Gaston Chaissac, un certain salut par les déchets François Bony

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gaston Chaissac, un certain salut par les déchets François Bony"

Transcription

1 Gaston Chaissac, un certain salut par les déchets François Bony Notons que c est une œuvre, un masque de Gaston Chaissac qui était présenté sur l affiche des journées PIPOL V (à Bruxelles), tandis que «Le salut par les déchets» est le titre de l intervention de J.-A. Miller lors des journées PIPOL IV à Barcelone. Le salut par les déchets Cette formule Le salut par les déchets est de Paul Valéry. C est ainsi qu il qualifiait le surréalisme. On ne peut contester qu André Breton ait promis le salut par les déchets, mais J. A. Miller nous fait remarquer que Freud l a fait bien avant lui. En effet, ce que Freud a mis en avant ce sont les déchets de la vie psychique que sont le rêve, le lapsus, l acte manqué et au-delà le symptôme. D ailleurs «il a suffi que paraissent la psychanalyse et sa promesse de salut par les déchets, pour que l on s aperçoive que, jusqu alors, on n avait jamais cherché le salut que par les idéaux», nous dit J.-A. Miller 1. Le déchet c est ce que l on évacue, ce que l on fait disparaître quand l idéal resplendit. Ce qui resplendit a une forme. D une certaine façon, l idéal c est la gloire de la forme, tandis que le déchet est informe. Il est prélevé sur une totalité dont il n est qu une pièce détachée. Le surréalisme procède par une esthétisation du déchet. Il fait passer le déchet au registre de l esthétique et par-là, s il modifie la définition du beau, il ne remet pas le beau en question. Depuis lors, depuis Marcel Duchamp, l art dit «contemporain» s est occupé à nous offrir le déchet même comme objet d art. Mais le surréalisme en fait, nous dit J.-A. Miller, n a, si l on peut dire, que mis à nu l essence même de l art. Soit le fait que l essence de l art c est d esthétiser le déchet, de l idéaliser, le sublimer. Pour Lacan, la sublimation «élève un objet [ ] à la dignité de la Chose» 2. J.-A. Miller nous indique que la Chose est là déjà une version sublimée de la jouissance comme l indiquent les termes élever et dignité. C est la jouissance réduite au manque, à la castration, à l absence de rapport sexuel. Ce n est pas la jouissance crue qui n a aucune dignité où se draper. Quand la jouissance est élevée à la dignité de la Chose et non abaissée à l indignité du déchet, elle est sublimée c est-à-dire socialisée. Ce que l on appelle sublimation effectue une socialisation de la jouissance. La jouissance est alors intégrée au lien social, au circuit des échanges. Elle est mise au travail dans le discours de l Autre et pour sa jouissance. C est donc par le biais de la sublimation que la jouissance autistique de l Un engraine sur le discours de l Autre et vient à s inscrire dans le lien social. Mais pour cela, il faut la production d un objet susceptible d être élevé à la dignité de la Chose. J.-A. Miller se réfère alors à Rousseau, lui donnant raison sur le fait que la sexualité ne fonde aucun lien social. En effet la sexualité ne socialise qu eu égard à la reproduction, dans le cadre symbolique susceptible d élever l enfant, comme objet à la dignité de la Chose. Faute de cette insertion symbolique, il est abaissé à l indignité de l objet. Et il en porte la marque dans ce qui apparaît comme son destin. Gaston Chaissac est de ceux-là. Lui qui s est défini comme un éliminé. Le déchet, s il a failli le réaliser dans le réel à travers ce qu il appelle sa vocation, l y conduisait aussi en étant un valet de ferme prêt à tout pour satisfaire son maître. Le déchet a 1 Miller J.-A., «Le salut par les déchets», Mental, N 24, avril 2010, p Lacan J., Le Séminaire, livre VII, L Éthique de la psychanalyse, Paris, Le Seuil, 1986, p. 133.

2 été sa matière première, épluchures, coquilles, assiettes cassées, tout y passe dans son art basé sur la récupération. Quant à ses lettres elles sont souvent écrites sur des bouts de papier de récupération : bulletins de vote, papier d emballage Le terme de salut, notons que c est un terme religieux. Qu il renvoie à l idée d une révélation de savoir qui emporte avec elle l idée d une satisfaction, «le développement durable d une satisfaction supérieure» comme s exprime J.-A. Miller. Signalons que ce texte «Le salut par les déchets» a été prononcé lors de journées traitant de la clinique et de la pragmatique de la désinsertion sociale en psychanalyse, et qu il s agissait pour J.-A. Miller d y démontrer que le lien social est d essence paranoïaque. Notons aussi qu une certaine paranoïa tempérée est consubstantielle au lien social. Car l Autre social est toujours un Autre méchant, qui veut me faire servir à son usage et à ses fins, bref qui veut jouir de moi. J.-A. Miller y déploie que la paranoïa accompagne comme son ombre la sublimation. Il propose d ailleurs d appeler paranoïa des créateurs les relations conflictuelles entre auteur et éditeur, peintre et marchand L idée principale est que devant la désinsertion sociale du schizophrène, qui est hors discours, l analyste qui se présente comme déchet peut introduire ce sujet à un certain lien social spécifique en le paranoïsant, en l aidant à loger la jouissance dans l Autre. Nous allons voir comment Gaston Chaissac y est parvenu sans l aide d aucun analyste, mais pas sans rencontres. Après les développements de J. A. Miller, nous suivrons ici de près ceux de Monique Amirault dans Ornicar? 3 et dans Pipol News 4. Gaston Chaissac 5 est né le 10 Août 1910 à Avallon dans l Yonne. Ses parents tiennent une échoppe de cordonnerie. Les conditions de vie de la famille sont très précaires : vente forcée du stock du commerce, mobilisation du père en Celui-ci abandonne son foyer au retour de la guerre. Peu après le divorce des parents, son frère René est interné. Enfant chétif, maladif, décrit comme hypersensible et inadapté à l école, il sera très protégé par sa mère et une sœur très dévouée. À treize ans, il entreprend une formation de marmiton. Il s essaiera à divers métiers mais n en embrassera aucun. À seize ans, il part pour le Morvan suivre sa mère qui a des problèmes de santé, ils sont alors logés chez sa sœur Georgette, postière qui l initie à l ésotérisme. Alors qu il a vingt et un ans, sa mère meurt, il reste quelque temps chez sa sœur qui vient de se marier (ce qui semble avoir constitué un second traumatisme) avant d aller tenter sa chance à Paris comme cordonnier. Rattrapé par la maladie, il est hébergé chez son frère Roger, brigadier de gendarmerie, et sa belle-sœur. S ensuivent des allers et retours chez le frère et la sœur car il ne peut s assumer seul et il encombre la belle-famille. Il flirte avec l asile pour clochards. Sa belle-sœur est tellement peu chaleureuse qu il va régulièrement se réfugier chez des voisins, un couple de peintres : Otto Freundlich et Jeanne Kosnick-Kloss, qui vivent dans des conditions miséreuses. C est là, à vingt-sept ans (1937), que Chaissac va faire une rencontre décisive puisque Freundlich 6 le «met sur le chemin de la peinture», il s intéresse à ses dessins et l encourage, il dira «un maître nous est né» 7, phrase qui servira d orientation à Chaissac. Chaissac est ainsi reconnu comme artiste, et il va accrocher à ce nom, à ce signifiant-maître, des éléments de son registre symptomatique : «Sans mon déséquilibre, dit-il, je n arriverais à 3 Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», Ornicar?, N 50, Navarin, 4ème trimestre Amirault M., «Les origines d un style», Pipol news, N 15, octobre Cf. Démons et Merveilles, Catalogue de l exposition Chaissac, Caillaud, Musée International d Art Naïf Anatole Jakovsky, Direction des Musées de Nice, pp Démons et Merveilles, op. cit., p. 40. Otto Freundlich, peintre et sculpteur d origine allemande et juive, est considéré comme un des précurseurs de l art abstrait. C est une de ses sculptures qui orne la couverture du catalogue de l exposition organisée par les nazis sur les «arts dégénérés». Il mourra en déportation en 43 (Cf. Wikipedia). Tandis que Jeanne Kosnick-Kloss restera jusqu au terme de sa vie sa «chère mère spirituelle» (Cf. Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», Ornicar?, N 50, op. cit., p.148). 7 Démons et Merveilles, op. cit., p. 40.

3 rien» 8 ce qui est soutenu par le psychiatre qui le suit dans le centre de rééducation de Clairvivre ; «[Voici l opinion de mon médecin :] je suis artiste et c est incurable. Je suis capable de faire des choses que tout le monde ne peut pas faire, par conséquent il m est difficile de faire ce que tout le monde peut faire» 9, énonce-t-il! Si jusque-là, Chaissac vivait dans une certaine errance, «dans le brouillard» pour reprendre le terme d Hervé Castanet pour signifier la psychose (et particulièrement l absence de garantie dans l Autre), s il avait toutes les difficultés du monde à s insérer dans le champ social, cette parole, lui permet une incarnation dans un idéal du moi : Être artiste va lui permettre une socialisation a minima, notamment par sa correspondance, car les relations aux corps présents resteront difficiles pour lui. Une autre rencontre sera importante pour lui, c est celle de Jean Dubuffet (fin 1946) qui l enrôlera un temps dans son mouvement de l Art Brut. Entre ces deux rencontres, Chaissac contractera une tuberculose. Après un séjour au sanatorium, il ira dans un centre de rééducation (atelier de cordonnerie) où un psychiatre s intéresse à son art. C est là, lors d une exposition qui lui est consacrée, qu il fera la connaissance de Camille Guibert, elle-même atteinte de tuberculose, et qui, amoureuse de son art et de l artiste, deviendra sa femme. De cette union naîtra une fille, Annie, en décembre Le mariage a lieu en 1942, à Vix dans le Marais Poitevin. Chaissac n est pas très bien accueilli par sa belle-famille : «Au village, j étais un fou, un con, un cul, c est-à-dire un malappris» 10. C est dans cette année quarante-deux, qu il donne jour à ses premiers écrits : des contes et des histoires morales. En 1943 sa femme, institutrice, est nommée à Boulogne en Vendée. N arrivant pas à vivre ni de sa peinture ni de son activité de cordonnier, Chaissac s occupera de la maison. Isolé, souffrant d une grande solitude, son activité épistolaire qui fait partie intégrante de son œuvre littéraire va prendre de plus en plus d ampleur. L œuvre d un bricoleur d exception. L œuvre picturale. Il est difficile de séparer l œuvre picturale de l œuvre littéraire de Chaissac tant la première semble servir de prétexte à la seconde et tant la seconde vient contaminer la première (écrits présents dans le tableau). Chaissac met en avant l influence de Freundlich : «Pour moi l œuvre de Freundlich fut une révélation qu on peut dessiner des tableaux autrement qu en interprétant la nature». Il reconnaît l importance de ce dernier tout en s en démarquant : «Une chose curieuse dans ma carrière c est que j ai cerné mon dessin d un trait, alors que le seul peintre moderne que je connaissais ne le cernait pas» 11. Grâce à Freundlich, il se reconnaît comme créateur. Le signifiant artiste lui donne une place dans le lien social, lui qui était dans l errance. Il fait même de son inadaptabilité la condition de sa force de création. Cependant il refusera les règles de la paroisse, sauf un temps celle du groupe de l Art Brut dont Dubuffet est le chef de file. Mais il finira par s en séparer pour défendre une position d indépendance et d exception. Il n aime pas fréquenter le milieu artistique parisien, les peintres comme les écrivains. Rapidement ses relations se limiteront pratiquement à des relations épistolaires. 8 Chaissac G., Lettre à Otto Freundlich (1940), cité par Fauconnet-Buzelin F., «Biographie», Catalogue de la rétrospective Gaston Chaissac, Réunion des Musées Nationaux, Bruxelles, 1998, p Chaissac G., Lettre à Albert Gleizes (1942), cité par Fauconnet-Buzelin F., «Biographie», Catalogue de la rétrospective Gaston Chaissac, op. cit., p Chaissac G., Cité in Démons et Merveilles, op. cit., p Lettre à Anatole Jakovsky (1948), cité in Démons et Merveilles, op. cit., p. 40.

4 1) Le maître du déchet. André Lhote parle de Chaissac comme d un «Klee spontané» 12. En effet celui-ci écrit à Freundlich : «Donner à mes peintures naïves, dessins d enfants, toujours plus de simplicité n est pas chose facile, n est-ce pas trop ridicule de vous confier que pour créer l ambiance j ai un petit harmonica sur lequel je joue des airs enfantins». Après les dessins initiaux riches en thèmes animaliers (oiseaux et serpents surtout), son œuvre est essentiellement composée de personnages aux corps atrophiés, de visages, de masques ou de totems. Ceux-ci ont un aspect de puzzle du fait de la technique adoptée. En effet ces personnages, ces visages sont construits par l assemblage de formes. Souvent des assemblages d empreintes, empreintes d épluchures de courges, d assiettes cassées, de coquilles d huîtres, de préférence sur du papier de mauvaise qualité, voire sur des culs de casseroles, de marmites Ces empreintes sont d abord disposées de façon choisie par l artiste, puis vers 1948 il préférera jeter les détritus sur la toile ou alors il utilisera une serpillère mouillée qui, avec un mouvement de son corps, laissera une empreinte dont il tracera le contour. Il aimerait aussi photographier des graffitis géants faits au charbon de bois sur les façades de sa maison, car ils sont éphémères sous la pluie. Le tout donne généralement l allure d un puzzle, et l on se demande comment ces corps déformés peuvent tenir. Parfois la déformation du corps donne le titre non sans ironie : un graffiti par exemple prend le nom de «Le parlementaire vu qu elle a le bras très long» 13! Pour le Bonhomme aux épluchures de courges, il dira : «c est des épluchures de moi, il est bien, bien de moi sans rien d étranger» 14. Notons qu il utilise épluchures et coquilles, donc des peaux et des carapaces, des enveloppes qu il réunit, assemble pour faire une forme. Il assemble, réunit ce qui fait qu il se définit comme un bricoleur et un artisan : «Si vous voulez vous pouvez demander à un sculpteur de faire des formes sans utilisations prévues, et je tâcherai d en faire quelque chose en les assemblant. C est là du travail de bricoleur. Je suis assez bon bricoleur pour toute sortes de choses» 15, précise-t-il. Ajoutons qu aucun objet n échappe à son exploration, pas même le plus hétéroclite, jusqu à «la fleur de poussière soulevée par des automobilistes de fraîche date», qu il mélange à sa peinture. Il se fait ainsi le maître du déchet, qu il esthétise et il trouve ainsi un nouvel usage à ce qui n en a plus. Bricoleur est d une certaine façon le nom qui vient nouer le mouvement du corps, le trait, la forme, le titre donné à l œuvre qui en fait partie intégrante, et la signature. Chaissac-le- Bricoleur est son nom de sinthome. 2) Faire tenir le corps. Par rapport à ces corps déformés, atrophiés, Chaissac dit : «Lorsque j examine mes peintures ou mes contes, je me vois comme s ils étaient un miroir reflétant mon image» 16, témoignant ainsi d un morcellement, d une difficulté à faire tenir ce corps. Le corps de l autre lui donne une image du corps dont il se soutient, mais cela ne suffit pas. Il lui faut un certain usage du vêtement pour faire tenir ce corps. Le plus souvent il cherche à endosser l habillage de l autre, du paysan du coin, pour faire «couleur locale», se faire adopter mais aussi et surtout pour donner à ce corps une enveloppe qui tentera de réaliser son unité, comme le trait donne unité à son dessin ou à une partie de celui-ci. De ces différentes 12 Cité par Nadia Raison in Démons et Merveilles, op. cit., p Chaissac G., Hippobosque au bocage, L imaginaire, Gallimard, Sept. 99, p Ibid., p Ibid., p Chaissac G., Lettres à Albert Gleizes, in Catalogue de l exposition G. Chaissac, Musée des Beaux-Arts de Nantes, 1998, Bruxelles, p. 107.

5 enveloppes corporelles dérivent tout un tas de noms, de signatures, qui témoignent de son identité fragmentée : «G.C. Le petit savetier culotté en velours côtelé», «Le Morvandiau en blouse boquine», «G.C. L esthète en souquenille d homme d écurie», «G.CH. qui est habillé comme un valet de ferme aux dires de sa propre fille» 17 L homme qui est culotté à la hussarde en velours côtelé est l identité qui revient le plus souvent et semble plus positive que les précédentes : «J utilise des pseudonymes car je sens plusieurs individus grouiller en moi» 18, dit-il. Le plus connu, Hyppolyte Hippobosca est construit de la façon suivante : il est né le jour de la Saint Hyppolite, Hyppolite est l ami des chevaux, animal de prédilection pour celui qui voulait être valet d écurie. Quant à Hippobosca, c est le nom de cette mouche qui s accroche au cheval, qu il a découvert dans le Larousse. 3) Mais aucun nom, ne vient faire lien entre le corps et le symbolique. Camille, sa femme, a bien repéré cela puisqu elle écrit : «Il y a un mauvais embrayage corpsâme en lui [ ] Le corps réagit violemment à tout, et il prétend qu il ne ressent plaisir ou peine sensible. Il mange comme un sauvage affamé, se vêt à la diable et galope à travers champs comme un fou, peint et écrit comme un enragé jusqu à épuisement [ ] Pas étonnant que la digestion soit mauvaise, que l hypochondrie s ensuive et un semblant de neurasthénie» 19. Dans la prolifération des noms propres qui sont censés le désigner, aucun ne vient se complémenter du sinthome comme pour Joyce. Il s agit seulement de qualités, de circonstances, de détails qui dans une métonymie permanente ne suffisent jamais à le désigner. 4) «La peinture rustique moderne», une invention qui mérite un autocommentaire continu. Chaissac adhère dans un second temps (1946) sous l influence de Dubuffet au courant de l Art Brut, mais dès 1948, il écrit à Aimée Maeght : «La fidélité n est décidément pas mon fort. Je m éloigne à grands pas de l art brut, que je ne peux tout de même pas renier car il m a été publicitaire et m a attiré des protections [ ] Faire de l art brut est trop amusant pour amuser longtemps et tôt ou tard on aspire à plus de difficultés» 20. Pour parler de sa peinture il utilise l expression peinture rustique moderne, il écrit à Jeanne Kosnick-Kloss : «Vous pourriez faire un rapprochement entre mes tableaux et la rusticité du langage des paysans, qui déforment les mots comme moi le dessin [ ] au fond, en peinture, je parle patois». On retrouve là, la promotion de lalangue en un seul mot, dont il sera question dans son œuvre littéraire, et qu il élèvera au lien social dans ses poèmes et ses lettres. On peut aller plus loin, avec Monique Amirault, en faisant l hypothèse que ses tableaux «sont le support de son écriture» 21. Elle fait donc de cette production graphique, qui met en jeu le corps dans l acte même de peindre, d assembler, de cerner la forme, quelque chose de l ordre de la lettre. Ses productions sont donc à prendre comme une langue, la sienne, proche du patois, une langue rustique qu il oppose à la langue académique. Elle procède comme son écriture d une métonymie, ici d un assemblage élevé au rang d un style où la forme et la lettre se révèlent homogènes l une à l autre dans leur fonction, celle de faire passer le réel (la jouissance) dans le symbolique (un lien, un discours) par le biais d un objet. Ce trait, dont il fait le tour de son dessin et qui l étonne, a bien fonction de lettre, comme celui qui entoure les formes projetées sur la toile, ou l activité d assembler les déchets pour les 17 Chaissac G., Hippobosque au bocage, op. cit., p Chaissac G., Lettre à M. Gleizes (1949), in Catalogue de la rétrospective G. Chaissac, op. cit., p Cité par Fauconnet-Buzelin F., Biographie, Catalogue de la rétrospective G. Chaissac, op. cit., p Lettres à Aimée Maeght, in Catalogue de l exposition G. Chaissac, op. cit., p Amirault M., «L homme qui, en peinture, parlait patois», Confluents, Bulletin de l ACF-IDF, 12/2000, N 34. p. 52. (Cf. Pipol News, n 13).

6 esthétiser. Il y a là une invention qui nécessite un autocommentaire continu, que l on retrouve dans sa correspondance. L œuvre littéraire d un «épistopoète» 22 Chaissac a écrit des contes, des poèmes mais son activité épistolaire constitue la plus grande partie de l œuvre publiée. Si Chaissac peint à partir de 1938, il écrit à partir de 42, et l activité épistolaire ne prendra que plus d importance en Vendée (43), où il s aperçoit rapidement qu il ne peut exercer un métier d artisan, où il s occupe alors des activités ménagères, tandis que sa femme pourvoit aux besoins de la famille. Ce n est pas sans ironie qu il se nommera alors cordonnier in partibus. Il vit par ailleurs dans un grand isolement qui n est pas apaisé bien au contraire par la fréquentation d autres artistes : «je me suis même senti encore plus isolé qu ailleurs avec des artistes et écrivains plus ou moins en vue avec qui je me suis trouvé. Ils parlent entre eux un langage qui est de l hébreu pour moi. Quand je me trouve seul avec l un deux ça va, mais dès qu un autre arrive, ça ne va plus» 23. Son activité épistolaire lui permet donc de maintenir un lien social minimal avec ses pairs, c est cette correspondance qui lui permettra d entrer dans la carrière d écrivain dont il rêvait. Il en donne la raison à Raymond Queneau : «J ai écrit des lettres avant d écrire des contes. Un jour, je me suis aperçu que ceux à qui je les envoyais les montraient à d autres, ça m a beaucoup déplu et je n ai plus guère écrit que des lettres qu on peut montrer à tout le monde, comme font les écrivains» 24. 1) «Le roman vécu» 25 (roman du réel). Éric Laurent nous dit que les lettres «doivent témoigner [ ] du roman vécu [ ] autrement dit, de la distribution de la jouissance» 26. Il s agit donc d aller à la rencontre de ce qu il présente lui-même comme moments de rencontre avec le réel : «Un jour de gros chagrin, étant encore presque un enfant, je pris la route d instinct et arrivé assez loin j éprouvais follement le désir d être domestique dans la ferme que mes yeux venaient de découvrir. Mais je n eus pas la hardiesse d entrer m offrir et je partis effondré [ ] L instinct est si fort à quinze ans, peut-il tromper?» 27, écrit-il à l Abbé Coutant. Il poursuit : «Ne trouvez-vous pas que cela doit cacher quelque chose que cela ne me coûte pas d être un domestique, un homme d écurie? Je me suis vu sur un tas de fumier à charger une voiture de cette denrée, cela en service commandé en tant que journalier agricole [ ] bien plié à la volonté du maître. Il aurait tout obtenu de moi, même des pratiques religieuses» 28. Encore : «jeune gars, le patron qui m aurait fait le plus envie était un fermier voisin, un homme dur au travail, ivrogne, de droite en politique, un clérical bon teint. Je l aimais beaucoup et je crois que je ne lui étais pas indifférent. Et aujourd hui, je crois bien que ce soit un fermier (et un fermier comme ça) le patron que je préférerais» 29. Dans Hippobosque au bocage, il fait l éloge de la servitude comme moyen d atteindre la jouissance : «La vie dans la métairie me semble celle pour laquelle l homme semble fait et 22 Selon l expression de Jean-Pierre Verheggen : «Chaissac, épistopoète», Catalogue de la rétrospective G. Chaissac, op. cit., p Chaissac G., Lettre à Raymond Briand, Cité par Fauconnet-Buzelin F., Biographie, Catalogue de la rétrospective G. Chaissac, op. cit. p Chaissac G., Lettre à R. Queneau, Cité par Fauconnet-Buzelin F., Biographie, Catalogue de la rétrospective G. Chaissac, op. cit., p Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», op. cit., p Laurent E., «Le sujet psychotique écrit», Analytica, Paris, Navarin Éditeur, N o 58, 1989, p Chaissac G., Lettre à l Abbé Coutant, in Le laisser-aller des éliminés, Plein chant, 1979, p Ibid. 29 Chaissac G., Lettre à R. Briant, Je cherche mon éditeur, 1998, p. 133.

7 qui par ses vacheries lui permet de réellement jouir. La vie facile amène la moroserie» 30, «l esclavage est le judicieux fortifiant des faibles» 31 ; «Finir dans la peau d un valet de ferme il n y a que ça qui me fasse envie» 32. Il conclut cependant : «Ma vocation de garçon d écurie me reste inobéïssable et c est sans doute bien ainsi» 33. La limite qui l empêche de rejoindre cette jouissance dans le réel semble fragile. Il pourrait réaliser l objet pour l autre, le déchet dans le réel. C est son traitement de l objet par son art, par la grâce duquel la jouissance se resserre autour des objets de rebut magnifiés qui l en protège. Sa certitude reste cependant dans son statut d objet. Et il lui reste la difficulté à trouver sa place symbolique dans le monde, ce qui lui revient dans les voix qui lui disent : «On ne veut pas de toi ici» 34 qui trouve son corollaire dans la question qu il adresse à Raymond Briant : «suis-je casable?» 35 Chaissac s offre volontiers à occuper la place de l objet déchet dans les insultes dont il est la cible. C est là où il trouve les pseudonymes les plus propices à nommer son être de jouissance : «J adopte bien volontiers les qualificatifs dont on me dote Chaissac le fumiste» 36. Mais il ne laisse pas aux autres le privilège de nommer son être de jouissance. Ainsi son usage de lalangue lui fera créer les noms de Chaissac dit Chie-en-sac, Gilles le fienteron 37, le fienteron Gaston Chaissac. 2) La musique de lalangue, l appareillage au dictionnaire et l écriture comme joint. Si la langue des artistes est de l hébreu pour lui, il n est pas insensible à ce qui pourrait être de l hébreu pour d autres. Comme Joyce au-delà de la valeur d usage de la parole, c est à sa valeur de jouissance qu il est sensible. Ainsi il écrit à Raymond Briant : «Bien des propos tenus sont en partie inintelligibles et parfois complètement [ ] pour certains qui les entendent [ ] Qui sait s il ne peut pas en sortir quelque chose ne serait-ce qu un plaisir? J aime pour ma part entendre converser des étrangers dont j ignore la langue car leur intonation et accent me charment» 38. Il est aussi sensible au «silence qui gronde» 39. La jouissance liée à la musique de lalangue est donc très présente chez lui et il la traite en partie par l écriture de ses lettres. Chaque jour plusieurs lettres partent de Boulogne, de Sainte Florence de l Oie, parfois plusieurs au même destinataire, parfois plusieurs dans la même enveloppe. On s aperçoit donc de la difficulté même de l écriture à faire arrêt à la métonymie du signifiant. Mais on voit aussi la limitation obtenue par le support de l objet lettre, circonscrite par la feuille, même si des ajouts viennent occuper les marges. «Ce sont des lettres à voir, s accompagnant parfois de graffitis ou de dessins et témoignant de l incidence 30 Chaissac G., Hippobosque au bocage, op. cit., p Ibid., p Ibid., p Chaissac G., Lettre à l Abbé Coutant, op. cit., p Chaissac G., Lettre à J. Roche, Cité par Fauconnet-Buzelin F., Biographie, Catalogue de la rétrospective G. Chaissac, op. cit., p. 28. «J y pense beaucoup [à l armée comme refuge et qui lui permettrait de gagner de l argent pour vivre avec Camille] d autant plus que j entends partout des voix me disant on ne veut pas de toi ici.» (Lettre d avril 42). Il est au centre de rééducation de Clairvivre où le séjour touche à sa fin et où il commence à être mal considéré. Il a été prolongé d un an du fait d un rapatriement impossible en zone occupée, dont il part en mai pour aller à St. Rémy chez les Gleizes ses nouveaux protecteurs. 35 Chaissac G, Lettre à R. Briant, op. cit., p Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», Ornicar?, op. cit., p Fienteron, domestique chargé de nettoyer les étables (cf. Catalogue de la rétrospective G. Chaissac, op. cit., p. 93). 38 Chaissac G., Lettre à R. Briant, op. cit., p Chaissac G., Hippobosque au bocage, op. cit., p. 30.

