Dépister les infections à CT/NG Une vraie nécessité face à l absence de symptômes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépister les infections à CT/NG Une vraie nécessité face à l absence de symptômes"

Transcription

1 Dépister les infections à CT/NG Une vraie nécessité face à l absence de symptômes

2 L absence de symptômes ne signe pas l'absence d'infection

3 Les IST bactériennes les plus répandues au monde 12,13,19 : Chlamydiose/Gonococcie Causées par des bactéries à gram négatif, 1, 3, 7, 9, 10, 14 ces infections sont la plupart du temps asymptomatiques. Elles concernent aussi bien les hommes que les femmes. 9 3, 9, 10, 20 Non traitées, elles peuvent engendrer de graves complications. Les modes de transmission : Directs, lors de rapports sexuels (génitaux, buccaux, anaux) 3, 7, 9 Les risques de contamination : L absence d utilisation de préservatifs Le multi-partenariat Indirects, par les mains ou les objets souillés De la mère à l enfant, lors de la grossesse ou de l accouchement 2, 3, 9,14 9, 21 Le dépistage de ces infections est indispensable pour empêcher leur transmission et leur propagation 4

4 Vigilance

5 Un problème de santé publique grandissant Des complications cliniques sévères Stérilité tubaire Grossesse Extra-Utérine Douleurs Pelviennes Chroniques Stérilité Si non traité Si non traité Endométrite Salpingite Infection pelvienne Épididymite Prostatite Hypofertilité Conjonctivite Pneumopathie Infections hautes Conjonctivite Arthrite Périhépatite Infections hautes Transmission au nouveau-né Transmission à distance Endocol INFECTION Urètre Infections basses Infections basses Cervicite Leucorrhée Urétrite

6 L infection à Chlamydia trachomatis La première IST dans le monde 3, 13, 16 Responsable de la Chlamydiose 20, cette bactérie provoque une infection asymptomatique chez 75 % des femmes et 50 % des hommes. 3 L infection est transmise à l enfant lors de la naissance dans 60 à 70 % des cas. 21 Prévalence en Europe 1, 3 : De 1,7 à 17 % selon le lieu de recrutement et la population concernée (visite médicale, gynécologue, centre de planification familiale, centre de dépistage ) Maximum chez les femmes de ans Maximum chez les hommes de ans Évolution du nombre de cas de chlamydioses urogénitales asymptomatiques, réseau Rénachla, France, Distribution des infections à Chlamydia par classe d âge selon le sexe, réseau Rénachla, France, Absence de symptômes Femmes Hommes Femmes Hommes % % 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 0 % < > 60 Nombre d infections à Chlamydia Classes d âge

7 L infection à Neisseria gonorrhoeae 9, 12 La seconde IST dans le monde Responsable de la Gonococcie, cette bactérie provoque une infection majoritairement diagnostiquée chez les hommes. 10 Risque de contamination par transmission sexuelle 9 : 20 % chez les hommes 50 à 90 % chez les femmes Augmentation de 52 % des cas entre 2008 et 2009, avec une évolution constante depuis plusieurs années. 6 Prévalence en Europe 2, 9, 10, 15 : De 0,21 % pour les hommes et 0,4 % pour les femmes Maximum chez les femmes de ans Maximum chez les hommes de ans En forte augmentation Co-infection fréquente avec Chlamydia trachomatis : 20 à 50 % des cas. 14 Évolution du nombre moyen de gonocoques isolés par laboratoire actif et par an selon le sexe, réseau Rénago, France, Distribution des infections à gonocoque par classe d âge selon le sexe, réseau des laboratoires Rénago, France, Femmes Hommes Femmes Hommes Nombre moyen de gonocoques isolés par laboratoire % 35 % 30 % 25 % 20 % 15 % 10 % 5 % 0 % > 65 Classes d âge

8 Exigence

9 Une thérapeutique performante Pour lutter contre les IST les plus fréquentes Recommandations sur les traitements antibiotiques et préconisations de l HAS et de l ANSM 2, 3, 7, 9, 10, 11 : Chlamydia trachomatis : - azithromycine en monodose ou doxycycline Neisseria gonorrhoeae : il est recommandé d associer un traitement anti-chlamydia aux traitements suivants - ceftriaxone (une seule injection en intra-musculaire ou intra-veineuse) - en cas de contre-indication aux bêta-lactamines : spectinomycine (une seule injection intra-musculaire) - en cas de refus ou d impossibilité d administrer le traitement par voie parentérale : céfixime (prise orale unique) La thérapeutique doit être adaptée aux éventuelles contre-indications médicamenteuses, aux femmes enceintes et aux nouveau-nés. Le traitement doit également être suivi par le(s) partenaire(s) sexuel(s). Les risques de re-contamination doivent être expliqués et les patients éduqués sur la prévention et les conséquences des IST.

10 Excellence

11 L étude clinique VENUS et le test cobas CT/NG La voie de la précision L étude VENUS (Vaginal ENdocervical and Urine Screening) est la plus grande étude clinique réalisée à ce jour hommes et femmes nous ont aidés... à déterminer la performance du test cobas CT/NG en fonction 22, 23, 24, 26 du type de prélèvement.

12 Efficience

13 Une valeur médicale élevée Pour une meilleure prise en charge Ce test est cliniquement validé pour le dépistage et le diagnostic, chez les personnes symptomatiques et asymptomatiques. L analyse peut être réalisée sur de nombreux types de prélèvements (écouvillons, premiers jets urinaires, sperme, etc.) 10, 14, 22, 24, 25, 26 : Le prélèvement vaginal est le mode de recueillement de choix pour les femmes L urine est l échantillon de choix pour les hommes Performance du cobas CT/NG, spécifique du type d échantillon 22, 26 Type d échantillon Sensibilité Spécificité Chlamydia trachomatis Écouvillon vaginal (auto-prélèvement) Écouvillon vaginal (prélèvement en clinique) 95,9 % 99,4 % 94,6 % 99,7 % Urine (homme) 97,6 % 99,5 % Neisseria gonorrhoeae Écouvillon vaginal (auto-prélèvement) Écouvillon vaginal (prélèvement en clinique) 100 % 100 % 97,0 % 100 % Urine (homme) 100 % 99,7 %

14 Dépister les......pour éviter leur transmission Algorithme décisionnel Maîtriser la prise en charge Personne sexuellement active Oui Non Non Symptômes Oui Test non indiqué Facteurs de risques* Non Oui Test non indiqué Prélèvement selon le type de rapport Prélèvement selon le type de rapport Test de biologie moléculaire avec amplification génique Adapté de 3, 9 Adapté de 3, 9 * Les facteurs de risques : Absence d utilisation de préservatifs Multi-partenariat Test Positif 1. Mettre en place un traitement 2. Femmes enceintes : risque de transmission aux nouveau-nés Test Négatif Répéter le test dans 1 an ou lors d un changement de partenaire

15 Références : 1. Wilson J. S, Honey E, Templeton A, Paavonen J, et al. A systematic review of the prevalence of Chlamydia trachomatis among European women. Human reproduction update, 2002, 8 (4), Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né. Afssaps, 2010, Diagnostic Biologique de l infection à Chlamydia trachomatis. Avis sur les Actes, H. A. S., 2010, Evaluation du dépistage des infections uro-genitales basses à chlamydia trachomatis en France [tome 2]. Anaes, Rockett R, Goire N, Limnios A, Turra M, et al. Evaluation of the cobas 4800 CT/NG test for detecting Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae. Sexually transmitted infections, 2010, 86 (6), La Ruche G, Goulet V, Bouyssou A. Bulletin des réseaux de surveillance des infections sexuellement transmissibles (IST) - Rénago, Rénachla et RésIST. Données au 31 décembre Institut de veille sanitaire. (2011). 7. Item n 95 : Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque. Santé et environnement, maladies transmissibles, module Ann Dermatol Vénéréol, 2005 ; 132 : 7S59-7S Goulet V., de Barbeyrac B., Raherison S., Prudhomme M., Velter A., S le C., Warszawski J. et le groupe CSF. Enquête nationale de prévalence de l infection à Chlamydia trachomatis (volet NatChla de l enquête CSF 2006). À quelles personnes proposer un dépistage? Bulletin épidémiologique hebdomadaire ; Bongiovanni I, Chadapaud S. Note de cadrage : Stratégies de Dépistage de l Infection à Neisseria gonorrhoeae en France en H.A.S ; Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions Synthèse. H.A.S. 2010, Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées. Afssaps, Tabrizi S. N, Unemo M, Limnios A. E., Hogan T. R, et al. Evaluation of six commercial nucleic acid amplification tests for detection of Neisseria gonorrhoeae and other Neisseria species. Journal of clinical microbiology, ; 49 (10), Land J. A, Van Bergen J. E. A. M., Morré S. A, & Postma M. J. Epidemiology of Chlamydia trachomatis infection in women and the cost-effectiveness of screening. Human reproduction update, 2010 ; 16 (2), Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions. H.A.S. 2010, Prevalence and incidence of selected sexually transmitted infections. Methods and results (2005). World Health Organization. 16. Hamdad F, & Orfil a J. Diagnostic d une infection uro-génitale à Chlamydia trachomatis. Apport des techniques d amplification génique. Progrès en Urologie, 2005 ; Item n 88 : Infections génitales de la femme. Leucorrhées. Module 7. CMIT (2008). DC ; Goulet V, de Barbeyrac B, Raherison S, Prudhomme M, S le C, & Warszawski J. Prevalence of Chlamydia trachomatis : results from the first national population-based survey in France. Sexually transmitted infections, 2010 ; 86 (4), Eksi F, Dikensoy E, Gayyurhan E. D, Balci I, et al. The prevalence of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae in the endocervical swab specimens of symptomatic, asymptomatic and infertile women in Turkey. Archives of gynecology and obstetrics, 2010 ; 283 (6), De Barbeyrac B, Clerc M, Imounga L, & al. Le point sur l épidémiologie et le diagnostic des chlamydioses humaines en France. Revue Francophone des Laboratoires. Supplément au n 429. Dossier scientifique 2011, Stratégies de contrôle des maladies transmissibles. Ministère de la communauté française, Direction générale de la santé Taylor, S. N., Liesenfeld, O., Lillis, R. a., Body, B. a., et al. (2012). Evaluation of the Roche cobas CT/NG Test for Detection of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae in Male Urine. Sexually Transmitted Diseases. 23. Van Der Pol, B., Liesenfeld, O., Williams, J., Taylor, S. N., Lillis, R. a, et al. (2012). Performance of the Cobas Ct/Ng Test Compared To the Aptima Ac2 and Viper Ctq/Gcq Assays for Detection of Chlamydia Trachomatis and Neisseria Gonorrhoeae. Journal of clinical microbiology, (April). 24. Kumamoto, Y., Matsumoto, T., Fujisawa, M., & Arakawa, S. (2012). Detection of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae in urogenital and oral specimens using the cobas 4800, APTIMA Combo 2 TMA, and ProbeTecTM et SDA assays. European Journal of Microbiology and Immunology, 1(-1), B. Van Der Pol, B. Body, M. Nye, C. Eisenhut, S. Taylor, O. Liesenfeld. Vaginal Swabs are the Optimal Sample for Screening Women for Chlamydia and Gonorhea Infection using the Roche cobas 4800 System. (2011) (Poster). 26. Dr. Barbara Van der Pol, Indiana University, USA. Vaginal Swabs are the Preferred Specimen Type for the Detection of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae.

16 COBAS, and LIFE NEEDS ANSWERS are trademarks of Roche Roche Roche Diagnostics France 2, avenue du Vercors - BP Meylan CEDEX Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) Réf. :

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie INFECTION A CHLAMYDIA TRACHOMATIS N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

Epidémiologie des IST en France et en Europe

Epidémiologie des IST en France et en Europe Epidémiologie des IST en France et en Europe Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ndeindo NDEIKOUNDAM, Florence LOT Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses Journée de lutte contre

Plus en détail

Données actualisées sur les IST

Données actualisées sur les IST Données actualisées sur les IST Guy La Ruche, Alice Bouyssou, Gilles Delmas, Betty Basselier InVS/DMI/VIC 25 novembre 2 Syphilis récente Réseau de cliniciens (RésIST) Syphilis primaire, secondaire et latente

Plus en détail

1. DIAGNOSTIC POSITIF

1. DIAGNOSTIC POSITIF Module 7 - Edition 2004 - Item 95 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F59 F63 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DES INFECTIONS URO-GENITALES A CHLAMYDIA TRACHOMATIS CHEZ LA FEMME EN FRANCE

ETAT DES LIEUX DES INFECTIONS URO-GENITALES A CHLAMYDIA TRACHOMATIS CHEZ LA FEMME EN FRANCE Anne MORYOUSSEF Année 2009-2010 Interne de Médecine Générale MEMOIRE DIU de formation complémentaire en Gynécologie et Obstétrique pour le Médecin Généraliste Sous la direction du Dr. V. DEUTSCH (PHC Gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Les IST représentent un problème

Les IST représentent un problème réalités en gynécologie-obstétrique # 172_Mars/Avril 214 Épidémiologie des infections sexuellement transmissibles RÉSUMÉ : Les infections sexuellement transmissibles (IST) restent un problème de santé

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Valérie 18 ans Vie sexuelle depuis 1 an et demi Pas de préservatif car «avait confiance» Son nouveau partenaire

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

Traitement des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement des urétrites et cervicites non compliquées NOTE DE CADRAGE Traitement des urétrites et cervicites non compliquées En vue d une Fiche mémo Avril 2015 L équipe Ce document a été réalisé par le Mme Muriel Dhénain, chef de projet au Service Bonnes

Plus en détail

Urétrites et cervicites non compliquées : stratégie diagnostique et thérapeutique de prise en charge

Urétrites et cervicites non compliquées : stratégie diagnostique et thérapeutique de prise en charge FICHE MÉMO Urétrites et cervicites non compliquées : stratégie diagnostique et thérapeutique de prise en charge RAPPORT D ÉLABORATION Octobre 2015 La méthode d élaboration des fiches mémo est une méthode

Plus en détail

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Pourquoi dépister les IST? C est quoi les IST, quels sont leurs risques? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles Virus:

Plus en détail

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE A la fin juillet 2010, un jeune homme hétérosexuel, d une vingtaine

Plus en détail

Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV)

Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV) Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV) Anne Gallay 1, Pascal Chaud 2 1 Unité VIH IST Hépatites (B, C), DMI, Institut

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

Données actualisées sur les IST

Données actualisées sur les IST Données actualisées sur les IST Ndeindo NDEIKOUNDAM, Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ouassila HANNACHI, Charly RAMUS, Florence LOT InVS/DMI/VHIT Réunion «Journée mondiale de lutte contre le SIDA» 23 novembre

Plus en détail

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro N 158.Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcies, chlamydioses - Diagnostiquer et traiter une gonococcie, une chlamydiose, - Connaître les principes

Plus en détail

Gonococcie urogénitale

Gonococcie urogénitale Ceftriaxone en premier choix probabiliste, avec azithromycine contre les Chlamydia Du fait d une co-infection par Chlamydia trachomatis dans un tiers des cas, le traitement simultané des deux infections

Plus en détail

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ndeindo NDEIKOUNDAM, Florence LOT Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses 8ème journée

Plus en détail

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France Anne Gallay, Alice Bouyssou, Betty Basselier, Véronique Goulet Département des maladies infectieuses Unité VIH IST - VHC 19 novembre

Plus en détail

VIH/SIDA et autres IST

VIH/SIDA et autres IST VIH/SIDA et autres IST Christine JACOMET Jean Marc ROYE RéIVHAPS www.corevih-auvergne-loire.org VIH/SIDA- Synthèse récente 1/3 des patients non dépistés (soit 50 000 sur 150 000) Environ 7000-8000 nouveaux

Plus en détail

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été.

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Elle a des relations sexuelles avec un nouveau partenaire depuis environ

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Le Point sur les IST C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Introduction Les Infections sexuellement transmissibles (IST) sont un enjeu de santé publique partout dans le monde,

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

Chlamydiae et grossesse

Chlamydiae et grossesse Chlamydiae et grossesse Joël MUHLSTEIN 1,2, Chrysoula ZACHAROPOULOU 2, Émile DARAI 2, Frédérique GUILLET-MAY 1 1 Maternité Régionale de Nancy, Pôle Gynécologie Obstétrique et Reproduction, 10 rue du Dr

Plus en détail

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST)

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Dr Denis FERON CIDDIST (Centre d Information de Dépistage et de Diagnostic des IST) CH Eure-Seine (Vernon) MST-IST même combat La blennorragie gonococcique

Plus en détail

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 octobre 2014 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles Le présent document décrit les principales modifications qui seront apportées

Plus en détail

Actualités dans le diagnostic des IST

Actualités dans le diagnostic des IST Actualités dans le diagnostic des IST Bertille de Barbeyrac Centre National de Référence des chlamydiae 4ème réunion du groupe de prévention de la SPLIF Jeudi 29 mars 2012 Site Villemin C. trachomatis

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

Note de cadrage Stratégies de Dépistage de l Infection à Neisseria gonorrhoeae en France en 2009

Note de cadrage Stratégies de Dépistage de l Infection à Neisseria gonorrhoeae en France en 2009 Note de cadrage Stratégies de Dépistage de l Infection à Neisseria gonorrhoeae en France en 29 Document Validé par le Collège Mme Isabelle Bongiovanni Docteur Stéphane Chadapaud Service Evaluation Economique

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Recommandations de bonnes pratiques cliniques Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie Cliquez pour modifier le style

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie GONOCOCCIE M. Janier, F. Lassau, N. Dupin, F. Bouscarat,

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2015 Infections sexuellement transmissibles bactériennes Auteurs : Matthieu Eveillard, Anne Doléans-Jordheim, Alban Le Monnier, Nadège Bourgeois-Nicolaos Présentations cliniques et

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) PLAN Introduction I Etiologies et classification des IST II Mode de contamination III Facteurs favorisants IV Etude clinique : = > TDD : Gonococcie a) - Etiologie

Plus en détail

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL leucorrhée physiologique de la femme enceinte: Modifications vaginales PH plus acide Muqueuses violacées Augmentation la sécrétion vaginale et

Plus en détail

- Hépatite B : Pas toujours de symptômes. Fièvre ou formation de jaunisse. Elle peut provoquer cirrhose et parfois cancer du foie.

- Hépatite B : Pas toujours de symptômes. Fièvre ou formation de jaunisse. Elle peut provoquer cirrhose et parfois cancer du foie. R11 = IST et MST R11 = IST et MST I. Définition : Les infections sexuellement transmissibles (IST) ou maladies sexuellement transmissibles (MST) sont des infections extrêmement contagieuses qui se transmettent

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS DESCARTES THESE. Julien Cebollada

UNIVERSITE PARIS DESCARTES THESE. Julien Cebollada UNIVERSITE PARIS DESCARTES (PARIS 5) Faculté de médecine Paris Descartes Année 2011 N THESE Pour le DOCTORAT en MEDECINE DIPLOME D ETAT Par Julien Cebollada Né le 17 août 1980 à Vénissieux Présentée et

Plus en détail

Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis

Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis Bertille de Barbeyrac CNR des infections à Chlamydia Laboratoire de Bactériologie Professeur Christiane Bébéar CHU - Bordeaux Caractéristiques de l infection

Plus en détail

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire Chlamydia Généralités Bactéries à développement intracellulaire obligatoire = > Importance de l hypersensibilité retardée => Nécessité de cultures cellulaires pour les cultiver => Utilisation d antibiotiques

Plus en détail

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe NGUYEN NL 06/12/16 IST En 2013 l OMS estimait à 500 millions de personnes infectées par les 4 IST curables (gono, chlam, syp, trich). Si on y ajoute les infection virales : 1,5 milliard personnes infectées

Plus en détail

Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher?

Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher? Le streptocoque B : Pourquoi et comment faut-il le rechercher? Pr Florence Doucet-Populaire Service de Bactériologie-Hygiène Hôpital Antoine Béclère AP-HP Streptocoque du groupe B (SGB) Streptococcus agalactiae

Plus en détail

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque)

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Cocci à Gram négatif Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Neisseria meningitidis I Habitat Strictement humain Fragile Gorge «porteurs sains» 1000 cas/france/an 35 %

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL Chlamydia trachomatis & mycoplasmes génitaux dans les infections génitales ; apport des nouveaux outils diagnostiques Philippe Lanotte Service de Bactériologie-Virologie, CHRU de Tours & UMR1282, Infectiologie

Plus en détail

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Séminaire de formation SFLS - 1 er octobre 2015 Dr Fatima YASSIR-ORIA CIDDIST HEH & Croix Rousse Lyon - Pr Christian CHIDIAC Service de Dermatologie

Plus en détail

IST ET ADOLESCENTS. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala

IST ET ADOLESCENTS. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala IST ET ADOLESCENTS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of Medicine, University of Yaoundé 2007

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Fiches de prescriptions biologiques (1)

Fiches de prescriptions biologiques (1) Fiches de prescriptions biologiques (1) Devant une urétrite chez l homme : 2) Urines : PCR Chlamydia trachomatis sur le 1er jet. 3) Faire pratiquer ce jour au laboratoire* : Prélèvement urétral : examen

Plus en détail

PROTOCOLE D ETUDE DE L ENQUETE GONOCOQUE 2009 Etude des infections à gonocoque déclarées dans le réseau Rénago

PROTOCOLE D ETUDE DE L ENQUETE GONOCOQUE 2009 Etude des infections à gonocoque déclarées dans le réseau Rénago PROTOCOLE D ETUDE DE L ENQUETE GONOCOQUE 2009 Etude des infections à gonocoque déclarées dans le réseau Rénago Protocole écrit par Chloé Tarnaud, Alice Bouyssou et Anne Gallay 1 1. Contexte/ Justificatif

Plus en détail

CHLAMYDIAE A. HAMMAMI

CHLAMYDIAE A. HAMMAMI CHLAMYDIAE A. HAMMAMI Laboratoire de Microbiologie Laboratoire de recherche Microorganismes et Pathologie humaine CHU H. Bourguiba de Sfax (d apr après Moulder et Page 1966) Bactéries à part entière -

Plus en détail

Infections gonococciques

Infections gonococciques Infections gonococciques Mise-à-jour : janvier 2010 Étiologie... 1 Épidémiologie... 1 Prévention et contrôle... 2 Manifestations... 3 Diagnostic... 4 Prise en charge... 8 Traitement... 9 Prise en considération

Plus en détail

ARGUMENTAIRE Evaluation des tests d amplification des acides nucléiques recherchant Neisseria gonorrhoeae

ARGUMENTAIRE Evaluation des tests d amplification des acides nucléiques recherchant Neisseria gonorrhoeae ARGUMENTAIRE Evaluation des tests d amplification des acides nucléiques recherchant Neisseria gonorrhoeae Novembre 2015 Cet argumentaire est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Cire Normandie. Bulletin de veille sanitaire N 24 / 1 er décembre 2016

Cire Normandie. Bulletin de veille sanitaire N 24 / 1 er décembre 2016 Cire Normandie Bulletin de veille sanitaire N 24 / 1 er décembre 2016 Page 2 La surveillance des cas de syphilis récente et de gonococcie en 2015 - RésIST Page 6 Bilan du dépistage de Chlamydia trachomatis

Plus en détail

Un dépistage précoce passe par la recherche des papillomavirus humains (HPV en anglais) Parlez-en à votre gynécologue

Un dépistage précoce passe par la recherche des papillomavirus humains (HPV en anglais) Parlez-en à votre gynécologue s informer pour l éviter Un dépistage précoce passe par la recherche des papillomavirus humains (HPV en anglais) Parlez-en à votre gynécologue Pourquoi le dépistage du cancer du col de l utérus est-il

Plus en détail

La chlamydiose dans le Pacifique

La chlamydiose dans le Pacifique La chlamydiose dans le Pacifique Dr. Ali S, Duffy G, Wanyeki I Secrétariat général de la Communauté du Pacifique 1 1. La chlamydiose Plan de l exposé a. Charge de morbiditédans la région b. Complications

Plus en détail

Analyses de laboratoire recommandées lors du dépistage des infections à Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae

Analyses de laboratoire recommandées lors du dépistage des infections à Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae Analyses de laboratoire recommandées lors du dépistage des infections à Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae Analyses de laboratoire recommandées lors du dépistage des infections à Chlamydia

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ACTIVITÉS RÉSERVÉES Infirmière Évaluer la condition physique et mentale d une personne asymptomatique. Initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques selon une ordonnance. Administrer et ajuster des

Plus en détail

*INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

*INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES *INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES LES IST, QU EST-CE QUE C EST? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles provoquées par des bactéries, des virus ou des parasites. Parmi les plus connues,

Plus en détail

PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE.

PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE. PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE. Thèse 4/11/2010 Soutenue par Dr Julien WEHRUNG (médecin généraliste remplaçant)

Plus en détail

Enquête sur les pratiques de dépistage des infections à Chlamydia trachomatis en CIDDIST et CDAG. Dr Karl FELTGEN CDAG/CIDDIST du Département D

Enquête sur les pratiques de dépistage des infections à Chlamydia trachomatis en CIDDIST et CDAG. Dr Karl FELTGEN CDAG/CIDDIST du Département D Enquête sur les pratiques de dépistage des infections à Chlamydia trachomatis en CIDDIST et CDAG Dr Karl FELTGEN CDAG/CIDDIST du Département D de Seine-Maritime Dépistage de l infection l à Chlamydia trachomatis

Plus en détail

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Docteur Carlo Quarenghi Adresse du site : www.docvadis.fr/carlo-quarenghi Validé par le Comité Scientifique Infectiologie Ces maladies sont

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2011 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Par Mlle Anne MORYOUSSEF, née le 7 février 1984 -----------------------------------------------

Plus en détail

L infection à. trachomatis. Une infection sexuellement transmissible (IST) trop méconnue

L infection à. trachomatis. Une infection sexuellement transmissible (IST) trop méconnue L infection à chlamydia trachomatis Une infection sexuellement transmissible (IST) trop méconnue Sommaire L infection à chlamydia trachomatis Qu est-ce que c est? p 3 Quelles sont les personnes les plus

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS.

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. Module 7 - Edition 2008 - Item 95 page 1 ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie, une IST à Chlamydia

Plus en détail

Rénago Rénachla RésIST

Rénago Rénachla RésIST MALADIES INFECTIEUSES Rénago Rénachla RésIST BULLETIN D INFORMATION DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE DÉCEMBRE 11 BULLETIN DES RÉSEAUX DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) l SOMMAIRE l

Plus en détail

STI réalités. Chlamydia. fsdfs

STI réalités. Chlamydia. fsdfs Chlamydia Par quoi c est causé? La chlamydia est une infection transmissible sexuellement (ITS); elle est causée par une bactérie : la chlamydia trachomatis. Cette ITS est très répandue parmi les adolescent(e)

Plus en détail

Introduction :qu'est ce qu'une I.S.T? Deuxième partie:pendant l'infection. Troisième partie: ist dans le monde

Introduction :qu'est ce qu'une I.S.T? Deuxième partie:pendant l'infection. Troisième partie: ist dans le monde SOMMAIRE Introduction :qu'est ce qu'une I.S.T? source Première partie: Avant l'infection Deuxième partie:pendant l'infection Troisième partie: ist dans le monde Conclusion Lexique Introduction Une I.S.T

Plus en détail

Actualités sur le diagnostic microbiologique des IST

Actualités sur le diagnostic microbiologique des IST Actualités sur le diagnostic microbiologique des IST Dr Agathe GOUBARD CNR des gonocoques 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing 12 mai 2016 Gr IDIST de la SFD Taper

Plus en détail

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego

UE - GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE. Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH. VG, la référence pour le nouveau concours! Editions Vernazobres-Grego VG, la référence pour le nouveau concours! UE - Derniers tours unités d enseignement médical Collection dirigée par L. LE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Laëticia CAMPIN - Ludovic LETICH Editions Vernazobres-Grego

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Indications : CONCLUSIONS IU TEST 5, bandelettes

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles T Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing

Plus en détail

Surveillance des infections à C. Trachomatis par un réseau de laboratoires (RENACHLA 1995)

Surveillance des infections à C. Trachomatis par un réseau de laboratoires (RENACHLA 1995) Retour au sommaire des BEH de 1997 Surveillance des infections à C. Trachomatis par un réseau de laboratoires (RENACHLA 1995) INTRODUCTION Le réseau RENACHLA (Réseau national des chlamydiae) est un réseau

Plus en détail

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Marseille 05 Novembre 2014 Anne Ebel-Biomnis Ivry sur Seine ACNBH 43 ème Colloque National des Biologistes

Plus en détail

QUIZZ N 3. Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012

QUIZZ N 3. Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012 QUIZZ N 3 Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012 1 Cas clinique Un homme de 28 ans se présente aux urgences parce qu il a eu une fellation réceptive non protégée il y a 12 heures avec un partenaire occasionnel

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 7 août 2000 (JO du 30 août 2000) UNIFLOX, comprimé pelliculé sécable

Plus en détail

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions r RAPPORT D ORIENTATION Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions Décembre 2010 HAS / Service évaluation économique et santé publique / décembre

Plus en détail

Ce qu il faut retenir

Ce qu il faut retenir Bulletin des réseaux de surveillance des infections sexuellement transmissibles (IST) - Rénago, Rénachla et RésIST Données au 31 décembre 2011 Ce qu il faut retenir Les réseaux de cliniciens (RésIST) et

Plus en détail

Sonia Berhonde. To cite this version: HAL Id: dumas https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas

Sonia Berhonde. To cite this version: HAL Id: dumas https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas Prévalence des infections à Chlamydia trachomatis, Neisseria gonorrhoeae et Mycoplasma genitalium chez les femmes consultant au centre d orthogénie du CHU de Bordeaux Sonia Berhonde To cite this version:

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé 2 DÉPISTAGE DU VIH EN POPULATION GÉNÉRALE > Près du tiers des personnes

Plus en détail

Traitement d une infection gonococcique asymptomatique chez l homme

Traitement d une infection gonococcique asymptomatique chez l homme Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup ORDONNANCE COLLECTIVE Traitement d une infection gonococcique asymptomatique chez l homme DESCRIPTION : Traitement d une infection gonococcique

Plus en détail

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles Mycoplasma genitalium,, un agent émergent responsable d urétrites et autres maladies sexuellement transmissibles Cécile M. Bébéar, B. de Barbeyrac, G. Carcenac, M. Clerc, S. Pereyre, et C. Bébéar Laboratoire

Plus en détail

Pour me faire l honneur d accepter d être membre de ce jury et pour l intérêt que vous portez à ce travail.

Pour me faire l honneur d accepter d être membre de ce jury et pour l intérêt que vous portez à ce travail. A Monsieur le Professeur Descamps, Vous me faites l honneur de présider cette thèse et du juger ce travail. Soyez assuré de ma plus grande gratitude. A Madame le Professeur Baron, Vous m avez fait l honneur

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Ex-Aequo, Sid Aids Migrants et la Plate-Forme Prévention Sida se mobilisent contre la recrudescence des IST. Focus sur la syphilis.

Ex-Aequo, Sid Aids Migrants et la Plate-Forme Prévention Sida se mobilisent contre la recrudescence des IST. Focus sur la syphilis. Communiqué de presse, 30 octobre 2013 Une nouvelle campagne de sensibilisation sur la syphilis ; portée par plusieurs associations de prévention des IST/sida. Création d un nouveau site sur les IST : www.preventionist.org

Plus en détail

CHLAMYDIA Infection bactérienne causée par Chlamydia trachomatis

CHLAMYDIA Infection bactérienne causée par Chlamydia trachomatis CHLAMYDIA Infection bactérienne causée par Chlamydia trachomatis écoulement de l'urètre avec prurit ou douleur urinaire qui apparaît de 2 à 14 jours après le contact infectant. Un important pourcentage

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement. Chapitre Infections Gonococciques Mise-à-jour : juillet 2013

Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement. Chapitre Infections Gonococciques Mise-à-jour : juillet 2013 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement Chapitre Infections Gonococciques Mise-à-jour : juillet 2013 Ce document a été converti et testé afin de respecter les normes

Plus en détail