L épilepsie. chez les plus de 60 ans

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L épilepsie. chez les plus de 60 ans"

Transcription

1 L épilepsie chez les plus de 60 ans

2 Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est un trouble qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de personnes en Belgique. Il existe de nombreuses formes d épilepsie: voilà pourquoi on peut aussi parler «des épilepsies». L épilepsie se caractérise par la survenue répétée de «crises». Une «crise» témoigne d une activation électrique anormale et passagère du cerveau. En dehors des crises, le cerveau fonctionne généralement tout à fait normalement. L épilepsie n empêche absolument pas de mener une vie normale, a fortiori lorsqu un traitement adéquat permet d empêcher la survenue des crises. C est souvent la cause de la crise: accident vasculaire cérébral, séquelle de traumatisme crânien qui est à l origine d un éventuel handicap, plus que la crise elle-même.

3 Les principaux types de crise La crise généralisée: l activation électrique anormale a lieu dans l ensemble du cerveau. La crise tonico-clonique est la crise la plus connue et la plus impressionnante. La personne tombe, se raidit, serre les dents, et son teint devient bleu. Tout son corps est ensuite pris de secousses répétées (convulsions). Cette crise ne dure, en général, que 1 ou 2 minutes mais est suivie d un coma de quelques minutes puis d un réveil lent. La crise partielle: l activation électrique anormale ne concerne qu une partie du cerveau. La crise focale (encore appelée partielle) simple n entraîne pas d altération de la conscience. Elle se traduit par des secousses d un bras, d une jambe ou par des sensations anormales (picotements, ), des hallucinations visuelles (lumières, objets, ), auditives (sons, voix, ). La crise focale (encore appelée partielle) complexe entraîne une altération de la conscience. Les crises se manifestent par des automatismes: la personne mâchonne, déglutit, manipule quelque chose, veut se déplacer durant quelques secondes, sans en avoir conscience. Les crises partielles, qui parfois se généralisent avec des convulsions, sont les crises les plus fréquentes chez les personnes de plus de 60 ans. 3

4 L épilepsie secondaire Lorsque l épilepsie apparaît chez les plus de 60 ans, elle est le plus souvent liée à une cause identifiable: dans ce cas, on parle d épilepsie «secondaire» ou «symptomatique» par opposition à l épilepsie «idiopathique» dont l origine est génétique. Les causes de l épilepsie secondaire sont diverses: traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral, L accident vasculaire cérébral est un incident grave et fréquent chez les plus de 60 ans. Il consiste en un brusque arrêt de la circulation sanguine au niveau du cerveau ou au contraire à une «hémorragie cérébrale», deux phénomènes qui provoquent rapidement la mort des neurones. Une des séquelles d un tel incident peut être l apparition de crises d épilepsie, souvent plusieurs années après l accident. Comme ces crises sont secondaires à une lésion d une zone délimitée du cerveau, elles sont souvent focales. Elles peuvent, lors de certaines crises, se généraliser à l ensemble du cerveau et provoquer perte de connaissance et convulsions.

5 La vie quotidienne Les loisirs La survenue d une épilepsie demande quelques aménagements dans la vie quotidienne. Elle n empêche cependant pas de continuer à mener une vie normale et de poursuivre ses activités. En ce qui concerne la natation, la personne qui a de l épilepsie doit toujours être accompagnée de quelqu un capable de réagir en cas de crise dans l eau car le risque de noyade existe. La conduite automobile Celle-ci est interdite à une personne qui fait des crises d épilepsie, en raison des risques que cela implique pour elle-même et pour les autres. Néanmoins, après une période d un an sans crise, une personne qui a de l épilepsie peut être autorisée à reconduire. L alcool L alcool est connu comme un facteur déclenchant de crises, même à petite dose. La vigilance est donc de mise. Idéalement, l alcool devrait être banni. La sécurité à la maison En fonction de la nature et de la fréquence des crises, certaines précautions seront nécessaires. Si les crises sont habituellement accompagnées d'une perte de conscience, il faudra veiller à ne pas prendre son bain lorsqu on est seul, à ne pas verrouiller la porte de la salle de bain, Adapter l aménagement intérieur, utiliser un four à micro-ondes plutôt qu une cuisinière à gaz, sont autant de mesures qui peuvent s avérer utiles. 5

6 Les médicaments Les effets secondaires Les médicaments antiépileptiques permettent aujourd hui à de nombreuses personnes de se débarrasser de leurs crises. Tous ont potentiellement des effets secondaires mais chaque personne réagit différemment. En cas d allergie cutanée (rash), de fatigue importante, de somnolence, de vertige, il faut en parler à son médecin car une modification du traitement ou des doses administrées peut être envisagée. Aujourd hui, il existe une dizaine de médicaments antiépileptiques: de quoi trouver «chaussure à son pied». L ostéoporose L ostéoporose, phénomène fréquent chez les plus de 65 ans, peut être provoquée ou aggravée par la prise d antiépileptiques. La détection et le traitement précoces sont nécessaires car l ostéoporose implique un risque important de fracture, comme la fracture du col du fémur, par exemple. Gare aux calmants Si la personne qui souffre d une épilepsie prend d autres médicaments (ce qui est fréquent chez les plus de 60 ans), elle devra toujours le signaler à son neurologue, y compris en ce qui concerne les somnifères ou les calmants. Attention, si la prise de calmants ou somnifères est excessive, son arrêt pourra provoquer l apparition de crises. La prise ou l arrêt de calmants ou somnifères doit se faire sous contrôle médical. Les interactions Des interactions entre certains médicaments et les antiépileptiques sont en effet possibles. En particulier, certains antiépileptiques peuvent diminuer l effet de traitements anticoagulants (Marevan, Sintrom ).

7 Comment réagir face à une crise? Les bons gestes Une crise tonico-clonique est souvent impressionnante. Cependant, elle n est ni douloureuse ni dangereuse et s arrête généralement d elle-même. Enlevez les objets durs ou tranchants contre lesquels la personne pourrait se blesser. Ne déplacez pas la personne sauf si elle est en danger (au bord d un escalier, dans l eau, ) Tournez la personne en position latérale de sécurité (sur le côté et visage vers le sol) pour faciliter la respiration et l écoulement de la salive. Ne mettez rien entre les dents de la personne: l idée selon laquelle elle peut avaler sa langue est fausse. Rassurez la personne durant la période de confusion qui suit la crise. Certaines personnes ont besoin de repos ou de sommeil après une crise. Quand faut-il appeler une aide médicale? Si c est la première crise. Si la crise dure plus longtemps que d habitude (et certainement si les convulsions durent plus de 5 minutes). Si deux crises se suivent sans reprise de conscience. Si la personne s est cogné la tête en tombant et qu elle reste inconsciente plus longtemps que d habitude: il s agit peut-être d une commotion cérébrale. Si la personne s est blessée en tombant. Un seul numéro d urgence à retenir: le 112 7

8 Brochure réalisée avec le soutien de Violon & Violon SPRL, 2007 Editeur responsable: Laurent Violon, av. Ducpétiaux Bruxelles

L épilepsie. chez la femme

L épilepsie. chez la femme L épilepsie chez la femme Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux types d épilepsie:

Plus en détail

L épilepsie. chez l enfant

L épilepsie. chez l enfant L épilepsie chez l enfant Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux types d épilepsie:

Plus en détail

L épilepsie. chez l adolescent

L épilepsie. chez l adolescent L épilepsie chez l adolescent Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux types

Plus en détail

L épilepsie, la grossesse et l allaitement

L épilepsie, la grossesse et l allaitement L épilepsie, la grossesse et l allaitement Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES

EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES INTRODUCTION Le diagnostic de crise d épilepsie n est pas toujours évident, car la séméiologie peut être trompeuse. Première crise d épilepsie = Interrogatoire précis

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

Commotion cérébrale guide pour le grand public

Commotion cérébrale guide pour le grand public COMMOTION CÉRÉBRALES : QUELQUES FAITS Une commotion est une blessure du cerveau Toutes les commotions sont sérieuses Il peut y avoir une commotion sans perte de connaissance Tout joueur ayant un symptôme

Plus en détail

NOM DU MÉDECIN : Note au dossier : Médicament prescrit (ex. : la phénytoïne, la carbamazépine, le phénobarbital, le valproate et la primidone) :

NOM DU MÉDECIN : Note au dossier : Médicament prescrit (ex. : la phénytoïne, la carbamazépine, le phénobarbital, le valproate et la primidone) : Ce plan doit être complété par un parent/tuteur en collaboration avec le personnel de l école à la lumière des renseignements fournis par le médecin de l élève. Nom de l école : Date : Nom de la direction

Plus en détail

Fiche 3 : LES EPILEPSIES

Fiche 3 : LES EPILEPSIES Fiche 3 : LES EPILEPSIES PRESENTATION L épilepsie touche environ une personne sur 150 à 200, soit environ 60.000 personnes en Belgique. Elle débute souvent durant l enfance, mais peut apparaître à n importe

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë. Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris

Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë. Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris 1 définir T.C.? Traumatisme Crânien? Traumatisme Céphalique? (Head injury)

Plus en détail

L enfant avant tout. Le traumatisme cranio-cérébral léger

L enfant avant tout. Le traumatisme cranio-cérébral léger 01 L enfant avant tout Le traumatisme cranio-cérébral léger Un traumatisme cranio-cérébral léger (TCCL), souvent appelé une commotion cérébrale, est une atteinte cérébrale résultant d un coup direct ou

Plus en détail

ÉPILEPSIE SECTION QUÉBEC. Journal de crises. Nom: ÉPILEPSIE SECTION QUÉBEC. Journal de crises. Nom:

ÉPILEPSIE SECTION QUÉBEC. Journal de crises. Nom: ÉPILEPSIE SECTION QUÉBEC. Journal de crises. Nom: Journal de crises ÉPILEPSIE SECTION QUÉBEC Nom: Journal de crises Nom: ÉPILEPSIE SECTION QUÉBEC Page 2 Table des matières Renseignements personnels 3 Historique médical 4 Historique médical 5 Liste des

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009 NAUSÉES ET VOMISSEMENTS

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009 NAUSÉES ET VOMISSEMENTS Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 NAUSÉES ET VOMISSEMENTS NAUSÉES ET VOMISSEMENTS Ce qu il faut savoir Les nausées correspondent à une sensation de malaise ou

Plus en détail

Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014

Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014 Muriel LE NALBAUT IDE CH TROYES Mars 2014 A- Rappel définition Fonctionnement anormal de l activité électrique du cerveau Caractérisé par la survenue de : crise unique (sans cause organique) crises répétées

Plus en détail

LES ANTICOAGULANTS. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter l infirmière référente de la Clinique de l Anticoagulation.

LES ANTICOAGULANTS. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter l infirmière référente de la Clinique de l Anticoagulation. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter l infirmière référente de la Clinique de l Anticoagulation. LES ANTICOAGULANTS Contact: 04/225.76.03 Cadastre/Cardio/CAC/Les anticoagulants/mars

Plus en détail

Diagnostic: fibrillation auriculaire

Diagnostic: fibrillation auriculaire Brochure patients Diagnostic: fibrillation auriculaire Le risque d accident vasculaire cérébral druckdaten_frei 4a xarelto_allg_broschur_vorhofflimmern FINAL 6 nach CLEARING - FRANZ.indd 1 12.07.12 16:19

Plus en détail

Accueil des élèves atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période. Formation des directeurs nouvellement affectés

Accueil des élèves atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période. Formation des directeurs nouvellement affectés Accueil des élèves atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période Formation des directeurs nouvellement affectés Docteur Hélène LILETTE Médecin conseiller technique Cadre législatif Circulaire

Plus en détail

Mon traitement anticoagulant oral en 10 questions

Mon traitement anticoagulant oral en 10 questions Mon traitement anticoagulant oral en 10 questions Les maladies à l origine de votre traitement anticoagulant oral 1 Qu est-ce qu un traitement anticoagulant oral? Un traitement anticoagulant oral est un

Plus en détail

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

Rééducation d un traumatisé crânien

Rééducation d un traumatisé crânien Rééducation d un traumatisé crânien Le processus de récupération du blessé est complexe et il faut laisser du temps à la rééducation et à la réadaptation avant de se prononcer avec précision sur l état

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque de

Plus en détail

SANTE TRAVAIL L INDUSTRIE

SANTE TRAVAIL L INDUSTRIE SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL DE L INDUSTRIE ASBL 6, rue Antoine de Saint-Exupéry B.P. 326 L-2013 Luxembourg Tel 260 061 Fax 260 067 77 sti.centre@sti.lu www.sti.lu Le squelette Structure de l os SERVICE

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS

LES TRAUMATISMES CRANIENS LES TRAUMATISMES CRANIENS Biblio: http://www.revuemedecine.com/recherche/resultat.phtml?recherche=traumatisme+cranien&x=0&y=0 AFMC Lagny Soirée du 10/05/2010 Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur

Plus en détail

Objectifs. Le bilan complémentaire pour un malaise

Objectifs. Le bilan complémentaire pour un malaise Le bilan complémentaire pour un malaise généralités interroger examiner Objectifs A la fin de cette partie, vous serez capable de connaitre les étapes du bilan complémentaire devant une victime qui présente

Plus en détail

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD CHU de Dijon 2012 Le traumatisme crânien léger (TCL) Définitions multiples

Plus en détail

Mon traitement anticoagulant oral en 10 questions

Mon traitement anticoagulant oral en 10 questions Mon traitement anticoagulant oral en 10 questions Les maladies à l origine de votre traitement anticoagulant oral 1 Qu est-ce qu un traitement anticoagulant oral? Un traitement anticoagulant oral est un

Plus en détail

Politique d intervention dans le contexte d une commotion cérébrale 2017

Politique d intervention dans le contexte d une commotion cérébrale 2017 Politique d intervention dans le contexte d une commotion cérébrale 2017 Ce document a été préparé en collaboration avec notre équipe de professionnels de la santé de Cortex médecine et réadaptation et

Plus en détail

Information et recommandations. Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL

Information et recommandations. Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL Information et recommandations Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL Vous, ou votre enfant, venez de subir un traumatisme crânien léger. En suivant ce guide, vous

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Révisée : Page 1 de 6 Mise en contexte Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l Ontario (CSPGNO) s engage à promouvoir la sensibilisation à la sécurité dans les écoles et reconnaît que la santé et

Plus en détail

LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES. Par Simon Hébert, M.Sc. Pht

LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES. Par Simon Hébert, M.Sc. Pht LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES Par Simon Hébert, M.Sc. Pht SIMON HÉBERT Originaire de Cowansville Gradué de l Université de Montréal à la Maîtrise en physiothérapie en 2012 Implication comme thérapeute avec

Plus en détail

PLS. Service des urgences

PLS. Service des urgences CAT devant une victime inconsciente et qui respire PLS Pr,A. Wahid Bouida Service des urgences EPS Monastir Une personne est inconsciente si elle : a. N a pas de réponse verbale. b. N a pas de réponse

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 01062000 Réf.: CMUB- Pagination 1 / 5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 002 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 22/05/00 Validation P.

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIENS

TRAUMATISMES CRÂNIENS TRAUMATISMES CRÂNIENS La prise en charge des traumatismes crâniens a été transformée par la généralisation de la tomodensitométrie (scanner) qui a permis une exploration non invasive des parties molles.

Plus en détail

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée

Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée Introduction au polyhandicap: Définition et place des aspects médicaux dans le quotidien de la personne polyhandicapée LLN le 7 mars 2015 Dr D Fagnart Polyhandicap: définition Le polyhandicap est une situation

Plus en détail

Je m'informe sur l'échocardiographie transoesophagienne

Je m'informe sur l'échocardiographie transoesophagienne Je m'informe sur l'échocardiographie transoesophagienne CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Cardiologie Une échocardiographie

Plus en détail

LA FICHE SECOURISME. Les adultes

LA FICHE SECOURISME. Les adultes LA FICHE SECOURISME Les adultes Dr Pascale Cairet Médecin anesthésiste réanimateur 1. Principes de base: a. Protéger: victime(s), témoins et soi-même Le danger initial ayant provoqué l accident peut persister

Plus en détail

LES CONDUITES A TENIR EN PREMIERE URGENCE (DANS LES SITUATIONS PARTICULIERES DE RISQUES MAJEURS)

LES CONDUITES A TENIR EN PREMIERE URGENCE (DANS LES SITUATIONS PARTICULIERES DE RISQUES MAJEURS) LES CONDUITES A TENIR EN PREMIERE URGENCE (DANS LES SITUATIONS PARTICULIERES DE RISQUES MAJEURS) Fiche 10 CONSIGNES GENERALES Après avoir rejoint les lieux de mise en sûreté : utiliser la mallette de première

Plus en détail

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral?

Diagnostic : fibrillation auriculaire. Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Diagnostic : fibrillation auriculaire Comment peut-on prévenir un accident vasculaire cérébral? Chère lectrice, Cher lecteur La fibrillation auriculaire est l arythmie (trouble du rythme cardiaque) la

Plus en détail

La Clozapine : un antipsychotique

La Clozapine : un antipsychotique La Clozapine : un antipsychotique Clozapine (Clozaril ) À quoi sert ce médicament? Ce médicament est utilisé pour soulager les symptômes de la schizophrénie chez les patients qui ne répondent pas de façon

Plus en détail

Les pathologies neurologiques

Les pathologies neurologiques Les pathologies neurologiques I Les convulsions III Quelques pathologies fréquentes La méningite Les traumatismes crâniens L hydrocéphalie Crise paroxystique, d origine cérébrale, se traduisant par des

Plus en détail

Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités aripiprazole.

Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités aripiprazole. ARIPIPRAZOLE BROCHURE D INFORMATION DU PATIENT ET DE SON ENTOURAGE Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités aripiprazole. Quels sont les médicaments concernés?

Plus en détail

FICHES DE 1 ER SECOURS

FICHES DE 1 ER SECOURS Collège Marais Poitevin 48 rue de la gare 85490 BENET 02.51.00.96.55 02.51.87.32.03 ce.0851145h@ac-nantes.fr FICHES DE 1 ER SECOURS LES CONDUITES A TENIR EN CAS DE PREMIERE URGENCE Mise à jour : Avril

Plus en détail

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé

Epilepsies. Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies Cas particulier chez le sujet âgé Epilepsies : Généralités Epilepsie Gériatrie Epilepsies : Définitions Crise d épilepsie : manifestations cliniques dues à décharge anormale hypersynchrone de

Plus en détail

Informations médicales sur l'anesthésie

Informations médicales sur l'anesthésie Informations médicales sur l'anesthésie Ces informations vous sont normalement transmises par votre chirurgien suite à une décision d intervention. Nous vous demandons de les lire attentivement, afin de

Plus en détail

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau

EPILEPSIE. Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau EPILEPSIE Dr Nathalie DORISON Institut Lejeune/ Hôpital Trousseau QU EST CE QUE L EPILEPSIE? Epilepsie = répétition de crises convulsives Crise convulsive = survenue brutale d une décharge électrique excessive

Plus en détail

Les différents types d anesthésies

Les différents types d anesthésies Les différents types d anesthésies Ce document a pour objectif de vous donner des informations quant aux 4 types d anesthésies pratiquées à l Hôpital ophtalmique Jules-Gonin. Vous avez également la possibilité

Plus en détail

La commotion cérébrale

La commotion cérébrale 1 Les meilleurs soins pour les blessures traumatiques La commotion cérébrale Une commotion cérébrale, aussi appelée un traumatisme cranio-cérébral léger (TCCL), est une atteinte cérébrale qui peut être

Plus en détail

L hypoglycémie. Docteur Brahim RAHFANI

L hypoglycémie. Docteur Brahim RAHFANI L hypoglycémie Docteur Brahim RAHFANI Définition L hypoglycémie c est diminution du taux de glucose dans le sang au-dessous des valeurs normales Une hypoglycémies définie par une glycémie inférieure à

Plus en détail

Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne fonctionnent pas... d autres possibilités existent et vous permettent ainsi d avoir des projets!

Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne fonctionnent pas... d autres possibilités existent et vous permettent ainsi d avoir des projets! Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne fonctionnent pas... d autres possibilités existent et vous permettent ainsi d avoir des projets! Parlez des autres choix thérapeutiques avec votre médecin

Plus en détail

L enfant avant tout. Les convulsions fébriles

L enfant avant tout. Les convulsions fébriles 33 L enfant avant tout Les convulsions fébriles Les convulsions fébriles sont des crises de tremblements. Elles surviennent d ordinaire chez les enfants de six mois à cinq ans, mais on les observe plus

Plus en détail

The Traveller s Handbook for people with epilepsy

The Traveller s Handbook for people with epilepsy The Traveller s Handbook for people with epilepsy Produced as a service to epilepsy PREMIERS SOINS En cas de crise généralisée avec convulsions Protégez la tête de la personne en crise. N intervenez pas

Plus en détail

Vos coordonnées Nom de naissance: Nom d époux : Prénom: Date de naissance: Adresse: Votre situation professionnelle étudiant sans emploi retraité

Vos coordonnées Nom de naissance: Nom d époux : Prénom: Date de naissance: Adresse: Votre situation professionnelle étudiant sans emploi retraité DOSSIER D'INFORMATIONS Date : Afin de nous aider à préparer au mieux votre évaluation, merci de bien vouloir remplir ce dossier en cochant les cases correspondant à votre situation. Pour que votre dossier

Plus en détail

TROUBLES NEURO-DEGENERATIFS ET TROUBLES DU COMPORTEMENT

TROUBLES NEURO-DEGENERATIFS ET TROUBLES DU COMPORTEMENT TROUBLES NEURO-DEGENERATIFS ET TROUBLES DU COMPORTEMENT JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE, PSYCHIATRIE DU SUJET AGE Dr Malrain Cécile (neurologue au CH de Saint Malo) 15 juin 2017 PLAN 1. Troubles psycho-comportementaux

Plus en détail

Bébé est tombé, je le surveille et fais le nécessaire.

Bébé est tombé, je le surveille et fais le nécessaire. Bébé est tombé, je le surveille et fais le nécessaire. Les traumatismes crâniens sont fréquents chez l enfant : que faire, que surveiller, quand s alerter, quels sont les signaux d alarme qui doivent vous

Plus en détail

6 è me. édition des J N E. Octobre Mois de l Epilepsie

6 è me. édition des J N E. Octobre Mois de l Epilepsie 6 è me édition des J N E Octobre 2010 - Mois de l Epilepsie Sommaire L épilepsie Qu est-ce-que l épilepsie? Expression d un dysfonctionnement dans une région du cerveau Epilepsie ou épilepsies? Fréquence

Plus en détail

SEANCE 2 3 : 35 : 00

SEANCE 2 3 : 35 : 00 Prévention Secours Civiques Niveau1 F.MAGGIORI_2014 PSC1 SEANCE 2 3 : 35 : 00 PARTIE 1 23 : 00 05 : 00 10.LA VICTIME EST INCONSCIENTE PARTIE 1 ❶ J observe attentivement afin de protéger (moi-même, la victime,

Plus en détail

Traumatisme crânio-cérébral cérébral. Page 1

Traumatisme crânio-cérébral cérébral. Page 1 Séquelles et pronostic à long terme Devenir d'une population d'enfants ayant été hospitalisés en service de rééducation dans le cadre d'une maltraitance possible ou certaine Trois cas cliniques H.Toure,

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION DU PATIENT ET DE SON ENTOURAGE

BROCHURE D INFORMATION DU PATIENT ET DE SON ENTOURAGE BROCHURE D INFORMATION DU PATIENT ET DE SON ENTOURAGE ARIPIPRAZOLE Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités aripiprazole Quels sont les médicaments concernés?

Plus en détail

INFORMATIONS MÉDICALES

INFORMATIONS MÉDICALES INFORMATIONS MÉDICALES Nom : Prénom : Adresse : Numéro de téléphone : ( ) Autre numéro : ( ) Nom du médecin traitant : Vous a-t-on déjà attribué des limitations fonctionnelles? Si oui, énumérez-les. En

Plus en détail

Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne

Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne Rapport annuel des interventions médicales Année 2016 (janvier 2016 décembre 2016) Professeur Pierre Bonfils Hôpital Européen Georges

Plus en détail

Accueil des clientèles en situation de handicap Cévennes Ecotourisme Décembre Le handicap mental

Accueil des clientèles en situation de handicap Cévennes Ecotourisme Décembre Le handicap mental Le handicap mental Handicap mental Les origines du handicap mental peuvent être diverses : > À la conception : maladies génétiques, aberrations chromosomiques, incompatibilité sanguine, etc. > Pendant

Plus en détail

QUESTIONNAIRE «TROUBLES DU SOMMEIL»

QUESTIONNAIRE «TROUBLES DU SOMMEIL» Date : QUESTIONNAIRE «TROUBLES DU SOMMEIL» NOM : PRENOM : SEXE : M F Date de Naissance : AGE : ans Adresse e-mail : Médecin traitant : Quelle est la raison principale pour laquelle vous consultez aujourd

Plus en détail

Toute overdose peut être mortelle.

Toute overdose peut être mortelle. LES OVERDOSES Attention : de petites doses peuvent entraîner de grands effets. Les overdoses surviennent lorsque les effets des produits consommés sont supérieurs à ce que le corps peut supporter. Toute

Plus en détail

Ostéogénèse imparfaite (ou maladie des os de verre)

Ostéogénèse imparfaite (ou maladie des os de verre) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Ostéogénèse imparfaite (ou maladie des os de verre) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement

Plus en détail

SOMNIFÈRES ET CALMANTS, PENSEZ D ABORD AUX AUTRES SOLUTIONS. BOUGER, MANGER SAINEMENT, SE RELAXER

SOMNIFÈRES ET CALMANTS, PENSEZ D ABORD AUX AUTRES SOLUTIONS. BOUGER, MANGER SAINEMENT, SE RELAXER SOMNIFÈRES ET CALMANTS, PENSEZ D ABORD AUX AUTRES SOLUTIONS. BOUGER, MANGER SAINEMENT, SE RELAXER LES SOMNIFÈRES ET LES CALMANTS DOIVENT ÊTRE LA TOUTE DERNIÈRE OPTION. Sources : APB Statistics 2016 & Enquête

Plus en détail

Objectifs. Justification. A la fin de cette séquence, le stagiaire aura compris les accidents pouvant survenir en plongée libre.

Objectifs. Justification. A la fin de cette séquence, le stagiaire aura compris les accidents pouvant survenir en plongée libre. Objectifs Justification communs avec la plongée scaphandre A la fin de cette séquence, le stagiaire aura compris les accidents pouvant survenir en plongée libre. Version actualisée le 4/07/11 Justification:

Plus en détail

J ai un glaucome, qu est-ce que c est?

J ai un glaucome, qu est-ce que c est? Glaucome : ce que je dois savoir Le glaucome est une maladie courante dont la fréquence augmente avec l âge : 10 % des personnes de plus de 70 ans en sont atteintes. Il progresse pendant des années, sans

Plus en détail

Epilepsie du sujet âgé

Epilepsie du sujet âgé Epilepsie du sujet âgé Journées scientifiques de Broca 19 Novembre 2015 Emmanuelle Duron Aucun conflit d intérêt 2 Plan Définition Epidémiologie Etiologies Diagnostic - Classification Traduction clinique

Plus en détail

ACCIDENTS DE L APNÉE. Formation Guide de Palanquée CoDep 89 Saison 2010 /2011

ACCIDENTS DE L APNÉE. Formation Guide de Palanquée CoDep 89 Saison 2010 /2011 ACCIDENTS DE L APNÉE Formation Guide de Palanquée CoDep 89 Saison 2010 /2011 LES ACCIDENTS DE L APNÉE Causes et Mécanismes Conduite à Tenir RDV Syncopal des 7 mètres Règle du Tiers Temps Règle de Sécurité

Plus en détail

ECG > 50 ans >50 ans, affection cardio-vasculaire, rénale ou respiratoire anti-arythmiques.

ECG > 50 ans >50 ans, affection cardio-vasculaire, rénale ou respiratoire anti-arythmiques. VERTALING SERVICE D ANESTHESIE Chef de Service : Dr. D. Verhaeghen Téléphone +32 (0) 53 76 41 17 www.asz.be > zorgverleners > specialismen > anesthesie POUR LE MEDECIN, DIRECTIVES EXAMENS PREOPERATOIRES:

Plus en détail

Atelier Douleurs de la personne amputée. Trame éducation thérapeutique

Atelier Douleurs de la personne amputée. Trame éducation thérapeutique Atelier Douleurs de la personne amputée Trame éducation thérapeutique La douleur après amputation est un symptôme très fréquent peut être de plusieurs origines peut se manifester dans plusieurs localisations

Plus en détail

Amélioration de la saisie de la gravité des blessures

Amélioration de la saisie de la gravité des blessures Amélioration de la saisie de la gravité des blessures PD Dr. Kai-Uwe Schmitt Dr. med. Kerstin Furter Laura Baumgartner, MSc ETH www.agu.ch Motivation Actuellement: saisie de la gravité des blessures insatisfaisante

Plus en détail

d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets!

d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets! Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne permettent pas de contrôler les crises, d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets! Parlez

Plus en détail

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC Votre association Informer Soutenir Aider Conseiller Réunir Bayeux -16 novembre 2016 - Journée d information Etre acteur après un AVC AVC ou «attaque cérébrale» Brutalement Une région du cerveau ne fonctionne

Plus en détail

LE CARNET DE ROUTE. Hébergement

LE CARNET DE ROUTE. Hébergement LE CARNET DE ROUTE Hébergement Ce carnet est un document indispensable pour mieux connaître votre enfant, ses habitudes, son état de santé. Il nous sera utile pour veiller à sa sécurité, son bien-être

Plus en détail

Mon bébé peut-il avoir de l'asthme?

Mon bébé peut-il avoir de l'asthme? Mon bébé peut-il avoir de l'asthme? Un nourrisson qui présente des épisodes répétés de sifflements respiratoires peut avoir de l'asthme. Il est important de prendre en charge sa maladie même si, dans plus

Plus en détail

Légender un schéma d articulation :- synoviale. source :http://www.hellocoton.fr

Légender un schéma d articulation :- synoviale. source :http://www.hellocoton.fr Vous planifiez votre parcours de formation en milieu professionnel. Vous consultez le site http://lescreches.fr/arles et souhaitez effectuer votre première P.F.M.P. au Multi Accueil La Poule rousse, situé

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Un bon sommeil est essentiel pour mener une vie saine et équilibrée. Un trouble dans le cycle du sommeil peut perturber le rythme d une vie et devenir rapidement ingérable,

Plus en détail

Commotions Cérébrales

Commotions Cérébrales Commotions Cérébrales Qu est ce que Sidney Crosby, John Tavares, Ian Laperriere, Marc Savard et Eric Lindros ont en commun? Mis à part le fait qu ils ont tous joué au hockey dans la Ligue Nationale (LNH)

