La prise en compte de la diversité des élèves. à l école. Quelques pistes de réflexions pour gérer l hétérogénéité des classes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prise en compte de la diversité des élèves. à l école. Quelques pistes de réflexions pour gérer l hétérogénéité des classes"

Transcription

1 La prise en compte de la diversité des élèves à l école Quelques pistes de réflexions pour gérer l hétérogénéité des classes IUFM de l Académie de Montpellier Site de Montpellier Mémoire professionnel PE2 soutenu en mai 2002 Ecrit par Thierry Chavent Tuteur de mémoire : Germain Cambon

2 Résumé (summary) Ce mémoire s intéresse à la diversité des élèves rencontrée dans les classes. En terme de niveau scolaire particulièrement, cette diversité pose problème à l enseignant. Son constat s avère flagrant et des solutions pour la gérer doivent être étudiées. En ce sens, j ai entrepris une réflexion sur le sujet, qui m a amené à proposer des réponses dans les classes. This memoir is about the diversity of the children in classrooms. Concerning school standards, this diversity is a problem for teachers. Its observation is flagrant and some answers to manage it must be elaborate. So I initiated a study about this subject that led me to propose several things in the classrooms I taught. MOTS-CLES : Diversité Hétérogénéité Besoins Attentes Gérer Solutions Difficultés

3 Mention et opinion motivée du jury :

4 Sommaire Introduction.. 1 I Constat et origine de la diversité. 3 I.1 Le constat. 3 I.1.1 L émergence du phénomène... 3 I.1.2 Le constat dans les classes.. 4 I.2 Les origines de la diversité.. 5 I.2.1 Les facteurs externes 5 I.2.2 Les facteurs internes 6 I Les handicaps. 6 I Le style cognitif et le profil pédagogique. 7 II Vers une différenciation de la pédagogie.. 10 II.1 Pourquoi différencier la pédagogie?. 10 II.2 Détecter la diversité 11 II.2.1 Mise en place d un dialogue. 11 II.2.2 L évaluation diagnostique.. 12 II.3 Comment prendre en compte la diversité?.. 13 II.3.1 Une différenciation simultanée : création de groupes de besoins 13 II Mise en place de groupes de besoins en lecture 14 II Mise place de groupes de besoins en mathématiques 15 II Distinction entre groupes de besoins et groupes de niveaux..17 II.3.2 Bilan, apports et perspectives de la pratique.. 17 II.3.3 D autres formes de différenciation 19 II La gestion des cas difficiles 19 II La différentiation successive II Remarques sur le travail en groupes.. 22 II L outil informatique II Les fichiers autocorrectifs 24 II D autres possibilités Conclusion... 27

5 Introduction Dès mes premières expériences dans les classes j ai été frappé par la diversité du public auquel j ai eu à faire. Les différences de niveau entre les élèves (qui peuvent avoir des origines diverses, on le verra) s avèrent souvent considérables. Lors de la totalité de mes stages dans différents niveaux (6 stages en tout, jusqu à maintenant) j ai été confronté, de manière souvent différente, mais toujours frappante, à ce problème. Que faire pour gérer cette hétérogénéité? Une réflexion approfondie basée sur des expériences de terrain, des échanges avec les maîtres et formateurs, des lectures, me permet d élaborer quelques pistes de réflexion sur le sujet, quelques réponses possibles. A partir de là, j ai envisagé un certain nombre d actions dans le but de faire face à cette difficulté, que l on peut, je crois, généraliser à toutes les classes. C est un défi à mener, difficile mais nécessaire. Il n y a pas de solutions toutes faites et le jeune enseignant se sent souvent un peu désarmé. De plus, chaque cas est différent. Cela dit, en essayant d être à l écoute de chacun, il peut-être possible d adopter un comportement au plus proche de chaque élève afin de répondre à ses besoins et à ses attentes par des actions précises et ciblées. Dans un premier temps, je me propose d établir un constat de la diversité, d abord de manière générale, puis plus centré sur mes propres observations, ce qui m amènera à distinguer plusieurs cas. Il sera également utile de déterminer les facteurs de cette diversité. 1

6 Ensuite, nous verrons quels peuvent être les moyens de détecter la diversité, en présentant notamment l évaluation diagnostique. En effet, faire le point sur les connaissances des élèves s avère primordial avant d entreprendre un dispositif pédagogique. Enfin, nous montrerons comment il peut être possible de prendre en compte cette diversité, en s intéressant, entre autres moyens, à l organisation de la classe en groupes de besoins qui constituera une manière de pratiquer une véritable pédagogie différenciée. 2

7 I. Constat et origines de la diversité I.1 Le constat I.1.1 L émergence du phénomène Autrefois, la diversité (on parle aussi d hétérogénéité) était perçue comme relativement naturelle car la classe rurale à plusieurs niveaux avait pour nature d accueillir des élèves d âge et de performances variés. C est à partir des années 70-80, avec la reconnaissance des différences individuelles que l on commence à prendre en compte l extrême diversité des élèves. Avant 1970, on attribuait aux enfants eux-mêmes l origine de leur échec (capacités intellectuelles trop faibles, etc. ). Ce fut donc le premier pas vers une pédagogie différenciée. La réforme Haby en 1975, avec la création du collège unique et l indifférenciation de toutes les 6èmes, a engendré de nombreux problèmes : La suppression des filières a conduit à la création de classes très hétérogènes, les élèves ayant des niveaux de compétences très variés. Les maîtres ont alors éprouvé des difficultés à enseigner. Ainsi, différencier la pédagogie est devenu indéniable et primordial. C est en 1979 qu est apparue pour la première fois l expression pédagogie différenciée dans les Instructions Officielles. Par la suite, la loi d orientation sur l éducation (1989) a défini les nouvelles tâches du système éducatif, en insistant sur «l égalité des chances» pour tous. Cette nouvelle politique se fonde sur l affirmation des différences. Pour cela, la loi d orientation définit, dans son article 4, l enseignement comme : «Un enseignement adapté à la diversité des élèves, par une continuité au cours de chaque cycle et tout au long de la scolarité». 3

8 Le système scolaire s adaptant aux enfants devient plus souple. L enfant est donc considéré tel qu il est et non pas tel qu il devrait être. I.1.2 Le constat dans les classes Comme je l ai dit en introduction, j ai été confronté à la grande diversité des élèves lors de tous mes stages. En terme de niveau scolaire, j ai constaté une grande similitude dans les 4 stages que j ai effectués cette année, dans 4 classes de cycle 2 et 3 ( 1 CM1, 2 CE1 et 1 CP). Toutes ces écoles se situant dans des milieux que l on peut qualifier de «relativement privilégiés» (Jeu de mail, Aiguelongue, avenue d Assas et Pérols). A chaque fois, je retrouvais la même «distribution» : 3 ou 4 élèves très bons, voire excellents, une quinzaine d élèves assez bons à bons, 2 ou 3 élèves en légère difficulté et surtout 1 ou 2 élèves en très grosse difficulté (pour des raisons qui peuvent être diverses, nous allons le voir). Il peut être intéressant de citer et de décrire brièvement ces élèves «particuliers» : -Damir, CM1, autiste léger (syndrome de Asperger) : retard moteur et, bien sûr, handicap communicationnel. -Kevin, CE1, infirme moteur cérébral : retard moteur. -Michel, CE1, non lecteur. Il est arrivé il y a peu de temps en France ; ses parents ont refusé un redoublement du CP. -Houda, CE1, élève placée en foyer d accueil. Elle a de bonnes capacités intellectuelles (lit couramment ), mais présente une grande instabilité, récalcitrante au travail et comportement violent. -Jason, CP, a redoublé la GS et le CP. De grosses difficultés de compréhension. Aucune compétence en lecture. 4

9 Je pourrais également citer Clara, que j ai eue en petite section l an dernier. Atteinte d une forme grave de mucoviscidose, elle fréquentait très peu l école et prenait donc du retard dans les apprentissages. Très fragile, il fallait la surveiller de près lorsqu elle était là. Il est indispensable de s occuper individuellement de ces élèves sinon, on passe complètement à coté d eux et on risque parfois de voir le fonctionnement de la classe perturbé (des enfants livrés à un eux-mêmes, se sentant délaissés, peuvent se montrer vite intenables ). Nous verrons plus loin ce qu il peut être fait pour les gérer. Le problème étant que la gestion de ces «cas à part» demande un investissement et une implication importante et qu il est ensuite difficile de gérer l hétérogénéité existante dans le reste de la classe. I.2 Les origines de la diversité Avant de pouvoir détecter et gérer la diversité, il est nécessaire d en analyser les causes. On peut distinguer deux grands facteurs : les facteurs externes et les facteurs internes. I.2.1 Les facteurs externes Ils relèvent de l environnement de la personne. Le facteur externe est donc essentiellement social : En effet, au niveau socioculturel, les valeurs, les croyances, les histoires familiales, les codes de langage et les types de socialisation diffèrent selon l origine sociale. Suivant les milieux auxquels ils appartiennent, les enfants possèdent ou non des livres, des ordinateurs, des parents disponibles et instruits il y a donc une injustice en ce qui concerne les travaux à la maison, et d'une manière générale, l accompagnement et le suivi scolaire des 5

10 enfants. La participation des parents et la présence de livres dans l univers de l enfant jouent d ailleurs un rôle important en début de scolarisation : certains enfants arrivent en maternelle avec déjà une bonne maîtrise de l oral, d autres parviennent à peine à s exprimer. «La distance culturelle qui sépare un enfant des savoirs scolaires est plus ou moins grande selon que sa famille s inscrit dans tel ou tel groupe social, selon que ses pratiques quotidiennes relèvent de tel ou tel mode de vie.» (MEN, «la maîtrise de la langue à l école»). «L école est en connivence culturelle avec les classes favorisées.» (Bourdieu). J ai personnellement pu constater, au cours de mes stages, qu il y a plus de bons élèves parmi les enfants dont les parents sont d un niveau socioprofessionnel élevé par rapport à ceux dont les parents sont d un niveau socioprofessionnel bas (ce qui ne veut pas dire qu il n y ait pas de bons élèves parmi ces derniers, loin de là). La majorité des enfants d origine magrébine auxquels j ai eu à faire se sont montrés plutôt bons élèves et travailleurs, surtout les filles (il faut préciser que je ne suis pas allé en ZEP, où les choses sont peut-être un peu différentes). Enfin, les enfants de culture gitane que j ai eus étaient bien intégrés dans la classe et n avaient pas de difficultés majeures. Ils étaient régulièrement présents durant la période où j étais en poste. Naturellement, je fais part ici de mes expériences personnelles et je conçois tout à fait que les situations ne soient pas les mêmes partout. I.2.2 Les facteurs internes I Les handicaps La présence d élèves handicapés dans les classes est une réalité à laquelle j ai été confronté à plusieurs reprises. Leurs degrés de handicap ont été jugés compatibles avec une scolarité «normale». J ai notamment rencontré, à l occasion de stages, deux handicapés mentaux. 6

11 Leurs handicaps (infirmité cérébrale motrice et autisme) sont évidemment un obstacle à leurs apprentissages et les progrès qu ils effectuent resteront toujours limités. Toutefois, ces élèves étant dans la classe, il faut les prendre en charge le mieux possible, en respectant leurs singularités tout en essayant de favoriser leurs intégrations et leurs évolutions. A l occasion d une journée d observation en maternelle, j ai pu noter également la présence dans la classe d un enfant sourd et muet. Ces enfants, non agressifs, se sont montrés attachants et finalement «gérables» dans la classe même si on se demande parfois si leur instruction relève directement de notre compétence I Le style cognitif et le profil pédagogique Les élèves sont différents et ces différences se situent à plusieurs niveaux : - Au niveau psycho-affectif, le vécu et la personnalité des individus déterminent leur motivation, leur créativité, leur volonté, leur curiosité et leurs rythmes d apprentissages. - Au niveau cognitif, les processus mentaux d acquisition des connaissances dépendent des représentations, des stades de développement opératoires, des modes de pensée et des stratégies d apprentissage que chacun développe différemment. Deux facteurs plus spécifiques sont en prendre en compte au cours de la mise place d une pratique de pédagogie différenciée : Le style cognitif et le profil pédagogique défini par Antoine de la Garanderie. - Le style cognitif On distingue chez les élèves deux attitudes correspondant à une dépendance ou une indépendance par rapport à l environnement ( ou dépendance ou indépendance du champ). Les individus ayant une attitude indépendante du champ recherchent peu les informations venant de l extérieur, et leurs apprentissages sont peu liés au contexte social et affectif. Ils ont tendance à faire confiance aux repères personnels, d origine interne, à restructurer personnellement les données, à auto-définir leurs buts. Par contre, dans le cas d une 7

12 dépendance, les individus font plus confiance aux informations venant de l extérieur. Le contexte social et affectif est très important pour eux. Ils ont tendance à restituer les données telles qu elles ont été proposées et ont besoin de buts externes. En fonction d une sensibilité plus ou moins importante par rapport au contexte humain, le maître devra utiliser avec discernement le travail de groupes et le travail individuel. Il semble donc important de cerner le style cognitif de l enfant, puisque l adéquation entre style cognitif et situation d apprentissage apparaît comme un facteur de réussite. La différenciation dépendants du champ / indépendants du champ est une des plus connues, mais il existe d autres couples entrant en jeu dans le style cognitif. La distinction auditifs/visuels définissant le profil pédagogique est en général présentée comme en faisant partie. - Le profil pédagogique L efficacité d un apprentissage dépend beaucoup des processus de perception, de compréhension et de mémorisation d un message. «Il n y a pas de pensée sans images mentales qui constituent la matière de la compréhension et de la mémorisation. Les images mentales sont donc de deux sortes : Les images évocatives auditives et les images évocatives visuelles. Chaque individu fonctionne préférentiellement sur le mode auditif ou sur le mode visuel». D autres encore auront un profil plus manipulatoire, ou basé sur le langage du corps (kinesthésiques). Antoine de la Garanderie suggère d utiliser essentiellement la démarche introspective et le dialogue avec l élève sur ses procédures de travail. En l interrogeant sur la manière dont il a appris sa leçon, sur la façon dont il mémorise le mieux, en observant avec lui ses résultats, et en les comparant avec les moyens mis en œuvre pour les obtenir, on pourra déterminer son profil pédagogique. Il peut être possible de satisfaire à la fois les élèves auditifs et les élèves visuels. En effet, lors d un stage, j ai pu constater que le maître prenait soin d écrire les consignes au 8

13 tableau et ensuite de les énoncer oralement. Ainsi, dans cette situation, aucun des types d apprenants (auditifs et visuels) n était favorisé par rapport à l autre. C est un exemple de pratique pédagogique simple et applicable dans de nombreuses situations d apprentissage. 9

14 II. Vers une différenciation de la pédagogie II.1 Pourquoi différencier la pédagogie? Nous pouvons tenter d amorcer quelques réponses : - La diversité ou hétérogénéité est un phénomène social incontournable. «L hétérogénéité que l on observe dans les classes n est pas un phénomène proprement scolaire, c est tout le corps social qui, selon les expressions des sociologues, devient une mosaïque, un univers éclaté, une société plurielle ( ). Traduit en termes scolaires, cela veut dire qu il nous faut mettre en place des processus différenciés d appropriation des savoirs, respectueux des identités des élèves et de leur hétérogénéité». (Philippe Meirieu, Cahiers Pédagogiques, 1992). Face à une population scolarisée, à la fois plus nombreuse et plus diversifiée qu il y a une trentaine d années, il n est plus possible de proposer une réponse unique. - L origine de la pédagogie différenciée provient du constat d une impossible homogénéisation. «Même en cherchant l homogénéité maximale, on ne la trouve sans doute jamais, car toujours les différences ressurgissent d une façon ou d une autre, de sorte que la conséquence logique de cette attitude ne pourrait être que l individualisation radicale». (Guy Avanzoni, Cahiers Pédagogiques, 1992). Une conception «extrême» de l enseignement individualisé prône ainsi l abandon total de toute situation de leçon magistrale, l élève étudiant les notions chez lui dans des manuels et n allant en classe que pour recevoir une aide individualisée (questions au maître, exercices, conseils ). - Les missions de l école ont été recentrées : l enfant est placé au cœur du système éducatif et il faut l accueillir tel qu il est, avec ses possibilités et ses limites. 10

15 - Les nouvelles orientations ministérielles vont d ailleurs clairement et explicitement dans le sens de la différenciation pédagogique («Il n y a pas de traitement global des obstacles à la réussite scolaire : chaque cas est particulier et relève d une analyse, d un traitement spécifique sur la longue durée, comme le prévoient entre autres les programmes personnalisés d aide et de progrès (PPAP). C est l occasion de rappeler la nécessaire différenciation de tout enseignement», programmes de l école primaire, MEN, 2002). - Il y a un risque d échec scolaire et de démotivation si cette différenciation pédagogique n est pas mise en place. Face à un traitement scolaire identique, les différences se transforment en inégalités et ce sont toujours les mêmes élèves qui sont privilégiés. Ne rien différencier laisserait irrémédiablement certains élèves (cf. cas évoqués plus haut) complètement de coté, ce qui ne peut être accepté par l enseignant. Selon ces constats, l attitude idéale du maître serait d accepter l hétérogénéité et d engager une différenciation. II.2 Détecter la diversité S il peut être facile de repérer rapidement certains élèves qui pourront poser problèmes, une détection des difficultés propres à chacun ne s improvise pas et demande une démarche précise et ciblée de la part des maîtres. Je traiterai parallèlement la partie théorique et la partie concernant mon observation et ma pratique dans des classes de CM2 à Montpellier et de CM1 à Nîmes. J expliquerai les moyens mis en œuvre pour détecter les difficultés propres à chaque élève. II.2.1 Mise en place d un dialogue Pour mieux cerner et comprendre chaque apprenant, l instauration d un dialogue reste un moyen simple et efficace. 11

16 Le dialogue ne doit pas se limiter à l apprenant. Communiquer avec les parents, mais aussi avec les autres enseignants est primordial. On constate donc la nécessité d une bonne entente au sein de l équipe pédagogique. De plus, prendre en compte les profils pédagogiques et les styles cognitifs permet de mieux identifier l apprenant. Cela implique pour le maître d essayer d adapter et de diversifier son enseignement. II.2.2 l évaluation diagnostique C est un très bon outil de repérage de la diversité. Il est important, avant tout apprentissage, de contrôler les pré-requis et faire le point sur les connaissances, afin d établir par la suite une stratégie pédagogique en fonction du niveau initial de chaque élève. Un bon exemple d évaluation diagnostique sont les évaluations nationales en début de CP, CE2 et 6èmes que les dernières orientations officielles inscrivent clairement dans une perspective de différenciation pédagogique («Les exercices standardisés fournis par les protocoles nationaux permettent d établir un constat à partir duquel les enseignants procèdent à une analyse précise des réussites et des erreurs nécessaires à la mise en œuvre d une pédagogie différenciée et d une aide personnalisée» B.O.n 29, juillet 1999). Pour ma part, lors d un stage de pratique accompagnée, j ai proposé une évaluation diagnostique (ou test initial) dans une classe de CM2. Il s agissait d un test pour évaluer l efficacité de lecture des élèves selon les deux paramètres : -vitesse (nombre de signes lus par minutes) -compréhension ( 10 questions) Cet exercice respectait les compétences à acquérir en fin de cycle 3, à savoir : «A la fin du cycle l élève doit avoir acquis une bonne maîtrise de la lecture, c est à dire être capable de lire silencieusement ( ) ; l élève doit pouvoir agir, exécuter une consigne et répondre oralement ou par écrit à des questions.» 12

17 Pour cette séquence, le livre de Brigitte Chevalier : «Bien lire à l école» a été utilisé. Dans une classe de CM1, j ai eu l occasion de mettre en place deux évaluations diagnostiques, l une concernant les opérations et l autre la géométrie. Chacune durait environ 45 minutes et devait être effectuée individuellement. La première visait à apprécier les compétences des enfants sur les techniques opératoires ainsi que leur capacité à reconnaître et à utiliser les opérations sous-jacentes à un petit problème (cf. annexes 1 et 2) Pour la seconde, il s agissait de vérifier la maîtrise des enfants au niveau de la construction des tracés, ainsi que la reconnaissance et l utilisation des propriétés des figures (cf. annexe 3) Pour ces évaluations, j ai utilisé le livre «Nouvel objectif calcul CM1» de Hatier. II.3 Comment prendre en compte la diversité? Après avoir situé les enfants avec leurs acquis et leurs faiblesses, une remédiation doit être mise en place. Je mêlerai également ici la partie théorique et la partie pratique. II.3.1 Une différenciation simultanée : création de groupes de besoins La différenciation simultanée consiste à distribuer à chaque élève un travail correspondant précisément, à un moment donné du programme, à ses besoins et possibilités. La distribution des activités proposées s appuiera essentiellement sur un diagnostic initial. Cette forme de différenciation est particulièrement nécessaire dans les disciplines où les compétences à acquérir sont multiples et les niveaux des élèves très différents sur chacune d elles. Une possibilité de différenciation simultanée est l instauration de groupes de besoins. 13

18 «Ces groupes sont des ateliers en parallèle où les élèves sont répartis selon des besoins identifiés». Ce sont des ateliers souples puisqu il est possible de les réajuster au cours des différentes séances, voire d une même séance, en fonction des progrès de chaque enfant. II Mise en place de groupes de besoins en lecture Exemple : Dans la classe de CM2 Après analyse de l évaluation diagnostique (cf. II.2.2), j ai instauré trois ateliers de lecture. Des exercices spécifiques dans A.R.T.H.U.R («un atelier pour maîtriser la lecture») ont été sélectionnés. Chaque exercice d entraînement correspondait à un groupe de besoin : - Un groupe regroupait les élèves qui avaient une difficulté dans la vitesse de lecture (moins de 600 signes lus par minute) et donc des difficultés de mémorisation et de compréhension. Ce groupe a travaillé le développement de l empan visuel. Le but des exercices était d élargir le champ de vison afin d augmenter la vitesse de lecture. ( «Les poissons dorment-ils?» A.R.T.H.U.R). - Le second groupe était constitué d élèves qui avaient une vitesse moyenne mais une compréhension inférieure à 80%. Ils ont travaillé sur le renforcement de la compréhension, ainsi que sur l augmentation de la vitesse de lecture. («Le cake au savon» A.R.T.H.U.R.). - Le dernier atelier de lecture avait pour finalité d amener les enfants à travailler leur anticipation, leur faculté à trier des informations. Il regroupait les élèves qui n avaient pas de problèmes de vitesse et de compréhension majeurs. («Une recette à la noix» A.R.T.H.U.R.). Dans cet exemple, les compétences des élèves étant différentes, la mise en place au même moment d activités diverses m a semblé être une bonne approche vers la motivation et le progrès. 14

19 II Mise en place de groupes de besoins en mathématiques Pratique effectuée dans une autre école, en classe de CM1 Exemple 1 : séance sur les opérations Après analyse des résultats de l évaluation, j ai réparti les élèves dans 5 ateliers, en fonction des besoins prioritaires de chacun : - Un atelier multiplications : élèves ayant fait des erreurs dans les multiplications (5 élèves). - Un atelier soustractions : élèves ayant fait des erreurs dans les soustractions (3élèves). - Un atelier problème : élèves ne reconnaissant pas les opérations en jeu dans un petit problème (3 élèves). - Un atelier table : élèves connaissant mal leurs tables de calcul (2 élèves). - Un atelier approfondissement : élèves ayant fait une ou deux erreurs dans l évaluation, mais ne semblant pas rencontrer de difficultés particulières (3 élèves). Les 4 élèves ayant fait des évaluations sans erreurs ont travaillé en autonomie sur le logiciel informatique «20 /20 en orthographe», logiciel reconnu d intérêt pédagogique par le ministère de l Education nationale. Je me suis servi du «Nouvel objectif calcul» pour donner des exercices appropriés à chaque atelier (j ai également distribué des aides mémoire sur les techniques opératoires aux ateliers multiplications et soustractions). Les 2 élèves de l atelier «tables» ont travaillé en autonomie avec un jeu de questionsréponses que j avais élaboré. Les élèves de l atelier approfondissement (leur exercice : déplacement dans un labyrinthe en effectuant des calculs) se montrant eux aussi très autonome, j avais plus de disponibilité pour suivre les élèves dans les autres 3 autres ateliers. Exemple 2 : séance sur la géométrie Avec ces mêmes élèves, j ai eu l occasion de mettre également en place une séance de géométrie. 15

20 Comme précédemment, l analyse de l évaluation (cf. II.2.2) m a amené à constituer différents groupes de besoins. Cela dit, au vu des résultats obtenus, j ai dû sensiblement modifier la façon de travailler que j envisageais. En effet, un certain nombre de lacunes se retrouvaient chez pratiquement tous les élèves et plutôt que de passer directement en groupes de besoins, j ai préféré faire d abord une petite mise au point collective (avec participation active des élèves). En fait, aucun élève n a été capable de construire un carré à partir du tracé de l une de ses diagonales. La plupart se sont contentés de terminer le carré en considérant la diagonale comme l un des cotés. J ai dû donc définir la diagonale du carré et ses propriétés ; ensuite, l un des élèves est venu au tableau pour tracer un carré à partir de l une de ses diagonales. Une autre lacune a été mise en évidence par l évaluation : les élèves ne connaissaient pas la définition du triangle équilatéral (j ai dû définir le terme «équilatéral» pendant l évaluation), ni sa technique de tracé (à l exception d un seul). Je lui ai donc demandé de venir tracer un triangle équilatéral au tableau en expliquant sa méthode. ( J ai été quand même surpris de voir que, dans l évaluation, certains élèves étaient parvenus à tracer un triangle équilatéral juste à 1 mm près, uniquement par tâtonnements ). Après cette mise au point collective, j ai entrepris le travail en groupe de besoins. Une majorité d élèves (11) a travaillé dans l atelier repérer pour reproduire où ils devaient reproduire une figure en repérant un alignement de points. 5 élèves ont travaillé dans l atelier tracer des perpendiculaires. Ces élèves ne savaient pas utiliser correctement leur équerre. Au départ je pensais avoir en mettre en place un atelier concernant également le tracé des cercles mais je me suis aperçu qu aucun élève n avait de grosses difficultés dans l usage du compas. Enfin, les 4 élèves ayant réalisé la meilleure évaluation ont travaillé en autonomie sur les logiciels «20/20 en orthographe» et «Adi CM1». 16

21 II Distinction entre groupes de besoins et groupes de niveaux Même si les groupes de besoins et de niveaux constituent tous deux un moyen pour lutter contre l échec scolaire par une meilleure adaptation aux possibilités de l enfant, ils présentent des différences. Les groupes de besoins sont beaucoup plus flexibles et souples que ceux de niveaux. En effet, ils sont déterminés sur une durée plus courte et limités précisément à l atteinte d un objectif (par exemple, affiner la vitesse et la compréhension de lecture). De ce fait, les enfants sont plus motivés et ne se sentent pas dévalorisés. Par contre, les groupes de niveaux communiquent aux enfants une image négative ou positive d eux-mêmes, à laquelle ils finissent toujours par se conformer. «En effet, dans les groupes de niveaux les élèves sont souvent répartis en plusieurs groupements sous des étiquettes comme «rapides», «moyennement rapides», «lents» que l on traduit en fait par «forts», «moyens», «faibles», selon un critère de choix qui est le plus souvent la notion assez floue de «résultats scolaires»» (H.Przesmycki, pédagogie différenciée, 1991). Ces groupes de niveaux sont généralement figés et fixés à long terme, et portent sur l ensemble des performances des élèves. Les groupes de besoins m ont donc paru intéressants puisqu ils sont souples et permettent les transferts d un groupe à un autre suivant les progrès ou les difficultés de l élève. Il est important de ne pas parler de groupes faibles, moyens ou forts afin que l enfant ne se sente pas dévalorisé. II.3.2 Bilan, apports et perspectives de la pratique La classe de CM1 dans laquelle j ai travaillé se prêtait particulièrement bien à la pratique de la pédagogie différenciée et plus spécialement à l organisation en groupes de 17

22 besoins. En effet, il s agissait d une classe dite coopérative ou de type Freinet qui adopte un fonctionnement particulier par rapport aux classes traditionnelles. Les élèves ont l habitude de travailler en groupes puisqu ils sont dès le début de l année répartis en équipe de 4 ou 5, chacune ayant un leader qui ne correspond pas forcément au modèle traditionnel du «bon élève». Les équipes changent tous les deux mois environ. Les élèves peuvent effectuer quasiment tous leurs travaux en concertation avec leur équipe. Un des grands principes de cette pédagogie étant la coopération, un élève a toujours le droit de demander de l aide à un autre élève. Cette interaction et cette entre-aide entre les élèves leur permettent de progresser : on peut dire que c est une forme de pédagogie différenciée efficace. Dans ce type d organisation aucun élève n est laissé pour compte, et peut toujours se mettre en valeur à un moment ou à un autre. Dans la classe, chacun a des responsabilités avec l attribution d un métier (responsable du matériel, de l ordre dans la classe, etc ). Les élèves gèrent eux même les problèmes de la vie de leur classe avec la mise en place de conseils réguliers pendant lesquels le maître a le même statut que les élèves. Ce qui me semble important, c est que ce type d organisation de classe va dans le sens d un développement de l autonomie des élèves qui est essentielle dans la pratique de la pédagogie différenciée. En effet, il m aurait été concrètement difficile, voire impossible, de prendre efficacement plus de 4 groupes de besoins en charge au cours d une séance. Il est donc important que certains élèves puissent travailler en autonomie ; s ils en ont le besoin, ils seront alors pris en charge à un autre moment. D une manière générale on peut dire que le travail en autonomie rend réaliste et possible une pédagogie différenciée réelle et efficace. 18

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE Animation pédagogique : Le plan de travail individualisé au cycle 3 Résumé des principaux points développés Un contexte professionnel à prendre en compte: Un constat commun (Institution et enseignants)

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Outils pour programmer les apprentissages

Outils pour programmer les apprentissages - Inspection de l Éducation Nationale de Vichy 1-14, Boulevard Carnot - BP 2932-03 209 Vichy Cedex Tél : 04.70.97.54.65 / Fax : 04.70.31.34.06 Site de circonscription : http://www3.ac-clermont.fr/ien-vichy1/

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

La différenciation pédagogique comment faire?

La différenciation pédagogique comment faire? La différenciation pédagogique comment faire? 1 AT E L I E R E N C AD R É C Y C L E S 2 & 3 2 0 11-2012 C I R C O N S C R I P T I O N G R E N O B L E 4 E V E LY N E T O U C H A R D C P C Objectifs de l

Plus en détail

Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012

Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012 Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012 Cette animation pédagogique a été préparée à partir du site du CRDP/IUFM de l Académie de Montpellier- Banque de séquences didactiques. Intérêt

Plus en détail

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4 Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012 Objectifs - Proposer une réflexion sur l utilisation des coins en maternelle : quels coins? Pour faire quoi? - Identifier les coins permettant

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

AVENANT AU PROJET D'ECOLE 2014 2015 : Projet de mise en œuvre des activités pédagogiques complémentaires pour le parcours de réussite ses élèves

AVENANT AU PROJET D'ECOLE 2014 2015 : Projet de mise en œuvre des activités pédagogiques complémentaires pour le parcours de réussite ses élèves AVENANT AU PROJET D'ECOLE 2014 2015 : Projet de mise en œuvre des activités pédagogiques complémentaires pour le parcours de réussite ses élèves «Le conseil des maîtres propose l'organisation générale

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE Construire une formation pédagogique c est : Considérer L origine. Le public ciblé La forme Les objectifs Le rôle du formateur L andragogie Choisir

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie

Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie GENERALITES : Groupe de travail AVS dyslexie - dysphasie Nous parlerons des enfants diagnostiqués dysphasiques ou présentant des troubles du langage. Il en est de même pour les enfants dyslexiques.on parle

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PROJET DE L ECOLE ELEMENTAIRE LANGEVIN WALLON 2008 / 2011

PROJET DE L ECOLE ELEMENTAIRE LANGEVIN WALLON 2008 / 2011 1 PROJET DE L ECOLE ELEMENTAIRE LANGEVIN WALLON 2008 / 2011 Les orientations de ce projet d école s inscrivent totalement dans le socle commun des connaissances et des compétences défini par le Ministère

Plus en détail

Lutter contre le décrochage à l école

Lutter contre le décrochage à l école FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE REEDUCATEURS DE L EDUCATION NATIONALE Concertation pour la refondation de l école : la réussite de tous Lutter contre le décrochage à l école La relation qu entretient

Plus en détail

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010

Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 Compte rendu de l animation du 24 mars 2010 MAÎTRISER LES LANGAGES INTRODUCTION Maîtriser c est dominer. A l école maternelle, il est encore prématuré de parler de maîtrise. C est la raison pour laquelle

Plus en détail

Mémoriser avec la gestion mentale

Mémoriser avec la gestion mentale Mémoriser avec la gestion mentale Type d outil : outil d aide à la mémorisation Auteurs : Equipe éducative de Don Bosco, Liège, avec l aide de M. Giroul, P.P. Delvaux et Ch. Leclercq (formateurs) Cycles

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Préparer la classe outils méthodologiques

Préparer la classe outils méthodologiques Préparer la classe outils méthodologiques Formation du 19 novembre 2008 Dijon CRDP Enseigner. Concevoir. Anticiper. Planifier. Ce qui implique : Des choix philosophiques Des obligations institutionnelles

Plus en détail

DIFFERENCIATION ET TICE

DIFFERENCIATION ET TICE DIFFERENCIATION ET TICE 1ere partie Janvier- février 2015 Limoges 1 Nathalie Chabrely Garcia et Equipe Tice 87 Quelques définitions Il existe plusieurs sens de cette notion mais tous répondent à une même

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom : Prénom : Date de naissance : Livret délivré le

Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom : Prénom : Date de naissance : Livret délivré le Annexé au Livret Personnel de Compétences Nom :... Prénom : Date de naissance : Livret délivré le par le Directeur d école ou le Chef d établissement par le médecin scolaire Objectifs Ce livret est délivré

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Lycée français de Bilbao. Christine VALETTE et Sandrine GRASLAND

Lycée français de Bilbao. Christine VALETTE et Sandrine GRASLAND Lycée français de Bilbao Christine VALETTE et Sandrine GRASLAND Le dispositif mis en place Le bilan Dispositif 9h30 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi GP CE1 - Lecture GP PS - Vocabulaire GP MS - Vocabulaire

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

iesp L EVALUATION DES STAGES Blocs 1, 2 et 3 préscolaire 2015-16

iesp L EVALUATION DES STAGES Blocs 1, 2 et 3 préscolaire 2015-16 iesp HAUTE ÉCOLE LÉONARD DE VINCI Institut d enseignement supérieur pédagogique Louvain-la-Neuve L EVALUATION DES STAGES Blocs 1, 2 et 3 préscolaire 2015-16 BROCHURE DESTINÉE AUX ÉTUDIANTS STAGIAIRES AUX

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

COMPORTEMENTS ATTITUDES SCOLAIRES MÉTHODOLOGIE

COMPORTEMENTS ATTITUDES SCOLAIRES MÉTHODOLOGIE COMPORTEMENTS ATTITUDES SCOLAIRES MÉTHODOLOGIE 7. L élève a du mal à mémoriser. 1. L élève n est pas disponible pour les apprentissages. 2. L élève n est pas autonome. 6. L élève ne parle pas ou très peu.

Plus en détail

ORGANISATION DE L AIDE PERSONNALISÉE AUX ÉLÈVES EN DIFFICULTÉ

ORGANISATION DE L AIDE PERSONNALISÉE AUX ÉLÈVES EN DIFFICULTÉ ORGANISATION DE L AIDE PERSONNALISÉE AUX ÉLÈVES EN DIFFICULTÉ ------------------------ QUELLES DIFFICULTÉS? QUELLES ACTIONS? -------------------- ANNÉE SCOLAIRE 2008-2009 - 1 - ORGANISATION DE L AIDE PERSONNALISöE

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation. Année scolaire 2010-2011

Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation. Année scolaire 2010-2011 Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation Année scolaire 2010-2011 Au cours du mois de mars 2011, des formations académiques d une journée sur «L'accompagnement personnalisé au lycée»

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

Une démarche commune de positionnement Autour des compétences clés

Une démarche commune de positionnement Autour des compétences clés Une démarche commune de positionnement Autour des compétences clés * Le positionnement : définitions et objectifs * Une démarche en trois étapes * Des résultats du positionnement aux outils pour construire

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

Mathématiques CE1. Fichier d activités. Auteur : Alain Marque. Coordination : Expert : Alain Bonichon Sylvie Dhotel, chef de projet.

Mathématiques CE1. Fichier d activités. Auteur : Alain Marque. Coordination : Expert : Alain Bonichon Sylvie Dhotel, chef de projet. Mathématiques CE1 Fichier d activités Auteur : Alain Marque Coordination : Alain Bonichon Sylvie Dhotel, chef de proj Expert : Marie Mégard Ce cours est la propriété du Cned. Les images textes intégrés

Plus en détail

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» :

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» : FORMATION : MIEUX GERER LES RELATIONS AUX HABITANTS Finalité de la formation : Réduire le stress. Communiquer et gérer les relations, anticiper. Agir de manière appropriée lors des situations délicates

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

Fiche de préparation

Fiche de préparation Discipline : N /.Séance : Etre capable de trouver un verbe dans une phrase Niveau : Objectifs Prérequis Durée : Retrouver le verbe conjugué dans la phrase quel que soit le temps (temps simples / temps

Plus en détail

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE Outil de planification du soutien pédagogique Nom de l élève : Année d études : École : Date de naissance : Date : DOMAINE FORCES BESOINS A B C Cocher une catégorie* FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Renforcer les compétences de base en apprentissage

Renforcer les compétences de base en apprentissage Version 2 : 20 juillet 2012 CARTE de référencement DES PRATIQUES Renforcer les compétences de base en apprentissage à la Rentrée 1.1.B préparatoire à l entrée au cfa 1.1.A Différenciation dans le groupe

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT

HISTORIQUE ET EVOLUTION DU METIER D ENSEIGNANT INTRODUCTION L école primaire est le lieu les professeurs des écoles exercent leur métier. L école primaire comporte l école maternelle et l école élémentaire. Elle est le lieu des premiers apprentissages,

Plus en détail

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»?

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»? Guide 3 en 1 en difficulté Cycle 2 Cycle 3 Mode d emploi Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «en difficulté»? L ouvrage Votre ouvrage est découpé en 6 parties séparées par un intercalaire. 1 partie

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

Enseignant, mon nouveau métier dans l enseignement fondamental organisé par la Communauté française

Enseignant, mon nouveau métier dans l enseignement fondamental organisé par la Communauté française Enseignant, mon nouveau métier dans l enseignement fondamental organisé par la Communauté française PRÉPARER UNE ACTIVITÉ D APPRENTISSAGE ET L ÉVALUER DANS L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SPÉCIALISÉ Sommaire

Plus en détail

Adaptations pédagogiques

Adaptations pédagogiques 1 enfants A B C Adaptations pédagogiques Mon enfant a besoin d être accueilli dans une classe pour apprendre à son rythme. Dispositif adapté en milieu ordinaire Classe d Inclusion Scolaire CLIS) : La Classe

Plus en détail

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques.

Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. Propositions d aménagements pour l enfant concerné par des difficultés praxiques. En noir : des pistes. En bleu : des composantes pour ces pistes. En vert : des exemples. En général : Créer un climat de

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves

1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves 1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves Plus spécifiquement en maternelle Développer la prise de conscience par l enfant de ses potentialités propres et

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Actu Formation - VAE

Actu Formation - VAE Réforme du diplôme d état d éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE) Référentiels Arrêté du 16/11/2005, JO du 25/11/05 Pour rappel le DEEJE réformé par le décret du 3 novembre 2005 est dorénavant considéré

Plus en détail

L emploi du temps à l école maternelle

L emploi du temps à l école maternelle Groupe école maternelle L emploi du temps à l école maternelle Groupe g Groupe école maternelle / commission gestion du temps / I.BURIGNAT, E.TRESALLET, V.DARGES, H.LELOUP, A.SEVESTRE 1 Groupe école maternelle

Plus en détail

Gérer l hétérogénéité. en cycle II

Gérer l hétérogénéité. en cycle II IUFM DE BOURGOGNE Concours de recrutement : professeur des écoles Gérer l hétérogénéité en cycle II FERRIER Adeline Directeur de mémoire : Mr. Patrice CARRIERE Année 2005 Numéro de dossier : 0361849P SOMMAIRE

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016

CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016 CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016 1- Définition Le contrat local d accompagnement à la scolarité (CLAS) regroupe l ensemble des actions visant à offrir, aux côtés

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire Rapport d évaluation du stage probatoire RART D ÉVALUATIN Grilles d évaluation des compétences et fiche d observations Bilan des compétences Règle de décision nseignante ou enseignant : École ou centre

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE

LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE Document à destination des personnels de l enseignement supérieur. Mieux appréhender l arrivée d un(e) étudiant(e) en situation de handicap. LES TROUBLES DE LA PAROLE ET DU LANGAGE 1 Fiche pratique «Handicap»

Plus en détail

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE Programme applicable à la rentrée 2006. Introduction. 1. Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues. Le CECRL a été publié en 2001 par le

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Le cahier de vie Fonctions et apprentissages Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Plan de l animation I Les origines du cahier de vie II Les fonctions III Les apprentissages IV Le cahier

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

Réflexions sur l échec scolaire, et la remédiation en Cycle 3

Réflexions sur l échec scolaire, et la remédiation en Cycle 3 Réflexions sur l échec scolaire, et la remédiation en Cycle 3 par L.Pausanias Ce document, établi en Octobre 1998, concernait l Ile de La Réunion, dont les problèmes d échec scolaire semblent relativement

Plus en détail

Document d'accompagnement pour une mise en œuvre des ateliers individuels de manipulation à l'école maternelle.

Document d'accompagnement pour une mise en œuvre des ateliers individuels de manipulation à l'école maternelle. Document d'accompagnement pour une mise en œuvre des ateliers individuels de manipulation à l'école maternelle. 1 Des ateliers individuels de manipulation pour agir, comprendre, apprendre et devenir élève.

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Défi Science 2012/2013. Cycle 3

Défi Science 2012/2013. Cycle 3 Défi Science 2012/2013 Cycle 3 Le véhicule Trappe à Souris Le véhicule doit être construit uniquement avec du matériel de récupération (pas de roues de jouets) (sauf pour la trappe) Le véhicule doit être

Plus en détail

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE ACADOMIA RCS PARIS 349 367 557 ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE 810858_AcadomiaSalon_Broch_12p_148x210.indd 1 29/10/2015 11:48 DES ATELIERS DE SOUTIEN APRÈS L ÉCOLE UNE PLATEFORME NUMÉRIQUE DE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Collège français d Ibiza 07800 IBIZA ILES BALEARES Espagne

Collège français d Ibiza 07800 IBIZA ILES BALEARES Espagne 1 Collège français d Ibiza 07800 IBIZA ILES BALEARES Espagne Madame, Monsieur, chers parents, Vous avez le projet d inscrire votre enfant au collège français d Ibiza et nous vous remercions de l intérêt

Plus en détail

Madame Anne Bernard - Centre Régional du Libre Examen de Bruxelles. Madame Emilie Dupont - Pouvoir Organisateur de la Ville de Bruxelles

Madame Anne Bernard - Centre Régional du Libre Examen de Bruxelles. Madame Emilie Dupont - Pouvoir Organisateur de la Ville de Bruxelles Séminaire de réflexion du 28/09/2011 Comment faire face à la pénurie d enseignants? La pénurie d enseignants est un sujet récurrent en particulier dans la région bruxelloise. De nombreuses questions gravitent

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

FÉDÉRATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DES RÉÉDUCATEURS DE L EDUCATION NATIONALE

FÉDÉRATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DES RÉÉDUCATEURS DE L EDUCATION NATIONALE P a g e 1 FÉDÉRATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DES RÉÉDUCATEURS DE L EDUCATION NATIONALE Synthèse des conclusions de la recherche FNAREN/Université PARIS- DESCARTES «L élève en difficulté scolaire : aide

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 Compte-rendu Intervention d Anne-Marie Chartier, Maître de conférence, INRP Introduction

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

5/LES APPRENTISSAGES SCOLAIRES

5/LES APPRENTISSAGES SCOLAIRES 1 er DEGRE 5/LES APPRENTISSAGES B/ACTIVITES DECOUVERTE Mettre en commun les connaissances des participants. Questionner oralement : Devez-vous payer pour que votre enfant aille à l école? Connaissez-vous

Plus en détail