Staff d épidémiologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Staff d épidémiologie"

Transcription

1 Staff d épidémiologie Semaine du 24/09/15 au 30/09/ Semaine du 01/09/15 au 07/09/15 CHU Nord Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Pr BROUQUI Lisa DIEBOLD, Pauline FRENOY

2 PLAN Grippe saisonnière 2015/2016 Poliovirus sauvage au Nigeria Point épidémiologique EBOLA en Afrique de l ouest Point épidémiologique Mers-CoV dans le monde Fièvre hémorragique de Congo-Crimée au Pakistan et en Inde Fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie 2

3 Grippe saisonnière 2015/2016 Cette année dans l hémisphère nord, le vaccin contre la grippe saisonnière aura une composition identique à celle décidée en septembre pour l hémisphère sud (OMS). Composition vaccins hémisphère nord et sud (OMS) : Pour les vaccins trivalents : Une souche A/California/7/2009 (H1N1) pdm09 Une souche A/Switzerland/ /2013 (H3N2) Une souche B/Phuket/3073/2013 Souches vaccinales différentes par rapport au vaccin

4 Grippe saisonnière 2015/2016 è Les vaccins quadrivalent contiennent une 2ème souche B. L'agence a recommandé d'ajouter virus B/Brisbane/60/2008 (Victoria). Début de la campagne de vaccination : 9 novembre 2015 à l APHM. Vaccins disponibles en pharmacie : AGRIPPAL, FLUARIX, IMMUGRIP, INFLUVAC, VAXIGRIP. 4

5 Poliovirus sauvage au Nigeria Depuis 2014, il ne reste plus que trois pays endémiques pour le poliovirus (Afghanistan, Nigéria et Pakistan), alors qu ils étaient plus de 125 en Le Comité d urgence du RSI (Règlement Sanitaire International) concernant la propagation internationale du poliovirus sauvage réunit le 4 août 2015 pour sa 6ème réunion a noté que le Nigéria répondraient aux critères applicables aux «États qui ne sont plus infectés par le poliovirus sauvage mais qui restent vulnérables face à la propagation internationale», si le poliovirus sauvage n était pas détecté à nouveau dans un délai de un à deux mois à venir. L'OMS a annoncé le 25 septembre 2015 que la polio n est plus endémique au Nigeria. Le statut de pays non infecté par le poliovirus sera déclaré en l absence de transmission de poliovirus sauvage pendant au moins 3 ans. En effet le dernier cas de poliovirus sauvage remonte au 24 juillet

6 Point épidémiologique Ebola En Guinée, l OMS a enregistré 4 nouveaux cas en semaine 39. Aucun nouveau cas en semaine 40. Au 30 septembre 2015, le nombre total de cas confirmés est de cas (3 340 cas confirmés le 23 septembre 2015). En Sierra-Leone, aucun nouveau cas n a été rapporté en semaine 38, 39, 40. Près de 700 contacts en lien avec le cas de Bombali sont toujours en cours de suivi. Au total, au 30 septembre 2015, l OMS rapporte un total de cas (suspects, probables et confirmés) et décès dans les 3 pays : Guinée, Sierra-Leone et Liberia. 6

7 7

8 Pour rappel, l OMS a officiellement déclaré la fin de l épidémie d Ebola au Liberia le 3 septembre D après la 7ème réunion du Comité du Règlement Sanitaire International (déclaration de l OMS du 05/10/2015), l épidémie Ebola en Afrique de l Ouest continue de constituer une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). 8

9 Mers-Cov dans le monde Au 29 septembre 2015 et depuis le début de l épidémie en avril 2012, l OMS rapporte cas de MERS-CoV dont 567 décès dans le monde. En Arabie Saoudite : 6 nouveaux cas d infection, comprenant 1 mort en semaine à Riyadh - 1 à Aloyoun - 1 à Najran (décés). Pas de nouveaux cas en semaine cdc.gov

10 A Amman, en Jordanie, aucun nouveau cas n a été rapporté en semaine 39. En semaine 40, 4 nouveaux cas (2 professionnels de santé) dont 1 décès. Pour rappel, le bilan depuis mi-août 2015 en Jordanie est d au moins 13 cas confirmés de MERS- CoV, tous liés à une structure de santé privée de la capitale. 10

11 A Amman, en Jordanie, aucun nouveau cas n a été rapporté en semaine 39. En semaine 40, 4 nouveaux cas (2 professionnels de santé) dont 1 décès. Pour rappel, le bilan depuis mi-août 2015 en Jordanie est d au moins 13 cas confirmés de MERS- CoV, tous liés à une structure de santé privée de la capitale. 11

12 JORDANIE Alayoun ARaBIE SAOUDITE 12

13 Fièvre hémorragique de Congo-Crimée Agent pathogène : Nairovirus de la famille des Bunyaviridés Pathologie endémique en Afrique, Balkans, Moyen-Orient, Asie Taux de mortalité: 10-40% Transmission: piqures de Tiques contact avec sang ou tissus d animaux infectés (abattage) transmission interhumaine par contact direct avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de sujets infectés Incubation variable (3-13 jours) Principaux Symptômes : - apparition brutale : fièvre, myalgies, vertiges, raideur et douleurs de nuque, douleurs dorsales, céphalées, sensibilité des yeux, photophobie, avec parfois des signes digestifs associés, puis agitation, confusion - après 2-4 jours : somnolence, une dépression, douleurs 13 hypochondre droit, hépatomégalie

14 Diagnostic : plusieurs méthodes: - immuno-enzymologie (ELISA); - détection de l antigène; - neutralisation sérique; - transcription inverse couplée à l amplification génique (RT-PCR); - isolement du virus sur culture cellulaire. TTM: Symptomatique. La ribavirine (antiviral) a apparemment de bons résultats. 14

15 Fièvre hémorragique de Congo- Crimée Au Balochistan (Pakistan) : 11 cas suspectés de FHCC ont été admis à l'hopital selon une source anonyme. Tous auraient manipulé des animaux en raison de la fête musulmane Eidul Azha. 4 d'entre eux sont morts. Bilan depuis début 2015 : 15 morts confirmés de FHCC au Pakistan. En Inde : D après un étude par le National Institute of Virology, le virus est répandu sur tout le territoire avec un taux mortalité élevé (80%) 15

16

17 Fièvre de la vallée du Rift Zoonose virale touchant principalement les animaux mais pouvant aussi contaminer l'homme Agent pathogène : virus du genre Phlebovirus, de la famille des Bunyaviridae Transmission : Principalement: contact direct ou indirect avec du sang ou des organes d'animaux contaminés (abattage++) injestion du lait cru ou non pasteurisé provenant d'animaux infectés piqûres de moustiques (le plus souvent des Aedes) mouches hématophages Incubation: 2-6 jours 17

18 Forme bénigne (la + fréquente) : asymptomatique ou syndrome grippal Formes graves - Forme oculaire - Méningo-encéphalite - Forme hémorragique Diagnostic : - dosage immuno-enzymatique (méthodes "ELISA" ou "EIA") - détection des antigènes par RT-PCR. - cultures cellulaires Traitement : pas de traitement dans les formes bénignes, traitement symptomatique dans les formes grave 18

19 Fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie D après un rapport du ministre de la santé, la situation est sous contrôle et évolue favorablement. 1 cas suspecté de FVR mort le 14/09/15 : les résultats d analyse des échantillons ont confirmé une infection récente par le virus de la fièvre de la vallée du Rift. D autres cas suspects de FVR sont hospitalisés, isolés et leur situation évolue favorablement. Les analyses sont en cours. 19

20 Bibliographie Grippe saisonnière 2015/2016 : Poliovirus sauvage au Nigeria : MERS-CoV en Arabie Saoudite et Jordanie : Point épidémiologique Ebola : FHCC Inde et Pakistan : Fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie :

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale XX/XX/XX Qu est-ce que la maladie à virus Ebola?. Le virus Ebola provoque l une des infections virales les plus graves connue

Plus en détail

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014

Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Suspicions d infection à virus Ebola : Point de situation au 11 septembre 2014 Cellule de l InVS en Ile-de-France Champagne-Ardenne, Dr Ibrahim MOUNCHETROU NJOYA Qu est-ce que le virus Ebola? famille des

Plus en détail

Fièvre hémorragique Crimée-Congo, hantavirus et fièvre hémorragique Alkhurma menaces de maladies infectieuses émergentes

Fièvre hémorragique Crimée-Congo, hantavirus et fièvre hémorragique Alkhurma menaces de maladies infectieuses émergentes CONSEIL EXÉCUTIF EB127/3 Cent vingt-septième session 15 avril 2010 Point 5.1 de l ordre du jour provisoire Fièvre hémorragique Crimée-Congo, hantavirus et fièvre hémorragique Alkhurma menaces de maladies

Plus en détail

EBOLA Épidémiologie et transmission

EBOLA Épidémiologie et transmission EBOLA Épidémiologie et transmission Joel Leroy RFCLIN/PRIMAIR Maladies Infectieuses BESANCON 18/12/2014 Épidémies Ebola 1976-2013 Virus EBOLA connu depuis 1976 De 1976 à 2013 : 1500 morts Paludisme : 600

Plus en détail

Les services vétérinaires

Les services vétérinaires Lesservicesvétérinaires Bulletin d information n 8 -Mai 2011 Sommaire : La Fièvre de la vallée du Rift Bu lleti n d i nformati on des SV n 8 - Fièvre de la Vallée du Ri ft Mai 2011 1 / 1 Fièvre de la vallée

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 03/10/2014 REFERENCE : MARS 03.10.14-1 OBJET : MARS Message

Plus en détail

«GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION. Informations à jour au 13 avril 2006

«GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION. Informations à jour au 13 avril 2006 «GRIPPE AVIAIRE» REUNION D INFORMATION Informations à jour au 13 avril 2006 «de l épizootie» «à la pandémie» le plan gouvernemental de prévention et de lutte les questions diverses «DE L ÉPIZOOTIE... À

Plus en détail

Pathologies infectieuses à risque d émergence dans l océan Indien. Laurent Filleul, Sophie Larrieu Cire océan Indien, Saint-Denis

Pathologies infectieuses à risque d émergence dans l océan Indien. Laurent Filleul, Sophie Larrieu Cire océan Indien, Saint-Denis Pathologies infectieuses à risque d émergence dans l océan Indien Laurent Filleul, Sophie Larrieu Cire océan Indien, Saint-Denis 3éme JRI, Souris Chaude, Réunion, 19 Nov 2011 Les maladies infectieuses

Plus en détail

5 ème Réunion régionale de la CAPSCA

5 ème Réunion régionale de la CAPSCA 5 ème Réunion régionale de la CAPSCA Nouaktchott (Mauritanie), 14 17 juillet 2014 Maladie à virus Ebola: Mode de transmission, incubation, Risque de l infection et stratégies de lutte Dr Adama BERTHE,

Plus en détail

Fièvre hémorragique à virus Ébola

Fièvre hémorragique à virus Ébola Fièvre hémorragique à virus Ébola Aide-mémoire OMS N 103 Août 2012 Principaux points Le virus Ébola provoque de graves flambées épidémiques de fièvre hémorragique virale chez l homme. Ces flambées ont

Plus en détail

1. PAYS AYANT UNE TRANSMISSION ÉTENDUE ET INTENSE

1. PAYS AYANT UNE TRANSMISSION ÉTENDUE ET INTENSE 1 OMS : FEUILLE DE ROUTE POUR LA RIPOSTE AU VIRUS EBOLA, POINT SUR L ÉVOLUTION RÉCENTE 16 septembre 2014 Suivant la structure de la feuille de route, les pays qui soumettent des rapports appartiennent

Plus en détail

Point sur la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest

Point sur la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest Point sur la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest Situation au 02 avril 2014 Réunion du Cluster Santé du 03 avril 2014 1 Généralités : Les fièvres hémorragiques virales Les Fièvres hémorragiques

Plus en détail

Ebola aux urgences. Dr Xavier Holemans

Ebola aux urgences. Dr Xavier Holemans Ebola aux urgences Dr Xavier Holemans Ebola : une maladie qui fait peur Infographie courrier international n 1250 du 16 au 22 octobre 2014 WHO Situation Report, 5 nov. 2014 Ebola, un virus fragile Eau-savon

Plus en détail

Bulletin Hebdomadaire International N janvier au 03 février 2015

Bulletin Hebdomadaire International N janvier au 03 février 2015 Afrique de l Ouest Ebola Bulletin Hebdomadaire International N 489 28 janvier au 03 février 2015 Département de Coordination des Alertes et des Régions Ce bulletin a pour objectif de signaler les nouveaux

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ET PROPHYLAXIE DES FIEVRES HEMORRAGIQUES VIRALES

EPIDEMIOLOGIE ET PROPHYLAXIE DES FIEVRES HEMORRAGIQUES VIRALES EPIDEMIOLOGIE ET PROPHYLAXIE DES FIEVRES HEMORRAGIQUES VIRALES Maladies rares, mais: létalité élevée potentiel épidémique amplification nosocomiale difficulté du traitement Pathologies: émergentes: EBOLA,

Plus en détail

Vaccination anti-grippale

Vaccination anti-grippale Vaccination anti-grippale Dr Sophie Blanchi Service Maladies Infectieuses et Tropicales Journée des correspondants paramédicaux en hygiène 09 décembre 2016 Virologie (1) Virus à ARN Sous types A et B caractérisés

Plus en détail

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine

Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine Risque d importation du chikungunya et de la dengue cet été en France métropolitaine PRSE - CSP Connaissance - Mardi 24 juin 2014 Florian FRANKE Cire Sud Chikungunya Période d incubation De 4 à 7 jours

Plus en détail

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie.

Définition. Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. FIEVRE EBOLA Définition Fièvre hémorragique virale très grave Tauxdelétalité 90% Cause:virusEBOLA Premiercas:1976(RDCongo) PrèsdelarivièreEbola,nomdelamaladie. Les virus Ebola Virus Ebola Famille Filoviridæ

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la mise en œuvre du règlement sanitaire international (RSI) 29 octobre 2010 Le a été saisi par la direction générale de la santé le 30 décembre 2009 afin de réaliser dans la cadre de la

Plus en détail

RÔLE DE L ONMNE DANS LA SURVEILLANCE DES VIRUS ÉMERGENTS EN TUNISIE

RÔLE DE L ONMNE DANS LA SURVEILLANCE DES VIRUS ÉMERGENTS EN TUNISIE RÔLE DE L ONMNE DANS LA 22/04/2011 SURVEILLANCE DES VIRUS ÉMERGENTS EN TUNISIE 1 Pr Ag Ben Alaya Bouafif Nissaf INTRODUCTION L ONMNE 22/04/2011 Crée par le décret 3294-2005 du 19/12/2005. Il a démarré

Plus en détail

Je m informe sur la grippe

Je m informe sur la grippe Je m informe sur la grippe Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie La grippe est une maladie infectieuse

Plus en détail

Prévention de la propagation de l épidémie de la Maladie à Virus Ebola en Côte d Ivoire en 2014 : miracle ou efficacité des mesures de lutte.

Prévention de la propagation de l épidémie de la Maladie à Virus Ebola en Côte d Ivoire en 2014 : miracle ou efficacité des mesures de lutte. Ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida Congrès de la SFSP, Tours, France, 5 Novembre 2015 République de Côte d Ivoire Union Discipline Travail Prévention de la propagation de l épidémie de

Plus en détail

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins D. Christmann Hôpitaux Universitaires Strasbourg CEMI 17 : ACTUALITES SUR LES ARBOVIROSES. 15 et 16 mars 2012 Institut Pasteur Virus TBE (1) Famille Togaviridae

Plus en détail

Dengue et Chikungunya Epidémiologie Risque d introduction en France Plan anti-dissémination Contexte réglementaire

Dengue et Chikungunya Epidémiologie Risque d introduction en France Plan anti-dissémination Contexte réglementaire Dengue et Chikungunya Epidémiologie Risque d introduction en France Plan anti-dissémination Contexte réglementaire «Apiculture et lutte anti-vectorielle» 17 juin 2014 Moustique vecteur Moustique : arthropode

Plus en détail

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie LA GRIPPE Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie La grippe : une maladie contagieuse Réplication virale Voies aériennes supérieures ET Voies respiratoires inférieures Incubation :

Plus en détail

SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune

SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune SITUATION INTERNATIONALE Chikungunya Dengue Zika Fièvre jaune COPIL ARBOVIROSES DU 1 ER JUIN 2017 FLORIAN FRANKE CIRE PACA-CORSE PARTIE 1 SITUATION INTERNATIONALE CHIKUNGUNYA DENGUE ZIKA CHIKUNGUNYA 2017

Plus en détail

Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 26 novembre 2009

Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 26 novembre 2009 Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 26 novembre 2009 L Institut de veille sanitaire (InVS) coordonne la surveillance de la grippe en France notamment celle liée au virus

Plus en détail

A. Données essentielles sur l épidémie

A. Données essentielles sur l épidémie A. Données essentielles sur l épidémie I. Données épidémiologiques Début de l épidémie : 22 mars 2014 en Guinée Au 25 octobre 2014 : 10141 cas cliniques compatibles avec une maladie à virus Ebola ont été

Plus en détail

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE ADENOVIRUS 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

BILAN DE LA SAISON GRIPPALE

BILAN DE LA SAISON GRIPPALE flash GRIPPE Le volume 6 / numéro 7 mercredi 21 septembre 216 BILAN DE LA SAISON GRIPPALE 215-216 FAITS SAILLANTS La saison 215-216 a dans l ensemble été d une intensité modérée et figure parmi les saisons

Plus en détail

Liste d exercices pour le TP 4

Liste d exercices pour le TP 4 Liste d exercices pour le TP 4 MBIOB131 (partie J. Jamart): chapitres I, II et III Avril 2016 La grippe Selon l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la grippe se définit comme une infection virale

Plus en détail

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona...

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... Dr Emmanuel MORTIER, Médecine interne Louis-Mourier pas de lien d intérêt

Plus en détail

Centre des médias Maladie à virus Ebola

Centre des médias Maladie à virus Ebola 1 von 7 10/04/2014 08:53 Centre s médias Maladie à virus Ebola Ai-mémoire N 103 Mars 2014 Principaux points La maladie à virus Ebola (autrefois appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) chez l homme

Plus en détail

Je connais les maladies virales transmises par les moustiques

Je connais les maladies virales transmises par les moustiques Je connais les maladies virales transmises par les moustiques Le site du Docteur Andreas WERNER Adresse du site : www.docvadis.fr/andreas-werner Validé par le Comité Scientifique Médecine des voyages La

Plus en détail

Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 16 décembre 2009

Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 16 décembre 2009 Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 16 décembre 2009 L Institut de veille sanitaire (InVS) coordonne la surveillance de la grippe en France, notamment celle liée au virus

Plus en détail

La grippe. Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo

La grippe. Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo La grippe Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo lo-nevers & Rémi R Charrel Pôle des Maladies Infectieuses et Tropicales Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Université de la MéditerranM diterranée URMITE

Plus en détail

Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales

Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Fièvres hémorragiques Les virus Arenaviridae Bunyaviridae Flaviviridae Filoviridae Virus Ebola Virus Marburg

Plus en détail

Les facteurs favorisant l émergence de nouveaux virus

Les facteurs favorisant l émergence de nouveaux virus Les facteurs favorisant l de nouveaux virus Héla KARRAY-HAKIM Laboratoire Microbiologie, Sfax XXI ème Congrès de la STPI. Tunis, 21-23 Avril 2011 «Infections virales émergentes» Introduction récente Phénomènes

Plus en détail

Bulletin grippe A (H1N1) 2009

Bulletin grippe A (H1N1) 2009 Point de situation au 16 juillet 29 (11h) En France la dynamique de l épidémie est suivie dorénavant par : - le nombre de cas groupés dus au virus ; - le nombre de cas graves ; - les indicateurs de surveillance

Plus en détail

Aide-mémoire. Chikungunya

Aide-mémoire. Chikungunya Aide-mémoire Principaux faits Le chikungunya est une maladie virale transmise à l homme par des moustiques infectés. Elle provoque de la fièvre et des arthralgies (douleurs articulaires) sévères. Les autres

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DES MINISTÈRES ET ORGANISMES QUÉBÉCOIS CONCERNÉS 16 JUIN 2006

RECOMMANDATIONS DES MINISTÈRES ET ORGANISMES QUÉBÉCOIS CONCERNÉS 16 JUIN 2006 PROTECTION PERSONNELLE DES TRAVAILLEURS IMPLIQUÉS DANS LA RÉCOLTE D OISEAUX SAUVAGES MORTS OU MORIBONDS DANS LE CADRE DE LA SURVEILLANCE DE L INFLUENZA AVIAIRE RECOMMANDATIONS DES MINISTÈRES ET ORGANISMES

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates.

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Vaccinations Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Diphtérie Tétanos Polio Fièvre jaune Hépatite A Fièvre

Plus en détail

Maladie à virus Ebola : recommandations de prise en charge des personnes de retour des zones affectées par Ebola (état :

Maladie à virus Ebola : recommandations de prise en charge des personnes de retour des zones affectées par Ebola (état : Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Division Maladies transmissibles Maladie à virus Ebola : recommandations de prise en charge

Plus en détail

Maladie à virus Ebola Foire aux questions

Maladie à virus Ebola Foire aux questions Maladie à virus Ebola Foire aux questions Q.1 : En quoi consiste la maladie à virus Ebola? Il s agit d une maladie grave qui touche à la fois les humains et les primates non humains (p. ex., les chimpanzés

Plus en détail

SRAS vs grippe aviaire

SRAS vs grippe aviaire Le diagnostic de laboratoire du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et de l influenza aviaire. Hugues Charest, Ph. D. Laboratoire de santé publique du Québec Journées annuelles de santé publique 24

Plus en détail

LA GRIPPE ET SES VIRUS Grippe Peste aviaire Grippe aviaire

LA GRIPPE ET SES VIRUS Grippe Peste aviaire Grippe aviaire LA GRIPPE ET SES VIRUS Grippe Peste aviaire Grippe aviaire Patrice MASSIP Toulouse, le 15/02/2006 La grippe «classique» Grippe vient de l anglais l to grip ou allemand grippen La grippe se déclare d brutalement

Plus en détail

Hauts-de-Seine Préparation au risque Ebola. Réunion préfecture 92 22/10/2014

Hauts-de-Seine Préparation au risque Ebola. Réunion préfecture 92 22/10/2014 Hauts-de-Seine Préparation au risque Ebola Réunion préfecture 92 22/10/2014 Comment est organisée la prise en charge au sein du système de santé? Qualification des Cas Qualification du Cas Cas suspect

Plus en détail

Vaccination Grippe 2012/2013

Vaccination Grippe 2012/2013 23è Journée annuelle du Geres 6 décembre 2013-2003 : épisode EHPAD du CHU 31 résidents symptomatiques sur 50 campagne de sensibilisation l année suivante aboutissant à 27 % de couverture dans les EHPAD

Plus en détail

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO ARRÊTÉ N 133 DU 30/12/2013, MODIFIANT ET COMPLÉTANT LA LISTE DES MDO Deux catégories selon le

Plus en détail

Chikungunya : je m informe sur les risques

Chikungunya : je m informe sur les risques Chikungunya : je m informe sur les risques Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Médecine des voyages Le chikungunya

Plus en détail

Mai 2011 Guide de surveillance du risque d émergence des virus West Nile en Tunisie

Mai 2011 Guide de surveillance du risque d émergence des virus West Nile en Tunisie I. INTRODUCTION : Le virus West Nile est un flavivirus, transmis chez l homme par des moustiques essentiellement du genre Culex. Le réservoir naturel du virus est constitué par les oiseaux sauvages ou

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION FIÈVRE JAUNE 20 MAI 2016 RÉSUMÉ

RAPPORT DE SITUATION FIÈVRE JAUNE 20 MAI 2016 RÉSUMÉ ZIKA VIRUS RAPPORT DE SITUATION FIÈVRE JAUNE 20 MAI 2016 RÉSUMÉ Une flambée de fièvre jaune a été détectée en Angola à la fin de décembre 2015 et confirmée par l Institut Pasteur de Dakar (IP-D) le 20

Plus en détail

Fièvre EBOLA prise en charge d un cas suspect. Docteur Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU 15/10/2014

Fièvre EBOLA prise en charge d un cas suspect. Docteur Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU 15/10/2014 Fièvre EBOLA prise en charge d un cas suspect Docteur Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU 15/10/2014 D où vient le virus EBOLA? 2 Fièvre hémorragique EBOLA Virus EBOLA connu depuis 1976

Plus en détail

Briefing sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest

Briefing sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest Briefing sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest Réunion mensuelle du Groupe Regional Sante 26 Août 2014 Dakar Dr Sebastiao Nkunku Plan de Présentation Situation

Plus en détail

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels travaillant en EHPAD Qu est ce que la grippe? Ce n est pas un simple rhume! La grippe saisonnière est une infection

Plus en détail

Fièvre à Virus Ebola (FVE)

Fièvre à Virus Ebola (FVE) SAMU 89 - SAU - SMUR Auxerre Fièvre à Virus Ebola (FVE) Procédures et protocoles de prise en charge (Mise à jour 20 octobre 2014) Dr Duche Tailliez M. SAMU 89 - SAU Auxerre Octobre 2014 Procédures et protocoles

Plus en détail

Ebola Virus Disease in West Africa The first 9 Months of the Epidemic and Forward Projections

Ebola Virus Disease in West Africa The first 9 Months of the Epidemic and Forward Projections Ebola Virus Disease in West Africa The first 9 Months of the Epidemic and Forward Projections The New England Journal of Medicine, octobre 2014 WHO Ebola Response Team Réunion de DES Besançon 21 novembre

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. En savoir plus

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. En savoir plus informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE En savoir plus INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE En savoir plus Le Centre d Information des Viandes vous propose des éléments d information sur l Influenza

Plus en détail

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 Gastroentérites virales Infections à Norovirus Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 1 Gastro-entérites Les agents responsables des gastro-entérites peuvent

Plus en détail

Chikungunya et Dengues : nouvelles viroses métropolitaines

Chikungunya et Dengues : nouvelles viroses métropolitaines Chikungunya et Dengues : nouvelles viroses métropolitaines Dr Joséphine CAGNON-CHAPALAIN Maladies Infectieuses CH Mâcon jochapalain@ch-macon.fr Printemps Médical de Bourgogne - 29 Mars 2014 Plan Arbovirose

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990.

L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990. Le virus de l hépatite E (VHE) est un virus non enveloppé à ARN monocaténaire, appartenant à la famille des Hepeviridae, genre hepevirus. Il est responsable d hépatites à transmission entérique. L épidémiologie

Plus en détail

Clinique du voyageur. Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission. Epidémiologie et risque pour le voyageur

Clinique du voyageur. Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission. Epidémiologie et risque pour le voyageur Page 1 sur 5 Clinique du voyageur Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission La malaria est due à l infection par un parasite microscopique, le Plasmodium qui est transmis par un moustique,

Plus en détail

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer Épidémie de grippe H1N1 de 2009 Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques

Plus en détail

Viroses du voyageur et viroses émergentes. Plusieurs exemples sont illustrés dans les pages qui suivent.

Viroses du voyageur et viroses émergentes. Plusieurs exemples sont illustrés dans les pages qui suivent. 1 2015-2016 marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr Viroses du voyageur et viroses émergentes Plusieurs exemples sont illustrés dans les pages qui suivent. Pour chaque exemple d infection virale sont indiquées

Plus en détail

Nom de la personne ayant réalisé l investigation : Téléphone / / Institution : Téléphone / / Institution (ARS, SAMU ) :

Nom de la personne ayant réalisé l investigation : Téléphone / /   Institution : Téléphone / /   Institution (ARS, SAMU ) : QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES CAS SUSPECTS D INFECTION A VIRUS EBOLA EN VUE DE LEUR CLASSEMENT, 24 NOVEMBRE 2014 Investigateur InVS (si questionnaire rempli à l InVS) Nom de la personne ayant réalisé

Plus en détail

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes D. Christmann Vaccinations Vaccin «grippe saisonnière» Vaccin 2009 Cultivé sur œufs embryonnés Fragmenté, inactivé Composition 2009 A/Brisbane/59/2007(H1N1)

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires

Plus en détail

Diane Baldovini SAU Adultes CHU Nord 22 mars 2013 COPACAMU

Diane Baldovini SAU Adultes CHU Nord 22 mars 2013 COPACAMU Épidémie de rougeole : Analyse descriptive et comparative des patients Rroms et non Rroms admis à l Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille entre le 1 er octobre 2010 et le 30 septembre 2011 Diane

Plus en détail

Nom de la personne ayant réalisé l investigation : Téléphone / / Institution : Téléphone / / Institution (ARS, SAMU ) :

Nom de la personne ayant réalisé l investigation : Téléphone / /   Institution : Téléphone / /   Institution (ARS, SAMU ) : QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES CAS SUSPECTS D INFECTION A VIRUS EBOLA EN VUE DE LEUR CLASSEMENT, 29 DECEMBRE 2015 Investigateur InVS (si questionnaire rempli à l InVS) Nom de la personne ayant réalisé

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

Recommandations de la Réunion des Ministres de la Santé à Accra, 2-3 Juillet 2014

Recommandations de la Réunion des Ministres de la Santé à Accra, 2-3 Juillet 2014 5 ème Réunion régionale de l Arrangement de Coopération pour la Prévention et la gestion des évènements de santé publique en Aviation Civile (CAPSCA) de l OACI Nouaktchott (Mauritanie), 14 17 juillet 2014

Plus en détail

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Formes cliniques et prise en charge Patrice POUBEAU G. BORGHERINI Service Maladies Infectieuses G H Sud Réunion Marie Pierre MOITON Dominique FERRANDIZ

Plus en détail

Les hépatites virales

Les hépatites virales Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2013 2014 Vendredi 20 septembre 2013 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des

Plus en détail

Finalité du document. Généralités

Finalité du document. Généralités Lignes directrices de l OMS relatives à la mise en œuvre des recommandations temporaires au titre du RSI (2005) pour réduire la propagation internationale de la poliomyélite 4 août 2014 Finalité du document

Plus en détail

en termes de vies perdues mais aussi de perturbations socio-économiques et de risque élevé de propagation à d'autres pays", a-t-elle prévenu.

en termes de vies perdues mais aussi de perturbations socio-économiques et de risque élevé de propagation à d'autres pays, a-t-elle prévenu. http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/info/les-dossiers-de-la- redaction/epidemies-afrique/p-28852-virus-ebola-une-epidemie-incontrolable-.htm ARTICLE DE TV5 MONDE - L'OEIL DE LA RÉDACTION Virus

Plus en détail

I- CE QU EST LE VIRUS EBOLA II- PRISE EN CHARGE DU PATIENT III- MODALITES DE TRANSFERT IV- ENTRETIEN DE LA CHAMBRE

I- CE QU EST LE VIRUS EBOLA II- PRISE EN CHARGE DU PATIENT III- MODALITES DE TRANSFERT IV- ENTRETIEN DE LA CHAMBRE I- CE QU EST LE VIRUS EBOLA II- PRISE EN CHARGE DU PATIENT III- MODALITES DE TRANSFERT IV- ENTRETIEN DE LA CHAMBRE 2 A 21 JOURS D INCUBATION DES SIGNES CLINIQUES PEU SPECIFIQUES HT 38 C, MYALGIES, CEPHALEES,

Plus en détail

EBOLA. Réunion pour le CLIN 16 Avril Dr Pinet Pauline Chu Limoges Maladies Infecieuses et Tropicales

EBOLA. Réunion pour le CLIN 16 Avril Dr Pinet Pauline Chu Limoges Maladies Infecieuses et Tropicales EBOLA Réunion pour le CLIN 16 Avril 2015 Dr Pinet Pauline Chu Limoges Maladies Infecieuses et Tropicales epidémiologie Epidémies Ebola 1976-2013 Virus ébola connu depuis 1976 Petites épidémies de 400 à

Plus en détail

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Gestion d une saison de grippe à l hôpital Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Plan Généralités Historique Symptomatologie Conséquences Incubation et contagiosité

Plus en détail

La grippe aviaire et le personnel des établissements de santé. Dr. Cédric FOUCAULT Équipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Sud

La grippe aviaire et le personnel des établissements de santé. Dr. Cédric FOUCAULT Équipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Sud La grippe aviaire et le personnel des établissements de santé Dr. Cédric FOUCAULT Équipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Sud Grippe généralités Le virus de la grippe appartient à la famille

Plus en détail

Dr. Cheikh LOUCOUBAR, Post Doc Unité des Arbovirus et Virus de Fièvres Hémorragiques, Institut Pasteur de Dakar

Dr. Cheikh LOUCOUBAR, Post Doc Unité des Arbovirus et Virus de Fièvres Hémorragiques, Institut Pasteur de Dakar Coinfection aux Arboviroses et au Paludisme à Kédougou, Sud-Est du Sénégal: Dr. Cheikh LOUCOUBAR, Post Doc Unité des Arbovirus et Virus de Fièvres Hémorragiques, Institut Pasteur de Dakar 1 I. Introduction:

Plus en détail

Andreole( et al ARS 11/09/2014 Source SPILF

Andreole( et al ARS 11/09/2014 Source SPILF Source SPILF EBOLA 2014 Diagnostic Biologique EBOLA : CinéAque des marqueurs biologiques Diagnostic Virologique Sang, selles RT-PCR, Elisa IgM IgG, Isolement par culture virale Actuellement et en France,

Plus en détail

La lutte contre les maladies infectieuses Un exemple d action de Santé Publique. Bakary TOUMANION Ph.D / Consultant et Formateur EHESP MALI

La lutte contre les maladies infectieuses Un exemple d action de Santé Publique. Bakary TOUMANION Ph.D / Consultant et Formateur EHESP MALI La lutte contre les maladies infectieuses Un exemple d action de Santé Publique 1 Notre démarche scientifique Observer les faits Analyser et Agir pour changer 2 Introduction Au début du xxè siécle, même

Plus en détail

Plan national de prévention et de lutte «pandémie grippale» : la place des infirmières du travail

Plan national de prévention et de lutte «pandémie grippale» : la place des infirmières du travail Plan national de prévention et de lutte «pandémie grippale» : la place des infirmières du travail Anne Mosnier Coordination Nationale des GROG Add GROG 1. De quoi parle-t-on? - grippe - pandémie 2. Le

Plus en détail

Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination

Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination Définitions Epidémie : Maladies infectieuses transmissibles qui se développent dans une région ou un pays et qui atteint un grand nombre d individu dans

Plus en détail

Bilan de la pandémie H1N1. D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales

Bilan de la pandémie H1N1. D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Bilan de la pandémie H1N1 D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales La menace H1N1 (I) Alerte OMS le 24 avril 2009. Flambée de cas humains de grippe porcine au Mexique, une centaine de décès sont

Plus en détail

EBOLA. Institut Pasteur. Décembre 2014.

EBOLA. Institut Pasteur. Décembre 2014. EBOLA. Institut Pasteur. Décembre 2014. Ebola Le virus Ebola est responsable de fortes fièvres et d'hémorragies internes souvent mortelles pour l'homme. Le taux de létalité se situe entre 30 et 90% selon

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction de la

Plus en détail

Actualités scientifiques sur les maladies infectieuses émergentes

Actualités scientifiques sur les maladies infectieuses émergentes Actualités scientifiques sur les maladies infectieuses émergentes Des implications pour la surveillance et la santé publique Eric D Ortenzio, MD MPH Inserm, UMR 1137 "Decision Sciences in Infectious Disease

Plus en détail

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Introduction Infections fréquentes Evoluent par bouffées épidémiques Virus multiples dominés par la grippe Transmission

Plus en détail

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge 30 Juillet 2009 Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge Pr François CARON, Dr Manuel ETIENNE Maladies Infectieuses et Tropicales Virus grippaux : Myxovirus influenzae Sérotype

Plus en détail

Influenza aviaire hautement pathogène

Influenza aviaire hautement pathogène Influenza aviaire hautement pathogène Risques professionnels, prévention G. ABADIA Toulouse, 23/3/6 CCMSA Les virus Influenza Nombreux types Virus Influenza de type A Caractérisés selon leur glycoprotéines

Plus en détail

Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola

Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola PRESENTATION Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola 16 JUILLET 2014 Par Elhadj Sékou DIAKITE Chef Division Navigation Aérienne et Infrastructures Membre du comité de mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Nouvelle grippe A(H1N1): Situation au 17 juin, Institut de Veille Sanitaire - Cire Nord. Plan. Naissance d une pandémie Situation au 17 juin

Nouvelle grippe A(H1N1): Situation au 17 juin, Institut de Veille Sanitaire - Cire Nord. Plan. Naissance d une pandémie Situation au 17 juin Nouvelle grippe A(H1N1): Situation au 17 juin, 29 Institut de Veille Sanitaire - Cire Nord 1 Plan Naissance d une pandémie Situation au 17 juin Mexique USA Europe France Zone Nord Stratégies de surveillance

Plus en détail

MALADIES A DÉCLARATION OBLIGATOIRE

MALADIES A DÉCLARATION OBLIGATOIRE MALADIES A DÉCLARATION OBLIGATOIRE Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Plan Définition Objectifs Les acteurs Critères de MDO Procédures de signalement

Plus en détail

Bilan des infections virales en Ehpad en Languedoc-Roussillon

Bilan des infections virales en Ehpad en Languedoc-Roussillon Bilan des infections virales en Ehpad en Languedoc-Roussillon Amandine Cochet, Cire LR Journée EHPAD LR - 6 novembre 2014 Surveillance des infections virales en Ehpad Contexte Saisine InVS 2005 du ministre

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE en bref

EPIDEMIOLOGIE en bref Grippe A / H1N1 1 Sommaire 1. Etat des lieux de la grippe A/H1N1 situation épidémiologique 2. Campagne de vaccination 2 EPIDEMIOLOGIE en bref La pandémie est là (niveau mondial) L épidémie en France a

Plus en détail

M. SEGONDY CHU Montpellier

M. SEGONDY CHU Montpellier Virusdelagrippe CHU Montpellier Virus de la grippe: 3D Structure des virus grippaux Virus de la grippe Génome segmenté (8 segments) 1 PB2 2 PB1 Réplicase, transcriptase 3 PA 4 HA Hémagglutinine 5 NP Nucléoprotéine

Plus en détail

BILAN : UNE SAISON PRÉCOCE, LONGUE ET INTENSE

BILAN : UNE SAISON PRÉCOCE, LONGUE ET INTENSE flash GRIPPE Le volume 5 / numéro 1 vendredi 23 octobre 215 BILAN 214-215 : UNE SAISON PRÉCOCE, LONGUE ET INTENSE FAITS SAILLANTS En 214-215, la grippe a été détectée de façon précoce au Québec et non

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 166 - Octobre 2016 SOMMAIRE LA VACCINATION 1. Retour sur une étude mondiale sur l hésitation vaccinale p 2 2. Vaccination grippale p 4 3. Test de lecture p 5 ACTUALITES LA SECURITE

Plus en détail

Gala de bienfaisance

Gala de bienfaisance DOSSIER PRÉSENTATION 2014 Mardi 18 novembre2014 Au Cellier de Clairvaux (Dijon) Gala de bienfaisance pour lutter ensemble contre Ebola l apparition Une école, de Un lafièvre ThermoFlash hémorragique à

Plus en détail