Cycle 2010 / 2011 d Etudiant de Paris Le Conseil. Le bien être des étudiants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cycle 2010 / 2011 d Etudiant de Paris Le Conseil. Le bien être des étudiants"

Transcription

1 Cycle 2010 / 2011 d Etudiant de Paris Le Conseil Le bien être des étudiants 1 ère séance du 25 novembre 2010 Compte-rendu INTRODUCTION Didier GUILLOT, adjoint au Maire de Paris, chargé de la vie étudiante, remercie les membres pour leur présence et souhaite la bienvenue aux nouveaux membres du Conseil pour ce deuxième cycle d Etudiant de Paris Le Conseil sur le thème du bien être étudiant à Paris, qui durera 6 mois et comprend quelques nouveautés : Le Conseil s est renouvelé et accueille de nouveaux membres Le Conseil sera ouvert à tous les étudiants de Paris, à travers deux séances publiques dont le lieu reste à déterminer avec le Conseil. Le cabinet Res publica accompagne la Ville de Paris dans le bon déroulement du Conseil et l organisation de la concertation. Didier Guillot revient sur l implication des membres du Conseil comme facteur de réussite du premier cycle 2009/2010, qu il espère voir se renouveler cette année. En effet, l implication des membres a permis un suivi et un travail approfondi dont le diagnostic et les solutions ont été partagées : les délibérations votées ont été mises en œuvre par la Ville, des universités ou encore des associations à Paris. Enfin, le Conseil a désormais un rôle de suivi sur l application des mesures issues des réflexions menées lors des séances. La notion de bien être étudiant Le bien être étudiant recouvre ici les conditions de vie étudiantes à Paris et plus précisément les questions de restauration et d équilibre alimentaire, la santé et le logement. Le logement et l accès à l autonomie des étudiants parisiens est actuellement prioritaire pour la Ville de Paris (200 millions d euros pour le mandat), qui met en œuvre une production de logements sociaux étudiants définie et encadrée. Dans ce cycle, il s agira donc de discuter des pistes d amélioration en termes d accès au logement (connaissance des offres, cohabitations, etc.) sur lesquelles la Ville de Paris peut continuer à travailler. Calendrier du cycle Arnaud Magnin, directeur de cabinet de Didier Guillot, explique le choix cette année de renforcer la parole des étudiants hors Conseil via, le site Internet déjà présent pour le cycle 2009/2010, mais surtout dans le cadre des séances publiques à organiser dans les sites universitaires parisiens. Le Conseil est invité à participer à chaque étape du calendrier : Le 11 janvier en séance plénière avec le Conseil, des experts, des associations, des élus et des étudiants, à l Hôtel de Ville de Paris. Le 1 er et 8 février, aux deux séances publiques en site universitaire. De Mars à Mai, (1 er mars, 5 avril et 3 mai), aux 3 réunions du Conseil à huit clos, dont la réflexion s appuiera sur le travail des membres mais aussi sur les pistes de réflexion formulées par les étudiants en séances publiques.. Le 7 juin, à une séance ouverte au public, aux associations et aux experts qui présentera le contenu des propositions issues du cycle qui seront transmises par Didier Guillot au Maire et au Conseil de Paris.

2 Organisation et processus du cycle Sophie Guillain, de Res publica, ajoute quelques éléments sur l organisation du processus et le rôle de chacun des participants : Le Conseil sera ouvert aux associations spécialisées sur les problématiques abordées dans le cycle. La participation des étudiants hors conseil aux séances publiques nécessite une campagne de communication, mise en place par la Ville de Paris, mais aussi un fort relais de la part des membres du Conseil afin de toucher des étudiants qui, eux, n ont pas l habitude de venir s exprimer. La plateforme Internet fonctionnera en parallèle des séances et a pour but d alimenter les travaux du Conseil. Un questionnaire propose aux étudiants d indiquer les problèmes qu ils rencontrent sur les sujets d enjeu (restauration et équilibre alimentaire, santé et logement) : il a ainsi pour objectif de nourrir le diagnostic. Puis, à partir de mars, lors des séances du conseil, sera ouvert sur la plateforme un lieu d échanges et de commentaires sur les propositions émises par les membres du Conseil. Entre toutes les séances, des comptes rendus seront diffusés aux membres afin de nourrir la réflexion. Les séances publiques prendront la forme de tables ronde qui permettront aux étudiants hors conseil de travailler sur les sujets. Des questions leurs seront soumises pour lancer le débat ; elles devront être travaillées par les membres du Conseil, en fonction des sujets délimités aujourd hui. L objectif final de cette démarche est d émettre des propositions et de les confiner dans un rapport final à remettre au Conseil de Paris. DELIMITATION DES SUJETS A METTRE EN DEBAT Arnaud Magnin présente le tableau de synthèse des thématiques du cycle transmis aux membres du Conseil. Celui-ci est indicatif, c est une base pour la discussion, qui doit mener, durant cette réunion, au cadrage des sujets à mettre en débat dans les prochaines séances publiques et du Conseil. Les membres sont invités à discuter sur les sujets qui leur paraissent importants, à les compléter ou à en ajouter de nouveaux qui ne figurent pas dans le tableau. Ce tableau, complété par les membres du Conseil, constituera l outil de travail pour la suite du processus. Il sera amené à être complété. Julie Mondelbaum syndiquée à l UNEF, suppléante au CROUS de Paris et élue étudiante Le logement reste, en effet, la priorité numéro 1 : Bien qu il y ait des projets de construction en cours à Paris, il reste un grand déficit en logement : le pourcentage étudiant logé en cité universitaire est très faible et l accès au privé est difficile. Cela remet en cause l accès à l autonomie, mais surtout l accès même à l université pour les étudiants venant de province. La mairie, bien qu elle mène déjà un gros travail, devrait poursuivre sa politique de construction. Des choses sont à faire concernant l encadrement du logement privé et l aide à l accès au logement privé, tel que le loca-pass remis en cause au niveau de l Etat, qu il s agirait de reprendre au niveau de la mairie. Il est également possible d agir sur les actions d aide à l accès au logement au moment de la rentrée. La vie étudiante dans les résidences universitaires est un vrai manque à Paris. Entre des étudiants qui viennent d endroits différents et sont dans des universités/écoles différentes, il n y a pas de vie étudiante pour les rassembler et il manque des lieux de vie. C est un sujet qui est à travailler avec l aide des élus étudiants au sein des résidences universitaires, notamment pour l animation de la vie étudiante. Il s agit ainsi d éviter le repli et le mal-être étudiant en voie de développement et lié aux conditions sociales.

3 Au sujet de la santé, il existe un problème d accès aux soins à Paris. De nombreux étudiants ne se soignent pas pour des raisons financières, notamment pour consulter les spécialistes. Il s agit de réfléchir à des structures de santé au sein même de l université, comme à Paris 8 où l accès aux médecins présents sur le site est gratuit. Au sujet de la restauration, il existe à Paris des cités universitaires vierges de toute restauration, d où les chiffres important de restauration étudiante dans le privé. Or, le coût est important et la qualité de nourriture mauvaise. Le restaurant universitaire, lui, permet d accéder à des repas équilibrés pour un coût réduit, contrairement à la cafétéria du Crous, plus rependue. Ces restaurants sont donc à développer sur les sites universitaires en demande. Saina, élue au CROUS de Paris et représentante de l Université Paris 7 L Université Paris 7 est particulièrement touchée par les problématiques de la restauration universitaire : la taille du restaurant ne permet pas d accueillir tous les étudiants. En revanche, deux cafétérias, ouvertes en permanence et toute la journée, sont un réel lieu de vie, où sont présentées des expositions faites par les étudiants, où les étudiants travaillent en groupe grâce au wifi, etc Ainsi, ces espaces sont importants à développer. Lorsqu un restaurant universitaire est ouvert le soir, les étudiants y vont entre amis ; c est un véritable lieu de lien social à l université : on s y retrouve hors des cours pour partager. Il est nécessaire de développer les restaurants universitaires sur chaque site, mais aussi de les imaginer comme lieu de vie au-delà de la restauration. Concernant la Médecine Préventive, attention aux consultations gratuites qui ne permettent pas de prescription de médicaments. Les étudiants doivent être informés sur ce statut spécifique de prévention. Aussi, pour être efficaces, les Médecines Préventives doivent être intégrées sur le site même de l université. A Paris 7, le site principal est dans le 15 ème arrondissement tandis que la Médecine Préventive qui y est rattachée est à Gare du Nord. Il est question de l utilité et de la fréquentation de ces lieux. Gabriel Juge, animateur du réseau Animafac L équilibre personnel est clairement relié à la sociabilisation des étudiants, qui peut passer par l engagement associatif. Des études sociologiques ont été réalisées, notamment par Stephane Beaud, qui montrent que la réussite académique passe par la sociabilisation au sens large des étudiants sur les campus. Cela rejoint la question de la vie étudiante dans les restaurants et les résidences universitaires : beaucoup d associations ne choisissent pas ces lieux pour leurs actions parce que l accès y est très difficile, alors même que beaucoup de choses peuvent s y faire. De nombreux projets d AMAP Campus peuvent être intégrés à la réflexion sur la restauration étudiante. Il s agit de les mettre en valeur et de les accompagner. Concernant la prévention des risques, il existe un vrai manque chez les associations étudiantes, pour informer et communiquer sur la prévention. Dans ce cadre, Animafac développe actuellement un kit d actions destiné aux associations pour faciliter la mise en place de la prévention chez les étudiants.

4 Cyndi Petrieux, trésorière adjointe à la confédération étudiante et responsable du logement Au sujet du logement : La Confédération Etudiante mène une campagne contre les vendeurs de listes qui tentent, dans le contexte d un parc social difficile, d arnaquer les étudiants. Aujourd hui, le secrétaire d Etat chargé du logement, Benoît Apparu, a été saisi, une enquête de la répression des fraudes est en cours et la Confédération Etudiante a lancé une enquête avec des associations de consommateurs, dont les premiers chiffres arriveront courant décembre La confédération Etudiante souhaite que Etudiant de Paris Le Conseil puisse s investir dans la conférence nationale du logement étudiant, lancée par les trois ministères Jeunesse, Enseignement Supérieur et Logement. Au sujet du Loca-pass, il serait intéressant d inviter les représentants du 1% logement qui s occupent aussi de la GRL (Garantie des Risques Locatifs), aujourd hui plus avantageuse pour les étudiants. Au sujet de la santé, au-delà de l accès financier et de la question de la sociabilisation dans les lieux de vie universitaire, essentiels, il y a la question des étudiants salariés. En effet, le passage d étudiant à salarié, oblige à payer la sécurité sociale du travail en plus de la sécurité étudiante déjà payée en début d année et qui ne peut être arrêtée avant décembre. Au sujet de la restauration universitaire, l attractivité des restaurants universitaires est à travailler. Les lieux ne donnent pas pour l instant envie d aller y manger en groupe. Adrien Vandevelde, vice président de la FAGE, élu au CNOUS Concernant la santé et l équilibre personnel des étudiants, la thématique du sport est absente du tableau, alors que c est une thématique importante du bien être étudiant, à travailler, notamment au vue de l offre des universités via les SIUAPS, du manque de place et d équipements à Paris ainsi que des difficultés d accès à ces lieux de sport. La question du sport est transversale à toutes les thématiques, ce serait dommage de l exclure. Concernant l accès aux soins, PRES Université réfléchit à un guichet unique de Maison de la Santé, avec de la médecine préventive et curative qui permettrait de gagner en visibilité et en accessibilité auprès des étudiants. Concernant les questions d équilibre personnel, il semble que ce soit surtout une question de prévention. L éducation par les pairs étudiants fonctionne bien mais cela nécessite un travail avec les associations, de manière à avoir une réflexion de fond sur la manière de diffuser le message. Concernant la restauration universitaire, il y a clairement un manque de RU sur les sites universitaires, mais aussi et surtout dans les établissements d enseignement supérieur hors université plus durement touchés. Les cafétérias, proposant souvent de la restauration rapide, ne sont pas la bonne solution au vu de l équilibre alimentaire attendu. Il s agit également de réfléchir à l échelonnement des sorties des cours pour éviter un encombrement à l entrée des RU. Le CROUS travaille sur des enquêtes «Panel de RU» sur lesquelles il serait intéressant de s y pencher, afin de mieux appréhender la qualité de la restauration universitaire. Concernant le logement, au-delà de la disponibilité de foncier à Paris, il s agit de penser les formes innovantes de logement. La cohabitation intergénationnelle, citée dans le tableau ne concerne et ne s adapte qu à une minorité d étudiants : il faut se méfier des services et de l accompagnement attendus par les personnes âgées. Une enquête de la DGCCRF sur les clauses abusives peut être utilisée comme base de travail.

5 Au sujet de la colocation, si celle-ci peut-être une solution, il faut aussi se pencher sur les problématiques qui y sont liées, comme la baisse d APL qu elle induit sur le parc privé. Dans le parc social, la piste de la colocation est à encourager, mais attention à la forme de la colocation. Par exemple, 6 ou 8 chambres avec seulement le partage de la cuisine et des sanitaires n est pas forcément la forme de colocation attendue par les étudiants, ni en termes de lien social, ni en termes de coût. Clément Boudin, secrétaire général de la Mutuelle des Etudiants (LMDE) Dans un contexte particulièrement difficile, la LMDE s intéresse à la Santé des étudiants : l assurance maladie recule de plus en plus, les temps de remboursement augmentent, les tarifs des médecins généralistes les plus fréquentés par les étudiants augmenteront encore au 1 er janvier 2011 et la politique de santé est davantage répressive que préventive. Concernant la question de la prévention, le thème de la sexualité est un enjeu important : le 1 er décembre aura lieu la journée mondiale de lutte contre le Sida. La LMDE en partenariat avec le CNOUS et le réseau des œuvres, distribuera des préservatifs masculins et féminins aux étudiants et de l information sur les risques des MST. Il s agit d innover pour aller au-delà de la prévention classique qui ne touche pas les étudiants. Dans le cadre du Conseil, il est nécessaire de s appuyer sur l expertise développée par les différents acteurs de la santé étudiante : la LMDE va par exemple réaliser en 2011 l enquête nationale sur la santé des étudiants N 3 comprenant les conditions de vie (logement, restauration). Il existe aussi des enquêtes sur la notion de temps, qui est particulièrement marquée à Paris avec des sites universitaires éclatés (Paris 1 est sur 18 sites différents) et qui influe sur les conditions de santé et le mal être étudiant. Concernant la sécurité sociale étudiante, un étudiant est affilié au régime de sécurité sociale sauf si il dépasse 60 heures de travail dans le mois, auquel cas, il passe directement au régime général. C est au niveau de l inscription à l université que les problèmes du doublon de sécurité sociale se posent. Dans la démarche du Conseil, il s agit de penser la santé de manière large : tous les sujets, logement et restauration, influent sur la santé et le bien être étudiant. Cerise Vincent, secrétaire générale de la Promotion et Défense des Etudiants (PDE) Concernant la santé, une meilleure accessibilité aux soins est primordiale. Le sport doit être pensé comme une manière de créer du lien social. Concernant la restauration, il s agit de garder des coûts corrects. Concernant le logement, la priorité est sur la garantie des risques locatifs pour ne pas perturber les étudiants dans leur cursus universitaire. Aurélien Loleux, élu au CA du CROUS de Paris, représentant de Panthéon Assas L université Assas n a pas de restaurant universitaire, mais seulement une cafétéria du CROUS «fast food» avec des prix relativement plus chers que le RU. Au sujet du logement et de la Santé, il y a le centre d hébergement Sarah à proximité d Assas tandis que sur le site du 15 ème arrondissement, de nombreux centres paramédicaux sont présents mais il y a peu de logements. Paris Nord Est manque également de logements, mais cela est en travaux.

6 Les PRES sont à intégrer dans la liste des acteurs car ils se développent et entraînent une réduction du nombre de sites en repensant l implantation de l offre immobilière. Les PRES réfléchissent aussi à l aménagement des horaires de cours afin de réduire les temps d attente au Restaurant Universitaire. Claire Thoury, VP des étudiants de l Université Sorbonne Nouvelle Concernant le logement, il s agit de concentrer les efforts sur le Loca-pass, droit indispensable qui est en train de se perdre. Concernant la restauration, à Paris il n y a pas de temps pour manger, ce qui entraîne de la fatigue et certainement du mal être. Concernant la Santé, le projet de l Hôtel-Dieu du PRES Sorbonne Paris Cité devrait marquer une amélioration. La place de l étudiant au sein de son université, le fait qu il s y sente bien et puisse s y investir est lié à son équilibre personnel. Adrian Brun, VP étudiant de l Université Paris Descartes Le bien être étudiant, associé de fait au mal-être, est une problématique importante qui n est pas assez traitée. L accès aux soins, à travers la Médecine Préventive et la promotion de la santé est à discuter. Les SIUMPPS sont peu connus par les étudiants à cause d un manque de communication et d un manque de plus-value par rapport à un médecin généraliste ou spécialiste. En revanche, des consultations spécialisées de type psychologiques sont très utiles et doivent être prises en compte dans les SIUMPPS ou les BAPU. La Maison de la Santé de Sorbonne Paris Cité, dans ce cadre, est très intéressante. La prévention est difficile : on ne sait pas intéresser les étudiants. C est important de réfléchir à comment les interpeller et faire en sorte que les étudiants se sentent concernés. Concernant la restauration universitaire, des problématiques quantitatives et qualitatives se posent et amènent à ce que les étudiants se dirigent volontairement vers les secteurs privés. Certaines cafétérias CROUS ont même déserté des universités pour laisser la place à des services de restauration privée : les étudiants préfèrent parfois payer un peu plus cher pour avoir une meilleure qualité. Cela est vrai pour la cafétéria, mais le restaurant universitaire reste le meilleur rapport qualité-prix, c est pourquoi il doit être développé. La problématique des universités éclatées empêche d installer des RU sur tous les sites universitaires : par exemple, à Montrouge, le RU a des difficultés à rester ouvert par manque de public. Autrement, Port Royal serait un lieu intéressant pour organiser les séances publiques. Pierre Febvre, président de la SMEREP Concernant le logement, la lutte contre l isolement au sein des résidences est un point à travailler, qui rejoint la question de la santé et du mal être des étudiants.

7 En termes de prévention, il faut prendre en compte le fait que les étudiants ont un rapport spécifique à la santé : ils se sentent souvent invincibles et pas forcément touchés par les questions d équilibre alimentaire ou de sport. Il faut travailler la prévention en intégrant cette particularité. Concernant l accès à la santé : Les Médecines Préventives sont sous estimées ; il faut les rendre visibles et connues par les étudiants. Des alternatives existent comme le centre de la SMEREP dans le 15 ème arrondissement qui reprend la même forme qu un centre de santé d arrondissement. Il faudrait mettre en relais les différents acteurs pour augmenter l offre. Au sujet de l équilibre alimentaire, il y a une réelle demande en termes d AMAP et de bio, ont l intérêt de responsabiliser les étudiants au sein de leur quartier et de leur université. Le CROUS a réalisé un gros travail en termes de valorisation des Restaurants Universitaires : il s agit de poursuivre afin de dynamiser l offre en la faisant connaître. Concernant la santé, la sexualité est un enjeu majeur : on pense que c est une thématique acquise, or les enquêtes menées par la SMEREP montrent que les comportements restent assez contradictoires avec l éducation reçue et la connaissance supposée sur les risques liés à la sexualité. Tiffany Koechlin, représentante de l AFEV Concernant le logement, l AFEV développe «la colocation à projet solidaire» qui permet aux étudiants d accéder à la colocation, en résidence ou non, en échange d une implication dans des projets de solidarité locale. Cet axe a permis de travailler avec des observatoires et d étudier le champ de la colocation. Concernant les modes innovants de logement public, différents sujets peuvent être approfondis comme par exemple le fait que de nombreux bailleurs ont des logements vacants. Au niveau du CROUS, la colocation peut poser des problèmes au vu du bail de colocataire défavorable (moins d APL, pas d avantages financiers, etc.). Concernant la question du bien être par le lien social dans les résidences, il existe de nombreuses initiatives étudiantes, mais celles-ci sont noyées parce que les étudiants ne se connaissent pas et sont isolés. Les espaces du CROUS ne sont pas investis : un travail de mutualisation des actions existantes est à réaliser. Il s agit enfin de développer le lien entre l université et le territoire, afin que les résidences étudiantes rentrent dans les programmes de développement et que les étudiants aient connaissance des ressources qui existent sur le territoire. Jean-Baptiste Prévot, responsable de Radio Campus Paris Le lien entre bien être et vie étudiante est importante : il faut favoriser les lieux de vie à l université. Par exemple, Radio Campus Paris a souhaité dans ce cadre, avec l aide du CROUS et la ville de Paris, sonoriser les universités, comme le RU dans le but de créer un espace d expression. DEBAT AUTOUR DE LA QUESTION DU HANDICAP Arnaud Magnin demande pourquoi la question du handicap n a pas été plus abordée? Doit-elle rester dans les sujets à travailler? Pour la ville de Paris, c est une question fondamentale.

8 Adrien Vandevelde, FAGE, remarque que la ville de Paris souhaite adaptée 5 à 10% des chambres en résidence universitaire pour les personnes handicapées : la législation étant à 5%, il est bien d aller volontairement au-delà. Il faut aussi préciser que le handicap ce n est pas seulement être en fauteuil roulant, il s agit de prendre en compte les non-voyants, les malentandants, etc. Or, il n existe pas de politique sur l accessibilité des universités à ces catégories de handicap. Clément Boudin, LMDE, ajoute que les personnes en situation de handicap sont nombreuses à ne pas poursuivre leur parcours scolaire au niveau supérieur, par manque d accompagnement. Arnaud Magnin demande si ces difficultés qui s imposent aux étudiants handicapés ne sont pas particulières à Paris. Le constat montre que de nombreux étudiants handicapés souhaiteraient faire leurs études à paris, mais s y refusent par les difficultés d accessibilité au sein même de Paris. Clément Boudin, LMDE indique que l inconscient collectif peut jouer : il y a l idée qu à Paris, les gens sont fondus dans la masse ; ce qui peut faire fuir. Didier Guillot explique que les associations spécialisées dans le handicap seront invitées aux prochaines réunions, puisque toutes les associations spécialisées sur les thématiques choisies sont conviées à participer. Clément Boudin, LMDE, indique en effet que l association «Droit au savoir» travaille sur la question de l accès des jeunes en situation de handicap à l enseignement supérieur, les inviter permettrait d avoir une expertise sur la question, notamment au niveau de Paris. Claire Thoury, Université Sorbonne Nouvelle, indique que nombreux étudiants en situation de handicap ne se déclarent pas à la rentrée universitaire, par honte de leur handicap, ce qui crée une vision erronée des choses: il faut travailler sur la sensibilisation. Adrian Brun, Université Paris Descartes, ajoute : Il existe une différence entre les personnes en situation de handicap déclarées à la Médecine Préventive et celles déclarées à la Mission Handicap. Il s agit de travailler sur l accueil de ces étudiants sans pointer leur handicap mais leur proposer un accompagnement. Au niveau de l aménagement, la problématique des sites historiques rend difficile la réalisation de travaux. Il s agit également de sensibiliser les étudiants qui ne sont pas handicapés pour favoriser l entraide vers les étudiants handicapés : preneurs de note, accompagnement, etc. Il serait bien d inviter une Mission Handicap d une Université qui a une vision concrète des problématiques de l intégration des étudiants handicapés à l Université. Adrien Vandevelde, FAGE, revient sur les problématiques de site en termes d accès : la FAGE avait réalisé un recensement des lieux accessibles aux handicapés. Un recensement plus poussé des universités, par type de handicap, pourrait être réalisé par la Ville de Paris. Adrian Brun, Université Paris Descartes, indique que des étudiants de Master ont réalisé un projet de mise en conformité du bâtiment en se mettant en situation de handicap au quotidien ; démarche qui n a pas été proposée par les entreprises spécialisées. Ainsi, si des mises en conformité doivent être faites, il faut bien prendre le temps de connaitre les différents handicaps et leurs différents besoins en termes d aménagement.

9 CONCLUSION DES DEBATS Arnaud Magnin conclue les débats en rappelant les sujets formulés par les membres qui ne figuraient pas dans le tableau initial des sujets identifiés par la Ville. Ces sujets seront ajoutés et constitueront un cadre de travail pour toute la démarche du cycle 2010/2011 : La solitude, l isolement et la manière dont on peut lutter contre, grâce à l engagement, à la vie universitaire, dans les restaurants universitaires, etc. La gestion du temps L AMAP et le bio dans la restauration universitaire La communication, l information et la valorisation des actions existantes Le Loca-Pass et la garantie des risques locatifs Les liens entre l université et le territoire La question du sport a été évoquée. Aucun sujet n est à exclure à ce stade, mais au fur et à mesure certains sujets vont ressortir de façon plus importante, qu il s agira de travailler en profondeur. ASSOCIATIONS ET INTERVENANTS A SOLLICITER Arnaud Magnin indique que les membres sont invités à proposer des noms, que ce soit des personnalités expertes ou des associations spécialisées sur les différents thèmes. I Les membres du Conseil sont également invités à envoyer des ressources documentaires (études, enquêtes ou analyses). Cela peut se faire via des échanges de mail. Didier Guillot conclue les échanges en précisant que les maires adjoints de la Ville de Paris, dont le maire adjoint au logement et à la Santé seront présents dans les débats, en tant que personnes ressources. Des élus d arrondissement peuvent également être sollicités pour amener un regard local sur les problématiques évoquées et participer à la coproduction menée dans ce Conseil. Le partage d expérience est très important : ainsi, des expériences au niveau national, voir européen peuvent être mises en valeur dans ce Conseil.

Parlement du Savoir. «Conditions de vie et de Réussite des étudiants»

Parlement du Savoir. «Conditions de vie et de Réussite des étudiants» Parlement du Savoir «Conditions de vie et de Réussite des étudiants» Animateurs : Sabine Duhamel (VP Formation ULCO, COMUE LNF) Léo Voisin (Elu étudiant UNEF) Le 25 juin 2015, Lille Pourquoi ce groupe

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

1. Réactions des participants suite aux éléments de synthèses des ateliers et rencontres de sites

1. Réactions des participants suite aux éléments de synthèses des ateliers et rencontres de sites ATELIER «Besoins de la vie étudiante» du 22 février 2011 1. Réactions des participants suite aux éléments de synthèses des ateliers et rencontres de sites Axe de réflexion : Les manques sur le campus Différents

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Réseau rural de Basse-Normandie Groupe de travail thématique : «Bien gérer l'espace en milieu

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

La démarche «Jeunes et Métropole»

La démarche «Jeunes et Métropole» La démarche «Jeunes et Métropole» du Conseil de développement de la métropole lilloise Novembre 2003 septembre 2004 1 Une volonté d être à l écoute des jeunes Objectif fixé: 4000 questionnaires Objectifs

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Consultation de prévention en milieu étudiant

Consultation de prévention en milieu étudiant Consultation de prévention en milieu étudiant Pierre Faivre administrateur à l USEM, élu de la SMEREP Maison de la Mutualité Sommaire 1. Vie étudiante en Ile de France : Des mutuelles étudiantes régionales

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

Coût de la rentrée universitaire à Poitiers

Coût de la rentrée universitaire à Poitiers Coût de la rentrée universitaire à Poitiers Édition 2013 À l heure où les étudiants préparent leur rentrée, l AFEP (Association Fédérative des étudiants de Poitiers) s est penchée sur le coût de la rentrée

Plus en détail

La santé des étudiants

La santé des étudiants La santé des étudiants Organisation et problématiques Centre de Formation SOMMAIRE Introduction Les origines de la santé étudiante La santé étudiante aujourd hui Les acteurs de la santé étudiante Conclusion

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants Laurent Michel Délégué Général de l USEM Marie Portal Etudiante en Master 2 Promotion de la santé, ISPED Stagiaire à l USEM L USEM et les SMERS

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

conseil de la vie étudiante

conseil de la vie étudiante dossier de PRESSE 16 février 2012 conseil de la vie étudiante Les étudiants ont la parole! CONTACT PRESSE Agnès BARANGER 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00 agnes.baranger@grand-nancy.org Les enjeux du développement

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE :

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : ACCUEIL, INFORMATION, ORIENTATION LOGEMENT INTERGENERATIONNEL Le service logement temporaire de la Communauté de Communes du Diois est en place depuis février 2007.

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences humaines et sociales de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Volontaire AFEV mission lycées professionnels

Volontaire AFEV mission lycées professionnels Volontaire AFEV mission lycées professionnels scolarité en liens étroits avec deux lycées professionnels partenaires. o Vous assurerez l animation d un groupe de bénévoles accompagnant des lycéens professionnels.

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Les Conférences de Territoire

Les Conférences de Territoire Les Conférences de Territoire Conférences de Territoire de Bretagne Guide de présentation onférence erritoire Rennes - Redon Fougères - Vitré 2 Les différentes parties du guide Présentation du guide...4

Plus en détail

Choisir ensemble Notre projet collectif

Choisir ensemble Notre projet collectif 5 module Choisir ensemble Notre projet collectif p. 01 Pendant les pauses, on ne parle plus de tout et de rien, on parle de notre projet! C est bien de faire un projet ensemble, pour voir les capacités

Plus en détail

Régimes Spéciaux d Études & Aménagements

Régimes Spéciaux d Études & Aménagements Contribution de la FAEP Régimes Spéciaux d Études & Aménagements La FAEP est membre de la FAGE et du CRAJEP de Picardie www.faep.fr Régimes Spéciaux d Études & Aménagements Avant propos : L université

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30

Réunion avec les directeurs de CROUS. sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté. Lundi 13 décembre à 14 h 30 Réunion avec les directeurs de CROUS sur les actions de solidarité vis-à-vis des étudiants en grande difficulté Lundi 13 décembre à 14 h 30 Généraliser les mesures d accueil d urgence Les 28 CROUS répartis

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

«Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes»

«Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes» Jeunes, musique et santé: Prévention par les pairs «Sensibilisation des risques auditifs en milieu festif: des relais étudiants qui parlent aux jeunes» Julie BURSON Coordinatrice réseau prévention-la Mutuelle

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

WRAP ' 15. 1er W eek-end de R entrée des A ssociatifs P arisiens. 6, 7 et 8 novembre 2015

WRAP ' 15. 1er W eek-end de R entrée des A ssociatifs P arisiens. 6, 7 et 8 novembre 2015 WRAP ' 15 1er W eek-end de R entrée des A ssociatifs P arisiens 6, 7 et 8 novembre 2015 Un week-end de formation et de cohésion L'AGEP organise pour la première fois son Week-End de Rentrée des Associatifs

Plus en détail

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014!

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! vous invitent aux Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! Les premières Rencontres Nationales de la Démocratie Participative, organisées par le Département du Val de Marne en 2011, ont rassemblé

Plus en détail

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Ordre du jour Définition des objectifs Acteurs locaux présents Albert KRAFFT Jérémy RIEGEL Jean

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013 CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN 5 Mars 2013 Compte rendu délibératif final de l auto saisine «Démocratie locale et de proximité : Projet de redynamisation de la démocratie participative à Digne-les-Bains»

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub.

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub. FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT www.concertations.lacub.fr 1 Les ateliers thématiques : contexte et déroulement 1# Les

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel,

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, 5 Passage Delessert 75010 Paris tél : +33 1 53 26 99 82 +33 6 10 59 95

Plus en détail

Accueillir un spectacle à la bibliothèque

Accueillir un spectacle à la bibliothèque Accueillir un spectacle à la bibliothèque Objectifs : Faire découvrir le spectacle vivant. Valoriser un fonds de la bibliothèque en lien avec le spectacle (conte, théâtre, etc ). Valoriser les artistes.

Plus en détail

Assistant(e) Social(e)

Assistant(e) Social(e) CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Assistant(e) Social(e) Le Métier d Assistant(e) Social(e) L assistant de service social, qui est parfois spécialisé (drogue,

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon

Evaluateur du projet : Observatoire régional de la santé en Languedoc-Roussillon Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles Ordre du jour Bilan intermédiaire 17 septembre 2009 - Participation des habitants - Présentation des résultats (réunions + enquête habitants) - Tour de table, échange sur les priorités de santé - Groupes

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Rôle de CampusFrance

Rôle de CampusFrance Réunion d'information 20 novembre 2012 La vie d un étudiant en France Institut français du Rôle de CampusFrance Le suivi de la procédure CampusFrance est obligatoire pour tout projet d étude diplômant

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Objectif de la fiche Cette fiche vise à présenter les différents axes de coopération qui peuvent être proposés à une entreprise, ou un

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail