La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique"

Transcription

1 La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique R. Baraka, D.Benmoussa,Y.Taleb,H.Takirate,L.Mejrebe B. GRIENE Consultation douleur CPMC

2 La douleur un phénomène universel Elle est au cœur de toute maladie Les douloureux chronique sont les sujets qui ont le triste privilège d avoir la douleur pour destin Elle est devenue le caractère ou la tonalité de base de leur vie

3 Évaluation de la douleur C est une nécessité Pour essayer de rendre le plus objectif possible un phénomène subjectif

4 Évaluation de la douleur Évaluer la douleur C est Évaluer un phénomène subjectif et Évaluer un comportement

5 Un membre est malade, toute la famille est concernée Celui qui exprime une souffrance et qui concerne tout le monde,c est sa famille qui va l aider à aller mieux Dans les ressources, dans son histoire et ses forces propres que le thérapeute part en exploration

6 Qu est qu une thérapie familiale systémique Elle se présente comme une thérapie de groupe Elle met en jeu le patient en souffrance et les membres de sa famille ;qui participent à sa guérison Les interactions au sein du noyau familial sont analysées, à chacun éxprime son ressenti

7 Composante multidimentionnelle Bien-être physique? Capacité fonctionnelle Fatigue, cachexie Sommeil et récupération Appétit, nausée, etc. Bien-être psychologique? Appréhension, soucis Deuil, dépression Plaisir, loisirs Anxiété, colère Capacités cognitives Souffranc e Bien-être social? Communication avec le personnel soignant Relations avec les proches, sollicitations Situation financière, problèmes assécurologiques Bien-être spirituel? Sens ou non sens de la maladie Signification de la douleur Foi religieuse Perspectives existentielles

8 «les plus violentes douleurs, quand elles sont de peu de durée, se peuvent souffrir sans murmures, et les plus petites, quand elles sont continues, ne se peuvent endurer sans se plaindre». Madeleine de Scudery

9 Douleur chronique La douleur est le symptôme psychosomatique par excellence. La douleur chronique est caractérisée par une période de plus de six mois, devient souvent une maladie en soi. La douleur se positionne à l intersection des émotions et sensations, carrefour, lieu d echange entre la psyché et le soma Elle restreint l activité dans touts les domaines modifiant les activités physique et professionnelles les échanges sociaux.

10 Renvoie également à notre histoire et vécu de la douleur (la sienne et celle de l autre). DIMENSION DE LA DOULEUR (Boureau) La douleur est une perception qui est modulée par plusieurs facteurs individuels. Renvoie nécessairement à la subjectivité de chacun. Renvoie à notre corps et à la perception que l on en a.

11 La douleur retentit sur l état physique et psychique du malade : En interférant avec les composantes : -sensorielle -émotionelle: anxiété,dèpréssion... -cognitive et comportementale: modification de la perception de l environnement...

12 psychologiques : d intérêt, concentration, d autonomie et de la anxiété, angoisse de mort. morosité, dépression, sociales : activités libido. relationnelles, affectivité, dépendance, altération de l image corporelle. spirituelles : souffrance, perte du sens de la vie.

13 Pour pouvoir traiter le symptôme, il s agira de reconnaitre la souffrance sous ses divers masques et aider le patient à la «décondenser». Ceci implique un très grand engagement de la part des thérapeutes confrontés à des résistances à l abord psychologique et à des mises en échec répétées.

14 L abord de la douleur chronique déloge les thérapeutes de leurs certitudes Elle oblige à remplacer les causalités linéaires par des causalités multidimensionnelles et dynamiques. Elle se place à l interface du corps, du subjectif et du relationnel, y compris dans sa dimension sociale. En interaction constante et qui effacent fréquemment la frontière entre causes et conséquences

15 le symptôme peut être interprète comme une métaphore de l instabilité, comme un signal de la fragilité du système.

16 Consultation Interrogatoire Ecouter et Croire le patient qui est le seul à pouvoir parler de sa douleur. -Circonstances d apparition -Facteurs qui aggravent ou soulagent -Antécédents - Conséquences sur le sommeil et la vie

17 Implication de la famille La famille: lieu de socialisation qui façonne le rapport au monde et au corps. La famille est, de ce fait, impliquée dans la modélisation des réactions à la douleur. le processus commence des l enfance.

18 La famille génératrice d un syndrome douloureux chronique Dimension conflictuelle dans les relations familiales. Intervention par des mécanismes inconscients, conditionnement, imitation, langage et communication.

19 Contribution de la famille dans l entretien des manifestations douloureuses Le rôle de la famille est 1) Passif : angoisse, souffrance 2) Actif : intervention auprès des malades Le système familial contribue à l aggravation ou l atténuation du symptôme La surprotection est aussi défavorable que le manque d attention L affection qui touche un membre de la famille = le symptôme qui corrige le dysfonctionnement du système familial Le comportement du patient douloureux est une sorte de métaphore du dilemme d une famille qui voudrait avancer tout en restant immobile

20 La douleur à une valeur symbolique de communication Les comportementalistes: Apprendre à la famille à récompenser les comportements sains et ignorer ou réduire l intérêt pour les comportements régressifs. Les thérapies familiales : Corriger l homéostasie qui est instauré dans le groupe familial grâce à la douleur

21 La famille, la communication face à la douleur La douleur en tant que message vise en premier lieu la famille Le symptôme douloureux est un instrument du pouvoir de l individu sur l ensemble de la constellation familiale Elle peut être le moyen d obliger les autres membres du groupe familial à ouvrir une communication Dans ces familles les communications sont indirectes et les échange affectifs pauvres

22 Le malade trouve une meilleure assise dans une famille soucieuse de son état qui va s intéresser à lui, chercher de le soulager, aménager sa santé Le malade découvre alors qu un symptôme physique est plus fiable à utiliser que tout autre moyen La douleur chronique nuit, le plus souvent, à l intégration sociale de l individu ainsi qu à sa vie familiale

23 Conclusion La thérapie familiale systémique offre une relation,suivie, sachant à la fois légitimé le symptôme en s adressant au corps et entendre le sujet qui se plaint Permettant bien souvent de diminuer l angoisse et d ouvrir progressivement l accès au sens de la souffrance.

24 Elargir son regard à la personne Quitter la référence «douleur égale lésion» Quitter la référence «Qui peut le plus peut le moins» Accueillir la souffrance globale Soutenir les propositions de vie

25

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE Joël François Pons, Rive-Neuve 2004 Journée de formation continue Bénévoles Vaud Crêt-Bérard, 9 octobre 2014 BÉNÉVOLES ET SP La place des

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016

Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016 DOULEUR ET VECU DOULOUREUX Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016 Loi du 9 Juin 1999 (loi fondatrice des SP), article L1B: «Les soins palliatifs sont des soins

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni Plan Douleur et Cognition Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Douleur : expérience émotionnelle et sensorielle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»?

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Décembre 2014 Philippe Ceccaldi, psychiatre, Unité 29, CHU Nena

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA DOULEUR C est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur

R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur La douleur est rattachée au corps elle est, comme chaque personne, unique aux contextes social, culturel, psychologique et à la personnalité de

Plus en détail

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire Définition de l approche systémique générale Champ interdisciplinaire relatif à l étude d objets, de phénomènes

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A.

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. COLLOQUE EPSM-MAIA 26 MAI 2016 LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. LA P.A. EST-ELLE PLUS EXPOSEE A LA DOULEUR? Prévalence : estimée de 40 à 80%..., 70%... Pourquoi? Les polypathologies

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

Gérer le stress et la souffrance de vos collaborateurs

Gérer le stress et la souffrance de vos collaborateurs Gérer le stress et la souffrance de vos collaborateurs SVATI Formation Intervention du 9/01/12 Florian FAURE Delphine LUCE Laura CUTIVET 1 2 «La souffrance s affiche mieux qu elle ne se dit» L enjeu pour

Plus en détail

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé 4 DIMENSIONS DE LA DOULEUR SENSORIELLE : décodage du message sensitif EMOTIONNELLE : angoisse et

Plus en détail

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN Valance Ramis - Psychologue Centre hospitalier de Versailles Service de gynécologie L annonce Comment dire le difficile à dire? Comment gérer ses propres émotions

Plus en détail

TCC THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES

TCC THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES TCC THÉRAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES TCC INTRODUCTION INTRODUCTION En France, les thérapies comportementales et cognitives (TCC) se développent dans les années 1970 Pierre Janet serait à l origine

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE I/ Définitions et introduction Acharnement thérapeutique : attitude qui consiste à poursuivre une thérapeutique lourde à visée curative, alors qu'il n'existe aucun

Plus en détail

Les difficultés psychologiques en post-traitement. Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie

Les difficultés psychologiques en post-traitement. Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie Les difficultés psychologiques en post-traitement Bertrand Kathy, psychologue en oncologie Lebrun Aurélie, neuropsychologue en oncologie Introduction Post-traitements, une étape délicate Pourquoi aborder

Plus en détail

Dans quelle mesure la relaxation peut-elle

Dans quelle mesure la relaxation peut-elle Dans quelle mesure la relaxation peut-elle elle contribuer à la gestion du stress après un AVC ou d autres lésions cérébrales? Dr.phil. Michèle PISANI Psychologue diplômée, spéc. Neuropsychologie clinique,

Plus en détail

L Art-thérapie. Maison Médicale Jean XXIII. u n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r

L Art-thérapie. Maison Médicale Jean XXIII. u n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r L Art-thérapie Maison Médicale Jean XXIII u n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r Définition et originalité de l Art-thérapie Exploitation du potentiel artistique dans une

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar

Troubles cognitifs post-avc. Dr Bennani Omar Troubles cognitifs post-avc Dr Bennani Omar Quoi de neuf en neurologie 22/9/2016 Introduction AVC: 130 000 cas par an en France : 1ere cause de handicap acquis de l adulte Age moyen 66 ans N est pas exceptionnel

Plus en détail

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité.

Stimulus - Interne (Faim, fatigue, Sensation - Ouïe - Vue - Odorat - Toucher - Goût. Représentation de la réalité. PARTIE 1 LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS DOSSIER 3 LA DYNAMIQUE COMPORTEMENTALE I LES SENSATIONS Un stimulus est une information reçue par l un des cinq organes sensoriels : l ouïe, la vue, l odorat, le

Plus en détail

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Etude de dossier Katia M BAILARA Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Plan Intérêt de l étude de cas Le recueil d informations Plan de l étude de cas Rédiger un compte rendu M. C, anamnèse

Plus en détail

Isolement et bien-être dans le cadre de l émergence des RPS. Quelle prévention? Jacques Marc et Vincent Grosjean

Isolement et bien-être dans le cadre de l émergence des RPS. Quelle prévention? Jacques Marc et Vincent Grosjean 10 juin 2010 Isolement et bien-être dans le cadre de l émergence des RPS Quelle prévention? Jacques Marc et Vincent Grosjean Thématique isolement Et thématique bien-être au travail Département Homme au

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Introduction à l'édition américaine de Préface à l'édition française (2009) 11

Table des matières. Sommaire 5 Introduction à l'édition américaine de Préface à l'édition française (2009) 11 Sommaire 5 Introduction à l'édition américaine de 1976 7 Préface à l'édition française (2009) 11 CHAPITRE 1 Du «bon sens» et au-delà 15 Le dilemme du patient 15 La conscience et le bon sens 18 Quand le

Plus en détail

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005 LES ECHELLES D EVALUATION D DE LA DOULEUR Le 11/05/2005 La douleur La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion existante ou potentielle, ou décrite en termes

Plus en détail

Se libérer de ses blocages

Se libérer de ses blocages Sarah Famery Se libérer de ses blocages Deuxième édition 2006, 2011 ISBN : 978-2-212-54809-9 Table des matières Sommaire...................................................5 Avertissement................................................7

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles

Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles Journée de sensibilisation à l autisme Le 2 avril 2010 CH THUIR C Palix, G Szembel, H Guérin, JM Cabaup,

Plus en détail

Le STRESS au travail Approche Clinique

Le STRESS au travail Approche Clinique Le STRESS au travail Approche Clinique Présenté par Pauline Hanique, psychologue clinicienne, EPSM Lille Metropole, doctorante en psychopathologie clinique et santé. Membre de l association PROMOCOM. phanique@epsm-lille-metropole.fr

Plus en détail

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Le vendredi 8 décembre 06 PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Danièle Le Couster Infirmière Clinicienne, Consultante en Soins Palliatifs et Douleur en Gérontologie, titulaire

Plus en détail

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS!

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! A L OCCASION DE LA 9 ÈME JOURNÉE MONDIALE DES SOINS PALLIATIFS! VENDREDI 24 OCTOBRE 2014 ENS LYON! L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! UNE PLACE ORIGINALE DANS L ÉQUIPE DE SOINS! Cédric LEFEVRE! Art-thérapeute

Plus en détail

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS Dr Marilyne MARCEAU 1 Empathie: définition Capacité de se mettre à la place de l autre pour comprendre ses émotions et ses sentiments, éprouver ce que ressent l autre,

Plus en détail

Accueillir la mort. Le travail de deuil.

Accueillir la mort. Le travail de deuil. Accueillir la mort Le travail de deuil. Qu est-ce-que le deuil. Le deuil correspond aux réactions d une personne à la perte d un être cher. Il revêt différents aspects : - c est un ressenti physique. -

Plus en détail

Jeu de hasard en ligne : Case Study

Jeu de hasard en ligne : Case Study Journée d étude sur les jeux de hasard en ligne Octobre 2013 Jeu de hasard en ligne : Case Study Mélanie Saeremans Clinique Du Jeu et Autres Addictions Comportementales Jeu excessif? - Comportement de

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

L enfant et le cancer d un parent

L enfant et le cancer d un parent L enfant et le cancer d un parent Le cancer : ses répercussions sur la cellule familiale - Le cancer : une maladie grave au risque létal - La cellule familiale à prendre en compte dans sa globalité - L

Plus en détail

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie Marine MANGENOT L art-thérapie dans un service d onco-pédiatrie I. L art-thérapie en onco-pédiatrie II. L art-thérapie en soins palliatifs III. Vignettes

Plus en détail

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique 12 octobre 2010 De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique Concept de fragilité Approche psychique Intervention du Docteur FREDET Psychiatre Fédération de Géronto-Psychiatrie Centre

Plus en détail

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

LES ÉCHELLES DÉMARCHE DE ENSEMBLE CONTRE D ÉVALUATION DE L ASSOCIATION LA DOULEUR JC.Combaz

LES ÉCHELLES DÉMARCHE DE ENSEMBLE CONTRE D ÉVALUATION DE L ASSOCIATION LA DOULEUR JC.Combaz LES ÉCHELLES D ÉVALUATION DE LA DOULEUR 21.10.2013 JC.Combaz DÉMARCHE DE L ASSOCIATION ENSEMBLE CONTRE LA DOULEUR 1 Définition de la douleur Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

Partie 8, Activités physiques santé mentale

Partie 8, Activités physiques santé mentale Partie 8, Activités physiques santé mentale La santé mentale : «Il s'agit d'un état de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail

Plus en détail

LES CIRCUITS DE LA DOULEUR

LES CIRCUITS DE LA DOULEUR LES CIRCUITS DE LA DOULEUR PREMIERE CONSULTATION Anamnèse clinique - apparition du problème - durée / intensité / localisation / irradiation - description clinique - antécédents médicaux / chirurgicaux

Plus en détail

DOULEUR ET SANTE MENTALE. Moyens d évaluation de la douleur

DOULEUR ET SANTE MENTALE. Moyens d évaluation de la douleur DOULEUR ET SANTE MENTALE Moyens d évaluation de la douleur en santé mentale 11ème rencontre REMALDO Jeudi 15 Octobre 2015 Docteur Périne BROUSSAUD-BLAMOUTIER CETD Clinique La Sagesse Rennes CH Guillaume

Plus en détail

PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX

PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX Définition Manifestations non cognitives de la pathologie démentielle. Ils sont habituellement répartis en 3 catégories : - troubles

Plus en détail

Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD

Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD Outil de soutien clinique et de formation pour les différents intervenants : Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD Présentation dans le cadre du 26 e congrès annuel du RSPQ

Plus en détail

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 Historique En France, 1959, Claude Veil: les états d épuisement au travail, fruit de la rencontre d un

Plus en détail

De la demande de perte de poids au changement de comportement

De la demande de perte de poids au changement de comportement De la demande de perte de poids au changement de comportement Pr Eric Bertin Demande de perte de poids Médecin Prescription diététique Patient Régime Sport Diététicien nutritionniste Evaluation / préconisations

Plus en détail

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D.

L accompagnement des victimes souffrant de stress post-traumatique. Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. L accompagnement des victimes souffrant de Une formation de 2 jours avec Pascale Brillon, Ph.D. Dre Pascale Brillon, Ph.D. est psychologue, directrice de l Institut Alpha de Montréal et se spécialise dans

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne Pourquoi travailler avec les familles? «Plus personne ne prétend soigner le patient

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Comment faire pire en croyant faire bien?

Comment faire pire en croyant faire bien? Comment faire pire en croyant faire bien? Par Katryn DRIFFIELD Psychologue Clinicienne 47è journées d Études de l A.F.D.N Reims, le Vendredi 5 juin 2009 Un peu d humour pour commencer Le poids des mots

Plus en détail

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Cours intensif de psychiatrie Toulouse, 27 février 2014 Dr Ludivine Franchitto, SUPEA franchitto.l@chu-toulouse.fr Les interactions parents bébé

Plus en détail

Consultation Infirmière spécialisée en Thérapie Comportementales et Cognitives Meyer Marie-Astrid Infirmière au SHU de l Hôpital Sainte Anne

Consultation Infirmière spécialisée en Thérapie Comportementales et Cognitives Meyer Marie-Astrid Infirmière au SHU de l Hôpital Sainte Anne Consultation Infirmière spécialisée en Thérapie Comportementales et Cognitives Meyer Marie-Astrid Infirmière au SHU de l Hôpital Sainte Anne Déclaration de liens d intérêts Je n ai pas de conflits d intérêts

Plus en détail

Programme de formation :

Programme de formation : Introduction Formateurs Megglé Dominique : Psychiatre et hypnothérapeute. Auteur de plusieurs ouvrages sur les thèmes de l Hypnose, la Thérapie Brève, la dépression Formateur. (Le formateur déclare ne

Plus en détail

Table des matières PRÉSENTATION LES MÉTHODES TRADITIONNELLES PREMIÈRE PARTIE DEUXIÈME PARTIE. Table des matières. Objectifs-indications 17 Pratique 17

Table des matières PRÉSENTATION LES MÉTHODES TRADITIONNELLES PREMIÈRE PARTIE DEUXIÈME PARTIE. Table des matières. Objectifs-indications 17 Pratique 17 Préface IV Remerciements VII Avant-propos XVII Introduction 1 PREMIÈRE PARTIE PRÉSENTATION 1 La relaxation, la psychothérapie de relaxation 5 2 L histoire de la relaxation 9 DEUXIÈME PARTIE LES MÉTHODES

Plus en détail

Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours)

Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours) Programme de formation : HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE STRASBOURG (Inscription au RNCP en cours) 1. Objectifs généraux de la formation L apprentissage de l hypnose thérapeutique vous permettra de développer une

Plus en détail

Approche en gestion de la douleur en traumatologie

Approche en gestion de la douleur en traumatologie Approche en gestion de la douleur en traumatologie Présenté par: Céline Charest Alain Montplaisir Anick Sauvageau Isabelle Garceau 14 mai 2009 Plan de la présentation Rappel du contexte Clientèle cible

Plus en détail

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique.

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique. Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales Natalie Durand-Bush, PhD École des sciences de l activité physique Université d Ottawa ndbush@uottawa.ca En tant qu entraîneur, et d un point

Plus en détail

Fonctionnement et handicap cognitif dans l autisme

Fonctionnement et handicap cognitif dans l autisme Fonctionnement et handicap cognitif dans l autisme Franck Ramus Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique, EHESS/CNRS/DEC-ENS, Paris Loi du 11 Février 2005 pour l'égalité des droits et des

Plus en détail

LIEU DE CONTRÔLE DE LA SANTÉ, STRATÉGIES D ADAPTATION & QUALITÉ DE VIE ET PERCEPTION DE LA DOULEUR

LIEU DE CONTRÔLE DE LA SANTÉ, STRATÉGIES D ADAPTATION & QUALITÉ DE VIE ET PERCEPTION DE LA DOULEUR LIEU DE CONTRÔLE DE LA SANTÉ, STRATÉGIES D ADAPTATION & QUALITÉ DE VIE ET PERCEPTION DE LA DOULEUR Duveau A. ; Lempereur I. & Majery N www.prevendos.lu Lieu de contrôle de la santé Théorie de la personnalité

Plus en détail

L handicap invisible. Nicolas LEROY, Psychologue spécialisé en neuropsychologie

L handicap invisible. Nicolas LEROY, Psychologue spécialisé en neuropsychologie L Accident vasculaire cérébrale: L handicap invisible Nicolas LEROY, Psychologue spécialisé en neuropsychologie Les fonctions cognitives: la mémoire, l'attention, le langage, le raisonnement, l'apprentissage,

Plus en détail

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues Qu est ce que la psychosomatique? C est un mode de soin GLOBAL qui prend en compte les symptômes dans une unité somato-psychique. C est à

Plus en détail

Modèle canadien du rendement occupationnel

Modèle canadien du rendement occupationnel Ne citez pas nos présentations, Allez voir nos sources! (voir les lectures dans le plan de cours) Modèle canadien du rendement occupationnel Dans le cadre du cours ERT 1401 : Approches théoriques en ergothérapie

Plus en détail

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier Cours FAP 1 à 11 Programme 2009 FORMATION Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier VOUS soignez ou accompagnez,

Plus en détail

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur L EVALUATION DE LA DOULEUR 1 Interrogatoire du patient et de son entourage (mode d apparition topographie, intensité, signes d accompagnements, conséquences fonctionnelles, ATCD, ) Avez-vous mal maintenant?

Plus en détail

Maladie d Alzheimer : Quelle douleur derrière la plainte? Dr Nicolas AUGUSTE FARAP Saint Etienne 28 Septembre 2012

Maladie d Alzheimer : Quelle douleur derrière la plainte? Dr Nicolas AUGUSTE FARAP Saint Etienne 28 Septembre 2012 Maladie d Alzheimer : Quelle douleur derrière la plainte? Dr Nicolas AUGUSTE FARAP 2012 - Saint Etienne 28 Septembre 2012 Maladie d Alzheimer: un diagnostic «facile à faire» Critères diagnostic (DSM IV)

Plus en détail

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne Formation Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement Programme DPC Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne C.L.E.F : Centre de Liaison, d Étude et

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE AU TRAVAIL : DÉCRIRE LES MAUX, LEURS SOURCES ET LEURS CONSÉQUENCES : EN MOTS

LA SANTÉ MENTALE AU TRAVAIL : DÉCRIRE LES MAUX, LEURS SOURCES ET LEURS CONSÉQUENCES : EN MOTS LA SANTÉ MENTALE AU TRAVAIL : DÉCRIRE LES MAUX, LEURS SOURCES ET LEURS CONSÉQUENCES : EN MOTS Sheraton Laval, 7-8 mai 2013 Jean-Simon Deslauriers, c.o. Université Laval CRIEVAT. Journées de réflexion sur

Plus en détail

Conférence de Mony Elkaïm, faite pour le CFTF le Réf:www.systemique.org

Conférence de Mony Elkaïm, faite pour le CFTF le Réf:www.systemique.org Conférence de Mony Elkaïm, faite pour le CFTF le 10.01.2002 Réf:www.systemique.org Résumé réalisé par Niina Mattila niina.mattila@caramail.com Thérapie du Couple : Quand un couple vient consulter un thérapeute,

Plus en détail

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques.

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. INSIGHT Intérêts d un programme d éducation thérapeutique chez les patients schizophrènes Equipe de l hôpital de jour CMPB CHU Clermont-Ferrand Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. Symptômes positifs

Plus en détail

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND MESSAGE N 1 LA DEPRESSION DU SUJET AGEE EST DIFFICILE A REPERER CAR ELLE PEUT SE PRESENTER SOUS DES FORMES DIVERSES ET ATYPIQUES MESSAGE

Plus en détail

18 février 2015: Activité - Santé - Environnement

18 février 2015: Activité - Santé - Environnement UE d ERGOTHERAPIE 18 février 2015: Activité - Santé - Environnement L activité : liens entre activité et santé, activité et qualité de vie Interaction personne / environnement M. Ch. Morel Liens entre

Plus en détail

Le Médecin généraliste et la prescription d hypnotiques chez la personne âgée de plus de 65 ans

Le Médecin généraliste et la prescription d hypnotiques chez la personne âgée de plus de 65 ans Le Médecin généraliste et la prescription d hypnotiques chez la personne âgée de plus de 65 ans Comment prescrire ou ne pas prescrire ET.. Apprendre à déprescrire Docteur JL OSTOR (Nimes) ostorjean_luc@hotmail.fr

Plus en détail

L EPISODE DEPRESSIF Dr Dahoudi Psychiatrie. I)Généralités. A)Dépression endogène/dépression psychogène

L EPISODE DEPRESSIF Dr Dahoudi Psychiatrie. I)Généralités. A)Dépression endogène/dépression psychogène 20.01.09 Dr Dahoudi Psychiatrie L EPISODE DEPRESSIF I)Généralités A)Dépression endogène/dépression psychogène 1)Dépression endogène 2)Dépression «psychogène, réactionnelle, névrotique, exogène» B)Dépression

Plus en détail

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste.

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste. I. Définitions La relation par MANOUKIAN et MASSEUBEUF : Une relation «c est une rencontre entre deux personnes au moins c est-à-dire deux caractères, deux psychologies particulières et deux histoires.

Plus en détail

douloureux chronique: du concept à la pratique

douloureux chronique: du concept à la pratique Priseencharge en du patient douloureux chronique: du concept à la pratique Stéphane Saillant Centre d urgences psychiatriques et psychiatrie de liaison De quelle douleur parle t on? Les allers retours

Plus en détail

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans).

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). FORMATION INTERVENANTS EN ARTS-THERAPEUTIQUE Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). Lieu : MURET (31600) A la THEARERIE EVEIL CREATIF / COGNITIF-SENSORIEL / EXPRESSION CORPORELLE / RELAXATION. Vous

Plus en détail

Table des matières. Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle

Table des matières. Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle Introduction Un manuel sur la psychothérapie et la clinique... 5 Première partie Tableaux cliniques relatifs à la psychopathologie relationnelle Chapitre 1 Les personnalités que l on peut classer dans

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

Score de qualité de vie : indicateurs

Score de qualité de vie : indicateurs Score de qualité de vie : indicateurs Carine SEGRESTAN - Bordeaux INTRODUCTION Notion "fourre-tout" Importance de l auto-évaluation par le patient de sa qualité de vie (QDV) "Dans la mesure où les perceptions

Plus en détail

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie NO BRAIN = NO PAIN Douleurs chroniques rebelles Bretagne douleurchronique.bretagne@laposte.net http://douleurchronique.canalblog.com TROUBLE SOMATOFORME

Plus en détail

Stress et psoriasis relations psychosomatiques

Stress et psoriasis relations psychosomatiques HS 3/2016 Médecine 3 Stress et psoriasis relations psychosomatiques Marc Fouradoulas Les personnes atteintes de psoriasis doivent souvent affronter une longue vie de souffrances et de limitations pouvant

Plus en détail

Les stratégies d intervention et les résonnances du soignant face au patient obèse et à sa famille

Les stratégies d intervention et les résonnances du soignant face au patient obèse et à sa famille Symposium de la Division d Endocrinologie, Diabétologie et Obésité pédiatrique DMCP CHUV 2 octobre 2014 Les stratégies d intervention et les résonnances du soignant face au patient obèse et à sa famille

Plus en détail

L accueil du patient: quel regard?

L accueil du patient: quel regard? L accueil du patient: quel regard? Un regard de soi, Un regard sur soi Amandine BOEUR Psychologue Clinique de l Obésité Sommaire Regard de soi - Image corporelle et image de soi Regards théoriques sur

Plus en détail

Accueil personnes en difficulté

Accueil personnes en difficulté Gestion du stress Accueil personnes en difficulté EFFICACITÉ PROFESSIONNELLE >> Gestion du stress Comprendre les mécanismes du stress et ses déclencheurs. Apprendre à le reconnaitre et à le transformer

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE SUBSTANCE

QU EST-CE QU UNE SUBSTANCE QU EST-CE QU UNE SUBSTANCE 10 Toutes ces substances ont un usage réglementé ou interdit Alcool, tabac, cannabis, héroïne, cocaïne, etc. sont des substances psychoactives qui agissent sur le cerveau : >>

Plus en détail

UE 4.2 Soins relationnels

UE 4.2 Soins relationnels 25 septembre 2012 UE 4.2 Soins relationnels La relation d aide: Les attitudes thérapeutiques du soignant 1 PLAN Les attitudes selon Rogers 1. Le regard positif inconditionnel 2. La congruence ou authenticité

Plus en détail

Projet d établissement «Les petits de l Arceau»

Projet d établissement «Les petits de l Arceau» Projet d établissement «Les petits de l Arceau» Prestations d accueil proposées MODALITES D ACCUEIL : La crèche est ouverte de 7H30 à 19H30 du lundi au vendredi. Elle permet l accueil des enfants en fonction

Plus en détail

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP Mme MERCIER Bernadette Neuropsychologue Réseau Rhône-Alpes SEP Ecole de la SEP pour les professionnels de santé Lyon, samedi 25 mai 2013 Rare au début de la maladie 10 % cas dans SEP SP EUPHORIE Etat de

Plus en détail

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer 1 personne sur 4 après 80 ans Altération de la mémoire Perturbations émotionnelles

Plus en détail

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Objectifs généraux Diagnostiquer un trouble de la personnalité et apprécier son retentissement sur la vie sociale du sujet Identifier les situations d'urgence et

Plus en détail

L AUTO-TROMPERIE FONCTIONNELLE

L AUTO-TROMPERIE FONCTIONNELLE L AUTO-TROMPERIE FONCTIONNELLE Joséphine Mukamusoni, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Le but de l intervention est de travailler sur «le sentir» et non sur la

Plus en détail

EMDR. (Eye-Movement Desensitization and Reprocessing)

EMDR. (Eye-Movement Desensitization and Reprocessing) EMDR (Eye-Movement Desensitization and Reprocessing) L EMDR est une méthode psychothérapeutique tout particulièrement efficace. Elle est la seule, avec les thérapies comportementales et cognitives, dont

Plus en détail