L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler"

Transcription

1 L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS Le présent document s adresse particulièrement aux entrepreneurs qui n embauchent pas de salariés ou qui embauchent un salarié occasionnellement, et font soit des travaux mineurs, soit de construction neuve. Leur masse salariale déclarée à la Commission de la construction du Québec (CCQ) est inférieure à $. Pour dissiper la confusion générale à démêler Les travaux de construction assujettis ou non assujettis aux conventions collectives Le statut juridique de l entreprise : un facteur déterminant Restrictions Obligations Remises mensuelles (calculées sur le rapport mensuel à la Commission de la construction du Québec) Les remises mensuelles et les travaux non assujettis Liste et méthode de calcul des différentes remises mensuelles Avantages financiers découlant des remises mensuelles Selon les données statistiques de la CCQ pour 2002, la CMEQ compte 721 entrepreneurs électriciens qui n auraient déclaré aucune heure ; 630 entrepreneurs dont la masse salariale se situerait entre 0 et $ ; et 387 entrepreneurs dont la masse salariale se situerait entre $ et $. Ces entrepreneurs représentent 53 % des quelque membres de la CMEQ. Recommandations de la CMEQ Une décision d affaires

2 Dans une industrie aussi réglementée que celle de la construction, il vient un moment où il faut démêler les droits, obligations et restrictions auxquels un entrepreneur est tenu lorsqu il réalise des travaux de construction. C est particulièrement le cas de l entrepreneur autonome, pour qui les droits, obligations et restrictions varient selon la nature des travaux qu il réalise et le statut juridique de son entreprise. Les explications fournies dans le présent document permettront à l entrepreneur autonome de comprendre clairement ses droits, obligations et restrictions relativement à la réalisation de travaux de construction. La CMEQ s attend à ce que chacun de ses membres respecte la réglementation en vigueur de manière à entretenir un environnement compétitif qui soit loyal et équitable pour tous. Pour dissiper la confusion Trop souvent, les entrepreneurs mêlent carrément les règles associées à leur qualification avec celles relevant des relations de travail et des conventions collectives. Les règles associées à la qualification des entrepreneurs concernent la licence d entrepreneur délivrée par la CMEQ pour la sous-catégorie 4284 et par la CMMTQ et la RBQ pour les autres sous-catégories. Les règles associées aux relations de travail concernent l application des conventions collectives négociées entre les parties patronales et syndicales pour l exécution de travaux «assujettis» à ces mêmes conventions collectives. La CCQ est responsable de l application de ces conventions collectives et du respect de celles-ci par les employeurs et les salariés. Elle est aussi responsable de la délivrance des certificats de compétence pour tous les salariés (apprentis ou compagnons) de l industrie et globalement de l application de la Loi R-20. La qualification réfère donc à la licence d entrepreneur, alors que les relations de travail réfèrent aux différents règlements d application découlant des conventions collectives, comme les remises mensuelles à la CCQ et l assujettissement des travaux. Il ne faut jamais confondre les règles s appliquant à l un ou l autre de ces domaines. Le présent document ne traite uniquement que des règles découlant des conventions collectives. Les travaux de construction assujettis ou non assujettis aux conventions collectives Les travaux de construction ne sont tous pas nécessairement assujettis aux conventions collectives. En effet, certains travaux sont régis par les normes minimales du travail et, par conséquent, ne sont pas assujettis aux conventions collectives. La CCQ n a donc aucun droit de regard sur ceux-ci. Que les travaux de construction soient assujettis ou non, il est toujours obligatoire de détenir une licence d entrepreneur en électricité pour pouvoir les exécuter. Il ne faut donc pas confondre la qualification des entrepreneurs et l assujettissement des travaux aux conventions collectives. Une confusion souvent entretenue par plusieurs entrepreneurs. Les travaux assujettis aux conventions collectives Pour l entrepreneur autonome, les travaux assujettis aux conventions collectives se classent en deux catégories. Les règles à respecter sont spécifiques à chacune des catégories : 2 les travaux d entretien, de réparation et de rénovation mineure réalisés dans l un ou l autre des quatre secteurs et dont la valeur du contrat est inférieure à $ ; les travaux de construction neuve et les projets majeurs (plus de $) réalisés dans l un ou l autre des 4 secteurs. Les travaux non assujettis aux conventions collectives Les travaux non assujettis qui intéressent particulièrement les entrepreneurs électriciens sont les suivants : les travaux d entretien, de réparation, de rénovation et de modification réalisés dans les habitations et pour les personnes qui y résident. Cette catégorie vise essentiellement le parc immobilier résidentiel existant, dans la mesure où ces travaux sont exécutés pour les propriétaires occupant les habitations dans lesquelles sont réalisés les travaux ; les travaux de construction réalisés sur une exploitation agricole que l on peut définir comme une ferme, mise en valeur par l exploitant lui-même avec un maximum de deux salariés embauchés de façon continue. Conséquemment, les travaux effectués sur une ferme qui comptent trois salariés et plus embauchés de façon continue sont assujettis.

3 Bien que ces travaux ne soient pas assujettis, l entrepreneur a toujours l obligation de détenir sa licence d entrepreneur en électricité et d embaucher, s il y a lieu, des salariés qualifiés détenant un certificat de compétence délivré par Emploi- Québec pour réaliser ces travaux. Les certificats délivrés par la CCQ sont reconnus par Emploi-Québec. Le statut juridique de l entreprise : un facteur déterminant Les obligations et les restrictions imposées à l entrepreneur varieront selon le statut juridique de l entreprise : l entreprise individuelle, la corporation ou la société. L entreprise individuelle Ce genre d entreprise comporte des limitations importantes pour l entrepreneur : l entrepreneur autonome qui n a aucun salarié embauché est limité à ne réaliser que des travaux mineurs ; pour pouvoir réaliser des travaux de construction neuve, il a l obligation d embaucher un salarié ; l entrepreneur a une responsabilité personnelle illimitée face aux dettes de l entreprise ; le taux d imposition est plus élevé que celui d une corporation ou d une société. La corporation l entrepreneur peut réaliser des travaux de construction sans avoir à embaucher un salarié, contrairement à l entreprise individuelle ; l entrepreneur a une responsabilité personnelle, limitée à sa mise de fonds ; le taux d imposition est plus avantageux que celui d une entreprise individuelle. La société l entrepreneur peut réaliser des travaux de construction sans avoir à embaucher un salarié, contrairement à l entreprise individuelle ; les associés ont une responsabilité personnelle illimitée face aux dettes et sont solidairement responsables de celles-ci ; le taux d imposition est égal à celui des individus et plus élevé que celui des compagnies. 3 Restrictions La Loi sur les relations de travail comporte deux restrictions précises qui concernent l entrepreneur autonome mais dont la responsabilité incombe à l employeur professionnel ou au donneur d ouvrage : un employeur professionnel ne peut directement ou par intermédiaire retenir les services d un entrepreneur autonome pour l exécution de travaux de construction ; une personne autre qu un employeur professionnel ne peut simultanément faire exécuter sur un même chantier des travaux d entretien, de réparation et de rénovation mineure par plus d un entrepreneur autonome simultanément. Obligations Les obligations auxquelles est tenu l entrepreneur autonome sont les mêmes que pour tous les employeurs de l industrie de la construction. L entrepreneur doit : s il travaille seul, obligatoirement facturer à sa clientèle un taux horaire minimum au moins égal à celui en vigueur dans les conventions collectives, lequel taux doit être majoré de 11,5 % pour inclure les montants de vacances ; être membre de l AECQ ; être enregistré auprès de la CCQ ; tenir un registre sur la nature des travaux réalisés, les salariés et les salaires versés ; produire un rapport mensuel à la CCQ même s il n a aucune heure à déclarer ; déclarer toutes les heures travaillées pour des travaux assujettis, que ceux-ci soient des travaux mineurs ou de construction neuve ; payer à la CCQ les remises mensuelles convenues selon le genre de travaux effectués (travaux mineurs ou de construction neuve) ; détenir un certificat de compétence (compagnon) pour pouvoir exécuter des travaux.

4 Les remises mensuelles (calculées sur le rapport mensuel à la Commission de la construction du Québec) Tous les employeurs inscrits auprès de la CCQ sont obligés de produire un rapport mensuel et d effectuer une remise mensuelle monétaire minimale, et cela même s il n y a pas eu de travaux effectués par l entrepreneur lui-même ou par ses salariés pour la période visée. Scénario 2 nature des travaux réalisés : construction neuve L entrepreneur autonome est en situation illégale; il ne lui est pas permis de réaliser des travaux de construction lorsqu il est seul et qu il a un statut d entreprise individuelle. Les remises mensuelles sont calculées sur le «rapport mensuel de l employeur» et doivent être acquittées auprès de la CCQ au plus tard le 15 du mois suivant. Plusieurs scénarios de remises mensuelles sont possibles pour l entrepreneur autonome, selon que celui-ci travaille seul ou avec un ou des salariés embauchés, selon qu il effectue des travaux mineurs ou de construction neuve et selon le statut juridique de son entreprise. Le statut juridique de l entreprise est celui d une entreprise individuelle II faut se rappeler que l entrepreneur autonome oeuvrant sous un statut d entreprise individuelle est obligé d embaucher un salarié pour pouvoir exécuter des travaux de construction neuve. Sinon il sera limité à ne pouvoir exécuter que des travaux mineurs. De plus, il ne peut pas jouir du statut de représentant désigné, car cette désignation n est possible que lorsque le statut juridique de l entreprise est celui d une corporation ou d une société. entreprise individuelle Scénario 1 nature des travaux réalisés : mineurs Les remises mensuelles sont : cotisation horaire à l AECQ + TPS + TVQ (minimum : 5,00 $/mois) cotisation annuelle à l AECQ + TPS + TVQ (octobre et avril, ou octobre seulement) prélèvement à la CCQ : la part employeur seulement (minimum : 10,00 $/mois) Le montant minimum à payer est de 15,75 $/mois. Le statut C est utilisé pour déclarer les heures. 4 Note : Scénario 3 nature des travaux réalisés : mineurs les heures qu il a effectuées personnellement ; il n a pas à s inscrire au rapport mensuel, puisqu il a embauché au moins un électricien. Il doit cependant effectuer toutes les remises normalement prévues pour le salarié. Scénario 4 nature des travaux réalisés : construction neuve les heures qu il a effectuées personnellement; il n a pas à s inscrire au rapport mensuel, puisqu il a embauché au moins un électricien. Il doit cependant effectuer toutes les remises normalement prévues pour le salarié. mineurs : entretien, réparation et rénovation mineure (moins de $) construction neuve : inclut les projets majeurs (plus de $) (voir p. 2 - Les travaux assujettis aux conventions collectives)

5 Scénario 5 corporation ou société Scénario 1 nature des travaux réalisés : mineurs et construction neuve L entrepreneur autonome est en situation illégale; il ne lui est pas permis de réaliser des travaux de construction lorsqu il est seul et qu il a un statut d entreprise individuelle. Pour les travaux mineurs, il doit effectuer les mêmes remises que celles spécifiées au scénario 1. nature des travaux réalisés : mineurs Les remises mensuelles sont : cotisation horaire à l AECQ + TPS + TVQ (minimum : 5,00 $/mois) cotisation annuelle à l AECQ + TPS + TVQ (octobre et avril, ou octobre seulement) prélèvement à la CCQ : la part employeur seulement (minimum : 10,00 $/mois) Scénario 6 nature des travaux réalisés : mineurs et construction neuve les heures qu il a effectuées personnellement et il n a pas à s inscrire au rapport mensuel, puisqu il a embauché au moins un électricien. Il doit cependant effectuer toutes les remises normalement prévues pour le salarié. Le statut de l entreprise est celui d une corporation ou d une société L entrepreneur autonome qui ne se nomme pas «représentant désigné» de son entreprise auprès de la CCQ est considéré par défaut comme un salarié de l entreprise et peut réaliser tout type de travaux. Ses remises mensuelles sont celles établies normalement pour tout salarié, moins les deux suivantes : la contribution sectorielle résidentielle et le fonds d indemnisation. Lorsqu il remplit le rapport mensuel, il choisit le code «F - administrateur salarié». L entrepreneur autonome a tout intérêt à se nommer «représentant désigné» auprès de la CCQ. Ce faisant, il pourra jouir du statut «C - entrepreneur autonome» lorsqu il réalisera des travaux mineurs et du statut «E - représentant désigné» lorsqu il est seul et qu il effectue des travaux de construction neuve. De plus, lorsqu il aura embauché un salarié, il n aura pas à déclarer ses heures et à s inscrire au rapport mensuel. Pour chacun des scénarios détaillés ci-après nous considérerons que l entrepreneur autonome s est nommé «représentant désigné» auprès de la CCQ. 5 Le montant minimum à payer est de 15,75 $/mois. Le statut C est utilisé pour déclarer les heures. Scénario 2 nature des travaux réalisés : construction neuve L entrepreneur autonome est considéré comme un salarié de l entreprise. Ses remises mensuelles sont celles établies normalement pour tout salarié moins les deux suivantes : la contribution sectorielle résidentielle et le fonds d indemnisation. cotisation horaire à l AECQ + TPS + TVQ (minimum : 5,00 $/mois) cotisation annuelle à l AECQ + TPS + TVQ (octobre et avril, ou octobre seulement) prélèvement à la CCQ : les parts employeur et salarié (minimum : 10,00 $/mois) congés et jours fériés (vacances) régime de retraite : la part de l employeur et la part du salarié régime d assurance et la taxe de vente applicable (9 %) fonds de qualification fonds de formation De plus, comme l entrepreneur autonome est réputé être un employeur au sens de la loi, la CMEQ recommande à ses membres de ne payer aucune cotisation syndicale. La CMEQ supportera ses membres conséquemment. Le statut E est utilisé pour déclarer les heures.

6 Scénario 3 Scénario 6 nature des travaux réalisés : mineurs les heures qu il a effectuées personnellement ; il n a pas à déclarer ses heures et à s inscrire au rapport mensuel, puisqu il a embauché au moins un électricien et qu il est le représentant désigné de l entreprise. Il doit cependant effectuer toutes les remises normalement prévues pour le salarié. nature des travaux réalisés : mineurs et construction neuve les heures qu il a effectuées personnellement ; il n a pas à déclarer ses heures et à s inscrire au rapport mensuel, puisqu il a embauché au moins un électricien et qu il est représentant désigné de l entreprise. Il doit cependant effectuer toutes les remises normalement prévues pour le salarié. Scénario 4 nature des travaux réalisés : construction neuve les heures qu il a effectuées personnellement; il n a pas à déclarer ses heures et à s inscrire au rapport mensuel, puisqu il a embauché au moins un électricien et qu il est représentant désigné de l entreprise. Il doit cependant effectuer toutes les remises normalement prévues pour le salarié. Scénario 5 nature des travaux réalisés : mineurs et construction neuve Pour les travaux mineurs, les remises seront conformes à celles énoncées dans le scénario 1 (voir p. 5). Pour les travaux de construction neuve, les remises seront conformes à celles énoncées dans le scénario 2 (voir p. 5). 6 Les remises mensuelles et les travaux non assujettis Il n y a aucune remise mensuelle à faire à la CCQ pour tous les travaux d entretien, de réparation et de rénovation mineure définis comme non assujettis aux conventions collectives et à l industrie de la construction. Ces travaux sont précisés au début du présent document. Il est important de bien distinguer ces travaux non assujettis de ceux qui sont effectivement assujettis. Essentiellement, les travaux non assujettis sont ceux qui sont exécutés directement dans le logement du propriétaire occupant et qui sont payés par ce même propriétaire occupant. Il y a aussi tous les travaux effectués sur une exploitation agricole qui compte un maximum de deux employés embauchés de façon continue en plus de l exploitant lui-même. Tous les autres travaux sont considérés en pratique comme des travaux mineurs, majeurs ou de construction neuve et sont par conséquent assujettis.

7 Liste et méthode de calcul des différentes remises mensuelles Les remises mensuelles sont composées de différentes contributions que l employeur et/ou le salarié doivent faire conformément aux règles découlant des conventions collectives. Une partie ou la totalité de ces remises s appliquent selon la nature des travaux réalisés, le statut juridique de l entreprise et l embauche ou non de salarié(s). Pour chacune de ces contributions énumérées ci-après, nous donnons la méthode de calcul à utiliser ainsi que le taux en vigueur applicable POUR UN COMPAGNON. Les informations fournies sont données à titre indicatif et reflètent la réalité en vigueur au 1 août Les taux indiqués correspondent à la règle géné- er rale (ne concernent pas les chantiers isolés et Baie James). Vous devrez vous référer aux plus récentes tables de taux fournies par la CCQ pour obtenir des données exactes et à jour. Vous pouvez aussi consulter le site internet de la CCQ au où tous ces taux sont disponibles et maintenus à jour en tout temps. Pour les usagers de Gestion CMEQ, ces données sont mises à jour et calculées automatiquement par le logiciel. Enfin, vous êtes invités à consulter le guide de référence pour le rapport mensuel publié par la CCQ.Q Congés et jours fériés payés cotisation horaire à l AECQ : calcul : salaire cotisable x taux en vigueur taux en vigueur : 11,5 % Avantages sociaux - régime de retraite calcul : part salarié : heures déclarées x taux en vigueur calcul : part employeur : heures déclarées x taux en vigueur taux en vigueur : - part salarié : 2,800 $/heure, part employeur : 2,375 $/heure (résidentiel léger) - part salarié : 2,960 $/heure part employeur : 2,375 $/heure (résidentiel lourd) - part salarié : 2,970 $/heure part employeur : 2,375 $/heure (autres secteurs) Avantages sociaux - régime d assurance calcul : part salarié : aucune calcul : part employeur : heures déclarées x taux en vigueur x taxe de vente taux en vigueur : - part salarié : s/o part employeur : 1,518 $/heure (résidentiel léger) - part salarié : s/o part employeur : 1,547 $/heure (résidentiel lourd) - part salarié : s/o, part employeur : 1,611 $/heure (autres secteurs) - taxe de vente : 9 % contribution sectorielle résidentielle calcul : heures déclarées x taux en vigueur taux en vigueur : 0,04 $/heure travaillée par le salarié dans le résidentiel seulement note : ne s applique pas pour les statuts C, E, F fonds d indemnisation : calcul : heures déclarées x taux en vigueur taux en vigueur : 0,02 $/heure note : ne s applique pas pour les statuts C, E, F 7 calcul : heures déclarées x taux de cotisation en vigueur + TPS + TVQ note : la cotisation minimale est de 5,00 $/mois. taux de cotisation en vigueur : 0,02 $/heure cotisation annuelle à l AECQ (octobre et avril, ou octobre seulement) : calcul : montant de cotisation en vigueur + TPS + TVQ Cotisation annuelle : 200 $ en octobre (ou 100 $ en octobre et 100 $ en avril) prélèvement à la CCQ : part salarié : (salaire cotisable + congés payés) x taux en vigueur part employeur : (salaire cotisable + congés payés) x taux en vigueur note : la cotisation minimale est de 10,00 $/mois. taux en vigueur : part salarié : 0,75 %, part employeur : 0,75 % fonds de qualification : calcul : heures déclarées x taux en vigueur taux en vigueur : 0,01 $/heure fonds de formation : calcul : heures déclarées x taux en vigueur taux en vigueur : 0,20 $/heure cotisation syndicale calcul : varie selon l appartenance syndicale du salarié (FTQ, CSN, CSD, SQC) taux en vigueur : consulter la table des taux de cotisations publiée par la CCQ note : la CMEQ recommande à ses membres de ne pas payer de cotisation syndicale pour eux-mêmes.

8 Avantages financiers découlant des remises mensuelles Pour un entrepreneur autonome qui effectue des travaux de construction (majeurs ou neuve), le total de ses remises mensuelles à la CCQ représente environ 10 $ de l heure, ce qui équivaut à 37 % du taux horaire de base, qui se situe (en 2003) dans les 27 $ pour un compagnon électricien. Un part importante de la problématique du droit au travail de l entrepreneur autonome repose essentiellement sur les différentes remises monétaires mensuelles qui doivent être faites auprès de la CCQ à l aide du rapport mensuel, lorsque l entrepreneur réalise des travaux de construction neuve. Recommandations de la CMEQ L incorporation La CMEQ recommande à l entrepreneur autonome de doter son entreprise du statut de corporation afin qu il puisse, seul et sans l aide d un salarié, effectuer des travaux de construction neuve et, conséquemment, ne pas être obligé d embaucher un salarié pour pouvoir effectuer de tels travaux. Le représentant désigné La CMEQ recommande à l entrepreneur autonome de se nommer le représentant désigné de son entreprise pour bénéficier des avantages décrits dans le présent document. Il s agit en fait d un faux problème, puisqu une très grande partie des sommes versées à la CCQ mensuellement par l entrepreneur qui effectue des travaux de construction et qui déclare ses heures à la CCQ lui sont retournées. Concrètement, quelque 85 à 90 % de ces sommes sont retournées à l entrepreneur, à un moment donné, sous l une ou l autre des formes suivantes : en paiement pour vacances et jours fériés, deux fois par année ; en régime de retraite, le moment venu ; en régime d assurance de la personne. La balance des remises (10-15 %) qui ne retournent pas à l entrepreneur sont utiles et nécessaires au bon fonctionnement de l industrie et peuvent de façon indirecte procurer des retombées concrètes à l entrepreneur. Ainsi, les contributions à l AECQ servent à gérer l ensemble des activités patronales de relations de travail et de santé et sécurité au travail. Quant au prélèvement à la CCQ, il constitue la source de financement de cette dernière, qui est responsable de gérer les conventions collectives en vigueur dans l industrie de la construction, la Loi sur les relations de travail et les affaires découlant. Enfin, le Fonds de formation assure la promotion et le financement des activités de perfectionnement et de recyclage auprès des travailleurs de l'industrie de la construction. 8 Réalisation de travaux mineurs et de construction neuve au cours d un même mois La CMEQ recommande à l entrepreneur (qui travaille seul) de déclarer sur son rapport mensuel ses heures reliées aux travaux mineurs en utilisant le code de statut «C» d entrepreneur autonome, et ses heures reliées aux travaux de construction neuve en utilisant le statut «E» de représentant désigné. La cotisation syndicale La CMEQ recommande à l entrepreneur de payer toutes les remises mensuelles auxquelles il est tenu (pour lui-même), à l exception de la cotisation syndicale étant donné la reconnaissance par la loi de son statut d employeur. Une décision d affaires Après avoir pris le temps de lire attentivement le présent document, l entrepreneur autonome comprendra qu il peut effectuer tout type de travaux sans limitation, qu il doit respecter les mêmes obligations que ses collègues employeurs et qu il a une décision d affaires à prendre concernant le statut juridique de son entreprise et le taux horaire qu il facture à ses clients. La Corporation a voulu offrir à ses membres un outil pour les aider à mieux comprendre la réglementation en vigueur. Les commentaires ou suggestions visant à bonifier le contenu de cette brochure sont évidemment les bienvenus. La CMEQ s attend à ce que tous ses membres respectent les lois et règlements en vigueur de manière à favoriser une saine et loyale compétition. Tout comportement contraire ne serait pas supporté par la Corporation.

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre satisfaction! Faut-il un permis municipal? Vérifiez auprès de

Plus en détail

Taux et cotisations pour la période du 26 septembre 2010 au 30 octobre 2010 Occupation 751 Plongeur classe 1 Compétence Occupation Secteur

Taux et cotisations pour la période du 26 septembre 2010 au 30 octobre 2010 Occupation 751 Plongeur classe 1 Compétence Occupation Secteur Selon la convention collective de 2010-2013 Source : www.ccq.org Taux salariales selon le lieu de travail et la classe du plongeur Classe 1 Classe 2 Règle générale 34.92 29.68 Barraquement 36.85 31.32

Plus en détail

Taux horaires de référence

Taux horaires de référence Chapitre 5 Taux horaires de référence Taux horaires de référence Un des éléments les plus difficiles à établir pour un entrepreneur est le taux horaire qu il doit facturer à ses clients. S il est trop

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

RÉSUMÉ DE L ENTENTE DE PRINCIPE SECTEUR RÉSIDENTIEL. Présentation aux représentants de l Alliance syndicale 26 juin 2013. (Modifié le 3 juillet)

RÉSUMÉ DE L ENTENTE DE PRINCIPE SECTEUR RÉSIDENTIEL. Présentation aux représentants de l Alliance syndicale 26 juin 2013. (Modifié le 3 juillet) RÉSUMÉ DE L ENTENTE DE PRINCIPE SECTEUR RÉSIDENTIEL Présentation aux représentants de l Alliance syndicale 26 juin 2013 (Modifié le 3 juillet) L augmentation de salaire est : À la signature : 2 % (0,63$)

Plus en détail

pas d exception pour le secteur de la construction!

pas d exception pour le secteur de la construction! Loi sur l équité salariale : pas d exception pour le secteur de la construction! Souvent, les dirigeants d entreprises du secteur de la construction vont dire : «Nous sommes régis par la Commission de

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

Les bureaux syndicaux d embauche

Les bureaux syndicaux d embauche Les bureaux syndicaux d embauche Ce que le gouvernement à voulu faire: Éliminer le placement syndical en prévoyant que toute référence de main-d'œuvre doit se faire par l intermédiaire du service de référence

Plus en détail

La régulation de la main-d œuvre et des conditions de travail dans l industrie de la construction au Québec : un résumé des principaux mécanismes

La régulation de la main-d œuvre et des conditions de travail dans l industrie de la construction au Québec : un résumé des principaux mécanismes La régulation de la main-d œuvre et des conditions de travail dans l industrie de la construction au Québec : un résumé des principaux mécanismes Document préparé à l intention du Chantier sur la saisonnalité

Plus en détail

Chapitre 7. Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur

Chapitre 7. Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur Chapitre 7 Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur Chapitre 7 Organismes, associations et principales obligations de l entrepreneur Nous avons cru bon de faire le tour des

Plus en détail

Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013

Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013 La CMMTQ Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013 La CMMTQ, pour qui, pour quoi et sa version 2.0 Qu est-ce que la CMMTQ, d où vient elle, quel est son statut et son rôle. La CMMTQ, pour qui, pour quoi et sa

Plus en détail

Obligations pour. les propriétaires d ascenseurs et autres appareils élévateurs. Montez. avec nous!

Obligations pour. les propriétaires d ascenseurs et autres appareils élévateurs. Montez. avec nous! Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 afin d être accessible à toute personne handicapée ou non. Toutes les notices entre accolades

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

Commission de la construction du Québec 2012-11-08

Commission de la construction du Québec 2012-11-08 de la construction 1 Contenu de la session... L'industrie de la construction Rôles et mandats de la CCQ Les conventions collectives et la Loi R-20 Enregistrement d'entreprise Certificats de compétence

Plus en détail

Une fois que vous avez votre permis municipal en main, le cas échéant, vous pouvez :

Une fois que vous avez votre permis municipal en main, le cas échéant, vous pouvez : Vous pourriez devoir obtenir d abord auprès de votre municipalité un permis de construction correspondant à la nature des travaux que vous comptez entreprendre. Vérifiez auprès de votre municipalité. Les

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER Les particuliers qui ont recours à des services visés à l article L.129-1 du Code du travail, fournis par une association ou une entreprise, ou

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

Les pièges à éviter pour une meilleure rentabilité. Service des relations du travail

Les pièges à éviter pour une meilleure rentabilité. Service des relations du travail Les pièges à éviter pour une meilleure rentabilité Service des relations du travail Plan de l exposé Mise en contexte : Comment sauver des $ grâce à une saine gestion en relations du travail Quatre pièges

Plus en détail

Office. des régimes particuliers. de sécurité sociale

Office. des régimes particuliers. de sécurité sociale Office des régimes particuliers de sécurité sociale (ORPSS) + Statut social des accueillant(e)s d enfants Dernière mise à jour : 22/04/2015 (version 2015.2) GÉNÉRALITÉS... 3 CHAMP D APPLICATION... 3 LE

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ À L ESSAI

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ À L ESSAI DE-02-03-03 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ À L ESSAI La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien scolaire - CSQ en résumé... Ce

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

GUIDE LES EXAMENS ET LEUR PRÉPARATION

GUIDE LES EXAMENS ET LEUR PRÉPARATION GUIDE LES EXAMENS ET LEUR PRÉPARATION 5925, boulevard Décarie Montréal (Qc) H3W 3C9 Téléphone : 514 738-2184 / 1 800 361-9061 Télécopieur : 514 738-9159 / 1 866 738-9159 Courriel : qualif@cmeq.org TABLE

Plus en détail

POLITIQUE DE LA CSEM EN MATIÈRE DE CONGÉ SANS TRAITEMENT. Service des ressources humaines / services juridiques

POLITIQUE DE LA CSEM EN MATIÈRE DE CONGÉ SANS TRAITEMENT. Service des ressources humaines / services juridiques POLITIQUE : POLITIQUE DE LA CSEM EN MATIÈRE DE CONGÉ SANS TRAITEMENT CODE: RH-15 Origine : Service des ressources humaines / services juridiques Autorité : Référence(s) : ÉNONCÉ DE POLITIQUE La Commission

Plus en détail

Allocations familiales

Allocations familiales Office des assurances sociales et de la surveillance des fondations Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Amt für Sozialversicherung und Stiftungsaufsicht

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE Ces informations prennent en compte la refonte de la taxe d apprentissage à compter de la campagne 2015, suite à la loi du 5 mars 2014. Les principaux changements

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette

Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Colloque Question Retraite 2 octobre 2014 Danielle Caouette Plan de la séance d information Les constats sur le système de retraite québécois Les obstacles

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE)

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE) Date d entrée en vigueur : 7 juin 2013 Remplace/amende : s. o. Origine : Ressources humaines et vice-rectorat exécutif aux affaires académiques Numéro de référence : HR-40 Remarque : Le masculin est utilisé

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Contrat de travail à durée indéterminée Assistant(e) maternel(le) Date de délivrance de l agrément (ou date du dernier renouvellement) :

Contrat de travail à durée indéterminée Assistant(e) maternel(le) Date de délivrance de l agrément (ou date du dernier renouvellement) : Contrat de travail à durée indéterminée Assistant(e) maternel(le) Entre les parents employeurs : (père) et (mère) (adresse) N PAJEMPLOI : Code NAF : 88.91 A Numéro de téléphone en cas d urgence : - Père

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010)

FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) FICHE PAYS UK (Législation applicable en janvier 2010) IMMIGRATION // Visa business Les citoyens de l Espace économique Européenne (EEE) et la Suisse (avec certaines exceptions mentionnées ci-dessous)

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de l automobile, du

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL)

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Statut social des gardien(ne)s d enfants 01 01 2009 Contenu A. Généralités... 1 B. Champs d application... 1 C.

Plus en détail

MISE EN GARDE. Guy Saint-Jean Direction du développement des compétences et de l intervention sectorielle 8 mai 2008

MISE EN GARDE. Guy Saint-Jean Direction du développement des compétences et de l intervention sectorielle 8 mai 2008 Le crédit d impôt du Québec et le programme d apprentissage en milieu de travail Guy Saint-Jean Direction du développement des compétences et de l intervention sectorielle 8 mai 2008 1 MISE EN GARDE CE

Plus en détail

Plan de classification

Plan de classification Plan de classification 1000 Administration et gestion 1100 Documents constitutifs 1110 Historique, mission et mandat Documents relatifs à la définition de la mission de l organisme et des mandats des unités

Plus en détail

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation CCNT & Droit du travail Réglementations et possibilités d optimisation Sommaire Exploiter le potentiel d économies qu offre la CCNT! 3 Contrat de travail avec temps d essai 5 Durée du travail 6 Durée du

Plus en détail

MISE À JOUR. Adressé à. Changement de coordonnées Ne remplir que les informations qui doivent être modifiées. 1 Personne morale et société

MISE À JOUR. Adressé à. Changement de coordonnées Ne remplir que les informations qui doivent être modifiées. 1 Personne morale et société REMPLISSEZ CE FORMULAIRE À L ENCRE ET EN MAJUSCULES. MISE À JOUR Adressé à Facture Date de l avis de cotisation Date d échéance de licence Changement de coordonnées Ne remplir que les informations qui

Plus en détail

Coiffeuse ou coiffeur

Coiffeuse ou coiffeur Description du métier Coiffeuse ou coiffeur Les coiffeuses et les coiffeurs proposent des coiffures en tenant compte des goûts, de la personnalité, des traits, des caractéristiques des cheveux et des tendances

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

2g - L emploi d une tierce personne

2g - L emploi d une tierce personne 2g - L emploi d une tierce personne Si vous êtes en situation de handicap et souhaitez employer un salarié à votre domicile, vous devez, en tant que particulier-employeur, respecter certaines formalités.

Plus en détail

Recueil de l entrepreneur en électricité mars 2014

Recueil de l entrepreneur en électricité mars 2014 ii iii Corporation des maîtres électriciens du Québec 5925, boul. Décarie Montréal (Québec) H3W 3C9 Tél. : 514 738-2184 / 1 800 361-9061 Téléc. : 514 738-2192 / 1 888 390-2637 Site Web : www.cmeq.org Tous

Plus en détail

L ASSISTANTE MATERNELLE

L ASSISTANTE MATERNELLE L ASSISTANTE MATERNELLE Définition Historique Réglementation Devenir assistante maternelle (ass. mat) : - dépôt de candidature - examen de la demande de candidature - décision du Président du Conseil Général

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Table des retenues à la source d impôt du Québec sur le revenu

Table des retenues à la source d impôt du Québec sur le revenu Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Table des retenues à la source d impôt du Québec sur le revenu Document en vigueur le 1 er janvier 22 Table des matières Introduction... 3 A. Contenu...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU 16 DÉCEMBRE

Plus en détail

Rapport sur les prix des services d architecture, e, de génie, d arpentage et de cartographie

Rapport sur les prix des services d architecture, e, de génie, d arpentage et de cartographie Rapport sur les prix des services d architecture, e, de génie, d arpentage et de cartographie Guide de déclaration et définitions Le présent guide a été conçu pour vous aider à remplir le Rapport sur les

Plus en détail

Le perfectionnement dans l industrie de la construction Une expertise, ça se construit!

Le perfectionnement dans l industrie de la construction Une expertise, ça se construit! UNE INITIATIVE DE L INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION PRODUITE PAR LA COMMISSION DE LA CONSTRUCTION DU QUÉBEC. Édition Hiver 2015 Bulletin destiné aux salariés de l industrie de la construction Le perfectionnement

Plus en détail

Bulletin d information 2011-2

Bulletin d information 2011-2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information 2011-2 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de

Plus en détail

Le nouveau Régime Volontaire d Épargne Retraite RVER. (Tel que proposé dans le budget 2012 du gouvernement du Québec)

Le nouveau Régime Volontaire d Épargne Retraite RVER. (Tel que proposé dans le budget 2012 du gouvernement du Québec) Le nouveau Régime Volontaire d Épargne Retraite RVER (Tel que proposé dans le budget 2012 du gouvernement du Québec) Mise à jour le 1er août 2012 Intervenants du RVER - Agence du Revenu du Canada (ARC)

Plus en détail

Travail en Finlande. Soyez attentif à vos droits!

Travail en Finlande. Soyez attentif à vos droits! Travail en Finlande Soyez attentif à vos droits! 2 Office national de l immigration Système d aide aux victimes du trafic humain Centre d accueil de Joutseno www.ihmiskauppa.fi 0295 463 177 2014, ranska

Plus en détail

Une Loi qui se renouvelle

Une Loi qui se renouvelle IMPLANTATION DE LA LOI FAVORISANT LE DÉVELOPPEMENT ET LA RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DE SES RÈGLEMENTS Une Loi qui se renouvelle Un virage vers la qualité L adoption par l Assemblée

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Les budgets de mars et avril, provincial et fédéral, nous ont apporté plusieurs mesures effectives immédiatement et d'autres qui seront mises en place à

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC

ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC ACCORD RELATIF A LA PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DU LANGUEDOC Entre les soussignés : La Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE DU LANGUEDOC, dont le Siège Social est à MAURIN,

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS La vente directe en plein essor recrute 10.000 nouveaux commerciaux à temps partiel ou à temps plein En s engageant à recruter 10.000 personnes,

Plus en détail

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS)

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Article 60, 7 1 L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Conditions tout ayant droit à l intégration sociale ; tout ayant droit à l aide sociale financière

Plus en détail

PAIE PORTÉE. La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université. DÉFINITIONS

PAIE PORTÉE. La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université. DÉFINITIONS Date d entrée en vigueur: 22 avril 2002 Remplace/amende: s/o Origine: Service des ressources humaines Numéro de référence: HR-37 PORTÉE La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université.

Plus en détail

Les formes juridiques et autres références utiles

Les formes juridiques et autres références utiles Les formes juridiques et autres références utiles L'Immatriculation (ou enregistrement) **Le promoteur exploitant une entreprise sous son nom personnel n est pas tenu de s immatriculer. Par exemple : Jeanne

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND Octobre 2014 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

Avenant n 3 du 27 janvier 2000

Avenant n 3 du 27 janvier 2000 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU TRAVAIL DES PERSONNELS DE LA VIE SCOLAIRE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ET CENTRES DE FORMATION AGRICOLE PRIVES RELEVANT DU CONSEIL NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT AGRICOLE

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Cas 1 Les heures supplémentaires, les contreparties

Cas 1 Les heures supplémentaires, les contreparties Cas 0 Testez vos connaissances Les affirmations sont-elles vraies ou fausses? QUESTIONS VRAI FAUX Un compte épargne-temps peut être mis en place sans document écrit Un salarié peut travailler plus de 10

Plus en détail

ACCORD DU 7 AVRIL 2010

ACCORD DU 7 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF AUX DISPOSITIONS

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION CPAExtra

GUIDE D UTILISATION CPAExtra GUIDE D UTILISATION CPAExtra OCTOBRE 2014 DL Le guide d utilisation du «Rapport mensuel en ligne» du CPA Québec vise à rendre sa compréhension plus simple et plus rapide. Vous pourrez, à l aide de ce guide,

Plus en détail

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins)

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins) FÉDÉRATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR GUIDE POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN DES COLLEGES LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 18.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 18. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3106 Convention collective nationale IDCC : 18. INDUSTRIE TEXTILE ACCORD DU 5 DÉCEMBRE 2013 RELATIF AU RÉGIME

Plus en détail

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ Les réponses apportées aux questions ci-dessous sont données sous réserves des éventuelles réserves ou exclusions que le ministère du travail pourrait prendre

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE MINISTÈRE DU TRAVAIL ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE BURKINA FASO UNITÉ - PROGRÈS - JUSTICE Arrêté n 2008-008/MTSS/SG/DGPS relatif à l affiliation, à l immatriculation des travailleurs et autres assurés au régime

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève R A M B Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève 2004 1 FONDATION POUR LA RETRAITE ANTICIPEE DE LA METALLURGIE DU BATIMENT (FONDATION RAMB) REGLEMENT En application des

Plus en détail

7.4 Écarts de rémunération autorisés

7.4 Écarts de rémunération autorisés la rémunération flexible lorsqu'elle n'est pas également accessible aux catégories d'emplois comparées, notamment la rémunération liée aux compétences, au rendement ou à la performance de l'entreprise

Plus en détail