Workshop 1 Détails des seuils pour des menuiseries extérieures accessibles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Workshop 1 Détails des seuils pour des menuiseries extérieures accessibles"

Transcription

1 Session d'information L'accessibilité : plus qu'un concept 20 janvier 2014 Ateliers des Tanneurs, Bruxelles Workshop 1 Détails des seuils pour des menuiseries extérieures accessibles Eddy Mahieu Avis technique & Consultance Page 1

2 Problématique NOUS VOULONS RÉALISER : un logement sans seuil, accessible aux fauteuils roulants MAIS sans que cet abaissement du seuil ne provoque de dégâts au plancher intérieur et à l'enduit, n'accroisse le risque d'infiltrations d'humidité et n'entraîne de pertes énergétiques supplémentaires Page 2

3 Table des matières Détails classiques des pieds de mur ; Problématique de l'accessibilité : niveau du revêtement de sol extérieur ; Solution au rez-de-chaussée ; Solution pour les terrasses ; Conclusions. Page 3

4 Pied de mur Il convient de prendre en compte les éléments suivants : Infofiche n 7 du CSTC Humidité ascensionnelle Infiltrations provoquées par l'humidité provenant du mur creux Infiltrations latérales Infiltrations à travers la menuiserie extérieure Continuité de l'isolation thermique et de l'étanchéité à l'air Page 4

5 Fonctionnement du mur creux Feuillet d'information ATG Paroi extérieure de mur creux = pare pluie Coulisse = chambre de décompression et rupture capillaire Paroi intérieure de mur creux recouverte d'un enduit = étanchéité à l'air 2011/1 Page 5

6 Page 6

7 Fonctionnement du mur creux La quantité d'eau présente dans la coulisse dépend des facteurs suivants : capacité d'absorption d'eau de la paroi extérieure de mur creux efficacité accrue si la maçonnerie de façade est plus capillaire (blocs de béton >< briques) dépend du soin apporté à l'exécution des joints de mortier niveau d'exposition de la maçonnerie orientation : éventuels surplombs L H/4 Page 7 7

8 Infiltrations d'humidité latérales CSTC Infofiche n 7 Si le remblai est trop élevé : pression d'eau temporaire contre le pied de mur ; infiltration d'eau latérale ; absorption capillaire par la première couche de blocs de la paroi intérieure de mur creux ; dispersion latérale au-dessus de la dalle de béton dans le complexe plancher Page 8 8

9 Infiltrations d'humidité latérales Page 9 9

10 Infiltrations à travers la menuiserie extérieure Infofiche n 2 du CSTC Principe de la double barrière d'étanchéité : barrière à l'eau du côté extérieur, barrière d'étanchéité à l'air du côté intérieur ; celles-ci doivent se situer sur le même plan sur tout le pourtour du cadre et être séparées par une chambre de décompression drainée Page 10

11 Infiltrations à travers la menuiserie extérieure Lorsque la menuiserie extérieure ne comporte pas de traverse inférieure fixe : Infofiche n 2 du CSTC pas de continuité de l'étanchéité à l'air pas de double barrière d'étanchéité risque d'infiltrations pont thermique entre le seuil et le carrelage fuites d'air => problèmes en cas d'exigences élevées en matière d'étanchéité à l'air Page 11

12 Infiltrations à travers la menuiserie extérieure Infofiche n 2 du CSTC La seule présence de plinthes à guillotine, d'un joint brosse et d'un profilé en mousse cellulaire ne garantit pas une bonne étanchéité à l'eau (selon l'exposition) + Étanchéité à l'air limitée Page 12

13 Pied de mur - accessibilité => Accessibilité = revêtement de sol extérieur le plus haut possible et seuil le plus petit possible Mais : il convient de prendre en compte les éléments suivants : Humidité ascensionnelle : veiller à ce que la barrière à l'humidité ne puisse être contournée Infiltrations provoquées par l'humidité provenant du mur creux : le niveau du revêtement de sol extérieur doit rester inférieur à celui de la membrane de drainage de la coulisse Prendre garde aux interruptions, comme les portes Infiltrations latérales problématiques en cas de revêtements de sol extérieurs élevés Infiltrations à travers la menuiserie extérieure influence du profilé inférieur Éviter les ponts thermiques continuité de l'étanchéité à l'air influence du profilé inférieur Page 13

14 Solutions possibles au rez-de-chaussée Humidité ascensionnelle Drainage de la coulisse Infiltrations latérales Menuiserie extérieure Humidité Humidité + pertes énergétiques Page 14

15 Prévention du contournement de la membrane de drainage de la coulisse Continuité de la membrane de drainage de la coulisse sous les seuils Sécurité supplémentaire en cas de seuils constitués de différents éléments au droit des joints Infofiche n 20 du CSTC Si la membrane de drainage de la coulisse était repliée dans le dernier joint vertical de la maçonnerie de façade pour la baie, une partie de maçonnerie ne serait pas drainée Page 15

16 Prévention du contournement de la membrane de drainage de la coulisse Infofiche n 20 du CSTC Cas 1 : Membranes de drainage de la coulisse appliquées à une hauteur inférieure ou égale à celle de la face inférieure du seuil : Le drainage de la coulisse peut être assuré de manière continue au droit du seuil. Page 16

17 Infofiche n 20 du CSTC Page 17 17

18 Prévention du contournement de la membrane de drainage de la coulisse Cas 2 : Membranes de drainage de la coulisse appliquées à une hauteur supérieure à celle de la face inférieure du seuil Le drainage de la coulisse est interrompu au droit du seuil Infofiche n 20 du CSTC Page 18

19 Infofiche n 20 du CSTC Page 19 19

20 Prévention contre les infiltrations latérales Infofiche n 7 du CSTC Réduire la pression d'eau résultant de l'humidité souterraine en prévoyant un drainage entre ce revêtement de sol extérieur et la maçonnerie, Application d une étanchéité assurant la continuité entre la membrane inférieure d'étanchéité de la coulisse et l étanchéité horizontale contre l'humidité de la coulisse. Page 20

21 Prévention des infiltrations et des pertes énergétiques par la menuiserie extérieure Conception adaptée de la menuiserie : Utilisation d'un profilé inférieur fixe Importance du drainage du profilé inférieur Importance du raccord au gros oeuvre Solutions sans seuil et solutions à seuil abaissé Diminution de l'exposition au moyen d'un auvent/orientation Page 21

22 Le revêtement de sol extérieur est réalisé en pente (depuis la façade), à raison de minimum 1,5 %. Page 22

23 Qu'en est-il des toitures-terrasses? Membranes appliquées sous les seuils au droit du raccord avec une toiture plate : Hauteur du relevé de toiture : Minimum 15 cm au-dessus de l'étanchéité ou du pan de toiture parachevé Exception : carreaux sur plots NIT 244 Page 23

24 Qu'en est-il des toitures-terrasses? Page 24 24

25 Qu'en est-il des toitures-terrasses? Page 25

26 Qu'en est-il des toitures-terrasses? Le dispositif de drainage de la coulisse doit se situer à un niveau plus élevé que celui du dallage ; Le raccord avec le dispositif de drainage de la coulisse à côté du seuil intervient de manière analogue à la solution pour le rez-de-chaussée : la membrane d'étanchéité appliquée sous le seuil et la membrane de drainage de la coulisse placée dans le mur doivent se chevaucher ; Le raccord entre la membrane de drainage de la coulisse appliquée sous le seuil et l'étanchéité de toiture est rendu étanche à l eau, l'exécution étant assurée par l entrepreneur d étanchéité. NIT 244 Page 26

27 Qu'en est-il des toitures-terrasses? Pour " compenser " quelque peu le manque de hauteur du relevé, il conviendra d'améliorer l'évacuation d'eau dans la zone destinée à accueillir la baie de porte. en cas de cas de dallage posé en adhérence sur la terrasse, on pourra, pour ce faire, prévoir un chéneau ; en cas de dalles posées sur plots, on pourra alors procéder au placement d'une grille. NIT 244 L'application d'un auvent au-dessus de la baie de porte réduira l'exposition. Page 27

28 Qu'en est-il des toitures-terrasses? NIT 244 : La toiture plate Exécution des ouvrages de raccord Principe : compensation de la hauteur du relevé par un taux de pénétration plus élevé NIT 244 Page 28

29 Aco Profiline Page 29

30 Qu'en est-il des terrasses? La toiture plate Exécution des ouvrages de raccord et parachèvement Comportant un profilé inférieur fixe noyé à coupure thermique pouvant rester humide durablement NIT 244 Page 30

31 Qu'en est-il des terrasses? Aspects importants quand une grille est prévue : Les grilles à mailles sont à privilégier Limiter le maillage à 2 cm Pour assurer le pontage de différences de niveau limitées, on pourra éventuellement utiliser une grille en pente. Page 31

32 Qu'en est-il des toitures-terrasses? Aspects importants quand un élément de chéneau est prévu en cas de dallage posé en adhérence : ne pas empêcher le drainage des profilés de menuiserie ; importance du mode d'évacuation de l'eau à partir du chéneau : En présence de balcons à encorbellement, le support peut être percé, de façon à placer le dispositif d'évacuation juste sous le caniveau. Dans les autres cas, il peut s'avérer nécessaire de prolonger le chéneau sur toute la longueur de la façade et de faire passer le dispositif d'évacuation latéralement à travers le mur acrotère. Système de " caniveau de terrasse " Aco Profiline Page 32

33 Qu'en est-il des toitures-terrasses? Aspects importants quand un élément de caniveau est prévu en cas de dallage posé en adhérence : On veillera en outre à ce que la pente du dallage soit d'au moins 1,5 % depuis la baie de porte. Importance du dimensionnement correct du dispositif d'évacuation des eaux en toiture/des gargouilles Page 33

34 Conclusions Pour éviter les problèmes d'humidité aux pieds de mur, il convient en principe de prévoir un certain relevé/seuil. Page 34

35 Conclusions Les solutions d'abaissement du seuil sont possibles MAIS assurément pas évidentes. La prudence est de mise si l'on entend limiter les risques d'infiltrations et de pertes énergétiques importantes : contournements ou entraves du drainage de la coulisse -> attention au raccord au gros oeuvre infiltrations, ponts thermiques et fuites d'air par la menuiserie extérieure -> nécessité de prévoir une traverse inférieure fixe Infiltrations latérales -> étanchéités verticales, drainages, augmentation du taux de pénétration, adaptation du dispositif d'évacation des eaux en toiture,... Réduction de l'exposition Nécessité d'assurer une bonne coordination entre les différents corps de métiers : entrepreneur de gros oeuvre, menuisier, carreleur, auteur de projet Page 35

Isolation thermique de l enveloppe

Isolation thermique de l enveloppe Dispositif REX Bâtiments performants É T U D E D E C A S PAROIS OPAQUES Isolation thermique de l enveloppe 1 Le contexte Dans le cadre d une rénovation thermique d un ancien logement collectif, une isolation

Plus en détail

Extérieur CONCEPT CONSTRUCTIF : ÉLÉMENT BÉTON ISOLÉ PAR L'INTÉRIEUR MUR DE FAÇADE SUR DALLE DE SOL DÉTAIL EN COUPE PEB CONFORME. Éch.

Extérieur CONCEPT CONSTRUCTIF : ÉLÉMENT BÉTON ISOLÉ PAR L'INTÉRIEUR MUR DE FAÇADE SUR DALLE DE SOL DÉTAIL EN COUPE PEB CONFORME. Éch. CONCEPT CONSTRUCTIF : ÉLÉMENT BÉTON ISOLÉ PAR L'INTÉRIEUR Éch.: 1/10 DÉTAIL EN CPE STANDARD PEB CONFORME MUR DE FAÇADE SUR DALLE DE SOL BASSE ÉNERGIE I continuité? si d > d min / 2 interposition? allongement?

Plus en détail

Carnet de détails. Système d Isolation Thermique par l Extérieur avec enduit sur isolant KEIM XPor

Carnet de détails. Système d Isolation Thermique par l Extérieur avec enduit sur isolant KEIM XPor Carnet de détails Système d Isolation Thermique par l Extérieur avec enduit sur isolant KEIM XPor Septembre 2015 Carnet Carnet de détails de détails Sommaire F1 Généralités F1.1.1 3 F1.2.1 Principe de

Plus en détail

Accessibilité des salles d eau privatives dans les logements Comparatif Dalle Pleine/PLTA-Seacbois

Accessibilité des salles d eau privatives dans les logements Comparatif Dalle Pleine/PLTA-Seacbois Accessibilité des salles d eau privatives dans les logements Comparatif Dalle Pleine/PLTA-Seacbois Réglementation Mise en application au 1er janvier 2010 de la réglementation. La loi 2005-102 du 11 février

Plus en détail

Ouvrages etanches en beton

Ouvrages etanches en beton Ouvrages etanches en beton Règles technologiques CSTC Benoit Parmentier Avec N. Cauberg, J. Wijnants et C. Aerts Choix d un système d étanchéité Eviter ou limiter les infiltrations Eau dans le sol? Perméabilité

Plus en détail

CCTP. Rénovation de l école. Lot n 6 Menuiseries extérieures

CCTP. Rénovation de l école. Lot n 6 Menuiseries extérieures Rénovation de l école MAITRE D'OUVRAGE Commune de 24, Rue principale 67390 Tel. : 03 88 85 20 85 Fax : 03 88 85 96 10 Mail : mairiesaasenheim@wanadoo.fr Lot n 6 Menuiseries extérieures Commune de 24, Rue

Plus en détail

Fenêtres : éléments de conception

Fenêtres : éléments de conception 1. Terminologie (NF P 23-101 et 24-101) Menuiseries extérieures : fenêtres, portesfenêtres, panneaux menuisés et panneaux de façade. Fermetures : volets pleins, volets roulants ou à lames, persiennes,

Plus en détail

Sommaire. Textes de références...3

Sommaire. Textes de références...3 Sécurité des bâtiments : le radon dans les bâtiments Sommaire 1 Sommaire Textes de références...3 Le radon dans les bâtiments...9 1. Généralités...9 2. Mécanismes d entrée...11 2.1 Transport convectif...11

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Fiches pathologie bâtiment nouvelles cibles nouveaux outils!

DOSSIER DE PRESSE. Fiches pathologie bâtiment nouvelles cibles nouveaux outils! Septembre 2013 DOSSIER DE PRESSE Fiches pathologie bâtiment nouvelles cibles nouveaux outils! Les Fiches pathologie bâtiment, éditées et réactualisées régulièrement depuis 1995 par l Agence Qualité Construction

Plus en détail

DTU 23.1 Février Murs en béton banché DTU P Annexe : guide pour le choix des types de murs de façade en fonction du site.

DTU 23.1 Février Murs en béton banché DTU P Annexe : guide pour le choix des types de murs de façade en fonction du site. DTU 23.1 Février 1990 Murs en béton banché DTU P 18-210 Annexe : guide pour le choix des types de murs de façade en fonction du Statut NdlR : Ce document a le statut de DTU (document de référence). Sommaire

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.9 Quelques autres détails de construction 12.9.1 Les dispositifs d étanchéité 12.9.2 Les dispositifs d évacuation des eaux 12.9.3

Plus en détail

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Design et Performance véranda «classic») En complément du plan fourni

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Design et Performance véranda «classic») En complément du plan fourni Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Design et Performance véranda «classic») En complément du plan fourni A suivre pour assurer une pose esthétique et de qualité Ce document

Plus en détail

Acoustique et mise en œuvre - Fiches à destination des professionnels de la mise en œuvre dans le bâtiment - Fiche n 1 : maçons - page 1

Acoustique et mise en œuvre - Fiches à destination des professionnels de la mise en œuvre dans le bâtiment - Fiche n 1 : maçons - page 1 Acoustique et mise en œuvre - Fiches à destination des professionnels de la mise en œuvre dans le bâtiment - Fiche n 1 : maçons - page 1 1.- Fiche «maçons» Le maçon contribue largement à la réussite de

Plus en détail

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc. Eléments de structure et détails de construction ti Partie 3: Les planchers L. Firket CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu 1. Isolation thermique 2. Nœuds constructifs 4. Conclusions 2

Plus en détail

Les noeuds constructifs

Les noeuds constructifs Les noeuds constructifs Journée d étude PEB Passif 2015 CCB-C 30 mai 2013 Antoine Tilmans Laboratoire Caractéristiques énergétiques CSTC Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et

Plus en détail

Toitures terrasses. STS 2 Enveloppe du Bâtiment 06/10/2008 1

Toitures terrasses. STS 2 Enveloppe du Bâtiment 06/10/2008 1 Toitures terrasses STS 2 Enveloppe du Bâtiment 06/10/2008 1 Introductions Une toiture terrasse est une toiture dont la pente est inférieure à 15%. Cette faible pente rend possible la rétention d eau. Chaque

Plus en détail

Dispositif REX Bâtiments performants. Parois opaques

Dispositif REX Bâtiments performants. Parois opaques Dispositif REX Bâtiments performants QCM Parois opaques 1 1 Parmi les propositions suivantes, quelles sont les bonnes pratiques pour assurer une mise en œuvre de qualité des isolants et ainsi éviter des

Plus en détail

Sol d étanchéité de toiture, feutre bitumineux, membrane d étanchéité ou revêtement de bitume

Sol d étanchéité de toiture, feutre bitumineux, membrane d étanchéité ou revêtement de bitume Sol d étanchéité de toiture, feutre bitumineux, membrane d étanchéité ou revêtement de bitume En règle générale, des membranes de toiture, des feuilles de bitume traditionnelles ou des membranes modernes

Plus en détail

Pour que ce soit parfait.

Pour que ce soit parfait. Pour que ce soit parfait. Durabase CI Natte multi-usages pour la désolidarisation et l étanchement des carrelages. EXP Problèmes Un bon support est toujours garant d un revêtement céramique durable. Le

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés

L isolation en rénovation: dernières nouveautés L isolation en rénovation: dernières nouveautés Bruxelles Environnement L importance de traiter le bâtiment dans sa globalité André BAIVIER ISOPROC INNOVISO Plan de l exposé Introduction Rappel de quelques

Plus en détail

3 Fumisterie. 3.1 Conduit de raccordement ventouse, C13, C33, C93

3 Fumisterie. 3.1 Conduit de raccordement ventouse, C13, C33, C93 3 Fumisterie C13 C33 B23P C93 Les raccordements des conduits d'évacuation des fumées et concentriques doivent être parfaitement étanches. 3.1 Conduit de raccordement ventouse, C13, C33, C93 Le conduit

Plus en détail

1.1 ANALYSE D UN OUVRAGE 1 / 7

1.1 ANALYSE D UN OUVRAGE 1 / 7 1.1 ANALYSE D UN OUVRAGE 1 / 7 LE CLASSEMENT A.E.V Mécanismes des pénétrations d'eau : - L'eau de pluie est poussée par le vent, et s'infiltre par les jeux extérieurs entre ouvrant et dormant. - Les ouvrants

Plus en détail

Eléments de structure et détails de construction Partie 1: Les murs extérieurs

Eléments de structure et détails de construction Partie 1: Les murs extérieurs Eléments de structure et détails de construction ti Partie 1: Les murs extérieurs L. Lassoie CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Film étanchéité à l air Ce film de plus de 13 minutes a été développé

Plus en détail

Ossature et plancher bois DCE

Ossature et plancher bois DCE tuile fortement galbée liteau BM 60/40 latte BM 30/40 film pare pluie isolation fibres de bois haute densité 80 mm de contreventement DWD 16 mm isolation fibre de bois 120 mm montant BM 4/120 fourrure

Plus en détail

7 Evacuation des sols Geberit

7 Evacuation des sols Geberit 7.1 Système........................................... 280 7.1.1 Introduction.......................................... 280 7.1.2 Champ d'application.................................. 280 7.1.3 Description

Plus en détail

Mise en œuvre des menuiseries en aluminium. Guide Pratique. En travaux neufs et réhabilitation. En application des DTU 37.1 et 37.

Mise en œuvre des menuiseries en aluminium. Guide Pratique. En travaux neufs et réhabilitation. En application des DTU 37.1 et 37. Guide Pratique Mise en œuvre des menuiseries en aluminium En travaux neufs et réhabilitation En application des DTU 37.1 et 37.2 SOMMAIRE Avant-propos......................................3 Domaine d application

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6

SOMMAIRE. Avant-propos Domaine d application du guide... 6 SOMMAIRE Avant-propos......................................... 4 Domaine d application du guide......................... 6 Système de bardage rapporté traditionnel, non traditionnel et certification associée.................................

Plus en détail

14/12/2010. Le premier Hôtel massif/passif en Flandre Un concept passif selon une méthode traditionnelle de construction. Eco-logies Heusden-Zolder

14/12/2010. Le premier Hôtel massif/passif en Flandre Un concept passif selon une méthode traditionnelle de construction. Eco-logies Heusden-Zolder Le premier Hôtel massif/passif en Flandre Un concept passif selon une méthode traditionnelle de construction Eco-logies Heusden-Zolder 1 Eco-logies Constructeur: Architecte: Etude HVAC: Etude de stabilité:

Plus en détail

CONSTRUIRE. Poteau poutre p.41. Ossature à panneaux p.42. Liaisons avec la structure. Jonction avec la toiture p.51. p.43.

CONSTRUIRE. Poteau poutre p.41. Ossature à panneaux p.42. Liaisons avec la structure. Jonction avec la toiture p.51. p.43. CONSTRUIRE Poteau poutre p.41 Liaisons avec la structure p.43 Jonction avec la toiture p.51 Capillarité p.43 Ouvertures -avec pré-cadres p.44 - sans pré-cadres p.47 Fondations p.42 Seuils p.50 Ossature

Plus en détail

Cahier des charges pour l utilisation des bottes de paille dans la construction

Cahier des charges pour l utilisation des bottes de paille dans la construction Cahier des charges pour l utilisation des bottes de paille dans la construction Ce document est susceptible d évoluer ; il est disponible en téléchargement sur le site du RFCP : www.compaillons.eu Pour

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.8 Les revêtements 12.8.1 Les revêtements de sol 12.8.2 Les revêtements de mur 12.8.3 Les revêtements de plafond 12.8.4 Les revêtements

Plus en détail

Isolation par l extérieur + parement enduit mince

Isolation par l extérieur + parement enduit mince Enveloppes et revêtements extérieurs Isolation par l extérieur + parement enduit mince D.1 1/5 Domaine d application Toute construction isolée par l extérieur en travaux neufs, hors maisons en bois. Dans

Plus en détail

Construire en CLT D A U T R E S A P P L I C A T I O N S 4/2012

Construire en CLT D A U T R E S A P P L I C A T I O N S 4/2012 D A U T R E S A P P L I C A T I O N S 4/2012 Sommaire 1 BÂTIMENTS INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX 1.1 Ancrage des murs 1.2 Noeud de jonction «paroi-toiture» 2 IMMEUBLES D HABITATION 2.1 Noeud de jonction «paroi

Plus en détail

Le Tableau de bord de l activité. Nombres d affaires actives en cours : 37

Le Tableau de bord de l activité. Nombres d affaires actives en cours : 37 N 75 Mars 2014 La Lettre AIM Objectif de la lettre : Transmettre à nos partenaires une information régulière sur nos activités et notre actualité, les services que nous sommes à même de leur proposer ainsi

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE SESSION. Brevet d Etudes Professionnelles. REALISATIONS du GROS ŒUVRE. EPREUVE EP. 1 Préparation Durée : 3 h 00 Coefficient : 4

DOSSIER TECHNIQUE SESSION. Brevet d Etudes Professionnelles. REALISATIONS du GROS ŒUVRE. EPREUVE EP. 1 Préparation Durée : 3 h 00 Coefficient : 4 SESSION Brevet d Etudes Professionnelles REALISATIONS du GROS ŒUVRE EPREUVE EP. 1 Préparation Durée : 3 h 00 Coefficient : 4 DOSSIER TECHNIQUE Le dossier de cette épreuve est composé : - Du dossier technique

Plus en détail

ARRETE N du 31 octobre 2012 fixant les loyers d habitation dans un bail rural

ARRETE N du 31 octobre 2012 fixant les loyers d habitation dans un bail rural PREFET DE L INDRE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service de la Politique Agricole et du Développement Rural ARRETE N 2012305-0003 du 31 octobre 2012 fixant les loyers d habitation dans un bail

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive à haute performance energétique : détails techniques Bruxelles Environnement EXEMPLE DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE ET DURABLE: BATEX [120] RUE DU VERGER Thomas

Plus en détail

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments Liste des DTU Documents techniques unifiés DTU 13 - Fondations DTU 13.11 DTU 13.12 DTU 13.2 DTU 13.3 DTU 14 - Cuvelage DTU 14.1 DTU 20 - Maçonnerie DTU 20.1 Fondations superficielles Règles pour le calcul

Plus en détail

La protection du bâtiment contre le radon : quelles techniques à disposition, en réhabilitation, en bâtiment neuf?

La protection du bâtiment contre le radon : quelles techniques à disposition, en réhabilitation, en bâtiment neuf? La protection du bâtiment contre le radon : quelles techniques à disposition, en réhabilitation, en bâtiment neuf? Bernard Collignan Journée technique à destination des professionnels. Le radon dans les

Plus en détail

Infofiche 56.2 Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation

Infofiche 56.2 Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation Infofiche 56.2 Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation Publication : juillet 2012 L'Infofiche sur les parois berlinoises de type 2 constituées d'éléments de blindage mis

Plus en détail

Menuiseries extérieures et ITE : Les bonnes pratiques (Guide RAGE)

Menuiseries extérieures et ITE : Les bonnes pratiques (Guide RAGE) Menuiseries extérieures et ITE : Les bonnes pratiques (Guide RAGE) Sophie CUENOT Réunion technique 02 février 2017 ITPTP Marcq en (59) Les documents de référence Le NF DTU 36.5 Le Cahier CSTB 3709 V2 (Juin

Plus en détail

ARCAFLUID / HYDROFUGEANT PAR INJECTION. annexe

ARCAFLUID / HYDROFUGEANT PAR INJECTION. annexe ARCAFLUID / HYDROFUGEANT PAR INJECTION annexe A - PERCAGE ET POSITIONNEMENT DES TROUS 1) Perçage des trous : On perce horizontalement à l'aide d'un perforateur électropneumatique une série de trous en

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 1. Introduction 3. Exercices 4. Règles de base 5. Encodage 6. Cas particuliers 7. Conclusion Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 0 Définition du noeud constructif 1 1 2 formes de noeuds

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Les points-clés III. LA RÉGLEMENTATION DTU 52.2

LA RÉGLEMENTATION. Les points-clés III. LA RÉGLEMENTATION DTU 52.2 III. LA RÉGLEMENTATION DTU 52.2 MURS INTÉRIEURS (HAUTEUR 6 M) TRAVAUX NEUFS - les caractéristiques des supports (nature, type, étanchéité éventuelle), - la position et la nature des joints de fractionnement

Plus en détail

POSE DES MENUISERIES EXTERIEURES «La pose en applique»

POSE DES MENUISERIES EXTERIEURES «La pose en applique» POSE DES MENUISERIES EXTERIEURES «La pose en applique» Feuille: 1/13 S5.2: TECHNOLOGIE DE CONSTRUCTION, MATERIAUX DU BATIMENT. C2.1: Choisir et adapter des solutions techniques. 1-) RAPPEL: La pose en

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Mise en œuvre des fenêtres dans les constructions en bois: points d attention au niveau de l étanchéité à l air et des nœuds constructifs

Mise en œuvre des fenêtres dans les constructions en bois: points d attention au niveau de l étanchéité à l air et des nœuds constructifs 12h00 12h20 Mise en œuvre des fenêtres dans les constructions en bois: points d attention au niveau de l étanchéité à l air et des nœuds constructifs Benoît Michaux Centre Scientifique et Technique de

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE (DTMO) APLICABLE A LA REALISATION D ENDUIT SUR SUPPORT A OSSATURE REVETUE DE PANNEAUX

DOCUMENT TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE (DTMO) APLICABLE A LA REALISATION D ENDUIT SUR SUPPORT A OSSATURE REVETUE DE PANNEAUX Rédacteur : Laurent TEDESCHI 06 Août 2015 DOCUMENT TECHNIQUE DE MISE EN ŒUVRE (DTMO) APLICABLE A LA REALISATION D ENDUIT SUR SUPPORT A OSSATURE REVETUE DE PANNEAUX NOTA BENE : Pour être valable, ce procédé

Plus en détail

norme française NF P septembre 1993 Référence DTU 20.12

norme française NF P septembre 1993 Référence DTU 20.12 norme française NF P 10-203-1 septembre 1993 Référence DTU 20.12 maçonnerie des toitures et d'étancheité gros oeuvre en maçonnerie des toitures destinées à recevoir un revêtement d'étanchéité partie 1

Plus en détail

CLASSE. Connaissance du Langage Architectural et des Systèmes et Séquences de l 'Exécution. COURS N 2. Enveloppes

CLASSE. Connaissance du Langage Architectural et des Systèmes et Séquences de l 'Exécution. COURS N 2. Enveloppes CLASSE Connaissance du Langage Architectural et des Systèmes et Séquences de l 'Exécution FABIEN DUCHENE MAA ENSA-V 2013 @kid_architect www.archiclub.fr COURS N 2. Enveloppes Ce cours propose d'aborder

Plus en détail

Le Tableau de bord de l activité

Le Tableau de bord de l activité N 70 Octobre 2013 La Lettre AIM Objectif de la lettre : Transmettre à nos partenaires une information régulière sur nos activités et notre actualité, les services que nous sommes à même de leur proposer

Plus en détail

Commune de LA FERTÉ SAINT-CYR - Construction d'un centre d'intervention - Septembre

Commune de LA FERTÉ SAINT-CYR - Construction d'un centre d'intervention - Septembre Commune de LA FERTÉ SAINT-CYR - Construction d'un centre d'intervention - Septembre 2014 3-1 LOT N 3 ETANCHÉITÉ Commune de LA FERTÉ SAINT-CYR - Construction d'un centre d'intervention - Septembre 2014

Plus en détail

SYSTÈMES D ÉTANCHÉITÉ LIQUIDE Système d étanchéité liquide en résine polyéthylène pour toiture terrasse

SYSTÈMES D ÉTANCHÉITÉ LIQUIDE Système d étanchéité liquide en résine polyéthylène pour toiture terrasse SYSTÈMES D ÉTANCHÉITÉ LIQUIDE Système d étanchéité liquide en résine polyéthylène pour toiture terrasse Facile a mettre en oeuvre Temps de pose et séchage rapide Etanchéité haute performa nce www.onduline.fr

Plus en détail

Étanchéité à l air des Bâtiments

Étanchéité à l air des Bâtiments Étanchéité à l air des Bâtiments Session d information pratique électriciens Avec le support de la guidance technologique écoconstruction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale subsidiée

Plus en détail

organisme de gestion pour le contrôle des produits en béton Tél. (02) Fax (02) TUYAUX CIRCULAIRES DE DRAINAGE EN BETON

organisme de gestion pour le contrôle des produits en béton Tél. (02) Fax (02) TUYAUX CIRCULAIRES DE DRAINAGE EN BETON Association sans but lucratif PROBETON organisme de gestion pour le contrôle des produits en béton Rue d'arlon 53 - B9 B-1040 Bruxelles Tél. (02) 237.60.20 Fax (02) 735.63.56 e-mail : mail@probeton.be

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Remplacé le : 17/02/2014 par le n 13/14-1227 Procédé sous carrelage System under tiles fixing System unter Fliesenbelag und Plattenbelag Avis Technique 13/09-1044 Annule et remplace l Avis Technique 13/06-1001

Plus en détail

Programme cadre et programme détaillé des examens des modules des cours de technologie - théorie professionnelle

Programme cadre et programme détaillé des examens des modules des cours de technologie - théorie professionnelle Profil des compétences professionnelles Programme cadre et programme détaillé des examens des modules des cours de technologie - théorie professionnelle Organisation pratique Programme détaillé de I'examen

Plus en détail

TILUX-LINE TILUX. Évacuation en ligne. Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7. Tilux 8-10

TILUX-LINE TILUX. Évacuation en ligne. Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7. Tilux 8-10 F TILUX-LINE TILUX Évacuation en ligne Eléments pour douche à l'italienne Évacuation classique Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7 Tilux 8-10 informations produits 11 Tilux-Line Évacuation en ligne Panneaux de

Plus en détail

G E T R A S : *Système d étanchéité liquide

G E T R A S : *Système d étanchéité liquide G E T R A S : Bienvenue dans la gamme de produits et systèmes d étanchéité de Marques : SCHOMBURG (made in Germany) : Cher Visiteur, Une humidité excessive cause des dommages importants à votre bâtiment.

Plus en détail

ÆDIFICIO Architectes du Patrimoine

ÆDIFICIO Architectes du Patrimoine 1 LOT N 1 : ECHAFAUDAGES - MACONNERIE - PIERRE DE TAILLE 1.2 INSTALLATIONS COMMUNES DE CHANTIER 1.2.1 LOCATION DES INSTALLATIONS DE CHANTIER - TF - 4 MOIS 1.2.2 PANNEAU DE CHANTIER - ENSEMBLE DES TRANCHES

Plus en détail

3 OUVRAGES DU SECTEUR PROFESSIONNEL 1 / 12

3 OUVRAGES DU SECTEUR PROFESSIONNEL 1 / 12 3 OUVRAGES DU SECTEUR PROFESSIONNEL 1 / 12 Travaux d atelier «Fabrication» MURS RIDEAUX Travaux d atelier - En barre commerciale de 6m de longueur, voir plus exceptionnellement, suivant le «poids» de la

Plus en détail

Lot MACONNERIES

Lot MACONNERIES Lot 1-3 - MACONNERIES 1 introduction : 1.1 Références normatives : NF DTU 20.1 P1-2 : Travaux de bâtiment Ouvrages en maçonnerie de petits éléments Parois et murs Partie 1-2 : Critères généraux de choix

Plus en détail

DPGF LOT 20 GROS OEUVRE

DPGF LOT 20 GROS OEUVRE INSTALLATION DE CHANTIER Amenée du matériel, installation ens. 1,00 Etat des lieux ens. 1,00 Bungalow sanitaires U 1,00 Bungalow vestiaire U 1,00 Bungalow salle de réunion U 1,00 Branchement eau U 1,00

Plus en détail

6. Protections contre les bruits de chocs intérieurs

6. Protections contre les bruits de chocs intérieurs 6. Protections contre les bruits de chocs intérieurs Les chocs dans une construction se traduisent par une mise en vibration des structures. Ces vibrations peuvent se propager fort loin sans que parfois

Plus en détail

CRECHE GRAVELINES RESTAURATION DES CHÂSSIS À GUILLOTINE ANNEXE AU CAHIER SPECIAL DES CHARGES ETAT SANITAIRE ET PRINCIPE DE RESTAURATION

CRECHE GRAVELINES RESTAURATION DES CHÂSSIS À GUILLOTINE ANNEXE AU CAHIER SPECIAL DES CHARGES ETAT SANITAIRE ET PRINCIPE DE RESTAURATION CRECHE GRAVELINES RESTAURATION DES CHÂSSIS À GUILLOTINE ET AUTRES MENUISERIES ANNEXE AU CAHIER SPECIAL DES CHARGES ETAT SANITAIRE ET PRINCIPE DE RESTAURATION Façade vers le boulevard Clovis Problématique

Plus en détail

UN CANIVEAU FACILE A POSER. Un emboîtement mâle-femelle avec verrouillage

UN CANIVEAU FACILE A POSER. Un emboîtement mâle-femelle avec verrouillage KENADRAIN UN CANIVEAU FACILE A POSER Légers, avec grilles montées Tous nos caniveaux KENADRAIN sont livrés grilles montées verrouillées, pour une installation plus rapide. Grilles montées, nos caniveaux

Plus en détail

L OUVRIER DE LA CONSTRUCTION. Un ouvrier de la construction doit pouvoir exécuter TROIS types de travaux :

L OUVRIER DE LA CONSTRUCTION. Un ouvrier de la construction doit pouvoir exécuter TROIS types de travaux : L OUVRIER DE LA CONSTRUCTION Un ouvrier de la construction doit pouvoir exécuter TROIS types de travaux : Tout ouvrier de la construction doit utiliser un EQUIPEMENT PERSONNEL : Pour des travaux particuliers,

Plus en détail

E S P A C E R A M B O U I L L E T C o n s t r u c t i o n d u n e b o u t i q u e e t d e s a n i t a i r e s

E S P A C E R A M B O U I L L E T C o n s t r u c t i o n d u n e b o u t i q u e e t d e s a n i t a i r e s E S P A C E R A M B O U I L L E T C o n s t r u c t i o n d u n e b o u t i q u e e t d e s a n i t a i r e s CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) - PEINTURE Maître d ouvrage Architecte :

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Naturels (PPR)

Plan de Prévention des Risques Naturels (PPR) DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Du VAL-D'OISE Plan de Prévention des Risques Naturels (PPR) Glissement de terrain Retrait-gonflement des sols argileux Version pour avis des personnes et organismes

Plus en détail

Principes de réduction de la vulnérabilité des bâtiments existants aux risques technologiques

Principes de réduction de la vulnérabilité des bâtiments existants aux risques technologiques Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement Direction territoriale Normandie Centre Institut national de l environnement industriel et des risques Direction

Plus en détail

LOT n 1 Terrassement Maçonnerie

LOT n 1 Terrassement Maçonnerie DESCRIPTIF QUANTITATIF ESTIMATIF : LOT n 1 Terrassement Maçonnerie Adresse des travaux Centre Montée Technique du Docteur Municipal Odin ZI 42330 GavéSaint Galmier 42330Saint Galmier Réf.affaire : 004.12

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 1. GENERALITES 2. PLACEMENT DE L ISOLATION DANS LE MUR CREUX 3. AGREMENT TECHNIQUE

TABLE DES MATIERES 1. GENERALITES 2. PLACEMENT DE L ISOLATION DANS LE MUR CREUX 3. AGREMENT TECHNIQUE TABLE DES MATIERES 1. GENERALITES 2. PLACEMENT DE L ISOLATION DANS LE MUR CREUX Remplissage complet des murs creux Remplissage partiel des murs creux Isoler les murs de cave Avantages des panneaux rigides

Plus en détail

1.1 ANALYSE D UN OUVRAGE 1 / 7

1.1 ANALYSE D UN OUVRAGE 1 / 7 1.1 ANALYSE D UN OUVRAGE 1 / 7 LA POSITION DE LA MENUISERIE SUR LE SUPPORT 4 Possibilités en fonction de la conception de l'ouvrage de base - 1 - En feuillure (support non isolé) - 2 - En applique (support

Plus en détail

Etanchéité à l air des constructions passives

Etanchéité à l air des constructions passives Etanchéité à l air des constructions passives Bienvenue! Intervenante : Stefanie Rolfsmeier, Ingenieurgemeinschaft Bau + Energie + Umwelt GmbH Composants d une construction passive Consommation de chauffage

Plus en détail

AMENAGEMENT DE LOCAUX POUR L ECOLE SUPERIEURE DE DESIGN DES LANDES PHASE PRO ADDITIF

AMENAGEMENT DE LOCAUX POUR L ECOLE SUPERIEURE DE DESIGN DES LANDES PHASE PRO ADDITIF Omnium Technique d'etudes de la Construction et de l'equipement en Aquitaine Siège social : 126, rue des Quatre Castéra 33 130 BEGLES SAS au capital de 250 000 - RCS Bordeaux B 341.724.052 AMENAGEMENT

Plus en détail

PROJET FINAL - Séquence 1. Maison Bioclimatique. Architecture. 1 STI2D option Architecture et Construction 1AC

PROJET FINAL - Séquence 1. Maison Bioclimatique. Architecture. 1 STI2D option Architecture et Construction 1AC Maison Bioclimatique Architecture 1 STI2D option Architecture et Construction 1AC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Formalisation du projet architectural... 2 2.1. Documents ressources... 2 2.2. Travail

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation des systèmes existants... 9 Double flux collectif à échangeur individuel... 9 Double flux collectif à échangeur collectif...

SOMMAIRE. Présentation des systèmes existants... 9 Double flux collectif à échangeur individuel... 9 Double flux collectif à échangeur collectif... SOMMAIRE Domaine d application du guide.......................5 Principe, utilité, intérêt double flux/simple flux.......... 7 La qualité de l air intérieur............................ 7 Le confort.........................................

Plus en détail

Points de vigilance. 9 décembre 2015

Points de vigilance. 9 décembre 2015 RT 2012 - infiltrometrie Points de vigilance 9 décembre 2015 POINT SUR LA REGLEMENTATIO. LA PERMEABILITE A L AIR :POINT DE VIGILANCE EN CHANTIER RT 2005 BBC 2005 RT 2012 Performances: Cep

Plus en détail

LOT N 7 : CARRELAGE, FAIENCE

LOT N 7 : CARRELAGE, FAIENCE LOT N 7 : CARRELAGE, FAIENCE Page 1 sur 7 80 GENERALITES Les travaux comprennent toutes les fournitures, montages et mise en oeuvre de tous les matériaux décrits au présent lot. 801 RAPPEL DES NORMES ET

Plus en détail

LA PROTECTION EFFICACE DES FACADES AVEC MEATEC

LA PROTECTION EFFICACE DES FACADES AVEC MEATEC WAT E R M A N AGE M E N T LA PROTECTION EFFICACE DES FACADES AVEC MEATEC SYSTEME S DE DRAIN AGE POUR LE S TERRA SSE S E T LE S FAC ADE S Caniveaux en acier galvanisé ou en acier inoxydable LES CANIVEAUX

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Rénovation par l'intérieur de caves humides. "Une pièce en plus dans la maison!" "Une cave saine, sans salpêtre!"

Rénovation par l'intérieur de caves humides. Une pièce en plus dans la maison! Une cave saine, sans salpêtre! "Une pièce en plus dans la maison!" "Une cave saine, sans salpêtre!" Rénovation par l'intérieur de caves humides Une rénovation simple et rapide, sans gros outillage. Permet une finition à la plaque de

Plus en détail

Type de baie ml 0.60 ml 35 Léopard ml 0.90 ml 35 Léopard ml 1.00 ml 35 Léopard ml 1.20 m 35 Léopard

Type de baie ml 0.60 ml 35 Léopard ml 0.90 ml 35 Léopard ml 1.00 ml 35 Léopard ml 1.20 m 35 Léopard Appuis de fenêtre Eléments en béton gris moulés, pose en seuil ou en appui possible. Ouverture Poids unitaire Appui de baie AP 35 AP 27 0. 52 ml 0.40 ml 24 kg 21 kg 0. 62 ml 0.50 ml 29 kg 25 kg 0. 72 ml

Plus en détail

Travaux Annexes de Voirie 2015

Travaux Annexes de Voirie 2015 ² Travaux Annexes de Voirie 2015 DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES Mairie de Sauvigny le Bois 31 rue de la liberté 89200 SAUVIGNY LE BOIS 03 86 34 32 35 03 86 34 53 20

Plus en détail

CSTC L A POSE DES MENUISERIES EXTERIEURES NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 188 UNE EDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION

CSTC L A POSE DES MENUISERIES EXTERIEURES NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 188 UNE EDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION TRIMESTRIEL DEPÔT : BRUXELLES X ISSN 0528-4880 CLASSE DE PRIX : A6 CSTC UNE EDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION L A POSE DES MENUISERIES EXTERIEURES NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

Plus en détail

Le son. Animation : propagation d'une onde sonore plane

Le son. Animation : propagation d'une onde sonore plane LES SONS Le son Le son est du à la vibration d'un objet ( cordes vocales, membrane d'un haut parleur...). Cette vibration fait osciller les molécules de l'air en contact avec l'objet, qui vont transmettre

Plus en détail

relevés d'étanchéité de toitures à élément porteur en béton textes de référence

relevés d'étanchéité de toitures à élément porteur en béton textes de référence relevés d'étanchéité de toitures à élément porteur en béton textes de référence NF P 10-203-1 (DTU 20.12) Septembre 1993, février 1994, juillet 2000 Maçonnerie des toitures et d'étanchéité - Gros œuvre

Plus en détail

16/09/2010. Présentation proposée par Jean-Claude Cammaerts. Un résultat maximal avec une épaisseur minimale...

16/09/2010. Présentation proposée par Jean-Claude Cammaerts. Un résultat maximal avec une épaisseur minimale... Présentation proposée par Jean-Claude Cammaerts Un résultat maximal avec une épaisseur minimale... 1 Recticel est actif dans 5 secteurs Confort Produit et transforme de la mousse de rembourrage de coussins,chaises,etc.

Plus en détail

Diagnostic technique radon Techniques de remédiation Exemples de cas rencontrés. Catherine NAULEAU

Diagnostic technique radon Techniques de remédiation Exemples de cas rencontrés. Catherine NAULEAU Diagnostic technique radon Techniques de remédiation Exemples de cas rencontrés Catherine NAULEAU Diagnostic technique du bâtiment Objectifs : 1/ Fournir les premiers éléments d explication aux niveaux

Plus en détail

DE FAçADE JUSQU AUx P 5 MINI MINI

DE FAçADE JUSQU AUx P 5 MINI MINI DOCUMENTATION TECHNIQUE DU PAREMENT DE FAçADE JUSQU AUx FINITIOns MINI MINI P 5 Un système complet Le système est un système complet comportant des panneaux de vêtage standards ou spéciaux (élément d angle),

Plus en détail

Présentation de l Audit Global Partagé. 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard Montreuil. 2. Etat des lieux de la copropriété

Présentation de l Audit Global Partagé. 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard Montreuil. 2. Etat des lieux de la copropriété Présentation de l Audit Global Partagé 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard 93100 Montreuil Plan de la présentation 1. Introduction 2. Etat des lieux de la copropriété 4. Plan de financement

Plus en détail

FAÇABRICK WIENERBERGER SOLUTIONS RENOVATION. www.solutionsrenovation.be

FAÇABRICK WIENERBERGER SOLUTIONS RENOVATION. www.solutionsrenovation.be WIENERBERGER SOLUTIONS RENOVATION FAÇABRICK Syllabus en ligne Conseils généraux Briques de parement Façatile Tuiles en terre cuite www.solutionsrenovation.be Avant-propos solutions de rénovation Solution

Plus en détail

Coffres de volets roulants Caissons et linteaux monoblocs

Coffres de volets roulants Caissons et linteaux monoblocs SOLUTION VOLETS ROULANTS Coffres de volets roulants Caissons et linteaux monoblocs Accessoires monolithes POSE SUR BRIQUE OU BLOC BÉTON PRODUIT SOUS AVIS TECHNIQUE DU CSTB DOMAINE D EMPLOI RECOMMANDÉ RT

Plus en détail

Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation

Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation Publication : juillet 2012 L'Infofiche sur les parois berlinoises de type 2 constituées d'éléments de blindage mis en place avant

Plus en détail

Coefficient de transmission surfacique en partie courante (Uc) 6. Coefficient de transmission surfacique global (Up) 7

Coefficient de transmission surfacique en partie courante (Uc) 6. Coefficient de transmission surfacique global (Up) 7 THERMIQUE Sommaire Sommaire 2 Récapitulatif général des valeurs 3 Introduction et hypothèses de calcul 4 Nature des matériaux, conductivité thermique et conditions aux limites 5 Performances Thermiques

Plus en détail

Guide d installation pour

Guide d installation pour Guide d installation pour 1 LIRE ATTENTIVEMENT AVANT D ENTREPRENDRE LA POSE Le fait de ne pas respecter ces différentes étapes annule la garantie Goodfellow IMPORTANT AVANT LA POSE En tout temps, pour

Plus en détail

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28.

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28. CHARGE MAXIMALE (LOCAL ISOLÉ) Local Ensemble de locaux 6 (Séjour T3) Logement collectif Conditions de projet Internes Externes Température intérieure = 26.0 C Température extérieure = 29.3 C Humidité relative

Plus en détail

MANUEL DE POSE THERMALU LA CHAPE LIQUIDE ANHYDRITE

MANUEL DE POSE THERMALU LA CHAPE LIQUIDE ANHYDRITE MANUEL DE POSE THERMALU LA CHAPE LIQUIDE ANHYDRITE THERMALU ENTREPRISE SCOP ARL ZA Les Sablonnières 05120 L ARGENTIERE LA BESSEE Tél : 04-92-49-30-16 Mail : contact@thermalu.eu - 1 SOMMAIRE 1- VERIFICATION

Plus en détail