MODÈLE DE PROTOCOLE D ENTENTE DE SERVICES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODÈLE DE PROTOCOLE D ENTENTE DE SERVICES"

Transcription

1 MODÈLE DE PROTOCOLE D ENTENTE DE SERVICES PROPOSÉ À LA RENCONTRE RÉGIONALE DE CONCERTATION DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES DE CHAUDIÈRE-APPALACHES LE 7 FÉVRIER 2007 MODIFIÉ LE 28 FÉVRIER

2 CRÉDITS ET REMERCIEMENTS La TROCCA tient à remercier le Regroupement des organismes communautaires des MRCs Robert-Cliche et Beauce-Sartigan d avoir permis la régionalisation de ce document. Les personnes suivantes ont pris part au comité de travail et de rédaction du présent document : Johanne Journeault, coordonnatrice de l'abbs Sonia Nadeau, directrice de la Soçiété d'alzheimer de Chaudière- Appalaches Guy Dubé, directeur de Partage au Masculin Carl Thibaudeau, coordonnateur de la CDC Beauce-Etchemin François Baril, organisateur communautaire au CSSSB Éric Lemieux, organisateur communautaire au CSSSB Marie-Claire Jean, directrice de la TROCCA Enfin, des remerciements à l endroit des différentes TROCs du Québec qui ont alimenté la TROCCA et le comité pour la rédaction de ce document en partageant le fruit de leurs travaux régionaux. Marie-Claire Jean À TOUS, MERCI! 2

3 MODÈLE DE PROTOCOLE D ENTENTE DE SERVICES ENTRE :_ (nom de l organisme communautaire autonome) ET : (nom de l établissement) LE (date de la signature) 3

4 PRÉAMBULE Ce modèle de protocole d entente de services est le fruit des discussions tenues en 2006 au sein du Regroupement des organismes communautaires de Robert-Cliche et de Beauce- Sartigan. Ces «ententes de services» impliquent le versement de fonds par un établissement public du réseau de la santé à un organisme communautaire autonome, en retour de la dispensation d un service à la population. Le Regroupement s est inspiré de nombreux documents 1, et sa démarche découle notamment de quatre éléments : 1. La Politique de reconnaissance de l action communautaire autonome, adoptée en 2001, et le Cadre de référence en matière d action communautaire adopté en 2004, par le gouvernement québécois. 2. Le contexte de réorganisation du réseau des services de santé et des services sociaux induit par les changements apportés par le projet de loi 25, Loi sur les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux (2003, chapitre 21). Cette loi donne un mandat spécifique de responsabilité populationnelle aux instances locales que sont les CSSS. 3. Plus récemment, le projet de Loi 83, Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux et d autres dispositions législatives, sanctionnée en décembre 2005, vient orienter les rôles de chacun des acteurs interpellés dans une organisation de services complète et coordonnée. Dans ce cadre, les CSSS doivent s associer et conclure des ententes avec divers partenaires de leurs territoires. 4. De plus, l Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches, en lien avec le réseau des organismes communautaires de la région, formulera en 2007 un Cadre de référence sur les modalités de collaboration et d ententes de services entre l Agence, les établissements du réseau de la santé et des services sociaux et les organismes communautaires de Chaudière-Appalaches. Ce cadre de référence devrait permettre aux partenaires que sont les organismes communautaires et les différents établissements de la santé de convenir de modalités mutuellement respectueuses afin d optimiser le partenariat visant l amélioration de la santé et du bien-être de la population de Chaudière- Appalaches. Le présent protocole d entente a donc été formulé en cherchant à tenir compte de ce contexte et des documents disponibles en La formulation du présent protocole d entente demeure une proposition à l intention des organismes, et cette formulation peut être ajustée, si nécessaire, par chacun des organismes de manière à refléter leurs attentes et conditions particulières. 1 Par exemple, les Cadres de références sur les modalités de collaboration et d ententes de services entre les organismes communautaires et les établissements ; un bon nombre de ces cadres ont été formulés en 2005 et 2006 dans différentes régions du Québec. 4

5 ARTICLE I LES PARTIES (Nom de l organisme communautaire autonome), personne morale légalement constituée, ayant son siège social au agissant par, dûment autorisée, en vertu d une résolution du conseil d administration en date du dont copie conforme est en annexe 1 ; ET (Nom de l établissement), personne morale légalement constituée, ayant son siège social au agissant par. ARTICLE II LES MISSIONS 2.1 La mission de (l organisme communautaire autonome et son territoire) est : 2.2 La mission de (l établissement et son territoire) est : 5

6 ARTICLE III OBJET DE L ENTENTE 3.1 Par la présente entente, les parties s entendent sur les objectifs à atteindre, qui sont : 3.2 La présente entente a pour objet la réalisation d activités dans le cadre du (ou des) programme(s)-clientèles de l établissement: 3.3 La présente entente a pour objet la réalisation d activités ou services suivants : ARTICLE IV LES MODALITÉS DE L ENTENTE 4.1 Caractéristiques des personnes à rejoindre : (ex : groupes d intérêt / groupes d identité /groupes territoriaux /groupe d âge /problématique visée /autres ) 4.2 Capacité d accueil de l organisme dans le cadre de l entente. Dans le cadre de l entente, l organisme accueille les personnes et/ou les groupes en fonction de sa mission, de son expertise, de ses ressources humaines, financières et matérielles, de sa capacité et de sa limite d accueil. 6

7 4.3 En cas de refus d une personne ou d un groupe. informe le référent de son incapacité ( nom de l OCA) d agir auprès de la personne ou des clientèles référées. L organisme peut diriger la personne vers la ressource la plus appropriée ou la rediriger au référent. 4.4 Exclusivité dans le cadre de cette entente. n est pas tenu de desservir ( nom de l OCA) exclusivement les personnes référées par l établissement. En cas d une surcharge de clientèles, l organisme et l établissement s engagent à chercher ensemble des solutions à la situation (ex : définir de nouvelles approches, etc ). 4.5 Rôles, devoirs et responsabilités des parties. (ex : comment les références se feront mutuellement ; le système de partage des données ; le processus de recrutement ; le processus d accueil des personnes, etc ). L établissement : L organisme : En commun : 4.6 Territoire couvert Aux fins de l entente, dessert le(s) territoire(s) suivant(s) : 7

8 4.7 Ressources humaines consacrées par l organisme. doit assurer (heures/semaine, mois, année) pour la réalisation des services et/ou des activités reliés à cette entente. 4.8 Les ressources financières attribuées à l organisme. Les ressources financières relatives à la présente entente devront être négociées entre les parties selon les coûts reconnus pour la prestation du type de services dans des milieux équivalents, du cadre salarial de l organisme, et inclura les frais administratifs, locatifs, de déplacement, de supervision et de coordination, de formation, et de vie associative. ARTICLE V LES OBLIGATIONS DE L ORGANISME 5.1 Éléments de la reddition de comptes La reddition de comptes doit, en tout temps, respecter l autonomie de la mission de l organisme. s engage à remettre à (nom de l établissement) un rapport annuel des activités accomplies dans le cadre de l entente de services, et ceci au moment convenu entre les parties. 5.2 Confidentialité Tout renseignement ou groupe de renseignements permettant d identifier une personne physique est considéré comme un renseignement personnel. Les organismes communautaires autonomes doivent respecter la confidentialité des renseignements personnels dans l exercice de leurs fonctions. Cette obligation relève du droit à la vie privée reconnu par la Charte québécoise et le Code civil du Québec. L établissement est lié à la loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. (voir en annexe 5). 8

9 5.2.1 Politique de confidentialité doit assurer le respect intégral de sa politique de confidentialité, le cas échéant, (voir en annexe 6) et s engage à respecter cette (nom de l établissement) politique Transmission de l information Aucun renseignement personnel ne peut être communiqué à des personnes non-autorisées. Le consentement écrit de la personne rejointe par la présente entente est nécessaire afin d accéder à des renseignements personnels et ce en conformité, le cas échéant, au code d éthique de l organisme communautaire autonome, et au code d éthique de l établissement. 5.3 Communication Tous les documents et/ou correspondances prévus à la présente entente devront être acheminés par écrit aux représentantes des parties et aux adresses mentionnées ci-après : (Adresse de l OCA et son représentante) (Adresse de l établissement et son représentante) (Le cas échéant : Adresse de l Agence et son représentante) 5.4 Autre information pertinente Les parties s informent mutuellement, par voie écrite, des changements de titulaires dans les postes affectés aux personnes reliées à l entente. L une des parties pourra faciliter la participation de l autre partie à ses activités de prévention, d information, de formation ou de sensibilisation, par les mêmes voies de communication. 9

10 ARTICLE VI LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR DE FONDS 6.1 Cadre de référence sur les modalités de collaboration et d ententes de services entre l Agence, les établissements du réseau de la santé et des services sociaux et les organismes communautaires de Chaudière-Appalaches. et (nom de l établissement) s engagent à mettre en application et à respecter ce Cadre de référence, joint en annexe Modalités budgétaires s engage à verser une somme de (nom de l établissement) $ (montant total de l entente) à pour effectuer les services et/ou les activités décrits aux articles III et IV et pour la durée de la présente entente. Un premier versement représentant 75% du budget total de l entente sera versé à dans un délai de trente (30) jours à partir de la signature de l entente, soit un montant de $. Un dernier versement représentant 25% du budget total de l entente sera versé à dans un délai de cent vingt (120) jours à partir de la date du 1 er versement relié à l entente. Une indexation annuelle est prévue au 1 er avril de chaque année selon un taux minimal basé sur l indice des prix à la consommation (I.P.C.), et ce pour les ententes de plus d un an. s engage à utiliser cette somme pour les fins des articles III et IV de cette entente. 6.3 Modalités variables Les modalités de l article 6.2 peuvent être définies différemment, à la convenance des parties. 10

11 ARTICLE VII DURÉE DE L ENTENTE, RENOUVELLEMENT ET SUIVI 7.1 Durée de l entente La présente entente prend effet au moment de sa signature et demeure en vigueur du au. 7.2 Modalités de suivi Il est convenu que (nom de l établissement) convoque, à ses frais (kilométrage et repas), une fois par année à mi-mandat une rencontre de suivi de l entente. Chaque partie désigne un responsable pour assurer le suivi de l entente et en avise l autre partie par écrit. 7.3 Modalités de renouvellement Pour une entente sur une base annuelle, les parties s entendent sur le processus suivant : Les modalités de renouvellement, s il y a lieu, devront être conclues trois (3) mois avant la fin de l entente en cours. Pour une entente pluriannuelle, les modalités de renouvellement, s il y a lieu, devront être conclues trois (3) mois avant la fin de l entente en cours. ARTICLE VIII MODALITÉS DE SUSPENSION ET DE RÉSILIATION 8.1 Suspension Les parties conviennent de suspendre temporairement l exécution de l entente : 1. dans tous les cas où l exécution devient impossible pour l une ou l autre des parties ; 2. dans les cas fortuits ; 3. ou de force majeure ; et ce, à compter du moment où l événement survient. La partie affectée doit en aviser l autre partie par écrit, le plus rapidement possible. La partie affectée par l événement doit prendre tous les moyens nécessaires pour assumer à nouveau ses obligations, dans des délais raisonnables. La suspension n affecte en rien la date de fin de l entente. 11

12 8.2 Résiliation Chacune des parties se réserve en cas de manquement grave ou de motif raisonnable de résilier la présente entente, sous réserve d un avis écrit à l autre partie soixante (60) jours avant la date prévue de la résiliation. a alors droit aux sommes correspondant aux services et / ou activités et aux dépenses encourues jusqu à la date de résiliation. 8.3 Faire quittance En cas de résiliation, chacune des parties doit prévoir et garantir qu il y aura quittance de tous les frais encourus dans le cadre de l entente même quand ceuxci nécessitent un délai de plus de 60 jours (par exemple : loyer, location d équipement). 8.4 Recours En cas de suspension ou de résiliation de l entente qui ne fait pas consensus, les parties en présence s entendent sur le processus de recours suivant : les deux parties s entendent de façon conjointe pour désigner un médiateur. ARTICLE IX MODALITÉS ET MODIFICATIONS DE L ENTENTE 9.1 Modification de l entente Toute modification à cette entente nécessite le consentement écrit des deux (2) parties. 9.2 Cession Les droits et obligations contenus dans cette présente entente ne peuvent être vendus, cédés ou transférés en tout ou en partie sans le consentement écrit des deux (2) parties. SIGNATURES En foi de quoi, les représentantes autorisées des parties à cette entente ont signées, À, ce jour du mois de 200. (ville) signature du représentante de l OCA signature du représentante de l établissement nom en lettres moulées nom en lettres moulées 12

13 Annexe 1 : Reconnaissance de l autonomie des organismes communautaires autonomes. Annexe 2 : Définition d une entente de services. Annexe 3 : Définition d un organisme communautaire autonome. Annexe 4 : résolution du conseil d administration de l organisme. Annexe 5 : politique de confidentialité de l établissement. Annexe 6 : politique de confidentialité de l organisme communautaire autonome, le cas échéant. Annexe 7 : (lorsque ce cadre sera disponible : Cadre de référence sur les modalités de collaboration et d ententes de services entre l Agence, les établissements du réseau de la santé et des services sociaux et les organismes communautaires de Chaudière-Appalaches) Annexe 1 Reconnaissance de l autonomie des organismes communautaires autonomes. Le Regroupement rappelle que le protocole d entente s inscrit dans un mode de reconnaissance de l autonomie des organismes communautaires autonomes en Beauce. Cette autonomie est caractérisée par: une vision globale de la santé et du bien-être des personnes et des collectivités ; un enracinement dans la communauté ; une action basée sur le respect et la reconnaissance du potentiel des groupes et des personnes et constituée à l initiative des gens de la communauté ; une mission sociale qui favorise la transformation sociale ; un apport des bénévoles ; des actions qui visent la réduction de la pauvreté et de la discrimination en vue d améliorer la qualité du tissu social ; une conception égalitaire entre toutes et tous les intervenantes, participantes bénévoles et militantes ; un fonctionnement démocratique ; une préoccupation pour la création d espaces démocratiques en vue de rendre accessibles les milieux de vie et les lieux de pouvoir afin de revitaliser la société civile et de faciliter l engagement des citoyennes ; un rapport volontaire à l organisme ; des collaborations librement consenties avec les autres ressources communautaires ou institutionnelles. 13

14 Annexe 2 Définition d une entente de services. «L entente de service s inscrit dans une logique très différente de celle du soutien financier à l action communautaire autonome. L entente de service est un contrat de collaboration qui traduit avec précision les engagements des parties 2». «L organisme communautaire consent de manière libre et volontaire au lien contractuel qui résulte de l entente de service. L organisme communautaire ne renonce pas à son autonomie dans la détermination de sa mission ou au regard de sa gestion [ ] Cette relation donne lieu à un lien «contractuel 3». Une entente de service est donc un engagement libre et volontaire d un organisme à dispenser un service à une population donnée pour le compte du réseau de la santé et des services sociaux contre rémunération adéquate. Ces conditions font partie du protocole d entente. L entente de service est aussi un moyen de mettre à contribution l expertise des organismes communautaires autonomes avec le réseau de la santé et des services sociaux. Annexe 3 Définition d un organisme communautaire autonome. Un organisme communautaire autonome répond aux critères 4 suivants : 1. avoir un statut d organisme à but non lucratif ; 2. démontre un enracinement dans la communauté ; 3. entretient une vie associative et démocratique ; 4. être libre de déterminer sa mission, ses orientations, ainsi que ses approches et ses pratiques ; 5. avoir été constitué à l initiative des gens de la communauté ; 6. poursuivre une mission sociale propre à l organisme et qui favorise la transformation sociale ; 7. fait preuve de pratiques citoyennes et d approches larges axées sur la globalité de la problématique abordée ; 8. être dirigé par un conseil d administration indépendant du réseau public. L organisme communautaire autonome est libre dans la définition de ses orientations, de ses politiques, de ses objectifs, de ses approches, de ses pratiques et de sa mission tel que stipulés dans ses Lettres patentes, sa charte et ses règlements. 2 Québec (2001). L action communautaire, une contribution essentielle à l exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec (communément appelé Politique de reconnaissance et de soutien de l action communautaire), Québec, Gouvernement du Québec, page 33, point Québec (2004b). Cadre de référence en matière d action communautaire, Québec, Secrétariat à l action communautaire autonome, page 8. 4 Québec (2001). L action communautaire, une contribution essentielle à l exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec (communément appelée Politique de reconnaissance et de soutien de l action communautaire), Québec, Gouvernement du Québec, page 21, point

Cadre normatif du Programme de soutien aux initiatives sociales et communautaires (PSISC)

Cadre normatif du Programme de soutien aux initiatives sociales et communautaires (PSISC) Cadre normatif du Programme de soutien aux initiatives sociales et communautaires (PSISC) Le 13 mai 2013 Table des matières Avant-propos...3 1 - Généralités du programme...4 1.1 - Orientations du programme...4

Plus en détail

MODÈLE DE CONVENTION : CABINET PRIVÉ, CLSC ET UMF

MODÈLE DE CONVENTION : CABINET PRIVÉ, CLSC ET UMF MODÈLE DE CONVENTION : CABINET PRIVÉ, CLSC ET UMF MODÈLE DE CONVENTION ENTRE LE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (CSSS) ET LE MÉDECIN PARTENAIRE EXERÇANT SA PROFESSION DANS UN CABINET PRIVÉ, DANS

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux. Cadre de référence sur les ententes

Ministère de la Santé et des Services sociaux. Cadre de référence sur les ententes Ministère de la Santé et des Services sociaux Cadre de référence sur les ententes relatives aux réseaux locaux de services Adopté au CGR Mai 2006 Juin 2006 1 PRÉAMBULE Cadre de référence sur les ententes

Plus en détail

Appel de projets. Projets locaux et régionaux en matière d égalité entre les femmes et les hommes. Guide d information

Appel de projets. Projets locaux et régionaux en matière d égalité entre les femmes et les hommes. Guide d information Secrétariat à la condition féminine Guide d information 2015-2016 Appel de projets Projets locaux et régionaux en matière d égalité entre les femmes et les hommes TABLE DES MATIÈRES 1. LES PROJETS LOCAUX

Plus en détail

Guide pour la rédaction d un rapport annuel

Guide pour la rédaction d un rapport annuel Guide pour la rédaction d un rapport annuel Document présenté à titre informatif aux organismes communautaires le 7 février 2007, déposé à l Agence de santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches

Plus en détail

Chapitre 5 Le comité consultatif sur le Développement communautaire

Chapitre 5 Le comité consultatif sur le Développement communautaire Chapitre 5 Le comité consultatif sur le Développement communautaire 3.5.1 Le mandat du comité sur le Développement communautaire Le mandat du comité sur le Développement communautaire consistait à définir

Plus en détail

Document d information

Document d information société d habitation du québec Programme d aide aux organismes communautaires en habitation Document d information Volet «Soutien à la mission globale» Édition 2015-2016 Date limite de dépôt d une demande

Plus en détail

CONTRAT DE COMMANDE D UNE ŒUVRE ARTISTIQUE

CONTRAT DE COMMANDE D UNE ŒUVRE ARTISTIQUE CONTRAT DE COMMANDE D UNE ŒUVRE ARTISTIQUE INTERVENU ENTRE NOM LÉGAL COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION

Plus en détail

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES :

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : La Ville de Nantes, représentée par Delphine BOUFFENIE, Ajointe au Maire, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal en date du

Plus en détail

CONTRAT D ACQUISITION PAR ACHAT

CONTRAT D ACQUISITION PAR ACHAT CONTRAT D ACQUISITION PAR ACHAT NOM LÉGAL INTERVENU ENTRE COORDONNÉES ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL TÉLÉPHONE COURRIEL Représenté au présent contrat par, dûment autorisé, ci-appelé INSTITUTION MUSÉALE

Plus en détail

CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER

CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER 2012-2015 dans le cadre du financement en soutien à la mission globale des organismes communautaires œuvrant dans le secteur de la santé et des services sociaux ENTRE :

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1 er août 2016 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1 er août 2016 Ce document a valeur officielle. 1 8 Éditeur officiel du Québec Ce document a valeur officielle. chapitre D-8.3, r. 7 Règlement sur les mutuelles de formation F Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la

Plus en détail

Guide de présentation d une demande d aide financière et renseignements supplémentaires Programme de financement Prévention Jeunesse

Guide de présentation d une demande d aide financière et renseignements supplémentaires Programme de financement Prévention Jeunesse Guide de présentation d une demande d aide financière et renseignements supplémentaires Programme de financement Prévention Jeunesse 2016-2019 Ministère de la Sécurité publique Avril 2016 CONTEXTE DU PROGRAMME

Plus en détail

DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE FONDS DE VISIBILITÉ CARTIER ÉNERGIE ÉOLIENNE (BDS) INC.

DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE FONDS DE VISIBILITÉ CARTIER ÉNERGIE ÉOLIENNE (BDS) INC. DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE FONDS DE VISIBILITÉ CARTIER ÉNERGIE ÉOLIENNE (BDS) INC. 2015 Fonds de visibilité Cartier 2015 Page 1 Fonds de visibilité Cartier POUR LES ORGANISMES DE BAIE-DES-SABLES DEMANDE

Plus en détail

Politique de dotation

Politique de dotation SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de dotation Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 25 juin 1991 116-CA-1823 Modification(s)

Plus en détail

Commission des partenaires du marché du travail. Document d encadrement des Comités consultatifs

Commission des partenaires du marché du travail. Document d encadrement des Comités consultatifs Commission des partenaires du marché du travail Document d encadrement des Comités consultatifs Commission des partenaires du marché du travail Document d encadrement des Comités consultatifs Rédaction

Plus en détail

VOLET «SOUTIEN À LA MISSION GLOBALE»

VOLET «SOUTIEN À LA MISSION GLOBALE» SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC PROGRAMME D AIDE AUX ORGANISMES COMMUNAUTAIRES EN HABITATION (PAOC) ÉDITION 2014-2015 Date limite de dépôt d une demande d aide financière: 30 mai 2014 2 SOCIÉTÉ D HABITATION

Plus en détail

ACTE DE DÉLÉGATION EN GESTION FINANCIÈRE

ACTE DE DÉLÉGATION EN GESTION FINANCIÈRE ACTE DE DÉLÉGATION EN GESTION FINANCIÈRE 1. INTRODUCTION L entrée en vigueur, le 1 er avril 2008, d une nouvelle structure administrative à l Institut de la statistique du Québec nécessite une révision

Plus en détail

Mauricie e t Cen tre-du

Mauricie e t Cen tre-du Cadre de ré férence régissan t les rela tions en t r e l Agence de la san té e t des services sociaux, les cen tres de san té e t de services sociaux, les é tablissemen ts à voca tion régionale e t les

Plus en détail

Politique de reconnaissance et de soutien aux organismes communautaires, culturels et de loisirs et de sports Politique adoptée par la résolution

Politique de reconnaissance et de soutien aux organismes communautaires, culturels et de loisirs et de sports Politique adoptée par la résolution Politique de reconnaissance et de soutien aux organismes communautaires, culturels et de loisirs et de sports Politique adoptée par la résolution 2015-03- 118 du conseil municipal en date du 2 mars 2015

Plus en détail

Guide Mise à jour :

Guide Mise à jour : Guide 2012-2016 Mise à jour : 2016-2017 Programme d assistance financière aux centres communautaires de loisir Date limite d inscription : 15 septembre 2012 Le cachet de la poste faisant foi L aide financière

Plus en détail

MODÈLE DE RÉDDITION DE COMPTES DANS LE CADRE DU SOUTIEN À LA MISSION, EN FONCTION DES CRITÈRES DE L ASSS

MODÈLE DE RÉDDITION DE COMPTES DANS LE CADRE DU SOUTIEN À LA MISSION, EN FONCTION DES CRITÈRES DE L ASSS MODÈLE DE RÉDDITION DE COMPTES DANS LE CADRE DU SOUTIEN À LA MISSION, EN FONCTION DES S DE L ASSS Source de référence : «Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches (2010); Aide-mémoire

Plus en détail

CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER

CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER 2015-2018 DANS LE CADRE DU FINANCEMENT EN SOUTIEN À LA MISSION GLOBALE DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES ŒUVRANT EN SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX ENTRE : LE CENTRE INTÉGRÉ DE SANTÉ

Plus en détail

Photo : Réjean Savard POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES. de l Arrondissement de Sainte-Foy Sillery Cap-Rouge

Photo : Réjean Savard POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES. de l Arrondissement de Sainte-Foy Sillery Cap-Rouge Photo : Réjean Savard Photo : Réjean Savard POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN DES ORGANISMES de l Arrondissement de Sainte-Foy Sillery Cap-Rouge Table des matières 1 Introduction...4 2 Mission

Plus en détail

CONSTITUTION D UN GROUPEMENT DE COMMANDES CONVENTION CONSTITUTIVE RELATIVE A L IMPRESSION DU SUPPORT DE COMMUNICATION

CONSTITUTION D UN GROUPEMENT DE COMMANDES CONVENTION CONSTITUTIVE RELATIVE A L IMPRESSION DU SUPPORT DE COMMUNICATION CONSTITUTION D UN GROUPEMENT DE COMMANDES CONVENTION CONSTITUTIVE RELATIVE A L IMPRESSION DU SUPPORT DE COMMUNICATION SOMMAIRE ARTICLE 1 er OBJET ARTICLE 2 MEMBRES DU GROUPEMENT ARTICLE 3 MODALITES DE

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION DÉMARCHE ET DOCUMENTS À FOURNIR Afin de devenir membre du ROCGÎM, un organisme communautaire autonome doit remplir une demande d'adhésion dûment complétée et adresser cette

Plus en détail

ENTRE. Le MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, représenté par L ORGANISME SCOLAIRE,

ENTRE. Le MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, représenté par L ORGANISME SCOLAIRE, Entente concernant l utilisation du système ADAN mis en place pour soutenir la gestion de l admissibilité à l enseignement en anglais dans les classes maternelles et les écoles primaires et secondaires

Plus en détail

ENTENTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTRE:

ENTENTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTRE: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTENTE ENTRE: DE LAVAL, personne morale de droit public légalement constituée (S.Q. 1965, c. 89), ayant son siège au 1, Place du Souvenir, à Chomedey, en les

Plus en détail

Collectivité de Saint Martin Pôle Solidarité et Famille

Collectivité de Saint Martin Pôle Solidarité et Famille 1 Collectivité de Saint Martin Pôle Solidarité et Famille CONVENTION D HABILITATION A L AIDE SOCIALE Vu la loi organique n 2007-223 du 21 février 2007 portant création de la Collectivité d outre-mer de

Plus en détail

ENTENTE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIVE À L OFFICE FRANCO-QUÉBÉCOIS POUR LA JEUNESSE

ENTENTE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIVE À L OFFICE FRANCO-QUÉBÉCOIS POUR LA JEUNESSE ENTENTE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIVE À L OFFICE FRANCO-QUÉBÉCOIS POUR LA JEUNESSE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE

Plus en détail

CONTRAT DE TELEMEDECINE. Modalités de mise en oeuvre

CONTRAT DE TELEMEDECINE. Modalités de mise en oeuvre CONTRAT DE TELEMEDECINE Modalités de mise en oeuvre Version 1 Avril 2012 Sommaire 1. Elaborer le contrat avec l ARS...4 2. Identifier un coordonnateur qui négocie le contrat avec l ARS...4 3. Signer le

Plus en détail

POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES POLITIQUE DE DONS ET COMMANDITES 1. OBJET La présente politique a pour but de définir clairement et d encadrer tout le processus d évaluation des demandes de soutien adressées au conseil municipal en tenant

Plus en détail

Le mandat des membres est de deux ans. Un mandat ne peut être renouvelé qu une seule fois pour la même durée par le directeur général des élections.

Le mandat des membres est de deux ans. Un mandat ne peut être renouvelé qu une seule fois pour la même durée par le directeur général des élections. RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA TABLE CITOYENNE 1 MISSION La Table citoyenne du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) est un comité de nature consultative formé de citoyennes et de citoyens du

Plus en détail

ENTENTE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION DANS LE DOMAINE JURIDIQUE ENTRE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC

ENTENTE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION DANS LE DOMAINE JURIDIQUE ENTRE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC ENTENTE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION DANS LE DOMAINE JURIDIQUE ENTRE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC ET LE MINISTRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU

Plus en détail

Le monde autochtone et les défis du vivre-ensemble : gouvernance, pluriculturalisme et citoyenneté Description et modalités du programme

Le monde autochtone et les défis du vivre-ensemble : gouvernance, pluriculturalisme et citoyenneté Description et modalités du programme PROGRAMME DE SUBVENTIONS INTERNES POUR LES CHERCHEURS/CHERCHEURES ET LES PARTENAIRES AUTOCHTONES DU PARTENARIAT CRSH Nature du financement Le monde autochtone et les défis du vivre-ensemble : gouvernance,

Plus en détail

Programme de soutien à des projets de garde estivale et de grands congés scolaires

Programme de soutien à des projets de garde estivale et de grands congés scolaires Programme de soutien à des projets de garde estivale et de grands congés scolaires Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives Canada, 2013

Plus en détail

Fonds de visibilité CARTIER ÉNERGIE ÉOLIENNE. Formulaire Demande d aide financière 2017

Fonds de visibilité CARTIER ÉNERGIE ÉOLIENNE. Formulaire Demande d aide financière 2017 Fonds de visibilité CARTIER ÉNERGIE ÉOLIENNE Formulaire Demande d aide financière 2017 Mise à jour : janvier 2017 FONDS DE VISIBILITÉ CARTIER ÉNERGIE ÉOLIENNE POUR LES ORGANISMES DE CARLETON-SUR-MER Préambule

Plus en détail

Annexe 6 : convention type avec une SIAE

Annexe 6 : convention type avec une SIAE Annexe 6 : convention type avec une SIAE INSERTION PAR L ACTIVITE ECONOMIQUE Entreprise d insertion Entreprise de travail temporaire d insertion Association intermédiaire Structure porteuse de chantiers

Plus en détail

ASSOCIATION GUINEENNE DES EVALUATEURS (AGEVAL) STATUTS TITRE I: FORME, DENOMINATION, BUT, OBJECTIFS, SIEGE SOCIAL, ADHESION, DUREE Préambule Il est

ASSOCIATION GUINEENNE DES EVALUATEURS (AGEVAL) STATUTS TITRE I: FORME, DENOMINATION, BUT, OBJECTIFS, SIEGE SOCIAL, ADHESION, DUREE Préambule Il est 1 ASSOCIATION GUINEENNE DES EVALUATEURS (AGEVAL) STATUTS TITRE I: FORME, DENOMINATION, BUT, OBJECTIFS, SIEGE SOCIAL, ADHESION, DUREE Préambule Il est nécessaire, dans chaque profession, d établir des pratiques

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION PORTANT DECISION DE SUBVENTION

MODELE DE CONVENTION PORTANT DECISION DE SUBVENTION Direction de la Population Agée et des Personnes Handicapées Avril 2010 MODELE DE CONVENTION PORTANT DECISION DE SUBVENTION ENTRE Le Département de la Seine-Saint-Denis, représenté par le Président du

Plus en détail

POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014

POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014 POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014 Politique numéro CSRS-POL-2014-01 Résolution numéro CC 2014-2052 du 25 mars 2014 Entrée en vigueur le 25 mars 2014 Le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE AUX INITIATIVES EN LOISIR CULTUREL DES JEUNES

PROGRAMME D AIDE AUX INITIATIVES EN LOISIR CULTUREL DES JEUNES PROGRAMME D AIDE AUX INITIATIVES EN LOISIR CULTUREL DES JEUNES 2016-2017 Volet régional : Chaudière- Appalaches Document d information Date limite de dépôt des demandes : 21 octobre 2016 Programme d aide

Plus en détail

LA CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER

LA CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER LA CONVENTION DE SOUTIEN FINANCIER 2012-2015 dans le cadre du financement en soutien à la mission globale des organismes communautaires œuvrant dans le secteur de la santé et des services sociaux Objectifs

Plus en détail

Commission de protection du territoire agricole du Québec. Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Commission de protection du territoire agricole du Québec. Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Commission de protection du territoire agricole du Québec Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Mot de la présidente C est avec beaucoup de fierté que je mets entre vos mains

Plus en détail

Cadre de financement à la mission globale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière

Cadre de financement à la mission globale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière Cadre de financement à la mission globale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière Adopté lors de l assemblée générale spéciale des organismes communautaires membres de la TROCL du 3 mai 2006

Plus en détail

Politique de reconnaissance et de soutien des organismes communautaires. Municipalité de Pontiac

Politique de reconnaissance et de soutien des organismes communautaires. Municipalité de Pontiac Politique de reconnaissance et de soutien des organismes communautaires Municipalité de Pontiac Janvier 2016 Politique de reconnaissance et de soutien des organismes communautaires 1) Objectifs de la politique

Plus en détail

CONVENTION DE FINANCEMENT D UNE AUTO-ECOLE SOCIALE

CONVENTION DE FINANCEMENT D UNE AUTO-ECOLE SOCIALE CONVENTION DE FINANCEMENT D UNE AUTO-ECOLE SOCIALE ENTRE: LE DEPARTEMENT DES YVELINES, collectivité territoriale, personne morale de droit public, dont le siège social est situé à l Hôtel du Département,

Plus en détail

Association Terre de Liens Aquitaine - Accès collectif et solidaire au foncier agricole sur le territoire communautaire

Association Terre de Liens Aquitaine - Accès collectif et solidaire au foncier agricole sur le territoire communautaire Association Terre de Liens Aquitaine - Accès collectif et solidaire au foncier agricole sur le territoire communautaire Modalités de versement de la subvention communautaire Convention Entre L'association

Plus en détail

À égalité pour décider

À égalité pour décider Secrétariat à la condition féminine Guide d information 2014-2015 À égalité pour décider Tables des matières À égalité pour décider 2014-2015... 3 Les objectifs... 3 Les organismes... 3 Les organismes

Plus en détail

Charte des étudiantes et des étudiants

Charte des étudiantes et des étudiants Approbation par le conseil d administration du 15 septembre 2015 (2015-TU-CA-032-209) Préambule Les étudiantes et les étudiants étant membres à part entière de la communauté universitaire de la Télé-université

Plus en détail

Politique de commandite

Politique de commandite Politique de commandite L argent au service des gens La Caisse Desjardins de Verdun appuie annuellement une multitude d initiatives locales ayant trait à la promotion des valeurs coopératives, au développement

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA RÉDUCTION DES DÉPENSES

POLITIQUE SUR LA RÉDUCTION DES DÉPENSES POLITIQUE SUR LA RÉDUCTION DES DÉPENSES 2010-2014 A) ÉNONCÉ Conformément à la Loi mettant en œuvre certaines dispositions du discours sur le budget du 30 mars 2010 et visant le retour à l équilibre budgétaire

Plus en détail

Recueil des politiques de gestion

Recueil des politiques de gestion 1 2006-05-01 Pour information : Ministère des Services gouvernementaux C.T. 203560 du 11 avril 2006 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (Loi sur l administration publique, L.R.Q.,

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE [RÉVISÉ]

CODE D ÉTHIQUE [RÉVISÉ] CODE D ÉTHIQUE [RÉVISÉ] PRÉAMBULE Tel que stipulé par la Loi sur les services de santé et les services sociaux, tout établissement du réseau doit se doter d un code d éthique et le faire adopter par son

Plus en détail

Description d emploi

Description d emploi Description d emploi Nom du poste : Intervenant(e) Soutien communautaire Nos Valeurs Selon la philosophie du Gîte Ami, l accueil chaleureux et l acceptation inconditionnelle d autrui constituent des aptitudes

Plus en détail

PROGRAMME FÊTES DE QUARTIER 2017

PROGRAMME FÊTES DE QUARTIER 2017 INFORMATION POUR DÉPÔT DE PROJET PROGRAMME FÊTES DE QUARTIER 2017 1 er JANVIER 2017 AU 31 DÉCEMBRE 2017 INTRODUCTION Par la mise en place du Programme Fêtes de quartier, la Ville de Joliette souhaite encourager

Plus en détail

Charte de l Alliance française

Charte de l Alliance française Charte de l Alliance française Charte de l Alliance française Préambule L Alliance française est un mouvement international créé en 1883, apolitique et non confessionnel, qui s est donné pour mission d

Plus en détail

Guide du Guichet unique de la recherche :

Guide du Guichet unique de la recherche : GUICHET UNIQUE DE LA RECHERCHE Guide du Guichet unique de la recherche : Approbation et suivi d une recherche au CISSS de Chaudière-Appalaches Juillet 2015 1. Préambule Ce guide vise à préciser les démarches

Plus en détail

Optimiser le processus d évaluation éthique des projets de recherche multicentriques

Optimiser le processus d évaluation éthique des projets de recherche multicentriques Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la planification, de la performance et de la qualité Optimiser le processus d évaluation éthique des projets de recherche multicentriques

Plus en détail

PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL D ENCADREMENT

PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL D ENCADREMENT PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL D ENCADREMENT Table des matières 1. Préambule... 3 2. Définitions... 3 3. Champs d application... 4 4. Principes... 4 5. Comité de perfectionnement... 5 6. Demandes

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE. Ci-après appelée l «UQAM» Ci-après appelée «RELAIS-FEMMES» LESQUELLES déclarent préalablement ce qui suit :

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE. Ci-après appelée l «UQAM» Ci-après appelée «RELAIS-FEMMES» LESQUELLES déclarent préalablement ce qui suit : PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL, corporation légalement constituée, ayant son siège social au 1430, rue Saint-Denis à Montréal, H2X 3J8, agissant et représentée par monsieur Yves

Plus en détail

1.1 La présente politique s applique aux programmes conduisant à l obtention d un grade de premier cycle ou de cycles supérieurs.

1.1 La présente politique s applique aux programmes conduisant à l obtention d un grade de premier cycle ou de cycles supérieurs. Titre Évaluation périodique des programmes Entrée en vigueur 22 juin 1993 Approbation Modification Références Conseil d'administration : CA-014-099 Conseil d'administration : CA-052-381, CA-076-529, CA-121-815

Plus en détail

MODIFICATIONS AUX CHAPITRES 3 ET 4

MODIFICATIONS AUX CHAPITRES 3 ET 4 MODIFICATIONS AUX CHAPITRES 3 ET 4 CADRE DE RÉFÉRENCE RÉGIONAL SUR LE PARTENARIAT ENTRE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX, LES CENTRES DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX, LES AUTRES CATÉGORIES

Plus en détail

MINISTÈRE DE L IMMIGRATION, DE LA DIVERSITÉ ET DE L INCLUSION PROGRAMME SOUTIEN À LA MISSION

MINISTÈRE DE L IMMIGRATION, DE LA DIVERSITÉ ET DE L INCLUSION PROGRAMME SOUTIEN À LA MISSION 2017 2018 MINISTÈRE DE L IMMIGRATION, DE LA DIVERSITÉ ET DE L INCLUSION PROGRAMME SOUTIEN À LA MISSION 1. DESCRIPTION DU PROGRAMME Le Programme Soutien à la mission, institué conformément à la politique

Plus en détail

Politique de soutien au développement local

Politique de soutien au développement local Politique de soutien au développement local MUNICIPALITÉ SAINT-MAXIME-DU-MONT-LOUIS Formulaire de demande d aide financière Avril 2016 Résolution : 039-04-2016 POLITIQUE DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT LOCAL

Plus en détail

C O N V E N T I O N ADIL 86 N 2014-C-DGAA-DULNT-001

C O N V E N T I O N ADIL 86 N 2014-C-DGAA-DULNT-001 ANNEXE 1 ADIL86 C O N V E N T I O N ADIL 86 N 2014-C-DGAA-DULNT-001 ENTRE : LE DEPARTEMENT DE LA VIENNE, dont le siège est situé Place Aristide Briand BP 319 86008 POITIERS CEDEX, représenté par le Président

Plus en détail

Modèle de lettre de mission du (de la) directeur (-trice) d une école/ d un établissement d enseignement libre catholique

Modèle de lettre de mission du (de la) directeur (-trice) d une école/ d un établissement d enseignement libre catholique Modèle de lettre de mission du (de la) directeur (-trice) d une école/ d un établissement d enseignement libre catholique Le congrès de l Enseignement catholique de 2002 rappelle que «l enseignement catholique

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT Résolution : 312A-2005-2605 Adoptée par le conseil d administration Le 18 octobre 2005 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE 1 En raison de

Plus en détail

CONTRAT DE DEVELOPPEMENT SPORTIF ENTRE L ASSOCIATION.. ET LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES. Année : N Ordre :

CONTRAT DE DEVELOPPEMENT SPORTIF ENTRE L ASSOCIATION.. ET LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES. Année : N Ordre : Annexe 1 modèle CONTRAT DE DEVELOPPEMENT SPORTIF ENTRE L ASSOCIATION.. ET LE DEPARTEMENT DES DEUXSEVRES Année : 2010 N Ordre : ENTRE Le Département des DeuxSèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

Projet de loi n o 115. Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité

Projet de loi n o 115. Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité PREMIÈRE SESSION QUARANTE ET UNIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 115 Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité Présentation

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MRC DE MANICOUAGAN

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MRC DE MANICOUAGAN POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MRC DE MANICOUAGAN 21 OCTOBRE 2015 Adoptée par résolution numéro 2015-194 du conseil de la MRC de Manicouagan le 25 novembre 2015

Plus en détail

Le loisir culturel : outil de développement régional en culture

Le loisir culturel : outil de développement régional en culture Le loisir culturel : outil de développement régional en culture Mémoire présenté au : Ministère de la Culture et des Communications Dans le cadre de la : Consultation pour le renouvellement de la Politique

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adoptée le 26 septembre 2000 par le conseil d administration (216 e assemblée - résolution n o 1784)

Plus en détail

Journée de formation et de réflexion

Journée de formation et de réflexion Quelle responsabilité pour le milieu communautaire? Journée de formation et de réflexion Mercredi 23 septembre 2009 Centre Saint-Pierre #1205 Quelle responsabilité pour le milieu communautaire? Journée

Plus en détail

Dossier de demande de subvention culturelle 2017

Dossier de demande de subvention culturelle 2017 Communauté d Agglomération du Grand Angoulême Dossier de demande de subvention culturelle 2017 Les dossiers doivent impérativement être fournis avant le 31 décembre 2016 pour être pris en compte dans le

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ET DE SUBVENTION ENTRE LA COMMUNAUTE EMMAUS DE BERNES SUR OISE ET LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE CERGY-PONTOISE

CONVENTION DE PARTENARIAT ET DE SUBVENTION ENTRE LA COMMUNAUTE EMMAUS DE BERNES SUR OISE ET LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE CERGY-PONTOISE CONVENTION DE PARTENARIAT ET DE SUBVENTION ENTRE LA COMMUNAUTE EMMAUS DE BERNES SUR OISE ET LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE CERGY-PONTOISE ENTRE LES SOUSSIGNES : La Communauté d Agglomération de Cergy-Pontoise,

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE PROMOTION

PROGRAMME DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE PROMOTION Guide à l intention des organismes PROGRAMME DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE PROMOTION 2016-2017 JANVIER 2016 RÉDACTION Guylaine Pépin Conseillère en gestion Direction des services de soutien à la gestion

Plus en détail

Dépôt d une demande de soutien financier

Dépôt d une demande de soutien financier Guide d accompagnement Dépôt d une demande de soutien financier 2015-2017 Division de la culture, du loisir et de la vie communautaire Table des matières 1. Introduction... 1 2. Planification de la demande

Plus en détail

Association interprofessionnelle Régionale Bio Aquitaine «ARBIO Aquitaine»

Association interprofessionnelle Régionale Bio Aquitaine «ARBIO Aquitaine» Association interprofessionnelle Régionale Bio Aquitaine «ARBIO Aquitaine» Amélioration de l'offre alimentaire bio et locale et de la consommation responsable sur le territoire de la Communauté urbaine

Plus en détail

CONTRAT D'AFFILIATION ENTRE

CONTRAT D'AFFILIATION ENTRE CONTRAT D'AFFILIATION ENTRE FADOQ - Région Côte-Nord organisme incorporé en vertu de la Partie III de la Loi sur les compagnies du Québec, ayant son siège social au : 859, rue Bossé, Local 107, Baie-Comeau,

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE N O 17 POLITIQUE D AIDE FINANCIÈRE AUX ORGANISMES DE LA VILLE DE PLESSISVILLE

POLITIQUE MUNICIPALE N O 17 POLITIQUE D AIDE FINANCIÈRE AUX ORGANISMES DE LA VILLE DE PLESSISVILLE POLITIQUE MUNICIPALE N O 17 POLITIQUE D AIDE FINANCIÈRE AUX ORGANISMES DE LA VILLE DE PLESSISVILLE Mise à jour le 16 janvier 2017 LES PRINCIPES GÉNÉRAUX La Ville de Plessisville a la volonté d offrir un

Plus en détail

LOI DU 13 JUILLET concernant. les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle

LOI DU 13 JUILLET concernant. les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle LOI DU 13 JUILLET 2005 concernant les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle Assurance 247 Assurance 248 Chapitre 1: Définitions et champ d application L. 13.7.05 Art.

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN AUX ACTIVITÉS INTERGÉNÉRATIONNELLES GATINEAU, MUNICIPALITÉ AMIE DES AÎNÉS

PROGRAMME DE SOUTIEN AUX ACTIVITÉS INTERGÉNÉRATIONNELLES GATINEAU, MUNICIPALITÉ AMIE DES AÎNÉS PROGRAMME DE SOUTIEN AUX ACTIVITÉS INTERGÉNÉRATIONNELLES GATINEAU, MUNICIPALITÉ AMIE DES AÎNÉS «À LA RENCONTRE DES GÉNÉRATIONS» TABLE DES MATIÈRES 1. Le programme de soutien aux activités intergénérationnelles

Plus en détail

Politique relative aux règlements administratifs sur la gestion financière

Politique relative aux règlements administratifs sur la gestion financière 1 POLITIQUE RELATIVE AUX RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS SUR LA GESTION FINANCIÈRE PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des premières nations

Plus en détail

Loi sur le ministère du Tourisme

Loi sur le ministère du Tourisme PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 119 Loi sur le ministère du Tourisme Présentation Présenté par Madame Françoise Gauthier Ministre du Tourisme Éditeur officiel du Québec 2005

Plus en détail

Banque de technologies pour les pays les moins avancés

Banque de technologies pour les pays les moins avancés Nations Unies A/71/363 Assemblée générale Distr. générale 29 août 2016 Français Original : anglais Soixante et onzième session Point 13 de l ordre du jour provisoire* Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la Société d habitation du Québec

Loi modifiant la Loi sur la Société d habitation du Québec DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 49 (2002, chapitre 2) Loi modifiant la Loi sur la Société d habitation du Québec Présenté le 1 er novembre 2001 Principe adopté le 18 décembre

Plus en détail

RÈGLEMENT NO Intervenant Tout employé de la commission scolaire et de ses établissements.

RÈGLEMENT NO Intervenant Tout employé de la commission scolaire et de ses établissements. RÈGLEMENT NO 56-2011 RÈGLEMENT NO 56-2011 relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. PRÉAMBULE Ce règlement vise à faciliter la recherche d une solution satisfaisante,

Plus en détail

Association Développement Initiatives Démocratie Échanges Engagement (DIDEE) Jardin partagé expérimental à Lormont Carriet

Association Développement Initiatives Démocratie Échanges Engagement (DIDEE) Jardin partagé expérimental à Lormont Carriet Association Développement Initiatives Démocratie Échanges Engagement (DIDEE) Jardin partagé expérimental à Lormont Carriet Modalités de versement de la subvention communautaire Convention Entre L'association

Plus en détail

Contact : Nathalie COUDERETTE - Mail : - Tél. :

Contact : Nathalie COUDERETTE - Mail : - Tél. : N 128 - SOCIAL n 43 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 06 septembre 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel NOUVELLE LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE ET LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

Plus en détail

APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL

APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL 29 novembre 2006 Direction de la santé des personnes et des organisations Secrétariat du Conseil du trésor PRÉAMBULE Une recherche portant sur la

Plus en détail

DITES-LUI MERCI! GUIDE DE RÉDACTION À L INTENTION DES PERSONNES QUI PRÉSENTERONT UNE CANDIDATURE AU PRIX HOMMAGE BÉNÉVOLAT-QUÉBEC 2014

DITES-LUI MERCI! GUIDE DE RÉDACTION À L INTENTION DES PERSONNES QUI PRÉSENTERONT UNE CANDIDATURE AU PRIX HOMMAGE BÉNÉVOLAT-QUÉBEC 2014 DITES-LUI MERCI! GUIDE DE RÉDACTION À L INTENTION DES PERSONNES QUI PRÉSENTERONT UNE CANDIDATURE AU PRIX HOMMAGE BÉNÉVOLAT-QUÉBEC 01 INTRODUCTION Ce guide a pour objectif de faciliter la rédaction d un

Plus en détail

Dispositif expérimental de soutien aux résidences d artistes plasticiens sur les territoires

Dispositif expérimental de soutien aux résidences d artistes plasticiens sur les territoires Appel à projets DRAC BRETAGNE REGION BRETAGNE - 2017 Dispositif expérimental de soutien aux résidences d artistes plasticiens sur les territoires Contexte En 2016, la DRAC Bretagne et la Région Bretagne

Plus en détail

La responsabilité de l organisme communautaire dans le réseau de la Santé et des Services sociaux

La responsabilité de l organisme communautaire dans le réseau de la Santé et des Services sociaux La responsabilité de l organisme communautaire dans le réseau de la Santé et des Services sociaux Présentée par M e Stéphanie Lelièvre au Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE

POLITIQUE SUR LES SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE Service de l organisation et du transport scolaire DOCUMENT OFFICIEL C.C. DU 27 MAI 2003 Résolution 107-CC-2002-2003 Modifié par la résolution 116-CC-2003-2004 POLITIQUE SUR LES SERVICES DE GARDE EN MILIEU

Plus en détail

Assistance à la Constitution d une Société Civile Immobilière

Assistance à la Constitution d une Société Civile Immobilière Assistance à la Constitution d une Société Civile Immobilière MANDAT LE PRESENT MANDAT EST CONCLU ENTRE : La société «ACQAD» dont le siège est à VITROLLES (13127) - ZI La Couperigne Centre Tertiaire Marseille

Plus en détail

CHARTE D ETHIQUE. 1. Approche générale Préambule

CHARTE D ETHIQUE. 1. Approche générale Préambule CHARTE D ETHIQUE 1. Approche générale 1.1. Préambule Le pôle de compétitivité DREAM (Durabilité des Ressources en Eau Associées aux Milieux) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et

Plus en détail

CONVENTION MISE EN MARCHÉ DU BLEUET FRAIS PRODUCTEURS - EMBALLEURS

CONVENTION MISE EN MARCHÉ DU BLEUET FRAIS PRODUCTEURS - EMBALLEURS CONVENTION DE MISE EN MARCHÉ DU BLEUET FRAIS PRODUCTEURS - EMBALLEURS CONVENTION DE MISE EN MARCHÉ DU BLEUET AVEC LES PRODUCTEURS-EMBALLEURS DE BLEUETS DESTINÉS À LA CONSOMMATION À L ÉTAT FRAIS ENTRE :

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL D'INTÉGRATION (PRI)

PROGRAMME RÉGIONAL D'INTÉGRATION (PRI) PROGRAMME RÉGIONAL D'INTÉGRATION (PRI) ANNÉE FINANCIÈRE 2011-2012 Description Le Programme régional d intégration soutient les actions concertées des partenaires locaux et régionaux en vue d accroître

Plus en détail

ANNEXE 5. Cadre réglementaire de la politique institutionnelle de la recherche

ANNEXE 5. Cadre réglementaire de la politique institutionnelle de la recherche ANNEXE 5 Cadre réglementaire de la politique institutionnelle de la recherche ANNEXE 5 Cadre réglementaire 1. Responsabilités de l établissement et mécanismes de gestion en matière de recherche Le présent

Plus en détail