Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne"

Transcription

1 Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne «Tes yeux sont revenus d un pays arbitraire Où nul n a jamais su ce que c est qu un regard» 1 Paul Eluard, «L égalité des sexes» «Chca od mojego pisania nabrania zycia otoczenia a ja ich lapie za slowa po tocznie po tworze» 2 Miron Bialoszewski, «Tlumaczenie sie z tworczosci» CES DEUX FRAGMENTS TRACENT une singulière ligne de partage au sein du phénomène complexe que représente l avant-garde européenne. Une ligne qui ne recoupe pas toujours les frontières des différents mouvements, mais qui prend tout son sens à lumière des définitions que Jean-François Lyotard a données, dans les années 1980, du moderne et du postmoderne. Le philosophe voit en eux deux modes de la modernité, qui, basés sur un repli du réel, relèvent d une esthétique du sublime. L un et l autre inscrivent ainsi une différence dans les facultés du sujet, celles du concevoir et du présenter. Mais les deux stratégies divergent. Et il est possible de distinguer, au sein de la création européenne, deux types d avant-garde, moderne et postmoderne. Après un rappel des caractéristiques de chaque mode selon Lyotard, il s agira de spécifier les conditions textuelles dans lesquelles le 1 In Eluard «S expliquer sur la création»: «De mon écriture ils veulent de la vie alentours/et moi je les prends au mot/couramment/je monstre», in Bialoszewski 1959a, trad. J.P. PEIRON Joanna, «Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avantgarde européenne», RiLUnE, n. 3, 2005, p

2 type postmoderne, dominant au sein du système de l avant-garde européenne, introduit de la différence au sein des facultés du sujet. Au cours des années 80, Jean-François Lyotard fait entendre une voix singulière dans le débat qu il a contribué à lancer autour du modernisme, du postmodernisme, de la modernité et de la postmodernité 3. Seule une de ces notions retient véritablement son attention, la modernité, qu il se refuse à circonscrire dans le temps et qui se décline suivant deux modes, moderne et postmoderne. Elle apparaît comme un refus du réel 4 dans une acception ouverte, qui inclut aussi bien le référent que le code communicationnel, l expressivité subjective que l imitation du goût du lecteur, comme «la découverte du peu de réalité de la réalité, associée à l invention d autres réalités» (Lyotard 1993: p. 20). Dans L Inhumain. Causeries sur le temps, Lyotard, se référant à La Critique de la faculté de juger de Kant, précise que, contrairement au sentiment du beau, un plaisir qui procède d une «harmonie libre entre la fonction des images et celle des concepts», le sublime est «un plaisir mêlé de peine, un plaisir qui vient de la peine» (Lyotard 1988: p. 109) 5. Il se manifeste lorsque «l imagination échoue à présenter un objet qui vienne, ne serait-ce qu en principe, s accorder avec un concept» (Lyotard 1993: p. 21). Il s agit de concepts imprésentables, qui rendent impossible l accord libre des facultés du concevoir et du présenter, et dont la présentation ne peut être que négative. En d autres termes, la création, dans la modernité, «cherche à faire voir même ce qui ne peut pas l être» (Lyotard 1988: p. 109). L imperfection des images révèle alors, en négatif, la puissance infinie du concevoir. Faute de modèle, et parce que le sublime fait de la peine une condition du plaisir, «la communauté sociale ne se reconnaît pas dans les 3 Lyotard prend d abord position dans La Condition postmoderne (cf. Lyotard 1979). Aujourd hui, un certain consensus s est établi autour des termes de «modernité» et «postmodernité», qui définissent deux types de condition sociale et philosophique. Modernisme et postmodernisme, quant à eux, constituent des concepts critiques transversaux opérants dans l analyse de la création artistique. Cf. Hutcheon 1989; Bauman Concernant l approche envers la réalité, Brian Mc Hale note que les fictions moderne et postmoderne présentent respectivement des dominantes épistémologique et ontologique. Cette dernière correspond à des questions telles que: qu est-ce qu un monde? quels types de mondes existe-t-il? comment sont-ils constitués? Douwe Fokkema remarque, pour sa part, que le texte moderne repose sur un doute épistémologique quant à la possibilité de représenter et d expliquer la réalité. Cf. McHale 1987; Fokkema Dans cet ouvrage, Lyotard développe une analyse du sublime en se basant non seulement sur Kant, mais aussi sur Burke, pseudo-longin et Boileau. Cf. Longin 1939; Burke 1990; Kant 1985; Kant 1980; Lyotard

3 Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne œuvres, elle les ignore, elle les rejette comme incompréhensibles, puis elle accepte que l avant-garde intellectuelle les conserve dans les musées comme des traces de tentatives qui portent témoignage de la puissance de l esprit et de son dénuement» (Lyotard 1988: p. 112). «A l orée du romantisme, l élaboration de l esthétique du sublime par Burke et, à un moindre titre, par Kant indique un monde de possibilités d expérimentations artistiques dans lesquelles les avantgardes vont tracer leurs cheminements», écrit Lyotard (Lyotard 1988: p. 112). Ces derniers peuvent être nostalgiques ou, au contraire, jubilatoires. Dans le premier cas, propre au mode moderne, l imprésentable est inscrit sur le plan du signifié, «allégué seulement comme un contenu absent», à travers un concept qui ne peut pas être connu de l expérience. Mais le signifiant, lui, relève du présentable et témoigne d une nostalgie de la présence, en ce qu il renvoie vers le réel du consensus communicationnel. Le mode postmoderne, pour sa part, rend l imprésentable dans la présentation elle-même, dans le signifiant 6. L accent est mis ici sur la puissance de la faculté de concevoir et la nostalgie de la présence remplacée par «l accroissement d être et la jubilation qui résultent de l invention de nouvelles règles du jeu, pictural, ou artistique, ou tout autre» (Lyotard 1993: p. 24). Mais ce n est pas la quête du nouveau en soi qui anime le postmoderne. Les présentations inconnues témoignent qu il y a de l imprésentable. La peinture de Malevitch, Chirico et des expressionnistes allemands s inscriraient plutôt, selon Lyotard, dans l avant-garde moderne, nostalgique; les œuvres de Braque, Picasso ou Duchamp dans l avantgarde postmoderne, jubilatoire. Lyotard remarque que le mode moderne nie l identité du signifié au niveau de l ensemble du texte. Il faudrait plutôt ici prendre en compte le texte tel qu il apparaît durant la lecture, l ensemble du texte lu. Lyotard évoque À la recherche du temps perdu, où l identité de la conscience ne résiste pas à l écoulement des ans. L écriture joycienne, de son côté, relève du mode postmoderne, qui fait allusion à l imprésentable à travers l hétérogénéité du signifiant sur l ensemble du texte lu 7. «La gamme des opérateurs narratifs et même stylistiques connus est mise en jeu sans souci de maintenir l unité du tout, de 6 Lyotard parle de la «forme», notion qui lui permet de traiter à la fois des textes et des arts plastiques. 7 L hétérogénéité dans un sens différent de celui retenu par Lyotard apparaît, dans des ouvrages théoriques majeurs, constitutive aussi bien du postmodernisme que de la postmodernité. Cf. Bauman 1987; Bertens 1995; Calinescu, Fokkema (ed.) 1987; Docker 1994; Fokkema 1984; Hassan 1987; Hutcheon 1988; Jameson 1984; Jencks 1985; McHale

4 nouveaux opérateurs sont expérimentés» (Lyotard 1993: p. 26). C est ce type-ci qui prévaut dans le système de création de l avant-garde européenne. Quelles sont, plus avant, les conditions textuelles dans lesquelles il introduit de la différence dans les facultés du sujet? Dans le type postmoderne d avant-garde, les unités d une œuvre lue communiquent à la façon de séries. Il peut s agir, notamment, de ce que l un des meilleurs théoriciens du poème postmoderne, Joseph M. Conte, appelle «forme sérielle» (Conte 1991). On rencontre ce type d organisation chez de nombreux auteurs, aussi bien chez Tristan Tzara que chez Denis Roche ou Ghérasim Luca, de même que dans «The Waste Land» («La Terre Vaine») de T. S. Eliot et dans «Aéroplane Bulgare» de Filippo Tommaso Marinetti, dans les textes de Julian Przybos, Bruno Jasienski et Miron Bialoszewski, de Guillaume Apollinaire, Vladimir Maïakovski et Vélimir Khlebnikov. Mais le refus de l identité sur le plan du signifiant de l ensemble du poème lu semble insuffisant pour décrire le refus du réel et «l inhumanité» propres au mode postmoderne d avant-garde. Pour supprimer la nostalgie de la présence et rendre compte de la puissance et de l inhumanité de la faculté de concevoir, deux conditions supplémentaires doivent être remplies. Premièrement, il faut, avant de les lier à des présentations connues, inventer des codes inédits, des écritures imprésentables, déformer les langues existantes, de façon à éviter un éclectisme qui, épousant le consensus communicationnel de la société capitaliste, viendrait flatter les goûts désordonnés d un public soumis au règne du marché. Il faut soumettre le social et le littéraire à l épreuve de l inédit pour faire apparaître qu il y a de l imprésentable. Et les avant-gardes ne cessent d accomplir cette tâche dans un questionnement incessant: arrive-t-il? 8. Les règles des divers codes grâce auxquels s inscrit la différence sur le plan du signifiant sont souvent explicitées dans les manifestes et font l objet de multiples analyses 9. De la suppression de la ponctuation à l «orthographe libre expressive» des futuristes italiens, des recherches de l «onomatopée abstraite» de Marinetti au «zaoum» des futuristes russes, de l abolition de la syntaxe aux déclinaisons de racines de Khlebnikov, de la révolution typographique au collage des dadaïstes, du «bruitisme» futuriste au «concert de voyelles» de Tzara, du «poème statique» et «mouvementiste» de ce dernier à la transe bégayante de Luca, du «poème-conversation» au «poème simultané», des automatismes 8 Cf. Lyotard Cf. bibliographie in Weisgerber

5 Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne dadaïstes à la contrainte oulipienne, les avant-gardes ne cessent de témoigner de l existence de l imprésentable. Deuxièmement, il faut que l élément qui fait entrer en communication les séries introduise, lui aussi, de la différence dans les facultés du sujet. Il est, de fait, des textes qui, certes, présentent de l hétérogénéité sur le plan du signifiant mais dans lesquels la présence ressurgit à travers un ou plusieurs éléments. Dans le poème de Marinetti intitulé «Aéroplane Bulgare» (Marinetti 1987a), par exemple, les séries sont hétérogènes jusque dans leur aspect typographique. Mais cette hétérogénéité ne supprime que partiellement la présence. Cette dernière, en effet, ressurgit grâce à un élément qui assure une relation présentable entre les séries du poème et fait revenir ainsi de l identité dans les facultés du sujet. Il s agit bien du titre, ainsi que d onomatopées suggérant le bruit de l avion, qui réintroduisent le réel et confèrent par là même au texte un caractère reconnaissable. De la même façon, dans «The Waste Land», la présence fait son retour grâce à Tirésias, qui est, comme l écrit Eliot, «the most important personnage in the poem, uniting all the rest 10» (Eliot 1969: p. 78). Elle n apparaît qu au milieu du texte et lie ses différentes unités, non pas sur le plan du référent, mais celui du destinateur. Afin d empêcher toute résurgence de la présence, il est nécessaire que les séries soient mises en rapport par un élément qui fasse allusion à l imprésentable et qu elles se révèlent ainsi conditionnées par un mouvement différentiel. Cette force de mise en rapport n est autre que le précurseur sombre, qui, dépourvu d identité propre, mais empruntant celle d autres éléments textuels, joue selon Gilles Deleuze un rôle moteur au sein du système intensif. Le précurseur se dérobe sans cesse, il est «celui qui manque à sa place comme à sa propre identité» (Deleuze 2000: p. 157), mais projette sur soi une identité fictive, illusoire, qui ainsi témoigne de son passage. Nous ne pouvons pas considérer que l identité d un tiers et la ressemblance de parties soient une condition pour l être et la pensée de la différence, mais seulement une condition pour sa représentation, laquelle exprime une dénaturation de cet être et de cette pensée, comme un effet optique qui troublerait le vrai statut de la condition telle qu elle est en soi (Deleuze 2000: p. 157). Les traces du précurseur sombre gardent pourtant quelque chose de sa nature profonde: elles échappent à la présentation. C est ce que confirme, du reste, une lecture attentive des exemples mentionnés par le 10 «La figure la plus importante du poème, celle en qui s unissent toutes les autres» (Eliot 1976: p. 97). 57

6 philosophe: le mot-valise, chez Joyce, le quasi-homonyme, chez Roussel, le chat pendu, chez Gombrowicz. Dans le mode postmoderne de l avant-garde, la trace du précurseur sombre est souvent inapparente. La force qui relie les séries tout en les différenciant demeure alors imperceptible à la surface textuelle. Quand elle y affleure, elle s apparente à un élément qui induit un rapport imprésentable entre séries hétérogènes pour faire allusion à la différence à partir de laquelle se crée l identité apparente de chaque série, un élément qui introduit de la différence dans les facultés du concevoir et du présenter. La trace du précurseur sombre apparaît alors comme un concept imprésentable (trace de type moderne) ou comme un élément qui inscrit l imprésentable dans le signifiant (trace de type postmoderne). Parmi les textes dans lesquels le précurseur sombre laisse une trace de type moderne, on trouve beaucoup de poèmes basés sur des techniques de composition aléatoires, comme le collage dada par exemple. Ainsi, dans le «Bilan» de Tristan Tzara (Tzara 1975a), l élément qui met en relation des bribes hétérogènes se trouve en dehors du texte lui-même, il est ce qui reste à arriver à l œuvre. C est dans cette catégorie qu il faudra placer aussi de nombreux textes de Denis Roche (Roche 1995). Christian Prigent pointe du doigt, dans le travail de ce poète, le déplacement constant des marques de la signifiance, «leur transformation, leur disparition, leur résurgence en somme leur dynamique, qu aucune hypostase thématique ne saurait venir subsumer pour en forclore l hétérogénéité» (Prigent 1977: p. 46). C est la densité du texte, soulignée d ailleurs par Roche lui-même, qui constitue ici l un des facteurs rendant impossible l identité fictive du précurseur sombre: «J ai rarement écrit des poèmes de plus d une quinzaine des vers, craignant d en étaler la densité au détriment de la valeur émotionnelle des mots» (Roche 1995: p. 10). Toute relation présentable, a fortiori relevant de la symbolique, s avère alors impossible. Quant au précurseur sombre qui se manifeste sur la surface textuelle par la trace moderne, il apparaît notamment dans « » de Maïakovski (Maïakovski 2000). Ici, le nombre d habitants de la Russie auquel se réfère le titre met en rapport les codes hétérogènes. L auteur voulait d ailleurs que le texte paraisse sans son nom - ce qui a été le cas lors de la première publication - pour effacer l allusion au destinateur présentable. Dans «The Waste Land», ce dernier apparaît à travers Tirésias (Eliot 1969). Pour autant, cette figure se rapproche d un précurseur sombre moderne. Le poème d Eliot est un cas intermédiaire entre mode moderne et mode postmoderne. Dans «Notre Dame», de Julian Przybos, l un des principaux poètes et théoriciens de l avant- 58

7 Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne garde polonaise, il prend l apparence d une question rhétorique, une figure que pseudo-longin identifiait comme un des moyens à même de faire surgir le sublime (Longin 1939). «Kto wstrzasnal ta ciemnoscia, nagial /i ogarnal?», placée au cœur du texte, se retrouve au dernier vers, transformée en «Kto pomyslal te przepasc i odrzucil ja w gore! 11» (Przybos 1984). La trace peut se manifester aussi sur un mode binaire. Ainsi, dans le poème de Ghérasim Luca intitulé «Autres secrets du vide et du plein», elle apparaît comme le travail de deux concepts antinomiques: «vide» et «plein» (Luca 2002a). Dans le texte «Spowodowanie kwiatu» («Causer la fleur») de Miron Bialoszewski, elle s impose à la façon d un couple dont les termes sont renversés: «powod kwiatu» («la cause de la fleur»), se transforme, vers la fin du texte, en «kwiat powodu» («la fleur de la cause») (Bialoszewski, 1959b). De son côté, la trace postmoderne se construit souvent à partir d un mot court, d un morphème, d un ou de plusieurs phonèmes, qui sont repris dans les mots suivants. On la rencontre fréquemment dans les poèmes de Tristan Tzara et de Vélimir Khlebnikov, de Ghérasim Luca et de Bruno Jasienski. Ainsi, dans «Boxe I», de Tzara, on trouve «craie cramoisie» et «effet reflet» (Tzara 1975b), dans «L optimisme dévoilé»: «orge [ ] orage» (Tzara 1975c). Dans «Passionnément», de Luca, le potentiel différentiel du précurseur sombre se transforme de «pas» en «aime» en passant notamment par «do», «mi» et «né» (Luca 2002c). Dans «La Morphologie de la Métamorphose», il est essentiellement basé sur le [o] et le [f] (Luca 2002b). Dans «Lezenia» ( Façons d être couché ) de Miron Bialoszewski la trace du précurseur sombre est basée sur le morphème «lez-» («couch-» ), constitutif d une série de néologismes et de mots familiers (Bialoszewski 2005). La trace de type postmoderne assure aussi le fonctionnement du «zaoum» khlebnikovien. Dans «Zangiézi», ce sont des répétitions à quelques reprises seulement de groupes sonores de dimensions variées qui transcrivent le système intensif du langage transmental (Khlebnikov 1986). Le fonctionnement sériel de plusieurs textes de ce poète, tels «Zakliatïé smiékhom» («La Conjuration par le rire»), «Tchiérnyï lioubir» («L aimerier noir»), peut procéder aussi d une déclinaison des racines à grand renfort de néologismes (Khlebnikov 1967a, 1967b). Dans «Dunes», de Marinetti, la trace du précurseur sombre de type postmoderne ne se manifeste pas uniquement à travers les séries d onomatopées abstraites, mais se traduit aussi visuellement par l usage d une police spécifique et de caractères en gras (Marinetti 1987b). Dans le poème intitulé «Wiosenno» 11 «Qui ébranla ces ténèbres, les courba-/les comprit?», «Qui conçut cet abîme et le relança vers le haut?!» (Przybos 2000) 59

8 («Printanièrement»), de Bruno Jasienski, un des fondateurs du futurisme polonais, mouvement sous influence communiste, elle relève de la répétition phonématique et se trouve aussi mise en valeur par la typographie, plus précisément par l usage des lettres capitales (Jasienski 1972). La trace peut, par ailleurs, s apparenter à une anagramme, totale ou partielle, ou fonctionner grâce à un renversement de syllabes, comme dans «Iz oulitsy v oulitsou» («De rue en rue») de Vladimir Maïakovski (Maïakovski 2001). Un même texte peut concomitamment présenter des ensembles de type moderne et d autres de type postmoderne, tout comme des types divers de trace du précurseur sombre. L avant-garde relève de l esthétique du sublime et s inscrit de ce fait dans la modernité, telle qu elle est définie par Lyotard. Dans le système de l avant-garde européenne, deux types se dessinent, l un moderne, qui inscrit l imprésentable sur le plan du signifié, et l autre postmoderne, qui tente de le faire sur le plan du signifiant. Ce deuxième type, jubilatoire en ce qu il permet de découvrir de «nouvelles règles du jeu», se manifeste à travers une organisation sérielle du texte lu, une organisation qui associe connu et inédit. Les séries sont mises en relation par un précurseur sombre, dont la trace peut être imperceptible à la surface du texte, ou bien visible, de type moderne ou postmoderne. Certes, ces trois cas de figure, de même que les types de série, reflètent des stratégies divergentes au sein de systèmes littéraires hétérogènes. Pour autant, ne sont-ils pas fonction des propriétés spécifiques de la langue dans laquelle est rédigé le texte? Joanna Peiron (Université de Provence) Joanna Peiron est allocataire de recherches et monitrice à l Université de Provence. Elle y enseigne au sein du département de Littérature générale et comparée. Elle a publié, entre autres, Gombrowicz, écrivain et stratège (Paris: L Harmattan, 2002). Elle prépare une thèse sur le poème postmoderne. 60

9 Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne Bibliographie Philosophie, critique littéraire BERTENS H., The Idea of the Postmodern: A History, London-New York: Routledge, BAUMAN Z., Legislators and Interpreters, Oxford: Basil Blackwell, BURKE E., A Philosophical Enquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and Beautiful (1757), Oxford-New York: Oxford University Press, CALINESCU M., FOKKEMA D. (ed.), Exploring Postmodernism, Amsterdam- Philadelphia: John Benjamin Publishing Company, CONTE J.M., Unending design. The Forms of Postmodern Poetry, Ithaca and London: Cornell University Press, DELEUZE G., Différence et répétition (1968), Paris: PUF, coll. «Epiméthée», PUF, DOCKER J., Postmodernism and Popular Culture: A Cultural History, Cambridge: Cambridge University Press, HASSAN I., The Postmodern Turn: Essays in Postmodern Theory and Culture, Columbus: Ohio State University Press, HUTCHEON L A Poetics of Postmodernism. History, Theory, Fiction, London-New York: Routledge The Politics of Postmodernism, London-New York: Routledge. FOKKEMA D., Literary History, Modernism and Postmodernism, Amsterdam-Philadelphia: John Benjamins Publishing Company, FOKKEMA D., BERTENS H. (ed.), Approaching Postmodernism, Amsterdam-Philadelphia: John Benjamins Publishing Company, JAMESON F., «Postmodernism, or the Culture Logic of Late Capitalism», New Left Review, n. 146, JENCKS CH., Le Langage de l architecture postmoderne, Paris: Denoël, KANT E., Observations sur le sentiment du beau et du sublime (1764), tr. fr. B. Lortholary, in Œuvres philosophiques, I, Paris: Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade». 61

10 1985. Critique de la faculté de juger (1790), tr. fr. J.-R. Ladmiral, M. B. de Launay, J.-M. Vaysse, in Œuvres philosophiques, II, Paris: Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade». LONGIN Du Sublime, tr. fr. H. Lebegue, Paris: Les Belles Lettres, LYOTARD J.-F La Condition postmoderne: rapport sur le savoir, Paris: Minuit L Inhumain. Causeries sur le temps, Paris: Galilée Leçons sur l Analytique du sublime (Kant, Critique de la faculté de juger, 23-29), Paris: Galilée Le Postmoderne expliqué aux enfants (1986), Paris: Librairie générale française, coll. «Biblio essais». MC HALE B., Postmodernist Fiction, London-New York: Routledge, PRIGENT CH., Denis Roche, Paris: Seghers, WEISGERBER J. (éd.), Les avant-gardes littéraires au XX e siècle, vol. II, Budapest: Akadémiai Kiado, Textes littéraires BIALOSZEWSKI M. 1959a. «Tlumaczenie sie z tworczosci» ( S expliquer sur la création ), in Rachunek zachciankowy (Calcul velléitaire), Warszawa: PIW. 1959b. «Spowodowanie kwiatu» ( Causer la fleur ), in Rachunek zachciankowy, cit «Lezenia» (1961) et tr. fr. H. Konicka «Façons d être couché» in H. Konicka, La Sainteté du détail infime. L œuvre de Miron Bialoszewski (Varsovie ), Paris: Presses de l Université Paris Sorbonne. ELIOT T.S., «The Waste Land» (1922. in Complete Poems and Plays of T.S. Eliot, London, Boston: Faber and Faber, 1969), tr. fr. Pierre Leyris, «La Terre Vaine», in Poésie, Paris: Seuil, ELUARD P., «L égalité des sexes» (1924), in Œuvres complètes, Paris: Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade», JASIENSKI B., «Wiosenno» (1921. in Utwory poetyckie, manifesty, szkice, Krakow: Zakl. Nar. Im. Ossolinskich, 1972), tr. fr. R. Legras «Printanièrement» in K. Dedecius, F. Rosset (éds.), Panorama de la littérature polonaise du XX e siècle, Poésie, 1, Paris: Noir sur Blanc, KHLEBNIKOV V. 1967a. «Zakliatïé smiékhom» (1910) et tr. fr. L. Schnitzer «La Conjuration par le rire» in Choix de poèmes, éd. bilingue, Paris-Honfleur: Pierre Jean Oswald. 62

11 Le jubilatoire postmoderne: un mode au sein de l avant-garde européenne 1967b. «Tchiérnyï lioubir» (1913) et tr. fr. L. Schnitzer «L aimerier noir» in Choix de poèmes, cit «Zangiézi» (1922. in Tvoriénia, Moskva: Soviétskï Pisatiél), tr. fr. C. Prigent «Zanguezi» in La création verbale, Paris: Christian Bourgois, «TXT», LUCA G. 2002a. «Autres secrets du vide et du plein» (1953), in Héros-Limite, Paris: Gallimard. 2002b. «La Morphologie de la Métamorphose» (1953), in Héros-Limite, cit. 2002c. «Passionnément» (1973), in Héros-Limite, cit. MAÏAKOVSKI V « » (1921) et tr. fr. C. Frioux, « » in Poèmes, t. 2 ( ), éd. bilingue, Paris: L Harmattan «Iz oulitsy v oulitsou» (1912) et tr. fr. C. Frioux «De rue en rue» in Vers, , éd. bilingue, Paris: L Harmattan. MARINETTI F.T. 1987a. «Aéroplane Bulgare» (1914), in Les Mots en liberté futuristes, Lausanne: L Âge d Homme. 1987b. «Dunes» (1914), in Les Mots en liberté futuristes, cit. PRZYBOS J., «Notre Dame» (1937. in Pisma zebrane. Utwory poetyckie, t. 1, Krakow: Wyd. Literackie, 1984), tr. fr. R. Legras «Notre Dame» in K. Dedecius, F. Rosset (éds.), Panorama de la littérature polonaise du XX e siècle, Poésie, 1, Paris: Noir sur Blanc, ROCHE D., La poésie est inadmissible, Paris: Seuil, TZARA T. 1975a. «Bilan» (1919), in Œuvres complètes, t. 1, Paris: Flammarion. 1975b. «Boxe I» (1919), in Œuvres complètes, t. 1, cit. 1975c. «L optimisme dévoilé» (1922) in Œuvres complètes, t. 1, cit. 63

Programme des séances

Programme des séances Attelliierr du CEPHEN 2008--2009 Le Prrésentt L expression même de «présence» possède un double sens : celui d un mode du temps («le présent»), mais aussi d un mode d être (la «présence» des choses, du

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Informatique et création littéraire

Informatique et création littéraire Informatique et création littéraire Jacopo BABONI-SCHILLINGI Jean-Pierre BALPE Littérature est synonyme de subjectivité, de génie. Qualités considérées comme la quintessence de l humain, à l opposé de

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS SABRINA ZOUBIR (FB06801181) Assez bien, vous avez une approche personnelle du sujet et vous vous êtes plongée dans des recherches dont le devoir témoigne. On se perd cependant un peu dans les analyses

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Carnet de littérature

Carnet de littérature Carnet de littérature Instruction officielle 2002 «On peut aussi encourager les élèves à se doter d un carnet de littérature qu ils utilisent très librement pour conserver en mémoire les titres des œuvres

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

MISE À JOUR FRA-3034 (1) (30 heures) DOMINANTES : INCITATIVE. (cours optionnel avec FRA-3035-3036)

MISE À JOUR FRA-3034 (1) (30 heures) DOMINANTES : INCITATIVE. (cours optionnel avec FRA-3035-3036) MISE À JOUR FRA-3034 (1) (30 heures) DOMINANTES : INCITATIVE (cours optionnel avec FRA-3035-3036) Document présenté par Simone Bouchard Septembre 2002 SB/cd FRA-3034 Objectifs terminaux : Lire des textes

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Présentation de la rubrique «RESSOURCES POUR ENSEIGNER» de la clé Français - Langues anciennes

Présentation de la rubrique «RESSOURCES POUR ENSEIGNER» de la clé Français - Langues anciennes Présentation de la rubrique «RESSOURCES POUR ENSEIGNER» de la clé Français - Langues anciennes La rubrique «Ressources pour enseigner» reflète les choix qui ont été ceux de la discipline dans la conception

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 MAÎTRISER LES LANGAGES INTRODUCTION Maîtriser c est dominer. A l école maternelle, il est encore prématuré de parler de maîtrise. C est la raison pour laquelle

Plus en détail

Autour de François Zourabichvili (1)

Autour de François Zourabichvili (1) Autour de François Zourabichvili (1) Editorial Marie-France Badie (avec une notice sur les auteurs) Un texte inédit de François Zourabichvili «La question de la littéralité» Les physiques de la pensée

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité Séminaire Doctoral, Ecole des Ponts ParisTech, 2013-2014 Organisé par Nacima Baron-Yellès (LVMT) et Nathalie Roseau (LATTS) Les Gares au Miroir de l'urbain Individus et expériences de l urbanité Séance

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

M entends-tu? Qui me parle?

M entends-tu? Qui me parle? M entends-tu? Qui me parle? 3 :20 à 5 :56 M entends-tu? Qui me parle? A. La voix là : 4 :41 Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

Déterminer un projet d apprentissage lecture / écriture en relation avec les résultats de l évaluation (Items II et III)

Déterminer un projet d apprentissage lecture / écriture en relation avec les résultats de l évaluation (Items II et III) Déterminer un projet d apprentissage lecture / écriture en relation avec les résultats de l évaluation (Items II et III) (Document d'aide à l'élaboration de PPRE) Niveau de classe : Œuvre étudiée : Objectifs

Plus en détail

LA DICTÉE À L ADULTE

LA DICTÉE À L ADULTE LA DICTÉE À L ADULTE «L enfant qui ne peut ni écrire, ni orthographier de manière suffisamment autonome peut toutefois développer ses capacités de production de textes écrits en les dictant à l adulte

Plus en détail

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés L élève le fait lui-même à la fin de la deuxième année. En orthographe: Connaitre l orthographe d environ 500 mots Identifier les différents signes: accents: aigu, grave, circonflexe, tréma, cédille, trait

Plus en détail

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke HOME solo Une production de la compagnie Louise Vanneste et de Caravan Production Chorégraphie et danse : Louise Vanneste / Installation: Arnaud Gerniers / Eclairage : Arnaud Gerniers et Benjamin Van Thiel

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Ateliers publics. Haute école des arts du Rhin

Ateliers publics. Haute école des arts du Rhin Ateliers publics Haute école des arts du Rhin Mulhouse 2012 / 2013 1 Art & culture Désormais Haute école des arts du Rhin*, l École supérieure d art de Mulhouse poursuit sa mission de formation supérieure

Plus en détail

Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie

Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie Piet MONDRIAN Broadway Boogie-Woogie Piet MONDRIAN / Broadway Boogie Woogie / 1942 1943 / Huile sur toile (127 x 127cm) Piet MONDRIAN Biographie Pieter Cornelis Mondriaan, dit Piet Mondrian Amersfoort,

Plus en détail

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE Bibliographie : Lire Ecrire Produire des textes Tome 2 A. M. CHARTIER B.CLESSE J. HEBRARD HATIER Pédagogie Ch. BOMPARD IEN 1 LA DICTEE A L ADULTE Compétences visées : Familiarisation

Plus en détail

MOBILISER LE LANGAGE

MOBILISER LE LANGAGE MOBILISER LE LANGAGE ORAL ÉCRIT Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre. O-1 Dire de mémoire et de manière expressive plusieurs comptines et poésies.

Plus en détail

La poésie en maternelle (animation pédagogique mars 2010 EICH Gilles YUTZ)

La poésie en maternelle (animation pédagogique mars 2010 EICH Gilles YUTZ) La poésie en maternelle (animation pédagogique mars 2010 EICH Gilles YUTZ) Pour s y retrouver Les comptines en maternelle La poésie en maternelle Les comptines et la poésie dans les programmes Clin d œil

Plus en détail

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait Fiche de préparation Cycle III Niveau de classe : CM Intitulé de séquence : le portrait Domaines étudiés : arts du langage, arts visuels Champs disciplinaires : français/ langage oral, lecture, écriture

Plus en détail

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Les textes logiques de C. S. Peirce du Dictionnaire de J. M. Baldwin CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Introduction générale Au cours des années quatre-vingt Gérard Deledalle a conçu l idée de mettre à la disposition

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck > Exposition L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck Entretien avec Chandra Rajakaruna de la fondation Mona Bismarck À l occasion des festivités organisées pour le 60 e anniversaire

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

«Picasso est un peintre abstrait et surréaliste.»

«Picasso est un peintre abstrait et surréaliste.» «Picasso est un peintre abstrait et surréaliste.» Deux trous, c est le signe du visage, suffisant pour l évoquer sans le représenter mais n est-il pas étrange qu on puisse le faire par des moyens aussi

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

LES PAPIERS COLLES. Braque et Picasso

LES PAPIERS COLLES. Braque et Picasso LES PAPIERS COLLES «... une représentation de la représentation» Coller signifie fixer, faire adhérer au moyen de la colle mais à l origine la technique du collage est l imprégnation du papier pour qu

Plus en détail

Cycle Matière Activités

Cycle Matière Activités Traitement de texte et TICE Liste des activités Cycle Matière Activités Recopie, après identification,d une lettre. Variantes : Le modèle est à l écran, puis sur une feuille de papier (afin d'expérimenter

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

SÉMINAIRE INTERUNIVERSITAIRE «RENCONTRES DE JEUNES CHERCHEURS EN SCIENCES HUMAINES»

SÉMINAIRE INTERUNIVERSITAIRE «RENCONTRES DE JEUNES CHERCHEURS EN SCIENCES HUMAINES» SÉMINAIRE INTERUNIVERSITAIRE «RENCONTRES DE JEUNES CHERCHEURS EN SCIENCES HUMAINES» Ecole Doctorale Thématique en Sciences Sociales www.edtss.be Université Libre de Bruxelles Université catholique de Louvain

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Contraste tonal, demi-cercle, rectangle

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Référence. Technique. Démarche. Références artistiques

Référence. Technique. Démarche. Références artistiques «Art écrit» Fiche technique L écriture Contexte artistique L écriture est une des plus formidables aventures humaines, et sans doute une des plus prolifiques, qui débute vingt mille ans avant notre ère,

Plus en détail

HISTOIRE DE L ART FRANCAIS XIXE-XXE SIÈCLES

HISTOIRE DE L ART FRANCAIS XIXE-XXE SIÈCLES 1 HISTOIRE DE L ART FRANCAIS XIXE-XXE SIÈCLES Fabrice MASANÈS-RODE, Ph.D. I. PRÉSENTATION GÉNÉRALE Ce cours propose un enseignement général sur les arts visuels principalement peinture, sculpture, photographie

Plus en détail

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette niveau : 4ème Le dispositif pédagogique 1 ère séance : Les élèves ont amené l image de leur choix. Verbalisation autour des types d image trouvées.

Plus en détail

Compte rendu. «L oeuvre du crépuscule» Ouvrage recensé : par Patrick Lafontaine

Compte rendu. «L oeuvre du crépuscule» Ouvrage recensé : par Patrick Lafontaine Compte rendu «L oeuvre du crépuscule» Ouvrage recensé : Rose Ausländer, Je compte les étoiles de mes mots, édition bilingue, traduit de l allemand par E. Verroul, Lausanne, L Âge d homme, coll. «Le rameau

Plus en détail

TraAM 2012-2013. Arts plastiques. Académie de limoges. Fiche-action individuelle

TraAM 2012-2013. Arts plastiques. Académie de limoges. Fiche-action individuelle TraAM 2012-2013 Arts plastiques Académie de limoges INTITULÉ COMPLET Carnet numérique : passage sous forme numérique d un carnet de travail en cours d arts plastiques. DESCRIPTION Ce projet s adresse à

Plus en détail

UE31 Anglais: Traduction 3

UE31 Anglais: Traduction 3 31 Anglais: Traduction UE31 Anglais: Traduction 3 Jacqueline OLSCHEWSKI A ALL LLCER, Anglais Tous 2 3 1 B ALL LLCER, Espagnol Bi-disciplinaire 2 3 7 C ALL Lettres Modernes Bi-disciplinaire 2 3 7 Thème,

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI Simon P Laurent - Artiste - www.lotus-mineral.com - 2012 - REMERCIEMENTS Le présent travail est une commande de l'école Nationale Supérieure

Plus en détail

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí Production IVAN CARRERO Scénario MONTSE AGUER et DAVID PUJOL Photographie IVAN CARRERO Édition et son JORDI MUÑOZ Documentation LUCIA

Plus en détail

@pplication Report. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa, Varsovie, Pologne. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa

@pplication Report. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa, Varsovie, Pologne. La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa La Bibliothèque nationale - Biblioteka Naradowa La tradition de la Bibliothèque nationale de Pologne remonte jusqu au début du 18 ème siècle. L histoire mouvementée et tragique des livres rassemblés dans

Plus en détail

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter N 24 Strasbourg Janvier 2012 let Tre des ateliers «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Jacqueline-Marie Ganter Chers amis lecteurs Les fêtes de fin d année passées, nous

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Fiche informative sur l action

Fiche informative sur l action Fiche informative sur l action Titre de l action : «Galerie d art contemporain et cycle d exposition» Renseignements utiles Académie de Poitiers Nom et adresse complète de l établissement : Lycée René

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

QUELLE PROTECTION JURIDIQUE?

QUELLE PROTECTION JURIDIQUE? QUELLE PROTECTION JURIDIQUE? M. François PERRET, Professeur à l Université de Genève, Avocat au Barreau de Genève 1.- Au cours de cette intervention, je vais tenter de cerner les contours du régime juridique

Plus en détail

LITTÉRATURE DE JEUNESSE AU PRÉSENT

LITTÉRATURE DE JEUNESSE AU PRÉSENT www.pub.u-bordeaux3.fr DISPONIBLE EN LIBRAIRIE COURANT JUIN 2015 Sous la direction de Christiane CONNAN-PINTADO et Gilles BÉHOTÉGUY LITTÉRATURE DE JEUNESSE AU PRÉSENT Genres littéraires en question(s)

Plus en détail

MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE

MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE MASTER LETTRES PARCOURS METIERS DE L ECRITURE ET DE LA CREATION LITTERAIRE ET RECHERCHE EN CREATION LITTERAIRE Domaine ministériel : Arts, Ltres, Langues Présentation Présentation Dès la rentrée d octobre

Plus en détail

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine

Plus en détail

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible,

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, Introduction Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, d apporter une réponse exhaustive. Il s agit d un concept vague, imprécis, et le terme de folie est facilement

Plus en détail

Le Diplôme Approfondi de Français (DAF)

Le Diplôme Approfondi de Français (DAF) Le Diplôme Approfondi de (DAF) Le DAF consiste en un approfondissement des compétences linguistiques, un développement des capacités d expression écrite et orale, et une approche de la littérature et de

Plus en détail

Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault. 22 juillet 2015

Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault. 22 juillet 2015 Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault 22 juillet 2015 1 1 Caractéristiques de l instrument de recherche 1.1 Structure de l archive numérique L archive

Plus en détail

Pierre-Auguste Renoir

Pierre-Auguste Renoir Pierre-Auguste Renoir Néen 1841 Mort en 1919 française, mais aussi graveur, lithographe, sculpteur et dessinateur. Renoir fait partie du groupe des impressionnistes. Il est le maitre incontesté de la lumière

Plus en détail

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique Delphine Regnard, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Lycée, terminale (latin) Autres niveaux et thèmes de programme

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

MESSAGE(1)...> l auxiliaire verbal

MESSAGE(1)...> l auxiliaire verbal b.t.s. communication visuelle option : gep / multimédia technologie de la communication _ LE MESSAGE PUBLICITAIRE [ print ] CONSTRUIRE LE MESSAGE(1)...> l auxiliaire verbal b.t.s. communication visuelle

Plus en détail

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Le cahier de vie Fonctions et apprentissages Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Plan de l animation I Les origines du cahier de vie II Les fonctions III Les apprentissages IV Le cahier

Plus en détail

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Fiche Collection Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Une collection de livres concrets et amusants pour se repérer dans le monde des grands. SOMMAIRE Introduction p. 1 Fiche 1 L Europe p. 2 Fiche

Plus en détail

Fonction et rédaction du CV

Fonction et rédaction du CV Fonction et rédaction du CV FONCTION ET REDACTION DU CV 1 FONCTION DU CV 2 PRESENTATION 2 PHOTO 3 TITRE 3 CONTENU 4 LES «MOTS CLES» 4 LES RUBRIQUES OBLIGATOIRES 4 FORMATION 4 LANGUES 6 INFORMATIQUE 6 EXPERIENCE

Plus en détail

GLOSSAIRE. Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement

GLOSSAIRE. Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement GLOSSAIRE Accumulation : Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement Anamorphose : C est une image volontairement déformée de manière

Plus en détail

Théorie de Communication et Culture

Théorie de Communication et Culture Théorie de Communication et Culture # public #modernité #EspacePublic #culture #EcoleDeFrancfort #critique Publicité > Psychanalyse Médias > Ecole de Francfort > Théorie classique > Théorie critique La

Plus en détail

Se positionner, entrer en dialogue et légitimer son objet de recherche dans l'écriture

Se positionner, entrer en dialogue et légitimer son objet de recherche dans l'écriture Se positionner, entrer en dialogue et légitimer son objet de recherche dans l'écriture Laboratoire LIDILEM Université Stendhal, Grenoble III francoise.boch@u-grenoble3.fr Plan de l exposé I. Le positionnement

Plus en détail

Sommaire. - Programmes 2008 et document d accompagnement. - Dessin, graphisme écriture et développement de l enfant

Sommaire. - Programmes 2008 et document d accompagnement. - Dessin, graphisme écriture et développement de l enfant Graphisme Ecriture - Bibliographie et sources Sommaire - Programmes 2008 et document d accompagnement - Dessin, graphisme écriture et développement de l enfant - Le graphisme : stades chez le jeune enfant,

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Normes de publication Instructions aux auteurs : Informations générales

Normes de publication Instructions aux auteurs : Informations générales Normes de publication Instructions aux auteurs : Informations générales 1. Les articles devront être inédits et rédigés en français, en portugais ou en anglais. 2. Le titre, le résumé et les mots-clés

Plus en détail

Micaela Rossi Università di Genova Dipartimento di Lingue e Culture Moderne Ce.R.Te.M.

Micaela Rossi Università di Genova Dipartimento di Lingue e Culture Moderne Ce.R.Te.M. Création néonymique, anglicismes et métaphores terminologiques : quelques réflexions sur les politiques linguistiques en Italie et dans les pays francophones Micaela Rossi Università di Genova Dipartimento

Plus en détail

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe?

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Année 2012-2013 Circonscription de Tours Centre Le carnet culturel Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Proposition des formateurs à compléter par les observations des enseignants Le

Plus en détail

plasticien revalorisateur Electronic music producer

plasticien revalorisateur Electronic music producer plasticien revalorisateur Electronic music producer EgzoArtiste Ensuite, grâce à un QR code placé a l intérieur de chaque «box», un «beat» unique (musique instrumentale) est téléchargeable via l application

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef)

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Programme du concours d accès au cycle de préparation à l Agrégation de français 1 1: Introduction générale Les épreuves du concours d

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Multiplicité Homme-Machine

Multiplicité Homme-Machine Multiplicité Homme-Machine Composer avec l ordinateur Septième saison du Séminaire MaMuX-IRCAM, Première séance, 6 octobre 2007: Mathématiques/Musique et Composition Assistée par Ordinateur Arturo Fuentes

Plus en détail

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE.

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE. SEQUENCE «VISIONS MODERNES. SEANCE 5. ZOOM SUR UNE VIEILLE DAME. Dominante. Histoire des Arts. Support. Tour Eiffel rouge, 1911 (1910), Robert Delaunay, Solomon R. Guggenheim Museum, New York. TYPE D OEUVRE.

Plus en détail

Rendre votre instruction plus accessible à ceux qui vous écoutent

Rendre votre instruction plus accessible à ceux qui vous écoutent Rendre votre instruction plus accessible à ceux qui vous écoutent Les élèves passent plus de la moitié de leur journée d école à écouter des informations et des instructions. Ils peuvent éprouver des difficultés

Plus en détail

Les catégories du passé. Remémoration, anamnèse ou commémoration? 1

Les catégories du passé. Remémoration, anamnèse ou commémoration? 1 Les catégories du passé. Remémoration, anamnèse ou commémoration? 1 À propos de La culture de la mémoire, d Éric Méchoulan, Presses de l'université de Montréal, 2008. Dominique Scarfone Si j ai bien compris,

Plus en détail

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Une fonction descriptive Par la redondance avec le texte, elle apporte des précisions quand à la description des lieux et de personnages,

Plus en détail

Enseignement tlittérature en terminale L. Réunion du 16 décembre 2013 - CRDP 13h30-16h Géraldine CAMY - IA-IPR

Enseignement tlittérature en terminale L. Réunion du 16 décembre 2013 - CRDP 13h30-16h Géraldine CAMY - IA-IPR Enseignement tlittérature t en terminale L Réunion du 16 décembre 2013 - CRDP 13h30-16h Géraldine CAMY - IA-IPR Déroulement 1. Enseignement, épreuve et évaluation à l examen lexamen 2. Les Mains libres

Plus en détail

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE PLAISIRS, DÉPLAISIRS, LE BESTIAIRE AMOUREUX D ANNETTE MESSAGER L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE Scénario et réalisation : Heinz Peter Schwerfel Coproduction : Centre Pompidou, WDR Artcore Film, Centre Pompidou,

Plus en détail