Le réveil de la société civile en Méditerranée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le réveil de la société civile en Méditerranée"

Transcription

1 Le réveil de la société civile en Méditerranée Les contestations sociales en Égypte avant et après la Révolution du 25 janvier : réflexions sur l évolution de leurs formes et de leurs caractéristiques 96 Med.2012 Dossier Nadine Abdalla Chercheuse, Arab Forum for Alternatives Studies (AFA), Le Caire Doctorante, Institut d études politiques (IEP), Grenoble «La révolution égyptienne du 25 janvier», lancée sous le slogan «Pain, liberté et dignité humaine» (Eish, horeya, karama insaneya), s est produite dix ans seulement après deux grandes vagues de mouvements de contestation qui ont débouché sur une profonde transformation du paysage politique égyptien et sur l apparition de nouvelles pressions sociales. Ces cycles de contestations peuvent être divisés en deux grandes catégories. Le premier cycle, d ordre purement politique, a duré de 2004 à 2006, et est surtout incarné par la création du Mouvement égyptien pour le changement, plus connu sous le nom de «Kefaya» (Assez). Ce mouvement a donné lieu à plusieurs grandes vagues de manifestations de rues qui avaient pour slogan de ralliement : «La lel tamdid, la lel Thawris», ce qui signifie : «Non à la continuation [du règne de Moubarak] et Non à l héritage [de l autorité par son fils]». Malgré son apparence innovante et inspirante, ce mouvement était essentiellement élitiste, et il n a pas réussi à se constituer une base sociale importante. C est donc sans surprise qu on a assisté, entre 2005 et 2006, à l émergence d un deuxième cycle de contestations sur des thèmes sociaux qui ne concernaient que certaines professions et catégories de la société égyptienne, telles que les ouvriers, les fonctionnaires, les professeurs ou encore les chauffeurs routiers... Les manifestants ne faisaient qu exprimer des revendications quotidiennes d ordre strictement économique et financier (comme les demandes de primes et les revendications salariales), revendications qui revêtaient un caractère de plus en plus urgent en raison de la généralisation des politiques de libéralisation économique. Ce cycle de protestations avait d ailleurs vu le jour au sein de l entreprise «Mahalla for spinning and weaving», une compagnie textile située à El Mahalla El-Koubra, ville industrielle du nord du Caire. La compagnie avait été paralysée par une gigantesque grève qui avait duré trois jours et avait été suivie par travailleurs. Les bruyantes manifestations, ponctuées de chants, de tambours et de pancartes, témoignaient de la détermination des grévistes. Les travailleurs se rassemblaient en rugissant : «Deux mois, deux mois!» (par référence aux deux mois de salaire supplémentaire qui ne leur avaient pas été payés). Ces grèves furent suivies d autres mouvements de grève en 2007 et La mobilisation des salariés de la compagnie Mahalla a eu un effet «déclencheur», entraînant une augmentation spectaculaire du nombre de protestations sociales entre 2006 et Dans ce contexte, les protestations ont fait boule de neige, s étendant d une usine à l autre et d un atelier de tissage à l autre. Les manifestations se sont multipliées au point de constituer un phénomène quasiment général en Égypte. Ainsi, le nombre de mobilisations sociales est passé de 266 en 2006, à 614 en 2007, et à 630 en En 2009, l Égypte a connu pas moins de 609 manifestations. Après l explosion du soulèvement du 25 janvier, le nombre de mouvements sociaux n a pas baissé ; au contraire, il a connu une hausse sans précédent, avec parfois près de 200 manifestations dans une même journée. Entre le 12 et le 14 février (après la démission, le 11 février, du président Moubarak), on a dénombré pas moins de 40 à 60 manifestations par jour dans plusieurs régions du pays. Dans ce cadre, nous tenterons de répondre à la question suivante : Comment le changement du contexte politique, après le 25 janvier, a-t-il influencé les caractéristiques et la forme des protestations sociales en Égypte?

2 Afin de répondre à cette question, cet article est divisé en trois grandes parties : liées au contexte politique dans lequel elles sont apparues : Dans la première partie, nous nous intéresserons aux caractéristiques des mouvements de protestation sociale qui se sont produits au cours des cinq années ayant précédé la Révolution, et qui ont ensuite pris leurs distances par rapport à la fédération syndicale officielle, hostile aux protestations. Nous démontrerons que ces mouvements, en raison du contexte politique du moment, étaient essentiellement axés sur des revendications d ordre strictement économique. En effet, les manifestants, pour la plupart dépolitisés, avaient refusé d être associés à des forces politiques qui n avaient pas les mêmes objectifs qu eux. De plus, ils étaient extrêmement isolés les uns des autres. Nous prouverons que ces caractéristiques s inscrivaient en partie dans le cadre d une stratégie de survie face au régime de Moubarak. Dans la deuxième partie, nous analyserons la forme qu ont prise les protestations sociales durant les événements du 25 janvier, et notamment les développements qu elles ont connus depuis. Dans la troisième partie, nous nous attacherons à décrire l évolution des protestations sociales dans le contexte des bouleversements politiques qui ont secoué le pays après le 25 janvier. Nous montrerons, d une part, que les protestations sociales ne sont plus complètement isolées des forces politiques dont elles partagent l objectif principal, à savoir atteindre les buts de la révolution, et, d autre part, qu elles passent progressivement d une forme de «mouvements» à une structure plus «institutionnelle», par la création notamment de nouveaux syndicats indépendants de la fédération officielle. Ainsi, après avoir été isolées, les protestations sociales s efforcent aujourd hui de se regrouper au sein d une sorte de nouvelle fédération syndicale. 1. L émergence hors de tout cadre institutionnel (comme l organisation officielle des syndicats) Aucune des protestations sociales qui ont éclaté en 2005 et 2006 n a été orchestrée par des organisations syndicales. La Fédération générale des syndicats égyptiens (GFETU) la fédération syndicale officielle s est même livrée à des critiques virulentes contre les protestations sociales, prenant fait et cause pour le gouvernement. Cette position progouvernementale est devenue évidente pendant les négociations qui ont été menées avec les travailleurs de Mahalla, en septembre 2007, pour mettre fin à la grève. Le président de la GFETU faisait en effet partie de la délégation gouvernementale chargée de négocier sur les revendications des salariés. À cet égard, la réaction des syndicats a révélé le rôle de la fédération officielle, qui, au lieu de défendre les travailleurs, servait avant tout les intérêts du régime égyptien. 2. Le caractère apolitique des protestations sociales Les mouvements de protestations sociales portaient essentiellement sur des demandes sociales de nature microéconomique, qui se limitaient à la réclamation des salaires non perçus, à l amélioration des conditions de travail et à la mise en place d une assurance maladie digne de ce nom En d autres termes, les demandes portées par les mouvements de contestation ne revêtaient aucun caractère politique. Du reste, les grévistes n ont à aucun moment cherché à modifier l équation politique du pays : leur stratégie consistait simplement à faire pression sur le gouvernement pour obtenir gain de cause sur leurs revendications économiques, sans pour autant s opposer à la politique économique du régime. Ceci est dû à trois facteurs principaux : 97 Med.2012 Dossier Les protestations sociales avant le 25 janvier ( ) : la prédominance d une logique axée sur les catégories professionnelles / économiques? Les protestations sociales se sont distinguées par trois grandes caractéristiques qui sont directement a. La stratégie du régime de Moubarak : le régime de Moubarak avait établi une distinction très nette entre ce qui relevait de la sphère sociale et ce qui relevait de la sphère politique, car il estimait que toute confusion entre les deux constituait une ligne rouge à ne pas franchir. Les partis politiques avaient le droit d organiser des confé-

3 98 Med.2012 Dossier rences et des séminaires critiques du régime. Mais cette liberté, considérée par beaucoup comme un acquis, n était accordée qu au prix du refus total de construire une base sociale. Aussi les grévistes étaient-ils autorisés à dénoncer la violation de leurs droits économiques et à critiquer ouvertement les politiques du gouvernement lors des sit-in et des manifestations qu ils organisaient, mais, en échange, ils devaient s en tenir au strict cadre de leurs revendications sociales, sous peine de s exposer à la répression. Les protestations sociales ne s y sont pas trompées : si le régime pouvait tolérer leurs revendications économiques, il ne pouvait en revanche pas accepter que celles-ci se transforment en revendications politiques. Telles étaient les règles du jeu. Aucune des protestations sociales qui ont éclaté en 2005 et 2006 n a été orchestrée par des organisations syndicales b. L absence de lien entre les protestations «sociales» et les forces «politiques» : les mouvements de grève ont catégoriquement refusé d être rattachés à une quelconque force politique d opposition, rejetant toute tentative de politisation de leur démarche. À cet égard, il est intéressant de souligner que Kamal Abou-Eita, chef de file du mouvement du personnel de l organisme des impôts fonciers affilié au parti «El- Karama», a pris grand soin d éviter toute politisation du mouvement de «contestation sociale» qu il dirige. Son slogan : «Peu importe que Moubarak reste au pouvoir ou qu il démissionne. Ce qui compte pour nous, c est les augmentations de salaires», l a rendu célèbre. Comme nous l avons évoqué dans le premier point, le régime a réussi à imposer une sorte de dépolitisation forcée à ces mouvements. Toutefois, cette hypothèse ne suffit pas, en soi, pour faire une analyse complète de la situation. L absence d alliance entre les deux camps était également due à l absence même d opposition politique dans le pays : du fait de leurs propres insuffisances structurelles et de leurs comportements antidémocratiques, les partis politiques étaient faibles et incapables d établir des liens structurels. Dès lors, les mouvements de protestations sociales ont compris que toute alliance avec les partis politiques serait non seulement inutile, mais encore dangereuse, car le régime réagirait probablement par la répression. La grève du 6 avril 2008 est venue conforter cette thèse. Pour la première fois, de jeunes cyberactivistes égyptiens essayaient d appeler à une grève nationale par solidarité avec le mouvement de grève de Mahalla, exprimant leur indignation et leurs revendications économiques avec une exigence politique fondamentale : la fin de la répression autoritaire des groupes d opposition. Or, cette propagande a non seulement attiré l attention de l appareil sécuritaire de l État, qui a transformé la ville en une véritable caserne militaire, mais elle a également poussé le président de la GFETU à contraindre les leaders syndicaux à signer un document dans lequel ceux-ci s engageaient à dissoudre les grèves. Si le mouvement de grève, et les revendications économiques qu il portait, ont favorisé une sorte de mobilisation nationale, celle-ci n a fait qu étouffer les demandes sociales en les mettant au service d objectifs politiques très éloignés des revendications des grévistes. Le mouvement syndical a donc tout fait pour prendre ses distances avec les partis politiques, affirmant que les forces d opposition avaient tenté de détourner la grève à leur profit, en transformant un mouvement porté par des revendications économiques en une manifestation politique asservie aux intérêts des seuls groupes d opposition. c. Le style des leaders des protestations sociales : Ce régime politique a donné naissance à un type de leaders surnommé «leadership de services». Ces leaders tirent leur légitimité non pas de leur capacité à satisfaire les revendications des salariés sur le long terme, en poussant le régime à engager une révision structurelle de sa politique économique, mais de leur capacité à conclure des compromis permettant d offrir des gains rapides, quoique partiels, aux travailleurs, ainsi qu en attestent ces propos tenus par Sayed Habib, l un des leaders syndicaux de Mahalla : «Notre rôle est de donner satisfaction aux revendications économiques de nos collègues. Partant de ce constat, un bon leader est un leader qui leur apporte des gains concrets et rapides». Bien entendu, ce type de leaders savait parler à la fois le langage du pouvoir et le langage des travailleurs. Ils défendaient des gains

4 matériels rapides et concrets pour les salariés. Le régime, de son côté, n acceptait de céder sur les revendications économiques des syndicats que si celles-ci n impliquaient pas de révision structurelle de sa politique économique. Par conséquent, à l image des partis politiques, la plupart des leaders syndicaux semblaient être implicitement alliés au régime, dans le but de préserver le statu quo politique. 3. L absence de relations structurelles entre les mouvements de protestation sociale La plupart des mouvements apparaissaient comme des îlots isolés sans aucun lien structurel. Certes, en septembre 2007, un certain nombre de grèves ont été organisées par «solidarité» avec les travailleurs de Mahalla, notamment dans des entreprises textiles de Kafr El-Dawar et de Tanta (deux villes situées à proximité de Mahalla El-Kobra). Cependant, ces manifestations de solidarité n ont pas donné lieu à la formation d un mouvement social plus large, regroupant divers mouvements syndicaux et uni par des liens structurels. Depuis 2008, l augmentation du salaire national à livres égyptiennes constituait la revendication la plus importante pour la très grande majorité des travailleurs égyptiens. Même si les protestations sociales n ont pas pu infléchir la politique générale du gouvernement, elles ont créé une dynamique interne favorable au changement politique, ouvrant ainsi la voie à l apparition d un mouvement de masse Or, cette demande ne s est pas traduite par la construction de coalitions entre ces mouvements isolés, ce qui explique sans doute leur incapacité à contraindre le gouvernement à leur donner satisfaction sur ce point. C est une situation totalement différente, par exemple, de celle que connut la Pologne à la fin des années En effet, les liens structurels qui existaient entre les différents mouvements syndicaux polonais avaient permis la formation du fameux mouvement Solidarnosc (solidarité), qui fut le moteur du changement en Pologne. Enfin, il convient de mentionner que même si les protestations sociales n ont pas pu infléchir la politique générale du gouvernement, elles ont créé une dynamique interne favorable au changement politique, ouvrant ainsi la voie à l apparition d un mouvement de masse : (i) les protestations sociales ont permis l émergence d un nouveau groupe de leaders, plus crédibles et plus représentatifs des travailleurs, qui se sont substitués aux leaders traditionnels. Ces derniers ont totalement disparu après la Révolution du 25 janvier et la formation de nouveaux syndicats, indépendants de l organisation syndicale pro-gouvernementale ; (ii) les protestations sociales organisées dans les usines, mais aussi devant des organismes décideurs, tels que le Conseil des ministres, l Assemblée du peuple ou le Conseil de Choura, ont brisé un certain nombre de «tabous» sociaux ; (iii) elles ont renforcé la confiance dans la capacité des coalitions et des mouvements à faire pression sur le régime. Les mouvements de jeunes qui, forts de cette conviction, ont fait éclater la révolution du 25 janvier, l avaient parfaitement compris. L évolution de la révolution du 25 janvier et des protestations sociales En participant aux manifestations massives du 25 janvier, les protestations sociales ont fait un pas supplémentaire dans la direction d une plus grande ouverture. L évolution des protestations sociales, dans le cadre de cette dynamique de mouvements de masse, s articule autour de deux grandes phases. La première phase (du 25 janvier au 7 février) : la participation individuelle Le mouvement de masse du 25 janvier s est caractérisé, dès son apparition, par son côté populaire. En effet, toutes les catégories sociales y étaient représentées, y compris la classe ouvrière. Il ne fait aucun doute que la majorité des ouvriers ont participé aux manifestations à titre individuel, en tant que citoyens ordinaires, et non au nom d un quelconque mouvement de contestation sociale. Ainsi, manifestants, ouvriers et employés ont tous adopté le même slogan : «Le peuple veut la chute du régime!», rejetant toute autre revendication catégorielle (comme celles liées au paiement de primes et aux aides accordées à certains secteurs). Mais cette situation a connu une profonde évolution quand les travailleurs ont 99 Med.2012 Dossier

5 100 Med.2012 Dossier repris le travail, le 8 février, ce qui nous amène à la seconde phase. La seconde phase (du 7 au 11 février) : la désobéissance civile La seconde phase a débuté alors même que les choses semblaient revenir à la normale : les 7 et 8 février, les manifestations commençaient à s essouffler et les foules quittaient progressivement la place Tahrir du Caire. Or, au même moment, un grand nombre de travailleurs et d employés de différents secteurs ont repris la grève, déclarant qu ils ne reprendraient le travail qu après avoir obtenu satisfaction sur le rétablissement de leurs droits bafoués. Les grévistes ont organisé plusieurs manifestations dans tout le pays, entraînant la paralysie de l économie et des principaux services de l État, ce qui a débouché sur une situation de désobéissance civile. Face à la multiplication et à l ampleur géographique des manifestations, la classe politique a fait volteface, prenant fait et cause pour la révolution. D après le quotidien Al-Masry Al-Youm, le soulèvement populaire a commencé par une poignée de manifestations, le 7 février, dans plusieurs gouvernorats, suivies de 20 manifestations, le 8 février, dans 9 gouvernorats, de 35 manifestations, le 10 février, dans 14 gouvernorats, et de 65 manifestations, le 11 février, le jour du départ de Moubarak. Ce mouvement de contestation sociale a été suivi par des personnes issues de catégories diverses, des paysans aux petits employés en passant par les salariés d entreprises publiques et privées. Les revendications des manifestants portaient essentiellement sur l amélioration des conditions de vie, l augmentation des revenus et le paiement des salaires impayés, autant de revendications que les Égyptiens réclamaient, en vain, depuis Le climat révolutionnaire a incontestablement influencé les salariés qui ont participé, à titre «individuel», comme évoqué ci-dessus, à la dynamique de la révolution, comme en témoignent les slogans utilisés par les salariés de la compagnie de télécommunications égyptienne, véritable fer de lance de la vague de contestation sociale qui a traversé le pays à partir des 7 et 8 février. De fait, leurs slogans sont passés d une logique strictement économique, à une logique politique. Les grévistes ont commencé à brandir des slogans politiques similaires à ceux des manifestants de la place Tahrir, au premier rang desquels le fameux : «Le peuple veut la chute du régime!». Le 9 février, les conducteurs de transports en commun ont fait grève sur le même thème, diffusant une déclaration dans laquelle ils revendiquaient leur solidarité avec les révolutionnaires de la place Tahrir et exigeaient le départ de Moubarak. Le 11 février (jour de la démission de Moubarak), Le Caire et plusieurs autres gouvernorats ont été le théâtre d une nouvelle vague de manifestations. Des centaines de milliers de travailleurs égyptiens ont menacé de se joindre aux manifestants de «Tahrir», affirmant leur soutien total aux revendications révolutionnaires. On peut donc conclure de ce qui précède que l engagement des mouvements de contestation sociale dans la dynamique révolutionnaire a profondément transformé leurs revendications, jusque-là limitées au seul domaine économique, ce qui leur a permis d exercer une influence plus importante sur la scène politique. Il est toutefois indéniable que les revendications économiques de ces mouvements ont été le principal élément moteur de leur participation aux manifestations de masse égyptiennes. En effet, à travers ces demandes, ils exprimaient le besoin de «justice sociale», l une des revendications les plus importantes de la révolution. Les protestations sociales après la révolution du 25 janvier : vers un nouveau cadre d action? Un an après la révolution et la prise de fonctions, en février dernier, du Conseil suprême des forces armées (SCAF), celui-ci n a toujours pas articulé de vision ou de projet clair pour s attaquer à la dégradation de la situation économique des Égyptiens, et pour répondre aux revendications des travailleurs. Ainsi, le SCAF n a toujours pas mis en place le salaire minimum réclamé par les travailleurs depuis Au lieu de cela, c est la stratégie de l ancien régime qui s est imposée ; les demandes des travailleurs sont traitées comme une simple question de sécurité intérieure qu il convient de contrôler et de contenir, et non comme une revendication sociale dont la satisfaction passerait par la création d un nouveau contrat social garantissant des opportunités économiques et un niveau de vie acceptables pour tous. Ainsi, l adoption d une loi criminalisant la grève par le gouvernement de l ancien premier ministre, Essam Sharaf, afin d étouffer les mouvements de grèves qui avaient commencé à se propager dans le pays à la suite de la révolution, témoigne de

6 la continuité de la politique répressive du régime de Moubarak à l égard du mouvement syndical. Mais cette loi n a pas pour autant fait cesser les grèves ; la répression n est jamais une bonne réponse face à des revendications légitimes. C est la stratégie de l ancien régime qui s est imposée ; les demandes des travailleurs sont traitées comme une simple question de sécurité intérieure qu il convient de contrôler et de contenir, et non comme une revendication sociale dont la satisfaction passerait par la création d un nouveau contrat social Il est cependant important de souligner que les protestations sociales ont bénéficié d une évolution partielle de la scène politique. La liberté de réunion, acquise après le 25 janvier, a conduit les mouvements de contestation à évoluer vers une plus grande institutionnalisation et une plus grande coordination, mais aussi vers l établissement d un lien plus étroit avec les forces politiques, comme nous l avons évoqué ci-dessous. La formation de syndicats indépendants et la fédération syndicale Pourquoi des milliers de travailleurs ont-ils choisi, à partir de 2006, de s exprimer au travers de «mouvements» de contestation, en dehors de tout cadre «institutionnel»? Les travailleurs avaient l impression que l institution qui était censée défendre leurs intérêts sous le règne de Moubarak, la Fédération syndicale égyptienne (ETUF), contrôlée par l État, servait en réalité les intérêts du régime. C est pourquoi, après le 25 janvier, les leaders de la contestation sociale, qui bénéficiaient d une base sociale solide et d une bonne crédibilité auprès des électeurs de leur circonscription, ont pris conscience de la nécessité d institutionnaliser les revendications de leur mouvement. Pour cela, il fallait impérativement créer de nouveaux syndicats indépendants de la fédération officielle. Ainsi, dans tous les secteurs de l économie (paysans, salariés du secteur privé, conducteurs de transports en commun, employés ), de nouveaux syndicats sont apparus avec une vitesse foudroyante. De plus, si l idée de tisser des liens entre les mouvements de contestation sociale était absente sous l ancien régime, on assiste aujourd hui à la création d une multitude de réseaux entre les nouveaux syndicats. Dans ce contexte, les leaders syndicaux ont annoncé, en mars 2011, la constitution de la toute première fédération syndicale indépendante d Égypte : la fédération égyptienne des syndicats indépendants. L idée qui sous-tend cette démarche est de proposer une alternative indépendante à l ETUF, contrôlée par l État. La fédération représente actuellement plus de 112 nouveaux syndicats. Le Congrès syndical démocratique égyptien (EDLC), qui représente 246 nouveaux syndicats, a également vu le jour dans ce contexte. Cependant, malgré la formation d organismes réellement représentatifs des travailleurs, le projet de loi visant à légaliser les syndicats indépendants n a pas été approuvé par le SCAF et n a pas encore été adopté par le parlement (élu il y a deux mois). Ce projet de loi fondamental a été présenté au cabinet il y a presque huit mois, par le très respecté ministre de la main d œuvre, Ahmed El-Borei. Après examen, le bureau législatif du cabinet l a soumis au SCAF il y a quatre mois, mais la loi définitive n a toujours pas été promulguée. Ces actions visent manifestement à marginaliser le mouvement syndical, en l empêchant de s unifier dans le cadre d une fédération indépendante à même de représenter les salariés et de négocier en leur nom. C est une situation très dangereuse, car en période de transition vers la démocratie, il est indispensable d établir un nouveau contrat social qui soit acceptable à la fois par les salariés et par l État. À cet égard, il est intéressant de se pencher sur les exemples de l Espagne et du Portugal. Pendant la transition démocratique, ces pays ont connu des centaines de protestations sociales comme celles qui secouent l Égypte aujourd hui. Contrairement au Portugal, où les manifestations incessantes avaient eu un effet déstabilisateur sur le processus de transition, en Espagne le gouvernement avait réussi à asseoir sa légitimité en négociant un plan de gestion de l économie pendant la transition avec les acteurs sociaux et politiques du pays (partis, syndicats ). En accédant aux revendications des travailleurs dans le cadre de l accord consensuel conclu avec 101 Med.2012 Dossier

7 102 Med.2012 Dossier les partenaires sociaux (plus connu sous le nom de «Pacte de la Moncloa»), les dirigeants espagnols avaient réussi à garder la transition démocratique sur les rails. L adoption de la nouvelle loi sur les syndicats pourrait donc constituer la première étape vers la résolution de la crise des protestations sociales en Égypte. En effet, cette loi permettrait de légaliser et de donner corps à la représentation tant recherchée par les travailleurs. La deuxième étape consisterait à négocier un nouveau contrat social avec les syndicats, un nouveau pacte qui ouvre la voie à la justice sociale et donne satisfaction, ne serait-ce qu en partie, aux revendications des protestations sociales. Vers une nouvelle relation avec les forces politiques? L absence de coopération, voire la franche hostilité qui régnait entre les militants syndicaux et les forces politiques, a caractérisé l ère Moubarak. Le régime avait d ailleurs tout intérêt à perpétuer la séparation et la faiblesse de ces deux blocs d opposition. Mais cette situation est appelée à évoluer, car les protestations sociales et les forces politiques partagent désormais le même objectif : atteindre les «buts de la révolution», même si chaque camp perçoit les choses différemment. Cette nouvelle relation entre les syndicats et les forces politiques est apparue au grand jour lors de la commémoration, le 25 janvier 2012, de la Révolution égyptienne. La veille des célébrations, les mouvements syndicaux avaient répondu aux appels à manifester lancés par divers mouvements de jeunes et groupes révolutionnaires, dont la plupart réclamaient la fin du régime militaire et la réalisation des objectifs de la révolution. À cet égard, on notera que les militants syndicaux sont parmi les électeurs les plus mécontents de l Égypte actuelle. À ce jour, aucune de leurs principales revendications n a été satisfaite, à commencer par l adoption d une nouvelle loi sur le salaire minimum et la publication du projet de loi sur les syndicats, attendu depuis des mois. La fédération égyptienne des syndicats indépendants avait fait savoir que ses adhérents seraient nombreux à participer à ces manifestations de masse. Le Congrès syndical démocratique égyptien (EDLC) avait également annoncé sa participation dans une déclaration publiée sur sa page Facebook officielle : «Les travailleurs aux côtés des révolutionnaires poursuivent le combat de la révolution.» À en juger par cette nouvelle vague de mobilisations, il semblerait que l on assiste à une transformation sans précédent de la relation entre les protestations sociales et les forces politiques. Cette perception est confirmée par le refus catégorique opposé, depuis 2006, par les mouvements syndicaux à toute forme de coordination avec les forces politiques d opposition, résistant ainsi à la tentative de politisation des revendications des travailleurs. En effet, comme nous l avons mentionné précédemment, le gouvernement s était dit prêt à accéder aux revendications économiques des travailleurs, mais il a préféré recourir à la répression lorsqu il s est aperçu que les revendications syndicales risquaient de se muer en revendications politiques. Le refus des mouvements syndicaux de répondre aux appels à une grève nationale des forces politiques, le 6 avril 2008, a renforcé cet état de fait. L Égypte a absolument besoin d un nouveau contrat social qui protège à la fois les droits politiques des citoyens et les droits économiques des salariés. C est pourquoi, l adoption d une nouvelle loi sur les syndicats constitue aujourd hui une étape indispensable vers la mise en place d une démocratie représentative et vers une plus grande justice sociale Dans ce contexte, les appels à la «Grève générale» et à la désobéissance civile, lancés le 11 février 2012, pour célébrer la démission de Moubarak un an plus tôt et réclamer la fin du régime militaire, ont permis de clarifier les relations entre les forces politiques et les militants syndicaux, confirmant ainsi le lien de solidarité qui unit les deux camps. Ce nouveau cadre a également permis de poser le respect mutuel des intérêts de chaque partie comme garantie de la continuité de leur collaboration. Dans ce contexte, le Congrès syndical démocratique égyptien (EDLC) et la Fédération égyptienne des syndicats indépendants ont apporté un soutien symbolique aux appels de la jeunesse et des forces politiques à un mouvement de désobéissance civile national. Cependant, la majorité des syndicats re-

8 présentés par ces deux institutions (tels que le syndicat des percepteurs d impôts et le syndicat des métiers du tourisme, réunis au sein de la Fédération égyptienne des syndicats indépendants) ont refusé de se joindre à ces appels. Seuls les étudiants universitaires ont fait grève le 11 février La plupart des salariés se sont rendus à leur travail comme d habitude, estimant que la participation aux manifestations serait plus coûteuse que bénéfique. Comme lors de la grève du 6 avril 2008, le risque de répression de l armée était trop élevé par rapport aux avantages potentiels de la «désobéissance civile», laquelle semblait difficilement pouvoir rapporter des bénéfices immédiats et concrets aux travailleurs. De plus, certains secteurs de la société, comme les percepteurs d impôts, pensaient que le fait de participer à la campagne nuirait gravement à l économie égyptienne, et ils ne souhaitaient pas prendre un tel risque au vu des gains limités et des concessions de courte durée qu ils auraient pu tirer d une grève. Malgré des similitudes évidentes entre les deux grèves (celles du 6 avril 2008 et du 11 février 2012), on voit apparaître une différence très nette qui n existait pas sous l ère Moubarak, et qui définit le nouveau cadre des relations entre les forces politiques et les protestations sociales : la volonté des leaders syndicaux d apporter leur soutien aux revendications de groupes politiques et de reconnaître le fait qu ils partagent des objectifs communs. Si les travailleurs demeurent réticents à l idée d être utilisés à des fins politiques par les groupes révolutionnaires, ils n en sont pas moins de plus en plus sensibles à la cause révolutionnaire, et ils considèrent le statu quo démocratique actuel comme insoutenable sur le plan politique et économique. Conclusion L engagement des mouvements syndicaux, dans les derniers jours de la révolution, a joué un rôle déterminant dans la chute du régime de Moubarak. Mais, un an plus tard, le mouvement syndical, qui s était résolument engagé sur la voie d une plus grande institutionnalisation et d un rapprochement avec les forces politiques à la suite de la révolution du 25 janvier, est aujourd hui dans l impasse, faute d avoir pu obtenir satisfaction sur sa principale revendication de justice sociale. La poursuite de la politique économique de l ancien régime, au mépris des demandes de justice sociale, débouchera sans doute sur un regain de tension sociale, notamment si l on tient compte du fait que les islamistes et les forces de droite ont la majorité parlementaire, et que le gouvernement actuel n a pas de représentants syndicaux capables de défendre les intérêts des salariés par des moyens politiques et institutionnels. En l absence d un mécanisme clair permettant d influer sur les politiques publiques, les militants syndicaux, déçus par la tournure des événements, pourraient fort bien porter une nouvelle fois leurs revendications dans la rue. L Égypte a absolument besoin d un nouveau contrat social qui protège à la fois les droits politiques des citoyens et les droits économiques des salariés. C est pourquoi, l adoption d une nouvelle loi sur les syndicats constitue aujourd hui une étape indispensable vers la mise en place d une démocratie représentative et vers une plus grande justice sociale. À cet égard, il est urgent que les autorités engagent des négociations sur les revendications liées à la création et la légalisation de nouveaux syndicats. Le retard pris par les autorités dans ce domaine constitue non seulement une entrave à l établissement d un nouveau contrat social, mais augmente également la pression sur une économie égyptienne déjà fragilisée, mettant en péril le processus de transition dans son ensemble. 103 Med.2012 Dossier

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE

OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE REGARD D'UN CONSTITUANT SUR LA SITUATION EN TUNISIE Questions de BÉLIGH NABLI directeur de recherche à l IRIS, à SÉLIM BEN ABDESSELEM, Député à

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER

Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER Mieux comprendre le conflit sur la ligne A du RER La CGT a travaillé la construction d une plate-forme revendicative depuis plus de 10 mois dans un cadre unitaire autour de : l amélioration des conditions

Plus en détail

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Administration électronique : quelle gouvernance? M. Abdellatif MOUATADID Instance Centrale de Prévention de la Corruption «Simplification & Dématérialisation :

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989?

Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989? Conférence de la Chaire Géopolitique du 10 avril 2012 Le «printemps arabe» de 2011 est-il comparable à «l automne des peuples» européen de 1989? Jérôme Heurtaux La conférence de la Chaire Géopolitique

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND?

LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND? LE CHANGEMENT À L IRD C EST POUR QUAND? Déclaration liminaire du STREM Conseil d administration du 29 juin 2012 Nous avons, en tant qu administrateurs élus, représentants des personnels, à veiller à ce

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES SECTION DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES DE RECORDS MANAGEMENT ET D ARCHIVISTIQUE Questionnaire sur le Code de déontologie de l ICA : Résultats et recommandations Juin

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

Les forces politiques de gauche en Russie

Les forces politiques de gauche en Russie 191 Les forces politiques de gauche en Russie Aleksander Buzgalin Professeur à l Université de Moscou et coordinateur du mouvement «Alternatives» D epuis la campagne des élections législatives et présidentielle,

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr!

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr! S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris! Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Chapitre 5 Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Depuis l introduction de la télédiffusion des débats parlementaires, Internet est l innovation technologique

Plus en détail

Etude QUALITATIVE auprès des dirigeants

Etude QUALITATIVE auprès des dirigeants Etude QUALITATIVE auprès des dirigeants et QUANTITATIVE auprès des salariés La crise? Une opportunité et un rendez vous manqué! «AVANT»: DES ENTREPRISES DÉJÀ EN MOUVEMENT PERMANENT Mondialisation Financiarisation

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

J AI PERÇU DES REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS, comment les déclarer?

J AI PERÇU DES REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS, comment les déclarer? DIRECTION DES SERVICES FISCAUX IMPÔT SUR LE REVENU ANNÉE 2014 J AI PERÇU DES REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS, comment les déclarer? Pr vs aider à remplir votre déclaration, La cellule impôts service

Plus en détail

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie janvier 2004 Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie Cette première fiche a pour objet de montrer l ampleur des questions posées par l assurance maladie et d annoncer les objectifs

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

La vérité fait de nous des hommes libres

La vérité fait de nous des hommes libres Le Turbulent La vérité fait de nous des hommes libres Numéro Spécial consacré à l association du collectif pour un audit citoyen de la dette publique cac.dette09@laposte.net Date de parution et de mise

Plus en détail

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01

A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 GABON A. PROJECT IDENTIFICATION 1. TITRE REVISION ET SENSIBILISATION AU RESPECT DES CODES D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE 2. NUMÉRO IPDC/56 GAB/01 3. CATÉGORIE D INDICATEUR DE DEVELOPPEMENT DES MEDIAS Catégorie

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail

Procédures et lignes directrices en cas de cessation des activités d un programme

Procédures et lignes directrices en cas de cessation des activités d un programme ecap MC Education Completion Assurance Plan (régime d assurance pour l achèvement des études) SEAF Student Education Assurance Fund (fonds d assurance études pour les étudiants) Procédures et lignes directrices

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 La Vendée est un département où, nous dit-on, il fait bon vivre! Le SNUI syndicat national unifié des impôts membre de l Union

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail