DE L ATOME À L UNIVERS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE L ATOME À L UNIVERS"

Transcription

1 Chapitre 7 DE L ATOME À L UNIVERS A. Le programme Notions et contenus La matière à différentes échelles : du noyau à la galaxie. Particules élémentaires : électrons, neutrons, protons. Charge élémentaire e. Interactions fondamentales : interactions forte et faible, électromagnétique, gravitationnelle. Cohésion du noyau, stabilité. Compétences attendues Connaître les ordres de grandeur des dimensions des différentes structures des édifices organisés. Connaître l ordre de grandeur des valeurs des masses d un nucléon et de l électron. Savoir que toute charge électrique peut s exprimer en fonction de la charge élémentaire e. Associer, à chaque édifice organisé, la ou les interactions fondamentales prédominantes. Utiliser la représentation symbolique Z A X ; définir l isotopie et reconnaître des isotopes. Commentaires Ce chapitre reprend un certain nombre de notions abordées en classe de seconde. À l échelle du noyau et de l atome, les ordres de grandeur des dimensions et la valeur de la charge élémentaire sont introduits. Ce chapitre charnière introduit également les interactions fondamentales autres que l interaction gravitationnelle, qui a été étudiée en seconde indispensables à l étude de la radioactivité, au chapitre 8, en physique, et à la compréhension de la notion de polarité des molécules et des propriétés qui en découlent ainsi que de la cohésion des solides moléculaires, abordées en chimie, notamment au chapitre 9. B. Commentaires sur les activités et documents proposés Évaluer les acquis de la 2de p. 134 Réponses aux questions Dans les atomes, qui constituent la matière, les électrons se déplacent autour d un noyau, et l espace où ces électrons se déplacent est vide. Les composants du noyau de l atome (protons et neutrons) sont appelés nucléons. Un élément chimique est caractérisé par son numéro atomique, c est-à-dire le nombre de protons présents dans son noyau. 62 LIVRE DU PROFESSEUR 5908_LDP_07.indd 1 13/09/11 17:35:04

2 Interpréter une expérience p. 134 Des expériences de triboélectricité peuvent être réalisées en petits groupes en classe. Prévoir : des tiges en verre, des règles en plexiglas ; des bouts de tissus en laine, soie, coton, nylon ; des sachets plastique, feuilles d aluminium, morceaux de polystyrène, confettis, etc. En frottant entre eux deux matériaux, les élèves mettent en évidence la présence de charges électriques dans la matière, observent et interprètent l interaction entre les corps chargés obtenus après frottement. On peut interroger les élèves sur la nature probable des charges en jeu, sur leur provenance. Interprétation attendue L interaction électrostatique entre le verre et la ficelle, attractive, contrarie l interaction gravitationnelle entre la Terre et la ficelle. Activité 1 p. 136 Cette activité sur les ordres de grandeur s appuie sur un document décrivant les dimensions des objets célestes, sur une recherche documentaire pour les objets plus petits que la taille de l homme, et enfin sur un texte de Lévy-Leblond qui fait le lien entre l infiniment grand et l infiniment petit. Réponses aux questions 1. D après le document 1, on détermine les ordres de grandeur suivants : a. diamètre de la Terre : 10 7 m ; b. extension du Système Solaire : m ; c. taille d une galaxie : m. 2. Grâce à une recherche documentaire, on détermine les ordres de grandeur suivants : a. taille du plus petit objet discernable à l œil nu : 10 4 m ; b. taille d une molécule : 10 8 m (ADN) ; c. taille d un atome : m ; d. taille du noyau d un atome : m. 3. Le nombre d Avogadro N A est une estimation du nombre d entités dans un échantillon contenant une mole d une espèce donnée. Sa valeur est environ N A = 6, mol 1. Cette constante est couramment utilisée en chimie pour dénombrer les atomes et les molécules d une substance. 4. a = 3, m soit de l ordre du centimètre. b. C est un peu plus petit que la taille d un homme, qui est de l ordre du mètre. 5. Ordre de grandeur (m) Galaxie Système solaire Terre Homme Plus petit objet observable à l œil nu Molécule d ADN Atome Noyau atomique 7. DE L ATOME À L UNIVERS _LDP_07.indd 2 13/09/11 17:35:04

3 Activité 2 p. 137 Dans un premier temps, les dimensions des différents constituants de l atome sont discutées. En particulier, on s interrogera sur la possibilité de représenter sur un même schéma l atome et son noyau. Les caractéristiques (nombre, charges et masses) de ces constituants font l objet d une seconde étude. Réponses aux questions 1. L atome est constitué d électrons et de nucléons (neutrons et protons). 2. Le nuage électronique a un diamètre de l ordre de m et le noyau de m /10 15 = noyaux 4. a. La masse est concentrée dans le noyau car un nucléon est environ fois plus lourd qu un électron. b. D après la question 2., le rapport des volumes de l atome et du noyau vaut : (10 10 ) 3 /(10 15 ) 3 = c. Comme la masse est concentrée dans le noyau, d après la question 4. a, le rapport des densités de l atome et du noyau est égal au rapport des volumes : ainsi, d après la question 4. b, le noyau est bien fois plus dense que l atome. 5. On exploite le fait que deux isotopes radioactifs ont les mêmes propriétés chimiques. 6. La charge électrique est : a. nulle pour le neutron ; b. +1, C pour le proton ; c. 1, C pour l électron ; d. nulle pour un atome. 7. Nuage électronique Noyau Diamètre (m) m m Masse (kg) presque nulle toute la masse de l atome Constituants Électron Neutron Proton Charge (C) 1, , a. Charge des noyaux : 3 (1, ) = 4, C, identique pour les deux isotopes ; masse du noyau de 3 7 Li : 7 (1, ) = 1, kg ; masse du noyau de 3 6 Li : 6 (1, ) = 1, kg. b. Charge du nuage électronique : 3 ( 1, ) = 4, C ; Masse : ( ) , = 2, kg. Activité 3 p. 138 Cette activité de modélisation est fondée sur un article historique de Robert Millikan, dont proviennent les valeurs numériques à exploiter (exprimées en coulomb pour plus de simplicité, contrairement aux valeurs de Millikan obtenues en 1911). La discussion du protocole expérimental mène les élèves à discerner plusieurs interactions fondamentales intervenant au cours de la manipulation de Milikan. Le traitement informatisé des données de Millikan, dans la partie B de l activité, fait non seulement apparaître la quantification de la charge, mais donne aussi accès à une valeur expérimentale de la charge élémentaire, introduite à l activité précédente. Réponses aux questions 1. L interaction gravitationnelle. 2. L interaction électromagnétique. 64 LIVRE DU PROFESSEUR 5908_LDP_07.indd 3 13/09/11 17:35:04

4 3. Δq vaut toujours à peu près 1, C (sauf entre la deuxième et la troisième plus grandes valeurs mesurées : c est le double). 4. Les nombres entiers correspondent à 4, 5,, 13, 14, 16, Il s avère que la charge électrique de toutes les gouttes observées est un multiple entier d une quantité constante. Cette quantité, notée e, est appelée charge élémentaire. Activité 4 p. 139 Les activités précédentes ont introduit les interactions gravitationnelle et électromagnétique et posé la question des distances entre objets, des plus grandes aux plus petites. Cette dernière activité met en rapport interaction et distance, en proposant l étude des quatre interactions fondamentales, de leurs caractéristiques et de leur champ d influence. Les élèves pourront avec profit être amenés à rechercher dans leur quotidien des exemples de manifestations des interactions gravitationnelles et électromagnétiques. Réponses aux questions 1. a. Action entre deux objets. b. Il y a quatre interactions fondamentales : l interaction gravitationnelle, l interaction électromagnétique, l interaction faible et l interaction forte. 2. a. La masse. b. La charge électrique. 3. Toujours attractive. 4. a. Non : à très courte distance (au sein du noyau uniquement). b. Non : à très courte distance (au sein du noyau uniquement). 5. a. Interaction gravitationnelle ; b. Interaction forte ; c. Interaction électromagnétique. 6. Elle est associée à la radioactivité. 7. Interaction Portée Édifice organisé Gravitationnelle Infinie Galaxie Électromagnétique Infinie Cristaux de sel Faible m Noyau radioactif β Forte m Noyau atomique C. Déroulement du cours On peut compter pour ce chapitre une séances d activités expérimentales en demi-groupe d une heure et deux séances en classe entière. Exemple de progression : Travail à la maison Activités 1 et 2 Remarque : ces activités s appuient sur des connaissances et savoir-faire de la classe de seconde et peuvent donc constituer un travail en autonomie préparatoire à la séance en classe entière. Cours Séance en classe entière : 1. La matière à différentes échelles ; 2. Les constituants de la matière ; exercices d application (1 h à 1 h 30). Séance de TP Séance en demi-groupe : activité 3 (1 h). Cours Séance en classe entière : Activité 4 ; 3. Les interactions fondamentales ; exercices d application (2 h). 7. DE L ATOME À L UNIVERS _LDP_07.indd 4 13/09/11 17:35:05

5 D. Réponses aux exercices p. 144 Les réponses aux exercices qui ne figurent pas ici sont à la fin du manuel, p a. 430 al. b. 2, ua. c. 4, m m. 5 Ordres de grandeur : Atome d hydrogène : m ; Globule rouge : 10 5 m ; Nouveau-né : 10 0 m ; Sommet du Mont Everest : 10 4 m ; Terre : 10 7 m ; Soleil : 10 9 m a. 3, m ; b m ; c. 2, m ; d. 9, m ; e. 6, m. 2. a m ; b m ; c m ; d m ; e m Le diamètre du Soleil mesure : D = 1,4 million de km. 2. R = 6, /1, = 4, m (c est-à-dire moins de 5 mm) ua correspond sur la voie verte à 150/1,4 = 107 m. 4. «Mercure» est à 41 m du «Soleil» ; «Jupiter» à 0,56 km ; «Pluton» à 4,2 km , = km. 6. On pédale longtemps pour voir, de temps en temps, quelques (11) corps célestes éloignés les uns des autres Mn 2+ : 25 protons, = 30 neutrons, 25 2 = 23 électrons I : 53 protons, = 74 neutrons, = 54 électrons F : 9 protons, 19 9 = 10 neutrons, = 10 électrons. 66 LIVRE DU PROFESSEUR 13 Le nombre de charge serait alors N = = 5,6, qui n est pas entier. 19 1,60 10 Soit la précision sur la charge est insuffisante, soit l information est erronée a. 238 U. 92 b. Le noyau contient 238 nucléons dont 92 protons et 146 neutrons. 2. a. 235 U. 92 b. 235 nucléons dont 92 protons et 143 neutrons. 3. Ces deux noyaux sont isotopes Il s agit de l électron. 2. La charge d un électron est : e = 1, C ; il y en a Nombre moyen de nucléons contenus dans le noyau : 3, /(1, ) = Nombre de protons contenu dans son noyau : Z = Par neutralité de l atome de radium, le nombre d électrons est égal à Z = a. Dans 226 Ra : 226 nucléons donc : = 138 neutrons ; dans 228 Ra : 228 nucléons donc : = 140 neutrons. b. Le radium possède 226 nucléons en moyenne, donc 226 Ra est prédominant A = 4, /1, = 27 ; Z = 20,8/1,6 = protons, 13 électrons et 14 neutrons. (Il s agit donc d un atome d aluminium Al.) Noyau Nombre de neutrons Nombre de protons 39 K K _LDP_07.indd 5 13/09/11 17:35:05

6 14 C C N Ar C et 6 6 C sont isotopes, ainsi que 19 K et 40 K Z A Symbole S C O Na S Représentation S 12 C 16 O Na S Z A Symbole O N C B Na Représentation 17 O 14 N 14 C 11 B Na D = 2 1 H et T = 3 1 H. 2. a. m(h 2 O) = 18 16, = 30, kg b. m(d 2 O) = 20 16, = 33, kg c. Si dans la molécule d eau, les atomes d hydrogène sont sous la forme isotopique D, la molécule est 10 % plus lourde que s ils sont sous la forme H La masse molaire (en g mol 1 ) vaut le nombre de nucléons. 2. Il s agit de l isotope 14 N, de masse molaire 7 14 g mol M = 0, ,27 65 = 64 g mol Interaction gravitationnelle. 2. Interaction électromagnétique. 3. Interaction forte. 4. Interaction faible. 5. Interaction gravitationnelle. 26 Non, car elle ne se manifeste qu au sein d édifices de très petite taille où règne également l interaction forte, prédominante a. La norme de la force gravitationnelle est : F g = G m 2 p /d 2 = 6, (1, /(10 15 = 1, N ; la force gravitationnelle est donc de l ordre de grandeur de N. b. La norme de la force électrostatique : F g = k e 2 /d 2 = 9, (1, /(10 15 = 2, N ; la force électrostatique est donc de l ordre de 10 2 N. 2. L interaction gravitationnelle est attractive mais négligeable devant l interaction électromagnétique répulsive. 3. L interaction forte assure la stabilité du noyau. Pour cela, elle doit être attractive et avoir une valeur supérieure à 10 2 N, entre deux protons distants de m, pour contrer la répulsion électromagnétique a. Norme de la force gravitationnelle : 1, N soit, en ordre de grandeur N. b. La Terre et son atmosphère d une part et la Lune d autre part sont globalement neutres : la force électrostatique est donc nulle. 2. L interaction gravitationnelle explique la stabilité du système Terre-Lune F g = G mm T R T 2, soit numériquement F g = 8, N. 2. a. La norme de la force gravitationnelle est plus grande, et cette force est verticale et de sens contraire à la force électrostatique. b. Il faut que F e > F g donc : q 8, > 10e = 2. 4, Aussi, il faut que q 20e soit C a. L interaction gravitationnelle avec la Terre. b. Le fait qu il y ait une tension est dû à la cohésion du fil, qui s explique essentiellement par les interactions électromagnétiques au sein de la matière. 7. DE L ATOME À L UNIVERS _LDP_07.indd 6 13/09/11 17:35:05

7 2. P = G mm T soit numériquement : 2 R T P = 9,8 1, = 9, N. 3. a. q A = q B = q. 2 b. F B/A = k q A q B AB 2 = k 4 q 2 AB 2 c. q 2 4 = 1, ,00 10 soit q = 6, C. 68 LIVRE DU PROFESSEUR ( 9, Composition du noyau d hélium 4 : 2 protons, 2 neutrons. 2. a. La valeur de la norme de la force gravitationnelle qui s exerce entre deux nucléons est : F g = 6, , , = 3, N. b. La force coulombienne qui s exerce entre deux neutrons, ou entre un neutron et un proton, est nulle. Entre deux protons : F e = 9, , , = 44 N. 3. a. La force électrostatique est largement supérieure à la force gravitationnelle. b. La force électrostatique est répulsive entre protons. Comme l interaction gravitationnelle est négligeable entre deux protons, il faut donc un troisième type d interaction pour expliquer la stabilité du noyau de lithium. c. C est l interaction forte Composition du noyau d hélium 4 : 2 protons, 2 neutrons. S agissant d un simple noyau, la particule ne comporte pas d électron : c est donc un ion He Ordres de grandeur : a. du rayon d un atome : m. b. du rayon d un noyau : m. 3. a. Ordre de grandeur de la surface présentée par un atome : m 2 ; par un noyau : m 2. b. «C était presque aussi incroyable que si vous aviez envoyé un obus de calibre 38 cm [c est-à-dire de 38 cm de diamètre!] sur un mouchoir en papier et qu il vous avait rebondi dessus.» À travers cette comparaison, on comprend la surprise de Rutherford. c. Rutherford explique cette rétrodiffusion par des collisions simples entre les particules chargées et d autres objets de grande densité massique et de petites dimensions (le noyau, «nucleus»). L interaction électromagnétique peut expliquer que les particules alpha rebondissent parfois. d. La charge du noyau d or doit être de même signe que celle des particules α (donc positive) pour que la force coulombienne soit répulsive a. Cl : 14 protons, 15 électrons et 21 neutrons ; b. Na + : 11 protons, 10 électrons et 12 neutrons. ( 35 1, a. F g, N/N = 6, ( = 1, N. ( 23 1, b. F g, P/P = 6, c. F g, P/N = F g, N/P = 6, N. ( (. ( , = 6, ( 1, a. F C, N/N = 9, ( = 1, N. ( 1, b. F C, P/P = 9, = 1, N. ( 5908_LDP_07.indd 7 13/09/11 17:35:05

8 c. F C, P/N = F C, N/P ( 1, = 9, ( = 2, N. 4. La force gravitationnelle est toujours attractive. La force électromagnétique est attractive entre un objet chargé négativement et un objet chargé positivement (donc entre un ion Na + et un ion Cl ), répulsive entre des objets dont la charge est de même signe (donc entre deux Na + ou entre deux Cl ). 5. Les forces électromagnétiques sont largement prépondérantes. La force électromagnétique entre ions de charges opposées est attractive et assure la cohésion du cristal. 35 L épaisseur e du film d huile vaut : e = = 2, m = 2,5 nm. C est un ordre de grandeur plausible pour la taille d une molécule d huile a. La soie (8 e en partant du haut) arrache des électrons au verre (3 e ) et se charge donc négativement, tandis que la soie se charge positivement. b. L ambre (10 e en partant du haut) arrache des électrons à la peau de chat (7 e ) et se charge négativement, tandis que la peau de chat se charge positivement. 2. a. Le téflon est le dernier matériau, en partant du haut. Si on le frotte avec un autre matériau de la liste, il portera donc une charge négative. b. La peau est le premier matériau de la liste : elle perdra des électrons lors du frottement avec un autre matériau et aura donc une charge positive. 3. a. La peau de chat. b. La peau de lapin ou sa propre peau. 4. N = q e soit N = = 0, ,60 10 l ordre de grandeur du nombre d électrons arrachés est : 5. a. Frottement cheveu caoutchouc : le caoutchouc est chargé négativement. b. Les cheveux, chargés positivement, sont d une part attirés par le ballon, chargé négativement, et se repoussent mutuellement d autre part. 38 L organisme de référence en matière de normalisation des unités dans le monde scientifique (BIPM) et ceux de la normalisation dans le monde technique et industriel (IEEE et NIST) précisent que 1 kilo-octet = 10 3 octet, et non pas 2 10 (1024) octet. 1. Support de Disquette RAM Clé USB stockage Capacité (o) Support de DVD- Disque CD-Rom stockage Rom dur actuel Capacité (o) a = 5, bits b. La surface totale du disque est de 108 cm 2 ; la surface de la zone centrale est de 15,9 cm 2 ; ainsi, la surface utile de stockage vaut 92,1 cm a. 92,1/5, = 1, cm 2. b. En prenant la racine carrée, on trouve 1, cm, soit 1,3 micron Feynman prévoit la possibilité physique de positionner les atomes un par un, donc de manipuler la matière à une échelle de l ordre du nanomètre (jusqu à 0,1 nm pour ce qui concerne les plus petits atomes), ce que les nanotechnologies ont concrétisé depuis. 2. a. Environ une dizaine d atomes sont alignés sur l image : la longueur du rectangle est d environ = 1,4 nm, donc de l ordre du nanomètre. b. L aire du rectangle est d environ : ( 10 9 = m a. La surface de la tête d épingle est d environ ( 0, = 10 8 m 2. b. Sur la tête d épingle, on pourrait tracer 10 8 = caractères. 7. DE L ATOME À L UNIVERS _LDP_07.indd 8 13/09/11 17:35:06

9 5. Le nombre de caractères contenus dans l Encyclopédie Britannica est : = 2, C est moins que le nombre de caractères qu on pourrait inscrire sur la tête d épingle. La proposition de Feynman est donc envisageable! 40 Un être humain de masse moyenne 70 kg peut être considéré, en termes de masse, comme uniquement constitué de nucléons, particules élémentaires les plus lourdes ; on néglige la masse des électrons, qui est près de fois plus faible. Avec cette hypothèse, le nombre de nucléons contenu dans 70 kg est N = 70/1, = 4, En considérant qu il y a autant de protons que de neutrons dans le corps humain, le nombre de protons est : N p = 4, /2 = 2, Si le corps humain présente un excès de 1 % d électrons, sa charge est : 0,01 2, ( 1, ) = 3, C. La force d interaction entre les deux corps chargés est donnée par la loi de Coulomb : F e = 9, ( 3, /1,0 = 1, N. Le poids d un objet de masse identique à celle de la Terre est : P = 5, ,81 = 6, N. Les valeurs de F e et P sont effectivement du même ordre de grandeur Le nombre d atomes présents dans le Soleil est de l ordre de : = 1,2 1, Dans la voie lactée : , = atomes environ. 3. Dans l Univers : = atomes environ a. F g = 6, , , /(10 10 = 1, N soit un ordre de grandeur de N. b. F e = 9, (1, /(10 10 = 2, N soit un ordre de grandeur de 10 8 N. 2. Il faut calculer le rapport F e /F g. F e /F g = 10 8 /10 47 = Une force «environ un milliard de milliard de milliard de milliard de fois plus intense» veut dire qu il y a un rapport = On trouve ici que la force électrostatique est environ mille milliards de milliards de milliards de milliards de fois plus intense que la force gravitationnelle. 3. On peut donc ici négliger la force d interaction gravitationnelle devant la force électrostatique. E. Bibliographie P. RADVANYI, Histoire de l atome, Belin, Les puissances de 10, film en version anglaise sur le site et en version française sur «De l infiniment grand à l infiniment petit», L atome, Cea, LIVRE DU PROFESSEUR 5908_LDP_07.indd 9 13/09/11 17:35:06

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Chapitre I- Le champ électrostatique. I.1.1- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique

Chapitre I- Le champ électrostatique. I.1.1- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique Chapitre I- Le champ électrostatique I.- Notions générales I..- Phénomènes électrostatiques : notion de charge électrique Quiconque a déjà vécu l expérience désagréable d une «décharge électrique» lors

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Préambule Objectifs La culture scientifique et technique acquise au collège doit permettre à l élève d avoir une première représentation

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

Unités, mesures et précision

Unités, mesures et précision Unités, mesures et précision Définition Une grandeur physique est un élément mesurable permettant de décrire sans ambiguïté une partie d un phénomène physique, chacune de ces grandeurs faisant l objet

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

!!! atome = électriquement neutre. Science et technologie de l'environnement CHAPITRE 5 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME

!!! atome = électriquement neutre. Science et technologie de l'environnement CHAPITRE 5 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 1 DÉFINITION DE L ÉLECTRICITÉ ET DE LA CHARGE ÉLECTRIQUE 2 LES FORCES D ATTRACTION ET DE RÉPULSION L électricité c est l ensemble des phénomènes provoqués par les charges positives et négatives qui existe

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Décharge électrostatique

Décharge électrostatique Décharge électrostatique F. Rachidi École Polytechnique Fédérale de Lausanne Groupe Compatibilité Électromagnétique Farhad.Rachidi@epfl.ch http://emcwww.epfl.ch 1 Contenu Génération des charges statiques

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1 TP A.1 Page 1/5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET A.1 Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2/5 - une

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Stabilité et Réactivité Nucléaire

Stabilité et Réactivité Nucléaire Chapitre 1 Stabilité et Réactivité Nucléaire Les expériences, maintes fois répétées, montraient chaque fois que les déflexions subies par les particules chargées en interaction avec les noyaux ne correspondaient

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

Seconde Sciences Physiques et Chimiques Activité 1.3 1 ère Partie : L Univers Chapitre 1 Correction. Où sommes-nous?

Seconde Sciences Physiques et Chimiques Activité 1.3 1 ère Partie : L Univers Chapitre 1 Correction. Où sommes-nous? Où sommes-nous? Savoir où nous sommes dans l Univers est une question fondamentale à laquelle les scientifiques de toutes les époques ont apporté des réponses, grâce aux moyens qui étaient les leurs. Pour

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Théorie quantique et échelles macroscopiques

Théorie quantique et échelles macroscopiques Adapté du Bulletin de l Union des Physiciens, 1997 (JMLL) Théorie quantique et échelles macroscopiques Jean-Marc Lévy-Leblond * «Pourquoi ma connaissance est-elle bornée? Ma taille? Quelle raison a eue

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

1 ère Partie : Concepts de Base

1 ère Partie : Concepts de Base 1 ère Partie : Concepts de Base 7 8 J-89 COURS 2. Qu est ce que la Chimie? Ce chapitre ainsi que le suivant sont des rappels de concepts que vous êtes censés avoir appris en Terminale S. Néanmoins, il

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 16 Y a-t-il quelqu un pour sauver le principe de conservation de l énergie?

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 16 Y a-t-il quelqu un pour sauver le principe de conservation de l énergie? FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 16 Y a-t-il quelqu un pour sauver le principe de conservation de l énergie? Type d'activité Activité avec démarche d investigation, étude documentaire (synthèse

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Électricité. 1 Interaction électrique et modèle de l atome

Électricité. 1 Interaction électrique et modèle de l atome 4 e - AL Électricité 1 Électricité 1 Interaction électrique et modèle de l atome 1.1 Électrisation par frottement Expérience 1.1 Une baguette en matière plastique est frottée avec un chiffon de laine.

Plus en détail

Chapitre 15 - Champs et forces

Chapitre 15 - Champs et forces Choix pédagogiques Chapitre 15 - Champs et forces Manuel pages 252 à 273 Après avoir étudié les interactions entre deux corps en s appuyant sur les lois de Coulomb et de Newton, c est un nouveau cadre

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Radioactivité et chimie nucléaire

Radioactivité et chimie nucléaire Radioactivité et chimie nucléaire ) Rappels sur la structure de l atome et du noyau D après le modèle lacunaire de Rutherford, l atome se subdivise en deux parties : - le noyau : minuscule grain de matière

Plus en détail

par Alain Bonnier, D.Sc.

par Alain Bonnier, D.Sc. par Alain Bonnier, D.Sc. 1. Avons-nous besoin d autres sources d énergie? 2. Qu est-ce que l énergie nucléaire? 3. La fusion nucléaire Des étoiles à la Terre... 4. Combien d énergie pourrait-on libérer

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

NOYAU, MASSE ET ENERGIE

NOYAU, MASSE ET ENERGIE NOYAU, MASSE ET ENERGIE I - Composition et cohésion du noyau atomique Le noyau atomique est composé de nucléons (protons+neutrons). Le proton a une charge positive comparativement au neutron qui n'a pas

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

La charge électrique C6. La charge électrique

La charge électrique C6. La charge électrique Fiche ACTIVIT UM 8. / UM 8. / 8. La charge électrique 8. La charge électrique C6 Manuel, p. 74 à 79 Manuel, p. 74 à 79 Synergie UM S8 Corrigé Démonstration La charge par induction. Comment un électroscope

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS)

a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires -Séquence Principale (PMS) VI. L évolution stellaire (un aperçu) 1. Les polytropes 2. L initialisation de la formation stellaire a. La masse de Jeans b. Le support des nuages moléculaires 3. La contraction pré-s -Séquence Principale

Plus en détail

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation TP Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation Règles de sécurité Blouse, lunettes de protection, pas de lentilles de contact, cheveux longs attachés. Toutes les solutions aqueuses seront jetées

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts)

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts) SNC1D test d électricité Nom : Connaissance et Habiletés de la pensée compréhension (CC) (HP) Communication (Com) Mise en application (MA) 35 % 30 % 15 % 20 % /42 /31 grille /19 Dans tout le test, les

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Le poids et la taille des fichiers

Le poids et la taille des fichiers Le poids et la taille des fichiers Au tout départ des 0 et des 1 En français et en anglais on appelle cela un bit 8 bit donne un octet (ou byte en anglais) Exemple d octet : 11111111 10111010 00001000

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail