, de ses citoyens. Toute condamnation a priori d êtres humains est un racisme, au moindre mal une xénophobie. Un grand nombre de personnes qui se croient de gauche utilisent pour les Etats-Unis des termes d une rare goujaterie qui sont construits structuralement sur le modèle trop facilement oublié de la «ploutocratie anglo-saxonne» des nazis. Dans le brouhaha actuel on n entend guère d analyses à la fois scientifiques et militantes du type de celles de Lénine. Tirons une définition simple de l impérialisme des ouvrages de Boukharine, L Economie mondiale et l impérialisme (I916) et de Lénine, L Impérialisme, stade suprême du capitalisme (1917) : l impérialisme, apogée et dernier stade du capitalisme, est fondé sur la prééminence du capital financier et des multinationales. Ce système est mondial. Face à une telle ampleur, inébranlable depuis près de cent ans, il est 72

3 Anti-américanisme anecdotique et vain de se contenter de condamner tel ou tel pays suivant les circonstances. Il est même inutile de s en prendre aux riches comme s il suffisait de prendre leur place. N oublions jamais que les opprimés d aujourd hui sont les oppresseurs de demain, peutêtre pires, si le système inégalitaire n est pas renversé. Ne sombrons pas dans l angélisme. Est-il besoin de rappeler que les pays riches, dits du «Nord», comportent de nombreux pauvres et que les pays pauvres du «Sud» ne manquent pas de riches? L opposition fondamentale passe entre la bourgeoisie et le prolétariat à l échelle mondiale, mais beaucoup de prolétaires se contentent des «miettes» de l impérialisme et beaucoup de bourgeoisies dites «nationales» ne sont pas rassurantes pour l avenir de leur propre pays. L impérialisme est un adversaire particulièrement redoutable. Il est peut-être le stade final du capitalisme, stade qui a de grandes chances de durer un certain temps. Il ne suffit pas de diagnostiquer une maladie pour faire disparaître celle-ci. Il ne suffit pas de piaffer sur place en criant «A bas le grand capital!» pour ébranler celui-ci. Historiquement les vraies, les grandes révolutions sont rares. Le plus souvent on s accommode d un système social que l on hait, parce qu il est irremplaçable. Il n est particulièrement pas remplaçable par une société meilleure. A la suite de Lénine, l URSS a essayé de mettre en place un système différent. Hélas! il a suscité des monstruosités, a connu une fin piteuse. Il est nécessaire de ne pas reproduire les mêmes erreurs, ce dont certains militants, faute de changer leurs schémas de pensée, ne sont pas capables. Trop rares sont les conséquences intellectuellement positives de l autodestruction de l Union Soviétique. La critique est aisée, ce serait bête de s en priver. Critiquons la superpuissance des Etats-Unis, fer de lance, clef de voûte de l impérialisme. Mais la critique a ses règles et ne doit pas s arrêter à sa facilité. La critique doit même être d abord critique de soi-même. Elle doit ensuite se reconnaître insuffisante tant qu elle ne propose pas les moyens fiables, réalistes de la guérison. En quelque sorte, il s agit de guérir la maladie sans tuer le malade, du moins sans aggraver son état général. Par une curieuse aberration, on a vu de charmants camarades, des âmes plaisantes, soutenir l Argentine des militaires, effroyable tyrannie, contre la Grande- Bretagne dans l affaire des Falklands. On en a vu d autres ou les mêmes être gaillardement favorables à l Irak de Saddam Hussein au moment où celui-ci était le fauteur de pas moins de deux guerres 73

4 considérables, l une contre l Iran, l autre ensuite contre le Koweït. Par excès non contrôlé d anti-américanisme et plus largement d anti-occidentalisme, de bonnes âmes s accommodent volontiers de régimes de type fasciste qui sont surtout éprouvants, il est vrai, pour les populations qui les subissent. Le problème est certes ancien. Les Egyptiens Nasser et Sadate ont fait partie un temps des «chemises vertes» par haine de l occupant britannique. Certains membres du FLN algérien de 1954 avaient eu des sympathies pour l Allemagne pendant la guerre mondiale. Saddam Hussein a fait publier en Suisse un livre en allemand intitulé Unserer Kampf. Le problème est complexe. Le pire est de ne pas voir de problème. L impérialisme mondial suscite des contradictions multiples, dont des sub-impérialismes locaux. Par amour de la paix, par refus des fausses solutions et des mauvaises causes, il n est pas mauvais de se souvenir de principes simples, par exemple qu à la suite lointaine de Kant, la charte des Nations Unies interdit à un Etat membre d en annexer un autre. Souvent une mauvaise paix vaut mieux qu une bonne guerre qui de plus détourne de l essentiel, la lente constitution de l humanité. Certaines belles âmes en France, chrétiennes ou d origine chrétienne, ont échangé un paternalisme de droite pour un paternalisme de gauche. Elles se penchent avec commisération sur le Tiers Monde, mais méprisent toujours ces pauvres gens condamnés au crétinisme politique et à des régimes débiles. Friandes de droits pour ellesmêmes, elles en excluent des peuples entiers. Férues d affirmations péremptoires, elles ne discutent qu à l intérieur de présupposés qui eux ne sont pas discutés. On devine chez certains un anti-sémitisme pour le moins rampant ou un amour exagéré de la force et de la violence, plus proche de Machiavel que de Marx. Même si tout est rapport de forces, beaucoup de ces rapports de forces se présentent de façon pacifique. Aucune attitude humaine n est pure. Le pire est que la pureté soit érigée en principe par transfert de l impureté sur un bouc émissaire. Ce vieux procédé est toujours efficace et toujours condamnable. Les Etats-Unis n ont pas le monopole de l impureté. Trop de gens soidisant de gauche sont racistes par anti-racisme. L essentiel est de ne pas être raciste du tout. Rousseau disait que l histoire humaine est celle de l inégalité croissante entre les hommes. Pour l instant rien n a bloqué ce processus. Il est la cause primordiale des maux principaux qui affectent 74

5 Anti-américanisme l humanité. Il crée et recrée des pôles de richesse éhontée d un côté, de pauvreté terrifiante de l autre. Sous sa forme contemporaine de l impérialisme, il doit être notre obsession. La situation est si grave que nous sommes tous potentiellement des impérialistes. Nous ne pouvons pas manger une banane ou acheter une paire de chaussures sans être complices du réseau mondial de la marchandise. La lutte contre la «globalisation» ne peut être que mondiale, constitutive de l humanité en elle-même. Il est nuisible de s appuyer pour des raisons fumeuses sur un fanatisme religieux ou un fascisme local. Il y a des contradictions au sein des peuples et entre les peuples. Il ne s agit pas de rajouter a priori de la haine à la haine. Notre but doit être la paix et non la guerre pour laisser toute sa place au seul combat qui vaille, celui de l humain. Mais il n est pas question pour autant d être des moutons tendant leur cou au couteau des bouchers. Nous sommes pacifiques, nous ne sommes pas pacifistes à tout crin. La lutte est inexpiable contre les fanatismes divers. Notre objectif est la civilisation et non la barbarie, même si elle offre un visage humain. Les Etats-Unis sont La superpuissance dans tous les domaines, ce que l Union Soviétique n a jamais été. Il est vain de le leur reprocher à moins de vouloir rejoindre la horde sans fin des envieux, des grincheux, des frustrés, bref, des esprits négatifs. La coalition des médiocres ne souhaite qu une liberté, celle de la médiocrité. Il est toujours bon de revenir à Marx. Celui-ci disait que «la nation la plus industrialisée montre leur avenir aux autres». C est ce que font les Etats-Unis, pour le meilleur et pour le pire. C est à nous tous de trier et d avertir. L anti-américain moyen, étendant ses facultés de mépris, ne pense pas que le bon peuple en soit capable. Etalant ses incohérences, il ne rejettera pas pour autant son micro-ordinateur. Evitons que certains d entre nous par confort intellectuel se fassent les fourriers d un totalitarisme quelconque, éventuellement gluant, visqueux et hypocrite. Tel a été souvent le cas. Ce qu il y a de positif dans cette misère, c est que même les anti-américains ont du mal à accuser les Etats-Unis de totalitarisme à moins de se cantonner dans la marchandise qui malheureusement pour eux est universelle, planétaire. Les meilleurs opposants aux Etats-Unis se trouvent aux Etats- Unis eux-mêmes. Certains des pires aussi. Ils s expriment librement. Quand on est anti-américain, il vaut mieux se boucher les yeux et les oreilles, refuser les musiques, les films, les livres qui viennent d Amérique et qui sont pour une bonne part ceux de notre temps. Les 75

6 anti-américains ont le droit de ne pas écouter de jazz ou de ne jamais voir un film du cinéma indépendant des Etats-Unis. Tout n est pas à rejeter dans Hollywood ou la musique dite de variétés. Et de quel droit s ériger en censeur des goûts des autres? Nombre d anti-américains se plaignent hypocritement de ce que les Etats-Unis ne soient pas un grand leader spirituel. Ceci montre d abord qu ils ressentent le besoin d un tel leader. Pourquoi pas d un gourou? Ceci montre ensuite qu ils veulent ignorer que le monde entier s est en définitive coalisé pour construire les Etats-Unis d Amérique. Ils commencent par oublier que les Etats-Unis sont issus de l ère des révolutions qui a commencé de métamorphoser l Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Leurs libertés sont d origine britannique. Elles proviennent aussi des Lumières européennes. Nous ne sommes malheureusement pas sortis des Lumières. Elles sont insuffisantes. Pour le moment nous ne sommes pas près de dépasser ce stade historique. Les Etats-Unis sont une grande Nation, la seule à s être bâtie et à se perpétuer autour de sa Constitution. Leur démocratie est tragiquement insuffisante. C est un moindre mal, qualitativement supérieur à toute tyrannie, à tout despotisme. Marx, soutenant l action du président Lincoln, le savait bien. Comme le proposait Lénine, il faut savoir «analyser concrètement une situation concrète». Ceci signifie ne pas confondre les phénomènes et les épiphénomènes, l essentiel et l accessoire, les structures et les conjonctures. Ce qu il y a de commun entre Bush et Ben Laden, c est l argent. Notre adversaire ultime est l argent sous la forme de la marchandise. Le monstre est gigantesque, d autant plus qu il comporte des rationalités et des aspects positifs. Ce n est pas une raison pour ne rien faire, encore moins pour se tromper de combat. Issus des Lumières, les droits de l homme ne sont pas un obstacle au développement, au mieux une utopie lointaine. Ils sont la condition du développement, ce que beaucoup d anti-américains piétinent allégrement. Ils sont le seul rempart à ce jour contre les abus que le capitalisme comporte en lui-même. Ils sont l antidote dont le capitalisme en lui-même a besoin : Etat de droit, sûreté des personnes et des biens, liberté d opinion, même religieuse. De jeunes pays hyper-capitalistes méprisent la liberté d expression, par exemple la Malaisie musulmane, le Singapour chinois. Ils montrent ainsi les limites de leur croissance. Les droits de l homme, de l être humain, donc de la femme. Plus une 76

7 Anti-américanisme nation est développée, plus elle respecte les droits de la femme. Nombre d anti-américains ignorent scandaleusement la moitié de l humanité. Les Etats-Unis vont dans le bon sens, même si l on peut toujours y craindre des revirements réactionnaires. Système mondial, le capitalisme sous sa forme impérialiste ne peut être dépassé que par un autre système mondial, le socialisme véritable, à ne pas confondre avec le défunt «socialisme réel» à la Brejnev. Tant qu il ne peut pas l être, il est délétère d espérer une grave crise mondiale qui, en dehors des misères accrues pour les pauvres et les pays pauvres, ne renforcerait actuellement que les nationalismes et les fascismes. Le prolétariat mondial existe, mais, faute d alternative actuellement crédible au capitalisme, il doit s éduquer dans les luttes, dans le sens de la lutte internationaliste, mondialiste, ce que souhaitent la majorité des collectifs qui sont mal nommés : anti-mondialisation, car ils sont en fait anti-globalisation. Comme d habitude, le prolétariat a tout à perdre dans la chiennerie des nationalismes et des fascismes en tous genres. On peut critiquer les droits de l homme quand leur formulation est imparfaite, quand leur application est hypocrite. On n en critique pas le principe. L auto émancipation de l humanité souhaitée par Marx passe par l extension, l accomplissement des droits de l humain, et non leur réduction, encore moins leur négation. L anti-américain parle déjà d utopie? Non, il s agit d un idéal qui n est pas encore réel. L idéal est une boussole qui indique un point cardinal. Il ne prétend pas qu il soit atteint, ni même qu il soit atteignable. Voilà l universalisme, le vrai, le seul. Le fait que l Occident ait aidé à sa naissance n en fait pas le propriétaire. Cet universalisme appartient à toute l humanité grâce à ses principes d égalité en droits, de liberté et de laïcité. Il garantit à tous la tolérance envers les croyances et les cultures. L histoire humaine est horrible. N ajoutons pas l horreur à l horreur. Il ne faut surtout pas qu il y ait choc des civilisations, encore moins guerre. Ce serait un suicide pour la civilisation elle-même. Parlons plutôt dialogue et compréhension réciproque. Il n est pas question ici d utopie meurtrière. Une fois débarrassés des simplismes éhontés de l anti-américanisme primaire, sommaire, viscéral, forme post-moderne de racisme, nous pourrons enfin critiquer librement et rationnellement les Etats-Unis d Amérique comme nous critiquons nos propres sociétés. Il y a du travail, on a même l embarras du choix : le maintien de la 77

8 peine de mort dans bon nombre d Etats des Etats-Unis, l inflation de la population carcérale, au détriment en particulier de la minorité noire, victime de la perpétuation du racisme, le culte de l argent, accru par les frais scolaires et l absence d assurance sociale généralisée, l insuffisance des mesures en faveur de l environnement, le conservatisme réactionnaire d une partie importante et influente de la population, le retour public au pouvoir du lobby militaro-industriel derrière Bush, le serial-killer légal en tant que gouverneur du Texas. Tout ceci s argumente. Il ne s agit pas de confondre l ensemble du peuple américain avec les aspects les plus contestables de sa société. Il reste abominable que certains anti-américains aient jubilé devant les attentats du 11 septembre sous prétexte que l arrogance des Etats- Unis en sortait affaiblie. C était criminel, c était aussi crétin. Si arrogance il y a, elle sort renforcée d une telle épreuve. Tout à fait naturellement, le peuple américain a fait bloc autour d un président mal aimé et mal élu. Les Etats-Unis se sont retrouvés à la tête d une coalition internationale impressionnante, raison de plus pour critiquer l impérialisme en tant que système mondial dont ils sont à la fois coupables et victimes. Les réseaux opaques du capital mondial financent le terrorisme, inondent le monde de narco dollars, de pétro dollars, facilitent les trafics en tout genre, au profit des paradis fiscaux. La solution raisonnable serait, selon l expression de Michel Rocard, une gouvernance mondiale dont l un des buts devrait être l arrêt des mouvements les plus spéculatifs de capitaux, particulièrement dommageables pour les pays en difficulté. Un paradoxe des violences de notre histoire est que les peuples du Tiers-Monde ont plus pâti des colonialismes européens que du fameux impérialisme américain. Leur histoire a été bouleversée de l extérieur, parfois mutilée. Mais il ne sert à rien de s arrêter aux ressentiments même légitimes légués par le passé. L histoire a eu lieu. Il s agit de construire l avenir. Il faut aider les opprimés, mais il faut aussi qu ils prennent leur sort en mains, comme l ont fait les Vietnamiens ou les Indiens du Chiapas. Partout dans le monde beaucoup de petits-bourgeois se sentent, non sans raisons, manipulés de l extérieur. Ils sont dans l hétéro-gestion. Même favorisés, ils ressentent une sorte de «diffidence» généralisée, diffidence signifiant manque de foi, manque de confiance en soi, qui devient défiance, méfiance, malaise, série de comportements et de sentiments négatifs. Critiquant «le système», beaucoup se 78

9 complaisent dans la litanie de leurs traumatismes, de leurs envies, de leurs frustrations. Ils cherchent un coupable car tout est évidemment «la faute à l autre». Cette attitude est compréhensible, elle est inadmissible. Elle n est ni positive, ni progressiste. Ces individus font bien facilement fi de leur responsabilité personnelle. Or celle-ci ne disparaît que dans des cas d extrême dénuement. Leur comportement fait historiquement le lit du fascisme sous une forme quelconque. Ce qui est vrai des personnes l est aussi des peuples. Les anti-américains sommaires et primaires correspondent à cette description. Guy Dhoquois et Régine Dhoquois-Cohen Anti-américanisme 79

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

Coopération au développement :

Coopération au développement : PDC SUISSE Coopération au développement : défense des intérêts ou aide désintéressée? Adopté par la présidence le 25 mars 2011 Introduction Comme les dépendances réciproques entre les pays augmentent rapidement,

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

EMPLOI FÉMININ, NATALITÉ ET TÂCHES MATERNELLES : COMPARAISON EUROPÉENNE

EMPLOI FÉMININ, NATALITÉ ET TÂCHES MATERNELLES : COMPARAISON EUROPÉENNE EMPLOI FÉMININ, NATALITÉ ET TÂCHES MATERNELLES : COMPARAISON EUROPÉENNE Henri Mendras «Les femmes obtiennent ce qu elles veulent!». Cette affirmation n est pas une version moderne et machiste du vieux

Plus en détail

Objectifs de cet atelier

Objectifs de cet atelier LES ATELIERS DE REGAIN La dynamique de groupe 2 Objectifs de cet atelier Finalité : développer la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ Nous, responsables des forces du Centre, présidents du MoDem (Mouvement démocrate) et de l UDI (Union des Démocrates et Indépendants), proposons à nos formations de se rassembler. L URGENCE L état réel

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Histoire. Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990

Histoire. Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990 Histoire Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990 I) Mutations en Europe de l Est Problématique : Que deviennent les anciens régimes communistes de l Europe de l Est? En 1989-1991, le bloc

Plus en détail

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne 8 Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne Respect de la Constitution et du droit international, motion de l Eglise évangélique réformée du canton de Bâle-Campagne et de cosignataires :

Plus en détail

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République.

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République. éduscol LA CHARTE COMMENTÉE Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales notions et

Plus en détail

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg 90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg (Jean-Marie WOEHRLING, Secrétaire Général) Mesdames et Messieurs les délégués, Il y a 90 ans (à quelques jours près), le 21 juin 1920

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Projet de loi C-10 Loi sur la sécurité des rues et des communautés

Projet de loi C-10 Loi sur la sécurité des rues et des communautés Projet de loi C-10 Loi sur la sécurité des rues et des communautés François Bérard, M. sc. Crim. Société de criminologie du Québec Mont-Tremblant (7 novembre 2013) Introduction Déroulement exposé Présentation

Plus en détail

L Europe contre la gauche

L Europe contre la gauche GEORGES SARRE Référendum L Europe contre la gauche, 2005 ISBN : 2-7081-3322-5 Introduction DIRE LA VÉRITÉ! Disons-le clairement : la nation française est menacée en tant que projet politique. Les considérations

Plus en détail

I. Demander réparation

I. Demander réparation Éléments-clés du cadre juridique en Europe : un droit très défavorable aux victimes Intervention de Sophie Le Pallec, Présidente de l association Amalyste, membre du Collectif de Lutte contre les Accidents

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France.

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France. Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013 Bonjour, Je m appelle Cédric Mametz. J ai 34 ans. Je travaille dans un ESAT. L ESAT est le nom des structures de travail protégé

Plus en détail

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Conseil suisse des religions Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Prise de position du Conseil suisse des religions concernant l initiative populaire «Contre la construction de minarets»

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/678 Présidente : Mme FONTAINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 20 Août 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L HOMME Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme (Adopté par l Assemblée plénière du 2 mars 2000) Le 1 er février 2000, le

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux Titre partie sommaire Introduction..............................11 La conception des jumeaux «Avoir des jumeaux saute une génération.»...........17 «Les vrais jumeaux sont toujours dans la même poche.»..23

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 Le Conseil européen s est réuni le 21 septembre 2001 en session extraordinaire afin d analyser la situation internationale

Plus en détail

Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions.

Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions. Fès, 30 septembre 2013 Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions. Discours de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie Seul le texte prononcé fait foi Je

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar)

Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar) Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar) Préambule Une presse équitable, libre et indépendante est l

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Groupe armé État islamique : des extrémistes prêts à tout

Groupe armé État islamique : des extrémistes prêts à tout Groupe armé État islamique : des extrémistes prêts à tout Pistes d activités pédagogiques à explorer et à approfondir Les actions récentes du groupe armé État islamique frappent l imaginaire collectif

Plus en détail

NE DONNE PAS TA LANGUE AU CHAT

NE DONNE PAS TA LANGUE AU CHAT NE DONNE PAS TA LANGUE AU CHAT Banque de proverbes Donnez de l avoine à un âne, il vous pètera au nez. - Aidez quelqu un pour mériter finalement son ingratitude. - Ceux qui ont de grandes oreilles ont

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting.

C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Intervention de William Martinet Meeting 29 janvier C est un plaisir pour l UNEF d intervenir au nom des jeunes pour ce meeting. Après une journée de travail entre syndicalistes de tous les horizons :

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Fiche sur la justice et le droit

Fiche sur la justice et le droit CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Fiche sur la justice et le droit Introduction Première piste (non traitée ici) : on associe régulièrement la justice à l égalité. Etre juste, c est donc en un sens

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

La Responsabilité de Meiji Gakuin dans la Guerre et après la Guerre. Une Confession

La Responsabilité de Meiji Gakuin dans la Guerre et après la Guerre. Une Confession La Responsabilité de Meiji Gakuin dans la Guerre et après la Guerre Une Confession A l occasion du cinquantième anniversaire de la défaite japonaise, je confesse devant vous surtout, Seigneur, le crime

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Claire Debord Le texte qui suit est une libre compilation de plusieurs textes sur le même thème, notamment ceux de Christophe Champetier

Plus en détail

PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1

PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1 PROLOGUE À L AFFAIRE VERRÈS DISCOURS CONTRE CAECILIUS DIT LA DIVINATION 1 I. 1. Si l un de vous, messieurs les juges, ou quelqu un dans l assistance s étonne par hasard de me voir moi qui suis mêlé aux

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Actualité juridique publié le 06/04/2014, vu 642 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat L affaire SUN WATER France et le jugement du Tribunal

Plus en détail

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Organisons, organisons... CHIEN DE CONDUITE DU TROUPEAU conduite et... PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Les exploitations ovines ne peuvent plus aujourd hui se passer des nombreux services rendus

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Cet ebook est protégé par un copyright, veuillez vous référer à la licence jointe pour connaître vos droits d utilisation et d exploitation.

Cet ebook est protégé par un copyright, veuillez vous référer à la licence jointe pour connaître vos droits d utilisation et d exploitation. 2 Lice nce L auteur s est efforcé d être aussi précis et complet que possible lors de la création de cet ouvrage, malgré ceci, il ne peut en aucun cas garantir ou représenter l exactitude du contenu de

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme La communication Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme Bénédicte Lucereau est conseillère conjugale, elle-même mariée depuis 33 ans avec sept enfants et sept petits-enfants.

Plus en détail

L Éducation à la Paix, est-ce l affaire de l École?

L Éducation à la Paix, est-ce l affaire de l École? L Éducation à la Paix, est-ce l affaire de l École? Éveline Charmeux Aujourd hui que la paix est plus que jamais menacée, que les canons et les bombes se font entendre un peu partout dans le monde, il

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

On parle beaucoup aujourd hui de

On parle beaucoup aujourd hui de Couverture Noël: une reconnaissante dépendance du Christ Le message de Sa Grâce Rowan Williams, archevêque de Canterbury, pour les lecteurs de 30Jours On parle beaucoup aujourd hui de ceux qui préfèrent

Plus en détail

Prise de position de l UNES contre le numerus clausus (NC)

Prise de position de l UNES contre le numerus clausus (NC) Prise de position de l UNES contre le numerus clausus (NC) Adopté par le comite de l UNES du 6 juin 2001 Ce document expose la prise de position de l Union Nationale des EtudiantEs Suisses (UNES) sur la

Plus en détail

«L'Homme et l'argent»

«L'Homme et l'argent» Extraits choisis du livre : «L'Homme et l'argent» De Jacques Elul La fuite de l'homme dans le système pour éviter la question personnele Concernant l'argent tout se passe comme si chacun n'avait absolument

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE NATHALY: LES TÉMOIGNAGES D UN DON DE VOYANCE EXTRAORDINAIRE

COMMUNIQUE DE PRESSE NATHALY: LES TÉMOIGNAGES D UN DON DE VOYANCE EXTRAORDINAIRE NATHALY: LES TÉMOIGNAGES D UN DON DE VOYANCE EXTRAORDINAIRE Nathaly est devenue pour toutes les personnes qui ont eu la chance et l occasion de la rencontrer quelqu un d indispensable. Les esprits les

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 ME DANIEL BOUCHARD LAVERY, DE BILLY 1. PRÉSENTATION Le 13 décembre 2007 est entré en vigueur

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail

Paysage Martin. Ronde préliminaire Cas d entrepreneuriat Desjardins. Place à la jeunesse 2008

Paysage Martin. Ronde préliminaire Cas d entrepreneuriat Desjardins. Place à la jeunesse 2008 Paysage Martin Cas d entrepreneuriat Desjardins Place à la jeunesse 2008 PAYSAGE MARTIN : NICHOLAS MARTIN UN EMPLOI D ÉTÉ LUI DONNE LE GOÛT DE SE LANCER EN AFFAIRES Alors qu il n avait que quatorze ans,

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS A L OCCASION DE LA RECEPTION OFFICIELLE FRIBOURG, OUVERT AU MONDE FRIBOURG 5 OCTOBRE 2010 Seul le discours

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur La violence contre les femmes Juillet 2012 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax:

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Fórum Social Mundial Memória FSM memoriafsm.org

Fórum Social Mundial Memória FSM memoriafsm.org Este documento faz parte do Repositório Institucional do Fórum Social Mundial Memória FSM memoriafsm.org Conseil international du Forum social mondial Dakar 30 octobre-1er novembre 2001 Le Conseil International

Plus en détail

Ma maison, mon tout & tout pour ma maison

Ma maison, mon tout & tout pour ma maison Observatoire de la vie à la maison Ma maison, mon tout & tout pour ma maison ILIV, observatoire de la vie à la maison, a mené une enquête représentative auprès de plus de 4.000 Belges sur l influence de

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

Domaine thématique d égalité entre les sexes: indicateurs utilisés pour suivre la réalisation de l objectif d égalité entre les sexes

Domaine thématique d égalité entre les sexes: indicateurs utilisés pour suivre la réalisation de l objectif d égalité entre les sexes Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.30/2014/4 Distr. générale 7 janvier 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail