La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire"

Transcription

1

2 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A INTRODUCTION EVOLUTION DES VENTES DES GRANDES CLASSES D ANTIBIOTIQUES DE 1991 A Evolution des ventes Impact des références médicales opposables CONCLUSIONS 13 IV. ANALYSE DES DETERMINANTS DE LA PRESCRIPTION D ANTIBIOTIQUES LES DIFFERENTES SITUATIONS CLINIQUES ET LEUR EPIDEMIOLOGIE CONDITIONS DE PRESCRIPTION DANS CES PATHOLOGIES Analyse critique de la méthode des enquêtes utilisées Résultats Motifs de prescription des antibiotiques Prescriptions d antibiotiques selon les pathologies 20 V. CONSEQUENCES POTENTIELLES DE L UTILISATION DES ANTIBIOTIQUES EVOLUTION DES RESISTANCES BACTERIENNES IMPACT DE L UTILISATION DES ANTIBIOTIQUES SUR LA SURVENUE DE CERTAINES COMPLICATIONS Le rhumatisme articulaire aigu Les autres complications générales CONCLUSIONS 26 VI. COMPARAISONS INTERNATIONALES INTRODUCTION PRESCRIPTIONS D ANTIBIOTIQUES Affections respiratoires hautes : angines et rhino-pharyngites aiguës Analyse critique de la méthodologie Résultats Affections respiratoires basses Analyse critique de la méthodologie de l étude Résultats CONCLUSIONS 36 VII. CONCLUSIONS 37 VIII. BIBLIOGRAPHIE 41 La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

3 I. INTRODUCTION Les antibiotiques ont depuis leur introduction en thérapeutique, apporté des bénéfices considérables sur l état de santé des populations dans les pays où ils sont d accès facile. La disparition de certaines formes graves de maladies bactériennes, la diminution des complications des pathologies infectieuses courantes, leur sont en grande partie imputables, même si l amélioration des conditions socio-économiques et d hygiène a également contribué à la diminution de la morbidité-mortalité par pathologie infectieuse dans les pays industrialisés. Cependant l histoire des vingt dernières années montre que les agents microbiens sont capables de développer des mécanismes de résistances multiples aux médicaments qui leur sont opposés. Ces phénomènes d abord constatés en pratique hospitalière sont maintenant très largement rencontrés en pratique communautaire et sont capables de toucher des espèces bactériennes pathogènes et potentiellement dangereuses même pour les individus aux défenses immunitaires normales. Les antibiotiques ont un rôle majeur dans la sélection des espèces bactériennes résistantes. Par ailleurs, leur poids économique est important. Aussi, convient-il de savoir si les impacts économique et surtout écologique de l usage des antibiotiques risquent ou non de contrebalancer, à plus ou moins court terme, les bénéfices tirés de ces traitements et d envisager des solutions destinées à avoir un impact sur l évolution des résistances bactériennes. Le présent rapport s intéresse spécifiquement à l antibiothérapie en pratique extra-hospitalière, dite communautaire, dans la mesure où les aspects liés à l utilisation des antibiotiques à l hôpital sont très spécifiques et nécessitent une étude distincte. Il abordera successivement une analyse descriptive puis une analyse des déterminants de leur prescription. Une comparaison internationale sera également présentée. La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36 VII. CONCLUSIONS Les sources d information utilisées pour élaborer ce document sont hétérogènes et de fiabilité très inégale. Si l interprétation des résultats réclame donc d être prudent, il n en demeure pas moins qu une certaine convergence des résultats est observée. En France, l analyse des ventes d antibiotiques objective un taux de croissance moyen ces cinq dernières années ( ) de 2,1 % en quantités vendues, par an, et de 2,6 % en valeur. La consommation augmente donc régulièrement même si ce taux est inférieur à celui de l ensemble des spécialités remboursables pendant la même période et s il marque un ralentissement par rapport à celui observé ces quinze dernières années. Parallèlement à cette croissance, il n existe pas d étude épidémiologique permettant d exclure ou d affirmer une augmentation de l incidence des pathologies infectieuses des voies respiratoires hautes et basses, qui représentent une proportion importante des prescriptions d antibiotiques administrés par voie orale, notamment de β-lactamines et de macrolides. Cependant l on observe depuis plus de cinq ans une augmentation du nombre de consultations pour les rhino-pharyngites, les bronchites et les angines. Ceci pourrait refléter une augmentation de leur incidence ou un meilleur accès aux soins ou les deux à la fois. Cependant compte tenu des recommandations actuelles, l utilisation des antibiotiques reste trop élevée dans les affections d ongine virale. En effet, l analyse des prescriptions d antibiotiques dans ces pathologies, telle qu elle a pu être réalisée en France, montre que 36 % des antibiotiques sont prescrits dans les infections d origines virales. De façon plus détaillée, on note qu environ 40 % des rhino-pharyngites aiguës et 80 % des bronchites aiguës sont traitées par antibiotiques, ce qui n est pas justifié dans la majorité des cas. Plus de 90 % des angines font l objet d une prescription antibiotique, alors que seules celles de l enfant, de l adolescent et de l adulte de moins de 25 ans, authentiquement infectés par le Streptocoque A, le nécessiteraient. La comparaison internationale spécifiquement réalisée pour ce rapport suggère une utilisation plus élevée des antibiotiques en France pour les affections respiratoires hautes et basses qu au Royaume Uni et en Allemagne. Le recours aux consultations pour ces pathologies y est plus élevé en France, de même que la proportion de patients recevant des antibiotiques lors de la consultation de leur médecin généraliste, sauf pour les angines et les bronchites aiguës où la situation observée est comparable à celle du Royaume Uni. Les produits prescrits diffèrent : les médecins français semblent prescrire des pénicillines à spectre large (contre spectre étroit au Royaume Uni et en Allemagne) ; les céphalosporines seraient également largement plus utilisées en France que dans les deux autres pays étudiés. Dans tous les cas, les co-prescriptions sont plus fréquentes en France. Le lien entre consommation des antibiotiques et résistance bactérienne est maintenant bien établi sur des arguments directs et indirects, en France comme dans d autres pays européens ou en Amérique du Nord. Certains paramètres tels que le sous-dosage et la durée trop longue de l utilisation des antibiotiques semblent être des éléments de la prescription pesant dans la sélection de souches résistantes. La résistance bactérienne devient menaçante pour des espèces extrêmement courantes et très pathogènes telles que S. pneunomiae, H. influenzae, E. coli, N. gonorrhoeae,... La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

37 Les conséquences à terme sur l efficacité des traitements antibiotiques sont difficiles à cerner. Il est donc très important de définir les moyens de réduire l évolution vers la multirésistance. Il est d abord indispensable de se donner les outils épidémiologiques permettant de connaître le profil des différentes pathologies traitées, les pratiques actuellement suivies, en particulier dans le cadre des infections virales, et de définir, par des études collaboratives impliquant les prescripteurs, des procédures d intervention qui permettent de modifier de façon positive les pratiques et d en mesurer l impact de façon adéquate. Un certain nombre de ces outils sont déjà disponibles. Il convient de les réunir dans des actions transversales coordonnées et de donner à ces actions transversales les soutiens organisationnels et financiers nécessaires. Afin de pouvoir obtenir une réduction durable de la consommation des antibiotiques en particulier dans les infections d origine virale, les pistes suivantes peuvent être proposées :. mieux sélectionner les indications de l antibiothérapie afin de réduire son utilisation,. aider le praticien à mieux identifier les situations où l antibiothérapie n est pas justifiée,. encourager le développement, l évaluation puis l utilisation de tests diagnostiques pouvant aider à la décision de la mise en route d un traitement par les antibiotiques. Afin d enrayer le développement des résistances bactériennes, l effort doit porter sur le choix des molécules les plus appropriées aux posologies optimales et pour les traitements les plus courts possibles. Enfin, les mesures de caractère restrictif ne suffisant pas, il est impératif :. d associer les praticiens de ville à l élaboration de schémas thérapeutiques adaptés,. d en assurer une diffusion la plus large possible, notamment dans le cadre de la formation initiale et continue,. d entreprendre des campagnes d information et de sensibilisation du public, en particulier dans le domaine de l écologie microbienne, puisqu il est établi que les patients contribuent par leur demande à une consommation parfois injustifiée d antibiotiques. La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

38

39

40

41

42

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse Les principes du bon usage des antibiotiques Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse ARLIN 10/05/2016 Antibiotiques: la crise après l âge d or ATB globalement

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 N.Heroual., F.Belanteur., H.Deerkaoui.,M.Belkhorisset Etablissement Hospitalier Spécialisé pédiatrie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 Décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 Décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 Décembre 2001 KETEK 400 mg, comprimé pelliculé (boite de 10 et 100) Laboratoires AVENTIS télithromycine Liste I Date de l AMM centralisée : 9 juillet

