Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel"

Transcription

1 Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Traduction non officielle du texte diffusé fin avril 2014 par le Conseil du Développement Durable (Allemagne) dans le cadre de la consultation qu il organise d ici au 23 mai Code du Développement Durable allemand 2014 Proposition pour le dialogue avec les parties prenantes Proposition d avril 2014 INTRODUCTION La décision de révision du Code DD 1. Le Conseil allemand du Développement Durable entend soumettre le Code DD à un processus de révision. Les modifications apportées sont de nature rédactionnelle et visent à rendre plus claires les intentions et les exigences. Le contenu des critères reste inchangé et les exigences ne sont pas réduites. Cette révision était devenue nécessaire en raison de changements dans les textes internationaux de référence cités dans le code. 2. Le Conseil du Développement Durable n est pas satisfait de la mise en œuvre du Code DD réalisée depuis Le nombre d entreprises qui appliquent le Code n est pas assez important et la qualité de l application ne répond pas aux attentes. Le Conseil apprécie cependant l intérêt que le Code a suscité au niveau international, ainsi que les initiatives de certaines organisations interprofessionnelles et d entreprises qui visent à promouvoir son application sur une base large et à l adapter à leur situation spécifique. 3. Le Conseil du DD en conclut que le Code allemand est arrivé au moment opportun pour répondre de manière appropriée aux obligations du droit européen relatives au reporting des entreprises et pour contribuer, par cette révision, aux évolutions du reporting RSE en général. 4. Le Conseil du DD a adopté les modifications ci-après en tant qu un projet d actualisation qu il met en discussion dans le cadre du dialogue avec ses parties prenantes. Il exprime sa reconnaissance à toutes les entreprises qui se sont déjà engagées en faisant des suggestions d amélioration dans le cadre de plusieurs ateliers. Il se félicite, notamment, de l engagement de nombreuses PME au sein de ce processus.

2 5. Le Conseil demande aux parties prenantes de commenter les modifications et de participer à un forum multi-parties prenantes qui aura lieu en mai La version finale du Code sera adoptée par le Conseil avant le Les motivations qui ont mené au projet de révision du Code DD Le Code DD a été élaboré dans le cadre d un processus dense, en plusieurs étapes, intégrant des parties prenantes. Il a ensuite été adopté par le CDD à l automne Deux ans et demi après l introduction du Code, il apparaît que le temps est venu de le soumettre à une révision. Les modifications consistent principalement en le remplacement d indicateurs obsolètes. La Global Reporting Initiative a fait évoluer ses indicateurs de performance (de GRI 3.1 à GRI 4). La référence explicite du Code aux indicateurs clés (Key Performance Indicators, KPI) de la GRI rend nécessaire une mise à jour du Code allemand. En outre, la pratique de mise en œuvre du Code a montré que certains critères devaient être modifiés. La révision vise aussi, au plan rédactionnel, à faire disparaître des redondances et des imprécisions ainsi qu à simplifier des phrases trop complexes et lourdes. Pour éviter toute confusion entre les indicateurs GRI et les critères du Code, les premiers ne figureront plus directement sous les critères du Code mais seront énumérés en annexe. Analyse des modifications les plus importantes apportées par la GRI 4 1. Renforcement du principe de matérialité Les entreprises sont encouragées à ne publier que les informations et indicateurs essentiels pour leur activité. Dans la perspective la plus favorable, les rapports RSE deviendront plus stratégiques, précis, crédibles et d un accès plus aisé pour les parties prenantes. Dans la perspective la moins favorable, les entreprises choisiront leurs informations et leurs indicateurs en fonction de leurs points forts. 2. Élimination des différenciations de niveaux d application A, B et C. La GRI4 permet de choisir entre deux options pour rédiger le rapport du développement durable : l option «essentielle» et l option «exhaustive». L option «essentielle» n exige que des informations sur les impacts économiques, écologiques et sociales de l entreprise ainsi que sur la rémunération des dirigeants. L option «exhaustive» requiert des informations complémentaires concernant la stratégie, l analyse, la gouvernance, l éthique et l intégrité de l organisation. En outre, l organisation doit publier davantage de détails sur sa performance RSE en présentant tous les indicateurs concernant les activités estimées essentielles. 3. Harmonisation des données concernant l approche managériale Les données concernant l approche managériale ne seront désormais plus définies séparément par catégorie. En revanche, la révision propose, pour le reporting sur l approche managériale, une procédure en 4 étapes qui pourra être appliquée de manière uniforme à toutes les catégories. 4. Création et mise à jour d indicateurs de performance clés (KPI) Dans le domaine de : - La Gouvernance et la rémunération : o Précision sur l instance de gouvernance la plus haute de l entreprise, o Incitations durables dans les systèmes de rémunérations, o Écarts de salaires au sein de l entreprise ;

3 - L éthique et l intégrité : o Description des valeurs, des principes, des standards et des normes de l organisation ; - La chaîne d approvisionnement : o Sera intégrée dans le General Standard Disclosure (G4-12, G4-13, G4-14) et dans le Specific Standard Disclosure, o Description de la chaîne d approvisionnement complète en tenant compte : des étapes de la chaîne d approvisionnement, de la gestion des relations avec les fournisseurs, des pratiques d approvisionnement, de la sélection et de l évaluation des fournisseurs, de l application des indicateurs. 5. Intégration de références à d autres textes référentiels pour contribuer à une harmonisation L intégration de références à d autres textes référentiels comme les «10 principes» du Global Compact et les principes directeurs de l OCDE (voir p.ex. GRI G4-11, EN, LA, HR, SO, PR) a pour but d améliorer la comparabilité et la standardisation des démarches de reporting RSE. Évaluation par le CDD des conséquences à tirer des modifications du G4 1. La référence à la matérialité, c est-à-dire aux aspects essentiels à l entreprise, faisait déjà partie du Code allemand Pas de besoin de modification 2. La référence que fait le Code allemand à la différentiation de l application selon les niveaux A, B et C ne peut pas être poursuivie. La différentiation entre «Essentiel» et «Exhaustif» que fait le G4 relève d une autre logique et ne sera pas adoptée par le Code allemand. La version condensée du Code sera supprimée 3. Les modifications concernant les données sur l approche managériale ne jouent aucun rôle pour le Code allemand. Pas de besoin de modification 4. Les nouveaux indicateurs clés (KPI) ne devraient être intégrés que dans la mesure où cela paraît pertinent en raison d une proximité de contenu. Pas de besoin de modification 5. Les démarches d harmonisation seront renforcées par les modifications du G4. Le Conseil allemand s en félicite. Pas de besoin de modification 6. Indépendamment des points 1-5, une conséquence à tirer des modifications du G4 est que les critères de performance seront désormais à qualifier ; le paragraphe concerné (p. 21 du Code de 2012) doit donc être précisé et placé plus haut.

4 Le Code allemand du Développement Durable projet de révision Légende : - Formulations maintenues en noir - Formulations enlevées du code antérieur (2011) en bleu. - Formulations ajoutées de la version modifiée (2014) en bleu. Version antérieure (2011) Version modifiée (avril 2014) Préambule Le Code de développement durable allemand est une norme pour la transparence dans la gestion durable des entreprises. Il crée une forme d engagement en exposant de manière comparable la responsabilité des entreprises. Son application est volontaire. Le commentaire en fin de document fournit des informations plus détaillées sur son application. Le Conseil de développement durable souhaite une application large du Code de développement durable allemand, qui aille bien au-delà du cercle des entreprises rédigeant déjà des rapports sur le développement durable. Il suivra son application de manière critique. Le Code de développement durable allemand est le fruit d un processus de dialogue entre de nombreuses parties prenantes. Des représentants des marchés financiers, d entreprises et de la société civile ont participé au processus. Des entreprises ont testé le Code de développement durable allemand et l ont évalué de façon positive sur le plan pratique Préambule Le Code de développement durable allemand rend transparent la gestion du développement durable des entreprises et crée une forme d engagement en exposant de manière comparable la responsabilité des entreprises. Son application est volontaire. Son objectif est de permettre à l entreprise de présenter d une manière facilement maniable et réduite à l essentiel les mesures qu elle prend dans le domaine du développement durable dans sa dimension écologique, sociale et économique. Le Code de développement durable allemand consiste en 20 critères. Dans la mesure du possible, ces critères reprennent une partie des indicateurs clés de performance (Key Performance Indicators, KPIs) de la Global Reporting Initiative (GRI) et de la Fédération Européenne des Associations d'analystes Financiers (EFFAS). Cependant, les KPI et les 20 critères du Code ne sont pas d une équivalence stricte. Ils apportent des informations complémentaires et des orientations. Les entreprises qui exploitent déjà l approche EFFAS ou GRI, peuvent les utiliser pour faciliter leur processus de reporting. Les définitions et modes de calcul des KPIs sont explicitées dans les textes de référence. Il est possible de les adapter aux besoins spécifiques des branches sectorielles et de les compléter si nécessaire. Dans le cadre de son reporting, l entreprise doit, soit déclarer, pour chacun des 20 critères, sa conformité aux prescriptions du code en prenant en compte les aspects essentiels de ses activités (comply), soit exposer de façon différenciée et détaillée les raisons de la nonpertinence d un critère ou de la nonpublication d une information (explain). L approche comply or explain 1 exige une

5 explication détaillée quant au fait que l entreprise agit conformément ou non à un critère. Le Code de développement durable allemand est le fruit d un processus de dialogue entre de nombreuses parties prenantes. Depuis sa publication en 2011, le Conseil a amélioré l application du Code par la création d une base de données. Le Conseil de développement durable souhaite une application large du Code de développement durable allemand. Il suivra son application de manière critique. 1Dans le cadre du processus de révision, la logique du comply or explain sera présentée plus clairement dans la base des données du code et dans les déclarations de conformité. STRATÉGIE Analyse stratégique, stratégie et objectifs 1. L entreprise rend publique la façon dont elle analyse quelles sont les chances et les risques présentés par ses activités principales dans une perspective de développement durable. L entreprise explique quelles mesures elle prend pour opérer en conformité avec les principales normes sectorielles, nationales et internationales reconnues. 2. L entreprise rend publique la façon dont la stratégie relative à ses activités principales et à sa mise en œuvre systémique prend en compte tous les aspects de développement durable qui ont une influence notable sur l entreprise, par exemple le positionnement stratégique par rapport à la concurrence, la gestion de l innovation, les activités commerciales respectueuses du climat, écologiques et économes en ressources, le développement démographique, la chaîne de création de valeur, le cycle de vie d un produit, la gamme de produits, etc. 3. L entreprise rend publiques quelles activités et/ou quels objectifs de développement Critères 1-4 relatifs à la STRATÉGIE Analyse stratégique et mesures 1. L entreprise rend publique la façon dont elle analyse quelles sont les chances et les risques présentés par ses activités principales dans une perspective de développement durable. L entreprise explique quelles mesures elle prend pour opérer en conformité avec les principales normes sectorielles, nationales et internationales reconnues 2. 2Des exemples de normes reconnues seront explicités dans un glossaire (en procès d élaboration). Matérialité 2. L entreprise rend publique la façon dont la stratégie relative à ses activités principales et à sa mise en œuvre systémique prend en compte tous les aspects de développement durable qui ont une influence notable sur l entreprise Objectifs

6 durable qualitatifs et quantitatifs et définis dans le temps sont fixés et atteints ainsi que la façon dont leur degré de réalisation est contrôlé. L entreprise rend publique la façon dont les principaux fournisseurs, employés, marchés des capitaux, clients et principales parties prenantes sont intégrés. 4. L entreprise indique jusqu à quel stade de la chaine de valorisation les critères de développement durable sont contrôlés et quelle est l importance du développement durable pour la valeur ajoutée. GESTION DE PROCESSUS Règles et processus 5. La répartition des responsabilités pour le développement durable de l entreprise au sein de la direction de l entreprise sont rendues publiques. 6. L entreprise rend publique la façon dont la stratégie de développement durable est mise en œuvre au moyen de règles et de processus. L entreprise rend publique les conditions spécifiques relatives aux achats, à la production, aux services, au personnel, aux investissements, à la recherche et au développement à la logistique, aux transports et au marketing et décrit la façon dont les fournisseurs, clients et autres parties prenantes (par exemple les employés) sont pris en compte. 7. L entreprise rend publique la façon dont, comme pour les indicateurs financiers, les indicateurs de performance de développement durable sont intégrés dans la planification interne régulière et aux contrôles. Elle rend publique la façon dont la fiabilité, la comparabilité et la cohérence des données pour le contrôle interne et la communication externe sont assurées par des processus adéquats. Systèmes d incitation 3. L entreprise rend publiques quelles activités et/ou quels objectifs de développement durable qualitatifs et quantitatifs et définis dans le temps sont fixés et atteints ainsi que la façon dont leur degré de réalisation est contrôlé. Amplitude de la chaîne de valorisation 4. L entreprise indique quelle est l importance du développement durable pour la valeur ajoutée et jusqu à quel stade de la chaîne de valorisation les critères de développement durable sont contrôlés. Critères 5-10 relatifs à la GESTION DE PROCESSUS Responsabilité 5. La répartition des responsabilités pour le développement durable de l entreprise au sein de la direction de l entreprise est rendue publiques. Règles et processus 6. L entreprise rend publique la façon dont la stratégie de développement durable est mise en œuvre au moyen de règles et de processus au sein de ses divisions les plus importantes. Contrôle 7. L entreprise rend publique la façon dont, comme pour les indicateurs financiers, les indicateurs de performance de développement durable sont intégrés dans la planification interne régulière et aux contrôles. Elle rend publique la façon dont la fiabilité, la comparabilité et la cohérence des données pour le contrôle interne et la communication externe sont assurées par des processus adéquats. Systèmes d incitation

7 8. L entreprise rend publique la façon dont les objectifs et les rémunérations des cadres et des employés sont également orientés vers la réalisation d objectifs de développement durable et d une valeur ajoutée durable. Elle rend publique dans quelle mesure les performances de développement durable font partie de l évaluation des niveaux hiérarchiques supérieurs (conseil d administration/ direction) par l organisme de contrôle (conseil de surveillance/ instance consultative). Engagement des parties prenantes 9. L entreprise rend publique la façon dont les parties prenantes pertinentes sont identifiées, la façon dont un dialogue régulier est entretenu avec elles et dont elles sont systématiquement intégrées au processus de développement durable. Gestion de l innovation et des produits 10. L entreprise rend publique la façon dont l innovation en matière de produits et de services est renforcée par des processus qui améliorent le développement durable dans l utilisation des ressources en propre et chez l utilisateur. Est également exposé comment les effets économiques, sociétaux et écologiques de ses principaux produits et prestations sont actuellement et seront à l avenir évalués et améliorés dans la chaîne de valeur et dans le cycle de vie du produit. ENVIRONNEMENT Utilisation des ressources naturelles 11. L entreprise rend publique dans quelle mesure des ressources naturelles sont utilisées pour les activités commerciales (entrée et sortie de matériaux, eau, sol, déchets, énergie, émissions, surfaces, biodiversité). L entreprise rend publique de quelle façon la gestion durable intègre l ensemble du cycle de vie du produit dans l analyse. 8. L entreprise rend publique la façon dont les objectifs et les rémunérations des cadres et des employés sont également orientés vers la réalisation d objectifs de développement durable et d une valeur ajoutée durable. Elle rend publique dans quelle mesure les performances de développement durable font partie de l évaluation des niveaux hiérarchiques supérieurs (conseil d administration/ direction) par l organisme de contrôle (conseil de surveillance/ instance consultative). Intégration des parties prenantes 9. L entreprise rend publique la façon dont les parties prenantes pertinentes, comme à titre d exemple les clients, les fournisseurs, les employés, les prestataires de services financiers et les bailleurs de fonds les plus importants, sont identifiées, la façon dont un dialogue régulier est entretenu avec elles et dont elles sont systématiquement intégrées au processus de développement durable. Gestion de l innovation et des produits 10. L entreprise rend publique la façon dont l innovation en matière de produits et de services est renforcée par des processus qui améliorent le développement durable dans l utilisation des ressources en propre et chez l utilisateur. Est également exposé comment les effets de ses principaux produits et prestations sont actuellement et seront à l avenir évalués et améliorés dans la chaîne de valeur et dans le cycle de vie du produit. Critères relatifs à l ENVIRONNEMENT Utilisation des ressources naturelles 11. L entreprise rend publique dans quelle mesure des ressources naturelles sont utilisées pour les activités commerciales, notamment l utilisation des matériaux ainsi que les extractions et rejets d eau, sol, déchets, énergie, émissions, utilisations de surfaces, impacts sur la biodiversité. L entreprise rend publique de quelle façon sa gestion durable intègre l ensemble du cycle de vie du produit

8 dans l analyse. 12. L entreprise rend publics quels objectifs qualitatifs et quantitatifs elle s est fixés pour un emploi efficace des ressources, l utilisation d énergies renouvelables, l augmentation de la productivité des matières premières et la réduction de l utilisation de ressources naturelles et comment ces objectifs ont été atteints. 13. L entreprise rend publiques les émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que les objectifs qu elle s est fixés volontairement conformément au protocole sur les gaz à effet de serre (Greenhouse Gas (GHG) Protocol) ou aux normes s y référant. SOCIÉTÉ Droits des travailleurs et diversité 14. L entreprise rend compte des mesures qu elle prend pour veiller aux droits des travailleurs tant aux niveaux national qu international en se basant sur les normes reconnues, ainsi que pour promouvoir la participation des employés. 15. L entreprise rend publics les processus nationaux et internationaux qu elle a instaurés pour promouvoir l égalité des chances, la protection de la santé, l intégration des immigrés et des personnes handicapées, une rémunération adéquate, de même que la compatibilité de la vie de famille et de la vie professionnelle ainsi que les processus mettant un terme à toute forme de discrimination par exemple en fonction de la race, de l origine ethnique, du sexe, de la religion ou des convictions, de l âge ou de l identité sexuelle. 16. L entreprise rend publique les mesures qu elle a prises pour promouvoir l employabilité (employability) générale des tous les employés compte tenu de l évolution démographique. Gestion de ressources 12. L entreprise rend publics quels objectifs qualitatifs et quantitatifs elle s est fixés pour un emploi efficace des ressources, l utilisation d énergies renouvelables, l augmentation de la productivité des matières premières et la réduction de l utilisation de ressources naturelles et comment ces objectifs ont été atteints. Émissions de gaz à effet de serre et objectifs 13. L entreprise rend publiques les émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que les objectifs qu elle s est fixés volontairement conformément au protocole sur les gaz à effet de serre (Greenhouse Gas (GHG) Protocol) ou aux normes s y référant. Critères relatifs à la SOCIÉTÉ Droits des travailleurs L entreprise rend publique comment elle veille aux droits des travailleurs tant aux niveaux national qu international en se basant sur les normes reconnues, et comment elle promeut la participation des employés. Processus sociaux 15. L entreprise rend publics les processus nationaux et internationaux qu elle a instaurés pour promouvoir l égalité des chances, la protection de la santé, l intégration des immigrés et des personnes handicapées, une rémunération adéquate, de même que la compatibilité de la vie de famille et de la vie professionnelle ainsi que les processus mettant un terme à toute forme de discrimination. Employabilité 16. L entreprise rend publiques les mesures qu elle a prises pour promouvoir l employabilité (employability), c est-à-dire la capacité de participer à la vie professionnelle, de tous les employés compte tenu de

9 l évolution démographique. Droits de l homme 17. L entreprise rend publiques les mesures prises au niveau de la chaîne d approvisionnement afin que les droits de l homme soient respectés et pour prévenir le travail forcé et le travail des enfants ainsi que toute forme d exploitation (par exemple, le cadre de référence des Nations-Unies «Protect, Respect and Remedy : a Framework for Business and Human Rights», les normes et principes et droits fondamentaux de l Organisations mondiale du travail (OIT), les normes sociales et de travail des Nations- Unies). Collectivités locales 18. L entreprise rend publique sa contribution aux collectivités locales dans les régions dans lesquelles elle exerce ses principales activités commerciales. Prise d influence politique 19. Toutes les données significatives relatives à sa participation aux processus législatifs, toutes les activités importantes de lobbying déclarées, tous les versements significatifs de cotisations, tous les versements à des gouvernements ainsi que tous les dons à des partis et dirigeants politiques doivent être rendus publics, présentés par pays. Droits de l homme 17. L entreprise rend publiques les mesures prises au niveau de la chaîne de valeur afin que les droits de l homme soient respectés au niveau mondial et pour prévenir le travail forcé et le travail des enfants ainsi que toute forme d exploitation. Collectivités locales 18. L entreprise rend publique sa contribution aux collectivités locales dans les régions dans lesquelles elle exerce ses principales activités commerciales. Prise d influence politique 19. Toutes les données significatives relatives à sa participation aux processus législatifs, chaque inscription dans une liste de lobbystes 3, tous les versements significatifs de cotisations 4, tous les versements à des gouvernements ainsi que tous les dons à des partis et dirigeants politiques doivent être rendus publics, présentés par pays. 3P. ex. le registre public des associations et de leurs représentants auprès du Parlement Fédéral allemand : ste/lobbylisteaktuell.pdf 4La notion sera expliquée dans un glossaire Corruption 20. L entreprise rend publics sur la base de normes reconnues (par exemple les principes de conduite des affaires de Transparency International, les lignes directrices sur les pots de vin et la corruption du International Corporate Governance Network), quels systèmes et processus existent pour prévenir et éviter les comportements illégaux, en Corruption 20. L entreprise rend publics, sur la base de normes reconnues 5, quels systèmes et processus existent pour prévenir et éviter les comportements illégaux, en particulier la corruption, et la façon dont ces systèmes sont contrôlés. Elle présente la façon dont la corruption est dépistée, évitée et sanctionnée.

10 particulier la corruption, et la façon dont ces systèmes sont contrôlés (par exemple : IDW PS 980). Elle présente la façon dont la corruption est dépistée, évitée et sanctionnée. 5Des standards seront présentés, à titre d exemple, dans un glossaire.

Le Code de développement durable allemand

Le Code de développement durable allemand 1 Préambule Le Code de développement durable allemand est une norme pr la transparence dans la gestion durable des entreprises. Il crée une forme d engagement en exposant de manière comparable la responsabilité

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

G3.1 Content Index - GRI Application Niveau B

G3.1 Content Index - GRI Application Niveau B Application Niveau B G3.1 Content Index - GRI Application Niveau B 1. Stratégie et Analyse 1.1 Déclaration du CEO Rapport Développement Durable 2013 (p4-5) 1.2 Description des principaux impacts, risques

Plus en détail

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable.

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Le RSE de BEDEL Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Notre démarche commerciale ne découle pas seulement d une maximisation des profits, mais exige

Plus en détail

NORMES ET LABELS DU DEVELOPPEMENT DURABLE Corinne DEL CERRO (AFNOR) 18 novembre 2013

NORMES ET LABELS DU DEVELOPPEMENT DURABLE Corinne DEL CERRO (AFNOR) 18 novembre 2013 NORMES ET LABELS DU DEVELOPPEMENT DURABLE Corinne DEL CERRO (AFNOR) 18 novembre 2013 Compte-rendu d'intervention Luc PIERSON www.tbs-education.fr 1 Présentation de l intervenante Corinne DEL CERRO travaille

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption a. Un document autonome b. Un document qui fait partie d'un rapport sur la responsabilité sociale de l'entreprise c. Un document qui fait partie d'un rapport financier annuel Droits de l Homme Droit du

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

Charte des Achats Responsables

Charte des Achats Responsables Charte des Achats Responsables Norske Skog Golbey Avant-propos Depuis plus de 10 ans, Ouverture, Honnêteté et Coopération sont les trois valeurs fondamentales qui guident nos comportements et nos décisions

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR 1. Introduction Le groupe Fluidra est fermement engagé dans le respect des principes établis en matière de droits de l homme, du travail, de l environnement et des pratiques

Plus en détail

2. Comment l'exactitude et le périmètre des informations dans votre COP est-elle évaluée par un tiers crédible?

2. Comment l'exactitude et le périmètre des informations dans votre COP est-elle évaluée par un tiers crédible? Oui/ 2015 Global Compact Communication On Progress - Advanced (2014 data) Questions d'auto-évaluation 1. Votre COP contient-elle, si pertinent, une description de politiques et de pratiques liées aux opérations

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL

CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL Sommaire : Préambule Objectifs du Code de Conduite Textes de référence Les engagements et principes fondamentaux : Promotion et développement des systèmes

Plus en détail

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 Sommaire METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 I. STRATEGIE ET BUSINESS MODEL 6 I.A. Vision globale du développement durable 6 I.A.1. Vision et Mission 6 I.A.2. Objectifs et stratégie

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012

La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 La législation : frein ou accélérateur de la transition économique? Jeudi 15 novembre 2012 Sommaire Qu est-ce que le développement durable en entreprise? Pressions s exerçant sur l entreprise Chiffres-clés

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

La RSE Corinne DELPUECH 09/02/06

La RSE Corinne DELPUECH 09/02/06 La RSE Corinne DELPUECH Responsabilité Sociale de l Entreprise et Développement Durable Concepts Cadre juridique 1 Développement Durable Parties prenantes Responsabilité environnementale Ethique Responsabilité

Plus en détail

AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence. pour construire le modèle d évaluation AFAQ 1000NR

AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence. pour construire le modèle d évaluation AFAQ 1000NR AFAQ AFNOR Certification a intégré l ensemble des référentiels internationaux de référence 1992 L agenda 21 1992 2001 Rapport Européen 1997 La déclaration de Rio 2003 1999 Prév. 2009 Le Pacte Mondial L

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Responsabilité sociétale des organisations : Principes et retours d expérience de l évaluation AFAQ 26000

Responsabilité sociétale des organisations : Principes et retours d expérience de l évaluation AFAQ 26000 Responsabilité sociétale des organisations : Principes et retours d expérience de l évaluation AFAQ 26000 Web-conférence 12 Mai 2011 Sommaire Les enjeux de l évaluation Le processus d évaluation Les livrables

Plus en détail

Une introduction à la norme ISO 14001:2015

Une introduction à la norme ISO 14001:2015 ISO 14001 Une introduction à la norme ISO 14001:2015 ISO 14001 est une norme internationalement reconnue qui établit les exigences relatives à un système de management environnemental. Elle aide les organismes

Plus en détail

«LE ROLE DE L AUDIT INTERNE DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS»

«LE ROLE DE L AUDIT INTERNE DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS» «LE ROLE DE L AUDIT INTERNE DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS» MENA-OECD Investment Programme - Working Group 5 Advancing the Corporate Governance Agenda in the MENA Region 14 & 15 Sept 2005 - RABAT PLAN

Plus en détail

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers 3 juillet 2013 Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A18124 Table des matières

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier Code de conduite des fournisseurs de Bombardier 1 À PROPOS DE BOMBARDIER Bombardier croit qu un solide engagement et une approche stratégique à l égard de la responsabilité d entreprise sont essentiels

Plus en détail

Congrès 2013. Atelier RSE Intervention de Roger LUNEL représentant d AFNOR Certification

Congrès 2013. Atelier RSE Intervention de Roger LUNEL représentant d AFNOR Certification Congrès 2013 Atelier RSE Intervention de Roger LUNEL représentant d AFNOR Certification Norme Internationale ISO 26000, lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale, Une réponse au 10 principes

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux CODE OF CONDUCT à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux Version : 2.0 Valable à partir du : 01/01/2015 Contact : MAN SE, Compliance Awareness & Prevention, Oskar-Schlemmer-Straße 19-21,

Plus en détail

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite -

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Version 1.0 Principes et lignes directrices des entreprises de NIEDAX GROUP pour un management socialement responsable Page 1 sur 7 Charte des valeurs

Plus en détail

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale Mérylle AUBRUN ISO 26000 Responsabilité Sociétale Le concept de RSO RSO RSE = Responsabilité Sociétale des Entreprises Préservation de l environnement Agenda 21 Progrès = le Développement social Durable

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA)

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 17 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.10 29 août 2011 Français

Plus en détail

Tableau GRI Rapport sur la durabilité 2005 2007

Tableau GRI Rapport sur la durabilité 2005 2007 Holcim (Suisse) SA Hagenholzstrasse 83 Case postale 8050 Zurich Téléphone +41 58 850 68 68 Téléfax +41 58 850 68 69 Tableau GRI Rapport sur la durabilité 2005 2007 Sommaire Ce document est partie intégrante

Plus en détail

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Office fédéral de l environnement 3003 Berne Lausanne, le 30 septembre 2013 Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Madame, Monsieur, La Fédération romande des

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse.

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse Par nature, Nous vous rendons Plus performant. 11 décembre 2007 Group Présentation et comparaison de la norme ISO 14001

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/11/2012 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/11/2012 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

Groupe Roche. Politique de l emploi

Groupe Roche. Politique de l emploi Groupe Roche Politique de l emploi 2 Les principes fondamentaux du groupe Roche expriment notre conviction que le succès de l entreprise repose sur le talent et les performances d employés très impliqué

Plus en détail

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Jean-Michel Silberstein Délégué Général CNCC Christophe Garot CNCC UNIBAIL-RODAMCO Le CNCC Le CNCC, Conseil National des Centres

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Programme de développement durable 2013-2017

Programme de développement durable 2013-2017 Programme de développement durable 2013-2017 SOMMAIRE 1. Engagement de la direction de Helvetia Environnement en faveur du développement durable 2. Introduction et cadre de la démarche 3. Code de conduite

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS Construire l avenir, c est notre plus belle aventure J e suis convaincu que la performance globale de Bouygues est intrinsèquement liée à celle de nos fournisseurs

Plus en détail

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts comme développés par inter}artes et adoptés par artesneteurope Institution et sujets à évaluation

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

La performance responsable au cœur de votre stratégie

La performance responsable au cœur de votre stratégie La performance responsable au cœur de votre stratégie Vigeo Enterprise Vigeo Enterprise est le cabinet d audit et de conseil de Vigeo spécialisé dans la responsabilité sociale des entreprises Vigeo Enterprise

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

G4 : Tout ce qu il faut savoir pour bien appliquer les nouvelles lignes directrices de la GRI

G4 : Tout ce qu il faut savoir pour bien appliquer les nouvelles lignes directrices de la GRI fggsf G4 : Tout ce qu il faut savoir pour bien appliquer les nouvelles lignes directrices de la GRI Guide pratique d application de la G4 à l attention des utilisateurs Juillet 2013 Note préliminaire Les

Plus en détail

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com www.thalesgroup.com Charte Achats et Responsabilité d Entreprise Introduction Thales, leader mondial des systèmes d information critiques sur les marchés de l Aéronautique et de l Espace, de la Défense

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Préambule Les différentes CDEC (Corporations de développement économique communautaire) ont pour mission le développement

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

RSE (Responsabilité Sociétale des entreprises) & stage de fin d étude

RSE (Responsabilité Sociétale des entreprises) & stage de fin d étude RSE (Responsabilité Sociétale des entreprises) & stage de fin d étude RSE, Responsabilité Sociétale des Entreprises CSR, Corporate Social Responsability La Responsabilité Sociétale des Entreprises est

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Le système d assurance qualité de la HES-SO

Le système d assurance qualité de la HES-SO Le système d assurance qualité de la HES-SO 1. Contexte historique Le monde de l enseignement supérieur et de la recherche a beaucoup évolué durant ces quarante dernières années. Parmi les nombreux facteurs

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat ADEME : Colloque Produits Verts Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat Juin 2008 Une solution dédiée à vos achats responsables

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR

Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR Bordeaux, le 10 février 2015 Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR afnor GROUPe QUI ESTAFNOR? Pour un management

Plus en détail

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR)

UIPF Genève - 7 novembre 2007. Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) UIPF Genève - 7 novembre 2007 Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et Investissement socialement responsable (ISR) Jean Laville, Directeur Adjoint Ethos Place Cornavin 2, case postale, 1211 Genève

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES - AVENANT 2010 A L ACCORD DE GROUPE EN FAVEUR DE L EGALITE DES CHANCES Entre D une part, AREVA, représentée par Philippe VIVIEN, Directeur des Ressources

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Compte rendu du GT2 du 12 mai 2015 De 14h 30 à 18h30

Compte rendu du GT2 du 12 mai 2015 De 14h 30 à 18h30 Compte rendu du GT2 du 12 mai 2015 De 14h 30 à 18h30 Rappel de l ordre du jour de la réunion : Audition de l ORSE : présentation de l étude de février 2014 sur les pratiques des entreprises en matière

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC T*T Environment Canada Environnement Canada Mme Christiana Figueres Secrétaire exécut ve Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques P.O. Box 260L24 D-53153 Bonn Le 22 septembre

Plus en détail

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE En date du 30 juin 2005, les autorités canadiennes en valeurs mobilières ont adopté le Règlement 58-101 et l Instruction générale

Plus en détail

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code En 2010, le régulateur indépendant britannique Financial Reporting Council a publié le UK Stewardship Code, un code de bonne pratique pour les investisseurs,

Plus en détail

Code de Conduite pour les Fournisseurs

Code de Conduite pour les Fournisseurs Code de Conduite pour les Fournisseurs 2013 Présentation de Duncan Palmer, Directeur financier de Reed Elsevier Notre comportement individuel et collectif est régi par des standards de haut niveau, tels

Plus en détail