Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion Diaménord 20 novembre 2010"

Transcription

1 Réunion Diaménord 20 novembre 2010

2 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients hospitalisés pour maladies chroniques Complications, DMS, coûts = Facteur de co-morbidité indépendant de la maladie sous-jacente Aggravation de l état nutritionnel au cours de l hospitalisation (75 à 78% des patients)

3 Conséquences Aggravation de : Mortalité (12.7% vs 4,7%), Dénutrition = facteur de survie indépendant de la gravité de la pathologie (I rénale chronique, cirrhose, I respiratoire chronique) Chez les patients atteints de cancer, la dénutrition tue autant que le cancer Complications au cours de l hospitalisation Dénutrition modérée et sévère : 27% vs 16% Correia MI et al. Clin Nutr, Durée d hospitalisation (+30%) Coûts liés aux soins (+60.5%) Morbidité : infections x5, escarres x4 ; Iatrogénie Perte d autonomie et altération de qualité de vie

4 Dénutrition et diabète Peu d études concernant leur statut nutritionnel Diabétiques > 65 ans : prévalence dénutrition > patients non diabétiques du même âge + de complications / autres au même âge Dénutrition Complications, infections, plaies MNA, albumine Turnbull et al. J Nutr Health Aging Patients diabétiques âgés, insuffisants rénaux, complications neurologiques : + dénutris

5 Dénutrition et plaies chroniques Toute plaie = agression Hypercatabolisme azoté Augmentation des besoins énergétiques Diminution des apports par diminution de l appétit Retard ou anomalies de cicatrisation chez patients dénutris ou carencés ++

6 Dénutrition et plaies chroniques Escarres : jusqu à 100% dénutris Dénutrition = facteur de retard voire d impossibilité de cicatrisation Efficacité de la PEC Ulcères veineux mbres inf : Legendre C. J Vasc Surg, 2008 : 27% dénutris (ambulatoires) Senet P. Ann Dermatol Venereol : 48% dénutris (hospitalisés) Études d intervention : contradictoires Post amputation : Albina JE. JPEN, Association hypoalbuminémie et retard de cicatrisation

7 Dénutrition et pied diabétique Patients hospitalisés pour pied diabétique : à risque de dénutrition Diabétiques Âge Plaies chroniques Hospitalisations longues Douleurs (AOMI)

8 Dénutrition et pied diabétique Peu d études Patients ambulatoires, > 60 ans : 30% de dénutris Eneroth M et al. J Wound Care, Pas d efficacité de la complémentation orale systématique Efficacité de la complémentation orale hyper-protéinée Tatti P et al patients, uniquement pieds neuropathiques. Patients hospitalisés au CH de Béthune : 44,5% dénutris à l entrée 58% des dénutris sont en SP ou obèses Lien entre dénutrition et taille de la lésion Nbre et durée d hospitalisations Pas d influence de la dénutrition sur l évolution de la plaie à 1 an, mais effectifs faibles

9 Objectifs de l étude Evaluer la prévalence de la dénutrition à l entrée dans une population de patients diabétiques hospitalisés pour plaie du pied dans les services de Diabétologie de la région Déterminer les facteurs associés à la dénutrition dans cette population Devenir des patients et de leur plaie

10 Patients et méthodes Critères d inclusion : Tous les patients diabétiques hospitalisés pour une lésion du pied Critères d exclusion : Patient non diabétique Absence de plaie Hospitalisation pour Une autre plaie, ulcères des membres inférieurs, escarre,

11 Données à recueillir Dès l entrée en hospitalisation (dans les 48h) ATCD, Facteurs de risque de dénutrition État nutritionnel : Poids, variation de poids, IMC Albumine, pré-albumine, CRP Feuille de surveillance alimentaire Caractéristiques du diabète, complications, HbA1c Caractéristiques de la plaie (type de plaie, taille, durée d évolution, classification UT) Hospitalisations (durée) dans les 6 mois précédents

12 Patients et Méthodes Diagnostic de dénutrition protéino-énergétique Critères de l HAS (2003, 2007) Poids, Variation de poids IMC Albumine, préalbumine, CRP Pas de dosage de vitamines, zinc,

13 Prise en charge Arbre décisionnel Ex : Arbre décisionnel du soin nutritionnel de la SFNEP Surveillance pendant l hospitalisation : Ingestas Clinique Biologique Équilibre glycémique

14

15 Réévaluations : A 1 mois, 3 mois, 6 mois, 9 mois, 12 mois (consultations) Statut nutritionnel, Evolution de la plaie Évolution des complications Équilibre glycémique Décharge Durée cumulée d hospitalisation et nombre de ré-hospitalisations depuis l inclusion

16 Statistiques / organisation Nombre de patients à inclure : 30 patients / centre pour étude de prévalence 10 centres si étude de l évolution de la plaie Inclusion : sur 6 mois? Suivi pendant 1 an 1 médecin référent par centre / ARC Aide logistique par Santélys possible DGS, CPP, CNIL

17 Questions restant en attente Faisabilité du protocole Critères inclusion / exclusion Cirrhose, insuffisance rénale chronique, cardiaque sévère, respiratoire sévère, cancer en cours de ttt, malabsorption digestive Critères diagnostiques : HAS Dosages vitamines, oligoéléments Arbre décisionnel à utiliser

18 Contact

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Déclaration d intérêts Abbott Nutrition, Baxter, B. Braun, Covidien, Fresenius- Kabi, Nestlé

Plus en détail

Conséquences médico-économiques de la dénutrition : des leviers pour agir

Conséquences médico-économiques de la dénutrition : des leviers pour agir Conséquences médico-économiques de la dénutrition : des leviers pour agir Pr Xavier Hébuterne Centre Hospitalier Universitaire de Nice, Pôle Digestif, Nice, F 060, France Université de Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 Plan de présentation Dénutrition et cachexie cardiaque L évaluation nutritionnelle : pour qui,

Plus en détail

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras Généralités cliniques ETUDE CAS-TEMOINS INTERHEART Lancet, 2004 12 461 IDM et 14 637 témoins entre février

Plus en détail

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition NUTRITION ET PLAIES LA COMPLÉMENTATION ET LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE Dr Eric Béguier Centre de Biologie Narbonne / Sérignan 1 PLAN I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de

Plus en détail

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Il existe une corrélation entre IMC et survenue d escarre : HyunS. & al., Am J CritCare, 2014 (n = 2632) Un apport

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé I. Causes de la dénutrition du sujet âgé II. Diagnostic clinique de la dénutrition chez le sujet âgé III. Attitude thérapeutique OBJECTIFS

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Objectif du travail Elaborer des recommandations, à la demande de la Direction Générale de la Santé, dans le

Plus en détail

Nutrition et pied diabétique infecté

Nutrition et pied diabétique infecté Nutrition et pied diabétique infecté 13 DÉCEMBRE 2013 DR AMANDINE BEHAGUE MÉDECIN NUTRITIONNISTE DR CHRISTINE LEMAIRE SERVICE DE DIABÉTOLOGIE - ENDOCRINOLOGIE- MALADIES DE LA NUTRITION CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

Reconnaissance et prise en charge de la dénutrition à l hôpital

Reconnaissance et prise en charge de la dénutrition à l hôpital Reconnaissance et prise en charge de la dénutrition à l hôpital david.seguy@univ-lille2.fr Définitions Dénutrition: apports / stocks énergétiques en macro- et/ou en micronutriments insuffisants pour répondre

Plus en détail

Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne

Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne Dénutrition chez l hémodialysl modialysé VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne La dénutrition d est la conséquence d une inadéquation entre les apports calorico- protiques et les

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique

Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Risque d infection associée aux soins et prévention chez le patient gériatrique Dr M-C LAURAIN Praticien Hospitalier 17 juin 2016 I -Données démographiques Il y a de plus en plus de personnes âgées Année

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS EPIDEMIOLOGIE Dénutrition protéino-énergétique: 2 à 4% des SA entre

Plus en détail

Page d accueil du logiciel

Page d accueil du logiciel Page d accueil du logiciel L accès au logiciel NutriPDA Réa 2.0 se fait via la page d accueil de l assistant personnel. Pour plus de commodité, le programme peut être regroupé dans un sous-menu incluant

Plus en détail

Support nutritionnel et son bon usage dans les cancers gynécologiques en situation palliative

Support nutritionnel et son bon usage dans les cancers gynécologiques en situation palliative Support nutritionnel et son bon usage dans les cancers gynécologiques en situation palliative Dr François TALARMIN Médecine interne UTNC Cliniques Brestoises Fréquence de la dénutrition Causes de la dénutrition

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS CLINUTREN REPAIR, aliment diététique destiné à des fins médicales

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ POURQUOI? POUR QUI? COMMENT?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ POURQUOI? POUR QUI? COMMENT? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ POURQUOI? POUR QUI? COMMENT? Dr T. CRESPY Dr M.A QUILICHINI Samedi 16 janvier 2015 ObEpi-Roche 2012 : Enquête nationale sur l obésité et le surpoids 6 922 215 d obèses, 15 % de la

Plus en détail

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Mémoire de DESC Libourne, 16 novembre 2008 Laure Crognier 2 problématiques du patient en

Plus en détail

Le diabète face à la plaie

Le diabète face à la plaie Le diabète face à la plaie Pour que sucre et plaie ne fassent pas caramel! Ibrahima Thiam et Clémence Bures Service de diabétologie Hôpital J. MONOD Plaie chez un diabétique: Les 5 points capitaux DECHARGE

Plus en détail

Soins infirmiers en gériatrie

Soins infirmiers en gériatrie Soins infirmiers en gériatrie UE 2.7 Définitions La vieillesse, plusieurs définitions OMS retient le critère d âge 65 ans et plus. Définition sociale utilise l âge de cessation d activité professionnelle

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique

Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme Évaluation des pratiques professionnelles en nutrition clinique Le dépistage de la dénutrition chez l adulte hospitalisé 2013 grille d évaluation Membres

Plus en détail

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Cours DES. 04/04/09 Pauline HOUSSEL Définition «Apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins nutritionnels d un patient» «Déficit d apport quantitatif,

Plus en détail

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Nutrition chez le cirrhotique Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Benoit DUPONT Nutrition chez le cirrhotique

Plus en détail

Recommandations HAS 2007

Recommandations HAS 2007 Recommandations HAS 2007 Docteur Alain RICHARD Médecin coordonnateur «Korian Ville en Vert» BRETEUIL Toutes les personnes âgées Les personnes âgées à risque de dénutrition 1 1 fois/an en ville 1 fois/mois

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod AU DOMICILE : 4 à 10 % des PA sont dénutries * EN INSTITUTION

Plus en détail

Etude PreDIRE: vers une amélioration des pratiques professionnelles

Etude PreDIRE: vers une amélioration des pratiques professionnelles Etude PreDIRE: vers une amélioration des pratiques professionnelles Marielle Desmartin, cadre diététicien GHE Noël Peretti, MCU-PH nutrition pédiatrique Dénutrition en pédiatrie Enfant: population à risque

Plus en détail

Aide à la prescription des pansements primaires dans les plaies chroniques

Aide à la prescription des pansements primaires dans les plaies chroniques Aide à la prescription des pansements primaires dans les plaies chroniques 2016 Enjeu de santé publique Les plaies chroniques qui nécessitent une prise en charge par des pansements sont associées à des

Plus en détail

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive 11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive NIORT 19 janvier 2017 2- Prise en charge nutritionnelle du patient atteint de cancer digestif tout au long de son parcours de soins Prise en charge

Plus en détail

Choix entre nutrition entérale et parentérale. CLCC, Montpellier

Choix entre nutrition entérale et parentérale. CLCC, Montpellier Choix entre nutrition entérale et parentérale P. Senesse CLCC, Montpellier Nutrition en cancérologie 2 axes: Dénutrition et cancer Le sein et surpoids Activité de demain En réseau avec nutrition orale,

Plus en détail

Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique

Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique Items 253, 179 : Alimentation de l adulte insuffisant rénal chronique Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Rappels

Plus en détail

Amaigrissement involontaire

Amaigrissement involontaire Amaigrissement involontaire Quels éléments pour améliorer notre pratique en Médecine générale? Un problème fréquent Les cancéreux Les porteurs de maladies inflammatoires chroniques Les insuffisants cardiaques,

Plus en détail

Complications et surveillance de la nutrition parentérale (NP) Sébastien Oger DESC de réanimation médicale 03/12/2009

Complications et surveillance de la nutrition parentérale (NP) Sébastien Oger DESC de réanimation médicale 03/12/2009 Complications et surveillance de la nutrition parentérale (NP) Sébastien Oger DESC de réanimation médicale 03/12/2009 Plan Complications La voie d abord Physiopathologie de l intolérance Implications en

Plus en détail

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE 25 mai 2016 INTRODUCTION Qu'est ce que l'insuffisance

Plus en détail

FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue

FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue 28 AVRIL 2016 Quand penser à une fracture vertébrale? 2/3 asymptomatiques, douleur minime ou absente u Découverte fortuite u Mesure régulière Perte de

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

DETERSION ET PLAIES ARTERIELLES

DETERSION ET PLAIES ARTERIELLES BORDEAUX 2016 DETERSION ET PLAIES ARTERIELLES Docteur Thalie Traissac Centre Médico Chirurgical Maladies des Artères et des Veines Plaies Chroniques LE grand principe Pas de détersion si lésion sèche nécrotique

Plus en détail

Comment faire lorsque le poids n informe pas sur l'état nutritionnel?

Comment faire lorsque le poids n informe pas sur l'état nutritionnel? Comment faire lorsque le poids n informe pas sur l'état nutritionnel? Jean-Claude Desport Unité de Nutrition, CHU Dupuytren 87042 Limoges cedex INSERM U1094, Faculté de Médecine, Limoges Réseau LINUT,

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE LA PRISE EN CHARGE DU PIED DIABETIQUE :

PROBLEMATIQUE DE LA PRISE EN CHARGE DU PIED DIABETIQUE : PROBLEMATIQUE DE LA PRISE EN CHARGE DU PIED DIABETIQUE : Expérience de l hôpital MUSTAPHA (DE 2004 AU 2011) S.AOUICHE, R.HANNACHI,.AZZOUZ, A.MEFTAH, S.TEGGUICHE, S.MIMO UNI, A.BOUDIBA Service de Diabétologie,

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition périopératoire. Sous l égide de la SFAR et de la SFNEP

Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition périopératoire. Sous l égide de la SFAR et de la SFNEP Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition périopératoire Sous l égide de la SFAR et de la SFNEP OBJECTIFS actualiser des recommandations de 1994 mais aussi étendre leur champ de compétences

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009

Les mots pour convaincre. Dr Annie Reksa AFDN 2009 Dr Annie Reksa AFDN 2009 Le paradoxe de devoir convaincre Malgré sa prévalence : près d une hospitalisation sur deux ses conséquences de morbidité l existence de recommandations françaises et européennes

Plus en détail

ATELIER PIED DIABÉTIQUE : ASPECT DIABETOLOGIQUE

ATELIER PIED DIABÉTIQUE : ASPECT DIABETOLOGIQUE 1 ère journée régionale d infectiologie de Picardie 11 Décembre 2014 ATELIER PIED DIABÉTIQUE : ASPECT DIABETOLOGIQUE DR ETIENNE JUSTINIEN SERVICE DIABÉTOLOGIE CH COMPIÈGNE PIED DIABÉTIQUE PEC complexe

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

La dénutrition. Dr WYSS-GONDÉ Anne. ARS Champagne Ardenne EHPAD

La dénutrition. Dr WYSS-GONDÉ Anne. ARS Champagne Ardenne EHPAD La dénutrition Dr WYSS-GONDÉ Anne Médecin gériatre DU Nutrition,Thérapeutique et Vieillissement SSR Saint-Julien UGECAM Ardennes Charleville-Mézières ARS Champagne Ardenne EHPAD Définition État de déficit

Plus en détail

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment?

Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Les troubles des fonctions d alimentation : Que faire? Quand et comment? La dénutrition de l enfant polyhandicapé Dr NoelPERETTI,

Plus en détail

«LES ULCERES QUELLE PLAIE!!! Diagnostics et Prise en Charge»

«LES ULCERES QUELLE PLAIE!!! Diagnostics et Prise en Charge» DOSSIER PEDAGOGIQUE «LES ULCERES QUELLE PLAIE!!! Diagnostics et Prise en Charge» Aix-en-Provence 9 JUIN 2012 Responsable du Projet : Sophia BEN SEDRINE Médecin Vasculaire L Esplanade C 83 140 Six-Fours

Plus en détail

PIED DIABETIQUE : impact épidémiologique et importance du problème en diabétologie

PIED DIABETIQUE : impact épidémiologique et importance du problème en diabétologie PIED DIABETIQUE : impact épidémiologique et importance du problème en diabétologie Docteur T. CREA Service d Endocrinologie-Diabétologie Hôpital Beauregard THIONVILLE DEFINITION Le terme regroupe l ensemble

Plus en détail

Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge. Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD

Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge. Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD Diagnostic et évaluation de la dénutrition Prise en charge Isabelle Bourdel-Marchasson DU EHPAD Au cours du vieillissement. Les problèmes nutritionnels changent après 80 ans : peu de pathologies de surcharge

Plus en détail

Diagnostic biologique

Diagnostic biologique Diagnostic biologique Albuminémie: 35 g/l "normal, 30 à< 35 g/l "dénutrition modérée, < 30 g/l "dénutrition sévère. Pré albumine : 200 mg/l "normal < 200 mg/l "dénutrition. Facteurs favorisants Sociaux

Plus en détail

Le pied diabétique Le point de vue du Chirurgien Vasculaire

Le pied diabétique Le point de vue du Chirurgien Vasculaire Le pied diabétique Le point de vue du Chirurgien Vasculaire Dr Aurélien MOUSNIER Praticien Hospitalier Service de Chirurgie Vasculaire Centre Hospitalier de Cannes Réunion du samedi 4 juin 2016 Pied diabétique

Plus en détail

établissement de santé En bref.

établissement de santé En bref. Principale organisation professionnelle des diététiciens ticiens Le Soin diététique tique réalisé par le diététicien ticien en établissement de santé AFDN année e 2009 35, Allée Vivaldi 75012 Paris Tél.

Plus en détail

Nutrition et cancer digestif

Nutrition et cancer digestif Nutrition et cancer digestif P. Senesse Gastro-nutrition CRLC Val d Aurelle Dépistage systématique de l état nutritionnel Patients de moins de 70 ans SFNEP 2006 Age du patient : 18 à 70 ans Critères A

Plus en détail

La notion de «pied diabétique» regroupe l ensemble des affections atteignant le pied, directement liées aux conséquences de la maladie diabétique.

La notion de «pied diabétique» regroupe l ensemble des affections atteignant le pied, directement liées aux conséquences de la maladie diabétique. Docteur T. CREA La notion de «pied diabétique» regroupe l ensemble des affections atteignant le pied, directement liées aux conséquences de la maladie diabétique. Incidence et prévalence des lésions du

Plus en détail

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE Des bases de la nutrition à une approche de la dénutrition Mazoyer Alexis Médecin généraliste et coordonnateur d EHPAD DU nutrition et diététique

Plus en détail

Mention : Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques

Mention : Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Diplôme Universitaire Nutrition, agression, maladies chroniques Organisation : Faculté

Plus en détail

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander?

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander? BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD

Plus en détail

Evaluation de l état nutritionnel au cours de la cirrhose. Claire Chaignat 4e semestre DES HGE CHU Besançon 12 octobre 2012

Evaluation de l état nutritionnel au cours de la cirrhose. Claire Chaignat 4e semestre DES HGE CHU Besançon 12 octobre 2012 Evaluation de l état nutritionnel au cours de la cirrhose Claire Chaignat 4e semestre DES HGE CHU Besançon 12 octobre 2012 Dénutrition et cirrhose Prévalence Aspects physiopathologiques Particularités

Plus en détail

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Journée des cadres AFDN Paris, le 15/01/2010 Marie Claude CARPENTIER, CSS Diététicien Caroline AMSELLEM, Diététicienne UTNC CHU_ Hôpitaux

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Pierre Jésus 1, Aude Massoulard 2, Olivier Laplagne 2, Benoît Marin 3,5, Marie Nicol 4, Philippe Couratier

Plus en détail

Critères d admission SIPO et soins continus

Critères d admission SIPO et soins continus Critères d admission SIPO et soins continus G. Lebuffe Pôle d anesthésie-réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille, France Soins intensifs: Décret 2002 D 124-104 Unité prenant en charge les patients

Plus en détail

Indicateurs DPE. Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre

Indicateurs DPE. Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre Indicateurs DPE Identification points forts Clinique Médicale Brugnon Agache - Beaujeu Dr FARRET Médecin chef Gériatre, onco-gériatre 04 décembre 2014 INSTANCES DE PILOTAGE CLAN STRUCTURATION MULTIPROFESSIONNELLE

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice 49 ème JAND 30 janvier 2009 La nutrition entérale à domicile Xavier Hébuterne Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice Un grand nombre de maladies

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS COLLECTION INFIRMIERS 2014

CATALOGUE DE FORMATIONS COLLECTION INFIRMIERS 2014 CATALOGUE DE FORMATIONS COLLECTION INFIRMIERS 2014 Formation Infirmier PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PUBLIC : Infirmier TYPE : E- learning PRIX :!"#$ DURÉE : #h OBJECTIFS MÉTHODES PÉDAGOGIQUES Connaître

Plus en détail

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon CREPUSCULE DES VIEUX vieillissement cérébral vieillissement artériel VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE VIEILLISSEMENT

Plus en détail

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients)

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) S. DEGHIMA, S. AOUICHE, N. ZENATI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ALOUI, K. MEZEGHRANI, R.

Plus en détail

Plaies et cicatrisations

Plaies et cicatrisations Formation extra-muros Plaies et cicatrisations Programme DPC n 47341500008 Hôtel Ibis Paris Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux Prise en charge des plaies et des cicatrisations

Plus en détail

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE

CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE CARENCE EN VITAMINE D ET ANEMIE dans une population gériatriqueg hospitalisée M ANDRO, A COUTARD, A GENTRIC SGOC 2012 Anémie chez le sujet âgé Définie par critères OMS: - = Hb

Plus en détail

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013.

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013. Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013 Unité Alzheimer 1 Diagnostic de dénutrition, critères de la HAS, un seul

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

Histoire de la maladie. Homme de 65 ans. Perte de l appétit. Perte de poids. Examen clinique. Taille : 1,90m

Histoire de la maladie. Homme de 65 ans. Perte de l appétit. Perte de poids. Examen clinique. Taille : 1,90m Histoire de la maladie J0 Homme de 65 ans Douleurs abdominales depuis 3 mois Perte de l appétit Perte de poids Examen clinique Ictère cutanéo-muqueux Poids : 60 kg (poids initial 70 kg) Taille : 1,90m

Plus en détail

Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015

Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015 Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015 Coordination scientifique : Sandrine Fosse Edorh Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France Suivi du diabète

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007 Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Juin 2007 Prévalence de la dénutrition chez les personnes âgées A domicile : 4-10 % En institution : 15-38

Plus en détail

Complications «gériatriques» des infections aiguës courantes : quoi de neuf pour l infectiologue?

Complications «gériatriques» des infections aiguës courantes : quoi de neuf pour l infectiologue? Complications «gériatriques» des infections aiguës courantes : quoi de neuf pour l infectiologue? Dr T Fraisse, C.H Alès Cévennes Intergroupe SPILF-SFGG 1 Déclaration d intérêts de 2012 à 2015 Intérêts

Plus en détail

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences Caroline Bourgeois Introduction Douleur thoracique 5 à 10 % des consultations aux urgences 15% sont

Plus en détail

La nutrition parentérale

La nutrition parentérale Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? La nutrition parentérale Dr Yves Morvant - Vannes-Octobre 2010 Principes Injection d une solution liquide comprenant glucides, lipides et

Plus en détail

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Formes cliniques et prise en charge Patrice POUBEAU G. BORGHERINI Service Maladies Infectieuses G H Sud Réunion Marie Pierre MOITON Dominique FERRANDIZ

Plus en détail

Stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson et du jeune enfant

Stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson et du jeune enfant ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-QUATRIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A54/INF.DOC./4 Point 13.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2001 Stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson

Plus en détail

Thèmes et actions de l e-dpc

Thèmes et actions de l e-dpc Thèmes et actions de l e-dpc 2016 Les addictions Le cannabis augmente-t-il le risque d autres drogues chez l adolescent? Tabac : état des lieux, de la dépendance au sevrage Repérage de la consommation

Plus en détail

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES PRADO Le service d accompagnement à domicile après une hospitalisation PATHOLOGIES CHRONIQUES Volets insuffisance cardiaque et BPCO Dans le Jura (08/07/2016) Restreint 1 Permettre au patient de retourner

Plus en détail

SNIIR-AM/PMSI: Applicabilité et valeur pronostique du score de comorbidités de Charlson

SNIIR-AM/PMSI: Applicabilité et valeur pronostique du score de comorbidités de Charlson SNIIR-AM/PMSI: Applicabilité et valeur pronostique du score de comorbidités de Charlson Aurélie Bannay, Christophe Chaignot, Pierre-Olivier Blotière, Alain Weill, Philippe Ricordeau, François Alla CNAMTS

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique Dr Y. Massin Assistant en gériatrie Dr M.P. Stassen Endocrinologue Clinique A.Renard le jeudi 1 février 2007 1 La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique le

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor Académie Nationale de Pharmacie 18 mars 2015 DECLARATION

Plus en détail

Proposition d arbres décisionnels

Proposition d arbres décisionnels Comment mieux prescrire les psychotropes chez le sujet âgé de plus de 80 ans? Proposition d arbres décisionnels troubles du sommeil dépression - anxiété Sylvie LEGRAIN Unité Programmes Pilotes - 29 juillet

Plus en détail

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Sport Santé & Maladies métaboliques Pr Martine Duclos Dr Julien Aucouturier Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Recommandations et Tableaux cliniques Maladies métaboliques

Plus en détail

Lieu : Institut Jules Bordet Etude réalisée en 2012 par J. Cantarero M. Csergö, Dr E.Toussaint, M. Moreau, N. Hallot, Y. Lalami, D. de Valeriola, B.

Lieu : Institut Jules Bordet Etude réalisée en 2012 par J. Cantarero M. Csergö, Dr E.Toussaint, M. Moreau, N. Hallot, Y. Lalami, D. de Valeriola, B. Evaluation du risque de dénutrition et de la dénutrition dans un Hôpital de Jour Oncologique. Résultats d une étude menée en 2012-20132013 Lieu : Institut Jules Bordet Etude réalisée en 2012 par J. Cantarero

Plus en détail

Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition. Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre

Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition. Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre 1 Est-ce que l âge est à l origine de dénutrition? 2 Question légitime car 3 La réponse est non, «mais»

Plus en détail

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André,

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André, Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux AOMI Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution,

Plus en détail

CAS CLINIQUE SUR L HYPODERMOCLYSE

CAS CLINIQUE SUR L HYPODERMOCLYSE CAS CLINIQUE SUR L HYPODERMOCLYSE Dr RUBAUD Raphaëlle SSR les Ormes Nîmes le 27/09/2012 Cas clinique Août 2012, Mme H, 77 ans, est hospitalisée pour une asthénie, un pli cutané et une sécheresse buccale

Plus en détail