8. TRANSLATIONS ET ESPACES AFFINES. Dans un espace vectoriel E l application t v : m a v + m est appelée translation de vecteur v.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "8. TRANSLATIONS ET ESPACES AFFINES. Dans un espace vectoriel E l application t v : m a v + m est appelée translation de vecteur v."

Transcription

1 8. TRANSLATIONS ET ESPACES AFFINES On sait que l addition dans un espace vectoriel E opère sur deux éléments quelconques de E. On peut se demander ce qui se passe, lorsqu on «fixe» l un de ces éléments Translation et vecteur d une translation Soit E un espace vectoriel et v un élément donné de E. L application qui à un point quelconque m de E fait correspondre le point m + v de E est appelée translation. L élément v est appelé vecteur de la translation. La translation de vecteur v est souvent notée t v. On a donc : t v (m) = v + m. On utilise le mot «vecteur» pour caractériser v, car on obtient une figuration fléchée de v, en reliant la figuration ponctuelle d un point quelconque m à celle de son transformé m'. En effet : v = mm' Figuration n m Dans un espace vectoriel E l application t v : m a v + m est appelée translation de vecteur v. b a 0 E c n + v m + v b + v a + v Figuration de quelques points et de leurs images par t v Caractérisation d une translation v c + v L application f dans un espace vectoriel E est la translation t a ssi pour tout m de E on a : f (m) = a + m, où a est un élément donné de E. En effet pour m quelconque on a : t a (m) = a + m. Si on a également f (m) = a + m, alors pour tout m E on a : f (m) = t a (m), donc f = t a. Exemple : Soit dans E une application f telle que pour tout m et pour tout n de E on a : f (m) m = f (n) n. Montrons que f est alors une translation. En effet si n = 0 E, il vient f (m) m = f (0 E ), d où en posant v = f (0 E ) : f (m) = v + m ce qui montre que f = t v Points invariants On dit qu un élément m est invariant pour une application f ssi on a f (m) = m. Une translation dont le vecteur n est pas nul n a pas de points invariants. En effet un point m sera point invariant de la translation t a ssi t a (m) = m soit a + m = m, ou : a = 0 E. Cette égalité ne dépend plus de m. Il y a alors deux possibilités :

2 Ou bien a est effectivement égal à 0 E et alors t a est l identité dans E : tout point de E sera invariant. Ou bien a est différent de 0 E et la translation t a n a aucun point invariant Bipoint et translation Soit (a, b) un bipoint d un espace vectoriel E. Cherchons s il existe dans E une translation t v telle que t v (a) = b. On doit avoir v + a = b, soit v = b a = a b. D où le résultat : Pour tout bipoint (a, b), il existe une translation et une seule transformant a en b. Son vecteur est : ab Réciproque d une translation Dans un vectoriel E, toute translation t v possède une application réciproque. On a : (t v) -1 = t - v. En effet soit f = t v. Cherchons si f possède une transformation réciproque f -1. Pour cela il faut que pour tout point n de E, il existe un point m tel que f (m) = n, soit v + m = n ou m = - v + n. Donc f -1 existe bien et f -1 (n) = - v + n = t - v (n). On a donc f -1 = t - v, CQFD. Ce résultat peut être illustré par le schéma suivant : t - v t v 8.4. Composition des translations Une translation t v et sa réciproque (t v ) -1 = t -v. La composée de deux translations est une translation ayant pour vecteur la somme des vecteurs des deux translations. En effet : Soit t a et t b deux translations dans E. Pour tout m E on a : [ t b o t a ] (m) = t b ( t a (m) ) = t b (a + m) = b + (a + m) = (b + a) + m = t b + a (m). On a donc t b o t a = t b + a. Et comme a + b = b + a, on a aussi t b o t a = t a o t b. t b o t a = t b + a = t a o t b Soit T l ensemble des translations de E. La formule t b o t a = t b + a montre que o est une loi de composition interne dans T. Soit alors ϕ l application de E dans T, qui à tout v E fait correspondre t v T. Ainsi ϕ (v) = t v. On a : i ) ϕ est une bijection de E dans T. ii ) Pour tout a et b de E on a : ϕ (a + b) = t a + b = t a o t b = ϕ (a) o ϕ (b) Isomorphisme On résume ces deux propriétés en disant que ϕ est un isomorphisme (i.e. : une bijection conservant la même forme ) de ( E, + ) dans ( T, o ).

3 On montre que, puisque ( E, + ) est un groupe, il en est de même de ( T, o ). Nous admettrons ce dernier résultat. L isomorphisme ϕ de ( E, + ) dans ( T, o ) peut être schématisé par le dessin suivant : E a b a + b ϕ ϕ ϕ t a + b ta tb t a t b T ϕ (a + b) = t a + b = t a o t b = ϕ (a) o ϕ (b) 8.6. Propriétés des translations Le fait que ( T, o ) est un groupe, a comme conséquences les propriétés suivantes, dont quelques-unes unes ont déjà été vues : i ) Associativité : ( t a o t b ) o t c = t a o ( t b o t c ) = t a o t b o t c. ii ) Commutativité : t a o t b = t b o t a. iii ) Neutre : t 0 E est l application identique dans E. iv ) Réciproque : t - a est la translation réciproque de t a Extension d une application à l ensemble des parties Soit f une application d un ensemble E 1 dans un ensemble E 2 et soit A une partie de E 1. On appelle transformée de A par f ou image de A par f et on note f (A) ( ou simplement f A ) l ensemble des transformés par f des éléments de A. On a donc f (A) = { m / m = f (n) et n A }. Si f possède une application réciproque f -1, alors m = f (n) et n A est équivalent à n = f -1 (m) et n A, ou plus simplement à f -1 (m) A. On a alors f (A) = { m / f -1 (m) A }. Donc : Si f est une application d un ensemble E 1 dans un ensemble E 2 et A une partie de E 1, alors f (A) = { m / m = f (n) et n A }. Si f possède une application réciproque f -1 alors f (A) = { m / f -1 (m) A }. Remarques :

4 i ) Evidemment on peut avoir E 1 = E 2 = E. Soit alors P(E) l ensemble des parties de E. Si f est une application de E dans E, son extension est alors une application de P(E) dans P(E). En toute rigueur on devrait désigner l application et son extension par des noms distincts. En fait l expérience montre qu il n y a pas d inconvénient majeur à les nommer de la même façon. ii ) Naturellement on définit également la transformé d une suite : f ((a, b, c, K)) = (f (a), f (b), f (c), K) Translaté d une partie d un espace vectoriel Si P est une partie d un vectoriel E et t a une translation dans E, alors t a (P) est aussi appelé translaté de P par t a. On a : t a (P) = { m / am P }. En effet t a possède une réciproque t - a donc t a (P) = { m / t - a (m) P } = { m / am P } Sous-espaces affine d un espace vectoriel Soit E un espace vectoriel et A une partie de E. On dit que A est un sous-espace affine de E ssi A est le translaté d un sous-espace vectoriel V de E, c.-à-d. ssi il existe une translation t a telle que A = t a (V), i.e. A = { m / am V } Exemples de sous-espace affines i ) Tout singleton {a} de E est un sous-espace affine de E. En effet { 0 E } est un sous-espace vectoriel de E et {a} = t a ({ 0 E }). ii ) Tout sous-espace vectoriel V de E est aussi un sous-espace affine de E. En effet si a = 0 E, on a évidemment V = t a (V). iii ) E est un sous-espace affine de lui-même. Vrai d après ii ). En plus pour tout a E on a t a (E) = E (Car t a est une bijection dans E ). On traduit ce fait en disant qu un espace vectoriel est aussi un espace affine Propriétés des sous-espaces affines Dans les propriétés suivantes, V et W sont des sous-espaces vectoriels, a et b des points quelconques d un espace vectoriel E. i ) Si A = t a (V), alors a A. En effet 0 E V, donc a = t a (0 E ) t a (V) = A, CQFD. ii ) Si b t a (V) alors t b (V) = t a (V). En effet, si b t a (V) alors a b V, donc b a = - a b V et comme V est stable pour l addition, am V équivaut à b a + am V, soit bm V. Donc t b (V) = { m / bm V } = { m / am V } = t a (V). iii ) t a (V) t a (W) ssi V W. En effet si V W alors t a (V) t a (W). Réciproquement si t a (V) t a (W) alors on a t - a (t a (V)) t - a (t a (W)) soit V W. iv ) t a (V) t b (W) ssi V W et b a W.

5 En effet si V W alors t a (V) t a (W). Si en plus b a W, alors a t b (W) et t a (W) t b (W), donc t a (V) t b (W). Réciproquement si t a (V) t b (W), alors a qui est élément de t a (V) est aussi élément de t b (W). Or si a t b (W) alors, d une part b a W, d autre part t a (W) t b (W) et t a (V) t b (W) s écrit t a (V) t a (W) d où V W. v ) Si t a (V) = t b (W) alors V = W. En effet, si t a (V) = t b (W), alors t a (V) t b (W) et t b (W) t a (V), donc d après iii) V W et W V, c.-à-d. V = W, CQFD Direction d un sous-espace affine Soit A un sous-espace affine de E. Il existe donc un sous-espace vectoriel V et un seul, ainsi qu au moins une translation t a tels que t a (V) = A. Le sous-espace vectoriel V est alors appelé direction de A. On pourra noter V = dir (A). En effet l existence de V et de a est assurée par le fait que A est un sous-espace affine. S il existe un sous-espace vectoriel W tel que A = t b (W) alors t a (V) = t b (W), d où V = t a b (W) avec a Α et b Α, c.-à-d. a b W, donc V = W, ce qui prouve que V est unique Propriétés des directions i ) Tout singleton {m} de E a pour direction {0 E }. On dit que sa direction est nulle ou qu elle est réduite au vecteur nul. En effet pour tout m on a {m} = t m ({0 E }). ii ) Si t a (V) = A est un sous-espace affine de direction V, alors a A et V = t - a (A). En effet 0 E V donc t a (0 E ) t a (V). Or t a ( 0 ) = a et t a (V) = A donc a A. iii ) Soit A = t a (V) un sous-espace affine de direction V et b un élément de A. Si B = t b (V) alors B = A. En effet si b t a (V) alors a b V donc b a V et comme V est un sous-espace vectoriel de E il est stable pour l addition et am V équivaut à b a + am V. Donc: B = t b (V) = { m / bm V } = { m / b a + am V } = { m / am V } = t a (V) = A. On en déduit : Si deux sous-espaces affines ont même direction et s ils ont un élément commun, alors ils sont confondus. iv ) D après iii ) si b est un élément quelconque de A = t a (V) alors A = t b (V) et il en résulte d après ii ) que V = t - b (A) c. -à-d. dir (A) = t - b (A). On peut donc énoncer : Si A est un sous-espace affine et si b est un élément quelconque de A, alors dir (A) = t - b (A).

6 Vecteur directeur d un sous-espace affine Soit A un sous-espace affine et V sa direction. Tout élément non nul v de V est appelé vecteur directeur de A. On utilise le mot «vecteur» pour caractériser v, car pour obtenir une figuration de v liée à celle de A, il faut utiliser une figuration v fléchée de v. v A 0 E v V E Une figuration fléchée v d un vecteur directeur de l espace affine A et sa figuration ponctuelle v dans la direction V de A Théorème d Euclide Soit E un espace vectoriel. Soit A un sous-espace affine propre de E et soit b un point de E n appartenant pas à A. Il existe alors un sous-espace affine unique B, ayant pour élément b et même direction que A, à savoir B = t ab (A), où a est un élément de A. En effet si V = dir (A) et si B = t b (V) alors B a naturellement pour élément b et pour direction V soit celle de A. Si a est un élément de A, alors V = t - a (A). Donc : t (A) = t ab b a (A) = t b (t - a (A)) = t b (V) = B, CQFD. Ce résultat est parfois cité sous le nom de «Postulat d Euclide». Il peut être illustré par le dessin suivant : A a ab b B 0 E V E Parallélisme de deux sous-espaces affines Soit A et B deux sous-espaces affines. On dit que A est parallèle à B ssi dir (A) dir (B). La relation «est parallèle à» est notée par le signe : //.

7 A // B ssi dir (A) dir (B) Parallélisme strict Si A // B et si A B = alors on dit que A est strictement parallèle à B Propriétés du parallélisme i ) Soit A et B deux sous-espaces affines de E ayant un élément commun a. On a : A B ssi A // B. En effet posons A = t a (V) et B = t a (W). Si A B alors t - a (A) t - a (B), c. -à-d. V W, donc A // B. Réciproquement si A // B alors V W donc t a (V) t a (W) c. -à-d. A B. Si A et B sont deux sous-espaces affines tels que A // B, alors ou bien A est strictement parallèle à B, ou bien A est inclus dans B. En effet : Supposons que A non strictement parallèle à B. Ils ont donc un élément commun et d'après i ), A étant parallèle à B, on a A B. ii ) Soit A et B deux sous-espaces affines ayant respectivement pour éléments a et b. On a : A B ssi A // B et a b dir (B). En effet si V et W sont les directions de A et B alors A = t a (V) et B = t b (W). Si V W alors t a (V) t a (W). Si en plus b a W alors a t b (W) et t a (W) = t b (W), donc t a (V) t b (W). Réciproquement si t a (V) t b (W) alors a, qui est élément de t a (V) est aussi élément de t b (W). Or si a t b (W) alors d'une part b a W, d'autre part t a (W) = t b (W) et t a (V) t b (W) peut s'écrire t a (V) t a (W), d'où : V W Remarques sur le parallélisme i ) A // B ssi tout vecteur directeur de A est aussi vecteur directeur de B. ii ) A a même direction que B ssi A // B et B // A. iii ) Si une seule des deux relations A // B et B // A est vraie, on peut conclure que A et B n'ont pas la même direction. iv ) Si A // B et si B // C alors A // C. On dit que la relation de parallélisme est transitive Intersection de deux sous-espaces affines Lorsqu'elle n'est pas vide, l'intersection de deux sous-espaces

8 affines de E est un sous-espace affine de E, ayant pour direction l'intersection des directions des deux sous-espaces affines. En effet soit A et B les deux sous-espaces affines ayant pour directions V et W. Si A B =/, il existe (au moins) un a tel que a A et a B. Alors A = { m / am V } et B = { m / am W }, donc A B = { m / am V W }, CQFD Propriétés de l intersection de deux sous-espaces affines i ) L intersection A B des sous-espaces affines A = t a (V) et B = t b (W) n est pas vide ssi ab V + W. En effet si A B =/, c. -à-d. s il existe c A B, alors a c V et c b W, donc a b = a c + c b V + W. Réciproquement si a b V + W, alors il existe v V et w W tels que a b = v + w, ce qui s écrit b a = v + w, ou a + v = b w, c. -à-d. t a (v) = t b (- w). Comme v V, on a t a (v) t a (V) = A et comme w W, on a également - w W et t b (- w) t b (W) = B. Enfin comme t a (v) = t b (- w), il en résulte que A B =/. ii ) L intersection de deux sous-espaces affines ayant pour directions deux sous-espaces vectoriels supplémentaires est un singleton. Ils n ont pas de vecteur directeur commun. En effet : Soit A = t a (V) et B = t b (W). Comme V + W = E, a b V + W donc A B =/, et comme V W = {0 E }, A B est un singleton. V W n ayant aucun élément non nul, A B n a donc pas de vecteur directeur. iii ) Soit deux sous-espaces affines A et B. Si A// B alors ou bien A B ou bien A B =. En effet : Soit V et W les directions de A et de B. Si A// B alors V W donc : ou bien il existe a A B donc A = t a (V) et B = t a (W), et V W entraîne alors t a (V) t a (W) soit A B ; ou bien il n existe pas de a A B, donc A B =/. Donc : Si un sous-espace A est parallèle au sous-espace B, alors ou bien A est strictement parallèle à B, ou bien A est inclus dans B.

DD - ESPACES DE DIMENSION INFINIE

DD - ESPACES DE DIMENSION INFINIE DD - ESPACES DE DIMENSION INFINIE On suppose connues ici les propriétés des espaces vectoriels de dimension finie, et on étudie la dimension infinie. On pourra consulter également CR, et remarquer en particulier

Plus en détail

Rappels sur les espaces et applications affines

Rappels sur les espaces et applications affines Chapitre 1 Rappels sur les espaces et applications affines 1.1 Espaces et sous-espaces affines 1.1.1 Espaces affines Définition 1.1 On dit que le triplet (,, Φ est un espace affine (réel de direction si

Plus en détail

Vecteurs. I Translation. 1. Définition :

Vecteurs. I Translation. 1. Définition : Vecteurs I Translation Soit A et B deux points du plan. On appelle translation qui transforme A en B la transformation du plan qui a tout point M associe le point M tel que [AM ] et [BM] aient le même

Plus en détail

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC 1 Exposé 27

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC 1 Exposé 27 HOMOTHETIES ET TRANSLATIONS ; TRANSFORMATION VECTORIELLE ASSOCIEE. INVARIANTS ELEMENTAIRES : EFFET SUR LES DIRECTIONS, L ALIGNEMENT, LES DISTANCES APPLICATIONS A L ACTION SUR LES CONFIGURATIONS USUELLES.

Plus en détail

Droites et plans de l espace - Vecteurs

Droites et plans de l espace - Vecteurs Chapitre 8 Droites et plans de l espace - Vecteurs Objectifs du chapitre : item références auto évaluation étude de la position relative de droite(s) et de plan(s) vecteurs de l espace formules dans un

Plus en détail

MT23-Algèbre linéaire

MT23-Algèbre linéaire MT23-Algèbre linéaire Chapitre 1 : Espaces vectoriels ÉQUIPE DE MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES UTC juillet 2014 suivant Chapitre 1 Espaces vectoriels 1.1 Espaces vectoriels, généralités..........................

Plus en détail

Proposition : Tout sev F est stable par combinaison linéaire, c est-à-dire :

Proposition : Tout sev F est stable par combinaison linéaire, c est-à-dire : 61 Proposition : Tout sev F est stable par combinaison linéaire, c est-à-dire : n, ( x 1,..., x n ) F n, (λ 1,..., λ n ) n, n λ i x i F i=1 Par récurrence sur le nombre de termes dans la combinaison linéaire.

Plus en détail

M = b d. a b ou M =. b a

M = b d. a b ou M =. b a Ce texte est extrait du cours optionnel de géométrie de l année universitaire 1999/2000. B.Ingrao Étude du groupe orthogonal dans le cas du plan. Dans ce qui suit, l espace est de dimension 2 ; en conséquence

Plus en détail

I) Translation et vecteur

I) Translation et vecteur Page 1/ 6 hapitre G1 : Translation et vecteurs lasse de 2 nde I) Translation et vecteur 1) Translation et vecteur associé Exemple Soit t la translation qui transforme en. onstruire E l image de la figure

Plus en détail

Table des matières. Cours de Mathématiques Géométrie affine en dimension 3

Table des matières. Cours de Mathématiques Géométrie affine en dimension 3 Table des matières I Translations, sous-espaces affines.......................... 2 I.1 Translations.................................. 2 I.2 Sous-espaces affines.............................. 3 I.3 Parallélisme

Plus en détail

Nombres complexes et géométrie

Nombres complexes et géométrie Université Claude Bernard Lyon 1 L1 de Mathématiques : Algèbre Année 2013 2014 Nombres complexes et géométrie I Le point de vue de ce chapitre consiste à relier une géométrie plane supposée connue aux

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

LEÇON N 21 : 21.1 Caractérisations vectorielles d une droite

LEÇON N 21 : 21.1 Caractérisations vectorielles d une droite LEÇON N 21 : Définition vectorielle d une droite du plan, d une droite ou d un plan de l espace. Représentations paramétriques. Génération des demi-droites, des segments. Parallélisme. Pré-requis : Propriétés

Plus en détail

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1 Eercices corrigés Algèbre linéaire Enoncés Eercice On rappelle que (E, +, est un K-espace vectoriel si (I (E, + est un groupe commutatif ; (II-, y E, α K, α ( + y = α + α y ; (II- E, α, β K, (α + β = α

Plus en détail

PARALLÉLISME DANS LES ESPACES AFFINES PIERRE LECOMTE. u B. u B

PARALLÉLISME DANS LES ESPACES AFFINES PIERRE LECOMTE. u B. u B PRLLÉLISME DNS LES ESPCES FFINES PIERRE LECOMTE 1. Définition et premières propriétés Soient des parties et d un espace affine E. On dit que est parallèle à, ce qu on note, si une translation applique

Plus en détail

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle.

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle. Géométrie affine 0. Objet du cours. L objet de ce cours est de présenter les principales idées et les résultats importants de la géométrie élémentaire dans le cadre réel affine et dans le cadre réel euclidien,

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 18 Espaces vectoriels de dimension finie 1 Dimension finie 2 1.1 Existence de bases............... 2 1.2 Dimension d un K-espace vectoriel...... 3 1.3 Rang d une famille de vecteurs........ 5

Plus en détail

Les Similitudes planes

Les Similitudes planes Les Similitudes planes. Les transformations du plan : Déf : T est une transformation du plan si tout point admet une unique image et si quelque soit de P, il existe un unique antécédent X ( T ( X ) = )

Plus en détail

ANNEXE 5 : Quelques notions de mathématiques

ANNEXE 5 : Quelques notions de mathématiques ANNEXE 5 : Quelques notions de mathématiques 1. Inclusion et appartenance. Sur tout ensemble, on peut considérer deux relations très différentes (leur confusion conduisant à des difficultés innombrables),

Plus en détail

Chapitre 5 : Vecteurs et. translations. Le bipoints ( A, A ) ; ( B, B ) représentent un même vecteur appelé le vecteur nul et noté :

Chapitre 5 : Vecteurs et. translations. Le bipoints ( A, A ) ; ( B, B ) représentent un même vecteur appelé le vecteur nul et noté : MR : GARY Lycée Mourouge 2 Chapitre 5 : Vecteurs et translations https://sites.google.com/site/badrmathtunisia Classe : 1 er Secondaire I ) Vecteurs 1) Définition Un vecteur est un bipoints possède les

Plus en détail

Construction des entiers naturels

Construction des entiers naturels Construction des entiers naturels Tout ce qui suit est une définition et l étude des propriétés élémentaires de l ensemble des entiers naturels, définis dans le cadre axiomatique de la théorie des ensembles.

Plus en détail

Cours de géométrie pour les professeurs stagiaires

Cours de géométrie pour les professeurs stagiaires Centre Régional des Métiers de l Education et de la Formation, Derb Ghalef, Casablanca, Maroc Filière : Secondaire qualifiant Spécialité : Mathématiques Cours de géométrie pour les professeurs stagiaires

Plus en détail

Les axiomes des espaces anes découlent directement des axiomes des espaces

Les axiomes des espaces anes découlent directement des axiomes des espaces . Géométrie affine.2. Sous espaces anes, intersection et parallélisme Exercice. (Exemples de sous espaces anes) () Montrer qu'un espace vectoriel (E, +,.) dénit un espace ane (E, E, +) canoniquement associé

Plus en détail

TS Les vecteurs de l espace

TS Les vecteurs de l espace TS Les vecteurs de l espace L objet de ce chapitre est la géométrie vectorielle dans l espace ans tout le chapitre, on note E l ensemble des points de l espace I alculs vectoriels dans l espace 1 ) éfinition

Plus en détail

Cours : SIMILITUDES PLANES.

Cours : SIMILITUDES PLANES. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : définir une similitude plane à partir de la conservation des rapports des distances. en déduire la définition du rapport de similitude. faire le lien

Plus en détail

Chapitre 2 : Les matrices

Chapitre 2 : Les matrices Chapitre 2 : Les matrices I. Définitions On appelle matrice à lignes et colonnes N, N à coefficients dans =R C un tableau à lignes et colonnes contenant un élément de à l intersection de chaque ligne et

Plus en détail

Vecteurs du plan. B. Une nouvelle transformation du plan : Translation et vecteur associé

Vecteurs du plan. B. Une nouvelle transformation du plan : Translation et vecteur associé Vecteurs du plan 2 nde I. Translations et Vecteurs du plan A. Transformations du plan, je me souviens... Vous connaissez déjà des transformations du plan : Les symétries par rapport à un point et les symétries

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES ENSEMBLES ET LES RELATIONS. On appelle ensemble tout rassemblement d objets appelés les éléments de l ensemble.

CHAPITRE 1 : LES ENSEMBLES ET LES RELATIONS. On appelle ensemble tout rassemblement d objets appelés les éléments de l ensemble. 1 CHAPITRE 1 : LES ENSEMBLES ET LES RELATIONS 1. Les ensembles : 1.1. Généralités : 1.1.1. Ensembles : On appelle ensemble tout rassemblement d objets appelés les éléments de l ensemble. Notations : Si

Plus en détail

Vecteurs (2ème partie)

Vecteurs (2ème partie) 1 sur 10 Vecteurs (2ème partie) I. Coordonnées d un vecteur Définition : Soit M un point quelconque d un repère (O, i tel que : OM = u. Les coordonnées du vecteur u sont les coordonnées du point M., j

Plus en détail

Géométrie dans l'espace

Géométrie dans l'espace Géométrie dans l'espace 1. Rappels de géométrie dans l'espace 1.1. Positions relatives de droites et plans 1.1.1. Position relative de deux plans Définition : On dit que deux plans sont strictement parallèles

Plus en détail

Vecteurs (I) 1 Notion de vecteur. Exercice 1. Sur le quadrillage ci-dessous, on a representé trois points A, B et C.

Vecteurs (I) 1 Notion de vecteur. Exercice 1. Sur le quadrillage ci-dessous, on a representé trois points A, B et C. Vecteurs (I) Exercice 1. Sur le quadrillage ci-dessous, on a representé trois points A, B et C. B A 1. Indiquez par une phrase le déplacement qu il convient d effectuer pour aller de A à B. 2. On effectue

Plus en détail

Les vecteurs. Remarque1 : Le vecteur de coordonnées correspond à un déplacement de 1 carreau vers la droite.

Les vecteurs. Remarque1 : Le vecteur de coordonnées correspond à un déplacement de 1 carreau vers la droite. Les vecteurs I. Notion de Translation Exercice Sur le quadrillage ci-dessus : a. Faire «glisser» l objet (qu on appellera figure 1)de 8 carreaux vers la droite et 2 vers le haut (on appellera la figure

Plus en détail

I. Généralités sur les transformations du plan.

I. Généralités sur les transformations du plan. 1/Les Similitudes Chapitre Les Similitudes I Généralités sur les transformations du plan Définition 1 : On définit une application f du plan dans lui-même lorsque l on associe à chaque point M du plan

Plus en détail

Transformations du plan Chap 10 : et de l espace

Transformations du plan Chap 10 : et de l espace Transformations du plan Chap 10 : et de l espace Les définitions et propriétés sont valides aussi bien dans le plan que dans l espace. I. Définitions Définition 1 : On appelle transformation du plan (ou

Plus en détail

Plan vectoriel. 1 Définitions. Opérations du plan vectoriel. Arthur LANNUZEL. http ://utbmal.chez-alice.fr

Plan vectoriel. 1 Définitions. Opérations du plan vectoriel. Arthur LANNUZEL. http ://utbmal.chez-alice.fr 1 Arthur LANNUZEL le 13 Décembre 2005 http ://utbmal.chez-alice.fr Plan vectoriel 1 Définitions Dans le plan affine R 2, considérons l ensemble B des bipoints (A, B) avec A, B R 2. Sur cet ensemble, deux

Plus en détail

Modules sur un anneau commutatif

Modules sur un anneau commutatif Université de Nice Master 1 Mathématiques 2006-07 GAE Modules sur un anneau commutatif 1. Généralités 1.1. On considère un anneau commutatif A. Un module M sur l anneau A (ou A-module) est un groupe abélien

Plus en détail

Espaces vectoriels. Structure d'espace vectoriel

Espaces vectoriels. Structure d'espace vectoriel MTB - ch2 Page 1/16 Espaces vectoriels Dans tout ce chapitre, K = R ou K = C. I Structure d'espace vectoriel I.1 Règles de calcul dans un espace vectoriel Dénition 1 Soit E un ensemble muni d'une opération

Plus en détail

TRANSFORMATIONS DU PLAN

TRANSFORMATIONS DU PLAN TRANSFORMATIONS DU PLAN On appelle transformation plane (ou transformation du plan) dans lui-même tout procédé qui, à partir de n importe quel point M du plan, permet de construire un point M du plan.

Plus en détail

Chapitre 14. Les espaces vectoriels. Cours de mathématiques de BCPST Première année.

Chapitre 14. Les espaces vectoriels. Cours de mathématiques de BCPST Première année. Chapitre 14 Les espaces vectoriels Cours de mathématiques de BCPST Première année. Table des matières 1 Etude de K n 2 2 Notion de sous-espaces vectoriels de K n 4 2.1 Définition..........................................

Plus en détail

Cours 4. La connexité

Cours 4. La connexité Université de Provence Topologie 2 1 Espaces connexes Cours 4. La connexité Définition. Un espace topologique non vide X sera dit connexe si les seules parties de X à la fois ouvertes et fermées sont la

Plus en détail

Transformations. Exemple : Dans une rotation, il y a un seul point invariant : le centre de la rotation.

Transformations. Exemple : Dans une rotation, il y a un seul point invariant : le centre de la rotation. Transformations 1. Généralités 1.1. Transformations Définition : On appelle transformation du plan (respectivement de l'espace), une bijection du plan (respectivement de l'espace) dans lui-même, c'est

Plus en détail

MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES. I Mesures algébriques 2. 1 Définition 2. 2 Propriétés 2. II Barycentres 3

MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES. I Mesures algébriques 2. 1 Définition 2. 2 Propriétés 2. II Barycentres 3 MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES Table des matières I Mesures algébriques 2 1 Définition 2 2 Propriétés 2 II Barycentres 3 1 Barycentre d un système de deux points pondérés 3 1.1 Définitions.......................................................

Plus en détail

IIº ) Similitudes du plan ( généralités) Le plan complexe est muni d un repère orthonormé direct (O;u ; v ) Iº ) TRANSFORMATIONS DU PLAN

IIº ) Similitudes du plan ( généralités) Le plan complexe est muni d un repère orthonormé direct (O;u ; v ) Iº ) TRANSFORMATIONS DU PLAN Les similitudes planes Le plan complexe est muni d un repère orthonormé direct (O;u ; v ) Iº ) TRANSFORMATIONS DU PLAN s 1 Soit f une fonction du plan dans lui même. On dit que f est une transformation

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques Plan du chapitre 1 Lois de composition interne.... page 2 1.1 Définition....... page 2 1.2 Exemples......... page 2 1.3 Propriétés éventuelles des lois de composition interne...page

Plus en détail

2 nde S CALCULS VECTORIELS ET BARYCENTRE. Boubacar MANÉ boubacarmane.jimdo.com 14 janvier 2013

2 nde S CALCULS VECTORIELS ET BARYCENTRE. Boubacar MANÉ boubacarmane.jimdo.com 14 janvier 2013 2 nde S CALCULS VECTORIELS ET BARYCENTRE Boubacar MANÉ boubacarmane.jimdo.com boubacarmane2@gmail.com 14 janvier 201 Table des matières 1 Calculs vectoriels........................................ 2 1.1

Plus en détail

Géométrie, L2 Mathématiques. Rachid Regbaoui

Géométrie, L2 Mathématiques. Rachid Regbaoui Géométrie, L2 Mathématiques Rachid Regbaoui 2 hapitre 1 Géométrie affine plane 1.1 Plan affine L ensemble R 2 sera muni de sa structure naturelle d espace vectoriel réel, i.e pour tout (x 1, x 2 ), (y

Plus en détail

1. Géométrie ane 1.1. Notion d'espace ane. Exercice 1. Dans R 4, on considère X l'ensemble des points de R 4 dont les coordonnées vérient le système

1. Géométrie ane 1.1. Notion d'espace ane. Exercice 1. Dans R 4, on considère X l'ensemble des points de R 4 dont les coordonnées vérient le système . Géométrie ane.. Notion d'espace ane. Exercice. Dans R 4, on considère X l'ensemble des points de R 4 dont les coordonnées vérient le système { x + y + 3 + 4t = S = x + 3y + + t = Munir X d'une structure

Plus en détail

Les similitudes. Table des matières

Les similitudes. Table des matières Les similitudes Table des matières 1 Rappels sur les nombres complexes 3 1.1 Expression d un nombre complexe................... 3 1.2 Représentation d un nombre complexe................. 3 1.3 Opérations

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Chapitre 11 Géométrie dans l espace Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 1ère partie Droites et plans Positions relatives de droites et de plans : intersection

Plus en détail

Somme directe de sous-espaces vectoriels

Somme directe de sous-espaces vectoriels [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 Somme directe de sous-espaces vectoriels Exercice 1 [ 00212 ] [correction] Soit f un endomorphisme d un K-espace vectoriel E vérifiant

Plus en détail

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité.

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité. ❶ - Vecteurs I-- Définition d un vecteur Définition : Lorsqu on choisit deux points distincts M et N dans cet ordre, on définit : - une direction : celle des droites parallèles à (MN) ; - un sens : de

Plus en détail

Résumé 01 : Algèbre Linéaire (I)

Résumé 01 : Algèbre Linéaire (I) http://mpbertholletwordpresscom Résumé 1 : Algèbre Linéaire (I) Dans tout ce chapitre, K sera le corps R ou C, et E sera un espace vectoriel sur K Vous remarquerez les grandes similitudes qui existent

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Chapitre 11 Géométrie dans l espace Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES 1ère partie Droites et plans Positions relatives de droites et de plans : intersection

Plus en détail

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations Chapitre 5 Lois de composition internes - Relations 1. Lois de composition internes 1.1. Définition et exemples Définition 5.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application

Plus en détail

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Université Paris Dauphine 2012 MI2E CC n 1 Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Question de cours : Donner une définition de la propriété de somme directe pour deux sous-espaces vectoriels (d un R espace

Plus en détail

ENSI 98 - Filière MP - MATHÉMATIQUES 2. Thème : Pseudo-inverse d une matrice - Méthode des moindres carrés discrets

ENSI 98 - Filière MP - MATHÉMATIQUES 2. Thème : Pseudo-inverse d une matrice - Méthode des moindres carrés discrets ENSI 98 - Filière MP - MATHÉMATIQUES 2 Thème : Pseudo-inverse d une matrice - Méthode des moindres carrés discrets PARTIE I - CONSTRUCTION D UNE MATRICE INVERSE A GAUCHE On suppose dans cette partie que

Plus en détail

RELATION BINAIRE [ [ ( ) Est bien définie et que c est une bijection. Allez à : Correction exercice 3 :

RELATION BINAIRE [ [ ( ) Est bien définie et que c est une bijection. Allez à : Correction exercice 3 : RELATION BINAIRE Exercice 1 : Soit { } et la relation binaire sur dont le graphe est { } 1. Vérifier que la relation est une relation d équivalence. 2. Faire la liste des classes d équivalences distinctes

Plus en détail

Rotations définies comme composées de réflexions

Rotations définies comme composées de réflexions Rotations définies comme composées de réflexions Notes pour la préparation à l oral du CPES - Strasbourg - Novembre 2006 La méthode la plus économique pour définir une rotation consiste à dire que c est

Plus en détail

1 Notions de logique mathématique.

1 Notions de logique mathématique. Université de Provence 2012 2013 Introduction à l Analyse Chapitre 3 - Logique et Suites. 1 Notions de logique mathématique. 1.1 Assertions, propositions logiques, tables de vérité. On rappelle la notion

Plus en détail

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES Cours Terminale S 1. Divisibilité dans Z 1) Multiples et diviseurs d un entier relatif a) Définition Définition 1 : Soient a et b deux entiers. On dit que a divise b si, et

Plus en détail

GROUPES, ANNEAUX, CORPS

GROUPES, ANNEAUX, CORPS GROUPES, ANNEAUX, CORPS 1 Notion de loi 1.1 Loi interne Définition 1.1 Loi interne Soit E un ensemble. On appelle loi interne sur E toute application de E E dans E. Notation 1.1 Si est une loi interne

Plus en détail

GEOMETRIE AFFINE. Première partie : ESPACES AFFINES. Document de travail pour la préparation au CAPES

GEOMETRIE AFFINE. Première partie : ESPACES AFFINES. Document de travail pour la préparation au CAPES GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Première partie : ESPACES AFFINES Marie-Claude DAVID, Frédéric HAGLUND, Daniel PERRIN Marie-Claude.David@math.u-psud.fr 8 décembre 2003

Plus en détail

CAPES Les deux problèmes de géométrie.

CAPES Les deux problèmes de géométrie. Ecrit CAPES 014. Les deux problèmes de géométrie. 1. Epreuve 1, problème 1 : le sujet Cette épreuve s intéresse aux applications bijectives du plan qui transforment une droite en une droite. Cette propriété

Plus en détail

TRANSLATION et VECTEURS : Composition de deux symétries centrales. 3ème_Chap.5_Translation et Vecteurs

TRANSLATION et VECTEURS : Composition de deux symétries centrales. 3ème_Chap.5_Translation et Vecteurs TRANSLATION et VECTEURS : Composition de deux symétries centrales 1 Activité «avant de démarrer» p200 LIEN ENTRE TRANSLATION ET VECTEUR 2 I VECTEURS 1. Définition Un vecteur est défini par une direction,

Plus en détail

Géométrie de l espace

Géométrie de l espace [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 06 Enoncés Géométrie de l espace Notions communes Exercice [ 087 ] [Correction] À quelle(s) condition(s) simple(s) l intersection de trois plans de l

Plus en détail

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages.

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages. Notations Dans ce problème, E est un espace euclidien de dimension n 1. On note (x y) le produit scalaire de deux vecteurs quelconques x, y de E. On note [x] ε la matrice-colonne des coordonnées d un vecteur

Plus en détail

I. QUELQUES ELEMENTS DE LOGIQUE

I. QUELQUES ELEMENTS DE LOGIQUE I. QUELQUES ELEMENTS DE LOGIQUE A. Propositions et connecteurs Une proposition est une phrase grammaticalement correcte, ayant un sens, ni interrogative, ni exclamative qui peut être soit vraie, soit fausse

Plus en détail

Terminale S Géométrie dans l espace

Terminale S Géométrie dans l espace Terminale S Géométrie dans l espace 1 Positions relatives de droites et de plans 1.1 Positions relatives de deux droites Deux droites de l espace sont : soit..................... elles sont alors soit...............

Plus en détail

Géométrie de l'espace

Géométrie de l'espace [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 3 novembre 07 Enoncés Géométrie de l'espace Notions communes Exercice 7 [ 0878 ] [Correction] Soient D et D deux droites distinctes sécantes de l'espace. Montrer

Plus en détail

6 Théorie des ensembles la suite

6 Théorie des ensembles la suite 6 Théorie des ensembles la suite Nous avons déjà vu un peu de théorie naïve des ensembles, qui suppose très peu de choses, et qui est très informelle. Nous allons introduire le système d axiomes ZF, introduit

Plus en détail

Concours PT 2004 Maths PT I-B

Concours PT 2004 Maths PT I-B Concours PT 4 Maths PT I-B L usage des calculatrices est interdit Partie A ) ( ) ( ) a a Soit A = b b et B = deux éléments de S a a b b ( ) c c C = AB = avec c c c i = a ik b k, évidemment i =,, c i =

Plus en détail

Arithmétique. 1 Divisibilité dans Z

Arithmétique. 1 Divisibilité dans Z 1 Divisibilité dans Z 1.1 Généralités Définition 1 : Soit m et n deux entiers relatifs. On dit que n divise m (ou que n est un diviseur de m ou encore que m est un multiple de n) lorsqu il existe un entier

Plus en détail

Géométrie vectorielle

Géométrie vectorielle Géométrie vectorielle Table des matières 1 notion de vecteur et vecteurs égaux 2 1.1 activités.............................................. 2 1.2 corrigé activités.........................................

Plus en détail

LE PROBLÈME DE SIN PAN Aziz El Kacimi

LE PROBLÈME DE SIN PAN Aziz El Kacimi LE PROBLÈME DE SIN PAN Aziz El Kacimi La légende raconte que Sin Pan, géomètre chinois d antan, voulait fonder une académie de géométrie. Il a demandé à l empereur de l époque de lui céder un terrain pour

Plus en détail

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés.

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. Université de Nice SL2M 2009-10 Algèbre 2 Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. On travaille avec le corps des réels, noté R. Pour tout entier naturel n, on considère l ensemble

Plus en détail

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof. A. Abdulle. Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc :

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof. A. Abdulle. Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc : Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof A Abdulle EPFL Série 7 Corrigé Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc : a b c 3 1 0 4 1 2 1 1 2 2 1 1 2 1

Plus en détail

Barycentre. Rappels sur le barycentre. On considère n points A i et n nombres réels a i n. a i. Il existe alors un unique point G tel que : Ai G = 0

Barycentre. Rappels sur le barycentre. On considère n points A i et n nombres réels a i n. a i. Il existe alors un unique point G tel que : Ai G = 0 Barycentre Rappels sur le barycentre Définition On considère n points A i et n nombres réels Supposons 0 Il existe alors un unique point G tel que : Ai G = 0 (C est à dire : A 1 G + A 2 G + + A n G = 0

Plus en détail

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2.

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Chapitre 3 Les angles 3.1 Angles orientés de vecteurs du plan 3.1.1 Groupe des rotations Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Définition 3.1 On appelle

Plus en détail

Feuille 3 : Espaces vectoriels et sous espaces vectoriels

Feuille 3 : Espaces vectoriels et sous espaces vectoriels Feuille : Espaces vectoriels et sous espaces vectoriels Eercice. (Sous-espace vectoriels de R. Les sous-ensembles suivants de R sont ils des sous-espaces vectoriels? Faire des dessins!. {(, R + = }.. {(,

Plus en détail

LES SIMILITUDES PLANES

LES SIMILITUDES PLANES LES SIMILITUDES PLANES Table des matières 1 Transformation du plan 2 1.1 Définition.................................................... 2 1.2 Propriété : application réciproque.......................................

Plus en détail

CCP PSI un corrigé

CCP PSI un corrigé CCP26 - PSI un corrigé Cas n 2. Puissances de A(α, β ( α α. A(α, β I 2 n est pas la matrice nulle car (α, β (, et son rang est. β β (, est clairement élément du noyau qui, par théorème du rang, est de

Plus en détail

GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Troisième partie : CONVEXITÉ

GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Troisième partie : CONVEXITÉ GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Troisième partie : CONVEXITÉ Marie-Claude DAVID, Frédéric HAGLUND, Daniel PERRIN Marie-Claude.David@math.u-psud.fr 8 décembre 2003 Page

Plus en détail

Axiomatique de N. Construction de l anneau Z

Axiomatique de N. Construction de l anneau Z DOCUMENT 1 Axiomatique de N. Construction de l anneau Z 1. Les entiers naturels La première définition axiomatique des entiers naturels apparaît dans un ouvrage de Dedekind, Was sind und was sollen die

Plus en détail

Position relative de trois plans dans l espace Géométrie Exercices corrigés

Position relative de trois plans dans l espace Géométrie Exercices corrigés Position relative de trois plans dans l espace Géométrie Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour y accéder directement) Exercice 1 : point d intersection de trois

Plus en détail

PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES

PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES PARTIES GÉNÉRATRICES D'UN GROUPE. EXEMPLES SOMMAIRE 1. Sous-groupe engendré par une partie non vide S 1 1.1. Définition : sous-groupe < S > engendré par une partie non vide S 2 1.2. Définition : partie

Plus en détail

P R O D U I T S C A L A I R E.

P R O D U I T S C A L A I R E. ère S 00/005 Produit scalaire J TAUZIEDE P R O D U I T S C A L A I R E I- DEFINITION ET PREMIERES PROPRIETES ) Produit scalaire de deux vecteurs colinéaires Définition Soit u et v deux vecteurs colinéaires

Plus en détail

Résumé 02 : Applications linéaires x n. La linéarité

Résumé 02 : Applications linéaires x n. La linéarité Résumé 02 : Applications linéaires Dans tout ce chapitre, K sera le corps R ou C, et E sera un espace vectoriel sur K. La linéarité Définition.1 (Applications linéaires) Soient E, F deux K espaces vectoriels.

Plus en détail

AB - GROUPOÏDES ET GROUPES

AB - GROUPOÏDES ET GROUPES AB - GROUPOÏDES ET GROUPES Généralités Définitions On appelle groupoïde (G, ) un ensemble G muni d une loi de composition interne. Le groupoïde sera dit associatif, si la loi est associative, et commutatif

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Chapitre 1 Espaces vectoriels et applications linéaires Dans ce chapitre, nous rappelons, souvent sans démonstration, les définitions et résultats importants du cours de première année. Dans tout le chapitre,

Plus en détail

Espaces de dimension finie

Espaces de dimension finie [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 28 décembre 2016 Enoncés 1 Espaces de dimension finie Bases en dimension finie Dimension d un espace Exercice 1 [ 01634 ] [Correction] Soit E l ensemble des fonctions

Plus en détail

CLASSE DE 2 NDE CHAPITRE : VECTEURS (Programme 2010)

CLASSE DE 2 NDE CHAPITRE : VECTEURS (Programme 2010) CLASSE DE 2 NDE CHAPITRE : VECTEURS (Programme 2010) Introduction : Figure 1 : Figure 1 bis : On a effectué une translation de vecteur u, c'est-à-dire un déplacement de la figure, sans la tourner ni la

Plus en détail

LEÇON N 27 : Composées d homothéties et de translations du plan. Groupes des homothéties-translations. Applications.

LEÇON N 27 : Composées d homothéties et de translations du plan. Groupes des homothéties-translations. Applications. LEÇON N 27 : Composées d homothéties et de translations du plan. Groupes des homothéties-translations. Applications. Pré-requis : Calcul vectoriel (en particulier, relation de Chasles) ; Notions de groupes,

Plus en détail

(exercice : calculer u 2 puis u 5 )

(exercice : calculer u 2 puis u 5 ) Suites Prérequis : Division euclidienne Soient a et b deux entiers avec b 0. Il existe un unique couple (q, r) Z N tel que a = q b + r et 0 r < b. q s appelle le quotient de la division enclidienne de

Plus en détail

Chapitre VI Applications linéaires

Chapitre VI Applications linéaires Chapitre VI Applications linéaires Dans ce cours, désigne R, C ou un corps commutatif quelconque. I Généralités 1. Définition Soient et deux -ev donnés. Une application est dite linéaire si. C est-à-dire

Plus en détail

École polytechnique - Écoles normales supérieures. Concours d admission filière MP. Corrigé de l épreuve de mathématiques A

École polytechnique - Écoles normales supérieures. Concours d admission filière MP. Corrigé de l épreuve de mathématiques A École polytechnique - Écoles normales supérieures Concours d admission 2016 - filière MP Corrigé de l épreuve de mathématiques A corrigé de l énoncé modifié par Abdellah Bechata, après correction des erreurs

Plus en détail

Espaces de dimension nie

Espaces de dimension nie [http://mpcpgedupuydelomefr] édité le 3 novembre 2017 Enoncés 1 Espaces de dimension nie Dimension d'un espace Exercice 1 [ 01634 ] [Correction] Soit E l'ensemble des fonctions f : R R telles qu'il existe

Plus en détail

Chapitre 2 Géométrie plane

Chapitre 2 Géométrie plane Chapitre 2 Géométrie plane I. Colinéarité de deux vecteurs 1) Vecteurs colinéaires Définition : Soit u et v deux vecteurs non nuls. Les vecteurs u et v sont colinéaires si l'un est le produit de l'autre

Plus en détail

À propos des transvections

À propos des transvections À propos des transvections Antoine Ducros Préparation à l agrégation de mathématiques 1 Les transvections : aspect matriciel On fixe pour toute la suite du texte un corps commutatif k. (1.1) Définition.

Plus en détail

Vecteurs. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2015/2016

Vecteurs. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2015/2016 Vecteurs Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Notion de vecteur Coordonnées 3 1.1 Définitions................................................. 3 1.2 Égalité de deux vecteurs.........................................

Plus en détail

Polycopié de Logique Mathématique

Polycopié de Logique Mathématique 1. Propositions. Université de la Nouvelle Calédonie. Licences Math, PC, SPI. Semestre 2. Polycopié de Logique Mathématique Une proposition est un enoncé mathématique qui peut être soit vrai (V) soit faux

Plus en détail