Plus en détail

PRÉVENTION DES BLESSURES EN TRIATHLON ET NATATION

PRÉVENTION DES BLESSURES EN TRIATHLON ET NATATION PRÉVENTION DES BLESSURES EN TRIATHLON ET NATATION 20 avril 2016 Par: Edith Castonguay pht. Élise Lechasseur pht PLAN DE LA PRÉSENTATION Prévention des blessures Les différentes blessures en triathlon Blessure

Plus en détail

Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

Je m'informe sur la fibrillation auriculaire Je m'informe sur la fibrillation auriculaire Cabinet Médical du Golf Adresse du site : www.docvadis.fr/medecindugolf Validé par le Comité Scientifique Cardiologie Des battements du cœur, rapides et irréguliers,

Plus en détail

Information au patient traité par AVK

Information au patient traité par AVK Information au patient traité par AVK Thrombose Bourgogne informations liées aux thromboses,mte, maladie thromboembolique Information au patient traité par AVK Mots clés : code : pu/trait/01 Auteurs :

Plus en détail

Avenir. Une crise partielle peut aussi évoluer en crise généralisée, les signes de début ont une grande importance pour localiser le point de départ.

Avenir. Une crise partielle peut aussi évoluer en crise généralisée, les signes de début ont une grande importance pour localiser le point de départ. aide plan du site contact aspects médicaux aspects pédagogiques associations mise à jour : le 16 10 2009 Epilepsies (Les) Qu'est-ce que l'épilepsie? Pourquoi se produit une crise d'épilepsie? Quels symptômes

Plus en détail

La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016

La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016 La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016 Pourquoi parler de la commotion cérébrale (CC)? La commotion, ce n est pas un geste héroïque!

Plus en détail

CARTE D INSTRUCTIONS POUR LE PATIENT

CARTE D INSTRUCTIONS POUR LE PATIENT Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament ZYPADHERA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Médicaments, vigilance & Travail

Médicaments, vigilance & Travail Médicaments, vigilance & Travail Travailler en sécurité Réalisé par Grâce au soutien financier de: Contexte réglementaire Responsabilité du médecin prescripteur : information du patient Information par

Plus en détail

Glaucome : ce que je dois savoir

Glaucome : ce que je dois savoir Glaucome : ce que je dois savoir Le site du Docteur J. DA SILVA TAVARES Adresse du site : www.docvadis.fr/docteur.da.silva.tavares Validé par le Comité Scientifique Ophtalmologie Le glaucome est une maladie

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

Drépanocytose et scolarité. Votre enfant à l école

Drépanocytose et scolarité. Votre enfant à l école Drépanocytose et scolarité Votre enfant à l école Informer l école. Pourquoi? Comment? Votre enfant passe une grande partie de son temps à l Ecole. Les adultes qui s en occupent doivent donc également

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA SANTE A LA FFCT CE QUE VOUS DEVEZ ENCOURAGER

LA PROTECTION DE LA SANTE A LA FFCT CE QUE VOUS DEVEZ ENCOURAGER LA PROTECTION DE LA SANTE A LA FFCT CE QUE VOUS DEVEZ ENCOURAGER LA PROTECTION DE LA SANTE A LA FFCT LE REGLEMENT MEDICAL LA COMMISSION MEDICALE L ACCIDENT CARDIOVASCULAIRE ET SI NOUS FAISONS PLUS 2 LE

Plus en détail

VOTRE TRAITEMENT PAR ANTICOAGULANT ORAL DIRECT. Conseils pour le suivi à domicile

VOTRE TRAITEMENT PAR ANTICOAGULANT ORAL DIRECT. Conseils pour le suivi à domicile VOTRE TRAITEMENT PAR ANTICOAGULANT ORAL DIRECT Conseils pour le suivi à domicile Introduction Votre médecin vous a prescrit un traitement par anticoagulant oral direct. Ce dépliant est destiné à répondre

Plus en détail

YERVOY. (ipilimumab) Injection pour perfusion intraveineuse. Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire. Brochure pour le patient

YERVOY. (ipilimumab) Injection pour perfusion intraveineuse. Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire. Brochure pour le patient Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament YERVOY de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Classification des démences

Classification des démences Démences Définition La démence se caractérise principalement par une altération de la mémoire à court terme et à long terme, associées à une altération du jugement et à d autres altérations des fonctions

Plus en détail

MALAISES : CONDUITE À TENIR

MALAISES : CONDUITE À TENIR Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 8 MALAISES : CONDUITE À TENIR L identification des principales parties du corps humain permet de décrire correctement avec un langage commun le lieu d une lésion, d une douleur

Plus en détail