LE 7 AVRIL QUAND UN CERTAIN RWANDA PLEURE D UN ŒIL OU DE LA CONFISCATION POLITICIENNE DE LA MEMOIRE.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE 7 AVRIL 1994. QUAND UN CERTAIN RWANDA PLEURE D UN ŒIL OU DE LA CONFISCATION POLITICIENNE DE LA MEMOIRE."

Transcription

1 LE 7 AVRIL QUAND UN CERTAIN RWANDA PLEURE D UN ŒIL OU DE LA CONFISCATION POLITICIENNE DE LA MEMOIRE. Par Albanel Simpemuka 6 avril 2014 Le mois d avril est devenu, aussi bien au Rwanda qu au Burundi, le mois des tristes souvenirs. En effet, c est le 29 avril 1972 qu a été déclenché au Burundi, par le régime de Michel Micombero, le génocide contre les Hutu. Au Rwanda, c est le 7 avril 1994, au lendemain de l attentat contre le Falcon 50 qui transportait les Présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda et son homologue burundais, Cyprien Ntaryamira, qui est célébré en souvenir du génocide rwandais. Mais, s agissant particulièrement du Rwanda, sur lequel nous allons nous appesantir, une série de questions se posent, qui ne manquent pas de jeter le trouble dans l esprit, au regard de la différence des statuts, de l occultation de la vérité historique, du manquement à une justice équitable, et de l instrumentalisation politicienne de la mémoire pour dénier ses droits à tout un peuple. Et si «le génocide» dans la bouche du FPR de Kagame n était qu un masque d hyène, masque destiné à nous empêcher de penser aux morts, à tous les morts, et surtout aux vivants? Pouvons-nous, vingt ans après, supporter une mémoire au service du mensonge, de la vengeance et de l exclusion? De la différence des statuts Autant le monde se joint diplomatiquement et médiatiquement à la célébration du génocide rwandais, appelé abusivement génocide des Tutsi, autant le génocide qui a frappé les Hutu du Burundi et du Rwanda est méconnu, oublié. Pour le Burundi, on peut invoquer l argument de la distance chronologique, mais il ne tient pas debout, car le génocide des Juifs est de loin antérieur à celui des Hutus, mais il est toujours commémoré avec ferveur. Est-ce la réminiscence de l idéologie hamitique qui inhibe toujours un certain inconscient? Cette idéologie raciste, colportée aussi bien par des hommes d Eglise que par des «intellectuels», faisait des Tutsis des Blancs à peau noire, naturellement supérieurs et nés pour gouverner les Hutus, appelés Bantous. En octobre 1993, le Président hutu Melchior Ndadaye est mort, assassiné par l armée mono ethniquetutsidu Burundi. Quelques six mois après, mourraient deux présidents Hutu, le Burundais Cyprien Ntaryamira et le Rwandais Juvénal Habyarimana, dans un attentat contre l avion du Président rwandais. Trois Présidents Hutus assassinés en l espace d à peine six mois. Cela devrait provoquer l émoi et pousser à faire rapidement des investigations sur l attentat afin de punir les coupables! Au lieu de cela, les puissants de ce monde ont déclaré qu il n y avait pas d argent. Pourtant, un tribunal spécial à caractère international sur l assassinat lors d un attentat, le 2 février 2005, de l ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, qui n était plus en fonction, a bel et bien été mis en place le 10 juin 2007, conformément à la résolution 1757 du Conseil de sécurité. Qui a dit que nous sommes égaux devant la justice de ce monde? Du problème de la vérité Pas d enquête donc de la part de l ONU sur l attentat du 6 avril déclencheur du génocide. Mais pourquoi le régime de Kigali ne s est pas empressé de mener cette enquête, en se faisant aider s il le fallait, par la communauté internationale? Pourquoi a-t-il attendu si longtemps avant de nommer une commission d enquête aux ordres et sans aucune indépendance? Soit la vérité était connue, soit elle ne servait à rien ou était dangereuse à ses yeux. Il y a donc un problème, pour ne pas dire un scandale : Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda-TPIR, mis en place par le Conseil de sécurité des Nations Unies a jugé les acteurs d événements tragiques, sans chercher à savoir son élément

2 déclencheur : l attentat contre l aéronef du Président Habyarimana. De nombreuses commissions ont été nommées au sujet du génocide rwandais, divers témoins se sont exprimés, certains se sont contredits ou rétractés. Il reste toujours deux versions majeures face à face : celle qui incrimine le FPR, et celle qui charge les radicaux ou extrémistes hutus, qui, fâchés de voir Habyarimana faire des concessions inacceptables à leurs yeux, auraient commandité l attaque contre son avion. Outre le fait que les jugements, le 18 décembre 2008, des militaires censés avoir conspiré en vue de commettre le génocide, ont rejeté cette accusation 1, et l on peut se poser les questions suivantes : 1. Le camp du Président Habyarimana avait-il intérêt à l assassiner, dès lors qu après le gouvernement de transition qui donnait d énormes avantages à l opposition, le parti MRND du Présidentavait la certitude qu il gagnerait les élections démocratiques, prévues par l Accord d Arusha pour le Rwandadu 4 août 1993? 2. Qui, du FPR ou du MRND, avait intérêt à faire échouer cet Accord? Après avoir imposé au pays des années de guerre atroce et impopulaire, ayant fait des milliers de morts et de déplacés, près d un million s entassant aux alentours de Kigali en février 1993, le FPR pouvait-il gagner les élections? 3. Pourquoi le FPR, qui était accusé d avoir déclenché l attentat n a-t-il jamais voulu, par respect pour eux,associer les Burundais à une enquête sur la mort de leur Président, afin de dissiper tout soupçon injuste à son égard? Pourquoi Kagame ne cessait pas de répéter avec la«délicatesse diplomatique» inouïe qui le caractérise, que cette enquête n était pas son problème et ne constituait pour lui une priorité? 4. Pourquoi les gouvernements qui se sont succédés au Burundi jusqu'à présent n'ont jamais exigé une enquête internationale au Conseil de Sécurité sur l'assassinat du président Cyprien Ntaryamira, puisque le Burundi n'était pas en guerre contre le Rwanda? Pourquoi l'assemblée Nationale burundaise a-t-elle refusé le débat sur cette question malgré l'insistance de quelques parlementaires, qui avaient posé des questions orales en rapport avec l'assassinat du président Cyprien Ntaryamira? Pourquoi ce silence complice de l'onu, sur le massacre par le FPR des milliers de burundais hutu réfugiés au Rwanda? 5. Le FPR peut-il être exonéré de toute responsabilité dans le génocide, alors qu il savait qu en forçant la prise du pouvoir il y aurait des massacres à large échelle?sa base ethnique se ne donnait-elle pas à lire comme une organisation fondée sur l exclusion? Voici en effet ce que dit Jean-Baptiste Mberabahizi, un politicien rwandais qui fut membre du FPR avant de devenir opposant : «J'ai discuté avec des officiers au quartier général à Mulindi, quelques semaines avant le déclenchement du génocide. Je leur ai dit: "vous n'êtes pas en Ouganda, il faut savoir à qui vous avez à faire. Si vous mettez en œuvre une stratégie de guerre totale, de prise totale du pouvoir, vous devez savoir que si vous mettez du temps à prendre le pouvoir, dans toutes les zones contrôlées par les forces gouvernementales, vous n'allez rencontrer que des cadavres. Quand on mène une guerre et qu on met en œuvre une stratégie, on doit prévoir le comportement de l'ennemi." J'étais bien placé pour le dire. Lors de l'offensive que le FPR avait mené en février 93, c'est comme ça que les choses se sont passées. Donc c'était bien connu. Le FPR savait très bien qu'en forçant la prise du pouvoir, il y aurait des massacres à grande échelle[ ] En tant que chef militaire et politique Kagame est objectivement complice 1 Accordingly, the chamber is not satisfied that the Prosecution has proven beyond reasonable doubt that the four accused conspired among themselves or with others to commit genocide before it unfolded on 7 April Sans doute, des politiciens ont été condamnés pour génocide, mais des doutes subsistent quant à la planification de celui-ci.

3 du génocide, son choix de stratégie de prise du pouvoir d'une façon militaire excluant des bases d'appui au sein des masses rwandaises hutu, cela a permis au pouvoir en place de prendre en otage des paysans et de la classe moyenne tutsi. Le FPR aurait dû mettre en place les moyens qu'il faut pour être un mouvement populaire, présent dans les villes et la campagne, parmi les masses hutu et tutsi. Mais ce travail d'implantation n'a jamais été fait. Il n'y a jamais eu un discours ethniste 2,mais de facto, il y a eu une sélection et le FPR était pratiquement une organisation ethnique. Le noyau de l'armée du FPR étaient des enfants de réfugiés tutsi d¹ouganda. A partir de ce noyau, ils ont recruté parmi les réfugiés tutsi dans les autres pays de la région. Au Congo, par exemple, ils auraient pu travailler et recruter parmi les Hutus présents au Kivu, mais ils recrutaient seulement chez les tutsi et ils ont même recruté parmi des congolais, non réfugiés, comme les Banyamulenge parce que ceux-ci sont considérés des Tutsi. 3» 6. Pourquoi le conseil de sécurité a-t-il ordonné le retrait des troupes de l ONU, au moment où le Secrétaire général des Nations Unies, Boutros Boutros Ghali, ne cessait de demander l augmentation des effectifs afin d éviter les massacres 4? Au 9 avril 1994, on a 300 parachutistes français qui débarquent à l aéroport de Kigali, 600 paras belges qui partent, et 300 marines américains qui débarquent à Bujumbura Mais rien ne fut fait pour séparer les belligérants. 7. Pourquoi, alors que des rapports alarmants sur le risque de massacres et de génocide étaient régulièrement envoyés à quatre pays, dont les Etats-Unis, ont-ils refusé l emploi du mot génocide lors de la résolution du conseil de sécurité du 30 avril 1994?Mberabahizi nous donne la réponse : «Les américains ont compris qu'ils avaient l'occasion à travers certains dirigeants du FPR de prendre pied définitive[ment] et à l'exclusion de certaines autres puissances dans la région. Il fallait donc que le FPR prenne le pouvoir et toute tentative d'envoyer des troupes d'interposition aurait eu pour conséquence la possibilité pour le gouvernement lié à la France de reprendre du souffle et de se réorganiser. Donc, les Etats-Unis ont laissé faire jusqu'à ce que le FPR ait définitivement gagné 5.» 8. Pourquoi les grandes puissances, qui pressaient le Président Habyarimana de mettre en place les organes prévus par l Accord d Arusha, parfois avec un langage discourtois, qu un ministre, fût-il de l ancienne puissance coloniale, ne doit pas tenir à un chef de l Etat, fût-il africain, n ont rien fait pour sauver c et Accord, en faisant pression sur le FPR dans ce sens? 9. Pourquoi commémore-t-on le génocide des Tutsi en passant souvent sous silence les Hutus? Pourquoi ne parle-t-on pas simplement de génocide rwandais? Est-ce parce que c est politiquement moins rentable pour Kagame et ses mentors? 10. Pourquoi parle-t-on particulièrement du génocide Tutsi alors que dans ces massacres il y a eu plus de Hutus morts que de Tutsi. Ceux qui ne sont pas morts «par génocide» n ont-ils pas souffert? n ont-ils connu ni angoisse ni souffrance? Ne sont-ils pas morts? N ont-ils pas droit à une place dans la mémoire des vivants? Pourquoi la communauté internationale se focalise-t-elle sur le génocide des Tutsi et n examine pas sérieusement les allégations qui 2 Sans doute qu en examinant minutieusement les émissions de Radio Muhabura du FPR, on verrait des messages ethnistes codés, qu un étranger ne pouvait saisir au premier degré. La langue et la culture rwandaise se prêtent admirablement à jeu. «Bibarirwabenshibikumvabenebyo». On s adresse à beaucoup, mais comprennent les concernés. 3 Voir 4 Dans le rapport annuel de 1994, Boutros Ghali souligna avoir fait trois propositions au Conseil de sécurité, dont le renforcement immédiat et massif de la MINUAR «investie de pouvoirs de coercition au titre du chapitre VII de la charte des Nations unies», afin «de contraindre au cessez-le-feu les forces en présence» 5 Mberabahizi, article cité.

4 estiment à 6 ou 8 millions le nombre de morts, Hutus réfugiés et congolais, des suites de l agression rwando-ougandaise contre le Congo? 11. Pourquoi le régime FPR a-t-il manipulé les chiffres sur le nombre de morts? Par calcul politicien? En effet, en 1991, un recensement officiel dénombrait Tutsis rwandais. Et l on a estimé, notamment avec L Association pour la survie Ibuka, le nombre de Tutsis rescapés à personnes. Ceci laisse supposer que des à un million de morts, entre et tués étaient des Hutu. Et c est à cette conclusion qu ont abouti les universitaires américains, Christian Davenport (de l université Notre-Dame, Indiana) et Allan C. Stam (Université du Michigan) qui ont effectué des recherches sur la question 6. Ils ont écrit, en effet : «Mais il apparut soudain très nettement que les massacres étaient intervenus non seulement dans les territoires contrôlés par les FAR, les forces gouvernementales, mais également dans des territoires occupés par le FPR 7» Et plus loin : «A certains égards, plusieurs massacres du FPR furent, selon toute vraisemblance, des représailles spontanés. En d autres cas, en revanche, le FPR fut directement impliqué dans des massacres à grande échelle, associés aux camps de réfugiés ainsi qu au sein des foyers 8.» Et les chercheurs de trancher clairement : «Si nous accordons foi à l estimation d un million de morts civiles au total durant la guerre et le génocide, cela nous laisse alors, en meilleure approximation, sur un chiffre compris entre cinq cent et sept cent mille victimes hutu : la majorité des victimes fut donc en fait des Hutu et non des Tutsi. Cette conclusion, qui a suscité de nombreuses critiques de la part du régime de Kagame et de ses défenseurs, est étayée par les cartes que nous avons laborieusement reconstituées à partir des meilleures données disponibles, et qui montrent qu un nombre significatif de personnes furent tuées dans des zones contrôlées par le FPR tutsi 9.» 12. Pourquoi l administration du FPR a-t-il revu à la baisse ses estimations des victimes du génocide, passant d environ de morts à entre et un million de morts? En effet, c était le chiffre donné, en décembre 1994, par la division du recensement du Ministère de l Intérieur et du développement communal 10. Est-ce parce que le premier chiffre risquait de faire apparaître cette vérité : «Il y a eu plus de Hutu morts que de Tutsi»? Du génocide sur les Hutu commis au Congo par l APR-Armée patriotique Rwandaise Jetons un coup d œil sur le «Rapport du Projet Mapping concernant les violations les plus graves des droits de l homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la République démocratique du Congo» de 2010, notamment les pages 264 à 288 ( paragraphes 462 à 520). Au paragraphe 494, il est écrit : «L Équipe d enquête du Secrétaire général en RDC en 1997/1998 a conclu que le massacre systématique des réfugiés hutu par les forces de l AFDL/APR était un crime contre l humanité, mais s est réservée sur la question de l intention relative à cette série de massacres 11. Les informations recueillies à ce jour permettent de confirmer fermement qu il s agit bien de crimes contre l humanité: le nombre très élevé de crimes graves 6 Voirhttp://www.genodynamics.co/. news.bbc.co.uk/2/hi/ stm 7 Cité par Pierre Péan dans Carnages. Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Fayard, 2010, p Voir le témoignage des chercheurs intitulé WhatReallyHappend in Rwanda? sur : news.bbc.co.uk/2/hi/ stm 8 Cité par Pierre Péan, op.cit, p Ibidem, p Voir James K. Gasana dans Rwanda : du parti-etat à l Etat-Garnison, L Harmattan, Se voyant gravement handicapée dans son travail par les autorités zaïroises, l Équipe n a pas pu rassembler suffisamment d éléments pour tirer une conclusion sur cette question, mais elle n a pas exclu la possibilité que les massacres puissent être qualifiés de génocide en droit. Voir rapport de l Équipe d enquête du Secrétaire général (S/1998/581), annexe, par. 96.

5 répertoriés commis par l AFDL/APR à l encontre des réfugiés hutu indique la nature généralisée de ces attaques. La nature systématique, planifiée et généralisée de ces attaques est également démontrée par une véritable traque des réfugiés qui s est déroulée d est en ouest à travers tout le territoire de la RDC, et le fait que ces attaques ont été lancées contre des populations majoritairement civiles malgré la présence d éléments des ex-far/interahamwe confirmée en plusieurs endroits.» Au paragraphe 512, on lit : «Les attaques systématiques, notamment les meurtres et les massacres perpétrés à l encontre des membres du groupe ethnique hutu font l objet de nombreuses descriptions dans la section I du rapport. Ces attaques ont fait un très grand nombre de victimes, probablement des dizaines de milliers de membres du groupe ethnique hutu, toutes nationalités confondues. Dans la grande majorité des cas rapportés, il s agissait non pas de personnes tuées involontairement au cours de combats, mais bien de personnes ciblées principalement par les forces de l AFDL/APR/FAB, et exécutées par centaines, souvent à l arme blanche. Parmi les victimes, il y avait une majorité d enfants, de femmes, de personnes âgées et de malades qui ne posaient aucun risque pour les forces attaquantes. De nombreuses atteintes graves à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe ont été également commises, un nombre très élevé de Hutu ayant été blessés par balle, violés, brûlés ou battus. De très nombreuses victimes ont été obligées de fuir et de parcourir de longues distances pour échapper à leurs poursuivants qui voulaient les tuer. Cette traque a duré des mois, entraînant la mort d un nombre indéterminé de personnes livrées à des conditions d'existence cruelles, inhumaines et dégradantes, sans nourriture et médicaments. À plusieurs occasions, l aide humanitaire qui leur était destinée a été sciemment bloquée, notamment dans la province Orientale, les privant de l assistance indispensable à leur survie 12.» Au paragraphe 513, on lit : «Au moment des incidents couverts par le présent rapport, la population hutu au Zaïre, y compris les réfugiés venus du Rwanda, constituait un groupe ethnique au sens de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.par ailleurs, comme il a été démontré précédemment, l intention de détruire un groupe en partie est suffisante pour être qualifiée de crime de génocide.finalement les tribunaux ont également confirmé que la destruction d un groupe peut être limitée à une zone géographique particulière 13. On peut donc affirmer que, même si seulement une partie du groupe ethnique hutu présent au Zaïre a été ciblée et détruite, cela pourrait néanmoins constituer un crime de génocide si telle était l intention des auteurs. Finalement, plusieurs incidents répertoriés semblent également confirmer que les multiples attaques visaient les membres du groupe ethnique hutu comme tel. Si à certains moments les agresseurs disaient rechercher les criminels responsables du génocide commis à l égard des Tutsi au Rwanda en 1994, la majorité des incidents rapportés indiquent que les Hutu étaient visés comme tels, sans procéder à aucune discrimination entre eux. Les multiples attaques contre les Hutu établis au Zaïre qui ne faisaient pas partie des réfugiés semblent confirmer que c étaient tous les Hutu, comme tels, qui étaient visés. Les crimes commis notamment à Rutshuru (30 octobre 1996) et Mugogo (18 novembre 12 L Équipe d enquête du Secrétaire général a conclu que le blocage de l aide humanitaire était de nature systématique et constituait un crime contre l humanité; voir Rapport de l Équipe d enquête du Secrétaire général (S/1998/581), annexe, par Brdjanin, TPIY, Chambre de première instance, 1 er septembre 2004, par. 703; Krstić, TPIY, Chambre de première instance, 2 août 2001, par. 590 et Krstić, Chambre d appel, 19 avril 2004, par. 13; Jelisić, TPIY, Chambre de première instance, 14 décembre 1999, par. 8, qui accepte qu une zone géographique puisse être limitée «à une région ou une municipalité».

6 1996) 14, dans le Nord Kivu, mettent en lumière le ciblage spécifique des Hutu, puisque des personnes ayant pu convaincre les agresseurs de leur appartenance à un autre groupe ethnique ont été libérées juste avant ces massacres. L utilisation systématique de barrières par l AFDL/APR/FAB, particulièrement au Sud- Kivu, leur permettait d identifier les personnes d origine hutu par leur nom ou par leur village d origine et ainsi de les éliminer. Des centaines de personnes d origine hutu auraient ainsi arrêtées à une barrière érigée en novembre 1996 à Ngwenda, dans le territoire de Rutshuru, et exécutées par la suite à coups de pilon dans un endroit appelé Kabaraza. Au Sud-Kivu, les militaires de l AFDL/APR/FAB ont érigé de nombreuses barrières sur la plaine de la Ruzizi pour arrêter les réfugiés rwandais et burundais dispersés après le démantèlement de leurs camps.» Du problème de la justice internationale. Après qu on ait refusé d établir la vérité sur l élément déclencheur, la justice ne pouvait que prêter à caution. Une justice des vainqueurs à l intérieur comme à l extérieur allait être mise en place, pour ne juger qu un seul camp, dans une guerre déclenchée par l autre camp depuis un pays voisin. Dans des prisons bondées, véritables camps de concentration des Hutus qui n avaient pas fui, et qui étaient tous présumés génocidaires, on a fabriqué des témoins, on les a menacés, on leur a promis des avantages, leur a fait répéter leur «version», comme des leçons à des écoliers, avant de les acheminer à Arusha pour témoigner à charge. Et quand la Procureure Carla Del Ponte a voulu juger les membres du FPR, les parrains du FPR lui ont intimé l ordre de s en abstenir, avant de la limoger et de la remplacer par le gambien Jallow, plus docile, et «ami d un ami» de Kagame. Carla Del Ponte, successeur de Louise Arbour et procureure du TPIR de 1999 à 2002, ainsi que sa porte-parole, Florence Hartmann, ont écrit des livres où elles témoignent sur la transformation de ce tribunal en théâtre de marionnettes, sous influence de Kigali, Washington et Londres. Pierre Péan fait remarquer que «Les problèmes de Carla Del Ponte ont commencé quand elle a décidé de mener une enquête sur le Front Patriotique Rwandais, «parce que le président Kagame et d autres leaders tutsi ont basé une grande partie de leur prétention à la légitimité sur la victoire du FPR sur les génocidaires en 1994[ ] Ils ont présenté leur conquête du pays comme une lutte juste pour mettre fin à un génocide.» 15». Del Ponte témoigne du contrôle du TPIR par Kigali: «Les autorités rwandaises tenaient déjà sous contrôle chaque étape de nos enquêtes. Nous savions que le service du renseignement du Rwanda avait reçu des Etats-Unis un équipement de surveillance qui était utilisé pour les appels téléphoniques, le fax et le trafic Internet. Nos suspections que les autorités avaient aussi infiltré notre réseau informatique et placé des agents parmi les interprètes rwandais et d autres membres de l équipe à Kigali. Walpen[Laurent Walpen, alors chef des enquêtes du parquet] savait aussi que les Etats-Unis, pour d évidentes raisons, ne voulaient pas que les enquêteurs puissent être équipés avec des téléphones suisses de dernière génération à transmission cryptée. En d autres termes, les Rwandais savaient en temps réel ce que 14 Entretiens avec l Équipe Mapping, Nord-Kivu, février et mars 2009; Entretiens avec l Équipe Mapping, Nord- Kivu, décembre 2008 et février et avril 2009; Entretiens avec la Division des droits de l homme de la MONUC, Nord-Kivu, octobre 2005; CREDDHO, «Appel urgent sur la découverte des fosses communes en territoire de Rutshuru», octobre 2005; APREDECI, Mission d enquête sur la situation des droits de l homme dans la province du Nord-Kivu, p. 11 et 12; Entretiens avec l Équipe Mapping, janvier, mars et avril 2009; Entretiens avec l Équipe Mapping, Nord-Kivu, novembre 2008 et février 2009; Rapport situation des droits de l homme au Zaïre (E/CN.4/1997/6/Add.2),7; Didier KamunduBatundi, «Mémoire des crimes impunis, la tragêdie du Nord- Kivu», 2006, p. 76; Luc de l Arbre, «Ils étaient tous fidèles, martyrs et témoins de l amour en RDC», novembre 2005, p. 177; Entretiens avec l Équipe Mapping, décembre 2008 et février/avril 2009; Témoignage recueilli par l Équipe d enquête du Secrétaire général en RDC en 1997/1998; APREDECI, «Mission d enquête sur la situation des droits de l homme dans la province du Nord-Kivu», p. 13; CEREBA, Rapport de mission en territoire de ushuru, octobre 2005, p. 19; Didier KamunduBatundi, «Mémoire des crimes impunis, la tragédie du Nord-Kivu», 2006, p. 101 et Pierre Péan, op.cit. p.87.

7 faisaient les enquêteurs de la Cour 16.» L ambassadeur américain pour les crimes de guerre, Pierre Prosper, a tenté en vain de soumettre la procureure aux points de vue du gouvernement rwandais: «Il prévoit l abandon de toutes les enquêtes à l encontre des suspects de l Armée Patriotique Rwandaise(APR) par le parquet du TPIR, et leur renvoi devant la juridiction rwandaise, sans aucune garantie de résultat. Il exige du parquet d Arusha qu il communique les sites répertoriés des massacres. Mais aussi qu «il partage tout élément de preuve avec le gouvernement rwandais», malgré l interdiction de transmettre les dépositions de témoins à une autre juridiction sans leur accord 17.» Le refus de Carla Del Ponte signera son renvoi du TPIR. C est Jack Straw, secrétaire d Etat au Foreign Office qui aurait contacté le Secrétaire général des Nations Unies pour lui proposer un nouveau procureur pour le TPIR. «Kigali et Washington s entendirent sur le gambien Boubacar Hassan Jallow, qui présentait toutes les garanties de dépendance aux yeux de Paul Kagame. C est en effet Jean Mutsinzi, membre fondateur du FPR et proche de Kagame, qui lui avait présenté cet ami très proche. Mutsinzi et Jallow s étaient connus à Banjoul (Gambie) alors que le premier était ministre de la Justice, et le second, secrétaire de la commission africaine des droits de l homme et des peuples 18». Au regard de l intervention anglo-américaine pour soustraire le FPR à la justice internationale, on peut s interroger sur l impartialité et la crédibilité de cette justice. Le 7 octobre 2010, lors de la prestation de serment des ministres de son gouvernement, Paul Kagame ironisait en ces termes : «Il y a des pays qui veulent me juger pour avoir été au Congo, pour avoir pillé le Congo, alors qu ils étaient présents à nos côtés. Maintenant, ils veulent nous juger!» Vers la fin du chapitre intitulé «Agresseurs transformés en victimes», Pierre Péan écrit : «Pour protéger les boys et les supplétifs africains qui l ont aidé à remodeler l Afrique centrale au mieux de ses «intérêts stratégiques», Washington, soutenu par Londres, a ainsi réussi à contourner les termes du mandat délivré par le Conseil de sécurité au Tribunal pénal international pour le Rwanda installé à Arusha(Tanzanie). Au lieu de poursuivre tous les auteurs des crimes, le TPIR, censé rendre la justice au nom de la communauté internationale sur ce qui s est passé au Rwanda en 1994, est devenu une monstrueuse machine partiale et ethniciste, fonctionnant avec des faux témoins envoyés déposer sous la contrainte par des responsables rwandais manipulateurs. Monstrueuse, parce qu elle fabrique des jugements truqués. Partiale parce qu elle garantit l impunité de l appareil dirigeant du FPR- qui est cependant poursuivi pour crimes de génocide par la justice espagnole. Ethniciste, parce qu elle ne juge que des Hutu et oublie les criminels Tutsi du FPR et de l APR 19.» Le génocide : un mot pour semer la terreur, culpabiliser et refuser la démocratie à tout un peuple? Les puissants protecteurs du régime FPR, parce qu ils entendaient se servir de lui pour avoir accès aux richesses du Congo, l ont aidé massivement, ont fermé les yeux sur ses crimes et ne lui ont rien exigé en matière de démocratie et de droits de l homme. Chaque opposant rwandais qu'il soit Hutu ou Tutsi est vite catalogué divisionniste, négationniste ou génocidaire. Les célébrations du génocide, outre le fait qu elles se déroulent sur fond de mensonge, sont un moyen pour le régime, de culpabiliser la communauté internationale «qui a laissé massacrer les Tutsis», de traumatiser collectivement les Hutu, empêchés, eux, de pleurer les leurs. Selon des témoignages récurrents, les Hutus seraient sommés de construire les maisons des rescapés du génocide et n ont pas le droit de 16 Carla Del Ponte, en collaboration avec ShuckSuderic, La traque, les Criminels de guerre et moi, éditions Héloïse d Ormesson, Hartmann Florence, Paix et Châtiment, Paris, éditions Flammarion, Pierre Péan, op.cit. p Pierre Péan, op.cit, p.101

8 couper leurs arbres pour leurs besoins domestiques ou de disposer librement de leurs récoltes qu ils sont obligés de vendre à des prix imposés. L armée rwandaise est monopolisée par les Tutsis. L éducation subit, d après des témoignages crédibles un véritable apartheid. Ainsi par exemple, les bourses d études à l étranger sont accordées essentiellement aux Tutsis, ainsi qu en témoigne le tableau ci-dessous. Tableau de répartition ethnique des étudiants boursiers à l étranger pour l année Pays Tutsi Hutu Twa Total UK USA Canada China Russia E.U Uganda Ghana Nigeria Kenya South Africa Totaux Pourcentage 169 : 79,71% ,92 % 2,35 % % Source : La Lettre du Nord : «L APARTEID» dans le système éducation du FPR. 26 août Le tableau a été réaménagé, mais les données chiffrées sont identiques. Dans un pays où le taux de scolarisation secondaire brut est d environ 36 %, on comprend les ravages pour les Hutu de cette discrimination. Le rapport sur l indice de développement humain(idh) de 2013 indique que le Rwanda perd 29,4% de son IDH en raison de l inégalité dans l éducation 21. Selon, HumanRights Watch«Le mouvement national des droits humains du Rwanda a été presque détruit par une combinaison d'intimidations, de menaces, de manipulations, d'infiltrations et d obstacles administratifs de la part de l'état. La plupart des militants des droits humains les plus en vue ont fui le pays. Les actions du gouvernement pour réduire au silence les groupes de défense des droits humains s inscrivent dans une tendance plus générale d'intolérance à la critique, qui s'étend aux journalistes indépendants et aux partis d'opposition 22.» Conclusion. Quelle mémoire pour quel avenir? Kagame et son régime prétendent qu en réécrivant l histoire de façon à culpabiliser uniquement les Hutu, qu en interdisant les vocables Hutu, Tutsi et Twa, on résout le problème. Pourtant, on sait qu au Burundi, ces noms n ont jamais figuré dans les cartes d identité. Cela avait-il empêché l exclusion et le génocide des Hutu en 1972? On sait qu ici, le voisinage et l oralité suffisent pour savoir qui est qui. Il faut donc une réelle justice sociale, une mémoire et une histoire fondées sur la vérité. Le FPR en est 20 Voir : 21 Voir août 2013

9 hélas incapable. Les morts, les victimes du génocide, des crimes de guerre, des crimes contre l humanité : hutu et tutsi, ont tous droit à la justice et à notre pensée. Aimer les Rwandais, quelle que soit leur ethnie, ce n est pas enfoncer un coin de mensonges dans la mémoire du peuple rwandais. Parce que le génocide est devenu un fonds de commerce pour le régime tyrannique de Kigali, parce que la vérité est délibérément cachée par l écran de fumée de l hypermédiatisation manipulatrice, parce que les vrais coupables ont travesti la justice : se souvenir comme il faut, ce n est pas simplement s abandonner au pathos compassionnel mais stérile, ni culpabiliser rituellement, massivement toute une ethnie, mais démonter les ressorts du crime, revendiquer le droit pour les rwandais de connaître la vérité, de vivre en démocratie, et de se réconcilier. Dans ce sens, commémorer le génocide aux côtés de Kagame n est pas recommandable, quand on n est ni naïf, ni complice. A tous les morts, Hutus et Tutsis, victimes des FAR, des Interahamwe et du FPR, notre pensée et notre sympathie.

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS Monsieur LABORIE André Le 7 février 2013 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens «Courrier transfert» Tél : 06-14-29-21-74. Mail : laboriandr@yahoo.fr http://www.lamafiajudiciaire.org PS : «Actuellement le

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Rwanda. Les juridictions gacaca. gacaca avaient aidé à la réconciliation, d autres dénoncent leur corruption et le fait que les

Rwanda. Les juridictions gacaca. gacaca avaient aidé à la réconciliation, d autres dénoncent leur corruption et le fait que les Janvier 2010 résumé pays Rwanda Le Rwanda en 2009 a été le théâtre non seulement de restrictions par le gouvernement de la sphère politique et de libertés individuelles, mais aussi d une intolérance croissante

Plus en détail

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 Date : Le 14 avril 2015 Numéro de dossier : AD-14-548 DIVISION D APPEL Entre: A. M. Appelant et Commission de

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda

International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda International Criminal Tribunal for Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda UNITED NATIONS NATIONS UNIES Affaire n ICTR-2005-87-I FRANÇAIS Original : ANGLAIS LE PROCUREUR c. WENCESLAS MUNYESHYAKA

Plus en détail

V- SUIVI DU RECOUVREMENT

V- SUIVI DU RECOUVREMENT V- SUIVI DU RECOUVREMENT 1 er cas : la régularisation du chèque est possible Incident de paiement le «moins grave» L avis de non-paiement mentionne «chèque sans provision, avec faculté de régularisation».

Plus en détail

Verdict dans l affaire relative au génocide Le procureur > François BAZARAMBA (R 09/404)

Verdict dans l affaire relative au génocide Le procureur > François BAZARAMBA (R 09/404) TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE L ITÄ-UUSIMAA Chambre 1 COMMUNIQUÉ 11.6.2010 Verdict dans l affaire relative au génocide Le procureur > François BAZARAMBA (R 09/404) 1. ENGAGEMENT DE LA PROCÉDURE ET DEMANDE

Plus en détail

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse La période prise en compte s'étend du 1 er septembre 2009 au 1 er septembre 2010 Donner autant d exemples que possibles

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Cour d'appel fédérale Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Allocation prononcée à la Conférence du 40 e anniversaire des Cours fédérales, Ottawa, le 28 octobre 2011 Le fondement de l

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Citation : B. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 592 B. J. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 592 B. J. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 592 Date : 13 mai 2015 Numéro de dossier : AD-13-96 DIVISION D APPEL Entre: B. J. Appelant Et Commission de l assurance-emploi

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler Citation : G. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 291 Appel No. AD-15-24 ENTRE : G. J. Demandeur et Commission de l assurance-emploi du Canada Défenderesse DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

Le TPIR comme instrument de légitimation des actions de. grandes puissances dans l Afrique des Grands Lacs,

Le TPIR comme instrument de légitimation des actions de. grandes puissances dans l Afrique des Grands Lacs, Le TPIR comme instrument de légitimation des actions de grandes puissances dans l Afrique des Grands Lacs, par Pierre Péan Pour protéger au mieux ses «intérêts stratégiques en Afrique centrale» 1,Washington,aidé

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

Assassinat du président Habyarimana, jeu trouble de Washington, enquête du juge Trévidic : clés de compréhension et d explication.

Assassinat du président Habyarimana, jeu trouble de Washington, enquête du juge Trévidic : clés de compréhension et d explication. Assassinat du président Habyarimana, jeu trouble de Washington, enquête du juge Trévidic : clés de compréhension et d explication. Cette analyse peut être reproduite à la condition expresse d en citer

Plus en détail

Domaine thématique d égalité entre les sexes: indicateurs utilisés pour suivre la réalisation de l objectif d égalité entre les sexes

Domaine thématique d égalité entre les sexes: indicateurs utilisés pour suivre la réalisation de l objectif d égalité entre les sexes Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.30/2014/4 Distr. générale 7 janvier 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement :

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Une étude de cas du bassin minier en Tunisie sur la participation des titulaires

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Origine Emploi Emploi secteur privé Recommandations Le réclamant, d origine ukrainienne, engagé en CDD en qualité de convoyeur de fonds, a été suspendu sans

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat?

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat? Chapitre 3 : Avocats Partie 1 : Le droit aux services d un avocat 1. Quand ai-je besoin d un avocat? Tu devrais parler à un avocat dans tous les cas où tu es accusé(e)* d avoir enfreint la loi, tu es arrêté(e)

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous Nations Unies A/59/2005/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 23 mai 2005 Français Original: anglais Cinquante-neuvième session Points 45 et 55 de l ordre du jour Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Nous faisons toujours du tort aux autres, nous ne faisons pas attention aux nombreux domaines où la critique portée sur eux est également valable pour

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 50744/99 présentée par

Plus en détail

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes sur le PROJET DE LOI C-59 Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Les personnes morales étrangères, comme objet d'une sanction pénale française David

Plus en détail

Amnesty International

Amnesty International Amnesty International DOCUMENT PUBLIC HALTE A LA VIOLENCE CONTRE LES FEMMES! RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Le combat d une femme en quête de justice Index AI : AFR 62/001/2004 ÉFAI Résolue à défendre

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus d embauche discriminatoire présentations observations devant la Cour d Appel Domaine de compétence

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Main basse sur les enfants des autres : une histoire française. Flavien Schraen. École des avocats de Lille

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Main basse sur les enfants des autres : une histoire française. Flavien Schraen. École des avocats de Lille LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME Main basse sur les enfants des autres : une histoire française Flavien Schraen École des avocats de Lille 195 Elle est née dans une ville du nord de l île de la Réunion

Plus en détail

Réinsertion des enfants soldats en RDC

Réinsertion des enfants soldats en RDC Réinsertion des enfants soldats en RDC D après le Protocole facultatif à la Convention internationale des droits de l enfant, un enfant soldat est un combattant âgé de moins de 18 ans. L ONU estime à 300

Plus en détail

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2006/920 Conseil de sécurité Distr. générale 27 novembre 2006 Français Original : anglais Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

HAÏTI (Liste de surveillance de Catégorie 2)

HAÏTI (Liste de surveillance de Catégorie 2) HAÏTI (Liste de surveillance de Catégorie 2) Haïti est un pays d origine, de transit et de destination pour les hommes, les femmes et les enfants victimes de la traite des personnes à des fins de travail

Plus en détail

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)*

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)* Nations Unies Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. générale 3 août 2010 Français Original: anglais CAT/C/SEN/Q/3 Comité contre la torture

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel «Le Conseil constitutionnel et les droits de la défense» Monsieur le

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE Ligue Pour Une Syrie Libre Association loi 1901 Sommaire : I) Présentation et objectifs de l association p.2 II) Contexte et zones d intervention p.3 III) Principales

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : V. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 22 Appel n o : GE-14-30 ENTRE : V. L. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit:

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE LA MAGISTRATURE CM-8-90-55 DANS L'AFFAIRE DE: I. B. plaignant et M. le juge [...] intimé RAPPORT D'EXAMEN LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge

Plus en détail

Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger»

Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger» Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger» But du questionnaire Analyser le positionnement actuel du Congrès des Suisses de l étranger afin de savoir s il faut modifier

Plus en détail

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en formation restreinte, sous la présidence de M.

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 8 Le droit de la famille et les femmes immigrantes, réfugiées ou sans statut FR 008 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

3. La société en commandite simple (SCS) III

3. La société en commandite simple (SCS) III 3. La société en commandite simple (SCS) III 3.1. DÉFINITION La société en commandite simple est celle que contractent un ou plusieurs commandités et un ou plusieurs commanditaires. 3.2. CONSTITUTION 3.2.1.

Plus en détail