COMPTE RENDU DES TRAVAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE RENDU DES TRAVAUX"

Transcription

1 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL SOIXANTE-DOUXIÈME SESSION GENÈVE, 1986 COMPTE RENDU DES TRAVAUX BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE

2 S'il n'y a pas d'objection, je considérerai que le rapport de la commission est adopté. (Le rapport est adopté.) STRUCTURE DE L'OIT: QUESTIONS RELATIVES À DES AMENDEMENTS À LA CONSTITUTION DE L'OIT: DISCUSSION Nous allons procéder au vote final sur l'instrument d'amendement à la Constitution de l'oit, l'amendement à l'article 17 du Règlement et les amendements introduits par voie de conséquence dans le Règlement de la Conférence. Ainsi, notre première tâche consiste à procéder à un vote final sur l'instrument d'amendement à la Constitution de l'oit. Cet instrument, contenu dans le Compte rendu provisoire n 36 et qui a été élaboré par le Comité de rédaction après les deux votes préliminaires des vendredi 13 et lundi 23 juin 1986, contient les projets d'amendements relatifs aux quatre questions figurant à l'ordre du jour, c'est-à-dire : article 8 (nomination du Directeur général) ; article 17 (quorum) ; article 36 (procédure d'amendement à la Constitution) et article 7 (composition du Conseil d'administration). Comme vous pourrez le voir, le Comité de rédaction, conformément au mandat que lui confère l'article 47, paragraphe 6, du Règlement, a intégré dans un seul instrument d'amendement l'ensemble des modifications aux différents articles constitutionnels, ainsi que les modifications qui doivent être introduites par voie de conséquence dans d'autres dispositions constitutionnelles. Conformément à l'article 47, paragraphe 8, du Règlement, la Conférence doit procéder à un seul vote final sur l'ensemble de cet instrument. Ce vote se fera conformément à l'article 36 de la Constitution par appel nominal. L'adoption de l'instrument d'amendement exige la majorité des deux tiers. Avant de prier le Greffier de la Conférence de procéder à ce vote final par appel nominal sur l'instrument d'amendement à la Constitution, je donne la parole à M. Kostine, délégué gouvernemental de l'urss, qui en a fait la demande. Interprétation du russe: M. KOSTINE (délégué gouvernemental, URSS) - J'ai été chargé par les délégations tripartites des pays socialistes de déclarer ce qui suit en leur nom. Au cours des travaux qui ont duré de longues années sur le réexamen de la structure de l'oit, les représentants des pays socialistes ont constamment fait preuve de leur bonne volonté, ont présenté des propositions constructives et se sont efforcés dans un esprit de coopération de trouver une solution générale ou plutôt «un paquet» de solutions généralement acceptables à ce problème si important pour l'organisation. Nous avons participé directement à la conclusion d'accords préliminaires sur la plupart des questions. En même temps, les pays socialistes ont fait preuve de souplesse dans leurs méthodes de travail, de bonne volonté aussi, et ils se sont montrés disposés à accepter des compromis. En effet, ils ont été conscients de ce que des résultats des travaux sur la réforme de la structure dépendaient, en grande partie, l'avenir de l'oit et l'universalité de ses activités. Nous prenons note avec satisfaction des amendements proposés qui visent à accroître le rôle des pays en voie de développement et celui de la Conférence générale dans les activités de l'organisation. En même temps toutefois, nous sommes obligés, avec un très grand regret, de constater que ces longues années d'efforts déployés pour réformer la structure se sont heurtées à l'obstruction de la prétendue majorité du Groupe des employeurs qui a refusé obstinément de reconnaître les droit manifestes des employeurs des entreprises socialistes à être dûment représentés au Conseil d'administration et à participer à toutes les activités de l'organisation sur la base du principe de l'égalité et de la non- discrimination. Cette situation a encore été confirmée par les événements qui ont eu lieu durant la présente session de la Conférence, s'agissant de la constitution des commissions, comme vous le savez fort bien. Au cours de nombreuses années et, durant la présente session, la majorité du Groupe des employeurs a rejeté à plusieurs reprises des propositions concrètes présentées par les employeurs des pays socialistes. Cette majorité n'a fait preuve d'aucun esprit de coopération ni d'aucune bonne volonté. C'est pourquoi les discussions n'ont absolument pas progressé notamment celles du Groupe des employeurs. La position de la «majorité» des employeurs se trouve en contradiction directe avec une réforme de la structure répondant véritablement aux exigences du monde actuel, aux normes communément acceptées de coopération internationale, aux réalités économiques et sociales du monde actuel et aux changements intervenus dans le monde depuis la création de l'oit. Nous avons été saisis de projets de modification de la Constitution de l'oit et du Règlement de la Conférence générale, en particulier de l'article 17, dans le cadre du vote final mais aucune décision acceptable pour toutes les parties n'a pu être atteinte sur l'un des éléments les plus importants de la réforme de la structure, le problème du Groupe des employeurs. Cet échec réduit à néant les efforts déployés depuis des années pour parvenir à un ensemble de mesures acceptables pour tous et apportant une solution à tous les problèmes. Il est aussi l'expression de la mauvaise volonté de certaines forces agissant au sein de cette Organisation, qui ne souhaitent pas tenir compte des intérêts légitimes de tout un groupe de pays et des intérêts du système social qu'ils représentent. Cette attitude. contraste fortement avec les efforts déployés par ces forces - notamment les pays occidentaux et le secrétariat - pour satisfaire l'ambition d'israël, dont la politique a amené une situation telle que ses voisins refusent ce pays dans leur région. A ce propos, je voudrais souligner une fois de plus que le problème de la désignation au Conseil d'administration de pays qui ne sont pas couverts par un protocole n'a rien à voir avec les pays socialistes d'europe de l'est. L'adoption des amendements à la Constitution et d'un Règlement de la Conférence, alors que l'on n'a pas encore résolu le problème de la discrimination exercée à rencontre des employeurs des pays socialistes, serait pour nous inacceptable car elle équivaudrait à un refus de reconnaître, au sein de cette Organisation, l'existence du système économique des pays socialistes. Nous ne saurions accepter cela. 39/20

3 Pour les raisons que je viens d'énoncer, nous sommes contraints de voter contre l'adoption de ce document. En outre, compte tenu de l'importance primordiale accordée par les pays socialistes, à une solution équitable du problème relatif au Groupe des employeurs, nous confirmons notre décision, annoncée antérieurement, de suspendre, à compter du 1 er janvier 1986, le versement de notre part de contribution allouée aux activités de l'oit concernant les entreprises. Nous avons tout fait de notre côté pour résoudre les problèmes de structure sur la base d'un accord général. L'an dernier, dans la déclaration des pays socialistes sur la situation au sein de l'oit, nous nous sommes déclarés prêts à coopérer en vue d'une amélioration sensible des activités de l'organisation pour en démocratiser les méthodes de travail et en améliorer ainsi le fonctionnement. Nous avons fait preuve de bonne volonté, de patience et de souplesse. Nous avons déjà dit que le libellé des amendements proposés en vue de modifier la Constitution et le Règlement pourrait être acceptable pour nous, dans le cadre de l'ensemble de mesures dont j'ai parlé. Néanmoins, nous sommes obligés de voter contre ces amendements, parce que les intérêts légitimes des pays socialistes sur un problème aussi fondamental que celui de la réforme de la structure n'ont pas été pris en considération à propos de la situation au sein du Groupe des employeurs. La responsabilité de cette situation incombe à ceux qui, poursuivant des objectifs politiques égoïstes, s'attachent à perpétuer la discrimination au sein de l'oit. Le problème de la normalisation de la situation dans le Groupe des employeurs reste pendant. Une fois de plus, nous adressons un appel à tous ceux qui ont à cœur le sort de cette Organisation et leur demandons de bien vouloir réfléchir à ces problèmes. Interprétation de l'anglais : M. von HOLTEN (délégué des employeurs, Suède) - Encore que ce ne soit peut-être pas nécessaire, j'ai demandé la parole afin d'assurer la Conférence que le Groupe des employeurs, dans sa grande majorité, va voter pour les amendements constitutionnels et aussi pour les amendements par voie de conséquence au Règlement de la Conférence. Nous le ferons sachant que le nouveau paragraphe 2 de l'article 7 de la Constitution, qui porte sur la composition future du Conseil d'administration du BIT, vaut également pour le Groupe des employeurs. Il ne porte pas atteinte à notre autonomie. Nous continuerons donc à élire comme membres du Conseil d'administration des personnes qui représentent les employeurs, c'est-àdire qui devront être prêtes à promouvoir les intérêts du groupe à l'oit, sans recevoir d'instructions d'ailleurs. Hormis cette considération, nous serons tenus, en vertu du nouveau paragraphe, de former notre équipe de membres du Conseil d'administration de manière qu'elle soit aussi représentative que possible, du point de vue géographique, économique et social. Pour mettre en œuvre le nouveau paragraphe lorsqu'il sera entré en vigueur, nous avons adopté des règles internes pour procéder à nos élections conformément au paragraphe 4 de l'article 52 du Règlement de la Conférence amendé par voie de conséquence. Ces règles sont ainsi conçues qu'elles doivent être revues avant chaque élection afin d'être adoptées à la majorité simple du groupe, avec ou sans amendements. Malheureusement, les représentants des employeurs des pays socialistes d'europe de l'est et de Cuba et de la Mongolie n'ont pas encore été en mesure d'accepter lesdites règles. Ils ne sont pas satisfaits de cette garantie conditionnelle contenue dans le nouveau paragraphe 2 de l'article 7 et veulent une garantie sans condition, garantie que nous ne pouvons leur donner car nous ne voulons pas créer ce qui serait, en fait, des sièges non électifs dans le Groupe des employeurs. Dans ma déclaration en séance plénière, le samedi 7 juin, j'ai cité une interprétation de ces règles qui a été approuvée formellement par la majorité du Groupe des employeurs à la 68 e session (1982) de la Conférence. Nous nous en tenons à cette interprétation. Ainsi, nous espérons un jour en arriver au degré de coopération nécessaire avec nos collègues socialistes aux réunions de l'oit et à la Conférence en particulier, ce qui permettra à la majorité d'élire ses candidats au Conseil d'administration. Ce problème est un vieux problème..11 existait avant que le débat sur la structure ne commence et certainement il survivra à ce débat. Que l'amendement qui nous est soumis présentement soit adopté ou non, et bien sûr nous espérons qu'il le sera, le Groupe des employeurs ne pourra cesser d'étudier ce problème. Déjà maintenant nous avons des règles électorales qui, comme les règles futures, doivent être revues avant chaque élection. La prochaine élection se tiendra, comme vous le savez, en Différentes questions concernant l'organisation des travaux de la Conférence doivent aussi être discutées au sein de notre groupe sur la nécessité pour les employeurs de continuer leurs discussions internes; je suis heureux de vous dire que nos collègues socialistes et nous-mêmes sommes complètement d'accord. Interprétation de l'arabe: M. SALIM (conseiller technique gouvernemental, République arabe syrienne) - La délégation de la République arabe syrienne, du fait de la très grande importance qu'elle attache aux amendements à la Constitution et étant donné qu'elle approuve, en principe, les projets d'amendements figurant dans le document qui nous est soumis, estime nécessaire de faire enregistrer au compte rendu de la présente séance ses réserves au sujet de la section spéciale qui ne se réfère pas à un pays particulier - car elle estime qu'il y a là une tentative flagrante d'empêcher les pays arabes de parler de ce qui se passe dans les territoires occupés - et plus particulièrement de l'application de l'article 17 du Règlement. Son inquiétude s'est encore accrue lorsqu'elle a entendu le Directeur général du BIT déclarer aujourd'hui qu'à l'avenir il envisagera d'envoyer une mission d'enquête dans les territoires occupés s'il l'estime nécessaire, ce qui revient à dire que la décision sera laissée à la discrétion du Directeur général. En conséquence, ma délégation souhaite exprimer ses réserves au sujet de ce document et plus expressément de l'article 17. Interprétation de l'anglais: M. HARE (conseiller technique gouvernemental, Etats-Unis) - Depuis qu'il est revenu à l'oit en 1980, mon gouvernement a participé de façon active aux discussions en matière de structure. Nous rejoignons ceux qui ont exprimé leur satisfaction de voir que ce long exercice arrive maintenant à terme. Nous ne nous faisons pas d'illusions; cet ensemble d'amendement n'est pas 39/21

4 parfait, mais il représente peut-être le meilleur compromis possible au vu de tous les intérêts qui s'opposent dans le cadre de cette Organisation. Mon gouvernement regrette sincèrement que la région des Amériques, pour différentes raisons, n'ait pas encore été en mesure d'établir, d'un commun accord, un protocole assurant une répartition équitable des sièges au Conseil d'administration pour la région des Amériques. Cependant, nous sommes sûrs que, dans la période qui s'écoulera entre l'adoption du texte qui nous est soumis aujourd'hui et la ratification de ce texte par les Etats' Membres comme cela est prévu dans la Constitution de TOIT, il sera possible d'en arriver à terminer ce protocole. Laissez-moi conclure en exprimant mes remerciements au Président pour les efforts qu'il a déployés afin que les travaux sur la structure aboutissent à des conclusions satisfaisantes. M. OECHSLIN (délégué des employeurs, France) - Je ne voudrais dire que quelques mots en raison des responsabilités qui m'ont été données à cette Conférence et qui me seront peut-être données par la suite par le Groupe des employeurs. Je n'ai pas reconnu, dans le tableau, que le distingué représentant de l'union soviétique, M. Kostine, a bien voulu faire du Groupe des employeurs, je n'ai pas reconnu le groupe que j'ai l'habitude de diriger. Je pense qu'un grand nombre des membres de ce groupe, qui viennent de pays en développement notamment et de pays en développement qui ne sont pas tous capitalistes, ne reconnaissent pas ce Groupe des employeurs, comme ne le reconnaissent pas non plus beaucoup d'amis du Groupe gouvernemental et du Groupe des travailleurs avec lesquels nous sommes habitués à travailler. Il me semble qu'on a voulu faire de ce groupe une espèce de forteresse dans laquelle l'entrée est réservée à ceux qui possèdent un brevet de capitalisme intégral. Je crois que ce n'est pas vrai, que le Groupe des employeurs est une maison ouverte à beaucoup de partisans d'origines différentes, représentant des entreprises et des systèmes sociaux différents; la seule condition qui est posée c'est que ceux qui sollicitent d'y entrer laissent leur revolver au vestiaire. Sur un ton plus sérieux, je voudrais dire que l'article 7, paragraphe 2 de la Constitution, tel qu'emendé selon le projet qui nous est soumis et que nous allons voter, consacre l'autonomie des groupes. C'est donc au sein des groupes que doivent être recherchés les principes qu'ils énoncent. Le Groupe des employeurs s'attachera comme les autres à poursuivre ce dialogue interne pour surmonter les difficultés éventuelles d'application du nouvel article constitutionnel. Ce dialogue reste ouvert, dès maintenant. Le futur président du Groupe des employeurs de la Conférence - et je crains encore une fois que mes collègues, dans leur sagesse ou leur absence de sagesse, envisageant de me renouveler leur confiance - reste et restera ouvert à tout entretien avec les composants du Groupe des employeurs qui le désireraient, à tout moment et y compris dans la période qui nous sépare de la prochaine session de la Conférence. Je crois que les arrangements matériels à cette fin pourraient être facilement trouvés avec l'aide du BIT à la conditions, évidemment, qu'il y ait une volonté réelle de résoudre par le dialogue toutes les difficultés qui peuvent surgir au sein du groupe, notamment lors de la session de 1987 de la Conférence. VOTE FINAL PAR APPEL NOMINAL SUR LE PROJET D'INSTRU MENT D'AMENDEMENT A LA CONSTITUTION DE L'OIT Nous allons passer au vote final par appel nominal sur le projet d'instrument d'amendement à la Constitution de l'oit. (7/ est procédé à un vote par appel nominal.) (Le résultat détaillé du vote est donné à la fin du compte-rendu de la présente séance.) Le résultat du vote sur le projet d'instrument d'amendement à la Constitution de l'oit est le suivant : 352 pour, 44 contre, sans abstention. La Conférence vient donc d'adopter l'instrument d'amendement à la Constitution de l'oit. (L'instrument d'amendement à la Constitution de l'oit est adopté.) Quatre orateurs ont demandé la parole pour donner une explication de vote. Interprétation de l'anglais: M. UTHEIM (délégué gouvernemental, Norvège) - Je prends la parole au nom du groupe gouvernemental des pays d'europe occidentale. Qu'il me soit permis de dire que nous avons été heureux de voter en faveur de l'instrument d'amendement à la Constitution de l'oit que nous venons d'adopter. Le groupe gouvernemental des pays d'europe occidentale a toujours accordé une grande importance à l'heureuse issue du problème de la structure. Tous les groupes, toutes les délégations présents dans cette salle ont participé à l'effort énorme qui a été déployé au cours de la présente session sur ce point. En même temps, nous devrions également rendre hommage à tous ceux qui ont consacré tant de temps et d'efforts à la question de la structure par le passé. C'est grâce à eux qu'il a été possible pour nous de mener à bien avec succès cette tâche ardue. A cette occasion, qu'il me soit également permis, au nom de mon groupe et en mon nom personnel, de rendre tout particulièrement hommage au Directeur général du BIT, M. Francis Blanchard, et à ses conseillers juridiques si compétents, MM. Wolf et Maupain, et surtout de vous féliciter personnellement, Monsieur le Président, pour les efforts inlassables que vous avez déployés à toute heure du jour et de la nuit, pour ainsi dire, lorsque nous faisions appel à vos bons offices pour concilier les points de vue. Il va sans dire que les explications de vote faites au nom du groupe gouvernemental d'europe orientale n'expriment que l'interprétation de ce groupe seulement. Interprétation du russe: M. KOUDRIAVTSEV (conseiller technique gouvernemental, URSS) - Au nom des délégations du groupe des pays socialistes, je demande qu'il soit procédé à un vote sur les 39/22

5 amendements à l'article 17 du Règlement et sur les autres amendements qui forment un «ensemble». Pour les motifs exposés précédemment, nous voterons contre ces amendements. Interprétation de l'espagnol: M. CARVALHO LOPES (conseiller technique gouvernemental, Brésil) - Conséquent avec son désir de participation aux travaux des organisations où l'a fréquemment soutenu la modernisation et l'actualisation des structures, le gouvernement du Brésil a, depuis le début des discussions sur la réforme de la structure de l'oit, apporté son appui inconditionnel, je le répète, inconditionnel, à cette réforme. Après plus de vingt années, nous sommes tout à fait conscients du fait qu'ont été adoptées diverses dispositions qui, sans doute aucun, devraient traduire un progrès réel dans le fonctionnement et la démocratisation des travaux de l'organisation. La participation de la délégation du Brésil aux négociations sur la réforme de la structure de l'oit a été traditionnellement constructive. Dans les négociations au sujet du protocole régional pour les Amériques qui n'a pas encore trouvé de solution, la délégation du Brésil n'a jamais essayé d'établir des conditions à la participation de qui que ce soit. La délégation du Brésil n'a pas pu décider pour le moment, sans que la région des Amériques se soit prononcée sur son protocole, d'appuyer l'adoption définitive des amendements à la Constitution. C'est la raison pour laquelle la délégation gouvernementale du Brésil n'a participé à aucun des votes. Interprétation de l'arabe: M. AL-YAHYA (délégué gouvernemental, Arabie Saoudite) - Au nom de Dieu clément et miséricordieux! A l'occasion de l'approbation finale des modifications constitutionnelles de la part de la Conférence, j'ai le plaisir, au nom de la délégation de l'arabie Saoudite, de saluer les efforts déployés par le Président et le Directeur général et par tous ceux qui ont contribué à faire aboutir la réforme des structures de l'organisation, couronnant ainsi vingt années d'efforts. Nous souhaitons que ces modifications constitionnelles prennent rapidement effet, une fois ratifiées par les Etats Membres. Je voudrais aussi dire combien j'apprécie le rôle positif du Groupe des 77 et des délégations qui ont tant fait pour le succès de la Conférence, et en particulier l'action de M. Jimenez Davila, ambassadeur d'argentine, et de M. Kirubanathan, représentant du groupe asiatique et de la Malaisie au Groupe de travail sur la structure. Je tiens de plus à rendre hommage à notre frère M. Briki, délégué gouvernemental de l'algérie, qui nous a toujours représentés avec honneur à la commission, et qui a payé de sa propre santé le succès de la «formule» qui garde son nom. La modification des structures de l'oit est une application du principe de démocratisation de cette Organisation, et permet une plus grande contribution des pays en développement aux activités de notre Organisation, Je voudrais terminer mon intervention en exprimant notre appréciation et nos remerciements à M. Briki et à tous ses collègues ainsi qu'au Directeur général pour tous leurs efforts. AMENDEMENTS A2 L'ARTICLE 17 DU RÈGLEMENT DE LA CONFÉRENCE: ADOPTION La deuxième partie de notre tâche consiste à adopter les amendements à l'article 17 du Règlement de la Conférence qui traite des procédures relatives aux résolutions. Le texte des amendements proposés à cet article figure au Compte rendu provisoire n 3. Les corrections apportées par le Comité de rédaction figurent au Compte rendu provisoire n 36A. Comme j'ai déjà eu l'occasion de le signaler, la résolution de la 71 e session de la Conférence sur l'ordre du jour de cette session indique clairement que l'adoption de ces amendements et leur entrée en vigueur sont subordonnées à l'entrée en vigueur de l'instrument d'amendement à la Constitution que nous venons d'adopter. Avant de passer au vote sur cette question, il convient peut-être de rappeler l'accord général auquel est parvenu le Groupe de travail sur la structure lorsqu'il a adopté en 1981 l'amendement proposé concernant la composition du comité de treize personnes prévu au paragraphe 4 de l'article 17. «Le groupe de travail est d'avis que le fait de porter de 7 à 13 le nombre de membres du comité devrait permettre à la Conférence de rendre le comité aussi représentatif que possible en tenant compte des différents intérêts géographiques, économiques et sociaux au sein des trois groupes de la Conférence. Toutefois, ces considérations ne devraient pas porter atteinte à l'autonomie des trois groupes de la Conférence.» Je vous soumets donc pour adoption les amendements proposés à l'article 17 du Règlement de la Conférence qui figurent dans le Compte rendu provisoire n 3 avec les corrections indiquées dans le Compte rendu provisoire n 36A. (Il est procédé à un vote à main levée.) Le résultat du vote est le suivant : 287 voix pour, 45 voix contre, sans abstentions. Le quorum étant de 245 voix, en conséquence, les amendements à l'article 17 du Règlement de la Conférence sont adoptés. Il est entendu que ces amendements n'entreront en vigueur qu'à la première session de la Conférence suivant l'entrée en vigueur de l'instrument d'amendement à la Constitution. (Les amendements à l'article 17 du Règlement sont adoptés.) ADOPTION DES AMENDEMENTS AU RÈGLEMENT DE LA CONFÉRENCE COMME CONSÉQUENCE DE L'ADOPTION DE L'INSTRUMENT D'AMENDEMENT A LA CONSTITUTION ET DE L'AMENDEMENT À L'ARTICLE 17 DU RÈGLEMENT Nous allons passer maintenant à l'adoption des amendements introduits par voie de conséquence dans le Règlement de la Conférence ainsi que des amendements à l'article 17 du Règlement. Ces amendements portent sur les dispositions suivantes du Règlement dans l'ordre où elles apparaissent dans le texte : 39/23

6 Artide 4 (Compte rendu provisoire n 3), modification résultant de l'amendement à l'article 7 de la Constitution. Article 7 bis (Compte rendu provisoire n 36A), modification résultant de l'amendement à l'article Articles 9 et 10 (Compte rendu provisoire n 3 et Compte rendu provisoire n 36 A), modifications résultant de l'amendement à l'article 17 du Règlement de la Conférence. Article 12 bis (Compte rendu provisoire n 3), 8 de la Constitution. Article 19, paragraphe 5 (Compte rendu provisoire n 3), modifications résultant de l'amendement à l'article 36 de la Constitution. Article 20 (quorum) et suppression de l'article 21 (Compte rendu provisoire n 3), modifications résultant de l'amendement à l'article 17 de la Constitution. Article 25 (Compte rendu provisoire n 3), modifications résultant de l'amendement à l'article 7 de la Constitution. Articles 26 et 28 (Compte rendu provisoire n 3), Articles 30 et 33 (Compte rendu provisoire n 3), 7 de la Constitution. Articles 41 et 47 (Compte rendu provisoire n 3), Articles 48, 49, 50, 51, 52, 53 et 54 (Compte rendu provisoire n 3), modifications résultant de l'amendement à l'article 7 de la Constitution. Article 55 (Compte rendu provisoire n 3), modification résultant de l'amendement à l'article 17 du Règlement. Article 65 et 66 (Compte rendu provisoire n 3), modification résultant de l'amendement à l'article Article 70 (Compte rendu provisoire n 3), modification résultant de l'amendement à l'article 7 de la Constitution. Je soumets à la Conférence l'ensemble des amendements aux dispositions que je viens d'énumérer du Règlement de la Conférence, et je dois préciser à nouveau que l'adoption de ces amendements ne prendra effet qu'à la session de la Conférence suivant l'entrée en vigueur de l'instrument d'amendement à la Constitution de TOIT. Puis-je considérer que la Conférence adopte ces amendements? (Les amendements introduits à la suite de l'adoption de l'instrument d'amendement à la Constitution de VOIT dans le Règlement de la Conférence sont adoptés.) Avec l'adoption de l'ensemble des amendements au Règlement de la Conférence prend fin l'examen des points relatifs aux amendements à la Constitution de l'oit et au Règlement de la Conférence. Je dois signaler que les différents amendements, par voie de conséquence, au Règlement du Conseil d'aministration, n'exigent pas l'approbation de la Conférence. Celle-ci doit simplement en prendre note et les communiquer au Conseil d'administration pour qu'il les examine en temps opportun. (La Conférence prend note des amendements au Règlement du Conseil d'administration.) RÉSOLUTION CONCERNANT LE DÉVELOPPEMENT, LA DETTE EXTÉRIEURE ET LES OBJECTIFS SOCIAUX DE L'OIT SOUMISE PAR LA, COMMISSION DES RÉSOLUTIONS: PRÉSENTATION, DISCUSSION ET ADOPTION Nous allons passer à l'examen de la résolution concernant le développement, la dette extérieure et les objectifs sociaux qui figurent dans le rapport de la Commission des résolutions. Interprétation de l'anglais : M. SCHRADER (conseiller technique gouvernemental, Etats-Unis) - Pendant la discussion de cette résolution, à la Commission des résolutions, mon gouvernement s'est associé à la déclaration présentée au nom de 16 gouvernements qui avaient des réserves sérieuses à exprimer sur la portée de cette résolution. De fait, j'ai fait une déclaration complémentaire exposant les objections de mon gouvernement concernant cette résolution. Je voudrais y faire référence maintenant ; elle explique la position du gouvernement des Etats-Unis d'amérique à l'égard de la résolution concernant le développement, la dette extérieure et les objectifs sociaux de l'oit. Mon gouvernement est parfaitement conscient des problèmes financiers qui sont associés au fardeau de la dette pour un certain nombre de pays dans le monde. Le gouvernement des Etats-Unis a pris l'initiative de chercher des solutions à ce problème, sur une base bilatérale, et sur une base multilatérale, en collaboration avec les institutions financières internationales appropriées. En commission, pendant la discussion générale sur cette résolution, j'ai dit qu'il était opportun que l'oit considère les répercussions des pressions dues aux conditions macro-économiques changeantes sur le travail et dans le domaine social au sein des pays Membres. L'OIT doit expressément porter son attention sur les effets de ce problème sur l'emploi et sur les conditions générales de travail plutôt que sur les économies nationales. Or, de l'avis de mon gouvernement, la résolution qui nous est soumise va bien au-delà du domaine de compétence réel de l'oit! Mon gouvernement ne peut appuyer l'élargissement du cadre de compétence de l'oit à l'arène financière internationale. A notre avis, la résolution qui nous est proposée laisse à désirer sur un certain nombre de points. Elle décrit la situation économique mondiale actuelle en termes alarmistes; elle blâme les pays industrialisés et les organismes financiers internationaux, lorsque les difficultés économiques des pays en développement empêchent ceux-ci de mettre suffisamment l'accent sur la nécessité de poursuivre leurs réformes structurelles internes; elle prône certaines politiques et certains mécanismes qui sont contraires aux méthodes dont l'efficacité a été prouvée depuis longtemps et que les Etats-Unis et d'autres pays industriels utilisent pour aborder le problème de la dette et d'autres questions économiques. De plus, cette résolution tente d'amener l'oit dans des domaines qui débordent largement le cadre normal de ses compétences et de son mandat. 39/24

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DU CENTRE EUROPEEN POUR LES PREVISIONS METEOROLOGIQUES A MOYEN-TERME

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DU CENTRE EUROPEEN POUR LES PREVISIONS METEOROLOGIQUES A MOYEN-TERME REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DU CENTRE EUROPEEN POUR LES PREVISIONS METEOROLOGIQUES A MOYEN-TERME Adopté par le Conseil lors de sa 2 e session en mai 1976 Modifié par le Conseil lors de sa 66 e session

Plus en détail

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu:

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu: ENREGISTREMENT ET PUBLICATION DES TRAITÉS ET ACCORDS INTERNATIONAUX. RÈGLEMENT DESTINÉ À METTRE EN APPLICATION L'ARTICLE 102 DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES Adopté par l'assemblée générale le 14 décembre

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 Convention concernant la liberté syndicale et la protection du droit syndical (Note: Date d'entrée en vigueur: VIGUEUR=04:07:1950.)

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 ARTICLE 27 Table des matières Paragraphes Texte de l'article 27 Introduction... 1-4 I. Généralités... 5-7 II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 A. La distinction entre les "questions de procédure"

Plus en détail

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale C118 Convention sur l'égalité de traitement (sécurité sociale), 1962 Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale Date d'entrée en vigueur:

Plus en détail

1. Résolution sur les dispositions transitoires

1. Résolution sur les dispositions transitoires RESOLUTIONS ADOPTEES PAR LA CONFERENCE DE PLENIPOTENTIAIRES RELATIVE A LA CONVENTION DE STOCKHOLM SUR LES POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS 1. Résolution sur les dispositions transitoires Ayant adopté le

Plus en détail

Règlement intérieur du Comité permanent tel qu'amendé à la 65 e session du Comité (Genève, juillet 2014)

Règlement intérieur du Comité permanent tel qu'amendé à la 65 e session du Comité (Genève, juillet 2014) CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Règlement intérieur du Comité permanent tel qu'amendé à la 65 e session du Comité (Genève, juillet

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT. 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie

SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT. 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie Intervention du Président du Conseil d'administration, S.E. l'ambassadeur Apolinario

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Nations Unies/Organisation maritime internationale. Conférence diplomatique sur la saisie conservatoire des navires

Nations Unies/Organisation maritime internationale. Conférence diplomatique sur la saisie conservatoire des navires Nations Unies/Organisation maritime internationale Conférence diplomatique sur la saisie conservatoire des navires Distr. GÉNÉRALE A/CONF.188/2 19 novembre 1998 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Genève, 1er

Plus en détail

COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD)

COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) T-PD(2014)regl Strasbourg, 1 er septembre 2014 COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) RÈGLEMENT

Plus en détail

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979.

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. Règlement numéro 2 Code de procédures des assemblées du Conseil d administration Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. En vigueur le 4 décembre 1979. Modifié par le Conseil d'administration

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU T-PD

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU T-PD T-PD (2011) 01 Fin COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU T-PD Document

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

Le texte du Règlement général, publié dans les pages qui suivent, contient les amendements au Règlement général qui ont été adoptés par le

Le texte du Règlement général, publié dans les pages qui suivent, contient les amendements au Règlement général qui ont été adoptés par le RÈGLEMENT GÉNÉRAL Le texte du Règlement général, publié dans les pages qui suivent, contient les amendements au Règlement général qui ont été adoptés par le Quatorzième Congrès. RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L'ORGANISATION

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

(Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE PARLEMENT EUROPÉEN

(Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE PARLEMENT EUROPÉEN 4.8.2011 Journal officiel de l Union européenne C 229/1 II (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE PARLEMENT EUROPÉEN Règlement de la conférence

Plus en détail

CONFIRMATION D'AMENDEMENTS AU REGLEMENT DU PERSONNEL. Rapport du Directeur général

CONFIRMATION D'AMENDEMENTS AU REGLEMENT DU PERSONNEL. Rapport du Directeur général ^cir íudl. I WORLD HEALTH ORGANIZATION ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ EB77/30 6 novembre 1985 CONSEIL EXECUTIF Soixante-dix-septième session Point 22 de l'ordre du our provisoire CONFIRMATION D'AMENDEMENTS

Plus en détail

COMPTE RENDU DES TRAVAUX

COMPTE RENDU DES TRAVAUX CONFERENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL QUATRE-VINGT-DEUXIEME SESSION GENÈVE, 1995 COMPTE RENDU DES TRAVAUX BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire

Plus en détail

ANNEXE. à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL

ANNEXE. à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29.7.2015 COM(2015) 368 final ANNEX 1 ANNEXE à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL définissant la position à prendre, au nom de l Union européenne, au sein du conseil

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Un principe fondamental de l'union européenne

Un principe fondamental de l'union européenne A. Discours Introduction Mesdames et Messieurs, Je suis heureux d'être parmi vous aujourd'hui pour célébrer la Journée internationale de la femme. Je voudrais tout d'abord remercier pour l'invitation à

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CONSEIL DE L EUROPE

BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CONSEIL DE L EUROPE BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CONSEIL DE L EUROPE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE DIRECTION 1 Edition mise à jour en novembre 2014 1 La version originale adoptée les 19-20 décembre 1994 mentionnait «Fonds

Plus en détail

Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL

Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL Strasbourg, 8.XI.2001 STE 183 Protection du patrimoine audiovisuel, 8.XI.2001 2 Préambule Chapitre

Plus en détail

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule En application des dispositions de l'article 57 de la Charte des Nations Unies et

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Politique sur le Gouvernement d'entreprise

Politique sur le Gouvernement d'entreprise Politique sur le Gouvernement d'entreprise Révisé par le Conseil d'administration le 23 mars 2011 Le Conseil d'administration d'esso Société Anonyme Française (ci-après "ESSO" ou "la Société") a adopté

Plus en détail

A-2728/15-45 A V I S. sur. la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état

A-2728/15-45 A V I S. sur. la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état A-2728/15-45 A V I S sur la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état Par dépêche du 25 juin 2015, Monsieur le Premier Ministre, Ministre

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

CLT-11/CONF.211/5 Paris, le 9 mai 2011 Original : anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

CLT-11/CONF.211/5 Paris, le 9 mai 2011 Original : anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CLT-11/CONF.211/5 Paris, le 9 mai 2011 Original : anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

Plus en détail

DHG : Vote ou pas vote?

DHG : Vote ou pas vote? DHG : Vote ou pas vote? Depuis de nombreuses années, le SNPDEN-UNSA rappelle les règles applicables en matière de décisions sur l emploi des dotations horaires globales des établissements. Plus que jamais,

Plus en détail

et de conduire la recherche;

et de conduire la recherche; WHA18.44 Création d'un Centre international de Recherche sur le Cancer La Dix -Huitième Assemblée mondiale de la Santé, Attendu que l'article 18 de la Constitution prévoit, notamment, que l'une des attributions

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante-huitième session 168 EX/4 Paris, 15 octobre 2003 Original anglais Point 8.1 de l'ordre du jour

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE L AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS. Note liminaire

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE L AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS. Note liminaire RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE L AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Note liminaire Le 28 juillet 1994, l Assemblée générale des Nations Unies a adopté l Accord relatif à l application de la partie

Plus en détail

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003 PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE Chambre de l Assemblée législative le mardi 29 juillet 2003 1. À 15 heures, la greffière, les greffiers adjoints et le sergent d

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

NEGOCIATIONS SUR LE PAQUET POLITIQUE DE COHESION :

NEGOCIATIONS SUR LE PAQUET POLITIQUE DE COHESION : CRPMNTP13 0010 A0 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin 35700 RENNES - F Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax : +

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978)

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Légende: Conformément au mandat qui lui a été confié le 17 octobre

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CONFÉRENCE DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CONFÉRENCE DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CONFÉRENCE DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION NATIONS UNIES OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Octobre 2013 CFS 2013/40/10 Rev.1 F COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE MONDIALE Quarantième session Rome (Italie), 7-11 octobre 2013 PROPOSITIONS D'AMENDEMENTS À APPORTER AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CSA ET

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

CONVENTION SUR LA SURETE NUCLEAIRE

CONVENTION SUR LA SURETE NUCLEAIRE Préambule Les parties contractantes ; CONVENTION SUR LA SURETE NUCLEAIRE Adoption : Vienne, 20 septembre 1994. Entrée en vigueur : 24 octobre 1996. Signature par le Mali : 22 mai 1995. Ratification par

Plus en détail

Article A-1A03 Procédure d'admission

Article A-1A03 Procédure d'admission RÈGLE A-1A ADHÉSION À LA SOCIÉTÉ Article A-1A01 Admissibilité aux fins d'adhésion a) Pour présenter une demande d adhésion, un candidat doit être : i) un membre ou un participant agréé en règle auprès

Plus en détail

Article premier. Définitions. "Convention" signifie la Convention relative au contrat de transport international de marchandises par route (CMR) ;

Article premier. Définitions. Convention signifie la Convention relative au contrat de transport international de marchandises par route (CMR) ; PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION RELATIVE AU CONTRAT DE TRANSPORT INTERNATIONAL DE MARCHANDISES PAR ROUTE (CMR) CONCERNANT LA LETTRE DE VOITURE ÉLECTRONIQUE LES PARTIES AU PRÉSENT PROTOCOLE, ÉTANT

Plus en détail

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE L 82/56 2.6.204 RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE

Plus en détail

SOITEC PROCES-VERBAL DE L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE EN DATE DU 20 JANVIER 2012

SOITEC PROCES-VERBAL DE L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE EN DATE DU 20 JANVIER 2012 SOITEC Société Anonyme au capital de 12.210.579,20 Euros Siège social : Parc Technologique des Fontaines Chemin des Franques 38190 BERNIN 384 711 909 RCS Grenoble PROCES-VERBAL DE L'ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES N O 5 CONSULTATION LOCALE ET SYMPOSIUMS

ÉNONCÉ DE PRINCIPES N O 5 CONSULTATION LOCALE ET SYMPOSIUMS ÉNONCÉ DE PRINCIPES N O 5 CONSULTATION LOCALE ET SYMPOSIUMS L'Alliance de la Fonction publique du Canada, tout comme le Conseil du Trésor et ses ministères-représentants, a prévu dans son programme d'action

Plus en détail

Avril 2015 C 2015/12. Trente-neuvième session. Rome, 6-13 juin 2015. Organisation de la trente-neuvième session de la Conférence de la FAO.

Avril 2015 C 2015/12. Trente-neuvième session. Rome, 6-13 juin 2015. Organisation de la trente-neuvième session de la Conférence de la FAO. Avril 2015 C 2015/12 F CONFERENCE Trente-neuvième session Rome, 6-13 juin 2015 Organisation de la trente-neuvième session de la Conférence de la FAO Résumé Le présent document donne une vue d ensemble

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE POUR LE CONSEIL DU LABORATOIRE EUROPÉEN DE BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

RÈGLES DE PROCÉDURE POUR LE CONSEIL DU LABORATOIRE EUROPÉEN DE BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Laboratoire Européen de Biologie Moléculaire European Molecular Biology Laboratory Europäisches Laboratorium für Molekularbiologie Langage originale: anglais Date: 20 novembre 2013 RÈGLES DE PROCÉDURE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Diversité des expressions culturelles

Diversité des expressions culturelles Diversité des expressions culturelles 1 IGC Distribution limitée CE/07/1.IGC/RI REGLEMENT INTERIEUR PROVISOIRE DU COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS

Plus en détail

Comité d'audit de l'uer

Comité d'audit de l'uer Mandat Comité d'audit de l'uer 1. Constitution 1.1. A l'occasion de sa réunion à Istanbul, les 5 et 6 juillet 2007, l'assemblée générale (ci-après désignée l'"assemblée") de l'union Européenne de Radio-Télévision

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

RÈGLEMENT-CADRE CONCERNANT LA TENUE DES ASSEMBLÉES DÉLIBÉRANTES L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES

RÈGLEMENT-CADRE CONCERNANT LA TENUE DES ASSEMBLÉES DÉLIBÉRANTES L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES ANNEXE 2009-CA538-28-R5604 RÈGLEMENT-CADRE CONCERNANT LA TENUE DES ASSEMBLÉES DÉLIBÉRANTES À L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Juin 2009 TABLE DES MATIÈRES ARTICLE 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1.1 Définitions

Plus en détail

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général Depuis quand existe l'oit? Qu'est-ce que l'oit en chiffres? Qu'est ce que le Travail décent? Quels sont les principes et droits fondamentaux

Plus en détail

Objet. Votre nom et prénom votre adresse numéro de téléphone. La date. Monsieur, Madame, Mademoiselle. Formules d introduction.

Objet. Votre nom et prénom votre adresse numéro de téléphone. La date. Monsieur, Madame, Mademoiselle. Formules d introduction. Objet Votre nom et prénom votre adresse numéro de téléphone La date Monsieur, Madame, Mademoiselle Formules d introduction Texte Formules de conclusion signature Objet numéro d abonné, du client votre

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Rapport du Comité d'audit

Rapport du Comité d'audit Cote du document: EB 2008/93/R.25 Point de l'ordre du jour: 11 e) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d'audit Conseil d'administration Quatre-vingt-treizième

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1 RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Ce Règlement a pris effet le 8 février 1960 et a été modifié ultérieurement, la dernière modification étant entrée en vigueur le 16 mai

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef

Parti libéral du Canada. Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef Parti libéral du Canada Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef Ces procédures sont établies par le Comité sur le scrutin pour l élection d un chef en vertu du paragraphe 63 (2)

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 72 DU 30 MARS 1999 CONCERNANT LA GESTION DE LA PREVENTION DU STRESS OCCASIONNE PAR LE TRAVAIL

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 72 DU 30 MARS 1999 CONCERNANT LA GESTION DE LA PREVENTION DU STRESS OCCASIONNE PAR LE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 72 DU 30 MARS 1999 CONCERNANT LA GESTION DE LA PREVENTION DU STRESS OCCASIONNE PAR LE TRAVAIL ----------------------- Vu la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR)

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) LES PARTIES CONTRACTANTES, DÉSIREUSES d'accroître la sécurité des transports internationaux par route, SONT

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-17 LES ACTIONS SUBALTERNES

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-17 LES ACTIONS SUBALTERNES INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-17 LES ACTIONS SUBALTERNES Titre premier Champ d'application et interprétation 1. L'action de participation est une action qui comporte le droit de participer, sans limite, au bénéfice

Plus en détail

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif.

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif. PROJET DE LOI adopté i 13 décembre 1963. N 40 SÉNAT 1 " SESSION ORDINAIRE DE 1963-1964 PROJET DE LOI portant réorganisation du Conseil de gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte

Plus en détail

Société Canadienne d'écologie et d'évolution/canadian Society for Ecology and Evolution

Société Canadienne d'écologie et d'évolution/canadian Society for Ecology and Evolution Les règlements administratifs établissent les règles de fonctionnement de : Société Canadienne d'écologie et d'évolution/canadian Society for Ecology and Evolution (l'organisation) Il est décrété que les

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

M 1287. Secrétariat du Grand Conseil

M 1287. Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil M 1287 Proposition présentée par les députés: M mes et MM. Alberto Velasco, Christian Brunier, Loly Bolay, Christian Ferrazino, Christian Grobet et Véronique Pürro Date de

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2010/493 Conseil de sécurité Distr. générale 24 septembre 2010 Français Original : anglais Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME

RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE VAL-MORIN MRC DES LAURENTIDES RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME ATTENDU QUE la Loi sur l Aménagement et l urbanisme prévoit

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

660ème séance Jeudi 4 avril 2002, à 10 h 22 Vienne

660ème séance Jeudi 4 avril 2002, à 10 h 22 Vienne Nations Unies COMITE DES UTILISATIONS PACIFIQUES DE L ESPACE EXTRA-ATMOSPHERIQUE Sous-Comité juridique COPUOS/LEGAL/T.660 Transcription non éditée 660ème séance Jeudi 4 avril 2002, à 10 h 22 Vienne Président

Plus en détail

FCCC/CP/2015/1/Add.1. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté

FCCC/CP/2015/1/Add.1. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques FCCC/CP/2015/1/Add.1 Distr. générale 6 novembre 2015 Français Original : anglais Conférence des Parties Vingt et unième session Paris, 30

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

VOTRE BOÎTE AUX LETTRES 21 février 2007

VOTRE BOÎTE AUX LETTRES 21 février 2007 CENTRE QUÉBÉCOIS DE FORMATION EN FISCALITÉ - CQFF INC. Société privée de formation en fiscalité VOTRE BOÎTE AUX LETTRES 21 février 2007 Dividendes payés par l'émission d'un billet et modèle de résolution

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/5 Avis n 35/2011 du 21 décembre 2011 Objet : mention de l'identité d'un donneur d'alerte dans une communication interne via e-mail ainsi que dans le procès-verbal de la réunion du conseil d'administration

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires Texte original Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires 0.822.727.2 Conclue à Genève le 25 juin 1991 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail