REGIME SOCIAL ET FISCAL DES «HEURES SUPPLEMENTAIRES» à compter du 1 er octobre 2007

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGIME SOCIAL ET FISCAL DES «HEURES SUPPLEMENTAIRES» à compter du 1 er octobre 2007"

Transcription

1 REGIME SOCIAL ET FISCAL DES «HEURES SUPPLEMENTAIRES» à compter du 1 er octobre 2007 Textes applicables Loi n en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat du 21 Août 2007 J.O. du 22 Août 2007 Article 1 er : Instauration d un régime social et fiscal dérogatoire, applicable aux rémunérations des «heures supplémentaires» réalisées à compter du 1 er octobre Objectif : Favoriser l exécution d heures supplémentaires et dans une moindre mesure d heures complémentaires. Décret d application n du 24 septembre 2007 J.O. du 25 Septembre Circulaire DSS n du 1 er Octobre 2007 relative à la mise en œuvre de l article 1 er de la loi TEPA + lettre DSS du 19 octobre Circulaire ACOSS n du 24 octobre Circulaire DSS n du 27 novembre Circulaire ACOSS n du 7 décembre Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2008 (art. 12). Lettre URSSAF du 2 janvier Décret n du 24 janvier Circulaire DSS n du 5 février Décret n du 27 février 2008 Préalables Ne remet pas en question les règles relatives à la durée du travail, notamment les règles issues des lois Aubry.

2 Remise en question du régime dérogatoire accordé aux entreprises d au plus 20 salariés au titre de la loi du 31 Mars Pour rappel, les entreprises d au plus 20 salariés au 31 mars 2005 bénéficiaient d un régime dérogatoire en matière d heures supplémentaires. A ce titre, elles bénéficiaient d une majoration de 10% pour les 4 premières heures supplémentaires (au lieu de 25%), et la 36 ème heure n était pas imputée sur le contingent annuel d heures supplémentaires. Ce régime était initialement prorogé jusqu au 31 décembre L article 1 er de la loi TEPA abroge ce régime au 1 er octobre Désormais, ces entreprises se voient appliquer les règles de droit commun. Comprend d autres mesures telles que des mesures encadrant la rémunération différées des dirigeants d entreprises cotées, relatives au bouclier fiscal, à la fiscalité des stocks options Quelques rappels préalables sur les heures supplémentaires : Décompte hebdomadaire des heures supplémentaires, qui correspondent à toute heure effectuée au-delà de la durée légale du travail (ou d une durée considérée comme équivalente). Plusieurs exceptions au décompte hebdomadaire en fonction de l aménagement de la réduction du temps de travail appliqué dans l entreprise (cycle, modulation, JRTT sur 4 semaines ou sur l année ). Contingent d heures supplémentaires : 220 heures par an et par salarié 130 heures par an et par salarié dans le cadre d une modulation de forte amplitude. Sauf dispositions conventionnelles contraires. Pour rappel, lorsque l employeur utilise les heures du contingent, il doit en informer préalablement l inspecteur du travail, et informer annuellement les représentants du personnel sur l utilisation et le volume des heures supplémentaires. Dès lors qu il envisage d effectuer des heures au-delà du contingent, il doit préalablement en demander l autorisation à l inspecteur du travail après avis des représentants du personnel. Heures supplémentaires réalisées sur demande de l employeur. Loi à articuler avec la Loi pour le pouvoir d achat du 8 février 2008 (voir dossier).

3 I. Heures visées par le régime dérogatoire Les heures supplémentaires sont entendues largement par la loi TEPA. Différent de la notion d heure supplémentaire telle que définie par le code du travail (article L et suivants du code du travail). Cette mesure intéresse non seulement les heures supplémentaires «classiques», mais également d autres heures. Il est nécessaire de bien différencier les heures supplémentaires «classiques» au sens du code du travail pour l application des règles sur la durée du travail, et les heures visées par ce régime sociale et fiscal. Heures visées par le régime dérogatoire Article 81 quater nouveau du CGI : Heures effectuées au-delà de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente Heures supplémentaires effectuées dans le cadre d une réduction du temps de travail par l attribution de journées ou demi-journées de repos sur 4 semaines, ou sur l année Heures choisies Heures supplémentaires réalisées au sein d un cycle Heures effectuées au-delà de 1607 heures par des salariés en convention de forfait annuel en heures Heures réalisées au-delà de 35 heures, ou en cas de modulation au-delà des limites fixées par l accord, par des salariés bénéficiant d un temps réduit pour raisons familiales Heures supplémentaires réalisées dans le cadre de la modulation, à l exclusion de celles réalisées entre l éventuel plafond conventionnel annuel inférieur et le plafond annuel légal de 1607 heures Jours de repos auxquels le salarié en convention de forfait annuel en jours a renoncé, audelà de 218 jours Dans les entreprises de 20 salariés au plus, au 31 mars 2005, et à défaut de convention ou accord collectif instaurant un compte épargne temps : Journées ou demi-journées de repos accordés dans le cadre d une réduction du temps de travail par attribution de JRTT ou d une convention de forfait jours, auxquels le salarié renonce, si le nombre de jours de travail accomplis est ainsi porté à plus de 218 jours

4 Heures effectuées au-delà de la durée prévue dans une convention de forfait en heures (hebdomadaire, mensuelle ou annuelle), et au-delà de 1607 heures Heures complémentaires réalisées dans la limite du 10 ème de la durée hebdomadaire ou mensuelle fixée au contrat de travail, ou du plafond supérieur éventuellement prévu par accord ou convention, et en-deçà de la durée légale ou conventionnelle du travail Remarque : ces heures sont exclues de la déduction forfaitaire de cotisations patronales. Catégories spécifiques de salariés visées par la loi : Salariés de particuliers employeurs Assistants maternels Agents publics titulaires ou non Salariés ne relevant pas des dispositions de droit commun sur la durée du travail (salariés rémunérés à la tâche, marins ) En attente de précisions réglementaires. Exclusion du régime dérogatoire : Heures complémentaires réalisées régulièrement, au sens du code du travail (article L al 7), soit dans le cas où, pendant une période de 12 semaines consécutives ou pendant 12 semaines au cours d une période de 15 semaines, l horaire moyen réellement effectué par un salarié a dépassé de deux heures au moins par semaine, ou de l équivalent mensuel de cette durée, l horaire prévu dans son contrat. Exception : Régime dérogatoire applicable si ces heures sont, conformément au code du travail, intégrées dans l horaire contractuel pendant une durée minimale fixée par décret, à 6 mois pour un CDI, et dans le cadre d un CDD pour la durée du contrat restant à courir si celle-ci lui est inférieure. Si ces heures ne sont pas intégrées à l horaire contractuel, les montants de la réduction de cotisations salariales précédemment calculés sur la période de 12 ou 15 semaines devront être reversés à l organisme de recouvrement au cours du mois civil suivant cette période. Heures devenues supplémentaires par abaissement, après le 20 juin 2007, de la limite haute hebdomadaire de la modulation, ou encore du plafond hebdomadaire dans une réduction du temps de travail par attribution de JRTT sur l année. La circulaire DSS du 5 février 2008 a par ailleurs précisé qu il n est par interdit de réviser des accords à durée déterminée arrivant à expiration après le 20/06/2007, ou de conclure un nouvel accord pour succéder à cet accord à durée déterminée arrivé à expiration.

5 Application du régime social et fiscal dérogatoire à la rémunération, uniquement en argent, des heures visées par la loi. Concernant la déduction forfaitaire patronale, elle n aura lieu que si l heure supplémentaire fait l objet d une rémunération au moins équivalente à celle d une heure normale. La circulaire DSS du 1 er octobre 2007 a précisé également que seules les heures réellement effectuées peuvent faire l objet d une exonération, notion qui avait été précisée à l occasion de la lettre DSS du 19 octobre 2007 et la circulaire ACOSS du 24 octobre Désormais, s agissant de cette notion «d heures réellement effectuées», la DSS, via la circulaire du 27 novembre 2007, et notamment les questions n 10 et 11, opère à une distinction entre deux types d heures supplémentaires : les heures supplémentaires structurelles et les heures supplémentaires ponctuelles. Les heures supplémentaires structurelles La circulaire précise dans la réponse n 11 : «les heures supplémentaires structurelles résultant soit d une durée collective de travail supérieure à 35 heures, soit d une convention de forfait qui intégrerait déjà un certain nombre d heures supplémentaires, sont payées, majorées et exonérées fiscalement et socialement, y compris en cas d absence du salarié donnant lieu à maintien de salaire». Sous réserve d éléments complémentaires, la DSS semble donc abandonner la notion d «heures supplémentaires réellement effectuées» pour l application de la loi TEPA aux heures supplémentaires structurelles. Un abattement restera toutefois nécessaire en cas d absences non indemnisées. La circulaire DSS est en ce point reprise par la lettre-circulaire ACOSS n du 7 décembre Les heures supplémentaires ponctuelles La circulaire précise dans la réponse n 10 : «la totalité des heures supplémentaires effectuées pendant les autres jours d une semaine comportant un jour férié et dont la rémunération est majorée, sont exonérées». La DSS remet là aussi en question, mais de manière moins catégorique, la notion d «heures supplémentaires réellement effectuées». Ainsi, elle admet que les absences liées à un jour férié doivent être prises en compte pour l application des exonérations. Ce tempérament est élargi par la circulaire DSS du 05/02/208 qui précise dans son questionsréponses que certains temps assimilés à du temps de travail effectif doivent également être pris en compte.

6 Elle précise ainsi que les heures de délégation, les repos compensateurs obligatoires, les repos compensateurs de remplacement et les jours de congés pour évènements familiaux sont assimilés à des jours de travail effectif pour le calcul des droits du salarié. Elle précise «qu en revanche les autres périodes d absence -congés maladie, congés payés, congé de maternité, de paternité ou d adoption, congés sans solde, accidents du travail, formation hors du temps de travail, et jours de RTT- ne sont pas assimilés à du temps de travail effectif et ne sont donc pas pris en compte pour le décompte des heures supplémentaires». II. Régime social et fiscal des heures supplémentaires 1. EXONERATION de l impôt sur le revenu des rémunérations de ces heures, et en ce qui concerne leur majoration dans la limite des taux prévus par une convention collective ou un accord professionnel ou interprofessionnel, et à défaut de telles dispositions, dans la limite des taux suivants : - 25% ou 50% pour les heures supplémentaires, - 25% pour les heures complémentaires, - 25% pour les heures effectuées au-delà de 1607 heures dans une convention de forfait en heures, - 25% pour la renonciation à des jours de repos dans une convention de forfait en jours. NB : le montant des rémunérations des heures supplémentaires n est pas pris en compte pour calculer le montant de l impôt sur le revenu des personnes physiques, mais sera ajouté au revenu fiscal de référence, ainsi qu au revenu d activité conditionnant le bénéfice de la prime pour l emploi. Taux de majoration des heures supplémentaires fixés par simple accord de groupe, d entreprise ou d établissement : Exonération plafonnée à 25% ou 50% (plafonds légaux) selon les cas, même si le taux de majoration résultant de ces accords est plus élevé. Au 1 er octobre 2007, fin du régime dérogatoire des entreprises de 20 salariés au plus au 31 mars 2005 (régime au titre duquel les 4 1ères heures étaient majorées à 10% jusqu au 31 décembre 2008, et la 36 ème heure non imputée sur le contingent annuel d heures supplémentaires). Exonération de l impôt sur le revenu subordonnée : Au respect par l employeur des dispositions légales et conventionnelles relatives à la durée du travail

7 A la non substitution à d autres éléments de rémunération (prime ), à moins qu un délai de 12 mois ne se soit écoulé entre le dernier versement de l élément de rémunération en tout ou partie supprimé et le premier versement des salaires ou éléments de rémunération d heures visées par l article 81 quater du CGI. 2. REDUCTION de cotisations salariales de sécurité sociale au titre de toute heure visée à l article 81 quater CGI Réduction de cotisations salariales de sécurité sociale proportionnelle à la rémunération de l heure visée par l article 81 quater CGI, imputée sur le montant des cotisations salariales de sécurité sociale dues au titre de l ensemble de la rémunération versée au moment du paiement du travail supplémentaire. Réduction de cotisations salariales de sécurité sociale (7.5%) plafonnée au montant des cotisations et contributions légale ou conventionnelles dues au titre de l heure visée par la réforme (taux résultant du rapport entre le montant de ces contributions et cotisations mises à la charge du salarié au titre du mois au cours duquel est effectué le paiement de la durée supplémentaire travaillée et la rémunération mensuelle soumise à cotisations). Taux maximum de réduction : 21.5%. Nouvel article D CSS. ATTENTION : particularité de certains aménagements du temps de travail. La circulaire ACOSS précise qu en cas de modulation, d annualisation ou de convention en forfait jours sur l année, le nombre d heures supplémentaires, complémentaires et les jours travaillés au-delà de 218 jours ne sont connus définitivement et rémunérés qu en fin d année. Il ne sera pas toujours possible d imputer la totalité de la réduction sur le mois de décembre. Dans ce cas, il convient de procéder à une régularisation des réductions salariales et des déductions patronales, conformément aux modalités spécifiques précisées en ce début d année 2008 par l URSSAF. EXEMPLE : Salarié rémunéré au SMIC dont l horaire collectif est de 39 heures hebdomadaires. 22% de cotisations salariales. Rémunération de base ( heures) = EUR Rémunération des heures supplémentaires (17.33 heures) = Soit une rémunération brute de EUR ( ). Total des charges sociales à la charge du salarié = EUR (22% de cotisations salariales sur un salaire mensuel brut de EUR), dont EUR de cotisations salariales de sécurité sociale (7.5% de EUR).

8 Réduction de cotisations salariales = EUR * 21.5% = EUR. Réduction de cotisations salariales de EUR imputée sur les cotisations de sécurité sociale ( EUR). Après réduction, les charges salariales s élèvent à EUR. Principe : Non cumul de la réduction de cotisations salariales de sécurité sociale, avec d autres dispositifs d exonération de cotisations salariales. Limite : Application de taux réduits Article D CSS : «En cas d application de taux réduits de cotisations, la réduction de cotisations salariales s applique dans la limite [précisée ci-dessus], mais en tenant compte des taux minorés applicables au salarié». DEDUCTION forfaitaire de cotisations patronales au titre de toute heure visée à l article 81 quater CGI. Exclusion des heures complémentaires. Déduction au bénéfice des employeurs entrant dans le champ d application de la réduction générale de cotisations patronales «Fillon». La loi vise en effet toute heure entrant dans le champ d application de l article 81 quater du CGI, à l exception des heures complémentaires, réalisées par les salariés mentionnés au II de l article L du code de la sécurité sociale, soit notamment les salariés du secteur privé pour lesquels l employeur est soumis à l obligation d affiliation à l assurance chômage. Déduction imputée sur les sommes dues par l employeur à l URSSAF / MSA pour chaque salarié concerné au titre de l ensemble de sa rémunération. Cette déduction ne peut dépasser le montant des cotisations dues. La déduction n est due que si l heure supplémentaire fait l objet d une rémunération au moins équivalente à celle d une heure normale. Montant de la réduction forfaitaire fixé par décret : Nouvel Article D CSS 0,5 euro par heure «supplémentaire».

9 Déduction portée à 1,5 euro dans les entreprises d au plus 20 salariés. Majoration subordonnée au respect des dispositions relatives au plafond des aides de «minimis» du règlement CE 1998/2006 de la commission du 15/12/2006 fixant à par entreprise, dans les transports, sur 3 ans, le montant des aides de même catégories pouvant être accordées aux entreprises. Déduction majorée applicable jusqu au 31 décembre 2008 aux entreprises qui bénéficiaient du régime dérogatoire au titre de la loi du 31 mars 2005 et qui auraient passé le seuil des 20 salariés depuis cette date ou qui viendraient à le franchir d ici là. Déduction égale à 7 fois ce montant pour la renonciation à des jours de repos au-delà de 218 jours de travail. NB : Déduction forfaitaire accordée uniquement si l heure supplémentaire effectuée fait l objet d une rémunération au moins égale à celle d une heure normale. Montant de la déduction forfaitaire à imputer sur les cotisations / contributions dues à l URSSAF / MSA, pour un horaire collectif de 39 heures : Entreprise de plus de 20 salariés : 17,33 x 0,5 = 8,67 Entreprise d au plus 20 salariés : 17,33 x 1,5 = 26 Principe : Cumul de la déduction forfaitaire de cotisations patronales avec d autres dispositifs d exonération de cotisations patronales de sécurité sociale. NB : Cumul autorisé dans la limite du montant des cotisations et contributions dues par l employeur au titre de l ensemble de la rémunération du salarié concerné versée au moment du paiement des heures supplémentaires. Exemple : possible cumul avec la réduction Fillon, l exonération pour embauche en zone de redynamisation urbaine ou de revitalisation rurale, l exonération attachée au contrat de professionnalisation Régime social dérogatoire (exonération de cotisations salariales + déduction forfaitaire patronale) applicable sous réserve du respect de la mise à disposition des agents du service des impôts et de l URSSAF, de documents de contrôle précisés à l article D du Code de Sécurité Sociale : «L employeur est tenu de mettre à disposition les documents de contrôle de la durée du travail prévus aux articles D à D du code du travail. Lorsque ces données ne sont pas immédiatement accessibles, l employeur complète, au moins une fois par an pour chaque salarié, les informations fournies en application des articles susmentionnées par un récapitulatif

10 hebdomadaire du nombre d heures supplémentaires ou complémentaires effectuées, ou du nombre d heures de travail lorsque le décompte des heures supplémentaires n est pas établi par semaine, indiquant le mois au cours duquel elles sont rémunérées et distinguant les heures supplémentaires et complémentaires en fonction du taux de majoration qui leur est applicable. Lorsque en vertu du huitième alinéa de l article L du code du travail, les heures supplémentaires résultent d une durée collective hebdomadaire de travail supérieure à la durée légale et font l objet d une rémunération mensualisée, l indication de cette durée collective suffit à satisfaire à l obligation mentionnée à l alinéa précédent pour les heures supplémentaires concernées». Information des représentants du personnel. La loi TEPA dispose que «le comité d entreprise ou, à défaut les délégués du personnel, sont informés par l employeur des volumes et de l utilisation des heures supplémentaires et complémentaires effectuées par des salariés de l entreprise ou de l établissement, un bilan annuel est transmis à cet effet». Pour rappel, les représentants du personnel font déjà l objet d une information en cas de recours aux heures supplémentaires du contingent, et d une consultation en cas de recours à des heures supplémentaires hors contingent. III. Incidences sur la réduction générale des cotisations Formule applicable avant le 1 er octobre : Référence à l horaire de travail rémunéré. Entreprises de plus de 19 salariés : (0,26 / 0,6) [1,6 (nombre d heures rémunérées * SMIC horaire / rémunération mensuelle brute) -1] Entreprises de moins de 1 à 19 salariés (depuis le 1 er juillet 07) : (0,281 / 0,6) [1,6 (nombre d heures rémunérées * SMIC horaire / rémunération mensuelle brute) -1] Formule applicable à compter du 1 er octobre : Référence au SMIC mensuel. Entreprises de plus de 19 salariés : (0,26 / 0,6) [1,6 (SMIC mensuel base 151,67 heures / rémunération mensuelle brute) -1] Entreprises de moins de 1 à 19 salariés : (0,281 / 0,6) [1,6 (SMIC mensuel base 151,67 heures / rémunération mensuelle brute) -1]

11 ATTENTION : Rémunération mensuelle brute s entend comme la rémunération mensuelle du salarié à l exception de la rémunération des heures supplémentaires / complémentaires dans la limite en ce qui concerne leur majoration des taux de 25 % ou 50 % selon le cas. De plus, en vertu de l article 12 de la Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2008 (du 19/12/2007), devra également être exclu de la rémunération mensuelle brute à prendre en compte pour le calcul du coefficient de réduction, le montant de la rémunération des temps de pause, d habillage et déshabillage, versée en application d une convention ou accord collectif étendu en vigueur au 11/10/2007. Nouveaux articles L et D CSS. EXEMPLE : Salarié d une entreprise de plus de 19 salariés, rémunéré au SMIC dont l horaire collectif est de 39 heures hebdomadaires. Rémunération de base ( heures) = EUR Rémunération des heures supplémentaires (17.33 heures) = Soit une rémunération brute de EUR ( ). Allègement avant le 1 er octobre 2007 : (0,26 / 0,6) [1,6 (169 * 8.44 / ) -1] = Soit un allègement de 355 EUR (= * ). Allègement après le 1 er octobre 2007 : (0,26 / 0,6) [1,6 ( * 8.44 / ) -1] = 0.26 Soit un allègement de EUR (= 0.26 * ). Les taux d allègement restent plafonnés à 0.26 pour les entreprises de plus de 19 salariés, et de pour les entreprises de 1 à 19 salariés. Formule applicable à compter du 1 er octobre : Neutralisation des heures complémentaires / supplémentaires définies ci-dessus, dans la limite, en ce qui concerne la majoration salariale, des taux de 25% ou 50 % selon le cas : exclues de la rémunération mensuelle brute prise en compte pour le calcul de la réduction. Rapport établi à partir su SMIC base heures >> exclusion des heures ne correspondant pas à du temps de travail effectif (temps de pause ). Proratisation du SMIC mensuel pour les salariés à temps partiel.

12 Suspension du contrat de travail avec maintien partiel de la rémunération mensuelle brute : base SMIC mensuelle réduit selon le pourcentage de la rémunération demeurée à la charge de l employeur et soumise à cotisations. Mise à disposition du document de contrôle du calcul de la réduction générale des cotisations patronales dont le contenu a été modifié pour tenir compte de la réforme. Article D du code du travail : «Nombre de salariés ouvrant droit aux réductions et déductions, montant total des réductions et déductions, identité des salariés, rémunération mensuelle brute versée, montant de chaque réduction et déduction, coefficient d allégement Fillon, nombre d heures supplémentaires / complémentaires réalisées». Décompte des effectifs pour l application des règles précédentes Nouvel article D CSS : Appréciation des effectifs au 31 décembre en fonction de la moyenne des effectifs déterminés chaque mois conformément aux articles L et L du code du travail. Pour une entreprise créée en cours d année, l effectif est apprécié à la date de sa création (pour l année en cours). Détermine la formule de calcul de l allègement Fillon (dont le coefficient varie selon que l entreprise regroupe moins ou plus de 19 salariés) et le montant de la déduction forfaitaire de cotisations patronales (dont le montant est majoré pour les entreprises d au plus 20 salariés) au 1 er janvier de l année suivante et pour la durée de celle-ci.

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/11/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/11/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Novembre 2014 Sommaire 1. MISE A JOUR NOVEMBRE 2014... 4 Eléments nationaux...

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

La Journée de solidarité

La Journée de solidarité La Journée de solidarité En vue d assurer le financement des actions en faveur de l autonomie des personnes âgées ou handicapées, la loi du 30 juin 2004 a mis en place une journée de solidarité : les salariés

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/01/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/01/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/01/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Janvier 2014 Sommaire 1. NOUVELLES VALEURS... 4 Eléments nationaux... 4

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025

Cegid Business Paie. Mise à jour plan de paie 01/03/2014. Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Cegid Business Paie Mise à jour plan de paie 01/03/2014 Service d'assistance Téléphonique 0 825 070 025 Mise à jour plan de paie Mars 2014 Sommaire 1. MISE A JOUR DE MARS 2014... 4 Eléments nationaux...

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL Loi en faveur du Travail, de l Emploi et du Pouvoir d Achat (TEPA) 21 août 2007 Loi pour le Pouvoir d Achat (PA) 8 février 2008 Au regard de l accord de branche sur la

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

Instruction relative au compte épargne-temps des agents de droit public de Pôle emploi

Instruction relative au compte épargne-temps des agents de droit public de Pôle emploi Date : 19 avril 2011 Note de la direction générale : Directeur général Médiateur Direction du cabinet Direction de la communication et relations institutionnelles Direction de l audit interne DGA clients,

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Avant la loi no 2008-111 du

Avant la loi no 2008-111 du Rachat de jours de repos Le slogan de campagne électorale «Travailler plus pour gagner plus» s est traduit, outre la loi Tepa, par l adoption de mesures facilitant le rachat des temps de repos. Plusieurs

Plus en détail

Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée

Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée Réduction Dégressive Fillon (RDF) annualisée Depuis le 1er janvier 2011, la réduction est calculée par référence à la rémunération annuelle du salarié (primes comprises) et non plus sur la base de son

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

BTS MUC Management des Unités Commerciales MODALITES & AVANTAGES BUSINESS PROGRAMME / ALTERNANCE

BTS MUC Management des Unités Commerciales MODALITES & AVANTAGES BUSINESS PROGRAMME / ALTERNANCE BTS MUC Management des Unités Commerciales MODALITES & AVANTAGES BTS MUC Management des Unités Commerciales OBJECTIFS Le titulaire du BTS Management des Unités Commerciales a pour perspective de prendre

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE A moins qu'elles ne soient instituées par des dispositions législatives ou réglementaires, les garanties collectives

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS Quelle peut être la durée du contrat? La durée du contrat d apprentissage est au moins égale à celle du cycle de formation qui fait l objet du contrat et

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Note technique à l attention des employeurs DTA

Note technique à l attention des employeurs DTA Sous-direction de la production et des opérations Centre des Cotisations des Marins et Armateurs Note technique à l attention des employeurs DTA Réduction générale des cotisations et contributions patronales

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Compte épargne temps 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 9 mars 2010 Mise à jour du 1 er juin 2010 Références

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL LE CHOMAGE PARTIEL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Lyon Siège social : 20,

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014

Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014 Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous, - les évolutions d ores et déjà applicables en 2014, - puis certains points en attente de décret d application

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Circulaire ministérielle n 10-007135 D du 31 mai 2010 relative à la réforme du compte épargne temps dans la fonction publique territoriale.

Circulaire ministérielle n 10-007135 D du 31 mai 2010 relative à la réforme du compte épargne temps dans la fonction publique territoriale. COMPTE EPARGNE TEMPS Note d'information N 2010-15 du 6 septembre 2010 COMPTE EPARGNE TEMPS REFERENCE : Décret n 2010-531 du 20 mai 2010 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne temps

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 Ā - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2015 Les données communes

Plus en détail

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 LE COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) Textes de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

COUP DE PROJECTEUR SUR LA REFORME 2009 DU COMPTE EPARGNE TEMPS

COUP DE PROJECTEUR SUR LA REFORME 2009 DU COMPTE EPARGNE TEMPS 21, rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET Cedex Tel. 01 48 18 88 29/Fax 01 48 18 88 95 Courriel: uff@unsa.org COUP DE PROJECTEUR SUR LA REFORME 2009 DU COMPTE EPARGNE TEMPS Le décret n 2009-1065 du 28 août 2009

Plus en détail

ACCRE et auto-entrepreneur

ACCRE et auto-entrepreneur ACCRE et auto-entrepreneur Il n y a pas incompatibilité entre ACCRE et régime de l autoentrepreneur, mais succession dans le temps de l effet des mesures. L ACCRE consiste en une exonération des charges

Plus en détail

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013)

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) I. Calcul de l effectif Salariés pris en compte dans l effectif Est considérée comme salariée, toute personne ayant reçu une rémunération,

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Contribution de solidarité

Contribution de solidarité FLASH D INFORMATIONS N 19/2012 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O. du 27/11/1982) - Décret

Plus en détail

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette».

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette». REMUNERATION Note d'information n 13-07 du 22 janvier 2013 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O.

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNES :

ENTRE LES SOUSSIGNES : AVENANT A L ACCORD SUR L AMENAGEMENT, L ORGANISATION ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL ENTRE LES SOUSSIGNES : La société DHL EXPRESS, Stéphane CORTHIER dûment mandaté aux fins des présentes D une part,

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 PARIS, le 09/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES ORIENTATIONS DU RECOUVREMENT DIROR LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 OBJET : Mise en oeuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

I - Le contrat d apprentissage II - Les droits et devoirs apprenti/entreprise, III Le rôle du CFA et de l Université IV - La taxe d apprentissage

I - Le contrat d apprentissage II - Les droits et devoirs apprenti/entreprise, III Le rôle du CFA et de l Université IV - La taxe d apprentissage I - Le contrat d apprentissage II - Les droits et devoirs apprenti/entreprise, III Le rôle du CFA et de l Université IV - La taxe d apprentissage Mise à jour : Avril 2009 SOMMAIRE I - Le contrat d apprentissage

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS GUIDE DU CET

LE COMPTE EPARGNE TEMPS GUIDE DU CET GUIDE DU CET 1 Un principe - Une condition C est une démarche volontaire du salarié Pour ouvrir son CET, celui-ci doit verser du temps ou de l argent Tous les salariés (CDI, CDD, Apprentis, Contrats de

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

Les agents des collectivités territoriales

Les agents des collectivités territoriales Les agents des collectivités territoriales Les agents des collectivités territoriales et des établissements publics hospitaliers affiliés à la CNRACL Sont affiliés à la caisse nationale de retraite des

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT. Paris, le 18 janvier 2012

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT. Paris, le 18 janvier 2012 MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Paris, le 18 janvier 2012 Le ministre de la fonction publique La ministre du budget, des comptes publics

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS

REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS Comité Technique Paritaire Réunion du 28 septembre 2010 Annexe 1 REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS Règles d ouverture, de fonctionnement, de gestion et de fermeture du Compte Epargne-Temps (art 10 du décret

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 65, Rue Kepler B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX - : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 : www.cdg85.fr : maison.des.communes@cdg85.fr

Plus en détail

Les nouveautés du Plan de Paie Sage

Les nouveautés du Plan de Paie Sage Les nouveautés du Plan de Paie Sage Janvier 2014 Mise à jour n 1 Version 21.00 SOMMAIRE NOUVELLES NORMES SOCIALES JANVIER 2014... 6 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/01/2014...

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

Les assistants maternels. employès par des particuliers

Les assistants maternels. employès par des particuliers Les assistants maternels employès par des particuliers Sommaire Références 1 - OBLIGATIONS GÉNÉRALES 2 2 - LE CONTRAT DE TRAVAIL 3 et 4 3 - PÉRIODE D ESSAI 4 4 - DURÉE DE L ACCUEIL 5 5 - RÉMUNÉRATION

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport

Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport LES COTISATIONS SOCIALES DANS LE SPORT Assiette des cotisations sociales, aménagement et allègements de cotisations applicables dans le sport Les associations qui emploient des salariés sont considérées

Plus en détail

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial CIRCULAIRE N 2013-15 DU 18 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0014-ACE Titre Portage salarial Objet Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial Unédic

Plus en détail