La modulation du temps de travail CCN n 3241

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La modulation du temps de travail CCN n 3241"

Transcription

1 La modulation du temps de travail CCN n 3241 La durée légale du travail et les heures supplémentaires s apprécient en principe dans le cadre de la semaine civile (du lundi 0h au dimanche 24h). Des formes dérogatoires d organisation du travail permettent d apprécier différemment la durée du travail, sur une période supérieure à la semaine civile. L accord du 4 mai 1999 relatif à l aménagement et à la réduction du temps de travail (étendu par arrêté du 4 août 1999, JO 8 août) a mis en place 4 options d aménagement du temps de travail destinées à l origine à accompagner la réduction de la durée légale du travail de 39 h à 35 h. Cet accord, conclu en application de la loi Aubry I (13 juin 1998) avait permis aux entreprises réduisant leur durée du travail dans certaines conditions de bénéficier d aides financières. L option 1 est un dispositif qui permet de moduler la durée du travail selon les semaines de l année, avec une durée moyenne de 35 heures. Cette option a été mise en place sur le fondement de l ancien article L212-8 du Code du Travail introduit dans le Code du Travail par la loi n du 19 juin 1987, dans sa version en vigueur entre le 21 décembre 1993 (loi du 20 décembre 1993) et le 1 er février 2000 (loi Aubry II). I. Mise en place de la modulation dans l entreprise Entreprises de moins de 11 salariés (10 salariés maximum) Entreprise de 11 salariés et plus... 2 II. Salariés concernés par la modulation de l option Salariés en CDI à temps complet Salariés en CDI à temps partiel Salariés en CDD... 5 III. Périodes de modulation... 5 IV. Information des salariés... 7 V. Décompte des heures supplémentaires... 8 VI. Exemple de modulation selon l option VII. Maintien de la rémunération VIII. Lissage de la rémunération en cas d heures supplémentaires juridique de votre conseil. Page 1

2 I. Mise en place de la modulation dans l entreprise 1. Entreprises de moins de 11 salariés (10 salariés maximum). L accord de branche prévoit que la modulation est d application directe. Selon l accord, il suffit à l employeur d informer par écrit chaque salarié de la mise en place de la modulation au moins 10 jours à l avance, après information et consultations des instances représentatives du personnel, s il en existe. Selon l article L du Code du Travail, «la mise en place d'une répartition des horaires sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l'année prévue par un accord collectif ne constitue pas une modification du contrat de travail». L accord préalable des salariés n est donc pas nécessaire pour les modulations mises en place à compter du 24 mars 2012 (entrée en vigueur loi Warsmann). L employeur informe par écrit les salariés avec un délai de prévenance de 10 jours de la mise en place de l option n 1 de l accord ARTT, après information et consultation des IRP s il en existe. La signature d un avenant au contrat de travail, matérialisant l accord du salarié, n est donc plus nécessaire, à condition que l entreprise maintienne la rémunération brute de base du salarié (hors primes exceptionnelles, heures supplémentaires et majorations diverses) voir article 5 de l accord ARTT page 11 de ce document. Néanmoins, pour assurer une meilleure information du salarié, nous vous conseillons de formaliser ce changement pas la signature d un avenant pour les salariés déjà en poste. Pour les nouveaux embauchés, la clause sur la durée du travail précisera le régime de l option n 1 sur l annualisation. 2. Entreprise de 11 salariés et plus Selon le Préambule de l accord du 4 mai 1999 : «Les entreprises de plus de 10 salariés doivent compléter par accord d entreprise les dispositions arrêtées par l accord de branche». «Pour les entreprises de plus de 10 salariés, les modalités de mise en œuvre de l ARTT choisies pour chaque service parmi les options de réduction figurant ci-après (4 options dont l option n 1) sont négociées par l employeur et les représentants des organisations syndicales [délégué syndical], s il en existe ou à défaut par le(s) salarié(s) mandaté(s) par celles-ci». juridique de votre conseil. Page 2

