LES AVANT-GARDES THEATRALES ET LES TECHNOLOGIES DE LEUR TEMPS par Béatrice Picon-Vallin, LARAS-CNRS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES AVANT-GARDES THEATRALES ET LES TECHNOLOGIES DE LEUR TEMPS par Béatrice Picon-Vallin, LARAS-CNRS"

Transcription

1 CREATION NUMERIQUE, LES AVANT-GARDES THEATRALES ET LES TECHNOLOGIES DE LEUR TEMPS par Béatrice Picon-Vallin, LARAS-CNRS Je voudrais d abord mettre en exergue à cette présentation, trop courte pour un tel sujet, cette phrasefétiche pour moi du Russe Vsevolod Meyerhold, un de plus grands metteurs en scène du XXème siècle passé : «En art il n y a pas de techniques interdites; il n existe que des techniques mal utilisées.» Une partie de l histoire du théâtre du XXe siècle est constituée d un côté par les avancées de la technique sur une scène où un certain nombre de créateurs d avant-garde tentent de hausser leur art au niveau du réel sans l imiter, et de l autre par le refus et les reculs de ceux qui considèrent cette technique comme ennemie de la tradition, destructrice en particulier du théâtre considéré comme lieu de mémoire, et en général des «arts vivants» signe du «désespoir historique» dont parle Bernard Stiegler, symptôme d un tragique refus de l époque. D ailleurs à propos de cette expression «arts vivants» qui me semble inadéquate et qui sert à se protéger de tout ce qui peut paraître trop technique ou trop «machinique,» je voudrais faire une légère digression et citer une remarque toute récente de Robert Lepage : interviewé après la projection de son film La face cachée de la lune au festival FNCNM de Montréal, qui a pu bénéficier d innovations technologiques de pointe, Lepage dit : «le film devient ainsi un art vivant que l on peut resculpter jusqu'à la dernière minute.» Années vingt, années soixante, années quatre-vingt : les images projetées, diffusées sur grand puis/et sur petit écran, fixes ou animées, noir et blanc ou en couleurs, documents ou fictions, sales ou haute définition, analogiques, puis numériques se sont faufilées, puis installées sur la scène, en même temps qu une matière sonore qui va aller en se complexifiant. Le processus s accélère et s intensifie en liaison avec le perfectionnement et la miniaturisation des appareils de prises de vue et de son, de diffusion, de projection, complétés par les trouvailles spécifiques mises au point par des artistes ingénieurs ou bricoleurs. Il s agira donc ici d évoquer en quelques flashes rapides des moments clefs de l histoire du théâtre, art que les discours sur l image aujourd hui renvoient souvent soit du côté des pratiques archaïques et dépassées, soit du seul côté du texte avec lequel il entretient en fait des relations fort complexes, soit enfin à la bible aristotélicienne (voir ici Brenda Laurel), comme si rien ne s était passé depuis la Grèce et que les grandes révolutions scéniques n avaient jamais eu lieu. Or le théâtre aujourd hui me semble toujours pouvoir être considéré, comme le disaient Meyerhold, Vitez ou Kantor, comme un laboratoire des conduites humaines. Les trois périodes citées correspondent à des moments de crise aiguë, politiques, sociales, idéologiques, économiques, technologiques, où les frontières entre les arts du spectacle d une part, et entre la scène et les autres arts de l autre, deviennent de plus en plus poreuses. Nous parlerons des deux premières. Mais il faudrait remonter plus haut, à Adolphe Appia, au rôle «réellement actif» qu il accorde dès 1898 à la projection qui sera, écrit-il, bientôt toute «puissante», à Edward Gordon Craig et à son «art du mouvement», à ses «mille scènes en une», et ne surtout pas oublier Antonin Artaud annonçant les environnements immersifs lorsqu il parle dans Le deuxième manifeste du théâtre de la cruauté d un théâtre qui «s étendra, par suppression de la scène, à la salle entière et [ qui ], parti du sol, gagnera les murailles [ ], enveloppera matériellement le spectateur, le maintiendra dans un bain constant de lumière, d images, de mouvements et de bruits». Car ce «théâtre total» qu on semble découvrir aujourd hui comme si c était un phénomène récent ce qui participe bien de l amnésie générale qui caractérise un monde en train de se «globaliser», a des racines, des sources et des modalités de réalisation étonnantes, que tout créateur se devrait de connaître s il veut justement être vraiment contemporain de son temps. Nous parlerons donc des années vingt en URSS et en Allemagne, des années soixante en Tchécoslovaquie, en France et aux USA. URSS, 1923 : le cinéma est introduit sur la scène dans Le sage, remontage total du texte du classique Alexandre Ostrovski par Serguei Eisenstein. Ce n est pas la première fois qu un film est convoqué sur une scène, mais ici, il s agit d un film spécialement tourné pour le spectacle : un des personnages «sort» de l écran pour faire irruption dans la salle en brandissant une bobine de film, celle qui vient justement d être projetée et qui, montrée à l écran, relate de façon excentrique le journal intime dérobé à un des héros de la fable ostrovkienne. Le journal intime est devenu bobine de film. Confusion ludique des espaces, «attractions», disparitions, apparitions, transformations, métamorphoses : ce film est le premier d Eisenstein, il perturbe le temps et l espace du théâtre. 1

2 1923, encore, La Terre cabrée : sur la scène du théâtre de Meyerhold (dont Eisenstein est alors le «laborantin»), trois écrans projettent tout un matériel documentaire de textes et d images, mais Varvara Stepanova, la constructrice c est le nouveau nom du responsable du décor, car il n y a plus de décor, mais un dispositif, une construction, avait l intention de projeter des films, intention qui n a pu être réalisée pour des motifs financiers. On trouvera un grand écran porteur de 33 cartons de cinéma muet dans La forêt en 1924, et en 1927, dans Une fenêtre sur la campagne, l assistant de Meyerhold, Tsetnerovitch, auteur du «dispositif cinématographique» (c est le terme russe utilisé), a choisi pour chacune des parties de ce spectacle d agitation des cadres tirés des films documentaires qui sont placés au milieu, au début ou à la fin des séquences théâtrales, et sont accompagnés d intertitres et de dessins. Pour La lutte finale, en 1931, ce sont des cinéastes cette fois qui ont été chargés de composer l accompagnement visuel. Le premier Ledachev est un assistant de Poudovkine, le second Nemoliaev est celui de Barnet. Le spectacle est ainsi composé de textes, d une bande son extrêmement complexe comprenant des fusillades, de cris, des communiqués radio, une symphonie de Scriabine, une chanson de Maurice Chevalier, et de fragments de cinéma, extraits soit de documentaires, soit de films (Arsenal de Poudovkine, Chaplin). Dans La reconstruction du théâtre ( ), le metteur en scène affirme : «Nous qui construisons le théâtre qui doit concurrencer le cinéma, nous disons : Laissez-nous réaliser jusqu au bout notre tâche de cinéfication du théâtre, laissez-nous réaliser sur la scène les techniques de l écran ( non pas seulement au sens où nous suspendrions simplement un écran sur la scène), donnez-nous la possibilité d investir une scène équipée de technologies nouvelles selon les exigences que nous imposons au spectacle de théâtre aujourd hui, et nous créerons des spectacles qui attireront tout autant de spectateurs que le cinéma.» En Allemagne, Erwin Piscator mène cette entreprise beaucoup plus loin encore Dans Drapeaux d Alfred Paquet, en 1924 le cadre de l action est donné par un film projeté sur le fond du théâtre..dans Hop la, nous vivons! de Toller, en 1927, à la projection d un plan général sur les bâtiments d une prison succède un «zoom scénique» sur une cellule où l action théâtrale se passe. Piscator synchronise ailleurs dans ce spectacle l image radiographique d un cœur qui bat, une annonce faite par haut-parleur et un texte dit par un acteur. Dans Raspoutine en 1928, il multiplie les surfaces de projection demi-sphère, tulle, écrans, et leurs fonctions, projetant même grâce à elles le drame dans l avenir. Il faut relire Le théâtre politique de Piscator, mais aussi comprendre qu il n est pas le seul dans ce domaine et que d autres noms (Wilhem Reinking, Nina Tokumbet etc) devraient être cités et étudiés. Piscator remarque vers la fin des années 195O: «La technique au théâtre a la réputation d être un mal nécessaire qui entrave l exercice d un art plutôt qu il ne le favorise», mais il ajoute aussitôt : «La technique est une nécessité artistique du théâtre moderne». Elle fait éclater l ancienne forme de la boîte optique pour «hausser la scène au plan de l histoire». Elle permet aussi au théâtre de développer ne nouveaux contenus, de faire entrer sur le plateau les conflits contemporains, et de répondre aux modifications des rythmes perceptifs du public, de leurs habitudes temporelles et spatiales. Une nouvelle dramaturgie doit découler de ces dispositifs technologiques possibles. Dès 1928 cependant, Meyerhold fait une remarque capitale : «Piscator n a pas compris le problème qui se posait à lui. En six mois, il a cru pouvoir créer à Berlin un théâtre révolutionnaire, il a construit une scène moderne et a porté toute son attention sur le perfectionnement matériel de la technique théâtrale. C est être unilatéral. Le problème qui se pose au metteur en scène, c est qu il faut proportionner à cette ambiance les gestes, la voix de l acteur. C est ce que Piscator n a pas cherché. Il bâtit une nouvelle salle, mais il fait jouer des vieux acteurs.» C est pour ce nouvel acteur, qu il cherche pour sa part à former, que Meyerhold concevra les plans d un nouveau théâtre, jamais terminé pour des raisons politiques et qui, en projet dès la fin des années 20, prévoyait des aires de jeu transformables et de multiples surfaces de projection, aux murs et au plafond, évoquant à la fois les plans du «Théâtre total» de Gropius et Piscator, jamais réalisé non plus, et certains dispositifs de Jacques Polieri. Dans les années 60, l avant-garde américaine propose des installations, des performances «intermedias», où l acteur et le danseur se mesurent à l image ; cela prend diverses formes, projections sur un gros ballonsonde, sur le dos des artistes, expériences de «cinéma élargi», puis de «théâtre élargi», happenings filmiques. En 1967, le cinéaste Jonas Mekas écrit dans une revue de danse : «La danse, la musique, la poésie, le théâtre, la sculpture, l architecture, le chant, le cinéma sont dans une période de transition, interfèrent de telle façon qu ils redécouvrent à neuf leur véritable et propre identité ; tous les arts sont devenus multimédias. Nous parlons de cinéma élargi ( expanded cinema), de sculpture cinétique, de peinture tridimensionnelle. Le cinéma a tout à faire avec la danse. La danse a tout à faire avec le cinéma». 2

3 C est à Prague en 1958 que Josef Svoboda invente les techniques de la Laterna Magika présentée a l exposition de Bruxelles, et plus tard celles du Polyécran. Il les appliquera au théâtre. La Laterna magika combine dans une composition synchrone, plastique et sonore, le jeu de l acteur ou du danseur, la scène cinétique (tapis roulant, tournettes), le son stéréophonique, les écrans mobiles, et le cinéma, avec ses possibilités de montage et de truquage. A la Laterna Magika, scène multimédia rattachée au Théâtre national de Prague avant de devenir autonome, Le Cirque enchanteur (1977) sera représenté plus de 2500 fois. Quant au Polyécran, c est «un continateur audacieux» de Napoléon, triptyque de 1925 d Abel Gance, selon les mots mêmes du réalisateur qui avoue n avoir même jamais pu rêver d une telle postérité. Les images y sont plus nombreuses et les surfaces de projection séparées, créant des architectures modifiables. Laterna magika et Polyecran visaient tous deux un large public. Mais en 1965, intégrant dans Intollerenza (opéra atonal de Luigi Nono, présenté au Group Opera à Boston) des murs de lumière, des projections multiples et une projection télévisuelle en circuit fermé contrepoint optique, Svoboda fait aussi œuvre politique, ce qui lui crée d ailleurs des ennuis au retour dans son pays... Il est troublant de constater qu on se référe peu en France à l oeuvre de deux grands précurseursvisonnaires : le Tchèque Josef Svoboda et le Français Jacques Polieri. Depuis son monde fermé appartenant au bloc soviétique, Svoboda finira par être internationalement reconnu, mais la France, malgré les travaux de Denis Bablet, l accueillera fort peu. Polieri de son côté sera plus demandé à l étranger que dans son propre pays. Si l un, auteur de près de 700 scénographies et inventeur de procédés techniques comme le fameux projecteur «svoboda» et la Laterna Magica, demeure essentiellement un artisan du théâtre, travaillant auprès des plus grands metteurs en scène de son temps, l autre d emblée scénographe et metteur en scène lui-même, devient vite architecte de salles, créateur d événements interactifs, se tournant vers la conception de lieux, visant ce qu il appelle dès 1957 un «Théâtre du mouvement total», puis qu il nomme, en projetant sa créativité vers une scène planétaire, cyberthéâtre ou cybercinéma. Tous deux se nourissent des avant-gardes qui les ont précédés : ils ont de la mémoire. Ainsi, en 1958, Polieri fait paraître un numéro spécial de la revue d art Aujourd hui où il diffuse des informations importantes sur les avant-gardes russes et allemandes, oubliées ou très peu connues alors. Il s intéresse à Velemir Khlebnikov, le prince des poètes futuristes qu il est alors un des seuls à citer, et travaille avec le peintre Iouri Annenkov émigré russe à Paris qui a été un des praticiens- théoriciens, au début des années vingt, de la «cirquisation» du théâtre en URSS. Quant à Svoboda, c est dans son propre passé tchèque, dans l avant-garde de l entre-deux-guerres, qu il trouve ses sources qu il élargit au constructivisme russe, et à Meyerhold, Taïrov, Vakhtangov, Okhlopkov: ses liens avec les grands noms des révolutions scéniques du début du XXème siècle s enracinent dans l héritage du «théâtre de la lumière» tchèque, celui des Honzl, Burian, et Frejka, qu il connaît par l intermédiaire de son professeur, le décorateur Frantisek Tröster, qui utilisa de manière très innovante les projections sur la scène dans les années Et parce que le terrain est ici bien préparé par le passé brillant et inventif de la scénographie des pays de l Est dans les années 1920 et 30, Svoboda peut trouver en 1957 une écoute favorable à son désir d engager des recherches sur les technologies au Théâtre national de Prague. «On obtiendra les plus grands succès lorsqu on aura réalisé mon projet: engager des spécialistes de la plus haute qualification technique pour tous les domaines du théâtre : technique traditionnelle, surfaces réfléchissantes, absorbantes, chimistes, ingénieurs optiques, projectionnistes, électro-acousticiens». Entré en 1946 au Théâtre national de Prague, Svoboda alors directeur technique se voit offrir dix ans plus tard la possibilité de transformer l atelier de décor en un véritable laboratoire de recherche. Il ne cessera de considérer le théâtre comme un atelier, de la même façon que Meyerhold qui, lorsque les gardes- chiourmes staliniens lui ordonnaient de faire son autocritique, ne pouvait s empêcher de se définir comme «inventeur» Curieux de technologies, Svoboda et Polieri défrichent chacun à leur manière les voies du théâtre du XXIème siècle, mais empruntent deux chemins opposés, déterminés par des personnalités et des contextes socio-politiques et culturels différents voie centrifuge de celui qui demeure tourné vers les secrets de l espace théâtral, prétend réveiller la tradition et exposer autrement ses énigmes ; voie centripète de celui qui d emblée est davantage attiré par l abstraction, le non-figuratif, et veut faire sortir le théâtre du théâtre. Explorateur des pouvoirs de la lumière, adepte d une scène cinétique où l acteur polyvalent conserve toute sa place à l intérieur d une scénographie complexe, Svoboda crée un théâtre total et multimedia qui conserve la magie du vide mystérieux qu évoque pour lui la scène à l italienne qu il continue d affectionner. Il utilise la photographie projetée et la vidéo ( Intolleranza de L. Nono, Venise, 1961 ; 3

4 Boston, 1965 ), le film (Les Soldats de B.A. Zimmermann, Munich, 1969), s empare du laser ( La flûte enchantée, Munich, 1970) et des technologies numériques (Le piège, Laterna magica, 1999). Il fait varier à l infini les écrans (plats, sphériques, inclinés, opaques, transparents, mobiles), les textures, projetant les images sur des objets, des tissus, des rideaux de corde ou de tulle métallique, fabriquant lui-même ses diapositives colorées, les superposant. Explorateur de nouveaux espaces-temps hybrides, Poliéri utilise le numérique dès le début des années 1980, et imaginera pour le spectacle de nouveaux modes de réalisation grandioses, via le satellite, la mise en réseau, Internet. Il met en mouvement l espace du spectacle, l aire de jeu par des projections fixes ou mobiles. Les projections, le cinéma, l image à 360, ouvrent la voie à une esthétique nouvelle de la variabilité et de la complexité qui détruit la frontalité de la scène, fait éclater sa compacité, la sort de sa boîte et la démultiplie dans la salle. Plus encore, Poliéri met en branle l espace theâtral tout entier, de façon concrète et non métaphorique. La scène (1968, Grenoble) comme la salle (1970, Exposition Universelle d Osaka) deviendront mobiles. Il décline la mise en mouvement du bâtiment lui-même en de multiples propositions et réalisations: «scène annulaire» entourant les spectateurs à 360, «salle gyroscopique», «scène triple», «salle automatique mobile», «scène et salle télécommandées, rotatives et modifiables», scène électronique (destinée à la Ville Nouvelle des Ulis) dont toutes les surfaces sont à la fois des écrans et des surfaces neutres permettant aussi bien la projection d images que les prises de vue en studio. Dans un manifeste de 1955, Polieri «prédisait» ce qui arrive aujourd hui quand les acteurs, équipés de capteurs sensoriels, commencent à être capables d engendrer leur propre régie lumineuse ou musicale, et il proclamait déjà ce qu il ne cesse de dire aujourd hui, à propos du théâtre en gestation sur le Web : «Les formes solides elles-mêmes, sous l œil de l acteur, véritable magicien, pourront bouger, changer, s animer, vivre enfin sur tous les plans du théâtre et dans tous les sens. Mais qu il me soit encore permis ici d imaginer le spectateur futur dans une cage de plexiglass avec deux abdomens et deux visages comme les personnages des toiles cubistes de Picasso. Entouré de sons, de lumières, de couleurs, de formes, d ombres, il sera sensible, et de tous ses sens, à toutes les multitudes de combinaisons, d harmonies, de rythmes, de motifs mélodiques, sensible à tous les points, droites, courbes, angles coniques, lignes visuelles, auditives, statiques, qui se dérouleront dans le magnifique et extraordinaire kaléidoscope théâtral. Les rails du chemin de fer du spectacle se rapprocheront, se croiseront, puis, parallèles pendant un temps, s éloigneront l un de l autre dans un feu d artifice perpétuellement renouvelé et une perpétuelle fête. Pour l instant, tranquillisons-nous, nous n avons qu un ventre et qu une cervelle. Mais tout est possible.» D autres oeuvres sont encore à interroger, trop rapidement oubliées, ainsi celle du metteur en scène Virgilio Puecher, qui a travaillé avec Svoboda et monté en 1969 un très remarquable spectacle à la Piccola Scala de Milan : L instruction de Peter Weiss qui traite du procès de Nuremberg avec un complexe système intégré à une structure métallique et composé d un eidophore, de projecteurs de diapos et de film, et de caméras sur rails. Cette mise en scène très technologique réalise le théâtre documentaire de Peter Weiss, avec un engagement politique sans compromission. Encore un point : on oublie souvent le travail réalisé en ce domaine en France par Jean-Marie Serreau, avec son directeur technique P. Pavillard (construction d un scénario où se succèdent les acteurs, leurs photos agrandies, des dessins de Siné projetés et des ombres pour Bidermann et les incendiaires de Max Frisch, Théâtre Lutèce, 1960) et poursuivi par André-Louis Périnetti (projections de photos d actualités violentes, de dessins de Folon et vidéo en circuit fermé pour Api 2067 de R. Gurik, Théâtre de la Cité universitaire, 1969). A la révolution du regard du spectateur à laquelle le cinéma, et les images analogiques de tous format, conduisent dans les années 20 et qui amène la scène à se transformer en profondeur, succède la révolution de la présence et de la virtualité, à laquelle mènent le numérique, et la transformation de l ancienne et toujours valable interaction entre salle et scène en possible interactivité. Mais déjà, Jean-Marie Serreau considérait qu avec les projections, le jeu se fait plus distancié que dans la théorie brechtienne, et que surtout on n a plus besoin de décor. Le lieu scénique devient, disait-il, «l intelligence et les sens du spectateur, son champ mental». C est ce que Meyerhold affirmait plus tôt encore, dans La Révolution du théâtre, à propos des tâches de cinéfication du théâtre, qui induisent l intention d «appeler le public à participer à la mise au point du spectacle», et qui mettent en valeur, à côté de celui de l acteur, dont, on l a vu, un théâtre qui utilise les technologies doit s occuper en premier chef, le rôle du spectateur dont l activité de «quatrième créateur», de «correcteur» («l achèvement définitif du spectacle et sa fixation dans tous les détails, c est le public qui l effectue avec l acteur») sera d autant plus sollicitée qu on réclame un théâtre mieux équipé techniquement. 4

5 Abel Gance en 1962 écrivait «L adjonction de l image et de la réalité confère à l image et à la réalité une dimension nouvelle, une sorte de quatrième dimension qui enrichit incontestablement un spectacle. A mon avis, les arts ne visent qu à cela. Il s agit de créer une dimension nouvelle dans l esprit des spectateurs». Ce que John Mekas disait à sa façon, à la même époque, quand il insistait sur la manière dont les technologies utilisées à la scène nous «ouvraient». Ce petit retour vers le passé n est pas nostalgie, il veut simplement placer les recherches théâtrales qui se font aujourd hui avec les NTI, avec l intelligence artificielle (voir par exemple le projet de «scène vivante» de Jean-Marc Musial), dans le grand et magnifique élan de la quête artistique de XXeme siecle, avec lequel celle du XXIeme se doit d être à la fois en continuité et en rupture. 5

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Environnement logiciel open source pour la création d œuvres artistiques interactives

Environnement logiciel open source pour la création d œuvres artistiques interactives Environnement logiciel open source pour la création d œuvres artistiques interactives Stéphane Donikian IRISA/CNRS Campus de Beaulieu 35042, Rennes Cedex, France donikian@irisa.fr La création artistique

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

LE CURSUS ACADEMIQUE

LE CURSUS ACADEMIQUE PRESENTATION L Institut d études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques (IESAV) est un établissement rattaché à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l Université Saint-Joseph de

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES)

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Arts, Lettres, Langues Présentation Structure de la formation : * 4

Plus en détail

METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT

METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT METHODE IDENTIFIER LA NATURE D UN DOCUMENT Dire «ce document est un texte» ou «c est un tableau de statistiques», cela ne suffit pas à donner avec précision la nature d un document. Plus cette nature est

Plus en détail

2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public. Mine. Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations...

2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public. Mine. Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations... Mine 2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations... C est l histoire d un enfant qui s endort la veille de Noël (ou de son

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET ACTIVITÉS ARTISTIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE CRÉATION ET ACTIVITÉS ARTISTIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE CRÉATION ET ACTIVITÉS ARTISTIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Arts visuels, Arts du son, Arts du spectacle, Patrimoines Enseignement d exploration Préambule général Les

Plus en détail

Le cabaret mobile eauzone

Le cabaret mobile eauzone le théâtre cabines présente Le cabaret mobile eauzone Fable théâtrale tout public A partir de 8 ans SYNOPSIS Le cabaret mobile eauzone est une fable onirique et sensible qui nous entraîne dans un univers

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Le petit lexique du cinéma

Le petit lexique du cinéma Le petit lexique du cinéma Dossier réalisé par Alice Mennesson 1 QUELQUES DEFINITIONS POUR COMMENCER La séquence (Sequenz) est un groupe de plans qui forment un ensemble narratif. On peut comparer la séquence

Plus en détail

du 24 janvier au 1er février 2015

du 24 janvier au 1er février 2015 Clara Scremini Gallery à BRAFA ART FAIR Bruxelles du 24 janvier au 1er février 2015 Maria Bang Espersen, Attitude l, 18x37x20cm, 2013 Clara Scremini Gallery Clara Scremini Gallery participe à du samedi

Plus en détail

Zone 2 L aventure de la copie

Zone 2 L aventure de la copie EXPOSITION INTERNATIONALE INTERNATIONAL EXHIBITION Zone 2 L aventure de la copie 1. Synopsis... 2 2. Scénographie... 3 3. Mobiliers... 3 4. Supports graphiques... 4 5. Eclairage... 4 6. Audiovisuels...

Plus en détail

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com Le Team building (consolidation d équipe) Olympiades Venez participer à nos «Olympiades» et découvrez les capacités d adaptation de votre équipe lors d une compétition amicale Pas besoin d être en grande

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

net-art, dessin de presse, affiche, vidéo, rush, collage...

net-art, dessin de presse, affiche, vidéo, rush, collage... 100jours est un projet cinématographique, artistique, documentaire, collectif et politique. 100jours c est 100 courts-métrages documentaires diffusés en ligne, au rythme d un film par jour, pendant les

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Historique de la compagnie

Historique de la compagnie Historique de la compagnie Benjamin Lissardy, Maryka Hassi et Maureen Brown se sont réunis en 2008 autour d un projet commun l Ubicoptilux apportant chacun leurs savoir-faire spécifiques en mise en scène,

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

L Œil du Baobab Production. présente L AUTO STUDIO TOURNAGE DANS UN TAXI ANGLAIS LE CINEMA DANS VOTRE ENTREPRISE

L Œil du Baobab Production. présente L AUTO STUDIO TOURNAGE DANS UN TAXI ANGLAIS LE CINEMA DANS VOTRE ENTREPRISE L Œil du Baobab Production présente L AUTO STUDIO TOURNAGE DANS UN TAXI ANGLAIS LE CINEMA DANS VOTRE ENTREPRISE Contact Chef de projet / Marc Pueyo 0033 (0)6 60 28 49 48 L ŒIL DU BAOBAB PRODUCTION MOTIVATIONS

Plus en détail

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE = PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE Pablo Picasso à l origine Pablo Picasso est l un des premiers artistes à réaliser, dans les années 1950, des œuvres de peintures de lumière, avec le photographe

Plus en détail

L AVANT SEINE POUR VOS ÉVÉNEMENTS

L AVANT SEINE POUR VOS ÉVÉNEMENTS GUIDE ENTREPRISES 1 L AVANT SEINE POUR VOS ÉVÉNEMENTS POUR VOTRE ENTREPRISE, L AVANT SEINE EST UN LIEU... CENTRAL Un espace au coeur des Hauts-de-Seine, dans le centre-ville de Colombes : à 12 min en train

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

Transmettre la voix à distance

Transmettre la voix à distance Pour quoi faire? Par quels moyens? Ressentir et observer sa voix, c était un très vieux rêve, comme l était aussi celui de voler dans les airs Aujourd hui, les moyens de communication modernes permettent

Plus en détail

Poste 4 le montage. Le montage

Poste 4 le montage. Le montage 1/11 Le montage Conseils et astuces pour le montage de clips vidéo Situations de montage modèles Exercice pratique Information aux enseignants: logiciel de traitement vidéo 2/11 Un montage parfait! Description

Plus en détail

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique En UEL uniquement Découverte du langage musical autour du piano Musique à l école Création sonore et radiophonique Grand débutant Acquisition des notions de base de la musique autour d un piano. Ce cours

Plus en détail

RENCONTRES DEPARTEMENTALES

RENCONTRES DEPARTEMENTALES RENCONTRES DEPARTEMENTALES 2014/2015 DANSE A EPINAY 20 classes Document à l attention des enseignants Jeudi 02 avril 2015 En ligne sur le site de la DSDEN du 93, dans la rubrique EPS : Livrets de compétences

Plus en détail

Étudier l histoire des arts

Étudier l histoire des arts Étudier l histoire des arts Une option de détermination en seconde Puis soit une option de spécialité en filière littéraire Soit une option facultative dans toutes les autres filières. Au lycée Fulbert

Plus en détail

LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF

LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF LE CIRQUE DU SOLEIL EN BREF De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

outil RÉFÉRENCE GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné.

outil RÉFÉRENCE GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné. outil RÉFÉRENCE 8 GLOSSAIRE Agrégateur (n. m.) : logiciel qui permet de recevoir tous les fils RSS auxquels on est abonné. Ambiance sonore (n. f.) : ensemble des bruits ambiants et des bruits de fond qui

Plus en détail

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef Maquilleur(euse) + «Chef Maquilleur(euse)» APPELLATION(S) DU METIER Chef maquilleur Maquilleur DEFINITION DU METIER Le chef maquilleur est en charge du maquillage visage et corps, ainsi que de la

Plus en détail

Ateliers Arts & Sens. Management favorisant la relation, le bien-être et l innovation

Ateliers Arts & Sens. Management favorisant la relation, le bien-être et l innovation Ateliers Arts & Sens Management favorisant la relation, le bien-être et l innovation Sensi, Ateliers Arts & Sens - 40, rue du Bac, Im. 5. - 75007 Paris - www.sensi-ateliers.com - barbara.albasio@sensi-ateliers.com

Plus en détail

L alternative, c est malin 1. Comment faire plein de choses pour pas cher sur MacIntosh

L alternative, c est malin 1. Comment faire plein de choses pour pas cher sur MacIntosh L alternative, c est malin 1 ou Comment faire plein de choses pour pas cher sur MacIntosh (Les logiciels : Pages et Keynote de la suite iwork) (Jean Aboudarham 2006) 1 Merci à François Béranger pour qui

Plus en détail

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen «Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, présentée par Frédéric LESUR, Supélec 92 Illustrations

Plus en détail

Données chiffrées Afdas / Pôle emploi 2011-2012

Données chiffrées Afdas / Pôle emploi 2011-2012 COMMISSION REGIONALE DES PROFESSIONS DU SPECTACLE VIVANT ET ENREGISTRE Données chiffrées Afdas / Pôle emploi 2011-2012 STATISTIQUES POLE EMPLOI SPECTACLE POUR LA BASSE-NORMANDIE Actualisation mai 2012

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier...

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Ed uc ati on à l i m a ge L e s a te l i e r s d u c i n é m a p o u r to u s Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Clair Obscur vous propose des ateliers audiovisuels tout public, des séances

Plus en détail

L usine à maquillage

L usine à maquillage L usine à maquillage La Pinacothèque est une usine de transformation extrême, et aussi extrêmement rapide! Nous avons réalisé ce projet afin de combler un besoin de maquillage rapide dans les festivals.

Plus en détail

Traduction des leçons de SignWriting en français Leçons en SignWriting 2002...lire et écrire les mouvements des langues des signes

Traduction des leçons de SignWriting en français Leçons en SignWriting 2002...lire et écrire les mouvements des langues des signes Traduction des leçons de SignWriting en français Leçons en SignWriting 2002...lire et écrire les mouvements des langues des signes Les langues des signes sont des langues écrites par Valerie Sutton 1 Leçons

Plus en détail

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com 7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com Notre approche Riofluo, studio de création visuelle et d événementiel artistique, spécialisé en Street Art, développe une démarche

Plus en détail

César doit mourir. Cesare Deve Morire. de Paolo et Vittorio Taviani

César doit mourir. Cesare Deve Morire. de Paolo et Vittorio Taviani César doit mourir Cesare Deve Morire de Paolo et Vittorio Taviani Un documentaire sur la vie carcérale ou une fiction sur Shakespeare? la création de la pièce de Le film a été récompensé par plusieurs

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Culture Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Thomas Sorin

Plus en détail

& design 2012-2015. Dossier DE Presse. www.dickson-constant.com

& design 2012-2015. Dossier DE Presse. www.dickson-constant.com Dossier DE Presse CONTACT PRESSE Stéphanie Motte t. +33(0) 3 20 74 95 23 P. +33(0) 6 22 00 90 99 smotte@motcomptedouble.fr Nous vous proposons l envoi d échantillons et de photos sur simple demande. 10

Plus en détail

Le Bon Accueil Lieu d art contemporain - Sound Art INTERFÉRENCES ATELIERS / EXPOSITION / CONCERT

Le Bon Accueil Lieu d art contemporain - Sound Art INTERFÉRENCES ATELIERS / EXPOSITION / CONCERT Le Bon Accueil Lieu d art contemporain - Sound Art INTERFÉRENCES ATELIERS / EXPOSITION / CONCERT 4 ATELIERS TOUT PUBLIC / 1 INSTALLATION SONORE ET CINETIQUE / 1 PERFORMANCE AUDIOVISUELLE - REVISITER DES

Plus en détail

La Bonne Âme de Se-Tchouan

La Bonne Âme de Se-Tchouan Saison 2014-2015 Dossier pédagogique La Bonne Âme de Se-Tchouan Bertolt Brecht Mise en scène de Jean Bellorini Compagnie Air de Lune Polo Garat Odessa Dates de représentation : 10 mars 2015 à 20h30 11

Plus en détail

CRÉATION FABRICATION ET GESTION INTERNATIONALE DE STANDS COMMERCIAUX

CRÉATION FABRICATION ET GESTION INTERNATIONALE DE STANDS COMMERCIAUX CRÉATION FABRICATION ET GESTION INTERNATIONALE DE STANDS COMMERCIAUX NOTRE VISION Notre spécialité, c est de vous mettre en avant et de créer la différence. Mais aussi de valoriser votre marque en respectant

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. SALLE de SPECTACLE

FICHE TECHNIQUE. SALLE de SPECTACLE FICHE TECHNIQUE ATTENTION : La fiche technique est toujours susceptible de changements. Assurez vous que vous êtes en possession de la dernière version! Pour le vérifier, contactez l équipe technique du

Plus en détail

«L Homme est un animal mobile»

«L Homme est un animal mobile» présente : «L Homme est un animal mobile» - création 2015 - www.lamenagerie.com Durant trois jours et trois nuits, sur une place et dans les rues adjacentes, des hommes en noirs, peintres, affichistes,

Plus en détail

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON -

PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - PROJET D'ANIMATION ATELIER DE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR - ATELIER TOON - ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- - 1

Plus en détail

Horizons Solidaires. Un portrait photographique et sonore de l Économie Sociale et Solidaire aujourd hui

Horizons Solidaires. Un portrait photographique et sonore de l Économie Sociale et Solidaire aujourd hui Horizons Solidaires Un portrait photographique et sonore de l Économie Sociale et Solidaire aujourd hui «Nous sommes à un moment de l histoire qui pose un défi radicalement nouveau à l espèce humaine :

Plus en détail

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Adolf Portmann biologiste suisse, montre bien qu il y a dans la vie plus qu un simple désir de survie. Il y a quelque

Plus en détail

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre»

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» «Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» Cet exposé vous est présenté par Liliane Gordos,Stéphanie Natalis, Bernadette

Plus en détail

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/ Le STU organise des cours de photographie donnés par un photographe professionnel. Ces cours seront organisés par groupe de 6 personnes maximum. Les cours sont en français et anglais (suivant les participants).

Plus en détail

SUR UN AIR DEUX DUO DE DANSE EN TROIS ALBUMS SUR DES AIRS DE CHANSON FRANÇAISE. production cie de l alambic christian bourigault

SUR UN AIR DEUX DUO DE DANSE EN TROIS ALBUMS SUR DES AIRS DE CHANSON FRANÇAISE. production cie de l alambic christian bourigault SUR UN AIR DEUX DUO DE DANSE EN TROIS ALBUMS SUR DES AIRS DE CHANSON FRANÇAISE production cie de l alambic christian bourigault «Sur un air deux» est une chorégraphie en trois étapes, trois albums correspondant

Plus en détail

CYCLE 3D. Certification RNCP "Lead Infographiste 2D/3D" Niveau II - Bac +3

CYCLE 3D. Certification RNCP Lead Infographiste 2D/3D Niveau II - Bac +3 CYCLE 3D Certification RNCP "Lead Infographiste 2D/3D" Niveau II - Bac +3 Objectif : Acquérir des compétences et se former aux métiers créatifs et dans le domaine de l'infographie 3D avec une nouvelle

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

DIE LEIDENSCHAFT DER SOLDATEN IM GROßEN KRIEG Nach Schriften und Augenzeugenberichten von Maurice GENEVOIX und Ernst JÜNGER

DIE LEIDENSCHAFT DER SOLDATEN IM GROßEN KRIEG Nach Schriften und Augenzeugenberichten von Maurice GENEVOIX und Ernst JÜNGER Ce spectacle est dédié à Bernard Maris victime de l attentat contre Charlie Hebdo et gendre de Maurice Genevoix. Bernard Maris a soutenu et encouragé sa création et sa réalisation. DIE LEIDENSCHAFT DER

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

créteil, maubeuge, mons

créteil, maubeuge, mons REVUE DE PRESSE Samedi 10 mars 2012 44 AVENUE GEORGE V 75008 PARIS - 01 49 52 14 00 MARS/AVR 12 Bimestriel Surface approx. (cm!) : 1110 créteil, maubeuge, mons Page 1/2 LILLE3 3822341300505/CLA/OTO/2

Plus en détail

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014 FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU Newsletter Avril 2014 EDITO Ces derniers mois, de nouveaux projets - de véritables défis pour certains d entre eux - ont occupé nos esprits et nos journées. Nous y avons

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

William Pezet monsieurpixel@gmail.com

William Pezet monsieurpixel@gmail.com Du grain à moudre est un projet d installation multimédia qui utilise le moulin à café à la fois comme interface interactive mais aussi comme base imaginaire pour son propos William Pezet monsieurpixel@gmail.com

Plus en détail

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*)

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Dans nos classes 645 Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Jean-Jacques Dahan(**) Historiquement, la géométrie dynamique plane trouve ses racines chez les grands géomètres de

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Plus en détail

TARIFS FORFAITAIRES 2015 VIDÉO - PHOTO - ÉVÉNEMENT

TARIFS FORFAITAIRES 2015 VIDÉO - PHOTO - ÉVÉNEMENT TARIFS FORFAITAIRES 2015 VIDÉO - PHOTO - ÉVÉNEMENT QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes une équipe : CRÉATIVE, PROFESSIONNELLE ET FORT SYMPATHIQUE :) QUE FESONS-NOUS? De la vidéo et de la photo. Nous produisons,

Plus en détail

DO SSI ER PED A GO GIQ UE

DO SSI ER PED A GO GIQ UE DO SSI ER PED A GO GIQ UE Sophie Talabot / Gérard Bonnaud Théâtre de la Cheminée Lire Lire Chateauneuf de Gadagne Salle l Arbousière Lundi 14 Mai 14h30 scolaire Lundi 14 Mai 19h00 Tout public Cavaillon

Plus en détail

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le 14 ème Festival de Théâtre Amateur - Marseille 2012 1 L Esprit Fédéral «C est un réflexe naturel de vouloir se rassembler. De l âge des cavernes à la

Plus en détail

Fiche n 6-1 : La Scène, plan et repères

Fiche n 6-1 : La Scène, plan et repères La Scène Les membres d une troupe de théâtre amateur sont souvent plusieurs pour préparer un spectacle, aménager la scène, implanter les projecteurs. Il est de ce fait intéressant d avoir un langage en

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation Dossier de présentation à la recherche d une forme scénique non identifiée Contacts: www.vas.eu.com info@vas.eu.com 0030 2117108709 Vasistas est accompagné au montage de production et à la diffusion par

Plus en détail

... LOCATION D ESPACES AU THÉÂTRE DE LA CITÉ INTERNATIONALE ...

... LOCATION D ESPACES AU THÉÂTRE DE LA CITÉ INTERNATIONALE ... ... LOCATION D ESPACES AU THÉÂTRE DE LA CITÉ INTERNATIONALE... Julien Princiaux + 33 6 16 69 27 73 julien.princiaux@theatredelacite.com www.theatredelacite.com soirée promotionnelle, défilé de mode, showcase,

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

SOMMAIRE. A b. intermedia. Agences de communication généralistes. Agences de marketing opérationnel. Agences de communication spécialisées

SOMMAIRE. A b. intermedia. Agences de communication généralistes. Agences de marketing opérationnel. Agences de communication spécialisées A b c d Agences de communication généralistes 01 Communication globale et grand public Agences de marketing opérationnel 01 Promotion des ventes et trade marketing 02 Stimulation et animation des réseaux

Plus en détail

ACTIVITE SUPPORT : la danse

ACTIVITE SUPPORT : la danse Compétence spécifique de l activité : être capable de : - exprimer corporellement des images, des personnages, des sentiments, des états - communiquer aux autres des sentiments ou des émotions - s exprimer

Plus en détail

Disc-Jockey,Chanteurs,Orchestres

Disc-Jockey,Chanteurs,Orchestres Catalogue Mariage Disc-Jockey,Chanteurs,Orchestres Nous vous proposons des prestations musicales de qualité, adaptées à votre mariage, lieu de réception, nombre de convives, en fonction de vos souhaits

Plus en détail

La politique éducative et culturelle de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon

La politique éducative et culturelle de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon de l académie Dispositifs domaine musique Actions 2014-2015 Opéra Grand Avignon Dispositifs d actions proposés en 2014-2015 L action choisie dans les dispositifs d actions proposés par l opéra, est développée

Plus en détail

L association Artd école

L association Artd école L association Artd école Une association loi 1901, créée dans les années 1980, pour promouvoir les disciplines artistiques dans et autour de l école. A l origine, elle a proposé de nombreuses animations

Plus en détail

ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique

ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique L Armada Productions 3, rue de Lorraine 35000 Rennes 02 99 54 32 02 www.armada-productions.com www.adventuresinfrontofthetvset.com Contact / Salima

Plus en détail

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE

SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE SAÉ - arts plastiques - secondairee GUIDE Andrée-Caroline Boucher, service national du RÉCIT, domaine des arts RÉSUMÉ DE LA SITUATION Secondaire : facile à adapter au 3e cycle du primaire Il s agit d une

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

PETIT LEXIQUE D ANALYSE CINEMATOGRAPHIQUE

PETIT LEXIQUE D ANALYSE CINEMATOGRAPHIQUE Elaboré par l équipe pédagogique de l option Cinéma audiovisuel du lycée du Garros Auch PETIT LEXIQUE D ANALYSE CINEMATOGRAPHIQUE AMORCE 1) Au début d'une bobine, morceau de pellicule non impressionné

Plus en détail