Thermique et matériaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thermique et matériaux"

Transcription

1 Thermique et matériaux 1. Variété et performance des matériaux 3. Aperçu de la logique HQE Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance des matériaux Caractéristiques rentrant en compte pour le choix d un matériaux : - Thermique (conduction, isolation, hygrométrie, inertie, ) - Construction (statique, résistance des matériaux, ) - Aspect (couleur, surface, etc.) - Acoustique - Transparence ou l opacité - Facilité de pose - Facilité de transport - Disponibilité - Résistance aux feu - Critères écologiques (recyclable, écobilans de fabrication ) - Toxicité - Sécurité - Prix - Par exemple, la laine de verre est un matériaux performant pour l isolation thermique, mais peu performant pour l isolation acoustique. 1

2 1. Variété et performance des matériaux Isolation Ce qui isole, n est pas le matériaux, mais c est principalement l air qu il contient. L air a un pouvoir isolant à condition d être piégé dans les fibres ou sous la forme de micro-bulles. Exemple : le polystyrène extrudé est un bon isolant car les bulles d air sont emprisonnées, alors que le polystyrène expansé, est un moins bon isolant, car les bulles d air ne sont pas hermétiques. Les isolants légers : 1. Base minérale 2. Matières plastiques alvéolaires 3. Base végétale ou animales Les matériaux lourds : Même s ils sont très épais, les matériaux lourds sont rarement de très bons isolants. Mais les matériaux lourds ont en général une capacité d inertie thermique. Murs en briques : Compromis en isolation et inertie. 1. Variété et performance des matériaux Système de classification ISOLE (1 à X, la performance augmente) I Incompressibilité I1 à I5 S Stabilité dans les dimensions S1 à S5 O Comportement à l eau O1 à O3 L Traction L1 à L4 E Perméance à la vapeur d eau E1 à E4 Le classement des matériaux par rapport au feu (0 à 4, la performance diminue) M0 M1 M2 M3 M4 Incombustibles Non inflammable Difficilement inflammable Moyennement inflammable Facilement inflammable 2

3 1. Variété et performance des matériaux Sources : Salomon Thierry, Bedel Stéphane (2001). La maison des [néga]watts, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance des matériaux Sources : Salomon Thierry, Bedel Stéphane (2001). La maison des [néga]watts, Mens : Éd. Terre vivante. 3

4 1. Variété et performance des matériaux Sources : Salomon Thierry, Bedel Stéphane (2001). La maison des [néga]watts, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance des matériaux Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 4

5 1. Variété et performance des matériaux Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. COUASNET Yves (2005). Mémento - Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction, Editons Le Moniteur : Paris, 2005, 248 p. Référence ENSAM : C MAT 40 5

6 L'inertie thermique (par absorption) est la propriété d'une masse de matériau à accumuler puis à restituer une quantité de chaleur C'est la capacité thermique d'un matériau qui détermine son inertie. Plus la capacité thermique est élevée, plus le matériau est capable de stocker et de restituer des quantités de chaleur. Une pierre, un mur (maçonnerie) ensoleillé reste chaud longtemps après le coucher du soleil et pour les mêmes raisons, une cave reste fraîche même en plein été. C'est la forte inertie thermique du mur qui permet ce phénomène. La capacité thermique dépend de trois paramètres propre à chaque matériau : La conductivité thermique La chaleur massique La masse volumique 6

7 La notion d inertie exprime une «résistance» propre à un changement d état ou de régime Le changement d état auquel l inertie s oppose peut-être provoquée : -soit par des variations de la température extérieure - soit par des variations des flux thermiques dissipés à l intérieur du logement (apports solaires pénétrant à l intérieur de l habitat, apports internes de chaleur, circulation d air frais ) Ces 2 types d actions induisent des comportements thermiques distincts et font intervenir des propriétés différentes des matériaux : il s agit des 2 principes de l inertiie Cas n 1 : Lorsque l inertie thermique de définit par rapport à des flux dissipés à l intérieur d un logement isolé (chauffage, climatisations, apports solaires, apports internes ), les éléments importants sont : La surface d échange, cad la surface des matériaux intérieurs en contact avec les flux thermiques; L effusivité thermique* qui est fonction de la conductivité thermique, de la masse volumique et de la chaleur massique L épaisseur, cad la profondeur de pénétration possible du flux thermique dans le matériau Ainsi, en cas d apports solaires importants le risque d inconfort par surchauffe est d autant plus important que l effusivité des matériaux de stockage et que la surface d échange avec les matériaux est faible. * Le flux qui traverse le mur est directement proportionnel à l'effusivité 7

8 Diffusivité : a = λ / ρc [en m 2 /S] Effusivité : b = ( ρ λ C) 1/2 [en J(/m 2. C.S) 1/2 ] Tableau in «L habitat écologique» de Friedrich Kur Cas n 2 : Lorsque l inertie thermique de définit par rapport à une onde thermique provenant de l extérieur à laquelle est soumise une paroi située en façade, on s applique à connaître le déphasage (cad le retard de conduction de chaleur dans le temps). Les paramètres déterminants sont alors : La résistance de la paroi, cad (l épaisseur) / (conductivité thermique - λ) La capacité surfacique, cad (chaleur massique) x (épaisseur) 8

9 Quelques remarques valables pour l'habitat en climat tempéré. La capacité thermique d'une paroi est surtout utile que si elle est placée du côté intérieur du bâtiment et isolée des conditions climatiques extérieures. Construire en "forte inertie", c'est donc utiliser des matériaux lourds à l'intérieur de l'habitat afin de stocker la chaleur solaire et d'atténuer les variations de température interne. À l'inverse, une maison à "faible inertie" montera vite en température au moindre rayon de soleil sans possibilité de stocker la chaleur solaire. Les écarts de température internes seront importants. Les risques de surchauffe élevés. Une forte inertie est surtout utile en cas d'occupation permanente. Une faible inertie peut être intéressante pour des locaux à usage intermittent. La prise en compte pour l'habitat d'une forte inertie thermique dans la conception offre de nombreux avantages tant au point de vue du confort de l'usager que de celui de l'économie d'énergie et d'une logique de développement durable. Mais attention, il n'y a pas de systématisme à son utilisation! Inertie et ordre de grandeur Le CSTB propose une méthode simplifiée pour quantifier l inertie d un bâtiment : Coefficient d inertie thermique = Σ toutes les surfaces [(masse surfacique utile de chaque paroi intérieure) x (surface)] unité en kg / m 2 surface habitable Classe d inertie Masse par m 2 habitable (kg/m 2 ) Classe d inertie < 100 très faible 100 inertie < 150 faible 150 inerte < 400 moyenne 400 forte Tab : Définitions des classes d inertie thermique en fonction de la masse des parois par m2 habitable 9

10 Inertie et ordre de grandeur Pour un logement individuel isolé de plein-pied et de 100m2 habitable A- Inertie très faible (60kg/m2). Plancher bois sur isolant. Un plafond léger (plâtre sous isolant). Des murs isolés par l intérieur (ou murs à ossature bois). Cloisons légères (carton + plaques de plâtres) B - Inertie faible (138kg/m2). Idem que A avec des cloisons en carreaux de plâtre C - Inertie moyenne (230kg/m2). Idem que A mais avec un plancher lourd (10cm de béton sur isolant) D. Inertie forte (520kg/m2). Un plancher en béton. Murs lourds isolés par l extérieur. Cloisons lourdes. Un plafond lourd (toiture terrasse) Remarque : La présence d un plancher lours, pour une maison de plein pied, conduit au moins à une inertie moyenne, ce qui prouve qu une maison à ossature bois peut facilement être confortable, même en été. 10

11 Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 11

12 Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 12

13 13

14 Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 3. HQE (Haute qualité environnementale) 14 Cibles pour la construction Infos : Les référentiels Système de management environnemental : Définition explicite de la qualité environnemental : 14

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique 1. Apports et perditions thermiques 2. Deux principes d inertie thermique 3. Aperçu de la RT 2000 et de

Plus en détail

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique.

L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. L inertie thermique : est la capacité d un matériau à stocker l énergie, traduite par sa capacité thermique. Plus l inertie est élevée et plus le matériau restitue des quantités importantes de chaleur

Plus en détail

UE : Maîtrise des ambiances

UE : Maîtrise des ambiances UE : Maîtrise des ambiances Cours 3 : Thermique du bâtiment. Étude du comportement thermique de l enveloppe en régime dynamique : l inertie thermique, outils de simulations thermiques dynamiques BELMAAZIZ

Plus en détail

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe

DEVELOPPER UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE MEDITERRANEENNE INERTIE THERMIQUE INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT. Principe DANS LE BATIMENT Principe L'inertie thermique d un bâtiment est sa capacité à stocker et à déstocker de l énergie thermique dans sa structure, quelle que soit la saison. Elle est caractérisée par sa capacité

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Contexte scientifique

Contexte scientifique Contexte scientifique Ces paramètres dépendent : Traité d architecture et d urbanisme bioclimatiques -De la constitution de l enveloppe du bâtiment (matériaux porteurs, isolants, parements ) -Des systèmes

Plus en détail

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ),

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ), Définition Isolant : Matériau limitant les transferts d énergies entre deux systèmes (cas d un bâtiment : intérieur et extérieur) 1. Il existe différents types d isolants : Synthétiques : ils sont issus

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 Le Cluster Eco-Energies Objectif: Favoriser le développement économique des entreprises Domaine d activité: La filière du bâtiment performant (maîtrise de l énergie, efficacité

Plus en détail

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE Réf. S.1.3 EB S1.3. LA THERMIQUE DU BATIMENT La Thermique 1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE 1973 Choc pétrolier : le prix du pétrole augmente. Objectif national : limiter les dépenses énergétiques,

Plus en détail

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 07 > Thermique et matériaux. Projet : Bruno Burlat

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 07 > Thermique et matériaux. Projet : Bruno Burlat L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 07 > Thermique et matériaux Projet : Bruno Burlat Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr Les illustrations de ces cours ne sont utilisées qu à des

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat

M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat M22 C > Planning Enseignants : Nicolas REMY & Bruno Burlat Cours Cours 0 : lundi 16 Février 2004 de 8h à 10h Cours 1 : Mardi 17 Février 2004 de 10h à 12h Cours 2 : lundi 23 Fé vrier de 10h à 12h Cours

Plus en détail

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof 1 Brique mono mur Pour une maison à énergie positive, on prévoit d équiper les murs de l extension en brique «mono mur» R = 3,25 m 2 K / W masse : 19 kg 1. Déterminez l épaisseur et la conductivité équivalente

Plus en détail

Détermination de l'inertie quotidienne par le calcul selon la règle NF EN ISO 13786

Détermination de l'inertie quotidienne par le calcul selon la règle NF EN ISO 13786 Détermination de l'inertie quotidienne par le calcul selon la règle TH-I NF EN ISO 13786 INDEX 1.- DONNÉES GÉNÉRALES 3 2.- CALCUL DE L'INERTIE QUOTIDIENNE SELON LA NORME NF EN ISO 13786 3 2.1.- Données

Plus en détail

plus le R d une paroi est élevé, plus sa résistance thermique est importante plus le lambda est faible, plus le matériaux est isolant

plus le R d une paroi est élevé, plus sa résistance thermique est importante plus le lambda est faible, plus le matériaux est isolant L isolation est devenue un enjeu majeur dans la construction tant dans le secteur du neuf que celui de la rénovation. Elle est en effet le levier le plus important concernant les économies d énergie. Dans

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

GRANDEURS THERMIQUES - ITE Version n 2

GRANDEURS THERMIQUES - ITE Version n 2 GRANDEURS THERMIQUES - ITE Version n 2 1/6 Sommaire INTRODUCTION 1- GRANDEURS THERMIQUES 2 - COMPARAISONS DES ISOLANTS LES PLUS USUELS - APPROCHE SIMPLIFIÉE 3 - COMPARAISONS DES ISOLANTS LES PLUS USUELS

Plus en détail

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels isoler sa maison pourquoi? quand? comment et où? - améliorer le confort intérieur - faire des économies d énergies - respecter la réglementation déperditions toiture 25 à 30 % sol 7 à 15 % murs 15 à 25

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I)

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 03 > Bases physiques (I) L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 03 > Bases physiques (I) Salle de test à l échelle 1 > CSTB Nantes http://aerodynamique.cstb.fr Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations

Plus en détail

Evolution d un marché des matériaux de construction bio sourcés par un développement industriel et des contraintes énergétiques du bâtiment.

Evolution d un marché des matériaux de construction bio sourcés par un développement industriel et des contraintes énergétiques du bâtiment. Sommaire Evolution d un marché des matériaux de construction bio sourcés par un développement industriel et des contraintes énergétiques du bâtiment. 1. Les matériaux isolants bio-sourcés en croissance

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

Isolation thermique par l extérieur

Isolation thermique par l extérieur Isolation thermique par l extérieur 8 Diathonite Evolution est un enduit idéal pour réaliser une isolation thermique par l extérieur sur tous les types de maçonnerie. 1 2 3 4 1. Diathonite Finition / Plasterpaint

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Classe : Première Enseignement : Sciences physiques THEME du programme : HABITAT / VÊTEMENT et REVÊTEMENT Résumé du contenu de la ressource.

Plus en détail

Isolation thermique. Page 1

Isolation thermique. Page 1 Isolation thermique Page 1 1. Définition de l isolant thermique et domaines d utilisation 2. Réglementation thermique dans le bâtiment 3. Aperçu géologique de la pierre ponce 4. Un produit miracle dans

Plus en détail

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DOSAGE 17

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DOSAGE 17 WBLOCK est un nouveau matériau de construction à la fois écologique, économique et facile à mettre en œuvre. WBLOCK est un bloc à maçonner, composé en majorité de déchet de bois (à l exclusion de bois

Plus en détail

Evolution de la règlementation thermique dans le bâtiment

Evolution de la règlementation thermique dans le bâtiment Evolution de la règlementation thermique dans le bâtiment 1974 1988 2000 2005 2012 2020 Règles THK 77 déperditions période hivernale Régime permanent Conductivité thermique Assurer le confort intérieur

Plus en détail

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles 1. PRÉSENTATION Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 1.

Plus en détail

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Utilisation des fibres de chanvre : les laines isolantes Fibres Laine isolante

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la Durée du thème : 50 minutes 1 Les unités La température Le degré Celcius C Unité de l échelle de température International d Unités. qui est une unité dérivée du Système Le degré Kelvin

Plus en détail

COUPON-RÉPONSE. Nom. Prénom. Adresse. Ville.

COUPON-RÉPONSE. Nom. Prénom. Adresse. Ville. COUPON-RÉPONSE Dans le cadre d un projet de construction de type : L Maison individuelle L J ai un terrain L Je n ai pas de terrain L Rénovation/Extension Nom Prénom Adresse J envisage de réaliser ce projet

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

LIEGE expansé en panneaux de 1x0,50m

LIEGE expansé en panneaux de 1x0,50m LIEGE expansé en panneaux de 1x0,50m Dès: 55,00 Images de produit 1 https://www.maison-ecolo.com/liege-expanse-en-panneaux-de-1x0-50m.html 7 janvier 2018 Description courte Liège aggloméré noir en plaques.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. LE SYSTEME STDB.Therm

FICHE TECHNIQUE. LE SYSTEME STDB.Therm FICHE TECHNIQUE LE SYSTEME STDB.Therm C est un système destiné à l isolation thermique & la protection au feu des sous faces de plancher par application en «fond de coffrage» ou «en rapporter sous dalle».

Plus en détail

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27

ATELIER. Communauté d agglomération des Portes de l Eure. Rénovation énergétique. 15 décembre ALEC27 - CAUE27 Communauté d agglomération des Portes de l Eure Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de l Eure ATELIER Rénovation énergétique 15 décembre 2015 - ALEC27 - CAUE27 SOMMAIRE TYPOLOGIES DE

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

FICHE MENU : ISOLATION TOITURE

FICHE MENU : ISOLATION TOITURE FICHE MENU : ISOLATION TOITURE Laine de roche Chanvre Laine de mouton Cellulose Polystyrène Liège Laine «minérale»: La plus connue et la plus utilisée. Avantage : A base de produits naturels. Elle est

Plus en détail

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy Capital de 2 015 300 6 rue des Carmes 14000 CAEN www.djpenergy.com Les céramiques : un isolant remarquable Les céramiques sont utilisées comme réfractaire dans

Plus en détail

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements)

ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) ENSEMBLE 6 MAISONS ATTENANTES (2x3) SURFACE AU SOL 243,60 M² (12 appartements) 3 maisons façade crépi et 3 habillage en pierres naturelles TERRAIN 990 M² (36 x 27,50 mètres) 1 2 3 4 5 6 BARDAGE MURS EN

Plus en détail

Moyens d essais de performances des produits d isolation

Moyens d essais de performances des produits d isolation Moyens d essais de performances des produits d isolation A. Koenen MESURES ET RÉFÉRENCES VECTEUR DE COMPÉTITIVITÉ ET DE SÉCURITÉ Activité du département Département Isolation Energie et Environnement Marquage

Plus en détail

L énergie thermique. Table des matières. Classe de première STI2D

L énergie thermique. Table des matières. Classe de première STI2D L énergie thermique Table des matières 1. Introduction...2 2. La chaleur...2 2.1. Chaleur sensible...2 2.2. Chaleur Latente...3 3. Sens des transferts thermiques...4 3.1. La conduction thermique...4 3.1.1.

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Transferts d énergie thermique

Transferts d énergie thermique Transferts d énergie thermique Notions et contenus Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique. Transferts

Plus en détail

Mesures des propriétés radiatives des matériaux d enveloppe opaques et translucides

Mesures des propriétés radiatives des matériaux d enveloppe opaques et translucides Mesures des propriétés radiatives des matériaux d enveloppe opaques et translucides Réflectivité et Transmittivité Solaire Mesures spectrales d investigation entre les longueurs d ondes 250 nm et 2500

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. LE PROCEDE STDB.Toit

FICHE TECHNIQUE. LE PROCEDE STDB.Toit FICHE TECHNIQUE LE PROCEDE STDB.Toit C est un système complet destiné à l Isolation Thermique en toiture terrasses et couvertures des bâtiments. Il est constitué d un panneau minéral rigide, fabriqué à

Plus en détail

Conférence de presse. Analyse économique des systèmes constructifs béton et bois. Jeudi 19 mai 2016

Conférence de presse. Analyse économique des systèmes constructifs béton et bois. Jeudi 19 mai 2016 Conférence de presse Analyse économique des systèmes constructifs béton et bois Jeudi 19 mai 2016 Sommaire Une étude du Bureau Michel Forgue (bmf) pour Cimbéton 1 étude 2 objectifs Les conditions de l

Plus en détail

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires La maison bioclimatique Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Sommaire Introduction Le Plan Climat Énergie du Grand Nancy et de la ville de

Plus en détail

Maisons & extensions à ossature bois

Maisons & extensions à ossature bois Maisons & extensions à ossature bois Professionnel du bois implanté dans le Nord la France puis plus 40 ans, et en tant que fabricant, nous maîtrisons les rnières techniques construction pour réaliser

Plus en détail

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Christian Lemaitre Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Matière & matériaux Propriétés rhéologiques & mécaniques Sécurité & réglementation Comportement thermique, hygroscopique,

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

KNAUF SIGMA KNAUF SIGMA. Plafonds spéciaux

KNAUF SIGMA KNAUF SIGMA. Plafonds spéciaux PLAQUE DE PLÂTRE POUR PLAFOND CHAUFFANT RAYONNANT Plafonds spéciaux Intégrées au bâti avec un système de chauffage invisible, les dalles Knauf Sigma laissent les murs libres de tout appareil de chauffage

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

Publié sur Knauf Bâtiment (http://www.knauf-batiment.fr) S00001501 Le produit : présentation XTherm ULTRA 32 est un complexe de doublage qui combine les performances thermiques des polystyrènes expansés

Plus en détail

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Bureau d Etudes de Maîtrise d Oeuvre sommaire La perfo r m ance auna tu rel 1Qu est ce que le chanvre? 2 Le stockage du Carbone 3 Les

Plus en détail

Conception hygrothermique des murs extérieurs

Conception hygrothermique des murs extérieurs Conception hygrothermique des murs extérieurs Labo «Hygrothermie» Conception hygrothermique des parois PARTIE 2 23 mars 2017 Conception hygrothermique des murs extérieurs 23/02/2017 1 de 16 Conception

Plus en détail

Exercices Thermiques BTS EEC

Exercices Thermiques BTS EEC BTS EEC 1993 On se propose d étudier les problèmes d isolation thermique pour les simples et doubles vitrages. Simple vitrage : glace plane d épaisseur e 1 = 8 mm. Double vitrage : 2 glaces planes d épaisseur

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

knauf XTherm Ultra 32 Le nouveau standard

knauf XTherm Ultra 32 Le nouveau standard knauf XTherm Ultra 32 Le nouveau standard Le produit : pour quoi faire? Isolation thermique en neuf ou rénovation Maisons individuelles, logements collectifs ou Établissements Recevant du Public (ERP)

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

ECORCE. Végétal + Minéral, le duo gagnant! Isolation de façades sur Maison Ossature Bois ou construction traditionnelle. Développé en partenariat

ECORCE. Végétal + Minéral, le duo gagnant! Isolation de façades sur Maison Ossature Bois ou construction traditionnelle. Développé en partenariat ECORCE Végétal + Minéral, le duo gagnant! Isolation de façades sur Maison Ossature Bois ou construction traditionnelle Développé en partenariat L'ALLIANCE DU BOIS ET DU MINÉRAL Ces deux matériaux naturels

Plus en détail

Un exemple de Mixité Bois-Béton

Un exemple de Mixité Bois-Béton Jean marie HAQUETTE Gilles Amblard Un exemple de Mixité Bois-Béton Résidence 'La Belle Estelle' à Candillargues Conception: Crouzet Jaumes Architectes Assistés de: Calder (structure bois béton) Alabiso

Plus en détail

L INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT

L INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT Page 1 sur 20 L INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT Jean-Louis IZARD Laboratoire ABC, ENSA-Marseille Page 2 sur 20 L INERTIE THERMIQUE DANS LE BATIMENT Jean-Louis IZARD Laboratoire ABC ENSA-Marseille Introduction

Plus en détail

DES ORIENTATIONS POUR CONSTRUIRE CONSEIL D ARCHITECTURE D URBANISME ET DE L ENVIRONNEMENT DES DEUX-SÈVRES

DES ORIENTATIONS POUR CONSTRUIRE CONSEIL D ARCHITECTURE D URBANISME ET DE L ENVIRONNEMENT DES DEUX-SÈVRES DES ORIENTATIONS POUR CONSTRUIRE CONSEIL D ARCHITECTURE D URBANISME ET DE L ENVIRONNEMENT DES DEUX-SÈVRES SOLEIL D ÉTÉ VENT SOLEIL D HIVER PRÉCIPITATIONS FROID Au SUD, la stratégie du chaud : peu de précipitations,

Plus en détail

S8-Transfert thermique. La convection

S8-Transfert thermique. La convection S8-Transfert thermique La convection 1- Protocole expérimental Dans un bécher, on place quelques gouttes d'encre bleue issue d'une cartouche. On laisse reposer le liquide : l'eau située au fond du bécher

Plus en détail

ENATHEC. Le traitement acoustique d un bâtiment : Exemples pratiques et solutions techniques. Laurent WOITIER

ENATHEC. Le traitement acoustique d un bâtiment : Exemples pratiques et solutions techniques. Laurent WOITIER INDUSTRIE PARCS EOLIENS ENVIRONNEMENT ARCHITECTURE AEROPORT Le traitement acoustique d un bâtiment : Exemples pratiques et solutions techniques Laurent WOITIER Bureau d étude VENATHEC Chargé d affaires,

Plus en détail

PLAFOND RAYONNANT ÉLECTRIQUE KNAUF MÉTAL KM AVEC PLAQUE KNAUF SIGMA

PLAFOND RAYONNANT ÉLECTRIQUE KNAUF MÉTAL KM AVEC PLAQUE KNAUF SIGMA PLAFOND RAYONNANT MÉTAL KM AVEC PLAQUE PLAFOND RAYONNANT MÉTAL KM AVEC PLAQUE Plafonds spéciaux Intégrées au bâti avec un système de chauffage invisible, les dalles Knauf Sigma laissent les murs libres

Plus en détail

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois RAPPORT_BIPLAN SARL au capital de 8000 SIRET : 51199946800024 ZA La Touche 35890 BOURG DES COMPTES Tel : 02.99.52.14.38 Email : contact@tyeco2.com ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques

Plus en détail

Les murs à accumulation d énergie

Les murs à accumulation d énergie Thème du programme HABITAT Sous-thème Gestion de l énergie dans l habitat Titre Type d activité Les murs à accumulation d énergie Activité documentaire et activité expérimentale Conditions de mise en oeuvre

Plus en détail

Les dalles actives. ASTECH Genève. TABS (Thermally Activated Building System) Présenté par JM Billette (Tobler System)

Les dalles actives. ASTECH Genève. TABS (Thermally Activated Building System) Présenté par JM Billette (Tobler System) TABS (Thermally Activated Building System) ASTECH Genève Présenté par JM Billette (Tobler System) 1 Présentation! Introduction.! Conception et dimensionnement.! Mise en oeuvre.! Echanges thermiques - performances.!

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

La construction/rénovation

La construction/rénovation La construction/rénovation Le projet de construction consiste à rénover une ancienne ferme et ses dépendances et le transformer en gîte confortable. À l'intérieur 1 / 5 Les matériaux de base sont la pierre,

Plus en détail

ISOLATION BELGE POUR DEMAIN

ISOLATION BELGE POUR DEMAIN ISOLATION BELGE POUR DEMAIN ININTERROMPUE - IGNIFUGE - UNIVERSELLE - FIABLE BÉNÉFICES CUMULÉS Qu est-ce qui est important pour vous lorsque vous choisissez un matériau d isolation? De bonnes valeurs d

Plus en détail

Le comportement thermique du bâti ancien

Le comportement thermique du bâti ancien Le comportement thermique du bâti ancien CAUE de Meurthe et Moselle Le 16 septembre 2009 Julien BURGHOLZER Responsable du groupe Construction au Centre d Études Techniques de l Équipement (CETE) de l Est

Plus en détail

Diathonite. Diathonite. 2 Fiche d information. Essais démonstratifs. Analyse physique et technique des composants

Diathonite. Diathonite. 2 Fiche d information. Essais démonstratifs. Analyse physique et technique des composants 2 Fiche d information Essais démonstratifs Diasen a commencé ses recherches sur l enduit à base de liège en 1985. Ces recherches visaient à obtenir un seul produit ayant des excellentes caractéristiques

Plus en détail

Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti?

Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti? Atelier «réhabilitation du bâti ancien» Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti? Emmanuel Mouton, artisan CAPEB Franck Turlan, coordonnateur Pôle Energies 11 Conférence annuelle

Plus en détail

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité R filter Pour une étanchéité à l air maîtrisée OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité 02 03 DES OBJECTIFS RT 2012 AMBITIEUX DES EXIGENCES DE PERFORMANCES GLOBALES DE 3 TYPES >

Plus en détail

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Thermique, 3 Convection Bruno PEUPORTIER ParisTech Position du problème (exemple : dilatation) 1

Plus en détail

PERFORMANCE ACOUSTIQUE ET MATERIAUX ISOLANTS DANS LE BATIMENT

PERFORMANCE ACOUSTIQUE ET MATERIAUX ISOLANTS DANS LE BATIMENT PERFORMANCE ACOUSTIQUE ET MATERIAUX ISOLANTS DANS LE BATIMENT M. Villot C. Guigou-Carter C.S.T.B. Centre Scientifique et Technique du Bâtiment 24 Rue Joseph Fourier 38400 St Martin d Hères, France Contexte

Plus en détail

Plafond Rayonnant Plâtre

Plafond Rayonnant Plâtre Plafond Rayonnant Plâtre Confort Par le principe du rayonnement, les masses d air ne sont pas chauffées, seuls les surfaces, les objets et les personnes le sont. Il en résulte une chaleur douce et une

Plus en détail

L isolation N 2. Les Fondamentaux. Juillet-Août thermique de l habitat. Information Presse

L isolation N 2. Les Fondamentaux. Juillet-Août thermique de l habitat. Information Presse L isolation thermique de l habitat Les Fondamentaux N 2 Juillet-Août 2008 Information Presse L isolation thermique de l habitat Les Fondamentaux N 2 Juillet-Août 2008 Information Presse Les marques de

Plus en détail

Isolation phonique des parois en terre cuite

Isolation phonique des parois en terre cuite Isolation phonique des parois en terre cuite Réglementation acoustique Les informations sont données à titre indicatif. Dans tous les cas, il y a lieu de se référer aux textes et réglementations en vigueur.

Plus en détail

PRODUCTION DES MAISON EN BOIS La technologie

PRODUCTION DES MAISON EN BOIS La technologie PRODUCTION DES MAISON EN BOIS La technologie Le bois est naturellement isolant du fait de sa faible conductivité thermique. Il est 12 fois plus isolant que le béton et 350 fois plus que l'acier (1). Le

Plus en détail

9.1 La thermique. Les besoins énergétiques d un logement

9.1 La thermique. Les besoins énergétiques d un logement 9.1 La thermique Protéger les bâtiments contre les variations thermiques, et plus particulièrement contre le froid, est une nécessité qui s est affinée au fil des années avec l exigence de confort de leurs

Plus en détail

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1

L énergie thermique. Φ.R th S. λ = ,75 =23,7 C =T 1 = ( 1 3 0,8 + 1 Exercice 1 L énergie thermique Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité = 1,15 W/(m.K) La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface

Plus en détail

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Sfax, 06 mars 2015 Les isolants écologiques Mohamed Zied Gannar Chef de Service de l Efficacité Energétique dans les Bâtiments

Plus en détail

zone m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM

zone m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM zone 1 400 m *réglementation thermique, acoustique et aération des DOM 0262 257 257 - www.arer.org 2 3 4 5 LE LANGAGE DE LA RÈGLEMENTATION THERMIQUE AÉRATION ACOUSTIQUE (RTAA-DOM) Chacun des termes et

Plus en détail

INTRODUCTION L ENERGIE THERMIQUE

INTRODUCTION L ENERGIE THERMIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Transmission de l énergie thermique term STI2D CI6 :L énergie thermique Cours ET INTRODUCTION L objectif de cette séquence va être d

Plus en détail