8 du corps et de ses phénomènes dans l écriture, soumise aux aléas de la jouissance qui le traverse et qui s observe dans le trajet sur la feuille, des lignes droites et appliquées aux lignes qui s inclinent comme les personnages sur les tableaux, de la dérive des mots aux lettres torturées. [ ] Le texte est peu ponctué ; l orthographe est à géométrie variable [ ] Le tout le plus souvent sur des matériaux de récupération : feuilles de cahiers d écolier, annonces ou prospectus divers, bulletins de vote inutilisés, papier d emballage» 40. Lacan dans «La troisième» propose de voir dans l écriture le joint propre à saisir comment lalangue peut se précipiter dans la lettre 41. Nous suivrons ici Monique Amirault en disant que «C est de ce joint que Chaissac appareille sa jouissance, c est dans l écriture qu il trouve une arme pour contrer le réel. Il accomplit une promotion de lalangue qu il porte au lien social, trouvant écho chez les surréalistes et autres littérateurs» 42. Ce qu il appelle alors comme pour sa peinture sa mission, ici celle d écrire, le conduit à trouver son style. Il procède par un appareillage au dictionnaire, le Larousse en six volumes acquis par sa femme à la sortie de l école normale. Et il devient lui-même, comme le fait joliment remarquer Monique Amirault, à travers la multitude de petits papiers qu il envoie à des centaines de correspondants, «Semeuse à tous vents» 43. Le lieu d adresse est vaste. En effet au-delà de ses contacts dans le milieu artistique et intellectuel, il va chercher des adresses dans l annuaire ou encore dans les annonces du journal avec lequel on a enveloppé ses sardines. Passée la première lettre où il se présente, les notations sur sa situation de créateur, isolé du milieu officiel de l art, rebelle et libre, s insinuent au fil des pages. Bien qu il soit assez fier de son imagination, Chaissac est souvent en panne d idée. C est ce qu il appelle ses coups de pompe qui peuvent le clouer au lit. Il va donc chercher matière à littérature dans le dictionnaire. Ce qui le motive d abord c est la jouissance des phonèmes ou le hasard des suites de mots et de leur musique 44 : il les choisit et trouve seulement après à les utiliser. Ainsi dans une lettre, il cherche à placer les mots «résonance sabbatique» et en informe tel quel son interlocuteur. Plus loin, il regrette «qu il n y ait pas de mot correspondant à accordéoneux pour désigner le peintre et l écrivain» qu il est 45, lui qui a appris l accordéon pendant son adolescence. Dans son traitement de la langue, Chaissac subvertit le lieu du code, en déborde l usage. Il démontre que les mots ne sont pas la conséquence des choses mais bien l inverse. Il les utilise dans des sortes de collages, d assemblages (comme pour son œuvre picturale) où se détermine le sens, exemplifiant en quoi c est lalangue qui est la condition du sens : «L autre jour [sur] un journal jauni, je lus cet en-tête La société des pieux avis. Vous parlez si je fus intéressé, mais en y regardant de plus près je vis que ce n était pas ce que j avais cru d abord mais seulement la société des pieux à vis en ciment armé qui convoquait ses actionnaires» 46. Il est G.C. valétudinaire et gaudineur de l école des laids arts! 3) «Vive le sabir, une théorie de lalangue» 47 et la mise au point d un style. 40 Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», Ornicar?, op.cit., p Lacan J., «La troisième», La Cause freudienne, N 79, Navarin, Octobre 2011, p Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», op. cit., p Ibid. 44 Cf. le «faux poème écrit sans autre motif que de mettre des mots sur le tapis où l on pourra venir s approvisionner pour enrichir son vocabulaire», in Ornicar?, N 50, p Chaissac G., Hippobosque au bocage, op. cit., p Chaissac G., Hippobosque au bocage, op. cit., p Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», op. cit., p. 159.

9 Son usage de la langue, riche en néologismes et en jeux de sonorités, le conduit tout naturellement à construire une théorie qui promeut la langue de la jouissance (le sabir) contre la langue normée. Il s exprime dit-il en indépendant! Ainsi, il fait l éloge du paysan qui «a le privilège de mal parler français et ça c est magnifique» 48 et il préconise l usage du sabir : «un français mal parlé par un étranger est bien souvent plein de saveur. [ ] Lorsque l on parle à quelqu un, instinctivement presque tous s efforcent de parler le langage de l interlocuteur d où il en résulte des sabirs multiples et souvent fort savoureux. Et le sabir est indispensable toujours pour être compris. Sans le sabir où en serions-nous?» 49. Chaissac après s être fait maître du déchet veut se faire maître de la langue. Il défend tous les sabirs contre la langue académique. Cet usage de l écriture lui permet donc de contenir et de promouvoir la langue et la jouissance attenante en la localisant dans l Autre. C est déjà en effet localiser la jouissance dans l Autre que de se créer un lieu d adresse auquel on envoie ses lettres (ou à qui on montre ses œuvres) et qui va pouvoir tenir un discours dessus. Cela lui permet aussi de se trouver un style. Ainsi la métonymie est élevée au rang de style, quand il dit dérouter les gens par ses digressions infinies. Le ton est celui de l ironie et il promeut la défense d idées contradictoires : «Je suis le poète qui chante la liberté mais aussi la beauté de la servitude car je ne dois pas prendre parti» 50. Il dénonce le caractère de semblant de toute norme et se décrète inventeur de doctrine, hérésiologue! Il écrit à l abbé Coutant : «Vous reconnaîtrez qu en cette époque de matérialisme il faut faire naître d urgence une doctrine qui sera le havre des malheureux incroyants ou égarés et pour la provoquer je m y prends comme pour peindre un tableau je n ai qu une vague idée de ce que sera cette doctrine, c est comme avec mes tableaux avant d être finis». Il est publié chez Gallimard à la NRF, et dans d autres revues. La reconnaissance comme écrivain est presque aussi importante que celle du peintre même si elle reste confinée à un petit milieu d intellectuels. Reconnaissance qui ne sera pas sans s accompagner de ce que J.-A. Miller nomme la paranoïa des créateurs. En Conclusion. Nous avons vu comment la rencontre de Chaissac avec Freundlich a déterminé pour lui la place d exception de l artiste à laquelle il a consenti. Lui qui jusque-là était «incasable», ici c est une attribution de l Autre, un maître nous est né, avant d être un choix du sujet. Mais c est à partir de cette place qu il va pouvoir élaborer ses défenses contre le réel en faisant art de toute chose. Faire art de toute chose, est en effet pour lui la seule manière d accommoder le réel. Promouvoir les incultes, les mal dégrossis, les éliminés par ses lettres, donner de l éminence à une marmite bien culottée par son art relève de la même nécessité, celle de faire passer le réel au symbolique, sans opération de métaphore, souvent par simple contiguïté, assemblage, en cernant d un trait, sans idée préalable du résultat. À maintes reprises, il met en avant que cet art ne vaut que référé à sa qualité de bricoleur, d artisan, celle qui lui donne un savoir-faire pour user de lalangue, des déchets et débris divers, d un graffiti d inculte, de l empreinte d un objet. Ce que d autres obtiennent par déconstruction poétique, lui il l obtient par réunification de bouts de réels. Ainsi il démontre, comme le dit si bien Jacques Borie, «que la solution psychotique par le sinthome [ ] permet une certaine greffe de la langue privée sur la langue commune. Dès lors, 48 Chaissac G., Lettre à J. Dubuffet, Hippobosque au bocage, op. cit., p Ibid., p Chaissac G., Hippobosque au bocage, op. cit., p. 61.

10 on peut dire, non que le sujet sort de sa solitude, mais que cette solitude n est pas sans Autre» 51. Il y a cependant pour lui la nécessité d une invention permanente, dont sa femme témoigne que cela épuise l homme qui lorsqu on le traitait d Illuminé répondait : «Non, éliminé» 52. Et c est à cinquante-quatre ans, en 1964, qu il ira rejoindre son statut de déchet. Sa reconnaissance dans le milieu de l art, le milieu littéraire et intellectuel s accompagnera de ce que J.-A. Miller appelle la paranoïa des créateurs, soit qu on ne veuille pas de lui dans les salons parisiens (avec leurs ragonnades 53 ), soit qu on le pille («la vocation d un inventeur n est-elle pas précisément d être dépouillé» 54 ), ou encore qu on le traite comme une «prostituée qui ayant besoin de gagner sa croûte avait accepté de se faire flageller» 55. En effet si Chaissac est un exilé du symbolique tantôt il l assume comme sa volonté : «jeune, je n avais d autre but que la conquête de mon indépendance, ce qui peut expliquer pourquoi que je m exprime en indépendant. Je n ai pu atteindre ce pays mais j en ai appris la langue alors que d autres y sont parvenus mais ne peuvent s y faire comprendre. Je pourrais me proposer comme interprète» 56. S il souffre de ce fait d une extrême solitude, il va progressivement en attribuer la responsabilité à l Autre (jusqu à son écrit qui porte le titre Le laisser-aller des éliminés) à qui il ne cessera de s en plaindre d où cette immense correspondance qui, jusqu en 1964, lui a évité de réaliser le statut de déchet dans le réel en esthétisant le déchet, et en transposant la jouissance dans l Autre dans le scénario d allure paranoïaque. Il a cru un moment trouver une paroisse chez les tenants de l art brut et les surréalistes, mais il n est pas du même monde. Étranger au monde de l autre, seul dans son «pays de l indépendance» 57, il nous dit : «moi c est le laissez-allé des éliminés, des inadmissibles» 58. L agressivité s y repère : «on m a bombardé cordonnier in partibus et je veux rendre la politesse Mon but est de créer des in partibus à tire-larigot, d éliminer des professionnels par divers moyens» 59. Éliminé est son nom de déchet dans son recueil Le laisser-aller des éliminés. Si la seule manière pour lui d accommoder le réel est de faire art de toute chose, l Autre en effet n accueille pas toujours très bien ses productions. Même s il est reconnu dans le milieu artistique et intellectuel et encore parfois, ce n est pas de la meilleure façon. André Marchand qui le rencontre à la Galerie Maeght parle de lui comme de quelqu un au regard fuyant, «apeuré». Chaissac lui dit très vite avant de le quitter «moi, je suis vendéen, cordonnier, sur-réel, peintre et poète», Marchand conclut : «le bonhomme m a paru un peu fabriqué» 60. La présentation par la critique, vendéen, et Michel Ragon qui le décrit comme un «esthète en tablier de cuir fleurant bon l odeur du cheval» lors de la sortie des Petits contes du tailleur de cuir, le vexent profondément. Ragon va devenir le bouc émissaire de la rancœur de Chaissac vis-à-vis du milieu parisien. Il créera le néologisme ragonnade (à partir de Ragon et ragot) pour désigner les moqueries dont il est l objet. 51 Borie J., Le psychotique et le psychanalyste, Éditions Michèle, Janvier 2012, p Chaissac G., Lettre, Musée des sables d Olone, Cité in Ornicar?, N 50, p Chaissac G., Lettres à Pierre Boujut, Cité par Fauconnet-Buzelin F., Biographie, in Catalogue du Musée des Beaux-Arts de Nantes, op. cit., p Chaissac G., Lettre à J. Dubuffet, Hippobosque au bocage, op. cit., p Chaissac G., Lettres à Iris Clert, Cité par Fauconnet-Buzelin Françoise, Biographie, in Catalogue de l exposition G. Chaissac, op. cit., p Chaissac G., Lettre à Michel Ragon, in Les lettres du Morvandiau en blouse boquine, Plein chant. 57 Amirault M., «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», op. cit., p Chaissac G., Lettre à l Abbé Coutant, op. cit., p Chaissac G., Lettre à M. David, Cité in «Gaston Chaissac, un bricoleur de réel», op. cit., p Chaissac G., Cité par Fauconnet-Buzelin Françoise, in Catalogue de l exposition G. Chaissac, op. cit., p. 31.

11 La reconnaissance publique se fait attendre : les deux premières expositions importantes en 38 (grâce à Freundlich) et 48 (grâce à Dubuffet) se sont traduites par une petite reconnaissance et une rechute dans l oubli. Il est G.C. qui ne vend pas de tableau en Normandie. Ce n est qu après l exposition organisée par Iris Clert en 1961, que la reconnaissance de Chaissac va peu à peu prendre un statut international. Et son statut d exception, son art, son sinthome de bricoleur d exception ne fut reconnu que peu de temps avant sa mort.

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS SABRINA ZOUBIR (FB06801181) Assez bien, vous avez une approche personnelle du sujet et vous vous êtes plongée dans des recherches dont le devoir témoigne. On se perd cependant un peu dans les analyses

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi NOUVEAUTÉ Entretien Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi Younil, L œil du chacal. Alger : Éditions Barzakh, 2000. Nous avons rencontré à Alger, où elle est née en 1965, où elle est allée à l

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 DOSSIER DE PRESSE Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 What is that word known to all men, Huile sur toile, 150 x 90 cm, 2013 17, rue des Filles-du-Calvaire

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

«Picasso est un peintre abstrait et surréaliste.»

«Picasso est un peintre abstrait et surréaliste.» «Picasso est un peintre abstrait et surréaliste.» Deux trous, c est le signe du visage, suffisant pour l évoquer sans le représenter mais n est-il pas étrange qu on puisse le faire par des moyens aussi

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

Journée du Forum. Concetta Ciuro. Depuis «le sujet parle avec son corps» jusqu à «je parle avec mon corps *» Mensuel 88. Retour au sommaire

Journée du Forum. Concetta Ciuro. Depuis «le sujet parle avec son corps» jusqu à «je parle avec mon corps *» Mensuel 88. Retour au sommaire Concetta Ciuro Depuis «le sujet parle avec son corps» jusqu à «je parle avec mon corps *» Dans un premier temps, en lisant le cours de Colette Soler «L encorps du sujet 1», j ai été interpellée par cette

Plus en détail

Pour s affirmer dans son bénévolat. Cahier d exercices. Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito

Pour s affirmer dans son bénévolat. Cahier d exercices. Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito Pour s affirmer dans son bénévolat Cahier d exercices Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito EXERCICE 1 RÉALISATIONS ET RÊVES 1. Une réalisation dont je suis fièr(e) : 2. Un rêve que je souhaite

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015 Vanessa Winship Voyage mélancolique 14 janvier au 8 mars 2015 5 novembre 2014 5 janvier 2015 «Pour moi la photographie est un processus d apprentissage, un voyage vers la compréhension» Vanessa Winship

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs!

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs! Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010 Découvrez EN APESANTEUR De BRIGIT H Et votez en couleurs! Les zones d interprétation se situent après le texte, ci-dessous. Pour voter, suivez les

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Cheick Diallo Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix»

Cheick Diallo Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix» Africa Remix/Corps et Esprit «Reading Room for Africa Remix» Transcription 5 10 15 20 25 30 35 40 Ma venue à Africa Remix est due au fait que une commande m a été faite, quoi. On m a demandé de concevoir

Plus en détail

CYCLE DES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX : CP, CE1 Compétences attendues à la fin du CE1

CYCLE DES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX : CP, CE1 Compétences attendues à la fin du CE1 CYCLE DES APPRENTISSAGES FONDAMENTAUX : CP, CE1 Compétences attendues à la fin du CE1 FRANÇAIS 1- Langage oral 2- Lecture, écriture 3- Vocabulaire 4- Grammaire 5- Orthographe Compétence 1 : La maîtrise

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Le Droit à la Non Discrimination

Le Droit à la Non Discrimination CM1 B -2014- Le Droit à la Non Discrimination Le 5 décembre 2013, Nelson Mandela est décédé à l âge de 94 ans dans son village natal en Afrique du Sud. Une pensée particulière à ce grand pionnier des droits

Plus en détail

La période Surréaliste

La période Surréaliste La période Surréaliste Cette période débute dans la décennie qui précède la Deuxième Guerre mondiale. Des éléments qui s apparentent au surréalisme. Ces signes vont notamment de la répartition apparemment

Plus en détail

POSITIONNEMENT DE SORTIE Page 1. Corrigé à titre indicatif. 1 ère PARTIE

POSITIONNEMENT DE SORTIE Page 1. Corrigé à titre indicatif. 1 ère PARTIE Page 1 1 ère PARTIE Vous avez vu une annonce pour une location d une semaine à la plage hors saison. Le mois d avril vous intéresse car vous avez 2 semaines de congé. Loc. vacances bon prix mars à mai.

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Zhou Gang 周 刚 (né en 1958)

Zhou Gang 周 刚 (né en 1958) Zhou Gang 周 刚 (né en 1958) Musée Cernuschi : Qu est-ce qui a décidé de votre vocation d artiste? Zhou Gang : Mon père était un peintre connu dans les années 1930. Il avait fait des études au Japon et pratiquait

Plus en détail

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible,

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, Introduction Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, d apporter une réponse exhaustive. Il s agit d un concept vague, imprécis, et le terme de folie est facilement

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*)

LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*) 7 LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*) (novembre 2004) La peinture de Dominique Jalu est balayée par un vent frais. Rien ici de lourd, ni de démonstratif. A l évidence de la culture

Plus en détail

«phénomènes élémentaires, et psychose»

«phénomènes élémentaires, et psychose» Département Psychanalyse et psychiatrie (Ville-Evrard) Propédeutique à la Section clinique de Paris-Ile-de-France INSTITUT DU CHAMP FREUDIEN UFORCA UNIVERSITÉ POPULAIRE JACQUES LACAN Déclaration d agrément

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 ISOLER REPRODUIRE TRANSFORMER ASSOCIER - priver de contexte : copier - modifier, dissocier, - rapprocher, juxtaposer, Supprimer doubler fragmenter, effacer, ajouter, superposer,

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

Carnet de littérature

Carnet de littérature Carnet de littérature Instruction officielle 2002 «On peut aussi encourager les élèves à se doter d un carnet de littérature qu ils utilisent très librement pour conserver en mémoire les titres des œuvres

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1

Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1 Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1 1 ère rencontre En marche vers Noël : Restons éveillés Ecoute de la Parole de Dieu (Cf. Annexe 1) Mime les attitudes des

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

Le temps de consentir à vivre en institution

Le temps de consentir à vivre en institution Le temps de consentir à vivre en institution Véronique Lefèbvre des Noettes Géronto-psychiatre, centre hospitalier Émile Roux AP-HP, membre du conseil scientifique de l EREMA Mécanismes de défenses et

Plus en détail

OBJECTIFS DE L ACTIVITE

OBJECTIFS DE L ACTIVITE Approche par les albums OBJECTIFS DE L ACTIVITE - Etre capable de reconnaitre et identifier un sentiment sur un support, en soi ou chez l autre et contrôler cette émotion : - Apprendre à repérer les caractères

Plus en détail

Atelier 3. Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. les lutins. Le langage au cœur des apprentissages : «Au pays des lutins couleurs»

Atelier 3. Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. les lutins. Le langage au cœur des apprentissages : «Au pays des lutins couleurs» Le coin de l enseignant Les 5 sens et l enfant. Lorsque le petit homme naît, il privilégie énormément le toucher à sa vue, encore mal affinée. A 3 mois, il ne reconnaît pas un objet qu il n a pas touché

Plus en détail

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1 Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 Introduction Introduction : les requêtes spirituelles de Paul 1. Fortifier l homme intérieur, 2. Christ

Plus en détail

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons Dossier Pédagogique 1 Le Petit Chaperon Rouge 2 Le Kamishibaï 3 Créer un Kamishibaï d après le Petit Chaperon Rouge Le Petit Chaperon Rouge, un conte oral et

Plus en détail

2E Les aventures de Kassim La couleur

2E Les aventures de Kassim La couleur 2E Les aventures de Kassim La couleur But Au travers de ces différentes phases, l élève va prendre conscience de la variété des couleurs. De plus, il va apprendre à créer à partir des couleurs de bases

Plus en détail

Quelle satisfaction marque la fin d analyse?

Quelle satisfaction marque la fin d analyse? Patrick Barillot Quelle satisfaction marque la fin d analyse? «Le mirage de la vérité, dont seul le mensonge est à attendre (c est ce que l on appelle la résistance en termes polis) n a d autre terme que

Plus en détail

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Arnaud Rykner Nur Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Éditions du Rouergue, 2007 Parc Saint-Joseph BP 3522 12035 Rodez cedex 9 Tél. : 0565777370 Fax : 0565777371 info@lerouergue.com

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen L Ange Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen (1805-1875) portrait (1836) par le peintre danois Constantin Hansen (1804-1880). «CHAQUE FOIS QU UN

Plus en détail

Alejandro Jodorowsky La Pensée Tarotique

Alejandro Jodorowsky La Pensée Tarotique Alejandro Jodorowsky La Pensée Tarotique enregistré et retranscrit par Barbara Clerc www.ecoledutarot.com Depuis 1982, Barbara Clerc enregistre et retranscrit des lectures de Tarot et des Paroles de sagesse

Plus en détail

Alexie Morin. royauté. le quartanier

Alexie Morin. royauté. le quartanier Alexie Morin royauté le quartanier I je suis à peu près certain d avoir vu tout ce qu il a tourné. À un moment je ne pouvais plus regarder autre chose, et quand le filon s est épuisé, j ai recommencé,

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Fiche Collection Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Une collection de livres concrets et amusants pour se repérer dans le monde des grands. SOMMAIRE Introduction p. 1 Fiche 1 L Europe p. 2 Fiche

Plus en détail

22 octobre 2014 > 23 février 2015 VOYAGER AU MOYEN ÂGE

22 octobre 2014 > 23 février 2015 VOYAGER AU MOYEN ÂGE 22 octobre 2014 > 23 février 2015 VOYAGER AU MOYEN ÂGE parcours-jeu Par quels moyens? > Le voyage d Outre-Mer. Vue de Jérusalem. France, fin du XV e siècle. Voyager au Moyen Âge Qui voyage à l époque médiévale?

Plus en détail

De la pertinence du f(l)ou

De la pertinence du f(l)ou DOSSIER De la pertinence du f(l)ou, assistante sociale au planning familial «Collectif contraception de Seraing». santé mentale, organisation des soins, travail social, proximité, accès aux soins. Une

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

«CRÉATIONS NUMÉRIQUES»

«CRÉATIONS NUMÉRIQUES» Dessin préparatoire N 1 (Mallock) BOOB «MAKING OFF» 20 exemples d intervention de «CRÉATIONS NUMÉRIQUES» conçues et réalisés par MALLOCK pour le livre BOOB, paru aux éditions Blanche, fruit de la collaboration

Plus en détail

L art en guerre EN FAMILLE

L art en guerre EN FAMILLE Livret n 11 L art en guerre EN FAMILLE Pablo Picasso -Nature morte à la chouette et aux trois oursins, 6 novembre 1946 Musée Picasso, Antibes - ImageArt, Antibes, Photo Claude Germain - Succession Picasso

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Carnet d activités Dépisteurs de toiles

Carnet d activités Dépisteurs de toiles Carnet d activités Dépisteurs de toiles Ateliers Pédagogiques d Arts Plastiques Nom: Prénom: Classe: Ecole: Règles de vie du Musée Les accompagnateurs sont garants du bon fonctionnement des activités et

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e

dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e Le Rêve de Madoff dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e 2013 Éditions Allia, Paris, 2013. i je suis assis sur un banc en pierre, en plein soleil. Un beau jour

Plus en détail

être hôtesse de l air ou steward

être hôtesse de l air ou steward etre être hôtesse de l air ou steward Louis-Marie Barnier etre hôtesse de l air ou steward Après l embarquement, souhaiter la bienvenue à bord aux passagers. Avant tout rassurer. sommaire 8 Un métier mythique

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Fontaine Marcel Duchamp 1917. Sophie BONNET Conseillère pédagogique arts visuels Charente

Fontaine Marcel Duchamp 1917. Sophie BONNET Conseillère pédagogique arts visuels Charente Fontaine Marcel Duchamp 1917 Marcel Duchamp (1887-1968) Fontaine, 1917 Urinoir, en porcelaine manufacturée 63X48X35 cm Ready-made Multiples localisations On dit que non car ce n est qu une «pissotière»!

Plus en détail

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT?

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? Le travail que j ai tenté de faire autour du thème qui m était proposé est à entendre comme un essai. C est-à-dire une tentative non achevée de rapprocher des idées

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Autoportrait. Cavalier Rampin, 545 avant Jésus-Christ, Musée du Louvre. Stéphane Zagdanski

Autoportrait. Cavalier Rampin, 545 avant Jésus-Christ, Musée du Louvre. Stéphane Zagdanski 1 Autoportrait Cavalier Rampin, 545 avant Jésus-Christ, Musée du Louvre Stéphane Zagdanski 2 «Madame, Je vous remercie d avoir songé à me faire rejoindre la prestigieuse cohorte des adoubés du Who s Who,

Plus en détail

Constance Larsen. Le Livre à écrire. Publibook

Constance Larsen. Le Livre à écrire. Publibook Constance Larsen Le Livre à écrire Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 5

Table des matières. Introduction... 5 Table des matières Introduction... 5 Évaluation... 15 Évaluation diagnostique... 17 Évaluation sommative... 35 Module 1 : Moi, ma famille et mon école Thème 1 Me voici!... 42 Thème 2 Mes vêtements et mon

Plus en détail

Michel Magras. Sénateur de Saint-Barthélemy. compte-rendu intégral PROJET DE LOI OUVRANT LE MARIAGE AUX COUPLES DE PERSONNES DE MÊME SEXE

Michel Magras. Sénateur de Saint-Barthélemy. compte-rendu intégral PROJET DE LOI OUVRANT LE MARIAGE AUX COUPLES DE PERSONNES DE MÊME SEXE Séance du lundi 8 avril 2013 PROJET DE LOI OUVRANT LE MARIAGE AUX COUPLES DE PERSONNES DE MÊME SEXE n ZOOM Le groupe UMP a présenté un amendement proposant la création d une union civile pour les couples

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire

Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire Situation d apprentissage et d évaluation en ARTS PLASTIQUES 1 er cycle primaire : Durée : 3-4 périodes ½ période : préparation 2-3 périodes : réalisation ½ période : intégration Proposition de création

Plus en détail

Découvrir Mons 2015 en 5 formules exclusives

Découvrir Mons 2015 en 5 formules exclusives Découvrir Mons en 5 formules exclusives DÉCOUVRIR MONS DÉCOUVRIR MONS, CAPITALE EUROPÉENNE DE LA CULTURE EN 5 FORMULES EXCLUSIVES Avec plus de 300 événements marquants, Mons s apprête à vivre en une explosion

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail