KECHOUT Philippe Lycée Jean Baptiste DUMAS RAPPORT DE STAGE EN ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "KECHOUT Philippe Lycée Jean Baptiste DUMAS 2005-2007 RAPPORT DE STAGE EN ENTREPRISE"

Transcription

1 RAPPORT DE STAGE EN ENTREPRISE

2 Remerciements Je remercie tout d abord M. TRUJILLO de m avoir accordé sa confiance en m acceptant comme stagiaire dans son entreprise. Je remercie aussi M. BRIOIS, mon tuteur, et tous les employés de l entreprise qui ont bien voulu répondre à mes questions et m aider. Je remercie en particulier M. ARNAL, l employé responsable des transformateurs, avec qui j ai passé une grande partie de mon stage. Page 1/42

3 Page 2/42

4 Page 3/42

5 SOMMAIRE: Introduction... 5 I/ PRESENTATION DE L ENTREPRISE Présentation générale... 6 Fiche signalétique... 7 Historique de l entreprise... 7 Organigramme... 8 Location de l entreprise, domaine... 9 II/ ORGANISATION INDUSTRIELLE 1. Présentation générale de l activité Cycle de montage d un poste Cycle de rénovation d un transformateur III/ ORGANISATION ECONOMIQUE 1. Introduction Bilan fonctionnel Chiffre d affaires Répartition clients et ventes Cycle d exploitation Amortissements Gestion de l entreprise Conclusion Annexes Plan de prévention Page 4/42

6 Introduction Il est demandé, en fin de première année de BTS Assistant Technique d Ingénieur, d effectuer un stage afin d avoir un premier contact avec une entreprise, et de mettre en application tout ce qui est enseigné en première année. C est ainsi que j'ai fait mon stage dans l entreprise CEL France, stage qui donne un très bon aperçu de la vie professionnelle. En effet, j ai trouvé cette entreprise par l intermédiaire de mes proches, et son domaine d activité m a plut. De plus, il a été pour moi la première expérience professionnelle. C est donc avec un certain intérêt que j ai fait ce stage. Il s est étendu sur une durée de six semaines, du 22 mai au 30 juin Page 5/42

7 Présentation générale de l entreprise : L entreprise CEL France : fabrique des postes de transformation MT «fixes», c est-à-dire en béton, qui ne change plus de place ; ou «mobiles», car ils sont en fer et peuvent être déplacés (pour un chantier par exemple). Ces postes sont entièrement modulables pour satisfaire pleinement le client. peut assurer la maintenance sur site (installation, mise sous tension, etc.). rénove des transformateurs et des cellules, et en fait la revente. Elle emploie quatorze personnes et fait appel à des intérimaires en cas de fortes demandes. Il existe en France deux entreprises CEL France, une à Alès, dans laquelle j ai fait mon stage, et une à Lille : CEL France Nord. Page 6/42

8 Fiche signalétique de l entreprise Logo Raison sociale CEL FRANCE Statut juridique SARL au capital de Année de création 1976 Code NAF 316 D SIRET Adresse 105 rue Jean Perrin ALES Numéro de téléphone Site Web Convention collective Convention collective de la Métallurgie d Alès applicable Groupe d appartenance Aucun Chiffre d affaire Environ Quantités produites Environ 50 par an Historique de l entreprise : L entreprise fut créée en A cette époque-là, la fabrication des transformateurs, ainsi que le bobinage constituait la seule activité de l entreprise. Il y a plusieurs années, la normalisation en France changea : la valeur de la Moyenne Tension passa de 15kV à 20kV. Ce qui a eu pour conséquence une forte augmentation de la demande. Par conséquent, l entreprise a dû refaire tous les bobinages de beaucoup de transformateurs. Mais, passé cette période, le travail est venu à manquer, et l entreprise a été dans l obligation de licencier et de changer d activité. Aujourd hui, la fabrication constitue l activité principale de l entreprise, alors qu il ne reste plus qu un seul homme s occupant de la maintenance des transformateurs. Page 7/42

9 Organigramme : L entreprise est structurée ainsi : Directeur A. TRUJILLO Commercial BEILLAUD Commercial AMIOT Secrétaire TRUJILLO Secrétaire ASSENAT Chef d'atelier BRIOIS Chargé d'affaire/ Responsable transfo ARNAL Chargé d'affaire FRANCOIS Chargé d'affaire VICHO Tous les employés et les intérimaires Page 8/42

10 Localisation : À Alès, dans le Gard Rue Jean Perrin Page 9/42

11 Domaine : Vue avant de l entreprise Vue des postes préfabriqués Page 10/42

12 Vue globale de l atelier Vue d une partie du stock de transformateurs Page 11/42

13 Plan des locaux CEL France (l extérieur n est pas à l échelle) Page 12/42

14 ORGANISATION INDUSTRIELLE Page 13/42

15 1- Présentation générale de l activité : L activité principale de l entreprise est la vente de matériel moyenne tension, ainsi que le montage de postes de transformation. Chaque poste étant modulable selon la volonté du client, on discerne ainsi l intérêt de l activité, et l impossibilité de faire intervenir des machines, tant les possibilités sont nombreuses. L entreprise effectue aussi, si c est demandé, la mise en place ou/et la mise sous tension du poste ou du transformateur (à Paris, à Flamanville, à Cabestany, à Lyon, à Orange, ou même en Nouvelle Calédonie ), ainsi que la maintenance sur site en cas de défaut par exemple. Il arrive aussi que le technicien transformateur se déplace sur les sites pour rénover ou vidanger un transformateur (c est-à-dire changer l huile d un transformateur à huile). L élément indispensable du poste de transformation est, bien évidemment, le transformateur. C est le client qui choisit sa puissance. Elle peut considérablement varier selon le besoin (250 KVA, 630 KVA, 1250 KVA, 2500 KVA, voire plus ). Les transformateurs (de même que les cellules) utilisés peuvent être : achetés neufs par CEL France, soit dans un autre pays (Espagne, Liban, etc.), soit en France, par exemple à Aquitaine Transfo. rénovés par CEL France après avoir été achetés d occasion. L entreprise a adopté en son sein la norme ISO 9001, qui est une norme de qualité. Elle donne des directives sur les façons de procéder dans la fabrication, mais non pas dans la fabrication elle-même, mais dans son suivi. Du point de vue patronal, c est un point vraiment positif, qui met davantage en confiance les clients. Mais l opinion des ouvriers diverge quelque peu. En effet, ils ne semblent pas partager l enthousiasme de la direction vis-à-vis de cette nouvelle disposition, qui ne changerait rien à leurs habitudes de travail. L entreprise fait, si cela est demandé par le client, appel à Apave. «Apave accompagne entreprises et collectivités dans les démarches de mise en conformité de leurs équipements, de leurs installations ou de leurs process, au regard des référentiels en vigueur. Quels que soient leur taille et leur domaine d'activités, Apave assiste et conseille ses clients dans l'élaboration des solutions adaptées à leurs besoins et à leurs objectifs.» Ainsi, la personne spécialiste dans la norme spécifique aux postes vérifie s il est conforme, et s il s y trouve tous les éléments nécessaires à la sécurité. Page 14/42

16 2- Cycle de montage d un poste de transformation : Au début, le client appelle CEL FRANCE pour lui soumettre son besoin, et un commercial lui propose des possibilités, quel type de poste choisir, ainsi que les éléments à y installer. Après cette étape importante, les chargés d affaire composent le dossier. On peut le considérer en quelque sorte comme un cahier des charges. Il y est présent par exemple le plan du poste, c est-à-dire la disposition des éléments dans le poste, avec toutes les côtes et dimensions, ou encore la nomenclature, qui répertorie tous les éléments, etc. Bureau d étude dans lequel les chargés d affaire constituent le dossier, avec le logiciel AUTOCAD Une fois le dossier terminé, il est remis aux employés chargés de monter le poste. Il n y a pas «d ordre d assemblage» prédéfini, mais ce sont en général les cellules qui sont introduites dans le poste en premier, puis le transformateur. Mais voyons cela plus en détail : Page 15/42

17 On prépare premièrement le poste prévu dans le dossier : Poste en métal Poste en béton Le poste en béton, dit «préfabriqué» est destiné à être installé à un endroit dont il ne devra plus bouger, comme par exemple dans un nouveau lotissement Celui en métal est mobile, il peut servir sur des chantiers par exemple. Le poste en métal subit une adaptation. Par exemple, il faut découper la tôle aux endroits par lesquels passeront les câbles, ou dans lesquels sera installé un extracteur d air, ou autre tout est précisé dans le dossier. Adaptation du poste Page 16/42

18 Une fois le poste adapté au dossier, ce sont les cellules qui sont adaptées au besoin, au transformateur, à l installation. Adaptation des cellules L adaptation consiste à insérer les fusibles nécessaires à la protection du transformateur, par exemple Une fois que les cellules sont prêtes, on les insère dans le poste, on commence le câblage, et on y insère le TGBT s il en est prévu un. Début du câblage TGBT Page 17/42

19 On prépare transformateur prévu dans le dossier : Transformateur sec Transformateur à huile («type sec enrobé résine») («type huile minérale») Et on l insère enfin dans le poste : Transformateur installé dans le poste poste. Il est, bien évidement, fixé dans le poste pour éviter qu il ne se détériore lors du transport du Page 18/42

20 On installe enfin tous les autres éléments, aléatoires selon la commande, comme les extracteurs d air, la climatisation, etc. Fabrication d un support pour un extracteur d air Poste dans lequel on installe des extracteurs d air (que l on peut apercevoir au fond, derrière le transformateur) Page 19/42

21 Les postes contiennent, en plus de tout les appareils, des gants de protection (ils isolent jusqu à 20 KV), une barre «tire-corps». C est une barre isolante qui sert à tirer quelque chose, ou surtout quelqu un qui serait soumis à une électrisation. Une fois le poste terminé, on peut enfin le peindre : Postes en cours de peinture Le poste complètement terminé, il chargé sur un camion et envoyé vers le site où il servira. Poste en tôle Poste en béton Page 20/42

22 3- Cycle de rénovation d un transformateur : Les transformateurs d occasion sont achetés par CEL, et arrivent par camions à l entreprise. Ils sont alors déchargés : Déchargement des transformateurs Et stockés avec les autres : Stocks de transformateurs Page 21/42

23 Puis, on choisit celui qui correspond à la demande du client. Ici, pour l exemple, on a choisi un transformateur 630 KVA : Transformateur 630 KVA On le nettoie : Nettoyage du transformateur Page 22/42

24 On procède ensuite à la rénovation proprement dite. La durée de vie d un transformateur étant relativement longue (plusieurs années, voire même quelques décennies). Ceci est dû au fait que les enroulements ne s usent jamais. Ainsi, on change simplement les boulons, les joins, on le nettoie complètement. Transformateurs en rénovation Page 23/42

25 On change ensuite le DGPT2 (Défaut Gaz Pression Température 2), dans le cas d un transformateur à huile. C est un appareil qui surveille la pression de l huile et du gaz dans le transformateur, ainsi que la température. Le chiffre 2 signifie que l appareil «retient» 2 seuils de température : le premier, lorsqu il est atteint, provoque l allumage d un voyant témoin d une surchauffe ; et le deuxième provoque le déclenchement du disjoncteur, car le transformateur est arrivé à une température qui risque de l endommager. Vieux DGPT2, quand le transformateur arrive Nouveau DGPT2 Voyant témoin de surchauffe Page 24/42

26 Ensuite, on passe le transformateur à huile dans l étuve (machine qui le vide complètement de son huile), et on le remplie d une «propre». Enfin, il est repeint et testé dans le poste d essais afin de contrôler s il est toujours conforme aux normes (par exemple si le rapport de transformation est bon). Poste de peinture Transformateur en préparation Poste à essais pour la peinture Une fois tout ceci terminé, on grave la plaque du transformateur. Sur cette plaque est indiqué la puissance du transformateur, la tension, l isolement, etc. Enfin, il est soit utilisé directement, soit stocké avec les transformateurs mis en vente. Machine à graver les plaques Plaque de transformateur Page 25/42

27 ORGANISATION ECONOMIQUE Page 26/42

28 1- Introduction : Comme toute entreprise, l entreprise CEL France est obligée de tenir une comptabilité. Outre l obligation, tenir une comptabilité lui permet : de gérer tous les flux : les stocks, les produits, etc. de gérer son développement. C est pourquoi elle archive tous ses documents, comme les factures ou les bulletins de salaire par exemple et enregistre chronologiquement toutes les opérations entre l entreprise et les tiers, afin de produire les documents de synthèses demandés : le Bilan, le Compte de résultat. Ils doivent être établis à chaque période de maximum douze mois, c est-à-dire chaque année. Cette période est appelée «l exercice». 1) Bilan : Le Bilan donne la situation du patrimoine de l entreprise, à savoir ses biens et ses dettes. Il est composé de deux parties : l Actif et le Passif, avec Actif = passif. L Actif représente les biens que possède l entreprise, et le Passif représente le financement de ces biens. Quoique indispensable, le Bilan est trop difficile à étudier. C est pourquoi on établit un autre document à partir de ce dernier, appelé Bilan Fonctionnel, que nous allons pouvoir exploiter. 2) Compte de résultat : Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l exercice, et permet ainsi de déterminer le résultat (bénéfices ou pertes). ** Le Bilan et le Compte de résultat sont donnés en annexe. ** Page 27/42

29 2- Bilan fonctionnel : L étude comptable est portée sur les années 2004 et 2005 (voir annexe). On établie le bilan fonctionnel suivant, à partir du bilan de l année 2005 : EMPLOIS STABLES RESSOURCES STABLES Actif immobilisé Capitaux propres Amortissements et provisions Dettes financières TOTAL (I) TOTAL (I) ACTIF CIRCULANT PASSIF CIRCULANT Exploitation Exploitation Hors exploitation Hors exploitation Trésorerie actif Trésorerie passif TOTAL (II) TOTAL (II) TOTAL (I + II) TOTAL (I + II) Légende : FRNG : BFR : BFRHE : BFRE : TN : T (A) : T (P) : Fond de Roulement Net Global Besoin en Fonds de Roulement Besoin en Fond de Roulement Hors Exploitation Besoin en Fond de Roulement d Exploitation Trésorerie Nette Trésorerie Actif Trésorerie Passif Calculs : FRNG = (Ressources stables) (Emplois stables) ou FRNG = (Actif circulant) (Passif circulant) BFRE = (actif circulant d exploitation) (passif circulant d exploitation) BFRHE = (actif circulant hors exploitation) (passif circulant hors exploitation) BFR = BFRE + BFRHE TN = FRNG BFR ou TN = T (A) T (P) Page 28/42

30 Ainsi : FRNG = = ou FRNG = = BFRE = = BFRHE = = BFR = = TN = = ou TN = = Ainsi, on peut voir que le BFR est positif et trop élevé ; il signifie qu il y a un déficit qu il faut combler. Pour réduire ce chiffre, il faut : soit diminuer l actif circulant d exploitation ou hors exploitation : en réduisant ou en éliminant des stocks, mais ce qui s avère impossible dans le cas de CEL France en réduisant le délai de paiement des clients (les créances) soit augmenter le passif circulant d exploitation ou hors exploitation : en allongeant la durée des dettes fournisseurs Ceci nécessiterait des négociations avec les clients et les fournisseurs, ainsi qu une réorganisation de la production dans le but de mieux gérer les stocks. De plus, on peut constater que le FRNG est positif. Ce qui signifie que l entreprise dispose encore de fonds pour financer l actif circulant (les stocks par exemple) après avoir financé les emplois stables. Page 29/42

31 3- Chiffre d affaires : Le chiffre d affaires n est pas constant, il peut varier considérablement d une année à l autre. Chiffre d'affaires en Année Chiffre d'affaires Il dépend aussi de la localisation (exemple pour l année 2004) : Page 30/42

32 Répartition des clients par domaine (2004) Commerce de gros et de détail 7% Eau, électricité, gaz 6% Divers 6% Industrie extrac, chimique, papier, plastique 8% Construction, installateurs 61% Fabrication appareil elec, instr. Contrôle 9% Métallurgie, travail des métaux 3% Répartition des ventes CEL France (2004) Transformateurs 28% Disjoncteurs 5% Groupes électrogènes 0% Prestation 9% Pièces détachées 10% Postes 12% Cellules rénovées 2% Cellules neuves 34% Page 31/42

33 4- Cycle d exploitation : Le cycle d exploitation de l entreprise est le suivant (approximatif, dû au fait de la diversité des postes fabriqués) : Constitution des stocks (~3 mois) Production (~1 mois) Dettes fournisseurs (~129 jours) Cycle d exploitation Livraison Règlement Créance (~118 jours) La direction a été dans l incapacité de me donner des durées fixes, en raison de la diversité. En effet, certains dossiers peuvent réclamer des durées de fabrication de deux semaines par exemple, d autres trois mois, ou voire même plus d un an. Cela dépend du client et de sa demande. (Par exemple, il m a été donné de voir un dossier dans lequel un client demandait à l entreprise de constituer 19 postes métalliques, ce qui représentait une durée de un an et demi.) J ai ainsi du calculer moi-même les durées par ces calculs : Durée de créances clients = (créances clients / chiffre d affaire TTC) * 360 = ( / *1.196) * 360 = 118 jours Durée de dettes fournisseurs = (dettes fournisseurs / achats TTC) * 360 = ( / ) * 360 = 129 jours (On peut trouver ces données dans le Bilan pour les créances et les dettes, et dans le compte de résultat pour le Chiffre d affaire et les achats.) On peut remarquer que cette situation est normale : il faut que les clients paient plus rapidement que l entreprise ne doit payer ses propres fournisseurs (118 jours contre 129). Page 32/42

34 5- Amortissements : Types d immobilisation Mode Durée Agencements des Constructions Linéaire 10 ans Matériel et outillage Linéaire 3 à 5 ans Installations générales Linéaire 5 ans Matériel de transport Linéaire 3 à 5 ans Matériel de bureau Linéaire 3 à 5 ans Mobilier de bureau Linéaire 10 ans Les biens de l entreprise (bâtiments, machines, véhicules, mobilier, etc.) se déprécient avec le temps, ou deviennent dans certains cas obsolètes. L amortissement permet à l entreprise de dégager les ressources nécessaires au remplacement d un bien à la fin de sa durée de vie. La somme d argent ainsi «mise de côté» chaque mois est appelée «annuité». Il existe deux types d amortissements : linéaire (celui utilisé par l entreprise) et dégressif : Le premier dégage une annuité constante tout au long de la période d amortissement, c està-dire de la durée de vie estimée du bien amorti. Pour le calcul, on se base sur sa valeur d origine, et pour obtenir le montant de l annuité, on divise la valeur d origine (HT) par le nombre de mois que compose la durée de l amortissement. Par exemple, on prend dans le tableau précédent la durée de vie d un véhicule : elle varie de 3 à 5 ans. Prenons par exemple une durée de 5 ans. Si on considère que sa valeur d origine est de 18000, le montant de l annuité est de / (5*12) = 300. Ainsi, chaque mois, l entreprise «mettrait de côté» cette somme pour prévenir le moment où elle devra changer le véhicule. Le deuxième utilise, comme son nom l indique, des annuités décroissantes. On se base aussi sur la valeur d origine dans ce cas, mais les annuités varies selon la durée de l amortissement, et selon le temps. Page 33/42

35 6- Gestion de l entreprise : L entreprise est une SARL au capital de , composé de parts sociales de 16 de valeur nominale. Employant moins de 50 personnes, l entreprise ne possède pas de syndicat, ni de délégué du personnel, et n est pas tenu à élaborer un CHSCT (Comité d Hygiène et de Sécurité des Conditions de Travail). Néanmoins, l entreprise a tenu à établir un Plan de Prévention, qui est une sorte de CHSCT, puisqu il expose des règles à respecter, pour la sécurité des personnes et de l équipement. Ce fut d ailleurs une de mes activités dans l entreprise (le plan de prévention est donné en annexe). Etat des stocks : Catégories de stocks Valeur brute Dépréciation Valeur nette Matières premières Production en-cours Total Les stocks de matières premières sont évalués selon la méthode premier entré, premier sorti. C est la méthode FIFO (First In First Out) en anglais, ou PEPS (Premier Entré Premier Sorti) en français. D'une manière générale, cela signifie que le produit qui a été enregistré ou comptabilisé en premier dans les stocks sera le premier à être vendu, utilisé et comptabilisé dans les produits sortis. L entreprise ne délocalise pas, et il arrive qu elle licencie, en cas de faute grave. Ce sont le plus souvent des intérimaires ; l entreprise rompt ainsi le contrat passé avec l agence d interim. L agence avec laquelle les contrats de l entreprise sont passés est Creyf s, à Alès. Le canal de distribution est du type direct : du producteur directement vers le consommateur. L entreprise se fait connaître à ses clients principalement par l intermédiaire de son site Internet, et par de grands salons. Par exemple, chaque année, elle participe au salon «ELEC industries», salon international réservé aux professionnels, et dont le domaine est l électronique, l automatisme. Page 34/42

36 Principaux clients : Industries : Métallurgie Papeteries Chimie Pétrochimie Plasturgie Engineering Agro alimentaires BTP Installateurs travaux électriques MT BT Principaux fournisseurs : ABB (le principal) Legrand Merlin Gerin Alstom Pommier Exemple de concurrent : Tech Inter Tech Inter est une entreprise qui compte 5 agences en France, recouvrant tout le territoire, ainsi qu une filiale : Aquitaine Transfo. Elle est spécialisée dans la fabrication de matériels électriques constituant un poste de transformation. C est donc un concurrent de Cel France. Page 35/42

37 Conclusion Ce stage a été très intéressant et bénéfique pour moi, j ai pu mettre en application ce qui m avait été enseigné jusqu à présent, et j ai découvert le domaine professionnel (les attentes et les vœux de chacun des partis, patronal et salariés) ; ce stage en fut un très bon aperçut. Il m a permis de réaliser combien il était important de travailler en équipe avec les autres, d être organisés, afin d améliorer la productivité et la bonne entente parmi les salariés. Page 36/42

38 ANNEXES Page 37/42

39 Page 38/42

40 Page 39/42

41 Page 40/42

42 Page 41/42

43 PLAN DE PREVENTION (que j ai effectué pour l entreprise durant mon stage) Page 42/42

44 Plan de Prévention ENTREPRISE UTILISATRICE Raison sociale: Sarl CEL FRANCE Date de rédaction: 30/06/2006 Plan rédigé par: Philippe KECHOUT Plan validé par : DESCRIPTION GLOBALE DE L'ENTREPRISE L entreprise CEL FRANCE fabrique des postes de transformation électrique, adapte, rénove et assure la maintenance des transformateurs et des cellules haute tension. SALARIE Nom : Adresse : Téléphone : Qualification : Le salarié s'engage à respecter les règles de sécurité CEL FRANCE. Date : Signature du salarié:

45 Plan de Prévention PRESENTATION DES RISQUES DES DIFFERENTS ATELIERS ATELIER ACTIVITE NATURE DES RISQUES MOYENS DE PREVENTION Dans tout atelier et sur tout chantier Pour toute activité Port de bleu de travail, chaussures de sécurité et gants obligatoires Interdiction de porter bijoux ou bagues Outillage adapté au travail à réaliser et en bon état de fonctionnement Attention : prêter un soin particulier à récupérer tous les outils utilisés dans les armoires, cellules et postes (risque électrique à la mise sous tension) Aire de chargement et déchargement, magasins, stocks, et tous les ateliers Pour toute manutention Collision, chutes, chocs, écrasement Port de bleu de travail, chaussures de sécurité et gants de manutention obligatoires Atelier chaudronnerie Découpage Coupure, projections, bruit Port des vêtements de travail à manches longues, gants, lunettes de protection, protections auditives Attention : débrancher les disqueuses avant de changer de disque. Perçage Coupure avec les copeaux ou les machines, projection, brûlure Port des vêtements de travail à manches longues, gants, lunettes de protection Soudure Luminosité, brûlure Port des vêtements de travail à manches longues, gants, masque ou cagoule Affûtage Brûlure, coupure, projections Port des vêtements de travail à manches longues, gants, lunettes de protection

46 Plan de Prévention ATELIER ACTIVITE NATURE DES RISQUES MOYENS DE PREVENTION Atelier transformateur Rénovation Coupures, écrasement, incendies, pollution Port de gants anti-coupures Défense de fumer ou de pénétrer dans la zone avec une flamme Atelier cellules Atelier préparation cellules (câblage, assemblage, perçage/découpage, essais) Coupures, écrasement, choc électrique Port de gants anti-coupures, lunettes de protection, protections auditives Atelier rénovation cellules (démontage, nettoyage, remontage) Coupures, brûlures, projections (de produits ou d étincelles) Port de gants anti-coupures, lunettes de protection Atelier peinture Peinture, ponçage Irritations, inflammations, intoxications, coupures Port de lunettes étanches, combinaison avec cagoule, masque de peinture, gants en plastique résistants aux solvants Interdiction de stocker le diluant à l intérieur de l atelier Défense de fumer ou de pénétrer dans la zone avec une flamme Station d essais Essai de transformateurs, cellules, TP, TC, ou postes finis Danger de mort ou d électrisation, d explosion (et donc de coupures, brûlures ) Défense d entrer durant les essais Hors essai, une autorisation d entrer est obligatoire Postes préfabriqués (postes en béton) Préparation poste Chute ou blessures diverses Utiliser le marchepied pour l accès au poste.

47 Plan de Prévention INFORMATIONS A PORTER A LA CONNAISSANCE DU SALARIE Ces informations sont données par Cel France à tout nouveau salarié. ACCES AU SITE Véhicule : Le parking est situé à l extérieur, devant les locaux, en laissant les entrées libres et dégagées, afin d assurer la sécurité et de ne pas gêner les grues ou camions qui circulent. Horaires de travail : La durée hebdomadaire du travail effectif est de 39h, réparties comme suit : Lundi : 8h00 à 12h00 et 13h30 à 17h00 Mardi, Mercredi et Jeudi : 7h30 à 12h00 et 13h30 à 17h00 Vendredi : 7h30 à 12h00 et 13h30 à 16h30 Tabac : Il est interdit de fumer dans l usine. Alcool : Toute introduction, consommation d alcool ou autres stupéfiants est interdite sur le site. L entrée du site est interdite à toute personne sous l emprise de l alcool, ou de stupéfiants. INSTALLATIONS A DISPOSITION DES SALARIES Vestiaires : Un vestiaire équipé de douches et de sanitaires est à la disposition des salariés. Local de restauration : Il n est autorisé de manger que dans le local prévu à cet effet. Le port de la tenue de travail n y est pas obligatoire. Il est obligatoire de se laver les mains avant toutes pauses ou restauration. EN CAS D ACCIDENT Si vous êtes témoin ou victime d un accident : Protégez-vous et n écartez la victime qu en cas de danger immédiat. Sinon ne jamais toucher à la victime. Alerter les secours en allant au bureau du chef d atelier, en prévenant ce dernier. Calmez la victime, couvrez-la et attendez les secours.

48 Faites soigner toute blessure, même légère. Plan de Prévention

49 Plan de Prévention EN CAS D INCENDIE Conduite à tenir en cas d incendie : Fermer les bouteilles de gaz, éteignez les appareils électriques. Suivez les flèches d évacuations, rejoignez calmement le point de rassemblement situé à l entrée de l atelier, à l extérieur. Consignes spécifiques du risque incendie : En cas de départ d incendie, il convient d utiliser le plus rapidement possible les moyens de protection appropriés (extincteurs portatifs) mis à disposition. Informer immédiatement le chef d atelier si vous avez utilisé un extincteur. En cas d incendie, déclarer au plus vite si des bouteilles de gaz utilisées pour la soudure sont présentes dans les locaux. Il est interdit de gêner l accessibilité aux poteaux et poste d incendie. PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Environnement : Il est mis à disposition des bennes pour les déchets, déblais, dans les ateliers et à l extérieur.

50 Plan de Prévention AUTRES RECOMMANDATIONS Pour pouvoir utiliser l équipement de levage et de manutention (élévateur), il faut obligatoirement avoir le permis CARISTE et être autorisé par la société. Il est interdit de travailler seul dans les ateliers durant les heures de restauration, c est-à-dire de 12h00 à 13h30. Vous devez remplir chaque soir la feuille d heures Cel France, sur laquelle vous indiquez les travaux que vous avez effectués la journée, et le temps passé sur chacun. Il est impératif de signaler toute anomalie ou situation qui vous semble dangereuse. Seuls la direction, le secrétariat, le chef d atelier ou les chargés d affaire sont habilités à valider les livraisons de marchandise. Il en est de même pour la passation de commande. Si vous constatez qu il est ou qu il va être nécessaire de commander du matériel, veuillez le signaler au bureau du chef d atelier. Pour le déplacement sur chantier, des véhicules sont mis à disposition par l entreprise. Des cartes SHELL sont également à disposition pour le ravitaillement en carburant de ces derniers.

51 Plan de Prévention ATELIER Atelier transformateur Atelier cellules Atelier chaudronnerie Atelier peinture Table pour travail sur cuivre RECOMMANDATIONS SUR LE MATERIEL Attention aux transformateurs, qui sont fragiles (radiateurs, commutateur, etc.), et attention à ne pas percer les cuves. Attention surtout à ne rien faire tomber dans les bobines ou dans l huile (dans le cas des transformateurs à huile). Si c est néanmoins le cas, signalez-le immédiatement au responsable. Attention lors des manutentions, la majorité du poids de la cellule se trouve sur sa partie haute, et elles craignent beaucoup les chocs. Interdiction de percer les cellules. Pour nettoyer l ampoule, n utiliser rien d autre que du diélectrique. Guillotine : interdiction de couper une tôle de plus de 2 m de largeur et/ou de 3 mm d épaisseur. Pour une meilleure coupe, se fier à la lame, et non pas à l ombre. Plieuse électrique : interdiction de plier de la ferraille de plus de 5 mm d épaisseur, ou du cuivre de plus de 10 mm. Très important : écarter le tablier de 1,5 fois l épaisseur de la tôle à plier, sur toute la largeur. Attention à ne pas souder une pièce ayant un contact mécanique avec le pont (risque de retour de masse). Surveiller l état des filtres de la cabine, et les changer si nécessaire. Attention lors du transport, à remplacer le bouchon «ouvert» du groupe hydraulique par le bouchon «fermé» Poinçonneuses : attention à ne pas se tromper dans le choix des poinçons mâle et femelle (il faut qu il y ait écrit le même diamètre sur les deux). Machines à découper : attention à ne pas se tromper entre celle qui coupe des barres de cuivre souples et celle qui coupe des barres pleines.

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 Nous n existons que grâce à la fidélité et la satisfaction des nos clients (et des consommateurs). Or, vous qui êtes autant producteurs

Plus en détail

ACCUEILLIR. un jeune dans le BTP ACCUEIL

ACCUEILLIR. un jeune dans le BTP ACCUEIL ACCUEILLIR un jeune dans le BTP ACCUEIL ACCUEILLIR un jeune dans le BTP Complétez votre démarche d accueil en commandant le coffret accueil de votre métier ou en le téléchargeant sur www.oppbtp.fr Coffrets

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Dans quels cas réaliser un plan de prévention?

Dans quels cas réaliser un plan de prévention? Dans quels cas réaliser un plan de prévention? «L opération» peut être de différentes natures : chantiers, travaux de bâtiment, entretien de locaux, prestations intellectuelles Planification d une opération

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITE

GESTION DE LA CO-ACTIVITE GESTION DE LA CO-ACTIVITE Plan de prévention Protocole Chargement/Déchargement Permis de Feu Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES TRAVAUX DANGEREUX

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SPECIALITE : MAGASINAGE DES ATELIERS MERCREDI 17 SEPTEMBRE 2008 EPREUVE

Plus en détail

Corrigé des exercices. 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats.

Corrigé des exercices. 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats. Corrigé des exercices 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats. On utilise le bilan. A. Calcul du FR Objectif : On veut évaluer si la structure dispose de ressources stables

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise 11.1. Notions de comptabilité 11.2. Analyse financière (bilan et comptes de résultat) 11.3. Plan de financement 11.4. Budget

Plus en détail

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant OUI! ACCUEIL ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant Nom de l entreprise : Nom du responsable de l accueil : Nom de l accueilli : Nom de la personne à contacter en

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ce guide a été réalisé par un groupe de travail composé des Services de Santé au Travail de Loire-Atlantique, de Mayenne et de la Sarthe et de la CRAM des Pays de

Plus en détail

LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK

LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK Un stock est utile à de nombreux acteurs économiques : Pour le commerçant : il est une sécurité pour garantir la disponibilité des produits et satisfaire plus rapidement

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 LE SOMMAIRE EXÉCUTIF DE MON PROJET D AFFAIRES préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 Téléphone : 450 834-5222 Sans frais

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises PLAN DE PREVENTION Décret N 92-158 du 20 février 1992 : Travaux effectués dans un établissement par une entreprise extérieure Arrêté du 19 mars 1993 : Liste des dangereux - Code du travail articles R.237-1

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN Circulaire n 14/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 avril 2008 Màj juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

Livret sécurité Compass

Livret sécurité Compass Livret sécurité Compass Livret SÉCURITÉ COMPASS La sécurité notre première exigence SOMMAIRE 2 La sécurité notre première exigence 4 Consignes générales de circulation 6 Consignes générales au poste de

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention Fonction Publique Territoriale Centre de Gestion de Maine et Loire Service Hygiène & Sécurité Fiche n 82 Création : Mai 2013 Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) :

Plus en détail

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES Définition Une signalisation ou un affichage sécurité doit être mise en place dans l entreprise lorsqu un risque ne peut

Plus en détail

Lycée Polyvalent Touchard Washington. Informatique et Réseaux pour l Industrie et les Services techniques. Rapport de stage en entreprise

Lycée Polyvalent Touchard Washington. Informatique et Réseaux pour l Industrie et les Services techniques. Rapport de stage en entreprise Lycée Polyvalent Touchard Washington Contenu du STS dossier Iris Informatique et Réseaux pour l Industrie et les Services techniques Rapport de stage en entreprise Lycée Polyvalent Touchard/Washington

Plus en détail

NOTICE HYGIENE ET SECURITE

NOTICE HYGIENE ET SECURITE VI. NOTICE HYGIENE ET SECURITE 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 SOMMAIRE VI.NOTICE HYGIENE ET SECURITE... 1 VI.1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 VI.1.1 REGLEMENTATIONS APPLICABLES... 3 VI.1.2

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

QUESTIONS REDIGEES. Elle effectuera pour BILTOP une liaison hebdomadaire entre Bordeaux et Paris au moyen de ce véhicule.

QUESTIONS REDIGEES. Elle effectuera pour BILTOP une liaison hebdomadaire entre Bordeaux et Paris au moyen de ce véhicule. QUESTIONS REDIGEES Examen du 04-10-2006 PREMIER PROBLEME La société de transport TRANS EXPRESS, dont le siège est à Libourne (33), est inscrite au registre des transporteurs publics routiers de marchandises

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles Définitions utiles Le PPSPS Un PPSPS est un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de. Le PPSPS est établi par les entreprises qui travaillent sur un chantier et remis au coordonnateur de sécurité

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Plan financier automatisé : Utilisation

Plan financier automatisé : Utilisation Plan financier automatisé : Utilisation 1. Introduction Le plan financier d Excel vous permet d encoder des données afin qu elles soient traitées et mises en forme pour donner un plan financier abouti

Plus en détail

s o l u t i o n s * * *

s o l u t i o n s * * * Sommaire Qui sommes nous? Notre métier Notre positionnement Une solution complète Notre champ d intervention Notre process Cas clients Nos références Contacts Qui sommes nous? Un éditeur de logiciels spécialisé

Plus en détail

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 17. Comptabilité Générale COURS 470 Série 17 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE LIVRET D ACCUEIL DES ENTREPRISES SUR UN CHANTIER

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE LIVRET D ACCUEIL DES ENTREPRISES SUR UN CHANTIER GUIDE METHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE LIVRET D ACCUEIL DES ENTREPRISES SUR UN CHANTIER 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 1. PRESENTATION DU PROJET... 3 1.1 DESCRIPTION DE L OUVRAGE... 3 1.2 LES INTERVENANTS...

Plus en détail

Ce que disent les Instructions officielles.

Ce que disent les Instructions officielles. Ce que disent les Instructions officielles. Extraits du programme de 3 e de technologie Dans la logique de la technologie, les différentes activités sont mises en relation avec les réalités industrielles

Plus en détail

FOIRE D AUTOMNE Du 23 octobre au 1er novembre 2015 Paris Porte de Versailles

FOIRE D AUTOMNE Du 23 octobre au 1er novembre 2015 Paris Porte de Versailles 7 8 Condition d accès Montage Ouverture - Démontage Planning Horaires exposants En dehors des horaires indiqués, le travail dans le pavillon est interdit pour des raisons de sécurité. Dates de MONTAGE

Plus en détail

Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992

Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992 Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992 LOCALISATION DE L OPÉRATION : NATURE DE L OPÉRATION : Prestation de service en restauration collective Début de la prestation :... Fin de la prestation

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE NOM DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER LIEU DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER DATES DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER PLAN DE PREVENTION PONCTUEL ANNUEL ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Gel pam SAS. Sécurité. La Baque 26700 La Garde-Adhémar FRANCE. Tel. : +33 (0)4 75 04 42 66 fax : +33 (0)4 75 04 43 73

Gel pam SAS. Sécurité. La Baque 26700 La Garde-Adhémar FRANCE. Tel. : +33 (0)4 75 04 42 66 fax : +33 (0)4 75 04 43 73 Gel pam SAS La Baque 26700 La Garde-Adhémar FRANCE Sécurité Tel. : +33 (0)4 75 04 42 66 fax : +33 (0)4 75 04 43 73 IP Projects Sommaire Consignes de sécurité...3 1. La politique de sécurité... 4 2. Les

Plus en détail

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC

Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Révision A du 25/02/11 Consignes d utilisation des rayonnages DUWIC Sommaire : I) Introduction Page 1 II) La formation des opérateurs Page 1 III) Les conditions d exploitation 1) La constitution des charges

Plus en détail

SESSION 2009 UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ

SESSION 2009 UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ 910009 DCG SESSION 2009 UE9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre

Plus en détail

Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes :

Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes : L analyse du bilan Chapitre 18 Introduction Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes : - Les cycles d exploitation,

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

La santé de vos soudeurs vous concerne. Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010

La santé de vos soudeurs vous concerne. Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010 1 La santé de vos soudeurs vous concerne Santé, Sécurité et Soudage 24 juin 2010 2 Sommaire - Accueil au centre de formation - Principe de la sécurité du soudage - Différents risques et dangers du soudage

Plus en détail

MODE D EMPLOI AC1F. www.primo-elektro.be

MODE D EMPLOI AC1F. www.primo-elektro.be MODE D EMPLOI aspirateur DE CENDRES AC1F www.primo-elektro.be AC1F www.primo-elektro.be CARTE DE GARANTIE Chère cliente, cher client, Nos produits sont soumis à des contrôles de qualité rigoureux. Si malgré

Plus en détail

COLLEGE LE CLOS TARDIF SAINT JAMES

COLLEGE LE CLOS TARDIF SAINT JAMES Stage en entreprise du / / au / /. Entreprise d accueil (nom et adresse) Dossier appartenant à : Classe : COLLEGE LE CLOS TARDIF SAINT JAMES Présentation de l entreprise page 3 La fiche d identité de l

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Indice Date Nature de la modification Rédacteur 00 Emission initiale

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Indice Date Nature de la modification Rédacteur 00 Emission initiale Du bon sens et un peu de temps Entreprise Nom Logo PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE P.P.S.P.S. Chantier Nom de l opération Adresse du chantier: Période d'exécution: Lot : Maître

Plus en détail

Livret de séquence d'observation en entreprise

Livret de séquence d'observation en entreprise NOM : Classe : Prénom : Livret de séquence d'observation en entreprise Nom de l entreprise : Activité(s) de l entreprise : Adresse de l entreprise : Collège Jean-Philippe RAMEAU 1, rond-point des Condamines

Plus en détail

24 e Festival du Chant du Gros les 10, 11 et 12 septembre 2015 Inscription pour la tenue d un stand nourriture

24 e Festival du Chant du Gros les 10, 11 et 12 septembre 2015 Inscription pour la tenue d un stand nourriture 24 e Festival du Chant du Gros les 10, 11 et 12 septembre 2015 Inscription pour la tenue d un stand nourriture Nom de la personne responsable : Prénom : Adresse : N postal et Lieu : Pays : N de tél. :

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Corinne ZAMBOTTO, professeur au lycée J. JAURES de Charenton (94)

Corinne ZAMBOTTO, professeur au lycée J. JAURES de Charenton (94) PROPOSITION DE CORRECTION DU SUJET DE CFE PONDICHERY 2008 Corinne ZAMBOTTO, professeur au lycée J. JAURES de Charenton (94) DOSSIER 1 ETUDE DES RELATIONS AVEC LA BANQUE 1. Utilité de l élaboration d un

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 CollègeLouiseWeiss STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Du 15 au 20 décembre 2014. ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 20, rue du Bois clair 91620 Nozay 01.69.80.84.42. 01.69.80.76.92. 1 Ce document vous est fourni pour

Plus en détail

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008 L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103 Philippe Malouines, 10 Avril 2008 Le Décret du 20 février 1992 Champ d application Le décret du 20 février 1992 est applicable lorsque du personnel d

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route Conditions d accès Plan du site Par les transports en communs Métro : Ligne 12, station Porte de Versailles Ligne 8, station Balard Bus : Ligne 39, Porte de la Plaine Ligne 42, Balard Ligne 80, Porte de

Plus en détail

Rapport de stage TN05

Rapport de stage TN05 Baptiste LHUISSIER TC01 Rapport de stage TN05 Manoir Industries Janvier-Février 2010 Remerciements En premier lieu, je souhaite remercier le groupe Manoir Industries ainsi que la direction du site de Bar

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte avec polybenne-grue Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Rappel sur les obligations des agents en hygiène et sécurité... 3 3-

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 344 SOMMAIRE I. ORGANISATION GENERALE... 346 A- Effectif et rythme de travail... 346 B- C.H.S.C.T.... 346 C- Formation

Plus en détail

SOMMAIRE. page 3 pages 4 & 5 pages 6 & 7 pages 8 & 9 page 10 pages 11 à 13 page 14 page 15 page 16 page 17 page 18 page 19 page 20

SOMMAIRE. page 3 pages 4 & 5 pages 6 & 7 pages 8 & 9 page 10 pages 11 à 13 page 14 page 15 page 16 page 17 page 18 page 19 page 20 SOMMAIRE Avertissement... Consignes de sécurité... Volume pour pose en salle de bains... Fixation des consoles... Raccordement électrique... Configuration du thermostat... Fixation du thermostat... Utilisation

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

EXERCICES SUR LE CHAPITRE 13 LE BILAN FONCTIONNEL

EXERCICES SUR LE CHAPITRE 13 LE BILAN FONCTIONNEL EXERCICES SUR LE CHAPITRE 13 LE BILAN FONCTIONNEL Exercice 1 : CAS SARL AL TECH (Extrait d un sujet de BAC STG 2007) La SARL AL TECH fabrique et commercialise des fenêtres et des baies vitrées en aluminium

Plus en détail

I. PLAN D INSTALLATION DE LA PHASE I

I. PLAN D INSTALLATION DE LA PHASE I I. PLAN D INSTALLATION DE LA PHASE I 1) Base de vie Cantonnement type Algeco La base de vie est déterminée en fonction du nombre d intervenants sur le chantier. Le nombre d ouvriers maximum est estimé

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

Equipements Thermiques Série TORCH AIRNOX

Equipements Thermiques Série TORCH AIRNOX Equipements Thermiques Série TORCH AIRNOX FABRICATION FRANCAISE Indice 7 01 03 2011 Page 1 sur 5 Equipement TORCH AIRNOX MT type Moyenne Température sur Skid TORCH AIRNOX Très Haute Température Haute Vitesse

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE SANTE.

PLAN PARTICULIER DE SECURITE ET DE SANTE. Page : 1/13 En magenta, exemple de texte remplis par la Firme Extérieure. En Bleu, texte de sensibilisation à destination du rédacteur de l'analyse de risque. Très important. PLAN PARTICULIER DE SECURITE

Plus en détail

L emploi sécuritaire de distillateurs de solvants. Pubalee Bera Gestionnaire, Santé et sécurité Faculté des sciences pbera@uottawa.

L emploi sécuritaire de distillateurs de solvants. Pubalee Bera Gestionnaire, Santé et sécurité Faculté des sciences pbera@uottawa. L emploi sécuritaire de distillateurs de solvants Pubalee Bera Gestionnaire, Santé et sécurité Faculté des sciences pbera@uottawa.ca poste 6425 Aperçu Matériel d urgence Situations d urgence Incendie,

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT RÉGLEMENTATION ET MODE D EMPLOI Syndicat National des Producteurs, Diffuseurs et Salles de Spectacles Enregistré sous le n 17947 23, boulevard des Capucines - 75002

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

VERIFICATION des MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASES STANDARD à BASSE TENSION

VERIFICATION des MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASES STANDARD à BASSE TENSION Rhodia Electronics & Catalysis Site de La Rochelle 26, rue Chef de Baie 17041 La Rochelle cedex 1 Tél. : 05.46.68.33.64 Fax : 05.46.68.34.61 E-mail : jean-marie.beaussy@eu.rhodia.com Service Electrique/BE

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

12 ème Comptoir Région Oron du 15 au 19 avril 2015 à Oron-la-Ville. Règlement et informations

12 ème Comptoir Région Oron du 15 au 19 avril 2015 à Oron-la-Ville. Règlement et informations Règlement et informations Article 1 ORGANISATION ET BUTS 1.1 Le Comptoir Région Oron est organisé tous les 2 ans au courant du mois d avril à la salle polyvalente et sous-cantine à Oron-la-Ville. 1.2 Horaires

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-056821 Nantes, le 22 décembre 2014 Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX Objet Contrôle des installations

Plus en détail

5 rue Hubschwerlin 77390 VERNEUIL L ETANG 01.64.06.02.35

5 rue Hubschwerlin 77390 VERNEUIL L ETANG 01.64.06.02.35 5 rue Hubschwerlin 77390 VERNEUIL L ETANG 01.64.06.02.35 Année 2015-2016 CONSIGNES A SUIVRE PENDANT LE STAGE Vous allez vivre quelques jours en entreprise : Soignez votre présentation. Respectez les horaires

Plus en détail