Le réveil de la société civile en Méditerranée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le réveil de la société civile en Méditerranée"

Transcription

1 Le réveil de la société civile en Méditerranée Les contestations sociales en Égypte avant et après la Révolution du 25 janvier : réflexions sur l évolution de leurs formes et de leurs caractéristiques 96 Med.2012 Dossier Nadine Abdalla Chercheuse, Arab Forum for Alternatives Studies (AFA), Le Caire Doctorante, Institut d études politiques (IEP), Grenoble «La révolution égyptienne du 25 janvier», lancée sous le slogan «Pain, liberté et dignité humaine» (Eish, horeya, karama insaneya), s est produite dix ans seulement après deux grandes vagues de mouvements de contestation qui ont débouché sur une profonde transformation du paysage politique égyptien et sur l apparition de nouvelles pressions sociales. Ces cycles de contestations peuvent être divisés en deux grandes catégories. Le premier cycle, d ordre purement politique, a duré de 2004 à 2006, et est surtout incarné par la création du Mouvement égyptien pour le changement, plus connu sous le nom de «Kefaya» (Assez). Ce mouvement a donné lieu à plusieurs grandes vagues de manifestations de rues qui avaient pour slogan de ralliement : «La lel tamdid, la lel Thawris», ce qui signifie : «Non à la continuation [du règne de Moubarak] et Non à l héritage [de l autorité par son fils]». Malgré son apparence innovante et inspirante, ce mouvement était essentiellement élitiste, et il n a pas réussi à se constituer une base sociale importante. C est donc sans surprise qu on a assisté, entre 2005 et 2006, à l émergence d un deuxième cycle de contestations sur des thèmes sociaux qui ne concernaient que certaines professions et catégories de la société égyptienne, telles que les ouvriers, les fonctionnaires, les professeurs ou encore les chauffeurs routiers... Les manifestants ne faisaient qu exprimer des revendications quotidiennes d ordre strictement économique et financier (comme les demandes de primes et les revendications salariales), revendications qui revêtaient un caractère de plus en plus urgent en raison de la généralisation des politiques de libéralisation économique. Ce cycle de protestations avait d ailleurs vu le jour au sein de l entreprise «Mahalla for spinning and weaving», une compagnie textile située à El Mahalla El-Koubra, ville industrielle du nord du Caire. La compagnie avait été paralysée par une gigantesque grève qui avait duré trois jours et avait été suivie par travailleurs. Les bruyantes manifestations, ponctuées de chants, de tambours et de pancartes, témoignaient de la détermination des grévistes. Les travailleurs se rassemblaient en rugissant : «Deux mois, deux mois!» (par référence aux deux mois de salaire supplémentaire qui ne leur avaient pas été payés). Ces grèves furent suivies d autres mouvements de grève en 2007 et La mobilisation des salariés de la compagnie Mahalla a eu un effet «déclencheur», entraînant une augmentation spectaculaire du nombre de protestations sociales entre 2006 et Dans ce contexte, les protestations ont fait boule de neige, s étendant d une usine à l autre et d un atelier de tissage à l autre. Les manifestations se sont multipliées au point de constituer un phénomène quasiment général en Égypte. Ainsi, le nombre de mobilisations sociales est passé de 266 en 2006, à 614 en 2007, et à 630 en En 2009, l Égypte a connu pas moins de 609 manifestations. Après l explosion du soulèvement du 25 janvier, le nombre de mouvements sociaux n a pas baissé ; au contraire, il a connu une hausse sans précédent, avec parfois près de 200 manifestations dans une même journée. Entre le 12 et le 14 février (après la démission, le 11 février, du président Moubarak), on a dénombré pas moins de 40 à 60 manifestations par jour dans plusieurs régions du pays. Dans ce cadre, nous tenterons de répondre à la question suivante : Comment le changement du contexte politique, après le 25 janvier, a-t-il influencé les caractéristiques et la forme des protestations sociales en Égypte?

2 Afin de répondre à cette question, cet article est divisé en trois grandes parties : liées au contexte politique dans lequel elles sont apparues : Dans la première partie, nous nous intéresserons aux caractéristiques des mouvements de protestation sociale qui se sont produits au cours des cinq années ayant précédé la Révolution, et qui ont ensuite pris leurs distances par rapport à la fédération syndicale officielle, hostile aux protestations. Nous démontrerons que ces mouvements, en raison du contexte politique du moment, étaient essentiellement axés sur des revendications d ordre strictement économique. En effet, les manifestants, pour la plupart dépolitisés, avaient refusé d être associés à des forces politiques qui n avaient pas les mêmes objectifs qu eux. De plus, ils étaient extrêmement isolés les uns des autres. Nous prouverons que ces caractéristiques s inscrivaient en partie dans le cadre d une stratégie de survie face au régime de Moubarak. Dans la deuxième partie, nous analyserons la forme qu ont prise les protestations sociales durant les événements du 25 janvier, et notamment les développements qu elles ont connus depuis. Dans la troisième partie, nous nous attacherons à décrire l évolution des protestations sociales dans le contexte des bouleversements politiques qui ont secoué le pays après le 25 janvier. Nous montrerons, d une part, que les protestations sociales ne sont plus complètement isolées des forces politiques dont elles partagent l objectif principal, à savoir atteindre les buts de la révolution, et, d autre part, qu elles passent progressivement d une forme de «mouvements» à une structure plus «institutionnelle», par la création notamment de nouveaux syndicats indépendants de la fédération officielle. Ainsi, après avoir été isolées, les protestations sociales s efforcent aujourd hui de se regrouper au sein d une sorte de nouvelle fédération syndicale. 1. L émergence hors de tout cadre institutionnel (comme l organisation officielle des syndicats) Aucune des protestations sociales qui ont éclaté en 2005 et 2006 n a été orchestrée par des organisations syndicales. La Fédération générale des syndicats égyptiens (GFETU) la fédération syndicale officielle s est même livrée à des critiques virulentes contre les protestations sociales, prenant fait et cause pour le gouvernement. Cette position progouvernementale est devenue évidente pendant les négociations qui ont été menées avec les travailleurs de Mahalla, en septembre 2007, pour mettre fin à la grève. Le président de la GFETU faisait en effet partie de la délégation gouvernementale chargée de négocier sur les revendications des salariés. À cet égard, la réaction des syndicats a révélé le rôle de la fédération officielle, qui, au lieu de défendre les travailleurs, servait avant tout les intérêts du régime égyptien. 2. Le caractère apolitique des protestations sociales Les mouvements de protestations sociales portaient essentiellement sur des demandes sociales de nature microéconomique, qui se limitaient à la réclamation des salaires non perçus, à l amélioration des conditions de travail et à la mise en place d une assurance maladie digne de ce nom En d autres termes, les demandes portées par les mouvements de contestation ne revêtaient aucun caractère politique. Du reste, les grévistes n ont à aucun moment cherché à modifier l équation politique du pays : leur stratégie consistait simplement à faire pression sur le gouvernement pour obtenir gain de cause sur leurs revendications économiques, sans pour autant s opposer à la politique économique du régime. Ceci est dû à trois facteurs principaux : 97 Med.2012 Dossier Les protestations sociales avant le 25 janvier ( ) : la prédominance d une logique axée sur les catégories professionnelles / économiques? Les protestations sociales se sont distinguées par trois grandes caractéristiques qui sont directement a. La stratégie du régime de Moubarak : le régime de Moubarak avait établi une distinction très nette entre ce qui relevait de la sphère sociale et ce qui relevait de la sphère politique, car il estimait que toute confusion entre les deux constituait une ligne rouge à ne pas franchir. Les partis politiques avaient le droit d organiser des confé-

3 98 Med.2012 Dossier rences et des séminaires critiques du régime. Mais cette liberté, considérée par beaucoup comme un acquis, n était accordée qu au prix du refus total de construire une base sociale. Aussi les grévistes étaient-ils autorisés à dénoncer la violation de leurs droits économiques et à critiquer ouvertement les politiques du gouvernement lors des sit-in et des manifestations qu ils organisaient, mais, en échange, ils devaient s en tenir au strict cadre de leurs revendications sociales, sous peine de s exposer à la répression. Les protestations sociales ne s y sont pas trompées : si le régime pouvait tolérer leurs revendications économiques, il ne pouvait en revanche pas accepter que celles-ci se transforment en revendications politiques. Telles étaient les règles du jeu. Aucune des protestations sociales qui ont éclaté en 2005 et 2006 n a été orchestrée par des organisations syndicales b. L absence de lien entre les protestations «sociales» et les forces «politiques» : les mouvements de grève ont catégoriquement refusé d être rattachés à une quelconque force politique d opposition, rejetant toute tentative de politisation de leur démarche. À cet égard, il est intéressant de souligner que Kamal Abou-Eita, chef de file du mouvement du personnel de l organisme des impôts fonciers affilié au parti «El- Karama», a pris grand soin d éviter toute politisation du mouvement de «contestation sociale» qu il dirige. Son slogan : «Peu importe que Moubarak reste au pouvoir ou qu il démissionne. Ce qui compte pour nous, c est les augmentations de salaires», l a rendu célèbre. Comme nous l avons évoqué dans le premier point, le régime a réussi à imposer une sorte de dépolitisation forcée à ces mouvements. Toutefois, cette hypothèse ne suffit pas, en soi, pour faire une analyse complète de la situation. L absence d alliance entre les deux camps était également due à l absence même d opposition politique dans le pays : du fait de leurs propres insuffisances structurelles et de leurs comportements antidémocratiques, les partis politiques étaient faibles et incapables d établir des liens structurels. Dès lors, les mouvements de protestations sociales ont compris que toute alliance avec les partis politiques serait non seulement inutile, mais encore dangereuse, car le régime réagirait probablement par la répression. La grève du 6 avril 2008 est venue conforter cette thèse. Pour la première fois, de jeunes cyberactivistes égyptiens essayaient d appeler à une grève nationale par solidarité avec le mouvement de grève de Mahalla, exprimant leur indignation et leurs revendications économiques avec une exigence politique fondamentale : la fin de la répression autoritaire des groupes d opposition. Or, cette propagande a non seulement attiré l attention de l appareil sécuritaire de l État, qui a transformé la ville en une véritable caserne militaire, mais elle a également poussé le président de la GFETU à contraindre les leaders syndicaux à signer un document dans lequel ceux-ci s engageaient à dissoudre les grèves. Si le mouvement de grève, et les revendications économiques qu il portait, ont favorisé une sorte de mobilisation nationale, celle-ci n a fait qu étouffer les demandes sociales en les mettant au service d objectifs politiques très éloignés des revendications des grévistes. Le mouvement syndical a donc tout fait pour prendre ses distances avec les partis politiques, affirmant que les forces d opposition avaient tenté de détourner la grève à leur profit, en transformant un mouvement porté par des revendications économiques en une manifestation politique asservie aux intérêts des seuls groupes d opposition. c. Le style des leaders des protestations sociales : Ce régime politique a donné naissance à un type de leaders surnommé «leadership de services». Ces leaders tirent leur légitimité non pas de leur capacité à satisfaire les revendications des salariés sur le long terme, en poussant le régime à engager une révision structurelle de sa politique économique, mais de leur capacité à conclure des compromis permettant d offrir des gains rapides, quoique partiels, aux travailleurs, ainsi qu en attestent ces propos tenus par Sayed Habib, l un des leaders syndicaux de Mahalla : «Notre rôle est de donner satisfaction aux revendications économiques de nos collègues. Partant de ce constat, un bon leader est un leader qui leur apporte des gains concrets et rapides». Bien entendu, ce type de leaders savait parler à la fois le langage du pouvoir et le langage des travailleurs. Ils défendaient des gains

4 matériels rapides et concrets pour les salariés. Le régime, de son côté, n acceptait de céder sur les revendications économiques des syndicats que si celles-ci n impliquaient pas de révision structurelle de sa politique économique. Par conséquent, à l image des partis politiques, la plupart des leaders syndicaux semblaient être implicitement alliés au régime, dans le but de préserver le statu quo politique. 3. L absence de relations structurelles entre les mouvements de protestation sociale La plupart des mouvements apparaissaient comme des îlots isolés sans aucun lien structurel. Certes, en septembre 2007, un certain nombre de grèves ont été organisées par «solidarité» avec les travailleurs de Mahalla, notamment dans des entreprises textiles de Kafr El-Dawar et de Tanta (deux villes situées à proximité de Mahalla El-Kobra). Cependant, ces manifestations de solidarité n ont pas donné lieu à la formation d un mouvement social plus large, regroupant divers mouvements syndicaux et uni par des liens structurels. Depuis 2008, l augmentation du salaire national à livres égyptiennes constituait la revendication la plus importante pour la très grande majorité des travailleurs égyptiens. Même si les protestations sociales n ont pas pu infléchir la politique générale du gouvernement, elles ont créé une dynamique interne favorable au changement politique, ouvrant ainsi la voie à l apparition d un mouvement de masse Or, cette demande ne s est pas traduite par la construction de coalitions entre ces mouvements isolés, ce qui explique sans doute leur incapacité à contraindre le gouvernement à leur donner satisfaction sur ce point. C est une situation totalement différente, par exemple, de celle que connut la Pologne à la fin des années En effet, les liens structurels qui existaient entre les différents mouvements syndicaux polonais avaient permis la formation du fameux mouvement Solidarnosc (solidarité), qui fut le moteur du changement en Pologne. Enfin, il convient de mentionner que même si les protestations sociales n ont pas pu infléchir la politique générale du gouvernement, elles ont créé une dynamique interne favorable au changement politique, ouvrant ainsi la voie à l apparition d un mouvement de masse : (i) les protestations sociales ont permis l émergence d un nouveau groupe de leaders, plus crédibles et plus représentatifs des travailleurs, qui se sont substitués aux leaders traditionnels. Ces derniers ont totalement disparu après la Révolution du 25 janvier et la formation de nouveaux syndicats, indépendants de l organisation syndicale pro-gouvernementale ; (ii) les protestations sociales organisées dans les usines, mais aussi devant des organismes décideurs, tels que le Conseil des ministres, l Assemblée du peuple ou le Conseil de Choura, ont brisé un certain nombre de «tabous» sociaux ; (iii) elles ont renforcé la confiance dans la capacité des coalitions et des mouvements à faire pression sur le régime. Les mouvements de jeunes qui, forts de cette conviction, ont fait éclater la révolution du 25 janvier, l avaient parfaitement compris. L évolution de la révolution du 25 janvier et des protestations sociales En participant aux manifestations massives du 25 janvier, les protestations sociales ont fait un pas supplémentaire dans la direction d une plus grande ouverture. L évolution des protestations sociales, dans le cadre de cette dynamique de mouvements de masse, s articule autour de deux grandes phases. La première phase (du 25 janvier au 7 février) : la participation individuelle Le mouvement de masse du 25 janvier s est caractérisé, dès son apparition, par son côté populaire. En effet, toutes les catégories sociales y étaient représentées, y compris la classe ouvrière. Il ne fait aucun doute que la majorité des ouvriers ont participé aux manifestations à titre individuel, en tant que citoyens ordinaires, et non au nom d un quelconque mouvement de contestation sociale. Ainsi, manifestants, ouvriers et employés ont tous adopté le même slogan : «Le peuple veut la chute du régime!», rejetant toute autre revendication catégorielle (comme celles liées au paiement de primes et aux aides accordées à certains secteurs). Mais cette situation a connu une profonde évolution quand les travailleurs ont 99 Med.2012 Dossier

5 100 Med.2012 Dossier repris le travail, le 8 février, ce qui nous amène à la seconde phase. La seconde phase (du 7 au 11 février) : la désobéissance civile La seconde phase a débuté alors même que les choses semblaient revenir à la normale : les 7 et 8 février, les manifestations commençaient à s essouffler et les foules quittaient progressivement la place Tahrir du Caire. Or, au même moment, un grand nombre de travailleurs et d employés de différents secteurs ont repris la grève, déclarant qu ils ne reprendraient le travail qu après avoir obtenu satisfaction sur le rétablissement de leurs droits bafoués. Les grévistes ont organisé plusieurs manifestations dans tout le pays, entraînant la paralysie de l économie et des principaux services de l État, ce qui a débouché sur une situation de désobéissance civile. Face à la multiplication et à l ampleur géographique des manifestations, la classe politique a fait volteface, prenant fait et cause pour la révolution. D après le quotidien Al-Masry Al-Youm, le soulèvement populaire a commencé par une poignée de manifestations, le 7 février, dans plusieurs gouvernorats, suivies de 20 manifestations, le 8 février, dans 9 gouvernorats, de 35 manifestations, le 10 février, dans 14 gouvernorats, et de 65 manifestations, le 11 février, le jour du départ de Moubarak. Ce mouvement de contestation sociale a été suivi par des personnes issues de catégories diverses, des paysans aux petits employés en passant par les salariés d entreprises publiques et privées. Les revendications des manifestants portaient essentiellement sur l amélioration des conditions de vie, l augmentation des revenus et le paiement des salaires impayés, autant de revendications que les Égyptiens réclamaient, en vain, depuis Le climat révolutionnaire a incontestablement influencé les salariés qui ont participé, à titre «individuel», comme évoqué ci-dessus, à la dynamique de la révolution, comme en témoignent les slogans utilisés par les salariés de la compagnie de télécommunications égyptienne, véritable fer de lance de la vague de contestation sociale qui a traversé le pays à partir des 7 et 8 février. De fait, leurs slogans sont passés d une logique strictement économique, à une logique politique. Les grévistes ont commencé à brandir des slogans politiques similaires à ceux des manifestants de la place Tahrir, au premier rang desquels le fameux : «Le peuple veut la chute du régime!». Le 9 février, les conducteurs de transports en commun ont fait grève sur le même thème, diffusant une déclaration dans laquelle ils revendiquaient leur solidarité avec les révolutionnaires de la place Tahrir et exigeaient le départ de Moubarak. Le 11 février (jour de la démission de Moubarak), Le Caire et plusieurs autres gouvernorats ont été le théâtre d une nouvelle vague de manifestations. Des centaines de milliers de travailleurs égyptiens ont menacé de se joindre aux manifestants de «Tahrir», affirmant leur soutien total aux revendications révolutionnaires. On peut donc conclure de ce qui précède que l engagement des mouvements de contestation sociale dans la dynamique révolutionnaire a profondément transformé leurs revendications, jusque-là limitées au seul domaine économique, ce qui leur a permis d exercer une influence plus importante sur la scène politique. Il est toutefois indéniable que les revendications économiques de ces mouvements ont été le principal élément moteur de leur participation aux manifestations de masse égyptiennes. En effet, à travers ces demandes, ils exprimaient le besoin de «justice sociale», l une des revendications les plus importantes de la révolution. Les protestations sociales après la révolution du 25 janvier : vers un nouveau cadre d action? Un an après la révolution et la prise de fonctions, en février dernier, du Conseil suprême des forces armées (SCAF), celui-ci n a toujours pas articulé de vision ou de projet clair pour s attaquer à la dégradation de la situation économique des Égyptiens, et pour répondre aux revendications des travailleurs. Ainsi, le SCAF n a toujours pas mis en place le salaire minimum réclamé par les travailleurs depuis Au lieu de cela, c est la stratégie de l ancien régime qui s est imposée ; les demandes des travailleurs sont traitées comme une simple question de sécurité intérieure qu il convient de contrôler et de contenir, et non comme une revendication sociale dont la satisfaction passerait par la création d un nouveau contrat social garantissant des opportunités économiques et un niveau de vie acceptables pour tous. Ainsi, l adoption d une loi criminalisant la grève par le gouvernement de l ancien premier ministre, Essam Sharaf, afin d étouffer les mouvements de grèves qui avaient commencé à se propager dans le pays à la suite de la révolution, témoigne de

6 la continuité de la politique répressive du régime de Moubarak à l égard du mouvement syndical. Mais cette loi n a pas pour autant fait cesser les grèves ; la répression n est jamais une bonne réponse face à des revendications légitimes. C est la stratégie de l ancien régime qui s est imposée ; les demandes des travailleurs sont traitées comme une simple question de sécurité intérieure qu il convient de contrôler et de contenir, et non comme une revendication sociale dont la satisfaction passerait par la création d un nouveau contrat social Il est cependant important de souligner que les protestations sociales ont bénéficié d une évolution partielle de la scène politique. La liberté de réunion, acquise après le 25 janvier, a conduit les mouvements de contestation à évoluer vers une plus grande institutionnalisation et une plus grande coordination, mais aussi vers l établissement d un lien plus étroit avec les forces politiques, comme nous l avons évoqué ci-dessous. La formation de syndicats indépendants et la fédération syndicale Pourquoi des milliers de travailleurs ont-ils choisi, à partir de 2006, de s exprimer au travers de «mouvements» de contestation, en dehors de tout cadre «institutionnel»? Les travailleurs avaient l impression que l institution qui était censée défendre leurs intérêts sous le règne de Moubarak, la Fédération syndicale égyptienne (ETUF), contrôlée par l État, servait en réalité les intérêts du régime. C est pourquoi, après le 25 janvier, les leaders de la contestation sociale, qui bénéficiaient d une base sociale solide et d une bonne crédibilité auprès des électeurs de leur circonscription, ont pris conscience de la nécessité d institutionnaliser les revendications de leur mouvement. Pour cela, il fallait impérativement créer de nouveaux syndicats indépendants de la fédération officielle. Ainsi, dans tous les secteurs de l économie (paysans, salariés du secteur privé, conducteurs de transports en commun, employés ), de nouveaux syndicats sont apparus avec une vitesse foudroyante. De plus, si l idée de tisser des liens entre les mouvements de contestation sociale était absente sous l ancien régime, on assiste aujourd hui à la création d une multitude de réseaux entre les nouveaux syndicats. Dans ce contexte, les leaders syndicaux ont annoncé, en mars 2011, la constitution de la toute première fédération syndicale indépendante d Égypte : la fédération égyptienne des syndicats indépendants. L idée qui sous-tend cette démarche est de proposer une alternative indépendante à l ETUF, contrôlée par l État. La fédération représente actuellement plus de 112 nouveaux syndicats. Le Congrès syndical démocratique égyptien (EDLC), qui représente 246 nouveaux syndicats, a également vu le jour dans ce contexte. Cependant, malgré la formation d organismes réellement représentatifs des travailleurs, le projet de loi visant à légaliser les syndicats indépendants n a pas été approuvé par le SCAF et n a pas encore été adopté par le parlement (élu il y a deux mois). Ce projet de loi fondamental a été présenté au cabinet il y a presque huit mois, par le très respecté ministre de la main d œuvre, Ahmed El-Borei. Après examen, le bureau législatif du cabinet l a soumis au SCAF il y a quatre mois, mais la loi définitive n a toujours pas été promulguée. Ces actions visent manifestement à marginaliser le mouvement syndical, en l empêchant de s unifier dans le cadre d une fédération indépendante à même de représenter les salariés et de négocier en leur nom. C est une situation très dangereuse, car en période de transition vers la démocratie, il est indispensable d établir un nouveau contrat social qui soit acceptable à la fois par les salariés et par l État. À cet égard, il est intéressant de se pencher sur les exemples de l Espagne et du Portugal. Pendant la transition démocratique, ces pays ont connu des centaines de protestations sociales comme celles qui secouent l Égypte aujourd hui. Contrairement au Portugal, où les manifestations incessantes avaient eu un effet déstabilisateur sur le processus de transition, en Espagne le gouvernement avait réussi à asseoir sa légitimité en négociant un plan de gestion de l économie pendant la transition avec les acteurs sociaux et politiques du pays (partis, syndicats ). En accédant aux revendications des travailleurs dans le cadre de l accord consensuel conclu avec 101 Med.2012 Dossier

7 102 Med.2012 Dossier les partenaires sociaux (plus connu sous le nom de «Pacte de la Moncloa»), les dirigeants espagnols avaient réussi à garder la transition démocratique sur les rails. L adoption de la nouvelle loi sur les syndicats pourrait donc constituer la première étape vers la résolution de la crise des protestations sociales en Égypte. En effet, cette loi permettrait de légaliser et de donner corps à la représentation tant recherchée par les travailleurs. La deuxième étape consisterait à négocier un nouveau contrat social avec les syndicats, un nouveau pacte qui ouvre la voie à la justice sociale et donne satisfaction, ne serait-ce qu en partie, aux revendications des protestations sociales. Vers une nouvelle relation avec les forces politiques? L absence de coopération, voire la franche hostilité qui régnait entre les militants syndicaux et les forces politiques, a caractérisé l ère Moubarak. Le régime avait d ailleurs tout intérêt à perpétuer la séparation et la faiblesse de ces deux blocs d opposition. Mais cette situation est appelée à évoluer, car les protestations sociales et les forces politiques partagent désormais le même objectif : atteindre les «buts de la révolution», même si chaque camp perçoit les choses différemment. Cette nouvelle relation entre les syndicats et les forces politiques est apparue au grand jour lors de la commémoration, le 25 janvier 2012, de la Révolution égyptienne. La veille des célébrations, les mouvements syndicaux avaient répondu aux appels à manifester lancés par divers mouvements de jeunes et groupes révolutionnaires, dont la plupart réclamaient la fin du régime militaire et la réalisation des objectifs de la révolution. À cet égard, on notera que les militants syndicaux sont parmi les électeurs les plus mécontents de l Égypte actuelle. À ce jour, aucune de leurs principales revendications n a été satisfaite, à commencer par l adoption d une nouvelle loi sur le salaire minimum et la publication du projet de loi sur les syndicats, attendu depuis des mois. La fédération égyptienne des syndicats indépendants avait fait savoir que ses adhérents seraient nombreux à participer à ces manifestations de masse. Le Congrès syndical démocratique égyptien (EDLC) avait également annoncé sa participation dans une déclaration publiée sur sa page Facebook officielle : «Les travailleurs aux côtés des révolutionnaires poursuivent le combat de la révolution.» À en juger par cette nouvelle vague de mobilisations, il semblerait que l on assiste à une transformation sans précédent de la relation entre les protestations sociales et les forces politiques. Cette perception est confirmée par le refus catégorique opposé, depuis 2006, par les mouvements syndicaux à toute forme de coordination avec les forces politiques d opposition, résistant ainsi à la tentative de politisation des revendications des travailleurs. En effet, comme nous l avons mentionné précédemment, le gouvernement s était dit prêt à accéder aux revendications économiques des travailleurs, mais il a préféré recourir à la répression lorsqu il s est aperçu que les revendications syndicales risquaient de se muer en revendications politiques. Le refus des mouvements syndicaux de répondre aux appels à une grève nationale des forces politiques, le 6 avril 2008, a renforcé cet état de fait. L Égypte a absolument besoin d un nouveau contrat social qui protège à la fois les droits politiques des citoyens et les droits économiques des salariés. C est pourquoi, l adoption d une nouvelle loi sur les syndicats constitue aujourd hui une étape indispensable vers la mise en place d une démocratie représentative et vers une plus grande justice sociale Dans ce contexte, les appels à la «Grève générale» et à la désobéissance civile, lancés le 11 février 2012, pour célébrer la démission de Moubarak un an plus tôt et réclamer la fin du régime militaire, ont permis de clarifier les relations entre les forces politiques et les militants syndicaux, confirmant ainsi le lien de solidarité qui unit les deux camps. Ce nouveau cadre a également permis de poser le respect mutuel des intérêts de chaque partie comme garantie de la continuité de leur collaboration. Dans ce contexte, le Congrès syndical démocratique égyptien (EDLC) et la Fédération égyptienne des syndicats indépendants ont apporté un soutien symbolique aux appels de la jeunesse et des forces politiques à un mouvement de désobéissance civile national. Cependant, la majorité des syndicats re-

8 présentés par ces deux institutions (tels que le syndicat des percepteurs d impôts et le syndicat des métiers du tourisme, réunis au sein de la Fédération égyptienne des syndicats indépendants) ont refusé de se joindre à ces appels. Seuls les étudiants universitaires ont fait grève le 11 février La plupart des salariés se sont rendus à leur travail comme d habitude, estimant que la participation aux manifestations serait plus coûteuse que bénéfique. Comme lors de la grève du 6 avril 2008, le risque de répression de l armée était trop élevé par rapport aux avantages potentiels de la «désobéissance civile», laquelle semblait difficilement pouvoir rapporter des bénéfices immédiats et concrets aux travailleurs. De plus, certains secteurs de la société, comme les percepteurs d impôts, pensaient que le fait de participer à la campagne nuirait gravement à l économie égyptienne, et ils ne souhaitaient pas prendre un tel risque au vu des gains limités et des concessions de courte durée qu ils auraient pu tirer d une grève. Malgré des similitudes évidentes entre les deux grèves (celles du 6 avril 2008 et du 11 février 2012), on voit apparaître une différence très nette qui n existait pas sous l ère Moubarak, et qui définit le nouveau cadre des relations entre les forces politiques et les protestations sociales : la volonté des leaders syndicaux d apporter leur soutien aux revendications de groupes politiques et de reconnaître le fait qu ils partagent des objectifs communs. Si les travailleurs demeurent réticents à l idée d être utilisés à des fins politiques par les groupes révolutionnaires, ils n en sont pas moins de plus en plus sensibles à la cause révolutionnaire, et ils considèrent le statu quo démocratique actuel comme insoutenable sur le plan politique et économique. Conclusion L engagement des mouvements syndicaux, dans les derniers jours de la révolution, a joué un rôle déterminant dans la chute du régime de Moubarak. Mais, un an plus tard, le mouvement syndical, qui s était résolument engagé sur la voie d une plus grande institutionnalisation et d un rapprochement avec les forces politiques à la suite de la révolution du 25 janvier, est aujourd hui dans l impasse, faute d avoir pu obtenir satisfaction sur sa principale revendication de justice sociale. La poursuite de la politique économique de l ancien régime, au mépris des demandes de justice sociale, débouchera sans doute sur un regain de tension sociale, notamment si l on tient compte du fait que les islamistes et les forces de droite ont la majorité parlementaire, et que le gouvernement actuel n a pas de représentants syndicaux capables de défendre les intérêts des salariés par des moyens politiques et institutionnels. En l absence d un mécanisme clair permettant d influer sur les politiques publiques, les militants syndicaux, déçus par la tournure des événements, pourraient fort bien porter une nouvelle fois leurs revendications dans la rue. L Égypte a absolument besoin d un nouveau contrat social qui protège à la fois les droits politiques des citoyens et les droits économiques des salariés. C est pourquoi, l adoption d une nouvelle loi sur les syndicats constitue aujourd hui une étape indispensable vers la mise en place d une démocratie représentative et vers une plus grande justice sociale. À cet égard, il est urgent que les autorités engagent des négociations sur les revendications liées à la création et la légalisation de nouveaux syndicats. Le retard pris par les autorités dans ce domaine constitue non seulement une entrave à l établissement d un nouveau contrat social, mais augmente également la pression sur une économie égyptienne déjà fragilisée, mettant en péril le processus de transition dans son ensemble. 103 Med.2012 Dossier

La réunion syndicale

La réunion syndicale Trade Union meeting La réunion syndicale Une journée de travail mérite d être rémunérée à sa juste valeur. Thèmes Droits sociaux, Démocratie, Citoyenneté Complexité Niveau 4 Taille du groupe 10-15 Durée

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT A LA LUMIERE DU PRINTEMPS ARABE Paloma Haschke* Le rôle «révolutionnaire» joué par les médias sociaux dans les événements du Printemps arabe semble évident. Ce phénomène

Plus en détail

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs ESCWA L'interdépendance de la situation politico-économique entre le Liban et la Syrie: Les répercussions de la crise syrienne sur le Liban et étapes-clé pour la transition et la reprise économique. Beirut

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Conséquences démographiques

Conséquences démographiques dossier larevuenouvelle, n 12 / décembre 2007 Conséquences démographiques des deux conflits russo-tchétchènes La Tchétchénie peut être analysée comme l incarnation paroxystique de l effondrement du système

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE

OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE Questions de BÉLIGH NABLI directeur de recherche à l IRIS, à SÉLIM BEN ABDESSELEM, Député à

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 OUGANDA 40 Affilié de l IE UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 Ratifications C 87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical (1948), ratifiée en 2005 C 98

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide Cadre d analyse Définition juridique du crime de génocide L article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires Un dossier de clés du social SOMMAIRE 1/ Présentation 2/ Résultats globaux des comités techniques 3/ Fonction publique

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D ANTHROPOLOGIE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT DE DIDACTIQUE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D HISTOIRE... 3

ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D ANTHROPOLOGIE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT DE DIDACTIQUE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D HISTOIRE... 3 LES PROFESSEURS ET PROFESSEURS DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ET LE MOUVEMENT CONTRE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ RÉSOLUTIONS ADOPTÉES PAR LES ASSEMBLÉES DE DÉPARTEMENT AU PRINTEMPS 2012 ASSEMBLÉE DU

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013

Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013 Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013 DÉCLARATION DE TANGER Les représentants des syndicats des pays méditerranéens réunis à Tanger du 15 au 17 février 2013 Constatant les conséquences

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Pour une Europe des droits de l Homme

Pour une Europe des droits de l Homme Le manifeste de l AEDH et de ses membres en vue de l élection 2014 du Parlement européen Bruxelles, le 11 Novembre 2013 1. Citoyenneté et démocratie et respect des droits de l Homme Une citoyenneté de

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM

Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM ACCORD SUR LA RESPONSABILITE SOCIALE DU GROUPE RHODIA, Entre : Le Groupe Rhodia, représenté par son Directeur Général, Monsieur

Plus en détail

Un nouveau départ pour servir l économie nationale

Un nouveau départ pour servir l économie nationale LA PROFESSION COMPTABLE ALGERIENNE : LA LOI 10/01 DU 29 JUIN 2010 Un nouveau départ pour servir l économie nationale Ali MAZOUZ, Expert Comptable et Commissaire aux Comptes. La loi sur la profession comptable

Plus en détail

Left Forum, New York, 29 mai 2015. Les origines de la crise : la fin des gains de productivité élevés

Left Forum, New York, 29 mai 2015. Les origines de la crise : la fin des gains de productivité élevés Intervention de Mireille BRUYERE Enseignante chercheure à l'université de Toulouse en Économie, animatrice du collectif des Économistes Atterrés et membre du conseil scientifique d'attac Left Forum, New

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE!

AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS : AGIR DANS L INTERET DES CHEFS D ENTREPRISE! (Résumé) Septembre 2015 FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT 1 Le Régime Social des Indépendants (RSI), qui constitue la Sécurité

Plus en détail

Forums et ateliers Éléments saillants

Forums et ateliers Éléments saillants Forums et ateliers Éléments saillants Atelier n 9 : Faire réseau : pourquoi? Comment? Animateur : Johan CHANAL, Carrefour des Pays Lorrains Intervenante : Sarah BOYRIE, présidente de l'association des

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Rapport de l association tunisienne des jeunes avocats concernant la réforme de la législation en matière des droits de l Homme après le 14 janvier

Rapport de l association tunisienne des jeunes avocats concernant la réforme de la législation en matière des droits de l Homme après le 14 janvier Rapport de l association tunisienne des jeunes avocats concernant la réforme de la législation en matière des droits de l Homme après le 14 janvier Présentation de l association tunisienne des jeunes avocats

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN

Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN DANS LES SOINS INFIRMIERS ET CARDIO-RESPIRATOIRES, LA FSSS CSN EST UNE FORCE MARQUANTE En choisissant la CSN et la Fédération de la santé et

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS Évaluation externe à mi-parcours Campagne CULTIVONS d Oxfam Résumé CAMPAGNE CULTIVONS D OXFAM Résumé Glenn O Neil & Patricia Goldschmid, Owl RE Octobre 2013 Le présent

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Réforme des universités et de la recherche : un échec annoncé

Réforme des universités et de la recherche : un échec annoncé Réforme des universités et de la recherche : un échec annoncé Vincent DUCLERT Les universités et les instituts de recherche sont engagés dans un mouvement de contestation vis-à-vis de la réforme engagée

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Forfait jours. Le forfait jours est à la fois un outil 1 # LES CAHIERS FO-CADRES. Sommaire. Définition

Forfait jours. Le forfait jours est à la fois un outil 1 # LES CAHIERS FO-CADRES. Sommaire. Définition LES CAHIERS FO-CADRES Forfait jours Sommaire 1 DÉFINITION 2 LES CONDITIONS DE MISE EN PLACE LES SALARIÉS ÉLIGIBLES 3 LE NOMBRE DE JOURS TRAVAILLÉS DANS L ANNÉE LES EXCEPTIONS À LA LIMITE DE 218 JOURS PAR

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Animateur : Henri TOULOUZE Secrétaire général de l Union Nationale des Syndicats

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Négocier en entreprise : entre dynamiques globales et configurations locales. Jérôme Pélisse Professeur de sociologie, Sciences Po, CSO

Négocier en entreprise : entre dynamiques globales et configurations locales. Jérôme Pélisse Professeur de sociologie, Sciences Po, CSO Négocier en entreprise : entre dynamiques globales et configurations locales Jérôme Pélisse Professeur de sociologie, Sciences Po, CSO Journée IRT-Direccte, 21 octobre 2015 Plan 1) Retour sur des catégories,

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

La problématique de la responsabilité selon l assureur

La problématique de la responsabilité selon l assureur La problématique de la responsabilité selon l assureur par Frédéric Malaval Intervention donnée à l occasion du salon Europropre le 18 mars 2005 Le titre de cette intervention est: la problématique de

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Version actualisée au 18 janvier 2010 Depuis plusieurs années, France Nature Environnement construit des partenariats avec de nombreux acteurs socio-économiques

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

Climat et relations sociales dans les entreprises

Climat et relations sociales dans les entreprises Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Climat et relations sociales dans les entreprises 13 novembre 2008 1 Méthodologie Enquête menée en septembre / octobre 2008 Echantillons : - 166 DRH d entreprises

Plus en détail

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Maison de la chimie Paris 16 octobre 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Seul le prononcé fait foi Madame la ministre,

Plus en détail

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Compte-rendu de l'atelier 4 http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Contexte et problématique La gestion des affaires publiques en Afrique

Plus en détail

La vérité fait de nous des hommes libres

La vérité fait de nous des hommes libres Le Turbulent La vérité fait de nous des hommes libres Numéro Spécial consacré à l association du collectif pour un audit citoyen de la dette publique cac.dette09@laposte.net Date de parution et de mise

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte )

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) À l offensive pour des comités d entreprise européens plus nombreux et plus puissants La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) Pourquoi une nouvelle directive sur les comités

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

LES RÉGIMES D ASSURANCE COLLECTIVE NÉGOCIÉS DANS LES CONVENTIONS COLLECTIVES AU QUÉBEC. par Mélanie Laflamme

LES RÉGIMES D ASSURANCE COLLECTIVE NÉGOCIÉS DANS LES CONVENTIONS COLLECTIVES AU QUÉBEC. par Mélanie Laflamme LES RÉGIMES D ASSURANCE COLLECTIVE NÉGOCIÉS DANS LES CONVENTIONS COLLECTIVES AU QUÉBEC par Mélanie Laflamme Direction des données sur le travail Ministère du Travail septembre 5 INTRODUCTION Cette étude

Plus en détail

N o 2011/9 Le 1 er avril 2011

N o 2011/9 Le 1 er avril 2011 COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE Palais de la Paix, Carnegieplein 2, 2517 KJ La Haye, Pays-Bas Tél : +31 (0)70 302 2323 Télécopie : +31 (0)70 364 9928 Site Internet : www.icj-cij.org Communiqué de presse

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

L'union de services, une garantie coopérative en copropriété

L'union de services, une garantie coopérative en copropriété L'union de services, une garantie coopérative en copropriété Article juridique publié le 19/03/2015, vu 754 fois, Auteur : Maître POULICHOT Dès sa rédaction originelle, la loi du 10 juillet 1965 a autorisé

Plus en détail

N 5 - www.cfecgc-santesocial.fr

N 5 - www.cfecgc-santesocial.fr La revue trimestrielle de la CFE-CGC Santé- N 5 - www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé- - 4 ème trimestre 2014 L édito Une année en chasse une autre. Faut-il le regretter ou s en réjouir? En cette

Plus en détail

Votre Revue de Presse Du 22 / 12 /2014 N 301. www.conect.org.tn

Votre Revue de Presse Du 22 / 12 /2014 N 301. www.conect.org.tn conect Votre Revue de Presse Du 22 / 12 / By N 301 Suivez nos actualités www.conect.org.tn technique.conect@hexabyte.tn // technique@conect.org.tn tel : +216 71231 402 // Fax : +216 71231059 Marché financier

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS?

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Rencontre professionnelle organisée par le Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT) Intervenants : -

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle.

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. La formation professionnelle constitue un atout pour la personne, pour l entreprise, pour la

Plus en détail

Statuts de «pr suisse»

Statuts de «pr suisse» Statuts de «pr suisse» Art. 1 L'Association Sous le nom «Association Suisse de Relations Publiques», «Schweizerischer Public Relations Verband», «Associazione Svizzera di Relazioni Pubbliche», «Swiss Public

Plus en détail

Position du gouvernement concernant la coopération avec l enquête de la CPPM

Position du gouvernement concernant la coopération avec l enquête de la CPPM Le 7 mars 2008 Monsieur Alain Préfontaine Avocat-conseil Section du contentieux des affaires civiles Ministère de la Justice Édifice Banque du Canada Tour Est, pièce 1133 234, rue Wellington Ottawa (Ontario)

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail