Rapport d Avant Projet Détaillé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d Avant Projet Détaillé"

Transcription

1 Rapport d Avant Projet Détaillé Juin 1999

2

3 Rapport d Avant Projet Détaillé Juin 1999 Préface Chapitre I : Introduction Chapitre II : Argumentation Scientifique Chapitre III : Synthèse des Options Scientifiques, Techniques et Administratives Chapitre IV : Les Accélérateurs et Sources de Lumière Chapitre V : Le Programme Expériences Partie I : Anneau de Stockage Partie II : Injecteur Partie III : Production du Rayonnement Chapitre VI : Les Aspects Informatiques Chapitre VII : La Sécurité Chapitre VIII : Site, Bâtiments et Infrastructures Chapitre IX : Aspects Administratifs et Organisationnels Chapitre X : Bilan et Reprise d APD

4 PREFACE En février 1996, le Secrétaire d Etat à la Recherche a demandé aux organismes de réaliser l étude de détail du projet SOLEIL. En réponse, au travers d une convention couvrant une période de trois ans, le CNRS et le CEA ont conjointement et à parité organisé la réalisation de l Avant Projet Détaillé (APD) de SOLEIL. Le présent rapport est tout d abord un document sanctionnant la fin de la tâche APD, tâche qui a été réalisée dans les budgets et les délais impartis. De ce seul point de vue, nous aurions pu nous limiter, à faire un bilan des options scientifiques et techniques retenues d une part, des ressources financières et de personnels nécessaires à la réalisation d autre part, et à indiquer enfin le calendrier prévu, le tout en quelques dizaines de pages. Le tableau de marche qu avaient fixé les organismes prévoyait un démarrage de construction au 1 er janvier 1999 et une continuité entre la phase APD et la phase de construction. A ce jour, aucune décision n a été prise ; de sorte que malheureusement, les tâches et en conséquence les contrats et collaborations étant terminés, les équipes ont été redéployées vers d autres occupations. La reprise du projet imposera la constitution d une nouvelle équipe qui devra reprendre à son compte l ensemble des études avant de lancer la réalisation. Nous avons donc voulu que le rapport APD serve le plus efficacement possible cette nouvelle équipe. Son contenu a été volontairement élargi dans cet esprit. Il s appuie sur de nombreux documents annexes pour permettre aux experts de la nouvelle équipe de retrouver tous les détails qui ont amené aux différentes solutions. Parallèlement à la rédaction du rapport qui atteint maintenant quelques pages, nous avons donc archivé (et le plus souvent cité en référence dans le texte) tous les documents qui peuvent être d une quelconque utilité pour les repreneurs du projet : Rapports à caractères scientifique, technique ou administratif. Comptes rendus des : ¾ Conseils, ¾ Conseils Scientifiques, ¾ Réunions de Projet, ¾ Réunions Sources, ¾ Réunions Expériences, ¾ Réunions avec la maîtrise d œuvre des bâtiments. Proceeding des ateliers. Publications internationales. SOLEIL Rapport d APD PREFACE Page 2/8

5 A la demande du Conseil, dans ce document, nous avons tenu à faire un ensemble cohérent de propositions pour permettre aux lecteurs intéressés de se rendre compte de l esprit dans lequel cette organisation était envisagée. Nos propositions concernant l organisation générale sont esquissées au chapitre IX ; des éléments complémentaires concernant le Programme Expériences sont donnés au chapitre V. Il appartiendra bien évidemment à la future direction d arrêter, avec le Conseil, les choix définitifs d organisation du laboratoire. Nous avons pensé à ceux d entre vous très nombreux certainement qui ne pourront lire l ensemble des détails. Nous avons donc rédigé au Chapitre III une synthèse qui résume en quelques 30 pages l essentiel. SOLEIL Rapport d APD PREFACE Page 3/8

6 REMERCIEMENTS Le groupe de projet SOLEIL remercie les autorités de tutelle, le Conseil et le Conseil Scientifique pour les conditions de travail, les moyens mis à sa disposition et la confiance continuellement témoignée pendant la phase APD. L APD SOLEIL aurait été impossible sans les travaux précédemment réalisés par les équipes du LURE et concrétisés par les rapports «Avant Projet SOLEIL Argumentation Scientifique et Etude Technique». Le groupe de projet SOLEIL remercie tous les membres des collaborations mises en place pendant cette phase APD, à savoir : les équipes du CEA et du CNRS directement impliquées dans le rayonnement synchrotron et les techniques associées ; les équipes de l ESRF pour leur accueil, leurs conseils et leur large contribution, en particulier K. Witte de la direction, JM. Filhol, JF. Bouteille, P. Elleaume, JP Perrine des groupes RF et Physique de la Machine, ainsi que WD. Klotz, A. Götz, JM Chaize, R. Dimper, C. Hervé, D. Porte des Services Informatiques, JC Biasci, JM Lefèbvre, JP Magnien, B. Plan, L. Zhang des Services Techniques et P. Berkvens responsable de la Sécurité ; les équipes de SLS et DIAMOND dans le cadre de collaborations tripartites ; les équipes espagnoles dans le cadre de la collaboration avec la SGPN. Nous sommes éminemment redevables envers le CERN pour sa collaboration sur la fourniture des cavités et des coupleurs de puissance, ainsi que la mise à disposition de l installation d assemblage et du banc d essai final de qualification. Nous remercions tout spécialement P. Marin et R. Souchet qui nous ont largement faits profiter de leur expérience tout au long des études, ainsi que A. Tkatchenko pour sa participation active dans la première phase, G. Flynn pour ses différentes contributions. Nous remercions également F. Fabre pour sa mission d information auprès de la communauté scientifique et des médias. Enfin, notre reconnaissance ira tout naturellement aux équipes de la Maîtrise d œuvre et des experts associés qui ont démontré leur compétence et leur bonne compréhension des problèmes posés, en proposant une série de solutions bien élaborées, capables de s adapter à différents sites. SOLEIL Rapport d APD PREFACE Page 4/8

7 Le groupe de projet : Direction JL. Laclare Chef de Projet P. Thiry Chef de Projet adjoint C. Desailly Sources MP. Level Responsable Sources R. Chaput * M. Corlier* JM. Godefroy* A. Mosnier A. Nadji* P. Nghiem M.A. Tordeux* M. Tkatchenko Expériences D. Chandesris Co-Responsable Expériences P. Morin Co-Responsable Expériences Services Techniques S. Palanque Responsable Services Techniques C. Herbeaux* JL. Marlats* P. Martel L. Mélard* Informatique B. Gagey Responsable Informatique Administration J. Ramette Responsable Administration B. Gascard G. Régnier A. Verron * mis à disposition à 50 % de leur temps SOLEIL Rapport d APD PREFACE Page 5/8

8 Conseil SOLEIL C. Bréchignac/ Y. Farge Président du Conseil CNRS Direction C. Césarsky CEA/DSM J. Sevin CNRS/DSP P. Garderet CEA/DES D. Moras IGBMC A. Bugat CEA/DTA N. Godet Secrétaire Conseil Scientifique Y. Pétroff Président jusqu au 09/10/98 ESRF I. Nenner Présidente depuis le 27/01/99 DSM/DRECAM B. Carrière GSI-IPCMS R. Comès LURE G. Férey Institut Lavoisier J. C. Fontecilla-Camps LCCP-IBS R. Fourme LURE J. Lachkar CEA/DAM F. Lafuma ESPCI V. Mikol Rhône Poulenc RORER J. Pannetier CORNING JC. Petit DSM/DRECAM D. Raoux Laboratoire de cristallographie MC. Asensio Observatrice LURE M. Sauvage Secrétaire LURE Collaborations LURE CEA/DSM/DAPNIA CEA/DSM/DRECAM CEA/UEGD/STE/Saclay CEA/UGSP/SC/Saclay ESRF P. Berkvens, consultant chargé de la sécurité SOLEIL Rapport d APD PREFACE Page 6/8

9 Physique des accélérateurs : Vide : JC Besson CNRS G. Congretel CEA P. Brunelle CNRS J.P. Marx CNRS A. Loulergue CEA C. Prévost CNRS O. Marcouillé CNRS J. Payet CEA RF : M. Sommer CNRS P. Bosland CEA L. Nadolski (thèse) CEA P. Bredy CEA JP Charier CEA Magnétisme : S. Chel CEA J. Bissirieix CEA M. Desmons CEA J.C. Ciret CEA X. Hanus CEA O. Delferrière CEA M. Juillard CEA D. Demenezes CEA M. Maurier CEA C. Evesque CNRS F. Orsini (thèse) CEA F. Marteau CNRS B. Phung Ngoc CEA J. Néel CEA J. Polian CNRS P. Peaupardin CNRS F. Ribeiro CNRS J.P. Pénicaud CEA T. Ruan CNRS Alimentations : LEL Anneau : JM Godefroy CNRS M.E. Couprie CEA P. Gros CEA D. Nutarelli CNRS P. Lebasque CNRS Rayonnement infrarouge : Diagnostics : P. Roy CNRS L. Cassinari CNRS J. Darpentigny CNRS Bureau d étude : L. Beauchet CNRS Linac : JC Boyer CNRS E. Arnaud CNRS C. Chauvin CEA M. Bol CNRS S. Jacob CNRS R. Chaput CNRS J. Martin CEA D. Fraticelli CNRS J. Michaut CNRS J.P. Pollina CNRS G. Périlhous CNRS L. Vatrinet CNRS Alignement : M. Fontaine CEA Bâtiments, Fluides et Infrastructures : J. Chabance CNRS Informatique : R. Decouvelaere CNRS J. Claverie CNRS P. Goy CNRS D. Dagneaux CNRS L. Langlet CNRS P. Léaux CEA L. Mélard CNRS M. Massal CNRS P. Rabillard CNRS D. Michalowicz CNRS M. Raffin CEA P. Peynot CNRS P. Robert CNRS JM. Rochat CNRS L. Roussier CNRS Sécurité : C. Thieffry CNRS SOLEIL Rapport d APD PREFACE Page 7/8

10 Les sous-traitants : La maîtrise d œuvre : INGEROP (mandataire) (Philippe Carpentier : Chef de Projet) ARTEC Atelier d Architecture CHAIX et MOREL Société d Architecture de SOOS et Associés MECASOL Le bureau de contrôle : QUALICONSULT La coordination SPS : AFICOOR Service Commercial CEA/Saclay : MP Grenier P. Hiel M. Mansion D. Roussel L expertise : P. Berkvens ESRF M. Bué SETEC J.P. Cincet APSI A. Legendre CNRS J.P. Magnien ESRF SOLEIL Rapport d APD PREFACE Page 8/8

Cryomodule XFEL. 04/10/2011 Les Journées accélérateurs Roscoff N Sacépé

Cryomodule XFEL. 04/10/2011 Les Journées accélérateurs Roscoff N Sacépé Cryomodule XFEL 1 XFEL Machine XFEL laser X-Ray à électron libre Source de lumière 4 ème génération Production d un faisceaux d électron d énergie de 17,5 GeV. La longueur totale est de 3,3 km comprenant

Plus en détail

J.L. HAZEMANN, B. MITCHELL, G. OUVRARD, F. SOLAL, O. SPALLA M. SAUVAGE, R. FOURME, P. MORIN, D. RAOUX F. FRAISSARD, C. MAZOUFFRE, S.

J.L. HAZEMANN, B. MITCHELL, G. OUVRARD, F. SOLAL, O. SPALLA M. SAUVAGE, R. FOURME, P. MORIN, D. RAOUX F. FRAISSARD, C. MAZOUFFRE, S. Marie-Hélène LE DU, Anita LEWIT-BENTLEY, Christine BOEGLIN, Victor ETGENS, Géraldine SARRET, Marie-Pierre KRAFFT, Jean-Hugues FILLION, Johannes ORPHAL, Valérie PAUL-BONCOUR, Alain POLIAN, Philippel DILLMANN,

Plus en détail

Laurent S. NADOLSKI Physicien des Accélérateurs

Laurent S. NADOLSKI Physicien des Accélérateurs Laurent S. NADOLSKI Physicien des Accélérateurs 9 Résidence du Clos de Verrières 91370 Verrières-le-Buisson France +33 (0)6 89 43 70 45 +33 (0)1 69 35 98 08 +33 (0)1 69 35 94 51 nadolski@synchrotron-soleil.fr

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Comité de pilotage «Année Internationale de la Cristallographie en France AICr2014»

Comité de pilotage «Année Internationale de la Cristallographie en France AICr2014» Paris, le 19 mars 2014. CNRS R. Guinebretière http://www.afc.asso.fr/ http://www.aicr2014.fr/ UMR CNRS 7315 ENSCI, 12 rue Atlantis, 87068 Limoges, France 2014 : une année clef pour la cristallographie!

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Appuyer la réalisation d une étude de faisabilité sur la transformation

Plus en détail

S O M M A I R E CHAPITRE VII - LA SECURITE

S O M M A I R E CHAPITRE VII - LA SECURITE S O M M A I R E CHAPITRE VII - LA SECURITE 1. PHILOSOPHIE... 5 2. SÉCURITÉ RADIOBIOLOGIQUE... 5 2.1. Principes généraux... 5 2.2. Critères... 6 2.3. Modèle de calcul... 6 2.4. Hypothèses concernant les

Plus en détail

Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil

Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil Une solution stockage sécurisée et distribuée au Synchrotron Soleil Informatique Scientifique Groupe Systèmes et Réseaux Division Informatique philippe.martinez@synchrotron-soleil.fr Historique du Synchrotron

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ENVIRONNEMENT DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS 1 Les différents domaines de la construction Bâtiment : Constructions concernant les bâtiments à usage de bureaux ou à usage d habitation pour le compte

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES CHAINES DE VALEURS DES PRODUITS/SECTEURS A FORT POTENTIEL D ECHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES, POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME

Plus en détail

Les clauses sécurité dans un contrat de cloud

Les clauses sécurité dans un contrat de cloud HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Openday 23 juin 2011 Les clauses sécurité dans un contrat de cloud

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3"

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3 République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3" Termes de référence Pour le recrutement d un consultant spécialisé en Gestion Axée sur les Résultats

Plus en détail

Management des compétences et des Ressources Humaines

Management des compétences et des Ressources Humaines Mastère Spécialisé Management des compétences et des Ressources Humaines www.audencia.com Chiffres-clés d Audencia Nantes 112 ans 2 476 étudiants 13 programmes 400 experts associés 13 228 diplômés 90 professeurs

Plus en détail

QUESTIONS RELATIVES AUX CONTACTS ET A LA COMMUNICATION. Adoptée par la Conférence des Parties à sa neuvième réunion (Rome, 1-5 décembre 2008)

QUESTIONS RELATIVES AUX CONTACTS ET A LA COMMUNICATION. Adoptée par la Conférence des Parties à sa neuvième réunion (Rome, 1-5 décembre 2008) CONVENTION SUR ESPECES MIGRATRICES Distr: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 9.5 Français Original: Anglais QUESTIONS RELATIVES AUX CONTACTS ET A LA COMMUNICATION Adoptée par la Conférence des Parties à

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA . TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES ECHANGES COMMERCIAUX INTRACOMMUNAUTAIRES POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Les projets de dématérialisation chez Promologis

Les projets de dématérialisation chez Promologis Les projets de dématérialisation chez Promologis La demande de logement Les enquêtes SLS Les factures fournisseurs M. Robert Stevens Directeur Informatique PROMOLOGIS Contexte du projet 2008 Gestion de

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

Responsable de communication

Responsable de communication Responsable de communication F1B25 Médiation scientifique, culture, communication - IR Mission Le (la) responsable de communication définit la stratégie globale de la structure en matière de communication.

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Ordonnancement Pilotage Coordination

Ordonnancement Pilotage Coordination Ordonnancement Pilotage Coordination Monsieur Vincent-Bardin Laurent / gérant / Belledone Coordination. 54, rue Jean Le Galleu / 94200 Ivry sur Seine Tel:01.49.60.71.45 Cel: 06.28.58.67.04 vincent-bardin@belledone-coordination.fr

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Introduction au rayonnement synchrotron

Introduction au rayonnement synchrotron Introduction au rayonnement synchrotron Jean-Michel Ortega CLIO/LCP Bat. 201 Porte 2 Université Paris Sud 91405 Orsay Le rayonnement synchrotron («RS») a pris une très grande importance pratique depuis

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire, patrimoine et technologies numériques de l Ecole Nationale des Chartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Sandrane : 076 223 03 85 Damien : 076 616 63 80. equipe@kinogeneva.ch www.kinogeneva.ch

Sandrane : 076 223 03 85 Damien : 076 616 63 80. equipe@kinogeneva.ch www.kinogeneva.ch Sandrane : 076 223 03 85 Damien : 076 616 63 80 equipe@kinogeneva.ch La 3ème édition du Kino Kabaret aura lieu 18 au 28 janvier 2016 (dates sous réserve). L'équipe KinoGeneva est à la recherche de personnes

Plus en détail

Ordre du jour. 4 Présentation d un calendrier du groupe de travail «Aide à la sélection d un Maître d œuvre / d un assistant Maître d Ouvrage».

Ordre du jour. 4 Présentation d un calendrier du groupe de travail «Aide à la sélection d un Maître d œuvre / d un assistant Maître d Ouvrage». oui AUDIT CONSEIL FORMATION COORDINATION SPS EXPERTISE ET CONTROLE TECHNIQUE MAITRISE D ŒUVRE Compte Rendu de la réunion du 13 Octobre 2009 Comité de suivi de la Charte Qualité Ordre du jour 0 Accueil

Plus en détail

REMISE DES PRIX DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 1 er juillet 2015. 17e CONCOURS NATIONAL D'AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES DE TECHNOLOGIES INNOVANTES

REMISE DES PRIX DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 1 er juillet 2015. 17e CONCOURS NATIONAL D'AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES DE TECHNOLOGIES INNOVANTES DOSSIER DE PRESSE 17e CONCOURS NATIONAL D'AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES DE TECHNOLOGIES INNOVANTES REMISE DES PRIX Mercredi 1 er juillet 2015 Cécile Corradin - 01 55 55 99 12 Élodie Flora - 01 55 55

Plus en détail

Lancement du projet TOP (Tracabilité et Optimisation des Process)

Lancement du projet TOP (Tracabilité et Optimisation des Process) Lancement du projet TOP (Tracabilité et Optimisation des Process) Stéphane POUX Colloque «Bilan de la DiVE» 3 juillet 2008 Objectifs et contexte du projet TOP Développer le système d information de la

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5 V11N5 ONZIÈME ANNÉE V11N5 Dossier Accès Aux tablettes Démarquez-vous! ACTUALiTeALiMeNTAire.CoM POSTE-PUBLICATIONS #41610548 ADRESSE DE RETOUR : 615, AV. NOTRE-DAME, SAINT-LAMBERT (QC) J4P 2K8 dossier :

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE Sommaire La légende ASSE Page 3 Le Musée en chiffres Page 4 Le Musée en bref Page 4 7 salles d exposition Pages 5 et 6 Conseil général de la Loire Page 7 Saint-Étienne

Plus en détail

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Depuis quelques années la crise du logement entraîne un fort dynamisme de l emploi dans les secteurs de l aménagement et

Plus en détail

Réalisé par : Centre d expertise en production ovine du Québec. Rapport final. Rédigé par : Marie Vachon, agr., responsable en recherche

Réalisé par : Centre d expertise en production ovine du Québec. Rapport final. Rédigé par : Marie Vachon, agr., responsable en recherche Rapport final Essai des logiciels Gestion Informatisée de Bergerie (GIB) et Carnet Informatisé de Bergerie (CIB) à la Ferme du Centre d expertise en production ovine du Québec. Centre d expertise en production

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

ARCHEOVISION. Centre de Ressources Numériques 3D. UMR 5607 du CNRS. R. Vergnieux IR-CNRS

ARCHEOVISION. Centre de Ressources Numériques 3D. UMR 5607 du CNRS. R. Vergnieux IR-CNRS ARCHEOVISION Centre de Ressources Numériques 3D R. Vergnieux IR-CNRS UMR 5607 du CNRS Archéovision CNRS Caroline Delevoie (AI cnrs Coordination - 2D) Bruno Dutailly (IE cnrs Dev. 3D) Robert Vergnieux (IR

Plus en détail

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000 EVOLUTIONS INDICE DATE NATURE DE L'EVOLUTION 00 09/06/2000 Edition Originale 01 29/09/2000 Modification suite à audit interne

Plus en détail

Ecole d été des spectroscopies d électrons.

Ecole d été des spectroscopies d électrons. Lundi 08 juin 2015 16h00 16h30 Principe et fondements de la technique - Les interactions photon-matière, l émission des photoélectrons - l analyse chimique par XPS Jean-Charles DUPIN Appareillage et instrumentation

Plus en détail

NOM ENTREPRISE et son LOGO éventuel

NOM ENTREPRISE et son LOGO éventuel NOM ENTREPRISE et son LOGO éventuel SUJET DU STAGE NOM DE L ENTREPRISE Dates du stage (Proposition de modèle de rapport) Nom du tuteur Qualité : Nom du maître de stage : Qualité : Nom de l étudiant Département

Plus en détail

Prix inter facultés de dispensation d ordonnances/règlement 2015

Prix inter facultés de dispensation d ordonnances/règlement 2015 Prix inter facultés de dispensation d ordonnances/règlement 2015 I. Objectifs : - Valoriser auprès des étudiants l aspect oral de la dispensation d ordonnance en insistant sur la qualité et la pertinence

Plus en détail

Cinq années de mutualisa/on des ressources en calcul scien/fique au PSMN de l ENS Lyon

Cinq années de mutualisa/on des ressources en calcul scien/fique au PSMN de l ENS Lyon Cinq années de mutualisa/on des ressources en calcul scien/fique au PSMN de l ENS Lyon Hervé Gilquin 1 octobre 2012 Sommaire de la présenta/on Historique. Personnels Infrastructures. Fonc/onnement. Exemples.

Plus en détail

Histoire de projet...

Histoire de projet... Histoire de projet... Sommaire Début de l histoire Une rencontre Des échanges Des propositions Une réflexion confortée Un projet explicité Une relation de confiance La concrétisation d un projet p.05 p.07

Plus en détail

Listes du personnel de La Revue Populaire... 1 Presse québécoise... 1 Nos extraits de listes du personnel... 2

Listes du personnel de La Revue Populaire... 1 Presse québécoise... 1 Nos extraits de listes du personnel... 2 Sommaire Listes du personnel de La Revue Populaire... 1 Presse québécoise... 1 Nos extraits de listes du personnel... 2 Listes du personnel de La Revue Populaire Presse québécoise Cette section traite

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

Préambule. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation de Détail ou de Coopératives de Consommation. fait par FERREIRA Antoine

Préambule. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation de Détail ou de Coopératives de Consommation. fait par FERREIRA Antoine Synthèse sur l application du droit social aux Gérants non salariés issus des dispositions légales par la codification L.7322-1 et suite du Code du Travail. Gérants de Succursales de Maisons d'alimentation

Plus en détail

APPEL À PROJETS A.S.T.R.E. 2015 Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonne PROJETS D INNOVATION COLLABORATIFS

APPEL À PROJETS A.S.T.R.E. 2015 Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonne PROJETS D INNOVATION COLLABORATIFS CONSEIL GÉNÉRAL DE L ESSONNE Direction de l innovation et du développement des territoires APPEL À PROJETS A.S.T.R.E. 2015 Action de Soutien à la Technologie et à la Recherche en Essonne PROJETS D INNOVATION

Plus en détail

Améliorer la sécurité et la protection de la santé sur les chantiers

Améliorer la sécurité et la protection de la santé sur les chantiers Améliorer la sécurité et la protection de la santé sur les chantiers Mathieu Lefebvre Expert Transversal Infrastructures CTB Burundi Financé par : Gouvernement du Burundi Constats au Burundi Equilibristes

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

Présenter une demande de financement crédible. Par Danielle Boily Conseils en communication et rédaction

Présenter une demande de financement crédible. Par Danielle Boily Conseils en communication et rédaction Présenter une demande de financement crédible Par Danielle Boily Conseils en communication et rédaction La démarche La préparation Le contenu et la présentation Le suivi La préparation Avoir une vue d

Plus en détail

Déchets Sciences & Techniques Présentation et Note aux auteurs revue.dst@insa-lyon.fr

Déchets Sciences & Techniques Présentation et Note aux auteurs revue.dst@insa-lyon.fr Déchets Sciences & Techniques Présentation et Note aux auteurs revue.dst@insa-lyon.fr Déchets Sciences & Techniques est une revue francophone éditée par l'insa de Lyon et diffusée en libre accès sur la

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Calcul parallèle sur GPU

RAPPORT DE STAGE Calcul parallèle sur GPU Université Joseph Fourier Département Licence Sciences & Technologie RAPPORT DE STAGE Calcul parallèle sur GPU D Aguanno Carlotta Laboratoire d accueil : INRIA Directeur du laboratoire : GROS Patrick Responsable

Plus en détail

TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE.

TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE. N 332 - RANUCCI Jean Francis 1 TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE. Introduction Etude empirique de l apport de l usage des

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CONSULTATION AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL DIRECTION GENERALE UNITE RESSOURCES HUMAINES 253, avenue du Général Leclerc 94701

Plus en détail

Alignment Effects and Circular Polarisation uses (soft X ray) on dilute species

Alignment Effects and Circular Polarisation uses (soft X ray) on dilute species Alignment Effects and Circular Polarisation uses (soft X ray) on dilute species Study of dilute species (atoms, molecules, ions, clusters and adsorbates) after soft X ray irradiation beamline proposal

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138 I. Informations générales Intitulé de la mission Appui au RAME pour le renforcement des capacités de gestion de 16 associations de lutte contre le paludisme, sous-sous-récipiendaires

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées Appui au démarrage des activités de distribution

Plus en détail

École du Barreau du Québec RAPPORT FORMATIF MAGISTRATURE

École du Barreau du Québec RAPPORT FORMATIF MAGISTRATURE RAPPORT FORMATIF MAGISTRATURE L'évaluation formative se veut avant tout l'occasion d'une rencontre qui vise à faire le point en cours de stage; le rapport formatif est l'outil privilégié pour ce faire.

Plus en détail

Mécanicien(ne) Automaticien(ne)

Mécanicien(ne) Automaticien(ne) 3 ème degré Technique de qualification Options : Mécanicien Automaticien Electricien Automaticien Mécanicien(ne) Automaticien(ne) Présentation générale Le métier Le «Mécanicien automaticien», tel que défini

Plus en détail

Réussir le diplôme d expertise comptable

Réussir le diplôme d expertise comptable Éliane LEVÊQUE-GRIFFANTI Hervé WENTZINGER Michel SCHITTLY Philippe LARGER Sandrine CUCHE Sous la direction de Cyrille AST Réussir le diplôme d expertise comptable Du stage professionnel aux épreuves finales

Plus en détail

Contenu. Chapitre 1, partie 2 Introduction à la gestion de projet. Introduction à la gestion de projet (2 ie partie) La gestion de projet

Contenu. Chapitre 1, partie 2 Introduction à la gestion de projet. Introduction à la gestion de projet (2 ie partie) La gestion de projet Introduction à la gestion de projet (2 ie partie) Chapitre 1, partie 2 Introduction à la gestion de projet La gestion de projet Par: Philippe Nasr Adapté par : JF Fortier Les contraintes d un projet Les

Plus en détail

Guide de rédaction du. Rapport de stage

Guide de rédaction du. Rapport de stage Guide de rédaction du Rapport de stage Public Cible Etudiant de 3ème année licence (sauf informatique) Etablissement Institut des Hautes Etudes à Tunis (IHET) Objectifs Aider l apprenant à choisir son

Plus en détail

Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES

Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES JUIN 2007 Nous tenons à remercier Madame Suzanne Nicolas, consultante en santé primaire et gestion, pour la consultation qu elle a effectué et le rapport

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1027447L/Bleue-1 ------- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1027447L/Bleue-1 ------- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention relative à la construction et à l exploitation d un laser européen à électrons

Plus en détail

PROCÉDURE DE SÉLECTION POUR LES CONTRATS DE GÉNIE CIVIL

PROCÉDURE DE SÉLECTION POUR LES CONTRATS DE GÉNIE CIVIL PROCÉDURE DE SÉLECTION POUR LES CONTRATS DE GÉNIE CIVIL J.L. Baldy Division ST - Groupe Génie Civil (ST/CE) CERN, Genève, Suisse Résumé L exposé débute par le rappel de quelques caractéristiques du projet

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement.

Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement. Accompagnement personnalisé BAC PRO 3 ans Les modules et ateliers Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement.

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures INSTITUT DE FORMATION UNIVERSITAIRE ET DE RECHERCHE DU TRANSPORT AÉRIEN POUR ÊTRE COMPÉTITIF, PERFORMANT ET INNOVANT DANS LE TRANSPORT AÉRIEN AUJOURD HUI ET DEMAIN 15 séminaires De management et de droit

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

FORMATION AGRICOLE POUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU MALI (FASAM) IMPLICATION D'UNE COMMISSION SCOLAIRE Commission scolaire de Saint-Hyacinthe

FORMATION AGRICOLE POUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU MALI (FASAM) IMPLICATION D'UNE COMMISSION SCOLAIRE Commission scolaire de Saint-Hyacinthe FORMATION AGRICOLE POUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU MALI (FASAM) IMPLICATION D'UNE COMMISSION SCOLAIRE Commission scolaire de Saint-Hyacinthe IMPLICATION DE NOTRE COMMISSION SCOLAIRE 2010 Appel d intérêt

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Cahier des charges. Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic

Cahier des charges. Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic Cahier des charges Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic CAHIER DES CHARGES ENQUETE ANNUELLE DE SATISFACTION 2 I. Contexte... 3 II. Objet...

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

www.univ-larochelle.fr

www.univ-larochelle.fr www.univ-larochelle.fr 2015 Culture, patrimoine "Études françaises" : "Apprendre le français à l Université de La Rochelle" Objectif : maîtriser le français écrit et oral de la vie quotidienne, atteindre

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉCISIONS DE M. LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE DÉCIDE

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉCISIONS DE M. LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE DÉCIDE DATE DE PUBLICATIN : 11 janvier 2016 EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉCISINS DE M. LE GUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE D.R. n 2016-01 du 8 janvier 2016 rganisation de la direction générale de la Fabrication des

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Mission d Appui aux Partenariats Public-Privé

Mission d Appui aux Partenariats Public-Privé Paris, le 31 Octobre 2005 AVIS n 2005-01 portant sur le dossier de rénovation de L Institut National des Sports et de l Education Physique (INSEP) présenté par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et

Plus en détail

Section des établissements. Rapport d'évaluation du synchrotron SOLEIL

Section des établissements. Rapport d'évaluation du synchrotron SOLEIL Section des établissements Rapport d'évaluation du synchrotron SOLEIL août 2011 Rapport d'évaluation du synchrotron SOLEIL Le Président de l AERES Section des établissements Le Directeur Didier Houssin

Plus en détail

Communication électronique = responsabilité des chefs de services (organigramme, délégations)

Communication électronique = responsabilité des chefs de services (organigramme, délégations) 1 2 L information = la base de toute structure organisée. Les organisations = fondées sur le savoir et l information. Leurs performances = l accès et de la circulation de l information. L information est

Plus en détail

La société. Notre mission

La société. Notre mission Générateur de partenariats dans l Union Européenne La société KomFort est une société de services qui vous accompagne pas à pas dans vos projets de coopération avec d autres entrepreneurs de l Union Européenne.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

Appel d offres. Cahier des Clauses Techniques Particulières

Appel d offres. Cahier des Clauses Techniques Particulières Appel d offres Choix d un cabinet de conseil pour l accompagnement au montage de projet «Recherche Hospitalo-Universitaire en Santé» (RHU) dans le cadre de l Appel à Projet ANR, Investissements d Avenir,

Plus en détail

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau Droit FIDUCIAL SOFIRAL Chiffre FIDUCIAL Audit FIDUCIAL

Plus en détail

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets!

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute Conseil et expertise en collecte et analyse de données Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute, un label pour vos études Sphinx Institute est un pôle de compétences qui vous conseille

Plus en détail

STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS. Ouagadougou, 06/05/2015. Save the Children

STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS. Ouagadougou, 06/05/2015. Save the Children FORMATION des PARTENAIRES STANDARDS SCI GESTION DES SUBVENTIONS Ouagadougou, 06/05/2015 Save the Children Qu est-ce que la gestion des dons et subventions? La fonction de gestion des dons et subventions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Leaders de demain en oncologie

Leaders de demain en oncologie Appel à projets Fondation ARC 2016 Leaders de demain en oncologie Recruiting emerging leaders in oncology Date limite de retour des dossiers d intention : 08 juillet 2015 1. Contexte et objectifs de l

Plus en détail

«Site Intranet / Internet dédié à la construction de la future DRJSCS PACA»

«Site Intranet / Internet dédié à la construction de la future DRJSCS PACA» COMPTE-RENDU DE LA REUNION DE L EQUIPE PROJET DE L ACTION 2 : «Site Intranet / Internet dédié à la construction de la future DRJSCS PACA» 16 mars 2009 DRJS MARSEILLE PARTICIPAIENT A LA REUNION Sylvie GRIFFIE

Plus en détail

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES UN GUIDE ESSENTIEL : GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES Vue d ensemble Dans presque tous les secteurs des services de santé aux services financiers de l industrie

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DE L ÉCOLE MATERNELLE ET PRIMAIRE BILINGUE DE BÂLE LES COQUELICOTS

STATUTS DE L ASSOCIATION DE L ÉCOLE MATERNELLE ET PRIMAIRE BILINGUE DE BÂLE LES COQUELICOTS STATUTS DE L ASSOCIATION DE L ÉCOLE MATERNELLE ET PRIMAIRE BILINGUE DE BÂLE LES COQUELICOTS Adoptés lors de la création de l Association le 18 Février 2006 Modifiés en Assemblée Générale Ordinaire le 20

Plus en détail