11 Lutter contre le chômage 11 programme 1 Fédérer les acteurs pour un nouveau contrat avec les demandeurs d emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "11 Lutter contre le chômage 11 programme 1 Fédérer les acteurs pour un nouveau contrat avec les demandeurs d emploi"

Transcription

1

2 TABLE DES MATIERES 2 INTRODUCTION 8 PREMIER PILIER L EMPLOI 11 Lutter contre le chômage 11 programme 1 Fédérer les acteurs pour un nouveau contrat avec les demandeurs d emploi 13 Vers le plein emploi des jeunes 13 programme 2 Accompagner jeunes en difficulté vers l emploi durable 15 programme apprentis, étudiants des métiers 17 programme 4 Favoriser la mixité sociale dans la fonction publique par le développement de l alternance 18 Donner leur chance à tous les talents 18 programme 5 De l assistance à l emploi, une chance pour le pays tout entier 20 programme 6 Développer l économie solidaire 21 programme 7 Favoriser le retour à l emploi des chômeurs de longue durée 22 Libérer la création économique 22 programme 8 Etablir un nouveau pacte pour l emploi 24 programme 9 Accélérer le développement des services 25 programme 10 Encourager la création de leur propre emploi par les chômeurs et les personnes en situation précaire 26 Favoriser l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes 26 programme 11 Favoriser l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes 27 DEUXIEME PILIER LE LOGEMENT 28 programme 12 Résoudre la crise du logement par le rattrapage des retards en matière de logement locatif social 30 programme 13 Résoudre la crise du logement par la mobilisation du parc privé 32 programme 14 Résoudre la crise du logement par le renforcement de l accueil et de l hébergement d urgence 33 TROISIEME PILIER L ÉGALITÉ DES CHANCES 34 L égalité des chances entre les enfants et entre les adolescents 34 programme 15 Accompagner les enfants en fragilité 35 programme 16 Accompagner les collégiens en difficulté et rénover l éducation prioritaire 37 L égalité des chances entre les territoires 37 programme 17 Promouvoir l égalité des chances entre les territoires 39 L égalité des chances entre les personnes de toutes origines 39 programme 18 Restaurer le lien social 41 programme 19 Rénover l accueil et l intégration des populations immigrées 42 programme 20 Lutter contre les discriminations 43 ANNEXE 44 Coûts budgétaires du plan de cohésion sociale PLAN DE COHESION SOCIALE

3 La force d une nation est dans sa ressource humaine. Un pays n est puissant que par les hommes et les femmes qui le composent, par l envie qu ils ont de vivre et de construire ensemble, par le rayonnement de leur confiance dans l avenir et par la cohésion sociale qui les unit. La prospérité économique est indissociable de la prospérité sociale. PLAN DE COHESION SOCIALE 2

4 La France est l un des pays d Europe qui consacre le plus gros effort financier à la protection sociale. Chaque année, elle y affecte 30 % de sa richesse nationale, soit environ 450 milliards d euros, effort qui a plus que doublé au cours des vingt dernières années. Seule la Suède enregistre un pourcentage plus élevé (31,2 %). Et pourtant, nos résultats sont inquiétants. En effet, en quinze ans : le nombre d allocataires du RMI est passé de à ; le nombre de familles surendettées supplémentaires est passé de par an à par an et atteint aujourd hui au total ; le chômage des jeunes de 16 à 24 ans dans les quartiers en zones urbaines sensibles est passé de 28 % à 50 % ; chaque année plus de enfants entrent en 6 ème sans maîtriser les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter) ; les grandes écoles sont trois fois moins accessibles aux élèves de milieux modestes qu au cours des années cinquante ; les actes racistes enregistrés sont passés de 189 à 817 chaque année ; le nombre de logements indécents a doublé ; la liste d attente pour l accès au logement social a été multipliée par quatre. La cohésion sociale est en danger Cette situation n est pas acceptable dans une société démocratique et avancée. La crainte d une décomposition sociale et d une régression économique est très forte chez nos concitoyens. Devancé en 2001 et 2002 par le sentiment d insécurité, le chômage et les inégalités sociales sont désormais largement en tête des préoccupations des Français, toutes catégories sociales confondues. La France doit faire face à un chômage structurel et à l exclusion qui l accompagne, aux jeunes sans espoir et aux enfants défavorisés, aux logements insalubres, aux quartiers sans avenir, à une perte de sens de l action collective et de la République, à l intolérance et parfois au racisme. Cette nouvelle réalité paraît inéluctable, elle désespère ceux qui y sont enfermés, elle décourage les autres. Elle n est pas uniquement le fruit des difficultés actuelles de la conjoncture économique ; la situation a d ailleurs continué à se dégrader pendant les périodes de croissance soutenue. Nous devons répondre clairement, ouvertement à ceux qui se découragent : la République retrouvera l égalité des chances ; elle ne transigera pas avec son ambition, elle ne jouera pas avec son avenir. PLAN DE COHESION SOCIALE 3

5 La France rationne le travail La France est terre de paradoxes : elle vit une crise de l embauche (postes non pourvus dans le privé et dans le public, métiers sous tension, secteurs pénuriques, existence de gisements d emplois inexploités) ; elle n est pas préparée à un choc démographique de grande ampleur, qui va engendrer, du fait des départs en retraite à venir, une pénurie de salariés d environ un million d ici à 2020 ; elle ne donne pas ses chances au marché des services aux particuliers, atone et bloqué en dépit de ses potentialités ; elle compte quatre millions de personnes sans emploi et, pourtant, certains estiment qu une immigration massive lui sera nécessaire dans certains secteurs d activité. Quatre erreurs majeures ont été commises : avoir oublié que l emploi était le fruit de la rencontre d une offre et d une demande et que l une et l autre devaient s organiser et se prévoir ; la France n a que très peu investi dans ce domaine, alors que cet investissement est l un des plus rentables de tous ; avoir considéré l emploi comme un stock donné à partager, plutôt que comme le fruit sans cesse recomposé de l activité et de l inventivité humaines ; avoir organisé le contingentement de la population active et la protection systématique de l emploi existant plutôt que son augmentation et sa rotation ; avoir fait du traitement social du chômage la réponse ultime au manque de travail, alors qu il ne peut s agir que d un moyen de retour progressif vers l emploi des personnes qui en sont le plus éloignées. Il faut rompre avec tous les malthusianismes : la France a besoin de libérer l activité économique, car c est elle qui crée l emploi. Une première rupture est d ores et déjà intervenue Depuis deux ans, dans un contexte économique très difficile, une nouvelle politique de l emploi a été engagée par le Gouvernement : la création d entreprises a été facilitée, car pour avoir de l emploi il faut des entreprises ; le travail a été valorisé, avec une hausse massive du pouvoir d achat du SMIC horaire, une augmentation de la prime pour l emploi et une réforme des retraites destinée à valoriser l expérience et le travail des seniors ; les 35 heures ont été assouplies pour permettre à ceux qui le souhaitent de travailler plus pour gagner plus ; de nouvelles passerelles vers l emploi en entreprises ont été créées, avec les baisses de charges, le contrat jeunes en entreprises, le CIVIS ; avec la mise en place d un droit individuel à la formation, les partenaires sociaux ont jeté les bases d une véritable assurance emploi. PLAN DE COHESION SOCIALE 4

6 Parallèlement, le Gouvernement a œuvré pour la cohésion sociale en engageant une action décisive pour la sécurité, en relançant le dispositif des zones franches urbaines, en accélérant le traitement du surendettement pour permettre aux débiteurs de bonne foi, victimes d un accident de la vie, de connaître un nouveau départ. Aujourd hui cette action commence à porter des fruits. Avec le retour de la croissance, le bénéfice des actions engagées sera plus visible : notre économie va recommencer à créer des emplois et le chômage aura reflué d ici la fin de l année. Dans le même temps il serait illusoire de croire que la croissance réglera tous les problèmes. L embellie de la fin des années quatre-vingt-dix a davantage profité à la dépense publique qu aux Français. La croissance va elle-même nous poser de nouveaux défis, en accentuant les difficultés de recrutement de certains secteurs. Nous devons tirer les leçons du passé. C est pourquoi le Gouvernement engage aujourd hui une deuxième étape de son action, afin que la croissance qui revient soit mieux partagée, et profite à tous les Français. Il n y aura pas de croissance durable sans cohésion sociale. Les ambitions du plan de cohésion sociale Le retour à l activité est une priorité absolue. C est le meilleur rempart contre l implosion sociale et la clé de la dignité individuelle. Le plan de cohésion sociale se présente donc d abord comme un dispositif systématique de sortie d une logique d assistance : tous doivent pouvoir, sous des formes adaptées, retrouver le chemin de l activité, aussi modeste soit-elle. Les jeunes, avenir du pays, doivent être les premiers bénéficiaires de cet effort national. Aucun d entre eux ne doit être laissé pour compte. C est possible : les métiers de demain sont connus et nous pourrons donner aux jeunes les moyens de les connaître et de les exercer. Dès 2007, les départs à la retraite des baby-boomers vont nous confronter à une transition démographique inédite. Un million d emplois nouveaux vont être offerts au cours des dix ans qui viennent. Mobilisés avec efficacité, ceux qui sont aujourd hui chômeurs ou exclus seront en mesure de pourvoir ces emplois, peu qualifiés, qualifiés ou très qualifiés. Le chômage massif est devenu une donnée permanente, avec plus de 4 millions de personnes indemnisées ou allocataires de minima sociaux, et toutes les conséquences négatives qui en résultent pour la compétitivité de notre pays. Nous devons le maîtriser dans le cadre d une perspective d avenir : l allocation chômage est une indemnité, il faut en faire un investissement, un instrument de retour à l activité. La période de chômage était un moment d effritement, il faut en faire une étape de reconstruction, au cours de laquelle le rôle éminent de la puissance publique est d accompagner chacun de ceux qui en ont besoin, au nom de l efficacité, mais aussi de la fraternité. PLAN DE COHESION SOCIALE 5

7 Avec emplois détruits et emplois créés chaque jour ouvrable, le chômage frictionnel est inévitable. Ce qui n est pas acceptable, c est le chômage de longue durée, le chômage d exclusion, le chômage durable des jeunes à la recherche de leur premier emploi. Des gisements considérables d emplois restent inexploités. Si la France avait le même taux d emploi que les Etats-Unis dans les services aux particuliers, elle disposerait d environ 3 millions d emplois supplémentaires. La politique de l emploi de demain doit s attacher à lever les verrous qui empêchent le renouvellement et l accroissement de l offre d emploi ; pour cela, un équilibre plus dynamique entre la sécurisation des parcours des travailleurs et l efficacité économique doit prévaloir. Plus de fluidité, plus de stabilité et d accessibilité du droit du travail, plus d efforts en faveur de la création d entreprise sont nécessaires. Il faut libérer la création économique. Il faut, par ailleurs, rétablir l égalité effective des chances en attaquant à sa source l inégalité : dans le logement, à l école, dans les territoires aux charges socio-urbaines écrasantes et aux ressources insuffisantes. Nous le voyons aujourd hui, les inégalités initiales se cumulent et s aggravent, elles figent et sclérosent notre société. Avec un ascenseur social bloqué, le pays n est servi que par certains de ses talents et laisse les autres en marge de la société. Trop cloisonnée, notre société doit évoluer pour ne pas se calcifier. Il faut tout d abord investir dans le logement, qui connaît aujourd hui une véritable crise. Les causes sont connues : retards accumulés dans le logement locatif social, dysfonctionnements du marché locatif privé et nous devons les traiter. La République doit également se donner les moyens de relancer la mobilité, la libre circulation des talents. Une nouvelle impulsion doit être donnée dans les zones d éducation prioritaire, les élèves en fragilité doivent être repérés et suivis aux premiers signes de décrochage, dès la maternelle. Les méthodes du plan de cohésion sociale Les défis à relever sont nombreux, ils sont à la hauteur des risques d aujourd hui. Nous aurions tort de penser qu il peut suffire d adapter de vieilles recettes, seraient-elles plus énergiques, pour obtenir les résultats escomptés. Le plan de cohésion sociale adopte une démarche inédite consistant à traiter ensemble les grands problèmes qui mettent en péril la cohésion de notre pays (chômage persistant de longue durée, chômage des jeunes, accroissement du nombre d exclus, crise du logement, délitement des quartiers défavorisés, discrimination, crise du système éducatif à certains endroits, etc.). Trop longtemps, une approche cloisonnée et morcelée de questions qui en fait se nourrissent les unes des autres a prévalu. Le but de ce plan est d agir simultanément sur tous les leviers qui contribueront à briser cet engrenage et à établir le cercle vertueux de la réussite et de la cohésion. C est pourquoi les programmes du plan s articulent autour de trois piliers fondamentaux : l emploi et l activité, l accès au logement et l égalité des chances. PLAN DE COHESION SOCIALE 6

8 C est un plan d action, précis et ciblé, car il y a urgence ; construit sur une période de cinq ans, il ouvre par ailleurs des perspectives à plus longue échéance. Il sera soutenu par une loi de programmation, gage du respect des engagements de l Etat. Le plan ne réussira qu avec l engagement de tous les partenaires concernés, dans le respect des compétences de chacun. La réussite de la cohésion sociale sera celle de tous les acteurs collectivités territoriales, entreprises, associations, services déconcentrés de l Etat qui œuvrent sur le terrain. La mise au point opérationnelle des programmes se fera avec les acteurs ; au-delà de l engagement de l Etat, les mesures doivent être souples, adaptées aux spécificités locales et s inscrire dans le cadre des partenariats déjà existants. Le contrat et le co-pilotage seront privilégiés à chaque fois que la loi ne sera pas nécessaire. Le plan mobilise sur le seul budget de l Etat plus d un milliard d euros de moyens supplémentaires dès 2005, dans un contexte financier particulièrement difficile. Cet effort, qui dépassera 3 milliards d euros en 2007 pour décroître ensuite, est un investissement pour notre avenir. Ce plan est enfin une façon de réaffirmer nos valeurs communes, c est l expression d un projet de société. Nous voulons mobiliser toutes les ressources de la nation. Il n y a pas deux France : celle qui travaille et l autre, celle des assistés. Il faut sortir de cette vision manichéenne qui entretient, voire légitime, une société à deux vitesses. Puisqu il n est de richesses que d hommes, anticipons les besoins de ressources humaines, adaptons-les, soutenons les curiosités, préférons l activité à l assistance. Réaffirmons nos convictions, la France ne doit pas être la juxtaposition d individus égoïstes et rivaux mais la réunion d hommes et de femmes animés par une même fierté d appartenir à la République. L avenir de notre pays, son dynamisme économique durable dépendent de notre capacité à fédérer tous ses talents. Inexorablement, depuis quinze ans, le fossé continue de se creuser entre ceux dont les enfants ont un avenir et ceux dont la descendance en est privée. D innombrables talents sont ainsi gaspillés, recevant la rage en lieu et place de diplôme. La réussite de ce plan de cohésion sociale est la condition d un véritable dynamisme économique de ce pays et d un retour à ses valeurs fondatrices. Ce sera difficile, mais c est possible. PLAN DE COHESION SOCIALE 7

9 l emploi Lutter contre le chômage PREMIER PILIER 1 programme 1 Fédérer les acteurs pour un nouveau contrat avec les demandeurs d emploi Vers le plein emploi des jeunes programme 2 programme 3 programme 4 Accompagner jeunes en difficulté vers l emploi durable apprentis, étudiants des métiers Favoriser la mixité sociale dans la fonction publique par le développement de l alternance Donner leur chance à tous les talents programme 5 programme 6 programme 7 De l assistance à l emploi, une chance pour le pays tout entier Développer l économie solidaire Favoriser le retour à l emploi des chômeurs de longue durée Libérer la création économique programme 8 programme 9 programme 10 Etablir un nouveau pacte pour l emploi Accélérer le développement des services Encourager la création de leur propre emploi par les chômeurs et les personnes en situation précaire Favoriser l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes programme 11 Favoriser l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes L emploi PLAN DE COHESION SOCIALE 8

10 L emploi Le marché du travail connaît, dans notre pays, d importants dysfonctionnements engendrant une durée anormalement élevée du chômage, alors que le nombre d emplois non pourvus s accroît et dépasse La création économique y est bridée, notamment dans le secteur des services aux particuliers. Le contexte démographique va, de plus, radicalement se modifier, nous exposant au risque de voir cohabiter dans un même pays une pénurie de salariés, supérieure à un million, et un nombre particulièrement élevé de personnes éloignées de l emploi. Contrairement à l adage contre le chômage, on a tout essayé et on a tous échoué, plusieurs pays sont parvenus à faire substantiellement décroître le chômage structurel, le chômage des jeunes et le chômage dans son ensemble, en alliant la fluidité économique nécessaire aux entreprises à un filet social de haut niveau pour les individus. C est le cas des pays nordiques, mais aussi de l Irlande ou des Pays-Bas. Dans ces pays, afin de faciliter la réactivité des entreprises et de vaincre leur aversion à l embauche, les contraintes ont été allégées, les statuts et la gamme des horaires de travail diversifiés. En contrepartie, les dépenses de la politique de l emploi sont élevées ; les chômeurs bénéficient d une indemnisation très protectrice et ceux qui peinent à se réinsérer sont rapidement soutenus. La flex-sécurité danoise constitue une source d inspiration privilégiée pour mettre en place des solutions novatrices, reposant sur un compromis entre une politique du marché du travail fluide et la sécurité économique des individus. Les chiffres témoignent de la réussite de ce modèle. Ces exemples montrent qu il y a d autres moyens de faire face aux mutations de l emploi qu un désarmement généralisé en matière de protection sociale. Le plan de cohésion sociale renouvelle notre conception de la politique de l emploi. Il fonde un équilibre plus propice à la baisse du chômage de longue durée et à la création d emploi : une prise en charge collective plus efficace des chômeurs, un marché du travail plus fluide. Le plan propose d investir en faveur de la sécurisation des parcours, afin de faire du chômage une période active de préparation d un nouvel avenir et non un temps indéterminé conduisant trop souvent à l assistance. Par l institution des maisons de l emploi, fédérant tous les acteurs d un bassin d emploi, il remédie aux carences et pourvoit aux besoins de notre service public de l emploi : trop grande déconnexion entre l analyse de l évolution des métiers et des besoins en ressources humaines, d une part, l offre de formation et l orientation des jeunes et des chômeurs, d autre part ; accompagnement insuffisamment personnalisé des demandeurs d emploi, dialogue trop limité avec les entreprises. L emploi PLAN DE COHESION SOCIALE 9

11 L emploi Dans le même temps, un agenda est proposé aux partenaires du dialogue social, engagés à rechercher les moyens de renforcer la stabilité et l accessibilité du droit du travail, de rénover nos mécanismes de protection de l emploi, de moderniser le contrat de travail, de rendre plus payant le travail à temps partiel, d améliorer le taux d activité des jeunes et celui des travailleurs les plus âgés. Les jeunes, notamment lorsqu ils sont dépourvus de toute qualification, subissent plus que les autres les défauts de notre politique ; nous nous singularisons ainsi par l importance de leurs difficultés d accès à l activité, à la formation et à l emploi. Le plan mobilise en leur faveur d importants moyens d accompagnement, leur garantissant la définition d un parcours complet d accès à l emploi. Il organise par ailleurs une relance d ampleur de l apprentissage. Pour les allocataires du RMI et de l ASS, la marche est parfois trop élevée pour renouer avec l activité ; le plan met donc en œuvre une possibilité efficace de retour progressif à l emploi. Pour libérer la création économique, il favorise l essor du marché des services en en facilitant l accès. Il s attache à lever les verrous posés à la création d entreprises par les demandeurs d emploi et les personnes en situation précaire. Il pose ainsi les jalons d une politique favorisant le renouvellement et l accroissement de l offre d emplois de tous niveaux de qualification, particulièrement dans les petites entreprises. Il encourage, enfin, l activité professionnelle des femmes, dont l augmentation est une nécessité économique et sociale. Cet effort collectif est indispensable pour construire la compétitivité de demain, fonder notre pacte social sur une participation de tous à la communauté, éviter ainsi les crispations et les replis. Il permet de rechercher un équilibre plus dynamique entre protection des salariés et fluidité du marché du travail. L emploi PLAN DE COHESION SOCIALE 10

12 Lutter contre le chômage programme 1 Fédérer les acteurs pour un nouveau contrat avec les demandeurs d emploi Le dispositif français d intervention en faveur des chômeurs est le plus éclaté d Europe. Ce nombre important d acteurs ne garantit pas que soit rendu le bon service, au bon moment et à la bonne personne. Pour optimiser le service rendu aux demandeurs d emploi et aux entreprises, il faut traiter ses défauts : Premier défaut : les prévisions de besoins en ressources humaines au niveau des bassins d emploi sont insuffisantes ; de ce fait, l action manque de données objectives, reconnues et partagées sur lesquelles s appuyer. Deuxième défaut : cette insuffisance des prévisions induit un décalage dans l adaptation de l offre de formation. Troisième défaut : il n existe pas de poste d orientation unique de la politique de l emploi dans le bassin d emploi, ce qui nuit à son pilotage. Quatrième défaut : l éparpillement des acteurs rend leur action peu lisible, tant pour les demandeurs d emploi que pour les entreprises. Cinquième défaut : le suivi individualisé des demandeurs d emploi est encore insuffisant, au regard des autres pratiques européennes. La création des maisons de l emploi vise à remédier à ces différentes carences. La maison de l emploi est à la fois : une instance chargée de recenser les ressources humaines et de prévoir les besoins locaux en emplois. C est là que s articulent anticipation des besoins et déclenchement des formations ; un lieu dédié au traitement particulier des chômeurs en difficulté, après orientation par les grands réseaux, notamment celui de l ANPE ; un lieu regroupant tous les services susceptibles d être offerts en matière d aide à la création de leur propre emploi par les chômeurs ; l association de tous les partenaires de la politique de l emploi et de la formation, fédérés au sein d une structure juridique (groupement d intérêt public). Chacun des acteurs de la politique de l emploi sera représenté dans la maison de l emploi ; elle sera accueillante et conviviale, au service des demandeurs d emploi. Placée sous l autorité d un manager expérimenté, elle fera appel à une équipe pluridisciplinaire d une cinquantaine de personnes, composée pour partie d agents mis à disposition par les partenaires du GIP, pour partie d agents recrutés en propre et venant du monde de l entreprise. Elle travaillera en étroite collaboration avec l ANPE et l AFPA et mettra à leur disposition, ainsi qu à celle de tous les autres acteurs tous les moyens d information, logistiques et humains dont elle disposera. Une répartition précise des tâches sera localement opérée. L emploi Lutter contre le chômage PLAN DE COHESION SOCIALE 11

13 Lutter contre le chômage Sur la durée du plan, 300 maisons de l emploi seront ainsi créées. Le territoire national sera couvert par une maison de l emploi pour trois agences ANPE en moyenne. La maison de l emploi n est pas un concept rigide et figé : il ne sera évidemment pas nécessaire de créer ex nihilo une maison là où les acteurs de terrain ont, d ores et déjà, mis en œuvre des outils de ce type : en ce cas, une simple labellisation suffira, après renforcement des moyens si nécessaire. Parallèlement à cette relance de l investissement collectif en faveur du retour à l emploi, l ensemble du dispositif de placement des demandeurs d emploi sera réformé, au service d un nouvel équilibre des droits et des devoirs : 1/ l ouverture du marché du placement, qui existe dans les faits depuis plusieurs décennies, recevra un support juridique. Un cahier des charges précis encadrera cette activité ; 2/ l opération de revitalisation et de modernisation des agences locales de l ANPE amorcée ces dernières années sera amplifiée ; 3/ un dossier unique du demandeur d emploi, accessible en tout point des réseaux sera mis en place, pour faciliter les démarches et l accompagnement des demandeurs d emploi ; 4/ le demandeur d emploi, accompagné de manière plus efficace par le service public de l emploi, sera tenu, en contrepartie, à la recherche assidue d un travail et à une participation active au programme de formation. Pour crédibiliser ce dispositif, des sanctions justes et graduées pourront être prononcées, après une procédure contradictoire, en lieu et place du tout ou rien actuel. La responsabilité finale en incombera à l Etat ; 5/ un pilotage plus intégré sera assuré : le comité supérieur de l emploi deviendra l instance de coordination stratégique et d évaluation systématique des politiques de l emploi au niveau national. Une politique de contractualisation sera engagée au plan national et déclinée territorialement : au niveau national : signature d une convention tripartite pluriannuelle entre l Etat, l ANPE et l UNEDIC déclinant les objectifs fixés par le comité supérieur de l emploi (modalités de création du dossier unique du demandeur d emploi, calendrier de mise en place des maisons de l emploi et de rénovation des agences ANPE, critères permettant d évaluer l efficacité et l efficience des actions menées au titre du service public de l emploi) ; au niveau local : signature de conventions territoriales fixant, notamment, les objectifs à atteindre pour la création des maisons de l emploi et pour la rénovation des agences locales de l ANPE. Un fonds, inscrit au budget de l Etat, contribuera au financement des maisons de l emploi (aide à l investissement et au recrutement progressif, sur contrat de droit privé, de agents, les autres personnels nécessaires étant fournis par redéploiement). L emploi Lutter contre le chômage PLAN DE COHESION SOCIALE 12

14 Vers le plein emploi des jeunes programme 2 Accompagner jeunes en difficulté vers l emploi durable Les jeunes sont l énergie vitale de notre pays. Pour son avenir, comme pour la santé morale et l efficacité économique de notre société, tout doit être mis en œuvre pour favoriser leur accès effectif à la formation, à l activité et à l emploi. La situation est alarmante : le taux d emploi des jeunes est de 26 %, contre 55 % en moyenne en Europe, jeunes sont demandeurs d emploi à l ANPE, sortent chaque année du système éducatif sans diplôme, dont sans aucune qualification. Dans la situation actuelle, on peut considérer qu il faut trouver, pendant la durée du plan, une solution active à jeunes rencontrant des difficultés d accès à l emploi, soit déjà sortis du système scolaire, soit appelés à en sortir sans aucune qualification. 1- Un accompagnement durable et renforcé Chaque jeune concerné se voit proposer, après un diagnostic préalable, un accompagnement personnalisé et renforcé, pour une période d un an, renouvelable jusqu à l accès définitif à l emploi durable. Les modalités de l accompagnement et les engagements réciproques sont formalisés dans un contrat d avenir. Tout jeune sans emploi ni qualification a un référent qui définit avec lui son projet professionnel et l entraîne jusqu à l emploi pérenne. Le référent suit le jeune sur tous les plans : formation et emploi bien sûr, mais aussi logement, transports et santé. Les collaborateurs des missions locales et PAIO seront mobilisés sur cette tâche prioritaire. Il est par ailleurs prévu de financer emplois de référents, choisis parmi les professionnels du service public de l emploi, les travailleurs sociaux actifs dans les quartiers et les seniors expérimentés dans le champ éducatif. 500 coordonnateurs seront placés au niveau des bassins d emploi pour développer les partenariats locaux et piloter les référents. Une allocation intermédiaire est servie quand le jeune est entre deux contrats, afin qu il n y ait pas rupture de revenu. Les jeunes sont orientés vers les métiers du plein emploi grâce aux plates-formes de vocation, au sein desquelles ils passent des tests par simulation ou analogie, mis au point par l ANPE et qui favorisent la lutte contre les discriminations à l embauche. Ces plates formes doivent permettre d évaluer leurs aptitudes à occuper les métiers qui recrutent. Dans le même temps, un baromètre des métiers qui recrutent (à court terme et à long terme) sera créé et mis à la disposition des jeunes. Ces actions viendront compléter les dispositifs d information et d orientation en milieu scolaire, qui constituent l un des principaux thèmes du débat national sur l avenir de l école. L emploi Vers le plein emploi des jeunes PLAN DE COHESION SOCIALE 13

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Quelles évolutions pour les ACI?

Quelles évolutions pour les ACI? Réforme de l IAE Quelles évolutions pour les ACI? Document élaboré le 23 juin 2014 GARIE 28, avenue Gustave Eiffel 33600 PESSAC Tel : 05 57 89 01 10 Fax : 05 56 36 96 84 www.iae-aquitaine.org 23 Juin 2014

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE Considérant que l alternance est un moyen particulièrement adapté, à tous

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!!

Rappel du mandat. d'en déduire un programme d'expérimentations innovantes et exemplaires à démarrer dès 2005. !!!! Direction Générale Formation Education Contribution du groupe de travail sur l «Action prioritaire 3» du Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle «Conception et mise en place progressive

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI DOM JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi, indemnisés

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel SOCIÉTÉS D ASSURANCES ACCORD DU 13 MAI 2013 RELATIF À LA MIXITÉ ET

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Généralités Le contrat Financement du contrat

Généralités Le contrat Financement du contrat Le Contrat d Avenir Sommaire 2 7 10 Généralités Le contrat Financement du contrat Généralités A qui s adresse le contrat d avenir? Le contrat d avenir s adresse aux personnes sans emploi qui bénéficient

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

La prime d activité INC du 16 septembre 2015

La prime d activité INC du 16 septembre 2015 La prime d activité INC du 16 septembre 2015 1 Le 3 mars 2015, lors de la présentation du plan pluriannuel contre la pauvreté et l inclusion sociale, le Premier ministre a annoncé la création au 1 er janvier

Plus en détail