La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique"

Transcription

1 La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique R. Baraka, D.Benmoussa,Y.Taleb,H.Takirate,L.Mejrebe B. GRIENE Consultation douleur CPMC

2 La douleur un phénomène universel Elle est au cœur de toute maladie Les douloureux chronique sont les sujets qui ont le triste privilège d avoir la douleur pour destin Elle est devenue le caractère ou la tonalité de base de leur vie

3 Évaluation de la douleur C est une nécessité Pour essayer de rendre le plus objectif possible un phénomène subjectif

4 Évaluation de la douleur Évaluer la douleur C est Évaluer un phénomène subjectif et Évaluer un comportement

5 Un membre est malade, toute la famille est concernée Celui qui exprime une souffrance et qui concerne tout le monde,c est sa famille qui va l aider à aller mieux Dans les ressources, dans son histoire et ses forces propres que le thérapeute part en exploration

6 Qu est qu une thérapie familiale systémique Elle se présente comme une thérapie de groupe Elle met en jeu le patient en souffrance et les membres de sa famille ;qui participent à sa guérison Les interactions au sein du noyau familial sont analysées, à chacun éxprime son ressenti

7 Composante multidimentionnelle Bien-être physique? Capacité fonctionnelle Fatigue, cachexie Sommeil et récupération Appétit, nausée, etc. Bien-être psychologique? Appréhension, soucis Deuil, dépression Plaisir, loisirs Anxiété, colère Capacités cognitives Souffranc e Bien-être social? Communication avec le personnel soignant Relations avec les proches, sollicitations Situation financière, problèmes assécurologiques Bien-être spirituel? Sens ou non sens de la maladie Signification de la douleur Foi religieuse Perspectives existentielles

8 «les plus violentes douleurs, quand elles sont de peu de durée, se peuvent souffrir sans murmures, et les plus petites, quand elles sont continues, ne se peuvent endurer sans se plaindre». Madeleine de Scudery

9 Douleur chronique La douleur est le symptôme psychosomatique par excellence. La douleur chronique est caractérisée par une période de plus de six mois, devient souvent une maladie en soi. La douleur se positionne à l intersection des émotions et sensations, carrefour, lieu d echange entre la psyché et le soma Elle restreint l activité dans touts les domaines modifiant les activités physique et professionnelles les échanges sociaux.

10 Renvoie également à notre histoire et vécu de la douleur (la sienne et celle de l autre). DIMENSION DE LA DOULEUR (Boureau) La douleur est une perception qui est modulée par plusieurs facteurs individuels. Renvoie nécessairement à la subjectivité de chacun. Renvoie à notre corps et à la perception que l on en a.

11 La douleur retentit sur l état physique et psychique du malade : En interférant avec les composantes : -sensorielle -émotionelle: anxiété,dèpréssion... -cognitive et comportementale: modification de la perception de l environnement...

12 psychologiques : d intérêt, concentration, d autonomie et de la anxiété, angoisse de mort. morosité, dépression, sociales : activités libido. relationnelles, affectivité, dépendance, altération de l image corporelle. spirituelles : souffrance, perte du sens de la vie.

13 Pour pouvoir traiter le symptôme, il s agira de reconnaitre la souffrance sous ses divers masques et aider le patient à la «décondenser». Ceci implique un très grand engagement de la part des thérapeutes confrontés à des résistances à l abord psychologique et à des mises en échec répétées.

14 L abord de la douleur chronique déloge les thérapeutes de leurs certitudes Elle oblige à remplacer les causalités linéaires par des causalités multidimensionnelles et dynamiques. Elle se place à l interface du corps, du subjectif et du relationnel, y compris dans sa dimension sociale. En interaction constante et qui effacent fréquemment la frontière entre causes et conséquences

15 le symptôme peut être interprète comme une métaphore de l instabilité, comme un signal de la fragilité du système.

16 Consultation Interrogatoire Ecouter et Croire le patient qui est le seul à pouvoir parler de sa douleur. -Circonstances d apparition -Facteurs qui aggravent ou soulagent -Antécédents - Conséquences sur le sommeil et la vie

17 Implication de la famille La famille: lieu de socialisation qui façonne le rapport au monde et au corps. La famille est, de ce fait, impliquée dans la modélisation des réactions à la douleur. le processus commence des l enfance.

18 La famille génératrice d un syndrome douloureux chronique Dimension conflictuelle dans les relations familiales. Intervention par des mécanismes inconscients, conditionnement, imitation, langage et communication.

19 Contribution de la famille dans l entretien des manifestations douloureuses Le rôle de la famille est 1) Passif : angoisse, souffrance 2) Actif : intervention auprès des malades Le système familial contribue à l aggravation ou l atténuation du symptôme La surprotection est aussi défavorable que le manque d attention L affection qui touche un membre de la famille = le symptôme qui corrige le dysfonctionnement du système familial Le comportement du patient douloureux est une sorte de métaphore du dilemme d une famille qui voudrait avancer tout en restant immobile

20 La douleur à une valeur symbolique de communication Les comportementalistes: Apprendre à la famille à récompenser les comportements sains et ignorer ou réduire l intérêt pour les comportements régressifs. Les thérapies familiales : Corriger l homéostasie qui est instauré dans le groupe familial grâce à la douleur

21 La famille, la communication face à la douleur La douleur en tant que message vise en premier lieu la famille Le symptôme douloureux est un instrument du pouvoir de l individu sur l ensemble de la constellation familiale Elle peut être le moyen d obliger les autres membres du groupe familial à ouvrir une communication Dans ces familles les communications sont indirectes et les échange affectifs pauvres

22 Le malade trouve une meilleure assise dans une famille soucieuse de son état qui va s intéresser à lui, chercher de le soulager, aménager sa santé Le malade découvre alors qu un symptôme physique est plus fiable à utiliser que tout autre moyen La douleur chronique nuit, le plus souvent, à l intégration sociale de l individu ainsi qu à sa vie familiale

23 Conclusion La thérapie familiale systémique offre une relation,suivie, sachant à la fois légitimé le symptôme en s adressant au corps et entendre le sujet qui se plaint Permettant bien souvent de diminuer l angoisse et d ouvrir progressivement l accès au sens de la souffrance.

24 Elargir son regard à la personne Quitter la référence «douleur égale lésion» Quitter la référence «Qui peut le plus peut le moins» Accueillir la souffrance globale Soutenir les propositions de vie

25

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

L enfant et le cancer d un parent

L enfant et le cancer d un parent L enfant et le cancer d un parent Le cancer : ses répercussions sur la cellule familiale - Le cancer : une maladie grave au risque létal - La cellule familiale à prendre en compte dans sa globalité - L

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique.

Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales. En tant qu entraîneur, et d un point de vue psychologique. Psychologie et blessures sportives: Les commotions cérébrales Natalie Durand-Bush, PhD École des sciences de l activité physique Université d Ottawa ndbush@uottawa.ca En tant qu entraîneur, et d un point

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE I/ Définitions et introduction Acharnement thérapeutique : attitude qui consiste à poursuivre une thérapeutique lourde à visée curative, alors qu'il n'existe aucun

Plus en détail

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS Dr Marilyne MARCEAU 1 Empathie: définition Capacité de se mettre à la place de l autre pour comprendre ses émotions et ses sentiments, éprouver ce que ressent l autre,

Plus en détail

Contenus de la séquence d accompagnement pédagogique

Contenus de la séquence d accompagnement pédagogique NOM DE L ORGANISME : IGL Intitulé de la formation : S occuper d enfants en situation de handicap Réf. MIEH Equipe pédagogique : Educatrice spécialisée et psychomotricienne exerçant à domicile auprès d

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le patient âgé,! peur du miroir!! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Introduction Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu

Plus en détail

Approche psychologique du patient chronique ou en fin de vie à domicile et de son entourage Objectifs

Approche psychologique du patient chronique ou en fin de vie à domicile et de son entourage Objectifs Professionnalisation des métiers de prestataire de services et distributeur de matériels et/ou de dispositifs médicaux Approche psychologique du patient chronique ou en fin de vie à domicile et de son

Plus en détail

Dans quelle mesure la relaxation peut-elle

Dans quelle mesure la relaxation peut-elle Dans quelle mesure la relaxation peut-elle elle contribuer à la gestion du stress après un AVC ou d autres lésions cérébrales? Dr.phil. Michèle PISANI Psychologue diplômée, spéc. Neuropsychologie clinique,

Plus en détail

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005

LES ECHELLES D EVALUATION DE LA DOULEUR. Le 11/05/2005 LES ECHELLES D EVALUATION D DE LA DOULEUR Le 11/05/2005 La douleur La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion existante ou potentielle, ou décrite en termes

Plus en détail

Projets et Formations

Projets et Formations Accompagnement de fin de vie Prise en charge non médicamenteuse De la douleur Projets et Formations Spécialiste Santé Projets & Formations Propose des formations concrètes, parfaitement adaptées au contexte

Plus en détail

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel Atelier ETP Journée romande d oncologie 4 Septembre 2015 Définition par l OMS 1998 «L éducation thérapeutique du patient doit permettre aux patients d acquérir et de conserver les compétences les aidant

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

Conférence de Mony Elkaïm, faite pour le CFTF le Réf:www.systemique.org

Conférence de Mony Elkaïm, faite pour le CFTF le Réf:www.systemique.org Conférence de Mony Elkaïm, faite pour le CFTF le 10.01.2002 Réf:www.systemique.org Résumé réalisé par Niina Mattila niina.mattila@caramail.com Thérapie du Couple : Quand un couple vient consulter un thérapeute,

Plus en détail

Chemin de la Prairie Lausanne.

Chemin de la Prairie Lausanne. Chemin de la Prairie 34 1007 Lausanne www.malleyprairie.ch www.violencequefaire.ch L accueil à MalleyPrairie L accueil des enfants au CMP fait l objet d une attention toute particulière Les enfants exposés

Plus en détail

Apports de l expression corporelle et de l art-thérapie pour les patients atteints de maladies chroniques

Apports de l expression corporelle et de l art-thérapie pour les patients atteints de maladies chroniques Apports de l expression corporelle et de l art-thérapie pour les patients atteints de maladies chroniques Prof. Alain Golay, C.Anzules,S Muller Hôpitaux Universitaires de Genève Alain.Golay@hcuge.ch www.hug-ge.ch/setmc

Plus en détail

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues Qu est ce que la psychosomatique? C est un mode de soin GLOBAL qui prend en compte les symptômes dans une unité somato-psychique. C est à

Plus en détail

Bases théoriques de la relation d aide

Bases théoriques de la relation d aide Bases théoriques de la relation d aide UE 4.2 S3 Soins relationnels Promotion 2012-2015 mercredi 18 septembre 13 1 1. La relation d aide: origine et développement 2. Définition de la relation d aide 3.

Plus en détail

Identités et relations

Identités et relations Identités et relations Qui suis-je? Qui sommes-nous? L élève explore l identité, les valeurs et les croyances, la santé personnelle, physique, mentale, sociale et spirituelle. Il étudie la valeur du «moi».

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE VOYAGE AU PAYS DE LA DOULEUR INCOMPRISE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE VOYAGE AU PAYS DE LA DOULEUR INCOMPRISE LA LOMBALGIE CHRONIQUE VOYAGE AU PAYS DE LA DOULEUR INCOMPRISE Mbarga J., Pichonnaz C., Ancey C., Foley R.-A. Financement: Commission Recherche Santé HES-SO Introduction Problématisation Traitement Conclusion

Plus en détail

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle.

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. La dépression APIRAF mars 2009 Annie DEBARD Psychologue du travail Introduction La dépression est elle une maladie? Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. Une «externalisation» de la maladie

Plus en détail

Appliquer le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» au quotidien. Connaître et comprendre le développement des enfants de 0 à 5 ans

Appliquer le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» au quotidien. Connaître et comprendre le développement des enfants de 0 à 5 ans Vous désirez devenir RSG? Vous êtes déjà RSG et souhaitez approfondir vos connaissances? Pas de souci, Kinésynchro se fera un plaisir de répondre à vos attentes en vous offrant le programme de base de

Plus en détail

Atelier thématique : Anxiété 1 (semaine 1)

Atelier thématique : Anxiété 1 (semaine 1) Atelier thématique : Anxiété 1 (semaine 1) Amener les clients à différencier le différent vocabulaire se rattachant à l anxiété. - Identifier les composantes générant une situation de stress - Distinguer

Plus en détail

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant

Plus en détail

Objectifs «santé des jeunes : ans» - Programme CONSEIL REGIONAL

Objectifs «santé des jeunes : ans» - Programme CONSEIL REGIONAL Objectifs «santé des jeunes : 15 25 ans» - Programme CONSEIL REGIONAL Le programme santé des jeunes du Conseil Régional vise à réduire les inégalités sociales d accès à la prévention et aux soins. Il comprend

Plus en détail

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien Impression à partir du site https://offredeformation.npdcp.fr le 30/12/2016. Fiche formation Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien - N : 17770 - Mise

Plus en détail

LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS

LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS Maïté Delpire 20 avril 2012 PLAN Introduction: les infirmiers en souffrance? USI environnement stressant Signes d épuisement professionnel Répercussions

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY

Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY Handicap psychique : de quoi parlons-nous? Pierre Coubelle ARGOS 2001 Carine Sepieter CREHPSY 1 Santé mentale en question? 1 personne sur 4 peut être confrontée un jour dans sa vie à des problèmes psychiques

Plus en détail

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier Cours FAP 1 à 11 Programme 2009 FORMATION Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier VOUS soignez ou accompagnez,

Plus en détail

Vivre avec une maladie chronique

Vivre avec une maladie chronique Vivre avec une maladie chronique «L éducation thérapeutique des patients» A. LACROIX, JPH ASSAI En France 15 millions de personnes soit 20 % de la population souffre de maladies chroniques. Maladie chronique

Plus en détail

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES DOMAINE DE COMPETENCES COMPETENCES INDICATEURS DE COMPETENCES DC1 : CONNAISSANCE DE LA PERSONNE 1/1 Situer la personne aidée au stade de son développement - Connaissance générale des différentes étapes

Plus en détail

UE 4.2 Soins relationnels

UE 4.2 Soins relationnels 25 septembre 2012 UE 4.2 Soins relationnels La relation d aide: Les attitudes thérapeutiques du soignant 1 PLAN Les attitudes selon Rogers 1. Le regard positif inconditionnel 2. La congruence ou authenticité

Plus en détail

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique 12 octobre 2010 De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique Concept de fragilité Approche psychique Intervention du Docteur FREDET Psychiatre Fédération de Géronto-Psychiatrie Centre

Plus en détail

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur L EVALUATION DE LA DOULEUR 1 Interrogatoire du patient et de son entourage (mode d apparition topographie, intensité, signes d accompagnements, conséquences fonctionnelles, ATCD, ) Avez-vous mal maintenant?

Plus en détail

Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution et soins des enfants et des adolescents Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements. La spécificité de la

Plus en détail

ASP fondatrice documents administratifs - Groupes de parole. Groupes de parole

ASP fondatrice documents administratifs - Groupes de parole. Groupes de parole Groupes de parole Préambule Le groupe de parole est un des éléments essentiels d une association de bénévoles d'accompagnement. Il participe du soutien continu prévu à l article 2 de l annexe du décret

Plus en détail

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats SECONDE VICTIME L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats Ossetroff Lucie Infirmière Anesthésiste CHP Saint Martin PLAN Introduction Répercussions - Etat de stress

Plus en détail

Description des tâches des services d accompagnement de l accueil en famille et du placement familial

Description des tâches des services d accompagnement de l accueil en famille et du placement familial Annexe F : Description des tâches des services d accompagnement de l accueil en famille et du placement familial Ce développement s attache à présenter, d une part, les situations spécifiques concernées

Plus en détail

Tournoi du Pont des Générations - 22 juin 2009

Tournoi du Pont des Générations - 22 juin 2009 Tournoi du Pont des Générations - 22 juin 2009 Présentation Les composantes de la préparation sportive Ils ont dit Les 21 aptitudes mentales de base Qu est ce que la préparation mentale : La préparation

Plus en détail

La fin de vie Sédation, Soins critiques. F. Damas

La fin de vie Sédation, Soins critiques. F. Damas La fin de vie Sédation, Soins critiques F. Damas Impuissance et Interdits 1) Décision d arrêt ou d abstention de traitement susceptibles de prolonger la vie. (18%) Loi sur les droits des patients 2) Administration

Plus en détail

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin

Bonnes pratiques pour le diagnostic. Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Bonnes pratiques pour le diagnostic Marie-Hélène Prud homme, psychologue Coordonnatrice clinique, CRA/CEA Limousin Les bonnes pratiques pour le diagnostic En 2012, la HAS publie une revue des bonnes pratiques

Plus en détail

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille 1 Savoir être, Savoir dire, Savoir faire. La communication! On

Plus en détail

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 Historique En France, 1959, Claude Veil: les états d épuisement au travail, fruit de la rencontre d un

Plus en détail

L approche du deuil. Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges

L approche du deuil. Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges L approche du deuil Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges Item 69 Deuil normal et pathologique chez l adulte. Objectifs pédagogiques : 1. Reconnaitre le deuil comme élément normal. 2. Appréhender

Plus en détail

Diplôme Universitaire Développement, psychopathologie et soins de l enfant

Diplôme Universitaire Développement, psychopathologie et soins de l enfant Diplôme Universitaire Développement, psychopathologie et soins de l enfant 2014-2015 Présentation générale de la formation : Ce diplôme vise à promouvoir un enseignement de la psychiatrie de l enfant et

Plus en détail

RÉFLEXION ANTHROPOLOGIQUE SUR LA CIF ET LE PPH :

RÉFLEXION ANTHROPOLOGIQUE SUR LA CIF ET LE PPH : RÉFLEXION ANTHROPOLOGIQUE SUR LA CIF ET LE PPH : VERS UN NOUVEAU MODÈLE ANTHROPOLOGIQUE Symposium International Handicap et Classifications : Concepts, applications et pratiques professionnelles GIFFOCH

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET DR S.COREAU-GUILLIER

LA DEPRESSION DU SUJET DR S.COREAU-GUILLIER LA DEPRESSION DU SUJET AGE DR S.COREAU-GUILLIER généralités Elle est fréquente et sous-estimée dans ¾ des cas. Prévalence de 10 à 15%, mais bcp plus impte en hospitalisation (40%) Souvent non diagnostiquée

Plus en détail

Messages clés (Centraide Ottawa)

Messages clés (Centraide Ottawa) Messages clés (Centraide Ottawa) 1. 1 personne sur 5 est personnellement touchée par un problème de santé mentale. 2. 10 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus sont atteints d une toxicomanie. 3. Le suicide

Plus en détail

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans).

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). FORMATION INTERVENANTS EN ARTS-THERAPEUTIQUE Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). Lieu : MURET (31600) A la THEARERIE EVEIL CREATIF / COGNITIF-SENSORIEL / EXPRESSION CORPORELLE / RELAXATION. Vous

Plus en détail

6 ème rencontres Solipam

6 ème rencontres Solipam 6 ème rencontres Solipam ESPACE PSYCHIQUE DU SOIN EN SITUATION DE PRÉCARITÉ PSYCHIQUE ALESSIA PERIFANO PSYCHOLOGUE PALIPED Introduction Psychologue au sein de l Equipe Ressource en Soins Palliatifs Pédiatriques

Plus en détail

Hypnose, une technique d anesthésie

Hypnose, une technique d anesthésie Hypnose, une technique d anesthésie ENSEIGNEMENT POST-UNIVERSITAIRE D ANESTHÉSIE ET DE RÉANIMATION VICHY 6 octobre 2014 Dr Jean-Claude LLEU Clinique des Diaconesses Strasbourg Étienne

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS Développer les compétences relationnelles des professionnels de santé CATALOGUE DE FORMATIONS Sommaire Présentation 1 Première partie : Le soignant, premier outil de communication 3 1. Gérer ses émotions

Plus en détail

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE.

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Le travail de liaison, nos missions Détection des patients à risque de déclin fonctionnel.

Plus en détail

Sport santé bien-être en entreprise

Sport santé bien-être en entreprise Sport santé bien-être en entreprise Dr Florence FERNET Direccte Aquitaine 19 novembre 2015 1 2 Pôle Travail Appui aux Inspecteurs du travail Inspection Médicale Appui aux médecins du travail 3 Santé Santé

Plus en détail

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS LES ENFANTS ET ADOLESCENTS SOUFFRANT DE TOC À GENÈVE Immersion en Communauté 2010 Joëlle Bonin, Clare Fischer, Claudia Martins, Elise Thomet TABLE DES MATIÈRES Axes développés Définition Prévalence et

Plus en détail

PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX

PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX PRÉVENIR ET TRAITER LES SYMPTÔMES PSYCHOLOGIQUES ET COMPORTEMENTAUX Définition Manifestations non cognitives de la pathologie démentielle. Ils sont habituellement répartis en 3 catégories : - troubles

Plus en détail

UE 7 Management Le programme

UE 7 Management Le programme UE 7 Management Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction au management

Plus en détail

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie NO BRAIN = NO PAIN Douleurs chroniques rebelles Bretagne douleurchronique.bretagne@laposte.net http://douleurchronique.canalblog.com TROUBLE SOMATOFORME

Plus en détail

janvier 2009 centre de réadaptation estrie

janvier 2009 centre de réadaptation estrie A p o l l o r é i n v e n t e r l e s s e r v i c e s a v e c l e s m o y e n s d u b o r d janvier 2009 centre de réadaptation estrie Pourquoi Apollo? Au Québec, 8 500 personnes étaient en attente de

Plus en détail

Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE

Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE 1944 : Hans Asperger : psychopathie autistique 1981 : Lorna Wing : le Syndrome d Asperger 1988 : First International Conference on Asperger Syndrom à Londres 1989 :

Plus en détail

Santé psychique au travail : Une question d équilibre

Santé psychique au travail : Une question d équilibre Santé psychique au travail : Une question d équilibre Les obligations de l employeur L employeur prend les mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de

Plus en détail

Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète

Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète Votre allié en capital humain pour une organisation en santé Approcher les employés en difficulté : Des stratégies gagnantes et une approche concrète Darrell Johnson Ph.D psychologue Les Consultants Longpré

Plus en détail

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS.

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS. Objectif Comprendre ce que l on entend par «Culture gérontologique»? Savoir la définir Maîtriser le cadre de l'intervention médico-sociale en gérontologie: légitimité éthique et déontologie Identifier

Plus en détail

Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2

Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2 1 Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2 Présentation et mode d emploi de l outil FICHE 1 : description du groupe FICHE 2 : suivi du groupe Date : Cliquez

Plus en détail

DÉFICITS COGNITIFS ET SOINS INFIRMIERS

DÉFICITS COGNITIFS ET SOINS INFIRMIERS DÉFICITS COGNITIFS ET SOINS INFIRMIERS 2 1 Fonction cognitive & vieillissement normal Fonction cognitive & vieillissement pathologique Démences Delirium Approche de base Interventions spécifiques Symptômes

Plus en détail

L ANXIÉTÉ DE PERFORMANCE CHEZ LES COLLÉGIENS

L ANXIÉTÉ DE PERFORMANCE CHEZ LES COLLÉGIENS POUR PLUS D INFORMATIONS Si vous avez d autres questions concernant l anxiété de performance, n hésitez pas à consulter ces sources : LIVRES «Par amour du stress» de Sonia Lupien, qui vous permettra de

Plus en détail

CANNABIS ET ADOLESCENCE : DE L EVALUATION A LA PRISE EN CHARGE. Christian Rouillé 1

CANNABIS ET ADOLESCENCE : DE L EVALUATION A LA PRISE EN CHARGE. Christian Rouillé 1 CANNABIS ET ADOLESCENCE : DE L EVALUATION A LA PRISE EN CHARGE Christian Rouillé 1 INTRODUCTION Quelques chiffres pour situer la question : Multiplication par 3 des consommateurs réguliers depuis 10 ans

Plus en détail

Modèle Cognitif du Stress

Modèle Cognitif du Stress LE STRESS Modèle Cognitif du Stress Expérience Entraînement Exigences liées à la situation Fatigue Méconnaissance Ressources perçues Exigences perçues Il y a réaction de stress lorsque les exigences perçues

Plus en détail

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur Traitement de la douleur Pourquoi évaluer? Identifier des malades algiques Prendre une décision thérapeutique adaptée Améliorer la relation médecin-malade Permettre aux équipes soignantes d utiliser des

Plus en détail

Formation professionnelle de toucher massage sensible : Un art d apprendre à prendre soin de l autre

Formation professionnelle de toucher massage sensible : Un art d apprendre à prendre soin de l autre Formation professionnelle de toucher massage sensible : Un art d apprendre à prendre soin de l autre L art de toucher et de masser répond dans notre société à un besoin croissant de mieux être, de récupérer

Plus en détail

Douleur et handicap. - «Hand in the cap» - Classification internationale des maladies, OMS, CIM.

Douleur et handicap. - «Hand in the cap» - Classification internationale des maladies, OMS, CIM. Douleur et handicap - «Hand in the cap» - Classification internationale des maladies, OMS, 1970. CIM. - Classification internationale des déficiences, incapacités, handicaps. CIDIH. - Déficience : - perte

Plus en détail

Projets et Formations

Projets et Formations Management pour cadres de santé et dirigeants Projets et Formations Spécialiste Santé Projets & Formations Propose des formations concrètes, parfaitement adaptées au contexte de l institution et en adéquation

Plus en détail

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE -

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - juliebertrand21@gmail.com But : psychopathologie développementale? Méthodo? Questions scientifiques? Autisme Syndrome de Down (SD =T21) Syndrome de Williams (SW)

Plus en détail

Décompensation dépressive du SA: Généralités

Décompensation dépressive du SA: Généralités Décompensation dépressive du SA: Généralités Prévalence: 2 à 60% fonction du type de population et du lieu d évaluation Mortalité et morbidité élevées Associée ++ au vieillissement et aux pathologies neurologiques

Plus en détail

Risques psychosociaux, comprendre pour agir

Risques psychosociaux, comprendre pour agir Risques psychosociaux, comprendre pour agir Colloque prévention des risques psychosociaux Cdg 54 30 septembre 2014 Micheline TRIBBIA Chargée de mission ARACT Lorraine 1 RPS, d où viennent-ils? Quelques

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement

Informations de l'unité d'enseignement Année Académique 2016-2017 (Version définitive du : 13 Septembre 2016 ) Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Libre Marie Haps Cursus de Intitulé Bachelier en logopédie Psychologie

Plus en détail

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND MESSAGE N 1 LA DEPRESSION DU SUJET AGEE EST DIFFICILE A REPERER CAR ELLE PEUT SE PRESENTER SOUS DES FORMES DIVERSES ET ATYPIQUES MESSAGE

Plus en détail

C h a r t e E t h i q u e

C h a r t e E t h i q u e Charte Ethique 2 1. Principes généraux Notre charte constitue la fondation des rapports de confiance entre les différents membres partenaires du groupe : les résidents ou les clients, leurs familles, les

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

Proposition d ateliers de relaxation, de méditation, et de développement personnel Par Emma Milon

Proposition d ateliers de relaxation, de méditation, et de développement personnel Par Emma Milon Proposition d ateliers de relaxation, de méditation, et de développement personnel Par Emma Milon 06 83 10 43 82 www.emmamilon.fr email : emma@emmamilon.fr Introduction J accompagne en individuel ou en

Plus en détail

Le stress et votre coeur. Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative

Le stress et votre coeur. Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative Le stress et votre coeur Le Programme de réadaptation cardiaque Journée éducative Les sujets actuels Qu est-ce que le stress? Comment savoir si vous êtes stressé? Comment le stress est-il relié à la maladie

Plus en détail

Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes. Introduction sur l anxiété

Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes. Introduction sur l anxiété Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes Plan de la conférence Anxiété normale ou excessive Facteur de maintien Départager les troubles d anxiété Ex: Trouble d anxiété généralisée Des outils

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

Questionnaire sur la charge de travail mentale

Questionnaire sur la charge de travail mentale Questionnaire sur la charge de travail mentale dans le processus de retour au travail à la suite d un trouble mental courant Valérie Tremblay-Boudreault, MSc, pht, ergonome Dirigée par: Pre Marie-José

Plus en détail

Modifications et effets liés à la démence sénile. chez les personnes avec handicap mental. Dresse Sinikka Gusset-Bährer

Modifications et effets liés à la démence sénile. chez les personnes avec handicap mental. Dresse Sinikka Gusset-Bährer Modifications et effets liés à la démence sénile chez les personnes avec handicap mental Dresse Sinikka Gusset-Bährer Programme Symptômes au stade précoce de la démence sénile aux stades moyen et tardif

Plus en détail

AGEA : Un programme d Aide à la Gestion

AGEA : Un programme d Aide à la Gestion AGEA : Un programme d Aide à la Gestion Expérientielle de l Addiction Laurent Chassagne, Directeur CSAPA Kairos, Andrésy(78) Principes et objectifs de l AGEA Un fil rouge pour faire cadre et structurer

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille

Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie. Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Bilan neuropsychologique: aspects pratiques pour les patients en oncologie Xavier DELBEUCK Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille Principe de l évaluation en neuropsychologie clinique! Objectif

Plus en détail

L accompagnement des adultes avec autisme sévère en institutions médicosociales

L accompagnement des adultes avec autisme sévère en institutions médicosociales L accompagnement des adultes avec autisme sévère en institutions médicosociales et sanitaires Synthèse et conclusions introductives Olivier MASSON, Président de l ANCRA Directeur du centre ressources autismes

Plus en détail

LES MALADIES DEPRESSIVES. Dr LEVY CHAVAGNAT Diane Psychiatre CHHL

LES MALADIES DEPRESSIVES. Dr LEVY CHAVAGNAT Diane Psychiatre CHHL LES MALADIES DEPRESSIVES 1 Dr LEVY CHAVAGNAT Diane Psychiatre CHHL Les maladies dépressives sont habituellement séparées en deux formes correspondant à des causes et des évolutions différentes. Par simplification,

Plus en détail

INTERVENTION PRÉVENTIVE

INTERVENTION PRÉVENTIVE INTERVENTION PRÉVENTIVE Par Michel Oligny MSS Travailleur social Toute reproduction d une partie quelconque de ces textes par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite sans l autorisation

Plus en détail

La sophrologie pour les enfants : La Sophro-pédagogie

La sophrologie pour les enfants : La Sophro-pédagogie La sophrologie pour les enfants : La Sophro-pédagogie Dans notre monde actuel, il est essentiel de savoir s arrêter pour «aller à l intérieur», respirer, ressentir, ne rien attendre, juste laisser venir

Plus en détail

LE TOUCHER THÉRAPEUTIQUE. Intégré à la Relation d Aide Intégrale SYLLABUS DÉTAILLÉ. Formation option 1 : 45hrs ; option 2 : 69hrs

LE TOUCHER THÉRAPEUTIQUE. Intégré à la Relation d Aide Intégrale SYLLABUS DÉTAILLÉ. Formation option 1 : 45hrs ; option 2 : 69hrs LE TOUCHER THÉRAPEUTIQUE Intégré à la Relation d Aide Intégrale SYLLABUS DÉTAILLÉ Formation option 1 : 45hrs ; option 2 : 69hrs Le toucher thérapeutique est une forme contemporaine d interaction thérapeutique

Plus en détail

Présentation d un protocole d évaluation systématique dans les situations de négligence

Présentation d un protocole d évaluation systématique dans les situations de négligence Présentation d un protocole d évaluation systématique dans les situations de négligence Robert Pauzé, directeur scientifique Myriam Girouard, travailleuse sociale Mai 2014 Déroulement de la présentation

Plus en détail