La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan"

Transcription

1 Dossier : Gestion d entreprise 43 Direction financière à la demande La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite La gestion des comptes clients, est-ce seulement le boulot de la compta? L amélioration des délais d encaissement, est-ce uniquement une question de relances téléphoniques? Identifiez toutes les mesures qui vous restent à prendre pour une bonne gestion de vos créances. Olivier AVRIL Gérant Associé d Acting-Finances rue de Trévise Paris Tel : +33 (0) SARL au capital de Euros R.C.S Nanterre Siret L importance du sujet pour toute l entreprise Pourquoi c est important? Le poste client représente en moyenne 25% des actifs de l entreprise. Mais il n est pas rare qu il atteigne 50% du total Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan du bilan de l entreprise. Se préoccuper de la sauvegarde de son premier investissement est donc vital. Un actif risqué Lorsque l entreprise accorde un délai de paiement à son client, elle joue le rôle d un vrai banquier. Les PME savent bien l importance que leurs propres banques accordent au suivi de leur compte Les entreprises devraient traiter d une manière similaire leur poste client. Un actif lié à l exploitation quotidienne Faut-il le rappeler? Le processus de vente ne se termine pas avec la livraison mais bien avec l encaissement. Ne pas bien suivre la régularité des paiements, cela revient à négliger le suivi de la qualité de ses produits ou prestations, négliger la connaissance de ses clients, notamment leur satisfaction, leur fiabilité, leur rigueur. Quelle source d information si souvent oubliée! 2 Des intervenants multiples, une complexité à ne pas ignorer La complexité souvent sous-estimée de la gestion du poste client ne signifie pas qu il faut construire une usine à gaz pour avoir un fonctionnement satisfaisant. La complexité s explique par la nécessaire coordination de nombreuses compétences dans l entreprise : Administration des ventes, Commerciales, juridiques, financières, juridiques Le crédit client : ce n est pas la seule affaire du comptable mais celle de tous les secteurs de l entreprise Et aussi par le recours fréquents à des prestataires ou conseils extérieurs lorsque l entreprise ne dispose pas des compétences en interne : Notamment pour le juridique, l évaluation financière, le financement, le recouvrement amiable et/ ou contentieux. 3 Les composantes d une bonne gestion des comptes clients Quelles sont les conditions d une gestion efficace du crédit que vous accordez à vos clients? n 1. La prise en compte du risque crédit Le risque crédit revient à se poser la question suivante : Puis-je expédier à ce client (ou accepter sa commande) sans prendre un risque inacceptable de recouvrement? Ce devrait être toujours la première étape d une bonne gestion. Mettre en place un suivi de ce type peut se faire progressivement en commençant par les clients importants. Il y a 3 modalités possibles : La recherche d information de base réalisée en interne (auprès du client ou du Greffe) Le recours à des agences de renseignements qui fourniront en direct par internet une cotation de l entreprise. Si les enjeux sont vitaux pour l entreprise, une assurance-crédit peut-être souscrite, de manière à externaliser partiellement le travail d évaluation mais aussi à couvrir les pertes subies. Il faut distinguer les assurances crédit classiques (individualisant par client les risques et les couvertures) et les assurances dites catastrophes simplifié et globale (normalement moins chères) C est un maillon essentiel du processus ventes car il est beaucoup moins coûteux de faire du préventif que du curatif (le contentieux juridique par exemple). n 2. Les Conditions générales de vente et de paiement. La validation ou la révision régulière des Conditions Générales de Vente est indispensable pour permettre un bon déroulement des opérations de recouvrement. Votre fichier client est-il vraiment un atout pour la gestion des créances? Page 1/5

2 La réserve de propriété, la déchéance du terme, la clause résolutoire, la clause attributive de juridiction, les clauses pénales, en sont quelques exemples. n 3. La gestion du fichier client. La responsabilité pour la tenue de ce fichier doit être unique même si les informations proviennent des différents départements de l entreprise. La qualité des données aura un impact direct sur l efficacité du recouvrement des créances. Deux exemples : - Les Règles d ouvertures des nouveaux comptes clients doivent être bien établies, de même que les mises à jour. Il n est pas raisonnable d ouvrir un compte client sans indiquer son N de SIREN qui permet de savoir à qui l on a vraiment à faire. - Les délais de paiement sont bien sûr essentiels, mais pas suffisants : il doit être complété par le mode de recouvrement (chèque, virement, lettre de change, prélèvement, ). n 4. La communication entre le service commercial et la comptabilité. Elle n est pas naturelle. C est la Direction de l entreprise qui doit être moteur pour inciter à un travail d équipe. Il est évidemment plus confortable pour le service commercial de ne pas se sentir concerné par le sujet du recouvrement Mais c est terriblement coûteux pour l entreprise. Quelques exemples de l impact d une bonne collaboration : - Obtenir des informations du terrain sur la santé financière du client - Résoudre un litige commercial qui bloque un paiement - Connaitre les bons interlocuteurs dans l entreprise cliente en retard de paiement - Négocier des conditions et modes de paiement conformes aux règles de l entreprise - Disposer d un fichier client bien renseigné et fiable. n 5. Le suivi des comptes clients. L enregistrement comptable des facturations se fait la plupart du temps de manière automatisé depuis un logiciel spécifique. La comptabilité client se consacre donc essentiellement au traitement des paiements. Ce travail doit être optimisé : Ecritures automatiques de transfert dans les comptes d effets, lettrages automatiques des remises effectuées, lecture par code barre des documents, etc ). Les collaborateurs en charge de ce travail doivent avoir du temps disponible pour l analyse et les alertes ou relances. Ils doivent être informés que c est leur travail le plus important (pas si fréquent.) n 6. Les délais de paiement La règle : Pour les contrats conclus entre professionnels depuis janvier 2009, le règlement des sommes dues doit obligatoirement intervenir 60 jours après l émission de la facture, ou à la fin du mois après 45 jours (art. 21 de la loi de modernisation de l économie). La pratique : Il est évident que dans certains secteurs, notamment les prestations de service, des délais beaucoup plus courts sont souhaitables. Par contre, si le processus client n est pas correctement organisé, les délais théoriques seront dépassés en permanence. Avec des justifications tout aussi nombreuses que peu crédibles. Dans de nombreux cas, le versement d un acompte à la commande se justifie et ne peut être facilement refusé par le client. Ne pas oublier de le demander systématiquement fait partie des bonnes pratiques. Est-ce anormal d être payé à l échéance?! Certains dirigeants finissent par s en persuader ou s y habituer L échéance, c est l échéance Est-ce anormal qu un client paye à l échéance fixée? C est ce que l on peut se demander en voyant la gêne ou la timidité de certains à réclamer le strict respect de l engagement pris. n 7.Les Modes de paiement Les délais de paiement sont une chose, le mode de recouvrement en est une autre, toute aussi importante. Dépenser beaucoup d énergie à obtenir le règlement des clients à l échéance parce que l on n a rien prévu dans ce domaine (rien prévu = règlement par chèque) est extrêmement coûteux. Coûteux en temps, coûteux en frais financier, coûteux en écarts de règlement ou pertes sur créances Quels modes de paiement faut-il privilégier? La LCR (Lettre de change relevé). Elle est simple à mettre en œuvre. Elle peut, ou non, faire l objet d une acceptation par le client. Elle fait gagner du temps administratif tant à l entreprise qu à son client, elle facilite de chaque côté la gestion de la trésorerie, Elle rend le paiement à l échéance beaucoup plus rigoureux que l envoi d un chèque, tributaire des délais postaux ou de la remise au courrier qui n a pas été faite. Il est toujours préférable que la LCR soit acceptée par le client. Cela constitue une reconnaissance de dettes ou une identification d un problème sur la livraison ou la prestation Le non-retour de la LCR après acceptation permet une relance avant l échéance. Et l éventuelle détection d un problème commercial. Le billet à ordre. C est en général les entreprises importantes qui l imposent à leurs fournisseurs. L effet de commerce est ici émis par le client. Il permet à l entreprise d avoir une échéance certaine et de relancer son client, avant l échéance, si elle ne l a pas reçu. Page 2/5

3 Le prélèvement. Il est également très facile à mettre en place et indispensable dans certaines situations : - Paiement identique chaque mois dans le cadre d un contrat - Montant variable mais peu important : Il n est pas possible de dépenser en temps de relance un montant supérieur à celui de la créance. Quels modes de paiement faut-il éviter? Le chèque. Il donne lieu à toutes les fantaisies. L oubli de payer à l échéance, les délais postaux, les grèves, les pertes de courrier, les erreurs d adresses, l oubli de signature, etc Mode à exclure donc. Son seul avantage : disposer d un mioyen d actions juridiques en cas d impayés! Le virement. Il présente évidemment quelques inconvénients de moins que le chèque. Mais il permet aussi de retarder l échéance. n 8. Les litiges commerciaux Pour retarder le paiement des sommes dues à l échéance, certaines entreprises organisent le système des litiges. Les moyennes ou grandes entreprises le feront avec méthode. D autres plus petites y ajouteront une dose de mauvaise foi sans véritable fondement.. Un exemple : le paiement d un montant de euros est bloqué quelques semaines car il y a un désaccord de 50 euros sur la facturation du transport. Dans tous les cas, c est au créancier de prendre toutes les initiatives pour résoudre les problèmes. En commençant par s intéresser sans délai aux questions de la satisfaction relative aux produits au aux prestations. n 9.Le recouvrement Le(s) collaborateur(s) en charge du recouvrement a(ont)-il(s) des règles précises et adaptées à appliquer? Par exemple, un système de relance automatique par courrier est indispensable. Avec une hiérarchie des textes. Mais prévoir 6 relances successives parce que le système le permet, c est trop compliqué et au final, totalement inefficace. Les relances pour les montants importants doivent être impérativement faites par téléphone. Quant au retour des traites après acceptation, elles doivent donner lieu à une relance préventive avant l échéance. En n oubliant pas de tenir compte du délai technique pratiqué par les banques entre la date de remise et la date d encaissement. n 10. Le recouvrement Amiable et Contentieux (prestataires externes). Lorsque les démarches de recouvrement faites en interne n ont pas réussies, et que l échéance est largement dépassée (60 jours par exemple), Il ne faut pas attendre Il faut passer la main. Beaucoup d entreprises ne savent pas le faire suffisamment tôt. Il en est ainsi même si les démarches internes n ont été pas été faites ou très partiellement.. L entreprise doit avoir trouvé un prestataire extérieur qui a prouvé son efficacité et sa modération dans les tarifs pratiqués. Il y en a. Ce ne sont pas forcément les mêmes pour les grandes entreprises (volumes importants) ou pour les TPE-PME Que va (doit) faire le prestataire extérieur? - Du recouvrement amiable pendant 1 mois environ, avec plusieurs lettres, une mise en demeure et une visite domiciliaire. - Du contentieux juridique, si la première étape n a rien donné, et que l enjeu le justifie. La décision est prise par l entreprise car des coûts plus importants vont être engagés. La procédure choisie peut-être une injonction de payer, un référé (d heure à heure en cas de situation périlleuse ), une assignation, etc. Ces procédures doivent aboutir à des condamnations de payer, des saisies arrêts, des blocages de comptes bancaires, Les actions basées sur la réserve de propriété sont beaucoup plus efficace qu on ne le pense souvent. n 11. Des outils simples de suivi du crédit client La balance âgée clients : vous l utilisez chaque semaine? Non? a ih La balance âgée C est un document issu du logiciel comptable triant les soldes clients selon leur ancienneté. Tous les logiciels comptables, même les plus simples, disposent de cette fonctionnalité. C est un document peu utilisé par les comptables qui le trouve trop synthétique. Il est également ignoré de beaucoup de dirigeants qui ne savent pas qu ils ont à leur disposition un outil très pratique et d obtention immédiate pour suivre en un coup d œil les retards de paiement de leur clients. L utilisation de la balance âgée suppose une mise à jour régulière en comptabilité de tous les règlements des clients. Cette mise à jour, si elle n est pas faite en temps réel, doit être impérative en fin de semaine. Le nombre de jours de crédit accordé L indicateur essentiel pour suivre la bonne santé du poste client, c est le nombre de jours de Chiffres d affaires du crédit accordé. En Anglais, le DSO (Days Sales Out). Le thermométre de votre gestion client : le DSO ou le nombre de jours moyens accordés aux clients Page 3/5

4 Un exemple pratique : Au 31 décembre de l année N, le solde des comptes clients s élève à euros (TTC). Le chiffre d affaires du mois de décembre s élève à euros (TTC), celui de novembre à euros (TTC) et celui d Octobre à euros (TTC). Le solde client représente donc 70 jours de chiffre d affaires. (La totalité des mois de novembre et décembre, soit 61 jours et une partie d Octobre : 9 jours) Cet indicateur permet de suivre l évolution du crédit accordé, indépendamment des variations mensuelles de chiffre d affaires : Une diminution du montant total du poste client de 5% pourra cacher un allongement de la durée du crédit si, dans le même temps, le chiffre d affaires a diminué de 10%. 4 Les spécificités de la PME pour la gestion du crédit client n 1. L analyse des risques La taille des PME leur permet d avoir une connaissance individuelle de leurs clients. Mais c est aussi un handicap! L analyse objective du risque crédit n a pas grand-chose à voir avec la relation personnelle, amicale ou sociale que l on a avec son client. n 2. L utilisation des outils et le fonctionnement interne Une (grande) majorité de dirigeants de PME ne savent pas ce qu est une balance âgée et donc ne s en servent pas ou n obligent pas leur équipe à les utiliser. Son utilité est d autant plus souhaitable qu elle oblige la comptabilité à être strictement à jour dans l enregistrement des règlements clients. n 3. Le recours aux prestataires externes Le recours aux prestataires externes est plus difficile pour les PME car le volume des opérations concernées est limité et les tarifs pas toujours adaptés à la PME. Les modalités sont diverses et dépendent des situations : L escompte des effets reçus des clients Le financement par cession de créance (Dailly) ou par simple communication des factures ou contrats (Dailly sans référencement ou cession) L affacturage, coûteux pour les petits montants unitaires ou les faibles volumes. La solution OSEO pour les grands donneurs d ordres ou les administrations est une solution idéale pour la PME. Le financement du poste client doit éviter un piège : celui de faire diminuer, en apparence seulement, le poids du crédit client. Histoire vécue : une entreprise du secteur informatique (120 personnes) se plaignait du coût financier exorbitant de son contrat d affacturage avec la filiale spécialisée d une grande banque Française. Après analyse, les conditions étaient (presque) optimales. Mais le financement facile des clients avaient fait oublier les reports de délais, la résolution des litiges, etc. C était le processus interne de l entreprise qui était à améliorer Conclusion La bonne gestion des créances clients a un triple avantage pour l entreprise : diminuer ses besoins financiers, augmenter ses résultats par la baisse des pertes ou provisions sur créances, améliorer la qualité d une relation durable avec son client (mais oui!) Face à de tels enjeux, il faut être certain que le rôle de chacun soit bien défini : celui du comptable, celui de l assistante de gestion, celui du commercial, celui de la direction Générale. Il faut aussi identifier les compétences dont l entreprise ne dispose pas et trouver à l extérieur les aides indispensables. De plus, la recherche du bon partenaire est un investissement temps qui n est pas toujours dans les priorités de la petite ou moyenne entreprise. n 4. La formation des Commerciaux Les responsables commerciaux, surtout dans les PME, sont peu à l aise avec les aspects financiers des transactions commerciales. Le sujet est souvent traité de manière rapide, par une allusion rapide à un délai sans autre précision ni essai de négociation. C est le dirigeant d entreprise qui doit s impliquer pour une évolution indispensable. 5 Le financement du poste client Beaucoup de PME n utilisent pas assez les ressources financières qu elle peuvent obtenir de leur actif essentiel : le poste client. Il est relativement facile pour une entreprise d obtenir des financements par une mobilisation du poste client. 32 rue de Trévise Paris Tel : +33 (0) SARL au capital de Euros R.C.S Nanterre Siret Page 4/5

5 Acting finances. Annexe Lettre 43. La gestion des comptes clients dans les PME Grille d'évaluation de votre gestion des créances clients Evaluation du risque crédit Critères complémentaires Oui Non Evaluation objective du risque Définition des niveaux acceptables? c c Evaluation objective du risque Validation des ouvertures de comptes? c c Evaluation objective du risque Limite crédit par client? c c Cas identifiés à risques ou à problèmes Blocage ou autorisation préalable avant livraison? c c Conditions générales de vente Clauses juridiques Récemment vérifiées? c c Clauses financières Conformes aux pratiques constatées? c c Gestion du fichier client. Responsabilité du fichier client Est-elle bien définie? c c Responsabilité du fichier client Validation des ouvertures de comptes? c c Délais et modes de réglement Sont-ils bien renseignés? c c Délais et modes de réglement Correspondent-ils à la réalité? c c Implication du service commercial Responsabilités des encaissements Sont-elles bien définies? c c Remontée des info vers le service comptable Litiges, difficultés, Sont-ils communiques? c c Conséquences d'un non paiement Impact sur les primes commerciales? c c Suivi des comptes clients. Comptabilisation des réglements réguliers Comptes clients 'à jour' en fin de semaine? c c Le recouvrement: un enjeu global de l'entreprise Réunion Compta-commercial chaque mois? c c Gestion des litiges Processus adapté pour éviter les retards? c c Balance âgée clients Est-elle consultée chaque semaine ou quinzaine? c c Indicateur DSO Est-il incorporé au 'reporting mensuel'? c c Délais et Modes de paiement Politique de l'entreprise Critères de délais par catégorie de clientèle? c c Politique de l'entreprise Mode de règlement à imposer ou privilégier? c c Le recouvrement Les règles de recouvrement Processus clairement formalisé? c c Transmission au contentieux Existe-t-il un partenaire fiable? c c Transmission au contentieux Critère de transmission est-il défini? c c L'organisation humaine Les responsabilités de suivi des comptes clients Sont-elles bien définies? c c La gestion des tâches Temps à consacrer au recouvrement est-il respecté? c c TOTAL Si votre score vous inquiète, Appelez nous! Page 5/5

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE Raison Sociale :..... N SIREN :.. NAF :..... Date de création :... Siège Social :...... Noms des filiales et participations :... Nombre de sociétés

Plus en détail

Notre engagement, vous accompagner au quotidien. Présentation Affacturage Les 19 Avril 2012

Notre engagement, vous accompagner au quotidien. Présentation Affacturage Les 19 Avril 2012 Notre engagement, vous accompagner au quotidien Présentation Affacturage Les 19 Avril 2012 Emmanuel LEPROU BLANCHARD Directeur Régional emmanuel.leprou-blanchard@ca-lf.com Tél. 06.20.43.38.80. Romain LEBEAULT

Plus en détail

Sage BOB 50 Fonctionnalités financières

Sage BOB 50 Fonctionnalités financières Clients, fournisseurs, banques, administrations : l entreprise est entourée d un «écosystème comptable et financier» à la fois riche et complexe. Véritable centre névralgique, l application de comptabilité

Plus en détail

Gestion Comptable Sage 100

Gestion Comptable Sage 100 Gestion Comptable La réponse à tous les besoins comptables et financiers de l entreprise avec la richesse d une offre unique sur le marché. 1 SOMMAIRE 1.1. Le pôle comptable et Financier...3 1.2. Une couverture

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

Procédure de recouvrement d impayés

Procédure de recouvrement d impayés Procédure de recouvrement d impayés En cas de facture non payée à échéance, on engage ce que l on appelle une procédure de recouvrement d impayés. Afin d optimiser vos chances d obtenir le paiement, il

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable Le Financement Court Terme pour PME Instrument Stratégique de La Croissance des PME MasterPme Edition PME Comment Financer le Court Terme? Cette Solution permet

Plus en détail

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS Formation 12 Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS A - LES OUTILS INTERNES DE L'ENTREPRISE 1 - Le service commercial

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

Impayés - Prévention et Maîtrise

Impayés - Prévention et Maîtrise Impayés - Prévention et Maîtrise Elisabeth BARDET Directrice Générale commerciale France 23 Septembre 2014 Zehnder Group France Groupe ZEHNDER Gestion du poste «Clients» Claude LAUBIER Directeur Comptable

Plus en détail

COMPTA.COM. Compta.com v7 Nouvelles fonctionnalités

COMPTA.COM. Compta.com v7 Nouvelles fonctionnalités COMPTA.COM Compta.com v7 Nouvelles fonctionnalités Date de la version : 23/04/2012 SOMMAIRE 1. Nouvelle charte graphique, nouvelle page d accueil... 3 2. Comptabilisation automatique des factures... 4

Plus en détail

Loyers payés = Logement conservé!

Loyers payés = Logement conservé! Loyers payés = Logement conservé! Suivez le guide... Quand faut-il que je paye mon loyer? Comment payer mon loyer? Quand faut-il que je paye mon loyer? Votre loyer est payable chaque mois à terme échu

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions

La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions DOSSIER : Gestion d entreprise 37 La relation des PME avec leurs banques : constats et solutions Olivier AVRIL Gérant Associé d Acting-finances oavril@acting-finances.com 35, rue Arthème Genteur 92150

Plus en détail

Sage 100 Moyens de paiement EBICS

Sage 100 Moyens de paiement EBICS Sage 100 Moyens de paiement EBICS Simple et efficace, en parfaite intégration avec les logiciels Sage 100,le logiciel Sage 100 Moyens de Paiement facilite les transactions avec les banques. Il prend en

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients :

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients : LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES I. Les ventes A) La facture de doit La facture de doit est établie par un fournisseur pour constater la créance sur le client, suite à une vente. C est donc la traduction d

Plus en détail

B. Le rapprochement bancaire

B. Le rapprochement bancaire D autres signataires peuvent éventuellement être désignés mais il n est pas prudent de multiplier inconsidérément le nombre de personnes habilitées à effectuer des règlements sur le compte du comité d

Plus en détail

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE Ouverture, transformation, clôture 4 Relevés de compte 4 Tenue de compte 4 Services en agence 4-5 BANQUE À DISTANCE

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Professionnels Extrait * du Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Les prix sont nets de taxes sauf mention spécifique HT pour les services soumis à la TVA de plein droit. *Portant sur

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT

OFFRE DE FINANCEMENT OFFRE DE FINANCEMENT ENTREPRISES EN DEVELOPPEMENT P.3 Financement de la Balance Clients (en TTC) P.3 Financement en Invoice Discounting (en TTC) P.4 Financement des Créances Commerciales (en TTC) P.5 Financement

Plus en détail

Moyens de paiement V i7.00

Moyens de paiement V i7.00 Commentaire : en bleu les nouveautés Vi7. Moyens de paiement V i7.00 Découpage fonctionnel Compta 30 Poste Banque - Sage 3 MDP Poste Banque - Sage MDP Offre bancaire Ligne 100 Fonctions gamme Personnalisation

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation Générale p. 3. Saisie d une pièce comptable p. 4. Consultation d un compte p. 5. Modules de règlement p. 6

SOMMAIRE. Présentation Générale p. 3. Saisie d une pièce comptable p. 4. Consultation d un compte p. 5. Modules de règlement p. 6 1 SOMMAIRE Présentation Générale p. 3 Saisie d une pièce comptable p. 4 Consultation d un compte p. 5 Modules de règlement p. 6 Règlement clients p. 7 Rapprochement bancaire p. 9 Relances clients p. 10

Plus en détail

Guide tarifaire des principales opérations

Guide tarifaire des principales opérations particuliers Guide tarifaire des principales opérations AVENANT Édition avril 2011 Application juillet 2011 VOTRE BANQUE AUX ANTILLES-GUYANE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS* Les tarifs ci-dessous sont hors

Plus en détail

Le recouvrement des créances impayées

Le recouvrement des créances impayées P008 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le recouvrement des créances impayées LES MINI-GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

Gérer la trésorerie et la relation bancaire

Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire Gérer la trésorerie et la relation bancaire finance/gestion comptabilité > Assurer la liquidité > Améliorer le résultat financier > Gérer les risques 6 e édition

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

GESTION LOCATIVE. S.A.S au capital de 15000 euros SIRET 789 776 739 00011 APE 741 GA TVA FR8178977673900011

GESTION LOCATIVE. S.A.S au capital de 15000 euros SIRET 789 776 739 00011 APE 741 GA TVA FR8178977673900011 GESTION LOCATIVE La petite Martinière- 35460 SAINT BRICE EN COGLES Tél. 02.99.97.61.55 Port. Dominique 06.62.63.88.11 Port. Sandrine 06.58.57.76.16 contact@sdgi-bretagne.com www.sdgi-bretagne.com S.A.S

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ARTICLE PREMIER - Champ d'application Les présentes conditions générales de vente constituent le socle de la négociation commerciale et s'appliquent sans réserve et en priorité

Plus en détail

1. L étude des sources de documentation à l international

1. L étude des sources de documentation à l international Chap 9 : Evaluer et suivre les risques liés aux échanges à l international I. Effectuer un diagnostic export A. L objectif du diagnostic export L assistant de gestion peut déceler le potentiel de la PME

Plus en détail

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS NATIXIS FACTOR 2014 Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR TRENTE ANS BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Notre métier : financer, gérer

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS

ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS ASSURANCE - CREDIT FRANCE - EXPORT Cachet courtier ou DR Coface ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS Présentation de l entreprise Raison sociale : Siège social : Téléphone : Télécopie : Adresse commerciale

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

LE FINANCEMENT DU POSTE CLIENT

LE FINANCEMENT DU POSTE CLIENT LE FINANCEMENT DU POSTE CLIENT Janvier 2007 INTRODUCTION Le décalage entre le règlement des dépenses et l encaissement des recettes peut entraîner des tensions de trésorerie pour l entreprise, indépendamment

Plus en détail

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Pascal Ferron : vice-président BAKER TILLY France Henri du Clary

Plus en détail

Chapitre 2. L établissement et le contrôle des documents commerciaux.

Chapitre 2. L établissement et le contrôle des documents commerciaux. Chapitre 2 L établissement et le contrôle des documents commerciaux. Les documents liés cycle d exploitation Procédés de facturation et conservation Le contrôle des documents commerciaux L entreprise échange

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

Une solution de gestion financière de la crise

Une solution de gestion financière de la crise 64EME CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES /// NANTES 2009 FICHE PRATIQUE : FACTOR Une solution de gestion financière de la crise Les fiches pratiques de l'ordre des experts-comptables vous donnent

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Entreprises Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Le FONCTIONNEMENT DU COMPTE FRAIS DE TENUE DE COMPTE - Commission de tenue de compte

Plus en détail

Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs

Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs Renseignements commerciaux Marketing Creditreform De la relance des postes ouverts au suivi des actes

Plus en détail

CONDITIONS & TARIFS des opérations et services bancaires aux Particuliers et Associations de Proximité applicables à compter du 1 er AVRIL 2015

CONDITIONS & TARIFS des opérations et services bancaires aux Particuliers et Associations de Proximité applicables à compter du 1 er AVRIL 2015 CONDITIONS & TARIFS des opérations et services bancaires aux Particuliers et Associations de Proximité applicables à compter du 1 er AVRIL 2015 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous s entendent

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

Préfinancement. Tout prévoir pour l imprévu

Préfinancement. Tout prévoir pour l imprévu *Notre savoir au service de votre réussite Préfinancement Tout prévoir pour l imprévu * 4 bénéfices clés 4 bénéfices clés 1 Une trésorerie et une rentabilité préservées Vous n avez plus à constituer de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EXPO WEB

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EXPO WEB CONDITIONS GENERALES DE VENTE EXPO WEB GENERALITES Les présentes conditions sont conclues entre, d'une part, la société EXPO WEB, inscrite au RCS de Strasbourg sous le numéro 750 511 545 et sise au 27

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES LE CONTROLE DES COMPTES Objectif(s) : o o o Lettrage, Apurement des comptes d'attente, Contrôle du compte banque. Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie.

Plus en détail

INTERVENTION D UNIFACTOR Jeudi 20 Novembre 2008. Présentée par Abdessatar BEN HAMZA Directeur Commercial UNION DE FACTORING

INTERVENTION D UNIFACTOR Jeudi 20 Novembre 2008. Présentée par Abdessatar BEN HAMZA Directeur Commercial UNION DE FACTORING INTERVENTION D UNIFACTOR Jeudi 20 Novembre 2008 Présentée par Abdessatar BEN HAMZA Directeur Commercial UNION DE FACTORING Sommaire : Présentation d UNIFACTOR L affacturage domestique L affacturage international

Plus en détail

Comment financer la relance des entreprises?

Comment financer la relance des entreprises? Atelier N 7 Comment financer la relance des entreprises? 9 Juillet 2015 M. Lionel TESSON, Expert Comptable M. Ludovic CONTIN, NATIXIS FACTOR M. Hervé BACHELOT LALLIER, Banque Populaire Atlantique Sommaire

Plus en détail

Professionnels Extrait des Conditions Générales de Banque

Professionnels Extrait des Conditions Générales de Banque Professionnels Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 LA BANQUE AU QUOTIDIEN OFFRES GROUPÉES DE SERVICES Offres de services groupés qui peuvent être achetés

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

OPERATIONS SUR COMPTE

OPERATIONS SUR COMPTE 1/9 KBC BANK Succursale Française Chèques émis : Opérations OPERATIONS SUR COMPTE * Paiement de chèque gratuit J-2 calendaires * Délivrance chèque de banque ou certifié 15,50 J-2 calendaires * Rejet impayé

Plus en détail

Ce sont des réductions de prix fondées sur l opération de vente. On distingue :

Ce sont des réductions de prix fondées sur l opération de vente. On distingue : CHAPITRE 2 LES CLIENTS ET LES FOURNISSEURS I. PRESENTATION GENERALE DES FACTURES I.1. Définitions La facture de doit est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs D exia CLF Banque Conditions et Tarifs Mise à jour au 1 er octobre 2010 Sommaire Le compte bancaire... p. 3 Les règlements et encaissements... p. 3 Les opérations sur effets de commerce et Loi Dailly...

Plus en détail

Consultant AX Finance

Consultant AX Finance Filière de Formation : Consultant AX Finance DOSSIER PEDAGOGIQUE Renseignements et moyens pédagogiques Contenus de cours détaillés Durée : 40 jours Sommaire Découpage de la formation... 3 Méthodologie

Plus en détail

POUR QU UNE CHOSE APPARAISSE, IL FAUT LA FAIRE CROÎTRE.

POUR QU UNE CHOSE APPARAISSE, IL FAUT LA FAIRE CROÎTRE. POUR QU UNE CHOSE APPARAISSE, IL FAUT LA FAIRE CROÎTRE. ALTOR-Group SIRRR S.A. Société Internationale de Recouvrement, de Récupération et de Redressement Trésorerie Votre trésorerie. = Croissance. Notre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES Applicables aux produits d épargne proposés par VTB Bank (France) SA (31/03/2014) Dispositions générales Article 1 : Offre de VTB Bank (France) SA VTB Bank (France) SA (la Banque)

Plus en détail

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Les objectifs du contrôle interne. Les objectifs du contrôle interne consistent à : Assurer en permanence une bonne

Plus en détail

«Accès à la commande Publique, pour les PME-PMI» Les bonnes pratiques, les prés-requis et les contraintes pour accéder à la commande publique

«Accès à la commande Publique, pour les PME-PMI» Les bonnes pratiques, les prés-requis et les contraintes pour accéder à la commande publique «Accès à la commande Publique, pour les PME-PMI» Les bonnes pratiques, les prés-requis et les contraintes pour accéder à la commande publique Sommaire I) Qu est-ce qu un marché public?... 4 II) Quelles

Plus en détail

La gestion des achats et des ventes

La gestion des achats et des ventes La gestion des achats et des ventes L administration des achats et des ventes est l élément incontournable dans l activité d une entreprise. Pour pallier cette nécessité, EBP PRO Open Line TM permet de

Plus en détail

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Extrait * du Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Les prix sont nets de taxes sauf mention spécifique HT pour les services soumis à la TVA de plein droit. Entreprises *Portant sur

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS Professionnels Entrepreneurs GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS janvier 2014 Professionnels Entrepreneurs Sommaire Vous êtes artisan, commerçant, agriculteur, profes sionnel libéral, dirigeant

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

Principales conditions tarifaires applicables aux AVIS DE PRÉLÈVEMENT

Principales conditions tarifaires applicables aux AVIS DE PRÉLÈVEMENT Principales conditions tarifaires applicables aux PROFESSIONNELS En vigueur au 01/01/2016 Tarifs en E HT AVIS DE PRÉLÈVEMENT Frais de mise en place d un mandat de prélèvement ou Gratuit réception d un

Plus en détail

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE)

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Dans le but de vous faciliter la lecture de ses barèmes tarifaires, la

Plus en détail

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme :

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme : Université de Nice-Sophia Antipolis Institut Universitaire de Technologie Nice-Côte d Azur Département Gestion des Entreprises et des Administrations Gestion Financière La Gestion de la Trésorerie Directeur

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER

CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER CONTRAT DE DOMICILIATION POSTALE AVEC UN PARTICULIER Entre les soussignés La Société, S.A.R.L. au capital de 30.000, inscrite au R.C.S. de Paris sous le numéro 508 763 950, ayant son siège social au 13

Plus en détail

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014 GUIDE DE TARIFICATION Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014 monabanq. est l un des leaders français de la banque en ligne depuis 15 ans. Elle a été la première banque 100% en ligne à proposer une gamme bancaire

Plus en détail

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA Ordre du Jour Introduction IEDOM et FBF Présentation SEPA et les Entreprises Partage d expériences Questions- Réponses TITRE TITRE TITRE

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS Guide PARTICULIERS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par la

Plus en détail

Gestion Administration

Gestion Administration Gestion Administration SCÉNARIO PÉDAGOGIQUE DU LYCÉE CLARET TOULON 1 ère étape Création d une activité commerciale Objets de décoration 1 ère réunion informelle de travail Problématique associée au lancement

Plus en détail

TITRE I : TAUX D'INTERET

TITRE I : TAUX D'INTERET 1/8 TITRE I : TAUX D'INTERET I 1. TAUX DEBITEURS APPLICABLES AUX SECTEURS DONT LES TAUX D'INTERET SONT LIBRES. T 1. T 1.1 T 1.2 CATEGORIE DE CREDITS I11. Financement à court terme Es d's de transaction

