INCERTITUDES D UN CERTAIN PAYS.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INCERTITUDES D UN CERTAIN PAYS."

Transcription

1 Gérard Bergeron ( ) Politologue, département des sciences politiques, Université Laval (1979) INCERTITUDES D UN CERTAIN PAYS. Le Québec et le Canada dans le monde ( ) Un document produit en version numérique par Réjeanne Toussaint, ouvrière bénévole, Chomedey, Ville Laval, Québec Courriel: Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales" Site web: Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l'université du Québec à Chicoutimi Site web:

2 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 2 Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, même avec la mention de leur provenance, sans l autorisation formelle, écrite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue. Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle: - être hébergés (en fichier ou page web, en totalité ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques. - servir de base de travail à un autre fichier modifié ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...), Les fichiers (.html,.doc,.pdf.,.rtf,.jpg,.gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la propriété des Classiques des sciences sociales, un organisme à but non lucratif composé exclusivement de bénévoles. Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation à des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est également strictement interdite. L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission. Jean-Marie Tremblay, sociologue Fondateur et Président-directeur général, LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

3 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 3 DU MÊME AUTEUR Théorie politique FONCTIONNEMENT DE L'ÉTAT, Québec, Les Presses de l'université Laval ; Paris, Librairie Armand Colin (1965). LA GOUVERNE POLITIQUE, Québec, Les Presses de l'université Laval ; Paris- LaHaye, Éditions Mouton (1977). Essais historiques LE CANADA FRANÇAIS APRÈS DEUX SIÈCLES DE PATIENCE, Paris, Le Seuil (1967). LA GUERRE FROIDE INACHEVÉE, Montréal, Les Presses de l'université de Montréal (1971). Journalisme politique DU DUPLESSISME AU JOHNSONISME, Montréal, Éditions Parti Pris (1967). NE BOUGEZ PLUS! (portraits de 40 de nos politiciens), Montréal, Éditions du Jour (1968). DU DUPLESSISME À TRUDEAU ET À BOURASSA, Montréal, Éditions Parti Pris (1971). L'INDÉPENDANCE : OUI, MAIS... Montréal, Éditions Quinze (1977). CE JOUR-LÀ... : LE RÉFÉRENDUM, Montréal, Éditions Quinze (1978).

4 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 4 Cette édition électronique a été réalisée par Réjeanne Toussaint, bénévole, Courriel: à partir de : Gérard Bergeron Incertitudes d'un certain pays. Le Québec et le Canada dans le monde ( ). Québec : Les Presses de l Université Laval, 1979, 270 pp. [Autorisation formelle accordée, le 12 avril 2005, par Mme Suzanne Patry- Bergeron, épouse de feu M. Gérard Bergeron, propriétaire des droits d'auteur des œuvres de M. Gérard Bergeron] Polices de caractères utilisée : Pour le texte: Times New Roman, 12 points. Pour les citations : Times New Roman, 12 points. Pour les notes de bas de page : Times New Roman, 12 points. Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2008 pour Macintosh. Mise en page sur papier format : LETTRE (US letter), 8.5 x 11 ) Édition numérique réalisée le 24 février 2009 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, province de Québec, Canada.

5 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 5 Gérard Bergeron (1982) Incertitudes d'un certain pays. Le Québec et le Canada dans le monde ( ). Québec : Les Presses de l Université Laval, 1979, 270 pp.

6 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 6 Table des matières Quatrième de couverture Avant-propos Première partie : DIMENSIONS EXTÉRIEURES 1. Un siècle d'histoire ( ), mais moins d'un quart de siècle de politique étrangère ( ) 2. Le Canada français : du provincialisme à l'internationalisme 3. «Vive le Québec... libre!» : un cri au retentissement universel 4. Les conséquences politiques de la prépondérance américaine 5. Un marché commun avec les États-Unis : une idée folle qui deviendrait sage...? 6. Un quart de siècle de politique étrangère ( ) Deuxième partie : DIMENSIONS INTÉRIEURES A. À l'enclenchement de la «Révolution tranquille» 7. Les partis politiques québécois à la fin de la période duplessiste 8. «Où va le Canada français?» 9. Les libéraux provinciaux après la mort de Duplessis 10. Le premier ministère Lesage 11. Le Devoir a la chance inouïe de devenir une officine de prélégislation B. À la fin de la «Révolution tranquille» 12. Désaffiliation des partis libéraux fédéral et provincial 13. Les élections fédérales du 8 novembre Les élections québécoises du 5 juin La crise constitutionnelle à la veille du Centenaire de La politique au Québec dans les années 1960

7 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 7 C. Les années 1970 ou la non-relance de la «Révolution tranquille» 17. Des partis qui se fendillent dans un pays qui se disloque 18. Un jeu de blocs québécois 19. «Go North, Young Man!» 20. Les élections fédérales ou de l'inégale bonne chance des frères siamois 21. Aux grands maux politiques les grands mots D. Au moment de mettre sous presse 22. Le Devoir et son avenir 23. Et si les autres provinces se mettaient à parler 24. Quand les provinces se mettent à se parler 25. Le train hors des rails 26. D'abord construire la voie ferrée 27. Les bonnes manières à table 28. Le 25 novembre 1978 : deux ans après Conclusion suspensive

8 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 8 Incertitudes d'un certain pays. QUATRIÈME DE COUVERTURE Retour à la table des matières Qu'était Duplessis aux derniers jours du duplessisme vacillant? Qu'étaient Lesage et Johnson, ou Pearson et Diefenbaker, lors de leurs derniers affrontements? Qu'étaient Trudeau et Bourassa au début de leur fraternité, libérale mais adverse? Comment notre destin collectif se jouera-t-il au sein du triangle Lévesque-Trudeau- Ryan? Qu'était le Devoir avec Claude Ryan et que peut-il être sans lui? Pourquoi, en politique, les Québécois se payent-ils de mots et, à la fois, en ont peur? Pourquoi la révolution tranquille a-t-elle connu une fin aussi abrupte sans arriver, pendant dix ans, à se relancer? À quels signes pouvait-on reconnaître, dès les années 1950, que le «provincialisme» québécois éclaterait en «internationalisme» et non en «canadianisme»? Pourquoi le cri, pourtant clair, du général de Gaulle fut-il entendu de façon si ambiguë? Comment l'âge d'or de la politique étrangère du Canada s'est-il achevé au début de la révolution tranquille au Québec? Selon quelles rondes de négociations pré-constituantes, constituantes et constitutionnelles peut-on prévoir une réforme, en profondeur, des structures politiques du Canada pour que le Québec s'y trouve à l'aise? Que signifie, deux ans plus tard, le 15 novembre 1976? C'est de quoi discute Gérard Bergeron, en des textes journalistiques rédigés ces vingt dernières années, parallèlement à ses travaux d'élaboration théorique et à ses essais historiques. Dix, quinze, vingt ans en arrière, c'est cet hier un peu flou dont les historiens, qui ont la prudente habitude de s'arrêter à l'avant-hier, ne traitent pas. Aux jeunes qui ne peuvent s'en souvenir, comme aux moins jeunes qui s'en souviennent, l'auteur propose d'utiles réflexions sur des «événements qu'il faudra maîtriser à longueur de toute une génération».

9 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 9 Incertitudes d'un certain pays. AVANT-PROPOS Retour à la table des matières Il sera toujours plus facile de plaisanter sur les «fonds de tiroir» que de justifier la republication de chroniques et textes distribués ça et là au fil des vingt dernières années. Ne serait-ce que parce qu'il est parfois demandé la référence exacte de tel texte introuvable, on incline à la faiblesse de croire à quelque utilité d'accorder une seconde vie à des textes à demi oubliés par l'auteur. C'est entendu, les jeunes d'aujourd'hui n'ont pas plus de mémoire historique qu'ils n'ont de souvenirs personnels. Mais il est injuste de soutenir qu'ils se complaisent en ignorance satisfaite de soi. L'étude de l'histoire n'a jamais été rien d'autre qu'un perpétuel recyclage de l'homme du moment. Il convient de ne pas faire la fine bouche devant l'histoire récente ou immédiate - toujours la moins connue, en même temps qu'elle serait la plus utile pour l'aujourd'hui. Chroniques ou études de circonstance se présentent comme d'utiles relais et substituts aux travaux historiques de plus grandes profondeur et exigence, mais qui n'existent pas. Elles ont même certaine «supériorité» sur la narration et l'analyse historique : celle de coller davantage à ce qui se passait au moment où ça se passait. Distorsions bien sûr, mais à un premier degré et non pas à un deuxième ou un troisième, que permet le fameux «recul historique» en ses reconstructions synthétiques.

10 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 10 Mais le procédé reste périlleux pour l'auteur. Il se refuse le confort de se corriger après coup lorsqu'il relit, noir sur blanc, ce qu'il aurait préféré n'avoir pas écrit une première fois. Il prend surtout le risque de l'oubli de la date chez le lecteur... * * * Le présent recueil se distingue des précédents de l'auteur qui, ou suivaient de plus près la séquence historique 1, ou procédaient d'après un autre principe d'organisation 2. Il met en toute première place les relations de politique étrangère en première partie et les faits de la vie des partis politiques aux deux niveaux de gouvernement en deuxième partie. Politique internationale et politique partisane : ce sont phénomènes de rivalité et, tout au moins, de concurrence ; ce sont avant tout faits détecteurs des sensibilités collectives, que s'efforce d'arranger la raison politique après-coup. Note de l'éditeur Vu le caractère plutôt «documentaire» de ces textes, nous avons cru - comme l'auteur - devoir les livrer au lecteur dans leur état originel, sans les soumettre à un strict traitement éditorial. C'est ce qui explique certaines différences d'agencement, de graphie et autres, entre les diverses parties de l'ouvrage. 1 Du duplessisme au johnsonisme, Éditions Parti Pris, Montréal, 1967 ; Du duplessisme à Trudeau et Bourassa, même éditeur, L"Indépendance : oui, mais..., Éditions Quinze, Montréal, 1977 ; Ce jour-là... : le Réfêrendum, même éditeur, 1978.

11 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 11 Incertitudes d'un certain pays. Le Québec et le Canada dans le monde ( ) Première partie Dimensions extérieures Retour à la table des matières

12 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 12 Les incertitudes collectives sont génératrices d'inquiétudes. C'est le manque de sécurité en rapport à l'extérieur qui engendre d'habitude les inquiétudes politiques. Chez les Canadiens, le même effet est produit par un manque d'identité à l'intérieur - avec presque trop de sécurité dans l'environnement international. L'identification du soi se fait par référence à l'autre : c'est le premier aspect marquant, l'identificateur, de la politique internationale. Cette première partie groupe des textes qui traitent des dimensions extérieures de l'identification politique du Canada, toujours inachevée. Le premier texte est une synthèse des cent premières années de l'histoire fédérale canadienne dont, seul, le dernier quart a permis l'émergence d'une véritable politique extérieure. L'étude suivante tentait de signaler le paradoxe d'un Canada français qui, dans les années 1950, commençait à sortir de son provincialisme pour accéder d'emblée à l'internationalisme, mais sans la médiation d'un canadianisme nouveau et se confirmant sur le tard dans le reste du Canada. Le troisième texte analysait les résultats d'un vaste sondage portant sur la visite du général de Gaulle au Québec en 1967 et surtout sur les conséquences du cri fameux qui se fit entendre à travers le monde : ici encore pointaient diverses ambiguïtés identificatrices de l'âme québécoise. Deux autres textes, plus courts, font voir que le voisinage avec les États-Unis provoque, lui aussi, de bizarres identifications, faites de refus et de désirs d'où les calculs de gros sous ne sont pas absents. Enfin, un dernier texte, plus récent, présente un bilan du dernier quart de siècle ( ) de la politique étrangère canadienne. Mais l'auteur, déplaçant les dates, propose plutôt que 1970 soit considérée comme date d'arrivée, car «ce fut l'année où les autorités centrales ont eu recours à l'armée, un moyen ultime de politique étrangère, pour pallier une grave crise de politique interne. Le texte s'achève d'ailleurs par l'interrogation : «Y a-t-il encore une politique dite extérieure?»

13 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 13 Incertitudes d'un certain pays. Première partie. Dimensions extérieures Chapitre 1 Un siècle d'histoire ( ), mais moins d'un quart de siècle de politique étrangère ( ) * 1. - D'interminables commencements Retour à la table des matières Née le ler juillet 1867, l'entité politique Canada a vécu. C'est ce qu'on peut dire de moins contestable à son sujet. Le Canada a vécu, mais en se faisant graduellement ; ce qui revient à dire qu'il ne fut jamais le même. Les quatre provinces originelles de 1867 constituaient un ensemble pas plus étendu que celui de la province de Québec actuelle et qui, du fond du lac Supérieur à la fenêtre atlantique, était encore moins intégré. La «vieille province», qui, récemment, se rajeunissait en «belle province»pour des raisons publicitaires, s'affirme maintenant comme l' «État du Québec». En cette affirmation même le principe de l'entité canadienne est mis en cause à l'intérieur. Simultanément, il est aussi mis en cause de l'extérieur par le poids, bénéfique mais jusqu'à l'encombrement, du seul voisinage des États-Unis ou plus exactement par la conscience de plus en plus aiguë que les Canadiens en ont. Ainsi, après 100 * De l'ouvrage collectif publié sous la direction de Louis Sabourin, Le Système politique du Canada, Presses de l'université d'ottawa, 1968 : le titre de l'article était alors «La politique étrangère du Canada». Ce texte avait d'abord été publié en anglais sous le titre «Foreign Affairs» dans l'ouvrage collectif paru sous la direction de J.M.S. Careless et R. Craig Brown : The Canadians , Toronto, Macmillan, 1967.

14 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 14 ans, l'entité canadienne mène une existence aussi doublement précaire qu'à l'époque de ses premiers vagissements. La marche vers le deuxième centenaire ne sera pas facile... Ce n'est guère que dans le dernier quart de son histoire centenaire qu'on peut proprement parler des «relations internationales» du Canada. Il fallut attendre plus de quarante ans pour un embryon de département des «affaires extérieures»- qui ne pouvaient se payer le luxe d'être simplement «étrangères» ; attendre un autre trente ans pour que commençât à s'épanouir notre service diplomatique ; attendre que le Canada fût sexagénaire pour qu'il se risquât à établir sa première mission diplomatique dans la capitale du seul État qui lui était contigu et qui était en instance de se proclamer et d'être reconnu comme la plus grande puissance politique du monde. On se prend à penser que, sans les deux guerres mondiales, le rythme évolutif de cette présence canadienne au monde eût été encore plus lent... (Mais l'histoire par «si» étant peut-être la plus grosse des absurdités, passons!) Aussi, sans reculer au delà de 1867, sans repérer les pourtant indispensables jalons de 1840, 1763, 1608, 1534, l'histoire des «relations internationales» du Canada apparaît comme une période très courte, précédée d'interminables commencements. On pourrait dire : le Canada est un pays qui n'en finit pas de commencer ; il s'est rassemblé, il ne s'est pas encore fait ; et quand il commence d'être, un principe d'absorption par l'extérieur et un autre de désintégration par l'intérieur l'enserrent dans une existence doublement aléatoire. Le Canada deviendra autant qu'il est devenu pour continuer à être. Peut-on vraiment parler des «relations internationales» du Canada, de sa «politique étrangère» avant 1945? : cela fait vingt-deux ans, à peine un «petit» et le dernier, quart de l'histoire de la fédération canadienne. Le plus «gros», et le premier, quart de cette histoire commencerait avec son acte de naissance du ler juillet 1867 pour s'achever en 1896, à l'aube du XXe siècle, «le siècle du Canada» d'après l'expression de l'homme qui l'y introduisit : ces vingt-neuf années pourraient être caractérisées comme la période de la prise de possession du territoire tout autant que celle du rodage du système fédératif. Le deuxième quart de vingt-six ans, s'achevant en 1920, est la période des premières entrées du Canada sur la scène mondiale à l'occasion des guerres impériales : celles des Boers, mais aussi celle de qui se présentait aux Canadiens comme une guerre «impériale». Le troisième quart serait mathématiquement parfait : les vingt-cinq ans de 1920 à 1945 constitueraient la pé-

15 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 15 riode de l'affirmation graduelle, comme par alluvionnement, de la souveraineté extérieure du Canada. La profondeur historique d'un siècle nous commande de ne pas escamoter les premiers trois quarts de l'évolution des «relations internationales» du Canada. II : Conquête du territoire canadien. Laissons à d'autres le soin de rappeler les antécédents du ler juillet Mais insistons sur le fait capital qui leur confère unité et signification : c'est contre les États- Unis que la fédération canadienne s'est constituée. Il s'agissait de rassembler et de faire tenir ensemble sous une forme quelconque des colonies britanniques éparses au nord des États-Unis d'amérique. Le Canada-Uni apparaissait être le noyau fort d'une telle agglomération : mais deux autres colonies seulement furent au rendez-vous de l'acte de fondation : le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Cette naissance n'eut rien d'exaltant, de glorieux. L'idéologie et le panache en furent désespérément absents. N'ayant pas fait de guerre d'indépendance, ni brûlé quelque Bastille, les Canadiens mirent du temps à se reconnaître entre eux. Le Dominion of Canada allait commencer un patient jeu de puzzle, mais à la façon d'une colonie élargie sous la protection d'une métropole tutrice. Par comparaison au dynamique État du Sud, il commençait avec un siècle de retard et sans les fibres déterminations de l'indépendance, ni les affirmations conséquentes de la puissance. La devise A mari usque ad mare était un programme déjà réalisé au sud du 45e parallèle quand naquit la fédération canadienne : achats de la Louisiane en 1803, de la Floride en 1805 ; acquisitions de territoires mexicains en 1845, en 1848 et en 1853 et de parties importantes du Territoire de l'oregon en 1846 ; enfin, achat de l'alaska le 30 mars 1867, trois mois avant la signature du British North America Act. La pince septentrionale pour l'accomplissement d'un Manifest Destiny continental était déjà mise en place. Le phénomène d'agglomération des colonies britanniques sous l'égide du nouveau Dominion ne comporterait pas de soi l'octroi de nouvelles libertés politiques. De fait, certaines colonies étaient déjà en avance de ce point de vue sur les deux provinces du

16 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 16 Haut et du Bas-Canada. Alors que ces dernières n'obtinrent le gouvernement représentatif qu'en 1791, en jouissaient déjà depuis 1758 la Nouvelle-Écosse, depuis 1773 l'île-du-prince-édouard, depuis 1784 le Nouveau-Brunswick. Mais les provinces centrales devançaient Terre-Neuve et la Colombie-Britannique qui n'eurent droit à des assemblées représentatives, respectivement qu'en 1837 et Le privilège décisif du gouvernement responsable fut conquis en même temps (1848) en Nouvelle-Écosse qu'au Canada-Uni, tandis que les autres provinces maritimes ne retardaient que de quelques années : 1851, l'île-du-prince-édouard, 1854, le Nouveau-Brunswick, 1855, Terre-Neuve. La politique de «conquête du territoire canadien» tendait plus à l'homogénéisation des libertés politiques déjà acquises ou en voie de l'être qu'à l'octroi de libertés nouvelles. Le Canada prit une douzaine d'années pour atteindre sa taille définitive : des énormes territoires que contrôlait la Compagnie de la Baie-d'Hudson, l'on détacha d'abord le Manitoba en 1870 ; puis, aux deux extrémités du continent, la Colombie- Britannique, en 1871, et l'île-du-prince-édouard, en 1873, rallièrent la Confédération ; enfin, les Îles de l'arctique tombèrent sous la souveraineté britannique en Ce n'est toutefois que vingt-cinq ans plus tard qu'on découpa en deux provinces des Prairies la partie méridionale de la gigantesque terre de Rupert. Entre la création de l'alberta et de la Saskatchewan (1905) et l'entrée récente de Terre-Neuve (1949) dans la Confédération, le Canada n'ajouta pas un pouce à son territoire ; mais il convient peut-être de rappeler qu'il revendiqua son secteur polaire en Nous faisons grâce au lecteur des diverses tractations de frontières qui rendirent possibles ces énormes acquisitions. Mais est-il, dans l'histoire de l'humanité, d'exemples d'acquisitions territoriales aussi importantes, effectuées en aussi peu de temps et à si bon compte? Seulement, la «spécialité»canadienne montre deux traits frappants : cette conquête fut pacifique - sauf l'épisode de la rébellion de la Rivière-Rouge et des derniers raids féniens ; l' «empire» territorial du Canada se trouvait, pour ainsi dire, sur son propre sol, il était à prendre et fut pris par lui. Nous voudrions proposer l'interprétation que le rassemblement graduel du territoire canadien, s'accomplit par des actes de politique étrangère. Ce n'est pas un point de vue d'aujourd'hui, ni même des historiens d'aujourd'hui ; mais c'était le point de vue des hommes politiques du temps qui devaient faire le Canada avec des morceaux de pays qui lui étaient extérieurs. Ils contredisaient, violentaient même les pourtant clairs

17 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 17 impératifs nord-sud de la géographie continentale. C'est le premier des grands «challenges» historiques que les hommes de la Confédération relevèrent avec succès. Dans cette perspective d'un siècle, la construction des chemins de fer et des canaux, le scandale du Pacifique, l'affaire Riel étaient plus que des actes de politique intérieure sans toutefois ressortir clairement à la catégorie des «relations internationales», telles que nous les concevons aujourd'hui. L'Autre le véritable extérieur était, bien sûr, la république américaine. Occupée à panser ses blessures de la guerre de Sécession, à ressouder le Sud au Nord en une unité nouvelle, elle aussi, inachevée après un siècle, cette république ne porte guère d'attention à la barrière septentrionale de colonies britanniques qui, par deux fois, avaient déjà refusé «son» indépendance. Ce désintéressement forcé des Américains n'avait d'égal que l' «incroyable naïveté» des leaders canadiens, d'un John A. Macdonald, par exemple, qui, prévoyant une guerre inévitable entre l'angleterre et les États-Unis, souhaitait en 1867 la prochaine libération de cette «immorale ville» de San-Francisco pour la «sécurité de Montréal et du Canada»! Par défaut, l'expansion est-ouest a mari usque ad mare gagnait de vitesse l'aspiration sud-nord du Manifest- Destiny. Ces perspectives historiques générales nous sont apparues plus importantes comme arrière-plan de notre sujet que le rappel des premiers «agents» du Canada à l'étranger dans les premières décennies de la Confédération 3. Ill : Entrée dans le XXe siècle et dans le monde. Vu comme un bloc historique, ce quart de siècle fait l'effet d'un paradoxe prolongé. Une colonie, «pakistanisée» depuis l'érection en province de la Colombie- Britannique en 1871, soude ses deux extrémités par l'entrée des provinces des Prairies en 1905 et un chemin de fer transcontinental : elle abolit les Rocheuses, constitutionnellement et économiquement. Du Pacifique à l'atlantique, c'est une unité territoriale, compacte quoique presque vide, mais qu'elle s'emploie précisément à peupler massi- 3 Voir Gordon Skilling, Canadian Representation Abroad, Toronto 1945, chap. 1 (agents d'émigration), Il (agents commerciaux), III («Resident agent» à Londres), VI (commissaire-général Hector Fabre à Paris, à partir de 1882).

18 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 18 vement. Elle commence à donner la preuve de sa viabilité par ce seul fait qu'elle y croit efficacement. Mais ce n'est pas là le paradoxe à souligner. Après le retentissant «Présente!» que la colonie répond aux entreprises vraiment (guerre des Bœrs) ou faussement (première guerre mondiale) «impériales», le paradoxe tient dans l'émancipation que la colonie affirme dans cette étroite solidarité même à la cause métropolitaine. La première guerre mondiale vaut au Canada un statut international d'indépendance ; la seconde lui permettra d'élaborer une politique étrangère : les séquelles de l'une et l'autre guerre montreront que ces résultats ne seront pas acquis d'un seul coup ni pour toujours. C'est donc dans la mesure même où une colonie s'est solidarisée à la mauvaise fortune métropolitaine qu'elle a pu secouer la tutelle impériale : nous sommes tellement habitués à ce truisme historique que nous n'en percevons pas l'aspect paradoxal. Et quand l'effet de retour se fera sentir entre pour perpétuer le cabinet impérial et rétablir une politique commune, à partir d'un centre unique pour tout l'empire, le processus engagé sera plus fort qui mènera à la déclaration Balfour et au Statut de Westminster. On ne doit pas négliger le large arrière-fond économique qui n'aurait sans doute pas rendu possible ce phénomène. L'historien Brebner ne cachait pas son admiration pour ce triangle nord-atlantique si parfait qui permit, à une époque de concurrence intense, à la Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada de «coopérer en dépit d'eux-mêmes» 4. Aussi, est-ce dans cette phase que le Canada, au lieu de s'en remettre à la supériorité protectrice du Royaume-Uni comme précédemment ou de la remplacer par la puissance montante des États-Unis, établit comme «principe cardinal» de sa politique étrangère l'entente fondamentale entre les deux grands États anglo-saxons. L'année 1896 vit-elle une véritable renaissance du Canada? Les quinze années du gouvernement Laurier ne furent pas que la charnière entre deux siècles, mais marquèrent encore l'absence d'une politique étrangère et son impossibilité. Après trois réélections successives, Laurier tombera sur les questions de la réciprocité et de la marine canadienne. Les actes de Laurier comportaient une double ambiguïté : celle de sa condition de Canadien français ; celle d'une colonie qui réclamait le droit de résister à des pressions impériales sans se reconnaître les moyens de proclamer son indépendance. L'homme était de taille à surmonter de grands obstacles, mais cette double 4 John Brebner, North American Triangle, New Haven, 1945, p. 225.

19 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 19 ambiguïté l'enserra fatalement, à la fin. Tout comme un autre premier ministre canadien-français, un demi-siècle plus tard, à l'occasion de la crise de Suez, qui s'en prendra aux «supermen»coupables de céder à ce que Laurier avait stigmatisé en son temps comme «le vortex du militarisme européen». Quand l'empire britannique fut en guerre contre les empires centraux, il n'y eut pas une seconde d'hésitation officielle à Ottawa : le Canada était en guerre puisqu'il le devait. Les réticences naturelles des Canadiens de langue française furent enveloppées dans ce que Keenleyside a déjà appelé «l'enthousiasme de l'ignorance patriotique». Laurier lui-même n'avait pas oublié sa distinction fondamentale entre les conflicts secondaires et ceux qui mettaient enjeu l'existence même de la Grande- Bretagne, et, comme chef d'opposition, il appuya avec loyauté la politique participationniste du gouvernement Borden. Le premier ministre tory, pour sa part, laissa tomber beaucoup de ses oripeaux coloniaux, ce qu'une histoire trop stéréotypée oublie de mentionner. A la fin de la guerre, le Canada était presque un pays souverain, comme les autres Dominions dont il était en quelque sorte le jeune aîné et la tête dynamique. La souveraineté passe par le chemin du self-government : les Dominions pouvaient, directement ou par l'intermédiaire de Londres, amender leur constitution ; leurs parlements légiféraient sans interférence métropolitaine, leurs forces militaires et navales étaient sous leur contrôle ; ils établissaient leurs propres politiques tarifaires et leurs programmes d'immigration. Même la suprématie du Parlement impérial n'avait guère de portée pratique puisque le gouvernement impérial se tenait rigoureusement à l'écart des questions qui n'intéressaient que les Dominions. Plus importante était, grâce à Borden, la représentation individuelle des Dominions à la Conférence de la Paix et, conséquemment, leur participation de plein droit à la Société des Nations - même si, dernière concession à l'idée impériale, leur signature au Traité de Versailles figurait en retrait de celle de l'empire britannique. Mais l'indépendance se paie, plus ou moins cher selon qu'elle est plus ou moins grande. À l'intérieur, elle avait failli détruire à jamais la très fragile unité nationale selon le clivage de la dualité culturelle. À l'extérieur, le magnifique triangle nordatlantique tend à se surbaisser pour commencer à se transformer en bilatéralité Canada-États-Unis. Ce sont là conséquences de la participation et non, bien sûr, de l'indépendance si celle-ci fut acquise à la faveur de la guerre. Le Canada était encore privé d'un véritable service diplomatique et n'avait qu'un statut juridique ambigu lorsqu'il sortit du grand drame mondial, un demi-siècle après

20 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 20 sa naissance. Il fut aspiré par un processus plus vaste que lui, plutôt qu'il n'opta librement, la première fois qu'il joua un rôle international d'envergure. Sortant de l'isolement, il s'offrira une cure d'isolationnisme de vingt ans pour refaire son unité et pour poursuivre son développement économique au moins pendant la première moitié de cette période. En effet, la grande Dépression des années 30 allait l'envelopper dans une paralysie économique, elle aussi, «plus vaste que lui»... IV Conquête d'un statut international. La nécessité de donner un titre bref à cette période en simplifie grossièrement les caractéristiques. Il faut poser d'emblée quelques composantes : n'obtenant pas qu'un statut international par le Statut de Westminster, le Canada se donne encore un service diplomatique, se reconnaît un rôle international qui lui vaudra à la fin une situation internationale de «moyenne puissance» - de candidat-leader, de leader, disent les plus optimistes, des «moyennes puissances». En ce quart de siècle, il passera de l'isolationnisme le plus continentalement obtus à l'internationalisme le plus large et le plus généreux. Cette nouvelle dimension internationale est acquise au prix d'un autre sérieux contre-coup à sa toujours fragile unité nationale, et moyennant un partnership obligé encore plus étroit avec les États-Unis. Ainsi semble vouloir se perpétuer cette espèce de fatalité du destin canadien : chaque étape décisive vers l'émancipation semble rythmée par une crise intérieure, mettant en cause sa cohérence même, et par une exclusive protection extérieure, assurant sa survie à court terme, mais l'hypothéquant de plus en plus lourdement à long terme. Mais n'est-ce pas, mutatis mutandis, un phénomène courant chez tous les États qui, sur la scène internationale, sont plutôt «conditionnés» que «conditionnants»? Mais que nous soyons ainsi dans la catégorie du «plus grand nombre» des États n'allège pas pour autant la fatalité de notre destin propre. Les années 1920 virent l'émancipation constitutionnelle du Canada dans un nouveau Commonwealth pendant que ses provinces, agissant vraiment en États fédérés, conquéraient une autonomie plus grande que jamais dans un fédéralisme rénové. L'internationalisme issu de l'œuvre de Versailles et le nouvel isolationnisme continental furent les pôles dialectiques du premier phénomène ; un nouvel embrayage technolo-

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées ÉTUDE À e ANNIVERSAIRE DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 NOTORIÉTÉ DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION CANADIENNE 4 DE

Plus en détail

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards!

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Louis GILL professeur et économiste, Dép. des sciences économiques, UQÀM (10 janvier 2006) Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Un

Plus en détail

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt 1 METHODOLOGIE 1.1 L Envergure de l Etude La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt quatorze (1994) et

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (1 er avril 2012) La dette du Québec est-elle légitime? Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au

Plus en détail

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada.

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada. Éric Pineault Sociologue, département de sociologie, UQÀM, Directeur de recherche à la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie. (2011) Une baisse d impôt pour des milliards

Plus en détail

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg 90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg (Jean-Marie WOEHRLING, Secrétaire Général) Mesdames et Messieurs les délégués, Il y a 90 ans (à quelques jours près), le 21 juin 1920

Plus en détail

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 28 mars 2014

Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 28 mars 2014 Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise, 2012 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 28 mars 2014 Stratégies d'entreprise En 2012, 87,8 % des entreprises ont principalement

Plus en détail

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 ARTICLE 27 Table des matières Paragraphes Texte de l'article 27 Introduction... 1-4 I. Généralités... 5-7 II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 A. La distinction entre les "questions de procédure"

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Magali Zimmer Compte rendu Ouvrage recensé : Entreprises collectives. Les enjeux sociopolitiques et territoriaux de la coopération et de l économie sociale, Louis Favreau (2008), Québec, Presses de l Université du Québec,

Plus en détail

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit,

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, Université de Moncton dans le cadre de la «Rencontre annuelle

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

Banque du Canada Analyse des données recueillies lors de la consultation sur les principes de conception des billets de banque

Banque du Canada Analyse des données recueillies lors de la consultation sur les principes de conception des billets de banque Banque du Canada Analyse des données recueillies lors de la consultation sur les principes de conception des billets de banque À propos de la consultation La Banque du Canada («la Banque») a invité les

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure.

Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure. Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 2004 Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole,

Plus en détail

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative.

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. 1 Conférence Nationale du Sport 20 novembre 2008 Discours de Guy Drut, Membre du CIO Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. L occasion qui est donnée aujourd hui de rassembler les différents

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

Cours 2.1. Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème.

Cours 2.1. Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème. Cours 2.1 Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème. On observe Nommez une continuité au point de vue économique entre le Régime Français et le Régime Anglais. Nommez

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE L évolution générale politique, économique et sociale du monde et le mouvement des idées depuis le milieu du XVIII

Plus en détail

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est

Date de diffusion publique : lundi 15 décembre 2008, 6h00 heure normale de l Est Suite à la récente crise constitutionnelle, un nouveau sondage démontre que les Canadiens manquent de connaissances élémentaires sur le système parlementaire canadien La moitié des Canadiens (51%) croient

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Bénéfices secondaires du crime

Bénéfices secondaires du crime Karl MARX (1818-1883) (1905-1910) Bénéfices secondaires du crime Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Courriel: jean-marie_tremblay@uqac.ca

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance D.E. natation course 2015-2016 Séminaire 2 Support 2 La performance Le pratiquant en situation de compétition Ethique du pratiquant - Ethique de la performance Pour certains sportifs, musiciens, peintres,

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Cour d'appel fédérale Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Allocation prononcée à la Conférence du 40 e anniversaire des Cours fédérales, Ottawa, le 28 octobre 2011 Le fondement de l

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé CARPENTIER BTS SIO Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé Phase de définition du projet liée à une définition de la mission La mission

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Comment remplir la demande en ligne

Comment remplir la demande en ligne Comment remplir la demande en ligne Vous allez remplir une demande en ligne de bourses de la Fondation des infirmières et infirmiers du Canada. Veuillez lire ce guide avant de remplir la demande. À noter

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes sur le PROJET DE LOI C-59 Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

Trading Forum "New Forces Driving The Commodity Market 31 mars 2009

Trading Forum New Forces Driving The Commodity Market 31 mars 2009 Page 1 sur 8 Trading Forum "New Forces Driving The Commodity Market 31 mars 2009 Mesdames, Messieurs, Nous avions coutume d'entendre dire "qu'en dehors du milieu des affaires, peu de gens savent que Genève

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

37.0% 35.0% 30.0% 12.0% 10.0% 10.0% 10.1% 4.0% 6.0% 6.8%

37.0% 35.0% 30.0% 12.0% 10.0% 10.0% 10.1% 4.0% 6.0% 6.8% Intentions de vote Le 21 mars 2011 Conservateurs 39, Libéraux 28 MÉTHODOLOGIE Dans le cadre d un sondage téléphonique par échantillons aléatoires réalisé du 12 mars au 15 mars, la firme Nanos Research

Plus en détail

L éditorial du 28 décembre de Serge Truffaut du quotidien Le Devoir. Un bon exemple du parti pris idéologique et de l ignorance de l Ukraine.

L éditorial du 28 décembre de Serge Truffaut du quotidien Le Devoir. Un bon exemple du parti pris idéologique et de l ignorance de l Ukraine. David MANDEL (1947 - ) Professeur titulaire, département de sciences politique, UQÀM (2005) L éditorial du 28 décembre de Serge Truffaut du quotidien Le Devoir. Un bon exemple du parti pris idéologique

Plus en détail

Document de consultation: Réforme du droit des associations personnalisées Notre dossier: 26450 Réf: 131063

Document de consultation: Réforme du droit des associations personnalisées Notre dossier: 26450 Réf: 131063 Montréal, le 4 mars 2009 Madame Monique Jérôme-Forget Ministre des Finances 12 rue St-Louis, 1 er étage, Québec (Québec) G1R 5L3 Objet : Document de consultation: Réforme du droit des associations personnalisées

Plus en détail

Le Protocole de Madrid (Octobre 1997)

Le Protocole de Madrid (Octobre 1997) MARQUES Le Protocole de Madrid (Octobre 1997) Le Protocole de Madrid : une nouvelle possibilité pour les entreprises françaises de protéger leurs marques à l'étranger Le système de la marque internationale

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

Application du guide méthodologique 2010 avec Microsoft Word 2010

Application du guide méthodologique 2010 avec Microsoft Word 2010 Fanny Gravel Marie-Josée Tondreau Septembre 2010 Table des matières Comment lire ce guide... 3 A. Sélectionner le papier.... 3 B. Modifier les marges.... 5 C. Sélectionner la police et la taille des caractères....

Plus en détail

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF

ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Approuvé en date du 24.06.2008 par le conseil de l Ordre français des avocats du Barreau de Bruxelles ACCORD DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Les parties ont choisi de conclure

Plus en détail

Cultiver l esprit d équipe

Cultiver l esprit d équipe Cultiver l esprit d équipe Les objectifs : Promouvoir une prise de conscience de la nécessité de travailler en équipe et de cultiver les liens entre les personnes pour consolider l esprit d équipe Fournir

Plus en détail

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q.

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q. ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE: BIBIANE PECK NADER (L APPELANTE ) ET: COMMISSION ADMINISTRATIVE

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PROCÉDURE DE TRAITEMENT DES PLAINTES

POLITIQUE RELATIVE À LA PROCÉDURE DE TRAITEMENT DES PLAINTES 1. Traitement des plaintes Efficacité, efficience et responsabilité Cette politique met en place la procédure s appliquant à la Compagnie d assurances FCT Ltée., à la First American Title Insurance Company,

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 TYPE DE POLITIQUE : TITRE DE LA POLITIQUE : Mode de gestion Communication Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 1. ÉNONCÉ Le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) considère que la communication

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Mémoire du Front d action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) Présenté à la

Mémoire du Front d action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) Présenté à la FRONT D ACTION POPULAIRE EN RÉAMÉNAGEMENT URBAIN 180, boul. René-Lévesque Est, local 105, Montréal (Québec) H2X 1N6 Téléphone : (514) 522-1010 Télécopieur : (514) 527-3403 Courriel : frapru@cooptel.qc.ca

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Application du guide méthodologique 2010 avec Word : Mac 2008

Application du guide méthodologique 2010 avec Word : Mac 2008 Fanny Gravel Marie-Josée Tondreau Septembre 2010 Table des matières Comment lire ce guide... 3 A. Sélectionner le papier.... 3 B. Modifier les marges.... 5 C. Sélectionner la police et la taille des caractères....

Plus en détail

Demande de prêt d'étudiant au Canada pour collège/ université

Demande de prêt d'étudiant au Canada pour collège/ université Demande de prêt d'étudiant au Canada pour collège/ université Guide pour les étudiants avec statut de réfugié en Nouveau-Brunswick J U I L L E T 2 0 0 4 La loi canadienne a été modifiée en 2003; les étudiants

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique 45% des Canadiens sont d accord pour dire que les actions sérieuses en matière de changements

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

Débat sur la conscription Plan de leçon

Débat sur la conscription Plan de leçon Description : Dans cette leçon, les élèves se familiariseront avec le débat sur la conscription qui a eu lieu au Canada en 1917. Les élèves sont répartis en trois groupes (fermiers anti-conscription, Canadiens

Plus en détail

De l immobilier et du Hockey!

De l immobilier et du Hockey! De l immobilier et du Hockey! Cercle Finance du Québec Restaurant Michelangelo - Québec Mercredi 28 octobre 2015 Mario Lefebvre Président-directeur général Institut de développement urbain du Québec mlefebvre@iduquebec.com

Plus en détail

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des,

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, PV CHSCT Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, Informations transmises au CHSCT, Avis émis par le CHSCT lors des consultations

Plus en détail

QUELQUES DATES A CONNAITRE

QUELQUES DATES A CONNAITRE QUELQUES DATES A CONNAITRE Devant les difficultés évidentes des élèves à se repérer dans l'histoire, j'ai eu l'idée de cette séance de rentrée basée sur le célèbre générique du dessin animé Il était une

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44 Paris, le 26 mars 2013 Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la mise en œuvre d un dispositif d identification des forces de l ordre par l apposition

Plus en détail

L'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET) - Cycle 5 Cohorte B - Engagement postsecondaire, fichier liste

L'Enquête auprès des jeunes en transition (EJET) - Cycle 5 Cohorte B - Engagement postsecondaire, fichier liste TABLE DES MATIÈRES Entrée...1 Engagement postsecondaire...1 Variables dérivées...11 8 mai 2009 Page i Section : Entrée Nom de la variable : RecordID Position : 1 Longueur : 10 Identification du répondant,

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA Examen de la Loi sur l équité en matière d emploi : Regard vers l avenir Octobre 2006 Fédération canadienne

Plus en détail

Association québécoise. des directeurs et directrices d établissement d enseignement. retraités

Association québécoise. des directeurs et directrices d établissement d enseignement. retraités Association québécoise des directeurs et directrices d établissement d enseignement retraités La retraite, pour les ex-membres de la FQDE ou ceux 1 qui ont déjà occupé une fonction à la direction d établissement

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/5 Avis n 35/2011 du 21 décembre 2011 Objet : mention de l'identité d'un donneur d'alerte dans une communication interne via e-mail ainsi que dans le procès-verbal de la réunion du conseil d'administration

Plus en détail

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Enquête exclusive ESSEC/CSA Janvier 2010 Tous droits réservés Essec. Toute reprise doit être accompagnée de la mention : "Les jeunes internautes et l

Plus en détail

Création d un diagramme de constellation

Création d un diagramme de constellation CADRE CANADIEN D ANALYSE DES INCIDENTS Création d un diagramme de constellation 2012 Institut canadien pour la sécurité des patients Tous droits réservés. Une permission est accordée par les présentes

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Mise en ligne début novembre au moment du lancement du site Internet du Labo ESS, le sondage sur l identité et l avenir de l ESS a connu un vif succès.

Plus en détail