INCERTITUDES D UN CERTAIN PAYS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INCERTITUDES D UN CERTAIN PAYS."

Transcription

1 Gérard Bergeron ( ) Politologue, département des sciences politiques, Université Laval (1979) INCERTITUDES D UN CERTAIN PAYS. Le Québec et le Canada dans le monde ( ) Un document produit en version numérique par Réjeanne Toussaint, ouvrière bénévole, Chomedey, Ville Laval, Québec Courriel: Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales" Site web: Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l'université du Québec à Chicoutimi Site web:

2 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 2 Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, même avec la mention de leur provenance, sans l autorisation formelle, écrite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue. Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle: - être hébergés (en fichier ou page web, en totalité ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques. - servir de base de travail à un autre fichier modifié ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...), Les fichiers (.html,.doc,.pdf.,.rtf,.jpg,.gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la propriété des Classiques des sciences sociales, un organisme à but non lucratif composé exclusivement de bénévoles. Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation à des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est également strictement interdite. L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission. Jean-Marie Tremblay, sociologue Fondateur et Président-directeur général, LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

3 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 3 DU MÊME AUTEUR Théorie politique FONCTIONNEMENT DE L'ÉTAT, Québec, Les Presses de l'université Laval ; Paris, Librairie Armand Colin (1965). LA GOUVERNE POLITIQUE, Québec, Les Presses de l'université Laval ; Paris- LaHaye, Éditions Mouton (1977). Essais historiques LE CANADA FRANÇAIS APRÈS DEUX SIÈCLES DE PATIENCE, Paris, Le Seuil (1967). LA GUERRE FROIDE INACHEVÉE, Montréal, Les Presses de l'université de Montréal (1971). Journalisme politique DU DUPLESSISME AU JOHNSONISME, Montréal, Éditions Parti Pris (1967). NE BOUGEZ PLUS! (portraits de 40 de nos politiciens), Montréal, Éditions du Jour (1968). DU DUPLESSISME À TRUDEAU ET À BOURASSA, Montréal, Éditions Parti Pris (1971). L'INDÉPENDANCE : OUI, MAIS... Montréal, Éditions Quinze (1977). CE JOUR-LÀ... : LE RÉFÉRENDUM, Montréal, Éditions Quinze (1978).

4 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 4 Cette édition électronique a été réalisée par Réjeanne Toussaint, bénévole, Courriel: à partir de : Gérard Bergeron Incertitudes d'un certain pays. Le Québec et le Canada dans le monde ( ). Québec : Les Presses de l Université Laval, 1979, 270 pp. [Autorisation formelle accordée, le 12 avril 2005, par Mme Suzanne Patry- Bergeron, épouse de feu M. Gérard Bergeron, propriétaire des droits d'auteur des œuvres de M. Gérard Bergeron] Polices de caractères utilisée : Pour le texte: Times New Roman, 12 points. Pour les citations : Times New Roman, 12 points. Pour les notes de bas de page : Times New Roman, 12 points. Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2008 pour Macintosh. Mise en page sur papier format : LETTRE (US letter), 8.5 x 11 ) Édition numérique réalisée le 24 février 2009 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, province de Québec, Canada.

5 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 5 Gérard Bergeron (1982) Incertitudes d'un certain pays. Le Québec et le Canada dans le monde ( ). Québec : Les Presses de l Université Laval, 1979, 270 pp.

6 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 6 Table des matières Quatrième de couverture Avant-propos Première partie : DIMENSIONS EXTÉRIEURES 1. Un siècle d'histoire ( ), mais moins d'un quart de siècle de politique étrangère ( ) 2. Le Canada français : du provincialisme à l'internationalisme 3. «Vive le Québec... libre!» : un cri au retentissement universel 4. Les conséquences politiques de la prépondérance américaine 5. Un marché commun avec les États-Unis : une idée folle qui deviendrait sage...? 6. Un quart de siècle de politique étrangère ( ) Deuxième partie : DIMENSIONS INTÉRIEURES A. À l'enclenchement de la «Révolution tranquille» 7. Les partis politiques québécois à la fin de la période duplessiste 8. «Où va le Canada français?» 9. Les libéraux provinciaux après la mort de Duplessis 10. Le premier ministère Lesage 11. Le Devoir a la chance inouïe de devenir une officine de prélégislation B. À la fin de la «Révolution tranquille» 12. Désaffiliation des partis libéraux fédéral et provincial 13. Les élections fédérales du 8 novembre Les élections québécoises du 5 juin La crise constitutionnelle à la veille du Centenaire de La politique au Québec dans les années 1960

7 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 7 C. Les années 1970 ou la non-relance de la «Révolution tranquille» 17. Des partis qui se fendillent dans un pays qui se disloque 18. Un jeu de blocs québécois 19. «Go North, Young Man!» 20. Les élections fédérales ou de l'inégale bonne chance des frères siamois 21. Aux grands maux politiques les grands mots D. Au moment de mettre sous presse 22. Le Devoir et son avenir 23. Et si les autres provinces se mettaient à parler 24. Quand les provinces se mettent à se parler 25. Le train hors des rails 26. D'abord construire la voie ferrée 27. Les bonnes manières à table 28. Le 25 novembre 1978 : deux ans après Conclusion suspensive

8 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 8 Incertitudes d'un certain pays. QUATRIÈME DE COUVERTURE Retour à la table des matières Qu'était Duplessis aux derniers jours du duplessisme vacillant? Qu'étaient Lesage et Johnson, ou Pearson et Diefenbaker, lors de leurs derniers affrontements? Qu'étaient Trudeau et Bourassa au début de leur fraternité, libérale mais adverse? Comment notre destin collectif se jouera-t-il au sein du triangle Lévesque-Trudeau- Ryan? Qu'était le Devoir avec Claude Ryan et que peut-il être sans lui? Pourquoi, en politique, les Québécois se payent-ils de mots et, à la fois, en ont peur? Pourquoi la révolution tranquille a-t-elle connu une fin aussi abrupte sans arriver, pendant dix ans, à se relancer? À quels signes pouvait-on reconnaître, dès les années 1950, que le «provincialisme» québécois éclaterait en «internationalisme» et non en «canadianisme»? Pourquoi le cri, pourtant clair, du général de Gaulle fut-il entendu de façon si ambiguë? Comment l'âge d'or de la politique étrangère du Canada s'est-il achevé au début de la révolution tranquille au Québec? Selon quelles rondes de négociations pré-constituantes, constituantes et constitutionnelles peut-on prévoir une réforme, en profondeur, des structures politiques du Canada pour que le Québec s'y trouve à l'aise? Que signifie, deux ans plus tard, le 15 novembre 1976? C'est de quoi discute Gérard Bergeron, en des textes journalistiques rédigés ces vingt dernières années, parallèlement à ses travaux d'élaboration théorique et à ses essais historiques. Dix, quinze, vingt ans en arrière, c'est cet hier un peu flou dont les historiens, qui ont la prudente habitude de s'arrêter à l'avant-hier, ne traitent pas. Aux jeunes qui ne peuvent s'en souvenir, comme aux moins jeunes qui s'en souviennent, l'auteur propose d'utiles réflexions sur des «événements qu'il faudra maîtriser à longueur de toute une génération».

9 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 9 Incertitudes d'un certain pays. AVANT-PROPOS Retour à la table des matières Il sera toujours plus facile de plaisanter sur les «fonds de tiroir» que de justifier la republication de chroniques et textes distribués ça et là au fil des vingt dernières années. Ne serait-ce que parce qu'il est parfois demandé la référence exacte de tel texte introuvable, on incline à la faiblesse de croire à quelque utilité d'accorder une seconde vie à des textes à demi oubliés par l'auteur. C'est entendu, les jeunes d'aujourd'hui n'ont pas plus de mémoire historique qu'ils n'ont de souvenirs personnels. Mais il est injuste de soutenir qu'ils se complaisent en ignorance satisfaite de soi. L'étude de l'histoire n'a jamais été rien d'autre qu'un perpétuel recyclage de l'homme du moment. Il convient de ne pas faire la fine bouche devant l'histoire récente ou immédiate - toujours la moins connue, en même temps qu'elle serait la plus utile pour l'aujourd'hui. Chroniques ou études de circonstance se présentent comme d'utiles relais et substituts aux travaux historiques de plus grandes profondeur et exigence, mais qui n'existent pas. Elles ont même certaine «supériorité» sur la narration et l'analyse historique : celle de coller davantage à ce qui se passait au moment où ça se passait. Distorsions bien sûr, mais à un premier degré et non pas à un deuxième ou un troisième, que permet le fameux «recul historique» en ses reconstructions synthétiques.

10 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 10 Mais le procédé reste périlleux pour l'auteur. Il se refuse le confort de se corriger après coup lorsqu'il relit, noir sur blanc, ce qu'il aurait préféré n'avoir pas écrit une première fois. Il prend surtout le risque de l'oubli de la date chez le lecteur... * * * Le présent recueil se distingue des précédents de l'auteur qui, ou suivaient de plus près la séquence historique 1, ou procédaient d'après un autre principe d'organisation 2. Il met en toute première place les relations de politique étrangère en première partie et les faits de la vie des partis politiques aux deux niveaux de gouvernement en deuxième partie. Politique internationale et politique partisane : ce sont phénomènes de rivalité et, tout au moins, de concurrence ; ce sont avant tout faits détecteurs des sensibilités collectives, que s'efforce d'arranger la raison politique après-coup. Note de l'éditeur Vu le caractère plutôt «documentaire» de ces textes, nous avons cru - comme l'auteur - devoir les livrer au lecteur dans leur état originel, sans les soumettre à un strict traitement éditorial. C'est ce qui explique certaines différences d'agencement, de graphie et autres, entre les diverses parties de l'ouvrage. 1 Du duplessisme au johnsonisme, Éditions Parti Pris, Montréal, 1967 ; Du duplessisme à Trudeau et Bourassa, même éditeur, L"Indépendance : oui, mais..., Éditions Quinze, Montréal, 1977 ; Ce jour-là... : le Réfêrendum, même éditeur, 1978.

11 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 11 Incertitudes d'un certain pays. Le Québec et le Canada dans le monde ( ) Première partie Dimensions extérieures Retour à la table des matières

12 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 12 Les incertitudes collectives sont génératrices d'inquiétudes. C'est le manque de sécurité en rapport à l'extérieur qui engendre d'habitude les inquiétudes politiques. Chez les Canadiens, le même effet est produit par un manque d'identité à l'intérieur - avec presque trop de sécurité dans l'environnement international. L'identification du soi se fait par référence à l'autre : c'est le premier aspect marquant, l'identificateur, de la politique internationale. Cette première partie groupe des textes qui traitent des dimensions extérieures de l'identification politique du Canada, toujours inachevée. Le premier texte est une synthèse des cent premières années de l'histoire fédérale canadienne dont, seul, le dernier quart a permis l'émergence d'une véritable politique extérieure. L'étude suivante tentait de signaler le paradoxe d'un Canada français qui, dans les années 1950, commençait à sortir de son provincialisme pour accéder d'emblée à l'internationalisme, mais sans la médiation d'un canadianisme nouveau et se confirmant sur le tard dans le reste du Canada. Le troisième texte analysait les résultats d'un vaste sondage portant sur la visite du général de Gaulle au Québec en 1967 et surtout sur les conséquences du cri fameux qui se fit entendre à travers le monde : ici encore pointaient diverses ambiguïtés identificatrices de l'âme québécoise. Deux autres textes, plus courts, font voir que le voisinage avec les États-Unis provoque, lui aussi, de bizarres identifications, faites de refus et de désirs d'où les calculs de gros sous ne sont pas absents. Enfin, un dernier texte, plus récent, présente un bilan du dernier quart de siècle ( ) de la politique étrangère canadienne. Mais l'auteur, déplaçant les dates, propose plutôt que 1970 soit considérée comme date d'arrivée, car «ce fut l'année où les autorités centrales ont eu recours à l'armée, un moyen ultime de politique étrangère, pour pallier une grave crise de politique interne. Le texte s'achève d'ailleurs par l'interrogation : «Y a-t-il encore une politique dite extérieure?»

13 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 13 Incertitudes d'un certain pays. Première partie. Dimensions extérieures Chapitre 1 Un siècle d'histoire ( ), mais moins d'un quart de siècle de politique étrangère ( ) * 1. - D'interminables commencements Retour à la table des matières Née le ler juillet 1867, l'entité politique Canada a vécu. C'est ce qu'on peut dire de moins contestable à son sujet. Le Canada a vécu, mais en se faisant graduellement ; ce qui revient à dire qu'il ne fut jamais le même. Les quatre provinces originelles de 1867 constituaient un ensemble pas plus étendu que celui de la province de Québec actuelle et qui, du fond du lac Supérieur à la fenêtre atlantique, était encore moins intégré. La «vieille province», qui, récemment, se rajeunissait en «belle province»pour des raisons publicitaires, s'affirme maintenant comme l' «État du Québec». En cette affirmation même le principe de l'entité canadienne est mis en cause à l'intérieur. Simultanément, il est aussi mis en cause de l'extérieur par le poids, bénéfique mais jusqu'à l'encombrement, du seul voisinage des États-Unis ou plus exactement par la conscience de plus en plus aiguë que les Canadiens en ont. Ainsi, après 100 * De l'ouvrage collectif publié sous la direction de Louis Sabourin, Le Système politique du Canada, Presses de l'université d'ottawa, 1968 : le titre de l'article était alors «La politique étrangère du Canada». Ce texte avait d'abord été publié en anglais sous le titre «Foreign Affairs» dans l'ouvrage collectif paru sous la direction de J.M.S. Careless et R. Craig Brown : The Canadians , Toronto, Macmillan, 1967.

14 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 14 ans, l'entité canadienne mène une existence aussi doublement précaire qu'à l'époque de ses premiers vagissements. La marche vers le deuxième centenaire ne sera pas facile... Ce n'est guère que dans le dernier quart de son histoire centenaire qu'on peut proprement parler des «relations internationales» du Canada. Il fallut attendre plus de quarante ans pour un embryon de département des «affaires extérieures»- qui ne pouvaient se payer le luxe d'être simplement «étrangères» ; attendre un autre trente ans pour que commençât à s'épanouir notre service diplomatique ; attendre que le Canada fût sexagénaire pour qu'il se risquât à établir sa première mission diplomatique dans la capitale du seul État qui lui était contigu et qui était en instance de se proclamer et d'être reconnu comme la plus grande puissance politique du monde. On se prend à penser que, sans les deux guerres mondiales, le rythme évolutif de cette présence canadienne au monde eût été encore plus lent... (Mais l'histoire par «si» étant peut-être la plus grosse des absurdités, passons!) Aussi, sans reculer au delà de 1867, sans repérer les pourtant indispensables jalons de 1840, 1763, 1608, 1534, l'histoire des «relations internationales» du Canada apparaît comme une période très courte, précédée d'interminables commencements. On pourrait dire : le Canada est un pays qui n'en finit pas de commencer ; il s'est rassemblé, il ne s'est pas encore fait ; et quand il commence d'être, un principe d'absorption par l'extérieur et un autre de désintégration par l'intérieur l'enserrent dans une existence doublement aléatoire. Le Canada deviendra autant qu'il est devenu pour continuer à être. Peut-on vraiment parler des «relations internationales» du Canada, de sa «politique étrangère» avant 1945? : cela fait vingt-deux ans, à peine un «petit» et le dernier, quart de l'histoire de la fédération canadienne. Le plus «gros», et le premier, quart de cette histoire commencerait avec son acte de naissance du ler juillet 1867 pour s'achever en 1896, à l'aube du XXe siècle, «le siècle du Canada» d'après l'expression de l'homme qui l'y introduisit : ces vingt-neuf années pourraient être caractérisées comme la période de la prise de possession du territoire tout autant que celle du rodage du système fédératif. Le deuxième quart de vingt-six ans, s'achevant en 1920, est la période des premières entrées du Canada sur la scène mondiale à l'occasion des guerres impériales : celles des Boers, mais aussi celle de qui se présentait aux Canadiens comme une guerre «impériale». Le troisième quart serait mathématiquement parfait : les vingt-cinq ans de 1920 à 1945 constitueraient la pé-

15 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 15 riode de l'affirmation graduelle, comme par alluvionnement, de la souveraineté extérieure du Canada. La profondeur historique d'un siècle nous commande de ne pas escamoter les premiers trois quarts de l'évolution des «relations internationales» du Canada. II : Conquête du territoire canadien. Laissons à d'autres le soin de rappeler les antécédents du ler juillet Mais insistons sur le fait capital qui leur confère unité et signification : c'est contre les États- Unis que la fédération canadienne s'est constituée. Il s'agissait de rassembler et de faire tenir ensemble sous une forme quelconque des colonies britanniques éparses au nord des États-Unis d'amérique. Le Canada-Uni apparaissait être le noyau fort d'une telle agglomération : mais deux autres colonies seulement furent au rendez-vous de l'acte de fondation : le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Cette naissance n'eut rien d'exaltant, de glorieux. L'idéologie et le panache en furent désespérément absents. N'ayant pas fait de guerre d'indépendance, ni brûlé quelque Bastille, les Canadiens mirent du temps à se reconnaître entre eux. Le Dominion of Canada allait commencer un patient jeu de puzzle, mais à la façon d'une colonie élargie sous la protection d'une métropole tutrice. Par comparaison au dynamique État du Sud, il commençait avec un siècle de retard et sans les fibres déterminations de l'indépendance, ni les affirmations conséquentes de la puissance. La devise A mari usque ad mare était un programme déjà réalisé au sud du 45e parallèle quand naquit la fédération canadienne : achats de la Louisiane en 1803, de la Floride en 1805 ; acquisitions de territoires mexicains en 1845, en 1848 et en 1853 et de parties importantes du Territoire de l'oregon en 1846 ; enfin, achat de l'alaska le 30 mars 1867, trois mois avant la signature du British North America Act. La pince septentrionale pour l'accomplissement d'un Manifest Destiny continental était déjà mise en place. Le phénomène d'agglomération des colonies britanniques sous l'égide du nouveau Dominion ne comporterait pas de soi l'octroi de nouvelles libertés politiques. De fait, certaines colonies étaient déjà en avance de ce point de vue sur les deux provinces du

16 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 16 Haut et du Bas-Canada. Alors que ces dernières n'obtinrent le gouvernement représentatif qu'en 1791, en jouissaient déjà depuis 1758 la Nouvelle-Écosse, depuis 1773 l'île-du-prince-édouard, depuis 1784 le Nouveau-Brunswick. Mais les provinces centrales devançaient Terre-Neuve et la Colombie-Britannique qui n'eurent droit à des assemblées représentatives, respectivement qu'en 1837 et Le privilège décisif du gouvernement responsable fut conquis en même temps (1848) en Nouvelle-Écosse qu'au Canada-Uni, tandis que les autres provinces maritimes ne retardaient que de quelques années : 1851, l'île-du-prince-édouard, 1854, le Nouveau-Brunswick, 1855, Terre-Neuve. La politique de «conquête du territoire canadien» tendait plus à l'homogénéisation des libertés politiques déjà acquises ou en voie de l'être qu'à l'octroi de libertés nouvelles. Le Canada prit une douzaine d'années pour atteindre sa taille définitive : des énormes territoires que contrôlait la Compagnie de la Baie-d'Hudson, l'on détacha d'abord le Manitoba en 1870 ; puis, aux deux extrémités du continent, la Colombie- Britannique, en 1871, et l'île-du-prince-édouard, en 1873, rallièrent la Confédération ; enfin, les Îles de l'arctique tombèrent sous la souveraineté britannique en Ce n'est toutefois que vingt-cinq ans plus tard qu'on découpa en deux provinces des Prairies la partie méridionale de la gigantesque terre de Rupert. Entre la création de l'alberta et de la Saskatchewan (1905) et l'entrée récente de Terre-Neuve (1949) dans la Confédération, le Canada n'ajouta pas un pouce à son territoire ; mais il convient peut-être de rappeler qu'il revendiqua son secteur polaire en Nous faisons grâce au lecteur des diverses tractations de frontières qui rendirent possibles ces énormes acquisitions. Mais est-il, dans l'histoire de l'humanité, d'exemples d'acquisitions territoriales aussi importantes, effectuées en aussi peu de temps et à si bon compte? Seulement, la «spécialité»canadienne montre deux traits frappants : cette conquête fut pacifique - sauf l'épisode de la rébellion de la Rivière-Rouge et des derniers raids féniens ; l' «empire» territorial du Canada se trouvait, pour ainsi dire, sur son propre sol, il était à prendre et fut pris par lui. Nous voudrions proposer l'interprétation que le rassemblement graduel du territoire canadien, s'accomplit par des actes de politique étrangère. Ce n'est pas un point de vue d'aujourd'hui, ni même des historiens d'aujourd'hui ; mais c'était le point de vue des hommes politiques du temps qui devaient faire le Canada avec des morceaux de pays qui lui étaient extérieurs. Ils contredisaient, violentaient même les pourtant clairs

17 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 17 impératifs nord-sud de la géographie continentale. C'est le premier des grands «challenges» historiques que les hommes de la Confédération relevèrent avec succès. Dans cette perspective d'un siècle, la construction des chemins de fer et des canaux, le scandale du Pacifique, l'affaire Riel étaient plus que des actes de politique intérieure sans toutefois ressortir clairement à la catégorie des «relations internationales», telles que nous les concevons aujourd'hui. L'Autre le véritable extérieur était, bien sûr, la république américaine. Occupée à panser ses blessures de la guerre de Sécession, à ressouder le Sud au Nord en une unité nouvelle, elle aussi, inachevée après un siècle, cette république ne porte guère d'attention à la barrière septentrionale de colonies britanniques qui, par deux fois, avaient déjà refusé «son» indépendance. Ce désintéressement forcé des Américains n'avait d'égal que l' «incroyable naïveté» des leaders canadiens, d'un John A. Macdonald, par exemple, qui, prévoyant une guerre inévitable entre l'angleterre et les États-Unis, souhaitait en 1867 la prochaine libération de cette «immorale ville» de San-Francisco pour la «sécurité de Montréal et du Canada»! Par défaut, l'expansion est-ouest a mari usque ad mare gagnait de vitesse l'aspiration sud-nord du Manifest- Destiny. Ces perspectives historiques générales nous sont apparues plus importantes comme arrière-plan de notre sujet que le rappel des premiers «agents» du Canada à l'étranger dans les premières décennies de la Confédération 3. Ill : Entrée dans le XXe siècle et dans le monde. Vu comme un bloc historique, ce quart de siècle fait l'effet d'un paradoxe prolongé. Une colonie, «pakistanisée» depuis l'érection en province de la Colombie- Britannique en 1871, soude ses deux extrémités par l'entrée des provinces des Prairies en 1905 et un chemin de fer transcontinental : elle abolit les Rocheuses, constitutionnellement et économiquement. Du Pacifique à l'atlantique, c'est une unité territoriale, compacte quoique presque vide, mais qu'elle s'emploie précisément à peupler massi- 3 Voir Gordon Skilling, Canadian Representation Abroad, Toronto 1945, chap. 1 (agents d'émigration), Il (agents commerciaux), III («Resident agent» à Londres), VI (commissaire-général Hector Fabre à Paris, à partir de 1882).

18 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 18 vement. Elle commence à donner la preuve de sa viabilité par ce seul fait qu'elle y croit efficacement. Mais ce n'est pas là le paradoxe à souligner. Après le retentissant «Présente!» que la colonie répond aux entreprises vraiment (guerre des Bœrs) ou faussement (première guerre mondiale) «impériales», le paradoxe tient dans l'émancipation que la colonie affirme dans cette étroite solidarité même à la cause métropolitaine. La première guerre mondiale vaut au Canada un statut international d'indépendance ; la seconde lui permettra d'élaborer une politique étrangère : les séquelles de l'une et l'autre guerre montreront que ces résultats ne seront pas acquis d'un seul coup ni pour toujours. C'est donc dans la mesure même où une colonie s'est solidarisée à la mauvaise fortune métropolitaine qu'elle a pu secouer la tutelle impériale : nous sommes tellement habitués à ce truisme historique que nous n'en percevons pas l'aspect paradoxal. Et quand l'effet de retour se fera sentir entre pour perpétuer le cabinet impérial et rétablir une politique commune, à partir d'un centre unique pour tout l'empire, le processus engagé sera plus fort qui mènera à la déclaration Balfour et au Statut de Westminster. On ne doit pas négliger le large arrière-fond économique qui n'aurait sans doute pas rendu possible ce phénomène. L'historien Brebner ne cachait pas son admiration pour ce triangle nord-atlantique si parfait qui permit, à une époque de concurrence intense, à la Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada de «coopérer en dépit d'eux-mêmes» 4. Aussi, est-ce dans cette phase que le Canada, au lieu de s'en remettre à la supériorité protectrice du Royaume-Uni comme précédemment ou de la remplacer par la puissance montante des États-Unis, établit comme «principe cardinal» de sa politique étrangère l'entente fondamentale entre les deux grands États anglo-saxons. L'année 1896 vit-elle une véritable renaissance du Canada? Les quinze années du gouvernement Laurier ne furent pas que la charnière entre deux siècles, mais marquèrent encore l'absence d'une politique étrangère et son impossibilité. Après trois réélections successives, Laurier tombera sur les questions de la réciprocité et de la marine canadienne. Les actes de Laurier comportaient une double ambiguïté : celle de sa condition de Canadien français ; celle d'une colonie qui réclamait le droit de résister à des pressions impériales sans se reconnaître les moyens de proclamer son indépendance. L'homme était de taille à surmonter de grands obstacles, mais cette double 4 John Brebner, North American Triangle, New Haven, 1945, p. 225.

19 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 19 ambiguïté l'enserra fatalement, à la fin. Tout comme un autre premier ministre canadien-français, un demi-siècle plus tard, à l'occasion de la crise de Suez, qui s'en prendra aux «supermen»coupables de céder à ce que Laurier avait stigmatisé en son temps comme «le vortex du militarisme européen». Quand l'empire britannique fut en guerre contre les empires centraux, il n'y eut pas une seconde d'hésitation officielle à Ottawa : le Canada était en guerre puisqu'il le devait. Les réticences naturelles des Canadiens de langue française furent enveloppées dans ce que Keenleyside a déjà appelé «l'enthousiasme de l'ignorance patriotique». Laurier lui-même n'avait pas oublié sa distinction fondamentale entre les conflicts secondaires et ceux qui mettaient enjeu l'existence même de la Grande- Bretagne, et, comme chef d'opposition, il appuya avec loyauté la politique participationniste du gouvernement Borden. Le premier ministre tory, pour sa part, laissa tomber beaucoup de ses oripeaux coloniaux, ce qu'une histoire trop stéréotypée oublie de mentionner. A la fin de la guerre, le Canada était presque un pays souverain, comme les autres Dominions dont il était en quelque sorte le jeune aîné et la tête dynamique. La souveraineté passe par le chemin du self-government : les Dominions pouvaient, directement ou par l'intermédiaire de Londres, amender leur constitution ; leurs parlements légiféraient sans interférence métropolitaine, leurs forces militaires et navales étaient sous leur contrôle ; ils établissaient leurs propres politiques tarifaires et leurs programmes d'immigration. Même la suprématie du Parlement impérial n'avait guère de portée pratique puisque le gouvernement impérial se tenait rigoureusement à l'écart des questions qui n'intéressaient que les Dominions. Plus importante était, grâce à Borden, la représentation individuelle des Dominions à la Conférence de la Paix et, conséquemment, leur participation de plein droit à la Société des Nations - même si, dernière concession à l'idée impériale, leur signature au Traité de Versailles figurait en retrait de celle de l'empire britannique. Mais l'indépendance se paie, plus ou moins cher selon qu'elle est plus ou moins grande. À l'intérieur, elle avait failli détruire à jamais la très fragile unité nationale selon le clivage de la dualité culturelle. À l'extérieur, le magnifique triangle nordatlantique tend à se surbaisser pour commencer à se transformer en bilatéralité Canada-États-Unis. Ce sont là conséquences de la participation et non, bien sûr, de l'indépendance si celle-ci fut acquise à la faveur de la guerre. Le Canada était encore privé d'un véritable service diplomatique et n'avait qu'un statut juridique ambigu lorsqu'il sortit du grand drame mondial, un demi-siècle après

20 Gérard Bergeron, Incertitudes d'un certain pays. (1979) 20 sa naissance. Il fut aspiré par un processus plus vaste que lui, plutôt qu'il n'opta librement, la première fois qu'il joua un rôle international d'envergure. Sortant de l'isolement, il s'offrira une cure d'isolationnisme de vingt ans pour refaire son unité et pour poursuivre son développement économique au moins pendant la première moitié de cette période. En effet, la grande Dépression des années 30 allait l'envelopper dans une paralysie économique, elle aussi, «plus vaste que lui»... IV Conquête d'un statut international. La nécessité de donner un titre bref à cette période en simplifie grossièrement les caractéristiques. Il faut poser d'emblée quelques composantes : n'obtenant pas qu'un statut international par le Statut de Westminster, le Canada se donne encore un service diplomatique, se reconnaît un rôle international qui lui vaudra à la fin une situation internationale de «moyenne puissance» - de candidat-leader, de leader, disent les plus optimistes, des «moyennes puissances». En ce quart de siècle, il passera de l'isolationnisme le plus continentalement obtus à l'internationalisme le plus large et le plus généreux. Cette nouvelle dimension internationale est acquise au prix d'un autre sérieux contre-coup à sa toujours fragile unité nationale, et moyennant un partnership obligé encore plus étroit avec les États-Unis. Ainsi semble vouloir se perpétuer cette espèce de fatalité du destin canadien : chaque étape décisive vers l'émancipation semble rythmée par une crise intérieure, mettant en cause sa cohérence même, et par une exclusive protection extérieure, assurant sa survie à court terme, mais l'hypothéquant de plus en plus lourdement à long terme. Mais n'est-ce pas, mutatis mutandis, un phénomène courant chez tous les États qui, sur la scène internationale, sont plutôt «conditionnés» que «conditionnants»? Mais que nous soyons ainsi dans la catégorie du «plus grand nombre» des États n'allège pas pour autant la fatalité de notre destin propre. Les années 1920 virent l'émancipation constitutionnelle du Canada dans un nouveau Commonwealth pendant que ses provinces, agissant vraiment en États fédérés, conquéraient une autonomie plus grande que jamais dans un fédéralisme rénové. L'internationalisme issu de l'œuvre de Versailles et le nouvel isolationnisme continental furent les pôles dialectiques du premier phénomène ; un nouvel embrayage technolo-

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (1 er avril 2012) La dette du Québec est-elle légitime? Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au

Plus en détail

La dette du Québec et le budget 2015-2016.

La dette du Québec et le budget 2015-2016. Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (2015) La dette du Québec et le budget 2015-2016. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, Professeur associé, Université du

Plus en détail

Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure.

Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure. Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 2004 Politique linguistique. Feu vert à l'anglais dans la formation sur mesure. Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole,

Plus en détail

Dorval BRUNELLE Sociologue, Directeur de l'observatoire des Amériques, UQAM (2004)

Dorval BRUNELLE Sociologue, Directeur de l'observatoire des Amériques, UQAM (2004) Dorval BRUNELLE Sociologue, Directeur de l'observatoire des Amériques, UQAM (2004) Après dix ans d'application L'ALENA doit-il encore servir de modèle? La diffusion du modèle de l'accord a connu de sérieux

Plus en détail

Égalité de droits pour les peuples canadien et québécois

Égalité de droits pour les peuples canadien et québécois "Ce qui était autrefois la lutte pour la survivance est devenu le combat pour l'autodétermination." Daniel Johnson Égalité de droits pour les peuples canadien et québécois par Jean-Yves Chouinard ÉGALITÉ

Plus en détail

Cours 2.1. Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème.

Cours 2.1. Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème. Cours 2.1 Plan de cours: 1. Opération ligne du temps 2. Portrait 3. On lit le problème. On observe Nommez une continuité au point de vue économique entre le Régime Français et le Régime Anglais. Nommez

Plus en détail

Le Canada en faits. L histoire du Canada. Les premiers postes coloniaux

Le Canada en faits. L histoire du Canada. Les premiers postes coloniaux Le Canada en faits L histoire du Canada Empruntant une bande de terre qui unissait alors la Sibérie à l Alaska, les Autochtones seraient arrivés d Asie il y a des milliers d années; certains se sont installés

Plus en détail

La common law et le droit civil Ressource pour les enseignants

La common law et le droit civil Ressource pour les enseignants La common law et le droit civil Ressource pour les enseignants Objectifs d'apprentissage Présenter les principales différences entre les traditions juridiques de la common law et du droit civil. Développer,

Plus en détail

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada.

Le paradoxe du rapport entre épargne et investissement des entreprises au Canada. Éric Pineault Sociologue, département de sociologie, UQÀM, Directeur de recherche à la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie. (2011) Une baisse d impôt pour des milliards

Plus en détail

Unité 6 : La croissance du Canada pendant la période après-guerre (1945 à 1970)

Unité 6 : La croissance du Canada pendant la période après-guerre (1945 à 1970) Résultats d apprentissage spécifiques Unité 6 : La croissance du Canada pendant la période après-guerre (1945 à 1970) programme d études - histoire du canada 1231 (version provisoire 2011) 93 RAS 6 L élève

Plus en détail

Histoire du Québec et du Canada. Complément au cours HIS 4016-2 Module 5

Histoire du Québec et du Canada. Complément au cours HIS 4016-2 Module 5 Histoire du Québec et du Canada Complément au cours HIS 4016-2 Module 5 HIS 4016-2 / Module 5 2 1 re édition / septembre 2007 Conception : Emmanuèle Baudouin Mise en page : Stéphane Rose Impression : Maurice

Plus en détail

6. La confédération Canadienne

6. La confédération Canadienne 6. La confédération Canadienne Les facteurs externes 1) La menace Américaine : 1861-1865, les É-U sont déchirés par la guerre civile La Grande-Bretagne continue à avoir des relations commerciales avec

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Lettre ouverte aux membres du Parlement européen (III)

Lettre ouverte aux membres du Parlement européen (III) Uef.fr, le 20 novembre 2010 Objet : campagne pour les Etats-Unis d'europe Lettre ouverte aux membres du Parlement européen (III) Madame la Députée, Monsieur le Député, Dans le cadre de sa "Campagne pour

Plus en détail

De la souveraineté-association au "socialisme à la suédoise

De la souveraineté-association au socialisme à la suédoise Luc Racine Sociologue, Département de sociologie, Université de Montréal (1968) De la souveraineté-association au "socialisme à la suédoise Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay,

Plus en détail

L éditorial du 28 décembre de Serge Truffaut du quotidien Le Devoir. Un bon exemple du parti pris idéologique et de l ignorance de l Ukraine.

L éditorial du 28 décembre de Serge Truffaut du quotidien Le Devoir. Un bon exemple du parti pris idéologique et de l ignorance de l Ukraine. David MANDEL (1947 - ) Professeur titulaire, département de sciences politique, UQÀM (2005) L éditorial du 28 décembre de Serge Truffaut du quotidien Le Devoir. Un bon exemple du parti pris idéologique

Plus en détail

*Luttes pour les droits des femmes au Québec

*Luttes pour les droits des femmes au Québec *Luttes 1791 Droit de vote pour les femmes propriétaires Adopté en 1791, l Acte constitutionnel est une loi britannique qui crée le Haut- Canada et le Bas-Canada. Cette loi donne aux propriétaires terriens

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Michel Brunet

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Michel Brunet Compte rendu Ouvrage recensé : TRUDEL, Marcel, L Église canadienne sous le Régime militaire, 1759-1764 : les problèmes. Les Études de l'institut d'histoire de l Amérique française, 1956. XXXIII 362 p.

Plus en détail

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION Une période de grands bouleversements Les rébellions de 1837-1838 L acte constitutionnel de 1791 a modifié l organisation de la société. S il a permis de régler certains

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Examen de la proposition de résolution sur le renforcement de la régulation financière (n 1512)...2 Information relative à la Commission...7

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

LA FRANCE ET LA CREATION DE L'ONU, 1944-1946

LA FRANCE ET LA CREATION DE L'ONU, 1944-1946 LA FRANCE ET LA CREATION DE L'ONU, 1944-1946 Georges-Henri Soutou 1 On admet en général que la France a soutenu l'onu et le principe de la sécurité collective après la IIe Guerre mondiale, dans la ligne

Plus en détail

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 ARTICLE 27 Table des matières Paragraphes Texte de l'article 27 Introduction... 1-4 I. Généralités... 5-7 II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 A. La distinction entre les "questions de procédure"

Plus en détail

Assurance automobile au Québec. Colloque du 25 mars 2004. Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA

Assurance automobile au Québec. Colloque du 25 mars 2004. Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA Assurance automobile au Québec Colloque du 25 mars 2004 Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA COLLOQUE DU 25 MARS 2004 Les origines et l avenir du régime québécois d assurance automobile Les origines

Plus en détail

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit,

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, Université de Moncton dans le cadre de la «Rencontre annuelle

Plus en détail

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914)

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) Résultats d apprentissage spécifiques Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) programme d études - histoire du canada 1231 (version provisoire 2011) 45 RAS 1 L élève devra examiner

Plus en détail

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards!

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Louis GILL professeur et économiste, Dép. des sciences économiques, UQÀM (10 janvier 2006) Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Un

Plus en détail

CONSULTATIONS OFFICIEUSES SUR LA COOPÉRATION ET L'ASSISTANCE INTERNATIONALES À APPORTER CONFORMÉMENT À L'ARTICLE 6. I.

CONSULTATIONS OFFICIEUSES SUR LA COOPÉRATION ET L'ASSISTANCE INTERNATIONALES À APPORTER CONFORMÉMENT À L'ARTICLE 6. I. ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L'INTERDICTION DE L'EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR LEUR DESTRUCTION APLC/MSP.2/2000/SCE3/1 30 août

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA DES PREMIÈRES NATIONS À L UNION DU HAUT ET DU BAS CANADA HIS-4016-2 PRÉTEST FORME A QUESTIONNAIRE ET CAHIER DE RÉPONSES NOM: CENTRE: COMMISSION SCOLAIRE: DATE DE PASSATION:

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Salon des Entrepreneurs Conférence technique Le Québec, Porte d entrée sur le marché nord-américain

Plus en détail

La suspension de l étalon-or au Canada

La suspension de l étalon-or au Canada La suspension de l étalon-or au Canada (1914-1926) Canada, obligation de la Victoire de 100 dollars, 1915 Cette émission d obligations témoigne du fait que le Canada était arrivé à maturité sur le plan

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Convention portant sur l'adoption du nom «FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT»

Convention portant sur l'adoption du nom «FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT» Convention portant sur l'adoption du nom «FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT» Entre : association soumise à la loi du 1er juillet 1901, dont le siège social est situé, n Siret code NAF, et représentée par, dument

Plus en détail

L aide financière aux étudiants à temps partiel : Dix ans de revendications. Introduction

L aide financière aux étudiants à temps partiel : Dix ans de revendications. Introduction Introduction La Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente (FAEUQEP), regroupe plus de 30 000 étudiantes et étudiants répartis dans les six associations suivantes

Plus en détail

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées ÉTUDE À e ANNIVERSAIRE DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 NOTORIÉTÉ DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION CANADIENNE 4 DE

Plus en détail

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS)

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) ÛFEflS Présentation de l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) aux Consultations particulières et aux Auditions publiques sur le projet ôe loi no 144, Loi sur [es prestations familiales

Plus en détail

1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles

1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles 1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles Une séance d histoire en 1 ère séries générales Durée : 1h Documents : o vidéo

Plus en détail

Les défis de la politique monétaire suisse

Les défis de la politique monétaire suisse Embargo jusqu au 12 novembre 2009, 18 h 00 Les défis de la politique monétaire suisse Thomas J. Jordan Membre de la Direction générale Banque nationale suisse Apéritif «Marché monétaire» Genève, 12 novembre

Plus en détail

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE Conseil des ministres de l Éducation (Canada) Council of Ministers of Education, Canada ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE 1. L objectif global de l activité de l Organisation

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Illustration du produit (Le Pays québécois : RFQ) : Par une Maquette Question

Plus en détail

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario»

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Note «La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Raymond Depatie L'Actualité économique, vol. 49, n 3, 1973, p. 425-434. Pour citer cette note, utiliser l'information suivante

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Le dollar canadien sous le régime de l étalon-or

Le dollar canadien sous le régime de l étalon-or Canada, pièce de 10 dollars, 1912 Terre-Neuve émit des pièces en or dès 1865, mais le Dominion du Canada ne fit de même que de 1912 à 1914, lorsque la nouvelle succursale d Ottawa de la Monnaie royale

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

La succession d Etats en matière de biens et de dettes

La succession d Etats en matière de biens et de dettes JUSTITIA ET PACE INSTITUT DE DROIT INTERNATIONAL Session de Vancouver - 2001 La succession d Etats en matière de biens et de dettes (Septième Commission, Rapporteur : M. Georg Ress) (Le texte français

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

A.A. Traduction Conditions générales de vente

A.A. Traduction Conditions générales de vente A.A. Traduction Conditions générales de vente 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - OPPOSABILITÉ Toute commande passée implique l'adhésion entière et sans réserve du Client aux présentes conditions

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère Introduction Un diplomate est une personne qui réfléchit à deux fois avant de ne rien dire. F. Sawyer Qu est-ce que la diplomatie? Qu est-ce qu un diplomate? Que fait un ambassadeur? À quoi sert-il? Beaucoup

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

A-2728/15-45 A V I S. sur. la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état

A-2728/15-45 A V I S. sur. la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état A-2728/15-45 A V I S sur la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état Par dépêche du 25 juin 2015, Monsieur le Premier Ministre, Ministre

Plus en détail

L action administrative

L action administrative L action administrative Auteur(s) : Jean Marie PONTIER Présentation(s) : Professeur à Aix-Marseille Université (Concours 1980).Professeur a l'université de Paris I (depuis septembre 2007) Leçon 1 : Introduction

Plus en détail

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant l'élaboration des statistiques de la sécurité sociale, adoptée par la neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail (avril-mai 1957) La neuvième Conférence internationale

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1. APPLICATION DES CONDITIONS GÉNÉRALES - OPPOSABILITÉ Toute commande passée implique l'adhésion entière et sans réserve du Client aux présentes conditions générales de vente

Plus en détail

PARIS - NEW YORK. Application pratique des Conventions de la Haye affectant le droit de la famille aux Etats-Unis

PARIS - NEW YORK. Application pratique des Conventions de la Haye affectant le droit de la famille aux Etats-Unis Commission PARIS - NEW YORK Responsable : benoît charrière-bournazel Mercredi 26 septembre 2012 Application pratique des Conventions de la Haye affectant le droit de la famille aux Etats-Unis Intervenant

Plus en détail

Où en est le temps de l'école?

Où en est le temps de l'école? Où en est le temps de l'école? Eveline Charmeux Les "rythmes scolaires", formule discutable qui fait hurler les musiciens : rien à voir avec un rythme! en fait, il serait mieux de parler de gestion du

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER!

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER! MÉMOIRE DÉPOSÉ À ENVIRONNEMENT CANADA DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION SUR LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DE LA POPULATION BORÉALE DU CARIBOU DES BOIS (RANGIFER TARANDUS CARIBOU) AU CANADA VERS LE RÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Conseils aux candidats. 2/ traiter obligatoirement le sujet d éducation civique.

Conseils aux candidats. 2/ traiter obligatoirement le sujet d éducation civique. A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE COMMENCER L EPREUVE Conseils aux candidats Vous devez : 1/ en histoire géographie, traiter un sujet au choix : soit le sujet d histoire : sujet 1 soit le sujet de géographie

Plus en détail

Québec-Presse et les journalistes

Québec-Presse et les journalistes Critique de Vinformation Québec-Presse et les journalistes Si le Québec, province canadienne, possède un jour sa propre agence de presse, il ne le devra probablement pas à ses journalistes. En effet, la

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande 9.2.7 Message concernant l Accord international de 2001 sur le café du 9 janvier 2002 9.2.7.1 Partie générale 9.2.7.1.1 Condensé L Accord international de 2001 sur le café a été approuvé au cours de la

Plus en détail

UNE LANGUE NATIONALE Des luttes incessantes

UNE LANGUE NATIONALE Des luttes incessantes UNE LANGUE NATIONALE Des luttes incessantes Il n'est sans doute pas de peuple chez qui le rapport à la langue soit aussi intime, aussi prégnant, aussi éloquent que chez le peuple québécois. La lutte pour

Plus en détail

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Nous examinons ici l effet du dernier resserrement des règles de l assurance prêt hypothécaire sur la performance du marché immobilier québécois

Plus en détail

Recueil trimestriel de références à l échelle internationale, Parallèle rapporte

Recueil trimestriel de références à l échelle internationale, Parallèle rapporte Volume 2, numéro 3 octobre 2009 Recueil trimestriel de références à l échelle internationale, Parallèle rapporte les dernières tendances, présente les plus récents ouvrages et témoigne des initiatives

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

COMMENT ORGANISER UN VOTE

COMMENT ORGANISER UN VOTE FICHE METHODOLOGIQUE N 2 COMMENT ORGANISER UN VOTE A l'attention des enseignants en grande section de maternelle et en école élémentaire Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble

Plus en détail

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même»

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 1989 «La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de

Plus en détail

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE Manuel p. 32-33 ÉTAPE 1 : A FAIRE SUR UNE COPIE DOUBLE a/ Relevez et recopiez le vocabulaire spécifique de cette leçon, proposé en bas de la page 33.

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 274664 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux M. Genevois, président M. Olivier Japiot, rapporteur M. Vallée, commissaire du gouvernement Lecture du mardi 18 juillet 2006 REPUBLIQUE

Plus en détail

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n Portrait d un processus d intégration D i f f i c u l t é s r e n c o n t r é e s e t r e s s o u r c e s m i s e s à p r o f i t p a r l e s n o u v e a u x a r r i v a n t s a u c o u r s d e s q u a

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

QUESTION 88. Enregistrement international des marques

QUESTION 88. Enregistrement international des marques QUESTION 88 Annuaire 1985/III, page 289 Comité Exécutif de Rio de Janeiro, 13-18 mai 1985 Q88 QUESTION Q88 Résolution L'AIPPI: 1. Prend note du travail fait par le Comité des Experts de l'ompi concernant

Plus en détail

COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ AU MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT M. THOMAS J. MULCAIR 28 MAI 2004

COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ AU MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT M. THOMAS J. MULCAIR 28 MAI 2004 PROJET DE RÈGLEMENT RELATIF À LA COMPENSATION POUR LES SERVICES MUNICIPAUX FOURNIS EN VUE D ASSURER LA RÉCUPÉRATION ET LA VALORISATION DE MATIÈRES RÉSIDUELLES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE

Plus en détail

Août 1789 : Déclaration des droits de l'homme et du citoyen

Août 1789 : Déclaration des droits de l'homme et du citoyen Voici une proposition de corrigé. ATTENTION ce n'est qu'une proposition et non un corrigé officiel 1. A quel siècle a vécu Périclès? Pourquoi est-il célèbre? (1 point) Au V ème siècle avant J.C. Il a dirigé

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL. Modification :

POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL. Modification : POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL Adoption : Modification : Résolution XXIV du Conseil provisoire de la CSDM du 3 juin 1998 INTRODUCTION Toute personne a le droit de vivre

Plus en détail

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe TS GEOGRAPHIE Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe Le monde actuel est complexe et en perpétuelle évolution : - Depuis la fin de la guerre froide (1991), fin de l antagonisme

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine «Celui qui possède l'information, possède le monde». Dans toute l'histoire de l'humanité, cette maxime n'a probablement jamais été aussi

Plus en détail

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle.

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle. 1 Les archives de la Première Guerre mondiale au Canada : un survol Marcelle Cinq-Mars, archiviste, Bibliothèque et Archives Canada Introduction La Grande Guerre fut pour le Canada la première expérience

Plus en détail