JOURNÉE DE FORMATION. 75èmes JOURNÉES SCIENTIFIQUES DE LʼAFEF MÉDICALE CONTINUE EN HÉPATOLOGIE. ème PARIS LA DÉFENSE - CNIT - 27 SEPTEMBRE 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNÉE DE FORMATION. 75èmes JOURNÉES SCIENTIFIQUES DE LʼAFEF MÉDICALE CONTINUE EN HÉPATOLOGIE. ème PARIS LA DÉFENSE - CNIT - 27 SEPTEMBRE 2014"

Transcription

1 5 ème JOURNÉE DE FORMATION MÉDICALE CONTINUE EN HÉPATOLOGIE PARIS LA DÉFENSE - CNIT - 27 SEPTEMBRE èmes JOURNÉES SCIENTIFIQUES DE LʼAFEF Actualités hépato-biliaires - Cas cliniques interactifs Cas cliniques commentés selon le principe de l «Evidence based medicine» avec discussion des stratégies diagnostiques et thérapeutiques.

2 5 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE Préambule Cette brochure rassemble les diapositives de la 5e session de FMC organisée par l AFEF. Cette session a été construite à partir de cas cliniques en s efforçant d argumenter la stratégie diagnostique et thérapeutique d après les principes de l «evidence based medicine»* ou médecine factuelle. Les cas cliniques présentés en session seront mis en ligne prochainement sur le site web de l AFEF, ( Très cordialement. Victor de Lédinghen Secrétaire de l AFEF (*) Classification EBM : Stade A : recommandation fondée sur une ou plusieurs études contrôlées de qualité ; Stade B : recommandation fondée sur une ou plusieurs études non randomisées, une ou plusieurs séries cas-témoins ou un ensemble de cas cliniques cohérents ; Stade C : recommandation fondée sur l avis d experts sans référence à des études telles que ci-dessus. Ou Classification EBM proposée par l AASLD : Stade I : recommandation fondée sur une ou plusieurs études contrôlées de qualité ; Stade II : recommandation fondée sur au moins une grande étude de qualité, randomisée ou non, des études de cohorte ou cas-témoins, ou une méta-analyse de qualité. Stade III : recommandation fondée sur un ensemble de cas cliniques cohérents, des études descriptives ou l avis d experts sans référence à des études telles que ci-dessus. Stade IV : absence de preuve (avis personnel). (voir exemples dans : Management of primary biliary cirrhosis, J. Heathcote, Hepatology 2000;3:005-03) 3

3 «Association reconnue d utilité publique» 5 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE «Association reconnue d utilité publique» «Association reconnue d utilité publique» Qui sommes-nous? Activités L AFEF est une Société Savante dont Française le but d Hépatologie L AFEF organise chaque année un est de favoriser Société le développement Française de d Hépatologie congrès sur 4 journées, composé de Activités l'hépatologie en France et dans les pays de conférences, Activités de communications langue française ainsi que les échanges scientifiques fondamentales et cliniques et scientifiques entre hépatologues par d une journée dédiée à la Formation l'organisation de réunions scientifiques et Médicale Continue. la publication de travaux d'hépatologie. L AFEF lance chaque année un appel à Les objectifs de l AFEF sont les suivants : projets d environ euros qui Rassembler l'essentiel des permet de financer plusieurs projets de connaissances sur le foie et les voies recherche Médicale Continue. Médicale fondamentaux Continue. et/ou cliniques. biliaires et leurs maladies ; L AFEF participe à la Formation Diffuser les informations lors de Médicale Continue des hépatologues en réunions scientifiques ; mettant à disposition sur son site des Partager cette compétence avec les diaporamas et des podcasts. autres institutions, réseaux ou instituts s'intéressant au foie et aux maladies du L'AFEF comprend plusieurs groupes ou foie ; clubs : Coordonner les actions des équipes Groupe de réflexion sur la cliniques et de recherche ; diaporamas et des podcasts. transplantation Participer à la Formation Continue des diaporamas et hépatique. des podcasts. Groupe de réflexion sur les médecins, des personnels paramédicaux stéatopathies alcooliques et métaboliques et des chercheurs en France et à Club Francophone pour l'etude de l'étranger ; clubs : l'hypertension Financer des travaux de recherche. clubs Portale. Club du Carcinome Hépatocellulaire transplantation Club pour l Etude hépatique. de la Fibrose Composition hépatique. transplantation hépatique. L'AFEF compte à ce jour un peu plus de L'AFEF a des liens étroits avec l'afih 500 membres. Le Conseil d'administration (Association Française des Infirmier(es) en de l AFEF est composé de membres Hépatologie) élus pour une durée de 3 ans dont 7 et les associations de patients l'hypertension Portale. médecins cliniciens, 2 chercheurs, l'hypertension telles que Portale. "SOS hépatites" et "Transhépate". chirurgien et anatomopathologiste. Le bureau de l AFEF est le suivant : Devenir Président : Pr. Olivier Chazouillères hépatique. Membre La hépatique. condition d adhésion requise est d'être Secrétaire : Pr. Victor de Lédinghen médecin, pharmacien, biologiste ou Trésorière : Pr. Nathalie Ganne-Carrié chercheur ayant un intérêt en hépatologie. Qui sommes-nous? Qui L AFEF sommes-nous est une Société Savante dont le but L AFEF est de est favoriser une Société le développement Savante dont le but de est l'hépatologie de favoriser en France le développement et dans les pays de de l'hépatologie langue française en France ainsi et que dans les les échanges pays de langue scientifiques française entre ainsi hépatologues que les échanges par scientifiques l'organisation de entre réunions hépatologues scientifiques par et l'organisation la publication de de travaux réunions d'hépatologie. scientifiques et la Les publication objectifs de de l AFEF travaux sont d'hépatologie. les suivants : Les objectifs de l AFEF sont les suivants Rassembler l'essentiel des connaissances Rassembler sur le l'essentiel foie et les voies des connaissances biliaires et leurs sur maladies le foie ; et les voies biliaires et leurs maladies Diffuser les informations lors de réunions Diffuser scientifiques les informations ; lors de réunions scientifiques Partager cette compétence avec les autres Partager institutions, cette compétence réseaux ou avec instituts les autres s'intéressant institutions, au foie réseaux et aux maladies ou instituts du s'intéressant foie ; au foie et aux maladies du foie Coordonner les actions des équipes cliniques Coordonner et de recherche les actions ; des équipes cliniques et de recherche Participer à la Formation Continue des médecins, Participer des la personnels Formation paramédicaux Continue des médecins, et des chercheurs des personnels en France paramédicaux et à et l'étranger des chercheurs ; en France et l'étranger Financer des travaux de recherche. Financer des travaux de recherche. Composition Composition L'AFEF compte à ce jour un peu plus de L'AFEF 500 membres. compte Le Conseil ce jour d'administration un peu plus de 500 de l AFEF membres. est Le composé Conseil de d'administration membres de élus l AFEF pour est une composé durée de de 3 ans membres dont 7 élus médecins pour une cliniciens, durée 2 de chercheurs, ans dont médecins chirurgien cliniciens, et anatomopathologiste. chercheurs, chirurgien Le bureau de et l AFEF est anatomopathologiste. le suivant : Président Le bureau : de Pr. l AFEF Olivier est Chazouillères le suivant Président Secrétaire : Pr. Pr. Olivier Victor Chazouillères de Lédinghen Secrétaire Trésorière : Pr. Pr. Victor Nathalie de Ganne-Carrié Lédinghen Trésorière Pr. Nathalie Ganne-Carrié Société Française d Hépatologie Suivez l actualité de l AFEF sur / twitter L AFEF organise chaque année un congrès L AFEF sur organise 4 journées, chaque composé année un de congrès conférences, sur journées, de communications composé de scientifiques conférences, fondamentales de communications et cliniques et scientifiques d une journée fondamentales dédiée à et la cliniques Formation et d une journée dédiée la Formation L AFEF lance chaque année un appel à projets L AFEF d environ lance chaque 20 année 000 un euros appel qui permet projets de d environ financer 20 plusieurs 000 projets euros qui de permet recherche de fondamentaux financer plusieurs et/ou cliniques. projets de recherche fondamentaux et/ou cliniques. L AFEF participe à la Formation Médicale L AFEF Continue participe des hépatologues la Formation en Médicale mettant à Continue disposition des sur hépatologues son site des en mettant disposition sur son site des L'AFEF comprend plusieurs groupes ou L'AFEF comprend plusieurs groupes ou Groupe de réflexion sur la Groupe de réflexion sur la Groupe de réflexion sur les stéatopathies Groupe alcooliques de réflexion et métaboliques sur les stéatopathies Club Francophone alcooliques pour et métaboliques l'etude de Club Francophone pour l'etude de Club du Carcinome Hépatocellulaire Club du Carcinome Hépatocellulaire Club pour l Etude de la Fibrose Club pour l Etude de la Fibrose L'AFEF a des liens étroits avec l'afih L'AFEF (Association des Française liens étroits des Infirmier(es) avec l'afih en (Association Hépatologie) Française et les des associations Infirmier(es) de en Hépatologie) patients telles et que les "SOS associations hépatites" de et patients "Transhépate". telles que "SOS hépatites" et "Transhépate". Contact : Muriel Millot, Directrice Exécutive, AFEF, 79 boulevard du Montparnasse, Paris. Devenir Membre Devenir La condition Membre d adhésion requise est d'être La médecin, condition pharmacien, d adhésion requise biologiste est d'être ou médecin, chercheur ayant pharmacien, un intérêt biologiste en hépatologie. ou chercheur ayant un intérêt en hépatologie. AFEF 79 boulevard du Montparnasse Paris - Tél. : / Siret : / Code APE : 729z Suivez l actualité de l AFEF sur / twitter Suivez l actualité de l AFEF sur / twitter / Facebook : AFEFoie Contact : Muriel Millot, Directrice Exécutive, AFEF, 79 boulevard du Montparnasse, Paris. Contact : Muriel Millot, Directrice Exécutive, AFEF, 79 boulevard du Montparnasse, Paris. AFEF 79 boulevard du Montparnasse Paris - Tél. : / AFEF 79 boulevard du Montparnasse Siret : Paris - Tél. : / 0 Code APE 05 : z / Siret : / Code APE : 729z 4

4 5 ème 4 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE w Sommaire Actualités hépato-biliaires cas cliniques interactifs La cholangite sclérosante primitive O. Chazouillères... 7 Le cholangiocarcinome intra-hépatique JF. Blanc... 9 Traitement de la stéatohépatite métabolique R. Anty Hépatite B et grossesse Ph. Sogni Traitement médicamenteux de l addiction à l alcool A. Borgne Traitement déplétif en fer Y. Deugnier

5 5 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE Notes

6 Objectifs pédagogiques Xxxxx La cholangite Xxxxxxx sclérosante primitive Service Olivier Xxxxx CHAZOUILLERES Xxxxxx Xxxxxxxx Service : d Hépatologie, Hôpital Saint-Antoine, Paris Savoir diagnostiquer une cholangite sclérosante primitive 2. Connaitre l histoire naturelle d une cholangite sclérosante primitive 3. Savoir traiter et suivre une cholangite sclérosante primitive. Points clés Un diagnostic de CSP peut être fait sans biopsie hépatique chez un patient ayant cholestase biologique (sans autre explication) avec des anomalies typiques à la cholangio-irm et sans cause de cholangite sclérosante secondaire (B) L AUDC peut être proposé à la posologie de 5-20 mg/kg/j (C2) Une imagerie hépato-biliaire annuelle est recommandée, en particulier pour l étude de la paroi vésiculaire (C) Une coloscopie doit être faite chez les patients ayant une MICI de façon annuelle et dès le diagnostic de CSP (C) 7

7 Cholangite Sclérosante Primitive (CSP) Cholangite Olivier Sclérosante CHAZOUILLERES Primitive (CSP) Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine Service d Hépatologie Centre AFEF, de référence septembre des maladies 204 inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine AFEF, septembre 204 Conflits d Intérêts Consultant pour: Conflits d Intérêts Aptalis Mayoly-Spindler Consultant pour: Aptalis Mayoly-Spindler Cholangite(s) Sclérosante(s) Atteinte inflammatoire et fibrosante des voies biliaires (plus souvent inférée de l aspect radiologique que prouvée histologiquement) Cholangite(s) Sclérosante(s) Atteinte inflammatoire et fibrosante des voies biliaires (plus souvent inférée de l aspect radiologique que prouvée histologiquement) En fonction du degré de caractérisation du mécanisme d atteinte biliaire : secondaire «primitive» (mais souvent avec maladie associée) En fonction du degré de caractérisation du mécanisme d atteinte biliaire : secondaire «primitive» (mais souvent avec maladie associée) 8

8 CSP: Aspects Diagnostiques CSP: Aspects Diagnostiques PREVALENCE : ~ 6 à 0/0 5 (4 à 6000 CSP en France?) prédominance masculine, PREVALENCE âge de diagnostic: : ~ 6 ~ à 40 0/0 ans 5 (4 (enfants) à 6000 CSP en France?) prédominance N.B. association CSP: Aspects masculine, à colite inflammatoire Diagnostiques (MICI) ++ (60%) PREVALENCE âge de diagnostic: : ~ 6 ~ à 400/0 ans 5 (enfants) (4 à 6000 CSP en France?) DIAGNOSTIC: N.B. association 3 grands à colite signes inflammatoire (MICI) ++ (60%) prédominance masculine, Biologie: cholestase chronique DIAGNOSTIC: Histologie: âge de diagnostic: cholangite ~ 3 grands fibreuse 40 ans (enfants) signes et oblitérante N.B. association à colite inflammatoire (MICI) ++ (60%) Radiologie: Biologie: cholestase anomalies chronique des voies biliaires intra et/ou extra-hépatiques (IRM +++) (+Association Histologie: cholangite à une MICI) fibreuse et oblitérante DIAGNOSTIC: 3 grands signes Radiologie: anomalies des voies biliaires intra Biologie: et/ou cholestase extra-hépatiques chronique (IRM +++) (+Association Histologie: cholangite à une MICI) fibreuse et oblitérante Radiologie: anomalies des voies biliaires intra et/ou extra-hépatiques (IRM +++) (+Association à une MICI) 4 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE Observation () Mr Xavier Dupond, 44 ans Observation () Mai 202 : douleurs abdominales transitoires isolées Mr Xavier Dupond, 44 ans ATCD: 0, pas d alcool, pas de tabac, pas de médicaments Examen clinique normal, Observation 75 kgs,,85 m () Mai 202 : douleurs abdominales transitoires isolées Biologie: ATCD: 0, pas d alcool, Mr Xavier pas de Dupond, tabac, pas 44 de ans médicaments ASAT: 32 UI/L, ALAT: 44 UI/L (N < 40), Examen clinique normal, 75 kgs,,85 m γgt: 338 UI/L (N < 40), P Alc: 370 UI/L (N < 0), Biologie: Mai 202 : douleurs abdominales transitoires isolées Bili totale: 7 µmol/l, plaquettes: /mm 3, ASAT: ATCD: 320, UI/L, pas ALAT: d alcool, 44 pas UI/L de tabac, (N < 40), pas de médicaments AutoAc (ANA, AMIT, AML, LKM): neg γgt: Examen 338 UI/L clinique (N < normal, 40), P Alc: 75 kgs, 370 UI/L,85 m (N < 0), Bili Biologie: totale: 7 µmol/l, plaquettes: /mm 3, Echographie abdominale: doute sur une dilatation des VBIH, pas AutoAc ASAT: de calcul 32 (ANA, UI/L, ni de AMIT, ALAT: tumeur AML, 44 ni UI/L d autres LKM): (N < neg anomalies 40), γgt: 338 UI/L (N < 40), P Alc: 370 UI/L (N < 0), Septembre Echographie Bili totale: 202: 7 abdominale: µmol/l, persistance plaquettes: doute des anomalies sur /mm une dilatation biologiques 3, des VBIH, pas AutoAc de calcul (ANA, ni de AMIT, tumeur AML, ni d autres LKM): anomalies neg Septembre Echographie 202: abdominale: persistance doute des anomalies sur une dilatation biologiques des VBIH, pas de calcul ni de tumeur ni d autres anomalies Septembre 202: persistance des anomalies biologiques Cholangio-IRM Cholangio-IRM Cholangio-IRM 9

9 Question Question. Une cholangiographie rétrograde est nécessaire pour le diagnostic. Une cholangiographie rétrograde est nécessaire pour 2. le Une diagnostic biopsie hépatique Question nécessaire pour le diagnostic Une biopsie cholangiographie coloscopie hépatique est indiquée est rétrograde nécessaire est pour nécessaire le diagnostic pour le diagnostic Une Le diagnostic coloscopie de est CSP indiquée peut être porté 2. Une biopsie hépatique est nécessaire pour le diagnostic 4. Le diagnostic de CSP peut être porté 3. Une coloscopie est indiquée 4. Le diagnostic de CSP peut être porté CSP - Diagnostic Diagnostic de CSP : 3 éléments CSP - Diagnostic Cholestase biologique sans autre explication Anomalies Diagnostic typiques de de la cholangio-irm CSP : 3 éléments Absence de cause de cholangite sclérosante secondaire Cholestase biologique CSP sans - Diagnostic autre explication PBH non indispensable au diagnostic Anomalies typiques de la cholangio-irm mais peut renseigner sur l activité et le stade Absence de Diagnostic cause (EASL de cholangite Practice de CSP Guidelines, sclérosante : 3 éléments JHepatol secondaire 2009) Cholestase PBH biologique non indispensable sans autre explication au diagnostic mais peut renseigner sur l activité et le stade Anomalies Indications typiques de la formelles cholangio-irm de PBH: (EASL Practice Guidelines, JHepatol 2009) Absence CSP des de petits cause canaux de cholangite? (cholangio sclérosante normale) secondaire Overlap syndrome PBH non Indications? indispensable ( formelles transas et/ou au diagnostic de PBH: IgG) mais peut renseigner sur l activité et le stade CSP des petits canaux (EASL Practice? (cholangio Guidelines, normale) JHepatol 2009) Overlap syndrome? ( transas et/ou IgG) Indications formelles de PBH: CSP des petits canaux? (cholangio normale) Overlap syndrome? ( transas et/ou IgG) (EASL Practice Guidelines, JHepatol 2009) (AASLD Practice Guidelines, Hepatology 200) (EASL Practice Guidelines, JHepatol 2009) (AASLD Practice Guidelines, Hepatology 200) (EASL Practice Guidelines, JHepatol 2009) (AASLD Practice Guidelines, Hepatology 200) CSP et Imagerie Cathétérisme rétrograde: seulement à visée thérapeutique ou pour prélèvement cyto-histologique CSP et Imagerie Cathétérisme rétrograde: seulement à visée thérapeutique ou pour IRM: prélèvement biliaire et hépatique cyto-histologique (parenchyme) 3 D à privilégier CSP et Imagerie IRM: Cathétérisme biliaire et rétrograde: hépatique seulement (parenchyme) à visée thérapeutique ou pour 3 D prélèvement à privilégier cyto-histologique IRM: biliaire et hépatique (parenchyme) 3 D à privilégier 0

10 IRM et CSP IRM = Révolution mais: IRM et CSP IRM IRM = Révolution et CSP mais: IRM = Révolution mais: Appareils, techniques, expertise du radiologue variables Attention à la surinterprétation des «anomalies» discrètes des voies biliaires intra-hépatiques! Appareils, techniques, expertise du radiologue variables «Sténose» isolée sous la convergence Attention à la surinterprétation des «anomalies» Appareils, techniques, expertise du radiologue variables discrètes des voies biliaires intra-hépatiques! Attention à la surinterprétation des «anomalies» «Sténose» isolée sous la convergence discrètes des voies biliaires intra-hépatiques! «Sténose» isolée sous la convergence 4 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE CSP et Colon Une colite inflammatoire CSP est présente et Colon dans 60 à 80% des cas. (RCH 75-80% - Crohn 0-5% - Colite inclassée 0%) le plus souvent pancolite CSP peu et active Colon pauci-symptomatique Une colite inflammatoire est présente dans 60 à 80% des cas. MICI (RCH + CSP 75-80% : facteur - Crohn de risque 0-5% de dysplasie - Colite ou inclassée cancer 0%) colique Une le plus colite souvent inflammatoire pancolite est peu présente active pauci-symptomatique dans 60 à 80% des cas. (RCH 75-80% - Crohn 0-5% - Colite inclassée 0%) Recommandations MICI le plus + souvent CSP : facteur pancolite EASL et AASLD de risque peu active : de dysplasie pauci-symptomatique ou cancer colique Coloscopie totale systématique avec biopsies lors du diagnostic de MICI CSP chez + CSP les : patients facteur n ayant de risque pas de d ATCD dysplasie de ou MICI. cancer (A) colique Recommandations EASL et AASLD : Coloscopie totale systématique avec biopsies lors du diagnostic Recommandations de CSP chez les patients EASL n ayant et AASLD pas : d ATCD de MICI. (A) Coloscopie totale systématique avec biopsies lors du diagnostic de CSP chez les patients n ayant pas d ATCD de MICI. (A) Cholangites Sclérosantes Secondaires () Obstructions biliaires prolongées Cholangites bactériennes Sclérosantes (en l absence Secondaires d obstruction biliaire) () Cholangite caustique Obstructions biliaires prolongées Déficits immunitaires sévères (acquis ou génétiques) Cholangites bactériennes (en l absence d obstruction biliaire) Maladies Obstructions hématologiques: biliaires prolongées histiocytose, mastocytose, d Cholangite caustique hypereosino Cholangites bactériennes (en l absence d obstruction biliaire) Déficits immunitaires sévères (acquis ou génétiques) Mucoviscidose Cholangite caustique Maladies hématologiques: histiocytose, mastocytose, d Ischémie: Déficits immunitaires sévères (acquis ou génétiques) hypereosino Maladies transplantation hématologiques: hépatique, histiocytose, chimio +/- mastocytose, embolisation, d Mucoviscidose hypereosino maladie de Rendu Osler, radiothérapie Ischémie: Mucoviscidose maladies thrombogènes, vascularites (Horton, Behcet...) transplantation hépatique, chimio +/- embolisation, Réanimation Ischémie: lourde avec choc maladie de Rendu Osler, radiothérapie Biliopathie transplantation de l hypertension hépatique, portale chimio +/- embolisation, maladies thrombogènes, vascularites (Horton, Behcet...) maladie de Rendu Osler, radiothérapie Réanimation lourde avec choc maladies thrombogènes, vascularites (Horton, Behcet...) Biliopathie de l hypertension portale Réanimation lourde avec choc Biliopathie de l hypertension portale Cholangites Sclérosantes Secondaires ()

11 Cholangites Sclérosantes Secondaires (2) Cholangites Sclérosantes Secondaires (2) Caractéristiques : Cholangites Homme de Sclérosantes plus de 50 ans Secondaires (2) Pathologie pancréatique (inconstante) Caractéristiques : Début brutal (ictère) Homme de plus de 50 ans Caractéristiques MICI rare : (< 0%) Pathologie pancréatique (inconstante) Homme IgG4 de (non plus constant: de 50 ans 75%, > 2,8g/L: 50%) Début brutal (ictère) Sensibilité Pathologie aux corticoïdes pancréatique +++ (inconstante) MICI rare (< 0%) En pratique, Début brutal y penser (ictère) : IgG4 (non constant: 75%, > 2,8g/L: 50%) MICI Toujours: rare (< dosage 0%) systématique IgG4 Sensibilité aux corticoïdes +++ IgG4 (non constant: (AASLD Practice 75%, Guidelines, > 2,8g/L: Hepatology 50%) 200) En pratique, Encore y plus penser si: : pathologie pancréatique, homme > 60 ans, Sensibilité Toujours: ictère aux brutal, corticoïdes dosage absence +++ systématique de MICI, IgG4 diabète récent En pratique, y penser (AASLD : Practice Guidelines, Hepatology 200) Encore Toujours: plus dosage si: pathologie systématique pancréatique, IgG4 homme > 60 ans, ictère brutal, (AASLD absence Practice de MICI, Guidelines, diabète Hepatology récent 200) Encore plus si: pathologie pancréatique, homme > 60 ans, ictère brutal, absence de MICI, diabète récent Quel Bilan Systématique pour Eliminer une Cholangite Quel Bilan Sclérosante Systématique Secondaire? pour Eliminer une Quel Bilan Systématique Cholangite Sclérosante Interrogatoire, Secondaire? pour Eliminer une Examen Clinique, Cholangite Sclérosante Secondaire? Interrogatoire, Sérologie VIH, Examen IgG4 sériques Clinique, Interrogatoire, (coloscopie systématique Sérologie si VIH, pas de MICI connue) Examen Clinique, IgG4 sériques Sérologie VIH, (coloscopie systématique si pas de MICI connue) IgG4 sériques (coloscopie systématique si pas de MICI connue) Biologie : Bilan Initial d une CSP Bilan Initial d une CSP Biologie standard et tests hépatiques usuels IgG, IgM, IgG4, autoanticorps (panca, anti-noyaux, Biologie muscle : Bilan lisse, microsome, Initial d une transglutaminase,) CSP Biologie ACE, CA standard 9-9, TSH, et tests sérologie hépatiques VIH usuels Biologie : Imagerie: IgG, IgM, IRM, IgG4, idéalement autoanticorps 3D, (une (panca, CPRE anti-noyaux, à visée muscle Biologie lisse, standard microsome, et tests transglutaminase,) hépatiques usuels diagnostique n est faite qu exceptionnellement) ACE, IgG, IgM, CA 9-9, IgG4, TSH, autoanticorps sérologie VIH (panca, anti-noyaux, Biopsie Hépatique: non systématique muscle lisse, microsome, transglutaminase,) Imagerie: Endoscopie IRM, : idéalement 3D, (une CPRE à visée diagnostique ACE, CA 9-9, n est TSH, faite qu exceptionnellement) sérologie VIH Coloscopie (avec biopsies systématiques) +++, si MICI Biopsie Imagerie: non Hépatique: IRM, idéalement connue non systématique 3D, (une CPRE à visée diagnostique n est faite qu exceptionnellement) Endoscopie Gastroscopie : (si arguments pour une hypertension Biopsie Hépatique: non systématique Coloscopie portale incluant (avec biopsies plaquettes systématiques) < /μL) +++, si MICI Endoscopie Autres: non connue : elastométrie du foie, ostéodensitométrie Gastroscopie Coloscopie (avec (si arguments biopsies systématiques) pour une hypertension +++, MICI portale non connue incluant plaquettes < /μL) Autres: Gastroscopie elastométrie (si arguments du foie, ostéodensitométrie pour une hypertension portale incluant plaquettes < /μL) Autres: elastométrie du foie, ostéodensitométrie 2

12 Question 2: Docteur, j ai Lu que: Question 2: Docteur, j ai Lu que: ) Mon espérance de vie est de 0 ans, ) 2) Mon Le espérance risque de de cholangiocarcinome vie est de 0 ans, est de l ordre de % par Question an, 2: Docteur, j ai Lu que: 2) Le risque de cholangiocarcinome est de l ordre de % ) 3) par Mon Il an, n y espérance a pas de traitement de vie est de médical 0 ans, à l efficacité certaine, 3) 2) 4) Il n y Le Un risque a cholangiocarcinome pas de de traitement cholangiocarcinome médical est une à contre-indication l efficacité est de l ordre certaine, de absolue % par à la an, transplantation hépatique. 4) Un cholangiocarcinome est une contre-indication absolue 3) à la Il transplantation n y a pas de traitement hépatique. médical à l efficacité certaine, 4) Un cholangiocarcinome est une contre-indication absolue à la transplantation hépatique. 4 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE CSP - Survie (Boonstra et al, Hepatology 203) CSP - Survie (Boonstra et al, Hepatology 203) Survie médiane: 2,3 ans (20,6 pour toutes causes de décès) (Boonstra et SMR: al, Hepatology 4,2, CI: 3,2-5,4 203) Survie médiane: 2,3 ans (20,6 pour toutes Tt causes par AUDC: de décès) 92% SMR: 4,2, CI: 3,2-5,4 Tt par AUDC: 92% Survie médiane: 2,3 ans (20,6 pour toutes causes de décès) SMR: 4,2, CI: 3,2-5,4 CSP: risque d évolution vers la cirrhose et ses complications Tt par AUDC: 92% + angiocholites et cholangiocarcinome (CCA) CSP: + pathologie risque d évolution colique vers la cirrhose et ses complications + angiocholites et cholangiocarcinome (CCA) + pathologie colique CSP: Cholangiocarcinome et Néoplasie Colique CSP: Cholangiocarcinome et Néoplasie Colique Facteurs SIR: de 398 risque CCA: âge, CRC SIR: 398 CSP - Survie CSP: risque d évolution vers la cirrhose et ses complications + angiocholites et cholangiocarcinome (CCA) + pathologie colique (Boonstra et al, Hepatology 203) Facteurs de risque CCA: âge, CRC Cholangiocarcinome et Néoplasie Colique Facteurs de risque CCA: âge, CRC CSP: (Boonstra et al, Hepatology 203) (Boonstra et al, Hepatology 203) SIR: 398 Diagnostic de CCA très difficile: imagerie, marqueurs tumoraux, brossage +/- biopsie, Pet scan, Absence de facteur de risque bien identifié Diagnostic de CCA très difficile: imagerie, marqueurs tumoraux, brossage +/- biopsie, Pet scan, Absence de facteur de risque bien identifié Diagnostic de CCA très difficile: imagerie, marqueurs tumoraux, brossage +/- biopsie, Pet scan, Absence de facteur de risque bien identifié 3

13 Modèles Pronostiques Modèles Pronostiques Principaux modèles pronostiques: age, bilirubine, Principaux stade modèles Modèles de fibrose pronostiques: Pronostiques +/- score cholangiographique age, bilirubine, stade de fibrose +/- score cholangiographique Principaux modèles pronostiques: age, bilirubine, stade de fibrose +/- score cholangiographique (AASLD Guidelines, Hepatology 200) (AASLD Guidelines, Hepatology 200) (AASLD Guidelines, Hepatology 200) Phosphatases Alc: Facteur Pronostique? Phosphatases Alc: Facteur Pronostique? Suivi médian: 9 ans Phosphatases Alc: Facteur Pronostique? Suivi médian: 9 ans Suivi médian: 9 ans (Al Mamari et al, J Hepatol 203) Pal > 40% ou normalité après an (avec ou sans Tt): bon pronostic (Al Mamari et al, J Hepatol 203) Pal > 40% ou normalité (Lindstrom après an et al, (avec Clin Gastroenterol ou sans Tt): Hepatol 203) bon pronostic (Al Mamari et al, J Hepatol 203) (Lindstrom et al, Clin Gastroenterol Hepatol 203) Pal > 40% ou normalité après an (avec ou sans Tt): bon pronostic (Lindstrom et al, Clin Gastroenterol Hepatol 203) Elastométrie et CSP Elastométrie et CSP Elastométrie et CSP (Corpechot et al, Gastroenterology 204) Seuil AUROC (Corpechot et al, Gastroenterology (kpa) 204) F 7,4 0,7 Seuil AUROC F2 8,6 0,84 (kpa) (Corpechot F3 F et al, Gastroenterology 9,6 0,90 7,4 0,7 204) F4 F2 Seuil 4,4 8,6 AUROC 0,9 0,84 Elasticité: F3 facteur (kpa) 9,6 pronostique 0,90 indépendant F4 F 4,4 7,4 0,9 0,7 F2 8,6 0,84 Elasticité: facteur pronostique indépendant F3 9,6 0,90 F4 4,4 0,9 Elasticité: facteur pronostique indépendant 4

14 CSP et Acide Ursodésoxycholique (AUDC) () CSP et Acide Ursodésoxycholique (AUDC) () Rôle non établi dans le ralentissement de la progression Rôle non établi dans le ralentissement de la progression CSP et Acide Ursodésoxycholique (AUDC) () Rôle non établi 7-23 dans mg/kg/d le ralentissement de la progression 7-23 mg/kg/d mg/kg/d NS mg/kg/d NS 7-23 mg/kg/d RR = 2. ( ) mg/kg/d RR = 2. ( ) NS 4 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE (Olsson et al, Gastroenterology 2005) (Olsson et al, Gastroenterology 2005) (Olsson et al, Gastroenterology 2005) RR = 2. ( ) (Lindor et al, Hepatology 2009) (Lindor et al, Hepatology 2009) (Lindor et al, Hepatology 2009) CSP et AUDC (2) CSP et AUDC (2) CSP et AUDC (2) (AASLD Guidelines, Hepatology 200) (AASLD Guidelines, Hepatology 200) (AASLD Guidelines, Hepatology 200) (EASL Guidelines, J Hepatol 2009) (EASL Guidelines, J Hepatol 2009) Attitude actuelle en France: AMM 202: 5-20 mg/kg/j Les Attitude très fortes actuelle doses en (28 30 France: mg/kg/j) AMM ne 202: doivent 5-20 pas mg/kg/j être utilisées Les très fortes doses (28 30 mg/kg/j) (EASL ne doivent Guidelines, pas J être Hepatol utilisées 2009) Composante Attitude actuelle autoimmune en France: identifiée: AMM 202: corticoïdes 5-20 mg/kg/j +/- azathioprine Les Composante très fortes doses autoimmune (28 30 mg/kg/j) identifiée: (+ ne corticoïdes AUDC) doivent pas +/- être azathioprine utilisées (+ AUDC) Composante autoimmune identifiée: corticoïdes +/- azathioprine (+ AUDC) Quand Faut-il Proposer un Traitement Quand Faut-il Endoscopique Proposer? un Traitement Endoscopique? Quand Faut-il Proposer un Traitement Sténose Endoscopique? - Serrée Sténose - Unique ou nettement - Serrée prédominante - au Unique niveau ou du nettement Sténose hile ou de prédominante la VBP - Symptomatique - au niveau ou avec du - Serrée hile cholestase ou de la significative VBP - Symptomatique - Unique ou nettement ou avec cholestase prédominante significative - au niveau du hile (EASL ou Guidelines, de la VBP J Hepatol 2009) - Symptomatique ou avec cholestase significative (EASL Guidelines, J Hepatol 2009) (EASL Guidelines, J Hepatol 2009) 5

15 CSP et Indications de Transplantation CSP et Indications de Transplantation Ictère prolongé avec bilirubinémie > 00 µmol/l CSP et Indications de Transplantation Ictère prolongé avec bilirubinémie > 00 µmol/l Episodes répétés et sévères d angiocholites Episodes répétés et sévères d angiocholites Cirrhose décompensée (mais MELD rarement > 25 ) Ictère prolongé avec bilirubinémie > 00 µmol/l Cirrhose décompensée (mais MELD rarement > 25 ) Cholangiocarcinome hilaire < 3 cm sans atteinte Episodes répétés et sévères d angiocholites ganglionnaire et inclus dans un protocole très strict de Cholangiocarcinome radio-chimiothérapie hilaire pré-th. < 3 cm sans atteinte ganglionnaire Cirrhose décompensée et inclus dans (mais un MELD protocole rarement très strict > 25 ) de radio-chimiothérapie pré-th. Cholangiocarcinome hilaire < 3 cm sans atteinte ganglionnaire et inclus dans un protocole très strict de radio-chimiothérapie pré-th. CSP- Cholangiocarcinome (CCA) et TH CSP- Cholangiocarcinome (CCA) et TH 43 CSP CSP- Cholangiocarcinome (CCA) et TH 43 CSP 7 non-csp 43 CSP 7 non-csp (Murad 7 non-csp et al, Gastroenterology 202) (Murad et al, Gastroenterology 202) (Murad et al, Gastroenterology 202) Sérologie VIH neg, Observation (2) Observation (2) IgG4, TSH, CA 9-9 : N Sérologie VIH neg, IgG = 2,4 g/l, IgM = 2,2 g/l IgG4, TSH, CA Observation 9-9 : N (2) P-ANCA isolés: /80 IgG = 2,4 g/l, IgM = 2,2 g/l Elastométrie: 7,2 +,4 kpa P-ANCA Sérologie isolés: VIH neg, /80 Coloscopie avec biopsies systématiques: normale Elastométrie: IgG4, TSH, CA 7, ,4 : kpa N Densitométrie osseuse: N Coloscopie IgG = 2,4 avec g/l, IgM biopsies = 2,2 systématiques: g/l normale Mise sous AUDC (8mg/kg/j): Densitométrie P-ANCA isolés: asymptomatique osseuse: /80 N Mise Elastométrie: sous 6 mois AUDC 7,2 plus (8mg/kg/j): +,4 kpa tard: Bili N, ALAT:,2N, Coloscopie asymptomatique avec biopsies systématiques: normale PAL:,4N, GGT: 2N Densitométrie 6 mois plus osseuse: tard: Bili N N, ALAT:,2N, Mise sous PAL: AUDC,4N, GGT: (8mg/kg/j): 2N asymptomatique 6 mois plus tard: Bili N, ALAT:,2N, PAL:,4N, GGT: 2N 6

16 Question 3 - Surveillance Question 3 - Surveillance ) Imagerie annuelle du foie et des voies biliaires? 2) CA 9-9 annuel? ) Imagerie annuelle du foie et des voies biliaires? Question 3 - Surveillance 3) 2) Coloscopie annuelle? CA 9-9 annuel? ) 4) Elastométrie Imagerie tous annuelle les 4 du ans foie? et des voies biliaires? 3) Coloscopie annuelle? 2) CA 9-9 annuel? 4) Elastométrie tous les 4 ans? 3) Coloscopie annuelle? 4) Elastométrie tous les 4 ans? 4 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE Surveillance de la CSP: Recommendations EASL (2009) Surveillance de la CSP: Recommendations EASL (2009) Surveillance de la CSP: Recommendations EASL (2009) Vésicule et CSP: Surveillance Mayo Clinic Vésicule et CSP: Surveillance Mayo Clinic Vésicule et CSP: Surveillance Mayo Clinic Prévalence: 3-4% Malignité: up to 56%! Prévalence: 3-4% Malignité: up to 56%! Prévalence: 3-4% Malignité: up to 56%! (Razumilava et al, Hepatology 20) (Razumilava et al, Hepatology 20) (Razumilava et al, Hepatology 20) 7

17 CSP Propositions de Surveillance Tous les 6 mois: Examen clinique Tests hépatiques simples CA 9-9 Tous les ans: Imagerie du foie et des voies biliaires (échographie «experte» ou mieux IRM hépatique et biliaire) avec examen attentif de la paroi de la vésicule biliaire coloscopie avec biopsies (si MICI associée) dès le diagnostic de CSP Elastométrie, dosage sérique vitamine D Tous les 4 ans: ostéodensitométrie. N.B. Si cirrhose ne pas oublier le risque de CHC! Questions Pratiques en cas d Evénements Questions Pratiques en cas d Evènements Arguments en faveur d un cholangiocarcinome? imagerie, marqueurs tumoraux, brossage, Pet scan, Arguments en faveur d un cholangiocarcinome? Sténose imagerie, dominante marqueurs ou une tumoraux, lithiase biliaire brossage, pouvant Pet scan, éventuellement bénéficier d un traitement mécanique? imagerie, Sténose dominante ou une lithiase biliaire pouvant éventuellement bénéficier d un traitement mécanique? Arguments imagerie, en faveur d une hépatite autoimmune ou d une toxicité médicamenteuse (traitement de la MICI)? interrogatoire, biologie, ponction biopsie hépatique, Arguments en faveur d une hépatite autoimmune ou d une toxicité médicamenteuse (traitement de la MICI)? Observance interrogatoire, du traitement biologie, par ponction AUDC biopsie? hépatique, interrogatoire, chromatographie des acides biliaires. Observance du traitement par AUDC? interrogatoire, chromatographie des acides biliaires. 8

18 Objectifs pédagogiques Le cholangiocarcinome intra-hépatique Jean-Frédéric BLANC Service d Hépato-Gastroentérologie et Oncologie Digestive Hôpital Saint-André, Bordeaux Savoir diagnostiquer un cholangiocarcinome intra-hépatique 2. Savoir traiter un cholangiocarcinome intra-hépatique 3. Savoir prendre en charge les complications d un cholangiocarcinome intrahépatique Points clés Les facteurs de risques des CCi sont similaires à ceux des CHC (EBM A) Une preuve histologique est nécessaire (EBM A) mais le diagnostic différentiel avec une métastase d adénocarcinome pancréatique ou digestif peut nécessiter un bilan radiologique et endoscopique complémentaire (EBM B) TDM et/ou IRM sont indiqués dans le bilan de résécabilité (EBM A), le CA 9-9 n a pas de valeur dans le diagnostic (EBM B) La place du TEP-scan dans le bilan d extension est controversée (EBM B) La résection chirurgicale est le traitement de choix du (EBM B), le curage ganglionnaire est recommandé (EBM B) Il n existe pas de traitement adjuvant validé (EBM B) La transplantation hépatique n est pas indiquée hors protocoles de recherche (EBM B) Le rôle des thérapies locorégionales (radiothérapie, chimioembolisation, radioembolisation, destruction percutanée) n est pas établi (EBM B) mais elles représentent des stratégies thérapeutiques à discuter dans le cadre de recherche clinique La chimiothérapie systémique associant gemcitabine et cisplatine est le standard en pratique clinique en première ligne de traitement chez des patients avec un index ECOG 0 ou (EBM B). L oxliplatine peut être substitué au cisplatine (EBM C) Il n existe pas d arguments suggérant qu une seconde ligne de chimiothérapie après progression améliore la survie (EBM B) FMC AFEF octobre septembre

19 20

20 4 ème JOURNEE DE FORMATION MEDICALE CONTINUE EN HEPATOLOGIE 2

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD

Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD J Boursier, A Guillet, S Michalak, Y Gallois, F Oberti, I Fouchard-Hubert,

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES. Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie

TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES. Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES Carcinome hépato-cellulaire : Sans traitement : survie à 5 ans < à 5 % (CHC sur cirrhose) Traitement

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE

PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES HEPATITES DOCTEUR LAURENT CASTERA SERVICES D HEPATO-GASTROENTEROLOGIE, C.H.U. BORDEAUX Introduction La quantification

Plus en détail

Stéatose hépatique non alcoolique et stéatohépatite non alcoolique

Stéatose hépatique non alcoolique et stéatohépatite non alcoolique Stéatose hépatique non alcoolique et stéatohépatite non alcoolique Manifestations hépatiques du syndrome métabolique Christine Bernsmeier, Markus H. Heim Quintessence P La stéatose hépatique non alcoolique

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE Etude clinique N NCT01988506 Inves9gateur coordinateur

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES CHAPITRE VI RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES I - Situation juridique La notion de références médicales opposables (RMO) est apparue dans la convention nationale des médecins de 1993. La réforme

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique À partir de la Vème année Médecine Générale et notamment pour les médecins anatomopathologues ANATOMIE PATHOLOGIQUE Hôpital du Bon Secours

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2011

DOSSIER DE PRESSE 2011 DOSSIER DE PRESSE 2011 Contacts presse : ECHOSENS 153 Avenue d Italie 75013 Paris MEDIAL Sophie BAUMONT Attachée de presse Tél. : 01 53 83 81 55 49 : sophiebaumont@medial-rp.com Le foie, un organe vital

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Le point sur les techniques d embolisation des hépatocarcinomes

Le point sur les techniques d embolisation des hépatocarcinomes Le point sur les techniques d embolisation des hépatocarcinomes Johann CLOUET Pharmacien AHU Pharmacie Centrale CHU de Nantes Epidémiologie Hépatocarcinome ou CHC. 5 ème cancer mondial 3 ème par la mortalité

Plus en détail

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur,

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur, Bulletin n 10 2014 Cher adhérent, cher donateur, La maladie crée souvent une situation de stress aussi il nous a semblé nécessaire de préciser les différentes étapes du parcours de soins afin de faciliter

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015

MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 septembre 2015 SAVE THE DATE! MISSION PARTENARIALE IMMUNOLOGIE - VACCINATION & INFECTIOLOGIE A l occasion de BIOPHARM AMERICA 2015 BOSTON, ETATS-UNIS 14 au 18 2015 BioPharm America est le plus grand événement de partenariats

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

PROGRAMME. Qu est ce que la sélection? Médicale Non médicale. Tarification et compensation Mortalité, surmortalité Loi des grands nombres

PROGRAMME. Qu est ce que la sélection? Médicale Non médicale. Tarification et compensation Mortalité, surmortalité Loi des grands nombres COMPRENDRE LA SELECTION ET LA TARIFICATION DES RISQUES B1 Durée : 1 journée Niveau Retenir les principes et définitions de base Comprendre les raisons de la sélection et les principes de tarification Faciliter

Plus en détail

Augmentations des transaminases 1. Circonstances d'un premier dosage

Augmentations des transaminases 1. Circonstances d'un premier dosage e n P a t h o l o g i e Di ge st iv e Augmentations des transaminases 1. Circonstances d'un premier dosage PARCOURS Cet homme de 50 ans consulte pour une fatigue (1) durable et sans explication qui, à

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

Le cancer du foie. Carcinome hépatocellulaire. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches

Le cancer du foie. Carcinome hépatocellulaire. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Le cancer du foie Carcinome hépatocellulaire Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Impressum _Editrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse

Plus en détail