LES VARIÉTÉS R1EMANNIENNES DONT LA COURBURE SATISFAIT CERTAINES CONDITIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES VARIÉTÉS R1EMANNIENNES DONT LA COURBURE SATISFAIT CERTAINES CONDITIONS"

Transcription

1 LES VARIÉTÉS R1EMANNIENNES DONT LA COURBURE SATISFAIT CERTAINES CONDITIONS Par M. BERGER 1. Variétés riemanniennes Dans toute la suite V désigne une variété indéfiniment differentiable, de dimension d supérieure ou égale à deux. L'espace fibre de ses vecteurs est noté T(V) = Um ev T(V) m etp:t(v)-*v est la projection canonique. F (V) désigne l'anneau des fonctions réelles indéfiniment différentiables de V et %(V) le module sur F (V) constitué par les champs de vecteurs indéfiniment différentiables de V. Une structure riemannienne (s.r.) sur V est la donnée d'une forme bilinéaire symétrique <, > sur le module 3 (F) qui, si l'on désigne encore par <, > et par abus de langage la forme bilinéaire induite sur chaque T(V) m par <, >, vérifie la condition <#,#>>0 quel que soit xgt(v) m, x4=0. On en déduit une norme \\x\\ =«#,#>)*. On dit aussi que V est une variété riemannienne (v.r.). Une isométrie f:v-^w entre deux v.r. V, W est, par définition, un difféomorphisme / tel que \\(df) (x)\\ = \\x\\ quel que soit x T(V). 2. Exemples (A) Soit R d l'espace vectoriel canonique formé avec les d-uples de nombres réels, muni de sa structure euclidienne canonique v.w définie par (a 1,...,a d )'(b 1,...,bd)=a 1 b a d bd et muni de sa structure canonique de variété differentiable. La translation r m :n->(n m) identifie canoniquement T(R d ) m et R d. Ceci permet de définir sur R d une s.r. canonique en posant : (x,y}=r m (x)'r m (y) quels que soient x,y T(R d ) m. (B) Soit TFune v.r. et /: V->W une application indéfiniment differentiable d'une variété indéfiniment differentiable V dans W telle que, quel que soit m G F, la différentielle df\ m de f en m soit infective. Alors V hérite canoniquement de W une s.r. en posant a; = \\(df) (x)\\ pour tout x T(V). Deux cas particuliers sont importants : (a) f est un revêtement; on dira alors que f:v^w est un revêtement riemannien; / est localement une isométrie. (b) (V,f) est une sous-variété de la v.r. R d de (A). Le théorème de Nash [22] assure que cette situation extrinsèque n'est pas, en fait, plus particulière que la situation générale de la définition d'une v.r. au 1. Lorsque dim V = 2 et d = 3, on obtient la source historique de la notion de v.r. Lorsque V = S d = {a G R d+1 1 a = r} (r > 0), pour l'application identique / : S d ->R d+1, on obtient sur cette sphère une s.r. canonique, la seule que l'on considérera dans la suite, à l'exception de la fin du 6. (C) Soit G un groupe de Lie. Une s.r. sur G est dite invariante à gauche (resp. à droite) si toutes les translations à gauche X g (resp. à droite q g ) sont Proceedings

2 448 M. BBEGEE des isométries; une s.r. est dite biinvariante si elle est invariante et à droite et à gauche. On obtient sur G des s.r. invariantes à gauche en prenant sur T(G) e n'importe quelle structure euclidienne a*b et en posant (x,y)> = (dkg 1 ) (x) - (dkg 1 ) (y) quels que soient x,yet(g) g. Si G est de plus compact on obtiendra sur G une s.r. biinvariante en prenant la moyenne, à droite et pour la mesure de Haar de G, d'une s.r. invariante à gauche. Soit maintenant H un sous-groupe fermé du groupe de Lie compact G; une s.r. biinvariante sur G définit canoniquement une s.r. invariante par G sur l'espace homogène G\H (dite alors naturelle). On procède comme suit:soit p:g->gih la projection canonique, meg/h et g tel que p(g)=m. Soit T(G) g =Vg+Wg la décomposition orthogonale où V g est le sous-espace de T(G) g constitué par l'espace tangent à la fibre gh. La restriction dp: W g ->T(GjH) m est bijective et définit donc sur T(G/H) m une structure euclidienne. Comme la s.r. sur G est biinvariante, la structure euclidienne ainsi obtenue ne dépend pas du g choisi tel que p(g)=m et l'on obtient ainsi sur GjH une s.r. canonique à partir de la s.r. biinvariante choisie sur G, et invariante par les opérations à gauche de G sur G/H. Cas particuliers. Les espaces symétriques simplement connexes de rang un : SO(d + l)/so(d), P n (C)=SU(n + l)iu(n), P n (H)=Sp(n + l)/sp(n)x Sp(l), P 2 (Ca) = FJSnin [9]. Les s.r. ainsi obtenues sur l'un d'eux sont toutes proportionnelles; pour S0(d + l)/s0(d) elles coïncident avec celles S d de l'exemple (B) (b). Pour P (C), on obtient les métriques de Fubini-Study. 3. Notions classiques Désormais V est une v.r. donnée. Si A:[0,ï]-»F est une courbe de V, de vecteur tangent k'(t) en X(t), on définit sa longueur L(X) = Jo A'(J) " dt. On pose C(m,n) = {X\X(Q)=m et X(l)=n}. On a sur V une structure canonique d'espace métrique en posant : d(m,n) = inf^ec(m,n) L(X)\ la topologie correspondante coïncide avec la topologie initiale de la variété differentiable V. Pour étudier l'ensemble SG(m,rì) = {X C(m,rì)\L(X) z =d(m,rì)} on est naturellement conduit à introduire une opération D:dt(V)->{dt(V)-+dt(V)} qui, sielle est notée X-+{Y->D X Y}, satisfait les deux axiomes : J «Y,Z}) = <D X Y,Z)+<Y,D X Z) et D X Y-D Y X = [X, Y] quels que soient X,Y,ZE 3 (F). Il se trouve que D existe, est unique et de plus une loi de dérivation, c'est à dire que DeHom F oo (V) (3c(V); Hom Ä (3E(F); %(V))) et D x (fy) = X(f)'Y+f-D x Y quels que soient X,Y %(V) et fef (V). On dit que D est la loi de dérivation canonique de la v.r. V Le commutateur R(X, Y) = D x D Y D Y D x D lxt Yi se trouve être un tenseur de type (1,3) de V, appelé le tenseur de courbure de V. Il vérifie les identités classiques : (R(x,y)z,t)=-(R(x,y)t,z}=(R(z,t)x,yy, (1) R(x,y)z + R(y,z)x + R(z,x)y=0 (2) et son tenseur dérivé DR vérifie : (DR) (x, y; z) + (DR) (y, z; x) + (DR) ((z, x; y) = 0. (3) On pourra aimer remarquer que, si l'on prend un système de coordonnées { J sur un ouvert U de V et si l'on pose dl(dçi)=x i dt(u), la quantité <i?(x i,x ; )X Ä,X Ä > n'est autre que celle R ijkh de la littérature classique.

3 VARIÉTÉS RIEMANNIENNES 449 Etant donnée À C(m,n), on définit le transport parallèle le long de X comme l'application T* : T( V) m ->T( V) n obtenue en exigeant que, {x(t)} étant un champ de vecteurs le long de A tel que D^t) x(t)=0 quel que soit t, alors Ti(x(0))=x(l). D'après le premier axiome de définition de D, il est clair que rx est une isométrie d'espaces euclidiens. Une élément y de SC(m,n) devant nécessairement vérifier D y. (t) y, (t)=0 quel que soit t, une courbe y telle que D Y > i t ) y'(t)=q quel que soit t sera appelée une géodésique de V; à part les géodésiques triviales, on parametrise dorénavant toutes les géodésiques en sorte que y'( ) =1 qnel que soit t. Etant donné xet(v)m (i.e. xet(v) m et x4=0) il existe une géodésique et une seule y x telle que y x (0) =p(x) et yi(0)=#/ a;. Le théorème de Hopf-Rinow [20] assure que, si V est un espace topologique complet, alors y x (t) existe quel que soit x T(V)%, quel que soit mgfet quel que soit teêet que, de plus, quels que soient m,n V:SC(m,n)=%=0 (évidemment SC(m,n) peut avoir plus d'un élément). Dorénavant toutes les v.r. considérées seront COMPLèTES. 4. La courbure sectionnelle Pour découvrir si une v.r. V est isométrique ou non à R d, pensant à S d czr d+1, il est naturel de procéder ainsi:soit PczT(V) m un sous-espace vectoriel de dimension deux de T( V) m (on désignera par G( V) l'ensemble de tous ces P lorsque m parcourt V). Soit alors C(P;e) le petit cercle de V de direction P et de rayon e, c'est-à-dire C(P;e) = {y t (e)\x6t(v)î l ()P}. Il s'agit d'étudier l(p;e)=l(c(p;e)). Il faut donc calculer le vecteur tangent à C(P;e) au point y x (s). Il est facile de voir que si {x,y} est un repère orthonormé de P, ce vecteur tangent Y(x,y;e) est, après identifications convenables, la valeur Z(e) de la solution Z de l'équation différentielle dans T(V) m : ^ = TïHR{y' x (t), T t {Z(t))y' x {t)) (4) telle que Z(0) =0 et dzjdt\t^o=y et où r t désigne le transport parallèle le long de y x de y x (0) =m à y x (t). On obtient donc pour F(a;,y;e) l'approximation : \\Y(x,y;e)\\=s + ^-<R(x,y)x,yy + o(e 3 ). (5) Il se trouve, grâce aux identités (1) et (2) que (R(x,y)x,y} ne dépend que de P et non du repère orthonormé choisi dans P. Puisque, lorsque d=2, (R(x,y)x,y) n'est autre que la courbure totale de la surface V, il est naturel de définir la courbure sectionnelle de V pour P par c(x,y)=c(p) = (R(x,y)x,y} pour tout repère orthonormé {x, y} de P. On aura donc c(p) = 3 lim -. (2ne-l(P\ s))/s 3. On posera c(v) = {c(p)\peg(v)} et on l'appellera Y ensemble de courbure de V. La connaissance de la fonction réelle P->c(P) sur G( V) entraîne celle du tenseur de courbure lui-même. Exemples. (A) On a c(r?) = {0} (puisque 1(P;S)=27ü6 que R(X, F) =0 quels que soient X, Y). OU bien parce

4 450 M. BERGER (B) (a) Si f:v->w est un revêtement riemannien, alors c(v)=c(w) puisque / est localement une isométrie. (ô) On a c(sf ) = {l/r 2 } (longueur d'un petit cercle). On sait aussi que, quel soit A<0, il existe sur R d une s.r., notée û d (A) et dite hyperbolique, telle que c(a d (A)) = {A}. On posera aussi, en v.r. : a d (0) = R d et, si &>0:a d (&)=Sf IVÄ. (C) On montre que, pour toute s.r. naturelle sur G\H, on a c(g\h) >0. Plus précisément, si l'on identifie T(GjH) Pie) avec le W e de la décomposition orthogonale T(G) e =V e +W e et T(G) e avec l'algèbre de Lie de G, on peut définir le crochet dans T(G/H) p(e). On montre alors que c(x,y)=0 est équivalent à [x,y]=0. D'autre part, pour les espaces riemanniens symétriques de rang un listés à la fin du 2, autre que les sphères, on a : c(f) = [A/4,A](A>0). 5. La courbure de Ricci Il est aussi naturel de calculer le volume v(m;e) de la sphère de V de centre m et de rayon e, définie par S(m;s) = {y x (e) \x T(V)m} (on sait que, pour s assez petit, on a S(m;s) = {ne V\d(m,n) =e}). Si da est l'élément de volume de la sphère unité Sf' 1 de T(V) m, on aura v(m;e)= \ s <t-i v(x;e)da, où v(x;e) = \\Y(x,y x,6)a... A F^^^e)!! pour une base orthonormée de la forme {x,y x,...,y d _ x } de T(V) m. De (5) on obtient : Y(x, y x ; e) A... A Y(x, y d -\\ s) / Fd+1 d-l \ = (y x A... A y d^) (e*' 1-2 c(x, yù + o(e d+1 )J. Pour un x tel que a; =l, la quantité rc(x) = 2f=i c(x,y t ) n'est autre que la trace de la forme quadratique {y-> (R(x,y)x,y}}, trace qui est appelée la courbure de Ricci de V en x. On posera rc( V) = {rc(x) x G T( V) et a; =1}. En général, pour un m fixé, rc(x) dépend de x. Pour d = 2, on a rc(v) =c(v); pour d = 3, la connaissance de rc(v) entraîne celle de c(v), par exemple rc(v) = {A} entraîne c(f) = {A/2}. En général, s'il existe f F (V) telle que rc(#)=/(ra) # 2 quel que soit x V m, on déduit de (3) que / est nécessairement constante et donc que rc(v) = {A}. Exemples. Si c(v) = {A} alors rc(v) = {(d 1)A}; mais un exemple moins trivial est un espace homogène GjH du type de l'exemple (C) du 2 tel que de plus la représentation adjointe ad H de H dans T(GjH) p{e) soit irréductible : en effet cette représentation laisse invariante sur T(GIH) p(e ) deux formes quadratiques : et rc. Puisque est définie positive et ad H irréductible, ceci implique que rc et sont proportionnelles. 6. La courbure scalaire On peut maintenant achever le calcul de v(m; s). Si a d = j s d-i da, on aura : ryd+l J-î- 1 * v(m;s) = a d 's d ~ 1 L d -i^(a;) -da + o(e d+1 ).

5 VARIETES RIEMANNIENNES 451 Puisque rc(x) est une forme quadratique en xet( V) m, si sa trace est notée sc(m), on aura J s _1 x fc(x) da = (Ijd) sc(m). La fonction réelle se : V->R est appelée la courbure scalaire. Quelle que soit la base orthonormée {x t } de T(V) m, on aura sc(m)=^i^jc(x i,x j ). Et / x T flj ove 0 * 1 -^; s) sc(m) = lim e^o 6d ^. Exemple. Soit 6r le groupe de Lie simple, compact, simplement connexe, de dimension trois (donc G est difféomorphe à S s ). A l'aide des formules de Maurer-Cartan et des équations de structure, il est facile de construire sur G, quel que soit AGi?, une structure riemannienne 6r A invariante à gauche et telle que sc(g A ) = {A}. 7. Les problèmes considérés Nous nous proposons maintenant de donner ci-dessous un exposé de résultats connus sur les relations entre la topologie de V et des hypothèses sur l'un des ensembles c(v), rc(v), sc(v). Les résultats seront énoncés sans démonstration et nous nous restreindrons à trois types d'hypothèses : dans le 8 : la courbure est constante; dans le 9 : la courbure a un signe constant; dans le 10 : la courbure varie dans un certain domaine. Une remarque préliminaire est: soit V une v.r. telle que c(v), ou rc(v), ou sc(v) satisfasse une certaine condition. Si F->F est le revêtement riemannien universel de V, alors (d'après 2, exemple (B), (a)) : c(v), ou rc(v), ou sc(v) satisfait la même condition. Le problème étudié se coupe donc en deux : problème I : étudier une telle variété lorsqu'elle est simplement connexe; problème II : étudier le groupe fondamental d'une telle variété. Nous observerons cette coupure dans les 8 et 9. Rappelons qu'implicitement toutes les variétés considérées sont des VARIéTéS RIEMANNIENNES INDéFI NIMENT DIFFéRENTIABLES, CONNEXES ET COMPLèTES, de dimension supérieure ou égale à deux. 8. Les variétés à courbure constante Problème I THéORèME 1 [15]. Soit V simplement connexe telle que c(v) = {A}. Alors V est isométrique à û(a). Rappelons le fait classique : si d =2, il existe sur V compacte une s.r. telle que c(v) = {A} (pour un certain A). La généralisation est le : THéORèME 2 [30]. Soit V une v.r. compacte (d>3). Il existe sur_v une fonction partout strictement positive et A G R telle que la nouvelle s.r. V sur V définie par =/ vérifie sc(v) = {A}. (La démonstration est un résultat fin d'équation aux dérivées partielles, elliptique et non linéaire.)

6 452 M. BERGER Le Théorème 2 montre que la courbure scalaire a peu de signification topologique. En outre l'exemple du 6 montre que, pour d=3 (et peut être pour tout d>3) même le signe de la courbure scalaire n'a pas d'implication topologique (tandis que, pour d=2, la formule de Gauss-Bonnet relie ce signe à celui de la caractéristique d'euler-poincaré de V). Entre les deux théorèmes extrêmes 1 et 2, comment se comporte l'hypothèse rc(f) = {A}? Le 5 montre d'abord que cette question ne se pose que pour d>é. Est-ce qu'une telle hypothèse est forte on non? Peu de résultats sont connus. Remarquons d'abord que rc(v) = {A} a certainement des implications : THéORèME 3. Soit V compacte telle que d=4 et rc (F) = {A}. Alors la caractéristique d'euler-poincaré %(V) est positive ou nulle. (Ce résultat se déduit facilement de [11]). Notons aussi qu'on ne connaît pas d'exemples de v.r. compacte V telle que rc(v) = {A}, autres que les espaces homogènes riemanniens GjH avec ad H irréductible. Les deux théorèmes suivants semblent montrer que V compacte et rc(v) = {A} est une très forte restriction : THéORèME 4 [4, 6]. Soit V compacte orientable telle que d =4 et rc(v) = {A}. Si de plus : a) il existe A > 0 tel que c( V) c ]A/4, A] alors V est isométrique à û(a') (pour un certain A'); b) si c(v)>0 et si V est Jcahlêrienne, alors V est isométrique a P 2 (C) ou a S 2 *S 2. THéORèME 5 [5]. La structure riemannienne û(a) sur S d est isolée parmi les s.r. dont la courbure de Ricci est égale à la constante (d 1)A. (Ces deux théorèmes reposent essentiellement sur la formule (6.8) de [19].) Problème II Ce qui précède montre que le Problème II n'a guère de sens, actuellement, que lorsque le revêtement universel riemannien de V est un d(a). Le Théorème 1 montre alors que le problème considéré est purement algébrique. Cependant, dans le cas A<0, on ne sait rien de plus que les Théorèmes 11, 12, 13 du 9. Pour A =0, on a le : THéORèME 6 [8]. Soit V compacte telle que c( V) = {0}. Il existe un revêtement riemannien W de V tel que W soit un tore. Pour A>0, le Théorème 14 montre d'abord que seul le cas d'impair est à considérer. Lorsque d=3, le problème est complètement résolu par [25]. Pour d >5, surtout en fait lorsque d est de la forme 4Jc +1, le problème a été ramené dans [28] a un problème de pure arithmétique. Un résultat partiel mais complet est le : THéORèME 7 [29]. Soü V telle que c(f) = {A} (A>0) et homogène. Alors n x ( V) est, soit cyclique, soit polyhedral binaire. (Le point de départ est de remarquer que l'homogénéité implique que les isométries de û(a) qui réalisent n x ( V) sont des translations. On prouve alors le résultat algébrique conjecturé par Vincent.)

7 VARIÉTÉS RIEMANNIENNES Les variétés dont la courbure a un signe constant Problème I On a déjà vu au 8 qu'il n'a de sens que pour c(v) ou rc(v). On n'a de résultat en fait que pour c(v) (voir cependant Théorème 17). C'est un problème naturel de rechercher les variétés topologiques qui admettent des s.r. telles que c(v)>0, ou c(f)<0. Du côté négatif ou nul, le problème est complètement résolu par le : THéORèME 8 [14, 10]. Soit V simplement connexe telle que c(v) <0. Alors V difféomorphique à R d. (La démonstration repose essentiellement sur le théorème de Hopf- Rinow et le fait que, grâce à (4), l'application exponentielle exp m : T(V) m -+V (pour un m quelconque) a une différentielle partout bijective, et est alors un revêtement). Du côté positif ou nul, les exemples du 4 (C) montrent que le problème n'est pas aussi simple (excepté en dimension deux : voir 8). Même le cas c( V) >0 est difficile (exemples ( C) du 4). En fait on ne connaît actuellement aucune implication topologique de la condition c(f)>0. Quelques résultats partiels : THéORèME 9 [13]. Soit V hahlérienne compacte telle que c(v)>0. Alors deux sous-variétés analytiques complexes compactes, de dimension complémentaires, de V se rencontrent nécessairement. Si de plus d =4, ceci implique que V est homéomorphe à P 2 (C). (La démonstration de la première partie utilise un argument de minimum et la variation seconde; la deuxième partie est due à Andreotti.) THéORèME 10 [3]. Soit G\H un espace homogène riemannien naturel simplement connexe et tel que c(g\h)>0. A part deux exceptions (Vune pour d = l, Vautre pour d = l3), la structure variété sous-jacente de G/H est homéomorphe a Vune des : S d, P (d/2) (C), P (d/4) )(#), P 2 (Ca). (La démonstration consiste à utiliser ce qui a été dit dans l'exemple (C) du 4 pour se ramener à un problème d'algèbres de Lie.) Problème II THéORèME 11 [10]. Soit V telle que c(v)<0. Alors tout sous-groupe de n x ( V) est infini. (La méthode consiste à montrer que c(f)<0 entraîne qu'un compact de F a un barycentre unique; on utilise alors comme compact l'orbite d'un sous-groupe fini de n x (V).) THéORèME 12 [23]. Soit V compacte telle que c(f)<0. Alors n x (V) ne peut pas être abélien et tous ses sous-groupes abéliens sont cycliques. (La démonstration utilise l'existence d'une géodésique fermée dans une classe d'homotopie libre non nulle de V et le fait que c(v) <0 entraîne que tout quadrilatère de F a des angles dont la somme est strictement inférieure à 2Tï).

8 454 M. BERGER THéORèME 13 [18]. Soit V une variété riemannienne homogène telle que c(v)<0. Alors V est simplement connexe. (Utilise une géodésique fermée comme ci-dessus et un champ de Jacobi- Killing le long d'icelle : contradiction si c(v)<0.) On trouvera dans [12] des résultats fins sur les V telles que d=2, c( V) >0, V non compacte. On a un résultat définitif : THéORèME 14 [26]. Soit V compacte, orientable, de dimension paire et telle que c(f)>0. Alors V est simplement connexe. (On applique la variation seconde le long d'une plus courte géodésique fermée). Et des résultats partiels : THéORèME 15 [21]. Soit V compacte telle que rc(v) >0. Alors n x (V) est fini. (La variation seconde montre que rc(v)>ô>0 implique que V est de diamètre fini donc compacte. On applique ceci à V.) THéORèME 16 [11]. Soit V compacte telle que d=é. Alors, si c(v)>0 ou si c(v) <0,ona x(v) >0; et %(V) =0 implique c(v) = {0}. (S'obtient en choisissant un repère orthonormé tel que l'expression figurant sous le signe somme dans la formule généralisée de Gauss-Bonnet [1] ait une forme simple faisant intervenir la courbure sectionnelle.) THéORèME 17 [9]. Soit V kahlêrienne compacte telle que rc(f)>0. Alors il n'existe pas sur V de formes extérieures holomorphes fermées non triviales. (La méthode est celle des formes harmoniques : voir formule (3.4) de [19].) THéORèME 18 [17]. Soit V kahlêrienne compacte telle que rc(v)>0. Alors V est simplement connexe. (On utilise simultanément : le Théorème 15, le fait que V est algébrique d'après le théorème de plongement de Kodaira et les genres arithmétiques de V et f). 10. Les variétés fe-pincées On introduit une notion plus forte que c(v) >0. Une v.r. est dite k-pincée s'il existe A>0 et k tels que c(f)c= [&A,A]. (Seul le Problème I a été considéré. Pour k = \ les résultats sont satisfaisant (seule la question du difféomorphisme restant ouverte)). THéORèME 19 [24, 16]. Soit V simplement connexe et k-pincée. Si alors V est homéomorphe à S d. (La démonstration repose essentiellement sur deux résultats : celui de [16] sur le cut-locus et celui de [27] qui est essentiellement une inégalité trigonométrique). THéORèME 20 [2]. Soit V simplement connexe, non homéomorphe à S d et (D-pincêe. Alors V est isométrique a l'un des : P< d,2) (C), I* m) (H), P 2 (Ca). k>\,

9 VARIÉTÉS RIEMANNIENNES 455 (Raffinant la démonstration du Théorème 19, on montre que la courbure sectionnelle à travers une géodésique quelconque est invariante par transport parallèle le long d'elle; d'après [10], ceci implique que V est une v.r. symétrique). Bien que son existence théorique soit probable, on ne connaît pas actuellement un s (0<e<(D) tel que l'hypothèse «V est simplement connexe et ifc-pineée avec k>(l)-e» entraîne «Fest homéomorphe à l'une des : S d, P idl2) (C), P (dlé) (H), P 2 (Ca)» (on remarquera les deux exceptions du Théorème 10). On a un résultat partiel : THéORèME 21 [2]. Soit V compacte telle que d=2n-\-l (n>2) et k-pincée. Alors si k=2(n l)l(8n 5), le deuxième nombre de Betti réel de F est nul. (La méthode utilise la formule (3.4) de [19]). En particulier si d=5 et Jfc=2/ll, alors F aura la cohomologie réelle de S 5. Un seul résultat (très faible comme le montrent la substitution k = J et le Théorème 20) est connu reliant l'hypothèse ^-pincée et la topologie de F: THéORèME 22 [7]. Soit V compacte, k-pincée avec k>0 et telle que d=2n. Alors : \%(V)\ <2- n -(2n)\-k- n. (La méthode utilise la formule généralisée de Gauss-Bonnet [1] et les majorations pour le tenseur de courbure de [2].) BIBLIOGRAPHIE [1]. AXLENDOERFER, C. & WEIL, A., The Gauss- Bonnet theorem for Riemannian polyhedra. Trans. Amer. Math. Soc., 53 (1943), [2]. BERGER, M., Sur quelques variétés riemanniennes suffisamment pincées. Bull. Soc. Math. France, 88 (1960), [3]. Les variétés riemanniennes homogènes normales simplement connexes à courbure strictement positive. Ann. Scuola Norm. Sup. Pisa, XV 1961, ). [4]. Sur quelques variétés d'einstein compactes. Ann. di Mat. 53 (1961), [5]. Les sphères parmi les variétés d'einstein. C. R. Acad. Sci. Paris, 254 (1962), [6]. L es variétés kahlériennes d'einstein de dimension quatre à courbure positive (A paraître dans Tensor.) [7], On the characteristic of positively-pinched Riemannian manifolds. (A paraître 1962 dans Proc. Nat. Acad. Sci. U.S.A.) [8]. BEEBERBACH, Über die Bewegungsgruppen der Euklidischen Räume. Math. Ann. 72 (1912), [9]. BOCHNER, S., Tensorfields and Ricci curvature in Hermitian metric. Proc. Nat. Acad. Sei. U.S.A., 37 (1951), [10]. CARTAN, E., Leçons sur la géométrie des espaces de Riemann. Paris, [11]. CHERN, S. S., On curvature and characteristic classes of a Riemannian manifold Abh. Math. Sem. Hamburg, 20 (1955), [12]. COHN-VOSSEN, Totalkrünunung und Geodätische Linien auf einfach zusammenhängenden, offenenvollständigen Flächenstücken. Mat. Sb. N.S., 1 (1936)

10 456 M. BERGER [13]. FRANKEL, T., Manifolds with positive curvature. Pacific J. Math., 11 (1961), [14]. HADAMARD, J., Les surfaces à courbures opposées et leur lignes géodésique s. J. Math. Pures Appi., 4 (1898), [15]. HOPF, H., Zum Clifford-Kleinschen Raumproblem. Math. Ann., 95 (1926), [16]. KLTNGENBERG, W., Über Riemannsche Mannifaltigkeiten mit nach oben beschränkter Krümmung. (A paraître dans Ann. di Mat ) [17]. KoBAYAsm, S., On compact Kahler manifolds with positive definite Ricci tensor. Ann. Math., 74 (1961), [18]. Homogeneous Riemannian manifolds of negative curvature. Bull. Amer. Math. Soc, (1962), [19]. LICHNEROWICZ, A., Géométrie des Groupes de Transformations. Paris, 1958). [20]. MYERS, S., Riemannian manifolds in the large. Duke Math. J., 1 (1935), [21]. Riemannian manifolds with positive mean curvature. Duke Math. J., 8 (1941), [22]. NASH, J., The imbedding problem for Riemannian manifolds. Ann. Math., 63 (1956), [23]. PREISSMANN, A., Quelques propriétés globales des espaces de Riemann. j) Comment. Math. Helv., 15 (1942), [24]. RAUCH, H. E., Geodesies and Curvature in Differential Geometry in the Large. New York, Yeshiva University, [25]. SEIFERT, H. & THREULFAUû, W., Topologische Untersuchung der Diskontinuitätsbereiche endlicher Bewegungsgruppen des dreidimensionalen sphärischen Raumes. Math. Ann., 107 (1932), [26]. SYNGE, J. L., On the connectivity of spaces with positive curvature. Quart. J. Math. Oxford, (1936), [27]. TopoHorov, V. A. PimaHOBH npoctpahctba KPHBH3HH orpahhqehhoft CHH3y. yenexu Mam. nayn, 85 (1959), [28]. VINCENT, G., Les groupes linéaires finis sans points fixes. Comment. Math. Helv., 20 (1947), [29]. WOLF, J. A., Vincent's conjecture on Clifford translations of the sphere. Comment. Math. Helv., 136 (1961), [30]. YAMABE, H., On deformation of Riemannian structures on compact manifolds. Osaka Math. J., 12 (1960),

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie 133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie Pierre Lissy March 8, 2010 On considère un espace vectoriel euclidien de dimension nie n, le produit scalaire sera noté

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

en utilisant un point-virgule.

en utilisant un point-virgule. 6 Chapitre Chapitre 6. Géométrie analytique Ce chapitre présente les possibilités de votre calculatrice dans le domaine de la géométrie analytique, tout particulièrement pour les problèmes liés aux espaces

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

C) Fiche : Espaces vectoriels.

C) Fiche : Espaces vectoriels. C) Fiche : Espaces vectoriels. 1) Définition d'un espace vectoriel. K= I ou est le corps des scalaires. E est un K-espace I vectoriel si et seulement si : C'est un ensemble non vide muni de deux opérations,

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

Introduction au domaine de recherche

Introduction au domaine de recherche Introduction au domaine de recherche La conjecture de Guillemin-Sternberg sur la quantification géométrique et la réduction symplectique : un schéma de preuve Martin Puchol Paris, le 20 octobre 2011 TABLE

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo Formes quadratiques Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann Mathématiques MPSI Pierron Théo ENS Ker Lann 2 Table des matières I Algèbre 1 1 Ensembles 3 1.1 Vocabulaire général........................ 3 1.2 Opérations sur les parties d un ensemble............ 4

Plus en détail

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples.

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. 208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. Pierre Lissy May 29, 2010 Dans totue la suite, E désigne un espace vectoriel sur R ou C. 1 Norme. Espace vectoriel normé 1.1

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année

Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 2e année Courbes et surfaces Boris Thibert Les courbes et les surfaces interviennent

Plus en détail

Isométries d'un espace euclidien.

Isométries d'un espace euclidien. Isométries d'un espace euclidien. Dans ce chapitre, le corps des scalaires est R et l'espace (E ; ) est un espace euclidien de dimension finie n. 1. Isométries vectorielles d'un espace euclidien...p.1

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE PRODUIT SCLIRE DNS L'ESPCE Dans tout ce chapitre, les bases ou repères considérés sont orthonormés. Pour des révisions sur le produit scalaire dans le plan, voir le cours de première. 1. Définition du

Plus en détail

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Université Paris I, Panthéon - Sorbonne Licence M.A.S.S. 203-204 Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Jean-Marc Bardet (Université Paris, SAMM) Email: bardet@univ-paris.fr Page oueb: http://samm.univ-paris.fr/-jean-marc-bardet-

Plus en détail

PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN VIGUEUR DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GÉNÉRAL TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL

PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN VIGUEUR DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GÉNÉRAL TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DE L ALPHABÉTISATION ET DES LANGUES NATIONALES RÉPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN VIGUEUR DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GÉNÉRAL TECHNIQUE

Plus en détail

1 Diagonalisation des endomorphismes auto-adjoints, en dimension finie

1 Diagonalisation des endomorphismes auto-adjoints, en dimension finie Annette Paugam Diagonalisation des auto-adjoints Applications aux formes quadratiques : Directions principales Applications en Géométrie, en Statistique et en Mécanique Les paragraphes, 2, 3 donnent un

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Dédié à Ky Fan, en témoignage de notre profonde admiration

Dédié à Ky Fan, en témoignage de notre profonde admiration Topological Methods in Nonlinear Analysis Journal of the Juliusz Schauder Center Volume 5, 1995, 261 269 FAMILLES SÉLECTANTES Paul Deguire Marc Lassonde Dédié à Ky Fan, en témoignage de notre profonde

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts.

Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts. Journal of Lie Theory Volume 14 (2004) 165 198 c 2004 Heldermann Verlag Classification des structures CR invariantes pour les groupes de Lie compacts. Jean-Yves Charbonnel et Hella Ounaïes Khalgui Communicated

Plus en détail

Table des matières. Applications linéaires.

Table des matières. Applications linéaires. Table des matières Introduction...2 I- s et exemples...3 1-...3 2- Exemples...4 II- Noyaux et images...5 1- Rappels : images directes et images réciproques...5 a- s...5 b- Quelques exemples...5 2- Ker

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE LES ROTATIONS DE R : VERSION MATRICIELLE. L espace R n Les structures dont R n est muni appartiennent à quatre niveaux : Structure vectorielle: Vecteur. Combinaison linéaire. Familles libres et liées.

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES Exercice n. (correction) Répondre par VRAI (V) ou FAUX (F) : Question Soient A, B et C trois points distincts du plan. PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES a) A, B et C sont alignés si et seulement si :

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que Champs d hyperplans Un champ d hyperplans coorientable (resp. coorienté) sur une variété V m est le noyau ξ d une 1-forme différentielle non singulière α bien définie à multiplication près par une fonction

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Formules explicites, formules de trace et réalisation spectrale des zéros de la fonction zéta 1. Introduction

Plus en détail

UNE HISTOIRE DE LA GÉOMÉTRIE. Jean VALLÈS (UPPA) Izotges 16 novembre 2011

UNE HISTOIRE DE LA GÉOMÉTRIE. Jean VALLÈS (UPPA) Izotges 16 novembre 2011 UNE HISTOIRE DE LA GÉOMÉTRIE Jean VALLÈS (UPPA) Izotges 16 novembre 2011 PLAN DE L'EXPOSÉ 1. Les éléments d'euclide 300 avant J-C. 2. La renaissance Italienne XV. La perspective, la géométrie projective.

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME MATHEMATIQUES Premier Cycle TROISIEME 79 INTRODUCTION Le programme de la classe de troisième, dernier niveau de l enseignement moyen, vise à doter l élève de savoirs faire pratiques par une intégration

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN Abstract. Ce texte est une introduction aux feuilletages par variétés complexes et aux problèmes d uniformisation de

Plus en détail

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations

Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Chapitre 11. 2ème partie Géométrie dans l espace Produit scalaire et équations Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 2ème partie Produit scalaire Produit scalaire

Plus en détail

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Nom Formule Espaces vectoriels Famille libre On dit que la famille est libre si Famille liée On dit que la famille est liée si Théorème de la base

Plus en détail

HENRI ROUDIER ALGEBRE LINEAIRE COURS & EXERCICES CAPES &AGRÉGATION INTERNES & EXTERNES DEUXIÈME ÉDITION REVUE &.AUGMENTÉE VUIBERT

HENRI ROUDIER ALGEBRE LINEAIRE COURS & EXERCICES CAPES &AGRÉGATION INTERNES & EXTERNES DEUXIÈME ÉDITION REVUE &.AUGMENTÉE VUIBERT HENRI ROUDIER ALGEBRE LINEAIRE COURS & EXERCICES CAPES &AGRÉGATION INTERNES & EXTERNES DEUXIÈME ÉDITION REVUE &.AUGMENTÉE VUIBERT Table analytique des matières 1. La structure d'espace vectoriel 1. Espaces

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Compléments sur les couples aléatoires

Compléments sur les couples aléatoires Licence Math et MASS, MATH54 : probabilités et statistiques Compléments sur les couples aléatoires 1 Couple image ans ce paragraphe, on va s intéresser à la loi d un vecteur aléatoire S, T qui s obtient

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Mathématiques pour PC 2 Cours L1 PC

Mathématiques pour PC 2 Cours L1 PC Mathématiques pour PC 2 Cours L1 PC Andrei Teleman CMI, Université de Provence, 39 Rue Frédéric Joliot-Curie, 13453 Marseille, Cedex 13 14 mars 2011 1 Isométries planes 1.1 La structure d espace vectoriel

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Connexions affines et projectives sur les surfaces complexes compactes

Connexions affines et projectives sur les surfaces complexes compactes Connexions affines et projectives sur les surfaces complexes compactes Sorin DUMITRESCU Mai 2008 Sorin.Dumitrescu@math.u-psud.fr Univ. Paris-Sud (11), U.M.R. 8628 C.N.R.S., Bat. 425, 91405 Orsay Cedex

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail