ARBRE DÉCISIONNEL INTERACTIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARBRE DÉCISIONNEL INTERACTIF"

Transcription

1 ARBRE DÉCISIONNEL INTERACTIF DE GESTION DES PATIENTS ALLERGIQUES AVANT INJECTION DE PRODUIT DE CONTRASTE IODÉ D Geffroy¹, A Pipet², F Wessel², G Mineur¹, P Meingan¹, I Doutriaux¹, C Labbe¹, S Houdebine¹, M Ricaud¹ ¹ Service d Imagerie Médicale, ICO Nantes René Gauducheau ² Plateforme transversale d allergologie, CHU Nantes

2 CONSTAT Les patients suivis dans les Centres de Lutte contre le Cancer ont des examens d imagerie avec injection de PDCI répétés au cours de leur prise en charge (scanners d évaluation, opacification de site implantable ) et forment une population particulièrement pénalisée par de mauvaises pratiques médicales. Aujourd hui encore, la notion «d allergie à l iode» mentionnée dans un dossier médical et non explorée, condamne le patient et le poursuit tout au long de son parcours de soins : Scanners non injectés avec sensibilité et spécificité abaissés Examens alternatifs moins performants ou additionnels De plus, les radiologues se retrouvent régulièrement confrontés à une réticence du patient à l injection d un produit de contraste iodé (PDCI) qui lui avait été jusque là déconseillée à tort, et à l effet anxiogène lié à l arrêt d une prémédication antiallergique parfois inutile.

3 OBJECTIFS Elaborer, en collaboration avec des pneumologues spécialisés en allergie médicamenteuse, un arbre décisionnel destiné aux médecins prescripteurs d examen d imagerie au sein de notre institution. Dépister dès la 1ère consultation au Centre les patients à risque ou présentant des facteurs aggravants de réaction d hypersensibilité aux PDCI et les orienter rapidement vers une consultation d allergologie quand elle est indiquée. Homogénéiser les pratiques au sein de notre établissement. L absence de consensus et les divergences au sein de la littérature et parmi les sociétés savantes, notamment en ce qui concerne la prémédication (indications, type).

4 OUTILS DIAPORAMA Lien hypertexte vers une autre diapositive Retour à la diapositive précédente Lien vers un commentaire Accès conclusion Poster

5 1ÈRE QUESTION : LE PATIENT A-T-IL DÉJÀ EU UNE RÉACTION D HYPERSENSIBILITÉ AU DÉCOURS DE L INJECTION D UN PDCI? OUI 1. Retrouver le nom du PDCI responsable 2. Evaluer à l interrogatoire le délai de survenue et la gravité de la réaction 3. Programmer une consultation d allergologie 4. Suspendre l examen avec injection de PDCI dans l attente des résultats des tests cutanés allergologiques 5. Contacter le radiologue pour discuter de l opportunité d un examen alternatif si l examen est urgent A la réception des résultats des tests allergologiques : Procéder à l éviction du/des PDCI positifs aux tests cutanés Possibilité d utiliser un PDCI négatif aux tests cutanés et de préférence non ionique NON POUR LES RÉACTIONS CUTANÉO-MUQUEUSES LOCO-RÉGIONALES OU GÉNÉRALES BÉNIGNES (GRADE 1), LA NÉCESSITÉ DE LA CONSULTATION EST DISCUTABLE, FONCTION DES ÉQUIPES 2ÈME QUESTION : EST-IL ALLERGIQUE À AUTRE CHOSE OU ASTHMATIQUE? CAT en fonction de la gravité de la réaction antérieure

6 RÉACTION D HYPERSENSIBILITÉ Non allergique = réaction anaphylactoïde (modulée par la concentration et la vitesse d injection) Hypersensibilité Allergique (Indépendante de la dose et de la voie d administration) Immédiate Délai de survenue < 1 h Retardée Délai de survenue > 1 h et <7 jours Mécanisme Histaminolibération non spécifique. Toxicité directe du PDCI sur l endothélium et les protéines tissulaires. IgE dépendante Médiation cellulaire Manifestation Réactions de faible gravité Réaction grave= anaphylaxie Manifestations et gravité selon la classification de Ring et Messmer Manifestations cutanéo-muqueuses +++ (50% rash maculo-papuleux) Réactions moins graves mais pouvant aller jusqu au syndrome de Lyell Délai d apparition de + en + court au fil des injections. Facteur de risque terrain atopique Facteur aggravant = asthme ATCD de réaction immédiate à l injection d un PDCI Asthme ATCD de réaction retardée à l injection d un PDCI

7 GRAVITÉ DE LA RÉACTION D HYPERSENSIBILITÉ : CLASSIFICATION DE RING ET MESSMER DES RÉACTIONS D HYPERSENSIBILITÉ IMMÉDIATE GRADE I = signes cutanéo-muqueux généraux: érythème, urticaire, angioedème. GRADE II = au moins 2 organes atteints : signes cutanéo-muqueux, symptômes cardio-vasculaires (hypotension modérée), symptômes respiratoires (toux, dyspnée, bronchospasme), symptômes digestifs. GRADE III = collapsus cardiovasculaire (choc, tachycardie ou bradycardie, arythmie) +/- symptômes de grade 1 ou 2. GRADE IV = arrêt cardiaque ou respiratoire A distinguer des réactions liées à un mécanisme vagal lors de l injection: flush, nausées, vomissements, céphalées, sensation de chaleur.

8 TESTS CUTANÉS À réaliser de préférence entre 6 semaines et 6 mois (la fréquence de positivité des tests cutanés est égale à 50% durant cette période et décroit en dehors). Excellente spécificité des tests cutanés (96-100%) 1 seule étude publiée sur la valeur prédictive négative des tests cutanés: 96,6% (Etude monocentrique réalisée par une équipe de Montpellier sur 120 patients). Recherche d allergie croisée à un autre PDCI (50% des cas) Recherche d un PDCI négatif aux tests cutanés qui puisse être toléré lors d une injection future; En cas de réaction retardée, il y a 50% de faux négatifs lors des tests cutanés.

9 PRODUITS DE CONTRASTE IODÉS Produit de haute osmolarité Produit de basse osmolarité Produit isoosmolaire Ionique Non ionique Monomère Dimère Monomère Dimère Amidotrizoate=Radioselectan (Schering) Ioxaglate= Hexabrix (Guerbet) Iopamidol=Iopamiron (Schering) Iodixanol=Visipaque (Nycomed) Ioxitalamate= Telebrix (Guerbet) Iohexol=Omnipaque (Nycomed) Iopromide=Ultravist (Schering) Iopentol=Ivepaque (Nycomed) Ioversol=Optiray (Guerbet) Iobitridol=Xenetix (Guerbet) Ioméprol=Iomeron (Bracco) Incidence globale des réactions immédiates plus basse avec les PDCI non ioniques (0,7 à 3,1%) qu avec les ioniques (3,8 à 12,7%). Incidence des réactions graves et mortelles: identique ou moins élevée selon les études avec les PDCI non ioniques. Les PDCI les plus réactifs sont les monomères ioniques de forte osmolarité. Réaction d hypersensibilité immédiate: pas de différence significative de fréquence au sein des PDCI non ioniques Fréquence significativement plus élevée de réaction retardée avec le Iodixanol=Visipaque (Nycomed) par rapport aux autres PDCI non ioniques.

10 CAT EN FONCTION DE LA GRAVITÉ DE LA RÉACTION ANTÉRIEURE Réaction retardée sans CHOIX DE gravité L ANTI-HISTAMINIQUE H1 : (entre 1 h et 7 jours) EFFET ANXIOLYTIQUE DE L ATARAX BÉNÉFIQUE CHEZ LES PATIENTS STRESSÉS MAIS SÉDATIF CONTRE- INDIQUANT LA CONDUITE D UN Prémédication : VÉHICULE. Cortancyl 0,5 à 1mg/kg: 24h avant puis 1h avant puis 24h après l injection Réaction immédiate Grade I et II Prémédication : Aerius : 1cp 48h puis 24h avant l injection. Le jour de l injection: Atarax 100mg ou Aerius 1cp 4h avant l injection Réaction immédiate Grade III et IV Pas de prémédication Réaction allergique ancienne sans notion de AUCUNE PRÉMÉDICATION gravité, N EST PDCI EFFICACE non identifié POUR et tests allergologiques négatifs PRÉVENIR L ANAPHYLAXIE Pas de prémédication Injection possible d un PDCI négatif aux Tests cutanés allergologiques de préférence non ionique Injection possible d un PDCI négatif aux tests cutanés allergologiques de préférence non ionique en présence d un anesthésiste Injection possible d un PDCI le moins osmolaire possible et de préférence non ionique, avec le consentement éclairé du patient (balance bénéfice versus risque)

11 2ÈME QUESTION : LE PATIENT EST-IL ALLERGIQUE À AUTRE CHOSE OU ASTHMATIQUE? Urticaire chronique ou récidivant idiopathique Angioedeme idiopathique Asthme mal équilibré (= difficultés respiratoires ou crise < 28 jours) Décaler l examen jusqu à équilibration de l asthme Consultation pneumologie Effectuer des EFR pour vérifier que l asthme est bien équilibré Allergie Médicamenteuse Alimentaire (crustacés ) Povidone iodée (Bétadine ) Latex, sulfites Rhume des foins NON Asthme non contrôlé ou examen non décalable Asthme bien équilibré Prémédication : Atarax 100mg ou Aerius : 1cp 48h puis 24h puis 2h avant l injection Prémédication : Cortancyl 0,5 à 1 mg/kg 24h puis 6h avant l injection Pas de prémédication Injection possible d un PDCI de préférence non ionique

12 POINTS-CLEFS

13 CONCLUSION Arbre décisionnel non figé, soumis à une actualisation en fonction de l avancée des connaissances concernant l allergie aux PDCI. Intérêt, à l avenir, d une conduite consensuelle élargie à tous les établissements réalisant des injections de PDCI.

14 QCM N 1 Lors d une UIV réalisée 30 ans plus tôt, un patient signale avoir présenté une éruption de la face et du tronc ainsi que des difficultés respiratoires n ayant pas nécessité d hospitalisation. Vous l informez que: 1) Les PDCI utilisés il y a 30 ans entraînaient d avantage de réactions d hypersensibilité que ceux utilisés aujourd hui. 2) Avoir fait une réaction à un PDCI ne signifie pas être allergique à tous les PDCI existants. 3) Que l on peut trouver avec certitude un PDCI auquel il n est pas allergique à l aide de tests cutanés. 4) Que l on peut aujourd hui sans prendre de risque lui injecter un PDCI de nouvelle génération non ionique.

15 RÉPONSE QCM N 1 Lors d une UIV réalisée 30 ans plus tôt, un patient signale avoir présenté une éruption de la face et du tronc ainsi que des difficultés respiratoires n ayant pas nécessité d hospitalisation. Vous l informez que: 1) Les PDCI utilisés il y a 30 ans entraînaient d avantage de réactions d hypersensibilité que ceux utilisés aujourd hui. 2) Qu avoir fait une réaction à un PDCI ne signifie pas être allergique à tous les PDCI existants. 3) Que l on peut trouver avec certitude un PDCI auquel il n est pas allergique à l aide de tests cutanés. 4) Que l on peut aujourd hui sans prendre de risque lui injecter un PDCI de nouvelle génération non ionique.

16 QCM N 2 Un patient vous appelle car il présente 40 minutes après avoir passé un scanner avec injection de PDCI une éruption diffuse et une diarrhée; il est inquiet pour ses prochains scanners d évaluation. Vous l informez que : 1) Il s agit certainement d une réaction non allergique liée aux effets secondaires connus du PDCI, amplifiés par son stress. 2) Il tolèrera mieux ce produit lors de la prochaine injection. 3) Il s agit probablement d une réaction d hypersensibilité retardée que l on pourra prévenir lors de la prochaine injection de PDCI par des corticoïdes. 4) Il est nécessaire, avant son prochain scanner, de consulter un allergologue et d effectuer des tests cutanés pour confirmer l allergie à ce PDCI et rechercher des allergies croisées à d autres PDCI. 5) Aucune prémédication n est efficace pour éviter ce type de réaction.

17 RÉPONSE QCM N 2 Un patient vous appelle car il présente 40 minutes après avoir passé un scanner avec injection de PDCI une éruption diffuse et une diarrhée; il est inquiet pour ses prochains scanners d évaluation. Vous l informez que : 1) Il s agit certainement d une réaction non allergique liée aux effets secondaires connus du PDCI, amplifiés par son stress. 2) Il tolèrera mieux ce produit lors de la prochaine injection. 3) Il s agit probablement d une réaction d hypersensibilité retardée que l on pourra prévenir lors de la prochaine injection de PDCI par des corticoïdes. 4) Il est nécessaire, avant son prochain scanner, de consulter un allergologue et d effectuer des tests cutanés pour confirmer l allergie à ce PDCI et rechercher des allergies croisées à d autres PDCI. 5) Aucune prémédication n est efficace pour éviter ce type de réaction.

18 QCM N 3 Un patient asthmatique doit passer un scanner avec injection; vous l informez que : 1) C est une contre-indication formelle à l injection de PDCI 2) On va le prémédiquer de façon systématique avec des antihistaminiques pour éviter de déclencher une crise d asthme lors de l injection. 3) Il est préférable que son asthme soit bien équilibré au moment de l injection de PDCI et qu en cas de doute, on lui recommande de consulter son pneumologue qui lui prescrira si besoin des Explorations Fonctionnelles Respiratoires. 4) Si son asthme est bien équilibré, il n est pas nécessaire de le prémédiquer.

19 RÉPONSE QCM N 3 Un patient asthmatique doit passer un scanner avec injection; vous l informez que : 1) C est une contre-indication formelle à l injection de PDCI 2) On va le prémédiquer de façon systématique avec des antihistaminiques pour éviter de déclencher une crise d asthme lors de l injection. 3) Il est préférable que son asthme soit bien équilibré au moment de l injection de PDCI et qu en cas de doute, on lui recommande de consulter son pneumologue qui lui prescrira si besoin des Explorations Fonctionnelles Respiratoires. 4) Si son asthme est bien équilibré, il n est pas nécessaire de le prémédiquer.

20 BIBLIOGRAPHIE Recommandations du Comité Interdisciplinaire de Recherche et de Travail sur les Agents de Contraste en Imagerie (CIRTACI), version 1, mai ESUR Guidelines on Contrast Media version 7.0. European Society Urogenital Radiology Skin testing in patients with hypersensitivity reactions to iodinated contrast media - a European multicenter study. Brockow K, Romano A, Aberer W, Bircher AJ, Barbaud A, Bonadonna P, Faria E, Kanny G, Lerch M, Pichler WJ, Ring J, Rodrigues Cernadas J, Tomaz E, Demoly P, Christiansen C; European Network of Drug Allergy and the EAACI interest group on drug hypersensitivity. Allergy Feb;64(2): Immediate and delayed hypersensitivity reactions to iodinated radiographic contrast agents: an update. Khachman D, Gandia P, Sallerin F, Mailly N. Therapie Sep-Oct;64(5): Epub 2009 Oct 30. Immediate reactions following iodinated contrast media injection: a study of 38 cases. Dewachter P, Laroche D, Mouton-Faivre C, Bloch-Morot E, Cercueil JP, Metge L, Carette MF, Vergnaud MC, Clément O. Eur J Radiol Mar;77(3): Accidents occuring during radiological explorations. C Galera, M C Bonnet-Boyer, P J Bousquet, P Demoly. Revue Française d Allergologie 49 (2009):S37-S43. Clinical value of negative skin tests to iodinated contrast media. Caimmi S, Benyahia B, Suau D, Bousquet- Rouanet L, Caimmi D, Bousquet PJ, Demoly P. Clin Exp Allergy May;40(5):

Prise en charge d une réaction allergique de type immédiat avec les produits de contraste

Prise en charge d une réaction allergique de type immédiat avec les produits de contraste Prise en charge d une réaction allergique de type immédiat avec les produits de contraste Olivier Clément (Paris), Pascale Dewachter (Paris), Anika Fichelle (Paris), Jean-Yves Gauvrit (Rennes), Didier

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

Produits de contraste et Allergie : Hypersensibilité de type immédiat

Produits de contraste et Allergie : Hypersensibilité de type immédiat Fiche de recommandation pour la pratique clinique Produits de contraste et Allergie : Hypersensibilité de type immédiat Définitions Ces recommandations concernent les produits de contraste iodés et gadolinés.

Plus en détail

Allergie aux antiseptiques. Docteur Claudie Mouton-Faivre Nancy

Allergie aux antiseptiques. Docteur Claudie Mouton-Faivre Nancy Allergie aux antiseptiques Docteur Claudie Mouton-Faivre Nancy Hypersensibilité Hypersensibilité allergique Hypersensibilité non allergique Immédiate : IgE dépendante < 60 min Retardée : Médiation cellulaire

Plus en détail

L ALLERGIE A L IODE N EXISTE PAS

L ALLERGIE A L IODE N EXISTE PAS L ALLERGIE A L IODE N EXISTE PAS Actualités thérapeutiques 07/12/2013 Dr Gwenaëlle VEYRAC Centre Régional de Pharmacovigilance Un grand nombre de patients se déclarent «allergiques à l iode» Expression

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

Quelle attitude choisir quand un patient a fait une réaction sur produit de contraste?

Quelle attitude choisir quand un patient a fait une réaction sur produit de contraste? Quelle attitude choisir quand un patient a fait une réaction sur produit de contraste? Dr Françoise Pirson Pneumologie 4 mai 2010 ! Produits de contraste iodés " Sels de gadolinium 2 A- Produits de contraste

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR ACCIDENTS LIES AUX PRODUITS DE CONTRASTE

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR ACCIDENTS LIES AUX PRODUITS DE CONTRASTE Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 07/M0/001/09/V01 07/M0/001/09/V02 07/M0/001/09/V03 07/M0/001/09/V04 07/M0/001/09/V05 07/M0/001/09/V06 06/M0/003/17/V01 06/M0/003/17/V02

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail, CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques

Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques 28 février 2013 Denis Comte Chef de clinique Service d immunologie et allergie CHUV Introduction 75 millions d examens radiologiques avec injections

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Allergie à l iode : un scoop

Allergie à l iode : un scoop Allergie à l iode : un scoop mvigan@chu-besancon.fr Réunion de la Société de Médecine de Franche-Comté Séance d imagerie pédiatrique et prénatale 17/04/2014 Société de Médecine de Franche-Comté Or, scoop!

Plus en détail

Eruptions cutanées retardées. étude des réactivités croisées

Eruptions cutanées retardées. étude des réactivités croisées Eruptions cutanées retardées au iodixanol : étude des réactivités croisées F Hasdenteufel 1, J Waton 2, V Cordebar 1, M Studer 2, S Luyasu 3, E Beaudouin 1, JM Renaudin 1, M Morisset 1, G Kanny 1, A Barbaud

Plus en détail

«Angioedemes médicamenteux m quel risque, quelles explorations» Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr

«Angioedemes médicamenteux m quel risque, quelles explorations» Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr «Angioedemes médicamenteux m : quel risque, quelles explorations» Frédéric ric BérardB Service d Allergologie d et Immunologie Clinique Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr Dans la plupart

Plus en détail

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française Ministère de la Santé Français publie le plan Asthme 2002 L ANAES ( Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé) Par le biais d une

Plus en détail

CAS CLINIQUE: Allergies alimentaires aux crustacés chez l adulte

CAS CLINIQUE: Allergies alimentaires aux crustacés chez l adulte CAS CLINIQUE: Allergies alimentaires aux crustacés chez l adulte Réalisé par: - Anca M Chiriac - Farah Hannachi - Pascal DEMOLY Département de Pneumologie et Addictologie Hôpital Arnaud de Villeneuve -

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection

EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection SFR - CIRTACI EXPLORATION DES REACTIONS D ANAPHYLAXIE AUX PRODUITS DE CONTRASTE Réactions immédiates dans l heure qui suit l injection Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique :

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS DE CONTRASTE

UTILISATION DES PRODUITS DE CONTRASTE UTILISATION DES PRODUITS DE CONTRASTE Olivier Clément QuickTime et un décompresseur TIFF (LZW) sont requis pour visionner cette image. Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris FREQUENCES Nbre Examen %

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

Mécanismes, épidémiologie

Mécanismes, épidémiologie MISES AU POINT Publié sur le site JIM.fr Du bon usage de l adrénaline dans les réactions allergiques J. DUBOST, Unité d allergo-anesthésie, service d anesthésie-réanimation, GH Lyon-Sud Pierre-Bénite L'adrénaline

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

COPACAMU 2009 Pr François BERTRAND

COPACAMU 2009 Pr François BERTRAND LE SUIVI D UN ALLERGIQUE APRES SON PASSAGE AU SAU COPACAMU 2009 Pr François BERTRAND Le rôle de prévention secondaire fait partie de la tâche du parfait petit urgentiste..mais ce dernier est souvent pris

Plus en détail

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif)

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif) Cas clinique Mme D. 24ans, depuis 3 semaines: Asthénie Rhinorrhée Obstruction nasale Ecoulement nasal postérieur Toux productive le matin+++ Voix enrouée le matin +++ Douleurs modérées infraorbitaires

Plus en détail

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U DÉFINITIONS Allergie aux protéines du lait de vache = Réaction immunologique vis à vis d une ou plusieurs protéines du lait de

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 148 - Février 2015 SOMMAIRE 1) Physiopathologie des réactions allergiques 2) Allergie aux béta-lactamines 3) En pratique 4) Quizz Le mot de la rédaction Les symptômes d une allergie

Plus en détail

La réaction anaphylactique sévère :

La réaction anaphylactique sévère : La réaction anaphylactique sévère : et chez les SP? INF BIREMBAUT BENOIT SAPEUR-POMPIER PROFESSIONNEL SDIS 91 INF PRIETO ADRIEN SAPEUR-POMPIER VOLONTAIRE SDIS 59 1) Présentation du cas clinique : 1CL

Plus en détail

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :...

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... PATIENT : Nom :... Date de naissance :... Age :...ans Poids :...kg Profession :... Origine ethnique:... Sexe : M F Taille :...cm PLAINTES

Plus en détail

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique!

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Pr David LAUNAY launayd@gmail.com @DLaunay Service de Médecine Interne. Unité d'immunologie Clinique CNRMR Maladies Autoimmunes et Systémiques Rares Hôpital

Plus en détail

DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES

DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES La Théorie Les tests d allergie chez l enfant: Pourquoi, Pour qui, Quand, et

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Une allergie typique?

Une allergie typique? CAS CLINIQUE Une allergie typique? Commencer Réalisé par le Pr Demoly Coordinateur du Département de Pneumologie et Addictologie Hôpital Arnaud de Villeneuve CHU Montpellier Bastien, 15 ans Tous les ans

Plus en détail

ANNEXE III B NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE III B NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament Encadré ANNEXE III B NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR TELEBRIX 12 SODIUM (120 mg I/mL), solution pour administration intra-vésicale Ioxitalamate de sodium Veuillez lire

Plus en détail

L ŒDÈME de QUINCKE. revisité

L ŒDÈME de QUINCKE. revisité L ŒDÈME de QUINCKE revisité FMC du Chalonnais - 10/01/2013 P. SCHERER 2 questions préalables L œdème de Quincke a-t-il toujours une localisation laryngée? L œdème de Quincke est il toujours allergique?

Plus en détail

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Groupe de travail : C Linget, L Campergue, B Lassale, JP Aullen, D Legrand - La procédure infirmière doit rester la plus homogène possible.

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE

RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE RHINITE ALLERGIQUE BILAN ALLERGOLOGIQUE Pr ILHEM CHARFEDDINE GARGOURI SERVICE ORL CHU HABIB BOURGUIBA SFAX TUNISIE Ilhem.gargouri@rns.tn SAONORL-CCF- ANOL ALGER 22-24/ 11/ 2013 Mon patient est-il allergique?

Plus en détail

Adrénaline et anaphylaxie en pratique. Dr Gaëlle LE MANAC H-DOVE Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants, Toulouse

Adrénaline et anaphylaxie en pratique. Dr Gaëlle LE MANAC H-DOVE Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants, Toulouse Adrénaline et anaphylaxie en pratique Dr Gaëlle LE MANAC H-DOVE Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants, Toulouse Introduction Définition de l anaphylaxie : réaction d hypersensibilité systémique

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

Marie Christine CHOQUART

Marie Christine CHOQUART Marie Christine CHOQUART La Maison du Souffle = association loi 1901 Le Conseil d Administration Président Docteur -Pierre ELETUFE (M généraliste) Vice - Présidente Mme Sylvie GRIFFOIN (attachée de direction

Plus en détail

CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA

CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA 1 CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA CONTEXTE Le Comité consultatif

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Ta b le PREMIÈRE PARTIE. Introduction...9 COMPRENDRE L'ALLERGIE

Ta b le PREMIÈRE PARTIE. Introduction...9 COMPRENDRE L'ALLERGIE Ta b le Introduction...9 PREMIÈRE PARTIE COMPRENDRE L'ALLERGIE CHAPITRE 1 Allergies, allergènes, allergiques... 15 L'allergie est-elle une maladie?... 16 Qu'est-ce qu'un allergène?... 17 Qui est allergique?...

Plus en détail

Vous allez avoir une saccoradiculographie

Vous allez avoir une saccoradiculographie Vous allez avoir une saccoradiculographie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter ou

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

ALLERGIES MEDICAMENTEUSES

ALLERGIES MEDICAMENTEUSES ALLERGIES MEDICAMENTEUSES Conduite pratique du diagnostic Professeur Pascal DEMOLY Exploration des Allergies Maladies Respiratoires - INSERM U454 Hôpital Arnaud de Villeneuve CHU de Montpellier ALLERGIES

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Prévenir l aggravation de la maladie 2. Éviter l apparition de nouvelles sensibilisations à d autres allergènes (allergie

Plus en détail

2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue. F Lemoigne

2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue. F Lemoigne 2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue F Lemoigne Définitions Atopie: aptitude génétiquement déterminée à fabriquer des IgE asthme, rhinite allergique, dermatose atopique,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 décembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 décembre 2006 XYZALL 0,5 mg/ml, solution buvable Flacon de 200 ml avec seringue pour administration orale (CIP : 376 538-7) UCB PHARMA SA lévocétérizine Liste II Date

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 avril 2011 JEXT 150 microgrammes, solution injectable en stylo pré-rempli - B/1 stylo pré-rempli de 0,15 ml de solution (CIP : 498 549-3) JEXT 300 microgrammes, solution

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Prévenir... l allergie

Prévenir... l allergie Prévenir... l allergie 26 Serions nous tous des allergiques? NON Les maladies allergiques sont des manifestations anormales de notre corps qui réagit de manière excessive, contre des substances dénommées

Plus en détail

REINTRODUCTION ALIMENTAIRE CHEZ L ENFANT Cas cliniques lait de vache

REINTRODUCTION ALIMENTAIRE CHEZ L ENFANT Cas cliniques lait de vache REINTRODUCTION ALIMENTAIRE CHEZ L ENFANT Cas cliniques lait de vache 8e Congrès Francophone d'allergologie Agnes Juchet, Dominique Sabouraud, Rachel Pontcharraud, Isabelle Daubas Nawel Naji 8 ème Congrès

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

HIERARCHISER NOS PRESCRIPTIONS D IMAGERIE MEDICALE

HIERARCHISER NOS PRESCRIPTIONS D IMAGERIE MEDICALE HIERARCHISER NOS PRESCRIPTIONS D IMAGERIE MEDICALE DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme à la méthode de la HAS de production des listes de critères

Plus en détail

PIQURES D HYMENOPTERES

PIQURES D HYMENOPTERES Docteurs Erik BOQUET et François ROLLIN Page 1 21/06/2008 PIQURES D HYMENOPTERES (Docteurs Erik BOQUET* et François ROLLIN**) Les hyménoptères forment un ordre important parmi les insectes avec plus de

Plus en détail

Exploration d un choc anaphylactique per-opératoire

Exploration d un choc anaphylactique per-opératoire Exploration d un choc anaphylactique per-opératoire Chantal KARILA Service de pneumologie et allergologie pédiatriques Necker-Enfants malades Nov.2010 - CP 2 A Choc anaphylactique per-opératoire Anaphylaxie

Plus en détail

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l astme de votre enfant Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et le parrainage

Plus en détail

La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie

La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie Conflits d intérêt en rapport avec la présenta?on Honoraires de conférence : Thermofischer Par?cipa?on à un

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PR SYNAGIS (poudre lyophilisée) palivizumab Ce document constitue la troisième et dernière partie de la «monographie du produit» publiée

Plus en détail

- Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie. H Dhivert Donnadieu

- Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie. H Dhivert Donnadieu - Où en est-on aujourd hui des indications, de l efficacité de l ITA? 8 Rencontres Rhône-Alpines De FMC en Allergologie H Dhivert Donnadieu Philippe 55 ans, habite à Amiens Antc: symptômes polliniques

Plus en détail

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Phénotypage de l asthme : En pratique Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Asthme du nourrisson Enfant d âge préscolaire < 3 ans Diagnostic d asthme la première année de vie : épisodes itératifs de

Plus en détail

Diagnostic précoce de l allergie

Diagnostic précoce de l allergie Diagnostic précoce de l allergie F. Rancé, allergologie-pneumologie, hôpital des Enfants, Toulouse La prévalence des maladies allergiques chez l enfant (dermatite atopique, asthme, rhinite et conjonctivite

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Expression cutanée des reactions médicamenteuses

Expression cutanée des reactions médicamenteuses Expression cutanée des reactions médicamenteuses Dr. med. Thomas Harr, MA Unité d allergologie Service d immunologie et d allergologie Département de médecine interne Hôpitaux Universitaires de Gèneve

Plus en détail

Comment se déroule un scanner?

Comment se déroule un scanner? Comment se déroule un scanner? Vous serez allongé sur un lit qui se déplace dans un large anneau, le plus souvent sur le dos et seul dans la salle d examen ; nous pourrons communiquer avec vous grâce à

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 9 janvier 2000 (JO du 21 janvier 2000) PRIMALAN 10 mg, comprimé sécable

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE. Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre

CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE. Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre INTRODUCTION La prévalence des maladies allergiques a doublé au cours des 15 dernières

Plus en détail

ASTHME et ALLERGIE ALIMENTAIRE chez l enfant Quel lien? Dr Anne DEPRAS AART 14 octobre 2014

ASTHME et ALLERGIE ALIMENTAIRE chez l enfant Quel lien? Dr Anne DEPRAS AART 14 octobre 2014 ASTHME et ALLERGIE ALIMENTAIRE chez l enfant Quel lien? Dr Anne DEPRAS AART 14 octobre 2014 Lien entre AA et asthme 10% des enfants sont asthmatiques 10% des asthmatiques sont all alimentaires (2% chez

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 GRAZAX 75 000 SQ-T, lyophilisat oral B/30 (CIP 378 011-6) B/100 (378 012-2) Laboratoires ALK ABELLO Extrait allergénique standardisé de pollen de graminées

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies...

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies... DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil Quel bilan pour quelles allergies... Asthme et rhinite...de O à 77 ans Dr CYRIL BERGOIN (Tourcoing) FMC TOURCOING 13 NOVEMBRE 2008 Rhinite et asthme : des maladies

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12 Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle

Plus en détail

Les allergies et les apiculteurs

Les allergies et les apiculteurs Les allergies et les apiculteurs Yvonand le 22 avril 2016 Dr. Jean-Dominique Lavanchy Méd. gén. FMH, médecine manuelle SAMM 1462 Yvonand Définition de l allergie Les réactions allergiques: eczéma, urticaire,

Plus en détail

8.4 Rhinite allergique

8.4 Rhinite allergique 8.4 Rhinite allergique Références bibliographiques : -La rhinite non allergique à éosinophiles ou NARES. Aspects cliniques et immunohistologiques. Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

La surveillance des allergies

La surveillance des allergies La surveillance des allergies Mathilde Pascal, Christophe Declercq Département Santé Environnement Marie-Christine Delmas, Claire Fuhrman Département des maladies chroniques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) classe l'allergie au 4ème rang des affections chroniques mondiales.

L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) classe l'allergie au 4ème rang des affections chroniques mondiales. Connaître mon allergie L'allergie L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) classe l'allergie au 4ème rang des affections chroniques mondiales. 18 millions de Français sont allergiques (30 % de la population),

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008

AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008 AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008 1 - Diabète : risque rénalr : - néphropathie diabétique - traitement médicamenteux m associé (biguanides) risque d

Plus en détail

Mon bébé peut-il être allergique aux protéines du lait de vache?

Mon bébé peut-il être allergique aux protéines du lait de vache? Guide pour les parents de petits allergiques aux protéines du lait de vache Mon bébé peut-il être allergique aux protéines du lait de vache? Catherine Bourron-Normand, Diététicienne spécialisée en pédiatrie

Plus en détail

HOMÉOPATHİE en milieu hospitalier

HOMÉOPATHİE en milieu hospitalier HOMÉOPATHİE en milieu hospitalier Consultation pour patients VIH + Juin 2007 LYON 1 La consultation Service du Pr Trepo Hôtel-Dieu Lyon Vacation hebdomadaire Ouverture en 1994 2 médecins (JL. Masson &MF.Bordet&

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

A LA PÊCHE AUX POLLENS

A LA PÊCHE AUX POLLENS CAS CLINIQUE A LA PÊCHE AUX POLLENS Commencer Réalisé par le Dr Fontaine Allergologue, Praticien attaché au CHU de Reims SITUATION Madame D. Valérie, 35 ans, originaire de l Aisne, consulte au mois d

Plus en détail

Les réactions allergiques. Les bonnes pratiques

Les réactions allergiques. Les bonnes pratiques Chapitre 109 Les réactions allergiques. Les bonnes pratiques Y. CROGUENNEC 1, T. DARMEDRU 2, F. ARNOULD 3, M. JAFFRELOT 4 Points essentiels Le choc anaphylactique est une urgence vitale de survenue brutale.

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, Scanner Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement de l

Plus en détail

L adrénaline sans stress

L adrénaline sans stress L adrénaline sans stress Claire MAILHOL Service de Pneumologie-Allergologie Pôle des voies respiratoires CHU Toulouse Cathy PETUREAU Pneumopédiatre Allergologue Tournefeuille (31) CH de Montauban (82)

Plus en détail

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6)

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 septembre 2013 AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail