I. DESCRIPTION D UN SYSTEME PHYSICO- CHIMIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. DESCRIPTION D UN SYSTEME PHYSICO- CHIMIQUE"

Transcription

1 CHAPITRE 11 : TRANSFORMATION CHIMIQUE : EVOLUTION ET EQUILIBRE Introduction : Certaines réactions peuvent avoir lieu dans les deux sens : Comment savoir dans quel sens a lieu une réaction chimique? Quand le système cesse- t- il d évoluer? I. DESCRIPTION D UN SYSTEME PHYSICO- CHIMIQUE 1. Notion de constituant physico- chimique Une espèce chimique est un corps simple ou composé que l on désigne par sa formule chimique. A ce stade, l état physique n est pas précisé. Exemples : Un atome de carbone C, un atome de cuivre Cu ou encore une molécule de diiode I 2 sont des corps simples car constitués d un seul type d élément. En revanche, le dioxyde de carbone CO 2 et la fluorine CaF 2 sont des corps composés car constitués de plusieurs éléments différents. Un constituant physico- chimique est une espèce chimique dont l état physique (solide, liquide ou gazeux) est précisé entre parenthèses. Exemples : la carboglace CO 2 (s), la vapeur d eau H 2 O(g), le mercure liquide Hg(l), réputé pour sa grande toxicité, les ions chlorure en solution dans l eau Cl - (aq) Le système, objet de l étude, est constitué de matière. Il peut être composé d un ou de plusieurs constituants physico- chimiques délimités du milieu extérieur par une surface fermée. Une phase est une région de l espace dont l aspect macroscopique est le même en tout point. Exemples : L air contenu dans un ballon sphérique, de volume constant, est une phase gazeuse uniforme constituée d un mélange de gaz (80% de N 2(g) et 20% de O 2(g) ). Le cyclohexane et l eau ne sont pas miscibles : dans un bécher le cyclohexane se trouvera au- dessus de l eau car il est moins dense. Il y a deux phases. 1

2 2. Paramètres descriptifs de la composition d un système a) Grandeurs extensives, intensives Un système physico- chimique est décrit par des variables d état intensives ou extensives. Une variable extensive est proportionnelle à la quantité de matière ; elle est définie pour l ensemble du système. Une variable intensive est indépendante de la quantité de matière ; elle est définie en chaque point du système (variable locale). Comment savoir si une grandeur est intensive ou extensive? Soit un système homogène S décrit par une variable V. Isolons une partie S du système S. Si V(S )=V(S), c est que V ne dépend pas de la quantité de matière : V est intensive. Si V(S ) V(S), c est que V dépend de la quantité de matière : V est extensive. S S' Exercice : Variable intensive ou extensive? Pression Masse Température Volume b) Description de la composition d une phase Nature de la phase Paramètres de composition utilisés pour décrire la phase Concentration molaire de l espèce i : Liquide c i = n i V solvant en mol.l - 1 (si espèce en solution dans un solvant) Fraction molaire de l espèce i : x i = n i n tot,liquide et x i =1 (si plusieurs liquides mélangés) i Gaz Solide Fraction molaire de l espèce i : x i = n i n tot,gaz et Pression partielle P i de l espèce i : P i = x i P tot Quantité de matière de l espèce i : n i x i =1 i II. TRANSFORMATION CHIMIQUE : EVOLUTION ET EQUILIBRE 1. Evolution d un système chimique Au cours d une transformation chimique, le système évolue d un état initial EI vers un état final EF. Les quantités de matières des constituants varient. Lorsque le système cesse d évoluer, on dit que l état final est atteint. Si, dans l état final, les réactifs et les produits de la réaction coexistent, alors il s agit d un état d équilibre chimique. Les variations des quantités de matières lors de l évolution peuvent être liées entre elles par l avancement ξ. Exemple : Un système contient initialement 0,1 mol de diazote N 2 gazeux et 0,1 mol de dihydrogène H 2 gazeux. On y observe la réaction suivante : N 2 (g) + 3 H 2 (g) = 2 NH 3 (g). Etablir un tableau d avancement. 2

3 L avancement maximal ξ max est la valeur maximale que peut prendre l avancement. Il correspond à la consommation totale du réactif limitant. Exemple : Déterminer l avancement maximal ξ max de l exemple ci- dessus. Si tous les constituants sont en solution et que le volume de solvant reste constant, on peut directement utiliser un tableau d avancement en mol.l - 1. On note x l avancement volumique (en mol.l - 1 ). **Exemple : L ion thiocyanate SCN - est utilisé comme réactif d identification des ions ferrique Fe 3+ en solution aqueuse. Il se forme un ion complexe rouge de formule FeSCN 2+. La réaction de formation de ce complexe est Fe 3+ (aq) + SCN - (aq) = FeSCN 2+ (aq). On considère une solution dont les concentrations initiales sont [Fe 3+ ] 0 =[SCN - ] 0 =[FeSCN 2+ ] 0 =0,1 mol.l - 1. Dresser un tableau d avancement. Quelle unité privilégier pour faire un tableau d avancement? Si le système est homogène et que le volume constant (cas d une réaction en solution aqueuse par exemple), on privilégiera les tableaux d avancement en mol.l - 1. L avancement volumique sera noté x. Si le système est hétérogène, ou que le volume de la solution varie, on fera impérativement un tableau d avancement en mol. L avancement sera noté ξ. Le taux d avancement final τ f est défini par : τ f = ξ f / ξ max ou x f /x max On dit qu une réaction est totale lorsque τ f = 1 (consommation totale du constituant en défaut, ξ f = ξ max ). On dit qu une réaction est quantitative lorsque τ f tend vers 1 (consommation quasi- totale du constituant en défaut, réaction dite «très avancée», ξ f ξ max ).) On dit qu une réaction est nulle lorsque τ f tend vers 0 (pas d évolution du système, ξ f 0). 3

4 2. Activité d un constituant. L activité a d un constituant est une grandeur sans dimension qui dépend de l état physique du constituant. Etat du constituant i Gaz parfait pur ou en mélange idéal de gaz parfaits. Liquide pur ou solide pur (seul dans sa phase- Mélange idéal de liquides parfaitement miscibles, sans solvant. Expression de l activité du constituant i a i = P i P 0 P i est la pression partielle du gaz. P 0 est la pression standard de référence égale à 1,0 bar par convention. a i = 1. a i = x i (fraction molaire) a i = C i C 0 Solutés dans une solution diluée C i est la concentration molaire du soluté exprimée en mol.l - 1 (C < 0,1 mol.l - 1 pour les solutions diluées). C 0 est la concentration standard égale à 1,0 mol.l - 1 Solvant a solvant = 1 3. Quotient réactionnel Q r. a. Définition Le quotient réactionnel est une grandeur sans dimension qui caractérise un système en transformation chimique dans un état donné. Sa valeur évolue au cours de la transformation. Soit un système au sein duquel a lieu la réaction d équation bilan αa+βb = γc + δd, le quotient réactionnel associé à cette réaction est : Q r = a(c)γ a(d) δ a(a) α a(b) β avec a(x) l activité de X, au numérateur les produits à la puissance leur coefficients stœchiométriques, au dénominateur les réactifs à la puissance leur coefficients stœchiométriques Attention : L expression de Q r dépend de l équation bilan : toujours l écrire! Exemples : Donner l expression de Q r dans les cas suivants : (1) N 2 (g) + 3 H 2 (g) = 2 NH 3 (g) (2) Cl 2 (g) = Cl 2 (aq) (3) Fe 3+ (aq) + 3 OH (aq) = Fe(OH) 3 (s) (4) 1/2 Fe 3+ (aq) + 3/2 OH (aq) = 1/2 Fe(OH) 3 (s) Remarques : On pourra s affranchir du C car les concentrations sont généralement exprimées en mol.l - 1. Toutefois, il est conseillé de conserver le terme P dans le cas d une phase gazeuse. Toutes les pressions doivent être exprimées dans la même unité. 4

5 b. Expression de Q r en fonction de l avancement A l aide d un tableau d avancement, les activités des constituants peuvent être exprimés en fonction de l avancement : on pourra donc exprimer Q r au cours de la réaction en fonction de l avancement. Exemple : Pour la réaction évoquée dans l exemple marqué ** à la page 3, exprimer le quotient réactionnel de la réaction à un instant t quelconque. 4. Constante d équilibre thermodynamique a. Mise en évidence Considérons la réaction d estérification dont l équation est : CH 3 COOH (l) + CH 3 CH 2 OH (l) = CH 3 COOC 2 H 5(l) + H 2 O (l) Cette réaction se déroule en phase homogène liquide : c est une transformation sans solvant et tous les constituants sont miscibles. On réalise quatre mélanges à l état initial et on examine la composition à l état final. La valeur du quotient réactionnel aux états initial et final est précisée. CH 3 COOH CH 3 CH 2 OH CH 3 COOC 2 H 5 H 2 O Q r Cas 1 Le système évolue dans le sens direct. EI (mol) 2,0 2, EF (mol) 0,67 0,67 1,33 1,33 4,0 Cas 2 Le système évolue dans le sens direct. EI (mol) 2,0 6, EF(mol) 0,20 4,2 1,8 1,8 4,0 Cas 3 Le système évolue dans le sens direct. EI (mol) 1,0 1,0 1,0 1,0 1,0 EF (mol) 0,67 0,67 1,33 1,33 4,0 Cas 4 Le système n évolue pas : l équilibre est réalisé. EI (mol) 1,0 1,0 2,0 2,0 4,0 EF (mol) 1,0 1,0 2,0 2,0 4,0 Cas 5 Le système évolue dans le sens indirect. EI (mol) 1,0 1,0 2,0 3,0 6,0 EF (mol) 1,15 1,15 1,85 2,85 4,0 b. Relation de Guldberg et Waage Lorsque l équilibre chimique d une réaction est atteint, la valeur du quotient réactionnel à l équilibre Q r,eq prend une valeur indépendante de la composition initiale du système. Cette valeur est appelée constante d équilibre thermodynamique K de la réaction considérée. K de dépend que de la température et de la réaction considérée. Relation de Guldberg et Waage : Q r,eq = K Remarque : Si l un des constituants disparaît, alors cette relation n est pas vérifiée. Exemple : la réaction évoquée dans l exemple ** p.3, Fe 3+ (aq) + SCN - (aq) = FeSCN 2+ (aq) a pour constante d équilibre K à 250C : K = 200. La relation de Guldberg et Waage s écrit donc : 5

6 c. Propriétés de la constante d équilibre Réaction inverse Si la réaction (1) a pour constante d équilibre K 1, alors la réaction inverse à pour constante d équilibre 1/K 1. Exemple : quelle est la constante d équilibre de la réaction FeSCN 2+ (aq) = Fe 3+ (aq) + SCN - (aq)? Combinaison de réactions Si une réaction (3) est une combinaison linéaire d une réaction (2) et d une réaction (1) selon : (3) = α (1) + β (2) on a alors : K 3 = (K 1 ) α x (K 2 ) β Exemple : (1) NH 3 + H 3 O + = NH H 2 O K 1 (T) = 10 9,2 (2) Ag(NH 3 ) 2 + = Ag NH 3 K 2 (T) = 10-7,2 (3) Ag(NH 3 ) H 3 O + = Ag NH H 2 O K 3 (T) =? Pendant une durée Δt, N molécules de A se changent en B d. Lien avec le cours de cinétique Rappel : Nous avons vu dans le cours de cinétique qu un équilibre chimique est dynamique : la réaction dans le sens direct et celle dans le sens indirect ont lieu à la même vitesse. Exemple : La réaction suivante est à l équilibre. A B A l'échelle macroscopique, on n'observe donc aucun changement dans les quantités de A et B : la réaction est à l'équilibre. A(aq) k 1 k -1 B(aq) Pendant cette même durée Δt, N molécules de B se changent en A Les réactions dans le sens direct et indirect sont d ordre 1. Ecrire la condition d équilibre d un point de vue cinétique. Ecrire la relation de Guldberg et Waage. En déduire le lien entre K, k 1 et k Critère d évolution Pour déterminer le sens d évolution spontanée d un système chimique, il faut calculer le quotient réactionnel à l état initial Q r,ini et le comparer à K. Si Q r,ini < K alors le système évolue dans le sens direct. Si Q r,ini = K alors le système est à l équilibre et n évolue pas. Si Q r,ini > K alors le système évolue dans le sens indirect. Exemple : Reprenons le système de l exemple **, siège de la réaction Fe 3+ (aq) + SCN - (aq) = FeSCN 2+ (aq). Les concentrations initiales sont [Fe 3+ ] 0 =[SCN - ] 0 =[FeSCN 2+ ] 0 =0,1 mol.l - 1. Dans quel sens évolue ce système? 6

7 6. Réaction totale ou non? Considérons la réaction d équation A (aq) + B (aq) = C (aq) + D (aq). Le mélange initial est supposé stœchiométrique ([A] ini =[B] ini ), le volume est constant. Appelons τ eq le taux d avancement de la réaction à l équilibre. Le tableau ci- dessous donne les valeurs de τ eq pour différentes valeurs de K : K τ eq (en %) 0,0999 0,99 3,1 9, ,9 De ces résultats se dégagent de grandes tendances : K (T) >> 1 (la valeur est couramment admise) : K (T) << 1 (K < 10-3 ) : K (T) 1 : 7. Application à la détermination d un avancement à l équilibre Si l état initial est connu, la relation de Guldberg et Waage (couplée au tableau d avancement) est une équation dont l avancement (ou l avancement volumique) à l équilibre (si l équilibre est bien atteint) est solution. a. Cas d équilibres homogènes Dans le cas d équilibres homogènes, un état d équilibre est toujours atteint. On pourra toujours appliquer la relation de Guldberg et Waage pour avoir accès à la valeur de l avancement à l équilibre x éq. Exemple 1 : Sens d évolution et composition à l équilibre Reprenons l exemple **, formation du complexe FeSCN 2+ (aq). La réaction de formation de ce complexe Fe 3+ (aq) + SCN - (aq) = FeSCN 2+ (aq) a pour constante d équilibre à 25 C K = On considère une solution dont les concentrations initiales sont [Fe 3+ ] 0 =[SCN - ] 0 =[FeSCN 2+ ] 0 =0,1 mol.l - 1 Prévoir le sens d évolution du système et déterminer la composition du système à l équilibre. 2. On considère maintenant une solution dont les concentrations initiales sont [Fe 3+ ] 0 =[SCN - ] 0 =0,01 mol.l - 1 et [FeSCN 2+ ] 0 =0,1 mol.l - 1 Prévoir le sens d évolution du système et déterminer la composition du système à l équilibre. Exemple 2 : Influence de la valeur de la constante d équilibre Un acide est une espèce capable de céder un proton H +, une base est une espèce capable de capter un proton. Un acide peut donc céder un proton à une base, selon l équation : HA 1 (aq) + A - 2(aq) A - 1(aq) + HA 2 (aq) Notons K la constante de cet équilibre. On mélange un volume V 1 =10,0mL d une solution aqueuse contenant HA 1 à la concentration C 1 = 1, mol.l - 1 avec un volume V 2 =10,0mL d une solution aqueuse contenant A - 2 à la concentration C 2 = 1, mol.l - 1. a. Indiquer dans quel sens évolue le système à 25 C. b. A partir du mélange initial donné à la question précédente, trouver la composition de la solution à l équilibre pour les trois cas suivants : 1 er cas : K =10-5 ; 2 ème cas : K =10-1 ; 3 ème cas : K =10 6 7

8 Point méthode : utilisation d hypothèses pour simplifier la résolution des équations. Dans le cas où la réaction a lieu dans le sens direct, l utilisation d hypothèses sur la valeur de l avancement à l équilibre nous permettra de simplifier les calculs : Si K >>1 (en pratique, on prendre K >10 3 ), on pourra faire l hypothèse que la réaction est quantitative. On supposera alors que x final x max. La concentration du réactif limitant à l équilibre sera alors quasiment nulle, on la notera ε. On pourra donc simplifier le tableau d avancement, et simplifier les calculs. Attention : il faudra vérifier à postériori que ε est très faible devant la concentration initiale du réactif limitant en utilisant la relation de GW. Si K <<1 (en pratique, on prendre K <10-3 ), on pourra faire l hypothèse que la réaction est quasi- nulle. On supposera alors que x final 0. On pourra donc simplifier le tableau d avancement, et simplifier les calculs. Attention : il faudra vérifier à postériori que x final est très faible devant les concentrations initiales. Exemple 3 : Equilibre en phase gazeuse On introduit 12,5 mmol de tétraoxyde de diazote N 2 O 4 dans un récipient de volume V=1L, à la température T=298K. Il se produit une dissociation partielle selon : N 2 O 4(g) =2NO (g). 1. Sachant que la pression finale totale dans le récipient est égale à 0,39bar, calculer l avancement final ξ f de la réaction. 2. Calculer la constante d équilibre K de cette réaction à 298K. Données : Constante des gaz parfaits R=8,314 J.K - 1.mol - 1, 1bar=10 5 Pa. b. Equilibre hétérogène Dans le cas d équilibres hétérogènes, un état d équilibre n est pas toujours atteint. Lorsqu au cours de la réaction un solide ou un liquide disparaît, l état final n est pas un état d équilibre : on dit qu il y a rupture d équilibre. La relation de Guldberg et Waage n est alors pas vérifiée. Il y a un risque de rupture d équilibre lorsqu un réactif solide ou liquide est introduit en défaut. Il peut alors disparaître totalement si la réaction est suffisamment avancée. On a alors ξ f =ξ max. Lorsqu une réaction fait apparaître des solides ou des liquides Faire un tableau d avancement en mol. Supposer que l état final est un état d équilibre, et utiliser la relation de Guldberg et Waage pour déterminer l avancement à l équilibre ξ eq (s il est établi) : si ξ eq <ξ max, alors il y a effectivement équilibre. La valeur obtenue permet de déterminer la composition du système à l équilibre. si ξ eq ξ max, alors il ne peut y avoir équilibre. On a alors ξ f =ξ max, la réaction est totale, le réactif limitant est complètement consommé. Exemple 4 : Etude de la dissolution d un solide On s intéresse à la dissolution de la silice pure amorphe SiO 2 (s) à 25 C. La dissolution de la silice dans l eau est caractérisée par l équilibre suivant où on retrouve la forme dissoute de la silice H 4 SiO 4 : SiO 2 (s) + 2H 2 O(l) = H 4 SiO 4 (aq) K 25 C =10-2,7 1. Donner l expression littérale du quotient réactionnel en remplaçant les activités par leurs expressions. 2. On dissout une grande quantité n i de SiO 2 (s) dans l eau. La solution est saturée. Calculer à l équilibre la concentration en H 4 SiO 4 à 25 C. 3. En déduire la masse maximale de silice pure amorphe que l on peut dissoudre dans un volume de 1L d eau pure sachant que la masse molaire de SiO 2 est égale à 60g.mol On introduit dans 1L d eau mol de silice solide à 25 C. Déterminer la composition de l état final. 5. On introduit dans 1L d eau mol de silice solide à 25 C. Déterminer la composition de l état final. 8

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Suivi d une réaction lente par chromatographie

Suivi d une réaction lente par chromatographie TS Activité Chapitre 8 Cinétique chimique Suivi d une réaction lente par chromatographie Objectifs : Analyser un protocole expérimental de synthèse chimique Analyser un chromatogramme pour mettre en évidence

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Fiche de révisions sur les acides et les bases

Fiche de révisions sur les acides et les bases Fiche de révisions sur les s et les s A Définitions : : espèce chimique capable de libérer un (ou plusieurs proton (s. : espèce chimique capable de capter un (ou plusieurs proton (s. Attention! Dans une

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Vitesse d une réaction chimique

Vitesse d une réaction chimique Chimie chapitre itesse d une réaction chimique A. Avancement d un mobile et vitesse de déplacement Soit un mobile supposé ponctuel P se déplaçant le long d un axe x [Doc. ] : sa position instantanée est

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Physique : Thermodynamique

Physique : Thermodynamique Correction du Devoir urveillé n o 8 Physique : hermodynamique I Cycle moteur [Véto 200] Cf Cours : C P m C V m R relation de Mayer, pour un GP. C P m γr γ 29, 0 J.K.mol et C V m R γ 20, 78 J.K.mol. 2 Une

Plus en détail

Exercices sur le thème II : Les savons

Exercices sur le thème II : Les savons Fiche d'exercices Elève pour la classe de Terminale SMS page 1 Exercices sur le thème : Les savons EXERCICE 1. 1. L oléine, composé le plus important de l huile d olive, est le triglycéride de l acide

Plus en détail

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION CHIMIE 2 e OS - 2008/2009 : Cours et exercices -19- CHAPITRE 5 : REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION Chacun d entre nous a déjà observé l apparition de rouille sur un objet en fer, ou de «vert-degris»

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Problématique La séquence 5, qui comporte deux parties distinctes, mais non indépendantes, traite de la réaction

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Propriétés de l atome PHYSIQUE-CHIMIE Ce sujet traite de quelques propriétés de l aluminium et de leurs applications. Certaines données fondamentales sont regroupées à la fin du texte. Partie I - Propriétés de l atome I.A -

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE CONCOUS COMMUN SUJET A DES ÉCOLES DES MINES D ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES Épreuve de Physique-Chimie (toutes filières) Corrigé Barème total points : Physique points - Chimie 68 points PHYSIQUE Partie A :

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE Banque «Agro-Véto» Technologie et Biologie AT - 0310 SCIECES PYSIQUES Durée : 3 heures L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Session 2011 PHYSIQUE-CHIMIE. Série S. Enseignement de Spécialité. Durée de l'épreuve: 3 heures 30 - Coefficient: 8

Session 2011 PHYSIQUE-CHIMIE. Série S. Enseignement de Spécialité. Durée de l'épreuve: 3 heures 30 - Coefficient: 8 PYSCSLl BACCALAU Session 20 PHYSIQUE-CHIMIE Série S Enseignement de Spécialité Durée de l'épreuve: 3 heures 30 - Coefficient: 8 L'usage des calculatrices est autorisé. Ce sujet ne nécessite pas de feuille

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS!

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! Type d'activité ECE Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles du programme de Terminale S TYPE ECE Evaluation

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2

HRP H 2 O 2. O-nitro aniline (λmax = 490 nm) O-phénylène diamine NO 2 NH 2 ! #"%$'&#()"*!(,+.-'/0(,()1)2"%$ Avant d effectuer le dosage en IR de la biotine, il est nécessaire de s assurer de la reconnaissance du traceur par la streptavidine immobilisée sur les puits. Pour cela,

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Mesure de la surface spécifique

Mesure de la surface spécifique Mesure de la surface spécifique Introducing the Acorn Area TM Acorn Area est un instrument révolutionnaire conçu pour mesurer la surface spécifique des nanoparticules en suspension dans un liquide. Utilisant

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE

MASSE, VOLUME ET QUANTITE DE MATIERE MASSE, OLUME ET QUANTITE DE MATIERE Exercices du Livre Microega Hatier (004 Correction L acide sulfurique 1. Calculons la asse olaire de l acide sulfurique : M(H SO 4 xm(h + M(S + 4xM(O M(H SO 4 x1,00

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote.

Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. K4. Point triple de l azote I. BUT DE LA MANIPULATION Etudier le diagramme température-pression, en particulier le point triple de l azote. II. BASES THEORIQUES Etats de la matière La matière est constituée

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Préambule Objectifs La culture scientifique et technique acquise au collège doit permettre à l élève d avoir une première représentation

Plus en détail

Quantité de mouvement et moment cinétique

Quantité de mouvement et moment cinétique 6 Quantité de mouvement et moment cinétique v7 p = mv L = r p 1 Impulsion et quantité de mouvement Une force F agit sur un corps de masse m, pendant un temps Δt. La vitesse du corps varie de Δv = v f -

Plus en détail

ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008

ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008 ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008 Cette page présente un résumé des derniers développements effectués dans le logiciel ProSimPlus HNO3. Ceux-ci correspondent à de nouvelles

Plus en détail

Table des matières. Acides et bases en solution aqueuse... 10. Oxydo Réduction... 26

Table des matières. Acides et bases en solution aqueuse... 10. Oxydo Réduction... 26 Annales de Chimie aux BTS 2000-2004 Table des matières Table des matières Table des matières... 1 Réactions chimiques...5 BTS Agroéquipement 2003 et BTS Maintenance et après vente des équipement de travaux

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium International Renewable Energy Congress November 5-7, 2010 Sousse, Tunisia Propriétés thermodynamiques du mélange Eau-Ammoniac-Hélium Chatti Monia 1, Bellagi Ahmed 2 1,2 U.R. Thermique et Thermodynamique

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 6 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

De nombreux composés comportant le squelette aryléthanolamine (Ar-CHOH-CH2-NHR) interfèrent avec le

De nombreux composés comportant le squelette aryléthanolamine (Ar-CHOH-CH2-NHR) interfèrent avec le [E1-2007S] pp75 (40 points) Chimie Thérapeutique - Pharmacologie De nombreux composés comportant le squelette aryléthanolamine (Ar-CHOH-CH2-NHR) interfèrent avec le système adrénergique. Leur profil d

Plus en détail

Des molécules hydrophobes dans l eau

Des molécules hydrophobes dans l eau Des molécules hydrophobes dans l eau B. Cabane PMMH, ESPCI, Paris bcabane@pmmh.espci.fr Je remercie pour leurs contributions: D. Durand, B. Guillot, H. Lannibois-Drean, C. Pascal, C. Poncet-Legrand, A.

Plus en détail