Cycle 2010 / 2011 d Etudiant de Paris Le Conseil. Le bien être des étudiants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cycle 2010 / 2011 d Etudiant de Paris Le Conseil. Le bien être des étudiants"

Transcription

1 Cycle 2010 / 2011 d Etudiant de Paris Le Conseil Le bien être des étudiants 1 ère séance du 25 novembre 2010 Compte-rendu INTRODUCTION Didier GUILLOT, adjoint au Maire de Paris, chargé de la vie étudiante, remercie les membres pour leur présence et souhaite la bienvenue aux nouveaux membres du Conseil pour ce deuxième cycle d Etudiant de Paris Le Conseil sur le thème du bien être étudiant à Paris, qui durera 6 mois et comprend quelques nouveautés : Le Conseil s est renouvelé et accueille de nouveaux membres Le Conseil sera ouvert à tous les étudiants de Paris, à travers deux séances publiques dont le lieu reste à déterminer avec le Conseil. Le cabinet Res publica accompagne la Ville de Paris dans le bon déroulement du Conseil et l organisation de la concertation. Didier Guillot revient sur l implication des membres du Conseil comme facteur de réussite du premier cycle 2009/2010, qu il espère voir se renouveler cette année. En effet, l implication des membres a permis un suivi et un travail approfondi dont le diagnostic et les solutions ont été partagées : les délibérations votées ont été mises en œuvre par la Ville, des universités ou encore des associations à Paris. Enfin, le Conseil a désormais un rôle de suivi sur l application des mesures issues des réflexions menées lors des séances. La notion de bien être étudiant Le bien être étudiant recouvre ici les conditions de vie étudiantes à Paris et plus précisément les questions de restauration et d équilibre alimentaire, la santé et le logement. Le logement et l accès à l autonomie des étudiants parisiens est actuellement prioritaire pour la Ville de Paris (200 millions d euros pour le mandat), qui met en œuvre une production de logements sociaux étudiants définie et encadrée. Dans ce cycle, il s agira donc de discuter des pistes d amélioration en termes d accès au logement (connaissance des offres, cohabitations, etc.) sur lesquelles la Ville de Paris peut continuer à travailler. Calendrier du cycle Arnaud Magnin, directeur de cabinet de Didier Guillot, explique le choix cette année de renforcer la parole des étudiants hors Conseil via, le site Internet déjà présent pour le cycle 2009/2010, mais surtout dans le cadre des séances publiques à organiser dans les sites universitaires parisiens. Le Conseil est invité à participer à chaque étape du calendrier : Le 11 janvier en séance plénière avec le Conseil, des experts, des associations, des élus et des étudiants, à l Hôtel de Ville de Paris. Le 1 er et 8 février, aux deux séances publiques en site universitaire. De Mars à Mai, (1 er mars, 5 avril et 3 mai), aux 3 réunions du Conseil à huit clos, dont la réflexion s appuiera sur le travail des membres mais aussi sur les pistes de réflexion formulées par les étudiants en séances publiques.. Le 7 juin, à une séance ouverte au public, aux associations et aux experts qui présentera le contenu des propositions issues du cycle qui seront transmises par Didier Guillot au Maire et au Conseil de Paris.

2 Organisation et processus du cycle Sophie Guillain, de Res publica, ajoute quelques éléments sur l organisation du processus et le rôle de chacun des participants : Le Conseil sera ouvert aux associations spécialisées sur les problématiques abordées dans le cycle. La participation des étudiants hors conseil aux séances publiques nécessite une campagne de communication, mise en place par la Ville de Paris, mais aussi un fort relais de la part des membres du Conseil afin de toucher des étudiants qui, eux, n ont pas l habitude de venir s exprimer. La plateforme Internet fonctionnera en parallèle des séances et a pour but d alimenter les travaux du Conseil. Un questionnaire propose aux étudiants d indiquer les problèmes qu ils rencontrent sur les sujets d enjeu (restauration et équilibre alimentaire, santé et logement) : il a ainsi pour objectif de nourrir le diagnostic. Puis, à partir de mars, lors des séances du conseil, sera ouvert sur la plateforme un lieu d échanges et de commentaires sur les propositions émises par les membres du Conseil. Entre toutes les séances, des comptes rendus seront diffusés aux membres afin de nourrir la réflexion. Les séances publiques prendront la forme de tables ronde qui permettront aux étudiants hors conseil de travailler sur les sujets. Des questions leurs seront soumises pour lancer le débat ; elles devront être travaillées par les membres du Conseil, en fonction des sujets délimités aujourd hui. L objectif final de cette démarche est d émettre des propositions et de les confiner dans un rapport final à remettre au Conseil de Paris. DELIMITATION DES SUJETS A METTRE EN DEBAT Arnaud Magnin présente le tableau de synthèse des thématiques du cycle transmis aux membres du Conseil. Celui-ci est indicatif, c est une base pour la discussion, qui doit mener, durant cette réunion, au cadrage des sujets à mettre en débat dans les prochaines séances publiques et du Conseil. Les membres sont invités à discuter sur les sujets qui leur paraissent importants, à les compléter ou à en ajouter de nouveaux qui ne figurent pas dans le tableau. Ce tableau, complété par les membres du Conseil, constituera l outil de travail pour la suite du processus. Il sera amené à être complété. Julie Mondelbaum syndiquée à l UNEF, suppléante au CROUS de Paris et élue étudiante Le logement reste, en effet, la priorité numéro 1 : Bien qu il y ait des projets de construction en cours à Paris, il reste un grand déficit en logement : le pourcentage étudiant logé en cité universitaire est très faible et l accès au privé est difficile. Cela remet en cause l accès à l autonomie, mais surtout l accès même à l université pour les étudiants venant de province. La mairie, bien qu elle mène déjà un gros travail, devrait poursuivre sa politique de construction. Des choses sont à faire concernant l encadrement du logement privé et l aide à l accès au logement privé, tel que le loca-pass remis en cause au niveau de l Etat, qu il s agirait de reprendre au niveau de la mairie. Il est également possible d agir sur les actions d aide à l accès au logement au moment de la rentrée. La vie étudiante dans les résidences universitaires est un vrai manque à Paris. Entre des étudiants qui viennent d endroits différents et sont dans des universités/écoles différentes, il n y a pas de vie étudiante pour les rassembler et il manque des lieux de vie. C est un sujet qui est à travailler avec l aide des élus étudiants au sein des résidences universitaires, notamment pour l animation de la vie étudiante. Il s agit ainsi d éviter le repli et le mal-être étudiant en voie de développement et lié aux conditions sociales.

3 Au sujet de la santé, il existe un problème d accès aux soins à Paris. De nombreux étudiants ne se soignent pas pour des raisons financières, notamment pour consulter les spécialistes. Il s agit de réfléchir à des structures de santé au sein même de l université, comme à Paris 8 où l accès aux médecins présents sur le site est gratuit. Au sujet de la restauration, il existe à Paris des cités universitaires vierges de toute restauration, d où les chiffres important de restauration étudiante dans le privé. Or, le coût est important et la qualité de nourriture mauvaise. Le restaurant universitaire, lui, permet d accéder à des repas équilibrés pour un coût réduit, contrairement à la cafétéria du Crous, plus rependue. Ces restaurants sont donc à développer sur les sites universitaires en demande. Saina, élue au CROUS de Paris et représentante de l Université Paris 7 L Université Paris 7 est particulièrement touchée par les problématiques de la restauration universitaire : la taille du restaurant ne permet pas d accueillir tous les étudiants. En revanche, deux cafétérias, ouvertes en permanence et toute la journée, sont un réel lieu de vie, où sont présentées des expositions faites par les étudiants, où les étudiants travaillent en groupe grâce au wifi, etc Ainsi, ces espaces sont importants à développer. Lorsqu un restaurant universitaire est ouvert le soir, les étudiants y vont entre amis ; c est un véritable lieu de lien social à l université : on s y retrouve hors des cours pour partager. Il est nécessaire de développer les restaurants universitaires sur chaque site, mais aussi de les imaginer comme lieu de vie au-delà de la restauration. Concernant la Médecine Préventive, attention aux consultations gratuites qui ne permettent pas de prescription de médicaments. Les étudiants doivent être informés sur ce statut spécifique de prévention. Aussi, pour être efficaces, les Médecines Préventives doivent être intégrées sur le site même de l université. A Paris 7, le site principal est dans le 15 ème arrondissement tandis que la Médecine Préventive qui y est rattachée est à Gare du Nord. Il est question de l utilité et de la fréquentation de ces lieux. Gabriel Juge, animateur du réseau Animafac L équilibre personnel est clairement relié à la sociabilisation des étudiants, qui peut passer par l engagement associatif. Des études sociologiques ont été réalisées, notamment par Stephane Beaud, qui montrent que la réussite académique passe par la sociabilisation au sens large des étudiants sur les campus. Cela rejoint la question de la vie étudiante dans les restaurants et les résidences universitaires : beaucoup d associations ne choisissent pas ces lieux pour leurs actions parce que l accès y est très difficile, alors même que beaucoup de choses peuvent s y faire. De nombreux projets d AMAP Campus peuvent être intégrés à la réflexion sur la restauration étudiante. Il s agit de les mettre en valeur et de les accompagner. Concernant la prévention des risques, il existe un vrai manque chez les associations étudiantes, pour informer et communiquer sur la prévention. Dans ce cadre, Animafac développe actuellement un kit d actions destiné aux associations pour faciliter la mise en place de la prévention chez les étudiants.

4 Cyndi Petrieux, trésorière adjointe à la confédération étudiante et responsable du logement Au sujet du logement : La Confédération Etudiante mène une campagne contre les vendeurs de listes qui tentent, dans le contexte d un parc social difficile, d arnaquer les étudiants. Aujourd hui, le secrétaire d Etat chargé du logement, Benoît Apparu, a été saisi, une enquête de la répression des fraudes est en cours et la Confédération Etudiante a lancé une enquête avec des associations de consommateurs, dont les premiers chiffres arriveront courant décembre La confédération Etudiante souhaite que Etudiant de Paris Le Conseil puisse s investir dans la conférence nationale du logement étudiant, lancée par les trois ministères Jeunesse, Enseignement Supérieur et Logement. Au sujet du Loca-pass, il serait intéressant d inviter les représentants du 1% logement qui s occupent aussi de la GRL (Garantie des Risques Locatifs), aujourd hui plus avantageuse pour les étudiants. Au sujet de la santé, au-delà de l accès financier et de la question de la sociabilisation dans les lieux de vie universitaire, essentiels, il y a la question des étudiants salariés. En effet, le passage d étudiant à salarié, oblige à payer la sécurité sociale du travail en plus de la sécurité étudiante déjà payée en début d année et qui ne peut être arrêtée avant décembre. Au sujet de la restauration universitaire, l attractivité des restaurants universitaires est à travailler. Les lieux ne donnent pas pour l instant envie d aller y manger en groupe. Adrien Vandevelde, vice président de la FAGE, élu au CNOUS Concernant la santé et l équilibre personnel des étudiants, la thématique du sport est absente du tableau, alors que c est une thématique importante du bien être étudiant, à travailler, notamment au vue de l offre des universités via les SIUAPS, du manque de place et d équipements à Paris ainsi que des difficultés d accès à ces lieux de sport. La question du sport est transversale à toutes les thématiques, ce serait dommage de l exclure. Concernant l accès aux soins, PRES Université réfléchit à un guichet unique de Maison de la Santé, avec de la médecine préventive et curative qui permettrait de gagner en visibilité et en accessibilité auprès des étudiants. Concernant les questions d équilibre personnel, il semble que ce soit surtout une question de prévention. L éducation par les pairs étudiants fonctionne bien mais cela nécessite un travail avec les associations, de manière à avoir une réflexion de fond sur la manière de diffuser le message. Concernant la restauration universitaire, il y a clairement un manque de RU sur les sites universitaires, mais aussi et surtout dans les établissements d enseignement supérieur hors université plus durement touchés. Les cafétérias, proposant souvent de la restauration rapide, ne sont pas la bonne solution au vu de l équilibre alimentaire attendu. Il s agit également de réfléchir à l échelonnement des sorties des cours pour éviter un encombrement à l entrée des RU. Le CROUS travaille sur des enquêtes «Panel de RU» sur lesquelles il serait intéressant de s y pencher, afin de mieux appréhender la qualité de la restauration universitaire. Concernant le logement, au-delà de la disponibilité de foncier à Paris, il s agit de penser les formes innovantes de logement. La cohabitation intergénationnelle, citée dans le tableau ne concerne et ne s adapte qu à une minorité d étudiants : il faut se méfier des services et de l accompagnement attendus par les personnes âgées. Une enquête de la DGCCRF sur les clauses abusives peut être utilisée comme base de travail.

5 Au sujet de la colocation, si celle-ci peut-être une solution, il faut aussi se pencher sur les problématiques qui y sont liées, comme la baisse d APL qu elle induit sur le parc privé. Dans le parc social, la piste de la colocation est à encourager, mais attention à la forme de la colocation. Par exemple, 6 ou 8 chambres avec seulement le partage de la cuisine et des sanitaires n est pas forcément la forme de colocation attendue par les étudiants, ni en termes de lien social, ni en termes de coût. Clément Boudin, secrétaire général de la Mutuelle des Etudiants (LMDE) Dans un contexte particulièrement difficile, la LMDE s intéresse à la Santé des étudiants : l assurance maladie recule de plus en plus, les temps de remboursement augmentent, les tarifs des médecins généralistes les plus fréquentés par les étudiants augmenteront encore au 1 er janvier 2011 et la politique de santé est davantage répressive que préventive. Concernant la question de la prévention, le thème de la sexualité est un enjeu important : le 1 er décembre aura lieu la journée mondiale de lutte contre le Sida. La LMDE en partenariat avec le CNOUS et le réseau des œuvres, distribuera des préservatifs masculins et féminins aux étudiants et de l information sur les risques des MST. Il s agit d innover pour aller au-delà de la prévention classique qui ne touche pas les étudiants. Dans le cadre du Conseil, il est nécessaire de s appuyer sur l expertise développée par les différents acteurs de la santé étudiante : la LMDE va par exemple réaliser en 2011 l enquête nationale sur la santé des étudiants N 3 comprenant les conditions de vie (logement, restauration). Il existe aussi des enquêtes sur la notion de temps, qui est particulièrement marquée à Paris avec des sites universitaires éclatés (Paris 1 est sur 18 sites différents) et qui influe sur les conditions de santé et le mal être étudiant. Concernant la sécurité sociale étudiante, un étudiant est affilié au régime de sécurité sociale sauf si il dépasse 60 heures de travail dans le mois, auquel cas, il passe directement au régime général. C est au niveau de l inscription à l université que les problèmes du doublon de sécurité sociale se posent. Dans la démarche du Conseil, il s agit de penser la santé de manière large : tous les sujets, logement et restauration, influent sur la santé et le bien être étudiant. Cerise Vincent, secrétaire générale de la Promotion et Défense des Etudiants (PDE) Concernant la santé, une meilleure accessibilité aux soins est primordiale. Le sport doit être pensé comme une manière de créer du lien social. Concernant la restauration, il s agit de garder des coûts corrects. Concernant le logement, la priorité est sur la garantie des risques locatifs pour ne pas perturber les étudiants dans leur cursus universitaire. Aurélien Loleux, élu au CA du CROUS de Paris, représentant de Panthéon Assas L université Assas n a pas de restaurant universitaire, mais seulement une cafétéria du CROUS «fast food» avec des prix relativement plus chers que le RU. Au sujet du logement et de la Santé, il y a le centre d hébergement Sarah à proximité d Assas tandis que sur le site du 15 ème arrondissement, de nombreux centres paramédicaux sont présents mais il y a peu de logements. Paris Nord Est manque également de logements, mais cela est en travaux.

6 Les PRES sont à intégrer dans la liste des acteurs car ils se développent et entraînent une réduction du nombre de sites en repensant l implantation de l offre immobilière. Les PRES réfléchissent aussi à l aménagement des horaires de cours afin de réduire les temps d attente au Restaurant Universitaire. Claire Thoury, VP des étudiants de l Université Sorbonne Nouvelle Concernant le logement, il s agit de concentrer les efforts sur le Loca-pass, droit indispensable qui est en train de se perdre. Concernant la restauration, à Paris il n y a pas de temps pour manger, ce qui entraîne de la fatigue et certainement du mal être. Concernant la Santé, le projet de l Hôtel-Dieu du PRES Sorbonne Paris Cité devrait marquer une amélioration. La place de l étudiant au sein de son université, le fait qu il s y sente bien et puisse s y investir est lié à son équilibre personnel. Adrian Brun, VP étudiant de l Université Paris Descartes Le bien être étudiant, associé de fait au mal-être, est une problématique importante qui n est pas assez traitée. L accès aux soins, à travers la Médecine Préventive et la promotion de la santé est à discuter. Les SIUMPPS sont peu connus par les étudiants à cause d un manque de communication et d un manque de plus-value par rapport à un médecin généraliste ou spécialiste. En revanche, des consultations spécialisées de type psychologiques sont très utiles et doivent être prises en compte dans les SIUMPPS ou les BAPU. La Maison de la Santé de Sorbonne Paris Cité, dans ce cadre, est très intéressante. La prévention est difficile : on ne sait pas intéresser les étudiants. C est important de réfléchir à comment les interpeller et faire en sorte que les étudiants se sentent concernés. Concernant la restauration universitaire, des problématiques quantitatives et qualitatives se posent et amènent à ce que les étudiants se dirigent volontairement vers les secteurs privés. Certaines cafétérias CROUS ont même déserté des universités pour laisser la place à des services de restauration privée : les étudiants préfèrent parfois payer un peu plus cher pour avoir une meilleure qualité. Cela est vrai pour la cafétéria, mais le restaurant universitaire reste le meilleur rapport qualité-prix, c est pourquoi il doit être développé. La problématique des universités éclatées empêche d installer des RU sur tous les sites universitaires : par exemple, à Montrouge, le RU a des difficultés à rester ouvert par manque de public. Autrement, Port Royal serait un lieu intéressant pour organiser les séances publiques. Pierre Febvre, président de la SMEREP Concernant le logement, la lutte contre l isolement au sein des résidences est un point à travailler, qui rejoint la question de la santé et du mal être des étudiants.

7 En termes de prévention, il faut prendre en compte le fait que les étudiants ont un rapport spécifique à la santé : ils se sentent souvent invincibles et pas forcément touchés par les questions d équilibre alimentaire ou de sport. Il faut travailler la prévention en intégrant cette particularité. Concernant l accès à la santé : Les Médecines Préventives sont sous estimées ; il faut les rendre visibles et connues par les étudiants. Des alternatives existent comme le centre de la SMEREP dans le 15 ème arrondissement qui reprend la même forme qu un centre de santé d arrondissement. Il faudrait mettre en relais les différents acteurs pour augmenter l offre. Au sujet de l équilibre alimentaire, il y a une réelle demande en termes d AMAP et de bio, ont l intérêt de responsabiliser les étudiants au sein de leur quartier et de leur université. Le CROUS a réalisé un gros travail en termes de valorisation des Restaurants Universitaires : il s agit de poursuivre afin de dynamiser l offre en la faisant connaître. Concernant la santé, la sexualité est un enjeu majeur : on pense que c est une thématique acquise, or les enquêtes menées par la SMEREP montrent que les comportements restent assez contradictoires avec l éducation reçue et la connaissance supposée sur les risques liés à la sexualité. Tiffany Koechlin, représentante de l AFEV Concernant le logement, l AFEV développe «la colocation à projet solidaire» qui permet aux étudiants d accéder à la colocation, en résidence ou non, en échange d une implication dans des projets de solidarité locale. Cet axe a permis de travailler avec des observatoires et d étudier le champ de la colocation. Concernant les modes innovants de logement public, différents sujets peuvent être approfondis comme par exemple le fait que de nombreux bailleurs ont des logements vacants. Au niveau du CROUS, la colocation peut poser des problèmes au vu du bail de colocataire défavorable (moins d APL, pas d avantages financiers, etc.). Concernant la question du bien être par le lien social dans les résidences, il existe de nombreuses initiatives étudiantes, mais celles-ci sont noyées parce que les étudiants ne se connaissent pas et sont isolés. Les espaces du CROUS ne sont pas investis : un travail de mutualisation des actions existantes est à réaliser. Il s agit enfin de développer le lien entre l université et le territoire, afin que les résidences étudiantes rentrent dans les programmes de développement et que les étudiants aient connaissance des ressources qui existent sur le territoire. Jean-Baptiste Prévot, responsable de Radio Campus Paris Le lien entre bien être et vie étudiante est importante : il faut favoriser les lieux de vie à l université. Par exemple, Radio Campus Paris a souhaité dans ce cadre, avec l aide du CROUS et la ville de Paris, sonoriser les universités, comme le RU dans le but de créer un espace d expression. DEBAT AUTOUR DE LA QUESTION DU HANDICAP Arnaud Magnin demande pourquoi la question du handicap n a pas été plus abordée? Doit-elle rester dans les sujets à travailler? Pour la ville de Paris, c est une question fondamentale.

8 Adrien Vandevelde, FAGE, remarque que la ville de Paris souhaite adaptée 5 à 10% des chambres en résidence universitaire pour les personnes handicapées : la législation étant à 5%, il est bien d aller volontairement au-delà. Il faut aussi préciser que le handicap ce n est pas seulement être en fauteuil roulant, il s agit de prendre en compte les non-voyants, les malentandants, etc. Or, il n existe pas de politique sur l accessibilité des universités à ces catégories de handicap. Clément Boudin, LMDE, ajoute que les personnes en situation de handicap sont nombreuses à ne pas poursuivre leur parcours scolaire au niveau supérieur, par manque d accompagnement. Arnaud Magnin demande si ces difficultés qui s imposent aux étudiants handicapés ne sont pas particulières à Paris. Le constat montre que de nombreux étudiants handicapés souhaiteraient faire leurs études à paris, mais s y refusent par les difficultés d accessibilité au sein même de Paris. Clément Boudin, LMDE indique que l inconscient collectif peut jouer : il y a l idée qu à Paris, les gens sont fondus dans la masse ; ce qui peut faire fuir. Didier Guillot explique que les associations spécialisées dans le handicap seront invitées aux prochaines réunions, puisque toutes les associations spécialisées sur les thématiques choisies sont conviées à participer. Clément Boudin, LMDE, indique en effet que l association «Droit au savoir» travaille sur la question de l accès des jeunes en situation de handicap à l enseignement supérieur, les inviter permettrait d avoir une expertise sur la question, notamment au niveau de Paris. Claire Thoury, Université Sorbonne Nouvelle, indique que nombreux étudiants en situation de handicap ne se déclarent pas à la rentrée universitaire, par honte de leur handicap, ce qui crée une vision erronée des choses: il faut travailler sur la sensibilisation. Adrian Brun, Université Paris Descartes, ajoute : Il existe une différence entre les personnes en situation de handicap déclarées à la Médecine Préventive et celles déclarées à la Mission Handicap. Il s agit de travailler sur l accueil de ces étudiants sans pointer leur handicap mais leur proposer un accompagnement. Au niveau de l aménagement, la problématique des sites historiques rend difficile la réalisation de travaux. Il s agit également de sensibiliser les étudiants qui ne sont pas handicapés pour favoriser l entraide vers les étudiants handicapés : preneurs de note, accompagnement, etc. Il serait bien d inviter une Mission Handicap d une Université qui a une vision concrète des problématiques de l intégration des étudiants handicapés à l Université. Adrien Vandevelde, FAGE, revient sur les problématiques de site en termes d accès : la FAGE avait réalisé un recensement des lieux accessibles aux handicapés. Un recensement plus poussé des universités, par type de handicap, pourrait être réalisé par la Ville de Paris. Adrian Brun, Université Paris Descartes, indique que des étudiants de Master ont réalisé un projet de mise en conformité du bâtiment en se mettant en situation de handicap au quotidien ; démarche qui n a pas été proposée par les entreprises spécialisées. Ainsi, si des mises en conformité doivent être faites, il faut bien prendre le temps de connaitre les différents handicaps et leurs différents besoins en termes d aménagement.

9 CONCLUSION DES DEBATS Arnaud Magnin conclue les débats en rappelant les sujets formulés par les membres qui ne figuraient pas dans le tableau initial des sujets identifiés par la Ville. Ces sujets seront ajoutés et constitueront un cadre de travail pour toute la démarche du cycle 2010/2011 : La solitude, l isolement et la manière dont on peut lutter contre, grâce à l engagement, à la vie universitaire, dans les restaurants universitaires, etc. La gestion du temps L AMAP et le bio dans la restauration universitaire La communication, l information et la valorisation des actions existantes Le Loca-Pass et la garantie des risques locatifs Les liens entre l université et le territoire La question du sport a été évoquée. Aucun sujet n est à exclure à ce stade, mais au fur et à mesure certains sujets vont ressortir de façon plus importante, qu il s agira de travailler en profondeur. ASSOCIATIONS ET INTERVENANTS A SOLLICITER Arnaud Magnin indique que les membres sont invités à proposer des noms, que ce soit des personnalités expertes ou des associations spécialisées sur les différents thèmes. I Les membres du Conseil sont également invités à envoyer des ressources documentaires (études, enquêtes ou analyses). Cela peut se faire via des échanges de mail. Didier Guillot conclue les échanges en précisant que les maires adjoints de la Ville de Paris, dont le maire adjoint au logement et à la Santé seront présents dans les débats, en tant que personnes ressources. Des élus d arrondissement peuvent également être sollicités pour amener un regard local sur les problématiques évoquées et participer à la coproduction menée dans ce Conseil. Le partage d expérience est très important : ainsi, des expériences au niveau national, voir européen peuvent être mises en valeur dans ce Conseil.

La santé des étudiants

La santé des étudiants La santé des étudiants Organisation et problématiques Centre de Formation SOMMAIRE Introduction Les origines de la santé étudiante La santé étudiante aujourd hui Les acteurs de la santé étudiante Conclusion

Plus en détail

Statut, Reconnaissance et Formation. Coût de la vie des étudiants en Médecine

Statut, Reconnaissance et Formation. Coût de la vie des étudiants en Médecine Statut, Reconnaissance et Formation Coût de la vie des étudiants en Médecine 0 Dans le contexte actuel marqué par une volonté forte des acteurs décisionnaires de modifier profondément, à la fois les études

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC)

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

INTRODUCTION. Pourquoi un tel indicateur?

INTRODUCTION. Pourquoi un tel indicateur? Is i 0 INTRODUCTION Pour cette rentrée étudiante 2013-2012 la FACE 06, Fédération des Associations et Corporations Étudiantes des Alpes- Maritimes, publie son indicateur du coût de la rentrée étudiante.

Plus en détail

Guide pratique à l usage des futurs étudiants:

Guide pratique à l usage des futurs étudiants: Guide pratique à l usage des futurs étudiants: Bien préparer ses études supérieures Informations sociales et administratives Le rôle de l assistante sociale Elle a pour mission de favoriser l amélioration

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Enquête sur le Coût de la Rentrée 2013

Enquête sur le Coût de la Rentrée 2013 Enquête sur le Coût de la Rentrée 2013 Par PRESENTATION Créée en 1991, INTERCampus est la fédération des associations étudiantes, corporations et bureaux des étudiants de la Région. Elle est régie par

Plus en détail

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement Publications SGP SGP - P904006 - P904074 Mensuel - Mensuel - Numero - Numéro Spécial Spécial - N 157 - N - Août 157 2009 - Août (Ne 2009 paraît (Ne pas paraît en juillet) pas en - Ed. juillet) resp. -

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

COMITE DE LIGNE TER NORD - PAS DE CALAIS 12 «Dunkerque-Calais-Boulogne-Rang du Fliers» Samedi 30 mai 2015 A Calais

COMITE DE LIGNE TER NORD - PAS DE CALAIS 12 «Dunkerque-Calais-Boulogne-Rang du Fliers» Samedi 30 mai 2015 A Calais COMITE DE LIGNE TER NORD - PAS DE CALAIS 12 «Dunkerque-Calais-Boulogne-Rang du Fliers» Samedi 30 mai 2015 A Calais Cette 20ème réunion du Comité de Ligne n 12 s'est tenue le 30 mai 2015 de 10h à 12h sous

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE PARIS DESCARTES 12, rue de l école de Médecine 75006 PARIS STATUTS DU CENTRE DE GESTION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DES SAINTS PERES (CG-CUSP) VU le Code de l éducation VU le décret

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

1) DCM 2014-001 : ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE POUR LA MAISON DU TEMPS LIBRE

1) DCM 2014-001 : ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE POUR LA MAISON DU TEMPS LIBRE Chris L an deux mille quatorze, le quatorze février, à dix-neuf heures, Le Conseil Municipal de la Commune de Méréville s est réuni au lieu ordinaire de ses séances, après convocation légale, sous la présidence

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Guide pratique pour les étudiants

Guide pratique pour les étudiants Guide pratique pour les étudiants SOMMAIRE Des aides financières plus nombreuses et plus justes p. 3 La réussite des étudiants, une priorité p. 11 Des conditions de vie et d études améliorées p. 18 L insertion

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Indicateur du coût de la rentrée étudiante à Poitiers

Indicateur du coût de la rentrée étudiante à Poitiers Indicateur du coût de la rentrée étudiante à Édition 2015 Par l Association Fédérative des Étudiants de. E n ce début de mois de septembre et comme au début de chaque année universitaire, l (AFEP), première

Plus en détail

Compte rendu de la quatrième réunion du Conseil d Administration :

Compte rendu de la quatrième réunion du Conseil d Administration : Compte rendu de la quatrième réunion du Conseil d Administration : Date et lieu: le mardi 4 novembre 2014 à 18h00 salle 327 Atrium, Campus Jussieu. Le conseil d administration est présidé par Mr Paul Gersberg

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Madame la Ministre, chère Valérie, Monsieur le député Anciaux, Madame la présidente

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

GUIDE DES LOGEMENTS ÉTUDIANTS VALENCE

GUIDE DES LOGEMENTS ÉTUDIANTS VALENCE GUIDE DES LOGEMENTS ÉTUDIANTS VALENCE Pourquoi faire compliqué quand on Peut faire crous??? Edito 3 V ous avez choisi de venir étudier dans l académie de Grenoble, le Centre Régional des Oeuvres Universitaires

Plus en détail

GUIDE DES LOGEMENTS ÉTUDIANTS SAVOIE & HAUTE-SAVOIE

GUIDE DES LOGEMENTS ÉTUDIANTS SAVOIE & HAUTE-SAVOIE GUIDE DES LOGEMENTS ÉTUDIANTS SAVOIE & HAUTE-SAVOIE Pourquoi faire compliqué quand on Peut faire crous??? Edito 3 V ous avez choisi de venir étudier dans l académie de Grenoble, le Centre Régional des

Plus en détail

Coût de la rentrée universitaire à Poitiers

Coût de la rentrée universitaire à Poitiers Coût de la rentrée universitaire à Poitiers Édition 2013 À l heure où les étudiants préparent leur rentrée, l AFEP (Association Fédérative des étudiants de Poitiers) s est penchée sur le coût de la rentrée

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE :

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : ACCUEIL, INFORMATION, ORIENTATION LOGEMENT INTERGENERATIONNEL Le service logement temporaire de la Communauté de Communes du Diois est en place depuis février 2007.

Plus en détail

POINT N 1 : LE LOGEMENT. Point n 1 : Le logement

POINT N 1 : LE LOGEMENT. Point n 1 : Le logement Vous avez été admis dans une université ou dans une école française pour l année 2014-2015? Félicitations! POINT N 1 : tout votre temps dans les transports en commun. 30 minutes, c est la distance raisonnable

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER Page 1 sur 6 PRÉAMBULE... 3 ARTICLE 1 : ORGANISATION COMPTABLE... 3 L Assemblée Générale... 3 Le Comité directeur... 3 Le bureau... 3 Le Président... 3

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

A/ Vie pratique : Logement :

A/ Vie pratique : Logement : A/ Vie pratique : Logement : Au cours de mon année universitaire à Wrexham, j ai logé en résidence universitaire. Wrexham village est l une des deux résidences universitaires situées au sein même du campus

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT Le Fonds Départemental de Garantie et de Caution des Loyers pour l accès au logement est mis

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

Bien préparer financièrement ses études supérieures

Bien préparer financièrement ses études supérieures Bien préparer financièrement ses études supérieures Mise à jour 23 septembre 2014 Vous êtes élève en classe de terminale en lycée d enseignement général, technologique ou professionnel, et vous envisagez

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Règlement du restaurant scolaire

Règlement du restaurant scolaire DEPARTEMENT DE LOIR-ET-CHER REPUBLIQUE FRANCAISE ARRONDISSEMENT DE BLOIS COMMUNE DE SAINT GERVAIS LA FORET Règlement du restaurant scolaire Le présent règlement concerne l organisation du restaurant scolaire.

Plus en détail

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP)

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) ANNEXE 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) La mise en accessibilité des Etablissements Recevant du Public (ERP) de l'état passe par le lancement de différentes actions,

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

AGENDA 21 de Morne-à-l eau

AGENDA 21 de Morne-à-l eau AGENDA 21 de Morne-à-l eau Compte-rendu du COPIL 2 Vendredi 12 juillet 2013 Introduction M. Edmond Marcel : Bonjour mesdames et messieurs, ce comité de pilotage est un comité de préparation du Forum 21

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel "La Colline"

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel La Colline Compte-rendu du CONSEIL d ADMINISTRATION du Mardi 31 mars 2015 Présents : Excusés : Absents : Mesdames BEAUDENON, BEAUFORT-LANCELIN, COIFFIER, CUBERA, FRAIGNEAU, GAILLARD, HATTRAIT, OUDIN, PREVOT, ZAYANI

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du conseil d administration de l ANCESU du 26 mars 2013

Compte rendu de la réunion du conseil d administration de l ANCESU du 26 mars 2013 Compte rendu de la réunion du conseil d administration de l ANCESU du 26 mars 2013 NB, afin de refléter le travail du CA, nous avons choisi d évoquer tous les thèmes débattus par le CA lors de cette réunion,

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Coût des études en Kinésithérapie

Coût des études en Kinésithérapie Solidarité Questions sociales Publication Formation Dossier Coût des études en Kinésithérapie Edition 2012-2013 + d infos sur: www.fnek.fr Contacts Mathieu NOIROT Président de la FNEK 06 67 28 26 40 president@fnek.fr

Plus en détail

CHARTE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

CHARTE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER CHARTE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER Vu le Code de l'éducation Vu les statuts de l'université de Montpellier Vu le Règlement Intérieur de l'université de Montpellier PREAMBULE

Plus en détail

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Activité collaborative en ligne Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Objectifs et contexte Construire un cours de management d'équipe et communication MASTER 1 Management du Social et de la Santé Dispositif à

Plus en détail

l état France? de santé des étudiants en Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants www.lmde.com Habitudes alimentaires, alcool, contraception,

l état France? de santé des étudiants en Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants www.lmde.com Habitudes alimentaires, alcool, contraception, Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants Habitudes alimentaires, sexualité alcool, contraception, tabac, quel est l état de santé des étudiants en èmes 3 Assises de la santé étudiante Congrès de la

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL DESTINE AUX ETUDIANTS ETRANGERS ACCUEILLIS EN PROGRAMME D ECHANGE ANNEE UNIVERSITAIRE 2012-2013

GUIDE D ACCUEIL DESTINE AUX ETUDIANTS ETRANGERS ACCUEILLIS EN PROGRAMME D ECHANGE ANNEE UNIVERSITAIRE 2012-2013 GUIDE D ACCUEIL DESTINE AUX ETUDIANTS ETRANGERS ACCUEILLIS EN PROGRAMME D ECHANGE ANNEE UNIVERSITAIRE 2012-2013 LOGEMENT Une fois accepté en échange par notre université pour venir étudier dans le cadre

Plus en détail

Règlement intérieur de la Cité

Règlement intérieur de la Cité Règlement intérieur de la Cité 19 mai 2015 p.1 PREAMBULE Objectifs La Cité est un équipement municipal de soutien à la vie associative. C est un lieu d accueil, de promotion, d information, de formation

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Compte rendu de réunion du Conseil d Administration de Touch France

Compte rendu de réunion du Conseil d Administration de Touch France Compte rendu de réunion du Conseil d Administration de Touch France Conférence téléphonique du Mardi 2 octobre 2012 Début de la réunion : 20h30 Présents : Excusés : Erick Acker (Président) Sébastien Chassande-Barrioz

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE En préalable, Mr Mély donne lecture des actes et contrats signés lors des derniers mois A remarquer un nombre de transactions toujours

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe de travail n 3 «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe Visio-Accueil 07/02/2014 Ordre du jour Présentation de l étude pour le déploiement d un réseau

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de gestion patrimoniale immobilière de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

Le «Grand Dialogue» de La Poste

Le «Grand Dialogue» de La Poste Le «Grand Dialogue» de La Poste Dominique Bailly Directeur du développement RH et de l innovation social du groupe La Poste Frédéric Petitbon Directeur général délégué du cabinet de conseil en management

Plus en détail