Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats A jour de la législation et de la réglementation au 1 er décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats A jour de la législation et de la réglementation au 1 er décembre 2012"

Transcription

1 Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats A jour de la législation et de la réglementation au 1 er décembre 2012 Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa JANVIER 2013

2 La création plus que cinquantenaire des Carpa a démontré son efficacité et son rôle dans le fonctionnement de la Justice, reconnue et légitimée par les Pouvoirs Publics. Ainsi, l avocat doit déposer les fonds de ses clients dans les livres de la caisse instituée par son barreau. Outre la sécurité apportée, tant au cabinet qu aux clients, la Carpa est l instrument technique, née par la volonté des avocats, qui, sous la responsabilité des Ordres, garantit la traçabilité des opérations et la représentation des fonds ainsi reçus, dans le respect du secret professionnel et la confidentialité des opérations. La Carpa satisfait à la prévention du blanchiment d argent, puisqu elle permet de contrôler l origine, la destination des mouvements d argent et le lien avec l acte réalisé par l avocat qui reste gestionnaire du dossier. Votre caisse est équipée du logiciel Gcmf (gestion et comptabilité des maniements de fonds), imaginé, développé et diffusé par l Union nationale des Carpa (Unca) qui fédère les Carpa, conformément aux dispositions de l article 21-1 de la loi n du 31 décembre L Unca a également développé le logiciel Tronc commun, utilisé tant pour l alimentation des applications informatiques permettant la gestion des fonds d Etat confiés par la loi n du 10 juillet 1991 pour la gestion des paiements de l aide juridictionnelle et des autres aides à l intervention de l avocat, que pour d autres logiciels développés pour la profession, puisqu il sert d annuaire de référence pour le Réseau privé virtuel des avocats (Rpva) et le Réseau privé virtuel de la Justice (Rpvj). Vous trouverez, dans les pages suivantes, les réponses aux questions qui peuvent se poser dans le cadre des relations des avocats avec la Carpa relatives à la gestion des fonds clients. La Carpa n est rien sans le concours de chaque avocat ; de nombreux barreaux étrangers s intéressent à notre système, certains s en sont inspirés. Nous devons, en France, rester exemplaires. Vous trouverez des informations complémentaires sur le site de l Unca et des brèves sur notre compte Twitter. Bâtonnier Sylvain CAILLE Président de l Union nationale des Carpa Janvier 2013

3 T M Page L A T A B L E D E S M A T I È R E S 4 Textes législatifs et réglementaires CE QUE DIT LA LOI CE QUE PRÉCISE LA RÉGLEMENTATION CE QUE PRÉCISE ENCORE LA RÉGLEMENTATION Page 6 Fonctionnement administratif du compte Carpa «cabinet» CREATION Page 7 Vie du compte Carpa «cabinet» Gestion du sous-compte affaire Page 8 Comment utiliser le bordereau d instructions Dépôts sur un sous-compte affaire LES REMISES DE CHÈQUES IMPAYÉ SUR REMISE DE CHÈQUE DÉLAI DE GARANTIE DE BONNE FIN LA RÉCEPTION D UN VIREMENT LA REMISE D UN MANDAT POSTAL LE DÉPÔT EN ESPÈCES LA REMISE À L ENCAISSEMENT DES EFFETS DE COMMERCE : BILLETS À ORDRE ET LETTRES DE CHANGE Page 11 Sorties de fonds depuis un sous-compte affaire QUELQUES CONSEILS DEMANDE D ÉMISSION D UN RÈGLEMENT QUELQUES PRÉCISIONS EMISSION D UN VIREMENT Page 12 Clôture d un sous-compte affaire Honoraires Page 13 Autres événements pouvant influer sur le compte Carpa LA DÉMISSION L OMISSION LA SUPPLÉANCE - L ADMINISTRATION L INTERDICTION BANCAIRE LES ÉVOLUTIONS DE L EXERCICE PROFESSIONNEL Page 15 Gestion des voies d exécution Page 17 Présentation du service LES TRAITEMENTS DES VOIES D EXÉCUTION ET AVIS À TIERS DÉTENTEUR REÇUS PAR LA Carpa

4 T Textes législatifs et réglementaires CE QUE DIT LA LOI (loi n du 31 décembre 1971 modifiée) L article 53 : «Dans le respect de l indépendance de l avocat, de l autonomie des conseils de l ordre et du caractère libéral de la profession, des décrets en Conseil d Etat fixent les conditions d application du présent titre. Ils précisent notamment :... 9 «Les conditions d application de l article 27, et notamment les conditions des garanties, les modalités du contrôle et les conditions dans lesquelles les avocats reçoivent des fonds, effets ou valeurs pour le compte de leurs clients, les déposent, sauf lorsqu ils agissent en qualité de fiduciaire, dans une caisse créée obligatoirement à cette fin par chaque barreau ou en commun par plusieurs barreaux et en effectuent le règlement.» CE QUE PRÉCISE LA RÉGLEMENTATION (extrait du décret n du 27 novembre 1991 modifié) L article 229 : «Sous réserve de justifier d un mandat spécial dans le cas où il est exigé, l avocat procède aux règlements pécuniaires liés à son activité professionnelle, en observant les règles fixées par le présent décret et par le règlement intérieur du barreau. Ces règlements pécuniaires ne peuvent être que l accessoire des actes juridiques ou judiciaires accomplis dans le cadre de son exercice professionnel.» L article : «Les avocats ne peuvent procéder aux règlements pécuniaires mentionnés au 9 de l article 53 de la loi du 31 décembre 1971 précitée que par l intermédiaire de la caisse prévue au même article. ll est interdit aux avocats de recevoir une procuration ayant pour objet de leur permettre de disposer de fonds déposés sur un compte ouvert au nom de leur client ou d un tiers, autre que l un des sous-comptes mentionnés à l article » L article : «Les écritures afférentes à l activité de chaque avocat sont retracées dans un compte individuel ouvert à son nom. Chaque compte individuel est luimême divisé en autant de souscomptes qu il y a d affaires traitées par l avocat. Tout mouvement de fonds entre sous-comptes est interdit, sauf autorisation spéciale, préalable et motivée du président de la caisse. Aucun sous-compte ne doit présenter de solde débiteur.» 4

5 CE QUE PRÉCISE ENCORE LA RÉGLEMENTATION (extrait de l arrêté du 5 juillet 1996) L article 8 : «La caisse des règlements pécuniaires des avocats doit être en mesure de contrôler, notamment lors des opérations mentionnées à l article 241 du décret du 27 novembre 1991 susvisé, les éléments suivants : 1 la position bancaire et comptable des sous-comptes affaires ; 2 l intitulé et la nature des affaires ; 3 la provenance des fonds crédités sur les sous-comptes affaires ; 4 l identité des bénéficiaires des règlements ; 5 les affaires dont le montant des crédits est supérieur au plafond des assurances garantissant la représentation des fonds ; 6 la justification du lien entre les règlements pécuniaires des avocats et les actes juridiques ou judiciaires accomplis par ceux-ci dans le cadre de leur exercice professionnel ; 7 l absence de mouvement sur un sous-compte affaire.» L article 11 : «Chaque avocat membre de la caisse des règlements pécuniaires des avocats ne dispose de la signature sur son compte individuel qu en qualité de mandataire du président de la caisse». L article 14 : «Chaque avocat appelé à recevoir des fonds, effets ou valeurs d un montant supérieur à la limite de garantie de la police d assurance souscrite par le barreau doit avertir immédiatement le président de la caisse des règlements pécuniaires des avocats, afin qu une garantie complémentaire soit souscrite avant la réception des fonds, effets ou valeurs.» L article 15 : «Lorsqu un avocat constate qu un chèque émis n est pas présenté au débit par son bénéficiaire dans un délai normal d encaissement, il doit s enquérir auprès du bénéficiaire des raisons de ce retard. En cas de perte ou vol du chèque, la caisse des règlements pécuniaires des avocats doit notifier à l établissement de crédit une opposition au paiement. Si les fonds déposés au titre d une affaire ne peuvent être remis au bénéficiaire, l avocat en informe la caisse des règlements pécuniaires des avocats. La caisse doit enregistrer ces fonds sur un compte spécial. Les fonds restent à la disposition de l intéressé ou de tout ayant droit jusqu à prescription.» L article 12 : «Les fonds reçus par les avocats doivent être déposés à la caisse des règlements pécuniaires des avocats dès réception». L article 13 : «Les fonds doivent être reversés au bénéficiaire dès la justification de l encaissement définitif et dans le respect des conventions de délais de bonne fin conclues entre la caisse et l établissement de crédit dépositaire des fonds». 5

6 F Fonctionnement administratif du compte Carpa «cabinet» CREATION Concomitamment à son inscription au barreau, l avocat doit solliciter auprès de la Carpa l ouverture de son compte Carpa maniements de fonds. Pour cela il doit disposer des documents suivants : les pièces justificatives de son inscription au barreau, pour les structures d exercice : les statuts, l extrait K bis du registre du commerce et des sociétés, la liste des associés, la liste des avocats exerçant dans la structure, la liste des avocats habilités pour les chèques émis par la Carpa, un relevé d identité bancaire de son compte professionnel, éventuellement, la balance des affaires en cours, s il était inscrit précédemment dans un autre barreau, que lui fournira sa précédente Carpa. Il est alors procédé à l ouverture de son compte Carpa. Le secrétariat de la Carpa lui demandera de déposer les signatures de tout avocat de son cabinet dûment habilité à faire fonctionner ce compte et à apposer sa signature sur les lettres-chèques. La Carpa est titulaire d un compte unique ouvert dans les livres d un établissement bancaire par lequel sont réalisés les dépôts et règlements relatifs aux opérations de maniements de fonds de l ensemble des avocats du barreau (article 1 er de l arrêté du 5 juillet 1996). La comptabilité des maniements de fonds est gérée au moyen du logiciel informatique Gcmf. Le compte unique est divisé en autant de comptes individuels que le barreau compte d'avocats actifs, ou, en cas d exercice en commun, de structures d exercice (article 2 de l arrêté précité). Les opérations de maniements de fonds sont réalisées sous la seule responsabilité de l avocat qui reste gestionnaire de ses dossiers. C est ainsi qu il sera ouvert dans son compte «Carpa maniements de fonds», autant de sous-comptes, que d affaires. ATTENTION : La réglementation interdit toute compensation entre affaires ; aussi en cas d erreur d imputation d une somme sur un souscompte, la Carpa sollicitera la justification avant de procéder à sa régularisation. Il est essentiel de prévenir la Carpa en cas de changement dans la composition du cabinet ou dans les délégations de signature. Structures inter-barreaux et bureaux secondaires Pour les structures inter-barreaux, le compte sera ouvert, dans la Carpa du barreau où est inscrit le siège social, pour les seuls avocats inscrits à son barreau qui disposeront de la signature sur le sous-compte du cabinet. En cas de bureaux secondaires existant hors du ressort du barreau, les maniements de fonds seront toujours réalisés par l intermédiaire de la Carpa du barreau d inscription de l avocat. 6

7 V Vie du compte Carpa «cabinet» G Gestion du sous-compte affaire Plusieurs événements peuvent influer le compte Carpa «maniements de fonds». Les plus courants sont visés ci-après. En cas de doute, il convient de contacter le président de la caisse La Carpa ouvre un sous-compte affaire : soit lorsque l avocat dépose des fonds correspondant à un nouveau dossier, soit lorsque l avocat demande un Relevé d Identité Bancaire (RIB) en vue de la réception d un virement dans un nouveau dossier. Dans tous les cas, la Carpa affecte un numéro spécifique par affaire. Ce numéro doit impérativement être repris sur les bordereaux d instructions. Lorsque le cabinet utilise une numérotation spécifique, l avocat a ou l un de ses délégataires ; l Ordre est de même à la disposition de l avocat pour toute information à caractère déontologique. la possibilité de la conserver et de l utiliser parallèlement. Elle sera donc reportée sur les documents édités. Il est également possible de porter, sur les bordereaux d instruction les références du client : elles seront saisies par la Carpa et reproduites automatiquement sur les lettreschèques correspondantes : ceci facilitera la transmission de la lettrechèque à son bénéficiaire. Pour créer un sous-compte affaire, puis pour réaliser des dépôts et des demandes de sortie de fonds sur ce sous-compte affaire, il convient d utiliser les bordereaux d instructions mis à disposition par la Carpa. 7

8 C Comment utiliser le bordereau d instructions? D Dépôts sur un sous-compte affaire L avocat doit s assurer de l identité de son client. La remise du bordereau d instructions d un sous-compte affaire, la remise de fonds et la demande d émission de règlements sont réalisées sous la responsabilité de l avocat gestionnaire du dossier. Quelques recommandations pour assurer le meilleur traitement des opérations : Ecrire lisiblement. Veiller à compléter les zones obligatoires. Vérifier que le chèque remis à l encaissement est libellé au nom de la Carpa ou à défaut, au nom du cabinet, qu il est signé, qu il ne comporte pas de surcharges susceptibles d entraîner son rejet, que la date d émission est valide et que le montant en chiffres est bien identique au montant en lettres. Pour les règlements en faveur de tiers, leur qualité est précisée LES REMISES DE CHÈQUES Le chèque est enregistré par la Carpa tenant compte des indications mentionnées sur le bordereau - si l affaire existe déjà, il est précisé ses références sur le bordereau utilisé en indiquant «affaire existante». Si lors du dépôt, l avocat connaît le ou les noms des bénéficiaires, il les indique sur le même bordereau et la Carpa les enregistrera. Les règlements seront établis, sous la forme que l avocat aura demandée (lettre-chèque, virement) à l expiration du délai de garantie de bonne fin négocié avec la banque. (huissier, notaire ) ou leur lien avec l affaire ainsi que pour les personnes physiques, leur prénom ou pour les personnes morales, leur raison sociale. Pour les dépôts d un chèque, d un virement ou d espèces, en devises, il faut impérativement préciser si la Carpa doit les céder pour procéder à leur comptabilisation en euros ou les conserver dans la monnaie d origine pour éviter tout risque de change pour le bénéficiaire final. Le bordereau d instructions est suffisant ; il n est pas utile de l accompagner d un courrier. Ne pas oublier de conserver les doubles jusqu à réception du relevé informatique édité par la Carpa, permettant de vérifier le bon enregistrement des instructions données. IMPORTANT : Les fonds liés à la gestion fiduciaire ne sont pas déposés en Carpa. Si un chèque établi à l ordre de la Carpa est destiné au règlement d une partie adverse au client de l avocat, pour arrêter le cours des intérêts éventuellement dus : il est nécessaire que l avocat le transmette au confrère, avocat du créancier, qui l encaissera directement sur son compte Carpa, si le confrère de la partie adverse appartient au même barreau, l avocat peut également demander qu un virement interne «en compte à compte» soit réalisé, dès le dépôt à la Carpa, solution qui préserve la confidentialité des références bancaires de l émetteur initial. 8

9 Un mouvement interne irrévocable sera réalisé par la Carpa, sur instructions de l avocat du débiteur, par le débit du sous-compte affaire concerné en faveur du souscompte affaire du confrère, avocat du créancier. Les délais de bonne fin sont toujours calculés à compter de la date de l encaissement du dépôt enregistré par la Carpa. IMPAYÉ SUR REMISE DE CHÈQUE S ils sont exercés, les droits et actions que la loi reconnaît au bénéficiaire d un chèque impayé libellé à l ordre de la Carpa, le sont au nom de la Carpa, sans préjudice pour celle-ci d en donner mandat à l avocat dont le compte est concerné, et sans préjudice des voies d exécution qui s attachent au titre pour paiement duquel a été établi le chèque, objet de l incident. Sur le plan pratique, la Carpa avise l avocat en cas d impayé et de son motif, dès qu elle est en possession de l information bancaire. Selon les instructions de l avocat, il peut être procédé à une nouvelle présentation dudit chèque (pendant la durée de sa validité). DÉLAI DE GARANTIE DE BONNE FIN La Carpa a l obligation, avant de permettre la sortie des fonds de s assurer du caractère définitif de l encaissement. Il n existe en la matière aucun délai légal. La Carpa a donc passé une convention avec sa banque qui garantit, après expiration des délais contractuels, l irrévocabilité du crédit des sommes déposées dès lors qu il s agit de chèques émis et payables sur le territoire français. Il résulte de cette garantie que les chèques Carpa sont assimilés à des «chèques certifiés», conformément à l instruction de la Direction Générale des Impôts du 28 juillet dépose un chèque, la Carpa enregistre immédiatement la remise au crédit du sous-compte affaire correspondant et indique sur les relevés, la date de disponibilité résultant du délai de garantie de bonne fin. NB : En cas de nécessité et dans la mesure du possible, compte tenu de la qualité de la signature et après l assurance d un encaissement définitif, la Carpa analysera la demande de l avocat de réduction de délai et s efforcera d y donner une suite favorable selon les circonstances. En ce qui concerne les fonds provenant de l étranger, tenant compte de la diversité des législations existantes, il est difficile d obtenir rapidement une garantie absolue des délais d encaissement pour les chèques qui peuvent être longs et aléatoires. Il convient de privilégier le virement. En conséquence, lorsque l avocat LA RÉCEPTION D UN VIREMENT L avocat doit au préalable contacter la Carpa pour obtenir un Relevé d Identité Bancaire (RIB) qui intègre les références Bank Identifier Code (BIC) et Identification Bank Account Number (IBAN). Ce RIB est délivré sur un compte en euros, ou en devises si l avocat a demandé que des fonds annoncés en devises soient ainsi conservés pour éviter tout risque de change. 9 Afin de permettre l identification des fonds à leur arrivée à la banque, et une imputation plus rapide et fiable au sous-compte affaire correspondant, les éléments suivants sont nécessaires et seront demandés à l avocat : N de son compte Carpa Nom de l affaire N de l affaire si elle existe déjà en Carpa Montant attendu Nom de l émetteur Nom de la banque Pays d origine

10 IMPORTANT : Les éléments d identification des virements reçus par la Carpa sont parfois incomplets et ne permettent pas toujours l identification du bénéficiaire. L avocat doit contacter la Carpa lorsqu il constate qu un virement tarde à être crédité, notamment s il émane d une administration. LA REMISE D UN MANDAT POSTAL Le principe est le même que pour les remises de chèques. Le mandat a une durée de validité courte. Il doit donc être valide pour que la Carpa puisse procéder à son encaissement. La Carpa doit être désignée comme bénéficiaire. LE DÉPÔT EN ESPÈCES Les espèces ne doivent, en aucun cas, être remises à la Carpa. Les dépôts en espèces sont effectués directement par les clients auprès de l agence bancaire où un compte spécial a été ouvert par la Carpa à cette fin. L avocat communique au président de la Carpa les raisons de ce dépôt en espèces ; ce n est qu après validation que le sous-compte affaire sera crédité de la somme correspondante. LA REMISE À L ENCAISSEMENT DES EFFETS DE COMMERCE : BILLETS À ORDRE ET LETTRES DE CHANGE L avocat ne peut recevoir d effets de commerce libellés à son ordre ou à celui de la Carpa. En revanche, il peut recevoir des effets libellés à l ordre de son client et endossés par ce dernier pour encaissement par la Carpa. En application de ces dispositions précitées, la Carpa peut recevoir des effets de commerce. Afin d éviter tout retard, l avocat doit impérativement vérifier que toutes les mentions utiles et obligatoires sont bien portées sur les documents avant remise à la Carpa, notamment la domiciliation bancaire complète du tiré. L avocat doit également veiller à ce que le bénéficiaire a bien procédé à son endossement au profit de la Carpa. Dans le cas du paiement d un prix de vente de fonds de commerce, la chaîne 10 d effets doit être déposée dans son intégralité, même si les échéances s échelonnent sur plusieurs années. Sur simple demande de l avocat, en fonction des impératifs de gestion de son dossier, les effets de commerce lui seront retournés : immédiatement pour ceux qui ne sont pas encore dans le circuit bancaire, après intervention de la Carpa auprès de la banque pour interrompre le processus d encaissement et en obtenir le retour. La Carpa tient informé l avocat : soit du bon encaissement des lettres de change et/ou billets à ordre, soit des incidents de paiement et si tel est le cas, reste dans l attente de ses nouvelles instructions pour la suite à donner au dossier. ATTENTION : L opération ne sera mentionnée sur le relevé du sous-compte qu à la date du crédit définitif variant en fonction du montant des opérations et des dates d échéance.

11 S Sorties de fonds depuis un sous-compte affaire QUELQUES CONSEILS Pour la France métropolitaine et les départements d Outre-mer, en pratique, les moyens de règlement sont DEMANDE D ÉMISSION D UN RÈGLEMENT L avocat peut effectuer sa demande : En même temps que le dépôt, Après le dépôt des fonds. Dans tous les cas, l avocat doit remplir un bordereau d instructions par affaire. Ses instructions sont ensuite traitées par la Carpa, qui veille au respect des textes et, à cette fin, peut lui demander toutes justifications par application de le chèque ou le virement. Pour les règlements en direction de l étranger, il est vivement recommandé de procéder par virement. l article 8 de l arrêté du 5 juillet La lettre-chèque lui est ensuite transmise. S il s agit d un virement, il sera directement traité par les services de la Carpa en faveur du bénéficiaire que l avocat aura indiqué et des références bancaires nationales (RIB) ou internationales (IBAN) communiquées (sauf s il s agit d un tiers régulier en faveur duquel l avocat procède à des virements et que les références bancaires sont déjà en possession de la Carpa). QUELQUES PRÉCISIONS Afin d accélérer le traitement de ses demandes, la Carpa recommande à l avocat de préciser le lien du bénéficiaire avec l affaire. RELEVÉ DES CHÈQUES NON DÉBITÉS : article 15 de l arrêté du 5 juillet 1996 La Carpa transmet régulièrement à l avocat le relevé des affaires comportant des chèques émis non débités et éventuellement périmés. L avocat peut obtenir ce relevé de façon plus fréquente sur simple demande. 1 L avocat doit vérifier ce relevé et identifier les raisons du non débit des chèques émis. Si la lettre-chèque n a pu être remise au bénéficiaire des fonds car elle était non conforme (par exemple nom du bénéficiaire erroné), l avocat doit la restituer à la Carpa pour que soit procédé à son annulation. Sur ses 11 instructions, une nouvelle lettrechèque sera émise. 2 Si la lettre-chèque a bien été remise à son destinataire et que le client l a perdue, la Carpa devra procéder à une opposition auprès de la banque en demandant une lettre de décharge du client de l avocat. Dès l opposition enregistrée, une nouvelle lettre-chèque sera émise au profit du client. 3 Si la lettre-chèque a bien été remise au client et que l avocat est sans nouvelle, une opposition devra être régularisée auprès de la banque. Dès l opposition enregistrée dans le logiciel Gcmf, les fonds, s ils ne peuvent être versés au bénéficiaire ou à ses ayants droit, seront transférés sur le compte spécifique prévu par l article 15 de l arrêté du 5 juillet 1996.

12 ÉMISSION D UN VIREMENT Les virements peuvent être effectués en euros ou en devises sur la France ou l étranger. Dans tous les cas, l avocat doit remplir un bordereau d instructions et y joindre le relevé d identité bancaire du destinataire pour les virements sur la France. En faveur de l étranger, il est recommandé d obtenir des banques des coordonnées précises (ne pas oublier les références IBAN) pour éviter des frais importants en cas de rejet. La devise à transférer doit être indiquée pour les virements à destination de pays étrangers. Des frais sont prélevés par les banques lors des transferts à l étranger et sont par défaut à la charge des bénéficiaires. Il est toutefois possible de laisser les frais à la charge de l émetteur mais, dans ce cas, il convient de le préciser sur le bordereau d instructions. Les instructions de l avocat sont traitées par la Carpa en veillant au respect des textes applicables. IMPORTANT : L instruction de virement adressée à la Carpa doit impérativement comporter la signature d un avocat habilité ; l ordre de virement remis à la banque est signé par le président de la Carpa ou l un de ses délégataires. C Clôture d un sous-compte affaire H Honoraires L avocat doit impérativement solder le sous-compte lorsque l affaire est terminée en transmettant les fonds au client, ou le cas échéant, à ses ayants droit. Les affaires, pour lesquelles un solde subsiste sans pouvoir être reversé, doivent faire l objet d instructions spécifiques. L avocat doit prévenir la Carpa lorsque le client a disparu ou ne peut être joint afin que les soldes soient Le dépôt spécifique de sommes correspondant à des honoraires sur le compte Carpa est interdit puisque les honoraires ne constituent pas des maniements de fonds. Si la somme reçue au titre du maniement de fonds englobe des honoraires, ceux-ci doivent être versés sur un compte spécial Carpa, selon les dispositions du décret et de l arrêté du 5 juillet 1996 (article 15), sur lequel ils demeureront à la disposition du client. En aucun cas, ces fonds ne peuvent être perçus à titre de solde de frais ou d honoraires, sauf, bien entendu, autorisation écrite et préalable du client ou procédures de recouvrement prévues par les dispositions légales. réclamés à l expiration du délai de bonne fin. Le prélèvement à titre d honoraires n est possible au bénéfice de l avocat que sur présentation préalable à la Carpa d une autorisation écrite dans les conditions fixées par le règlement intérieur. 12

13 A Autres événements pouvant influer sur le compte Carpa LA DÉMISSION de la profession Si l avocat exerce à titre individuel, son compte Carpa doit être soldé. En cas de solde créditeur comptable sur certaines affaires, il est nécessaire de faire entériner par l Ordre la nomination d un suppléant qui prendra en charge les opérations jusqu à apurement complet. La Carpa prend en compte son retrait de signature à la date effective de sa démission et procède à la clôture du compte dès que celui-ci présente un solde nul. Si l avocat exerce en structure d exercice commun, il prévient la Carpa qui prendra en compte son retrait de signature. Cela n aura aucune incidence sur ses dossiers en cours. pour un changement de Barreau Si l avocat exerce à titre individuel, son compte Carpa doit être soldé. S il reste encore un solde créditeur comptable pour des affaires, la Carpa émet et lui fait parvenir les sommes correspondantes au nom de la Carpa de son nouveau barreau d inscription, pour lui permettre d assurer la continuité de ses dossiers. La Carpa prend en compte son retrait de signature à la date effective de sa démission et procède à la clôture du compte, dès l ensemble des écritures en cours passées en banque (lettre-chèque émise par exemple). L OMISSION Si l avocat exerce à titre individuel, le suppléant désigné par l Ordre prend en charge les opérations en cours. La Carpa procède à son retrait de signature à la date effective de son omission. Lors de sa réinscription, il lui faudra effectuer les formalités de dépôt de signature. LA SUPPLÉANCE L ADMINISTRATION Le suppléant ou l administrateur du cabinet d un avocat, doit procéder aux régularisations administratives qui en découlent. Celles-ci sont accomplies sur présentation du justificatif de leur nomination, par le bâtonnier, auprès de la Carpa. Le relevé des opérations du compte du confrère concerné sera tenu à leur disposition. La mention de la suppléance ou de l administration sera portée sur les relevés émis pour le cabinet pour lequel ils interviennent. Leur signature sera enregistrée pour le fonctionnement de ce souscompte. Au terme de leur mission, ils devront avertir la Carpa qui procédera aux formalités administratives. 13

14 L INTERDICTION BANCAIRE L avocat a l obligation d informer le président de la Carpa en cas d interdiction bancaire. La délégation dont il dispose est alors révoquée. L avocat reste gestionnaire de ses opérations de maniements de fonds ; toutefois, les règlements sont signés par le président ou son délégataire puis lui sont remis. LES ÉVOLUTIONS DE L EXERCICE PROFESSIONNEL Les modalités d exercice enregistrées par la Carpa ne peuvent différer du mode d exercice tel que l avocat l a déclaré auprès de l Ordre. L avocat doit donc s assurer que les informations enregistrées par la Carpa sont conformes à la réalité de sa situation ; elles sont insérées dans la base «avocats/structures» dénommée «Tronc commun» qui sert à alimenter les applications informatiques de gestion que la Carpa utilise, dont le Gcmf. ATTENTION : La Carpa ne peut en aucun cas anticiper sur les décisions ordinales même pour des raisons pratiques d exercice effectif. L avocat dispose d un droit de consultation et de rectification des informations détenues par la Carpa dans le respect de la loi relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés. en cas de fin d exercice individuel pour intégrer une structure existante au sein du barreau L ancien compte Carpa de l avocat ne doit plus enregistrer d opérations de maniements de fonds. La Carpa se charge d effectuer le transfert des affaires existantes, à solde non nul, vers le compte Carpa de la structure que l avocat intégre pour chaque sous-compte affaire. En ce qui concerne la structure d intégration : 14 si l avocat en est le représentant légal, il doit accomplir les mêmes formalités que pour une ouverture de compte, s il en est associé, le représentant légal de la structure doit accomplir les formalités de procuration. en cas de fin d exercice individuel pour création d une structure d exercice en commun L ancien compte Carpa de l avocat ne doit plus enregistrer d opérations de maniements de fonds. Il doit accomplir les formalités d ouverture d un compte Carpa pour la nouvelle structure d exercice. Il est prévu un dépôt de signature pour chaque représentant légal. La Carpa se charge, selon les instructions de l avocat, du transfert des affaires à solde non nul, vers le nouveau compte de la structure ainsi créée. départ d une structure d exercice en commun avec reprise d un exercice individuel L avocat ne doit plus effectuer de maniements de fonds sur le compte de la structure qu il a quittée. Le retrait de signature sur ce compte est pris en considération. Il doit accomplir les formalités d ouverture d un nouveau compte. La Carpa édite le relevé général et transfère, après pointage de sa part, conjointement avec ses anciens associés, vers son nouveau compte, les affaires à solde non nul lui appartenant.

15 départ d une structure d exercice en commun pour intégrer une autre structure d exercice en commun L avocat ne doit plus effectuer de maniements de fonds sur le compte de la structure qu il a quittée. Le retrait de signature sur ce compte est pris en considération. En ce qui concerne la structure d intégration : s il en est le représentant légal, il doit accomplir les formalités pour l ouverture d un compte, s il en est associé, le représentant légal de la structure doit accomplir les formalités de procuration. La Carpa édite le relevé général et transfère, après pointage de sa part, conjointement avec ses anciens associés, vers son nouveau compte, les affaires à solde non nul lui appartenant. départ d une structure d exercice en commun pour créer une autre structure d exercice en commun L avocat ne doit plus effectuer de maniements de fonds sur le compte de la structure qu il a quittée. Le retrait de signature sur ce compte est pris en considération. L avocat doit accomplir les formalités d ouverture d un compte pour la nouvelle structure d exercice Il est prévu un dépôt de signature pour chaque représentant légal. La Carpa édite le relevé général et transfère, après pointage de sa part, conjointement avec ses anciens associés, vers son nouveau compte, les affaires à solde non nul lui appartenant. G Gestion des voies d exécution LES TRAITEMENTS DES VOIES D EXÉCUTION ET AVIS À TIERS DÉTENTEUR (ATD) REÇUS PAR LA CARPA Il ne peut être fait obstacle à l exercice régulier des voies d exécution et mesures conservatoires sur les fonds de tiers déposés sur les sous-comptes affaires. Si la saisie de fonds de tiers est pratiquée entre les mains de l avocat, celle-ci est nulle ; l avocat appréciera s'il doit répondre à l'huissier ou si, en sa qualité de conseil du débiteur saisi, il conseille à son client d'en poursuivre la nullité devant le juge de l'exécution. La saisie de fonds appartenant ou destinés aux parties des dossiers ne pouvant être pratiquée qu entre les mains de la Carpa, celle-ci doit s enquérir auprès de l avocat des éléments justifiant de l appartenance ou la disponibilité des fonds pour faire aliment à la saisie, au sens de l article 43 de la loi du 9 juillet 1991 : l acte de saisie emporte, à concurrence des sommes pour lesquelles elle est pratiquée, attribution immédiate au profit du saisissant de la créance saisie disponible entre les mains du tiers ainsi que tous ses accessoires. La Carpa informe donc l'huissier que la réponse sera faite après interrogation de l'avocat titulaire du sous-compte (arrêt du 9 janvier 2003 de la deuxième Chambre Civile de la Cour de Cassation). L'avocat doit donc répondre sans délai aux interrogations de la Carpa afin de fournir les renseignements nécessaires pour répondre à l'huissier pratiquant la saisie (de même sur avis à tiers détenteur). A cette fin, la Carpa transmet à l'avocat en cause simultanément en télécopie, l'acte accompagné d'une correspondance rappelant les obligations légales en la matière de donner une réponse "sans délai". 15

16 La responsabilité d une réponse sans délai auprès de la Carpa incombe à l avocat. Dès que la Carpa est en possession des renseignements utiles, à savoir le montant des sommes détenues sur l affaire concernée et la désignation de son détenteur le cas échéant, celle-ci répond à l huissier ; et s il apparaît que la saisie porte sur des fonds disponibles pour le débiteur tiers saisi, elle transfère les fonds sur son compte bloqué. Si le sous-compte de l affaire présente un solde disponible, pour le débiteur saisi, supérieur au montant de la somme pour laquelle est pratiquée cette saisie, le montant prélevé pour transfert sur le compte bloqué de la Carpa est limité au montant pour lequel est pratiquée cette saisie. Bien évidemment, doit être distingué la situation du débiteur saisi de celle du tiers saisi (la Carpa) qui, quant à lui, doit rester objectif sur les causes et justifications de la saisie (créance), et ne peut contester la procédure de saisie que sur sa régularité formelle. C est l avocat du débiteur saisi qui appréciera avec celui-ci les contestations qu il peut exprimer. Les Avis à Tiers Détenteur (ATD) L administration fiscale dispose, pour le recouvrement de ses créances privilégiées, d une procédure de saisie simplifiée, que le Livre des procédures fiscales désigne sous le terme d avis à tiers détenteur. Le processus de traitement par la Carpa est en tout point comparable à celui de la saisie attribution cidessus exposé. De même, les obligations de réponse qui incombent à l avocat avec la responsabilité qui en découle, demeurent analogues. ATTENTION : Si l avocat n est pas familier de ce type de procédure, il doit prendre soin de lire attentivement l acte que lui transmet la Carpa. Cet acte lui rappelle en effet, non seulement l étendue des obligations du tiers saisi, mais également la marche à suivre et les délais pour exercer un recours en cas de contestation. En tout état de cause, il appartient à l avocat de répondre sans délai aux interrogations de la Carpa. L absence de réponse constitue d une part, une faute déontologique dont la Carpa serait tenue de saisir l Ordre et, d autre part, est de nature à engager sa responsabilité civile professionnelle. En cas de difficulté, l avocat doit en référer directement à la Carpa qui est prête à lui porter assistance. En toutes hypothèses, il n appartient pas à la Carpa, tiers saisi, de se faire juge de la validité ou de la régularité de la saisie. 16

17 P Présentation du service POUR QUOI FAIRE? icarpa est un service web permettant à tout avocat, abonné au Rpva, de consulter le compte maniements de fonds de son cabinet d exercice, dès lors que sa Carpa est équipée du logiciel de gestion et comptabilité des maniements de fonds (Gcmf). Le logiciel Gcmf et le service icarpa sont développés et proposés par l Union nationale des Carpa (Unca). icarpa participe à la modernisation de la profession d avocat. Il a pour objectif de faciliter l exercice professionnel des avocats, de simplifier la tâche des Carpa et des Ordres, mais aussi de limiter l impression de papier. QUI GÈRE? L Unca a mis en place une plateforme informatique dénommée Carpabox, à laquelle les Carpa se connectent régulièrement pour transmettre le différentiel des données enregistrées depuis leur dernière connexion. QUI PAYE? L Unca a mutualisé les coûts et mis en place les matériels et outils nécessaires, permettant de satisfaire aux requêtes reçues de la plate forme e-barreau lorsqu un avocat se connecte et s authentifie pour consulter son compte maniements de fonds ; les Carpa et les Ordres n ont donc aucun investissement propre à réaliser et le service est gratuit pour les avocats. COMMENT LE METTRE EN ŒUVRE? Une fois le contrat d utilisation signé par l Ordre des avocats et la Carpa, puis retourné à l Unca, la mise en œuvre de la procédure d ouverture du service est réalisée par les services de l Unca. COMMENT Y ACCÉDER? Pour bénéficier des services d icarpa, l avocat doit être en possession d une clé Usb délivrée par le Conseil national des barreaux, comportant un certificat d authentification valide pour le cabinet au sein duquel il exerce. L accès au service icarpa s effectue par l intermédiaire de la plateforme e-barreau ou depuis COMMENT L UTILISER? Une fois l authentification réalisée selon les conditions définies par le Conseil national des barreaux, l avocat peut consulter les données de son compte Carpa maniements de fonds. A l aide de critères de recherches dans une interface épurée, l avocat peut pour les maniements de fonds consulter et éditer les affaires en cours, les affaires soldées, l historique des affaires, l échéance des sorties de fonds qu il a sollicitées pour le compte de ses clients. La notice de présentation et d utilisation du service icarpa-maniements de fonds est téléchargeable sur le site de l Unca : 17

18 UNION NATIONALE DES CARPA (anciennement UNION NATIONALE DES CAISSES D AVOCATS) Association régie par la loi du 1 er juillet article 21.1 de la loi n du 31 décembre , RUE DE RENNES PARIS TEL : +33 (0) FAX : +33 (0) COURRIEL : SITE : https://twitter.com/#!/uniondescarpa

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats. Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats. Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa Depuis le décret du 10 avril 1954, modifié par le décret du 30 novembre 1956,

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Tronc commun & logiciels associés Fonctions avancées pour les Carpa, les Ordres et les Avocats...

Tronc commun & logiciels associés Fonctions avancées pour les Carpa, les Ordres et les Avocats... Tronc commun & logiciels associés Fonctions avancées pour les Carpa, les Ordres et les Avocats... L Unca, sa vocation, les Carpa au service des Ordres et des Avocats Tronc commun & logiciels associés Fonctions

Plus en détail

Formulaires d abonnement e-barreau (RPVA)

Formulaires d abonnement e-barreau (RPVA) Formulaires d abonnement e-barreau (RPVA) Le Conseil national des barreaux et l Unca ont travaillé ensemble afin que le Tronc commun, qui sert d annuaire de référence pour le RPVA et le RPVJ, permette

Plus en détail

e)services - Guide de l utilisateur e)carpa

e)services - Guide de l utilisateur e)carpa e)services - Guide de l utilisateur e)carpa 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 - Accès au site e)carpa 4 2.1 Identification et authentification 4 2.2 Consultation du site e)carpa 6 2.3 Mode de navigation sur

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR CARPA DE TOULOUSE MIDI PYRENEES DEFINITION DU REGLEMENT PECUNIAIRE

REGLEMENT INTERIEUR CARPA DE TOULOUSE MIDI PYRENEES DEFINITION DU REGLEMENT PECUNIAIRE REGLEMENT INTERIEUR CARPA DE TOULOUSE MIDI PYRENEES DEFINITION DU REGLEMENT PECUNIAIRE 1.1 - Conformément aux dispositions légales et réglementaires, la Caisse de Règlements Pécuniaires reçoit les dépôts

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES D APPLICATION DU REGLEMENT N 08-01 DU 20 JANVIER 2008 RELATIF AU DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE L EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION

Plus en détail

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION AVIS N 2006-11 DU 30 JUIN 2006

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION AVIS N 2006-11 DU 30 JUIN 2006 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION AVIS N 2006-11 DU 30 JUIN 2006 Afférent au projet d arrêté relatif au compte de dépôt obligatoire des huissiers de justice prévu aux articles 30-1

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI 1. Généralités : À la demande des clients qui travaillent régulièrement avec l Organisation, l OMPI

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1765 du 31 décembre 2014 relatif à la facturation individuelle des établissements

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF»

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» ENTRE. Agissant en qualité de cédants des biens et des droits immobiliers ci-après énoncés ET MAÎTRE AVOCAT au Barreau de Domicilié au

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

Contrat d abonnement Internet

Contrat d abonnement Internet Contrat d Abonnement Internet Entre la Banque de Saint-Pierre et Miquelon, S.A. au Capital de 16 288 935 EUR dont le siège social est à Saint Pierre & Miquelon, 24, rue du 11 novembre, 97500 Saint Pierre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CHEQUES CADEAUX KYRIELLES RESERVES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CHEQUES CADEAUX KYRIELLES RESERVES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES 1 / Définitions Dans le cadre des présentes Conditions Générales, les Parties conviennent de ce que chacun des termes et expressions figurant ci-dessous aura la signification donnée dans sa définition,

Plus en détail

Article 53. Extrait du DÉCRET n 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 MODIFIÉ ORGANISANT LA PROFESSION D AVOCAT (Consolidé au 29 juillet 2013) Article 229

Article 53. Extrait du DÉCRET n 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 MODIFIÉ ORGANISANT LA PROFESSION D AVOCAT (Consolidé au 29 juillet 2013) Article 229 EXTRAITS DES TEXTES SUR LA PROFESSION D AVOCAT CONCERNANT LA CARPA ET LA GESTION DES FONDS DE TIERS (les textes sur l aide juridique ne sont pas visés dans ce document) Extrait de la LOI n 71-1130 DU 31

Plus en détail

COMPRENDRE LES MODALITES PRATIQUES DES VERSEMENTS

COMPRENDRE LES MODALITES PRATIQUES DES VERSEMENTS Bulletin de Versement AMPLISSIM PEE Ce document vous permet de : comprendre les modalités pratiques des versements, prendre connaissance des Conditions Générales d adhésion et de fonctionnement du service

Plus en détail

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation

Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Acte de Délégation sur un contrat de capitalisation Entre les soussignés: Ageas France, Société Anonyme au capital de 118 950 045,33 Euros, Entreprise régie par le Code des assurances dont le siège social

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit :

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit : CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES Entre : L Etat du Sénégal représenté par le Directeur général des Impôts et des Domaines, d une part ; «BANQUE»,

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

Convention de partenariat pour le dispositif «Eco-chèque logement Midi-Pyrénées»

Convention de partenariat pour le dispositif «Eco-chèque logement Midi-Pyrénées» Convention de partenariat pour le dispositif «Eco-chèque logement Midi-Pyrénées» ENTRE La Région Midi-Pyrénées, Collectivité Territoriale, régie par le Code Général des collectivités territoriales, ayant

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION DIRECTION GENERALE 08, Bd Ernesto Che Guevara-16000 Alger. Tél: (021) 43.95.19/26/40/42/43/77-43.96.40 43.97.19/48/49/54/59/97. Email: dg@bna.dz DIRECTION MARKETING ET COMMUNICATION «DMC» 08, rue Amar

Plus en détail

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012 014 Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires Mai 2012 2 Sommaire Introduction Une banque peut-elle refuser de m ouvrir un compte bancaire? Est-il utile de contacter plusieurs banques? En quoi consiste

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre RAPPORT SUR LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DE L AVOCAT MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS ET SUR LA QUESTION DU MANIEMENT DES FONDS Rapport de Hélène Poivey-Leclercq Membre du

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Tunis, le 14 juillet 2005 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Objet : Tenue et administration des comptes de certificats de dépôt et des comptes de billets de trésorerie. Le Gouverneur de

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES ENTRE... Sis au... Représentée par......en qualité de...... et dûment mandaté à cet effet, Ci-après dénommé le Médecin ; ET : L Association Santé-Pharma,

Plus en détail

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale Adopté par l assemblée générale de la Chambre nationale des notaires le 9 octobre 2001 et modifié par les assemblées

Plus en détail

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES Janvier 2011 CCSF/CFONB A/ Opérations au crédit du compte 1 Versement d'espèces Le compte est crédité du montant d'un versement d'espèces.

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 11 N émettez pas de chèque sans provision Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION

Plus en détail

NOTICE À L USAGE DES DÉBITANTS DE TABAC CHARGÉS DE LA VENTE DES TIMBRES FISCAUX

NOTICE À L USAGE DES DÉBITANTS DE TABAC CHARGÉS DE LA VENTE DES TIMBRES FISCAUX NOTICE À L USAGE DES DÉBITANTS DE TABAC CHARGÉS DE LA VENTE DES TIMBRES FISCAUX APPROVISIONNEMENT ET RÉAPPROVISIONNEMENT Approvisionnement de base Les débitants de tabac disposent d un approvisionnement

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute information

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CREATION ET AU FONCTIONNEMENT DES BUREAUX D ENCADREMENT ET D ASSISTANCE FISCALES (1) Ce cahier des charges se compose de : - 7 pages comportant 6 chapitres et 19 articles,

Plus en détail

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Tarifs & Conditions de Banque Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Frais de gestion et tenue de compte Ouverture de compte chèque Délivrance de chéquier Ouverture de compte épargne

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. OBJET Le présent document, ci-après «Conditions Générales de Vente», s applique à toutes les offres de formations proposées par la société KOOLYA sur son Internet www.koolya.fr

Plus en détail

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com - 01

Plus en détail

CONTRAT DE MANDATAIRE

CONTRAT DE MANDATAIRE CONTRAT DE MANDATAIRE Entre : la Société AXEVA, dûment mandatée Villa Camus 30 Avenue Camus 44000 NANTES Tél : 02.28.07.41.46 Fax : 02.28.07.25.88 E-Mail : contact@axeva.fr R.C.S. NANTES 451 230 965 Code

Plus en détail

CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE

CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE Année universitaire 2015-2016 CONVENTION D OCCUPATION DU DOMAINE UNIVERSITAIRE ENTRE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE LILLE ET UNE ASSOCIATION ETUDIANTE Entre d une part, L Institut d Etudes Politiques

Plus en détail

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie

Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Acte de Nantissement sur un contrat d assurance vie Entre les soussignés: Nom Prénom Adresse (Si co-souscripteur) Nom Prénom Adresse Ci-après dénommé(s) «le Constituant ou le Souscripteur», Et (Le prêteur)

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent SEPTEMBRE 2012 N 14 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr sec_01-1

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 DÉCEMBRE 2015 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS MISES A JOUR AU 1 ER JANVIER 2015 Europa Organisation SA («EUROPA») : Société spécialisée dans l organisation d évènements (congrès / salons

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER Entre les soussignés La Société, S.A.R.L. au capital de 30.000, inscrite au R.C.S. de Paris sous le numéro 508 763 950, ayant son siège social au 13

Plus en détail

www.mutaa.fr - 0 970 809 721 (appel non surtaxé) Mutuelle soumise aux dispositions du Livre III du Code de la mutualité - N RNM : 784 338 675

www.mutaa.fr - 0 970 809 721 (appel non surtaxé) Mutuelle soumise aux dispositions du Livre III du Code de la mutualité - N RNM : 784 338 675 MAA Demande d aide remboursable maladie (ARM) CADRE RÉSERVÉ À LA MAA Date d ouverture : N de dossier : Date de Commission : ÉDITION JANVIER 2014 www.mutaa.fr - 0 970 809 721 (appel non surtaxé) Mutuelle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS PRESENTEE PAR LA POSTE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

N 240/MP/PhD/2015 Paris, le 7 septembre 2015

N 240/MP/PhD/2015 Paris, le 7 septembre 2015 Aux clubs, aux Ligues et des Comités N 240/MP/PhD/2015 Paris, le 7 septembre 2015 Objet : LICENCES 2015 /2016 Mesdames et Messieurs les Présidents, Je vous prie de trouver ci-dessous quelques informations

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN. Vu le code général des collectivités territoriales ;

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN. Vu le code général des collectivités territoriales ; Syndicat intercommunal d adduction d eau potable (SIAEP) de Saint-Sylvestre- Compreignac n 087 002 998 Exercice 2008 Audience publique du 8 avril 2014 Jugement n 2014-0009 Lecture publique en date du 22

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

CONVENTION de souscription du forfait «AGIR 18/28» CONDITIONS PARTICULIERES

CONVENTION de souscription du forfait «AGIR 18/28» CONDITIONS PARTICULIERES CONVENTION de souscription du forfait «AGIR 18/28» CONDITIONS PARTICULIERES Réservé Banque Agence : Code agence : ICC : LE CLIENT Mme Mlle M Nom : Nom de jeune fille : Prénoms Né (e) le : à : Nationalité

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 er JUILLET 2015 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE OUVERTURE TRANSFORMATION CLOTURE Ouverture d'un compte avec remise de la Convention

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE

CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE Les présentes conditions spéciales ont pour objet de définir les modalités d accès aux opérations en ligne qui sont disponibles sur le site sécurisé www.groupe-sma.fr

Plus en détail

Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie

Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie www.bnc.nc Aide en ligne Pour plus d informations, écrivez à contact@bnc.nc 1 TABLE DES MAT IERES COMMENT ACCEDER A MES COMPTES?... 3 SYNTHESE

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 21 DECEMBRE 2012 DELIBERATION N CR-12/20.853 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DES RESSOURCES HUMAINES Stratégie régionale d'appropriation d'une identité collective spécifique

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Notes explicatives sur le formulaire de demande en nullité d un dessin ou modèle communautaire enregistré

Notes explicatives sur le formulaire de demande en nullité d un dessin ou modèle communautaire enregistré OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (Marques, dessins et modèles) Notes explicatives sur le formulaire de demande en nullité d un dessin ou modèle communautaire enregistré 1. Remarques

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique Mairie de Pontcharra Service des marchés publics 95 avenue de la Gare BP 49 38530 Pontcharra cedex Tél: 04 76 97 11 65 Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et

Plus en détail

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Condition d'utilisation Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Article 1- Objet : Casa d'arno propose des cours de cuisine pour les particuliers dont les différentes formules

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décision du 7 mai 2014 portant réforme du règlement intérieur national (RIN) de la profession d avocat (art. 21-1 de la loi du 31 décembre

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail