Travaux pratique (TP2) : simulation du canal radio sous ADS. Module FIP RT321 : Architectures des émetteurs-récepteurs radio

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travaux pratique (TP2) : simulation du canal radio sous ADS. Module FIP RT321 : Architectures des émetteurs-récepteurs radio"

Transcription

1 Travaux pratique (TP2) : simulation du canal radio sous ADS Rédaction : F. Le Pennec Enseignant/Chercheur dpt. Micro-ondes Module FIP RT321 : Architectures des émetteurs-récepteurs radio UVFIP RT320 : Systèmes de transmission radio Année Responsable module : M. A. Peden

2 Sommaire 1. INTRODUCTION TRANSMISSION D UN SIGNAL NRZ SUR CANAL BRUITE ANALYSE DU SCENARIO SIMULATIONS INTERACTIVES ANALYSE QUANTITATIVE Exécution de la simulation et visualisation des résultats Analyse TRANSMISSION D UN SIGNAL QAM4 SUR CANAL BRUITE ANALYSE DU SCENARIO SIMULATIONS INTERACTIVES SIMULATIONS STATIQUES MISE EN ŒUVRE DU MODELE DE CANAL WLAN SIMULATION SANS VARIABILITE SIMULATION AVEC VARIABILITE MULTITRAJETS ETUDE FREQUENTIELLE Effet doppler Signal modulé sur canal WLAN Evanouissements fréquentiels BILAN ANNEXE 1 - PRESENTATION DU LOGICIEL ADS A1.1. GENERALITES SUR ADS A1.2. DEMARRAGE D UNE SESSION A1.3. LES DIFFERENTES FENETRES DESIGN ET DATA DISPLAY A1.4. REPERAGE DES ICONES A1.5. SIMULATIONS ET DATASETS A1.6. MODELISATION PAR SCHEMA BLOC, LES MODELES ET LES CONTROLES A1.7. EDITION DES PARAMETRES ET INFORMATIONS SUR LES MODELES Télécom Bretagne 1 / 21

3 1. INTRODUCTION Cette séance traite du développement et de l utilisation des modèles de canaux radioélectriques. L environnement de simulation utilisé est la plate-forme logicielle Advanced Design System (ADS) d Agilent Technologie. Elle est dédiée au développement multi-technologies des dispositifs pour les circuits et systèmes radio et hyperfréquences. Différentes problématiques liées au canal de propagation existent : qu intègre-t-on exactement dans la représentation du canal : l environnement, les antennes, les étages circuits radio? Quelle est la nature des signaux manipulés : en bande de base, sur onde porteuse, champs électromagnétiques? Quels sont les phénomènes physiques pris en compte : atténuations, délais, variabilité, trajets multiples, bruits, propriétés angulaires des trajets? Dans un premier temps, en considérant différents niveaux de complexité des signaux (NRZ, I&Q, enveloppe complexe), nous étudierons différentes implémentations du canal de propagation à partir de fonctions de base simples, transposables dans presque tous les simulateurs courants. Nous chercherons à mettre en évidence les conséquences de nos choix sur la qualité des signaux numériques transmis, de façon qualitative par des simulations dynamiques interactives, ou de façon quantitative à partir de post-traitement des résultats de simulations. Dans un deuxième temps, nous étudierons certaines des caractéristiques d un modèle de propagation WLAN industriel courant disponible dans la bibliothèque du simulateur ADS. Celui-ci cible la norme HiperLAN/2 proche de Wi-FI (IEEE g), mais peut aussi être paramétré pour des usages particuliers qui seront exploités dans cette séance. On suivra les consignes pour obtenir le fichier ADS adéquat et l utiliser dans le cadre de ce TP, afin de mener à bien les simulations proposées On trouvera en annexe une présentation résumée du logiciel ADS. 2. TRANSMISSION D UN SIGNAL NRZ SUR CANAL BRUITE Ouvrir le schéma de la cellule TransmissionNRZ dans le dossier «NRZ» 2.1 ANALYSE DU SCENARIO En utilisant les icones de navigation hiérarchique entre blocs constituants de la chaîne de transmission : - l émetteur / le canal / le récepteur, identifier les principaux Figure 2-1 Navigation hiérarchique dans les schémas Télécom Bretagne 2 / 21

4 Question 1 Au niveau de l émetteur, quelle est la probabilité d apparition des éléments binaires? Quelle est l amplitude du signal de sortie? Proba = 0.5, amplitude = +/- 1 Question 2 En résumé, comment sont modélisés les deux facteurs d environnement essentiels pris en compte dans la modélisation du canal, la distance et le bruit? Quelle est la modélisation choisie pour le bruit et quels phénomènes concrets peut-il exprimer? La distance par un facteur multiplicatif appliqué au niveau du signal Le bruit par un facteur additif, de nature gaussienne ou uniforme. Il traduit l ensemble des phénomènes qui vont se superposer au signal utile : le bruit d environnement (orage, démarrage de machines électriques, rayonnement cosmique ou terrestre), le bruit au niveau du récepteur (bruit d antenne, bruit associé aux pertes dans les composants de réception (antenne, câbles, filtres, amplis, mélangeurs ), l effet «globalisé» des interférences externes (autres émetteurs radio dans la bande de fréquence d intérêt) Question 3 Quel traitement élémentaire est effectué au niveau du récepteur? Comment intervient le temps de propagation dans le canal pour la comparaison des données émises et reçues permettant le comptage d erreur sur la chaîne de transmission? Que peut-on en déduire concernant la synchronisation entre l émetteur et le récepteur? Le signal reçu est re-normalisé à 1 ou 1 (multiplication par la valeur absolu de l inverse) Les informations émises et reçues sont comparées sans délai, il n y a donc pas de modélisation des temps de propagation au niveau du canal dans ce modèle. Les émetteur et récepteur sont synchrones, le rythme étant fixé par le simulateur à flots de données 2.2 SIMULATIONS INTERACTIVES Désactiver les deux blocs suivants et seulement ceux-ci à l aide de l icône disponible au niveau du bandeau supérieur : Bloc «ParameterSweep» au niveau global Bloc «source de bruit uniforme» au niveau canal Télécom Bretagne 3 / 21

5 A partir du niveau global du schéma, exécuter la simulation à l aide de l icône suivante, présente sur le bandeau supérieur : Question 4 En positionnant successivement le curseur des distances relatives au minimum, à la moyenne ( 0.5) et au maximum, déterminer expérimentalement les seuils de bruit à partir desquels apparaissent des erreurs. Conclusion? min : 0.25 environ moy : 0.13 environ max : 0.01 Plus la distance est importante, moins il est nécessaire que le bruit soit important pour qu apparaissent des erreurs. Le facteur d atténuation affecte le niveau de signal utile, pas le niveau de bruit à l entrée du récepteur. 2.3 ANALYSE QUANTITATIVE Exécution de la simulation et visualisation des résultats Dans la fenêtre des schémas (designs), activer le bloc Parameter Sweep. Celui-ci permettra d effectuer une série de simulations successives en faisant varier le paramètre choisi : le niveau de bruit. Exécuter la simulation comme pour la simulation interactive précédente. Lorsque celle-ci est terminée, ouvrir une fenêtre «DataDisplay» à l aide du bouton encadré à gauche En utilisant le menu File/Open de la fenêtre des résultats DataDisplay, charger le fichier TransmissionNRZ.dds Télécom Bretagne 4 / 21

6 Figure 2-2 Résultats de simulation sur canal NRZ Analyse Les résultats obtenus dépendent de l instant considérée et du niveau de bruit. Les différentes courbes montrent l évolution des grandeurs remarquables pour une valeur de bruit fixée par le curseur présent en haut de la fenêtre. Celui-ci peut être sélectionné puis déplacé avec la souris ou les flèches du clavier pour permettre de visualiser l évolution des courbes avec le bruit. Expérimenter. Question 5 Combien de bits sont utilisés ici lors de la simulation? pour chaque valeur de bruit, soit 11 => bits. Question 6 A partir de quelle variance du bruit des erreurs apparaissent-elles? Combien y en a-t-il et où (à quels indices) sont elles situées? Que pensez-vous des conditions d évaluation du TEB pour les forts rapports signal à bruit? A partir de 0.3, il y a 2 erreurs : 8307,8354. Une meilleure fiabilité des résultats statistiques (TEB) serait obtenue en augmentant le temps de simulation. Plus le taux est faible, correspondant à un rapport S/N fort, plus un temps long est nécessaire pour estimer précisément le TEB. Certaines techniques statistiques existent pour contribuer à l estimation rapide des TEB en présence de forts rapports S/N (Improve Importance Sampling, Monte Carlo ) Question 7 Reprendre la simulation en permutant l activation des sources de bruits gaussiennes et uniformes. A partir de quelle valeur de variance du bruit des erreurs apparaissent-elles? Interprétation à partir de la fonction de répartition affichée? A partir de 0.6 environ (0.598 simulé). La distribution gaussienne fait statistiquement apparaître des écarts importants plus souvent que la distribution uniforme, ce qui entraîne des erreurs même avec de faibles écarts type dans le cas gaussien. Télécom Bretagne 5 / 21

7 3. TRANSMISSION D UN SIGNAL QAM4 SUR CANAL BRUITE Ouvrir le schéma TransmissionQAM4 de la cellule intitulée QAM4 3.1 ANALYSE DU SCENARIO Comme précédemment, identifier les principaux constituants de la chaîne de transmission : - l émetteur - le canal - le récepteur Question 8 A partir des couleurs attribuées aux liens entre les différents blocs et en utilisant l aide en ligne, quelle différence de type de données y a-t-il entre les données issues de l émetteur dans le cas présent par rapport au cas précédent? Que représentent physiquement ces données? Ce sont maintenant des données complexes (flèches vertes) alors qu avant il s agissait de données réelles (flèches bleues). Physiquement, on représentait auparavant le niveau de signal NRZ (données réelles). Maintenant, il s agit des valeurs I et Q du signal modulé en bande de base (I + jq), à raison d un échantillon par symbole (il s agit ici d une modulation QAM4 à deux bits par symbole). Question 9 Quel est le phénomène physique supplémentaire fondamental pris en compte dans la modélisation du canal par rapport au cas précédent? Une «certaine prise en compte» du temps de propagation (nécessitant un sur-échantillonnage et un contrôle du délai de propagation) Question 10 Quelles sont les conséquences au niveau du récepteur vis à vis du comptage des erreurs? Il est nécessaire de compenser le délai de propagation avant de comparer les entrées et sorties 3.2 SIMULATIONS INTERACTIVES Exécuter la simulation au niveau du schéma principal et arranger les fenêtres d exécution pour obtenir une présentation similaire à celle ci-dessous : Télécom Bretagne 6 / 21

8 Figure 3-1 Simulation dynamique QAM4 Question 11 Avec un bruit nul, une distance relative minimale, les autres curseurs étant également à 0, que constate-t-on concernant le comptage d erreurs? En cliquant sur pause pour arrêter temporairement la simulation, observer In et Out et expliquer. Cliquer à nouveau sur pause pour continuer la simulation et chercher la position du curseur «Entrée retardée» qui annule le comptage des erreurs. Avec tous les curseurs à 0, il y a des erreurs en permanence. On constate que In et Out sont décalés, il faut donc compenser ce décalage introduit par les différents blocs de transmission. On trouve que la position 18 annule les erreurs. Question 12 La constellation en réception montre une distorsion. En conservant les réglages précédents, chercher la position du curseur «delai» qui annule cette distorsion. Que constate-t-on maintenant concernant le comptage d erreur? Annuler à nouveau celui-ci. Sur quelles échelles de temps respectifs agissent finalement «Entrée retardée» et «delai»? Position 9, la constellation est alors «idéale», mais l accumulation d erreurs est à nouveau constatée. On l annule en passant à 20 au niveau de «Entrée retardée». Dans ce modèle «Entrée retardé» agit finalement sur le temps inter-symbole et «delai» sur le temps intra-symbole Après avoir arrêté la simulation, activer les blocs de visualisation «I, Q, Data I, Data Q, «et «Diagramme de l œil voie Q» dans le schéma du bloc «visualisation», dans le canal. Relancer la simulation au niveau global en observant le graphique correspondant. Question 13 Comment la modélisation du signal évolue-t-elle juste avant et juste après le composant USampleRF à l entrée du canal? Que montre le diagramme de l œil? Télécom Bretagne 7 / 21

9 Juste avant le composant USampleRF, le signal est modélisé par un échantillon complexe par symbole. Il décrit l état de l enveloppe complexe à l instant d échantillonnage, donc la valeur du symbole. Le composant UsampleRF crée une multiplication du nombre des échantillons associés à chaque symbole (par un facteur 10), et un filtrage (de type polyphase) pour donner une allure régulière à l évolution de cette enveloppe sur la durée du symbole. Ceci permet de «donner artificiellement une existence» au signal en dehors des instants d échantillonnage. Le diagramme de l œil montre la superposition des traces de l enveloppe sur l une de ses composantes complexes, sur une durée de 2 symboles, faisant ainsi apparaître la qualité du signal transmis. En cas de distorsion, l œil va se fermer traduisant une dégradation de la qualité de la transmission. 3.3 SIMULATIONS STATIQUES Activer le contrôle Parameter sweep et exécuter la simulation, les générateurs de bruits gaussiens étant activés au niveau du canal tandis que les générateurs de bruits uniformes sont désactivés. En fin de simulation, ouvrir le data Display «TransmissionQAM4» Question 14 Régler à l aide du marqueur approprié le décalage à prendre en compte entre l entrée et la sortie pour permettre une bonne comparaison entre ceux-ci. Indiquer cette valeur. Visualiser l évolution des différentes grandeurs avec l augmentation du bruit en agissant sur le second marqueur. Les hypothèses de génération de bruits sont elles vérifiées concernant les voies I et Q? Que constate-t-on sur le bruit d enveloppe du signal? Position du marqueur pour annuler les erreurs : 18, comme en simulation interactive. Le bruit sur les voies I et Q a bien une allure gaussienne tandis que le bruit d enveloppe suit en conséquence une distribution de Rayleigh. Question 15 Tracer l évolution du TEB en fonction du rapport S/N en db, à partir des valeurs disponibles dans la simulation (on changera les valeurs des tableaux TousTEB et TousSNdB de façon pertinente, à partir des variables «ErreursPourCent» et «SNdB» qui évoluent en fonction de la position du curseur de bruit) TousTeb=[0.241,1.084,2.85,5.438,8.288,10.837,13.968,16.697] TousSNdB=[8.528,7.279,6.310,5.518,4.848,4.268,3.757,3.299] Télécom Bretagne 8 / 21

10 4. MISE EN ŒUVRE DU MODELE DE CANAL WLAN Ouvrir le schéma de la cellule intitulée «WLAN_time». Etudier rapidement le schéma et repérer le modèle de canal adapté au contexte WLAN dans la palette «Antennas & Propagation». 4.1 SIMULATION SANS VARIABILITE Question 16 Indiquer le type de signal injecté dans le canal et le nom du modèle choisi. Insérer le à l endroit approprié dans le schéma. WLAN_ChannelModel Modifier les paramètres du modèle de canal comme indiqué ci-dessous : Télécom Bretagne 9 / 21

11 o Le bloc Parameter_sweep concernant la variable de position doit être activé o Le bloc Parameter_sweep concernant la variable «seed» doit être désactivé Simuler puis ouvrir la fenêtre data display «WLAN_Time_Fixe». Question 17 Commenter les 2 courbes de résultats, justifier (calculatrice inutile) les valeurs d atténuation observées en db pour la distance de 10 mètres et son évolution en fonction de la distance de séparation émetteur / récepteur. C est une transmission en espace libre à la fréquence de 5.7 GHz : Friis => L50= log10(d(Km))+20log10(f(MHz))= log10(d(m))+20log10(f(GHz))= env (20-3)=67 db : on retrouve la valeur affichée par m3 sur la courbe de droite. La pente est constante et de 20 db sur cette même figure, conforme aussi à la formule de Friis. Question 18 Modifier la position du marqueur m5 et observer les évolutions dans la figure en fonction du temps. Cela vous paraît-il cohérent? Quel est le délai supplémentaire (non réaliste) introduit par le modèle de canal? Calculer le rapport entre ce délai avec le pas de temps élémentaire de la simulation. Justifier cette valeur à l aide de la documentation sur le modèle de canal. Télécom Bretagne 10 / 21

12 Quand on déplace m5, le niveau diminue avec la distance, mais le délai de propagation reste fixe (il devrait augmenter avec la distance)! En déplaçant m1 sur une seule position, on voit que le pas temporel élémentaire de la simulation est de 20 us. Le délai de propagation à 10 mètres est d/c=(10/ )= , très petit devant ce pas. Le délai est qui apparaît est donc essentiellement celui introduit artificiellement par le modèle (nécessaire aux calculs internes). On calcule à partir du marqueur m2 : 1280 us/20 us=64, c est exactement le nombre de token introduits tels qu indiqués dans la doc ads du modèle WLAN. 4.2 SIMULATION AVEC VARIABILITE On modifie l activation des blocs Parameters comme suit o Le bloc Parameter_sweep concernant la variable de position doit être désactivé o Le bloc Parameter_sweep concernant la variable «seed» doit être activé On modifie de plus les paramètres suivants o Pathloss=No (dans le modèle de canal) o VitesseKmH= 90 (traduit un déplacement du récepteur) Simuler puis ouvrir le data display «WLAN_Time_variant» pour visualiser les résultats En déplaçant le curseur m1 supérieur, on observe l évolution de la réponse selon différents hypothèses de temps initial de simulation. En effet l évolution de la variable «seed» permet de changer les effets pseudo-aléatoires à chaque simulation. Question 19 Commenter les résultats obtenus et faire le lien entre la forme de la densité de probabilité représentée et les paramètres du modèle. Le niveau du pulse reçu varie avec le curseur m1, le rendu aléatoire du temps initial et la vitesse amène à l introduction d une variabilité dans le niveau du signal reçu, ui peut être inférieur ou supérieur au signal émis car la composante moyenne de l atténuation est supprimée avec PathLoss=no. La courbe pdf montre que la loi rappelle une loi de Rayleigh. En réalité, même en l absence de déplacement relatif entre l émetteur et le récepteur, des fluctuations du signal reçu apparaissent du fait des autres objets en déplacement qui rétrodiffusent et de la variabilité de l air. 4.3 MULTITRAJETS Modifier le modèle de canal pour intégrer en réception deux trajets à 1ms et 2 ms (attention aux unités ns dans le modèle de canal), le deuxième ayant une puissance moyenne de 50% inférieure au premier. Question 20 Afin d annuler les effets de variabilité, on doit positionner la vitesse du récepteur à 0 Km/H. Cette démarche est-elle conforme à la réalité? Effectuer cette modification, puis simuler et justifier les niveaux observés en réception (sans tenir compte ici de la courbe ddp) Télécom Bretagne 11 / 21

13 On retrouve le décalage temporel de ms vu précédemment, les deux trajets sont bien décalés de 1 ms. Les niveaux sont tels que : 0.816^ ^2=1 (normalisation en puissance des trajets), et 20*log10(0.578/0.816)= -3 db (conforme aux paramètres PowerArray choisis) 4.4 ETUDE FREQUENTIELLE L étude est menée à partir du schéma WLAN_freq» qu on ouvrira, le design «WLAN_Time» pouvant être fermé. Etudier le schéma et noter les deux possibilités d alimentation du canal : par simple porteuse ou par signal modulé en activant ou pas les blocs concernés. Le data display correspondant porte le même nom (on l ouvrira aussi) Effet doppler Simuler en positionnant alternativement le paramètre vitesse à 0 puis à 90 Km/H. Question 21 Pour chaque simulation, relever dans le spectre du signal reçu les valeurs de fréquence pour lesquelles le niveau est maximum, justifier ces valeurs V=0 => f1=5.7 GHz (cf tableau des valeurs) Télécom Bretagne 12 / 21

14 V= 90Km/H => f2= GHz Fdoppler= v/lam= 90*1000/3600/(3e8/5.7e9)=475 Hz On vérifie que f1=f2+fdoppler (le véhicule s éloigne, d où le signe positiif) Signal modulé sur canal WLAN Question 22 Remettre la vitesse à 0 et activer la partie signal modulé à la place de la simple sinusoïde. Simuler et commenter les résultats obtenus. Note : un bug avec ADS oblige parfois à déplacer les résistances qui ont été désactivées (au niveau récepteur). Il faut alors sauvegarder pour supprimer les messages d erreurs lors du lancement de la simulation. On retrouve le spectre caractéristique d une QAM, à l émission et à la réception. On constate que la figure de trajectoire subit une rotation à la réception, liée aux déphasages RF. Cela affecte considérablement la forme des symboles reçus en réception (voies I et Q), ce qui ne se voit pas sur le spectre Evanouissements fréquentiels Question 23 Insérer deux trajets de même puissance et séparés de 50 micro secondes (attention aux unités dans les paramètres du modèle de canal). Simuler et commenter les résultats obtenus. Comparer les écarts fréquentiels entre deux trous successifs qui apparaissent maintenant dans le spectre du signal reçu avec l inverse du débit des symboles. Justifier cet écart. Télécom Bretagne 13 / 21

15 Les deux trajets sont décalés d un temps symbole. Cela fait apparaître des trous dans le spectre reçu (effets large bande) et les symboles en réception s en trouve d autant plus dégradés. La distance entre deux (nouveaux) trous successifs fréquentiels est de 20 khz, correspondant à l inverse du délai entre les deux trajets. En effet, on a β. l = (2n + 1) π pour toutes les fréquences où les trajets décalés d une distance l arrivent en opposition de phase, soit 2π f 2n + 1. ( C. t) = (2n + 1) π f = C 2. t ( n ) n f = = 2. t 2. t t. Entre deux fréquences successives on aura : 5. BILAN Question 24 Quelles sont les principales sources de bruit dans le canal et comment intervient ce bruit vis à vis des distances respectives des émetteurs / récepteurs? Bruit dans le récepteur (thermique, de grenaille), bruits électromagnétiques (extraterrestres et d orage, industriels). Les interférences créées par les autres systèmes radio perturbent également le signal reçu. Quand la distance augmente, le signal reçu est plus faible pour un niveau de bruit qui ne dépend pas de ces distances. Le rapport signal à bruit se dégrade donc avec cette distance et la qualité de communication aussi. Question 25 Télécom Bretagne 14 / 21

16 Quelles différences entre des canaux gaussien, de Rayleigh et de Rice? Peuvent-ils être sélectifs en fréquence? Justifier. Gaussien : sur canal réel, Rayleigh : sur canal en bande de base, bruit Gaussien de même variance sur les voies I et Q. Rice : proche de Rayleigh mais avec une composante déterministe forte. Pas de sélectivité fréquentielle car pas de multitrajets. Question 26 Quel est l effet du paramètre d environnement (exemple «urban» au lieu de «free space») sur le signal transmis dans le modèle de canal intégré au simulateur dans ce BE? Quel rapport avec l ellipsoïde de Fresnel? Une atténuation supplémentaire par rapport à l espace libre. La valeur dépend de l environnement sélectionné, des hauteurs d antennes d émission et réception, de la fréquence. Si ellipsoïde de Fresnel est libre de tout obstacle, cette atténuation est celle de l espace libre. Question 27 Comment se traduit la prise en compte des déphasages RF du canal au niveau des constellations des signaux? Rotation du plan I et Q, plus ou moins prononcé en fonction du déphasage. Question 28 Quelle est la conséquence de l étalement temporel des trajets multiples sur le spectre des signaux reçus? Des trous dans le spectre (fading sélectif en fréquence) quand le délai devient de l ordre de grandeur de la durée d un symbole. Question 29 Quel est l effet des mouvements dans le canal sur le spectre du signal transmis? Sur la constellation? Modulation de fréquence aléatoire (en fonction des trajets), gigue sur la constellation. Télécom Bretagne 15 / 21

17 A1.1. Annexe ANNEXE 1 - PRESENTATION DU LOGICIEL ADS GENERALITES SUR ADS ADS est un logiciel développé par la société Agilent Technologie, destiné à aider au développement des systèmes électroniques mixtes analogiques hyperfréquences et numériques. Au travers d une interface compacte, il dispose de nombreux modules permettant d analyser les circuits de façon adaptée aux besoins classiques : en continu, en régime variable, en temporel, en bruit Il dispose aussi de méthodes d analyse spécifiques aux hyperfréquences : analyse en paramètres S, analyse des non linéarités par les méthodes «harmonique balance», analyse d enveloppes complexes intégrant les non-linéarités, simulateur électromagnétique de circuits planaires multicouches multiconducteurs. Par ailleurs, différentes méthodes d analyse «génériques», complémentaires dans la conception globale d une chaîne de transmission, sont implémentées : analyse paramétrique multivariables, de sensibilité, de rendement, de plan d expérience et d optimisation. Enfin, un simulateur à flot de données de type «Berkeley/Ptolemy» permet d étudier les systèmes à données discrétisées sur la base de nombreux modèles mixtes logiques, numériques et comportementaux. C est celui-ci que nous utiliserons particulièrement dans ce BE. A1.2. DEMARRAGE D UNE SESSION De façon classique : à partir de l icône sur le bureau ou dans le menu programme. Le client ADS installé localement sur le poste de travail interroge un serveur de licence pour obtenir le jeton nécessaire à l ouverture de session (ou lors de l exécution des différentes simulations). Ainsi il est important de «quitter selon la procédure» (file/quit) la session active pour libérer les licences à la fin de l utilisation du simulateur. Un projet ADS est ouvert à l aide du menu «File/Open/Workspace» Figure 5-1 Projet ouvert avec vue commode en mode dossier (onglet «Folder View») Pour en créer un nouveau, on utilisera le menu «File/New Workspace» en étant attentif à l emplacement du répertoire d accueil et aux unités sélectionnées. A1.3. LES DIFFERENTES FENETRES DESIGN ET DATA DISPLAY ADS organise ses fichiers au sein de projets «Workspace» : il s agit d une structure hiérarchique de fichiers et répertoires désignés par un nom unique et regroupant : 1. Les cellules (cell) avec les schémas (design) et les symboles 2. les fenêtres de visualisation (data display) Télécom Bretagne 16 / 21

18 3. les masques de circuits (layouts) qui ne sont pas abordés ici. La structuration en cellules introduite avec la version 2011 d ADS permet de décrire un même élément avec différents schémas possibles, traduisant différents niveaux de complexité ou différentes technologies potentielles (polymorphisme). Un même projet peut donc contenir de nombreux schémas, reliés ou pas de façon arborescente, et de nombreux «data display». Menu déroulant pour sélectionner la librairie utile. Le contenu de la palette des composants change en fonction de la sélection Cliquer pour poser ensuite le composant sur la page circuit Figure 5-2 Fenêtre des schémas (Design) Figure 5-3 Fenêtre des résultats (Data Display) A1.4. REPERAGE DES ICONES Télécom Bretagne 17 / 21

19 Dans la fenêtre de base : Fichiers Les exemples Rechercher un exemple Design Layout Data display Dans une page circuit ( design ) FICHIERS - LIBRAIRIE ACTIVE - UNDO - ZOOM -ACTIVER/DESACTIVER UN COMPOSANT Composant actif Masse Chercher un composant connexion Simuler Data display Dans une page «data display» Fichiers Dataset courant - Zoom (fenêtre) Défilement des données Zoom (dans graphique) A1.5. SIMULATIONS ET DATASETS Lorsqu on exécute une simulation, les résultats sont sauvegardés dans un fichier (appelé «dataset»). Le nom de ce dernier peut être changé à chaque simulation, permettant de stocker des résultats différents à toute fin utile de comparaison dans un même graphique (ou plusieurs ). On pourra utiliser le menu de la page circuit (design) : Simulate/simulation setup Figure 5-4 Fenêtre «Simulation Setup» pour choisir le dataset Télécom Bretagne 18 / 21

20 A1.6. MODELISATION PAR SCHEMA BLOC, LES MODELES ET LES CONTROLES ADS utilise une modélisation par schémas blocs des circuits. Ceux-ci sont reliés par des fils qui permettent la connexion des modèles entre eux. La nature des grandeurs échangées entre ces modèles dépend du type de simulation. On la devine grâce au code de couleur utilisé pour les flèches de liaison des modèles. Dans les simulations à flots de données, se sont des données typées logiques (orange), entières (orange), réelles (bleues), fixes (rose), complexe (vertes), ou timed (noir) qui peuvent utilisées. La taille des flèches de liaison peut éventuellement être variable selon les modèles, indiquant des données individuelles, vectorielles ou matricielles Type de données Couleur de la flèche Epaisseur de la flèche Scalar Fixed Point Magenta Thin Scalar Floating Point (Real) Blue Thin Scalar Integer (ou logique) Orange Thin Scalar Complex Green Thin Matrix Fixed Point Magenta Thick Matrix Floating Point (Real) Blue Thick Matrix Integer Orange Thick Matrix Complex Green Thick Timed Black Thin AnyType Red Thin Figure 5-5 Codification des liens dans ADS La présence de flèches multiples aux accès d un modèle indique la possibilité de connecter plusieurs modèles sur ce même accès. Les données de type «timed» sont des données composées «séries temporelles complexes + un réel». Le champ «réel» est utilisé pour sauvegarder la valeur de fréquence porteuse f0. Ainsi cette donnée est typiquement utilisée pour stocker l évolution temporelle de l enveloppe complexe d un signal modulé de fréquence f0. A1.7. EDITION DES PARAMETRES ET INFORMATIONS SUR LES MODELES L accès aux informations détaillées sur les modèles est obtenu en double cliquant sur leur icône dans la page «design», de façon à ouvrir la boite de dialogue permettant l édition des paramètres. Un bouton «help» renvoie directement à la documentation en ligne ADS sur ce modèle. 1 2 Figure 5-6 Modèles : paramètres et aide en ligne Télécom Bretagne 19 / 21

21 Télécom Bretagne 20 / 21

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Transmission d informations sur le réseau électrique

Transmission d informations sur le réseau électrique Transmission d informations sur le réseau électrique Introduction Remarques Toutes les questions en italique devront être préparées par écrit avant la séance du TP. Les préparations seront ramassées en

Plus en détail

Expérience 3 Formats de signalisation binaire

Expérience 3 Formats de signalisation binaire Expérience 3 Formats de signalisation binaire Introduction Procédures Effectuez les commandes suivantes: >> xhost nat >> rlogin nat >> setenv DISPLAY machine:0 >> setenv MATLABPATH /gel/usr/telecom/comm_tbx

Plus en détail

Le concept cellulaire

Le concept cellulaire Le concept cellulaire X. Lagrange Télécom Bretagne 21 Mars 2014 X. Lagrange (Télécom Bretagne) Le concept cellulaire 21/03/14 1 / 57 Introduction : Objectif du cours Soit un opérateur qui dispose d une

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

1 Démarrer... 3 1.1 L écran Isis...3 1.2 La boite à outils...3 1.2.1 Mode principal... 4 1.2.2 Mode gadget...4 1.2.3 Mode graphique...

1 Démarrer... 3 1.1 L écran Isis...3 1.2 La boite à outils...3 1.2.1 Mode principal... 4 1.2.2 Mode gadget...4 1.2.3 Mode graphique... 1 Démarrer... 3 1.1 L écran Isis...3 1.2 La boite à outils...3 1.2.1 Mode principal... 4 1.2.2 Mode gadget...4 1.2.3 Mode graphique... 4 2 Quelques actions... 5 2.1 Ouvrir un document existant...5 2.2

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1. DÉMARRER ISIS 2 2. SAISIE D UN SCHÉMA 3 & ' " ( ) '*+ ", ##) # " -. /0 " 1 2 " 3. SIMULATION 7 " - 4.

TABLE DES MATIÈRES 1. DÉMARRER ISIS 2 2. SAISIE D UN SCHÉMA 3 & '  ( ) '*+ , ##) #  -. /0  1 2  3. SIMULATION 7  - 4. TABLE DES MATIÈRES 1. DÉMARRER ISIS 2 2. SAISIE D UN SCHÉMA 3! " #$ % & ' " ( ) '*+ ", ##) # " -. /0 " 1 2 " 3' & 3. SIMULATION 7 0 ( 0, - 0 - " - & 1 4. LA SOURIS 11 5. LES RACCOURCIS CLAVIER 11 STI Electronique

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

Mini_guide_Isis.pdf le 23/09/2001 Page 1/14

Mini_guide_Isis.pdf le 23/09/2001 Page 1/14 1 Démarrer...2 1.1 L écran Isis...2 1.2 La boite à outils...2 1.2.1 Mode principal...3 1.2.2 Mode gadgets...3 1.2.3 Mode graphique...3 2 Quelques actions...4 2.1 Ouvrir un document existant...4 2.2 Sélectionner

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL

Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux OL Mesures de temps de propagation de groupe sur convertisseurs de fréquence sans accès aux Comment mesurer le temps de propagation de groupe sur des convertisseurs de fréquence dans lesquels le ou les oscillateurs

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE RANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE Un message numérique est une suite de nombres que l on considérera dans un premier temps comme indépendants.ils sont codés le plus souvent

Plus en détail

Manuel Utilisateur RF Monitor Tracker

Manuel Utilisateur RF Monitor Tracker Manuel Utilisateur RF Monitor Tracker Propos: Guide d installation et d utilisation du logiciel RF-Monitor Premium de NEWSTEO, pour Trackers. Assistance technique : Pour toute question, remarque ou suggestion

Plus en détail

Communications numériques

Communications numériques Communications numériques 1. Modulation numérique (a) message numérique/signal numérique (b) transmission binaire/m-aire en bande de base (c) modulation sur fréquence porteuse (d) paramètres, limite fondamentale

Plus en détail

Mesures d antennes en TNT

Mesures d antennes en TNT Mesures d antennes en TNT Ce TP s intéresse aux techniques liées à l installation d un équipement de réception de télévision numérique terrestre. Pour les aspects théoriques, on pourra utilement se référer

Plus en détail

Mini_guide_Isis_v6.doc le 10/02/2005 Page 1/15

Mini_guide_Isis_v6.doc le 10/02/2005 Page 1/15 1 Démarrer... 2 1.1 L écran Isis... 2 1.2 Les barres d outils... 3 1.2.1 Les outils d édition... 3 1.2.2 Les outils de sélection de mode... 4 1.2.3 Les outils d orientation... 4 2 Quelques actions... 5

Plus en détail

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B3510--II APPLIICATIIONS DE TRANSDUCTEURS A ULTRASONS MANUEL D IINSTRUCTIIONS POUR L ETUDIIANT Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

Guide de l utilisateur Mikogo Version Windows

Guide de l utilisateur Mikogo Version Windows Guide de l utilisateur Mikogo Version Windows Table des matières Création d un compte utilisateur 3 Téléchargement et installation 4 Démarrer une session 4 Joindre une session 5 Fonctionnalités 6 Liste

Plus en détail

Notice de fonctionnement DVR H264. + Méthode de Visionnage ESEENET

Notice de fonctionnement DVR H264. + Méthode de Visionnage ESEENET Notice de fonctionnement DVR H264 + Méthode de Visionnage ESEENET 1 Le point de départ de chacune des différentes configurations traitées ci-dessous sera l écran de visualisation des 4 ou 8 caméras. A

Plus en détail

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test 11 juillet 2003 Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test Mariane Comte Plan 2 Introduction et objectif

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

TV NUMERIQUE MOBILE : DU DVB-T AU DVB-H

TV NUMERIQUE MOBILE : DU DVB-T AU DVB-H 115189_TechnoN32 21/11/05 16:11 Page 56 56-57 : DU DVB-T AU DVB-H Gérard POUSSET, V.P. Marketing : Business Development chez DiBcom Grâce à ses circuits de traitement de signal spécifiques, DiBcom propose

Plus en détail

Le réseau sans fil "Wi - Fi" (Wireless Fidelity)

Le réseau sans fil Wi - Fi (Wireless Fidelity) Professionnel Page 282 à 291 Accessoires Page 294 TPE / Soho Page 292 à 293 Le réseau sans fil "Wi - Fi" (Wireless Fidelity) Le a été défini par le Groupe de travail WECA (Wireless Ethernet Compatibility

Plus en détail

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom?

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Introduction : Guillaume Ducournau, Christophe Gaquière, Thierry Flamen guillaume.ducournau@polytech-lille.fr Plate-forme PolyCOM,

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes

Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes Avant Propos : Le sujet comporte deux parties : une partie théorique, jalonnée de questions (dans les cadres), qui doit être préparée

Plus en détail

Troisième projet Scribus

Troisième projet Scribus Sommaire 1. Réponse à la question du deuxième projet... 2 2. Présentation du projet... 2 2.1. Organiser son travail... 2 3. Réalisation... 2 3.1. Préparation du texte... 2 3.1.1. Les styles «Dys»... 3

Plus en détail

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Mémento Ouvrir TI-Nspire CAS. Voici la barre d outils : L insertion d une page, d une activité, d une page où l application est choisie, pourra

Plus en détail

MISE AU POINT FINANCIÈRE GUIDE DE L UTILISATEUR. Le logiciel MISE AU POINT FINANCIÈRE est offert sous licence par EquiSoft.

MISE AU POINT FINANCIÈRE GUIDE DE L UTILISATEUR. Le logiciel MISE AU POINT FINANCIÈRE est offert sous licence par EquiSoft. MISE AU POINT FINANCIÈRE GUIDE DE L UTILISATEUR Le logiciel MISE AU POINT FINANCIÈRE est offert sous licence par EquiSoft. Accès MISE AU POINT FINANCIÈRE Guide de l utilisateur (V3) Octobre 2012 Page 2

Plus en détail

Créer un compte itunes Store

Créer un compte itunes Store P r o f i t e r d I n t e r n e t A t e l i e r 0 9 Créer un compte itunes Store en 4 étapes L ipad est un ordinateur aux nombreuses capacités dès la sortie du carton mais ses capacités ne sont rien face

Plus en détail

Animation pédagogique sur l oscilloscope à mémoire Hameg HM 507

Animation pédagogique sur l oscilloscope à mémoire Hameg HM 507 Animation pédagogique sur l oscilloscope à mémoire Hameg HM 507 Les réglages matériels généraux de l oscilloscope Hameg HM 507 Ce sont les réglages qui sont actifs aussi bien en mode Analogique (oscilloscope

Plus en détail

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur

Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Chapitre 2 Architecture d un ordinateur Leçon 1 : Les principaux composants d un ordinateur Les objectifs : o Identifier les principaux composants d un micro-ordinateur. o Connaître les caractéristiques

Plus en détail

VOCABULAIRE LIÉ AUX ORDINATEURS ET À INTERNET

VOCABULAIRE LIÉ AUX ORDINATEURS ET À INTERNET VOCABULAIRE LIÉ AUX ORDINATEURS ET À INTERNET Brancher / débrancher l ordinateur de la prise Allumer / éteindre l ordinateur : pour allumer ou éteindre l ordinateur vous devez appuyer sur le bouton On/off

Plus en détail

SpeechiTablet Notice d utilisation

SpeechiTablet Notice d utilisation SpeechiTablet Notice d utilisation Copyright(C) 2003-2009 Speechi Web: www.speechi.net Tel: 03-20-34-74-25 Fax: 03-20-34-74-26 E-mail: info@speechi.net Version 1.0.0 1. Introduction... 3 1.1. Contenu de

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

QUICK START RF Monitor 4.3-1

QUICK START RF Monitor 4.3-1 QUICK START RF Monitor 4.3-1 Propos: Guide d installation et d utilisation du logiciel RF-Monitor Gold de NEWSTEO, pour LOGGERS (LOG, LGS, LGR) en mode Surveillance (Monitoring) ou Live/Enregistrement

Plus en détail

Guide de l utilisateur. Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de

Guide de l utilisateur. Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de Guide de l utilisateur Faites connaissance avec la nouvelle plateforme interactive de Chenelière Éducation est fière de vous présenter sa nouvelle plateforme i+ Interactif. Conçue selon vos besoins, notre

Plus en détail

Systèmes de communications numériques 2

Systèmes de communications numériques 2 Systèmes de Communications Numériques Philippe Ciuciu, Christophe Vignat Laboratoire des Signaux et Systèmes CNRS SUPÉLEC UPS SUPÉLEC, Plateau de Moulon, 91192 Gif-sur-Yvette ciuciu@lss.supelec.fr Université

Plus en détail

MEGA ITSM Accelerator. Guide de démarrage

MEGA ITSM Accelerator. Guide de démarrage MEGA ITSM Accelerator Guide de démarrage MEGA 2013 1ère édition (janvier 2013) Les informations contenues dans ce document pourront faire l objet de modifications sans préavis et ne sauraient en aucune

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Installation du logiciel Windows Suivant Démarrer Tous les programmes Démarrer Tous les programmes Marketing Manager Marketing Manager Linux ici Mac

Installation du logiciel Windows Suivant Démarrer Tous les programmes Démarrer Tous les programmes Marketing Manager Marketing Manager Linux ici Mac Le Marketing Manager de bluevizia est un outil informatique facile à utiliser et moderne pour le développement et la gestion des processus marketing. Installation du logiciel Windows Double cliquez avec

Plus en détail

Calc 2 Avancé. OpenOffice.org. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Philippe Moreau

Calc 2 Avancé. OpenOffice.org. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Philippe Moreau OpenOffice.org Calc 2 Avancé Guide de formation avec exercices et cas pratiques Philippe Moreau Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12036-2, ISBN 13 : 978-2-212-12036-3 4 - Plages de données 4

Plus en détail

i7 0 Guide de référence rapide Français Document number: 86141-1 Date: 11-2010

i7 0 Guide de référence rapide Français Document number: 86141-1 Date: 11-2010 i7 0 Guide de référence rapide Français Document number: 86141-1 Date: 11-2010 FRANÇAIS Document number: 86141-1 Date: 02-2011 Commandes d instrument Disposition des commandes et fonctions. Mise en marche

Plus en détail

Sous réserve de modifications techniques et des disponibilités, fabrication française.

Sous réserve de modifications techniques et des disponibilités, fabrication française. Sous réserve de modifications techniques et des disponibilités, fabrication française. Table des matières PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS CHAPITRE 1 : FONCTIONNEMENT GÉNÉRAL Fonctionnement général... 5 CHAPITRE

Plus en détail

Systèmes de communications numériques 2

Systèmes de communications numériques 2 Systèmes de Communications Numériques Philippe Ciuciu, Christophe Vignat Laboratoire des Signaux et Systèmes cnrs supélec ups supélec, Plateau de Moulon, 9119 Gif-sur-Yvette ciuciu@lss.supelec.fr Université

Plus en détail

Formation. Module WEB 4.1. Support de cours

Formation. Module WEB 4.1. Support de cours Formation Module WEB 4.1 Support de cours Rédacteur Date de rédaction F.CHEA 08/02/2012 Les informations contenues dans ce document pourront faire l'objet de modifications sans préavis Sauf mention contraire,

Plus en détail

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES.

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. I. APPLICATIONS UTILISEES POUR CETTE ACTIVITE : Sauf indication les applications sont gratuites. 1.Pour connaître les exoplanetes : Exoplanet (android et IOS)

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION

NOTICE D UTILISATION NOTICE D UTILISATION 1 TABLE DES MATIERES Installation de Studio Express Desktop... 3 Installation sur Windows... 3 Installation sur Mac... 3 Connexion à Studio Express Desktop... 3 Appel... 4 Emettre

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Access 2007 FF Access FR FR Base

Access 2007 FF Access FR FR Base ACCESS Basic Albertlaan 88 Avenue Albert Brussel B-1190 Bruxelles T +32 2 340 05 70 F +32 2 340 05 75 E-mail info@keyjob-training.com Website www.keyjob-training.com BTW TVA BE 0425 439 228 Access 2007

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

Exercices d application

Exercices d application Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. fréquence b. 2 Hz ; 2 khz c. élevée d. timbre e. Wm -2 ; db f. purs ; f ou 22 Hz ; 2f ou 44 Hz ; 3f ou 66 Hz ; le fondamental ; harmoniques

Plus en détail

Connecteur Zimbra pour Outlook 2007 et 2010 (ZCO) w

Connecteur Zimbra pour Outlook 2007 et 2010 (ZCO) w w Procédure Messagerie Outlook 2007 et 2010 Solutions informatiques Connecteur Zimbra pour Microsoft Outlook 2007 et 2010 (ZCO) 1/46 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Compatibilité... 3 2.1 Versions supportées

Plus en détail

Tutoriel Prise en Main de la Plateforme MetaTrader 4. Mise à jour : 7/09/2009 1.6

Tutoriel Prise en Main de la Plateforme MetaTrader 4. Mise à jour : 7/09/2009 1.6 Tutoriel Prise en Main de la Plateforme MetaTrader 4 Mise à jour : 7/09/2009 1.6 Ce tutoriel de prise en main permet d utiliser les principales fonctionnalités de MetaTrader. La plateforme MetaTrader utilise

Plus en détail

Travailler et organiser votre vie professionnelle

Travailler et organiser votre vie professionnelle 5 Travailler et organiser votre vie professionnelle Il n est guère étonnant que l iphone soit entré dans le monde de l entreprise : grâce à ses innombrables applications susceptibles d orchestrer la vie

Plus en détail

Interface PC Vivago Ultra. Pro. Guide d'utilisation

Interface PC Vivago Ultra. Pro. Guide d'utilisation Interface PC Vivago Ultra Pro Guide d'utilisation Version 1.03 Configuration de l'interface PC Vivago Ultra Configuration requise Avant d'installer Vivago Ultra sur votre ordinateur assurez-vous que celui-ci

Plus en détail

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure.

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure. Filtres passe-bas Ce court document expose les principes des filtres passe-bas, leurs caractéristiques en fréquence et leurs principales topologies. Les éléments de contenu sont : Définition du filtre

Plus en détail

On trouvera sur le site du CCDMD un exemple d album construit avec Cantare. (http://www.ccdmd.qc.ca/ri/cantare)

On trouvera sur le site du CCDMD un exemple d album construit avec Cantare. (http://www.ccdmd.qc.ca/ri/cantare) Cantare 2 Introduction L outil logiciel Cantare s adresse à toute personne qui veut construire des leçons visant l apprentissage d une langue par l écoute de chansons ou de fichiers sonores dont les paroles

Plus en détail

SCL LOGICIEL DE CONTROL

SCL LOGICIEL DE CONTROL SCL LOGICIEL DE CONTROL Version 1.3 MRC AUDIO LD- 500 www.mrcaudio.com 1 Contenu 1 - Bienvenu a MRC AUDIO SCL v1.3 2 - Installation du logiciel 3 - Configuration du programme SCL 4 - Contrôle des installations

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

ScolaStance V6 Manuel vie scolaire

ScolaStance V6 Manuel vie scolaire ScolaStance V6 Manuel vie scolaire Sommaire INTRODUCTION... 5 ACCES A L ENT... 5 Modification du mot de passe temporaire... 6 Mot de passe oublié... 6 PERSONNALISATION DE LA PAGE D ACCUEIL... 7 Editer

Plus en détail

PRISE EN MAIN D UN TABLEUR. Version OPEN OFFICE

PRISE EN MAIN D UN TABLEUR. Version OPEN OFFICE PRISE EN MAIN D UN TABLEUR Version OPEN OFFICE Prise en main d un tableur page 2 1. L utilisation de la souris Pour faire fonctionner un tableur, on utilise le clavier mais aussi la souris. Rappelons,

Plus en détail

J LOGOSCREEN nt Enregistreur sans papier avec écran TFT et carte CompactFlash. B 70.6580.0 Notice de mise en service 08.

J LOGOSCREEN nt Enregistreur sans papier avec écran TFT et carte CompactFlash. B 70.6580.0 Notice de mise en service 08. J LOGOSCREEN nt Enregistreur sans papier avec écran TFT et carte CompactFlash B 70.6580.0 Notice de mise en service 08.06/00453814 Structure des menus de l enregistreur sans papier v Chapitre 8 «Exploitation

Plus en détail

Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Le filtrage optimisé du signal numérique en bande de base. Notion de BRUIT en télécommunication.

Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Le filtrage optimisé du signal numérique en bande de base. Notion de BRUIT en télécommunication. IUT MARSEILLE DEPARTEMENT DE GENIE ELECTRIQUE ET INFORMATIQUE INDUSTRIELLE Diplôme Universitaire de Technologie. Cours d Électronique du Tronc Commun S3. Chapitre 8 : Le filtrage optimisé du signal numérique

Plus en détail

CAPTURE DES PROFESSIONNELS

CAPTURE DES PROFESSIONNELS CAPTURE DES PROFESSIONNELS 2 Téléchargement 3 Installation 8 Prise en main rapide 10 Lancement Recherche 14 Gestion des fichiers 23 Compare et Sépare 24 Fichiers annexes 2/ Le menu Utilitaires 32 Internet

Plus en détail

AP1.1 : Montages électroniques élémentaires. Électricité et électronique

AP1.1 : Montages électroniques élémentaires. Électricité et électronique STI2D Option SIN Terminale AP1.1 : Montages électroniques élémentaires Électricité et électronique Durée prévue : 3h. Problématique : connaître les composants élémentaires de l'électronique Compétences

Plus en détail

WEBVIEW. Serveur Web embarqué dans DIRIS G NOTICE D UTILISATION. www.socomec.com. http://www.socomec. com/webview_ software

WEBVIEW. Serveur Web embarqué dans DIRIS G NOTICE D UTILISATION. www.socomec.com. http://www.socomec. com/webview_ software NOTICE D UTILISATION WEBVIEW Serveur Web embarqué dans DIRIS G FR http://www.socomec. com/webview_ software www.socomec.com FR SOMMAIRE 1. DOCUMENTATION...3 2. OPÉRATIONS PRÉALABLES...3 3. PRÉSENTATION...3

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable RÉSUMÉ U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E par Lycée Victor Hugo - 25000

Plus en détail

Mesures radar et de communications satellites large bande

Mesures radar et de communications satellites large bande Solutions pour Mesures radar et de communications satellites large bande Utiliser un oscilloscope à large bande passante pour mesurer directement et analyser les sorties d'émetteur radar et satellites

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

PRISE EN MAIN D ILLUSTRATOR

PRISE EN MAIN D ILLUSTRATOR CHAPITRE 1 PRISE EN MAIN D ILLUSTRATOR Présentation... 13 Contenu du livre... 13 Les nouveautés... 14 Composants de l interface... 15 Afficher les documents... 20 Organiser son espace de travail... 21

Plus en détail

Aide Webmail. L environnement de RoundCube est très intuitif et fonctionne comme la plupart des logiciels de messagerie traditionnels.

Aide Webmail. L environnement de RoundCube est très intuitif et fonctionne comme la plupart des logiciels de messagerie traditionnels. Aide Webmail 1. Découverte de l environnement : L environnement de RoundCube est très intuitif et fonctionne comme la plupart des logiciels de messagerie traditionnels. 1. La barre d application (1) Les

Plus en détail

Tutoriel. Votre site web en 30 minutes

Tutoriel. Votre site web en 30 minutes Tutoriel Votre site web en 30 minutes But du tutoriel Nous allons vous présenter comment réaliser rapidement votre site avec Web Creator Pro 6 en vous basant sur l utilisation des modèles fournis avec

Plus en détail

SW43W. Mode d'emploi. Logiciel FlukeView Power Quality Analyzer à partir de Version 3.20

SW43W. Mode d'emploi. Logiciel FlukeView Power Quality Analyzer à partir de Version 3.20 SW43W Logiciel FlukeView Power Quality Analyzer à partir de Version 3.20 Mode d'emploi 4822 872 30779 Decembre 2005, Rev.1, 04/06 2005 Fluke Corporation, Tous droits réservés. Tous les noms de produit

Plus en détail

MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE

MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE Jacques Mézan de Malartic / F2MM MESURES D UN ENVIRONNEMENT RADIOELECTRIQUE AVEC UN RECEPTEUR CONVENTIONNEL ETALONNE 1- Objectif des mesures (Page 1) 1-1 Critères de qualité radio 1-2 Principe des mesures

Plus en détail

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN)

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) 1/5 Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Objectifs : Reconnaître des signaux de nature analogique et des signaux de nature numérique Mettre en

Plus en détail

Solutions en ligne Guide de l utilisateur

Solutions en ligne Guide de l utilisateur Solutions en ligne Guide de l utilisateur Décembre 2009 Informations générales... 1 Configuration minimale requise... 1 Connexion... 1 Page d accueil des Solutions en ligne... 2 Utilisation de la table

Plus en détail

Assistant d e tablissement de Tableaux

Assistant d e tablissement de Tableaux Assistant d e tablissement de Tableaux Cet outil est autonome et doit être installé sur votre ordinateur sous Windows. Cet outil n est pas parfait, il peut proposer des solutions non correctes, le tableau

Plus en détail

Projet audio. Analyse des Signaux ELE2700

Projet audio. Analyse des Signaux ELE2700 ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Département de Génie Électrique Projet audio Analyse des Signaux ELE2700 Saad Chidami - 2014 Table des matières Objectif du laboratoire... 4 Caractérisation du bruit...

Plus en détail

Manuel utilisateur. Version 1.6b

Manuel utilisateur. Version 1.6b Manuel utilisateur Version 1.6b Table des matières Table des matières... 2 1. Introduction... 3 a. But de ce document... 3 b. Objet de ce document... 3 c. Remarques et commentaires... 3 2. Premiers pas

Plus en détail

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne

TP: Représentation des signaux binaires. 1 Simulation d un message binaire - Codage en ligne Objectifs : Ce TP est relatif aux différentes méthodes de codage d une information binaire, et à la transmission en bande de base de cette information. Les grandes lignes de ce TP sont l étude des méthodes

Plus en détail

Avertissement : Nos logiciels évoluent rendant parfois les nouvelles versions incompatibles avec les anciennes.

Avertissement : Nos logiciels évoluent rendant parfois les nouvelles versions incompatibles avec les anciennes. ENVOI EN NOMBRE DE SMS La version SMS de Ditel vous permet d'envoyer vos SMS de façon automatique. L'importation de vos données se fait directement au format Excel Avertissement : Nos logiciels évoluent

Plus en détail

Clé USB 2.0 Wi-Fi 802.11n Référence 495257

Clé USB 2.0 Wi-Fi 802.11n Référence 495257 Clé USB 2.0 Wi-Fi 802.11n Référence 495257 Le Wi-Fi haute vitesse - Débit brut 150 Mbits/s MET923 A LIRE ABSOLUMENT Merci d avoir choisi la clé Wi-Fi Metronic 802.11n. Cette clé utilise les dernières

Plus en détail