Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas"

Transcription

1 Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas Pro-hormone de la calcitonine Elle est secrétée par de nombreuses cellules de l organisme (FOIE++) en réponse à une agression infectieuse (bactérienne en particulier) Elle s élève précocément (à la 3 ème heure)

2 Cinétique des marqueurs de l inflammation La PCT s élève la plus rapidement (3 à 12 H) après l agression infectieuse

3

4 Faux-positifs Polytraumatisé, grand-brulés, Nx-nés Post-opératoire immédiat Choc cardiogénique Cancer pulmonaire à petites cellules Cancer médullaire de la thyroide Paludisme Maladie auto-immune en poussée?

5 Values of PCT, CRP and IL6 at admission in 10 patients with inflammatory disease and body temperature > 38.5 C Diagnosis Age PCT CRP IL6 (y) (µg/l) (mg/l) (pg/ml) Juven Rheum arthr Juven Rheum arthr Juven Rheum arthr Juven Rheum arthr Crohn Sarcoidosis Metastatic neuroblastoma Kawasaki Kawasaki Kawasaki Gendrel et al,pidj 1999

6 Can procalcitonin measurement help in differentiating between Bacterial infection and other kinds of inflammatory process? Ann Rheum Dis 2003

7 Faux-négatifs Infections à germes intra-cellulaires Tuberculose Listeria

8 Cas clinique Homme de 55 ans Céphalées fébriles depuis plusieurs jours Examen sp CRP 35 mg/l PCT < 0,06 ng/ml à de multiples reprises PL + à Listeria monocytogenes PCT non contributive

9 Valeurs de référence (fabricant)

10 Indications pratiques validées Arrêt ou non prescription d ATB dans les infections respiratoires basses Diminution de la consommation d antibiotiques en réanimation Monitorage du traitement l infection: des valeurs qui restent élevées sont prédictives d échecs thérapeutiques

11 Débuter ou non une antibiothérapie pour une infection respiratoire basse

12 Guidelines on Antibiotic Use in Lower Respiratory Tract Infections:The ProHOSP Randomized Controlled Trial FREE Philipp Schuetz, MD; Mirjam Christ-Crain, JAMA nov 2009

13 Résultats

14 Conclusion Deux critères atteints: - pas d augmentation de la mortalité ou des rechutes (non-infériorité) - Diminution du nombre de jours d antibiothérapie (supériorité)

15 Use of procalcitonin to reduce patients' exposure to antibiotics in intensive care units (PRORATA trial): a multicentre randomised controlled trial (The Lancet, 2010) raccourcir les durées de traitement antibiotique (-2,7 jours) en service de réanimation Pas de différences de mortalité (non infériorité) à j30

16 Organigramme de monitorage proposé par le fabricant

17 Les applications du dosage de la PCT dans notre pratique

18 La PCT permet-elle de différencier une infection bactérienne d une infection virale?

19 Pneumonies bactériennes et virales chez les enfants aux urgences

20 Méningites bactérienne et virale (chez l enfant)

21 Arrêt antibiotiques si PCT< & 2001 : PCT 3 fois /semaine à St Vincent de Paul 2000 : 69 patients avec méningite virale, 26 traités Traitement antibiotique IV arrété : J1 : 10 pts, J 2 : 11 pts, J 3: 3 pts 2 autres otite associée traités 10 j Moyenne du trt antibiotique : 2,06 jours 2001 : 21 Meningites virales, 9 traités Moyenne de trt antibiotique 1.7 j Groupe contrôle : pas de PCT en routine 41 meningites virales, 19 traités Moyenne du trt antibiotique : 4.8 jours Clin Inf Dis 1997, Arch Ped 2002

22 CLINIQUE Femme de 23 ans Myalgie, rhinorrhée, fièvre depuis 7j fièvre depuis 24h avec purpura voile du palais (1 élément unique <3mm et non évolutive) Adressée après 2gr de ceftriaxone IM par son médecin traitant BIOLOGIE INITIALE GB 6300/mm 3 CRP 83 mg/l LCR 8 GB/mm 3 Glu N Prot N ED-

23 PCT 2,34 ng/ml LCR + méningocoque à 12h Méningococcémie PCT = élément déterminant du diagnostic initial Diagnostic microbiologique retardé

24

25 Conclusion Intérêt dans la distinction entre infection virale et bactérienne (surtout méningite et infections respiratoires basses) Arrêt ou non prescription d une antibiothérapie Marqueur plus précoce que la CRP mais pas meilleure dans le suivi de traitement

Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine?

Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine? Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine? Débat Pro-Con Yann-Erick Claessens Service d Urgences Adultes et Equipe Immunité Innée Hôpital Cochin, APHP, Université Paris Descartes, Inserm

Plus en détail

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation Dr E r i c C O P P A R D PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation EPU Rillieux du Petite synthèse personnelle de données existantes dans la littérature 20 Juin 2006 Qu est est-ce que la Procalcitonine?

Plus en détail

Guide d utilisation de la procalcitonine

Guide d utilisation de la procalcitonine Guide d utilisation de la procalcitonine bit.ly/procalcitonine Jeannot Dumaresq, microbiologiste-infectiologue CISSS de Chaudière-Appalaches 21 mars 2016 Généralités sur la procalcitonine (PCT) Prohormone

Plus en détail

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Dr Carine BROCARD Biologiste médical Laboratoire BIOCEANE LE HAVRE Journée des référents anti-infectieux 23 juin 2016 Rouen

Plus en détail

PERTINENCE DU DOSAGE DE LA PROCALCITONINE *

PERTINENCE DU DOSAGE DE LA PROCALCITONINE * PERTINENCE DU DOSAGE DE LA PROCALCITONINE * DR LAURENT HOCQUELOUX SMIT, CHR D ORLÉANS LA SOURCE * Sous-titre : la PCT est-elle plus pertinente que la CRP pour établir le diagnostic d une infection bactérienne?

Plus en détail

Biochimie et endocardites Avantages/limites des biomarqueurs. Evelyne Peuchant Laboratoire de Biologie Hôpital Saint-André CHU de Bordeaux

Biochimie et endocardites Avantages/limites des biomarqueurs. Evelyne Peuchant Laboratoire de Biologie Hôpital Saint-André CHU de Bordeaux Biochimie et endocardites Avantages/limites des biomarqueurs Evelyne Peuchant Laboratoire de Biologie Hôpital Saint-André CHU de Bordeaux Problématique du diagnostic de l endocardite Diagnostic de certitude

Plus en détail

Place de la PCT dans la Prescription ATB chez l Enfant. Pr Christèle GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences Pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES

Place de la PCT dans la Prescription ATB chez l Enfant. Pr Christèle GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences Pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES Place de la PCT dans la Prescription ATB chez l Enfant Pr Christèle GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences Pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES Prédire l infection bactérienne chez l enfant: un défi

Plus en détail

Comment distinguer les méningites virales et bactériennes de l enfant aux urgences

Comment distinguer les méningites virales et bactériennes de l enfant aux urgences Comment distinguer les méningites virales et bactériennes de l enfant aux urgences F. Dubos 1,2,3, M Chalumeau 2,3, D. Gendrel 2 1- Service des urgences pédiatriques et maladies infectieuses, Pôle de l

Plus en détail

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Pr Pierre Hausfater SAU Pitié-Salpêtrière et UPMC Univ-Paris06, Paris U Le diagnostic positif

Plus en détail

Risque infectieux néonatal

Risque infectieux néonatal PCT au SANG du CORDON Risque infectieux néonatal 08/10/2014 Dr Catherine BATTIE Dr Hocine BOUAMARI HFME 1 MARQUEURS INFLAMMATOIRES APRES INJECTION D UNE TOXINE BACTERIENNE modified from Dandona & Bohuon,

Plus en détail

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine générale Nicolas GROFFAL 19 avril 2012 INTRODUCTION(1) CRP

Plus en détail

Méningites. Dr Rafik Terki Hassaïne Dr F. Tahrour, Dr A. Laredj, Dr F. Soltani, Dr N. Alla Et tous les Résidents EHS pédiatrique Canastel

Méningites. Dr Rafik Terki Hassaïne Dr F. Tahrour, Dr A. Laredj, Dr F. Soltani, Dr N. Alla Et tous les Résidents EHS pédiatrique Canastel Méningites Dr Rafik Terki Hassaïne Dr F. Tahrour, Dr A. Laredj, Dr F. Soltani, Dr N. Alla Et tous les Résidents EHS pédiatrique Canastel Année Nombre d hospitalisations 2010 1001 2011 1077 Nombre de méningites

Plus en détail

QUELLE UTILISATION DE LA PCT EN PÉDIATRIE? Pr C GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES

QUELLE UTILISATION DE LA PCT EN PÉDIATRIE? Pr C GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES QUELLE UTILISATION DE LA PCT EN PÉDIATRIE? Pr C GRAS-LE GUEN Réanimation et Urgences pédiatriques Hôpital Mère Enfant CHU NANTES 2 Fièvre de l enfant: la problématique pédiatrique 1er motif de consultation

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES (Diagnostic de PAC) Hôpital Tenon - Paris

DIAGNOSTIC DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES (Diagnostic de PAC) Hôpital Tenon - Paris DIAGNOSTIC DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES (Diagnostic de PAC) MAYAUD. C Hôpital Tenon - Paris 1 Enjeux du diagnostic d une infection respiratoire basse communautaire Attitude Risque Abstention d antibiothérapie

Plus en détail

Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique seminaires iris

Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique seminaires iris Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique 2013 2014 Introduction Le développement d un sepsis suite à une chirurgie abdominale, même programmée, est grevé d une mortalité importante

Plus en détail

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas Laurence Palpacuer-Dillenseger Service de Pédiatrie 2-CHU de Hautepierre GENE 9 JUIN 2016 BRAYAN, né le 11/01/16 BRAYAN, né le 11/01/16 Antécédent : Mère née en

Plus en détail

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014

Méningites bactériennes. Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Méningites bactériennes Dr Grimaldi PH Réanimation Centre Hospitalier Versaille DU Prise en charge des urgences médico-chirurgicales Décembre 2014 Introduction Pathologie grave mais rare But : ne pas manquer

Plus en détail

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires Les maladies autoinflammatoires : le point de vue du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires de l enfant Adam, 2 ans 1/2 Consultation en octobre 2010

Plus en détail

Intérêt de l utilisation des biomarqueurs infectieux en réanimation

Intérêt de l utilisation des biomarqueurs infectieux en réanimation Intérêt de l utilisation des biomarqueurs infectieux en réanimation Charles-Edouard Luyt Service de Réanimation Institut de Cardiologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Université Pierre et Marie Curie,

Plus en détail

Antibiothérapie des pneumopathies nosocomiales. Dr A. Meybeck Service de maladies infectieuses CH Tourcoing

Antibiothérapie des pneumopathies nosocomiales. Dr A. Meybeck Service de maladies infectieuses CH Tourcoing Antibiothérapie des pneumopathies nosocomiales Dr A. Meybeck Service de maladies infectieuses CH Tourcoing Définitions Quand traiter : Diagnostic (clinique, radiologique, microbiologique) Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Infovac-France. 19e. ACTIV GPIP AFPA Médecine & Enfance. Journée. de pathologie. Alain Martinot Robert Cohen

Infovac-France. 19e. ACTIV GPIP AFPA Médecine & Enfance. Journée. de pathologie. Alain Martinot Robert Cohen Infovac-France 19e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire ACTIV GPIP AFPA Médecine & Enfance Alain Martinot Robert Cohen Arthur 5 ans, sans antécédent, à jour de tous ses vaccins y compris

Plus en détail

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention Olivier LEROY Maladies Infectieuses Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur,

Plus en détail

Peut -on prédire les infections bactériennes chez le nourrisson fébrile âgé de moins de 3 mois?

Peut -on prédire les infections bactériennes chez le nourrisson fébrile âgé de moins de 3 mois? Peut -on prédire les infections bactériennes chez le nourrisson fébrile âgé de moins de 3 mois? Karen Milcent S. Faesch, C. Gras le Guen, F. Dubos, V. Gajdos, Pronour Pédiatrie Générale-CHU Antoine Béclère,

Plus en détail

Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble

Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble Infections nosocomiales à Bacillus T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble Cas Clinique Jade R. J6: syndrome apnéique Bilan infectieux et Antibiothérapie probabiliste J10: Résultats du bilan

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM)

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Introduction La plus fréquente des IN en réanimation 50 % des IN en réanimation 8 à 28 % des patients de réanimation intubés La plus grave des IN Mortalité

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES N de version: 01 Date d'application: Mars 2010 Réf.: CMUB-004 Pagination : 1 de 5 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 004 Rédacteurs Dr Minerva FADDOUL, Dr Emmanuel VIGREUX Date Mars

Plus en détail

Quelle place pour la procalcitonine dans l occlusion grêlique? C. Cossé; J.M. Regimbeau

Quelle place pour la procalcitonine dans l occlusion grêlique? C. Cossé; J.M. Regimbeau Quelle place pour la procalcitonine dans l occlusion grêlique? C. Cossé; J.M. Regimbeau Service de chirurgie digestive et oncologique CHU Amiens Picardie Sardaigne, le 9 septembre 2015 Plan Qu est ce que

Plus en détail

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 INTRODUCTION CONSENSUS Méthode de consultation et de débat ayant pour finalité d aider à la prise de décision S inscrit dans une volonté d améliorer les pratiques

Plus en détail

Utilisation des biomarqueurs pour une meilleure orientation des patients au SAU Rôle de la PCT chez l insuffisant cardiaque

Utilisation des biomarqueurs pour une meilleure orientation des patients au SAU Rôle de la PCT chez l insuffisant cardiaque Utilisation des biomarqueurs pour une meilleure orientation des patients au SAU Rôle de la PCT chez l insuffisant cardiaque Pr Christophe Meune Service de Cardiologie- CHU Avicenne PCT et recommandations.

Plus en détail

LES MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L INFLAMMATION

LES MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L INFLAMMATION Page 1 de 5 LES MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L INFLAMMATION VITESSE DE SÉDIMENTATION - VS (TARIF : 2.65 1) ) La VS des érythrocytes est la chute libre des éléments sanguins d une colonne de sang rendu incoagulable.

Plus en détail

Méningites nosocomiales. Bruno Fantin Service de médecine interne Beaujon

Méningites nosocomiales. Bruno Fantin Service de médecine interne Beaujon Méningites nosocomiales Bruno Fantin Service de médecine interne Beaujon 2010 2017 Méningites nosocomiales Méningites hématogènes nosocomiales Méningites nosocomiales Méningites bactériennes documentées

Plus en détail

Pour ou Contre la Procalcitonine intégrée au raisonnement médical dans la prise en charge aux urgences des patients infectés?

Pour ou Contre la Procalcitonine intégrée au raisonnement médical dans la prise en charge aux urgences des patients infectés? Pour ou Contre la Procalcitonine intégrée au raisonnement médical dans la prise en charge aux urgences des patients infectés? Prof. Yann-Erick Claessens Département de Médecine d Urgence Centre Hospitalier

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Les marqueurs du sepsis: quelle utilité?

Les marqueurs du sepsis: quelle utilité? Journée de Printemps 31 Mai, 1 er Juin 2013 Les marqueurs du sepsis: quelle utilité? Dr Ben Ghezala Hassen Dr Bousselmi Kamel Urgences-Réanimation H.R.Zaghouan Le bien fondé des marqueurs? Traitement précoce

Plus en détail

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse

Un Hollandais mordu d Alsace. Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse Un Hollandais mordu d Alsace Joy Mootien & Victor Balvay Réanimation médicale de Mulhouse S.H 64 ans Marié, 3 enfants Ancien chef d entreprise Splénectomie, vagotomie Pas de traitement Pas d autres voyages

Plus en détail

Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser?

Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser? Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser? Dr SERONDE MF CHU Besançon Quel score utiliser? Intérêt d un score de risque De quel risque parlons nous: Risque de mortalité en intra-hospitalier,

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique.

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique. Absence d anticorps d anti HéparineH parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite par l héparine l chez le patient septique. Docteur Cécile Chopard Anesthésiste CHI Eure-Seine Evreux 31 Mai

Plus en détail

Expérience d une équipe mobile. P Pavese CHU de Grenoble Novembre 2015

Expérience d une équipe mobile. P Pavese CHU de Grenoble Novembre 2015 Expérience d une équipe mobile d infectiologie P Pavese CHU de Grenoble Novembre 2015 Bon usage des antibiotiques : Les outils pour lutter Le conseil antibiotique Référent antibiotique Procédures de soin

Plus en détail

Ce qui ne les tue pas les rend plus fortes.

Ce qui ne les tue pas les rend plus fortes. Ce qui ne les tue pas les rend plus fortes. La mauvaise utilisation des antibiotiques a engendré une crise sanitaire majeure au niveau mondial. L initiative Test Target Treat d Alere donne aux professionnels

Plus en détail

Comment prévenir la résistance aux antibiotiques?

Comment prévenir la résistance aux antibiotiques? Colloque inter-académique : «Résistance aux antibiotiques, une impasse thérapeutique» Paris, 21 novembre 2012 Comment prévenir la résistance aux antibiotiques? Benoît SCHLEMMER Hôpital Saint-Louis et Université

Plus en détail

Méningites et. ECN n n 96. Albert Sotto février 2010

Méningites et. ECN n n 96. Albert Sotto février 2010 Méningites et méningo-encéphalites de l adulte l ECN n n 96 Albert Sotto février 2010 Référentiels Pilly,, POPI Conférence de consensus 2008 Circulaire DGS/5C/2006/458 Méningites La méningite m infectieuse

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 ROCEPHINE 1 g/3,5 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM, SC) B/1 flacon de poudre de 1 g + 1 ampoule de solvant de 3,5 ml (CIP : 326 752-5)

Plus en détail

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois GENERALITES Pneumopathie de réanimation : Communautaire Nosocomiales

Plus en détail

Procalcitonin reveals early dehiscence in colorectal surgery The predics study

Procalcitonin reveals early dehiscence in colorectal surgery The predics study Procalcitonin reveals early dehiscence in colorectal surgery The predics study Valentina Giaccaglia, MD, Pier Federico Salvi, MD, PhD, Maria Serena Antonelli, MD, Giuseppe Nigri, MD, PhD, FACS, FASCRS,

Plus en détail

Ciné%que IDM les techniques ultra- 08 novembre 2012 Villedieu- sur- Indre La Gourmandine Jean- François JAMET

Ciné%que IDM les techniques ultra- 08 novembre 2012 Villedieu- sur- Indre La Gourmandine Jean- François JAMET Ciné%que IDM les techniques ultra- sensibles @FMC36 08 novembre 2012 Villedieu- sur- Indre La Gourmandine Jean- François JAMET PRESCRIPTION D ANALYSES DE BIOLOGIE «ULTRA SENSIBLE (US)» à On connaît déjà

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques

Le bon usage des antibiotiques Le bon usage des antibiotiques Docteur Philippe Arsac Médecine interne CHR, Orléans @fmc36 Villedieu-sur-Indre 19/04/2012 Le bon usage des antibiotiques Les antibiotiques ne sont pas des médicaments comme

Plus en détail

INFECTIONS BACTERIENNES PRECOCES. à la maternité. Gen/p titmip 11/04/2013

INFECTIONS BACTERIENNES PRECOCES. à la maternité. Gen/p titmip 11/04/2013 INFECTIONS BACTERIENNES PRECOCES à la maternité Gen/p titmip 11/04/2013 DEFINITIONS Infection précoce: 72 premières heures de vie Infection certaine: un germe, dans au moins un site normalement stérile

Plus en détail

ABORD DIAGNOSTIQUE ET CONDUITE A TENIR. Professeur Ch. RABAUD Lundi 26 Février 2007

ABORD DIAGNOSTIQUE ET CONDUITE A TENIR. Professeur Ch. RABAUD Lundi 26 Février 2007 ABORD DIAGNOSTIQUE ET CONDUITE A TENIR Professeur Ch. RABAUD Lundi 26 Février 2007 Définition Hyperthermie pathologique due au dérèglement du centre hypothalamique régulateur de la température, sous l

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication Antibiothérapie des Pneumonies et des Pleuro-pneumopathies Uniformisons Robert COHEN notre communication CHI Créteil GRC Gemini Université Paris XII GPIP InfoVac ACTIV Etiologies des pneumonies de l enfant

Plus en détail

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca Démarche diagnostique devant un enfant présentant une Fièvre Aiguë Isolée A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca SOMIPEV Marrakech 2013 Recettes en médecine

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires

Pneumonies aigues communautaires Groupe Hospitalier Henri Mondor Services des urgences Pneumonies aigues communautaires DESC MU, Urgences Infectieuses Dr Alice HUTIN, CCA SAU Henri Mondor, Créteil Epidémiologie Pathologie fréquente Pathologie

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers

DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers =artérite à cellule géante ou artérite temporale Prédominance féminine Moyenne de survenue entre 70 et 75 ans Céphalées unilatérale, temporale, d apparition

Plus en détail

Etude des patients adultes hospitalisés pour suspicion de grippe A(H1N1)v au CHRU de Lille pendant la pandémie 2009

Etude des patients adultes hospitalisés pour suspicion de grippe A(H1N1)v au CHRU de Lille pendant la pandémie 2009 Etude des patients adultes hospitalisés pour suspicion de grippe A(H1N1)v au CHRU de Lille pendant la pandémie 2009 Marie Charlotte Chopin CHRU de Lille Introduction Naissance, vie et fin d une pandémie

Plus en détail

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce Dr Lafaye Fanny (PH LISP Oncologie médicale) CHU Dr Emmanuel de Larivière (médecin responsable du pôle palliatif)

Plus en détail

BPCO traitements médicamenteux des décompensations

BPCO traitements médicamenteux des décompensations AER Lyon 2013 BPCO traitements médicamenteux des décompensations Pr A Demoule Service de Pneumologie et Réanimation médicale Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris principe de compensation de charges

Plus en détail

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002)

INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INFECTION MATERNO-FŒTALE BACTERIENNE EXTRAIT DES TEXTES HA (2002) INTRODUCTION Incidence des sepsis 1 à 4 / naissances vivantes Incidence des infections probables 3 à 8 / naissances Mortalité 10% Séquelles

Plus en détail

L infection bactérienne précoce du nouveau-né

L infection bactérienne précoce du nouveau-né L infection bactérienne précoce du nouveau-né Definition L infection bactérienne précoce du nouveau-né = - infection par une bactérie pathogène - transmission materno-fœtale - révélation au cours des 1

Plus en détail

Pourquoi et Comment réduire la durée du traitement antibiotique dans les PAC documentées? J-P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot

Pourquoi et Comment réduire la durée du traitement antibiotique dans les PAC documentées? J-P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Pourquoi et Comment réduire la durée du traitement antibiotique dans les PAC documentées? J-P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot DES Pneumologie, décembre 2013 PACs graves : un défi! [Crit Care 2008;12(Suppl

Plus en détail

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Mohammed BOUSKRAOUI CHU Mohammed VI Marrakech bouskraoui@yahoo.fr A. 6 mois Fièvre à 38.5 C, tousse Pas de détresse respiratoire, bruits

Plus en détail

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil

Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil Comment reconnaitre une spondylarthrite? Pr P. Claudepierre Service de Rhumatologie Hôpital Henri Mondor - Créteil SPONDYLARTHROPATHIES Définition Les Spondylarthrites spondylarthrite ankylosante rhumatisme

Plus en détail

HCL, Hôpital de la Croix-Rousse, Unité d hygiène et d épidémiologie b

HCL, Hôpital de la Croix-Rousse, Unité d hygiène et d épidémiologie b Étude de faisabilité du repérage automatisé des patients à risque épidémique gastro-intestinal à partir des données du dossier médical informatisé des urgences S. Gerbier a,b, V. Smaldore c, V. Pagliaroli

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION ALOPH VALERIE (Bordeaux ) DESC REANIMATION TOULOUSE INTRODUCTION SYNDROME DE DETRESSE RESPIRATOIRE AIGUE ( SDRA) d éd étiologies

Plus en détail

Etats septiques néonataux Et risques infectieux

Etats septiques néonataux Et risques infectieux Etats septiques néonataux Et risques infectieux G. Putet Discussions à partir des textes ANAES DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT CURATIF DE L'INFECTION BACTERIENNE PRECOCEDU NOUVEAU-NE. NE. www.anaes.fr Infection

Plus en détail

Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation

Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation Place des corticoïdes dans les syndromes septiques au SMUR, aux Urgences et en Réanimation Dr Jean-Etienne Herbrecht Réanimation médicale - Hautepierre 18 ème Rendez-vous de l urgence 27 janvier 2010 Syndromes

Plus en détail

CONTEXTE PAVM. Infection nosocomiale la plus fréquente en réanimation Augmentation durée VM Augmentation durée séjour Augmentation mortalité

CONTEXTE PAVM. Infection nosocomiale la plus fréquente en réanimation Augmentation durée VM Augmentation durée séjour Augmentation mortalité Evaluation de la détermination dès la 10ème heure des CMI bactériennes par E-Test réalisées sur liquide bronchoalvéolaire de patients suspects de pneumopathies acquises sous ventilation mécanique. ROMEN

Plus en détail

TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES. (Hors Antibiothérapie)

TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES. (Hors Antibiothérapie) TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES (Hors Antibiothérapie) Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Limoges Septembre 2009 CORTICOTHERAPIE Rationnel Avantages: Réduction de l inflammation des espaces

Plus en détail

Mortalité Périnatale

Mortalité Périnatale Mortalité Périnatale Prof.Asso.Dr.Douangdao SOUKALOUN, M.D.,Ph.D. Chef de service de Pediatrie, Hopital Mahosot 1 Mort périnatale: Mortalité Périnatale Définition Age gestationnel > 28 semaines ou Poids

Plus en détail

Sinusites sévères à l adolescence

Sinusites sévères à l adolescence Sinusites sévères à l adolescence Catherine Weil-Olivier Université Paris VII JNI Bordeaux 2006 Des recommandations disponibles Savoir penser sinusite bactérienne «Devant un tableau clinique de rhinopharyngite,

Plus en détail

NT-proBNP et choc septique en onco-hématologie. Djamel Mokart, DAR, IPC Marseille

NT-proBNP et choc septique en onco-hématologie. Djamel Mokart, DAR, IPC Marseille NT-proBNP et choc septique en onco-hématologie Djamel Mokart, DAR, IPC Marseille Dysfonction myocardique et sepsis 50% des patients en choc septique Rôle des médiateurs de l inflammation Diminution des

Plus en détail

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous?

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? LO PRESTI Coralie 1, BLAISE Agathe 2, MAESTRACCI Michèle 1, LARUE Michèle 1. 1 Service Pharmacie, CH Salon de Provence 2 Pneumologie

Plus en détail

Qui et comment explorer?

Qui et comment explorer? Dyskinésies ciliaires: Qui et comment explorer en pneumologie pédiatrique? TAMALET Aline Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares Trousseau Qui et comment explorer? depuis 1985 mucoviscidose

Plus en détail

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN Jacques Cosnes hopital St-Antoine & Université Paris VI 2015 Tabac & Crohn 1 Tabac, M de Crohn et qualité de vie - Rappel sur la M de Crohn - Effet

Plus en détail

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse Les principes du bon usage des antibiotiques Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse ARLIN 10/05/2016 Antibiotiques: la crise après l âge d or ATB globalement

Plus en détail

D-Dimères. -Dosage qui existe depuis plus de 20 ans cela permet un certain recul. -Beaucoup d études actuelles mais peu d avancées concrètes.

D-Dimères. -Dosage qui existe depuis plus de 20 ans cela permet un certain recul. -Beaucoup d études actuelles mais peu d avancées concrètes. D-Dimères -Dosage qui existe depuis plus de 20 ans cela permet un certain recul. -Beaucoup d études actuelles mais peu d avancées concrètes. Rappel sur les D-Dimères Ils résultent de la formation puis

Plus en détail

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE - 1 - APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE A. Cardio-vasculaire 1. Toute douleur thoracique doit faire pratiquer un électrocardiogramme. 2. Toute douleur épigastrique doit faire pratiquer un électrocardiogramme.

Plus en détail

péritonites Virginie Morando DESC Réanimation médicale Sept 2008

péritonites Virginie Morando DESC Réanimation médicale Sept 2008 Antibiothérapie des péritonites Virginie Morando DESC Réanimation médicale Sept 2008 Péritonites communautaires C. Consensus SFAR 2000 - PEC péritonites communautaires C. Consensus SFAR 2000 PEC péritonites

Plus en détail

Alain Martinot Robert Cohen

Alain Martinot Robert Cohen 1 Probabilité Pré-test, rapport de vraisemblance, règle de décision clinique je n y comprends toujours rien on va réessayer de vous expliquer à propos des pneumopathies Alain Martinot Robert Cohen 2 Combien

Plus en détail

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing.

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. 59200 Introduction Aux USA, chaque année, sont implantés 700 «cœurs artificiels»

Plus en détail

Intérêt du dosage des lactates comme outil de triage. Hervé Corraze Pôle Urgences-SAMU 06 CHU de Nice

Intérêt du dosage des lactates comme outil de triage. Hervé Corraze Pôle Urgences-SAMU 06 CHU de Nice Intérêt du dosage des lactates comme outil de triage Hervé Corraze Pôle Urgences-SAMU 06 CHU de Nice Intérêt du dosage du lactate comme outil de triage Hervé Corraze Pôle Urgences-SAMU 06 CHU de Nice Le

Plus en détail

Allergies aux pénicillines chez l enfantl. enfant. JC Caubet Immuno-allergologie pédiatrique CHUV

Allergies aux pénicillines chez l enfantl. enfant. JC Caubet Immuno-allergologie pédiatrique CHUV Allergies aux pénicillines p chez l enfantl enfant JC Caubet Immuno-allergologie pédiatrique CHUV 12.02.2009 Monica, 2006 Fillette de 2 ans, BSH Le 2.01.2008: antibiothérapie par amoxicilline pour OMA

Plus en détail

Vers une (NOUVELLE) CLASSIFICATION des INFECTIONS de MATERIEL de STIMULATION CARDIAQUE

Vers une (NOUVELLE) CLASSIFICATION des INFECTIONS de MATERIEL de STIMULATION CARDIAQUE Vers une (NOUVELLE) CLASSIFICATION des INFECTIONS de MATERIEL de STIMULATION CARDIAQUE Emilie JAN 20 mai 2010 POURQUOI? Diagnostic différentiel = IMS locales / endocardites sur sonde Mortalité : 5% IMS

Plus en détail

Recommandations sur l utilisation l nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de plus de trois mois

Recommandations sur l utilisation l nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de plus de trois mois Recommandations sur l utilisation l des nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de l enfant l de plus de trois mois Groupe de travail SP2A-GRAPP 2012 Dr Plouessel,

Plus en détail

Etude du délai diagnostique et de ses déterminants au cours de la tuberculosemaladie

Etude du délai diagnostique et de ses déterminants au cours de la tuberculosemaladie Etude du délai diagnostique et de ses déterminants au cours de la tuberculosemaladie en France Pierre Tattevin, Didier Che, Philippe Fraisse, Caroline Gatey, Catherine Guichard, Delphine Antoine, Marie-Claire

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

LES MENINGITES PURULENTES DE L'ENFANT (M.P)

LES MENINGITES PURULENTES DE L'ENFANT (M.P) LES MENINGITES PURULENTES DE L'ENFANT (M.P) L.EL HARIM-ROUDIES - A.EL MALKI TAZI-Hôpital d Enfants DEFINITION : Infection des méninges et du LCR par des bactéries. Fréquentes et graves par leurs complications

Plus en détail

Virus respiratoires Comment distinguer infection et colonisation. GrrrOH 11 avril 2013

Virus respiratoires Comment distinguer infection et colonisation. GrrrOH 11 avril 2013 Virus respiratoires Comment distinguer infection et colonisation GrrrOH 11 avril 2013 Colonisation à virus respiratoires?? Arbre respiratoire = Exposition aux particules aériennes, alimentation, eau Inorganiques,

Plus en détail

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing INFECTIONS ORL FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing Conflits d intérêts Laboratoires Novartis : support congrès Laboratoires

Plus en détail

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Pauline Floch AHU Laboratoire de Bactériologie GHS Pr F. Mégraud CHU de Bordeaux 5 ème journée d Infectiologie en Aquitaine 6 ème journée Régionale

Plus en détail

BRONCHIOLITE GRAVE. CHANGEMENTS DE L ÉPIDÉMIOLOGIE ET DU SUPPORT VENTILATOIRE ENTRE 2 SAISONS

BRONCHIOLITE GRAVE. CHANGEMENTS DE L ÉPIDÉMIOLOGIE ET DU SUPPORT VENTILATOIRE ENTRE 2 SAISONS BRONCHIOLITE GRAVE. CHANGEMENTS DE L ÉPIDÉMIOLOGIE ET DU SUPPORT VENTILATOIRE ENTRE 2 SAISONS A. Bouziri, A. Borgi, N. Ghali, S. Bel Hadj, A. Hamdi, A. Khaldi, K. Menif, N. Ben Jaballah Service de Réanimation

Plus en détail

Du VIH aux autres maladies infectieuses. Pr Serge Paul Eholié Service des Maladies Infectieuses et Tropicales

Du VIH aux autres maladies infectieuses. Pr Serge Paul Eholié Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Du VIH aux autres maladies infectieuses Pr Serge Paul Eholié Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Pac ci/site ANRS de Côte d Ivoire Maladies infectieuses les plus meurtrières (90% des décès)

Plus en détail

COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR)

COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR) COMMENT NE PAS PRESCRIRE D ANTIOBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES PRESUMEES VIRALES? (LES ENSEIGNEMENTS DE PAAIR) JMG 6 avril 2013 Dr Jacques CITTEE (MCA) Dr Florence ADELINE (CCU) DMG PARIS

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

PRÉ-POST/TEST. Profil du Participant : Code :

PRÉ-POST/TEST. Profil du Participant : Code : Page 1 sur 5 FORMATION DES FORMATEURS RÉGIONAUX EN MATIÈRE DE L AXE «MÉNINGITES» dans le cadre du Plan National de Formation Continue- 2012, DRH/DF/SFC du 3 au 5 décembre 2012, Rabat (INAS) PRÉ-POST/TEST

Plus en détail