THEORIES DE LA FIRME. I.A.E Montpellier Master 1 commun Année universitaire 2006/2007

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THEORIES DE LA FIRME. I.A.E Montpellier Master 1 commun Année universitaire 2006/2007"

Transcription

1 Alexandre PELLATON CREGO (bâtiment 19) THEORIES DE LA FIRME I.A.E Montpellier Master 1 commun Année universitaire 2006/2007

2 Chapitre 3: LA THEORIE EVOLUTIONNISTE DE LA FIRME Point de départ: redécouverte des travaux de Schumpeter sur l innovation et le progrès technique: Progrès technique = élément central de l évolution du capitalisme L apparition d innovations explique l existence des cycles économiques Freeman («L écologie des populations» d Hannan et Freeman) Nelson et Winter [1982] : An evolutionary theory of Economic Change D autres auteurs: Teece, Dosi

3 Chapitre 3: LA THEORIE EVOLUTIONNISTE DE LA FIRME Rejet de la vision néo-classique de la firme La firme n est pas réductible à une combinaison technique (K*L) Abandon de la vision de «firme automate» Rejet de la vision contractuelle de la firme (Théorie de l agence, Théorie des coûts de transaction) La firme n est pas une fiction légale, une entité vide Abandon de la vision de la firme comme nœud de contrats

4 Théorie construite sur des références aux modèles biologiques Les premières intuitions: Alchian: il entend incorporer dans la théorie économique les principes de l évolution biologique et de la sélection naturelle Les firmes ne peuvent qu être guidées par la recherche de règles de conduite permettant leur survie, i.e un niveau de profit suffisant («satisfaisant» «maximum») Friedman: reprend les propositions d Alchian pour refonder les hypothèses néo-classiques «As if»: seules les entreprises qui se comportent «comme si» elles maximisaient survivent Ex: les feuilles d un arbre, en recherchant systématiquement la lumière, se comportent comme si elles cherchaient à maximiser leurs besoins

5 Les fondements de la théorie évolutionniste: Nelson et Winter: objectif de construire une théorie générale du changement en économie Analogie avec la biologie: ils identifient dans les comportements des agents économiques: Des éléments de permanence ou d hérédité: Gènes «Routines» Un principe de variations ou de mutations: Comportements de «search» des firmes Un mécanisme de sélection: L environnement (le marché) agit comme un filtre qui ne retient que certaines firmes

6 Chapitre 3: LA THEORIE EVOLUTIONNISTE DE LA FIRME Les 2 hypothèses clés de la théorie évolutionniste: Ultra-individualisme Routines Ultra-individualisme: On procède à partir d une vision de la firme constituée d individus distincts et dotés de caractéristiques cognitives qui leur sont propres Opposition Individualisme vs Holisme

7 Individualisme (interactionnisme) On part de l individu Firme = somme des individus qui la composent Importance des interactions entre les individus Firme évolutionniste Holisme (structuralisme) On part du «tout» Firme = 1 agent économique Importance des structures Firme néo-classique Existe de part les interactions entre individus (étudiants, profs ) Ex: l Université En sociologie Existe parce qu il y a des bâtiments, salles de cours Max Weber Emile Durkheim

8 Si la firme = somme des individus qui la composent, comment la considérer comme une entité cohérente dans ses comportements? Routines: Réponse des évolutionnistes: Ce sont les «routines» acquises par les agents au cours de leurs interactions qui permettent la cohérence des décisions Une firme ne survit que si elle dispose en son sein des routines (gènes) nécessaires pour faire face aux changements de son environnement Que sont les routines? L équivalent au niveau de l entreprise des savoir-faire des individus

9 La firme n est pas assimilée à son propriétaire qui agit selon le principe de maximisation du profit, mais à des individus qui agissent suivant des routines La firme est appréhendée par les évolutionnistes comme une entité dotée de compétences / connaissances individuelles et collectives mémorisées dans des routines, et qui s accroissent par le phénomène d apprentissage Importance du caractère «tacite» des connaissances / compétences / savoir-faire dans la firme

10 Connaissances individuelles / Connaissance collective (ou «organisationnelle») Tout le monde ne sait pas la même chose (les individus détiennent des connaissances individuelles) Et il existe des connaissances partagées par plusieurs individus à l intérieur de la firme (connaissance collective) «C est cet ensemble de connaissances individuelles, spécifiques ou partagées que l on peut qualifier, sans anthropomorphisme aventureux ou réification hasardeuse, de connaissance organisationnelle» (Reix [1995]) La connaissance organisationnelle, c est bien plus que la somme des connaissances individuelles Interactions entre les individus Mémoire organisationnelle, valeurs, normes, sens commun

11 Connaissances explicites / Connaissances tacites (ou implicites) Connaissance explicite: éléments tangibles (bases de données, infos, documents), formalisés et matériellement transmissibles d un individu à l autre Polanyi [1969]: «We know more than we can tell» Connaissance tacite: rassemble le «non-dit», à savoir l ensemble des compétences, talents, secrets, tours de mains, détenus par un individu, qui ne sont pas formalisés Ex: Faire du vélo, réussir une mayonnaise, jouer du piano Reix [1995]: «La principale caractéristique de la connaissance tacite réside dans sa difficulté de transmission»

12 Connaissances explicites / Connaissances tacites (ou implicites) Nonaka: l iceberg de la connaissance Connaissance explicite 20 % Connaissance tacite 80 %

13 L apprentissage Argyris et Schön: l apprentissage organisationnel Qui apprend? Les individus, mais aussi l organisation Valeurs directrices (programme maître) Stratégies d action Conséquences Apprentissage en simple boucle Apprentissage en double boucle

14 L apprentissage Apprentissage en simple boucle: Résolution de problèmes routiniers de la part des individus Mode d apprentissage fondé sur la répétition et l imitation, garantissant une certaine stabilité organisationnelle Mode d apprentissage peu novateur qui ne remet pas en cause les cadres de référence de l organisation Apprentissage en double boucle: Interrogation sur les valeurs mêmes qui structurent les cadres de référence de l entreprise Mode d apprentissage fondé sur l expérimentation et la transformation Mode d apprentissage qui favorise la créativité et la mise en place de projets innovants

15 Les questions soulevées par la théorie évolutionniste: Question centrale: la cohérence de l entreprise? En découle 3 séries de questions: Comment distinguer une firme d une autre? Pourquoi chaque firme dispose d un portefeuille d activités non aléatoires et qui répond à une cohérence interne? Suivant quelles logiques les firmes évoluent et se transforment? Pour répondre à ces questions, les évolutionnistes identifient 4 attributs clés de la firme

16 Les attributs clés de la firme évolutionniste: Apprentissage et routines Evolution et contrainte de sentier («path dependancy») Sélection et environnements La firme comme compétence foncière

17 Apprentissage et routines: Apprentissage = Processus par lequel la répétition et l expérimentation font que, au cours du temps, des tâches sont effectuées mieux et plus vite, et de nouvelles opportunités dans les modes opératoires sont sans cesse expérimentés 5 caractéristiques de l apprentissage: L apprentissage est cumulatif Supériorité des connaissances/compétences organisationnelles La connaissance engendrée par l apprentissage est matérialisée dans des routines Routines statiques et routines dynamiques Les routines sont tacites donc non transférables

18 Apprentissage et routines: Apporte une réponse à la 1ère question: Comment différencier une firme d une autre? 2 firmes se distinguent par leurs savoir-faire, leurs connaissances/compétences organisationnelles, leurs routines

19 Evolution et contrainte de sentier («path dependancy»): La firme évolue suivant un sentier déterminé La nature même des compétences accumulées au sein de la firme va déterminer les trajectoires où elle va s engager C est à partir du concept de sentier dépendant que les évolutionnistes proposent une théorie de la transformation de la firme Toute firme d une certaine importance dispose d une activité principale et d activités secondaires Dans certaines circonstances, la firme peut-être conduite à développer ses compétences secondaires, de telle sorte qu elles prennent une place de plus en plus importante, jusqu à devenir principales

20 Evolution et contrainte de sentier («path dependancy»): On dit alors qu il y a un changement de trajectoire, dû à des «opportunités technologiques» Permet de répondre aux 2ème et 3ème questions: Diversité des portefeuilles d activité des firmes? Evolution des firmes? Les firmes peuvent changer de trajectoire si des opportunités technologiques leur permettent de développer des compétences secondaires

21 Sélection et environnements: La vision néo-classique suppose que l environnement (le marché) a la capacité d éliminer efficacement toute firme ne se comportant pas suivant l hypothèse de maximisation du profit Pour les évolutionnistes, il y a une pluralité des environnements de sélection Explique l existence de trajectoires technologiques différentes selon la structure des marchés, les caractéristiques institutionnelles Ils distinguent 2 types d environnements de sélection: environnements de sélection «lâches» environnements de sélection «étroits»

22 La firme comme compétence foncière: Compétence foncière = «un ensemble de compétences technologiques différenciées, d actifs complémentaires et de routines qui constituent la base des capacités concurrentielles d une entreprise dans une activité particulière» (Teece [1988]) Cette firme est spécialisée dans Chez X ils sont bons en matière de La compétence foncière d une firme est principalement tacite, et par conséquent non transférable

23 Les régimes technologiques: (Bouba-Olga p.148) Entrepreneurial Routinier Innovations Logique d accroissement des compétences Nature des connaissances nouvelles Valeur économique attendue Lieu d exploitation Radicales Elargissement Codifiables Fortement incertaine Nouvelles entreprises Incrémentales Approfondissement Tacites Faiblement incertaine Entreprises en place

24 La pertinence de la Firme évolutionniste dans le contexte économique: Hypercompétition (R. D Aveni) Chronocompétition Coopétition Société du savoir / Société de la connaissance / Société «funky» Connaissance = nouveau facteur de production Gestion des connaissances («Knowledge Management») «La connaissance détenue par une entreprise est une élément majeur de son avantage concurrentiel» (Reix [1995]) Guerre des talents («War of talents»)

25 La Firme évolutionniste dans le débat MBV / RBV: Resource Based View Vision volontariste de la firme Hamel et Prahalad: les «core competencies» L avantage concurrentiel repose sur les compétences Pour survivre, une entreprise doit développer des compétences distinctives, idiosyncrasiques, rares et créatrices de valeur L entreprise créée elle même son propre marché («break the rules») Market Based View Vision déterministe de la firme Michael Porter: les 5 forces concurrentielles L avantage concurrentiel repose sur le positionnement Pour survivre, une entreprise doit analyser l environnement dans lequel elle évolue et agir en fonction de lui L entreprise s adapte au marché, à son environnement

Chapitre 1 : Théories de la firme et des organisations

Chapitre 1 : Théories de la firme et des organisations Chapitre 1 : Théories de la firme et des organisations UV GE20 1 1- Introduction (1/2) Firme : agent responsable de la production de biens et de services pour répondre aux besoins de consommation Plusieurs

Plus en détail

Comportements humains et management

Comportements humains et management Comportements humains et management Frédérique Alexandre-Bailly, ESCP EAP Denis Bourgeois, HEC Jean-Pierre Gruère, ESCP EAP Nathalie Raulet-Croset, IAE Paris Christine Roland Lévy, université Paris 5 Table

Plus en détail

9- LE DIAGNOSTIC DES RESSOURCES ET COMPETENCES

9- LE DIAGNOSTIC DES RESSOURCES ET COMPETENCES 9- LE DIAGNOSTIC DES RESSOURCES ET COMPETENCES Le diagnostic stratégique interne doit, d une part, analyser le fonctionnement interne de l entreprise en ayant recours ici, à la chaîne de la création de

Plus en détail

Comptabilité de Gestion. Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA

Comptabilité de Gestion. Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA Comptabilité de Gestion Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA Plan du Cours Module Chapitres Travail á Réaliser Fondamentaux Coûts et Charges Le rôle du comptable et du système comptable

Plus en détail

Croissance, stratégie et structure de gouvernance:

Croissance, stratégie et structure de gouvernance: Croissance, stratégie et structure de gouvernance: logique économique VS logique productive Introduction Divers courants théoriques offrent des outils d analyse pour comprendre les phénomènes économiques

Plus en détail

La question de la décision et de l information dans l entreprise. 9 mars 2006 Christian MOREL (DRH Renault Véhicules Utilitaires) Eric GODELIER HSS2

La question de la décision et de l information dans l entreprise. 9 mars 2006 Christian MOREL (DRH Renault Véhicules Utilitaires) Eric GODELIER HSS2 La question de la décision et de l information dans l entreprise 9 mars 2006 Christian MOREL (DRH Renault Véhicules Utilitaires) Eric GODELIER HSS2 La problématique de la prise de décision dans l entreprise

Plus en détail

Partie I S approprier les concepts

Partie I S approprier les concepts Partie I S approprier les concepts Management des expertises et veille 2 Pour maintenir son avantage concurrentiel, l entreprise doit s appuyer sur des leviers, tels que les savoirs qui la différencient

Plus en détail

Research Top Priorities.

Research Top Priorities. 2015-2017 Research Top Priorities www.neoma-bs.fr 2015-2017 RESEARCH Top Priorities Notre environnement actuel évolue extrêmement rapidement. Des 10 plus grandes entreprises dans le monde en 2000, seulement

Plus en détail

Fondements économiques de la stratégie. Simon Porcher

Fondements économiques de la stratégie. Simon Porcher Fondements économiques de la stratégie CV + points pratiques Maître de conférences à l IAE Gustave Eiffel Conseil en stratégie (collectivités publiques, tarification) Docteur en gestion Background en analyse

Plus en détail

Comment dépasser les difficultés dans l élaboration d un partenariat enseignement supérieur/entreprises et établir une relation «gagnant-gagnant» :

Comment dépasser les difficultés dans l élaboration d un partenariat enseignement supérieur/entreprises et établir une relation «gagnant-gagnant» : Comment dépasser les difficultés dans l élaboration d un partenariat enseignement supérieur/entreprises et établir une relation «gagnant-gagnant» : -----------------------------------------------------------

Plus en détail

THÈME 2: Sociologie. Être capable de définir. Notions à acquérir en première

THÈME 2: Sociologie. Être capable de définir. Notions à acquérir en première THÈME 2: Sociologie Les processus de socialisation et la construction des identités sociales Être capable de définir Notions à acquérir en première normes valeurs rôles socialisation différenciée socialisation

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction - Socialisation : les enjeux d un concept... 17

SOMMAIRE. Introduction - Socialisation : les enjeux d un concept... 17 SOMMAIRE Introduction - Socialisation : les enjeux d un concept.......... 17 Chapitre 1 - La socialisation fait-elle de nous des êtres programmés?.......................... 11 1. La socialisation comme

Plus en détail

2 ème BAC Educ. Spec., I.P.F.C. Nivelles Mr Pirenne

2 ème BAC Educ. Spec., I.P.F.C. Nivelles Mr Pirenne 1 Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho - éducatif : Approche méthodologique 2 Enseignement supérieur pédagogique de type court METHODOLOGIE ORGANISATIONELLE 2 A. FINALITES DE L UNITE

Plus en détail

Identité et Structure des Organisations

Identité et Structure des Organisations 1 L3 Management et Ingénierie des Services Identité et Structure des Organisations Année 2012-2013 Enseignant : L. Garcin 2 Décision et processus de décision Types de décision Décider = trancher, séparer

Plus en détail

TECHNIQUE DE MANAGEMENT DE L INNOVATION

TECHNIQUE DE MANAGEMENT DE L INNOVATION TECHNIQUE DE MANAGEMENT DE L INNOVATION Transparents Vincent BOLY Vos missions en ingénierie Répondre à diverses questions: -Quelle technologie pour l entreprise dans 5 ans -Quelle technologie pour l entreprise

Plus en détail

THÈME 1: Sociologie. Être capable de définir. Notions à acquérir en première

THÈME 1: Sociologie. Être capable de définir. Notions à acquérir en première THÈME 1: Sociologie Les processus de socialisation et la construction des identités sociales Être capable de définir Notions à acquérir en première normes valeurs rôles socialisation différenciée socialisation

Plus en détail

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTROLE DE GESTION. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Evolution des modèles d organisation (15 heures)

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTROLE DE GESTION. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Evolution des modèles d organisation (15 heures) UE 3 - MANAGEMENT ET CONTROLE DE GESTION Niveau M : 180 heures 20 ECTS NB : les deux sous-parties de ce programme sont présentées séparément mais la compétence à acquérir doit permettre de réaliser une

Plus en détail

Chapitre 1 Sociologie et changement social

Chapitre 1 Sociologie et changement social Chapitre 1 Sociologie et changement social 1. Introduction à la sociologie 2. La diversité des approches sociologiques 4. La sociologie face au changement 1. Introduction à la sociologie AEI - L2 RH -

Plus en détail

Management stratégique et conseil Dauphine Master

Management stratégique et conseil Dauphine Master Management stratégique et conseil Dauphine Master Type de diplôme : Diplôme de grand établissement conférant le grade de master Niveau : Bac +5 Crédits ECTS : 120 Durée des études : 4 semestres (hors année

Plus en détail

Devenir une vraie entreprise apprenante

Devenir une vraie entreprise apprenante Daniel BELET Devenir une vraie entreprise apprenante LES MEILLEURES PRATIQUES, 2003 ISBN : 2-7081-2836-1 Table des matières Introduction... 1 Chapitre 1. Reconnaître l enjeu stratégique du management des

Plus en détail

Informations relatives à l accueil des stagiaires

Informations relatives à l accueil des stagiaires MASTER Travail social et politiques sociales Programme d études «Problèmes sociaux, action sociale et préventions des risques» Informations relatives à l accueil des stagiaires Fribourg, Octobre 2014 Informations

Plus en détail

LA QVT : UNE STRATÉGIE A METTRE

LA QVT : UNE STRATÉGIE A METTRE 4 eme journée d étude régionale La Qualité de Vie au Travail, une dynamique au service de la performance sociale et Institutionnelle LA QVT : UNE STRATÉGIE A METTRE EN ŒUVRE AU SERVICE D UNE FINALITÉ ORGANISATIONNELLE

Plus en détail

«Les outils pédagogiques dans l ETP-1»

«Les outils pédagogiques dans l ETP-1» AGO INGÉNERIE FORMATION-MC LLORCA «Les outils pédagogiques dans l ETP-1» Marie-Christine LLORCA AGO Ingénierie-Formation - 18 rue du Languedoc 31000 Toulouse www.ago-formation.fr contact@ago-formation.fr

Plus en détail

Pédagogie de transmission des savoirs

Pédagogie de transmission des savoirs Pédagogie de transmission des savoirs Le savoir est une compétence habilitante : c est l indispensable contenu sans lequel aucune forme de raisonnement ou de réflexion n est possible Pragmatisme, efficacité

Plus en détail

Sociologie des organisations Bertrand Oberson

Sociologie des organisations Bertrand Oberson Sociologie des organisations Bertrand Oberson Cours n o 1 Introduction du cours : qu est-ce qu une organisation? La sociologie des organisations est à la fois ancienne et récente. Elle coïncide d abord

Plus en détail

C1 LOGIQUE ENTREPRENEURIALE & LOGIQUE MANAGERIALE ENTREPRENDRE & DIRIGER ENTREPRENDRE & GERER

C1 LOGIQUE ENTREPRENEURIALE & LOGIQUE MANAGERIALE ENTREPRENDRE & DIRIGER ENTREPRENDRE & GERER C1 LOGIQUE ENTREPRENEURIALE & LOGIQUE MANAGERIALE ENTREPRENDRE & DIRIGER ENTREPRENDRE & GERER I. LA LOGIQUE ENTREPRENEURIALE : UN ETAT D ESPRIT & UNE DEMARCHE A. La logique entrepreneuriale : L esprit

Plus en détail

BTS 1 MANAGEMENT DES ENTREPRISES 1

BTS 1 MANAGEMENT DES ENTREPRISES 1 BTS 1 MANAGEMENT DES ENTREPRISES 1 «Le management est l ensemble des techniques d organisation de ressources qui sont mises en œuvre pour l administration d une entité. C est également l art de diriger

Plus en détail

Les concepts fondamentaux des didactiques disciplinaires Partie 3

Les concepts fondamentaux des didactiques disciplinaires Partie 3 Les concepts fondamentaux des didactiques disciplinaires Partie 3 M1 Apprentissages et didactiques des disciplines scolaires 2008-2009 Béatrice Kammerer 3. La théorie des situations didactiques (Brousseau)

Plus en détail

LA MÉTACOGNITION, UNE AIDE AU TRAVAIL DES ÉLÈVES Coordonné par Michel Grangeat

LA MÉTACOGNITION, UNE AIDE AU TRAVAIL DES ÉLÈVES Coordonné par Michel Grangeat LA MÉTACOGNITION, UNE AIDE AU TRAVAIL DES ÉLÈVES Coordonné par Michel Grangeat Editeur ESF, 1997 [Accueil] [page précédente] Quels apports en matière de théorie des apprentissages? La métacognition, qu

Plus en détail

EVOLUTION DU MARKETING

EVOLUTION DU MARKETING Résumé / Conférence de Gilles ROERICH Ecole Supérieure des Affaires (Grenoble) EVOLUTION DU MARKETING L approche actuelle du concept de marketing conduit à une remise en cause de certitudes passées : par

Plus en détail

RECONNAISSANCE DES ACQUIS SCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES À LA FGA

RECONNAISSANCE DES ACQUIS SCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES À LA FGA RECONNAISSANCE DES ACQUIS SCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES À LA FGA LES UNIVERS DE COMPÉTENCES GÉNÉRIQUES Le mot «reconnaître» possède plusieurs sens. Les acquis reconnus dans la mesure où le ministère de l

Plus en détail

executive master "Trajectoire Manager Sport», INSEP, 7 septembre 2011

executive master Trajectoire Manager Sport», INSEP, 7 septembre 2011 executive master "Trajectoire Manager Sport», INSEP, 7 septembre 2011 Objet de la recherche: les creative industries pas de définition «qualitative» a priori définition par les problématiques processus

Plus en détail

Innovation : Concepts et Théories. Etienne MONTAIGNE Professeur

Innovation : Concepts et Théories. Etienne MONTAIGNE Professeur Innovation : Concepts et Théories Etienne MONTAIGNE Professeur 1 Plan Définitions Caractéristiques du changement technique Le modèle néoclassique Schumpeter Le modèle évolutionniste La diffusion La typologie

Plus en détail

Sociologie des organisations Bertrand Oberson

Sociologie des organisations Bertrand Oberson Sociologie des organisations Bertrand Oberson Cours n o 5 Les théories de la contingence (suite) Deux époques sont marquées par des développements intensifs pour la compréhension des relations organisation-environnement.

Plus en détail

Exposé :management des connaissances

Exposé :management des connaissances Université Moulay Ismaël Faculté des sciences juridiques économiques et sociales -Meknès- Exposé :management des connaissances Préparé par: Plan Introduction Axe I : Concept de la connaissance Axe II :

Plus en détail

UV GE20 : Économie Industrielle

UV GE20 : Économie Industrielle UV GE20 : Économie Industrielle frederic.huet@utc.fr Poste 4597 UV GE20 1 0- Organisation de l UV Intervenants Objectifs du cours Objectifs des TDs Évaluation UV GE20 2 1- Sciences économiques et Économie

Plus en détail

Présenté par Christine Arsenault et Michèle Albert dans le cadre du colloque Bien s organiser pour soigner CII-CIR 2009

Présenté par Christine Arsenault et Michèle Albert dans le cadre du colloque Bien s organiser pour soigner CII-CIR 2009 Présenté par Christine Arsenault et Michèle Albert dans le cadre du colloque Bien s organiser pour soigner CII-CIR 2009 Un réseau en évolution Les 15 dernières années ont été le théâtre de profondes transformations

Plus en détail

Épistémologie. Licence de Sciences de la Vie. (3 ème année)

Épistémologie. Licence de Sciences de la Vie. (3 ème année) Épistémologie Licence de Sciences de la Vie 1 (3 ème année) La Science au Laboratoire La Méthode expérimentale 2 Perspective Macro-Epistémologie Grandes démarches Scientifiques Micro-Epistémologie : La

Plus en détail

Les voies de la professionnalisation et du développement professionnel

Les voies de la professionnalisation et du développement professionnel Les voies de la professionnalisation et du développement professionnel - une question vive portée par les orientations nationales, européennes (conseil de Lisbonne, 2000 professionnalisation durable (création

Plus en détail

L Entrepreneuriat : de l idée au Projet

L Entrepreneuriat : de l idée au Projet L Entrepreneuriat : de l idée au Projet Trouver son idée et concevoir son projet personnel KANGAH Kouakou Alphonse 2 Plan Trouver l idée d entreprise Processus entrepreneurial et la place de l idée Projet

Plus en détail

Il faut donc choisir, réduire le champ. Le sujet est immense. De l interaction dynamique entre gouvernance et intelligence économique.

Il faut donc choisir, réduire le champ. Le sujet est immense. De l interaction dynamique entre gouvernance et intelligence économique. Mondialisation, législation et réglementation «La poursuite des bons principes de gouvernance permet-elle elle la diffusion des règles de l intelligence économique dans le monde?» Philippe CLERC Assemblée

Plus en détail

DES COMPÉTENCES EN ÉVOLUTION

DES COMPÉTENCES EN ÉVOLUTION DES COMPÉTENCES EN ÉVOLUTION UNE ORGANISATION APPRENANTE ET QUALIFIANTE VISE À Développer le capital de compétences de l organisation pour accroître sa performance. Responsabiliser l employé dans la gestion

Plus en détail

Mohamed Cherkaoui. Introduction. Chapitre 1 : la comparaison comme procédure de recherche et comme expérimentation

Mohamed Cherkaoui. Introduction. Chapitre 1 : la comparaison comme procédure de recherche et comme expérimentation Paradoxes de la réussite scolaire Sociologie comparée des systèmes d enseignement Mohamed Cherkaoui 1979 - PUF Mohamed Cherkaoui Docteur en sociologie, chercheur au Centre National de Recherche Scientifique.

Plus en détail

II. La démarche du sociologue.

II. La démarche du sociologue. Le sociologue va analyser les différentes perceptions de cette réalité, c est un objet d étude pour le sociologue. Comment contribuer à la lutte contre l obésité? L étude sociale peut être faite à l initiative

Plus en détail

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS Formation «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS PREAMBULE AYOA conçoit et réalise des formations sur mesure en développement personnel, communication

Plus en détail

Executive MBA de l Université du Québec à Chicoutimi

Executive MBA de l Université du Québec à Chicoutimi Executive MBA de l Université du Québec à Chicoutimi Reconnu dans le monde entier, le programme «MBA pour cadres» vise à développer les habiletés managériales de personnes œuvrant dans des environnements

Plus en détail

Professeur : CHTIBI Chafik

Professeur : CHTIBI Chafik Plan Innover pour se différencier Notions de base Diagramme polaire du potentiel d innovation Le réseau d innovation Six paramètres influant sur le comportement La matrice attitude-influence Veille Cinq

Plus en détail

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME. 1. La cohérence interne est le lien formel entre les différentes composantes du programme

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME. 1. La cohérence interne est le lien formel entre les différentes composantes du programme LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME La grille d appréciation de la qualité reprend les critères énumérés dans le canevas de rédaction en les structurant suivant cinq dimensions. Cette grille

Plus en détail

Sociologie de la Communication

Sociologie de la Communication Sociologie de la Communication Souad MOULINE Année 2012 Socialisation Fait de développement des relations sociales Fondements du processus de Socialisation Théorie dispositionnelle de l action = Faits

Plus en détail

Parcours BEP-ASH. vers une Ecole inclusive CONCEVOIR ET METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS D ENSEIGNEMENT ADAPTÉ

Parcours BEP-ASH. vers une Ecole inclusive CONCEVOIR ET METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS D ENSEIGNEMENT ADAPTÉ ŒUVRE DES Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l éducation. (juillet 2013) Programmes et Socle Commun Lois 2005. Les dispositifs d aide. Interroger le sens et les

Plus en détail

«Le transfert des bonnes pratiques : une question-clé dans la construction communautaire»

«Le transfert des bonnes pratiques : une question-clé dans la construction communautaire» CONFÉRENCE ANNUELLE 2002 DU RÉSEAU TTNET «Le transfert des bonnes pratiques : une question-clé dans la construction communautaire» par Anne de Blignières-Légeraud (Université de Paris-Dauphine) «Bonnes

Plus en détail

Référentiel IAS:2006 de l audit social

Référentiel IAS:2006 de l audit social Institut International de l'audit social INSTITUT INTERNATIONAL DE L'AUDIT SOCIAL DES RESSOURCES HUMAINES ET DES ORGANISATIONS Référentiel IAS:2006 de l audit social Référentiel IAS v 2006 Page 1 sur 12

Plus en détail

Dans une économie en croissance faible où le problème du

Dans une économie en croissance faible où le problème du ATTRACTIVITÉ, DÉLOCALISATIONS ET CONCURRENCE FISCALE AVANT-PROPOS Dans une économie en croissance faible où le problème du chômage se pose avec une acuité croissante, quand la dimension macroéconomique

Plus en détail

Définition et diversité des entreprises

Définition et diversité des entreprises Définition et diversité des entreprises plan I. Introduction II. Définition d entreprise III. L approche économique IV. L approche sociologique V. L approche juridique VI. L approche systémique Réalisé

Plus en détail

L ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT GLOBAL DE L ENTREPRISE. mouly claux Management des entreprises

L ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT GLOBAL DE L ENTREPRISE. mouly claux Management des entreprises L ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT GLOBAL DE L ENTREPRISE L environnement global de l entreprise (macro-environnement) peut constituer une opportunité ou une menace pour son développement. Son analyse s appuie

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE L ÉCONOMIE DU SAVOIR

NOTE DE SYNTHÈSE L ÉCONOMIE DU SAVOIR NOTE DE SYNTHÈSE L ÉCONOMIE DU SAVOIR Références : Commissariat général du Plan, 2002, «L économie de la connaissance : quelle définition pour quel phénomène?», in : La France dans l économie du savoir

Plus en détail

Définir les critères de la performance et construire des indicateurs appropriés. 1.3 DIRIGER ET DECIDER

Définir les critères de la performance et construire des indicateurs appropriés. 1.3 DIRIGER ET DECIDER PROGRAMME DE MANAGEMENT BTS COMMUNICATION DES ENTREPRISES PARTIE 1 : FINALISER ET DÉCIDER I - ENTREPRENDRE ET DIRIGER (26 H) 1.1 ENTREPRENDRE ET GERER C1/LOGIQUE ENTREPRENEURIALE & LOGIQUE MANAGERIALE

Plus en détail

Portefeuille de compétences. Outil social de communication en période de parcours non linéaires

Portefeuille de compétences. Outil social de communication en période de parcours non linéaires Portefeuille de compétences Outil social de communication en période de parcours non linéaires 2014 1 Portfolio Portefeuille de compétences Passeport formation Des appellations diverses pour des objets

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. 23, 24, 25 juin 2004 à Libreville. Thème 3 : Motivation et rétention du personnel

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. 23, 24, 25 juin 2004 à Libreville. Thème 3 : Motivation et rétention du personnel LES NOUVEAUX DEFIS DE LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 23, 24, 25 juin 2004 à Libreville Thème 3 : Motivation et rétention du personnel «Evaluation Collégiale des Hommes et des Structures : un outil

Plus en détail

Modèle canadien du rendement occupationnel

Modèle canadien du rendement occupationnel Ne citez pas nos présentations, Allez voir nos sources! (voir les lectures dans le plan de cours) Modèle canadien du rendement occupationnel Dans le cadre du cours ERT 1401 : Approches théoriques en ergothérapie

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant ressources humaines

Licence professionnelle Assistant ressources humaines Formations Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant ressources humaines Université d Auvergne - UdA Campagne d évaluation 2015-2016 (Vague B) Formations Pour le HCERES, 1 Michel Cosnard,

Plus en détail

L entrepreneur. 1) La discontinuité ou déplacement 2) La crédibilité de l acte 3) La faisabilité de l acte 4) Variante du modèle de Shapero

L entrepreneur. 1) La discontinuité ou déplacement 2) La crédibilité de l acte 3) La faisabilité de l acte 4) Variante du modèle de Shapero L entrepreneur I. Le processus entrepreneurial A) Le modèle de Shapero 1) La discontinuité ou déplacement 2) La crédibilité de l acte 3) La faisabilité de l acte 4) Variante du modèle de Shapero B) Le

Plus en détail

L ABC ABM : 1 La présentation. L ABC représente le concept le plus important d une nouvelle vision du contrôle de gestion.

L ABC ABM : 1 La présentation. L ABC représente le concept le plus important d une nouvelle vision du contrôle de gestion. L ABC ABM : L ABC représente le concept le plus important d une nouvelle vision du contrôle de gestion. 1 La présentation La comptabilité par les activités est souvent définie comme «une méthode de calcul

Plus en détail

Plan de formations 2016

Plan de formations 2016 Plan de formations 2016 Intitulé de la formation Public visé Dates et lieux OBJECTIFS DE CHANGEMENTS OBJECTIFS DE FORMATIONS Mener l action syndicale dans l entreprise (Formation de base des adhérents

Plus en détail

Les différentes formes de créations d'entreprises

Les différentes formes de créations d'entreprises I) La logique entrepreneuriale. Elle correspond à l état d esprit dont un entrepreneur fait preuve. A) L entreprenariat 1) Définition Il décrit ce que font les entrepreneurs. Un entrepreneur est un créateur

Plus en détail

3.2 Comment expliquer la croissance des «30 Glorieuses»?

3.2 Comment expliquer la croissance des «30 Glorieuses»? 3.2 Comment expliquer la croissance des «30 Glorieuses»? 3.2.1 Les traits de la croissance des 30 Glorieuses Croissance forte et régulière avec une atténuation significative des cycles Croissance de plein

Plus en détail

DIRIGER UNE BUSINESS UNIT DIPLÔME D UNIVERSITÉ

DIRIGER UNE BUSINESS UNIT DIPLÔME D UNIVERSITÉ DIRIGER UNE BUSINESS UNIT DIPLÔME D UNIVERSITÉ ÉDITO La prise en charge d unités autonomes (business units) constitue l un des principaux enjeux actuels des entreprises qui recherchent des managers aptes

Plus en détail

Doctorat en administration des affaires et Diplôme de 3 e cycle en administration. Programmes de 3 e cycle offerts par : La Faculté d administration

Doctorat en administration des affaires et Diplôme de 3 e cycle en administration. Programmes de 3 e cycle offerts par : La Faculté d administration UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Doctorat en administration des affaires et Diplôme de 3 e cycle en administration Programmes de 3 e cycle offerts par : La Faculté d administration www. USher b r ooke. ca Doctorat

Plus en détail

ATELIER 4 «Mise en réseau des acteurs»

ATELIER 4 «Mise en réseau des acteurs» ATELIER 4 «Mise en réseau des acteurs» Constituer un réseau professionnel de l orientation Pour le développement des compétences individuelles et collectives! Intervention : Valérie PADRA - AGEFMA Les

Plus en détail

Stratégie d entreprise Chapitre 1

Stratégie d entreprise Chapitre 1 Objectif du cours : Comprendre les enjeux de la stratégie Les principaux outils de son élaboration Sa mise en œuvre Identifier les stratégies d entreprise Réaliser un diagnostic stratégique Proposer des

Plus en détail

FORMATION CONTINUEE DES CADRES

FORMATION CONTINUEE DES CADRES CENTRE CATHOLIQUE POUR LA FORMATION EN COURS DE CARRIERE (CECAFOC) APPEL A CONCURRENCE en vue de l année 2016-2017 FORMATION CONTINUEE DES CADRES FICHES TECHNIQUES DU CAHIER DES CHARGES Critères pris en

Plus en détail

Sciences (et) Technologies (du) Management (et de la) Gestion

Sciences (et) Technologies (du) Management (et de la) Gestion Sciences (et) Technologies (du) Management (et de la) Gestion VOUS AVEZ DIT SÉRIE «STMG»? Sciences => de solides références scientifiques pour une poursuite d études supérieures réussie ; Technologies

Plus en détail

MANAGEMENT STRATEGIQUE MASTER RECHERCHE. Par Dr. MATH MAZRA

MANAGEMENT STRATEGIQUE MASTER RECHERCHE. Par Dr. MATH MAZRA MANAGEMENT STRATEGIQUE MASTER RECHERCHE Par Dr. MATH MAZRA PLAN DU COURS Chapitre I : Le fondement de la réflexion stratégique Chapitre II : Le Diagnostic Stratégique Chapitre III : Les Choix Stratégiques

Plus en détail

Le codéveloppement professionnel

Le codéveloppement professionnel Centre local de développement de la MRC Deux-Montagnes Le codéveloppement professionnel Gilles Turcotte, CRHA Formation et développement organisationnel 16 février 2010 MANDAT Prendre connaissance d une

Plus en détail

Sociologie des organisations Comportement organisationnel Langue Référence Département Niveau Semestre Nombre d heures par semaine

Sociologie des organisations Comportement organisationnel Langue Référence Département Niveau Semestre Nombre d heures par semaine Sociologie des organisations Comportement organisationnel Langue Référence Département Niveau Semestre Nombre d heures par semaine Crédits ECTS Français M4GA10 MSO M1 1 3 4 Responsable du cours : Gilda

Plus en détail

Rappel : Apprentissage. Enseigner. En résumé. Apprentissage. Synthèse. Enseigner. Environnements. Sylvie Coppé

Rappel : Apprentissage. Enseigner. En résumé. Apprentissage. Synthèse. Enseigner. Environnements. Sylvie Coppé Rappel : Apprentissage Enseigner Sylvie Coppé Sujet Pas d intention d apprentissage Environnements Sujet Pas d intention d apprentissage Apprentissage Peut se faire n importe où Pas forcément d intention

Plus en détail

De l intelligence relationnelle à l intelligence collective

De l intelligence relationnelle à l intelligence collective De l intelligence relationnelle à l intelligence collective Le développement durable intervient sur 3 sphères : la sphère environnementale, la sphère économique et la sphère sociale. Sur la sphère sociale,

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE SERVICE ENFANCE JEUNESSE

PROJET PEDAGOGIQUE SERVICE ENFANCE JEUNESSE PROJET PEDAGOGIQUE SERVICE ENFANCE JEUNESSE 2008-2012 Préambule Cœur d Estuaire a validé en 2008 un projet éducatif ayant pour but de créer une dynamique cohérente entre les services, autour des actions

Plus en détail

La notion de compétence

La notion de compétence La notion de compétence Formation institutionnelle «Faire construire des compétences et évaluer les acquis des élèves» Mars 2012 Académie de Clermont-Ferrand 1 Enjeux de la formation - Comprendre la notion

Plus en détail

Avant-propos Entreprendre est une manifestation essentielle de la vie I. L entreprise Définition Typologie...

Avant-propos Entreprendre est une manifestation essentielle de la vie I. L entreprise Définition Typologie... Table des matières Avant-propos Entreprendre est une manifestation essentielle de la vie... 3 Première partie Entreprendre 5 Chapitre 1 L entreprise...7 I. L entreprise... 7 1. Définition...7 2. Typologie...9

Plus en détail

LA LITTERATURE AU CYCLE 3 LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR

LA LITTERATURE AU CYCLE 3 LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR LA LITTERATURE AU CYCLE 3 Lors du stage «littérature» qui s est déroulé les 15/16 janvier avec un premier groupe et les 26/27 janvier avec un second, nous avons réfléchi sur les questions : - que veut

Plus en détail

CROISSANCE ENDOGENE. Caractéristiques Modèles Les facteurs Les critiques. Dr RAKOTO DAVID Olivaniaina

CROISSANCE ENDOGENE. Caractéristiques Modèles Les facteurs Les critiques. Dr RAKOTO DAVID Olivaniaina CROISSANCE ENDOGENE Caractéristiques Modèles Les facteurs Les critiques Nouvelle théorie de la croissance : la théorie de la croissance endogène Le modèle de Solow n expliquait pas la croissance, il signalait

Plus en détail

ÉDUCATION, SOCIÉTÉ ET REPRODUCTION SOCIALE

ÉDUCATION, SOCIÉTÉ ET REPRODUCTION SOCIALE ÉDUCATION, SOCIÉTÉ ET REPRODUCTION SOCIALE Georges Felouzis et Gaële Goastellec Journée d étude EDSE, 30 novembre 2012, Lausanne Grandir en Suisse : des inégalités scolaires aux inégalités sociales Structure

Plus en détail

Cadre de principes et de pratiques de l OMD sur le professionnalisme en douane ORGANISATION MONDIALE DES DOUANES

Cadre de principes et de pratiques de l OMD sur le professionnalisme en douane ORGANISATION MONDIALE DES DOUANES Cadre de principes et de pratiques de l OMD sur le professionnalisme en douane ORGANISATION MONDIALE DES DOUANES Cadre de principes et de pratiques de l OMD sur le professionnalisme en douane Cadre de

Plus en détail

L évolutionnisme en économie

L évolutionnisme en économie L évolutionnisme en économie Cyril HÉDOIN Nathalie Lazaric dresse un panorama de l économie évolutionnaire de ses origines avec Thorstein Veblen en 1898 à son renouveau des années 1980. Elle présente le

Plus en détail

LA RECONVERSION DU BASSIN MINIER DE PROVENCE Analyse contextuelle d émergence d une stratégie territoriale pour le Pays d Aix

LA RECONVERSION DU BASSIN MINIER DE PROVENCE Analyse contextuelle d émergence d une stratégie territoriale pour le Pays d Aix LA RECONVERSION DU BASSIN MINIER DE PROVENCE Analyse contextuelle d émergence d une stratégie territoriale pour le Pays d Aix Pierre Brétéché IMPGT CERGAM-Equipe Management Public Introduction Les Sciences

Plus en détail

Les Activités Pédagogiques Complémentaires APC

Les Activités Pédagogiques Complémentaires APC Les Activités Pédagogiques Complémentaires APC L aide au travail personnel Animation pédagogique mars 2015 www.ac-dijon.fr Introduction Sondage effectué au Creusot: seulement 5 % des écoles mettent en

Plus en détail

Pierre Bourdieu, synthèse critique. Pierre FRANCOIS Séminaire de sociologie générale

Pierre Bourdieu, synthèse critique. Pierre FRANCOIS Séminaire de sociologie générale Pierre Bourdieu, synthèse critique Pierre FRANCOIS Séminaire de sociologie générale Repères biographiques Pierre Bourdieu (1930-2001) Le fils modeste et le fort en thème. De l agrégation de philosophie

Plus en détail

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME Le programme doit être présenté suivant le canevas de rédaction légal. Le non respect de cette présentation rend le projet non recevable, il ne sera

Plus en détail

Université de Fribourg - Faculté des Lettres Département des Sciences sociales Domaine des Sciences des sociétés, des cultures et des religions

Université de Fribourg - Faculté des Lettres Département des Sciences sociales Domaine des Sciences des sociétés, des cultures et des religions Université de Fribourg - Faculté des Lettres Département des Sciences sociales Domaine des Sciences des sociétés, des cultures et des religions Plan d études du programme à 120 crédits ECTS Anthropologie

Plus en détail

Épreuve n 3 : management et contrôle de gestion

Épreuve n 3 : management et contrôle de gestion Épreuve n 3 : management et contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents et/ou

Plus en détail

L école Behavioriste Théorie du comportement de la firme

L école Behavioriste Théorie du comportement de la firme L école Behavioriste Théorie du comportement de la firme 1. Les travaux de Simon (1947) sur la prise de décision 2. Le modèle de l entreprise adaptative (Cyert et March, 1963) 3. Le modèle du garbage can

Plus en détail

NEURO #1 JUILLET 2016 LIVRE BLANC LES MÉCANISMES DE LA MOTIVATION EN JEU DANS L APPRENTISSAGE

NEURO #1 JUILLET 2016 LIVRE BLANC LES MÉCANISMES DE LA MOTIVATION EN JEU DANS L APPRENTISSAGE NEURO #1 JUILLET 2016 LIVRE BLANC LES MÉCANISMES DE LA MOTIVATION EN JEU DANS L APPRENTISSAGE 1 LA MOTIVATION, QU EST-CE QUE C EST? La motivation correspond aux forces internes et/ou externes qui incitent

Plus en détail

Références. stratégie. L essentiel de la. Jacques Bojin Jean-Marc Schoettl. Outils Méthodes Bonnes pratiques

Références. stratégie. L essentiel de la. Jacques Bojin Jean-Marc Schoettl. Outils Méthodes Bonnes pratiques Jacques Bojin Jean-Marc Schoettl Références L essentiel de la stratégie Outils Méthodes Bonnes pratiques, 2005, 2013 ISBN : 978-2-212-55499-1 Table des matières Avant-propos...XIII Introduction...XV La

Plus en détail

Développer un produit innovant avec les méthodes agiles

Développer un produit innovant avec les méthodes agiles Didier Lebouc Développer un produit innovant avec les méthodes agiles, 2012 ISBN : 978-2-212-55264-5 Table des matières Introduction... 1 Partie 1 Comment réussir un développement? 1. Développer un produit

Plus en détail

PEGGY BALLOU FORMATION & COACHING QUI SOMMES- NOUS?

PEGGY BALLOU FORMATION & COACHING QUI SOMMES- NOUS? PEGGY BALLOU FORMATION & COACHING QUI SOMMES- NOUS? PB Formation & Coaching accompagne les organisations et les individus dans le développement des compétences afin de contribuer à l atteindre de leurs

Plus en détail

Structure organisationnelle

Structure organisationnelle Structure organisationnelle CH 03.1 Références: Robbins, chapitre 6 et Livian, chapitre 3 (cf. bibliographie) Objectifs Définir la structure organisationnelle et identifier ses éléments constitutifs Distinguer

Plus en détail

THÈME 2 LES PROCESSUS DE SOPCIALISATION ET LA CONSTRUCTION DES IDENTITÉS SOCIALES

THÈME 2 LES PROCESSUS DE SOPCIALISATION ET LA CONSTRUCTION DES IDENTITÉS SOCIALES THÈME 2 LES PROCESSUS DE SOPCIALISATION ET LA CONSTRUCTION DES IDENTITÉS SOCIALES Être capable de définir Notions à acquérir en première normes valeurs rôles socialisation différenciée socialisation primaire/socialisation

Plus en détail

Actions de motivation sur la mémoire

Actions de motivation sur la mémoire Fabien Fenouillet Laboratoire Théodile EA 1764 Université Lille 3 Actions de motivation sur la mémoire Se poser l impact de la motivation sur la mémoire dans le cadre actuel de la psychologie passe nécessairement

Plus en détail

InnovENT-E : former les PME à l innovation et à l export

InnovENT-E : former les PME à l innovation et à l export Menu Menu complémentaire 1. Interactions, le Magazine des Technologies Emergentes 2. Thématiques 3. Pluridisciplinarité 4. InnovENT-E : former les PME à l innovation et à l export InnovENT-E : former les

Plus en détail