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 MONONAXY 500 mg, comprimé à libération modifiée B/5 (Code CIP : 365 542.8) B/10 (Code CIP : 365 546.3) Laboratoires

Plus en détail

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques Expériences vers les praticiens Réflexions et actions en cours dans la région Nord Pas-de-Calais Dr C. Lahoute, C. Dupont 4 ème

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : angine

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : angine ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : angine RECOMMANDATION Réactualisation 2002 50 à 90% des angines sont d origine virale. 25 à 40 % des angines de l enfant et 10 à 25% des angines

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD

Bon usage des antibiotiques en EHPAD Journée régionale ARLIN Bretagne - Jeudi 28 mars 2013 Bon usage des antibiotiques en EHPAD Dr Aurélie Marquet Pharmacien Centre MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des produits

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Résultats du premier tour d un audit de pratique réalisé par 189 médecins

Plus en détail

Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE de 17 à 18h

Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE de 17 à 18h ANTIBIOCLIC : Outil en ligne d aide à la prescription antibiotique en soins primaires Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par avis de renouvellement à compter du

Plus en détail

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 INTRODUCTION CONSENSUS Méthode de consultation et de débat ayant pour finalité d aider à la prise de décision S inscrit dans une volonté d améliorer les pratiques

Plus en détail

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016 1 LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre de la commission de transparence de la HAS Vice président d

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1 ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage 1 ATB: actions de l Assurance Maladie! L assurance Maladie sur tous les fronts: " accompagnement des médecins prescripteurs

Plus en détail

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN I- INTRODUCTION II- CARACTERISTIQUES DES COUTS III- COMMENT MESURER LES COUTS - Coût de la lutte - Coût des conséquences - Méthodologie - Coût Global des IN IV-

Plus en détail

Cancers rares Faciliter l accès aux thérapies innovantes. 24 mars 2016 Dr Anne d Andon Haute autorité de santé

Cancers rares Faciliter l accès aux thérapies innovantes. 24 mars 2016 Dr Anne d Andon Haute autorité de santé Cancers rares Faciliter l accès aux thérapies innovantes 24 mars 2016 Dr Anne d Andon Haute autorité de santé Décision d AMM CHMP Commission Européenne 2 Service Médical Rendu (SMR) Le SMR répond à la

Plus en détail

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA

ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE. Dr.HENNICHE HCA ROLE DU LABORATOIRE DANS LE SUIVI DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE Dr.HENNICHE HCA INTRODUCTION Les principaux critères de choix d un antibiotique sont: -le premier critère est son activité propre par rapport

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 18 avril 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Antibiorésistance et consommation d antibiotiques en santé animale

Antibiorésistance et consommation d antibiotiques en santé animale Journée scientifique VetAgro Sup - Santé animale, pratiques d élevage et usage des antibiotiques Clermont-Ferrand 24 mars 201 Antibiorésistance et consommation d antibiotiques en santé animale Emilie Gay

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2001 IZILOX 400 mg, comprimé pelliculé (Boites 5 7 50) Laboratoires BAYER Moxifloxacine Liste I Date de l'amm : 31 août 2001 motif de la

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques

Le bon usage des antibiotiques Le bon usage des antibiotiques Docteur Philippe Arsac Médecine interne CHR, Orléans @fmc36 Villedieu-sur-Indre 19/04/2012 Le bon usage des antibiotiques Les antibiotiques ne sont pas des médicaments comme

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 amoxicilline et inhibiteur d enzyme AUGMENTIN 100 mg/12,50 mg par ml Enfant, poudre pour suspension buvable en flacon [8/1] Fl/60 ml (CIP: 34009 343 925

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 172 - Avril 2017 SOMMAIRE Les maladies infectieuses infantiles 1. Les maladies à éviction des collectivités p 2 2. Les fiches Grand Public p 4 3. Test de lecture p 5 Le mot de

Plus en détail

Antibiothérapie alternée : indications et pratique

Antibiothérapie alternée : indications et pratique Antibiothérapie alternée : indications et pratique Ralph Epaud Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares Trousseau Antibiothérapie alternée Une problématique récente? Facteur déclenchant Inflammation

Plus en détail

«Comment diminuer la prescription d antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire?»

«Comment diminuer la prescription d antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire?» «Comment diminuer la prescription d antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire?» Pour une prescription raisonnée des antibiotiques ; Les antibiogrammes et les tests rapides d'orientation diagnostique

Plus en détail

Chaque jour au CSSSNL, plus de 100 patients hospitalisés en soins aigus reçoivent des antibiotiques.

Chaque jour au CSSSNL, plus de 100 patients hospitalisés en soins aigus reçoivent des antibiotiques. COMITÉ D UTILISATION OPTIMALE DES ANTIBIOTIQUES PROGRAMME D ANTIBIOGOUVERNANCE Version 1.2 1- OBJECTIFS Créer un milieu propice à la prescription approprié des antibiotiques au CSSSNL, par le biais de

Plus en détail

2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon

2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon 2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon Jeudi 21 Mai 2015 Sarah Delorme, interne en 6 ème semestre de Médecine Générale à Montpellier Vers de nouvelles stratégies participatives

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 janvier 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies

Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies WHO/CDS/TB/2002.298c Original: English Distr. : General Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction de l Epidémiologie et de Lutte Contre les Maladies PRISE EN CHARGE COMBINEE DES MALADIES RESPIRATOIRES

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes Au menu Généralités sur les bonnes pratiques d antibiothérapie

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 Juillet 2006 CIFLOX 200mg/100ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376 227 1) CIFLOX 400mg/200ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376

Plus en détail

Infections Urinaires de l Enfant

Infections Urinaires de l Enfant Elaboration de Bonne Pratique Clinique Infections Urinaires de l Enfant Robert Cohen Coordonateur du Groupe d Expert sur les Infections urinaires de l enfant Particularités des IU de l enfant Fréquence

Plus en détail

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2014

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2014 Page 1 Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 214 Les médicaments antibiotiques ne sont délivrés que sur prescription médicale. Les données utilisées concernent la prescription

Plus en détail

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin

EPP REGIONALE BON USAGE DES. Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin EPP REGIONALE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Dr Elise FIAUX, Dr Anaïs BRETEAU 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie - 23 juin 2016 - 2 PLAN 1. CONTEXTE 2. OBJECTIFS 3. METHODOLOGIE 4. RESULTATS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 avril 2012 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 06 juillet 2007 (JO du 29 avril 2009) KETEK 400 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

PERTINENCE DES SOINS. Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte. Mai 2017

PERTINENCE DES SOINS. Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte. Mai 2017 PERTINENCE DES SOINS Traitement de l infection par Helicobacter pylori chez l adulte Mai 2017 L infection à Helicobacter pylori (H. pylori) joue un rôle majeur dans le développement des ulcères gastroduodénaux

Plus en détail

ESCHERICHIA COLI PRODUCTEURS ELARGI DE LA FAMILLE DES CTX-M:

ESCHERICHIA COLI PRODUCTEURS ELARGI DE LA FAMILLE DES CTX-M: ESCHERICHIA COLI PRODUCTEURS D UNE β-lactamase A SPECTRE ELARGI DE LA FAMILLE DES CTX-M: INCIDENCE, EVOLUTION DU PROFIL DE RESISTANCE ET FACTEURS DE RISQUE D ACQUISITION Pierre CASSIER Congrès SF2H - Lyon

Plus en détail

Les Prescriptions Antibiotiques En Odontologie.

Les Prescriptions Antibiotiques En Odontologie. Les Prescriptions Antibiotiques En Odontologie. L'Antibiothérapie a révolutionné nos problèmes infectieux ces derniers siècles mais cette protection est menacée par les prescriptions douteuses. Quelques

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD et kit antibiotique

Bon usage des antibiotiques en EHPAD et kit antibiotique Bon usage des antibiotiques en EHPAD et kit antibiotique 14 ème colloque ABCPH Antibiothérapie et épidémiologie des BMR Dominique Hettler - Pharmacien Coordonnateur OMEDIT Elise Michelet-Huot - Interne

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro 17 Mars-2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU Rangueil Toulouse Définition d'un antibiotique "Toute substance chimique,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT

DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES - LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT Contact presse Sarah Izza 03.62.72.86.26 sarah.izza@ars.sante.fr

Plus en détail

NORMANTIBIO. Docteurs Emmanuel Piednoir, Elise Fiaux et Pascal Thibon Réunion de l ARLIN Normandie, 26 avril 2016, CHU de Caen

NORMANTIBIO. Docteurs Emmanuel Piednoir, Elise Fiaux et Pascal Thibon Réunion de l ARLIN Normandie, 26 avril 2016, CHU de Caen NORMANTIBIO Docteurs Emmanuel Piednoir, Elise Fiaux et Pascal Thibon Réunion de l ARLIN Normandie, 26 avril 2016, CHU de Caen PLAN Historique française Rationnel et Efficacité des politiques antibiotiques

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques

Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques Gérard MOULIN gerard.moulin@anses.fr Anses/ANMV 8 rue Claude Bourgelat - Parc d'activités de la Grande Marche - Javené BP 90203-35302

Plus en détail

Comment fonctionne la CNEDiMTS

Comment fonctionne la CNEDiMTS Comment fonctionne la CNEDiMTS L évaluation des dossiers de demande d inscription sous nom de marque sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables La Commission nationale d évaluation des dispositifs

Plus en détail

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Les acteurs du traitement médicamenteux PATIENT MEDECIN PHARMACIEN La pharmacothérapie,

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché 23 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique de Zinnat et

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

Analyse d un succès : la diminution volontaire de l usage des céphalosporines en porc. Une crainte : si la colistine devenait un antibiotique critique

Analyse d un succès : la diminution volontaire de l usage des céphalosporines en porc. Une crainte : si la colistine devenait un antibiotique critique JOURNEE DRAAF Bretagne 19 avril 2016 Analyse d un succès : la diminution volontaire de l usage des céphalosporines en porc. Une crainte : si la colistine devenait un antibiotique critique Philippe Le Coz

Plus en détail

L antibiotique, un médicament pas comme les autres

L antibiotique, un médicament pas comme les autres L antibiotique, un médicament pas comme les autres Document à destination des professionnels de santé LES ANTIBIOTIQUES SONT DES MEDICAMENTS INDISPENSABLES LEUR EFFICACITE EST MENACEE, SACHONS LES PRESERVER

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2005 NIMOTOP 30 mg, comprimé pelliculé B/90 Laboratoires BAYER PHARMA nimodipine Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière

Plus en détail

La Commission de la Transparence (CT)

La Commission de la Transparence (CT) La Commission de la Transparence (CT) Évaluation des médicaments en vue de leur remboursement La HAS, un rôle central dans le circuit d évaluation du médicament Autorisation de mise sur le marché (AMM)

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE 1. Organisation générale 1.1. Objectifs généraux de la formation : Le DES de santé publique a pour objectifs de former des médecins à une approche collective

Plus en détail

Concours de recrutement des praticiens conseils

Concours de recrutement des praticiens conseils Concours de recrutement des praticiens conseils Section Médecine Questions posées à l épreuve écrite 2008 2006 2005 2004 2003 2002 Page 1 CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PRATICIENS CONSEILS SECTION MEDECINE

Plus en détail

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_-

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- Réflexion sur les indicateurs du projet de tableau de bord: intérêts et difficultés E Martin, CHI Elbeuf-Louviers/Val de Reuil

Plus en détail

Bon usage des antifongiques. Un défi au quotidien

Bon usage des antifongiques. Un défi au quotidien Bon usage des antifongiques Un défi au quotidien Dr Sandrine HENARD (CHU Nancy-Brabois) 1 Pourquoi le bon usage des antifongiques est un cas à part De plus en plus de patients à risque Augmentation croissante

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS (RAM)

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS (RAM) International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, PAYS-BAS DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 6 mars Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 6 mars Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 6 mars 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 29 octobre 1998 - (J.O. du 6 novembre

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 janvier 1999 (JO du 5 février

Plus en détail

Les indicateurs de bon usage des antibiotiques à l échelon des établissements de santé Expérience CCLIN Sud-Ouest

Les indicateurs de bon usage des antibiotiques à l échelon des établissements de santé Expérience CCLIN Sud-Ouest Les indicateurs de bon usage des antibiotiques à l échelon des établissements de santé Expérience CCLIN Sud-Ouest AM Rogues Service d Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux Enquête CCLIN SO - Objectifs Enquête

Plus en détail

QUELLES STRATEGIES POUR PROMOUVOIR LE JUSTE USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN MEDECINE DE VILLE?

QUELLES STRATEGIES POUR PROMOUVOIR LE JUSTE USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN MEDECINE DE VILLE? Journée Régionale d Infectiologie 2015 QUELLES STRATEGIES POUR PROMOUVOIR LE JUSTE USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN MEDECINE DE VILLE? Dr Violaine Mauffrey, CCU, MG Dr Mariane Giry, MG Déclarations Aucun lien

Plus en détail

Rémunération des médecins : administration et contrôle

Rémunération des médecins : administration et contrôle CHAPITRE Rémunération des médecins : administration et contrôle 3 Entité vérifiée : Régie de l assurance maladie du Québec (RAMQ) Mise en contexte Près de 21 000 médecins omnipraticiens et spécialistes

Plus en détail

«Bacilles à Gram négatif hautement résistants» BLSE. XVIIIe JRPI Lille 04 octobre 2011 C.Cattoen - Valenciennes

«Bacilles à Gram négatif hautement résistants» BLSE. XVIIIe JRPI Lille 04 octobre 2011 C.Cattoen - Valenciennes «Bacilles à Gram négatif hautement résistants» BLSE XVIIIe JRPI Lille 04 octobre 2011 C.Cattoen - Valenciennes Comment résumer la situation? Un recul de plus de 25 ans Une problématique évolutive Sur le

Plus en détail

Votre sujet est-t-il en rapport avec la médecine générale? (critère indispensable) Justifiez le lien direct de votre sujet avec la médecine générale

Votre sujet est-t-il en rapport avec la médecine générale? (critère indispensable) Justifiez le lien direct de votre sujet avec la médecine générale FICHE DE PROJET DE THÈSE/DES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Cette fiche est inspirée de l initiative des généralistes enseignants de la faculté de médecine de Créteil Merci d enregistrer sous format.doc, sous le

Plus en détail

Lien entre incidence des infections à Clostridium difficile et consommations antibiotiques au CHU de CAEN entre 2007 et 2013

Lien entre incidence des infections à Clostridium difficile et consommations antibiotiques au CHU de CAEN entre 2007 et 2013 + Lien entre incidence des infections à Clostridium difficile et consommations antibiotiques au CHU de CAEN entre 2007 et 2013 Lucile COCHARD, Audrey MOUET, Marguerite FINES, Rémy DE MIL, Arnaud de LA

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 13 avril 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 6 novembre 1999 (JO du 21 janvier

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 30 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

Eléments du dossier de demande de remboursement

Eléments du dossier de demande de remboursement Eléments du dossier de demande de remboursement Le laboratoire envoie une demande à l ANAM par courrier postal ou porté sous forme de dossier comportant : Une lettre de demande d inscription (ou de modification

Plus en détail

Mise en place d un observatoire de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne en Franche-Comté

Mise en place d un observatoire de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne en Franche-Comté Mise en place d un observatoire de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne en Franche-Comté C. Bouvier-Slekovec, Formation pour les Coordonnateurs de la gestion des risques associés

Plus en détail

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing INFECTIONS ORL FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing Conflits d intérêts Laboratoires Novartis : support congrès Laboratoires

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 février 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail

Le Test de Diagnostic. Rapide. Comment et pourquoi réduire les prescriptions d antibiotiques dans le traitement des angines

Le Test de Diagnostic. Rapide. Comment et pourquoi réduire les prescriptions d antibiotiques dans le traitement des angines Le Test de Diagnostic Rapide Comment et pourquoi réduire les prescriptions d antibiotiques dans le traitement des angines Expert : Docteur LESCURE Animateur:Dr Bats L antibiorésistance Le pneumocoque,présente

Plus en détail

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Service des maladies infectieuses et Tropicales Professeur Bruno MARCHOU CHU Toulouse Remerciements aux Dr Alexa Debard et Marion Grare 18/11/2015 BM, Bon usage FQ 1 Des

Plus en détail

Suivi biologique du traitement par antivitamine K (étude 2003)

Suivi biologique du traitement par antivitamine K (étude 2003) Suivi biologique du traitement par antivitamine K (étude 2003) Etude menée auprès des laboratoires d analyse médicales par l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) L étude

Plus en détail

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine générale Nicolas GROFFAL 19 avril 2012 INTRODUCTION(1) CRP

Plus en détail

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous?

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? LO PRESTI Coralie 1, BLAISE Agathe 2, MAESTRACCI Michèle 1, LARUE Michèle 1. 1 Service Pharmacie, CH Salon de Provence 2 Pneumologie

Plus en détail

DGOS/PF2/ Dr. V. VAN ROSSEM European antibiotic awareness Day _ 18/11/2010/

DGOS/PF2/ Dr. V. VAN ROSSEM European antibiotic awareness Day _ 18/11/2010/ Les indicateurs issus du tableau de bord des infections nosocomiales : SARM et ICATB Dr. V. VAN ROSSEM DGOS/Bureau qualité et sécurité des soins Objectifs L indice SARM (1/2) Estimer l évolution de la

Plus en détail

LE SUCCÈS DE LA RÉDUCTION D USAGE DES CÉPHALOSPORINES EST IL TRANSPOSABLE

LE SUCCÈS DE LA RÉDUCTION D USAGE DES CÉPHALOSPORINES EST IL TRANSPOSABLE Journée Technique Eco-Antibio, Rennes, 2/07/2014 LE SUCCÈS DE LA RÉDUCTION D USAGE DES CÉPHALOSPORINES EST IL TRANSPOSABLE AUX FLUOROQUINOLONES? Sylvie Chouët Vétérinaire en production porcine AFMVP CHRONIQUES

Plus en détail

Politiques de prévention

Politiques de prévention Politiques de prévention L importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie P O L I T I Q U E S DE PRÉVENTION Colloque organisé par la Fondation PiLeJe 19 SEPTEMBRE 2012 Mercredi 19 septembre

Plus en détail

Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans. par arrêté du 26 février 1999 (J. O. du 4 mars 1999)

Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans. par arrêté du 26 février 1999 (J. O. du 4 mars 1999) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 février 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 26 février 1999 (J. O. du

Plus en détail

Résistance bactérienne aux antibiotiques en Afrique

Résistance bactérienne aux antibiotiques en Afrique Résistance bactérienne aux antibiotiques en Afrique Guessennd K Nathalie Observatoire de la résistance des micro-organismes aux anti Infectieux en Côte d Ivoire: ORMICI 1. Introduction Plan 2. Origine

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES FACULTE DE MEDECINE DE CONSTANTINE ANNEE UNIVERSITAIRE : 2014-2015 EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr S. AMAROUCHE Maitre assistante en Epidémiologie Université 3 de Constantine 1 I. INTRODUCTION

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : THIOVALONE, suspension pour

Plus en détail

MEDICAMENTS ANTIMICROBIENS: SENSIBILITE ET RESISTANCE AUX SUBSTANCES ANTIMICROBIENNES

MEDICAMENTS ANTIMICROBIENS: SENSIBILITE ET RESISTANCE AUX SUBSTANCES ANTIMICROBIENNES Folia veterinaria MEDICAMENTS ANTIMICROBIENS: SENSIBILITE ET RESISTANCE AUX SUBSTANCES ANTIMICROBIENNES Les médicaments antibactériens sont souvent indispensables dans la pratique de la médecine vétérinaire

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Chapitres 6.7 et 6.8 du Code Sanitaire pour les animaux terrestres relatifs à l antibioresistance: Présentation détaillée, mise en oeuvre.

Chapitres 6.7 et 6.8 du Code Sanitaire pour les animaux terrestres relatifs à l antibioresistance: Présentation détaillée, mise en oeuvre. Dr. Gérard Moulin Anses/ANMV Centre Collaborateur de l OIE pour le Medicament Vétérinaire BP 90203-35302 FOUGERES CEDEX, FRANCE gerard.moulin@anses.fr Chapitres 6.7 et 6.8 du Code Sanitaire pour les animaux

Plus en détail

L ordonnance de non-prescription : un outil au bénéfice du dialogue

L ordonnance de non-prescription : un outil au bénéfice du dialogue L ordonnance de non-prescription : un outil au bénéfice du dialogue Dr Thierry LABARTHE Médecin généraliste URPS Médecins Libéraux de Bretagne Mardi 24 novembre 2015 - RENNES - La prescription - Le code

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 8 décembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 8 décembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 8 décembre 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

Assises du médicament- Groupe 3

Assises du médicament- Groupe 3 Assises du médicament- Groupe 3 1 La prescription hors AMM: état des lieux de la réglementation 1. Droit commun 2. Procédures dérogatoires 09 mars 2011 2 1 1. Droit commun Principes et bases réglementaires

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 juillet 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 18 avril 2000 (JO du 21 mai 2000) ANSATIPINE 150 mg, gélule B/30 (CIP

Plus en détail