3 Nécessité d un accord d entreprise, relais de l accord de branche La Chambre Sociale de la Cour de Cassation s est prononcée sur notre accord de branche dans un arrêt du 8 mars 2007 (n ). «L'accord du 4 mai 1999 relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail applicable au personnel soumis à la convention collective nationale du commerce de détail de l'habillement et des articles textiles, qui prévoit notamment dans son article 2 la possibilité d'une modulation des horaires de travail, n'est applicable pour les entreprises de plus de dix salariés qu'à la condition qu'un accord d'entreprise détermine les modalités de mise en oeuvre de la réduction du temps de travail, en particulier le mode de répartition du temps de travail sur la semaine ainsi que les périodes de haute activité, et que les plannings aient été notifiés aux salariés». La Cour de Cassation a décidé qu en l absence d un tel accord d'entreprise, les heures supplémentaires devaient être décomptées par semaine civile (pas possible d appliquer la modulation), peu important que certaines semaines aient comporté des horaires de moins de 39 heures ou 35 heures. 1) Jusqu à la loi du 20 août Accord d entreprise conforme aux 4 options de l accord de branche L accord d entreprise ne pouvait pas déroger aux modalités d aménagement du temps de travail mises en place par l accord de branche. En effet, en application de l ancien article L du code du travail, l accord d'entreprise ou d'établissement peut adapter les dispositions des conventions de branche ou des accords professionnels ou interprofessionnels applicables dans l'entreprise aux conditions particulières de celle-ci ou des établissements considérés. La convention ou les accords peuvent comporter des dispositions nouvelles et des clauses plus favorables aux salariés. Ainsi, l adaptation au niveau de l entreprise était limitée car elle ne doit pas être défavorable aux salariés. L article L (article L actuel) a été modifié par la loi du 4 mai 2004 : en matière d aménagement du temps de travail, la convention ou l'accord d'entreprise ou d'établissement peut comporter des stipulations dérogeant (différentes sans être forcément plus favorable) en tout ou en partie à celles qui lui sont applicables en vertu d'une convention ou d'un accord couvrant un champ territorial ou professionnel plus large, sauf si cette convention ou cet accord en dispose autrement. Or l accord de branche empêche justement à l accord d entreprise de déroger à l accord de branche étant donné que ce dernier doit choisir une des quatre options. -Comment négocier cet accord d entreprise? juridique de votre conseil. Page 3

4 L accord de branche prévoit deux modalités : -signature entre l employeur et un ou plusieurs délégués syndicaux d organisations syndicales -à défaut, signature par un salarié mandaté par une organisation syndicale. Dans les entreprises dépourvues de délégué syndical, la procédure de mandatement d un salarié négociateur était fondée sur les textes suivants : -loi du 13 juin 1998 : possibilité aujourd hui fermée car limitée à la signature d accords de RTT jusqu'au 1 er janvier loi du 19 janvier 2000 : possibilité fermée depuis le 1 er juillet 2003 (loi du 17 juillet 2003, article 15). Par conséquent, à compter du 1 er juillet 2003 et jusqu au 31 décembre 2009, les entreprises dépourvues de délégués syndical (effectif inférieur à 50 salariés) ayant un effectif supérieur à 10 salariés n ont plus été en mesure de mettre en place la modulation dans l entreprise. Aucun accord de branche n a en effet été conclu autorisant la conclusion d accords d entreprise avec les représentants élus du personnel ou les salariés mandatés (anciens articles L et suivants). 2) A compter de la loi du 20 août 2008 A compter du 22 août 2009, la loi du 20 août 2008 abroge l article L (modulation) et met en place un dispositif unique d aménagement du temps de travail. Selon l article L3122-2, un accord collectif d entreprise ou d établissement, ou à défaut, une convention ou un accord de branche peut définir les modalités d aménagement du temps de travail et organiser la répartition de la durée du travail sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l année. Notre accord de branche demeure en vigueur, mais désormais un accord collectif d entreprise peut prévoir un dispositif d aménagement du temps de travail différent des options prévues par l accord de branche, alors même que notre accord de branche indique que les entreprises doivent choisir une des options prévues dans l accord de branche (décision conseil constitutionnel n du 7 août 2008). La circulaire DGT du 13 novembre 2008 indique : «le maintien en vigueur des accords de branche ne fait aucunement obstacle à ce que les entreprises puissent négocier des accords qui ne seraient pas conformes à l accord de branche. La loi est immédiatement applicable et des accords d entreprise fixant un aménagement du temps de travail différent de l accord de branche peuvent être immédiatement conclus». Conclusion : dans les entreprises de plus de 10 salariés, l accord de branche n est toujours pas directement applicable. Un accord collectif d entreprise demeure nécessaire pour mettre en place un aménagement du temps de travail sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l année. Mais l accord d entreprise n est plus lié par les stipulations de l accord de branche, que ce soit au niveau de son contenu qu au niveau des négociateurs. juridique de votre conseil. Page 4

5 Ainsi, les entreprises de plus de 11 salariés dépourvus de délégués syndicaux peuvent par exemple négocier un accord sur l aménagement du temps de travail en profitant des nouvelles possibilités de la loi du 20 août à compter du 1 er janvier 2010: -représentants élus au CE ou DP (L ) avec validation de la CPN -en présence d un PV de carence, salariés mandatés (L ). II. Salariés concernés par la modulation de l option 1 OUI. 1. Salariés en CDI à temps complet 2. Salariés en CDI à temps partiel NON. L horaire hebdomadaire prévu dans l option 1 est 35 heures en moyenne. Il n est pas possible d annualiser la durée du travail d un salarié à temps partiel. La seule possibilité est la mise en place d une annualisation du temps partiel par accord collectif d entreprise. 3. Salariés en CDD NON. L article L alors applicable prévoyait que «les conventions ou accords collectifs peuvent prévoir que les dispositions des L212-8 (modulation) sont applicables aux salariés titulaires d un CDD ou d un contrat de travail temporaire. L accord de branche n a pas prévu cette clause. Par conséquent, l option 1 n est pas applicable aux salariés titulaires d un contrat de travail à durée déterminée (y compris les apprentis ou salariés en contrat de professionnalisation à durée déterminée) ou d un contrat de travail temporaire. III. Périodes de modulation Elle définit deux (2) périodes de forte activité, de cinq (5) semaines chacune, consécutives ou non, pendant lesquelles il pourra être effectué jusqu à 42 heures. Ces périodes sont définies dans le cadre d un planning semestriel (six mois glissants), et transmises aux salariés un mois au moins avant le début de ces deux (2) périodes. Clause ambiguë : juridique de votre conseil. Page 5

6 S agit-il de 2 périodes de forte activité par semestre, soit 10 semaines de forte activité par semestre et 20 semaines maximum par an ou d une période de forte activité par semestre, soit 5 semaines de forte activité par semestre, 10 semaines maximum par an? La Commission Paritaire Nationale du 4 décembre 2001 a retenu la première interprétation. - interprétation de l accord de branche du 4 mai 1999, article 2 option 1 concernant la modulation : Les partenaires sociaux s accordent sur l interprétation suivante : L entreprise qui utilise la modulation doit définir 2 périodes de fortes activités de 5 semaines chacune, consécutives ou non. Chaque période doit être définie dans le cadre d un semestre (6 mois glissants). Sur l année, l entreprise pourra donc faire travailler ses salariés au maximum 10 semaines à plus de 35 heures (dans la limite de 42 heures). Cas des entreprises qui sont passées à 35 heures en recourant à la modulation avant le 4 décembre 2001: L interprétation issue de la Commission de suivi et d interprétation ne vaut qu à partir du 4 décembre Si certaines entreprises sont passées à 35 heures, avant le 4 décembre 2001, en définissant au total, sur l année, 20 semaines de travail à plus de 35 heures par semestre, ces entreprises n ont pas à changer leur organisation de travail pour la première année suivant la date de leur passage à 35 heures. En revanche, à partir de la seconde année d application des 35 heures, ces entreprises doivent se conformer à l interprétation issue de la Commission de suivi et d interprétation du 4 décembre Les entreprises devront donc définir, dans le cadre de leurs plannings semestriels, au maximum 5 semaines, par semestre, à plus de 35 heures. Un avis interprétatif lie le juge s il est signé par l ensemble des syndicats signataires de l accord du 4 mai 1999 (CFDT CFTC CGC pour notre accord) (Soc 1 er décembre 1998). Un compte-rendu de CPN, même approuvé par les 3 organisations syndicales signataires de l accord ARTT (CFDT CFTC CGC), n est pas signé et ne peut donc pas faire office d avis interprétatif. Néanmoins, malgré l absence de portée juridique de ce compte-rendu de CPN, il convient de conseiller aux entreprises d appliquer cette interprétation qui correspond à l intention des partenaires sociaux. juridique de votre conseil. Page 6

7 L entreprise doit donc définir dans chaque semestre (semestre civil ou 6 mois glissants) une période de forte activité constituée de 5 semaines consécutives ou non, pendant lesquelles le salarié pourra effectuer jusqu à 42 heures. Exemple : semestre civil -4 semaines en janvier + 1 ère semaine de février (soldes d hiver) -dernière semaine de novembre + décembre (fêtes de fin d année). IV. Information des salariés Ces périodes de forte activité sont transmises aux salariés un mois avant le début de chaque période. Il semble que seules les dates des périodes doivent être transmises et non la répartition du travail et les horaires au sein de chaque semaine de la période. Néanmoins, l article L alors applicable prévoyait que l accord devait indiquer le programme indicatif concernant la mise en œuvre de la modulation. On peut donc penser que l information donnée doit être plus précise et comporter au moins la durée du travail indicative des périodes de forte activité. Le délai de prévenance est fixé à sept (7) jours calendaires confirmé par affichage. Clause ambiguë : de quel élément est-il question? Horaires ou durée du travail? L article L alors en vigueur prévoyait que l accord devait obligatoirement comporter le délai dans lequel les salariés doivent être prévenus de leur changement d horaires. Nous pouvons en déduire qu il s agit du délai de prévenance des horaires journaliers. La durée minimale du délai de prévenance n était pas indiquée dans l article L alors applicable. L article L212-8 modifié par la loi Aubry était ainsi libellé concernant le délai de prévenance : «les salariés doivent être prévenus des changements de leurs horaires de travail dans un délai de prévenance de 7 jours ouvrés au moins avant la date à laquelle ce changement doit intervenir. Ce délai peut être réduit dans des conditions fixées par la convention ou l accord collectif lorsque les caractéristiques particulières de l activité, précisées dans l accord, le justifient. Des contreparties au bénéfice du salarié doivent alors être prévues dans la convention ou l accord». Malgré la validation et la sécurisation des accords conclus avant la loi Aubry II, la Chambre Sociale a considéré dans un arrêt du 22 février 2006 (n ) : «S'agissant d'un délai d'ordre public destiné à permettre aux salariés de s'organiser au regard de changements proposés dans les horaires de travail ou dans la fixation des dates de prise de jours de repos, juridique de votre conseil. Page 7

8 les dispositions le prévoyant dans la loi du 19 janvier 2000 (loi Aubry II) étaient d'application immédiate». Obligation d appliquer le délai de 7 jours ouvrés de la loi Aubry II, au lieu de 7 jours calendaires. V. Décompte des heures supplémentaires Pendant la période haute, les heures effectuées au-delà de 35 heures et dans la limite de 42 heures, ne donnent pas lieu à majoration pour heures supplémentaires et ne s imputent pas sur le contingent annuel, dès lors qu elles sont compensées par des périodes à horaire inférieur à 35 heures. Heures supplémentaires identifiées en cours d année Les heures effectuées au-delà de 42 heures pendant les périodes de forte activité. L accord prévoit une durée maximale hebdomadaire (limite haute) pendant les périodes de forte activité identifiées sur le planning au-delà de laquelle se décomptent des heures supplémentaires (L212-8-II dernier alinéa). A l intérieur de cette limite, les heures effectuées entre la 36 ème jusqu à la 42 ème ne constituent pas des heures supplémentaires et ne s imputent pas sur le contingent, à condition d être compensées par des semaines inférieures à 35 heures (afin que la durée annuelle moyenne ne dépasse pas 35 heures). Interrogations : ces semaines creuses doivent-elles se situer au sein du même semestre ou peuvent-elles se situer sur l autre semestre de la période de modulation? Les heures effectuées au-delà de 35 heures en dehors des périodes de forte activité des heures supplémentaires. Heures supplémentaires identifiées en fin de période annuelle En fin de période s il existe un reliquat, les heures supplémentaires seront rémunérées selon la législation en vigueur. Cette clause imprécise doit correspondre à l application de l article L alors applicable selon lequel : «Pour l application de l article L212-8, la durée moyenne de travail que les entreprises ne peuvent pas dépasser annuellement est calculée sur la base soit de la durée légale du travail (39 heures à l époque), soit de la durée hebdomadaire prévue par la convention si elle est inférieure, diminuée des heures correspondant aux jours de congés légaux et conventionnels». juridique de votre conseil. Page 8

9 Dans le cadre de l option 1, une durée hebdomadaire de 35 heures inférieure à la durée légale alors applicable (39h) a été retenue. La durée hebdomadaire ne doit donc pas dépasser sur l année une durée moyenne de 35 heures par semaine travaillée. Les périodes de haute et de basse activité doivent se compenser. Selon la circulaire du 21 avril 1994, cette moyenne se calcule sur l année, quelle que soit la durée de la période de modulation choisie. Etant donné que les périodes de modulation peuvent être des semestres civils ou glissants, il peut s agir de l année civile ou de 365 jours. La loi Aubry II a institué en plus un plafond de heures (augmenté ensuite à 1607 heures avec la journée de solidarité). Sous réserve d un arrêt contraire de la Chambre Sociale, ce plafond ne s applique pas à notre accord : une durée annuelle supérieure à heures est donc possible, sous réserve de sa conformité avec le mode de décompte en vigueur au moment de l accord. Selon l article L , il s agit de la durée fixée par l accord, diminuée des heures correspondant aux jours de congés légaux ou conventionnels. Contrairement à l article L212-8 modifié par la loi Aubry II, les jours fériés (chômés ou non) ne sont pas indiqués comme devant être retranchés. Pourtant, selon la circulaire du 21 avril 1994, par congés, il faut entendre les jours de congés accordés de façon générale à l ensemble des salariés d une entreprise, quelle que soit leur catégorie professionnelle, sur la base de l horaire collectif de travail (jours fériés, ponts, congés annuels). Les jours fériés chômés dans l entreprise qui ne tombent pas un jour de repos hebdomadaire seraient donc aussi à déduire. Exemple de calcul de la durée annuelle moyenne maximale : Si on raisonne en jours ouvrables : on part du nombre de jours dans l année : 365 ou 366 dont on déduit le nombre de jours de congés payés légaux (30) et le cas échéant conventionnels (congés payés supplémentaires pour ancienneté), le nombre de jours de repos hebdomadaire (52 ou 53) et le nombre de jours fériés chômés dans l entreprise. On obtient alors le nombre de jours pris en compte dans l année que l on va diviser par le nombre de jours ouvrables, c'est-à-dire 6. Le nombre obtenu est le nombre de semaines travaillées dans l année. En multipliant ce nombre par la durée hebdomadaire moyenne que l on souhaite appliquer (35 h), on obtient la durée annuelle du travail. (Dans le cas où le salarié n a pas acquis la totalité des jours de congés payés légaux, la durée annuelle est augmentée en conséquence). Exemple en 2010, on suppose que tous les jours fériés sont chômés dans l entreprise: 365 jours = 272/6 = 45,3 x 35=1586,6 Exemple pour une année où 10 jours fériés sont travaillés sauf le 1 er mai : = 1650 heures (supérieur au plafond de la Loi Aubry II). Décompte des heures supplémentaires juridique de votre conseil. Page 9

10 heures effectuées au-delà de 42 heures pendant les périodes de forte activité (majorations+ imputation sur le contingent) heures effectuées au-delà de la durée annuelle en fin d année déduction faite des heures supplémentaires déjà comptabilisées en cours d année. Question : quel traitement des heures effectuées au-delà de 35 heures en dehors des périodes de forte activité? Faut-il les rémunérer en cours d année ou à la fin de l année? A notre sens, seules les heures effectuées pendant les 10 semaines de forte activité telles que définie sur le planning au-delà de 35 heures et dans la limite de 42 heures ne sont pas majorées en cours d année. Les heures effectuées au-delà de 35 heures en dehors du cycle de modulation sont majorées en cours d année. Il convient ensuite de calculer la durée annuelle réelle du salarié et de la comparer à la durée annuelle moyenne maximale. Calcul de la durée annuelle du salarié : -déterminer le nombre de jours travaillés dans l année Nombre de jours calendaires de l année diminué des repos hebdomadaires, des congés payés et des jours fériés chômés -multiplier ce nombre par la durée journalière de travail Exemple : en 2010, dans une entreprise de moins de 20 salariés, la durée annuelle est de 1592 heures. Un salarié effectue 2 heures supplémentaires en cours d année en travaillant 44 heures au lieu de 42 pendant une semaine de forte activité. A la fin de l année, le salarié a effectué 1650 heures de travail. -2 heures supplémentaires sont majorées de 25%. Le pourcentage de majoration est déterminé en fonction du rang occupé par rapport à la limite haute de 42 heures =56 On divise ce nombre d heures supplémentaires par le nombre de semaines travaillées = 1,2. Ce nombre est inférieur à 8 : les heures sont majorées de 25% (1 er rang). Les heures du 2 ème rang (>8) seraient majorées de 50%. VI. Exemple de modulation selon l option 1 Périodes de forte activité en rouge Périodes creuses compensatoires en bleu Sem 1 JAN FEV MAR AVR MAI JUI JUILL AOU SEP OCT NOV DEC CP juridique de votre conseil. Page 10

11 Sem 2 Sem 3 Sem CP CP 39 CP CP Par mesure de simplification, le tableau ne représente que des mois comportant 4 semaines complètes (4 x 12= 48). 4 semaines à 35 heures n ont pas été représentées. -Calcul durée annuelle en 2010 : 1586 heures (tous les jours fériés sont chômés). -Heures supplémentaires en cours d année (jaune) : 4 x 5 = 20 en juin- juillet majorées de 25% + 2 en décembre au-delà des 42 heures majorées de 25% = 22 -Heures supplémentaires en fin d année : Heures réelles = 1667 heures supplémentaires déjà décomptées = = = 59/45,3 = 1,3 = 1,3 heure supplémentaire majorée de 25% Les heures supplémentaires constatées en fin d année correspondent aux périodes de forte activité de fin d année qui ne sont pas compensées arithmétiquement par des semaines creuses. En effet, la durée de la 2 ème semaine d octobre aurait dû être égale à 30 heures et non 32 pour compenser la durée du travail de 40 heures en période de forte activité. VII. Maintien de la rémunération Selon l article 5 de l accord ARTT, la mise en œuvre de cet accord dans l entreprise s accompagne du maintien des salaires bruts de base appliqués dans l entreprise. La rémunération à prendre en compte est la rémunération du salarié hors primes exceptionnelles, heures supplémentaires et majorations diverses. Cas des entreprises restées à 39 h (ou à une durée légale supérieure à 35 h). L article 5 de l accord ARTT a été signé lorsque la durée légale du travail était égale à 39h. Les heures supplémentaires se déclenchaient au-delà de 39h. L employeur devait donc maintenir la rémunération correspondant à 39h payées au taux normal lors du passage à 35h. Comment appliquer cette règle du maintien de salaire actuellement? Actuellement, si la modulation du temps de travail s accompagne d une réduction de la durée du travail contractualisée de 39 h à 35h, le salarié va subir la perte de la rémunération de ses heures supplémentaires vu que l article impose un maintien de la rémunération «hors heures supplémentaires». A notre sens, le salarié serait alors en droit juridique de votre conseil. Page 11

12 de refuser la modulation car selon l article L «la seule diminution du nombre d heures stipulé au contrat de travail en application d un accord de réduction de la réduction de la durée du travail ne constitue pas une modification du contrat de travail». La perte de rémunération, en plus du passage de 39 à 35 h constituerait par opposition une modification de la durée du travail, nécessitant l accord du salarié. VIII. Lissage de la rémunération en cas d heures supplémentaires L avenant n 2 du 5 juin 2001 relatif à l accord ARTT du 4 mai 1999 (étendu par arrêté du 10 octobre 2001, JO 19 octobre) apporte des précisions supplémentaires sur l option n 1. Lissage de la rémunération Lorsque l entreprise adopte la modulation prévue par l option n 1, la rémunération est lissée sur la base de 35 heures. Régularisation de la rémunération Lorsqu un salarié n aura pas accompli la totalité de la période de modulation, du fait de son entrée ou son départ de l entreprise, pour cause de licenciement pour faute grave ou faute lourde ou démission, en cours de période de décompte de l horaire, sa rémunération et ses droits à repos compensateur seront régularisés sur la base de son temps réel de travail au cours de sa période de travail, par rapport à l horaire moyen hebdomadaire de 35 heures. juridique de votre conseil. Page 12

La Journée de solidarité

La Journée de solidarité La Journée de solidarité En vue d assurer le financement des actions en faveur de l autonomie des personnes âgées ou handicapées, la loi du 30 juin 2004 a mis en place une journée de solidarité : les salariés

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Objet : Question-Réponse relatif à la mise en œuvre de la journée de solidarité. Le Ministre de l emploi, du travail et de la cohésion sociale

Objet : Question-Réponse relatif à la mise en œuvre de la journée de solidarité. Le Ministre de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Le Ministre de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Direction des relations du travail Sous-direction de la négociation collective

Plus en détail

AVENANT N 3 À L ACCORD SUR L AMÉNAGEMENT ET LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DU 29 JUIN 1999

AVENANT N 3 À L ACCORD SUR L AMÉNAGEMENT ET LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DU 29 JUIN 1999 AVENANT N 3 À L ACCORD SUR L AMÉNAGEMENT ET LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DU 29 JUIN 1999 ooo Après quatre ans d application de l Accord sur l Aménagement et la Réduction du Temps de Travail, les partenaires

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

DUREE DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PRINCIPE DE L ANNUALISATION

DUREE DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PRINCIPE DE L ANNUALISATION Circulaire n 2014-6 du 02 juillet 2014 Maison des Communes - 4 rue Marie Laurencin 03400 YZEURE Téléphone 04 70 48 21 00 Télécopie 04 70 44 85 61 DUREE DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle.

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle. AVENANT N 1 A L ACCORD DE BRANCHE DU 1 er AVRIL 1999 L arrêté du 4 juillet 2007 relatif à l'agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements du secteur social et médico-social

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE

JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE SOCIAL N 33 SOCIAL N 18 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 22 février 2005 ISSN 1769-4000 JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE Les conditions de mise en place de la journée de solidarité

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Fiche n 1 Loi portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail Les syndicats représentatifs dans l entreprise ou l établissement Une nouvelle section relative à la représentativité

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Monsieur Patrick DESWARTE, Délégué Syndical National Monsieur Jean-Jacques FORESTIER, Délégué Syndical Central

Monsieur Patrick DESWARTE, Délégué Syndical National Monsieur Jean-Jacques FORESTIER, Délégué Syndical Central ACCORD SUR L AMENAGEMENT, LA REDUCTION, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET L EMPLOI Entre : Le Groupe DALKIA représenté par : Monsieur Armand BURFIN, Gérant D une part, La Confédération Française de

Plus en détail

ACCORD SUR LA REDUCTION ET L AMENAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LES CABINETS DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE REASSURANCES

ACCORD SUR LA REDUCTION ET L AMENAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LES CABINETS DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE REASSURANCES ACCORD SUR LA REDUCTION ET L AMENAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LES CABINETS DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE REASSURANCES Version complète au 13 juin 2004 SOMMAIRE Préambule... 3 Titre I - Champ d

Plus en détail

Le coin des conventions

Le coin des conventions ACCORD DE LA BRANCHE SANITAIRE, SOCIALE ET MÉDICO-SOCIALE À BUT NON LUCRATIF Mise en œuvre de la création d emplois par l aménagement et la réduction du temps de travail Accord de branche signé le 1er

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNES :

ENTRE LES SOUSSIGNES : AVENANT A L ACCORD SUR L AMENAGEMENT, L ORGANISATION ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL ENTRE LES SOUSSIGNES : La société DHL EXPRESS, Stéphane CORTHIER dûment mandaté aux fins des présentes D une part,

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

Quelle structure est concernée?

Quelle structure est concernée? Négociation obligatoire dans l entreprise Quelle structure est concernée? Entreprises concernées L article L.2242-1 précise que l'employeur engage chaque année une négociation, dans les entreprises où

Plus en détail

Le Contrat d engagement éducatif. CDDP 2 février 2012

Le Contrat d engagement éducatif. CDDP 2 février 2012 Le Contrat d engagement éducatif CDDP 2 février 2012 1 SOMMAIRE 1 Le CEE Kézako? 2 La Directive Européenne 3 La Jurisprudence (CJCE et CE) 4 Conséquences et perspectives 5 Questions diverses 2 Le CEE 1

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps Convention d entreprise n 67 relative au compte épargne-temps Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M. Jacques TAVERNIER, Président Directeur Général, et les organisations syndicales

Plus en détail

ACCORD DE BRANCHE SUR L AMENAGEMENT LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LA CREATION D'EMPLOI

ACCORD DE BRANCHE SUR L AMENAGEMENT LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LA CREATION D'EMPLOI ETABLISSEMENTS CATHOLIQUES D ENSEIGNEMENT AGRICOLE RELEVANT DE L ARTICLE L.813-8 DU CODE RURAL ACCORD DE BRANCHE SUR L AMENAGEMENT LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LA CREATION D'EMPLOI Le présent accord

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3018 Convention collective nationale IDCC : 1486. BUREAUX D ÉTUDES TECHNIQUES, CABINETS D INGÉNIEURS-CONSEILS

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Durée du travail Syndicat MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, ET DE LA SOLIDARITÉ Circulaire DGT n o 20 du 13 novembre 2008 relative à la loi du 20 août

Plus en détail

Restauration rapide IDCC 1501 BROCHURE JO 3245

Restauration rapide IDCC 1501 BROCHURE JO 3245 CD Permanent Conventions collectives - Restauration rapide Voir jurisprudence A jour au 1 er mai 2007 Date du dernier texte enregistré : 1er décembre 2006 Avertissement Caractères bleu : dispositions non

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

Accord cadre d'aménagement et réduction du temps de travail dans l'établissement Français du Sang

Accord cadre d'aménagement et réduction du temps de travail dans l'établissement Français du Sang Accord cadre d'aménagement et réduction du temps de travail dans l'établissement Français du Sang EFS/DRH Page 1 sur 25 Accord ARTT- Sommaire Plan détaillé de l accord ARTT TITRE 1 PRÉAMBULE... 5 1-1 Principes

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ARTICLE 1 - OBJET Le Compte Epargne Temps permet au salarié, à son initiative, d accumuler des droits à congés rémunérés ou de bénéficier d une rémunération, immédiate

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie

Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie Entreprises Artisanales de Boulangerie Patisserie La CFTC s engage aux côtés des salariés de la boulangerie artisanale : chaque année, des accords sont conclus au niveau de la Convention Collective pour

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Accès aux documents administratifs Comité d entreprise MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail Service

Plus en détail

mode d emploi Représentativité des syndicats

mode d emploi Représentativité des syndicats mode d emploi Représentativité des syndicats LA LOI DU 20 AOUT 2008 transpose dans le Code du travail les règles sur la représentativité et la négociation collective, telles que définies par les partenaires

Plus en détail

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL

LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL LES MEMENTOS SYNTEC MEMENTO SOCIAL Loi en faveur du Travail, de l Emploi et du Pouvoir d Achat (TEPA) 21 août 2007 Loi pour le Pouvoir d Achat (PA) 8 février 2008 Au regard de l accord de branche sur la

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS DANS LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS DANS LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Ucanss PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF A LA MISE EN PLACE D'UN COMPTE EPARGNE TEMPS DANS LES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Entre, d'une part : - l'union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale représentée

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES

ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

III. Le temps de travail :

III. Le temps de travail : III. Le temps de travail : III.1. L Organisation, l Aménagement et la Réduction du Temps de Travail (OARTT). Un accord national (l OARTT «national») est négocié entre la Direction Générale et les Organisations

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement

Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement Article 1 : complémentaire santé et portabilité Description : Cet article traduit légalement la généralisation de la

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

Accord collectif des entreprises de «portage salarial» adhérentes au CICF-SNEPS

Accord collectif des entreprises de «portage salarial» adhérentes au CICF-SNEPS Accord collectif des entreprises de «portage salarial» adhérentes au CICF-SNEPS Entre la Fédération CICF Chambre de l ingénierie et du Conseil de France, sis 4 avenue du recteur Poincaré 75016 PARIS :

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Avant la loi no 2008-111 du

Avant la loi no 2008-111 du Rachat de jours de repos Le slogan de campagne électorale «Travailler plus pour gagner plus» s est traduit, outre la loi Tepa, par l adoption de mesures facilitant le rachat des temps de repos. Plusieurs

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS C.C.A.S PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS Vu : - le décret n 2004-878 du 26 août 2004 relatif au c ompte-épargne temps dans la Fonction Publique Territoriale, modifié par le décret n 2010-531 du 20

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

Tableau comparatif 2013 Contrat d apprentissage / Contrat de professionnalisation

Tableau comparatif 2013 Contrat d apprentissage / Contrat de professionnalisation Tableau comparatif 2013 Contrat d apprentissage / Contrat de professionnalisation Direction des Formalités et de la Collecte de la Taxe d apprentissage Tableau comparatif contrat d apprentissage / contrat

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Le Président du Centre de gestion

Le Président du Centre de gestion Circulaire du 1 er juin 2010 Dernière mise à jour en janvier 2011 MODALITES D UTILISATION DU COMPTE EPARGNE-TEMPS DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Réf. - Décret 2004-878 du 26 août 2004 relatif au

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Article juridique publié le 20/04/2015, vu 986 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Selon l Ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015, le

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE A moins qu'elles ne soient instituées par des dispositions législatives ou réglementaires, les garanties collectives

Plus en détail

La convention collective des cabinets d avocats

La convention collective des cabinets d avocats Lexbase La convention collective des cabinets d avocats N Lexbase E4883ATZ Brochure JO 3078 Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3284-9 Ce chapitre est consacré aux conditions de travail du salarié,

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

ENGAGEMENTS DE L ENSEIGNE CONCERNANT L OUVERTURE DOMINICALE

ENGAGEMENTS DE L ENSEIGNE CONCERNANT L OUVERTURE DOMINICALE ENGAGEMENTS DE L ENSEIGNE CONCERNANT L OUVERTURE DOMINICALE En contrepartie de l ouverture de l Emplacement le dimanche, l Enseigne s engage à développer sur le long terme une politique d embauche qui

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

Questions/Réponses Délégués du personnel

Questions/Réponses Délégués du personnel N 510 CAHIER N 2 / 10 OCTOBRE 2008 Ne peut être vendu séparément - ISSN : 0769-055X Questions/Réponses Délégués du personnel Mise en place Mandat Rôle Moyens sommaire PAGE 08 Mise en place des délégués

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172)

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE A : DISPOSITIONS ANNULEES ET REMPLACEES PAGES 2 ARTICLE B :

Plus en détail

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel En tant que salarié à part entière, l assistant maternel a droit aux congés payés et aux jours fériés dans le respect de la législation en

Plus en détail

Avenant n 1 à la Convention d entreprise n 40 relatif à la mise en place d une journée de solidarité

Avenant n 1 à la Convention d entreprise n 40 relatif à la mise en place d une journée de solidarité Avenant n 1 à la Convention d entreprise n 40 relatif à la mise en place d une journée de solidarité Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M. Jacques TAVERNIER, Directeur Général,

Plus en détail

Guide FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE

Guide FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE Guide FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE 4 ème édition - 2010 2 SOMMAIRE Introduction 3 Le travail temporaire aujourd hui 4 I. DROITS ET STATUT DU TRAVAIL TEMPORAIRE 7 A. Relations entre l entreprise

Plus en détail

Les assistants maternels. employès par des particuliers

Les assistants maternels. employès par des particuliers Les assistants maternels employès par des particuliers Sommaire Références 1 - OBLIGATIONS GÉNÉRALES 2 2 - LE CONTRAT DE TRAVAIL 3 et 4 3 - PÉRIODE D ESSAI 4 4 - DURÉE DE L ACCUEIL 5 5 - RÉMUNÉRATION

Plus en détail