PLAN D'ACTION. Pacte de croissance territorial *UDQGLU V'DJUDQGLU UD\RQQHU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN D'ACTION. Pacte de croissance territorial *UDQGLU V'DJUDQGLU UD\RQQHU"

Transcription

1 PLAN D'ACTION PLAN D'ACTION Pacte de croissance territorial *UDQGLU V'DJUDQGLU UD\RQQHU

2 La Réunion, terre d europe 2

3 Inscrire La Réunion dans un processus d émancipation, de dépassement des fragilités et contradictions du modèle adopté jusqu à présent, implique d apporter des solutions pérennes aux défis qui se posent à l horizon 2020 à l échelle du territoire, du voisinage, de l Europe continentale. Didier ROBERT, Président de la Conférence des Présidents des Régions Ultrapériphériques (2012/2013) Président de la Région Réunion La Réunion, terre d Europe 3

4 PACTE : Un parcours pour un accès à une compétitivité territoriale en faveur de l emploi PRIORITÉ 1 : Pacte Un Parcours pour un Accès à des Compétences Territoriales en faveur de l Emploi A) Miser sur la jeunesse et développer l emploi B) S ouvrir et rompre avec l isolement PRIORITÉ 2 : Pacte Un Parcours pour un Accès à une Cohérence Territoriale en faveur de l Écologie A) Concilier aménagement et croissance verte B) Accélérer la transition écologique PRIORITÉ 3 : Pacte Un Parcours pour un Accès à une Créativité Territoriale en faveur de l Économie A) Marché local B) Lever les obstacles aux échanges PACTE : A Policy To Foster Reunion Island s Job Competitiveness PRIORITY 1 : Pacte A Policy to Foster Reunion Island s Job Competitiveness A) Relying on the young population and boosting employment B) Opening up to the outside world and ending isolation PRIORITY 2 : Pacte : A Policy to Foster Reunion Island s Environmental Consistency A) Reconciling land development and green growth B) Speeding up Environmental Transition PRIORITY 3 : Pacte : A Policy to Foster Reunion Island s Business Creativity A) Local market B) Lifting trade barriers La Réunion, terre d europe 4

5 SOMmaire PRÉAMBULE (Français) PREAMBLE (English) INTRODUCTION (Français) INTRODUCTION (English) P7 P11 P15 P19 VOLET TERRITORIAL : LA RÉUNION Profil de La Réunion : descriptif territorial Profil géographique et climatique Profil économique Profil démographique Les défis auxquels La Réunion doit faire face à l horizon 2020 P23 P25 P25 P25 P26 P27 PACTE : UN PACTE TERRITORIAL POUR UNE PLUS GRANDE COMPÉTENCE, UNE PLUS GRANDE COHÉRENCE ET UNE PLUS GRANDE CRÉATIVITE TERRITORIALES P29 Priorité 1 : Un Parcours pour un Accès à des Compétences Territoriales en faveur de l Emploi P30 > Miser sur la jeunesse et développer l emploi P31 > S ouvrir et rompre avec l isolement P32 Priorité 2 : Un Parcours pour un Accès à une Cohérence Territoriale en faveur de l Ecologie P34 > Concilier aménagement et croissance verte P35 > Accélérer la transition écologique P40 Priorité 3 : Un Parcours pour un Accès à une Créativité Territoriale en faveur de l Economie P46 > Garantir un marché local compétitif et performant P47 > Lever les obstacles aux échanges P52 La Réunion, terre d Europe 5

6 La Réunion, terre d europe 6

7 PRÉambule La Réunion, terre d Europe 7

8 1. Le Plan d action dans son contexte L élaboration du Plan d action fait suite à la Communication de la Commission européenne de juin 2012, dans laquelle elle reconnaît la nécessité d une «prise en compte bien plus complète que par le passé de leur situation (des RUP) dans le spectre de la politique européenne» 1 pour la mise en œuvre de sa stratégie Europe Dans ce cadre, elle a invité chaque RUP à élaborer «un Plan d action définissant, via des objectifs et des étapes, la manière dont elle envisage de mettre en œuvre la stratégie «Europe 2020», en tenant compte de sa situation individuelle» 2. Cette démarche inédite s est déroulée dans le cadre de la Présidence réunionnaise de la Conférence des Présidents des Régions ultrapériphériques et a permis de réaffirmer l approche partenariale des RUP issue d une longue tradition de travail en commun. Pour autant, le document présenté n est pas un mémorandum, ni même une déclaration commune. C est un document politique d orientation qui prend acte de l évolution de la position de la Commission européenne, de la convergence de vues entre les RUP et le Commissaire Johannes Hahn, en charge de la politique régionale, sur la nécessité de privilégier une approche bottom-up et d inscrire notre développement dans une plus grande dynamique territoriale. Il présente, dans un document synthétique, une stratégie d ensemble cohérente, pour les Régions ultrapériphériques (volet commun aux huit RUP), ainsi que les priorités stratégiques de chacune de nos Régions pour la période (volet territorial spécifique à La Réunion). 2. Principes méthodologiques Le Plan d action se veut évolutif notamment au regard du calendrier immédiat qui devrait voir aboutir les réformes des politiques européennes d ici fin Il revendique une stratégie cohérente fondée sur un diagnostic, des objectifs, une méthode, des principes, des outils et des moyens. Le Plan d action part de l existant et n ajoute pas une couche supplémentaire à un millefeuille stratégique déjà très riche au plan local (PR2D, SDADD, Réunion Ile Verte, PRERURE, GERRI, SAR, SRIT, SRI etc.). Au-delà de l approche visant à synthétiser les différents documents d orientation élaborés ces dernières années, une large consultation a été lancée auprès des partenaires et de la société civile (Préfecture, Département, Chambres consulaires, société civile organisée, organismes de recherche ). Par ailleurs, il convient de souligner que le Plan d action engage une démarche dont l horizon est celui des sept prochaines années et privilégie donc une approche par le futur. La logique n est plus simplement celle d un rattrapage ou de réparation du passé, mais bien de préparation de l avenir. La Réunion a aujourd hui besoin d un autre type de développement, inscrit dans la durée, qui s attache à la fois aux emplois ou activités nouvelles et à leur caractère durable, c est-à-dire compatible avec l efficacité économique, la justice sociale et la préservation de l environnement. C est par l excellence que La Réunion sera en mesure de relever ces défis. Cette stratégie mise en œuvre pour la période , est aussi cohérente avec les exigences d efficacité, de gestion rigoureuse et optimale des fonds publics aujourd hui incontournables. Notamment en privilégiant les domaines d excellence de notre île et en positionnant La Réunion sur de nouveaux secteurs et de nouveaux marchés. En d autres termes, il ne s agit plus de «dédommager» La Réunion en acceptant de l enfermer dans une situation dont elle ne sortira jamais, mais de trouver à chaque fois, les leviers de son émancipation. 1 Cf. page 4 de la Communication de la Commission du 20 juin 2012 «Les régions ultrapériphériques de l Union européenne : vers un partenariat pour une croissance intelligente, durable et inclusive». 2 Ibid. p.19. La Réunion, terre d europe 8

9 3. Présentation synthétique du Plan d action Le document comporte deux parties principales : La première partie rappelle les positions défendues par les RUP et a fait l objet d un travail de réflexion et rédaction commun aux huit Régions: > Il rappelle notamment que l article 349 du Traité sur le Fonctionnement de l UE doit devenir une référence déclinée dans toutes les politiques conduites au bénéfice des RUP ; > Il plaide pour une évolution de la politique de l Union européenne dans les RUP vers une politique européenne de l ultrapériphérie ; > Il rappelle qu il n y a pas pour les RUP, d un côté, les volets internes, et de l autre, les volets externes des politiques européennes, mais qu ils contribuent de façon indissociable et globale à la politique de l union européenne en faveur de l ultrapériphérie ; > Il propose enfin un saut qualitatif pour permettre aux RUP d atteindre les objectifs d une croissance intelligente, durable et inclusive à l horizon Partant du constat partagé que «chaque RUP est différente et (que) des pistes spécifiques doivent être envisagées pour chacune d entre elles» 3, la deuxième partie du document présente les grands axes de développement sur la base de leur capacité à répondre aux défis, principalement de l évolution démographique du territoire en termes : > d emplois à créer, > de compétitivité à dynamiser, > de logements sociaux à construire et à rénover, > d infrastructures et de services à développer, > de réseaux de communication à perfectionner, > de secteurs productifs à libérer, > de système de formation à consolider, > de patrimoine culturel à promouvoir, > de mécanismes d insertion à déployer, > de mobilité à inventer, > d entrepreneuriat à encourager, > de cohésion territoriale et durable à cultiver, > d actions de coopération régionale à concrétiser. Au vu de l ensemble des documents stratégiques élaborés par les acteurs locaux et des contributions reçues, qu il s agisse de la société civile ou des institutions locales, le Plan d action est structuré autour de trois axes prioritaires, déclinés à chaque fois dans ses composantes humaine, territoriale et économique : 1. Gagner en performance 2. Accéder aux marchés 3. Rendre le territoire attractif 3 Ibid. p. 3. La Réunion, terre d Europe 9

10 Le Plan d action est finalement porteur d une ambition qui peut se résumer en trois mots «Grandir, s agrandir, rayonner», qui servent à la fois de trajectoire conceptuelle et de fil directeur. Grandir : D abord sur le terrain de l éducation, de la connaissance mais aussi de la citoyenneté. Car ouvrir les voies de l émancipation passe par la capacité à s auto-organiser, à assumer, sur le plan individuel comme sur le plan collectif, de nouvelles responsabilités, aussi bien environnementales, sociales, qu économiques. Forte de ces principes, La Réunion peut devenir un espace d expérimentation et le creuset d un nouvel art de vivre pour le XXI ème siècle. S agrandir : En tournant le dos à l océan Indien, La Réunion a cru pendant des décennies tourner le dos à un passé essentiellement marqué par la pauvreté et le sous-développement. Elle a, en fait, aussi tourné le dos à son avenir. Car celui-ci, se joue, et peut-être d abord, dans l océan Indien. C est pourquoi elle doit développer ses échanges, notamment économiques, avec les pays riverains, mais aussi avec les puissances émergentes que sont la Chine, l Inde et l Afrique du Sud. L ouverture optimale de l économie réunionnaise se fera par l ouverture des entreprises, des hommes et des infrastructures. Rayonner : L attractivité de l île est un enjeu décisif pour son développement. Elle passe naturellement par un aménagement équilibré du territoire, par des infrastructures de transports et des équipements de qualité, par des services publics performants. Donner à La Réunion l attractivité et l efficacité indispensables à son rayonnement constitue un pré-requis nécessaire. Pour autant l enjeu crucial, dans un monde ultra-connecté est de mieux faire connaître les atouts de notre île et de mieux se positionner vis-à-vis des économies concurrentes. Promouvoir notamment une e-attractivité globale et innovante en faveur du tourisme, de la biodiversité, des énergies renouvelables permet de revenir à une lisibilité et à une cohérence d ensemble. Si La Réunion est attractive, alors son université, ses centres de recherche, de santé le seront. Si le projet global, à l échelle du territoire, est attractif alors chacun, pour peu qu on lui en donne les moyens, en profitera de concert. > «Grandir, s agrandir, rayonner», trois ambitions qui s épaulent les unes les autres. Il ne servirait à rien de mettre l accent sur l ouverture aux économies régionales, si La Réunion devait rester engoncée dans des rigidités réglementaires. De même, la compétitivité, l ouverture et l attractivité d un territoire se font, certes, sur les dessertes, l accessibilité, la qualité des services et des équipements collectifs ou culturels, mais elles se font aussi et surtout sur des notions, bien souvent immatérielles, comme le niveau et la qualité de formation ou encore l intégration de la recherche-développement et de l innovation. 4. Enjeux du Plan d action : Remédier au problème des chainons manquants du marché intérieur En partant du constat qu il ne peut y avoir de développement intelligent, durable et inclusif possible qu en respectant la réalité de chaque territoire, de ce qu il porte en lui, de ses potentiels et de ses vocations, la Commission européenne invite aujourd hui à répondre à une revendication aussi ancienne que légitime : celle d une approche territoriale soucieuse d adapter les outils de développement aux spécificités de notre île. L enjeu est donc de capitaliser sur cette approche territoriale, de l intégrer dans les différentes politiques de l Union, d en faire le marqueur de toute politique publique ambitieuse pour notre île. L attention portée aux aspirations spécifiques de développement de La Réunion au niveau européen doit naturellement se prolonger au niveau national et ce afin de garantir la plus grande convergence des orientations. En ce sens, le Plan d action a une visée pratique et concrète immédiate : celle d ouvrir une brèche dans les habitudes de pensée et de porter le débat au plus haut niveau européen. Cette démarche devra donc se poursuivre et s inscrire dans la durée pour mobiliser efficacement toutes les énergies, pour renforcer la capacité économique propre à La Réunion dans une logique de développement durable, pour créer les conditions d une compétitivité accrue de son économie au sein de l Europe et de son voisinage. La Réunion n aborde pas le 21ème siècle sans atouts. Mais ils sont, depuis trop longtemps empêchés, par des contraintes structurelles et réglementaires, de jouer pleinement le rôle moteur qui leur revient dans l économie et la croissance de l île. Il faut donner à notre Région les moyens d agir, de créer, de prendre des initiatives. La Réunion y est prête. Ile européenne à taille humaine, elle a vocation à devenir le laboratoire de toutes les politiques publiques. La Réunion, terre d europe 10

11 PREamble La Réunion, terre d Europe 11

12 1. The Action Plan in Context The Action Plan is set up as a result of the June 2012 Communication from the European Commission, where the Commission recognises the necessity to take into account the [ORs ] situation much more completely than before within the scope of the European policy 1 in implementing its Europe 2020 Strategy. In that framework, the Commission invited each OR to work out an Action Plan defining the way it intends to implement the Europe 2012 Strategy by means of objectives and milestones, taking into account its individual situation. 2 This novel approach took place while Reunion Island was presiding over the Conference of Outermost Regions Presidents; it was the opportunity to reaffirm the ORs partnership method, the fruit of a long-standing tradition of working together. Yet the document presented is neither a memorandum nor even a joint statement. It is a political guideline registering the European Commission s new stance and the fact that the ORs and Regional Policy Commissioner Johannes Hahn see eye to eye on the necessity to promote a bottom-up approach and to place our development in a wider territorial dynamic. It is a summary document presenting a consistent, overall strategy for Outermost Regions (section common to all eight ORs) as well as strategic priorities for each of our Regions for the period (territorial section specific to Reunion Island). 2. Methodology Principles The Action Plan is meant to be adaptive, especially as regards the immediate schedule for political reforms to be achieved by the end of It includes a consistent strategy based on an analysis, objectives, a method, principles, tools and means. Only already existing schemes are used, therefore adding no extra level to the extensive array of local strategic programmes (PR2D, SDADD, Reunion Green Island, PRERURE, GERRI, SAR, SRIT, SRI, and so on). The Plan is a blend of the various guidelines developed in recent years. In addition, broad discussions have been organised with civil society stakeholders (Prefecture [Government Services], Departement Council, Guild, Agricultural and Commercial Chambers, organised civil society, research bodies, etc.). It must also be emphasised that the Action Plan spans the next seven years, thus engaging a future-oriented approach: the idea is not to just make up for or mend past insufficiencies, but to clearly gear up for the future. Today Reunion Island needs another type of development, a long-lasting scheme for new jobs and activities of sustainable character, i.e. capable of reconciling business efficiency, social justice and environment preservation. To meet those challenges, Reunion Island needs excellence. The strategy implemented for the period also falls in line with the now absolute necessity for efficient, rigorous and optimal management of public funds. For this purpose we will focus on our island s fields of excellence and position Reunion on new sectors and new markets. In other words, the objective is not to indemnify Reunion Island, accepting to confine it to a plight it will never overcome, but to systematically find leverage for its emancipation. 1 Cf. page 4 of the 20 June 2012 Communication from the Commission Outermost Regions of the EU : Towards a Partnership for Smart, Sustainable and Inclusive Growth. 2 Ibid. p. 19. La Réunion, terre d europe 12

13 3. Action Plan Overall Presentation The document comprises two main parts : The first part recapitulates the positions defended by the ORs, as debated and listed in the document common to the eight Regions, in particular : > Article 349 of the Treaty on the Functioning of the European Union (TFEU) must become a reference for all the policies conducted to the benefit of ORs; > EU policy in ORs must change to become EU policy of ORs; > When it comes to ORs, there is no internal aspect, on the one hand, and external aspect, on the other hand, of European policies, but all aspects jointly and generally contribute to the EU s policy in favour of ORs; > A qualitative leap is necessary for ORs to meet smart, sustainable and inclusive growth objectives in Everyone agrees that each OR is different and [that] specific pathways must be considered for every one of them. 3 On that basis, the second part of the document presents the main development axes in terms of their capacity to meet the challenges the territory is facing. Addressing Reunion Island s main challenge population growth requires : > creating jobs, > boosting competitiveness, > building and renovating social housing, > developing infra structures and services, > upgrading communication networks, > opening up production sectors, > consolidating education and training, > promoting the cultural heritage, > implementing integration systems, > inventing mobility, > fostering entrepreneurship, > nurturing the territory s sustainable cohesion, > concretising regional cooperation actions. In view of all strategic documents drawn up by local stakeholders and contributions received both from the civil society and local authorities, the Action Plan hinges on three priority axes, each with a human, territorial and economic aspect : 1. Improving Performance 2. Accessing Markets 3. Making the Territory Attractive 3 Ibid. p. 3. La Réunion, terre d Europe 13

14 The Action Plan carries an ambition that can be encapsulated in three words: Grow, Expand, Radiate, serving both as concepts and guidelines. Grow : First in terms of education and knowledge, but also of citizenship. Opening the way to emancipation entails the ability to be self-organised and to take up new environmental, social and economic responsibilities at individual and community level alike. Fortified with those principles, Reunion Island can become an experimenting field and the cradle of a new way of life. Expanding : For decades Reunion Island considered that to turn its back to the Indian Ocean was to jettison a past history of poverty and underdevelopment. But by doing so it also turned its back to its future, which is now perhaps above all in the Indian Ocean. That is why it must ramp up its exchanges, especially trade, not only with neighbouring countries but also with emerging powers such as China, India and South Africa. Reunion economy will best flourish through broader connections between businesses, men and infrastructures. Radiate : Reunion s attractiveness is crucial for its development. This naturally requires balanced land use, quality transport systems, state-of-the-art facilities and efficient public services. Reunion will radiate if it is attractive and efficient in the first place. In this hyperconnected world it is imperative that our island s assets be better known and that it be better positioned vis-à-vis competing economies. In particular, promoting global, innovative e-attractiveness in favour of tourism, biodiversity and renewables, will restore the island s visibility and general consistency. If Reunion is attractive, then its University and its research and health centres will be too. If the territory s whole project is attractive, then everyone will profit from it provided they are given the means to do so. > Grow, Expand, Radiate, are three ambitions that underpin each other. It would be useless to promote opening to neighbouring economies if Reunion Island is to remain hamstrung by constraining red tape. Similarly, the competitiveness, opening and attractiveness of a territory is certainly a matter of sea and air links, accessibility, quality of services and public or cultural facilities, but first and foremost of very often intangible concepts such as the level and quality of training or the integration of R&D and innovation. 4. Plan of Action Challenges: Addressing the Internal Market s Missing Links Issue Aware that no smart, sustainable and inclusive development is possible if each territory s specific features, assets, potential and mission are not taken into account, the European Commission now invites us to address an old and legitimate claim : tailoring development tools to our island s specificities. The challenge is therefore to capitalise on this kind of territorial approach, integrate it into the EU s various policies and make it the cornerstone of any ambitious public policy for the island. Consideration given to the specific development targets set for Reunion Island at European level must naturally be reflected at French Government level to guarantee the closest possible convergence of policy lines. In this respect, the Action Plan has a practical, concrete immediate aim: to breach traditional ways of thinking and give the debate pride of place at highest European level. This approach must therefore be continued on a long-term basis to mobilise all energies, reinforce Reunion Island s own business capacity with sustainable development in view, and create conditions conducive to its increased competitiveness within Europe and its neighbouring countries. Reunion is not without assets at the beginning of the 21st century, but due to structural and regulatory constraints these assets cannot spur the island s economy and growth as much as they should. We must give this Region the means to act, create and lead initiatives. Reunion is prepared. A European island with a human scale, it is the ideal testing ground for all types of public policies. La Réunion, terre d europe 14

15 INTROduction La Réunion, terre d Europe 15

16 Les Régions ultrapériphériques (RUP) la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, La Réunion, Saint-Martin, les Açores, Madère et les îles Canaries partagent des caractéristiques spécifiques définies à l article 349 du TFUE. Au 1 er janvier 2014, Mayotte deviendra une région ultrapériphérique de l UE. Elles constituent une réalité unique et forment un ensemble au sein de l Union européenne, distinct des autres régions européennes, caractérisé essentiellement par : > un très grand éloignement par rapport au continent européen, renforcé par l insularité, voire même par la double insularité ou par l enclavement. Isolées dans leurs espaces géographiques et largement excentrées des grands courants d échanges, les RUP sont confrontées à l impossibilité de tirer pleinement profit des avantages du marché de l Union européenne ; > une étroitesse du marché local et donc la dépendance économique vis-à-vis d un petit nombre de produits ; > des conditions topographiques et climatiques difficiles, taille réduite, vulnérabilité face au changement climatique et aux phénomènes météorologiques extrêmes ; > un voisinage de proximité exclusivement composé de pays tiers de l UE ou un espace totalement isolé, deux enjeux stratégiques en termes d insertion et de coopération ; La permanence, le cumul et la combinaison de ces caractéristiques constituent des contraintes structurelles qui nuisent gravement au développement économique, social et territorial de ces Régions. Cette réalité justifie un traitement spécial et différencié. Si en droit, l Europe reconnaît la situation singulière des RUP sur la base du statut de l ultrapériphérie, dans les faits, sa mise en œuvre reste mitigée. Pour cette raison, la Conférence des Présidents des Régions ultrapériphériques n a de cesse de plaider en faveur d un engagement politique renouvelé de la part des institutions européennes envers les RUP. La communication de la Commission du 20 juin 2012 intitulée «Les régions ultrapériphériques de l Union européenne: vers un partenariat pour une croissance intelligente, durable et inclusive» 4 actualise en cinq axes (accessibilité, compétitivité, insertion régionale, dimension sociale et changement climatique) la stratégie de développement qui accompagnera les RUP dans l accomplissement des priorités de la Stratégie EUROPE 2020 en faveur d une croissance intelligente, durable et inclusive. Aussi et dans un scénario accompli, il aurait été indispensable que soient «évalués systématiquement les effets des politiques européennes sur les RUP, notamment lors de la réalisation d analyses d impact» 5. Sur cette base, les spécificités de l ultrapériphérie auraient mérité d être intégrées dans les propositions législatives de la Commission. Dans ce contexte, la Conférence des Présidents des RUP rappelle sa position exprimée à l occasion de la XVIII e Conférence qui s est tenue à Horta (Açores) le 14 septembre 2012, et qui met en exergue la nécessité de franchir un pas supplémentaire dans la mise en œuvre de la stratégie telle que proposée par la Commission européenne en juin 2012, avec des instruments européens sectoriels appropriés et des ressources dédiées. Cette orientation exige des solutions pertinentes, équilibrées, conjointes et cohérentes. La communication de la Commission propose d élaborer un plan d action 6 à partir de priorités de développement, toutes politiques publiques confondues. Chaque plan d action privilégiera par conséquent, une démarche synthétique, ascendante et évolutive, ciblant les besoins territoriaux et les réponses pour y faire face. 4 COM (2012) 287 final. 5 Conclusions du Conseil du 14 juin «En collaboration avec leur État membre respectif, chaque RUP est invitée à élaborer un plan d action définissant, via des objectifs et des étapes, la manière dont elle envisage de mettre en oeuvre la stratégie «Europe 2020», en tenant compte de sa situation individuelle et des différents instruments disponibles mentionnés dans la présente communication», COM(2012) 287 final, p La Réunion, terre d europe 16

17 Ne pas disposer à ce jour d un cadre législatif et financier clairement établi, laisse planer nombres d incertitudes. Au-delà de ces difficultés et au moment de se fixer un cap pour le développement des territoires sur , les RUP réaffirment leur ambition de dynamiser leurs économies, de préserver leurs secteurs traditionnels, d agir dans des domaines innovants et à haute valeur ajoutée, de créer des emplois et donc de s inscrire résolument dans une dynamique de croissance. En présentant le plan d action, les RUP démontrent leur volonté et leur implication dans l accomplissement des axes de la Stratégie de l UE en faveur de l ultrapériphérie. Cet exercice n aura de sens, in fine, que si les instruments mis à disposition sont à la hauteur des ambitions affichées. Pour atteindre les résultats escomptés, les RUP doivent aussi pouvoir compter sur le soutien de toutes les parties prenantes impliquées. Cependant, il n existe pas de modèle unique de développement. Si la valorisation des atouts des RUP doit être prise en compte, elle ne saurait à elle seule permettre de relever tous les défis qui se posent et de corriger les déséquilibres persistants. Les contraintes structurelles permanentes appellent un traitement différencié pour tenir compte des réalités des RUP. C est la raison pour laquelle les RUP font valoir une logique territoriale qui leur est propre et qui constitue une opportunité d application innovante des politiques européennes. > Dans ce contexte et dans le calendrier des réformes des politiques pour la période , le plan d action s inscrit dans une approche coordonnée avec : > les stratégies des fonds européens (FEDER, FSE, FEADER, FEAMP) et les accords de partenariat pour ; > les stratégies à développer dans le cadre d autres programmes à fort impact territorial, tels que POSEI (agriculture et pêche) dont l acquis doit être préservé pour l avenir ; > toutes autres stratégies développées de façon transversale, que ce soit à l échelle européenne (notamment les programmes en faveur de la recherche, de l environnement, de l éducation) à l échelle nationale (programme national de réforme par exemple) ou à l échelle des territoires (schémas de développement économique, de transports, entre autres). La complémentarité et la cohérence des objectifs et des priorités du plan d action s apprécient également au regard de cadres législatifs horizontaux notamment sur la politique commerciale commune, la concurrence, les marchés publics et l environnement. UN PLAN D ACTION PLACÉ SOUS LE SCEAU DE L AMBITION ET DE L EXIGENCE Dans un contexte empreint d incertitudes juridiques et financières, les Régions ultrapériphériques envisagent l avenir pour garantir une reprise de la croissance, développer des emplois stables dans un contexte socio-économique aujourd hui fortement dégradé. Cet exercice s inscrit dans la continuité de leurs propres réflexions qui ont abouti à l adoption de Memoranda en 2009 et en 2010, ainsi qu à la publication de différentes contributions aux consultations publiques de la Commission européenne (cohésion territoriale, Stratégie Europe 2020, transports, aides d État, recherche et innovation, marché intérieur, politique maritime, etc.). Le Mémorandum conjoint de mai 2010 adopte une approche novatrice et invite la Commission européenne à rechercher un triple équilibre à l égard de l ultrapériphérie, tout en se basant sur la stratégie qu elle a développée en 2004 sur la réduction du déficit d accessibilité, l amélioration de la compétitivité et l insertion régionale : > Un équilibre entre les atouts et les contraintes structurelles ; > Un équilibre entre les volets internes et externes des politiques européennes afin d éviter les incohérences au moment de leurs mises en œuvre ; > Un équilibre entre l adaptation des politiques européennes de droit commun et la déclinaison d instruments sectoriels spécifiques. La Réunion, terre d Europe 17

18 Le Mémorandum incite à ce que toutes les politiques de l Union, en s appliquant dans les RUP, intègrent une logique de cohérence territoriale qui aille au-delà du nouvel objectif dit «de cohésion territoriale» tel qu érigé par le Traité de Lisbonne. Ainsi, les RUP peuvent constituer de véritables espaces pertinents d expérimentation pour une mise en œuvre cohérente et intégrée des politiques de l Union au niveau territorial, sur la base d une gouvernance multi-niveaux (européen, national, régional). Les principes d égalité des chances, de cohérence, de valorisation des atouts et de partenariat appelés «fondamentaux de Cayenne» constituent, depuis 1999, le socle de la stratégie de développement des RUP. Ils ont été complétés, en 2010, par deux nouvelles orientations qui sont les principes de proportionnalité et de réalité de l ultrapériphérie. Si au fil du temps la Commission européenne a mis en exergue les principes de valorisation des atouts et de partenariat au travers de communications adoptées en 2004 et en 2008, il est aujourd hui nécessaire de franchir un pas supplémentaire pour donner corps aux autres principes : égalité des chances, cohérence, proportionnalité et réalité. > Plusieurs dimensions doivent servir de fil conducteur au cadre européen à établir pour et irriguer de manière transversale toutes les politiques européennes : > Prendre en compte le statut de l ultrapériphérie de l article 349 du TFUE, qui justifie, per se, une application adaptée, y compris dérogatoire, des politiques et actions de l Union européenne aux RUP ; > Respecter les principes de réalité et d égalité des chances des citoyens quel que soit leur lieu de résidence est primordial, surtout pour ce qui concerne l accès aux équipements et services en réseaux (de type services d intérêt économique général). On ne saurait par exemple, expliquer les différences de traitement des citoyens des RUP en termes de continuité territoriale ou numérique. Les services d intérêt économique général constituent un exemple de persistance de discriminations y compris dans les secteurs les plus stratégiques comme le numérique, les transports, l eau, l énergie ; > Mettre en œuvre les principes de cohérence et de proportionnalité : les révisions successives des aides d État n ont jamais intégré l exigence de cohérence entre les différentes finalités des aides pourtant nécessaires pour les bénéficiaires potentiels. De même, la réglementation en matière environnementale portant notamment sur les émissions de gaz à effet de serre, dans le domaine du transport aérien, méritent une attention particulière au regard de la situation des régions ultrapériphériques pour éviter toute disproportion des impacts y afférents. Dans cette optique et contrairement à l orientation privilégiée dans la communication de la Commission européenne du 20 juin 2012, la politique de cohésion ne saurait réduire, seule, toutes les disparités territoriales, encore moins répondre, seule, aux besoins de financement qu implique l ambition commune d une stratégie rénovée de l ultrapériphérie. La politique de cohésion exige une coordination très étroite avec les autres politiques qui ont un fort impact territorial, dans un souci d efficacité et de rationalisation des programmes à mettre en place. > Le présent plan d action va bien au-delà de cette exigence en traçant les voies d une stratégie de projection qui soit au service d une vitalité territoriale assumée. Mais pour se déployer à sa juste mesure, cette stratégie de projection n est pas dissociable d une stratégie d expérimentation : Expérimenter, c est adapter le cadre aux réalités de l ultrapériphérie, c est inventer de nouvelles formules qui, de façon pragmatique, permettent aux RUP d inventer leur modèle économique de demain. A cette forte volonté exprimée au niveau régional doit désormais correspondre une véritable ambition européenne de l ultrapériphérie. C est dans cet esprit que ce Plan d action s inscrit : celui de faire prévaloir une logique d activité et de responsabilité, seule garante d un développement économique intelligent, durable et inclusif. La Réunion, terre d europe 18

19 INTROduction La Réunion, terre d Europe 19

20 Outermost Regions or ORs (Guadeloupe, French Guiana, Martinique, Reunion, Saint-Martin, the Azores, Madeira and the Canary Islands) have specific features in common as defined by Article 349 of the TFEU (Treaty on the Functioning of the European Union). Mayotte will become a European Union OR on 1 st January ORs are a unique entity forming a group within the EU, separate from other European regions, with the following basic features: > Extreme remoteness from the European landmass, aggravated by insularity, sometimes even double insularity or near inaccessibility. Isolated within their geographical areas and lying wide off the main trade routes, the ORs are unable to take full advantage of EU markets; > Restricted local markets, hence economic dependency on a small number of products; > Difficult terrain and climate conditions, reduced size, vulnerability to climate change and extreme meteorological phenomena; > A neighbouring environment exclusively consisting of EU Third Countries, or totally isolated two crucial challenges in terms of integration and cooperation. The permanence, accumulation and combination of such features are so many structural constraints severely hampering the economic, social and territorial development of those regions. This justifies special, differentiated treatment. Although the EU legally recognises the ORs unique situation, actual implementation of the outermost status has remained limited so far. For that reason the Conference of Outermost Regions Presidents is persistently advocating renewed political engagement of European institutions towards the ORs. The 20 June 2012 Communication from the Commission entitled The European Union s Outermost Regions: Towards a Partnership for Smart, Sustainable and Inclusive Growth 4 lists five axes (accessibility, competitiveness, regional inclusion, social dimension and climate change) defining the development strategy aimed at helping the ORs to implement the priorities of EUROPE 2020 Strategy for smart, sustainable and inclusive growth. Therefore and ideally it would have been imperative to systematically assess the effects of Europeaan policies on ORs, especially when impact analyses were made. 5 On that basis, OR specificities should clearly have been integrated into the Commission s legal proposals. In this context, the Conference of OR Presidents reaffirms its position, expressed during the 18th Conference held in Horta (Azores) on 14 September 2012, and emphasising the necessity to step up the implementation of the strategy as proposed by the European Commission in June 2012, with appropriate sectorial European instruments and dedicated ressources. Such policy requires relevant, balanced, joint and consistent solutions. The Communication from the Commission proposes to set up an Action Plan 6 on the basis of development priorities in all public policies put together. Each Action Plan will therefore target territorial requirements and the responses needed to address them through a comprehensive, bottom-up, adaptive approach. As we have no clearly established administrative and financial framework to date, a number of uncertainties still remain. In spite of such difficulties and at a time when a course must be set for the development of territories in the period, the ORs reaffirm their ambition to boost their economies, safeguard their traditional sectors, be active in innovative fields with high added value, create jobs and therefore deliberately foster growth dynamics. By presenting their Action Plan the ORs demonstrate their desire to engage in implementing the EU Strategy axes in favour of outermost territories. This will only make final sense on condition that the tools placed at the disposal of ORs are commensurate with proclaimed ambitions. To reach expected results, the ORs must be sure that they have the support of all stakeholders involved. 4 COM (2012) 287 final. 5 Council conclusions dated 14 June In consultation with its respective Member State, each OR is invited to set up an Action Plan defining the way it intends to implement the Europe 2020 Strategy by means of objectives and milestones, taking into account its individual situation and the various tools available mentioned in this Communication, COM(2012) 287 final, pp La Réunion, terre d europe 20

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL With the support of: Flanders (Belgium), Italy, Slovenia Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie www.coe.int/ldpp

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine European Union Union Europeenne African Union Union Africaine WHY LAUNCH a Virtual Campus in AFRICA? UNESCO and the African Union: In the response to the request from the African Union (AU) Heads of State

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

MERiFIC. MERiFIC. Leader dans les énergies marines renouvelables. Leading in green marine energy

MERiFIC. MERiFIC. Leader dans les énergies marines renouvelables. Leading in green marine energy MERiFIC The maritime regions of Cornwall and Finistère are in a great position to benefit from the expected growth in marine renewable energy. Their peninsula nature and exposure to the Atlantic Ocean

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stéphane MARCHINI Responsable Global des services DataCenters Espace Grande Arche Paris La Défense SG figures

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Marie Curie Individual Fellowships Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Deux Soumissions de Projet Marie Curie International Incoming Fellowship Finance

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 AINoE Abstract Interpretation Network of Excellence Patrick COUSOT (ENS, Coordinator) Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 Thématique Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 1

Plus en détail

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de l agriculture OFAG Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy, Federal Office

Plus en détail

GRAPHIC STANDARDS MANUAL

GRAPHIC STANDARDS MANUAL GRAPHIC STANDARDS MANUAL CHARTE GRAPHIQUE This Graphic Standards Manual is aimed at the relays of the Europe Direct information network. They are members of a single family dedicated to the same aim: the

Plus en détail

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles RESUME Le projet MITECH propose une offre globale pour traiter l enveloppe des maisons construites entre 1949 et 1974 afin de

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

BNP Paribas Personal Finance

BNP Paribas Personal Finance BNP Paribas Personal Finance Financially fragile loan holder prevention program CUSTOMERS IN DIFFICULTY: QUICKER IDENTIFICATION MEANS BETTER SUPPORT Brussels, December 12th 2014 Why BNPP PF has developed

Plus en détail

ADQ IR Implementation

ADQ IR Implementation ADQ IR Implementation DSNA experience Direction Générale de l Aviation Civile CONTENTS DSNA considerations ADQ objectives The context : a coordinated approach DSNA approach to ADQ implementation The pillars

Plus en détail

CONTRUISONS ENSEMBLE UNE STRATÉGIE POUR L ESPACE MANCHE. Developing a joint strategy for the Channel area

CONTRUISONS ENSEMBLE UNE STRATÉGIE POUR L ESPACE MANCHE. Developing a joint strategy for the Channel area CONTRUISONS ENSEMBLE UNE STRATÉGIE POUR L ESPACE MANCHE Developing a joint strategy for the Channel area Les objectifs du projet Co-financé par le programme Interreg IVA France (Manche) Angleterre, le

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention mission The Collaborating Centre seeks to contribute at the international level to research, development and the dissemination

Plus en détail

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope Timestamp The information solicited through this questionnaire will only be used in aggregate form, unless otherwise authorised by the respondent. Do you authorise us to cite/share your views individually?

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning

Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning Le partenaire de vos exigences The partner of your requirements Spécialiste reconnu de la robinetterie industrielle, SLIMRED est devenu un partenaire

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Atego workshop 2014-04-03 Ce document et les informations qu il contient sont la propriété de Ils ne doivent pas être copiés ni communiqués

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

Le nouveau référentiel Européen Eric Froment,

Le nouveau référentiel Européen Eric Froment, Le nouveau référentiel Européen Eric Froment, Président du Comité du Registre Européen des Agences d évaluation de l enseignement supérieur -EQAR Workshop on the development of the IEAQA Tunis, 13 June

Plus en détail

Sharing Green Economy Best Practices Towards Rio+20 High-level conference, 11-12 Oct 2011, Warsaw, Poland

Sharing Green Economy Best Practices Towards Rio+20 High-level conference, 11-12 Oct 2011, Warsaw, Poland Jobs-Environment Pact Sustainable Construction Sharing Green Economy Best Practices Towards Rio+20 High-level conference, 11-12 Oct 2011, Warsaw, Poland, Belgium 1 Belgium 3 Regions Flanders Region Walloon

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL INTERREG VA France (Channel) England Programme INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre South West Facilitator Julie BECEL Contents Sommaire 1. Schedule Calendrier 2. Eligible area Territoire éligible

Plus en détail

The French capacity market: on-going consultation on explicit XB participation. Chloé Latour Markets Department

The French capacity market: on-going consultation on explicit XB participation. Chloé Latour Markets Department The French capacity market: on-going consultation on explicit XB participation Chloé Latour Markets Department The French capacity market in a nutshell A market-based solution SUPPLIERS - Demand for Certificates

Plus en détail

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 ACTION INTERSECTORIELLE SUR L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET LES JEUNES Le 14 aôut, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 (New) Danger as a Normal Condition of Employment 905-1-IPG-070 (Nouveau) Danger constituant une Condition normale de l emploi 905-1-IPG-070 1. Subject 1. Objet Clarification

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

BILL C-682 PROJET DE LOI C-682 C-682 C-682 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

BILL C-682 PROJET DE LOI C-682 C-682 C-682 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA C-682 C-682 Second Session, Forty-first Parliament, 62-63-64 Elizabeth II, 2013-2014-201 Deuxième session, quarante et unième législature, 62-63-64 Elizabeth II, 2013-2014-201 HOUSE OF COMMONS OF CANADA

Plus en détail

33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation. Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa

33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation. Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa 33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa June 13th 2015 Report on the NEPAD Agency s Support for Regional

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787

Plus en détail

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 EUDAT and CINES data preservation services Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 Le CINES Basé à Montpellier (Hérault, France) EPA créé en 1999, succédant au CNUSC (Centre National Universitaire

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment

Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment Excellence dedicated to nuclear medicine, public health and environment TOC 1. Introduction 2. Quick win 3. External events not in the original design basis 3. Costs 4. Perspectives Excellence dedicated

Plus en détail

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods C-539 C-539 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 An Act to promote

Plus en détail

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES Imprimer le formulaire puis le SIGNER et le DATER avant de le photocopier en 2 exemplaires à joindre au dossier original

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Laura E. Williamson - Project Director UNFCCC COP 17 Side Event December 2, 2011 Renewable Energy Policies for Climate Resilience, Sustainable Development and

Plus en détail

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE Union pour la Méditerranée Union for the Mediterranean Lors de la conférence ministérielle des 9 et 10 novembre 2011 à Strasbourg sur le développement urbain durable,

Plus en détail

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France Informations aux medias Saint-Denis, France, 13 Février 2013 Projet de réorganisation des activités de T-Systems France T-Systems France a présenté à ses instances représentatives du personnel un projet

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

SHORT TERMS. Encourage the sharing of tools/activities linked with quality management in between the projects

SHORT TERMS. Encourage the sharing of tools/activities linked with quality management in between the projects SHORT TERMS Encourage the sharing of tools/activities linked with quality management in between the projects Increase awareness to RMS or other models Sensitize on quality concept Quality control tools

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail