dossier france états-unis dossier spécial Protection sociale octobre 2012 Numéro : 425 Prix : 5,00 3 ISSN X

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dossier france états-unis dossier spécial Protection sociale octobre 2012 Numéro : 425 Prix : 5,00 3 ISSN X"

Transcription

1 france états-unis octobre 2012 Numéro : 425 Prix : 5,00 3 ISSN X dossier spécial Protection sociale

2 «C est que nous avons, à la vérité, renversé toutes les tyrannies, sauf une seule, la plus dure : la tyrannie des préjugés» Charles Benoist 1893 sommaire Octobre 2012 Numéro New York Protéiforme, Photo numérique Véronique de Guitarre Plasticienne 41 rue Dauphine , boulevard Saint-Germain Paris Tél. : Fax : site : http ://www.aaeena.fr Mél : Directeur de la publication : Christine Demesse Directeur de la rédaction : Karim Émile Bitar Directeur adjoint de la rédaction : Jean-Christophe Gracia Conseiller de la rédaction : François Broche Secrétaire de rédaction : Bénédicte Derome Comité de rédaction : Isabelle Antoine, Didier Bellier-Ganière, Jean-Marc Châtaigner, Robert Chelle, Jean-François Court, Emmanuel Droz, Bernard Dujardin, Patrick Gautrat, Stephan Geifes, Isabelle Gougenheim, Françoise Klein, Aurélie Lorrain-Itty, Claude Revel, Arnaud Roffignon, Jean-Charles Savignac, Didier Serrat, Maxime Tandonnet, Laurence Toussaint. Conseil d administration de l association des anciens élèves de l école nationale d administration : Bureau Président : Christine Demesse Vice-présidents : Patrick Gautrat, Odile Pierart, Sophie Thibault Secrétaire général : Arnaud Geslin Secrétaires généraux adjoints : Béatrice Buguet, Jean-Christophe Gracia Trésorier : Véronique Bied-Charreton Trésorier adjoint : Dominique Dalmas Membres du Conseil Agnès Arcier, Didier Bellier-Ganière, Jean-Étienne Caire, Jean Daubigny, Michel Derrac, Patrice Diebold, Christian Dubreuil, Simon Fetet, Maurice Ligot, Myriem Mazodier, Olivier Rateau, Constance Rivière, Arnaud Roffignon, Jean-Philippe Saint-Geours, Laurent Stéfanini, Pierre-Antoine Vacheron, Jérôme Veronneau. Publicité : MAZARINE Tél. : Fax : Directeur : Paul Emmanuel Reiffers Annonces et publicités : Yvan Guglielmetti Mise en page, fabrication : Claudine Foucault Conception maquette et Direction artistique : Bruno Ricci Compogravure, impression et brochage : Imprimerie Chirat Dépôt légal : L ENA Hors les murs N de commission paritaire : 0414 G84728/ISSN X Prix : 5,00 Si vous désirez vous abonner à L ENA Hors les murs, voir les bulletins d abonnement pages 7, 21, 37, 97 Abonnement normal : 52,00 Anciens élèves : 35,00 Étranger : 85,00 dossier Protection sociale Dossier : France États-Unis 2 France - États-Unis Karim émile Bitar 4 Les relations franco-américaines vues par l ambassadeur des États-Unis Charles H. Rivkin 6 Les relations franco-américaines vues par l ambassadeur de France François Delattre 8 France - États-Unis au regard des deux révolutions et de l histoire André Kaspi 10 Politique et religion en France et aux États-Unis Denis Lacorne 14 Les métamorphoses de la puissance américaine Philip Samuel Golub 18 France-États-Unis, la grenouille et le bœuf? Philippe Moreau Defarges 20 La France, les États-Unis et l avenir de l Otan Frédéric Charillon 22 Toute politique étrangère est locale Léah Pisar 24 Le bilan d Obama à l intérieur : le verre progressiste à moitié? Vincent Michelot 27 Les relations ethno-raciales aux États-Unis aujourd hui Olivier Richomme 29 L émergence des Millennials : l enjeu à redessiner l Amérique Amy Greene 31 France s Intellectual Influence in the United States Arthur Goldhammer 33 New Challenges in the French-American Relationship Nicholas Dungan 35 Les deux faces du capitalisme américain et ce que le monde en attend Jérôme Haas 38 La relation économique bilatérale France-États-Unis Raphaël Bello 40 Are MNCs converging towards global management? Ted Varani 42 Lafayette, nous sommes revenus Martha Court 43 Intercultural Marriage Harriet Welty Rochefort 45 Les États-Unis et les Bric : entre confrontation et pragmatisme Alexandre Kateb 47 La France et les États-Unis vus de Chine Fabienne Clérot 49 La France et les États-Unis vus de l Inde Karine Lisbonne de Vergeron 51 Moscou, Washington, Paris Isabelle Facon 53 La France et les États-Unis vus du Proche-Orient Denis Bauchard 55 Le Québec fragment européen en Amérique Jean Saintonge 57 Le cinéma de Frank Capra : une certaine idée de l Amérique Karim émile Bitar Protection sociale Entretiens réalisés par Philippe Brousse 60 Protection sociale Jean-Christophe Gracia 61 Changer de cap Etienne Caniard 63 Un poids économique, social et politique Emmanuel Roux 65 Rompre avec les politiques précédentes Gérard Vuidepot 67 Nos mutuelles sont à un tournant Sylvain Chapuis 70 La marchandisation de la santé n a pas sa place Jacques Chemarin 73 Structurer l'offre de santé Jacques Viallet et Jean-Pierre Gallet 76 Agir de concert Bernard Spitz enaassociation 79 Colloque Agro X Ena 80 Voyage Vietnam-Cambodge 81 Les Lundis de l Ena 82 L Ena dans la presse 85 Carnets Temps libre 88 Signets : la boîte à livres Robert Chelle 92 Mélomanie Arnaud Roffignon 98 Philatélie : quelques dates dans l histoire des relations entre les États-Unis et la France Paul Vialatte 100 éphéméride : 1 er septembre 1715 : «la mort de Louis XIV» Nicolas Mietton Prochain dossier : Quelle énergie pour demain? 1

3 Le cinéma de Frank Capra : une certaine idée de l Amérique Par Karim émile Bitar Cyrano de Bergerac 1999 Directeur de recherche à l Iris Président de KB Consulting Group «Un grand homme et un grand Américain, une inspiration pour ceux qui croient dans le rêve américain.» John Ford à propos de Frank Capra «Vous étiez le navigateur qui connaissait le mieux l art d entraîner ses personnages au plus profond des situations humaines désespérées, avant de redresser la barre et de faire s accomplir le miracle qui nous permettait de quitter la salle en reprenant confiance dans la vie.» François Truffaut à Frank Capra «Je chanterai la complainte du travailleur, du pauvre gars qui se fait rouler par la vie, et celle de la veuve et de l orphelin. Je prendrai le parti de ceux qui risquent le tout pour le tout, des désespérés ; je prendrai le parti de ceux qui sont maltraités en raison de la couleur de leur peau ou de leurs origines. Que d autres que moi fassent des films sur les grands mouvements de l histoire moi, je ferai des films sur le type qui balaie. Et si ce type est un amas d impulsions contradictoires, et si ses gènes le poussent à survivre, à dévorer son prochain, alors que sa raison, sa volonté et son âme le poussaient à aimer son prochain, je me sens capable de comprendre son problème. Voilà le genre de films que je cherche, un sujet où le «tu aimeras ton prochain comme toi-même» entre en conflit ouvert avec l agitation sociale». Frank Capra «It s a Wonderful Life («La Vie est belle»), n était fait ni pour les critiques blasés ni pour les intellectuels fatigués. C était mon type de film pour les gens que j aime. Un film pour ceux qui se sentent las, abattus et découragés. Un film pour les alcooliques, les drogués et les prostituées, pour ceux qui sont derrière les murs d une prison ou des rideaux de fer. Un film pour leur dire qu aucun homme n est un raté.» Frank Capra «Face à l angoisse humaine, au doute, à l inquiétude, à la lutte pour la vie quotidienne, Capra avait été une sorte de guérisseur, c'est-à-dire un adversaire de la médecine officielle, et ce bon docteur était aussi un grand metteur en scène.» François Truffaut Avec Stanley Kubrick, Alfred Hitchcock, Ingmar Bergman, Otto Preminger, John Huston, Ernst Lubitsch, Akira Kurosawa, Charlie Chaplin, Orson Welles et quelques autres, Frank Capra fait partie de cette petite quinzaine de grands cinéastes dont on peut dire qu ils ne se sont pas contentés de marquer l histoire du septième art, mais qu ils ont également réussi à bouleverser les représentations culturelles et sociales dominantes, à avoir un impact considérable sur la vision du monde des spectateurs. L immigré sicilien dépositaire et porte-drapeau des valeurs américaines Ce réalisateur de génie né en en 1897 au sein d une famille de paysans modestes, dans un petit village reculé de Sicile 1, allait aussi devenir l un plus brillants porte-drapeaux du rêve américain. Avant de percer dans le cinéma, il a vendu des journaux à la criée, il a été plongeur dans un restaurant, il a exercé sans honte des dizaines de petits métiers sans jamais compter ses heures. Mieux que beaucoup d autres œuvres littéraires ou artistiques, les films de Capra ont incarné une certaine idée de l Amérique éternelle et ont illustré des valeurs américaines comme l optimisme, l individualisme, l ardeur au travail, la poursuite entêtée du bonheur et de l épanouissement personnel, l idéalisme, la soif de liberté, l esprit entrepreneurial, la simplicité, la générosité, l attachement aux valeurs familiales et le refus de la résignation. Capra, comme beaucoup d immigrés, a tant aimé son pays d adoption qu il s est profondément imprégné de ses valeurs et les a fait siennes, jusqu à en devenir le garant et le propagateur. Un peu comme un autre Italien, Emile Zola, dans la France des quelques années qui ont suivi la naissance de Capra. Alors que les militants nationalistes, les antidreyfusards et les Ligues antisémites défilaient dans Paris aux cris de «Mort aux juifs» et de «Mort à Zola l Italien», c est ce «Zola l Italien» qui est devenu, comme l a bien dit son ami Georges Clemenceau, le dépositaire des plus belles valeurs de la République française. C est «Zola l Italien» qui a incarné «la conscience humaine» 2 et sauvé l honneur d un pays profondément divisé. Souvent, lorsqu un pays est livré à ses vieux démons, ce sont des nouveaux venus qui deviennent les gardiens d un certain état d esprit national. Trois ans après l arrivée de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour 1 - Frank Capra a raconté son enfance et son adolescence dans les premiers chapitres de son autobiographie intitulée The Name above the Title, Da Capo Press, Voir l excellente série télévisée en 4 épisodes de Stellio Lorenzi, Emile Zola ou la conscience humaine, diffusée sur Antenne 2 en 1978 et basée sur le livre Bonjour Monsieur Zola d Armand Lanoux. Elle est disponible en DVD et sur le site internet de l INA. 57

4 France États-Unis de l élection présidentielle de 2002, le regretté écrivain mexicain Carlos Fuentes me confiera : «Les bas instincts sont présents partout, dans tous les pays, et il se trouvera toujours des politiciens qui feront carrière en les exploitant. Mais la France que j aime, c est aussi celle de Picasso l Espagnol, de Chagall le juif, de Kateb Yacine l Arabe, de Ionesco le Roumain, celle de Max Ernst l Allemand, de Diaghilev le Russe...» 3. Dans ce même esprit, on peut dire que c est Capra le Sicilien qui a le mieux incarné, illustré et défendu l esprit américain, tout en mettant en garde contre les nombreuses dérives possibles, notamment celle de la ploutocratie, des manipulations du populisme, de l écrasement des plus faibles par une classe politique asservie aux intérêts privés et catégoriels. Pour Michel Cieutat, professeur de civilisation américaine, longtemps critique de cinéma à la revue Positif, et auteur d un des rares livres publiés en France sur l œuvre de Capra 4, tous ses films peuvent être analysés comme une réflexion sur les valeurs américaines et sur la façon de les préserver dans un monde de plus en plus cruel. Le refus du renoncement et l éternel retour de l optimisme américain Les films de Capra sont en effet truffés d hommages aux pères fondateurs des États- Unis et le cinéaste cherche à puiser dans cet héritage historique et philosophique des leçons permettant d affronter les difficultés contemporaines. Des personnages de Capra portent le prénom Jefferson ou le nom de famille Paine. Dans Mr Smith Goes to Washington, le héros retrouve une âme d enfant devant la tombe du général Grant, et va plus tard se recueillir au Jefferson Memorial pour reprendre courage après avoir été calomnié. Le héros de Mr Deeds Goes to Town est extatique lorsqu il aperçoit pour la première fois les monuments de Washington qui avaient fait rêver le jeune patriote qu il était. Dans American Madness («la Ruée»), Walter Huston s adresse à des banquiers pusillanimes et hésitants à octroyer des prêts en disant : «Vous dites que les banques ne doivent prêter de l argent qu à ceux qui peuvent produire des biens matériels à titre de garantie. Sans doute, Messieurs, ne vous apprendrai-je rien en vous disant que la Dépression a balayé assez complètement les biens matériels des gens. Mais elle n a pas encore détruit ce qu Alexander Hamilton appelait le bien le plus précieux de l Amérique : la force de caractère! Nous devons faire confiance à cette force, consentir des prêts sur cette force.» En effet, aucun des héros de Frank Capra n a jamais baissé les bras. Certes, beaucoup d entre eux ont traversé des périodes de tristesse, de désenchantement voir de désespoir absolu, ils ont contemplé le suicide, mais ils ont fini par retrouver l espoir, reprendre le collier, travailler encore plus dur pour atteindre leurs objectifs. Comme Jefferson Smith, le héros de Mr Smith Goes to Washington («M. Smith au Sénat»), comme George Bailey le héros de It s a Wonderful Life («La vie est belle»), tous deux incarnés par James Stewart, le président Abraham Lincoln avait lui aussi été confronté, selon ses biographes, à des phases de dépression sévère, avant de poursuivre la lutte. L humanisme «capraesque» face à ses détracteurs Si elle a suscité l engouement de millions de spectateurs, la Capra Touch, cette marque distinctive du cinéma de Capra, n en a pas moins eu de cinglants critiques, qui reprochaient au cinéaste de succomber à un certain manichéisme et au sentimentalisme. Alors que certains célébraient l humanisme «capraesque», d autres ricanaient en évoquant le «Capracorn», pour eux synonyme de populisme et de mièvrerie. Ces critiques se recrutaient aussi bien chez quelques cyniques aux États-Unis que dans les milieux postmodernes européens. Alors même que Capra avait été l un des premiers à faire ce qu on appellera plus tard du «cinéma d auteur», à revendiquer la liberté absolue du créateur («One Man, One Film») 5, il sera parfois incompris par certains cinéastes européens des années 1960 et 1970, pour lesquels le cinéma était avant tout un moyen de réaliser des prouesses techniques, que les effusions d émotion que l on retrouve chez Capra risquaient de venir occulter. Pour ce qui est des accusations d idéalisme, un idéalisme puéril aux yeux des blasés, Capra ne s en est jamais défendu. Il assumait totalement et se flattait d avoir toujours gardé une âme d enfant et un regard innocent sur un monde dont il n était pourtant pas dupe. Il voyait parfaitement toute la noirceur de la comédie humaine, le bûcher des vanités et toutes les hypocrisies ambiantes, mais il voulait continuer de croire en l homme et en ses possibilités de s amender, de se racheter et de donner le meilleur de lui-même. Cette valeur américaine par excellence qu est la rédemption, le devoir de donner à chacun une seconde chance, est au cœur de l œuvre de Capra. Tocqueville écrivait que la grandeur de l Amérique ne consistait pas à être plus éclairée que les autres nations, mais plutôt en sa capacité à réparer ses fautes. Dans le même esprit, Capra offre toujours à ses héros la chance de faire amende honorable. Quant au populisme supposé de Frank Capra, il faut, là aussi, rappeler que l on est bien loin chez Capra de ce populisme basé sur l exclusion et le rejet de l autre dont parlent aujourd hui les politologues. Le populisme de Frank Capra est bien au contraire un refus de voir les petites gens humiliés, méprisés, broyés par le système. C est une défense de l égalité des chances à une époque où les inégalités se creusaient. C est un plaidoyer en faveur du respect de la dignité humaine face au pouvoir débridé des grands conglomérats et de la finance. C est un éloge de la sincérité, de la simplicité et de la fraternité. Capra voulait défendre le message originel de Jésus Christ face aux institutions susceptibles de le dénaturer. Les héros de Capra ont d ailleurs souvent une dimension christique et ces hommes intègres sont souvent «crucifiés». Capra croyait en la résilience de l individu mais savait aussi jusqu à quel point la condition humaine pouvait être douloureuse. Sa défense du «peuple» était donc aux antipodes de celles des populistes qui flattent les bas instincts à des fins politiques. On peut même lire certains films de Capra, notamment Meet John Doe («L Homme de la rue») comme une brillante dénonciation de ce populismelà, et comme une mise en garde contre le risque de dérives fascisantes. Meet John Doe mérite d être revu aujourd hui, à l heure où triomphe le Tea Party et alors que les intégrations verticales menacent la sacro-sainte liberté de la presse. Ce film est à la fois une brillante réflexion sur le journalisme 6, les manipulations politiciennes et la montée du fascisme 7. 58

5 Un homme de droite animé d une forte sensibilité sociale Cet homme parti de rien devenu une légende américaine, ayant réussi à transformer un studio jusqu alors marginal, Columbia, en une «major company», fleuron du cinéma américain, cet homme qui croyait aux vertus du travail et à celles de la famille, a été tout au long de sa vie un homme de droite, même s il eut une certaine admiration pour le président démocrate Franklin Roosevelt. Mais la droite dans laquelle se reconnaissait Frank Capra était bien différente de la droite américaine d aujourd hui, acquise au darwinisme social, obnubilée par l identitaire et totalement soumise au pouvoir de l argent. Capra a toujours pris le parti des agneaux contre les loups, des David contre les Goliath. Quiconque revoit les films de Frank Capra dans le contexte actuel est tenté de faire le parallèle entre les hommes d affaires avides de pouvoir dénoncés par Capra (notamment le Jim Taylor incarné par Edward Arnold dans de M. Smith au Sénat) et le personnage du milliardaire excentrique Sheldon Adelson, qui s efforce aujourd hui, à coups de dizaines de millions de dollars de faire basculer les élections en faveur de son candidat favori, celui qui sera le protecteur de ses intérêts financiers et qui relayera ses fixettes idéologiques, quand bien même celles-ci seraient foncièrement antidémocratiques voir racistes. Frank Capra était à des années-lumière de cette droite-là. La vertu cardinale était pour lui celle de l honnêteté. «Que l honnêteté est une qualité puissante!» écrit-il dans ses Mémoires. «Quelle que soit la couleur de leur peau, quelle que soit la langue qu ils parlent, les hommes honnêtes bénéficient de l amour et de la confiance des autres. L homme honnête promène avec lui son propre magnétisme, sa propre armée, sa propre richesse, son propre bonheur et son propre standing. Tout est contenu dans le plus noble de tous les titres : celui d homme honnête.» Filmographie sélective : Pocketful of Miracles («Milliardaire d un jour»), 1961, avec Glenn Ford, Bette Davis, Hope Lange, Arthur O Connell State of the Union («L Enjeu»), 1948, avec Spencer Tracy, Katharine Hepburn, Van Johnson It s a Wonderful Life («La Vie est belle»), 1946, avec James Stewart, Donna Reed, Lionel Barrymore Arsenic and Old Lace («Arsenic et vieilles dentelles»), 1944, avec Cary Grant, Priscilla Lane, Raymond Massey Why We Fight («Pourquoi nous combattons»), 1942, 1943, 1944, 1945 : films antinazis coproduits par le Ministère de la guerre. Meet John Doe («L Homme de la rue»), 1941, avec Gary Cooper, Barbara Stanwyck, Edward Arnold Mr Smith Goes to Washington («M. Smith au Sénat»), 1939, avec James Stewart, Jean Arthur, Claude Rains You Can t Take It With You («Vous ne l emporterez pas avec vous»), 1938, avec Jean Arthur, James Stewart, Lionel Barrymore Lost Horizon («Horizons perdus»), 1937, avec Ronald Colman, Jane Wyatt, Edward Everett Horton Mr Deeds Goes to Town («L extravagant M. Deeds»), 1936, avec Gary Cooper, Jean Arthur, George Bancroft It Happened One Night («New York-Miami»), 1934, avec Clark Gable, Claudette Colbert Lady for a Day («La Grande dame d un jour»), 1933, avec Warren William, May Robson, Guy, Kibbee The Bitter Tea of General Yen («La Grande muraille»), 1933, avec Barbara Stanwyck, Nils Ashter, Toshia Mori American Madness («La Ruée»), 1932, avec Walter Huston, Pat O Brien, Kay Johnson Forbidden («Amour defendu»), 1932, Barbara Stanwyck, Adolphe Menjou, Ralph Bellamy Platinum Blonde («Blonde platine»), 1931, avec Robert Williams, Jean Harlow, Loretta Young The Miracle Woman («La Femme aux miracles»)1931, avec Barbara Stanwyck, David Manners, Sam Hardy Ladies of Leisure, 1930, avec Barbara Stanwyck, Ralph Graves, Lowell Sherman The Donovan Affair («L Affaire Donovan»), 1929, avec Jack Holt, Dorothy Revier, William Collier Jr. The Power of the Press, 1928, avec Douglas Fairbanks Jr, Jobyna Ralston, Mildred Harris 3 - Réflexions sur les intellectuels, la culture française et la littérature, Entretien avec Carlos Fuentes, in Regards sur la France, de Karim Emile Bitar et Robert Fadel (Seuil, 2007) 4 - Michel Cieutat, Frank Capra, Editions Payot et Rivages, Voir à ce sujet le livre de Leland Poague, Frank Capra Interviews, University Press of Mississipi, 2004, et notamment l entretien avec James R. Silke et Bruce Hentsell, qui a pour titre «One Man, One Film». 6 - Thomas Jefferson disait : "I would rather have a free press and no government, than a government and no free press." Dès 1928, dans l un de ses premiers films d importance, The Power of the Press, Capra s est efforcé de defendre ce métier et d illustrer les risques de dérive lorsque les appareils politiques mettent la main sur les médias. 7 - Le livre dirigé par Charles Wolfe, Meet John Doe, Rutgers University Press, 1989, offre plusieurs chapitres d analyse et contient le scénario intégral. 59

L ILLUSTRATION. Offre numérique pour les bibliothèques. JOURNAL UNIVERSEL La plus vivante des encyclopédies universelles NOUVEAU!

L ILLUSTRATION. Offre numérique pour les bibliothèques. JOURNAL UNIVERSEL La plus vivante des encyclopédies universelles NOUVEAU! L ILLUSTRATION JOURNAL UNIVERSEL La plus vivante des encyclopédies universelles NOUVEAU! Offre numérique pour les bibliothèques L Illustration : Entrez dans la légende! Un magazine de légende : L Illustration

Plus en détail

La presse. Le pouvoir de la presse

La presse. Le pouvoir de la presse La presse Le pouvoir de la presse Monsieur Smith au Sénat de Frank Capra est avant tout un film qui dénonce le pouvoir de la presse et de ceux qui la contrôlent. Mêlant hommes d affaires véreux, corruption

Plus en détail

Introduction : Le petit prince et Antoine de Saint-Exupéry

Introduction : Le petit prince et Antoine de Saint-Exupéry Introduction : Le petit prince et Antoine de Saint-Exupéry Utilisant ton livre (Notice Biographique pp. ix à xiv), répond aux questions suivantes. Il ne faut pas écrire en phrases complètes. 1. Où et quand

Plus en détail

Christian Broutin....si r ê v é e s

Christian Broutin....si r ê v é e s Christian Broutin Images si réelles...si r ê v é e s Dossier de Presse de l Exposition CHRISTIAN BROUTIN La Médiathèque Intercommunale du Père Castor vous présente l exposition Christian Broutin qui aura

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME

CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME CONVENTION EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME Nos droits, nos libertés 15 articles clés illustrés sur des t-shirts Nos droits, nos libertés Les droits de l homme appartiennent à chacun : homme, femme ou

Plus en détail

1 / 5 : Plan de l exposé. Je vais vous parler de Marcel Pagnol, écrivain et cinéaste français, du 20 ème siècle.

1 / 5 : Plan de l exposé. Je vais vous parler de Marcel Pagnol, écrivain et cinéaste français, du 20 ème siècle. 1 / 5 : Plan de l exposé Je vais vous parler de Marcel Pagnol, écrivain et cinéaste français, du 20 ème siècle. Mon exposé se déroulera en 3 parties : - le théâtre - le cinéma - les souvenirs Ces 3 chapitres

Plus en détail

3. Fiche d identité du Héros (personnage principal): Sa carte d identité : Son portrait physique : Son portrait moral ( caractère)

3. Fiche d identité du Héros (personnage principal): Sa carte d identité : Son portrait physique : Son portrait moral ( caractère) Questionnaire sur les albums Nom ; Prénom : Notez systématiquement les vignettes de référence pour justifier vos réponses 1. Présentation de la bande dessinée : Titre : Noms des auteurs : Scénariste :..

Plus en détail

Discours remise des prix en faculté de droit et de sciences politique

Discours remise des prix en faculté de droit et de sciences politique Discours remise des prix en faculté de droit et de sciences politique Mercredi 11 février 16h45 Aix-en-Provence- amphithéâtre Portalis Monsieur le Député-Maire, Monsieur le Recteur, Madame et Messieurs

Plus en détail

En début d année scolaire 2004, j ai choisi de suivre le séminaire de Monsieur Denis Barbet intitulé «Mots et symboles du politique».

En début d année scolaire 2004, j ai choisi de suivre le séminaire de Monsieur Denis Barbet intitulé «Mots et symboles du politique». En début d année scolaire 2004, j ai choisi de suivre le séminaire de Monsieur Denis Barbet intitulé «Mots et symboles du politique». Les mots étant les traducteurs de nos pensées et les symboles leur

Plus en détail

«Aimer» ça veut dire quoi?

«Aimer» ça veut dire quoi? «Aimer» ça veut dire quoi? Quand on parle de mariage il est toujours question d amour. Nous cherchons tous à vivre une belle histoire d amour qui dure toujours. Aimer l autre c est être amoureux, ça a

Plus en détail

Hitler. Images et représentations

Hitler. Images et représentations Hitler Images et représentations Images de propagande Portraits d Hitler Portrait officiel de Hitler placé dans les écoles et les locaux administratifs, 1938-1939 «Vive l Allemagne», affiche des années

Plus en détail

La comparaison du système dramatique de Corneille et de Racine

La comparaison du système dramatique de Corneille et de Racine La comparaison du système dramatique de Corneille et de Racine les documents Corneille: trois Discours et les Examens (1660). Racine : la Préface de «Bérénice» et «Bajazet» les règles les unités les gênent

Plus en détail

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS page 11 4 LES ÂGES DE LA VIE HUMAINE

SOMMAIRE. AVANT-PROPOS page 11 4 LES ÂGES DE LA VIE HUMAINE 4 LES ÂGES DE LA VIE HUMAINE SOMMAIRE AVANT-PROPOS page 11 1. LA BIOGRAPHIE, CHEMIN D HUMANISATION page 12 Réussir sa vie, 12 / La responsabilité de sa biographie, 14 / Le concept de Moi, 15 / Un journal

Plus en détail

PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011

PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011 PROGRAMME DE TROISIEME M. TURPIN ANNEE SCOLAIRE 2010/2011 INTRODUCTION (2 heures) PARTIE 1 1914/1945 : GUERRES-DEMOCRATIE-TOTALITARISMES (20 heures + 3) Hist 1. La 1 ère Guerre Mondiale et ses conséquences

Plus en détail

Cérémonie d accueil dans la citoyenneté française Jeudi 24 janvier Discours (Seul le prononcé fait foi)

Cérémonie d accueil dans la citoyenneté française Jeudi 24 janvier Discours (Seul le prononcé fait foi) Cérémonie d accueil dans la citoyenneté française Jeudi 24 janvier 2013 Discours (Seul le prononcé fait foi) Mesdames et Messieurs, Je suis heureux de vous accueillir aujourd hui à la Préfecture de l Orne,

Plus en détail

Visite officielle du Premier ministre en Roumanie Inauguration du lycée français Anna de Noailles. Discours du Premier ministre

Visite officielle du Premier ministre en Roumanie Inauguration du lycée français Anna de Noailles. Discours du Premier ministre Visite officielle du Premier ministre en Roumanie Inauguration du lycée français Anna de Noailles Discours du Premier ministre Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames

Plus en détail

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant

Plus en détail

Inauguration d un buste commémorant le passage de Martin Luther King à la Bourse du Travail Samedi 2 avril - 11h - Place Eugène Varlin

Inauguration d un buste commémorant le passage de Martin Luther King à la Bourse du Travail Samedi 2 avril - 11h - Place Eugène Varlin Inauguration d un buste commémorant le passage de Martin Luther King à la Bourse du Travail Samedi 2 avril - 11h - Place Eugène Varlin Monsieur le premier Adjoint au maire de Lyon et député du Rhône, Cher

Plus en détail

3/ Une contestation influencée par les expériences étrangères. 1/ Présenter le document : Nature, auteur et date.

3/ Une contestation influencée par les expériences étrangères. 1/ Présenter le document : Nature, auteur et date. 3/ Une contestation influencée par les expériences étrangères. 1/ Présenter le document : Nature, auteur et date. a/ Document 1 page 208. 1/ Livre de Voltaire écrit en 1734 après un séjour en Angleterre.

Plus en détail

MISE EN LIGNE DES ARCHIVES DE LA FONDATION

MISE EN LIGNE DES ARCHIVES DE LA FONDATION MISE EN LIGNE DES ARCHIVES DE LA FONDATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE 16/12/13 Croquis Costumes de théâtre et de bals Croquis de décor, L Aigle à deux têtes, 1978 troisième mise en ligne costumes de théâtre

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17 (8.008 signes) La reconnaissance du volontariat Quelles responsabilités pour le volontaire

Plus en détail

Monsieur le ministre, mes chers collègues,

Monsieur le ministre, mes chers collègues, Hommage à Nelson Mandela Intervention du Président du Sénat, M. Jean-Pierre Bel Mardi 10 décembre 2013 15h Monsieur le ministre, mes chers collègues, A quelques moments de l Histoire, au fil des siècles,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA TURQUIE ET DE SON ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE QUELLE POLITIQUE ADOPTER VIS-À-VIS DE LA TURQUIE?

OBSERVATOIRE DE LA TURQUIE ET DE SON ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE QUELLE POLITIQUE ADOPTER VIS-À-VIS DE LA TURQUIE? OBSERVATOIRE DE LA TURQUIE ET DE SON ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE QUELLE POLITIQUE ADOPTER VIS-À-VIS DE LA TURQUIE? LE POINT DE VUE DE PASCAL BONIFACE, DIRECTEUR DE L IRIS 30 janvier 2015 QUELLE POLITIQUE

Plus en détail

Diplôme National du Brevet - Session 2013

Diplôme National du Brevet - Session 2013 DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du

Plus en détail

3A HIDA 2015 Arts Plastiques Mme DAT. LA NATURE (Comment l artiste s inspire-t-il de la nature ou l intègre-t-il dans ses œuvres?)

3A HIDA 2015 Arts Plastiques Mme DAT. LA NATURE (Comment l artiste s inspire-t-il de la nature ou l intègre-t-il dans ses œuvres?) LA NATURE (Comment l artiste s inspire-t-il de la nature ou l intègre-t-il dans ses œuvres?) Photo 1 Présenter l œuvre Titre : Maison sur la cascade (Fallingwater) ou Maison Edgar J.Kaufmann Photo 2 Nom

Plus en détail

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE.

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. Jean Claude BOUAL Secrétaire général adjoint EGALE Les deux concepts de laïcité et de service public ont été forgés à la même époque, la fin du 19ème siècle et

Plus en détail

Auteur Illustrateur Editeur ollection Nombre de pages genre littéraire thème niveau de lecture l es résistances d e l œuvre ésumé de l histoire :

Auteur Illustrateur Editeur ollection Nombre de pages genre littéraire thème niveau de lecture l es résistances d e l œuvre ésumé de l histoire : Léon Auteur : TILLAGE Léon Walter Illustrateur : ROTH Susan L Editeur : l école des loisirs Collection : neuf Nombre de pages : 93 genre littéraire : roman autobiographique thème : ségrégation aux Etats-Unis

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DE LA COMMISSION DES ÉTUDES DE L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE 1 TITRE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DE LA COMMISSION DES ÉTUDES DE L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE 1 TITRE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DE LA COMMISSION DES ÉTUDES DE L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE Adoption 1998-10-22 CA-207-1702 Modifications 2008-09-17 EX-301-749

Plus en détail

Inauguration du parc Nelson Mandela Le vendredi 13 juin à 18h15

Inauguration du parc Nelson Mandela Le vendredi 13 juin à 18h15 Inauguration du parc Nelson Mandela Le vendredi 13 juin à 18h15 Monsieur le Premier Secrétaire de l Ambassade d Afrique du Sud, Mes chers collègues, Mesdames et Messieurs, Je veux vous dire l émotion qui

Plus en détail

http://biblio.bas-rhin.fr 1 Rendez-vous Les échos du passé En héritage Secrets L' ange gardien

http://biblio.bas-rhin.fr 1 Rendez-vous Les échos du passé En héritage Secrets L' ange gardien Rendez-vous Après 25 ans de mariage, Peter annonce à sa femme Paris sa décision de divorcer. Celle-ci se retrouve seule dans leur grande maison de la banlieue de New York. Avec le temps et l'aide d'un

Plus en détail

Voir Le Document Source

Voir Le Document Source Annexe II L'enseignement en troisième à dispositifs particuliers s'intègre à la cohérence d'ensemble des programmes du collège et du socle commun de connaissances et de compétences. Référentiel d'enseignement

Plus en détail

Monsieur X. Le café est rempli de fumée et la cigarette est interdite dans un cinéma. L homme qui sent le tabac (coupable).

Monsieur X. Le café est rempli de fumée et la cigarette est interdite dans un cinéma. L homme qui sent le tabac (coupable). N 21 Monsieur X Le café est rempli de fumée et la cigarette est interdite dans un cinéma. L homme qui sent le tabac (coupable). N 22 Le coup de chêne Harry ne connaissait pas les habitudes du banquier.

Plus en détail

- En 1940 quand la guerre éclate il gagne la France métropolitaine

- En 1940 quand la guerre éclate il gagne la France métropolitaine - Albert Camus naît en 1913 en Algérie, dans une famille pauvre - La mort de son père, la misère et la tuberculose expliquent son sentiment de l ABSURDE - Il étudie philosophie à Alger - 1937 L ENVERS

Plus en détail

alliance française french film Livret Du professeur

alliance française french film Livret Du professeur B1 alliance française french film 10 years festival Livret Du professeur Belle et Sébastien : l aventure continue Sommaire: Fiche technique...3 Pour travailler avec le f ilm en classe Niveau B1 Avant la

Plus en détail

Edward. The bitter years meets contemporary 28.SEPT CNA DUDELANGE LUXEMBOURG. CNA, 1 B rue du Centenaire, L-3475 Dudelange, Luxembourg

Edward. The bitter years meets contemporary 28.SEPT CNA DUDELANGE LUXEMBOURG. CNA, 1 B rue du Centenaire, L-3475 Dudelange, Luxembourg Edward STEichen s The bitter years meets contemporary photography 28.SEPT.2012 Visite presse 11.30 CNA DUDELANGE LUXEMBOURG State Street est fier de soutenir l exposition The Bitter Years CNA, 1 B rue

Plus en détail

Conférence de méthode d histoire Révolutions, empires et nations Une histoire politique du XIXe siècle européen

Conférence de méthode d histoire Révolutions, empires et nations Une histoire politique du XIXe siècle européen Collège universitaire Campus de Paris Première année - 2015-2016 David Colon Professeur agrégé d histoire à Sciences Po david.colon@sciencespo.fr Tel. : 06.80.89.38.54 Conférence de méthode d histoire

Plus en détail

et l exclusion sociale Le Québec PROGRESSE La lutte contre la pauvreté

et l exclusion sociale Le Québec PROGRESSE La lutte contre la pauvreté La lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Le Québec PROGRESSE MOT DE M. JEAN CHAREST PREMIER MINISTRE La société québécoise progresse dans sa lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, et

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS 0 PREFECTURE DE L'AUDE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS raa_spe_3_dec_2008_prud'homales_2008 décembre 2008 Publié le lundi 8 décembre 2008 52 rue Jean Bringer - BP 836-11012 CARCASSONNE CEDEX - http://www.aude.pref.gouv.fr

Plus en détail

Les élèves de 4 ème EGPA vous présentent le travail d une année autour du thème de la justice en partenariat avec l association «Justice et Ville» du

Les élèves de 4 ème EGPA vous présentent le travail d une année autour du thème de la justice en partenariat avec l association «Justice et Ville» du Les élèves de 4 ème EGPA vous présentent le travail d une année autour du thème de la justice en partenariat avec l association «Justice et Ville» du Tribunal de Grande Instance de Créteil. Définition:

Plus en détail

Méditation-Homélie pour le «JEUDI SAINT» Le service et l institution de l Eucharistie.

Méditation-Homélie pour le «JEUDI SAINT» Le service et l institution de l Eucharistie. Mes Frères, Méditation-Homélie pour le «JEUDI SAINT» Le service et l institution de l Eucharistie. Quel contraste entre l extrême douceur de ce qui se passe ce soir, et l extrême douleur de ce qui se passera

Plus en détail

II. Le philosophe : «l ami de la Sagesse» Philosopher : une méthode pour grandir en liberté

II. Le philosophe : «l ami de la Sagesse» Philosopher : une méthode pour grandir en liberté II. Le philosophe : «l ami de la Sagesse» Philosopher : une méthode pour grandir en liberté Philosophie, TES et TS Sommaire 1 Le philosophe n est pas un sophiste 2 3 4 5 Le philosophe n est pas un sophiste

Plus en détail

PARTIE 3 - PEDAGOGIE DES DROITS HUMAINS. Les droits de l Homme en général

PARTIE 3 - PEDAGOGIE DES DROITS HUMAINS. Les droits de l Homme en général PARTIE 3 - PEDAGOGIE DES DROITS HUMAINS 2. Jeux pédagogiques Les droits de l Homme en général Article premier de la DUDH Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont

Plus en détail

La moquerie Épisode 47

La moquerie Épisode 47 La moquerie Épisode 47 Fiche pédagogique Cet épisode présente plusieurs relations de moquerie : il y a Laurent qui a peur de faire rire de lui pour les photos de la publicité; François qui rit des publicités

Plus en détail

De Gaulle et l Amérique latine Colloque international Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2012

De Gaulle et l Amérique latine Colloque international Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2012 De Gaulle et l Amérique latine Colloque international Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2012 Maison de l Amérique latine 217, boulevard Saint-Germain, Paris 7 ème JEUDI 18 OCTOBRE 2012 9h. Ouverture du colloque

Plus en détail

PAS DE citoyenneté sans culture!

PAS DE citoyenneté sans culture! PAS DE citoyenneté sans culture! VENDREDI 27 NOV 2015 LES CHAMPS LIBRES RENNES 2 es RENCONTRES PHILOSOPHIQUES DE LA CULTURE Rencontres organisées par l Observatoire des politiques culturelles, Les Champs

Plus en détail

Combien compte-t-on de femmes à la présidence d une université?

Combien compte-t-on de femmes à la présidence d une université? Combien compte-t-on de femmes à la présidence d une université? Vingt universités sont baptisées du nom d une figure intellectuelle. Mais combien portent le nom d une femme? Quel est le pourcentage de

Plus en détail

SÉQUENCE RÉALITÉS ET LIMITES DE LA PUISSANCE DE L UNION EUROPÉENNE

SÉQUENCE RÉALITÉS ET LIMITES DE LA PUISSANCE DE L UNION EUROPÉENNE SÉQUENCE RÉALITÉS ET LIMITES DE LA PUISSANCE DE L Philippe Clémence - Pierre Guillotin SÉANCE 2.2 : LE RAYONNEMENT DE L À L ÉCHELLE MONDIALE Schéma de synthèse et tableau-légende vierges (documents n 8

Plus en détail

Comment permettre aux personnes handicapées de participer à la vie politique et publique

Comment permettre aux personnes handicapées de participer à la vie politique et publique Recommandations du Conseil de l Europe aux gouvernements européens Comment permettre aux personnes handicapées de participer à la vie politique et publique Recommandation CM/Rec(2011)14 Version facile

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. ACT lance une campagne de financement participatif! Objectif : euros Date limite : 9 mai 2016

DOSSIER DE PRESSE. ACT lance une campagne de financement participatif! Objectif : euros Date limite : 9 mai 2016 DOSSIER DE PRESSE ACT lance une campagne de financement participatif! Objectif : 12000 euros Date limite : 9 mai 2016 ULULE.FR/APPROCHES-CULTURES-ET-TERRITOIRES Dans ce dossier : Communiqué...2 L action

Plus en détail

Programme des enseignements DAEU- A Année

Programme des enseignements DAEU- A Année des enseignements DAEU- A Année 2015-2016 Modules obligatoires FRANÇAIS (75 h) Sites de Metz et Nancy Test commun. Ce test se compose de questions sur un texte de réflexion (12 pts) et d une courte rédaction

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

Domaine : Arts visuels

Domaine : Arts visuels Domaine : Arts visuels «L école fait son cinéma» Projet sur l art cinématographique en lien à une participation au dispositif national «École et cinéma». CPD Arts Visuels 94 Ecole et cinéma Le dispositif

Plus en détail

Dossier prof Vote étrangers Fce. Document 1 (Belin HG CAP)

Dossier prof Vote étrangers Fce. Document 1 (Belin HG CAP) Document 1 (Belin HG CAP) 1 Document 2 (Belin HGCAP) 2 Document 3 (Belin HGCAP) 3 Document 4 Rêves de France à Marseille (Belin HG CAP) 4 Document 5 Comparaison avec le cas Portugais (Belin HG CAP) 5 Document

Plus en détail

OÙ SONT LES FEMMES. Bilan

OÙ SONT LES FEMMES. Bilan OÙ SONT LES FEMMES? Bilan 2012-2017 LES FEMMES DANS LE SPECTACLE VIVANT (2012-2017) Les artistes Les femmes représentent : 52 % des étudiant.e.s en spectacle vivant 1 et seulement : 1 % 4 % 5 % 21 % 23

Plus en détail

(République arabe d Egypte)

(République arabe d Egypte) LOI Nº 94 DE L ANNÉE 2003 RELATIVE À LA CRÉATION DU CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L HOMME (*) (République arabe d Egypte) Au nom du peuple Le Président de la République L Assemblée du peuple a adopté

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Installation du comité opérationnel de lutte contre le racisme et l antisémitisme dans le département de la Vienne

DOSSIER DE PRESSE. Installation du comité opérationnel de lutte contre le racisme et l antisémitisme dans le département de la Vienne DOSSIER DE PRESSE Installation du comité opérationnel de lutte contre le racisme et l antisémitisme dans le département de la Vienne Jeudi 31 mars 2016 à 10h à la préfecture de la Vienne Contact presse

Plus en détail

du 9 mars au 4 juin 2016

du 9 mars au 4 juin 2016 DOSSIER PÉDAGOGIQUE Exposition: Adèle d Affry (1836-1879) - Marcello Femme artiste entre cour et bohème du 9 mars au 4 juin 2016 Musée des Suisses dans le Monde Musée des Suisses dans le Monde 18 chemin

Plus en détail

Durées des séquences vidéos

Durées des séquences vidéos CULTURE Durées des séquences vidéos Séance de Lancement KIM et NOÉ - CULTURE : Le programme! KIM et NOÉ - CATÉCHÈSE : L itinéraire! 5 36 1 11 Séquence 1 Temps et rythmes Le temps qui passe 1 33 5 17 Regarder

Plus en détail

Dossier : La dynastie belge

Dossier : La dynastie belge Dossier : La dynastie belge LÉOPOLD DE SAXE-COBOURG-GOTHA EST ÉLU PREMIER ROI DES BELGES EN 1831. Léopold 1er est né en Saxe, qui est une région située en Allemagne. Cobourg et Gotha sont deux villes de

Plus en détail

Plan de dissertation La Centralisation aux Etats-Unis

Plan de dissertation La Centralisation aux Etats-Unis LEFEBVRE Charlotte LEHALLE Alexis MAQUINGHEN Arnaud Conférence d Histoire de M. David COLON Plan de dissertation La Centralisation aux Etats-Unis Parler de centralisation aux Etats-Unis peut sembler paradoxal

Plus en détail

Testament spirituel de Julien Green

Testament spirituel de Julien Green Guy Brunelle S.C. Testament spirituel de Julien Green dans En avant par-dessus les tombes (Journal 1996-1997) et Le Grand Large du soir (Journal 1997-1998) 2008 1 PRÉSENTATION En juillet 1998, il y a maintenant

Plus en détail

Union des Églises protestantes d Alsace et de Lorraine

Union des Églises protestantes d Alsace et de Lorraine Union des Églises protestantes d Alsace et de Lorraine Service Communication Contact presse : Bernard Guillot 1 bis quai Saint-Thomas - BP 80022-67081 Strasbourg cedex / 03 88 25 90 32 / bernard.guillot@uepal.fr

Plus en détail

Le genre : une fiction appartenant au mouvement néo-réaliste

Le genre : une fiction appartenant au mouvement néo-réaliste Le voleur de Bicyclette Vittorio De Sica Italie 1948 «Plus d acteurs, plus d histoire, plus de mise en scène, c'est-à-dire enfin dans l illusion esthétique parfaite de la réalité : plus de cinéma.» André

Plus en détail

Référen el des thèmes de la forma on civique et citoyenne

Référen el des thèmes de la forma on civique et citoyenne Référen el des thèmes de la forma on civique et citoyenne L organisationr la programmation et le déroulement des journées consacrées à la formation civique et citoyenne des volontaires du Service Civique

Plus en détail

Au moins 80 des 110 milliardaires russes, détenant 35 % des. richesses du pays, vivent dans la capitale. Ces nouveaux riches ont

Au moins 80 des 110 milliardaires russes, détenant 35 % des. richesses du pays, vivent dans la capitale. Ces nouveaux riches ont Doc 4 p. 215 Des inégalités sociales qui se creusent à Moscou Au moins 80 des 110 milliardaires russes, détenant 35 % des richesses du pays, vivent dans la capitale. Ces nouveaux riches ont transformé

Plus en détail

Etre une femme déficiente intellectuelle et désirer avoir un enfant

Etre une femme déficiente intellectuelle et désirer avoir un enfant 1 Etre une femme déficiente intellectuelle et désirer avoir un enfant Le Contexte La procréation et la parentalité des femmes handicapées mentales est encore à l heure actuelle un sujet tabou. Cependant,

Plus en détail

«Moi aussi, je sais une chose étrange, tellement étrange, qu'elle a été l'obsession de ma vie Il m'est demeuré de ce jour-là une marque, une

«Moi aussi, je sais une chose étrange, tellement étrange, qu'elle a été l'obsession de ma vie Il m'est demeuré de ce jour-là une marque, une «Moi aussi, je sais une chose étrange, tellement étrange, qu'elle a été l'obsession de ma vie Il m'est demeuré de ce jour-là une marque, une empreinte de peur, me comprenezvous? Oui, j'ai subi l'horrible

Plus en détail

maquette et lettrage express : Stéphane Dupont impression : Rotographie Montreuil février 2016

maquette et lettrage express : Stéphane Dupont impression : Rotographie Montreuil février 2016 C est quoi ce kit? Les multinationales se comportent comme des superprédateurs exploitant partout les peuples et la nature pour mieux satisfaire leurs exigences de profit. Ces requins croient n avoir plus

Plus en détail

Ma Mairie et Moi. Objectifs opérationnels. Une démarche globale qui peut être séquencée. Moyens pédagogiques. Les effets attendus

Ma Mairie et Moi. Objectifs opérationnels. Une démarche globale qui peut être séquencée. Moyens pédagogiques. Les effets attendus Ma Mairie et Moi Intervenante(s) : Un intervenant d ANI et un animateur de la structure d accueil Connaître la mairie et son fonctionnement Identifier les acteurs institutionnels de la mairie Identifier

Plus en détail

L'hebdo de la semaine du lundi 12 janvier 2014

L'hebdo de la semaine du lundi 12 janvier 2014 L'hebdo de la semaine du lundi 12 janvier 2014 Charlie Hebdo : attentat contre la liberté d expression Mercredi dernier, un terrible attentat (c est notre «mot du jour») a eu lieu dans les locaux du journal

Plus en détail

AVIGNON Retour de la Comédie-Française et hommage à André Benedetto

AVIGNON Retour de la Comédie-Française et hommage à André Benedetto L édition 2016 d Avignon est d ores et déjà placée sous le signe de la chaleur, avec plus de 35 C chaque jour. Cela n empêche pas les festivaliers d arriver pour découvrir l exceptionnelle programmation

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS Ministère des Transports

PLAN STRATÉGIQUE DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS Ministère des Transports PLAN STRATÉGIQUE DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS 2001-2004 Ministère des Transports Ce document a été produit par la Direction de la planification et du partenariat. Pour en obtenir d'autres exemplaires, il

Plus en détail

CINÉMAG 3e trimestre de l année scolaire Ecole élémentaire A. Couprie

CINÉMAG 3e trimestre de l année scolaire Ecole élémentaire A. Couprie CINÉMAG 3e trimestre de l année scolaire 2013-2014 Ecole élémentaire A. Couprie Nous sommes heureux de vous présenter Cinémag, magasine trimestriel de partage autour des films visionnés au cours de l'année.

Plus en détail

FICHE 3A : LE CONTEXTE HISTORIQUE A TRAVERS L ART

FICHE 3A : LE CONTEXTE HISTORIQUE A TRAVERS L ART 1 FICHE 3A : LE CONTEXTE HISTORIQUE A TRAVERS L ART Durée de la séance : une séance de 45 min à 1h Matériel o 1 exemplaire du livre par enfant ou pour 2 Supports o Fiches élèves LES ENJEUX DANS LES PROGRAMMES

Plus en détail

Livre pour les Sourds

Livre pour les Sourds Livre pour les Sourds (version français sourd) Établir la communication Service d interprétation pour personnes sourdes de l Estrie 1 Explications personnes qui dans le livre Malentendant ou Sourd gestuel

Plus en détail

Livre pour les Sourds

Livre pour les Sourds Livre pour les Sourds (version français sourd) Établir la communication Service d interprétation pour personnes sourdes de l Estrie 1 Responsable interprète quoi? 2 Si toi problème, besoin information

Plus en détail

Le fil rouge Web social et évaluation de l information par les usagers Qu est-ce qui change, à travers : les modèles d autorité les représentations, l

Le fil rouge Web social et évaluation de l information par les usagers Qu est-ce qui change, à travers : les modèles d autorité les représentations, l Journée d étude Médiadix / Urfist Paris 10 décembre 2010 Le web 2.0 : nouveaux services ou effet de mode? L évaluation de l'information à l'heure du web 2 : entre changement et continuité Alexandre Serres,

Plus en détail

Les mêmes chances. Toujours. Année thématique de la lutte contre le racisme Haute Autorité fédérale de lutte contre les discriminations

Les mêmes chances. Toujours. Année thématique de la lutte contre le racisme Haute Autorité fédérale de lutte contre les discriminations Les mêmes chances. Toujours. Année thématique de la lutte contre le racisme 2014 Haute Autorité fédérale de lutte contre les discriminations Le racisme nous concerne tous Pas d appartement, pas d offre

Plus en détail

1.3 Noël, fête de la naissance de Jésus

1.3 Noël, fête de la naissance de Jésus 1.3 Noël, fête de la naissance de Jésus Parcours de catéchèse Trésor de la foi réaménagé Les animateurs auront préparé une couronne de l Avent avant la rencontre ou L avent, temps de l attente 1. accueil,

Plus en détail

HISTOIRE / MA L absolutisme et sa remise en cause Page 1 Fiches de révision

HISTOIRE / MA L absolutisme et sa remise en cause Page 1 Fiches de révision HISTOIRE / MA L absolutisme et sa remise en cause Page 1 1. Complétez le texte à l aide de la liste de mots : Anne d Autriche ; vendre ; coutumes ; service ; noblesse ; Vauban ; nobles ; fondamentales

Plus en détail

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L AUDE

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L AUDE ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L AUDE Concours Avoir 14 ans en Europe Les témoignages de guerre sur la toile Petite sélection... Les témoignages de guerre sur la toile... Cette sélection n est bien sûr pas

Plus en détail

CAPES interne d histoire et de géographie

CAPES interne d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Table des matières. Préface Trop de siècles en un?...3. Croissance économique et mondialisation ( )... 7

Table des matières. Préface Trop de siècles en un?...3. Croissance économique et mondialisation ( )... 7 Préface Trop de siècles en un?...3 Chapitre I Croissance économique et mondialisation (1870-1939)... 7 Fiche 1. Croissance et crises mondiales de 1870 à 1914...9 Fiche 2. L apogée de l économie-monde britannique

Plus en détail

Sauvegarde et mise en valeur du patrimoine nantais

Sauvegarde et mise en valeur du patrimoine nantais ANNEE 01-013 COLLECTION "LES MEMOIRES DE L ESPI" Sauvegarde et mise en valeur du patrimoine nantais Viktor BERANGER Cycle Gestionnaires d Affaires Immobilières Professeur : M. Fabrice SANCHEZ www.edilivre.com

Plus en détail

COLLOQUE Pierre Mendès France et Charles de Gaulle «deux passions françaises»

COLLOQUE Pierre Mendès France et Charles de Gaulle «deux passions françaises» INSTITUT PIERRE MENDES FRANCE 3 rue d Ulm 75005 Paris Téléphone : 01 44 27 18 80/18 81 - Fax : 01 44 27 18 82 ipmf@college-de-france.fr www.mendes-france.fr COLLOQUE Pierre Mendès France et Charles de

Plus en détail

V. Napoléon I er met-il fin à la Révolution en renforçant son pouvoir?

V. Napoléon I er met-il fin à la Révolution en renforçant son pouvoir? V. Napoléon I er met-il fin à la Révolution en renforçant son pouvoir? 1. Doc. 1 : Comment souhaite-t-il finir la Révolution? Doc. 1. Les objectifs du Consulat selon Bonaparte J entends que mon gouvernement

Plus en détail

CANNES ACID MLD Films présente. un film de Damien Manivel. Avec Naomie Vogt-Roby, Maxime Bachellerie, Sobere Sessouma.

CANNES ACID MLD Films présente. un film de Damien Manivel. Avec Naomie Vogt-Roby, Maxime Bachellerie, Sobere Sessouma. CANNES ACID 2016 MLD Films présente un film de Damien Manivel Atsuko Kimora Avec Naomie Vogt-Roby, Maxime Bachellerie, Sobere Sessouma Synopsis C est l été, deux adolescents ont leur premier rendez-vous

Plus en détail

Sommaire ANTHOLOGIE. Avant-propos par Maryvonne de Saint Pulgent Introduction par Philippe Poirrier... 19

Sommaire ANTHOLOGIE. Avant-propos par Maryvonne de Saint Pulgent Introduction par Philippe Poirrier... 19 Avant-propos par Maryvonne de Saint Pulgent.... 17 Introduction par Philippe Poirrier... 19 ANTHOLOGIE Jeanne Laurent La République et les Beaux-Arts Paris, Julliard, 1955. Chap. III p. 164-169... 43 Robert

Plus en détail

Louis Roville 1900-1989 77 J 1-8

Louis Roville 1900-1989 77 J 1-8 Louis Roville 1900-1989 77 J 1-8 Répertoire numérique détaillé établi par Denis Bénichou et Julien Mazel, étudiants du DESS Archives de l Université Lyon III 2006 INTRODUCTION GÉNÉRALE Le fonds privé familial

Plus en détail

Cause / concession. Théorie. LES EXERCICES DE FRANÇAIS DU CCDMD DÉFINITIONS NOTIONS. Cause

Cause / concession. Théorie. LES EXERCICES DE FRANÇAIS DU CCDMD  DÉFINITIONS NOTIONS. Cause CAUSE COHÉRENCE / CONCESSION TEXTUELLE 1 Subordination avec l indicatif Cause / concession DÉFINITIONS Théorie Phrase de niveau supérieur : c est une phrase qui constitue un énoncé complet et dont dépend

Plus en détail

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon. A l occasion de la cérémonie en mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon. A l occasion de la cérémonie en mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001 Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion de la cérémonie en mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001 Monument des Droits de L Homme Parc de la Tête d Or, Lyon

Plus en détail

Assemblée générale du 08/01/2013. Philippe Rousselet Secrétaire Général

Assemblée générale du 08/01/2013. Philippe Rousselet Secrétaire Général Assemblée générale du 08/01/2013 Philippe Rousselet Secrétaire Général Ordre du jour Tour de table nouveaux membres ELITT AFIMB Bilan &Perspectives L état du marché les Assises des TECT Groupes de Travail

Plus en détail

Notes pour l allocution de M me Diane Bellemare Vice-présidente à la recherche Conseil du patronat du Québec

Notes pour l allocution de M me Diane Bellemare Vice-présidente à la recherche Conseil du patronat du Québec Notes pour l allocution de M me Diane Bellemare Vice-présidente à la recherche Conseil du patronat du Québec Lors du Forum sur les relations du travail de l'ordre des conseillers en ressources humaines

Plus en détail

L enfant et son Ombre :

L enfant et son Ombre : L enfant et son Ombre : Pédagogie du théâtre d ombre pour l enfant 1 ) Une petite histoire De toutes les formes de spectacle vivant, le théâtre d ombre est sans aucun doute l une des plus anciennes. Et

Plus en détail

Outil d éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, ce kit comprend :

Outil d éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, ce kit comprend : PRESENTATION DE L OUTIL USB En 2002, dix ans après le Sommet de la Terre de Rio, la communauté internationale s est réunie à Johannesburg afin de faire le point sur la mise en œuvre des décisions prises

Plus en détail

Mieux comprendre L ARTICLE 23. D é m a r c h e p e r s o n n e l l e

Mieux comprendre L ARTICLE 23. D é m a r c h e p e r s o n n e l l e Module 5 Approfondissement Mieux comprendre L ARTICLE 23 D é m a r c h e p e r s o n n e l l e Objectifs du module Découvrir l historique de la Charte canadienne des droits et libertés Pouvoir expliquer

Plus en détail

Jeudi 21 janvier 2016

Jeudi 21 janvier 2016 ELECTION DE 10 MEMBRES Comité Directeur du Stade Français -------- Jeudi 21 janvier 2016 ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE PRESENTATION DES CANDIDATS ATTENTION : Cette notice n'est pas le bulletin de vote officiel

Plus en détail

Paris City sur Hudson

Paris City sur Hudson Bruno Grégoire Paris City sur Hudson Ceci n est qu un appendice, cher Alain, à ta prodigieuse plongée en celle de quel amour blessée... Je suis de ceux qui ont gardé en eux ce refrain d une chanson d Yves

Plus en détail

Préparation à la projection Objectifs : Hypothèses sur le film à partir de l étude...

Préparation à la projection Objectifs : Hypothèses sur le film à partir de l étude... Préparation à la projection Objectifs : - Interroger l affiche du film au moment de sa sortie en salle en 1937 - Poursuivre ce questionnement autour du film à partir de l analyse des séquences d ouverture

Plus en détail

La Gazette se fait des films. Créée par Léa Schneeberger

La Gazette se fait des films. Créée par Léa Schneeberger La Gazette se fait des films Créée par Léa Schneeberger Introduction Gazette 2016 Je suis une grande rêveuse, c est pour cela que j adore le cinéma et les parcs d attractions. Je pense que ce qui me plait

Plus en détail