Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs"

Transcription

1 Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / Julien Chartier, Actuaire Manager

2 AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats» 1. Historique 2. Portée d application 3. Champ d application 4. 1ère question Partie 2 - Impact pour les Assureurs 1. Evolution de la tarification sur les nouvelles souscriptions / adhésions 2. Que faut-il faire sur les contrats en cours au 21/12/2012? Partie 3 - Risques et opportunités 1. Un risque de souscription aggravé et une exclusion potentielle d assurés 2. Contourner le problème? 3. Tirer son épingle du jeu Partie 4 Annexes 1. Documents de référence Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 2 / 16

3 Partie 1 L arrêt «Test-Achats» Historique Directive 2004/113/CE du 13 décembre 2004 relative à l égalité de traitement Cette directive met en place l égalité de traitement selon le sexe pour les primes d assurance et les prestations à compter du 21 décembre 2007 Néanmoins, la directive autorise la discrimination selon le sexe si celui-ci est un facteur déterminant du risque. Cette discrimination doit être justifiée actuariellement et statistiquement Juillet 2008 : recours en annulation de cette dérogation de l association de consommateurs belge «Test-Achats» Considérant cette dérogation comme anticonstitutionnelle, l association demande l abrogation de cette dérogation à la justice belge qui renvoie l affaire à la Cour de Justice Européenne 1 er mars 2011 : Arrêt «Test Achats» La Cour de Justice Européenne prononce l arrêt de cette dérogation à partir du 21 décembre Cette décision est motivée par le fait que la dérogation présente dans la directive 2004/113/CE n avait aucune limite dans le temps Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 3 / 16

4 Partie 1 L arrêt «Test-Achats» Portée d application La Commission européenne a précisé la portée de cette arrêt en donnant les lignes directrices à suivre Sont concernés par cet arrêt Tous les contrats concernés par l article 5 paragraphe 1 de la directive 2004/113/CE du 13 décembre 2004, c est-à-dire les contrats d assurance privés, volontaires et non liés au travail Tous les accords contractuels nécessitant l accord de l ensemble des parties (nouveaux contrats, avenants, etc.) Si le dernier consentement de l une des parties intervient à partir du 21 décembre 2012 Ne sont pas concernés par cet arrêt Les contrats dont l employeur est le souscripteur (Retraite complémentaire, assurance collective maladie et accident) notamment les contrats à cotisations définies. La conversion en rentes de ces contrats pourra continuer à dépendre du sexe Ces contrats continuent de dépendre de la directive 2006/54/CE du 5 juillet 2006 Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 4 / 16

5 Partie 1 L arrêt «Test-Achats» Champ d application La directive et l arrêt s appliquent uniquement aux primes et aux prestations. Certaines prestations peuvent encore faire l objet d une discrimination si, par exemple, le coût du traitement médical dépend du sexe Les organismes d assurance peuvent continuer à recueillir, à stocker et à utiliser les données relatives sous les contraintes suivantes : Le calcul des provisions réglementaires et la tarification interne La tarification de la réassurance si elle n entraîne pas de discrimination sur les primes et prestations des assurés Le marketing et la publicité La souscription d assurance-vie et d assurance maladie si la différenciation selon le sexe est liée à d autres facteurs aggravant du risque tel que l état de santé ou les antécédents familiaux. La Commission prend comme exemple le cancer du sein La discrimination indirecte à l aide de facteurs corrélés au sexe est possible s ils représentent des facteurs réels de risque La discrimination à l aide de facteurs non corrélés au sexe tel que l âge peut toujours être réalisé Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 5 / 16

6 Partie 1 L arrêt «Test-Achats» 1 ère question Quel est l impact de la décision de la Cour de Justice Européenne sur les contrats souscrits entre le 21/12/2007 et le 20/12/2012? 21/12/ /12/2012 t Contrats souscrits avec différenciation H/F Possibilité de maintenir les contrats en cours sans les modifier Contrats souscrits avec différenciation H/F Faudra-t-il modifier les tarifs de ces contrats au 21/12/2012? Contrats souscrits sans différenciation H/F Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 6 / 16

7 Partie 2 Impact pour les Assureurs Evolution de la tarification sur les nouvelles souscriptions / adhésions Le premier impact se situe au niveau des primes / cotisations d assurance pour les produits faisant préalablement une discrimination Garantie 1 Risque Prime Prime Prime Garantie 1 Risque Prime L impact sera positif ou négatif selon le sexe et le risque sous-jacent Mortalité : Augmentation du tarif pour les f(décès, vie, maladie, automobile, ) Type de produits Homme Femme Emprunteur, Prévoyance - + Mixte Grande Branche (Vie Entière, Terme Fixe, ) - + Rentes + - Santé + - Automobile - + Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 7 / 16

8 Partie 2 Impact pour les Assureurs Evolution de la tarification sur les nouvelles souscriptions / adhésions Risque mortalité / longévité Nécessité d utiliser une table de risque identique quelque soit le sexe 3 possibilités Utiliser la table réglementaire la plus prudente peu compétitif Utiliser une table d expérience non certifiée, comme par exemple un mix des tables réglementaires selon la proportion homme femme entraîne une discontinuité entre primes et provisions Utiliser une table d expérience certifiée pas de discontinuité mais nécessité de l ajuster au fil du temps selon la proportion homme femme Cas particulier des garanties en cas de décès avec des garanties en cas de vie (produits vie entière type obsèques par exemple) «Egalité de traitement selon le sexe pour les primes d assurance et les prestations» A âge et capital assuré identique, les hommes et les femmes doivent avoir Le même montant de prime Le même montant de prestation La Valeur de Rachat, prestation en cas de vie, doit donc être identique entre les hommes et les femmes La valeur de rachat étant égale à la PM (aux éventuelles pénalités près), les assureurs vont devoir à terme utiliser une table d expérience certifiée Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 8 / 16

9 Partie 2 Impact pour les Assureurs Evolution de la tarification sur les nouvelles souscriptions / adhésions IARD La différenciation tarifaire Homme/Femme est très souvent pratiquée en assurance automobile et santé. Au contraire, elle est très peu présente dans les autres domaines Pour les assureurs réalisant une différenciation tarifaire, l arrêt nécessite de réaliser une nouvelle tarification de leur produit sans le critère du sexe de l assuré L impact direct est l augmentation de la mutualisation des risques, ce qui va se traduire par une baisse des primes des mauvais risques et une hausse des primes des bons risques L arrêté ne devrait pas avoir d impact sur le provisionnement, les techniques de provisionnement faisant en général peu appel au sexe de l assuré Quelques exemples chiffrés En assurance automobile, les femmes sont réputées pour avoir un risque meilleur que les hommes surtout quand elles sont jeunes En France, le tarif des conducteurs de 20 ans est en moyenne 20% plus élevé que celui des conductrices de 20 ans Pour les produits d assurance qui distinguaient le sexe, l arrêté va avoir comme impact de rehausser d environ 9% la prime des jeunes conductrices et d abaisser celle des jeunes conducteurs d environ 7% (Source CEA étude du 7 décembre 2011) Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 9 / 16

10 Partie 2 Impact pour les Assureurs Que faut-il faire sur les contrats en cours au 21/12/2012? La directive «La règle des primes et prestations unisexes [ ] s applique dès lors qu un accord contractuel, exigeant l expression du consentement de toutes les parties, est conclu, y compris en cas d'avenant à un contrat existant» La notion d avenant n est pas défini dans la directive mais quelques exemples d avenants et d accord non-contractuel ont été détaillés dans le guideline de la directive de la Commission européenne suite à l arrêt «Test-Achats» La prorogation d un contrat. En revanche, la tacite reconduction n est pas considéré comme un avenant Les modifications de primes lorsque l accord du preneur d assurance n est pas requis n est pas considéré comme un avenant Les changements de situation de risque de l assuré nécessitant d avertir l assureur, par exemple un déménagement en assurance santé ou le fait de fumer en assurance décès sont des avenants au contrat entrant dans le cadre de la directive. En effet, en cas d augmentation ou diminution de prime, le consentement des deux parties est nécessaire. L assureur a donc l obligation, dans ce cas, de proposer une prime unisexe L application de cet arrêté va nécessiter l adaptation des systèmes de gestion En cas d avenant, ils devront être capables d identifier si le contrat entre dans le champ d application de cet arrêté et proposer le tarif adéquat Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 10 / 16

11 Partie 3 Risques et opportunités Un risque de souscription aggravé et une exclusion potentielle d assurés Le risque d une dérive de l adéquation entre les hypothèses de tarification et le portefeuille est plus élevé, surtout sur le stock de contrats présents au moment de l entrée en application de l arrêt et sur les risques longs Exemple : les rentes. Sur les nouveaux contrats et à même cotisation, un homme de 65 ans touchera une pension 5% moins élevée qu auparavant tandis qu une femme touchera une pension 5% plus élevée Un homme n a donc pas d intérêt à changer de contrat tandis qu une femme a un réel intérêt à passer en prime unisexe Potentiellement, on peut donc assister A une fuite des assurés féminins vers les nouveaux contrats à tarification unisexe après le 21/12/2012 A un rush des assurés masculins sur les produits actuels avant le 21/12/2012 Ce risque va impliquer de revoir les règles de pilotage, de prévoir des actions marketing et publicitaires pour conserver les femmes et la mixité du portefeuille L augmentation des primes peut également engendrer une exclusion d assurés Exemple : cas de l assurance automobile, les jeunes conductrices vont voir augmenter immédiatement leur assurance de 10%, ce qui représente une augmentation non négligeable Elles pourraient donc renoncer à souscrire certaines garanties (comme la «tous risques») car jugées trop chères et se rabattre sur les garanties minimales Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 11 / 16

12 Partie 3 Risques et opportunités Contourner le problème? Pour contourner les difficultés opérationnelles qu engendre la directive pour les compagnies, plusieurs solutions peuvent être envisagées pour pallier à l interdiction de discriminer les primes et les tarifs en fonction du sexe Utiliser des variables qui sont corrélées avec le sexe Par exemple, en assurance auto, la puissance et le type du véhicule sont des facteurs avérés de risques et sont corrélés avec le sexe Définir des garanties spécifiques à un sexe et faire porter la différenciation tarifaire sur cette garantie Ajouter par exemple des prestations au regard d une garantie naissance Proposer des rabais si le conjoint souscrit le même contrat pour pouvoir conserver une certaine mixité du portefeuille Ces solutions ne sont néanmoins pas en phase avec l esprit de la directive qui est la nondiscrimination Homme Femme Remettre au goût du jour les assurances sur 2 têtes? Permet d assurer la mixité du portefeuille Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 12 / 16

13 Partie 3 Risques et opportunités Tirer son épingle du jeu Le marketing au service du technique L arrêt peut constituer une bonne opportunité pour prendre des parts de marché. En effet, même si la discrimination technique est interdite, les campagnes de publicités ciblées restent autorisées, même les campagnes ciblées sur les personnes d un même sexe. On peut donc tout à fait envisager de développer un produit et de communiquer spécifiquement auprès des bons risques pour essayer d attirer ceux-ci. Le marketing devra aussi avoir pour objectif la mixité du portefeuille prise en hypothèse dans la tarification des produits et ce, pour éviter tout risque de dissociation du portefeuille avec la population cible du tarif Anticiper les futures directives contre les discriminations D autres directives contre les discriminations pourraient voir le jour à moyen ou long terme sur d autres critères, comme par exemple l âge, même si il est très clairement rappelé dans l arrêt et la guideline que ce n est pas envisagé. Utiliser la non-discrimination comme axe de communication La non-discrimination a un impact significatif en termes d image de l entreprise auprès des consommateurs. Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 13 / 16

14 Partie 4 Annexes Documents de référence Communication de la Commission européenne sur l arrêt «Test-Achats», 13 janvier 2012 «The impact of a ban on the use of gender in insurance», Etude du CEA, 7 décembre 2011 Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 14 / 16

15 Annexe Optimind en résumé Une société de conseil experte et indépendante La société Interlocuteur de référence pour les assureurs, mutuelles, banques et grandes entreprises qui souhaitent un partenaire métier les accompagnant dans leurs projets. Actuariat conseil, Risk Management, Audit & contrôle interne, Projets & Maîtrise d ouvrage 80 collaborateurs dont plus d une quarantaine d actuaires diplômés membres de l Institut des Actuaires Valeurs : éthique, déontologie, expertise, méthode, pragmatisme et investissement Les références client Plus de 90 % du marché de l assurance en volume de CA Quelques références Assurance Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 15 / 16

16 Annexe Les pôles de compétences OPTIMIND La mutualisation systématique des expertises et du retour d expérience Practice Optimind structurée autour des Pôles de Compétence Optimind, pour une couverture matricielle des besoins en expertise Expérience des produits et des systèmes d information en Epargne, Retraite, Prévoyance, Santé et IARD Aptitudes transverses à l exercice de nos métiers Solvabilité II, ERM, ORSA, Inventaire, Comptabilité sociale et IFRS, Modélisations prospectives sur les outils SAS, MoSes ou Prophet par exemple Epargne Retraite Prévoyance Santé IARD Solvabilité II Inventaire Normes IFRS Risk Management Modélisation prospective Nos pôles de compétences Animés par un Practice Leader, porte parole de l expertise collective d Optimind sur le sujet Expertise métier Expertise outil / technique Formation continue, publication Veille réglementaire et juridique Composés chacun de 15 à 20 consultants de séniorités diverses Mise à jour bases de données de marché Conférence Gender Directive - Impacts opérationnels pour les assureurs 16 / 16

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen Conférence sur la Directive 2004/113/CE ActuriaCnam, Paris 31 mai 2012 Christine Tomboy Introduction 1. Un arrêt qui fait date Des conséquences

Plus en détail

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2 1 SOMMAIRE Introduction Les points clés Présentation des participants à l enquête Les hypothèses de tarification en assurance vie Les hypothèses de tarification en assurance non-vie Les impacts sur le

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services L'égalité de traitement en dehors du travail : l'accès aux biens et aux services Rossen Grozev Commission européenne Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux

Plus en détail

L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE

L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE L arrêt Test-Achats suivi au niveau de l UE Droit de l UE relatif à l égalité entre les femmes et les hommes séminaire pour praticiens Christine Tomboy Justice Introduction Affaire pilote Implications

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil

Aprecialis Actuariat conseil Actuariat conseil des prestations adaptées Les domaines Aprecialis intervient sur la totalité de la technique assurantielle, en individuel ou collectif : En assurances de personnes : assurance vie en uros

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

PSA Professionnels du secteur d assurance

PSA Professionnels du secteur d assurance PSA Professionnels du secteur d assurance Résumé du projet de loi Luxembourg 18 avril 2012 Sommaire 1. Les buts de la nouvelle législation 2. La définition des PSA 3. La liste des PSA 4. Les traits communs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD Actuariat conseil Actuaires en assurance de personnes et IARD une démarche efficace L objectif Les consultants d Aprecialis ont toujours pour objet la vérité technique. Ils explicitent les enjeux et les

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 TYPE D ASSURANCE-VIE Happy life AXA Belgium S.A., ci-après happy life, est une assurance vie de la branche 23 d AXA Belgium qui offre certaines garanties (une rente périodique

Plus en détail

Formation et conseil en réassurance

Formation et conseil en réassurance Formation et conseil en réassurance Formation personnalisée Formation-conseil Strada Conseil, spécialiste reconnu des secteurs de l assurance et de la réassurance depuis 2002, complète sa gamme de prestations

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques...

Table des matières. CHAPITRE 1 L information médicale... 17. CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21. 1 La sélection des risques... Table des matières CHAPITRE 1 L information médicale... 17 1 La sélection des risques... 18 2 Le cas du décès... 18 CHAPITRE 2 L assurance individuelle accident... 21 1 Préambule... 22 2 La notion d accident...

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Situation dans le secteur des assurances au Grand-Duché du Luxembourg

Situation dans le secteur des assurances au Grand-Duché du Luxembourg La DIRECTIVE 2004/113/CE DU CONSEIL du 13 décembre 2004 mettant en oeuvre le principe de l égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans l accès à des biens et services et la fourniture de

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014. La Compagnie des Femmes ouvre ses. solutions santé aux courtiers

DOSSIER DE PRESSE 2014. La Compagnie des Femmes ouvre ses. solutions santé aux courtiers DOSSIER DE PRESSE 2014 La Compagnie des Femmes ouvre ses solutions santé aux courtiers 1 Sommaire La Compagnie des Femmes engagée depuis 18 ans auprès des femmes... 3 Agathe Chergui engagement et innovation

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

SHERPA IARD : L Innovation Technologique au Service de l Assurance Africaine. www.j3atechnologies.com

SHERPA IARD : L Innovation Technologique au Service de l Assurance Africaine. www.j3atechnologies.com SHERPA IARD : L Innovation Technologique au Service de l Assurance Africaine www.j3atechnologies.com Qui Sommes-Nous? J3A Software Group est une société d'ingénierie informatique qui fournit des services

Plus en détail

Implications de la recommandation de la Commission européenne visant l arrêt Test-Achats. SCOR inform - Janvier 2012

Implications de la recommandation de la Commission européenne visant l arrêt Test-Achats. SCOR inform - Janvier 2012 Implications de la recommandation de la Commission européenne SCOR inform - Janvier 2012 Implications de la recommandation de la Commission européenne Auteurs Dominic SCHWER SCOR SE Cologne Thomas AMENT

Plus en détail

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique -

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique - GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - - Anani OLYMPIO Actuaire IA, Expert ERM & CERA Voahirana RANAIVOZANANY Actuaire IA, Expert ERM & CERA Etude présentée au colloque AFIR ERM Lyon juin 2013 1 PLAN I. Contexte

Plus en détail

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Anne MARION A C T U A R I E L L E S actuarielles@actuarielles.com L aléa en santé Assurance vie : (décès) Survenance certaine à date aléatoire

Plus en détail

Assurabilité des risques aggravés

Assurabilité des risques aggravés Assurabilité des risques aggravés L assurance de l emprunteur contre les risques de décès, d invalidité, d incapacité de travail et éventuellement de perte d emploi est généralement une condition nécessaire

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines Groupe Helvetia Politique en matière de ressources humaines Chères collaboratrices, chers collaborateurs Notre politique en matière de ressources humaines est basée sur la charte d entreprise «Les meilleurs

Plus en détail

AVIVA LANCE SANTHIA, SA NOUVELLE OFFRE DE COMPLEMENTAIRE SANTE «SUR-MESURE» À DES TARIFS PLUS ATTRACTIFS

AVIVA LANCE SANTHIA, SA NOUVELLE OFFRE DE COMPLEMENTAIRE SANTE «SUR-MESURE» À DES TARIFS PLUS ATTRACTIFS Communiqué de presse Bois-Colombes, le 22 avril 2008 AVIVA LANCE SANTHIA, SA NOUVELLE OFFRE DE COMPLEMENTAIRE SANTE «SUR-MESURE» À DES TARIFS PLUS ATTRACTIFS Aviva commercialise à compter de cette semaine,

Plus en détail

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance?

1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? 1. Pourquoi dois-je souscrire à un contrat d assurance? Parce ce que je suis exposé à des risques dont les causes sont multiples et les conséquences imprévisibles. 2. Que signifie la notion de risque?

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Garantie Hospitalisation

Garantie Hospitalisation P R E V O Y A N C E Toutes cibles? Vous recherchez un contrat qui vous garantisse le versement d allocations journalières en cas d hospitalisation assurances Optez pour Garantie Un forfait journalier en

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015 Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019 8 septembre 2015 1 Le déroulé de la rencontre La couverture des risques statutaires L absentéisme en France La carte de visite du contrat groupe actuel

Plus en détail

PAC. Toutes les compétences Factorielles au service de l expertise sociale PRODUITS ACCOMPAGNEMENTS CLUB PERFORMANCE

PAC. Toutes les compétences Factorielles au service de l expertise sociale PRODUITS ACCOMPAGNEMENTS CLUB PERFORMANCE PAC Toutes les compétences Factorielles au service de l expertise sociale PRODUITS ACCOMPAGNEMENTS PERFORMANCE PRODUITS STRATEGIE RETRAITE STRATEGIE DE REMUNERATION DU DIRIGEANT Logiciels u Etablir un

Plus en détail

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER Conférence XBRL France Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014 Olivier BOYER et Aurélia MULLER 1 2 1- Présentation du Groupe CNP Assurances Un métier, la protection des personnes Assureur

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Placements en vue de la dépendance

Placements en vue de la dépendance ATELIER n 5 Placements en vue de la dépendance Dominique CALVAR, CNP Assurances Le marché Eléments FFSA Convention Annuelle CGPC 2 ème marché privé au monde La France est au 1 er rang des pays de l OCDE

Plus en détail

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié Assurance Souscription Recueil, identification et formalisation des besoins des clients. Réponse aux demandes de simulations. Appréciation, mesure, évaluation de chaque risque en analysant les différentes

Plus en détail

Le mot du président. Actuaire Qualifié IA Président

Le mot du président. Actuaire Qualifié IA Président Le mot du président Depuis que j'ai créé Actélior en 1999, le cabinet reste attaché à sa valeur fondatrice : l'excellence, synonyme de satisfaction partagée. L'équipe est en effet très sensibilisée à fournir,

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse LISTE DES THESES ENREGISTREES AU CEDOC Formation Doctorale : Sciences de gestion Sujet de thèse L analyse technique en tant qu outil d anticipation des crises boursières : Entre réalité et surréalisme

Plus en détail

Obsèques. (Financement) L assurance tranquillité pour vos proches. Prévoyance. Seniors. Vos Garanties - 2007. Garantie Viagère

Obsèques. (Financement) L assurance tranquillité pour vos proches. Prévoyance. Seniors. Vos Garanties - 2007. Garantie Viagère P R É V O Y A N C E Prévoyance (Financement) Obsèques Seniors L assurance tranquillité pour vos proches Vos Garanties - 2007 Garantie Viagère Souscription possible jusqu à 84 ans Aucune formalité médicale

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE www.verspieren.com ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE DES SPÉCIALISTES DU PLATEAU TECHNIQUE LOURD POUR BIEN COMPRENDRE CE QUE COUVRE LA PRÉVOYANCE En partenariat avec le Cabinet Branchet et Asspro ZOOM SUR

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises particuliers professionnels professionnels entreprises entreprises L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix document non contractuel à caractère publicitaire. les garanties peuvent donner

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

FICHES INFO FINANCIERES

FICHES INFO FINANCIERES FICHES INFO FINANCIERES RENT LIFE - RENT FIX - RENT TEMPO Ethias SA Votre agent d assurances 1517-207 07/15 POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES FORMULES DE RENTE ET OBTENIR UN DEVIS GRATUITEMENT, INFORMEZ-VOUS

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

UNIM. Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts. Professionnels de la Santé. www.allianz.fr www.unim.asso.fr

UNIM. Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts. Professionnels de la Santé. www.allianz.fr www.unim.asso.fr Professionnels de la Santé UNIM Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts www.allianz.fr www.unim.asso.fr Union Nationale pour les Intérêts de la Médecine La prévoyance Une gamme de contrats

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION

COMMUNICATION DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.12.2011 C(2011) 9497 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION Lignes directrices sur l application de la directive 2004/113/CE du Conseil dans le secteur des assurances,

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif au traitement comptable des opérations d une association souscriptrice d un contrat collectif d assurance et des groupements

Plus en détail

Stage X Alternance (à cocher)

Stage X Alternance (à cocher) Durée : 6 mois (minimum 5) mois / début de stage possible dès février 2013 Manager N+1 : Véronique GAMON Tuteur (obligatoire) : BAH Sékou Oumar Réf offre : Au sein de la Direction Actuariat et Assurances

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

Seniors. Vous souhaitez mettre vos proches à l abri de tout souci financier lié à vos frais d obsèques. Optez pour. Protection Obsèques

Seniors. Vous souhaitez mettre vos proches à l abri de tout souci financier lié à vos frais d obsèques. Optez pour. Protection Obsèques P R E V O Y A N C E Seniors? Vous souhaitez mettre vos proches à l abri de tout souci financier lié à vos frais d obsèques assurances Optez pour Protection Obsèques L assurance tranquillité pour les proches

Plus en détail

DU CONTRAT ARÉAS ASSURANCES, EN QUELQUES MOTS RACHAT DU CAPITAL

DU CONTRAT ARÉAS ASSURANCES, EN QUELQUES MOTS RACHAT DU CAPITAL PERP Multisupport Pourquoi est-il indispensable de préparer dès aujourd hui votre retraite? AUJOURD HUI, 10 ACTIFS FINANCENT DÉJÀ PLUS DE 5 RETRAITES. EN 2036, ILS INTERVIENDRONT POUR CELLES DE 8 PERSONNES.

Plus en détail

Mutuelle santé Foire aux questions

Mutuelle santé Foire aux questions Mutuelle santé Foire aux questions Adhésion des agents vacataires ou en activité accessoire : Les agents vacataires et les agents accessoires ne sont pas inscrits sur les listes des collectivités, ils

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations STIFTUNG ABENDROT Die nachhaltige Pensionskasse Case postale 4002 Bâle Güterstrasse 133 Tél. 061 269 90 20 Fax 061 269 90 29 www.abendrot.ch stiftung@abendrot.ch Règlement sur la constitution de provisions

Plus en détail

MAÎTRISEZ VOTRE PATRIMOINE

MAÎTRISEZ VOTRE PATRIMOINE MAÎTRISEZ VOTRE PATRIMOINE Olifan Group innove dans le domaine du conseil en stratégie patrimoniale et en investissements avec un mode de gouvernance unique en Europe. Olifan Group, première société paneuropéenne

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Conditions générales (CGA)

Conditions générales (CGA) Conditions générales (CGA) Assurance-accidents selon la Loi fédérale du 20.3.1981 (LAA) Edition 08.2006 8000611 10.09 WGR 067 F Table des matières Votre assurance-accidents selon la LAA en bref... 3 1

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance Nos compétences à votre service Quelles que soient votre taille et vos activités : un service optimal et de qualité Aon Benfield, leader mondial et N 1 en

Plus en détail

RISK MANAGEMENT : L OFFRE DE SERVICE

RISK MANAGEMENT : L OFFRE DE SERVICE RISK MANAGEMENT : L OFFRE DE SERVICE SOLVISION : la 1 ère plateforme de collecte et de gestion des risques assurances conforme aux normes Solvabilité II PRESENTATION DE LA PLATEFORME SOLVISION La plateforme

Plus en détail

SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE

SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE SOMMAIRE > LE CONTEXTE > LES ÉTAPES CLÉS > LES NÉGOCIATIONS DE BRANCHES > LES NÉGOCIATIONS D ENTREPRISE > LA DÉCISION UNILATÉRALE D ENTREPRISE > LES CAS DE DISPENSES > LE PANIER DE SOIN > L ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Les risques d entreprises

Les risques d entreprises Les risques d entreprises Assureur depuis 1962 entre terre et océan Une dynamique de compétences au service des entreprises et des particuliers Êtes-vous prêt? Des solutions d assurances à votre service.

Plus en détail

Zjklm. Résumé. du règlement de. GaleniCare Fondation de prévoyance (Plan de prévoyance no II) Fondation de prévoyance

Zjklm. Résumé. du règlement de. GaleniCare Fondation de prévoyance (Plan de prévoyance no II) Fondation de prévoyance Zjklm Fondation de prévoyance Résumé du règlement de GaleniCare Fondation de prévoyance (Plan de prévoyance no II) GaleniCare Fondation de prévoyance, une fondation de prévoyance du groupe Galenica 1 Aperçu

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II JEUDI 20 MARS 2014 Les défis du Pilier 2 : Contrôle Interne et ORSA Manifestation organisée par en partenariat avec Le déblocage du processus européen

Plus en détail

L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 a repris

L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 a repris aolfq=pl`f^i= LA PORTABILITE DES GARANTIES Véronique VINCENT Juin 2009 L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 a repris dans son article 14 le principe du maintien des garanties complémentaires

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Conditions générales. r etraite. options 1-2 OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. r etraite. options 1-2 OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la r etraite options 1-2 Conditions générales LA RETRAITE est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances ; elle est souscrite par la Collectivité

Plus en détail