LES AVANT-GARDES THEATRALES ET LES TECHNOLOGIES DE LEUR TEMPS par Béatrice Picon-Vallin, LARAS-CNRS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES AVANT-GARDES THEATRALES ET LES TECHNOLOGIES DE LEUR TEMPS par Béatrice Picon-Vallin, LARAS-CNRS"

Transcription

1 CREATION NUMERIQUE, LES AVANT-GARDES THEATRALES ET LES TECHNOLOGIES DE LEUR TEMPS par Béatrice Picon-Vallin, LARAS-CNRS Je voudrais d abord mettre en exergue à cette présentation, trop courte pour un tel sujet, cette phrasefétiche pour moi du Russe Vsevolod Meyerhold, un de plus grands metteurs en scène du XXème siècle passé : «En art il n y a pas de techniques interdites; il n existe que des techniques mal utilisées.» Une partie de l histoire du théâtre du XXe siècle est constituée d un côté par les avancées de la technique sur une scène où un certain nombre de créateurs d avant-garde tentent de hausser leur art au niveau du réel sans l imiter, et de l autre par le refus et les reculs de ceux qui considèrent cette technique comme ennemie de la tradition, destructrice en particulier du théâtre considéré comme lieu de mémoire, et en général des «arts vivants» signe du «désespoir historique» dont parle Bernard Stiegler, symptôme d un tragique refus de l époque. D ailleurs à propos de cette expression «arts vivants» qui me semble inadéquate et qui sert à se protéger de tout ce qui peut paraître trop technique ou trop «machinique,» je voudrais faire une légère digression et citer une remarque toute récente de Robert Lepage : interviewé après la projection de son film La face cachée de la lune au festival FNCNM de Montréal, qui a pu bénéficier d innovations technologiques de pointe, Lepage dit : «le film devient ainsi un art vivant que l on peut resculpter jusqu'à la dernière minute.» Années vingt, années soixante, années quatre-vingt : les images projetées, diffusées sur grand puis/et sur petit écran, fixes ou animées, noir et blanc ou en couleurs, documents ou fictions, sales ou haute définition, analogiques, puis numériques se sont faufilées, puis installées sur la scène, en même temps qu une matière sonore qui va aller en se complexifiant. Le processus s accélère et s intensifie en liaison avec le perfectionnement et la miniaturisation des appareils de prises de vue et de son, de diffusion, de projection, complétés par les trouvailles spécifiques mises au point par des artistes ingénieurs ou bricoleurs. Il s agira donc ici d évoquer en quelques flashes rapides des moments clefs de l histoire du théâtre, art que les discours sur l image aujourd hui renvoient souvent soit du côté des pratiques archaïques et dépassées, soit du seul côté du texte avec lequel il entretient en fait des relations fort complexes, soit enfin à la bible aristotélicienne (voir ici Brenda Laurel), comme si rien ne s était passé depuis la Grèce et que les grandes révolutions scéniques n avaient jamais eu lieu. Or le théâtre aujourd hui me semble toujours pouvoir être considéré, comme le disaient Meyerhold, Vitez ou Kantor, comme un laboratoire des conduites humaines. Les trois périodes citées correspondent à des moments de crise aiguë, politiques, sociales, idéologiques, économiques, technologiques, où les frontières entre les arts du spectacle d une part, et entre la scène et les autres arts de l autre, deviennent de plus en plus poreuses. Nous parlerons des deux premières. Mais il faudrait remonter plus haut, à Adolphe Appia, au rôle «réellement actif» qu il accorde dès 1898 à la projection qui sera, écrit-il, bientôt toute «puissante», à Edward Gordon Craig et à son «art du mouvement», à ses «mille scènes en une», et ne surtout pas oublier Antonin Artaud annonçant les environnements immersifs lorsqu il parle dans Le deuxième manifeste du théâtre de la cruauté d un théâtre qui «s étendra, par suppression de la scène, à la salle entière et [ qui ], parti du sol, gagnera les murailles [ ], enveloppera matériellement le spectateur, le maintiendra dans un bain constant de lumière, d images, de mouvements et de bruits». Car ce «théâtre total» qu on semble découvrir aujourd hui comme si c était un phénomène récent ce qui participe bien de l amnésie générale qui caractérise un monde en train de se «globaliser», a des racines, des sources et des modalités de réalisation étonnantes, que tout créateur se devrait de connaître s il veut justement être vraiment contemporain de son temps. Nous parlerons donc des années vingt en URSS et en Allemagne, des années soixante en Tchécoslovaquie, en France et aux USA. URSS, 1923 : le cinéma est introduit sur la scène dans Le sage, remontage total du texte du classique Alexandre Ostrovski par Serguei Eisenstein. Ce n est pas la première fois qu un film est convoqué sur une scène, mais ici, il s agit d un film spécialement tourné pour le spectacle : un des personnages «sort» de l écran pour faire irruption dans la salle en brandissant une bobine de film, celle qui vient justement d être projetée et qui, montrée à l écran, relate de façon excentrique le journal intime dérobé à un des héros de la fable ostrovkienne. Le journal intime est devenu bobine de film. Confusion ludique des espaces, «attractions», disparitions, apparitions, transformations, métamorphoses : ce film est le premier d Eisenstein, il perturbe le temps et l espace du théâtre. 1

2 1923, encore, La Terre cabrée : sur la scène du théâtre de Meyerhold (dont Eisenstein est alors le «laborantin»), trois écrans projettent tout un matériel documentaire de textes et d images, mais Varvara Stepanova, la constructrice c est le nouveau nom du responsable du décor, car il n y a plus de décor, mais un dispositif, une construction, avait l intention de projeter des films, intention qui n a pu être réalisée pour des motifs financiers. On trouvera un grand écran porteur de 33 cartons de cinéma muet dans La forêt en 1924, et en 1927, dans Une fenêtre sur la campagne, l assistant de Meyerhold, Tsetnerovitch, auteur du «dispositif cinématographique» (c est le terme russe utilisé), a choisi pour chacune des parties de ce spectacle d agitation des cadres tirés des films documentaires qui sont placés au milieu, au début ou à la fin des séquences théâtrales, et sont accompagnés d intertitres et de dessins. Pour La lutte finale, en 1931, ce sont des cinéastes cette fois qui ont été chargés de composer l accompagnement visuel. Le premier Ledachev est un assistant de Poudovkine, le second Nemoliaev est celui de Barnet. Le spectacle est ainsi composé de textes, d une bande son extrêmement complexe comprenant des fusillades, de cris, des communiqués radio, une symphonie de Scriabine, une chanson de Maurice Chevalier, et de fragments de cinéma, extraits soit de documentaires, soit de films (Arsenal de Poudovkine, Chaplin). Dans La reconstruction du théâtre ( ), le metteur en scène affirme : «Nous qui construisons le théâtre qui doit concurrencer le cinéma, nous disons : Laissez-nous réaliser jusqu au bout notre tâche de cinéfication du théâtre, laissez-nous réaliser sur la scène les techniques de l écran ( non pas seulement au sens où nous suspendrions simplement un écran sur la scène), donnez-nous la possibilité d investir une scène équipée de technologies nouvelles selon les exigences que nous imposons au spectacle de théâtre aujourd hui, et nous créerons des spectacles qui attireront tout autant de spectateurs que le cinéma.» En Allemagne, Erwin Piscator mène cette entreprise beaucoup plus loin encore Dans Drapeaux d Alfred Paquet, en 1924 le cadre de l action est donné par un film projeté sur le fond du théâtre..dans Hop la, nous vivons! de Toller, en 1927, à la projection d un plan général sur les bâtiments d une prison succède un «zoom scénique» sur une cellule où l action théâtrale se passe. Piscator synchronise ailleurs dans ce spectacle l image radiographique d un cœur qui bat, une annonce faite par haut-parleur et un texte dit par un acteur. Dans Raspoutine en 1928, il multiplie les surfaces de projection demi-sphère, tulle, écrans, et leurs fonctions, projetant même grâce à elles le drame dans l avenir. Il faut relire Le théâtre politique de Piscator, mais aussi comprendre qu il n est pas le seul dans ce domaine et que d autres noms (Wilhem Reinking, Nina Tokumbet etc) devraient être cités et étudiés. Piscator remarque vers la fin des années 195O: «La technique au théâtre a la réputation d être un mal nécessaire qui entrave l exercice d un art plutôt qu il ne le favorise», mais il ajoute aussitôt : «La technique est une nécessité artistique du théâtre moderne». Elle fait éclater l ancienne forme de la boîte optique pour «hausser la scène au plan de l histoire». Elle permet aussi au théâtre de développer ne nouveaux contenus, de faire entrer sur le plateau les conflits contemporains, et de répondre aux modifications des rythmes perceptifs du public, de leurs habitudes temporelles et spatiales. Une nouvelle dramaturgie doit découler de ces dispositifs technologiques possibles. Dès 1928 cependant, Meyerhold fait une remarque capitale : «Piscator n a pas compris le problème qui se posait à lui. En six mois, il a cru pouvoir créer à Berlin un théâtre révolutionnaire, il a construit une scène moderne et a porté toute son attention sur le perfectionnement matériel de la technique théâtrale. C est être unilatéral. Le problème qui se pose au metteur en scène, c est qu il faut proportionner à cette ambiance les gestes, la voix de l acteur. C est ce que Piscator n a pas cherché. Il bâtit une nouvelle salle, mais il fait jouer des vieux acteurs.» C est pour ce nouvel acteur, qu il cherche pour sa part à former, que Meyerhold concevra les plans d un nouveau théâtre, jamais terminé pour des raisons politiques et qui, en projet dès la fin des années 20, prévoyait des aires de jeu transformables et de multiples surfaces de projection, aux murs et au plafond, évoquant à la fois les plans du «Théâtre total» de Gropius et Piscator, jamais réalisé non plus, et certains dispositifs de Jacques Polieri. Dans les années 60, l avant-garde américaine propose des installations, des performances «intermedias», où l acteur et le danseur se mesurent à l image ; cela prend diverses formes, projections sur un gros ballonsonde, sur le dos des artistes, expériences de «cinéma élargi», puis de «théâtre élargi», happenings filmiques. En 1967, le cinéaste Jonas Mekas écrit dans une revue de danse : «La danse, la musique, la poésie, le théâtre, la sculpture, l architecture, le chant, le cinéma sont dans une période de transition, interfèrent de telle façon qu ils redécouvrent à neuf leur véritable et propre identité ; tous les arts sont devenus multimédias. Nous parlons de cinéma élargi ( expanded cinema), de sculpture cinétique, de peinture tridimensionnelle. Le cinéma a tout à faire avec la danse. La danse a tout à faire avec le cinéma». 2

3 C est à Prague en 1958 que Josef Svoboda invente les techniques de la Laterna Magika présentée a l exposition de Bruxelles, et plus tard celles du Polyécran. Il les appliquera au théâtre. La Laterna magika combine dans une composition synchrone, plastique et sonore, le jeu de l acteur ou du danseur, la scène cinétique (tapis roulant, tournettes), le son stéréophonique, les écrans mobiles, et le cinéma, avec ses possibilités de montage et de truquage. A la Laterna Magika, scène multimédia rattachée au Théâtre national de Prague avant de devenir autonome, Le Cirque enchanteur (1977) sera représenté plus de 2500 fois. Quant au Polyécran, c est «un continateur audacieux» de Napoléon, triptyque de 1925 d Abel Gance, selon les mots mêmes du réalisateur qui avoue n avoir même jamais pu rêver d une telle postérité. Les images y sont plus nombreuses et les surfaces de projection séparées, créant des architectures modifiables. Laterna magika et Polyecran visaient tous deux un large public. Mais en 1965, intégrant dans Intollerenza (opéra atonal de Luigi Nono, présenté au Group Opera à Boston) des murs de lumière, des projections multiples et une projection télévisuelle en circuit fermé contrepoint optique, Svoboda fait aussi œuvre politique, ce qui lui crée d ailleurs des ennuis au retour dans son pays... Il est troublant de constater qu on se référe peu en France à l oeuvre de deux grands précurseursvisonnaires : le Tchèque Josef Svoboda et le Français Jacques Polieri. Depuis son monde fermé appartenant au bloc soviétique, Svoboda finira par être internationalement reconnu, mais la France, malgré les travaux de Denis Bablet, l accueillera fort peu. Polieri de son côté sera plus demandé à l étranger que dans son propre pays. Si l un, auteur de près de 700 scénographies et inventeur de procédés techniques comme le fameux projecteur «svoboda» et la Laterna Magica, demeure essentiellement un artisan du théâtre, travaillant auprès des plus grands metteurs en scène de son temps, l autre d emblée scénographe et metteur en scène lui-même, devient vite architecte de salles, créateur d événements interactifs, se tournant vers la conception de lieux, visant ce qu il appelle dès 1957 un «Théâtre du mouvement total», puis qu il nomme, en projetant sa créativité vers une scène planétaire, cyberthéâtre ou cybercinéma. Tous deux se nourissent des avant-gardes qui les ont précédés : ils ont de la mémoire. Ainsi, en 1958, Polieri fait paraître un numéro spécial de la revue d art Aujourd hui où il diffuse des informations importantes sur les avant-gardes russes et allemandes, oubliées ou très peu connues alors. Il s intéresse à Velemir Khlebnikov, le prince des poètes futuristes qu il est alors un des seuls à citer, et travaille avec le peintre Iouri Annenkov émigré russe à Paris qui a été un des praticiens- théoriciens, au début des années vingt, de la «cirquisation» du théâtre en URSS. Quant à Svoboda, c est dans son propre passé tchèque, dans l avant-garde de l entre-deux-guerres, qu il trouve ses sources qu il élargit au constructivisme russe, et à Meyerhold, Taïrov, Vakhtangov, Okhlopkov: ses liens avec les grands noms des révolutions scéniques du début du XXème siècle s enracinent dans l héritage du «théâtre de la lumière» tchèque, celui des Honzl, Burian, et Frejka, qu il connaît par l intermédiaire de son professeur, le décorateur Frantisek Tröster, qui utilisa de manière très innovante les projections sur la scène dans les années Et parce que le terrain est ici bien préparé par le passé brillant et inventif de la scénographie des pays de l Est dans les années 1920 et 30, Svoboda peut trouver en 1957 une écoute favorable à son désir d engager des recherches sur les technologies au Théâtre national de Prague. «On obtiendra les plus grands succès lorsqu on aura réalisé mon projet: engager des spécialistes de la plus haute qualification technique pour tous les domaines du théâtre : technique traditionnelle, surfaces réfléchissantes, absorbantes, chimistes, ingénieurs optiques, projectionnistes, électro-acousticiens». Entré en 1946 au Théâtre national de Prague, Svoboda alors directeur technique se voit offrir dix ans plus tard la possibilité de transformer l atelier de décor en un véritable laboratoire de recherche. Il ne cessera de considérer le théâtre comme un atelier, de la même façon que Meyerhold qui, lorsque les gardes- chiourmes staliniens lui ordonnaient de faire son autocritique, ne pouvait s empêcher de se définir comme «inventeur» Curieux de technologies, Svoboda et Polieri défrichent chacun à leur manière les voies du théâtre du XXIème siècle, mais empruntent deux chemins opposés, déterminés par des personnalités et des contextes socio-politiques et culturels différents voie centrifuge de celui qui demeure tourné vers les secrets de l espace théâtral, prétend réveiller la tradition et exposer autrement ses énigmes ; voie centripète de celui qui d emblée est davantage attiré par l abstraction, le non-figuratif, et veut faire sortir le théâtre du théâtre. Explorateur des pouvoirs de la lumière, adepte d une scène cinétique où l acteur polyvalent conserve toute sa place à l intérieur d une scénographie complexe, Svoboda crée un théâtre total et multimedia qui conserve la magie du vide mystérieux qu évoque pour lui la scène à l italienne qu il continue d affectionner. Il utilise la photographie projetée et la vidéo ( Intolleranza de L. Nono, Venise, 1961 ; 3

4 Boston, 1965 ), le film (Les Soldats de B.A. Zimmermann, Munich, 1969), s empare du laser ( La flûte enchantée, Munich, 1970) et des technologies numériques (Le piège, Laterna magica, 1999). Il fait varier à l infini les écrans (plats, sphériques, inclinés, opaques, transparents, mobiles), les textures, projetant les images sur des objets, des tissus, des rideaux de corde ou de tulle métallique, fabriquant lui-même ses diapositives colorées, les superposant. Explorateur de nouveaux espaces-temps hybrides, Poliéri utilise le numérique dès le début des années 1980, et imaginera pour le spectacle de nouveaux modes de réalisation grandioses, via le satellite, la mise en réseau, Internet. Il met en mouvement l espace du spectacle, l aire de jeu par des projections fixes ou mobiles. Les projections, le cinéma, l image à 360, ouvrent la voie à une esthétique nouvelle de la variabilité et de la complexité qui détruit la frontalité de la scène, fait éclater sa compacité, la sort de sa boîte et la démultiplie dans la salle. Plus encore, Poliéri met en branle l espace theâtral tout entier, de façon concrète et non métaphorique. La scène (1968, Grenoble) comme la salle (1970, Exposition Universelle d Osaka) deviendront mobiles. Il décline la mise en mouvement du bâtiment lui-même en de multiples propositions et réalisations: «scène annulaire» entourant les spectateurs à 360, «salle gyroscopique», «scène triple», «salle automatique mobile», «scène et salle télécommandées, rotatives et modifiables», scène électronique (destinée à la Ville Nouvelle des Ulis) dont toutes les surfaces sont à la fois des écrans et des surfaces neutres permettant aussi bien la projection d images que les prises de vue en studio. Dans un manifeste de 1955, Polieri «prédisait» ce qui arrive aujourd hui quand les acteurs, équipés de capteurs sensoriels, commencent à être capables d engendrer leur propre régie lumineuse ou musicale, et il proclamait déjà ce qu il ne cesse de dire aujourd hui, à propos du théâtre en gestation sur le Web : «Les formes solides elles-mêmes, sous l œil de l acteur, véritable magicien, pourront bouger, changer, s animer, vivre enfin sur tous les plans du théâtre et dans tous les sens. Mais qu il me soit encore permis ici d imaginer le spectateur futur dans une cage de plexiglass avec deux abdomens et deux visages comme les personnages des toiles cubistes de Picasso. Entouré de sons, de lumières, de couleurs, de formes, d ombres, il sera sensible, et de tous ses sens, à toutes les multitudes de combinaisons, d harmonies, de rythmes, de motifs mélodiques, sensible à tous les points, droites, courbes, angles coniques, lignes visuelles, auditives, statiques, qui se dérouleront dans le magnifique et extraordinaire kaléidoscope théâtral. Les rails du chemin de fer du spectacle se rapprocheront, se croiseront, puis, parallèles pendant un temps, s éloigneront l un de l autre dans un feu d artifice perpétuellement renouvelé et une perpétuelle fête. Pour l instant, tranquillisons-nous, nous n avons qu un ventre et qu une cervelle. Mais tout est possible.» D autres oeuvres sont encore à interroger, trop rapidement oubliées, ainsi celle du metteur en scène Virgilio Puecher, qui a travaillé avec Svoboda et monté en 1969 un très remarquable spectacle à la Piccola Scala de Milan : L instruction de Peter Weiss qui traite du procès de Nuremberg avec un complexe système intégré à une structure métallique et composé d un eidophore, de projecteurs de diapos et de film, et de caméras sur rails. Cette mise en scène très technologique réalise le théâtre documentaire de Peter Weiss, avec un engagement politique sans compromission. Encore un point : on oublie souvent le travail réalisé en ce domaine en France par Jean-Marie Serreau, avec son directeur technique P. Pavillard (construction d un scénario où se succèdent les acteurs, leurs photos agrandies, des dessins de Siné projetés et des ombres pour Bidermann et les incendiaires de Max Frisch, Théâtre Lutèce, 1960) et poursuivi par André-Louis Périnetti (projections de photos d actualités violentes, de dessins de Folon et vidéo en circuit fermé pour Api 2067 de R. Gurik, Théâtre de la Cité universitaire, 1969). A la révolution du regard du spectateur à laquelle le cinéma, et les images analogiques de tous format, conduisent dans les années 20 et qui amène la scène à se transformer en profondeur, succède la révolution de la présence et de la virtualité, à laquelle mènent le numérique, et la transformation de l ancienne et toujours valable interaction entre salle et scène en possible interactivité. Mais déjà, Jean-Marie Serreau considérait qu avec les projections, le jeu se fait plus distancié que dans la théorie brechtienne, et que surtout on n a plus besoin de décor. Le lieu scénique devient, disait-il, «l intelligence et les sens du spectateur, son champ mental». C est ce que Meyerhold affirmait plus tôt encore, dans La Révolution du théâtre, à propos des tâches de cinéfication du théâtre, qui induisent l intention d «appeler le public à participer à la mise au point du spectacle», et qui mettent en valeur, à côté de celui de l acteur, dont, on l a vu, un théâtre qui utilise les technologies doit s occuper en premier chef, le rôle du spectateur dont l activité de «quatrième créateur», de «correcteur» («l achèvement définitif du spectacle et sa fixation dans tous les détails, c est le public qui l effectue avec l acteur») sera d autant plus sollicitée qu on réclame un théâtre mieux équipé techniquement. 4

5 Abel Gance en 1962 écrivait «L adjonction de l image et de la réalité confère à l image et à la réalité une dimension nouvelle, une sorte de quatrième dimension qui enrichit incontestablement un spectacle. A mon avis, les arts ne visent qu à cela. Il s agit de créer une dimension nouvelle dans l esprit des spectateurs». Ce que John Mekas disait à sa façon, à la même époque, quand il insistait sur la manière dont les technologies utilisées à la scène nous «ouvraient». Ce petit retour vers le passé n est pas nostalgie, il veut simplement placer les recherches théâtrales qui se font aujourd hui avec les NTI, avec l intelligence artificielle (voir par exemple le projet de «scène vivante» de Jean-Marc Musial), dans le grand et magnifique élan de la quête artistique de XXeme siecle, avec lequel celle du XXIeme se doit d être à la fois en continuité et en rupture. 5

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

plasticien revalorisateur Electronic music producer

plasticien revalorisateur Electronic music producer plasticien revalorisateur Electronic music producer EgzoArtiste Ensuite, grâce à un QR code placé a l intérieur de chaque «box», un «beat» unique (musique instrumentale) est téléchargeable via l application

Plus en détail

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

LE THÉÂTRE DES ARTS ÉVOLUTIFS. 7 Avenue du général Leclerc 56300 PONTIVY. E-mail : th.arts.evolutifs@gmail.com. Tél. : 06.23.26.21.

LE THÉÂTRE DES ARTS ÉVOLUTIFS. 7 Avenue du général Leclerc 56300 PONTIVY. E-mail : th.arts.evolutifs@gmail.com. Tél. : 06.23.26.21. LE THÉÂTRE DES ARTS ÉVOLUTIFS 7 Avenue du général Leclerc 56300 PONTIVY E-mail : th.arts.evolutifs@gmail.com Tél. : 06.23.26.21.21 1 Le Théâtre des arts évolutifs a le privilège de vous présenter sa première

Plus en détail

IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation

IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation IL ETAIT UN TRUC... L association qui grimpe, qui grimpe...... et amène la création artistique par tous, pour tous, partout... Dossier de Présentation 1 OBJECTIFS "A l'usage, l association IL ETAIT UN

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Legoman (Yannick Jacquet) Graphiste, VJ, motion designer. Shirü (Jérémie Peeters) Graphiste, sérigraphe, VJ

Legoman (Yannick Jacquet) Graphiste, VJ, motion designer. Shirü (Jérémie Peeters) Graphiste, sérigraphe, VJ Collectif audiovisuel : Installations / VJing / lives audio-vidéo Artistes : Legoman (Yannick Jacquet) Graphiste, VJ, motion designer Shirü (Jérémie Peeters) Graphiste, sérigraphe, VJ Thomas Vaquié Musicien,

Plus en détail

Compagnie de théâtre mobile. La petite marionnette qui se nourrit de la poésie de vos écrits pour vous révéler la sienne

Compagnie de théâtre mobile. La petite marionnette qui se nourrit de la poésie de vos écrits pour vous révéler la sienne Compagnie de théâtre mobile La petite marionnette qui se nourrit de la poésie de vos écrits pour vous révéler la sienne Dans une cage de verre se cache Zaza, l automate de papier. Elle n est pas diseuse

Plus en détail

MARIE-JO LAFONTAINE DANS LE CABINET DU BATONNIER DE BRUXELLES

MARIE-JO LAFONTAINE DANS LE CABINET DU BATONNIER DE BRUXELLES MARIE-JO LAFONTAINE DANS LE CABINET DU BATONNIER DE BRUXELLES Née à Anvers, diplômée de La Cambre-Ecole nationale supérieure des arts visuels de Bruxelles, Marie-Jo Lafontaine est une artiste européenne

Plus en détail

Enseignements artistiques

Enseignements artistiques Cycle 3 Enseignements artistiques Arts PLASTIQUES Après la sensibilisation aux activités et à la perception des langages artistiques conduite en maternelle, le cycle 2 a fait découvrir aux élèves quelques

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette niveau : 4ème Le dispositif pédagogique 1 ère séance : Les élèves ont amené l image de leur choix. Verbalisation autour des types d image trouvées.

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

OMBRES ET LUMIÈRES. Références aux instructions officielles : CYCLE 1

OMBRES ET LUMIÈRES. Références aux instructions officielles : CYCLE 1 OMBRES ET LUMIÈRES Ecole primaire «LES MURIERS», Alignan du Vent GS - CP période 5 - DDM vendredi après-midi du 27/04 au 01/06 Références aux instructions officielles : CYCLE 1 Enjeux d apprentissage :

Plus en détail

LE DOUBLAGE ET LE SOUS-TITRAGE DE FILMS EN FRANCE

LE DOUBLAGE ET LE SOUS-TITRAGE DE FILMS EN FRANCE Colloque ASTTI équivalences Berne, 15 novembre 2013 LE DOUBLAGE ET LE SOUS-TITRAGE DE FILMS EN FRANCE Jean-François Cornu Les origines du doublage et du sous-titrage en France Pendant la période du cinéma

Plus en détail

LE CND AIDE À LA RECHERCHE ET AU PATRIMOINE EN DANSE 2013

LE CND AIDE À LA RECHERCHE ET AU PATRIMOINE EN DANSE 2013 RÉSUMÉ DU PROJET «Essai pour un danseur virtuel» (document ressource pour la recherche en danse et multimédia), par Catherine Langlade [constitution d autres types de ressources] Cet essai se présente

Plus en détail

ARTS, LETTRES ET COMMUNICATION

ARTS, LETTRES ET COMMUNICATION ARTS, LETTRES ET COMMUNICATION 500.AG PROFIL CINÉMA 500.AJ PROFIL COMMUNICATION ET MÉDIAS 500.AF PROFIL ARTS VISUELS ET PHOTOGRAPHIE 500.AH PROFIL LITTÉRATURE ET CULTURE 500.AL PROFIL LANGUES MODERNES

Plus en détail

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine

Plus en détail

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke HOME solo Une production de la compagnie Louise Vanneste et de Caravan Production Chorégraphie et danse : Louise Vanneste / Installation: Arnaud Gerniers / Eclairage : Arnaud Gerniers et Benjamin Van Thiel

Plus en détail

Le Cinéma. Le cinéma,son invention et son évolution CANNES CINEMA 1

Le Cinéma. Le cinéma,son invention et son évolution CANNES CINEMA 1 Le Cinéma Le cinéma,son invention et son évolution La naissance du cinéma En 1895, les frères Lumière inventent le cinématographe. Cet appareil projette des images animées sur un écran. Le Cinématographe

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique

Activité 4. CE et CO / PO et PE. Analyser l écriture cinématographique. A vous maintenant! L écriture cinématographique B1 Activité 4 Analyser l écriture cinématographique CE et CO / PO et PE Durée de l activité : 2 séances de 60mn Être capable de - Identifier les échelles de plans et les interpréter - Mettre en relation

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La vision

Physique, chapitre 8 : La vision Physique, chapitre 8 : La vision 1. Voir un objet 1.1 Sources de lumière Une source primaire de lumière produit la lumière qu elle émet. Par exemple, le soleil, une ampoule, le feu, un éclaire, une luciole

Plus en détail

Guide des intelligences multiples

Guide des intelligences multiples Guide des intelligences multiples A n n e x e 1 2 Intelligences Verbale et linguistique Logicomathématique Spatiale et visuelle Musicale et rythmique Corporelle et kinesthésique Interpersonnelle Intrapersonnelle

Plus en détail

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí Production IVAN CARRERO Scénario MONTSE AGUER et DAVID PUJOL Photographie IVAN CARRERO Édition et son JORDI MUÑOZ Documentation LUCIA

Plus en détail

L OPTION CINÉMA AUDIOVISUEL AU LYCÉE ALBERT CAMUS

L OPTION CINÉMA AUDIOVISUEL AU LYCÉE ALBERT CAMUS L OPTION CINÉMA AUDIOVISUEL AU LYCÉE ALBERT CAMUS QU EST- CE QUE L OPTION CINÉMA- AUDIOVISUEL? L option Cinéma Audiovisuel (CAV) fait partie des enseignements artistiques proposés au lycée. Le lycée Albert

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!! #! #

! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!! #! # ,!! #! #! % & () + ! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!!#!#!!!. %&%& ( )! +, %. / 0 12 12 %& # ( &!(!& (! & (!(! ( ) +,!. + )(, & (!(! /0.!# 1! # %& # %& ( & ) # % #!#!!!! & & & /0.!# 1! # %& (

Plus en détail

laboratoire artistique transdisciplinaire

laboratoire artistique transdisciplinaire laboratoire artistique transdisciplinaire «Insula Prod, spécialiste du Mapping Vidéo et des immersions interactives» L ART D AUGMENTER LA RÉALITÉ Une expérience sensorielle unique De plus en plus présent

Plus en détail

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE PLAISIRS, DÉPLAISIRS, LE BESTIAIRE AMOUREUX D ANNETTE MESSAGER L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE Scénario et réalisation : Heinz Peter Schwerfel Coproduction : Centre Pompidou, WDR Artcore Film, Centre Pompidou,

Plus en détail

L ACCROCHAGE. A chaque fois, les volumes, les surfaces, les dimensions et les possibilités d accrochage et de mise en valeur changent.

L ACCROCHAGE. A chaque fois, les volumes, les surfaces, les dimensions et les possibilités d accrochage et de mise en valeur changent. L ACCROCHAGE LE LIEU : Cela peut être des lieux très divers : les classes de l école, la salle de psychomotricité, la salle de cantine, la BCD, une salle de la mairie, une salle polyvalente, des couloirs,

Plus en détail

Festival Clin d œil 2013 6 ème édition

Festival Clin d œil 2013 6 ème édition Festival Clin d œil 2013 6 ème édition (5, 6 et 7 juillet 2013) APPEL AUX ARTISTES SOURDS REIMS Pays invité : Le Japon Spectacle Conte Danse One man show Poésie Théâtre Théâtre de rue VV Film Anim ation

Plus en détail

Poste 2 la technique de tournage

Poste 2 la technique de tournage 1/8 Tournons des vidéos mais correctement! Conseils et astuces pour les mouvements de caméra Erreurs à éviter Le trépied 2/8 Tournons des vidéos mais correctement! Description de la tâche 1. Lisez les

Plus en détail

Programme des activités jeune public au Louvre été 2015

Programme des activités jeune public au Louvre été 2015 Communiqué de presse Jeune public Juin - Juillet - Août 2015 Programme des activités jeune public au Louvre été 2015 La visite d un musée est l occasion d une rencontre avec des œuvres, un lieu, et leur

Plus en détail

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture 100 suggestions d activités pour la Fête de la culture Voici quelques suggestions pour vous aider à planifier vos activités de la Fête de la culture. Ces exemples ont été tirés des quelque 7 000 activités

Plus en détail

spécialiste de la biographie multimédia collaborative

spécialiste de la biographie multimédia collaborative spécialiste de la biographie multimédia collaborative DOSSIER DE PRESSE - Novembre 2014 memovie, spécialiste de la biographie multimédia collaborative. A travers différents supports, les experts de memovie

Plus en détail

DES ILLUSIONS? QUELLES ILLUSIONS?

DES ILLUSIONS? QUELLES ILLUSIONS? DES ILLUSIONS? QUELLES ILLUSIONS? Parcours artistique et scientifique au pays des illusions Cie Kat chaça - Des illusions? Quelles illusions? p. 1 sur 10 Un parcours Arts & Sciences La compagnie Kat chaça,

Plus en détail

2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public. Mine. Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations...

2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public. Mine. Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations... Mine 2rien et compagnie : «Par une nuit étoilée...» Spectacle jeune public Magie, Danse, Jonglerie, Découverte des constellations... C est l histoire d un enfant qui s endort la veille de Noël (ou de son

Plus en détail

LE CURSUS ACADEMIQUE

LE CURSUS ACADEMIQUE PRESENTATION L Institut d études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques (IESAV) est un établissement rattaché à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l Université Saint-Joseph de

Plus en détail

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer Devenir artiste / Devenir Designer Engager une aventure de création dans l art ou le design contemporains. Bénéficier d une solide formation théorique

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

EXPOSITION AU MUSÉE JACQUARD DE ROUBAIX

EXPOSITION AU MUSÉE JACQUARD DE ROUBAIX EXPOSITION AU MUSÉE JACQUARD DE ROUBAIX Le 31 Mai 2006 L HISTOIRE D UN HAPPENING Valérie Maniglier www.valeriemaniglier.com L HISTOIRE D UN HAPPENING «IMPROVISATION SUR LES RYTHMES DES METIERS A TISSER

Plus en détail

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Démarche Démarche globale Identifier et qualifier Les composants plastiques de la vidéo Les impressions et les sensations subjectives Coordonner les deux types d informations

Plus en détail

une production de L eau du bain

une production de L eau du bain Par la fenêtre, la forêt une production de L eau du bain e a u d u b a i n @ g m a i l. c o m 5 1 4-5 2 3-6 7 0 9 La pièce On a mis la forêt à sécher. La vie après la vie, c est la vie vague. Pour l apercevoir,

Plus en détail

DOCUMENT PEDAGOGIQUE

DOCUMENT PEDAGOGIQUE Musée national Marc Chagall Avenue Docteur Ménard 06000 Nice www.musee-chagall.fr Direction du développement culturel Service des visites-conférences Dossier suivi par : Cédric Scherer Tel.04 93 53 87

Plus en détail

Portfolio - Pierre Hœzelle

Portfolio - Pierre Hœzelle ahah avril 2009 dernier coup de filet décembre 2008 remplir la rivière juillet-septembre 2009 Portfolio - Pierre Hœzelle Dans mon activité de plasticien, je m attache à créer du sens par le biais d installations

Plus en détail

Cours Multicaméra. présenté par BeKura

Cours Multicaméra. présenté par BeKura présenté par BeKura Photographe Reinraum (2008) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives Canada, 2011 Numéro ISBN 978-2-9812731-1-6 Table

Plus en détail

Pourquoi une formation en Arts Plastiques?

Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Votre enfant termine sa classe de Troisième, et sera en seconde générale l an prochain. Un certain nombre de disciplines, jusqu à présent obligatoires, deviennent

Plus en détail

KÖRPER OHNE STIMME OHNE KÖRPER

KÖRPER OHNE STIMME OHNE KÖRPER COMPAGNIE TERALUNA KÖRPER OHNE STIMME OHNE KÖRPER ESSAI CHOREGRAPHIQUE POUR UNE VOIX ET UNE INTERPRETE C R E A T I O N 2 0 1 3 FICHE SIGNALETIQUE Titre - Körper ohne Stimme ohne Körper (contraction de:

Plus en détail

Voyage au bout du charbon Scénario

Voyage au bout du charbon Scénario Voyage au bout du charbon Scénario Vous voici dans le Shanxi, connu localement comme «l océan de charbon». Cette province du Nord de la Chine se distingue par de sombres records. Ceux de la production

Plus en détail

Métier : comédien. I - Contexte actuel du métier. Annexe de l'arrêté du 1er février 2008

Métier : comédien. I - Contexte actuel du métier. Annexe de l'arrêté du 1er février 2008 Annexe de l'arrêté du 1er février 2008 Relatif au diplôme national supérieur professionnel de comédien et fixant les conditions d'habilitation des établissements d'enseignement supérieur à délivrer ce

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Licences d entrepreneur de spectacles n 1-1029401 n 2-136722 n 3-1007776 N SIRET 453 709 768 000 15

Licences d entrepreneur de spectacles n 1-1029401 n 2-136722 n 3-1007776 N SIRET 453 709 768 000 15 Les Minuits Théâtre des Minuits 153, la Grande rue 45390 La Neuville-sur-Essonne +33(0)2 38 39 18 11 lesminuits@theatredesminuits.com Licences d entrepreneur de spectacles n 1-1029401 n 2-136722 n 3-1007776

Plus en détail

Présentation de l agence

Présentation de l agence Présentation de l agence Agence d art contemporain Lucia Drago, fondatrice en 2008 de l agence d art contemporain Drago for Art, souhaite créer un véritable pont entre l Italie, son pays natal, et la France

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

LE FANTÔME DE L OPÉRATRICE

LE FANTÔME DE L OPÉRATRICE LE FANTÔME DE L OPÉRATRICE écrite (i.e. différente de celle du mix sonore final) Depuis que j'ai disparu de la surface de la terre, il m arrive d entendre l écho sourd, et froid, de «ma» voix. Et quand

Plus en détail

Parfois la nuit... Tout public à partir de 18 mois. Durée 30 min. Jauge : 80 pers. Max.

Parfois la nuit... Tout public à partir de 18 mois. Durée 30 min. Jauge : 80 pers. Max. Parfois la nuit... Tout public à partir de 18 mois. Durée 30 min. Jauge : 80 pers. Max. Compagnie Monna de Trieste association «le Phare d'escabel» rue de Jailly les moulins 21350 Villeberny Sarah Voisin

Plus en détail

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son CIEL! LES NOCTAMBULES Depuis sa création en 1997, Ciel! Les Noctambules milite en faveur du court-métrage et de la création

Plus en détail

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES)

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Arts, Lettres, Langues Présentation Structure de la formation : * 4

Plus en détail

Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle»

Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle» Plan-relief de Marseille, dit Plan Lavastre, 1848 1850, musée d'histoire de Marseille photo W. Govaert Séquence 10 : «Un port, des industries et des hommes : Marseille au XIX ème siècle» Les lendemains

Plus en détail

Gabor Szilasi. Gabor Szilasi Clip 1

Gabor Szilasi. Gabor Szilasi Clip 1 Gabor Szilasi Gabor Szilasi Clip 1 Comment je suis devenu photographe C est, c est pas ce que je voulais devenir, photographe, mais j ai commencé à étudier en médecine et je voulais me sauver en 49 de

Plus en détail

Leçon N 7 PICASA Autres fonctions

Leçon N 7 PICASA Autres fonctions Leçon N 7 PICASA Autres fonctions PICASA a de nombreuses autres applications pour la gestion de vos photos. 1 Les Albums Contrairement aux dossiers, les ALBUMS n existent que dans PICASA. Il n y a pas

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

ANNUAIRE HISTOIRE DES ARTS : FORMULAIRE DE LA NOTICE. [titre de la ressource]

ANNUAIRE HISTOIRE DES ARTS : FORMULAIRE DE LA NOTICE. [titre de la ressource] ANNUAIRE HISTOIRE DES ARTS : FORMULAIRE DE LA NOTICE [titre de la ressource] Titre 1 : Description : Domaine artistique 2 : Période historique :Primaire : Collège : Lycée : Thématique :Collège : Lycée

Plus en détail

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Intention «Ma volonté première pour la création de «Poème» est de dépasser les contours du spectacle vivant, de mêler

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Initiation à la photographie sous marine

Initiation à la photographie sous marine Initiation à la photographie sous marine 1. Présentation de l appareil photo 2. La photo sous marine (1/2) 3. La photo sous marine (2/2) 4. Traitement numérique Présentation de l appareil photo 1. Les

Plus en détail

Le plan. Mots clefs. Isoler Reproduire Associer

Le plan. Mots clefs. Isoler Reproduire Associer Le plan Définition Les plans sont les différentes parties de l'espace d'un tableau, d une image ou d'une représentation bidimensionnelle. Ils permettent de donner l'impression d'éloignement. Le premier

Plus en détail

Tamponville. L exposition/atelier itinérante de Fotokino avec le soutien de la DRAC PACA. une création d Aurélien Débat

Tamponville. L exposition/atelier itinérante de Fotokino avec le soutien de la DRAC PACA. une création d Aurélien Débat Tamponville L exposition/atelier itinérante de Fotokino avec le soutien de la DRAC PACA une création d Aurélien Débat Dessins de l exposition Tamponville L exposition-atelier itinérante L illustrateur

Plus en détail

video & performing Arts DOYOUDa DA VENEZIA BORDEAUX présent SEXY HAMBURGERS - Hommage à Jacques Prévert -

video & performing Arts DOYOUDa DA VENEZIA BORDEAUX présent SEXY HAMBURGERS - Hommage à Jacques Prévert - video & performing Arts DOYOUDa DA VENEZIA BORDEAUX présent SEXY HAMBURGERS - Hommage à Jacques Prévert - SYNOPSIS Sexy hamburgers est un spectacle de théâtre de rue pour un homme, une femme et un musicien,

Plus en détail

Nature Morte. Introduction

Nature Morte. Introduction Nature Morte Introduction La nature morte c est la représentation visuelle d'élément inanimé. En photographie, elle consiste à mettre en valeur le sujet par le décor, par la lumière et par la mise en scène

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU CENTRE POMPIDOU-METZ

CAHIER DES CHARGES POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU CENTRE POMPIDOU-METZ CAHIER DES CHARGES POUR LE RECRUTEMENT DU DIRECTEUR DU CENTRE POMPIDOU-METZ 1- PRESENTATION DE L INSTITUTION Inauguré le 10 mai 2010, le Centre Pompidou-Metz, première décentralisation d un établissement

Plus en détail

ATELIERS THEATRE. Théâtre Découverte:

ATELIERS THEATRE. Théâtre Découverte: ATELIERS THEATRE Théâtre Découverte: Pour les plus jeunes (cycle2) Découverte du théâtre par le biais du mime, de jeux d imitation, d improvisations, travail de l expressivité, et apprentissage de la collaboration

Plus en détail

Les formations à l université Stendhal

Les formations à l université Stendhal Les formations à l université Stendhal Une palette innovante et diversifiée L université Stendhal propose une palette diversifiée de formations à travers ses 5 Unités de formation et de recherche (UFR)

Plus en détail

Littérature : le fantastique

Littérature : le fantastique Littérature : le fantastique Objectif général : - Découvrir et identifier le genre littéraire fantastique par l étude d une œuvre longue (Jumanji de Chris Van Allsburg) et par sa mise en réseau avec d

Plus en détail

Le cabaret mobile eauzone

Le cabaret mobile eauzone le théâtre cabines présente Le cabaret mobile eauzone Fable théâtrale tout public A partir de 8 ans SYNOPSIS Le cabaret mobile eauzone est une fable onirique et sensible qui nous entraîne dans un univers

Plus en détail

City. Cirque de création. Production en 2015/2016 Création Juin 2016 CIE LES HOMMES DE MAINS

City. Cirque de création. Production en 2015/2016 Création Juin 2016 CIE LES HOMMES DE MAINS City Cirque de création Production en 2015/2016 Création Juin 2016 CIE LES HOMMES DE MAINS CITY Cirque de création Création et écriture : Joris Frigerio Vidéo: Samuel Sérandour, Léo Wassmer Acrobate porteur,

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

Scénographisme un ping-pong complice entre Clemence farrell et Ich&kar au service d un sujet d exception

Scénographisme un ping-pong complice entre Clemence farrell et Ich&kar au service d un sujet d exception cité de la Musique DU 19 MARS AU 18 AOÛT 2013 Scénographisme un ping-pong complice entre Clemence farrell et Ich&kar au service d un sujet d exception ExpositiOn LE MARIAGE DU SIÈCLE? commissaire de l

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATION

CATALOGUE DE PRESTATION UN AUTRE REGARD SUR LA NATURE CATALOGUE DE PRESTATION Présentation Nos prestations Conditions tarifaires Contacts ASSOCIATION GRANDEUR NATURE - PRATS HAUTS - 05350 CHATEAU VILLE VILLE 06 99 52 55 05 -

Plus en détail

Décembre, le mois du cinéma à l Atelier Numérique

Décembre, le mois du cinéma à l Atelier Numérique CONF ÉRENCES Décembre, le mois du cinéma à «Comment réaliser un court métrage», par Ari pictures Vendredi 13/12-19h30 Arthur Choupin, réalisateur, et Sébastien Baudier, producteur, proposent de partager

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

Arnaud Grégoire graffiteur

Arnaud Grégoire graffiteur 1 Arnaud Grégoire graffiteur Ce cours est une introduction, par un artiste du milieu, à l histoire et aux techniques qui déc oulent des pratiques du graffiti et de l art de rue. L atelier est divisé en

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET ACTIVITÉS ARTISTIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE CRÉATION ET ACTIVITÉS ARTISTIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE CRÉATION ET ACTIVITÉS ARTISTIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Arts visuels, Arts du son, Arts du spectacle, Patrimoines Enseignement d exploration Préambule général Les

Plus en détail

GUIDE SUR LE DROIT D AUTEUR LE DROIT À L IMAGE PARCOURS TRANS

GUIDE SUR LE DROIT D AUTEUR LE DROIT À L IMAGE PARCOURS TRANS GUIDE SUR LE DROIT D AUTEUR ET LE DROIT À L IMAGE DANS LE CADRE DES PARCOURS TRANS QUELQUES NOTIONS DE BASE Le droit Civil - droit à l image Le droit à l'image est le droit de toute personne physique à

Plus en détail

Lucie PICANDET Née à Paris, le 27.09.1982

Lucie PICANDET Née à Paris, le 27.09.1982 Lucie PICANDET Née à Paris, le 27.09.1982 Adresse : 1 rue Gabrielle 75018 Paris 09 50 89 68 33 06 30 28 21 07 luciepicandet@rocketmail.com www.luciepicandet.com STATUT PROFESSIONNEL Artiste plasticienne

Plus en détail

Le petit lexique du cinéma

Le petit lexique du cinéma Le petit lexique du cinéma Dossier réalisé par Alice Mennesson 1 QUELQUES DEFINITIONS POUR COMMENCER La séquence (Sequenz) est un groupe de plans qui forment un ensemble narratif. On peut comparer la séquence

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION ET D ÉVALUATION DU PARTENARIAT ARTISTIQUE ET CULTUREL

GUIDE D ÉLABORATION ET D ÉVALUATION DU PARTENARIAT ARTISTIQUE ET CULTUREL GUIDE D ÉLABORATION ET D ÉVALUATION DU PARTENARIAT ARTISTIQUE ET CULTUREL L éducation artistique et culturelle doit être développée dans un objectif de généralisation à tous les élèves et à l ensemble

Plus en détail

DEFISCALISATION DES DONS

DEFISCALISATION DES DONS DEFISCALISATION DES DONS Introduction : ce document est réalisé à titre indicatif dans le contexte légal en vigueur au 14 janvier 2014. Le sujet de cette fiche est la défiscalisation des dons, à laquelle

Plus en détail

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com

Le Team building. (consolidation d équipe) 1-866-651-5387 www.andreauger.com Le Team building (consolidation d équipe) Olympiades Venez participer à nos «Olympiades» et découvrez les capacités d adaptation de votre équipe lors d une compétition amicale Pas besoin d être en grande

Plus en détail