pb : Quelle relation peut-on établir entre les glaces polaires et le climat? Activité4 chap4 TS spe : les glaces polaires et les paléotempératures :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "pb : Quelle relation peut-on établir entre les glaces polaires et le climat? Activité4 chap4 TS spe : les glaces polaires et les paléotempératures :"

Transcription

1 pb : Quelle relation peut-on établir entre les glaces polaires et le climat? Activité4 chap4 TS spe : les glaces polaires et les paléotempératures : Saisir des informations et les mettre en relation Livre p Vidéo carotte polaire Le document 1 permet de préciser la relation existant entre les proportions des isotopes de l oxygène présents dans l eau ou la glace et la température du lieu de précipitation. Le logiciel proposé permet d afficher l ensemble des stations ayant réalisé des mesures isotopiques, d en extraire celles qui sont les plus représentatives et d obtenir le graphique 1b : ce dernier montre clairement une corrélation simple entre température et δ18o. On comprend ainsi comment, en mesurant le rapport δ18o (ou le rapport δd) sur des glaces polaires, on peut accéder à des paléotempératures grâce à un thermomètre isotopique convenablement «calibré». Le document 2 montre le graphe obtenu à partir des mesures du rapport δ18o dans le forage du Dôme C en Antarctique (même lieu que les graphiques des Activités Pratiques 1 relatifs à la concentration en certains gaz atmosphériques). Les paléotempératures indiquées ont été calculées à partir de l équation de la droite correspondant au thermomètre isotopique (document 1). Ce graphique présente les variations de températures en durée, en amplitude et permet d effectuer une comparaison entre ces variations et celles portant sur l évolution des gaz atmosphériques présentées dans la double page précédente. Le document 3 a pour objectif de faire comprendre aux élèves la nécessité de réaliser des corrélations entre les mesures arctiques et antarctiques afin de s assurer que les variations climatiques enregistrées sont bien globales. Réponse aux questions Doc. 1 : La carte montre que plus la latitude augmente plus la valeur du rapport δ18o diminue. Cela signifie que le rapport de concentration 18O/16O diminue : les précipitations sont donc proportionnellement enrichies en 16O (ou appauvries en 18O). En effet, une masse d air se charge de vapeur d eau vers les basses latitudes. Au cours de son transport vers les hautes latitudes, elle va s appauvrir progressivement en isotopes lourds, au fil des condensations successives. Plus la masse d air se refroidit, plus elle se condense, et plus l eau des précipitations est appauvrie en oxygène 18 (le phénomène est comparable en ce qui concerne le deutérium D ou 2H). En corrélant les valeurs du rapport δ18o mesurées dans les précipitations avec les relevés de température aux différentes latitudes correspondantes, on obtient une représentation linéaire. On dispose ainsi d un «thermomètre» : la mesure du δ18o correspond bien à une température. Remarquons qu il est nécessaire de calibrer la droite obtenue en un lieu donné car la correspondance δ18o/t C dépend de nombreux facteurs locaux. Enfin, comme tout permet de penser que la corrélation entre δ18o et température a toujours été la même par le passé, cette méthode permet de mesurer des températures «fossilisées» sous forme de rapports δ18o mesurables dans les glaces anciennes. Doc. 1 et 3 : En utilisant le graphe du document 1 pour les variations du δ18o, on constate que l amplitude des variations de température mesurées est comprise entre 46 C et 36 C environ. 1

2 Doc. 2 : Ce graphique montre plusieurs (8) cycles climatiques marqués par une augmentation relativement brusque de la température (entrée dans une période interglaciaire) et une baisse plus progressive (retour vers une période glaciaire). Les 4 derniers cycles glaciaires, d une durée moyenne de ans, sont nettement visibles. L amplitude maximale des variations de température s élève à 15 C pour le dernier cycle. De nombreuses oscillations plus ou moins importantes existent en particulier à l intérieur des périodes glaciaires. Doc. 3 : Les forages GISP, GRIP au Groenland et Vostok en Antarctique permettent : de préciser l évolution des paléotempératures au cours des derniers ans ; de comparer ces variations dans les deux régions polaires. Les graphes δ18o et δd sont très semblables. Ils permettent d établir qu il y a ans la température a commencé à chuter ( 12 C) pour atteindre un minimum il y a ans. De nombreuses petites oscillations marquent cette période glaciaire et sont visibles (notamment de ans à ans). Puis, la température augmente «rapidement», jusque vers ans (amplitude de l ordre de + 12 C) et reste élevée, avec des oscillations : nous sommes désormais en période interglaciaire. À Vostok, les grandes variations précédentes sont repérables de façon à peine décalées dans le temps, les oscillations à l intérieur de la période glaciaire sont moins marquées. La bonne corrélation entre les deux pôles suppose qu il existe une origine globale aux grandes variations constatées. Synthèse : L utilisation d un thermomètre isotopique fondée sur le rapport de concentration d isotopes (18O et 16O d une part, 1H et 2H d autre part), calibré à la zone d extraction des carottes glaciaires, permet de mettre en évidence une succession de périodes glaciaires et interglaciaires d une amplitude globale de 10 à 15 C et dont l origine est naturelle et non anthropique. Le 18O de la glace Le dioxygène est un mélange isotopique de 99,8% d'16o et 0,2% d'18o, les mêmes proportions règnent dans l'eau (H218O et H216O). On constate que la concentration en 18O dans les glaces polaires est inférieure à celle des eaux océaniques et que la concentration en 18O dans les glaces est fonction de la température de précipitation de la neige. L'accumulation d'inlandsis sur les continents, lors des périodes glaciaires s'est traduite par un enrichissement relatif de l'eau océanique en 18O. Les variations du rapport 18O/16O dans les glaces et les océans au cours du temps constituent des paléothermomètres permettant de connaître l'évolution du climat. Pour étalonner le thermomètre isotopique, on évalue le rapport 18O/16O dans des échantillons de neige en fonction de la température de précipitation, par rapport au standard de l'eau océanique, en utilisant la formule conventionnelle: Le 18O s'exprime en /oo et varie dans le même sens que 18O/16O. - La notion de thermomètre isotopique : 2

3 Belin Edition 2012 Préciser comment évolue la valeur du deltad évolue quand la teneur en deutérium de l eau diminue Belin Edition

4 Du fait de température constamment négatives, les calottes polaires ont accumulé des épaisseurs de glaces pouvant dépasser 3 Km En effectuant des mesures sur les précipitations actuelles, on a constaté une relation entre la température à laquelle surviennent ces précipitations et la composition isotopique de l eau. Les deux éléments constitutifs de l eau sont exploitables : pour l hydrogène on s intéresse au rapport D/H et pour l oxygène au rapport 18O/16O. Dans les deux cas : plus la température est basse plus l eau est apprauvie en isotope lourd donc plus l indice isotopique ᵟD ou ᵟ18O est faible. La composition isotopique de la glace, à différentes profondeurs dans une carotte, nous renseigne donc sur la température locale à l époque des précipitations.. Pb : que peuvent apporter les foraminifères dans l étude des climats? Activité 5 chap4 TS spe : les données des foraminifères TP 2 TS spe : l évolution globale du climat à partir des données des foraminifères. Livre p Le document 1 représente une cartographie mondiale réalisée à partir des banques de données polliniques relatives à de nombreux sites. Dans les cartes présentées, il est possible de faire tracer aux élèves les limites de certains biomes représentatifs et de suivre au cours du temps leur extension géographique. Le document 2 apporte des informations sur les foraminifères et présente une activité pratique réalisable en classe qui consiste, à partir de boues océaniques prélevées lors de campagne de forage (campagne du Marion Dufresne), à solubiliser les sédiments et à réaliser un tri sur colonne de tamis (tamis 125 μm). Une simple identification des différentes familles de foraminifères ou, si l échantillon le permet, un comptage du nombre d individus peut être réalisé. Si l on dispose de deux niveaux différents, on peut alors discuter des différences de contenu, émettre des hypothèses sur l origine des variations constatées et surtout faire prendre conscience de la maigre fiabilité des estimations réalisées. Le document 3 identifie les exigences climatiques de trois espèces de foraminifères et montre un graphe relatif à un forage réalisé à l équateur : ce graphe peut être construit à partir d une banque de données téléchargeables en demandant aux élèves de justifier le choix des espèces figurant dans la banque de données. Réponse aux questions : Doc. 1 : Les biomes à observer sont ceux pour lesquels les données sont nombreuses : les forêts (tempérées, tempérées chaudes ou boréales) de l hémisphère Nord (Europe et Amérique du Nord) donnent une bonne image de l évolution climatique. Ces forêts, sont inexistantes à ans où les données polliniques disponibles montrent l existence d une toundra sèche dans le sud de l Europe. Il y a ans, la forêt tempérée occupe presque toute l Europe y compris l Europe du Nord alors qu à une époque récente, la zonation climatique est bien marquée (en Europe comme en Amérique du Nord) par la forêt boréale au Nord, la forêt tempérée réduite aux latitudes d environ 45 degrés, et la forêt tempérée chaude occupant le sud de l Europe et le sud de la côte est-américaine. On peut ainsi reconstituer un scénario climatique : un climat très froid il y a ans (période glaciaire), un optimum climatique il y a ans (maximum interglaciaire) puis des modifications climatiques (un léger refroidissement dans le nord de l Europe) entraînent une zonation plus marquée des trois biomes forestiers. Doc. 2 et 3 : L abondance actuelle de trois foraminifères (N. pachyderma, G. bulloïdes, G. ruber) dépend de la localisation des forages réalisés dans l Atlantique Nord et donc de la température des eaux océaniques. Ces espèces actuelles ont donc des exigences thermiques strictes (5 C pour N. pachyderma, 16 C pour G. bulloïdes et 25 C pour G. ruber). Le graphe de droite réalisé à partir d un sondage réalisé à 0 de latitude et 23 longitude ouest permet d identifier les modifications de la température océanique en estimant que les exigences climatiques actuelles sont transférables au passé. Entre ans et ans, les foraminifères les plus abondants sont N. pachyderma, signant une température relativement froide (aux environ de 14 C) ; entre ans et ans, le nombre d individus appartenant à l espèce G. ruber augmente brutalement, signant un réchauffement des eaux superficielles alors que N. pachyderma existe encore. La coexistence des deux espèces permet d envisager une température océanique aux alentours de 18 4

5 C. Après ans, G. ruber est presque exclusivement présent témoignant d une accélération du réchauffement océanique et d une température océanique supérieure à 20 C (là encore, prendre garde à l orientation de l échelle de temps). Les deux types d indices, continentaux (pollens) et océaniques (foraminifères), donnent des indications concordantes sur l évolution du climat depuis ans : la période glaciaire prend fin il y a ans et lui succède une période interglaciaire dont l optimum climatique se situe il y a ans. Pb : Quels indices peuvent apporter les glaciers dans la reconstitution des climats? Activité 6 chap 4 TS spe : Les indices donnés par les glaciers : Livre p Le document 1 illustre d une part l extension de la banquise arctique (étendue de mer gelée) mais aussi l évolution d un glacier continental en Alaska à travers deux photographies. Le document 2 permet d appréhender la variation de l extension des glaces (banquise et calotte polaire) mais aussi la variation de masse, obtenue grâce à de nouveaux capteurs satellitaires (Cryosat 2 développé par l ESA : agence spatiale européenne). Le document 3 montre la fragmentation de la banquise antarctique et la dérive de gigantesques icebergs. Réponse aux questions : Doc. 1, 2 et 3 : La surveillance satellitaire de l Arctique (inlandsis et banquise) de 1979 à 2011 montre une surface en réduction d environ 1 % par an, en particulier au niveau de la glace de mer. Ces modifications sont aussi visibles dans le paysage au niveau des langues glaciaires dont la longueur est en nette diminution depuis un siècle. Les glaces antarctiques sont elles aussi sous surveillance satellitaire ce qui permet de suivre des phénomènes de mois en mois mais aussi des événements plus ponctuels comme les débâcles d icebergs géants tel l iceberg B15-A, détaché de la barrière de glace de Ross en l an 2000, le plus grand iceberg dont l existence ait jamais été enregistrée. Doc. 1, 2 et 3 : Alors que la superficie des glaces arctiques est mesurée en diminution de 8 % par an, celle des glaces antarctiques semble assez constante de 1978 à Depuis quelques années, des mesures laser effectuées par hélicoptère, confrontées à des données prises par satellite (projet Icesat de la Nasa), permettent d appréhender l épaisseur des glaces (donc leur volume et leur masse). Les données montrent une diminution de masse bien marquée depuis 2006 environ L évolution récente du climat appréhendée à travers les mesures de superficie et d épaisseur des glaces polaires est marquée par un changement des températures estivales et hivernales entraînant, en particulier en Arctique, une diminution des glaciers et de la banquise. Livre p Le document 1 aborde la dynamique d un glacier continental depuis la zone d accumulation en amont à la zone d ablation en aval et évoque les produits déposés par les glaciers : les moraines. Il précise aussi les conditions d un équilibre glaciaire (ni recul, ni extension) en relation avec les conditions climatiques hivernales et estivales (température et précipitations). Le document 2 permet d illustrer la notion de bloc erratique, historiquement à l origine de la découverte, dans la première moitié du XIXe siècle, de grandes modifications climatiques et du possible transport par les glaciers d énormes blocs en dehors de leur province géologique d origine. Ce document permet de confirmer l existence de deux maximum glaciaires : ans (Riss) et (Würm). 5

6 Les documents 3 et 4 illustrent des observations et mesures séculaires et décennales montrant un net recul des langues glaciaires associé à une perte de masse correspondant à une fonte glaciaire importante. Les trois documents permettent aux élèves de comprendre l intérêt des glaciers alpins pour l étude des variations climatiques à différentes échelles de temps. Doc. 1 : Pour comprendre comment les événements climatiques influent sur l évolution d un glacier, il suffit de lire les informations figurant dans l aplat jaune. Doc. 1 et 2 : La présence de blocs erratiques et de moraines dans la région lyonnaise confirme l existence de périodes glaciaires, en particulier la dernière glaciation identifiée localement par les relevés polliniques. Doc. 3 et 4 : Depuis plus d un siècle, on assiste à un recul des glaciers argumenté par les cartographies, les photographies, les témoignages et actuellement les mesures. Corrélativement à ce qui se passe au niveau des glaces polaires, les bilans de masse, décroissants depuis 1985, sont en chute très importante (pour les trois glaciers étudiés) depuis l année 2000, avec une perte équivalant à une épaisseur d eau de 16 mètre soit une perte équivalente à celle de la période Les changements climatiques (températures estivales et hivernales en hausse, chute des précipitations hivernales locales) sont à l origine des évolutions observées. L étude des glaciers continentaux vérifie les autres données (pollens, 18O des carottes glaciaires, mesures par satellite du volume des glaces polaires) et donne une image locale des changements climatiques globaux ayant affecté le globe depuis ans. L observation par satellite des zones polaires permet de constater un recule des glaces. Les glaciers continentaux constituent des archives climatiques sur quelques siècles. La plupart des glaciers de montagne sont en phase de recul depuis ans ce qui est cohérent avec le réchauffement climatique moyen. Pb : Comment a évolué la composition de l atmosphère terrestre? III-EVOLUTION DE LA COMPOSITION ATMOSPHERIQUE TERRESTRE : Activité 7 chap 4 TS spe : les archives atmosphériques Saisir des informations, les interpréter, savoir communiquer Document 1 p 98 6

7 Belin Edition 2012 Montrer en quoi les carottes de glace peuvent nous renseigner sur la composition atmosphérique des temps passés. Expliquer pourquoi un échantillon de glace et les gaz contenus dans celui-ci peuvent avoir des âges différents. Document 2 p 98 Les documents 1 et 2 illustrent le forage et l obtention de carottes de glaces ainsi que la présence visible au microscope de bulles d air emprisonnées entre les cristaux de glace, véritables archives de l atmosphère au moment de la constitution de la glace. 7

8 Le document 2 montre les graphiques obtenus après mesures des concentrations de trois gaz (CO2, N2O, CH4) contenus dans les carottes de glace antarctique du forage Dôme C de la mission Epica (European Project for Ice Coring in Antarctica), forage de mètres de profondeur ayant permis de remonter à ans. Résumer les informations apportées par l analyse des carottes de glace prélevées en Antarctique : Les graphiques obtenus grâce aux mesures réalisées à partir du forage au Dôme C en Antarctique permettent d observer des variations périodiques de trois gaz à effet de serre : le dioxyde de carbone, le protoxyde d azote et le méthane. Les trois graphes peuvent être corrélés et montrent 7 à 8 phases (durant environ ans) où les concentrations varient en moyenne de 55 % pour CO2, de 42 % pour N2O et de 75 % pour CH4. Les courbes montrent des oscillations autour d un point moyen relativement constant sauf pour le CO2 où les variations semblent plus marquées depuis ans et pour le méthane qui voit sa concentration fortement augmenter dans la période la plus récente. Document 3 p 99 En quoi les mesures récentes apportent-elles des informations nouvelles. À la différence de l échelle temporelle précédente, à l échelle du millier d années, les concentrations des trois gaz montrent toutes une augmentation nette depuis 1850 et extrêmement forte depuis 1950 : courbes en forme de «crosse de hockey». Les valeurs mesurées actuellement (390 ppm de CO2, 1,75 ppm de CH4, 320 ppb de N2O) dépassent toutes nettement les concentrations maximales atteintes depuis ans. Les mesures actuelles par satellite de la concentration en CO2 confirment les données glaciaires et précisent la répartition géographique avec des concentrations particulièrement élevées dans l hémisphère Nord entre 30 et 60 de latitude. Proposer une interprétation à l évolution de la teneur atmosphérique en CCl4 L évolution de la concentration en tétrachlorure de carbone ne peut s expliquer que par les activités humaines domestiques et industrielles. Les mesures réalisées dans la glace sont ainsi cohérentes avec le développement de l utilisation des CFC dans les années 1950 puis sa réglementation à partir des années Les bulles d air emprisonnées dans les glaces polaires permettent de mettre en évidence des variations cycliques, de l ordre de ans, de la concentration de certains gaz à effet de serre ; elles montrent aussi que, depuis 150 ans, on observe une augmentation inégalée depuis ans des concentrations en CO2, N2O et CH4. La précision des mesures et la réalisation de nombreux forages permettent actuellement de suivre sur quelques dizaines d années, l évolution de certains polluants atmosphériques d origine humaine. 8

9 Belin Edition 2012 Pour aller plus loin : - Foraminifère et reconstitution climatique - Variation du niveau marin et climat - Des anomalies de températures - Histoire du climat 9

10 - La glace mémoire du climat - Histoire de l atmosphère - Les variations climatiques - Diagramme pollinique Métier : - Glaciologue - Météorologue 10

Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir

Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir 1 Chapitre I Evolutions récentes du climat et de l atmosphère 2 - I - La glace, mémoire récente du climat Plus la vapeur d eau s éloigne de la zone

Plus en détail

THEME 1 : Du passé géologique à l évolution future de la planète Classe : Terminales S SPECIALITE Durée conseillée : 7 semaines Nombre de TP :

THEME 1 : Du passé géologique à l évolution future de la planète Classe : Terminales S SPECIALITE Durée conseillée : 7 semaines Nombre de TP : THEME 1 : Du passé géologique à l évolution future de la planète Classe : Terminales S SPECIALITE Durée conseillée : 7 semaines Nombre de TP : En rouge : les objectifs En bleu : les activités pratiques

Plus en détail

TP1 Apport des foraminifères sur l évolution du climat récent. Mise en situation et recherche à mener

TP1 Apport des foraminifères sur l évolution du climat récent. Mise en situation et recherche à mener TP1 Apport des foraminifères sur l évolution du climat récent. Mise en situation et recherche à mener Pour mieux comprendre le fonctionnement du climat actuel, il est impératif de parvenir à mieux connaitre

Plus en détail

Le moteur du climat. UE libre UBO CLIMAT : Changements climatiques passés. Différences de chaleur: le moteur du climat

Le moteur du climat. UE libre UBO CLIMAT : Changements climatiques passés. Différences de chaleur: le moteur du climat UE libre UBO CLIMAT : Passé,, présent, futur Qu est qui peut faire varier système climatique terrestre? Chapitre 7 Changements climatiques passés Speich Daniault UBO Climat 7_1 Speich Daniault UBO Climat

Plus en détail

Le thermomètre isotopique 18 O/ 16 O

Le thermomètre isotopique 18 O/ 16 O Le thermomètre isotopique 18 O/ 16 O Il existe dans la nature trois isotopes de l'oxygène : les isotopes 16, 17, 18. On peut exprimer leur concentration par rapport à l'isotope le plus abondant. Exemples

Plus en détail

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Des glaces qui racontent l histoire du climat! 2. Page 1/8. Une longue histoire et beaucoup de mémoire 2

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Des glaces qui racontent l histoire du climat! 2. Page 1/8. Une longue histoire et beaucoup de mémoire 2 Sommaire Les Montagnes du Silence 2 Des glaces qui racontent l histoire du climat! 2 Une longue histoire et beaucoup de mémoire 2 Le réchauffement climatique et ses conséquences 5 Page 1/8 Des glaces qui

Plus en détail

Sentinelles des glaces

Sentinelles des glaces Fiche pédagogique «VARIATIONS CLIMATIQUES ET GLACES» classe SECONDE OPTION MPS : exploiter les données d une expédition en arctique PAGE 1 : présentation et documentation enseignant PAGES 2 et 3 : fiches

Plus en détail

Relation climat niveau des mers 5 ème rapport du GIEC

Relation climat niveau des mers 5 ème rapport du GIEC Un climat, des Hommes et de nouveaux défis Journée SONEL 15 octobre 2014 Relation climat niveau des mers 5 ème rapport du GIEC Un climat, des Hommes et de nouveaux défis Valérie Masson-Delmotte Laboratoire

Plus en détail

Changement climatique : état des lieux Valérie Masson-Delmotte

Changement climatique : état des lieux Valérie Masson-Delmotte Changement climatique : état des lieux Valérie Masson-Delmotte Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement (CEA-CNRS-UVSQ) Institut Pierre Simon Laplace, Gif-sur-Yvette, France Le climat change

Plus en détail

Conclusions du GIEC sur le volume I : Les bases physiques du changement climatique

Conclusions du GIEC sur le volume I : Les bases physiques du changement climatique Conclusions du GIEC sur le volume I : Les bases physiques du changement climatique Yann Arthus-Bertrand / Altitude Serge Planton (Météo-France) www.ipcc.ch Le 5 e rapport du GIEC : Les éléments scientifiques

Plus en détail

Le changement climatique et ses impacts

Le changement climatique et ses impacts Le changement climatique et ses impacts Yann Arthus-Bertrand / Altitude Serge Planton (Météo-France) Messages clés 19 points Résumé pour Décideurs ~14,000 mots 14 Chapitres Atlas des projections 54,677

Plus en détail

Mathématiques Changement climatique. Séquence 1. Elévation du niveau de la mer

Mathématiques Changement climatique. Séquence 1. Elévation du niveau de la mer MPS Mathématiques Changement climatique Séquence 1. Elévation du niveau de la mer 1. Introduction Que savez-vous sur l augmentation du niveau des mers? Ce phénomène est-il nouveau? Pourquoi est-il particulièrement

Plus en détail

Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre. CO1 Climatologie et hydrologie

Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre. CO1 Climatologie et hydrologie Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le rayonnement infrarouge L infrarouge sur les images satellites La température d équilibre de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT IV LE COUPLAGE DES ENVELOPPES TERRESTRES Introduction La Terre est une planète originale de part la présence : - D une enveloppe gazeuse, l atmosphère

Plus en détail

Evolution du climat : apport des forages polaires

Evolution du climat : apport des forages polaires Orsay, 27 avril 2006 Evolution du climat : apport des forages polaires Valérie Masson-Delmotte Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement (IPSL/CEA-CNRS-UVSQ) valerie.masson@cea.fr 1ère partie

Plus en détail

Quelques nouveautés à propos de PaleoBiomes2 (Version 2 de PaléoBiomes) :

Quelques nouveautés à propos de PaleoBiomes2 (Version 2 de PaléoBiomes) : Quelques nouveautés à propos de PaleoBiomes2 (Version 2 de PaléoBiomes) : Quelles différences avec la version PaléoBIOMES 1? Multi-fenêtrage complet : les différentes données (pollens, faunes.) avec diagrammes,

Plus en détail

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Les différents climats de la Terre 2. Page 1/16. Quelques exemples de climats 2. Le climat polaire 11

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Les différents climats de la Terre 2. Page 1/16. Quelques exemples de climats 2. Le climat polaire 11 Sommaire Les Montagnes du Silence 2 Les différents climats de la Terre 2 Quelques exemples de climats 2 Le climat polaire 11 Page 1/16 Les différents climats de la Terre Quelques exemples de climats Le

Plus en détail

Carotte glaciaire, sur sa tige de forage. Bulles d air enfermées dans la glace (M. polarisant)

Carotte glaciaire, sur sa tige de forage. Bulles d air enfermées dans la glace (M. polarisant) CHAPITRE II /Atmosphère- climats/ L EVOLUTION RECENTE DE L ATMOSPHRE ET DU CLIMAT. Problématiques : Les carottes glaciaires témoins de l histoire du climat. D autres témoins des changements climatiques.

Plus en détail

Changement climatique: état des lieux Valérie Masson-Delmotte

Changement climatique: état des lieux Valérie Masson-Delmotte Changement climatique: état des lieux Valérie Masson-Delmotte Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement (CEA-CNRS-UVSQ) Institut Pierre Simon Laplace, Gif-sur-Yvette, France Physique des

Plus en détail

Les tendances du changement climatique en cours et envisagé sur le sud-ouest de la France.

Les tendances du changement climatique en cours et envisagé sur le sud-ouest de la France. Les tendances du changement climatique en cours et envisagé sur le sud-ouest de la France. Support de présentation Dominique VRECOURT Date: Novembre 2015 Evolution des températures Laruns minimales 2 Evolution

Plus en détail

Tableau 1.1 Composition de l atmosphère au niveau du sol (d après Junge, 1963; Andrews et al., 1966; rapport IPCC 2001).

Tableau 1.1 Composition de l atmosphère au niveau du sol (d après Junge, 1963; Andrews et al., 1966; rapport IPCC 2001). 1 L ATMOSPHERE 1.1 CONSTITUTION DE L ATMOSPHERE L enveloppe gazeuse de la terre, environnement dans lequel la vie subsiste, correspond à la sphère la plus dynamique et instable de cette planète. Ce milieu

Plus en détail

La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air

La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air 2 ème pièce du puzzle La dynamique atmosphérique rééquilibrage du bilan radiatif et moteur du déplacement des masses d air 2 Dynamique du climat La dynamique atmosphérique Principes généraux Quelques principes

Plus en détail

Météo et changements climatiques

Météo et changements climatiques Météo et changements climatiques Observations des changements climatiques Attribution des causes des changements climatiques Scénarios des changements climatiques futurs Météo et changements climatiques

Plus en détail

Les variations climatiques du Quaternaire

Les variations climatiques du Quaternaire Les variations climatiques du Quaternaire Les variations climatiques au Quaternaire I. Les intérêts de cette étude II. Les indices des variations climatiques III. La nature des variations climatiques IV.

Plus en détail

Variations climatiques et atmosphériques à l échelle des temps géologiques (sur de grandes durées) Ou comment reconstituer les climats passés?

Variations climatiques et atmosphériques à l échelle des temps géologiques (sur de grandes durées) Ou comment reconstituer les climats passés? Variations climatiques et atmosphériques à l échelle des temps géologiques (sur de grandes durées) Ou comment reconstituer les climats passés? On a pu reconstituer la température terrestre depuis 600 MA

Plus en détail

Les bases scientifiques du changement climatique

Les bases scientifiques du changement climatique Les bases scientifiques du changement climatique Introduction sur le GIEC Observations du changement climatique Attribution des causes du changement climatique Projections du changement climatique futur

Plus en détail

Quels sont les liens entre CO 2 et température?

Quels sont les liens entre CO 2 et température? Frédéric Parrenin (CNRS) est glaciologue et paléoclimatologue au Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'environnement (LGGE), à Grenoble. Après une formation en mathématiques à l École normale

Plus en détail

LE CLIMAT DE L AUBRAC À L HORIZON 2050 BILAN ACTUEL ET MODÈLES DE PRÉDICTION

LE CLIMAT DE L AUBRAC À L HORIZON 2050 BILAN ACTUEL ET MODÈLES DE PRÉDICTION LE CLIMAT DE L AUBRAC À L HORIZON 2050 BILAN ACTUEL ET MODÈLES DE PRÉDICTION 13 Sources : Climats d Aubrac années 1970 à 2055 Jean-Pierre LEMARCHAND Ingénieur météo honoraire Climats d Aubrac INTRO: Météo

Plus en détail

Paléo-magnétisme/Magnéto-stratigraphie

Paléo-magnétisme/Magnéto-stratigraphie Paléo-magnétisme/Magnéto-stratigraphie -- mesures de susceptibilité magnétique -- inversions du champ magnétique terrestre: polarité normale/inverse -- enrégistrées dans les basaltes au fond de l Atlantique

Plus en détail

Visions planétaires COLLÈGE. 1. La couche d ozone. > Expositions > Niveau 1 > VAISSEAU TERRE

Visions planétaires COLLÈGE. 1. La couche d ozone. > Expositions > Niveau 1 > VAISSEAU TERRE Visions planétaires 1. La couche d ozone A. Quelle est la surface du trou de la couche d ozone à l heure actuelle? La surface de la Corse La surface de la France La surface de l Amérique du Nord B. Pourquoi

Plus en détail

2-2-Les associations d organismes, les communautés fossiles, renseignent sur les paramètres du milieu: Exemple 1: En milieu continental, les spectres

2-2-Les associations d organismes, les communautés fossiles, renseignent sur les paramètres du milieu: Exemple 1: En milieu continental, les spectres 2-2-Les associations d organismes, les communautés fossiles, renseignent sur les paramètres du milieu: Exemple 1: En milieu continental, les spectres et diagrammes polliniques renseignent sur l évolution

Plus en détail

La terre chauffe! Scenarii des conséquences

La terre chauffe! Scenarii des conséquences La terre chauffe! Scenarii des conséquences Bilan du 4 ème rapport du GIEC Jean-Francois Soussana Directeur de Recherche INRA, UR Ecosystème Prairial Clermont-Ferrand Expertise scientifique internationale

Plus en détail

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Le climat polaire 2. Page 1/6

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Le climat polaire 2. Page 1/6 Sommaire Les Montagnes du Silence 2 Le climat polaire 2 Page 1/6 Le climat polaire Le climat polaire est le climat qui règne à proximité des pôles sur les régions arctique et antarctique (en blanc sur

Plus en détail

CHAP 01-ACT PB/DOC-Les archives du climat

CHAP 01-ACT PB/DOC-Les archives du climat Thème : L eau CHAP 01-ACT PB/DOC-Les archives du climat Mots clés : Traceurs chimiques ; Climat ; Erosion ; Dissolution ; CORRIGE Objectifs : Résolution d un problème scientifique Analyse et synthèse de

Plus en détail

Voici une activité pour introduire le changement climatique : réflexion autour des températures moyennes annuelles en France entre 1901 et 2008.

Voici une activité pour introduire le changement climatique : réflexion autour des températures moyennes annuelles en France entre 1901 et 2008. Voici une activité pour introduire le changement climatique : réflexion autour des températures moyennes annuelles en France entre 1901 et 2008. Réflexions autour des températures moyennes annuelles en

Plus en détail

Toujours plus profond dans les océans

Toujours plus profond dans les océans Sabrina Speich Toujours plus profond dans les océans Depuis les années 1990, les mesures automatisées des flotteurs qui dérivent dans les océans (bouées Argo) complètent les observations effectuées à partir

Plus en détail

Ajout du glucose Glucose + Dioxygène

Ajout du glucose Glucose + Dioxygène Exercice 1 : Production de bière (10 points) Vous êtes l ingénieur d une brasserie de bière qui cherche à développer un nouveau produit, à base de malt. Les essais gustatifs ont déterminés qu il fallait

Plus en détail

Les changements climatiques aux plus grandes échelles de temps.

Les changements climatiques aux plus grandes échelles de temps. Les changements climatiques aux plus grandes échelles de temps. Hypothèse : Grâce à l application du principe d actualisme, on peut essayer de connaître les conséquences actuelles des climats sur la formation

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

1.1 L effet de serre. Le rôle de l atmosphère dans l effet de serre naturel. Atmosphère et gaz à effet de serre

1.1 L effet de serre. Le rôle de l atmosphère dans l effet de serre naturel. Atmosphère et gaz à effet de serre 1.1 L effet de serre Le rôle de l atmosphère dans l effet de serre naturel Flux d énergie en W/m 2 sans et avec gaz à effet de serre (GES) 342 17 342 17 235 235 235-19 C 67 168 +14 C Source : à partir

Plus en détail

les satellites à défilement : il tournent à faible altitude (500 Km). Exemple : Sandsat, Spot et Seasat.

les satellites à défilement : il tournent à faible altitude (500 Km). Exemple : Sandsat, Spot et Seasat. La planétologie permet d avoir une idée de la constitution du système solaire, de son évolution et de la façon dont on peut l observer. On pourra ainsi retracer son histoire. L étude des planètes permet

Plus en détail

La «zonalité» zone froide ou des hautes latitudes. zone tempérée ou des moyennes. latitudes. zone intertropicale ou des basses.

La «zonalité» zone froide ou des hautes latitudes. zone tempérée ou des moyennes. latitudes. zone intertropicale ou des basses. 1 La grille climatique La notion de zonalité répartition des climats à la surface du globe zone froide ou des hautes latitudes zone tempérée ou des moyennes latitudes La «zonalité» zone intertropicale

Plus en détail

VARIATIONS DU NIVEAU MARIN

VARIATIONS DU NIVEAU MARIN T.P. 1.5 : VARIATIONS DU NIVEAU MARIN Les variations climatiques modifient le volume des glaciers et le volume des océans. Quelles variations du niveau marin peut-on identifier? Comment les expliquer?

Plus en détail

Une histoire de climat et de glaciers à Annecy! Sylvain Coutterand EDYTEM, CNRS

Une histoire de climat et de glaciers à Annecy! Sylvain Coutterand EDYTEM, CNRS Une histoire de climat et de glaciers à Annecy! Sylvain Coutterand EDYTEM, CNRS - 2017 La valse du climat au cours des temps Glace de mer, glace continentale, quelle différence? Qu est-ce qu un glacier?

Plus en détail

SEMAINE 3 : LA MODELISATION DU CLIMAT

SEMAINE 3 : LA MODELISATION DU CLIMAT SEMAINE 3 : LA MODELISATION DU CLIMAT Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie «Projections à d'autres échelles de temps» de la semaine 3 du MOOC «Causes et

Plus en détail

Les variations du niveau marin

Les variations du niveau marin Durée : 4 heures L usage d une calculatrice de poche à alimentation autonome, non imprimante et sans document d accompagnement, est autorisé. Une seule calculatrice à la fois est admise sur la table de

Plus en détail

Faire le point sur l état des connaissances des élèves sur le réchauffement climatique.

Faire le point sur l état des connaissances des élèves sur le réchauffement climatique. A IMATIO AUTOUR DU RECHAUFFEME T CLIMATIQUE 1 PHASE DE REPRESE TATIO Faire le point sur l état des connaissances des élèves sur le réchauffement climatique. Questionner les enfants sur ce qu ils savent

Plus en détail

rabilité du territoire francilien face au changement climatique

rabilité du territoire francilien face au changement climatique Grand Paris Seine Ouest Petit Dej Pro Vulnérabilit rabilité du territoire francilien face au changement climatique Julien DESPLAT Etudes & Climatologie Direction Ile-de-France/Centre Météo-France 17 novembre

Plus en détail

La fonte des glaces de l Arctique

La fonte des glaces de l Arctique La fonte des glaces de l Arctique Auteur : Valérie MASSON-DELMOTTE Chercheur senior CEA, Institut Pierre-Simon Laplace/Laboratoire des sciences du climat et de l environnement (CEA-CNRS-UVSQ, Paris Saclay)

Plus en détail

1) A l'aide des graphiques ci-dessus, indiquez quelle est la conséquence de l'avancement de la période de reproduction de cet oiseau sur ses oisillons? 2) Si le réchauffement se poursuit, quelle pourra

Plus en détail

Les courants océaniques, régulateurs du climat

Les courants océaniques, régulateurs du climat Les courants océaniques, régulateurs du climat Mots-clefs : Mers, océans ; climat ; traceurs chimiques. RESOLUTION DE PROBLEME SCIENTIFIQUE LE MOTEUR DES COURANTS OCEANIQUES https://www.youtube.com/watch?v=momfqy4shw4

Plus en détail

Changement. Certitudes et incertitudes. David Salas y Mélia, Centre National de Recherches Météorologiques 12 mars 2007, Observatoire de Meudon

Changement. Certitudes et incertitudes. David Salas y Mélia, Centre National de Recherches Météorologiques 12 mars 2007, Observatoire de Meudon Changement Climatique Certitudes et incertitudes David Salas y Mélia, Centre National de Recherches Météorologiques 12 mars 2007, Observatoire de Meudon Sommaire Prévision du temps et prévision saisonnière

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORIGINES DES VARIATIONS CLIMATIQUES

CHAPITRE 3 : LES ORIGINES DES VARIATIONS CLIMATIQUES CHAPITRE 3 : LES ORIGINES DES VARIATIONS CLIMATIQUES Nous avons pu montrer que les climats ont changés au cours du temps. La planète est passée par des périodes glaciaires et interglaciaires. Nous sommes

Plus en détail

Salinité de l eau de mer

Salinité de l eau de mer Salinité de l eau de mer SPE 1 Activité de découverte : circulation thermohaline et climat Document 1 : La circulation océanique La salinité et la température de l eau varient d un point à l autre. Les

Plus en détail

Représenter le monde. La Terre dans l espace. Des images pour comprendre GEO 1

Représenter le monde. La Terre dans l espace. Des images pour comprendre GEO 1 GEO 1 Représenter le monde La Terre dans l espace Des images pour comprendre Je retiens: 1. La Terre dans l espace Le système solaire est composé d une étoile, le Soleil, autour de laquelle gravitent huit

Plus en détail

Imprime le Quiz Colle le sur un morceau de carton. Découpe les différentes cartes. Comment les courants marins

Imprime le Quiz Colle le sur un morceau de carton. Découpe les différentes cartes. Comment les courants marins Quiz «la mer monte» Imprime le Quiz Colle le sur un morceau de carton. Niveau Facile Découpe les différentes cartes Lorsque les océans Comment les courants marins Sans les gaz à effet de serre, il s évaporent,

Plus en détail

Thème 4 : La Terre, une planète menacée par le réchauffement?

Thème 4 : La Terre, une planète menacée par le réchauffement? Thème 4 : La Terre, une planète menacée par le réchauffement? Dossier 1 : Une controverse médiatique 1) Rédige un texte argumenté sur ce que tu as entendu et compris du réchauffement climatique. Travail

Plus en détail

*+(,(-.) /0"+&(-)!"#$%&'() 12#3#(#4) 5+6"#) Banquise ou glacier, quelles différences?

*+(,(-.) /0+&(-)!#$%&'() 12#3#(#4) 5+6#) Banquise ou glacier, quelles différences? Banquise ou glacier, quelles différences? Vous avez sûrement entendu parler de la fonte des glaces liée au réchauffement climatique. La question est : quel est son impact sur le niveau de la mer? Certains

Plus en détail

T2 CHAPITRE 5 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T2 CHAPITRE 5 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T2 CHAPITRE 5 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 2 semaines Cours Approche

Plus en détail

Cours de Géographie Thème : «Dynamiques des populations dans l Union Européenne»

Cours de Géographie Thème : «Dynamiques des populations dans l Union Européenne» Plan du cours du 1 er semestre et attentes du professeur La table des matières détaillée devra être construite par vos soins, en fonction de l avancement du cours. Il est fort probable qu une fois construite,

Plus en détail

Présentation des grands biomes

Présentation des grands biomes Présentation des grands biomes S. Barot IRD, UMR Bioemco http://millsonia.free.fr/ 1 Plan Définition Facteurs déterminants Comment caractériser les biomes? Liste et description des grands biomes 2 Définition

Plus en détail

Océan : Pompe biologique

Océan : Pompe biologique Océan : Pompe biologique Juin-Juillet-Aout L ensemble de la biosphè biosphère terrestre Décembre-Janvier-Février Septembre-Octobre-Novembre Mars-April-Mai Production primaire océanique (4 saisons) (Phytoplancton,

Plus en détail

Fiche 09 : La biodiversité en Arctique

Fiche 09 : La biodiversité en Arctique CD-rom Biodiversité A/ Description de l animation En tant que principaux témoins des changements climatiques, les pôles sont des zones particulièrement importantes à analyser, principalement le pôle Nord

Plus en détail

LA TECTONIQUE DES PLAQUES:HISTOIRE D UN MODELE (1) La naissance d une théorie.

LA TECTONIQUE DES PLAQUES:HISTOIRE D UN MODELE (1) La naissance d une théorie. LA TECTONIQUE DES PLAQUES:HISTOIRE D UN MODELE (1) La naissance d une théorie La naissance de l'idée de la mobilité horizontale des continents : Au début du XXème siècle, l'explication dominante pour expliquer

Plus en détail

Cours de Géographie Thème : «Dynamiques des populations dans l Union Européenne»

Cours de Géographie Thème : «Dynamiques des populations dans l Union Européenne» 1 Plan du cours du 1 er semestre et attentes du professeur La table des matières détaillée devra être construite par vos soins, en fonction de l avancement du cours. Il est fort probable qu une fois construite,

Plus en détail

Qu est-ce que le système climatique?

Qu est-ce que le système climatique? Qu est-ce que le système climatique? Un ensemble de composantes Le système climatique est constitué de cinq composantes : l atmosphère (couche gazeuse enveloppant la Terre), l hydrosphère (mers et océans,

Plus en détail

Les Récifs Coralliens des Iles Eparses : Archives des Variations du Niveau Marin et des Changements Environnementaux et Climatiques. Gilbert F.

Les Récifs Coralliens des Iles Eparses : Archives des Variations du Niveau Marin et des Changements Environnementaux et Climatiques. Gilbert F. Les Récifs Coralliens des Iles Eparses : Archives des Variations du Niveau Marin et des Changements Environnementaux et Climatiques Gilbert F. CAMOIN CNRS, Centre Européen de Recherche et d Enseignement

Plus en détail

Mise en situation et recherche à mener. Ressource

Mise en situation et recherche à mener. Ressource TP. 6 : Evolution climatique ancienne : indice stomatique et climat du Crétacé Mise en situation et recherche à mener Nous avons mis en évidence que le climat terrestre était dépendant de différents paramètres,

Plus en détail

La Méditerranée, un désert de sel. Eléments de correction

La Méditerranée, un désert de sel. Eléments de correction La Méditerranée, un désert de sel Eléments de correction - Qualité de la démarche Démarche)cohérente) Démarche)maladroite) Pas)de)démarche)ou)démarche) incohérente) - Eléments scientifiques exploite les

Plus en détail

Synthèse du cours n 1

Synthèse du cours n 1 Synthèse du cours n 1 - Le climat? intégration temporelle du «temps qu'il fait» - Résultat de la combinaison de plusieurs facteurs : Certains sont fixes comme la forme de la terre, le relief, la répartition

Plus en détail

Démarche. Objet d'étude. Tâches de l'élève

Démarche. Objet d'étude. Tâches de l'élève Démarche La démarche empruntée se veut une initiation à la démarche scientifique : pose d hypothèses, observation et mesure de divers phénomènes, vérification de ces hypothèses grâce aux mesures, bilan

Plus en détail

Habiter les espaces à fortes contraintes

Habiter les espaces à fortes contraintes 6 è m e G é o 3 P a g e 1 Habiter les espaces à fortes contraintes Un paysage est l espace visible autour d un observateur Le géographe observe comment l homme s est adapté à son milieu de vie. Selon la

Plus en détail

Test d acquisition de compétences et connaissances en Sciences et Technologie Académie de Toulouse - Groupe PRESTE 2011

Test d acquisition de compétences et connaissances en Sciences et Technologie Académie de Toulouse - Groupe PRESTE 2011 Test d acquisition de compétences et connaissances en Sciences et Technologie Académie de Toulouse - Groupe PRESTE 2011 Nom / prénom :.. Cours suivi :.. Ecole :.. Département :. Numéro d anonymat * Classe

Plus en détail

THÈME 1 : Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir. Chapitre 1 : De l atmosphère primitive à l atmosphère oxydante.

THÈME 1 : Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir. Chapitre 1 : De l atmosphère primitive à l atmosphère oxydante. THÈME 1 : Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l avenir. Chapitre 1 : De l atmosphère primitive à l atmosphère oxydante. Tableau planète tellurique atmosphère Peu après sa formation, la Terre

Plus en détail

Les variations climatiques et le rôle des activités humaines

Les variations climatiques et le rôle des activités humaines Les variations climatiques et le rôle des activités humaines Jean Louis Dufresne Pôle de modélisation de l'institut Pierre Simon Laplace (IPSL) Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD) dufresne@lmd.jussieu.fr

Plus en détail

Thème 1: DU PASSE GEOLOGIQUE A L EVOLUTION FUTURE DE LA PLANETE. 1.1 Les climats passés de la planète.

Thème 1: DU PASSE GEOLOGIQUE A L EVOLUTION FUTURE DE LA PLANETE. 1.1 Les climats passés de la planète. Thème 1: DU PASSE GEOLOGIQUE A L EVOLUTION FUTURE DE LA PLANETE 1.1 Les climats passés de la planète. Les changements du climat des 700 000 dernières années La glace des calottes polaires, mémoire du climat

Plus en détail

Synthèse du cours n 1

Synthèse du cours n 1 Synthèse du cours n 1 - Le climat? intégration temporelle du «temps qu'il fait» - Résultat de la combinaison de plusieurs facteurs : Certains sont fixes comme la forme de la terre, le relief, la répartition

Plus en détail

LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE

LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE LES GAZ A EFFET DE SERRE, ROLE ET TEMPS DE RESIDENCE DANS L ATMOSPHERE SOMMAIRE 1 Qu est-ce que l effet de serre? 2 Qu est-ce que les gaz à effet de serre? Quels sont-ils? Quels sont leurs effets? 3 Quel

Plus en détail

Nom : Groupe : L EFFET DE SERRE : (Processus naturel par lequel une partie de la chaleur émise par le Soleil est conservée dans l atmosphère).

Nom : Groupe : L EFFET DE SERRE : (Processus naturel par lequel une partie de la chaleur émise par le Soleil est conservée dans l atmosphère). Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE L ATMOSPHÈRE L air est un mélange homogène. Ce mélange est constitué de 78% de diazote (N 2 ), 21% de dioxygène (O 2 ) et les autres gaz 1% (Argon, Dioxyde

Plus en détail

A propos du changement climatique

A propos du changement climatique A propos du changement climatique Pierre BESSEMOULIN Ingénieur Général des Ponts, des Eaux et des Forêts (en retraite) Ancien Directeur de la Climatologie à Météo-France Ancien Président de la Commission

Plus en détail

Le volet 2 du rapport du GIEC : Impacts, adaptation, vulnérabilité. zoom sur l Europe

Le volet 2 du rapport du GIEC : Impacts, adaptation, vulnérabilité. zoom sur l Europe Le volet 2 du rapport du GIEC : Impacts, adaptation, vulnérabilité zoom sur l Europe Eric Martin, Météo-France, Centre national de recherches météorologiques Auteur (LA) du chapitre 23 «Europe» Les principes

Plus en détail

COMPRENDRE 15E Avenue Saint Jean de Beauregard ORSAY Tél

COMPRENDRE 15E Avenue Saint Jean de Beauregard ORSAY Tél 1 COMPRENDRE 15E Avenue Saint Jean de Beauregard 91400-ORSAY Tél. 01 60 10 45 92 http://comprendre.orsay.free.fr Compte rendu de la rencontre-débat du mardi 12 avril 2016 à Orsay Le réchauffement climatique

Plus en détail

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Pourquoi la Terre se réchauffe-t-elle? 2. Page 1/5

Sommaire. Les Montagnes du Silence 2 Pourquoi la Terre se réchauffe-t-elle? 2. Page 1/5 Sommaire Les Montagnes du Silence 2 Pourquoi la Terre se réchauffe-t-elle? 2 Page 1/5 Pourquoi la Terre se réchauffe-t-elle? Parmi elles, on sait aujourd hui que l intensification de l effet de serre est

Plus en détail

Le réchauffement climatique expliqué à mes parents. Lionel Scotto d Apollonia -

Le réchauffement climatique expliqué à mes parents. Lionel Scotto d Apollonia - Le réchauffement climatique expliqué à mes parents Lionel Scotto d Apollonia - lionel.scotto@fde.univ-montp2.fr http://parcs.hypotheses.org/ Le réchauffement climatique expliqué à mes parents L'effet de

Plus en détail

CHAPITRE I. MON ESPACE PROCHE ET LE MONDE

CHAPITRE I. MON ESPACE PROCHE ET LE MONDE CHAPITRE I. MON ESPACE PROCHE ET LE MONDE Bulletin officiel spécial n 6 du 28 août 2008 I - MON ESPACE PROCHE : PAYSAGES ET TERRITOIRE ( environ 10% du temps consacré à la géographie ) CONNAISSANCES Lecture

Plus en détail

Sciences 8 e Module 1 Chapitre 1 : Le cycle de l eau

Sciences 8 e Module 1 Chapitre 1 : Le cycle de l eau Sciences 8 e année Nom : Sciences 8 e Module 1 Chapitre 1 : Le cycle de l eau Plan du chapitre Guide d étude 1. Cycle de l eau (carnet p. 3-5, déf 1-7, livre p.8-9) 2. Hydrologue, océanographe (déf 8,9)

Plus en détail

2 Conséquences pour le climat de la France du réchauffement global.

2 Conséquences pour le climat de la France du réchauffement global. 2 Conséquences pour le climat de la France du réchauffement global. 8.1 Ce que disent les observations. Le réchauffement climatique se poursuit à l échelle planétaire. L année 2002 a été l année la plus

Plus en détail

Les verbes en -ier, -uer,-ouer : Les nuages et les volcans in Système Terre, Ichtiaque Rasool (Flammarion, 1993) pp

Les verbes en -ier, -uer,-ouer : Les nuages et les volcans in Système Terre, Ichtiaque Rasool (Flammarion, 1993) pp Les verbes en -ier, -uer,-ouer : Les nuages et les volcans in Système Terre, Ichtiaque Rasool (Flammarion, 1993) pp. 47-65 2 écrivez, lorsque cela est indiqué, l infinitif de chaque verbe en caractères

Plus en détail

L atmosphère de la Terre. Géologie 2 nde

L atmosphère de la Terre. Géologie 2 nde L atmosphère de la Terre Géologie 2 nde Cadre pédagogique : Cette leçon s inscrit dans la première partie du programme de seconde intitulée «La planète Terre et son environnement» prévue en 8 semaines.

Plus en détail

Représentation des interactions sous-maille entre glace de mer et océan dans les modèles de grande échelle

Représentation des interactions sous-maille entre glace de mer et océan dans les modèles de grande échelle Thèse de doctorat présentée en vue de l'obtention du grade de docteur en sciences par Antoine Barthélemy Représentation des interactions sous-maille entre glace de mer et océan dans les modèles de grande

Plus en détail

Enquête sur le climat passé, en quête du climat futur

Enquête sur le climat passé, en quête du climat futur Le constat : le climat commence à se réchauffer 2 Évolution de la température moyenne de surface Enquête sur le climat passé, en quête du climat futur depuis un siècle sur l ensemble du globe Globe depuis

Plus en détail

DGITM - AIPCR Séminaire sur l Adaptation des infrastructures et des réseaux de transport au changement climatique

DGITM - AIPCR Séminaire sur l Adaptation des infrastructures et des réseaux de transport au changement climatique DGITM - AIPCR Séminaire sur l Adaptation des infrastructures et des réseaux de transport au changement climatique Bouilloud Ludovic Météo-France Direction des Services Météorologiques Département Etudes

Plus en détail

Utilisation de Google Earth (Usage individuel) La divergence par l étude des fonds océaniques

Utilisation de Google Earth (Usage individuel) La divergence par l étude des fonds océaniques 1/ Niveau : Première S Utilisation de Google Earth (Usage individuel) La divergence par l étude des fonds océaniques 2/ programme : thème 1-B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle. «Le modèle

Plus en détail

Séquence didactique adaptée pour l'école primaire

Séquence didactique adaptée pour l'école primaire Recherche de l'erdess Les contributions des enseignements de sciences sociales - histoire, géographie, citoyenneté- à l'éducation au développement durable. Étude d'un exemple: le débat en situation scolaire

Plus en détail

LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES CONSEQUENCES METEORLOGIQUES POUR LA CARAIBE. J.F. Guérémy Météo-France/CNRM

LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES CONSEQUENCES METEORLOGIQUES POUR LA CARAIBE. J.F. Guérémy Météo-France/CNRM LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES CONSEQUENCES METEORLOGIQUES POUR LA CARAIBE J.F. Guérémy Météo-France/CNRM PLAN 1) Introduction sur le GIEC 2) Observations du changement climatique 3) Attribution des

Plus en détail

Plan du cours. I - Introduction. 1 ) ) La Terre dans l Universl 2 ) La Terre Active 3 ) Pression et Température

Plan du cours. I - Introduction. 1 ) ) La Terre dans l Universl 2 ) La Terre Active 3 ) Pression et Température Plan du cours I - Introduction 1 ) ) La Terre dans l Universl 2 ) La Terre Active 3 ) Pression et Température Chapitre 3 Pression, température et isostasie Pourquoi s intéresser à la pression et à la température?

Plus en détail

Période glaciaire. Interglaciaire. 450 Temps en milliers d années. Niveau de la mer. glaciation

Période glaciaire. Interglaciaire. 450 Temps en milliers d années. Niveau de la mer. glaciation Niveau de la mer température de l océan et fonte des glaces Anny Cazenave Legos,OMP,Toulouse ----- «L océan et les changements climatiques» Collège de France, 27 mai 2011 Les fluctuations du niveau de

Plus en détail

Les outils de base. Cours de révision de 4 ème N. Sougnez

Les outils de base. Cours de révision de 4 ème N. Sougnez Les outils de base Cours de révision de 4 ème 2012-2013 N. Sougnez 1 Plan de la séquence Les outils de base 1. La représentation de la terre 2. L orientation 3. L échelle cartographique 4. Les coordonnées

Plus en détail

Exobiologie. Sébastien Rodriguez Université Paris 7 / A.I.M.

Exobiologie. Sébastien Rodriguez Université Paris 7 / A.I.M. Exobiologie Sébastien Rodriguez Université Paris 7 / A.I.M. sebastien.rodriguez@cea.fr La vie sur Terre : un modèle à comprendre La Terre originelle Sommaire Formation des océans et de l atmosphère terrestre

Plus en détail

La Météo. 5eme année

La Météo. 5eme année La Météo 5eme année Les nuages Les nuages sont constitués de millions de gouttelettes microscopiques d eau qui se forment lorsque la vapeur dans l air se condense sur les particules microscopique de poussière,

Plus en détail