Plus en détail

RECOUVREMENT D IMPAYES : l essentiel en quelques mots.pour agir sans plus tarder

RECOUVREMENT D IMPAYES : l essentiel en quelques mots.pour agir sans plus tarder RECOUVREMENT D IMPAYES : l essentiel en quelques mots.pour agir sans plus tarder Mis à jour le 07/10/2013 En cas de facture non payée à échéance, on engage ce que l on appelle une procédure de recouvrement

Plus en détail

StartNet. Client-Serveur

StartNet. Client-Serveur Prélèvements Gestion des effets Gestion des chèques Gestion de trésorerie Virements étrangers Saisie des flux pour les LCR Rapprochement comptable Gestion des relevés de comptes Prélèvements Gestion des

Plus en détail

votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie

votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie GLOBALLIANCE votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie demander la modification de la garantie les modifications de la

Plus en détail

TARIFS CLIENTS PROFESSIONNELS Au 15 avril 2015

TARIFS CLIENTS PROFESSIONNELS Au 15 avril 2015 TARIFS CLIENTS PROFESSIONNELS Au 15 avril 2015 OPÉRATIONS DANS LE CADRE DE L ESPACE «SEPA» Le SEPA est un espace unique de paiement en euros entre pays membres (Etats membres de l union Européenne ainsi

Plus en détail

Contenu Acomba 9.57 ATELIER 1 VUE D ENSEMBLE DU PROGRAMME ATELIER 3 RAPPORTS ATELIER 2 MODULE COMPTABILITÉ TRANSACTIONS ATELIER 4 MODULE CLIENTS.

Contenu Acomba 9.57 ATELIER 1 VUE D ENSEMBLE DU PROGRAMME ATELIER 3 RAPPORTS ATELIER 2 MODULE COMPTABILITÉ TRANSACTIONS ATELIER 4 MODULE CLIENTS. Contenu Acomba 9.57 ATELIER 1 VUE D ENSEMBLE DU PROGRAMME LOGICIEL ACOMBA VERSIONS D ACOMBA DÉMARRAGE D ACOMBA Annulation du Portail PME ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL FERMETURE D UNE COMPAGNIE OUVERTURE D UNE

Plus en détail

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage.

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Sage 100 Moyens de paiement Nouvelle charte graphique L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Intuisage L IntuiSage est une interface d accueil

Plus en détail

Découpage Fonctionnel Sage 100 Suite Comptable & Financière

Découpage Fonctionnel Sage 100 Suite Comptable & Financière Découpage Fonctionnel Sage 100 Suite Comptable & Financière 1 1 Synthèse du découpage fonctionnel 2 2 Comptabilité & Finances Comptabilité Générale & Auxiliaire Multi-sociétés, multi-exercices. Saisie

Plus en détail

ACCUEIL - P. 5 DEMANDES DE PAIEMENT - P. 8

ACCUEIL - P. 5 DEMANDES DE PAIEMENT - P. 8 ACCUEIL - P. 5 DEMANDES DE PAIEMENT - P. 8 DEMANDES DE VIREMENT - P. 16 MON COMMERCE - P. 21 UTILISATEURS - P. 27 COMPTABILITÉ - P. 30 PRÉSENTATION www.factobox.com A SAVOIR Depuis 2009, plus de 200 clients

Plus en détail

Le compte bancaire est un compte ouvert. Foire aux questions. Le COMPTE et son fonctionnement. Trouvez des réponses à vos questions.

Le compte bancaire est un compte ouvert. Foire aux questions. Le COMPTE et son fonctionnement. Trouvez des réponses à vos questions. Foire aux questions Trouvez des réponses à vos questions Aout 2014 Le COMPTE et son fonctionnement Le compte bancaire est un compte ouvert par la banque à un ou plusieurs clients proposant des services

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE REFERENCEMENT

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE REFERENCEMENT CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE REFERENCEMENT La société Blog Ecommerce, société à responsabilité limitée inscrite au RCS de Nanterre sous le numéro 510 621 006, au capital social de 5000 euros, dont

Plus en détail

L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités

L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités Suite Comptable L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités Que ce soit par la communication, par les échanges ou par la collaboration,

Plus en détail

TARIFS 2010 en toute transparence

TARIFS 2010 en toute transparence ENTREPRISES & INTERNATIONAL TARIFS 2010 en toute transparence ENTREPRISES EXTRAIT DES CONDITIONS GÉNÉRALES DE BANQUE Applicables aux entreprises à partir du 1 er janvier 2010 Prix HT ou nets de TVA VOTRE

Plus en détail

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Déterminer et financer le cycle d exploitation Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Définition du : C est l'ensemble des opérations réalisées, de l'achat (matières premières, fournitures,

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES GTG - GT1 Version V2 du 1 er avril 2011 PROCEDURE DYSFONCTIONNEMENT DE COMPTEUR ET REDRESSEMENT DES CONSOMMATIONS Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure décrit les différentes étapes depuis la détection

Plus en détail